Navigation – Plan du site

AccueilNuméros17À la croisée de la recherche en d...

À la croisée de la recherche en design et de l’anthropologie

Analyse réflexive sur des recherches en situation d’expérimentation entre opportunités et enjeux
Marine Royer
p. 51-73

Résumé

Cet article est une analyse réflexive d’une approche ethnographique pouvant être définie comme une recherche-action par l’expérimentation en design. Il s’agit d’une démarche et d’une méthodologie de recherche qui visent à mener, en parallèle et de manière intriquée, l’acquisition de connaissances scientifiques et des actions concrètes et transformatrices sur le terrain (via des expérimentations en design). L’article met en valeur les orientations épistémologiques et politiques nécessaires à sa compréhension et comment la mobilisation de l’idée d’enquête spéculative permet de développer une approche originale. Pour ce faire, l’article s’appuiera sur deux recherches-actions par l’expérimentation traitant de la vie des personnes âgées et/ou handicapées et de leurs aidants.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Particulièrement grâce à l’ensemble des théoriciens-praticiens anglo-saxons du Design Methods Movem (...)
  • 2 Ce phénomène s’explique par différents facteurs, notamment en raison de la césure entre la formatio (...)

1La recherche en design vise à faire du design une discipline scientifique. Elle produit des savoirs sur les processus de conception. Ce faisant, en s’aidant d’autres disciplines issues des sciences humaines et sociales, elle fournit des connaissances valides et fiables sur les interactions entre les humains et les environnements (naturels et artificiels). Si ce champ s’est développé à partir des années 1960 dans de nombreux pays1, la France y est restée longtemps indifférente2. Toutefois, depuis une quinzaine d’années, la communauté francophone de recherche en design s’est progressivement formée. Une partie de ses protagonistes constitue PROJEKT, le laboratoire de recherche en design de l’Université de Nîmes, auquel je suis rattachée depuis 2016 en tant que maîtresse de conférences. Designer et docteure en anthropologie, mes travaux se situent, dans ce cadre, au croisement de la recherche en design et de l’anthropologie, avec, pour trait essentiel, le recours à l’ethnographie, comme étant à la fois «  une méthode, une écriture et une expérience  » (Fassin, 2013). Cet article est l’occasion d’une analyse réflexive sur ma démarche ethnographique et plus largement, sur les opportunités et les enjeux pour le design et sa recherche à mobiliser des approches ethnographiques.

Design et approches ethnographiques

2Le développement et la diffusion des approches ethnographiques ont permis aux pratiques de design ethnography (Salvador et al., 1999), applied ethnography (Norman, 2013 [1988]), user-centered design (UCD) (Norman et Draper, 1986) ou encore leur corolaire en langue française design orienté par les usages ou par les usagers, de se développer depuis les années 1980. Malgré la polysémie de ces termes recouvrant des pratiques et des méthodologies de conception hétérogènes, les transformations engendrées par celles-ci ont été étudiées. Si l’objet de cet article n’est pas de revenir sur tous les particularismes de ces approches, il est toutefois possible de tracer à grands traits deux familles méthodologiques. D’une part, les approches «  centrées utilisateurs  » comme l’applied ethnography ou encore le user-centered design (UCD) dans laquelle les besoins et les comportements des personnes utilisant un produit ou un service reçoivent une attention particulière tout au long du processus de conception (Goodman, Kuniavsky et Moed, 2012). Dans ces pratiques, les usagers sont d’ailleurs définis comme des utilisateurs ou des consommateurs. D’autre part, les approches de Design Ethnography (Salvador et al., 1999) et de design orienté par les usages ou par les usagers, qui reposent sur des terrains d’enquête et se concentrent sur l’étude de la vie quotidienne. Ces approches prennent soin de prendre du recul par rapport à l’utilisation potentielle d’un produit ou d’un service. Il s’agit d’avoir une compréhension plus holistique des environnements, moins basée sur des usages spécifiques. Malgré leurs différences, le transfert de l’ethnographie au design et l’appropriation des outils issus des pratiques ethnographiques se retrouvent dans une idée partagée. Il s’agit d’être utile aux designers pour comprendre les personnes afin d’imaginer des approches de conception de produits, de services ou d’interfaces mieux adaptées à leurs besoins et à la complexité des usages et des contextes, dans un objectif relativement utilitariste.

3Si l’objectif principal de ces approches semble les rassembler, l’analyse de la littérature sur ce thème montre également certaines limites. Le design centré-utilisateur (UCD) apparait notamment comme une notion à nuancer tant certaines difficultés sont difficiles à surmonter lorsqu’il s’agit pour les designers de faire participer (dynamique de co-conception ou de co-design) certains publics (enfants, personnes en situation de handicap, etc.) (Marti et Bannon, 2009). Les approches de design orienté par les usages peuvent également être considérées comme une «  boite noire commode à utiliser tant qu’elle n’a pas à être justifiée  » (Nova, 2015 : 87) faisant apparaitre dès lors la nécessité de clarifier les modalités d’utilisation des données de terrain par les designers et d’en questionner les apports.

4En analysant mes propres travaux, ces approches ethnographiques apparaissent éloignées de ma pratique, tant du point de vue de leur objectif principal (le transfert d’une ethnographie «  appliquée  » à des enjeux circonscrits de conception), que de celui relatif aux choix des méthodes d’enquête (plutôt directives) ou des types de résultats produits (ou souhaités) à l’issue du processus.

Recherche-action par l’expérimentation

5La recherche en design se déploie dans des démarches plurielles et hétérogènes. En tant que designer-chercheure, je privilégie une approche de recherche hybride qui peut être définie comme de la recherche-action (R-A) par l’expérimentation, à savoir une démarche et une méthodologie de recherche scientifique qui visent à mener, en parallèle et de manière intriquée, l’acquisition de connaissances scientifiques et des actions concrètes et transformatrices sur le terrain (via des expérimentations en design). Ce double objectif s’inscrit dans une tradition plus large dans les sciences sociales dont l’émergence peut être attribuée aux travaux de Kurt Lewin (1946) et peut être défini comme ceci : «  La R-A est une démarche de recherche fondamentale dans les sciences de l’homme qui naît de la rencontre entre une volonté de changement et une intention de recherche  » (Liu, 1997 : 87). Elle n’est pas la recherche mise au service de l’action, mais l’action (l’intervention) produisant les éléments de la recherche (Barbier, 1996). Toutefois, elle peut être encore aujourd’hui considérée comme un concept flou (Thirion, 1981) car plusieurs nuances existent dans ces postures de recherche, allant de la simple prise en compte des enjeux des personnes sur le terrain jusqu’à la participation de l’anthropologue à la défense d’une cause (Bruce, 1995) ou la construction d’une politique (Tornatore, 2007). Cette démarche de recherche porte toutefois un trait commun : ne plus seulement décrire une réalité préexistante, mais accompagner des changements inéluctables.

