Navigation – Plan du site

AccueilNuméros17A Different Kind of Ethnography. ...

A Different Kind of Ethnography. Imaginative Practices and Creative Methodologies

Danielle Elliott et Dara Culhane, Toronto, University of Toronto Press, 2017, 147 p.
Esther Chevreau Damour
p. 123-126

Texte intégral

Figure 1 -A Different kind of Ethnography en action

© Esther Chevreau Damour, 2021

1Il était une fois, en un proche pays, un livre qui conférait à son propriétaire le pouvoir d’explorer des mondes peuplés d’images, de sons, d’odeurs, de saveurs, de textures et de sensations aussi merveilleuses qu’ordinaires. Des mondes où l’imagination et la créativité avaient rejoint le royaume de l’anthropologie. Une jeune étudiante nommée Sana, l’ouvrage entre les mains, s’autorisa soudain à rêver : pourrait-elle envisager de dessiner, de danser ou de chorégraphier son mémoire de fin d’étude plutôt que de le rédiger ? L’apprentie anthropologue que j’évoque ici est en réalité le personnage d’ouverture de l’ouvrage édité par Denielle Elliott et Dara Culhane, fondatrices et coresponsables du Centre for Imaginative Ethnography (CIE), à l’instar des trois autres contributrices, Alexandrine Boudreault-Fournier, Cristina Moretti et Magdalena Kazubowski-Houston. Le CIE est un collectif de recherche transnational et transdisciplinaire qui explore des méthodologies et des formes d’écritures ethnographiques expérimentales intégrant les arts créatifs (notamment les arts visuels, la littérature et les arts de la scène), les médias numériques et l’ethnographie des sens.

  • 1 James Clifford et Georges E. Marcus (eds), 1986, Writing Culture. The Poetics and Politics of Ethno (...)

2A Different Kind of Ethnography est un ouvrage novateur mais certes fondamental pour les enseignants et les étudiants qui se lancent dans l’aventure de la recherche. Il s’inscrit dans les débats contemporains portant sur la méthodologie en anthropologie et creuse la veine de questionnements qui irriguent la discipline depuis Writing Culture de James Clifford et Georges Marcus1 : une œuvre qui a révolutionné l’anthropologie, telle qu’elle était pratiquée depuis Malinowski, en prônant une recherche plus éthique, où l’autorité surplombante du chercheur laisse place à un processus de co-construction du savoir.

  • 2 Stuart McLean, 2007, « Introduction: Why Imagination? », Irish Journal of Anthropology, « Special i (...)

3La responsabilité éthique, la collaboration, l’imagination, la créativité et les univers sensoriels, autant de notions phares qui se sont imposées en anthropologie à la fin du XXe et au début du XXIe siècles (p.8). L’imagination est considérée ici « as an active component of experience and perception, engaged in a constant interchange with the material textures of the existing world »2. La créativité se veut quotidiennement « entremêlée » (p.12) aux pratiques imaginatives, c’est-à-dire à l’imagination en train de se faire, et aux relations sociales. En menant des travaux sur les potentialités des méthodologies créatives, chercheurs et étudiants ouvrent la voie à Un autre genre d'ethnographie.

4Dans le chapitre intitulé « Writing », Denielle Elliott questionne la méthode scientifique et plus précisément la manière qu’ont les chercheurs « d’écrire » la science. Un travail de transformation de la langue (passant par une révision du « jargon » universitaire), qui s’attache de près à en renouveler la forme (en expérimentant une manière d’écrire imaginative) comme le contenu (en écrivant sur des sujets qui font appel à l’imagination et aux expériences sensorielles) lui semble nécessaire afin de relier chercheur et lecteur, mais aussi chercheur et recherche. L’auteure se propose donc d’étudier la poésie ethnographique, en passant par le dessin et les nouvelles écritures numériques, comme les micros-essais publiés sur Twitter ou Instagram.

5Le chapitre écrit par Dara Culhane, « Sensing », attire l’attention du lecteur sur ce qu’elle nomme le « savoir sensible », concept précieux renouvelant l’approche anthropologique. Dans la lignée de Sarah Pink, elle propose aux chercheurs de cultiver à même leur terrain une « réflexivité sensorielle et corporelle » (p.46), dans le but de faire tenir à la méthode et à la théorie un discours centré sur la sensibilité des chercheurs et de leurs collaborateurs, qui sont, après tout, des êtres incarnés. Muni d’un chronomètre, d’une caméra et d’un enregistreur, le lecteur se prête alors au jeu d’une série d’exercices interactifs, expérimentant son espace proche et s’interrogeant sur sa façon de percevoir le monde.

