Navigation – Plan du site

AccueilNuméros17Je designe, tu designes… 

Je designe, tu designes… 

‘Designer’ par gros temps ?
Michèle Leclerc-Olive
p. 101-121

Résumé

Cet article s’empare des réflexions récentes sur le design pour suggérer que la ‘cellule créatrice’ que celles-ci thématisent est au fond le parangon de tout jugement en environnement incertain. L’autopsie d’une prise de décision sur un marché financier illustre cette affirmation. Mais plus largement, en cette période de ‘gros temps’ où diverses conceptions de la science sont en conflit, cette cellule créatrice est à l’image d’une science humble et non dogmatique, qui reconnaît à l’abduction (C. S. Peirce) un rôle déterminant dans l’avancée prudente des connaissances. Surtout, cette figure met à mal les conceptions du temps héritées de la philosophie classique, pour faire droit à l’enchevêtrement des backward et fordward looking, que nous expérimentons tous, lors d’une phase créative.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Pour l’édition 2021 de la semaine du Design à Helsinki (septembre 2021) dont le thème est la sagesse, l’architecte-designer Juhani Pallasmaa ouvre l’argumentaire de la manifestation par ces mots :

  • 1 C’est moi qui souligne.

« La sagesse n'est pas identique à l'intelligence ou à la connaissance. C'est un mode caché de vision créative, issu d'une certaine extériorité et distance, combiné à une identification empathique à la situation1. Alors que la connaissance vise la certitude, la sagesse est fondée sur l'acceptation du doute, de l'incertitude et de la possibilité d'un échec. »

2Un peu plus loin Pallasmaa cite Alvar Aalto qui déclare, lors de sa leçon inaugurale à l’Académie de Finlande en 1955 :

« Dans tous les cas, il faut parvenir à la solution simultanée des contraires. Presque chaque tâche de conception implique des dizaines, souvent des centaines, parfois des milliers d'éléments contradictoires différents, qui ne sont contraints à une harmonie fonctionnelle que par la volonté de l'homme. Cette harmonie ne peut être atteinte par d'autres moyens que ceux de l'art ».

  • 2 Je remercie vivement les relecteurs (anonymes) d’une première version de ce texte : leurs commentai (...)
  • 3 Perte du sens des réalités, intolérance à la contradiction, impatience, actions réglées sur une vis (...)
  • 4 Le « gros temps » sert ici de métaphore marine au contexte qui sera évoqué infra.
  • 5 Même si ce n’est pas l’objet de cet essai, on notera que le plus souvent, les modèles ‘binaires’ (t (...)
  • 6 La métis des grecs pourrait-elle, au prix de quelques adaptations à notre présent, servir d’archéty (...)

3Cet essai2 s’inscrit dans le fil de ces déclarations à plusieurs titres : elles rapprochent sagesse et incertain, toute création requiert de tenir ensemble de multiples éléments parfois contradictoires et surtout, toute vision créatrice allie distance et empathie. Il propose une réflexion, ‘provisoire et à débattre’, qui prolonge les idées présentées par Pallasmaa en plusieurs directions : 1) d’une part, en esquissant une figure du changement social qui échappe au binarisme ordinaire : d’un côté, l’hubris du pouvoir3 – le refuge dans l’utopie, dans ce qui ‘devrait être’, la fuite en avant – et de l’autre, la politique des ‘petits pas’ qui ne touche pas aux impensés de notre monde, selon ce « conformisme existentialiste » (Adorno, 1984 [1958]) qui, selon moi, est à l’origine de la ‘crise’ que nous traversons4. 2) D’autre part, ce texte propose de rompre avec les figures classiques du temps (continuité, séquentialité, orientation naturelle, objectivité, etc.) qui brident la pensée. Partant de ce que je choisis de retenir des débats au sein de la communauté des designers, cet essai espère fournir des éléments de réflexion sur ces enjeux épistémiques (tant les figures classiques du temps (newtonien, kantien, etc.) que les binarités5 (être/devenir, intelligible/sensible, un/multiple, savoir/opinion, nécessaire/contingent, etc.) qui contraignent l’inventivité intellectuelle, laissant peu ou pas de place à une philosophie de l’incertain, à la métis6, à la ruse de l’intelligence (Detienne et Vernant, 2018 [1974] : 15).

  • 7 Bien qu’infidèle, erronée, subjective, cette vision simplificatrice de l’actualité des enjeux et de (...)

4La communauté des designers connaît des débats importants sur sa propre discipline qu’il serait évidemment présomptueux de vouloir résumer en quelques traits essentiels. Je n’aurai pas cette prétention. Je me permets néanmoins de résumer la compréhension7 que je me suis forgée des ‘ébranlements’ de ce champ disciplinaire (Akama et al., 2019 ; Auger, 2013 ; Bargna et Santanera, 2020 ; Forlano, 2019 ; Renon, 2020 ; Vial, 2015).

5De cette effervescence du champ du design, ce qui me frappe est que pour certains, on est passé d’une conception du métier centré sur l’objet lui-même à une vision plus large qui inclut l’usage de l’objet, voire les usagers eux-mêmes (notamment lorsqu’il s’agit de profiler une politique publique, par exemple).

6La première conception met en relation deux types d’experts : les designers, préoccupés principalement par l’esthétique des objets ; et les entreprises à qui ils les proposent. Dans la conception ‘élargie’, l’anthropologie entre en jeu, fut-ce à travers les représentations mobilisées par les designers eux-mêmes. Si bien que l’on considère que l’espace au sein duquel se pensent l’invention, la diffusion et l’innovation d’un nouveau produit (matériel, mais aussi possiblement dématérialisé – informatique, politique, etc.) est en fait animé par des interactions entre quatre types d’acteurs : les designers, bien sûr, mais aussi des anthropologues, des entreprises et des usagers (parfois représentés par les anthropologues). L’attention se déplace du même coup : au départ centrée sur des experts et des objets, elle en vient à regarder surtout ce qui se joue au sein de ces espaces de discussion. Les relations ont remplacé les acteurs. De nouveaux concepts circulent qui cristallisent les analyses : les notions de problème, d’enquête, de projet, d’imaginaire, de récit (et d’autres) entrent dans les descriptions de ces ‘processus collectifs créatifs’, où ce qui est finalement retenu n’est pas forcément ce qui aurait été décidé autrefois par les seuls experts. De nouveaux possibles émergent des scénarios imaginés au cours de ces rencontres ; et ces innovations ‘de rupture’ peuvent transgresser les jugements préalablement dominants.

7Je ne prétends pas fournir ici un tableau exhaustif et fidèle de ce qui se joue aujourd’hui au sein du champ du design. Mais ce qui a retenu mon attention donne envie de rapprocher cette effervescence de réflexions épistémologiques générales.

  • 8 Afin qu’il n’y ait pas d’ambiguïté, je mettrai designer entre guillemets simples (‘designer’) lorsq (...)
  • 9 Je charge ici le terme événement de toute son épaisseur conceptuelle qui lui confère à la fois un t (...)
  • 10 Souvent confondues, ces deux notions, dépendantes l’une de l’autre selon des styles variés, mais sa (...)
  • 11 Comme ce fut le cas par exemple pour la Charte 77 https://doi.org/10.3917/tumu.032.0389

8Je voudrais suggérer que ‘designer’8, qui constitue une manière de produire une décision « consensuelle pour un temps », requiert des allers-retours entre anticipation et projet, backward looking et forward looking enchevêtrés (Pressman, 2016 ; Leclerc-Olive, 2020 : 184-185). J’appellerai cet ‘événement9’ une ‘cellule créative’ ; qu’il s’agisse de produire de la connaissance, mener une enquête policière (Eco et Sebeok, 2015), élaborer des décisions ou fabriquer des artefacts relèveraient au fond de ce même événement fondamental, de cette ‘cellule créatrice’. On a affaire à une temporalité double : une temporalité interne qui ne respecte pas les figures classiques du temps – où s’élabore conjointement anticipation et projet10 – lire et écrire le monde – dans un mouvement complexe de backward et fordward looking – et une temporalité externe : le devenir de l’événement, de la politique, de l’objet, du résultat de l’enquête, etc. Ces deux temporalités ne sont pas indépendantes ; nous nous occuperons ici principalement de cette cellule (stage) considérée trop souvent comme une boîte noire, que les réflexions de quelques designers permettent d’ouvrir, et dont le devenir (plus ou moins étendu) décide de l’impact de l’action/création sur l’histoire collective11.