6Si mes recherches sont conduites dans cette perspective, je souhaite mettre en valeur quelques orientations épistémologiques et politiques nécessaires à leur compréhension et comment la mobilisation du concept d’« enquête spéculative » (Ingold, 2014) permet, c’est du moins l’hypothèse que je défends, de développer une approche originale. Pour ce faire, le propos de l’article s’appuiera sur deux recherches-actions par l’expérimentation. Leur sujet d’étude traite de la vie des personnes âgées et/ou handicapées et de leurs aidants, d’un côté celles prises en charge dans une institution de soin (ici un EHPAD intégré dans un CHU), de l’autre celles demeurant à domicile.

  • 3 Afin de ne pas alourdir la présentation, je renvoie le lecteur vers le site internet du projet, pré (...)
  • 4 Lauréat de l’appel à projets CNSA 2018 : « Handicap et perte d’autonomie : innovation sociale par l (...)
  • 5 Ce concept, dérivé de celui de iatrogène médicamenteuse, qui désigne les troubles ou maladies consé (...)

7Comme À La Maison en EHPAD (CALME)3 (2018-2019) est la première recherche que je présenterai ici. Elle avait pour but de favoriser la co-production et la co-création d’agents hospitaliers et de personnes âgées accueillies dans un EHPAD du CHU de Nîmes4. Elle s’intéressait à la problématique de l’hospitalité en EHPAD afin de lutter contre les effets d’iatrogénies institutionnelles5. L’enjeu était de développer une série d’expérimentations dans une perspective participative afin de transformer ce lieu de soin régi par les contraintes réglementaires du CHU en un lieu de vie.

Figure 1 — Photographie d’un salon de la résidence issue des archives visuelles de l’enquête, 10 mars 2019

© Marine Royer

Figure 2 – Couloir menant aux chambres des résidents. Photographie issue des archives visuelles de l’enquête, 4 avril 2019

© La Bobine

  • 6 Lien du site internet du projet : http://ressource-autonomie.fr/
  • 7 Elle a été financée par la Conférence des Financeurs de la Prévention de la Perte d’Autonomie (CFPP (...)

8La Ressource de l’autonomie6 (2017-2019) est la deuxième recherche que je souhaite mobiliser dans cet article. Elle avait pour objectif de développer un service répondant aux problèmes que pose l’accès aux équipements et aux aides techniques pour les personnes âgées et personnes handicapées7. Elle questionnait les environnements domestiques, qui assurent pour beaucoup de personnes âgées une stabilité dans le temps et un sentiment de sécurité, mais qui peuvent également accroître la dépendance (insalubrité, risques de chute, inadaptation du logement à la dépendance de la personne, etc.) et/ou des inégalités dans la prise en charge. L’enjeu était ici de co-concevoir d’une plateforme inédite d’accessibilité aux aides techniques en mettant en situation de coopération des acteurs existants du secteur du vieillissement dans le Gard.

Figure 3 — Photographie du domicile d’une personne âgée intégrée dans les expérimentations du service dans le Gard, 30 janvier 2018

© Les Beaux Yeux

9Même si les réalités rencontrées dans les deux recherches étaient plurielles, les enjeux étaient identiques :

D’une part, comprendre ce que vivent des personnes en partageant des expériences de vie et des activités dans un milieu donné, qui fera l’objet de la première partie de l’article.

D’autre part, proposer des expérimentations pour faire face aux nombreux défis que posent le vieillissement et la dépendance, en accompagnant dignement les personnes dans leurs trajets de vie, recherche sur laquelle je reviendrai dans la seconde partie de l’article.

  • 8 En favorisant l’observation participante et les entretiens qualitatifs, l’approche inductive et des (...)

10A mon sens, ces deux recherches permettent d’investir à nouveaux frais l’enquête anthropologique devant répondre à diverses attentes sociales. En examinant les futurs possibles régis par l’étude du présent, elles donnent l’opportunité aux chercheurs investis dans un travail spéculatif de se questionner sur leur participation au développement de véritables alternatives (Collins, 2003). De plus, en s’appuyant sur des données ethnographiques issues de ces recherches, la suite de cet article rendra compte de la démarche inductive8, ancrée sur la présentation et la compréhension de mon travail afin de clarifier une partie des volets empirique, méthodologique et épistémologique. Je tâcherais d’en questionner les apports afin de comprendre les relations sensibles et pratiques entre recherche en design et anthropologie.

S’établir dans un milieu 

  • 9 Voir à ce sujet mon article sur l’exposition du design de la participation (Royer, 2020).

11Le premier point essentiel à ces recherches-actions par le design est qu’elles sont conduites en coopération, en valorisant les dynamiques de co-production. Les personnes habitants mes terrains de recherches disposent de savoirs sur leur expérience (liés à leur situation et condition) et de savoirs spécialisés (inhérents aux pratiques professionnelles ou sociales). Il s’agit alors pour moi de créer les conditions méthodologiques et relationnelles facilitant les interactions entre mes savoirs (de design et de recherche) et l’ensemble des connaissances individuelles et/ou collectives des personnes présentes. Les recherches sont, dès lors, conduites par un collectif élargi composé par toutes les personnes associées à la recherche (personnes âgées, proches, professionnels, etc.). L’ensemble du travail (conditions d’observations, choix des méthodes, élaboration des hypothèses, etc.) est donné à voir9 et, lorsque cela est possible, co-élaboré.

12Si cette première orientation collaborative est importante pour la quête anthropologique, notamment dans la façon dont ces implications orientent et structurent les savoirs de recherche, elle l’est également pour le design. En effet, une partie importante des designers, en tâchant de modifier les environnements ou d’en concevoir de nouveaux, s’attachent à la conception moderne qui nous a conduits à habiter la nature et les milieux sur le mode de l’occupation en niant ses spécificités et en la réduisant à un environnement, un autour (Petit, 2015). Cette posture trouve un ancrage historique dans la conception du design en tant que «  science de l’artificiel  » (Simon, 2004 [1969]), visant à modéliser un monde qu’il s’agit de faire advenir dans un projet de design. Elle partage l’idée selon laquelle les designers, dans la perspective du Design ethnography, peuvent «  catapulter  » un artefact répondant à une problématique dans un environnement pour que cet artefact fonctionne. Cela revient, pour le concepteur, à adopter une posture de surplomb sur son terrain. Pour penser et concevoir à rebours mes recherches en design, deux façons d’être «  en réciprocité  » (Nicolas-Le Strat, 2018) sur le terrain sont convoquées : la permanence et l’itinérance.