6Le chapitre intitulé « Recording and Editing », écrit par Alexandrine Boudreault-Fournier, part d’un postulat critique : la technologie (plus précisément les nouveaux moyens d’enregistrement de l’information ethnologique), loin de constituer une menace qui planerait sur l’objectivité des chercheurs, permettrait au contraire d’aborder le terrain de manière nouvelle. En effet, agissant comme des « catalyseurs » (p.71), ces formes encourageraient la réflexivité du sujet au contact de son propre ressenti. Boudreault-Fournier, en s’intéressant aux différents types et techniques de montage, explore la conception progressive de l’imaginaire durant la production de clip audiovisuel ou de film mais aussi au moment de leur écoute et de leur visionnage. A l’image des autres auteures, elle propose un ensemble d’exercices, ici centrés sur l’enregistrement et le montage d’extraits sonores et visuels.

7Dans le chapitre « Walking », écrit par Cristina Moretti, la marche est considérée comme une pratique imaginative et « co-imaginative ». En effet, la chercheuse suit différents résidents d’origine italienne et des immigrés à travers la ville de Milan, qui la guident de places en rues, de souvenirs en revendications politiques, de rêves en désillusions, laissant ainsi apparaître les liens sensibles qu’ils tissent avec d’autres habitants, les lieux, leurs histoires et l’Histoire. Moretti place ses recherches au sein des débats conceptuels qui font rage autour de « l’espace public », ici considéré dans son sens relatif et sous le prisme de l’agentivité. Ainsi, par le biais de certaines œuvres d’art, s’interroge-t-elle : quels individus sont desiderata et non desiderata dans l’espace public ? Comment explorer ces lieux où se concrétisent des engagements politiques, environnementaux et mémoriels ? Enfin, l’ethnographie « en marchant » n’a-t-elle pas un rôle à jouer dans la représentation de la ville, tout autant sinon plus qu’un article écrit (p.101) ? A vos chaussures et marchez !

8Le dernier chapitre écrit par Magdalena Kazubowski-Houston, intitulé « Performing », emmène le lecteur sur une scène de théâtre, les pieds sur les planches et la tête dans un conte de fée. L’auteure travaille avec un collectif de femmes roms en Pologne, et aborde par le biais théâtral leurs expériences de la violence. Elle utilise le théâtre à la fois comme processus ethnographique (« performance as ethnography ») et comme produit ethnographique (« performance of ethnography »). Randia, une de ses plus anciennes interlocutrices, lui propose un jour d’écrire l’histoire de ce groupe de femmes sous forme de « conte de fée ethnographique ». Kazubowski-Houston a ainsi exploré le genre du conte pour y glisser un discours sur la migration, la pauvreté, la stigmatisation mais aussi le courage des minorités roms en Pologne, avec pour défi d’adapter son œuvre au théâtre. A partir de là, une question se pose : comment le mettre en scène ? Dans quel(s) lieu(x) ? Pour quels publics ? Comme l’explique l’auteure (p.124), les théories de l’affect développées ces dernières années ont ouvert la voie à des réflexions sur la façon dont l'ethnographie de la performance peut aider à conceptualiser différemment la relation ethnographique, la participation citoyenne et la représentation en anthropologie.

9Cet ouvrage invite le lecteur à ressortir ses plumes des tiroirs, et ses pinceaux, et son enregistreur, et ses cours de poésie et ses accessoires de théâtre, afin de réinventer l’anthropologie. Agrémenté, pour chaque chapitre, d’une riche (et imaginative !) sélection bibliographique et webographique, ainsi que d’une annexe à destination des enseignants, l’ouvrage constitue une fascinante « boîte à outils » pour appréhender l’ethnographie à travers une méthodologie, où l’imagination, la créativité et l’élaboration collaborative des connaissances sont au cœur même de l’enquête.

Haut de page

Notes

1 James Clifford et Georges E. Marcus (eds), 1986, Writing Culture. The Poetics and Politics of Ethnography, Berkeley, The University of California Press.

2 Stuart McLean, 2007, « Introduction: Why Imagination? », Irish Journal of Anthropology, « Special issue, Engaging Imagination: Anthropological Explorations in Creativity », vol. 10, n° 2, p. 6.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure 1 -A Different kind of Ethnography en action
Crédits © Esther Chevreau Damour, 2021
URL http://journals.openedition.org/pa/docannexe/image/2115/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 637k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Esther Chevreau Damour, « A Different Kind of Ethnography. Imaginative Practices and Creative Methodologies »Parcours anthropologiques, 17 | 2022, 123-126.

Référence électronique

Esther Chevreau Damour, « A Different Kind of Ethnography. Imaginative Practices and Creative Methodologies »Parcours anthropologiques [En ligne], 17 | 2022, mis en ligne le 25 mars 2022, consulté le 14 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/pa/2115 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pa.2115

Haut de page

Auteur

Esther Chevreau Damour

UMR 5600 Environnement, Ville, Société / Université Lumière-Lyon 2

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search