  • 12 Enquête policière, décision médicale, événement biographique, écriture d’un texte, etc.

9Je présenterai donc dans une première partie le concept d’abduction à partir des textes de C. S. Peirce : ce type d’inférence banale, échappe le plus souvent aux philosophies cartésiennes qui n’envisagent que l’induction et la déduction. Ce regard pragmatiste constitue le cadre très général de cet essai. La deuxième partie propose une autopsie – pragmatique ! – de la prise de décision sur un marché financier, en tant qu’exemple parmi d’autres12 de ‘cellule créative’. La partie conclusive de cet essai propose quelques réflexions épistémologiques où sera défendue l’idée que cette ‘cellule créative’ permet d’échapper tant à l’hubris qu’au conservatisme des petits pas.

10Mais avant cela, il est nécessaire de rappeler quelques éléments de contexte qui donnent sens à ces propos, et suggèrent l’ampleur historique que peut revêtir cette conception de l’intervention sociale. Ce serait en effet une pure contradiction performative de penser pouvoir extraire une réflexion du champ dans lequel elle s’inscrit : nos idées ne sont pas de simples représentations d’un monde extérieur sans effet sur lui. Elles sont d’authentiques actions – qui partent de (et agissent sur) leur contexte, tout comme l’œuvre des designers façonne possiblement le monde dans lequel on vivra (Forlano, 2019).

« Par gros temps » : une caractéristique de notre présent

11Les idées évoquées qui agitent le monde du design sont concomitantes d’une série de chamboulements qui touchent la plupart des habitants de la planète et qui se signalent notamment par des orientations très diverses au niveau des savoirs proposés pour en rendre compte. Comment qualifier cette concomitance : pure coïncidence, simple répercussion locale d’un phénomène général ou signe d’une mutation épistémique de grande envergure mais encore inchoative ? Je plaiderai pour cette troisième interprétation : les débats soulevés par certains designers révèlent les enjeux majeurs de notre rapport au monde – nos représentations et nos manières d’agir – et en constituent aujourd’hui un possible parangon.

12Je retiendrai deux thématiques dont les formulations médiatiques dissimulent mal les véritables enjeux : le changement climatique et les débats (à bas bruit) autour de ce qui est réputé ‘scientifique’.

13Commençons par le changement climatique. Alors que des chercheurs ont tenté depuis longtemps d’informer leurs concitoyens sur les risques climatiques et leurs conséquences sur l’existence de la vie humaine sur Terre, d’autres ont refusé (voire refusent de fait) toute idée d’effondrement possible de notre civilisation, en brandissant différents motifs de réserve : depuis les arguments classiques des climato-sceptiques jusqu’à des critiques de méthode – comment prétendre parler « scientifiquement » sans preuve certaine ?

14Au-delà du conflit aujourd’hui largement tranché au vu des effets du réchauffement climatique annoncé par des chercheurs depuis un demi-siècle, pour notre enquête on notera que deux courants se distinguent au sein même de la communauté préoccupée par les questions écologiques. Ils reposent au fond sur des principes opposés : ne pas perturber les lois de la nature ou manipuler celle-ci.

  • 13 La Nature elle-même ou les éléments majeurs des écosystèmes (rivières, forêts, montagnes, etc.).

15Il serait fastidieux de rappeler les diverses façons de respecter les lois de la nature. Je voudrais juste ici attirer l’attention sur certains courants de pensée qui considèrent la Nature13 (avec un ‘N’ majuscule) comme une personne. On aura noté qu’un des derniers livres du mathématicien Nicolas Bouleau s’intitule Ce que Nature sait (2021). Selon l’auteur, la Nature a accumulé au long de sa très longue existence un ‘savoir’, pour une large part inaccessible aux humains, voire définitivement effacé, mais dont elle porte la trace. Cette histoire longue a connu des crises, des extinctions, mais aussi des mutations lentes. La Nature aujourd’hui n’est plus celle du début de la vie sur Terre, il y a 3 milliards d’années environ. Respecter la Nature c’est reconnaître l’existence de ce savoir, même s’il nous est inaccessible. C’est observer par exemple, nous dit Bouleau, que la Nature est capable de s’adapter à certaines perturbations que les humains lui imposent (comme la monoculture, par exemple). Elle détient ce savoir inaccessible, mais en même temps elle est très fragile.

  • 14 Le Whanganui est le premier fleuve du monde à avoir bénéficié d’une telle reconnaissance ; mais dep (...)

16On le constate chaque jour : les rivières et les fleuves sont parmi les êtres naturels les plus vulnérables. Ce qu’ont très bien compris depuis longtemps les communautés Maoris qui vivent dans le bassin du fleuve Whanganui en Nouvelle Zélande. Après des décennies de lutte, ils ont obtenu du parlement néo-zélandais que le fleuve soit reconnu comme « être vivant unique », et qu’il soit doté ainsi d'une personnalité juridique lui permettant d'être représenté dans les procédures judiciaires par deux avocats : un membre du gouvernement et un représentant du clan Whanganui14.

17Cette innovation est au fond le fruit d’un travail de design auquel ont contribué anthropologues, juristes, activistes et décideurs. Doter un cours d’eau d’une personnalité juridique, c’est reconnaître en lui un être vivant, qui, comme tous les êtres vivants, est à la fois unique, fort, indispensable, mais vulnérable. Il faut en prendre soin tout en le laissant vivre.

  • 15 Une partie des débats actuels sur l’accès aux vaccins anti-COVID est précisément liée à leur brevet (...)
  • 16 On ne confondra pas le fait de détourner des objets de leur fonction initiale (ce que les artistes (...)

18Cette manière de se conduire à l’égard des êtres naturels – faite de « respect cognitif » a minima –, de prudence et d’attention, est à l’opposé de l’attitude des apprentis sorciers – tels des Prométhée déchaînés – qui, à l’inverse, cherchent à manipuler la nature. Convaincues de la toute-puissance humaine, prétendant « faire ce que fait la Nature » (Bouleau, 2021), les biotechnologies (qui émergent dès les années 1970) ont revendiqué, souvent avec succès, un élargissement du droit de la propriété intellectuelle appliquée aux organismes vivants, auparavant exclus de la brevetabilité15. La découverte de l’ADN (en 1953) a permis le développement d’une science nouvelle, la biologie combinatoire. Celle-ci consiste notamment à couper ou ajouter des segments à l’ADN pour en modifier l’hérédité. La chimie est désormais capable de modifier le génome des êtres vivants. Cette biologie combinatoire a ouvert de nouvelles perspectives pour les industries ; la ‘bio-économie’ est ainsi présentée comme une des voies de la transition écologique. La création des organismes génétiquement modifiés (OGM)16 n’est qu’un aspect de cette ingénierie métabolique dont on ignore en fait les conséquences à long terme. Loin d’être respectueuses de la nature, ces nouvelles biotechnologies l’instrumentalisent à des niveaux de plus en plus profonds, à distance de toute prudence (Tordjman, 2021).