La permanence pour créer des concernements

  • 10 Fondé par Patrick Bouchain et Loïc Julienne.

13Pratique relativement récente et singulière, la «  permanence  » voit le concepteur (architectes, urbanistes ou designers) s’installer — s’établir — sur le site même de son projet (Hallauer, 2015). Cette démarche menée à l’origine principalement par des architectes, et empruntée au monde du spectacle vivant, s’est démocratisée dans les années 2000 grâce à l’atelier Construire10. À chaque fois différentes par leurs échelles et leurs problématiques, le fait de «  tenir une permanence  » permet aux concepteurs de s’installer dans le temps long au sein d’espaces (qu’ils soient urbains, désaffectés ou non) pour comprendre et saisir la complexité d’un territoire, en habitant les lieux. L’hypothèse induite par ce temps passé de manière tout à fait ordinaire est qu’il permettra, peut-être, de voir apparaître «  le milieu – et alors, l’éventualité projectuelle […] eu égard à l’extrême finesse de sa compréhension, de ses manques et besoins de transformations  » (Hallauer, 2018 : 98).

  • 11 Agence La Bobine : http://labobine.co/
  • 12 Chercheur indépendant spécialiste des problématiques d’inclusions numériques et de participation de (...)
  • 13 En retenant des méthodes d’observation impliquée et participante, je privilégie dans le cadre d’ent (...)
  • 14 Les idées sont toutes à retrouver sur le site internet, toutefois quelques-unes peuvent être citées (...)

14Dans la recherche CALME, deux designers de services11, un sociologue12 et moi-même, nous sommes établis au sein d’un des pavillons EHPAD du pôle gérontologique du CHU de Nîmes. Malgré nos demandes, nous n’avons pas pu réellement y habiter (en y dormant notamment), mais nous avons tâché d’établir une permanence la plus intensive possible pendant cinq mois. L’enjeu était double : d’une part, construire une méthode de recherche basée sur une ethnographie de l’engagement (Cefaï, 2010), mobilisant l’observation participante : journal de bord, entretiens par récits de vie13 (n =15) et analyse des espaces et des flux. D’autre part, y vivre et y travailler pour créer un collectif de personnes souhaitant se questionner sur l’avenir de la résidence et prendre le temps de voir émerger — par la co-élaboration de la recherche — des pistes d’expérimentations. Ce double enjeu visait à atteindre «  la compréhension de l’autre dans le partage d’une condition commune  » (Touraine, 1974). La permanence a été l’occasion de tester différentes idées14 et de les mettre en débat lors de moments d’échanges avec des résidents, des familles, des professionnels. Ainsi, c’est en travaillant depuis l’intérieur que nous avons appréhendé au mieux la complexité de la réalité. Cette posture a impliqué que nous construisions non pas une recherche sur les personnes, mais bien avec ces dernières. Cette transformation a avant tout engendré un «  chercheur-collectif  » (Bataille, 1981) constitué de personnes et de chercheurs capables de coopérer et de communiquer sur le pont reliant les rivages de la recherche et de l’action et qui constitue historiquement les démarches de recherche-action.

Figure 4 - Élément d’analyse issu de l’observation participante des moments de repas à l’EHPAD, synthétisé sous la forme d’un schéma, 2019

© La Bobine

  • 15 À ce manque de crédibilité « professionnelle », l’analyse a montré également le besoin d’une réflex (...)
  • 16 Au sens où le fait de s’occuper du bien-être de personnes âgées en institutions de soins serait la (...)

15Tenir cette permanence a toutefois été difficile. Si l’objet de cet article n’est pas de dévoiler de façon détaillée «  les épreuves ethnographiques  » (Bensa et Fassin, 2008), il doit cependant être relevé que la recherche ayant été co-élaborée avec la direction du pôle gérontologique et non avec les équipes, l’enquête et ses objectifs n’ont été que partiellement compris par ces dernières et ont créé certaines tensions. Notre présence a été parfois vécue comme une intrusion et le temps passé sur le terrain n’a pas permis de lever tous les doutes et les incompréhensions. De plus, notre statut de designer a été également un frein à la compréhension de la recherche. Notre intervention était, selon les équipes, « cosmétique », ce qui apparaissait bien futile au regard des besoins accrus de ce type d’établissement («  on a besoin de moyens et de personnels, pas de déco  »)15. Il importe cependant de ne pas considérer ces résistances positivistes16 comme un élément à supprimer de l’analyse, mais comme une donnée à étudier pour en faire des leviers de connaissances scientifique et pragmatique. En cela, il apparait qu’un travail important reste à faire sur la dynamique de recherche qui ne doit pas seulement produire de la recherche  ; mais être pareillement favorable et féconde pour l’ensemble des expériences et expertises concernées. Et ceci, dans un temps relativement court dans la recherche, ce qui est un enjeu supplémentaire pour les chercheurs en sciences humaines et sociales.

L’itinérance pour s’engager auprès d’une communauté

  • 17 La recherche a été menée par une designer de service, Solène Chirossel et moi-même.
  • 18 Dans la neige, les traces de pas, de skis ou de traîneaux témoignent de l’activité humaine : « Chez (...)

16Pour la Ressource de l’autonomie, nous17 avons habité le territoire de façon différente, me permettant de convoquer une autre figure : celle de l’itinérance. Selon Tim Ingold (2013 [2011]), habiter c’est moins résider, s’installer, qu’aller, traverser, prendre part à l’enchevêtrement de mouvements qui constituent l’habitation d’un territoire. Ce rapprochement de l’habiter et des cheminements est matérialisé par des lignes et tient pour beaucoup à ses premières enquêtes auprès des populations du Grand Nord18. Pour mieux habiter le monde, il est nécessaire de le percevoir comme un monde constitué de lignes qui se trament et se parcourent : «  les êtres ne se contentent pas d’occuper le monde, mais ils l’habitent, et ce faisant ‒ en tramant leurs propres cheminements le long de son maillage ‒ ils contribuent à son tissage incessant et toujours renouvelé  » (Ingold, 2013 [2011] : 71). Concevoir le monde comme un ensemble de lignes est inséparable d’une pensée des déplacements, des mouvements et de l’attention qu’ils supposent.

