Navigation – Plan du site

AccueilNuméros17Ethnography by design: Scenograph...

Ethnography by design: Scenographic Experiments in Fieldwork

Luke Cantarella, Christine Hegel, George E. Marcus, London, Bloomsbury, 2019, 176 p.
Johara Radi
p. 127-129

Texte intégral

1Ecrit par deux anthropologues et un designer scénographe, cet ouvrage fait dialoguer ethnographie et design d’une manière originale. Leur hypothèse est simple : l’évolution du terrain ethnographique impose d’expérimenter des nouvelles manières de faire. Les auteurs présentent cet ouvrage comme un argumentaire pour les designed interventions dans le cadre de démarches ethnographiques qu’ils ont appelés » l’ethnographie par le design ».

2L’ethnographie « par » le design n’est pas l’ethnographie « dans » le design. Il s’agit ici de l’utilisation de méthodes imaginatives et matérielles, destinées à créer une forme de collaboration avec des publics. L’objectif est de construire ethnographiquement des expériences, et non de faire appel aux techniques ethnographiques dans le design pour adopter une méthodologie centrée usager.

3Divisé en deux parties, l’ouvrage commence par poser les bases d’une ethnographie par le design. Les auteurs montrent tout d’abord comment la pratique scénographique a évolué pour passer de l’effort collectif de scénarisation pour créer des espaces de performance à une pratique spéculative sur le futur. Une évolution telle qu’elle rejoint les nouveaux terrains de l’anthropologie orientés vers l’intervention et le questionnement critique sur ce que chaque société est en train de construire. La scénographie, en pensant les opérations et l’esthétique d’une action pour le public, va apporter à l’anthropologie une analyse plus générative et productive susceptible d’enrichir le travail d’enquête et sa médiation.

4A travers trois de leurs projets (214 Sq. Ft, Trade is Sublime et Yes we’re open), les auteurs démontrent comment designers scénographes, anthropologues et publics peuvent se retrouver autour d’une activité d’analyse, et la penser de manière collaborative, ce qu’ils appellent les « rencontres productives ». De ce fait, la scénographie tout comme d’autres formes de pratiques du design vont leur faciliter la façon d’identifier et de penser des questions anthropologiques en passant du speculative thniking au making. Le résultat attendu et démontré dans leurs exemples est l’inclusion du public par la participation qui va accroître la production de savoirs pour des représentations plus réalistes.

5Par ce compagnonnage avec la pratique scénographique, ils proposent ainsi une « façon design » d’approcher le monde qui enrichit celle développée dans le cadre des échanges avec le design industriel ou le design de service. Cette « façon design » va permettre à l’anthropologue de travailler avec une équipe pluridisciplinaire pour collaborer dans la visualisation de l’environnement et penser les problèmes rencontrés par l’environnement et l’objet. Elle va également apporter une collaboration avec les inner et outer publics du projet, qui permettra de mieux cibler sa visée pour générer un impact plus profond. Enfin, en impliquant la spéculation et l’itération au cœur du projet, la « façon design » va ouvrir de nouveaux espaces d’analyse qui vont matérialiser la vision du projet de manière claire et concrète aux publics. Cela se fait par le passage du projet à travers différents espaces de collaboration et de « rencontres productives » pour l’améliorer en tenant compte de la pluralité des positions et des points de vue.

6La seconde section de l’ouvrage se veut pratique, et propose d’aborder les politiques de l’ethnographie par le design. Reprenant le projet « Trade is Sublime » comme étude de cas, les auteurs exposent ces politiques à travers la confrontation des demandes du projet aux besoins des parties prenantes, le processus de formation de consensus et l’utilité de l’itération dans la prise de décision et finalement, l’engagement.

7Plus concrètement, à travers ces projets et d’autres qui ont inspiré leur méthode de travail, les auteurs donnent des règles pour monter un atelier, celui-ci étant un moyen de générer des « rencontres productives » dans un espace d’analyse collaborative.

8Ils proposent, notamment, outils et principes pour organiser la collaboration en recrutant les participants, préparer l’espace pour un climat propice à la création, penser au cadrage des participants à travers un brief de design et introduire des exercices d’échauffement pour installer une confiance entre les participants. Ensuite, pendant l’atelier, ils montrent concrètement comment formuler des instructions et des contraintes pour stimuler la créativité et quel est le rôle du facilitateur, externe au projet, dans l’instauration de meilleures conditions de travail ainsi que, si possible, dans la documentation de l’atelier pour constituer une base aux prochains travaux.

9Pour finir, les auteurs donnent un ensemble détaillé d’exercices modulables qu’ils ont développés pour la recherche collaborative. Les variations proposées aux exercices démontrent les différents angles qu’ils peuvent révéler. Par exemple, l’exercice « Object myths » dans sa version initiale va permettre d’aborder la création du mythe autour d’un objet par rapport aux aspects visibles et contextuels. La seconde va, en plus, générer une réflexion autour de l’objet comme « réservoir de mémoire » et de la reconstruction d’un Lebenswelt dans la création du mythe. Les exercices sont donc originaux, stimulants et génératifs. Engageant, entre autres, le dessin dans la collaboration, la photographie dans le paramétrage, la discussion dans la spéculation ou encore la reconstitution dans la matérialisation, ces exercices nous munissent de différents outils pour une ethnographie par le design.

10Garni de photographies des projets et des ateliers, cet ouvrage offre un aspect visuel qui « matérialise » les idées et complète la lecture. En plus d’une riche bibliographie autour du design et de l’anthropologie, Luke Cantarella, Christine Hegel et George E. Marcus réussissent ici, à faire ressortir l’intersection entre l’ethnographie et le design en clarifiant l’importance du « penser en faisant » nécessaire, selon eux, à l’ethnographie du 21ème siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Johara Radi, « Ethnography by design: Scenographic Experiments in Fieldwork »Parcours anthropologiques, 17 | 2022, 127-129.

Référence électronique

Johara Radi, « Ethnography by design: Scenographic Experiments in Fieldwork »Parcours anthropologiques [En ligne], 17 | 2022, mis en ligne le 25 mars 2022, consulté le 08 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/pa/2124 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pa.2124

Haut de page

Auteur

Johara Radi

UMR 5600 Environnement, Ville, Société / Université Lumière-Lyon 2

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search