19Cette branche des sciences de la nature, au comble de l’hubris, bénéficie des projecteurs des médias, de l’attention des experts et du soutien des gouvernants, à la différence des scientifiques qui travaillent sur le climat qui ont eu, jusqu’il y a peu, bien du mal à se faire entendre. Les rapports du GIEC (Groupement d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) ont été pendant un temps contestés, alors que ses évaluations étaient fondées sur des résultats scientifiques et techniques reconnus. On se souvient des campagnes orchestrées par les « climato-sceptiques » après celles menées par les industries du tabac (Foucart et al., 2020) ; (Oreskes et Conway, 2014 [2012]), campagnes qui ont toujours développé le même argument : les études sur lesquelles s’appuient les scientifiques ne fournissent pas de preuves absolues, certaines, définitives.

Au nom de la science ?

20Revenons sur les critères qui servent à établir la scientificité d’un énoncé ou d’une pratique : ceux-ci, en effet, font aujourd’hui l’objet de controverses, exacerbées par la pandémie.

  • 17 La critique gouvernementale de la notion d’intersectionnalité n’en est qu’un exemple.
  • 18 Cette ‘médecine basée sur des preuves’ préconise des traitements issus de tests randomisés (on séle (...)
  • 19 D’autres modélisations (Dubois et Prade, 1985 ; Aubin, 1990) existent qui ne postulent pas la conna (...)
  • 20 Aujourd’hui, brandir une ‘preuve’ c’est en fait s’aligner sur les résultats d’un test ou d’une démo (...)

21Il me semble que l’on assiste depuis quelques années, à une volonté clairement exprimée de contrôler les thèmes de travail choisi par la communauté scientifique17, et plus discrètement, à l’imposition de méthodes ‘scientifiques’ dont témoigne par exemple la promotion de l’Evidence-Based Medecine18 (contre les pratiques médicales qui ont coutume de décider des prescriptions en tenant compte à la fois du diagnostic et du patient). Ce style scientifique adossé à la théorie des probabilités des années 193019, qui légitime une méthodologie unique, dogmatique voire tyrannique, reste pour le sens commun LA science de référence. De nombreux auteurs spécialistes de sciences humaines évitent par paresse plus que par incompétence, de s’interroger sur LA science qu’ils laissent ainsi proliférer. Par exemple, voici les dernières phrases d’un article récent (Illouz, 2020) : « Croire à la science ou pas est devenu une question éminemment politique, sans doute celle qui va décider de l’avenir du monde. L’épistémologie est désormais au cœur de notre démocratie et de son avenir. » On pourrait attendre que cet article ne nous abandonne pas sans ressource face à un tel diagnostic. Il nous invite à nous méfier du ‘complotisme’ ( ?), mais on reste bien démuni : il nous encourage à rechercher les déclarations ‘prouvées’20 faites au nom de LA science !

  • 21 La théorie des probabilités identifie l’ignorance à l’équiprobabilité des résultats élémentaires, m (...)

22Ensuite – ce sont les éléments de contexte qu’il faut avoir à l’esprit – il convient de revenir sur les notions de risque, d’incertitude, de menace, qui constituent les nœuds à la fois pratiques et théoriques autour desquels gravitent les enjeux épistémiques. Sans entrer dans les détails, on rappellera d’abord la contribution de Frank H. Knight (1921), qui continue de nourrir la pensée de nombreux chercheurs. Knight préconise de distinguer risque et incertitude. Le risque y est l’aléatoire probabilisable ; l’incertitude, l’aléatoire qui ne l’est pas. Ces définitions, souvent considérées comme allant de soi, méritent examen. Cette double définition postule la possibilité d’occuper une position de surplomb permettant de qualifier de manière certaine et définitive la ‘qualité’ de l’aléatoire – risque ou incertitude – auquel on est confronté. Cette qualité serait intrinsèque et non évolutive. En fait un tel jugement porté sur des phénomènes (dont la description est rarement exhaustive) est lui-même incertain et provisoire. La possibilité d’une telle « pensée perchée » a été sérieusement ébranlée par les crises financières récentes. Les différents diagnostics posés sur celles-ci témoignent que l’on peut sous-estimer le degré d’aléatoire impliqué dans une situation : d’abord jugée probabilisable, on peut revenir ensuite sur cette estimation (Leclerc-Olive, 2014). L’expérience montre en effet que l’on n’a pas forcément envisagé tous les possibles (Taleb, 2007 : 129-130). Et, l’aurait-on fait, l’estimation de leur ‘probabilité’ de réalisation peut être erronée ou inaccessible21.

23Certes, au moment où Knight pose ces définitions, les modélisations alternatives de l’aléatoire n’ont pas encore vu le jour ; certains savants de la fin du XVIIème siècle étaient conscients des difficultés épistémologiques inhérentes à la modélisation de l’incertain, mais la simplicité du calcul probabiliste a rapidement masqué la faiblesse des fondations épistémiques.

  • 22 Si le diagnostic de Beck trouve dans notre présent une illustration éclatante, la formation d’une c (...)

24En 1986, Ulrich Beck publie en Allemagne un ouvrage majeur qui ne sera traduit en français que quinze ans plus tard : La société du risque (Beck, 2008 [1986]). La distinction introduite par Knight est absente de la réflexion de Beck dont la thèse est la suivante : « (…) l’origine de la critique de la science et de la technique et du scepticisme que l’on développe à leur égard, n’est pas à chercher dans l’‘irrationalité’ de ceux qui les critiquent, mais dans l’impuissance de la rationalité scientifico-technique à répondre à l’expansion des menaces et des risques liés à la civilisation » (Beck, idem : 107). La notion de risque a retrouvé une signification proche de celle qu’elle avait avant la naissance du calcul des probabilités. « Dans la société de classes, la force motrice se résume en une phrase : J’ai faim ! Le mouvement mis en branle dans la société du risque s’exprime lui dans la formule suivante : J’ai peur ! La communauté de peur22 vient se substituer à la communauté de misère » (Beck, ibid. : 90). Dans cette société du risque, tout calcul probabiliste est obsolète : les risques et les menaces sont diffus, non maîtrisés, voire non maîtrisables. Des menaces qui semblent difficiles à juguler, même lorsqu’elles émanent de la société elle-même, comme le terrorisme par exemple.

25Ces quelques repères sur les discours savants relatifs à l’incertain, ne sont là que pour donner plus de relief aux canons de scientificité recommandés qui ignorent les enjeux épistémiques contemporains.

  • 23 Activité en général adossée à de profondes réflexions sur le temps que LA science ignore (Rovelli,  (...)
  • 24 L’idée de considérer que la ‘rationalité’ de l’activité scientifique n’est pas très différente de c (...)

26L’établissement des faits, leur mise en relation et les commentaires auxquels ils donnent lieu peuvent être considérés comme le cœur de l’activité scientifique elle-même. De manière générale, la place et la confiance accordée aux scientifiques (toutes disciplines confondues) en sont visiblement ébranlées et des entreprises délibérées de disqualification de certaines activités scientifiques (climat, médecine, etc.) contribuent à faire accroire au grand public que la recherche scientifique ne peut qu’énoncer des vérités absolues, incontestables, fussent-elles aujourd’hui diffractées en distribution de probabilité. C’est évidemment méconnaître le monde scientifique où la validation par les pairs est au cœur de la fiabilité des résultats. La notion de vérité requiert une approche beaucoup plus complexe que la croyance naïve dans la possibilité d’établir une simple correspondance entre des énoncés et la réalité. Avoir choisi la ‘sagesse’ pour thème de la semaine du Design d’Helsinki est révélateur des mutations que nous vivons : une sorte de réponse au ‘gros temps’ des interrogations contemporaines, réponse qui ne se réfugie pas derrière le dogmatisme des canons de scientificité de LA science. S’affrontent en effet aujourd’hui, d’un côté cette conception dogmatique, rigoriste de l’activité scientifique23 (qui se nourrit d’un brouillage des repères – fake-news, post-vérité, etc.) ; et de l’autre des pratiques dont la théorisation, encore inchoative, pourrait bien trouver dans la ‘cellule créative’, dans ce cycle d’émergence de l’innovation du designer, une figure paradigmatique24.