17Nous avons donc pris part à l’enchevêtrement des mouvements qui constituait le réseau d’acteurs engagés autour de la perte d’autonomie des personnes âgées et/ou en situation de handicap dans le Gard. L’idée n’était pas d’établir une permanence dans un lieu donné, mais de s’imaginer soi-même comme une ligne prenant part à un ensemble plus conséquent de lignes. Le terrain de recherche a été conçu comme un espace de rencontres, d’interactions et de controverses. L’objectif de la recherche était de co-concevoir un service mettant à disposition du matériel répondant aux besoins et à l’environnement de personnes âgées bénéficiaires, sur le modèle d’une plateforme d’accessibilité aux aides techniques. Ce service devait réunir des acteurs déjà présents sur le territoire, mais qui jusqu’à présent, ne travaillaient pas conjointement (conseil départemental, organismes publics de santé, CHU, associations, etc.). Nous avons considéré que la meilleure façon de comprendre le contexte était de partager des expériences de vie et des activités, en devenant membre de la communauté en devenir, durant le temps limité de la recherche.

  • 19 Une nouvelle fois, l’objet de cet article n’est pas d’exposer de façon détaillée tous ces aspects, (...)

18Ce travail en mouvement s’est avéré particulièrement intéressant concernant les savoirs de recherche : en partageant une condition commune, nous nous sommes approchées des réalités que vivent les personnes, tout en nous familiarisant avec ce qu’elles ressentent et pensent (ce qui est le cœur d’une recherche en SHS). Travailler ensemble a nécessité d’accepter de se déplacer les uns par rapport aux autres et de découvrir des situations inhabituelles, parfois inconfortables. Cet engagement auprès des personnes du terrain a fait, par exemple, l’objet de questionnements constants sur notre place dans la conception du futur service : à qui appartiendrait la propriété intellectuelle des solutions développées  ? Aurions-nous le droit de prendre part aux décisions stratégique/politique/économique concernant le service  ? Ces questions se sont posées de manière régulière, et nécessitaient des ajustements de la part de tous. Sur ce point, un chantier reste ouvert et concerne le frein le plus important qui a été constaté et qui réside dans les questions juridiques de propriété intellectuelle dans les dynamiques de co-conception, ainsi que l’épineuse question de la rétribution financière des personnes bénéficiant de savoirs d’expérience sur le terrain19.

Figure 5 - Schéma des acteurs présents sur le territoire et co-producteurs de la recherche La ressource de l’autonomie, 2019

© Pierre Martin Vielcaza

L’enquête spéculative

19Selon Ingold, l’anthropologie poursuit un but, c’est une « enquête spéculative » (2014), portant sur ce que les conditions et possibilités de la vie pourraient être. Le travail de l’anthropologie ne consiste pas simplement à documenter la manière dont la vie est vécue par des personnes en un lieu, mais plutôt — en se basant sur les expériences de terrain — à imaginer les possibilités de la vie. C’est en cela qu’il fait des parallèles avec l’art, le design et l’architecture. Ces champs doivent être pensés comme consistant en pratiques d’investigation, en « arts de l’enquête » (Ingold, 2018) au même titre que l’anthropologie, soutenus dans mes recherches, par deux outils méthodologiques : l’attention et la fiction.

Être à l’écoute, prendre soin

20L’« art de l’enquête » est le rapport de correspondance avec nos environnements, une façon d’étudier auprès des personnes et des choses, d’apprendre avec et non sur (cf. supra). Cela consiste notamment à prêter attention, notion comprise dans le double sens du terme : être à l’écoute, mais aussi prendre soin (Ingold, 2017). Le chercheur cheminant sur son terrain doit être pleinement engagé dans un processus d’attention et d’observation. La double signification de l’attention dans une perspective ingoldienne est particulièrement fertile à la compréhension des enjeux des terrains de mes recherches.

21Selon une première approche, qu’Ingold (idem) emprunte à Jan Masschelein, le fait qu’attendre signifie « attendre que quelque chose arrive » [to wait], et donc « faire attention à quelque chose » [to attend to something] revient à se soumettre au milieu. Pour mes recherches, ce premier temps impliquant d’être attentif aux choses et attentionné envers les personnes, est nécessaire. Cette attention «  passive  » est utile pour comprendre la complexité du milieu et demande, la plupart du temps, au designer-anthropologue de donner quelque chose en premier. Dans le secteur médico-social et plus particulièrement celui du vieillissement, les professionnels, face à la complexité de leurs tâches toujours plus accrues et le manque de temps, en viennent parfois à ne voir qu’un travail supplémentaire dans la proposition qui leur est faite de participer à la conception d’idées tentant de simplifier leur quotidien. Pour éviter cet écueil, les personnes doivent être mises en situation de bénéficier de temps, de ressources et de nos compétences afin de participer et de contribuer au projet. Participer à leurs tâches professionnelles, les aider quotidiennement quitte à prendre du temps pour faire toute autre chose, permet de s’assurer, à chacune des étapes, de pouvoir compter sur un consensus large, et sur les solides relations conçues pour soutenir les expérimentations — et à plus long terme — les idées créées. Il peut également être souligné que cette attention aux enquêtés est perçue comme une marque d’intérêt et de reconnaissance de métiers dans le secteur du vieillissement peu valorisés socialement.

  • 20 Ce projet « à la marge » de la recherche a permis de sceller nos intentions de coopération avec une (...)

Figure 6 — Livret d’accueil pour les nouveaux soignants de la résidence EHPAD réalisé pour la cadre de santé20. Photographie issue des archives visuelles de l’enquête, 25 mars 2019

© La Bobine

  • 21 Du verbe anglais afford ou offrir.

22Selon une deuxième approche, « faire attention à quelque chose » relève à l’opposé d’une forme de maîtrise consistant à relever les affordances21 (Gibson, 2014 [1979]) des choses. Ainsi, dans un environnement au sein duquel une personne est habituée à travailler, elle relève les affordances qui lui seront nécessaires pour exécuter ses tâches. Plus la personne travaille dans un environnement, plus elle en aura la maîtrise. Vivre sur son terrain de recherche est une posture méthodologique particulièrement forte dans une démarche d’enquête spéculative pour réussir à passer de l’attention-soumission à l’attention-maîtrise. Cette posture nous permet d’expérimenter avec les personnes, en prenant l’initiative d’une activité ou d’un projet, en le co-concevant avec elles et en le réalisant en commun.

  • 22 Édith Hallauer (2018) propose un concept, issu de sa thèse, faisant écho à cette idée, celui de « d (...)

23Enfin, sur ce point, l’analyse des implications du design et de l’anthropologie sur le processus de recherche révèle que la période d’attention-soumission peut être difficile, voire déplaisante pour les designers. Elle confirme en effet que la pratique du design se défait difficilement d’une « reprise systématique du monde » (Bonnet et al., 2019 : 100) dans une projection de ce qu’il pourrait être. Pourtant, elle peut se révéler heuristique si l’on considère cette période d’errance comme une phase d’exploration, un temps nécessaire pour se défaire progressivement de ces catégories de pensée, bien souvent intériorisées. L’analyse de cette période d’attention-soumission met également en évidence que s’appuyer sur les savoirs d’expérience, et notamment ceux des personnes en marge du champ, permet de prendre une distance critique vis-à-vis des savoirs « savants » (savoir médical bien sûr, mais aussi savoirs de design et de recherche). Plus précisément, l’analyse montre comment, en prenant appui sur les effets produits par les savoirs d’expérience sur lui-même, le designer-chercheur peut se défaire du savoir « savant » pour reconstruire son objet de recherche22. L’acceptation de cette période d’errance que relève le moment d’attention-soumission est un apport réel de l’anthropologie pour le design, notamment dans le fait d’« accepter de se perdre » (Favret-Saada, 1977) ou de se laisser instruire par son terrain (Despret, 2015).

