Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1ÉtudesPrésentation

Études

Présentation

Denis Cerclet
p. 6-9

Texte intégral

1Ce numéro est entièrement consacré à la publication des actes de la table ronde francophone qui s’est tenue dans le cadre de la septième conférence de la Société internationale de d’ethnologie et de folklore qui s’est déroulée à Budapest du 23 au 28 avril 2001 et qui était intitulée « Les approches ethnologiques dans le nouveau millénaire ». Les communications présentées au cours de cette table ronde, qui était organisée par Kincsö Verebélyi et co-présidée par François Laplantine, s’inscrivent en effet dans la continuité des échanges entre le CREA et nos partenaires des pays d’Europe centrale et orientale.

2Au cours de ces dernières années, nous avons patiemment construit un espace commun de travail et de convivialité qui comprend aujourd’hui la Bulgarie, la Hongrie, la Roumanie et la France. Cette volonté partagée de travailler ensemble sur des problématiques communes a pris de l’ampleur au fur et à mesure de nos rencontres.

3La création de l’association Échanges, Patrimoines et Culture technique (EPACTE) dont le siège social est au département d’Anthropologie de l’université Lumière-Lyon 2, a permis d’ouvrir ces échanges à des partenaires du CREA : Laurence Bérard et Philippe Marchenay (chargés de recherche CNRS, Ressources des terroirs, antenne d’Appropriation et socialisation de la nature, Bourg-en-Bresse), Irena Bokova (directeur de recherche, Institut de folklore et Nouvelle université Bulgare, Sofia), Louis-Jean Gachet (directeur du Centre de culture scientifique et technique Eurêka, Chambéry), Jean Guibal (directeur du Musée dauphinois, Grenoble), Michel Kneubühler et François Portet (respectivement chargé de communication et conseiller à l’ethnologie, Direction régionale des affaires culturelles de Rhône-Alpes, ministère de la Culture et de la Communication), Krassimira Krastanova (chargée de recherche, Institut de folklore et université Paisij Hilendarski de Plovdiv, Bulgarie), Michel Rautenberg (désormais professeur, université Lille 1) et André Vincent (directeur adjoint de l’ethnopole Maison du Rhône à Givors).

4Cette association est née parce que les institutions rhônalpines qui se consacrent à l’ethnologie ont appris, au cours des deux dernières décennies, à travailler ensemble, à échanger des points de vue, à s’investir dans des projets qui allient recherche, formation et projets culturels. Elle est née aussi du constat que les approches régionale et disciplinaire du patrimoine ont joué un rôle important dans la structuration d’un domaine d’activité mais que désormais ce cadre devenait bien étroit et que nous éprouvions le besoin de nous confronter à de nouveaux modes de pensée et à de nouvelles situations.

5Entre septembre 1999 et juin 2000, nous avons organisé à Plovdiv et Sofia un séminaire mensuel intitulé « Patrimoine et modernité ». Ce séminaire s’inscrivait dans le cadre de la coopération universitaire franco-bulgare initiée en 1997 avec le concours du ministère français de la Culture et de la Communication (Direction de l’architecture et du patrimoine ; Direction régionale des affaires culturelles de Rhône-Alpes - DRAC). Il fut organisé avec la collaboration de l’association Ancien Plovdiv, du Musée d’ethnographie de Plovdiv, des Départements d’anthropologie et de formation continue de la Nouvelle Université bulgare et du Département d’ethnologie et de sociologie de l’université de Plovdiv. Ce sont huit séances de deux jours auxquelles ont assisté une trentaine d’étudiants avancés et de professionnels du patrimoine. Les débats ont permis d’aborder la question du patrimoine et la culture technique selon plusieurs points de vue : le développement et la méthodologie de projet, les musées et les publics des expositions ou encore les ressources des terroirs. Ces séances ont été très animées et enrichies des expériences et des travaux des participants bulgares.

6Ce séminaire a été à l’origine de la signature d’une convention-cadre associant les partenaires suivants : en Bulgarie, l’université Paisij Hilendarski de Plovdiv et la Nouvelle Université bulgare (Sofia) ; en France, les universités Lumière-Lyon 2 et Jean-Monnet (Saint-Etienne), ainsi que l’association EPACTE.

7La question du dialogue entre les cultures a émergé des réflexions sur le patrimoine engagées par les participants du séminaire. De là, est né un projet d’exposition qui répondait au souci exprimé par les différents partenaires de traduire leur coopération, au-delà des huit sessions du séminaire, par une action commune liée aux recherches en cours.