Le cœur de la méthode scientifique selon Peirce : fixer la croyance

  • 25 Peirce identifie quatre types de méthodes pour adopter une croyance. La méthode dite de la ténacité (...)

27En réalité, dès le début du XXème siècle, on trouve dans les propositions de Charles Sanders Peirce (1839-1914) – un des premiers philosophes pragmatistes – une figure de cette ‘cellule créatrice’ que l’auteur associe à l’inférence logique qu’il nomme ‘abduction’. Pour Peirce, la philosophie est une méthode pour clarifier les idées (Tiercelin, 2013). Il considère que la connaissance est un ensemble de croyances obtenues selon la méthode qu’il qualifie de ‘scientifique’. Si Peirce accorde une spécificité à la science, c’est en tant qu’elle spécifie d’abord un type d’enquête25, quel qu’en soit l’objet (idée, fait, action, etc.) ; mais il n’établit pas de rupture radicale entre une enquête ‘scientifique’ et celle que mène le sens commun critique pour dépasser le malaise créé par un doute ou un désir d’action. Plus encore, il y voit une compétence instinctive largement partagée, bien au-delà du genre humain. Un tout jeune poussin ne se nourrit-il pas dès sa naissance en « choisissant ce qu’il prend, et piquant ce qui peut l’être » (Sebeok & Umiker-Sebeok, 2015) ?

  • 26 Certains designers utilisent cette notion pour articuler leurs réflexions sur leurs propres pratiqu (...)

28Pour Pierce, toute enquête est provoquée par une observation surprenante – qu’il s’agisse de la découverte d’une idée nouvelle, d’un fait étonnant, etc. Mais toute connaissance repose sur une connaissance antérieure. La cause du trouble qui conduit à mener une enquête est précisément sa non congruence avec les croyances antérieures. On ne choisit pas de douter. Peirce n’accepte pas, on l’aura deviné, la thèse centrale du cartésianisme : une « proposition dont on pourrait douter à volonté n’est certainement pas une proposition à laquelle on croyait » (Peirce, 1935 : 524). L’imparfait est révélateur : un événement, une surprise, une demande, non conforme aux habitudes, aux croyances (naturalisées) a généré un malaise et induit une enquête pour réduire le doute, pour agir afin de répondre au manque, pour satisfaire une demande. L’économie de cette enquête, déclenchée par un élément qui ne s’accorde pas aux croyances anciennes, repose sur des ‘opérations logiques’. À côté des inférences classiques – déduction et induction – Peirce introduit une procédure trop souvent négligée bien que très fréquente : l’abduction26. On peut schématiser cette opération de la manière suivante : F, un fait avéré va à l’encontre de mes croyances. Si j’admettais telle hypothèse H, cette contradiction disparaîtrait. Je vais donc examiner ce qui pourrait me pousser à considérer que H est vraie ou probable.

29À l’issue de cette enquête, de cette ‘spéculation’, de ce raisonnement, l’ensemble de mes croyances s’en trouve modifié, enrichi. En effet, alternant induction et déduction, l’hypothèse H (éventuellement modifiée) est peu à peu intégrée à cet ensemble de croyances, lesquelles configurent ce à quoi on s’attend à l’avenir ; cette enquête procède par allers-retours entre faits observés et hypothèses (forward et backward looking). Transposée au sein de la ‘cellule créative’, cette enquête met en regard dynamique les anticipations probables (comportements des choses, comportements des personnes, etc.) qui serviront de contexte à la formation d’un projet (objet, action, thèse, innovation, etc.). Ce ‘projet’ peut se conformer ou non avec ces anticipations : simple continuation ou émergence d’innovation. Mais dans tous les cas, la ‘connaissance’ ainsi produite, reste foncièrement conjecturale, provisoire – même si rien ne s’y oppose. Le devenir du projet réalisé en dira la validité, la durabilité. La décision (conclusion d’enquête, création, etc.) permet d’agir, de poursuivre la route.

  • 27 Action et non simple comportement, sans travail préparatoire.

30Cette conception de l’enquête, le type d’inférence nouvellement introduite – l’abduction –, la pluralité des éléments qui entrent en jeu (faits, échanges, raisonnements, etc.) suggèrent l’analogie annoncée entre ‘designer’ et produire des connaissances, que ces connaissances/croyances soient élaborées en vue d’une action ou en vue de parfaire ou réformer un savoir. L’introduction de l’abduction, inférence aussi banale que courante, permet ce rapprochement entre les procédures d’enquête qu’elles soient à visée pratique ou théorique, singulières ou collectives. Elle rend raison également de cette distinction catégorielle entre anticipation et projet, sans laquelle la création du designer ne peut être pensée comme innovation ; elle éclaire aussi la mise en récit d’un événement biographique, ainsi que de nombreuses autres cellules créatives où décideur, créateur ou auteur élaborent une action27.

Décider/’designer’ sur un marché financier

  • 28 Comme chacun sait, les modélisations des cours d’actions sont presque toujours stochastiques (elles (...)

31Placer un ordre (vendre ou acheter des actions) est un moment mûrement réfléchi ; ayant été déconstruit ailleurs (Leclerc-Olive, 2014), je ne ferai qu’évoquer cette enquête. La comparaison entre celle-ci et l’analyse développée par Nicolas Bouleau permettra de voir en quoi la ‘cellule créative’ s’émancipe le plus souvent d’un simple alignement sur l’anticipation – ici le comportement du ‘marché’. De nombreux ouvrages exposent et commentent les mathématiques financières (Bouleau, 2009, 2018). La plupart d’entre eux cependant proposent des modélisations des cours d’actions, mais très peu considèrent ces cours comme le fruit de décisions prises par des acteurs sur les marchés financiers28.

32Le paragraphe précédent a exemplifié une façon de voir (caractéristique du pragmatisme), qui rompt avec tout point de vue surplombant où le décideur disparaît au profit du seul résultat de son action. Comment, sur un marché financier, un spéculateur s’oriente-t-il ? Comment utilise-t-il les informations qui sont mises à sa disposition, tant par les agences de notation que par les autorités des marchés financiers ? Que fait-il de l’observation des décisions prises par ses collègues ?

33Les cours boursiers sont ici considérés comme la trace de l’agrégation de décisions prises par les acteurs des marchés financiers, et non comme un phénomène de la nature. Chaque décision, conditionnée par des anticipations sur l’évolution du marché – résultant notamment des décisions anticipées d’autres acteurs – est l’expression d’un projet – un ‘pari’ au sens neutre du terme –, d’un jugement issu de ces spéculations cognitives de l’acteur qui ‘designe’ sa décision adossée à ses croyances sur l’évolution à court terme du marché.

34Cette approche pragmatique de la spéculation relève d’une dialogique entre probable et possible, entre le probable de l’anticipation et le possible de la décision.

35On confond parfois jugement probabiliste ‘déduit’ des anticipations globales, et décision individuelle (ou jugement moral) qui peut vouloir s’écarter du diagnostic ‘probable’ (Dupuy, 2004). Dans A Treatise on Probability, Keynes écrivait au début du XXème siècle : « Le probable étant de fait la base de la connaissance dont nous disposons, il est pour nous, […] ce qu'il est raisonnable (rational) de croire. Il ne s'agit pas là d'une définition. Car il n'est pas raisonnable de croire que le probable est vrai ; il est seulement raisonnable de lui accorder une croyance probable ou d'y croire de préférence à des croyances alternatives. Croire une chose de préférence à une autre – ce qui n'est pas croire que la première est vraie ou plus probable et la seconde fausse ou moins probable – doit se référer à l'action et constituer une manière approximative d'exprimer cette propriété de l'agir qui consiste à choisir comme base une hypothèse plutôt qu'une autre. On pourrait dire, par conséquent, que le probable est l'hypothèse sur laquelle il est raisonnable pour nous de baser notre action. Ce n'est cependant pas aussi simple que cela, pour la bonne raison qu'il peut être raisonnable d'agir selon l'hypothèse la moins probable si celle-ci conduit à un bien plus grand. Pour l'instant, nous pouvons dire qu’avant d’agir selon une hypothèse, une des choses à faire est de déterminer sa probabilité et de la prendre en compte, mais rien de plus. » (Keynes, 1921 : 307).