La fiction ontologique

24S’initier à l’« art de l’enquête » implique également de donner une place centrale à l’expérimentation, puisqu’il s’agit bien d’étudier auprès du monde, d’en épouser les aspérités, plus que de le décrire en se tenant à distance. Ici, la portée performative des expérimentations est à relever, comme l’indique Nicolas-Le Strat :

  • 23 Extrait du site internet de Nicolas-Le Strat, entrée « Micropolitiques de l’expérimentation » : htt (...)

« Expérimenter, c’est constituer un contre-pouvoir à l’intérieur même des situations. Expérimenter, c’est faire advenir de nouvelles formes de vie et d’activité, de pensée et de création. Expérimenter, c’est se montrer aussi inventif et créatif que le sont les formes contemporaines de pouvoir. […] »23

  • 24 Que nous n’avons pas pu expérimenter suite au premier confinement.

25Pour poursuivre la description de l’enquête spéculative, je propose que nous nous intéressions à l’expérimentation, une des finalités des recherches, en invitant la notion de fiction. Le premier sens du terme de « fiction » (ou de feinte, le mot ayant la même étymologie) peut être facilement entendu comme un moyen de la ruse. Le fait de jouer avec une façon de présenter la réalité. Ce premier sens se trouve alors entre deux polarités : la première tendant vers le mensonge, si ce n’est que par omission ; la deuxième vers la mise en scène, au sens de jouer un tour. Pour la recherche CALME, plusieurs expérimentations ont été développées. Elles partaient toutes d’une même dynamique : partir de l’existant, des pratiques, des usages simples, habituels pour les célébrer, leur donner de l’ampleur ou bien encore les déployer au sein de l’établissement. Une des idées était de transformer l’un des salons collectifs sans usage en un café, permettant aux familles de rencontrer les résidents dans une salle neutre qui ne soit pas la chambre (lieu privé). Quoi de plus banal que d’offrir un café à une personne venant vous rendre visite  ? Pourtant, les personnes résidentes de l’EHPAD n’ont pas cette possibilité, les privant de cette valeur fondamentale d’être en relation : l’hospitalité. Nous avons donc fait une expérimentation en transformant le salon en café avec des tables, nappes à carreaux Vichy, guirlandes ginguettes, café et biscuits. Une autre idée qui pourrait accompagner ce café24 est l’expérimentation d’une monnaie locale (à l’échelle de la résidence ou du pôle de gérontologie du CHU) permettant aux résidents d’inviter leurs familles. D’autres expérimentations ont été faites comme la création et l’installation de boites aux lettres devant chaque chambre permettant aux personnes de recevoir du courrier ou d’en envoyer  ; ou encore l’installation d’une place publique, devant l’EHPAD.

Figures 7 et 8 — Expérimentation d’un café dans un salon de la résidence EHPAD Le Dalhia. Photographies issues des archives visuelles de l’enquête, 20 et 25 mars 2020

© La Bobine

Figures 9 et 10 – Atelier de conception des boîtes aux lettres par les résidents de l’EHPAD avec les étudiants du Master Design Innovation société de l’Université de Nîmes. Photographies issues des archives visuelles de l’enquête, 12 novembre 2019

© Marine Royer

26Faire comme si (le café et la monnaie), faire semblant de faire (jouer à la serveuse), surjouer l’extraordinaire (recevoir ou envoyer du courrier), etc. : les expérimentations réalisées durant les recherches sont remplies de ces moments. Pourtant si l’on ne voit en elle qu’un moyen de la ruse, la fiction reste stratégique, opérationnelle, liée à un but local : duper les personnes pour leur faire faire ou faire croire quelque chose, etc. Or, l’intérêt de mobiliser ici la notion de fiction est qu’elle me permet avant tout de faire d’elle le cadre, la scène de ce qui se passe, de l’installer justement avant tout but précis, toute action. Établir l’espace commun nécessaire pour que se déploient des relations, un sens partagé aux actions, même de façon très implicite, incomplète, entre chacun.

  • 25 L’analyse que fait Ricœur de la fiction apparaît adaptée au secteur du vieillissement : « comme » n (...)

27Ce cadre fictionnel établi durant les expérimentations des recherches ne veut pas dire établir de l’irréel. Cela veut dire fabriquer, travailler pour produire autrement de la réalité, et ce, tous les jours, au fil des épreuves que les personnes et nous-mêmes rencontrons ; mais aussi, petit à petit, sur un plus long terme, à travers les rôles que nous dessinons, les relations que nous établissons. Mobiliser la notion de fiction permet de comprendre plus finement comment elle participe à la « fabrication » d’un cadre (Goffman, 1991 [1974]), d’une scène commune où se déroule la vie quotidienne. Il est question de la façon dont les personnes enquêtées et le chercheur forgent ce qu’est un futur souhaitable pour eux et entre eux, la façon dont ils le reforment et le réinventent durant ces moments d’expérimentation. Paul Ricœur (2001) parle de la fiction comme «  outil ontologique  » pour créer les êtres, dire la vérité et faire la réalité. Pour reprendre l’exemple du café dans un salon de l’EHPAD : faire « comme si », un résident pouvait offrir un café à un proche, le voir « comme une personne autonome » capable d’inviter une personne au café, ayant de l’argent et vivant normalement dans son environnement quotidien, l’aide à le devenir. Ce type d’expérimentation relève de la fiction au sens fort que Ricœur défend. La fiction vise un « être en tant que »25 : il s’agit de sculpter ce que nous faisons arriver par l’intermédiaire des expérimentations, non de nous en donner une image. Cette façon de produire le monde, et non seulement de le comprendre, mais aussi cette manière de supposer et supporter des futurs alternatifs et souhaitables sont, selon moi, un apport du design aux anthropologues investis dans un travail spéculatif ou dans des recherches-actions.

Conclusion

28J’ai souhaité montrer, dans cet article, les relations pratiques et sensibles entre la recherche en design et l’anthropologie. Dans la première partie, j’ai présenté deux formes intensives d’actions - la permanence et l’itinérance - dont plusieurs points soutiennent le rapport entre ces deux disciplines. Tout d’abord, l’écriture d’un protocole associant activité dite professionnelle (travail d’enquête et projet de design ou architectural) et vie courante, rejette toute forme de dissociation entre les deux. Cette implication du chercheur dans son terrain de recherche déplace par le même mouvement les personnes du terrain et en fait une démarche par nature collective. Grâce à l’« enquête spéculative » (Ingold, 2014), le designer-chercheur peut prendre part aux activités pour aider à leurs façonnements, leurs modifications, ou encore à les maintenir. De leurs côtés, les enquêtés deviennent parties prenantes et peuvent, eux aussi, prendre part à la recherche en train de se faire. Le processus d’appropriation des résultats de la recherche est alors concomitant au travail d’enquête lui-même. Ensuite, il semblerait que ces formes intensives d’actions permettent d’atteindre ledit milieu qui est par essence mouvant et vivant sur le territoire. Elles permettent de substituer à la logique d’environnement (logique opposant un dedans à un dehors, un contenu à un contenant), une logique relationnelle : c’est-à-dire penser nos actions non pas dans un environnement, mais dans un ensemble de relations. Partant de là, l’environnement n’est plus « ce qui entoure l’organisme », mais « un domaine d’enchevêtrement » (Ingold, 2000), façonné par les activités et les trajectoires des personnes et qui les façonne en retour.

  • 26 C’est pourquoi, le financement de tels projets, implique des capitaux patients et convaincus des im (...)

29Dans la deuxième partie, j’ai souhaité montrer qu’il y a, en outre, un point à partir duquel on ne parvient plus à distinguer le design et l’anthropologie : celui où ces disciplines sont des pratiques d’enquête sur les possibilités et les conditions de la vie dans un environnement. À partir de cette idée « d’enquête spéculative », il semble même possible que l’anthropologie puisse être une pratique du design, et inversement. Pour rapprocher le design et l’anthropologie, il faut insister sur la différence entre : une pensée du design comme une chose sur laquelle on peut faire une étude anthropologique ; une pensée du design comme une chose avec laquelle on peut faire de l’anthropologie — de manière à ce que l’on ne puisse même plus dire exactement s’il s’agit de design ou de l’anthropologie. Mes recherches-actions ambitionnent de s’inscrire dans cette deuxième idée. Toutefois, ces enquêtes spéculatives n’ont pas d’assurance de résultats en termes d’innovation, et encore moins de résultats spectaculaires. Ce type de projet demande de nombreux efforts, du temps et des ressources. C’est pourquoi il est indispensable d’envisager ces projets sur une temporalité longue. Selon mon analyse, elles accompagnent plutôt la manifestation d’un souci pour l’existant et même pour l’ordinaire, réévaluant l’idée que le design ne peut générer exclusivement que des formes d’innovation26. En quête de frugalité et d’économie de moyens, ces recherches tendent à développer des projets de conception portés sur la mise en réseau de l’existant et la construction de communs plutôt que de production de nouveautés. Dans ces recherches, dans le « comme si » de ces expérimentations, les activités de maintenance (au sens de maintenir les conditions d’une vie en commun) sont à la fois une activité et une fin.

30Pour poursuivre la réflexion, l’analyse de ces pratiques de recherches à l’intersection du design et de l’anthropologie pourrait s’intéresser plus précisément aux conditions de production des expérimentations conçues dans ce cadre spécifique. Qu’est-ce que ce type de travaux au confluent de pratiques d’investigations, d’expérimentations performatives et d’alternatives politiques transforme dans la production des projets pour le design ? Si les Sciences and Technology Studies s’intéressent particulièrement aux conditions d’utilisation des artefacts, l’émergence des maintenance studies (Denis et Pontille, 2020) montre que les conditions de production de ces artefacts sont également éminemment politiques. En effet la permanence, l’itinérance et l’expérimentation, l’utilisation de la fiction, s’intègrent dans un processus de conception incrémental (Royer, 2020) qui remet en question les façons de faire « habituelles », en proposant de débusquer des réponses dans un foisonnement long plutôt qu’à travers un processus convergent. De mon expérience, il en résulte quelque chose de compliqué à appréhender, d’inquiétant à commander, de courageux à embrasser pour les personnes sur le terrain ainsi que pour les institutions partenaires.

Haut de page

Bibliographie

Jean-Marie BARBIER, Savoirs théoriques et savoirs d’action, Paris, PUF, 1996.

Michel BATAILLE, « Le concept de “chercheur collectif” dans la R-A », Les Sciences de l’éducation —Pour l’Ère nouvelle, 3, 1981, pp. 27-38.

Alban BENSA et Didier FASSIN, Les politiques de l’enquête. Épreuves ethnographiques. Paris, La Découverte, 2008.

Emmanuel BONNET, Diégo LANDIVAR, Alexandre MONNIN et Laurence ALLARD, « Le design, une cosmologie sans monde face à l’Anthropocène », Sciences du Design, 2 (10), 2019, pp. 97-104.

Pierre BOURDIEU, Science de la science et réflexivité. Cours du collège de France 2000-2001. Paris, Raisons d’agir, 2001.

Albert BRUCE, « Anthropologie appliquée ou “anthropologie impliquée”  ? Ethnographie, minorités et développement », in Jean-François BARE (dir.), Les applications de l’anthropologie : un essai de réflexion collective depuis la France, Paris, Karthala, 1995, pp. 87‑118.

Samuel COLLINS, « Sail on! Sail on! Anthropology, Science Fiction, and the Enticing Future », Science Fiction Studies, 30 (2), 2003, pp. 180-198.

Muriel DARMON, « Le psychiatre, la sociologue et la boulangère : analyse d’un refus de terrain », Genèses, 58, 2005, pp. 98-112.

Jérôme DENIS, David PONTILLE, « Le soin des choses : l’émergence des maintenance studies », La Revue du Crieur, La Découverte/Médiapart, 2020, pp. 149-154.

Vinciane DESPRET, Au bonheur des morts. Récits de ceux qui restent, Paris, La Découverte, 2015.

Didier FASSIN, « Why Ethnography Matters: On Anthropology and Its Publics », Cultural Anthropology, 28 (4), 2013, pp. 621-646.

Jeanne FAVRET-SAADA, Les mots, la mort, les sorts. Paris, Gallimard, 1977.

James J. GIBSON, Approche écologique de la perception visuelle, Bellevaux, Éditions Dehors, 2014 [1979]

Erving GOFFMAN, Les Cadres de l’Expérience, Paris, Éditions de Minuit, 1991 (1974).

Elizabeth GOODMAN, Mike KUNIAVSKY, Andrea MOED, Observing the User Experience: A Practitioner’s Guide to User Research (2nd ed.), Burlington, Morgan Kaufmann, 2012.