36L’autopsie des décisions sur les marchés financiers révèle en effet que les ‘modélisateurs’ des cours ignorent le plus souvent cette possible discontinuité – innovation, création, décision – entre ce que l’analyse du champ suggère (anticipations) et ce qui est finalement observé (décision). Reconnaître cette discontinuité signifie au moins deux choses. D’une part la décision peut ne pas être ‘déduite’ du savoir disponible – il n’y a simple déhiscence –, d’autant que ce savoir est irrémédiablement incomplet. D’autre part, et c’est le plus important, confondre les modèles auxquels ont recours les acteurs de la finance pour placer un ordre et la modélisation des séquences de décisions elle-même, conduit à ignorer l’écart temporel (fut-il extrêmement réduit entre l’enquête sur le contexte et la décision, faisant de la décision un pur produit sans médiation du résultat de cette enquête. Cette manière de voir est encouragée par l’usage de la théorie des probabilités, qui réduit la décision – le jugement – à un simple comportement conforme aux anticipations (ici l’espace des possibles dotés de leur probabilité). Cette hypothèse (erronée) a pour effet de postuler que tous les acteurs de marché ont des comportements similaires. Par exemple, dans un ouvrage récent, qui par ailleurs fourmille de remarques critiques très fécondes, Nicolas Bouleau estime que les décisions sur les marchés sont dominées par le mimétisme. « Les comportements atypiques sont pénalisés » ; des dispositifs techniques spécifiques renforcent ce mimétisme. Par exemple, « les biens contingents […] sont si chers pour les événements rares que cela pousse au conformisme plutôt qu’à l’audace fantaisiste » (Bouleau, 2018 : 44-45). Certes, Bouleau note que le goût du risque existe chez certains traders ; il cite Soros et Kerviel, mais pour convaincre son lecteur, il propose des figures métaphoriques qui découragent de mener une enquête empirique auprès des acteurs de marché (Schwager, 2008) : le musicien d’un orchestre ne prendra pas le risque en concert de désobéir à un chef d’orchestre qui ne respecterait pas la partition. Le marin hésitera sans doute à se révolter contre le capitaine en pleine tempête. Bouleau, comme beaucoup d’autres, pense selon une matrice binaire fortement polarisée entre l’aventurier extravagant et le conformiste grégaire : l’un prêt à prendre des risques démesurés, l’autre, majoritaire, cherchant obstinément à faire comme les autres – qui sont censés ne pas en prendre ! On trouve là une figure de ‘cellule créative’ où domine l’alignement sur l’anticipation, opposée à celle, décriée, où le projet – le ‘pari’ – guiderait des spéculateurs trop téméraires. L’histoire des marchés financiers (matières premières, produits dérivés, etc.) s’accorde-t-elle avec cette figure prétendument dominante de l’agent moutonnier ? N’est-ce pas ignorer les décideurs/designers/agents qui ne relèvent d’aucune de ces deux catégories extrêmes – goût du risque débridé ou aversion exacerbée au risque – mais agissent, décident, s’engagent, faisant émerger du nouveau par les innovations qu’ils introduisent ?

37L’absence de distinction analytique entre anticipation et projet, entre modélisation et décision (à l’origine de cette myopie) fait de l’acteur/designer une sorte d’automate (ou d’irresponsable) dont la décision n’est qu’une conséquence mécanique des spéculations à la base des anticipations. En revanche, le choix épistémique de reconnaître la complexité d’une ‘cellule créative’ où anticipation et projet ne sont pas confondus, invite à examiner les pratiques et rend possible une critique des actions réalisées et n’occulte pas l’analyse de la responsabilité.

  • 29 Le Trading à Haute Fréquence (THF) met d’ailleurs à profit cet écart entre anticipation et décision (...)
  • 30 Pour se protéger de l’hubris, on serait condamné au suivisme moutonnier.
  • 31 À cette observation portant sur une seule décision, s’en ajoutent d’autres qui conduisent notamment (...)

38En fait, le temps de la prise de décision, fut-il très court, n’en est pas pour autant nul29. Ce décalage temporel et l’incomplétude des anticipations suffisent à invalider la polarisation postulée par de nombreuses analyses30. Cet intervalle entre la spéculation (la délibération, l’anticipation) et l’agir proprement dit est analogue au cycle mis en place au sein de la ‘cellule créative’ du design : les décisions sont prises dans des contextes d’information incomplète. Cette incomplétude – l’impossibilité de dresser un tableau exhaustif définitif des possibles avant de décider, de créer – donne toute sa valeur à l’inventivité, à sa relative imprévisibilité et au mouvement backward et forward looking entre anticipation et projet. Évidemment, rien n’empêche un décideur/designer, de s‘équiper d’un dispositif ‘technique’ pour saisir le contexte situationnel, fut-ce à l’aide d’outils simplificateurs (Leclerc-Olive, 2010). Mais en général, l’anticipation ne prédétermine pas la décision, le projet (Habermas, 1992 : 124). Les modélisations des cours sont une aide à la décision et non un modèle de la prise de décision elle-même31. Desjeux notait que » l’anthropologie est en effet utile quand il faut innover alors que les régularités, les standards ou les routines qui fondent l’activité et la rentabilité d’une entreprise ou d’un secteur ne suffisent plus à donner de réponse face au monde qui change » (Grange, Desjeux & Rebours, 2014). Cette analogie entre le cycle d’élaboration d’une innovation par le design contemporain et celui d’une décision sur les marchés financiers – on aurait pu choisir l’élaboration d’une fiction, l’invention d’un théorème mathématique, etc. – invite à élargir considérablement le champ de validité de cette figure épistémique de la ‘cellule créative’. Cette thèse, qui échappe au déterminisme (où rien n’est aléatoire), aux thèses de J. Monod (1970) (qui réduit l’évolution des sociétés à un jeu subtil entre hasard et nécessité), ainsi qu’à un certain ‘progressisme’ a surtout pour elle de ne pas constituer une doctrine de surplomb. Elle restitue aux personnes une part de liberté et donc de responsabilité dans le devenir de notre monde.

  • 32 Je défendrais l’idée, qu’à l’inverse de toute vision ‘myope’, il faut avoir un œil à la fois sur le (...)

39Mais, ce faisant, n’est-ce pas une manière de substituer aux grands récits, et aux certitudes qui caractérisent souvent les projets de changement radical, un réformisme des ‘petits pas’, aveugle aux grands enjeux planétaires ? C’est là évidemment une question que l’on ne peut éluder. L’analyse des orientations opposées tirées toutes deux de notre présent qui met la Nature au cœur de nos préoccupations, – » La Nature nous sauvera » (Couplan, 2008) – montre que des choix cruciaux doivent également être faits à court terme. Le travail de la ‘cellule créative’ permet, sans doute, de surmonter cet apparent paradoxe32.

« Prométhée prudent ? »

  • 33 Toutes les citations extraites de la conférence de B. Latour sont traduites par nos soins : I would (...)
  • 34 In design there is nothing foundational. It seems to me that to say you plan to design something, d (...)
  • 35 Designing […] is an antidote to hubris and to the search for absolute certainty, absolute beginning (...)
  • 36 It is the whole fabric of life that is now concerned thanks to the ecological crisis.
  • 37 We have to be radically careful, or carefully radical... What an odd time we are living through.