Édith HALLAUER, « Habiter en construisant, construire en habitant : la “permanence architecturale”, outil de développement urbain  ? », Métropoles, 17, 2015 [En ligne]. URL : http://journals.openedition.org/metropoles/5185

Édith HALLAUER, « Vers un designer permanent », in Ludovic DUHEM et Kenneth RABIN (dir.), Design écosocial : convivialités, pratiques situées & nouveaux communs, Faucogney et la Mer, it : éditions, 2018, pp. 91-110.

Tim INGOLD, The Perception of the Environment. Essays on Livelihood, Dwelling and Skill, Londres, Routledge, 2000.

Tim INGOLD, Une brève histoire des lignes, Bruxelles, Éditions Zones Sensibles, 2013 [2011].

Tim INGOLD, « That’s Enough about Ethnography! », HAU: Journal of Ethnographic Theory, 4 (1), 2014, pp. 383–395.

Tim INGOLD, « Prêter attention au commun qui vient. Conversation avec Martin Givors & Jacopo Rasmi », Multitudes, 68 (3), 2017, pp. 157-169.

Tim INGOLD, L’anthropologie comme éducation, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018.

Kurt LEWIN, « Action Research and Minority Problems », in Resolving social conflicts and field theory in social science, American Psychological Association, 1946, pp. 143–152.

Michel LIU, Fondements et pratiques de la R-A, Paris, L’Harmattan, 1997.

Patrizia MARTI et Liam J. BANNON, « Exploring user-centred design in practice: some caveats », Knowledge Technology Policy, 22(1), 2009, pp. 7-15.

Pascal NICOLAS-LE STRAT, Quand la sociologie entre dans l’action (La recherche en situation d’expérimentation sociale, artistique ou politique), Rennes, Éditions du commun, 2018.

Christophe NIEWIADOMSKI, « Récit de vie », in Christine DELORY-MOMBERGER (dir.), Vocabulaire des histoires de vie et de la recherche biographique, Toulouse, Érès, 2019, pp. 136-139.

Donald A. NORMAN et Stephen W. DRAPER, User centred systems design, Hillsdale, Lawrence Erlbaum Associates Inc, 1986.

Donald A. NORMAN, The Design of Everyday Things, New York, Basic Books, 2013 [1988].

Nicolas NOVA, Lysianne LECHOT HIRT, Fabienne KILCHÖR, Sébastien FASEL, « De l’ethnographie au design, du terrain à la création : tactiques de traduction », Sciences du Design, 1 (1), 2015, pp. 86-93.

Victor PETIT, « L’éco-design : design de l’environnement ou design du milieu ? », Sciences du Design, 2 (2), 2015, pp. 31-39.

Albert PIETTE, L’être humain, une question de détails, Marchienne-au-Pont, Socrate Éditions Promarex, 2007.

Paul RICŒUR, Le Juste 2, Paris, Éditions Esprit, 2001.

Marine ROYER, « Concevoir en portant attention aux milieux. Étude sur les modalités d’exposition du design de la participation », Revue Design Arts Médias, décembre 2020 [en ligne]. URL: https://journal.dampress.org/issues/lexposition-de-design/concevoir-en-portant-attention-aux-milieux-etude-sur-les-modalites-dexposition-du-design-de-la-participation

Tony SALVADOR, Genevieve BELL, Ken ANDERSON, « Design Ethnography », Design Management, 10 (4), 1999, pp. 35-41.

Herbert SIMON, Les sciences de l’artificiel, Paris, Gallimard, 1969 [2004].

Karine ST-DENIS, Jason LUCKERHOFF, François GUILLEMETTE, « Introduction : les approches inductives en anthropologie », Approches inductives, 2 (2), automne 2015, pp. 1–14.

Anne-Marie THIRION, « La R-A : un analyseur des politiques et des pratiques éducatives », Revue de l’institut de sociologie, 3, 1981, pp. 645-655.

Jean-Louis TORNATORE, « Qu’est-ce qu’un ethnologue politisé  ? Expertise et engagement en socio-anthropologie de l’activité patrimoniale », ethnographiques.org, 12, [en ligne], 2007.

Alain TOURAINE, Pour la sociologie, Paris, Seuil, 1974.

Anne VEGA, Le regard socio-anthropologique dans le champ de la santé. Traditions, apports et ouvertures, mémoire pour l’habilitation à diriger des recherches, Lille, université Lille 1, 2014.

Haut de page

Notes

1 Particulièrement grâce à l’ensemble des théoriciens-praticiens anglo-saxons du Design Methods Movement.

2 Ce phénomène s’explique par différents facteurs, notamment en raison de la césure entre la formation dans les écoles françaises d’art et de design et la recherche et l'enseignement universitaire.

3 Afin de ne pas alourdir la présentation, je renvoie le lecteur vers le site internet du projet, présentant la démarche et diffusant les résultats : http://projetcalme.fr/

4 Lauréat de l’appel à projets CNSA 2018 : « Handicap et perte d’autonomie : innovation sociale par le design », elle a été financée par la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA).

5 Ce concept, dérivé de celui de iatrogène médicamenteuse, qui désigne les troubles ou maladies consécutifs à la prise d'un médicament ou à un traitement médical, correspond aux troubles ou maladie qui peuvent émerger suite à un placement au sein d’une institution de soin.

6 Lien du site internet du projet : http://ressource-autonomie.fr/

7 Elle a été financée par la Conférence des Financeurs de la Prévention de la Perte d’Autonomie (CFPPA).

8 En favorisant l’observation participante et les entretiens qualitatifs, l’approche inductive et descriptive est caractéristique de la méthode ethnographique. L’anthropologue parvient à explorer des terrains peu fréquentés par les chercheurs tout autant que des thématiques de recherche délicates qui nécessitent une implication de longue durée (St-Denis et al., 2015).

9 Voir à ce sujet mon article sur l’exposition du design de la participation (Royer, 2020).

10 Fondé par Patrick Bouchain et Loïc Julienne.

11 Agence La Bobine : http://labobine.co/

12 Chercheur indépendant spécialiste des problématiques d’inclusions numériques et de participation des publics fragilisés : http://francoishuguet.fr/

13 En retenant des méthodes d’observation impliquée et participante, je privilégie dans le cadre d’entretiens, la non-directivité (des entretiens de longue durée qui permettent aux personnes d’élaborer leurs propres analyses sur la situation qui les concerne). Concernant l’usage des récits de vie, voir notamment : Niewiadomski, 2019.

14 Les idées sont toutes à retrouver sur le site internet, toutefois quelques-unes peuvent être citées : une «  place de village » permettant l’échange et la convivialité, des zones d’exposition pour donner du sens à la déambulation, un carnet pour sensibiliser le personnel aux pratiques de bientraitance, des ateliers de réparation, de bricolage et d’échanges intergénérationnels, etc.

15 À ce manque de crédibilité « professionnelle », l’analyse a montré également le besoin d’une réflexivité plus personnelle au sens d’auto-socioanalyse (Bourdieu, 2001), qui « inclut la personne, la position et les catégories de l’enquêteur dans le champ de l’enquête » (Darmon, 2005). En effet, les deux designers de services étant perçues comme jeunes (- de 30 ans) et de genre féminin ont eu le plus grand mal à crédibiliser leurs interventions face aux soignants, majoritairement des femmes ayant plus ou moins le même âge qu’elles. Ce type de suspicion à l’encontre des sciences humaines et sociales se rencontre plus largement dans le champ de la santé où le savoir médical, considéré comme l’archétype du savoir scientifique, tend encore trop souvent à dénier la scientificité des analyses qualitatives. Sur cette question de légitimité, l’expérience ethnographique de Muriel Darmon dans une recherche sur l’anorexie est éclairante (2005).

16 Au sens où le fait de s’occuper du bien-être de personnes âgées en institutions de soins serait la propriété de la profession médicale. Cependant, il faut rappeler ici que la subjectivité, ou encore les effets subjectifs produits par et sur le chercheur lors du processus de recherche, ne sont pas le propre des sciences sociales. Ils traversent toute recherche scientifique quelle que soit la discipline (Bourdieu, 2001).

17 La recherche a été menée par une designer de service, Solène Chirossel et moi-même.

18 Dans la neige, les traces de pas, de skis ou de traîneaux témoignent de l’activité humaine : « Chez les Inuits, il suffit qu’une personne se mette en mouvement pour qu’elle devienne une ligne » (Ingold, 2013 [2011] : 100). L’habitation est alors synonyme de la présence de traces et de pas qui viennent converger, se mêler, se nouer (autour d’un igloo par exemple).

19 Une nouvelle fois, l’objet de cet article n’est pas d’exposer de façon détaillée tous ces aspects, mais plutôt de questionner les apports et les limites de la relation du design et de l’anthropologie.

20 Ce projet « à la marge » de la recherche a permis de sceller nos intentions de coopération avec une partie de l’équipe.

21 Du verbe anglais afford ou offrir.

22 Édith Hallauer (2018) propose un concept, issu de sa thèse, faisant écho à cette idée, celui de « déprise d’œuvre ». Dans un contexte de déprise urbaine qui la voit apparaître, la déprise d’œuvre répond selon l’auteure à la « maîtrise d’œuvre » (notion employée en architecture signifiant la personne physique ou morale choisie par le maître d'ouvrage pour la conduite opérationnelle des travaux), par la quête du recouvrement des savoirs qu’aura révélé le vernaculaire dans la réinvention de pratiques urbaines.

23 Extrait du site internet de Nicolas-Le Strat, entrée « Micropolitiques de l’expérimentation » : https://pnls.fr/des-biopolitiques-dexperimentation-et-de-resistance/

24 Que nous n’avons pas pu expérimenter suite au premier confinement.

25 L’analyse que fait Ricœur de la fiction apparaît adaptée au secteur du vieillissement : « comme » non pas au sens de « comme si », de « faire semblant », mais au sens de « en tant que ». Faire « comme si » serait comprendre la fiction au sens commun du terme, c’est-à-dire celle qui est un peu mensongère : je traite quelqu’un dont les fonctions motrices ou exécutives sont diminuées par l’âge ou la maladie comme s’il n’était pas différent, par exemple. Ricœur parle alors de « fiction représentative » (2001).

26 C’est pourquoi, le financement de tels projets, implique des capitaux patients et convaincus des impacts sociaux à long terme avec un retour sur investissement d’abord social et un retour sur investissement financier différé, plus limité et moins rapide que les innovations technologiques par exemple.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure 1 — Photographie d’un salon de la résidence issue des archives visuelles de l’enquête, 10 mars 2019
Crédits © Marine Royer
URL http://journals.openedition.org/pa/docannexe/image/2024/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 258k
Légende Figure 2 – Couloir menant aux chambres des résidents. Photographie issue des archives visuelles de l’enquête, 4 avril 2019
Crédits © La Bobine
URL http://journals.openedition.org/pa/docannexe/image/2024/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 369k
Légende Figure 3 — Photographie du domicile d’une personne âgée intégrée dans les expérimentations du service dans le Gard, 30 janvier 2018
Crédits © Les Beaux Yeux
URL http://journals.openedition.org/pa/docannexe/image/2024/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende Figure 4 - Élément d’analyse issu de l’observation participante des moments de repas à l’EHPAD, synthétisé sous la forme d’un schéma, 2019
Crédits © La Bobine
URL http://journals.openedition.org/pa/docannexe/image/2024/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 275k
Légende Figure 5 - Schéma des acteurs présents sur le territoire et co-producteurs de la recherche La ressource de l’autonomie, 2019
Crédits © Pierre Martin Vielcaza
URL http://journals.openedition.org/pa/docannexe/image/2024/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Figure 6 — Livret d’accueil pour les nouveaux soignants de la résidence EHPAD réalisé pour la cadre de santé20. Photographie issue des archives visuelles de l’enquête, 25 mars 2019
Crédits © La Bobine
URL http://journals.openedition.org/pa/docannexe/image/2024/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
URL http://journals.openedition.org/pa/docannexe/image/2024/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende Figures 7 et 8 — Expérimentation d’un café dans un salon de la résidence EHPAD Le Dalhia. Photographies issues des archives visuelles de l’enquête, 20 et 25 mars 2020
Crédits © La Bobine
URL http://journals.openedition.org/pa/docannexe/image/2024/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 349k
URL http://journals.openedition.org/pa/docannexe/image/2024/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 651k
Légende Figures 9 et 10 – Atelier de conception des boîtes aux lettres par les résidents de l’EHPAD avec les étudiants du Master Design Innovation société de l’Université de Nîmes. Photographies issues des archives visuelles de l’enquête, 12 novembre 2019
Crédits © Marine Royer
URL http://journals.openedition.org/pa/docannexe/image/2024/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 575k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marine Royer, « À la croisée de la recherche en design et de l’anthropologie »Parcours anthropologiques, 17 | 2022, 51-73.

Référence électronique

Marine Royer, « À la croisée de la recherche en design et de l’anthropologie »Parcours anthropologiques [En ligne], 17 | 2022, mis en ligne le 25 mars 2022, consulté le 07 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/pa/2024 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pa.2024

Haut de page

Auteur

Marine Royer

Université de Nîmes

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search