40Pour conclure, je reprendrai à mon compte l’expression lancée par Bruno Latour dans une conférence, lors d’un symposium en 2008, sur l’histoire du design, A Cautious Prometheous ? A Few Steps Toward a Philosophy of Design, mais en en dévoyant le sens. Latour rendant hommage aux perspectives ouvertes par les pratiques contemporaines des designers, soutient que le mot ‘design’ exprime à quel point nous en avons fini avec la modernité. Ce n’est pas sur cette voie que je le suivrai. Il déclare également : « Je voudrais soutenir que ‘design’ est l’un des termes qui a remplacé le mot ‘révolution’33 ! ». Latour refuse l’idée de rupture (de révolution), même s’il accepte une certaine radicalité. « Selon moi, en vous demandant de ‘designer’ quelque chose, on ne prend pas le même risque d’hubris que lorsqu’on demande à quelqu’un de construire quelque chose34 ». La proposition du design serait-elle au fond une théorie de l’action post-prométhéenne ? ‘Designer’ n’est jamais créer ex nihilo, c’est toujours ‘redesigner’, soutient-il ; on ne ferait jamais ‘table rase’ du passé. ‘Designer’ « est le remède contre l’hubris et contre la recherche de certitude absolue, de commencements absolus et de départs radicaux35 ». Pourtant, « c’est toute la fabrique de la vie qui est à présent concernée à cause de la crise écologique36 ». Latour en conclut : « Il faut être radicalement prudent, ou prudemment radical … Nous vivons en un temps bizarre37 … » Prudence, sagesse, métis ? Faut-il en déduire qu’une épistémologie adaptée à notre présent – ‘naviguer par gros temps’ – doit inclure la possibilité du paradoxe ? Peut-être est-ce là un moyen de dépasser l’identification du design au réformisme des ‘petits pas’. La ‘cellule créative’ prend en charge les deux horizons une première fois à travers la tension entre anticipation et projet ; et, ensuite, de manière complémentaire, en confiant au public la responsabilité d’amplifier ou non ce qui a été élaboré par le designer, décideur, créateur …

41On a souligné au début de cet essai, que les deux temporalités, l’une interne aux ‘cellules créatives’ – temporalité complexe faite d’allers-retours, d’hésitation, et qui articule backward et forward looking – et l’autre externe – le devenir de l’innovation, les conséquences de la décision ou les suites de l’enquête – n’étaient pas indépendantes l’une de l’autre. En effet, si l’innovation est le produit du projet, celui-ci a été forgé sur fond d’anticipation, laquelle inclut possiblement divers horizons temporels, éventuellement fort éloignés du présent de l’innovation. Ces temporalités enchevêtrées révèlent l’indigence des figures temporelles (linéarité, orientation, séquentialité, etc.) dont l’adéquation aux phénomènes sous analyse est rarement examinée. Surtout, elles suggèrent que, dès lors que l’on renonce aux figures temporelles communément admises, d’autres voies émergent qui échappent à l’opposition simpliste entre le conformisme des ‘petits pas’ et l’aventure de l’hubris.

42Ce bref essai a révélé quelques pistes de recherche susceptibles d’enrichir les idées esquissées. En particulier, il suggère d’examiner les domaines de validité des épistémologies duales. D’autre part, selon Peirce, l’émergence d’idées nouvelles prolonge une compétence largement partagée. On a déjà cité le commentaire que lui avait suggéré le comportement d’un poussin qui, sans spéculation ni délibération exemplifie la tension caractéristique de l’inférence abductive – « choisissant ce qu’il prend, et piquant ce qui peut l’être » pour se nourrir. Cette évocation nous invite à examiner quelles sont les actions qui justifient l’usage de cette catégorie analytique – cette ‘cellule créative’ – en dehors du champ dont elle est extraite.

  • 38 Lesquelles renonceraient notamment au principe du tiers exclu.

43Enfin, ce parcours réflexif suggère qu’il y a lieu d’adopter des épistémologies qui font droit aux paradoxes38, non seulement pour penser les périodes historiques marquées par des crises – au point de nous pousser à utiliser la métaphore de la navigation par gros temps – mais aussi, plus profondément, pour faire émerger des catégories de pensée alternatives à celles qui ont produit le monde dans lequel nous vivons.

44C’est aussi à ce titre que ‘designer’ est au cœur des enjeux contemporains : en particulier, cette conception de la ‘cellule créatrice’ devrait permettre de dépasser l’opposition simpliste entre rupture et continuité.

"There is becoming of continuity, but no continuity of becoming"
Alfred North Whitehead (1978 [1929])

Haut de page

Bibliographie

Theodor ADORNO, « L’essai comme forme », in Theodor ADORNO, Notes sur la littérature, Paris, Champs Flammarion, 1984 [1958].

Yoko AKAMA, Sarah PINK & Shanti SUMARTOJO, Uncertainty & Possibility. New Approaches to Future Making in Design Anthropology, Londres, Bloomsbury Academic, 2019.

Jean-Pierre AUBIN, A Survey of Viability Theory, SIAM Journal on Control and Optimization, 28, 4, 1990, pp. 749-788.

James AUGER, “Speculative Design: crafting the speculation”, Digital Creativity, vol 24, n° 1, 2013, pp. 1-25.

Ivan BARGNA et Giovanna SANTANER, “Anthropology and Design: Exchanges, Entanglements and Frictions”, Antropologia, vol. 7, n° 2, 2020, pp. 25-44.

Ulrich BECK, La société du risque. Sur la voie d’une autre modernité, Paris, Champs Flammarion, 2008 [1986].

Nicolas BOULEAU, Ce que Nature sait. La révolution combinatoire de la biologie et ses dangers, Paris, PUF, 2021.

Nicolas BOULEAU, Le mensonge de la finance. Les mathématiques, le signal-prix et la planète, Ivry-sur-Seine, Éditions de l’Atelier, 2018.

Nicolas BOULEAU, Mathématiques et Risques financiers, Paris, O. Jacob, 2009.

François COUPLAN, La Nature nous sauvera : Réponses préhistoriques aux problèmes d'aujourd'hui, Paris, Albin Michel, 2008.

Stanislas DEHAENE, Les neurones de la lecture, Paris, O. Jacob, 2007.

Marcel DETIENNE et Jean-Pierre VERNANT, Les ruses de l’intelligence. La métis des grecs, Paris, Champs Flammarion, 2018 [1974].

John DEWEY, “ Events and Future”, Columbia, The Journal of Philosophy, vol 23, n° 10, 1926, pp. 253-258

Kees DORST, “The core of ‘design thinking’ and its application”, Design Studies, vol 32 n° 6, November 2011, pp. 521-532.

Dubois Didier DUBOIS & Henri PRADE, Théorie des Possibilités. Applications à la Représentation des Connaissances en Informatique, Paris, Masson, 1985.

Esther DUFLO & Abhijit V. BANERJEE, Repenser la pauvreté, Paris, Seuil, 2012.

Jean-Pierre DUPUY, Pour un catastrophisme éclairé. Quand l’impossible est certain, Paris, Seuil, 2004.

Umberto ECO et Thomas SEBEOK, Le signe des trois. Dupin, Holmes, Peirce, Liège, Presses Universitaires de Liège, 2015 [1984].

Laura FORLANO, « Stabilizing/ Destabilizing the driverless city. Speculative Futures and Autonomous Vehicles », International Journal of Communication, vol 13, 2019, pp. 2811- 2838.

Foucart Stéphane FOUCART, Stéphane HOREL et Sylvain LAURENS, Les gardiens de la raison. Enquête sur la désinformation scientifique, Paris, La découverte, 2020.

Zoé GRANGE, Dominique DESJEUX & Christophe REBOURS, « Le métissage de l’anthropologie et du design au service de l’innovation pour et par l’usage », 2014, URL : https://consommations-et-societes.fr/2015-11-zoe-grange-dominique-desjeux-christophe-rebours-le-metissage-de-anthropologie-et-du-design-au-service-de-linnovation-pour-et-par-lusage/

Jürgen HABERMAS, De l’éthique de la discussion, Paris, Flammarion, 1992.

Éva ILLOUZ, « Croire à la science ou pas : la question qui pourrait décider de l’avenir du monde », Le Monde, 10 décembre 2020.

John Maynard KEYNES, A Treatise on Probability, Londres, Macmillan & Co, 1921.

Frank KNIGHT, Risk, Uncertainty and Profit, Boston, Hougtor Miflin Company, 1921.

Bruno LATOUR, A Cautious Prometheus? A Few Steps Toward a Philosophy of Design (with Special Attention to Peter Sloterdijk), 2008.

Michèle LECLERC-OLIVE, « Du vraisemblable au probable. Étude contrastive des traductions de Temps et récit », in Michèle LECLERC-OLIVE(dir.), De Ricœur à Aristote. Traductions et génétique d’une pensée, Modène, Mucchi Editore, 2020.

Michèle LECLERC-OLIVE, « Décider sur les marchés financiers », Communications n° 95, Les incertitudes, 2014, pp. 65-95.

Michèle LECLERC-OLIVE, « Mathématiques financières, éthique et centralités », in Michèle LECLERC-OLIVE, Grazia SCARFO GHELLAB et Anne-Catherine WAGNER (dir), Les mondes universitaires face au marché. Circulation des savoirs et pratiques des acteurs, Paris, Karthala, 2011.

Michèle LECLERC-OLIVE, « Crise financière et espace public. Traduire les langages de l’aléatoire, Revue Hermès, n° 56, 2010/1, pp. 121-128.

Michèle LECLERC-OLIVE, « Probabilités et formalisations du jugement », in Pierre-Antoine FABRE, Pascale GRUSON et Michèle LECLERC-OLIVE (dir.), Le sujet absolu. Une confrontation de notre présent aux débats du XVIIème siècle français, Grenoble, Jérôme Million, 2007.

Michèle LECLERC-OLIVE, Le dire de l’événement (biographique), Lille, Éditions du Septentrion, 1997.

Pierre LÉONFORTÉ, « Les OGM du design », Les Echos, 13 octobre 2006.

Benoît MANDELBROT & Richard HUDSON, Une approche fractale des marchés, Paris, Odile Jacob 2005.

Jacques MONOD, Le hasard et la nécessité, Paris, Seuil, 1970.

Noami ORESKES et Erik M. CONWAY, Les marchands de doute, Paris, Le Pommier, 2014 [2012].

Juhani PALLASMAA, Sagesse et doute, 2021 https://www.helsinkidesignweek.com/news/wisdom-and-doubt/

Charles S. PEIRCE, Collected Papers, Vol 5., Cambridge, Harvard University Press, 1931-1935.

Michael PRESSMAN, « The compatibility of Forward-Looking and Backward Looking Accounts of Tort Law », The University of New Hampshire Law Review, vol 15, n° 1, 2016, pp. 45-116.

Anne-Lyse RENON, Design & Sciences, Saint-Denis, Presses Universitaires de Vincennes, 2020.

Paul RICŒUR, Temps et récit, tome 2, Paris, Seuil, 1984.

Carlo ROVELLI, Et si le temps n’existait pas ?, Malakoff, Dunod, 2021.

Olivia RUANT, Moi, la Lys. Confidences au fil de l’eau, Aire-sur-la-Lys, SAGE Lys, 2019.

Alfred SCHÜTZ, « The Problem of Rationality in the Social World », Economica. New Series, vol. 10, n. 38, 1943, pp. 130-149.

Jack D. SCHWAGER, The new Market Wizards. Conversations with America’s Top Traders, Columbia Mariland, Marketplace Books, 2008,

Thomas A. SEBEOK & Jean UMIKER-SEBEOK, « “Vous connaissez ma méthode” : Juxtaposition de Charles. S. Peirce et de Sherlock Holmes », in Umberto ECO &Thomas A. SEBEOK (dir), Le signe des trois, Dupin, Holmes, Peirce, Liège, Presses universitaires de Liège, 2015 [1984]. 

Allan SHEARER, “Abduction to Argument: A framework of Design Thinking ”, Landscape Journal: design, planning and management of the land, vol 34, n° 2, 2015, pp. 127-138.

Nassim Nicholas TALEB, The Black Swan: The Impact of the highly improbable, New York, Random House, 2007.

Claudine TIERCELIN, « Le pragmatisme comme méthode scientifique de fixation de la croyance », in C. S. Peirce et le pragmatisme, Paris, Ed. Collège de France, 2013.

Hélène TORDJMAN, La croissance verte contre la nature. Critique de l’écologie marchande, Paris, La Découverte, 2021.

Stéphane VIAL, « Qu’est-ce que la recherche en design ? », Sciences du design, n° 1, 2015.

Alfred North WHITEHEAD, Process and Reality, Collier Macmillan, 1978 [1929].

Haut de page

Notes

1 C’est moi qui souligne.

2 Je remercie vivement les relecteurs (anonymes) d’une première version de ce texte : leurs commentaires, fort intéressants, m’ont conduite à préciser ou reprendre de nombreuses affirmations. En particulier, il est plus raisonnable de parler ici d’essai (en ce que le texte émarge à plusieurs disciplines – fréquentées assidûment par l’auteur ! – que sa structure s’inspire fortement du ‘montage’ cinématographique, où c’est du rapprochement entre diverses vignettes que peut jaillir l’idée encore inchoative que le texte cherche à produire et mettre en débat).

3 Perte du sens des réalités, intolérance à la contradiction, impatience, actions réglées sur une vision irréaliste du monde, obsession de sa propre image et abus de pouvoir ... Ce seraient là quelques symptômes caractéristiques de l’hubris.

4 Le « gros temps » sert ici de métaphore marine au contexte qui sera évoqué infra.

5 Même si ce n’est pas l’objet de cet essai, on notera que le plus souvent, les modèles ‘binaires’ (tel le modèle aristotélicien ou, plus près de nous, le carré de Greimas en analyse du récit) reposent sur l’évacuation du temps. La dimension temporelle y est subordonnée aux relations logiques, posées comme antérieures et hiérarchiquement dominantes. Cette façon d'évacuer le temps des structures profondes du récit a suscité bien des résistances. Paul Ricœur, par exemple, critique le fait que Greimas reporte la narrativisation au niveau de la grammaire superficielle : « Si la chronologie peut être réduite à un effet de surface, c'est que la prétendue surface a été auparavant privée de sa dialectique propre. » (Ricœur, 1984 : 93-94). Non seulement le ‘temps’ est en position ancillaire, mais il s’agit d’un temps linéaire, continu, orienté.

6 La métis des grecs pourrait-elle, au prix de quelques adaptations à notre présent, servir d’archétype aux ‘cellules créatives’ évoquées dans ce texte ? Ce serait l’objet d’un autre exercice de pensée.

7 Bien qu’infidèle, erronée, subjective, cette vision simplificatrice de l’actualité des enjeux et des débats que suscite la vitalité du champ du design pourra être discutée par la suite, mais sa présentation est indispensable pour identifier l’enchaînement des réflexions que je voudrais partager. Une fois cet itinéraire réflexif exposé, il sera temps d’en discuter les prémisses, mais cette discussion appartient aux designers ; je n’ai pas de compétences pour ce faire.

8 Afin qu’il n’y ait pas d’ambiguïté, je mettrai designer entre guillemets simples (‘designer’) lorsqu’il s’agit du verbe – verbe qui constitue presqu’un néologisme bien que, nous le verrons, Bruno Latour l’utilise déjà en 2008 – et sans guillemets lorsque le mot désigne une personne.

9 Je charge ici le terme événement de toute son épaisseur conceptuelle qui lui confère à la fois un temps interne (Leclerc-Olive, 1997) et un devenir (Dewey, 1926).

10 Souvent confondues, ces deux notions, dépendantes l’une de l’autre selon des styles variés, mais sans jamais se confondre permettent de penser le caractère créateur du travail du designer, ainsi que des alternatives à l’hubris (centrée sur le projet au point d’en oublier l’anticipation) et à la politique timorée des ‘petits pas’.

11 Comme ce fut le cas par exemple pour la Charte 77 https://doi.org/10.3917/tumu.032.0389

12 Enquête policière, décision médicale, événement biographique, écriture d’un texte, etc.

13 La Nature elle-même ou les éléments majeurs des écosystèmes (rivières, forêts, montagnes, etc.).

14 Le Whanganui est le premier fleuve du monde à avoir bénéficié d’une telle reconnaissance ; mais depuis ce statut a été attribué à d’autres cours d’eau dans le monde. Par exemple, en 2019, le SAGE (Syndicat d’aménagement et de gestion des eaux) de la Lys, au Nord de la France, publiait un livre Moi, la Lys (Ruant, 2019) qui, donnant la parole à la rivière, montre tout à la fois sa force (son importance dans l’histoire et le développement local) et sa vulnérabilité.

15 Une partie des débats actuels sur l’accès aux vaccins anti-COVID est précisément liée à leur brevetabilité.

16 On ne confondra pas le fait de détourner des objets de leur fonction initiale (ce que les artistes et les designers n’hésitent pas à faire depuis longtemps) avec les interventions sur le vivant que vise exclusivement le signe OGM. Et ce, malgré les diverses tentatives médiatiques pour créer ou entretenir cette confusion (Léonforté, 2006).

17 La critique gouvernementale de la notion d’intersectionnalité n’en est qu’un exemple.

18 Cette ‘médecine basée sur des preuves’ préconise des traitements issus de tests randomisés (on sélectionne de manière aléatoire les patients traités et les patients ne recevant qu’un placebo), à distance de toute pratique ‘au cas par cas’. La conception de la science sous-jacente (où l’aléatoire est encadré mécaniquement par la théorie des probabilités) est à présent encouragée dans d’autres domaines. Esther Duflo (Duflo et Banerjee, 2012) qui entend importer ce modèle dans les politiques de développement ou Stanislas Dehaene (2007) en psychologie cognitive, contribuent chacun dans leur domaine à légitimer une vision stochastique de l’intelligence et du monde. On notera que l’hégémonie probabiliste comme modélisation de l’aléatoire, non seulement est très répandue, mais s’est naturalisée au cours des dernières décennies (Leclerc-Olive, 2020).

19 D’autres modélisations (Dubois et Prade, 1985 ; Aubin, 1990) existent qui ne postulent pas la connaissance a priori de tous les possibles.

20 Aujourd’hui, brandir une ‘preuve’ c’est en fait s’aligner sur les résultats d’un test ou d’une démonstration, établis ‘en probabilité’. On notera que la théorie des probabilités représente un simple morcellement de la certitude et de la vérité, morcellement ‘concédé’ face, notamment, à la mécanique quantique.

21 La théorie des probabilités identifie l’ignorance à l’équiprobabilité des résultats élémentaires, mais cette clause a évidemment des limites : tous les événements possibles ne sont pas des résultats élémentaires !

22 Si le diagnostic de Beck trouve dans notre présent une illustration éclatante, la formation d’une communauté de peur en revanche n’est pas franchement à l’ordre du jour !

23 Activité en général adossée à de profondes réflexions sur le temps que LA science ignore (Rovelli, 2021).

24 L’idée de considérer que la ‘rationalité’ de l’activité scientifique n’est pas très différente de celle mise en œuvre par toute enquête de sens commun n’est pas nouvelle, mais cette idée est restée confinée dans un univers intellectuel très étroit (Schütz, 1943). Les qualificatifs ‘scientifique’ et ‘rationnel’, brandis le plus souvent pour disqualifier une thèse, sont rarement clarifiés.

25 Peirce identifie quatre types de méthodes pour adopter une croyance. La méthode dite de la ténacité n’enquête qu’en faveur de l’idée sous examen. Elle ignore, de ce fait, les informations contraires. La méthode dite de l'autorité consiste à adopter les affirmations d’un pouvoir dominant. La méthode dite a priori aboutit à une croyance en raison de son caractère agréable. Enfin, la méthode dite de la science met en œuvre les échanges avec les pairs et les enquêtes sur les croyances opposées.

26 Certains designers utilisent cette notion pour articuler leurs réflexions sur leurs propres pratiques professionnelles (Shearer, 2015 ; Dorst, 2011).

27 Action et non simple comportement, sans travail préparatoire.

28 Comme chacun sait, les modélisations des cours d’actions sont presque toujours stochastiques (elles reposent sur l’hypothèse que ceux-ci peuvent être décrits à l’aide de modèles probabilistes). Il s’agit le plus souvent de mouvements browniens. Benoît Mandelbrot (2005) a montré que les modèles probabilistes n’étaient pas adaptés au type d’aléatoire présent sur les marchés financiers : discontinuité, concentration temporelle des risques et fréquence des événements rares sont autant d’observations qui invalident l’usage de lois normales. Il soutient cette hypothèse dès le début des années 1960, y compris pour de nombreux phénomènes naturels.

29 Le Trading à Haute Fréquence (THF) met d’ailleurs à profit cet écart entre anticipation et décision. S’il représente une part de plus en plus importante des transactions mondiales, l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) estimait au milieu des années 2010 que la part des ordres lancés et retirés presque instantanément (plus rapidement encore que la prise de décision d’un spéculateur) seraient de l’ordre de 1 à 5 % seulement. Des sanctions sont à présent prévues à l’égard de ces pratiques : les gains réalisés s’appuieraient sur une sorte d’arbitrage qui va à l’encontre des règles du marché.

30 Pour se protéger de l’hubris, on serait condamné au suivisme moutonnier.

31 À cette observation portant sur une seule décision, s’en ajoutent d’autres qui conduisent notamment a prendre en compte le temps long de la révision des croyances. On peut ainsi restituer l’anatomie (Leclerc-Olive, 2014) d’un enchaînement de décisions qui peut conduire à se débarrasser soudainement d’actions que l’on jugeait jusque-là des actifs sûrs.

32 Je défendrais l’idée, qu’à l’inverse de toute vision ‘myope’, il faut avoir un œil à la fois sur le court terme et un autre sur le long terme : une vision duale qui suggère d’adopter également une approche duale de la notion de vérité (Leclerc-Olive, 2007 : 169-170).

33 Toutes les citations extraites de la conférence de B. Latour sont traduites par nos soins : I would argue that design is one of the terms that has replaced the word ‘revolution’ !

34 In design there is nothing foundational. It seems to me that to say you plan to design something, does not carry the same risk of hubris as saying one is going to build something.

35 Designing […] is an antidote to hubris and to the search for absolute certainty, absolute beginnings, and radical departures.

36 It is the whole fabric of life that is now concerned thanks to the ecological crisis.

37 We have to be radically careful, or carefully radical... What an odd time we are living through.

38 Lesquelles renonceraient notamment au principe du tiers exclu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michèle Leclerc-Olive, « Je designe, tu designes…  »Parcours anthropologiques, 17 | 2022, 101-121.

Référence électronique

Michèle Leclerc-Olive, « Je designe, tu designes…  »Parcours anthropologiques [En ligne], 17 | 2022, mis en ligne le 25 mars 2022, consulté le 18 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/pa/2083 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pa.2083

Haut de page

Auteur

Michèle Leclerc-Olive

IRIS-CNRS-EHESS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search