8C’est lors des Journées européennes du patrimoine 2000 que nous avons présenté l’exposition franco-bulgare Patrimoine et dialogue entre les cultures qui a reçu le label « L’Europe, un patrimoine commun » du Conseil de l’Europe. Elle fut présentée simultanément en quatre lieux différents : le Musée d’Ethnographie de Plovdiv, l’Institut français de Sofia, le Grenier d’Abondance de la Direction régionale des affaires culturelles de Rhône-Alpes, Culture commune Scène nationale - Fabrique théâtrale en Nord-Pas-de-Calais. Cette exposition est le fruit d’un travail auprès de communautés (qui revendiquent des pratiques religieuses, linguistiques et/ou des origines géographiques) et d’institutions installées à Plovdiv en Bulgarie et dans les régions Rhône-Alpes et Nord-Pas-de-Calais. Il s’agissait de présenter au public ce qu’est le patrimoine ainsi que les différents lieux d’affirmation identitaire (familles, communautés) et de dialogue entre les cultures (travail, espace public). Nous avions fait le choix de présenter des photographies d’archives issues de collections publiques ou privées, collectées auprès des différentes communautés concernées en Bulgarie et en France, et des textes bilingues. Nous pouvions ainsi mettre à jour les phénomènes de constructions identitaires et attirer l’attention sur les liaisons, les circulations qui font qu’aucun groupe n’est parfaitement étanche : la limite est à la fois source de différenciation mais aussi lien à l’origine d’influences réciproques.

9Jusque là, nous entretenions des relations particulières avec les uns et les autres : ces réalisations franco-bulgares et les échanges interuniversitaires bilatéraux : l’accueil d’étudiants roumains, les thèses soutenues par Dominique Belkis et Stéphanie Beauchêne, les échanges avec nos collègues de Budapest dans le cadre des programmes TEMPRA de la région Rhône-Alpes, les thèses en préparation d’Olivier Givre, Marie-Pierre Reynet, Jésus Miranda, Marine Royet et Bianca Botea. Mais le besoin s’est fait sentir de tous se réunir autour d’un programme alliant recherche et action culturelle. Et le thème Patrimoine et dialogue entre les cultures méritait largement d’être approfondi.

10Nous souhaitions aller plus loin dans la compréhension à la fois des attitudes de repli que peuvent encourager des liens aux patrimoines et de ce que l’on pourrait désigner par les termes de citadinité ou d’urbanité qui signifient aisance vis-à-vis d’autrui. Le patrimoine peut-il être un vecteur valorisant de la confrontation et de l’accommodement ? De quels apprentissages de la diversité l’espace public est-il le lieu ? Mais aussi comment naît la dénégation d’autrui ? Comment s’entretient-elle collectivement ? Ces questions sont éminemment contemporaines et il nous a semblé que nous ne pouvions avancer dans ce projet que si nous acceptions collectivement de confronter les expériences et les situations. Ainsi nous avons choisi de porter notre attention sur les villes de Cluj en Roumanie et de Plovdiv en Bulgarie et de nous regrouper avec les membres du Centre de recherche sur les relations interethniques (CCRIT) associé à l’université Babes-Bolayi de Cluj, les enseignants chercheurs de l’Institut de Folklore de l’université ELTE de Budapest, du Département d’Ethnographie de l’université de Debrecen, du Département hongrois de l’université de Cluj.

11Et parce que nous avons la conviction que toute présence sur le terrain est déjà un dialogue dans le sens où la rencontre entre les habitants et l’ethnologue produit une transformation mutuelle dont on ne sait quelles peuvent être les conséquences, nous avons le projet de travailler, dans la continuité de ce temps de recherche, en collaboration avec des institutions culturelles afin de donner à voir les perspectives dans lesquelles se situe notre action. Ce projet en cours de réalisation a reçu le soutien des ministères de la Culture et de la Communication et des Affaires étrangères et de la Région Rhône-Alpes.

12Nous devons à notre collègue Kincsö Verebélyi d’avoir organisé cette table ronde francophone et de l’avoir intégré à cette grande manifestation que fut la septième conférence de la Société internationale de sociologie et de folklore à Budapest. Ces contributions prennent place dans les travaux que nous avons conduits dans le cadre d’un programme de recherche franco-hongrois Balaton du ministère des Affaires étrangères français. Notre programme de travail était intitulé Anthropologie du Patrimoine : Regards croisés et annonçait notre intention de confronter patrimoine et folklore. Car effectivement lorsque deux chercheurs se rencontrent, ils parlent de leur thème de recherche. Nos préliminaires étaient bien marqués par une ambiguïté : l’usage par les uns et les autres des termes patrimoine et folklore renvoyait à des champs disciplinaires distincts sans pour autant être étrangers. Et c’est là sans doute l’un des signes de la subjectivité du chercheur chère à Max Weber : les concepts sont des constructions sociales particulières. Pouvons-nous nous satisfaire d’un tel relativisme ? Sans doute non. Et c’est bien là l’intérêt de nos rencontres et de nos débats, qui permettent de confronter nos points de vue et de les soumettre à une réflexivité renouvelée par la perception que l’on a de soi à travers autrui.

13Cette rencontre montre que les mots folklore et patrimoine renvoient à des conceptions différentes de l’unité sociale : unité par essence d’un peuple qui fonde l’existence politique d’un pays ou unité dans la diversité d’une société en mouvement, en recomposition. Les interventions qui suivent enrichissent ce questionnement d’une façon heureuse parce qu’elles approfondissent la question du recours à la tradition comme fondation d’un sentiment d’unité sociale et culturelle dans des situations d’émancipation, de transformation et d’aberration politique.

14Kincsö Verebélyi montre comment, en Hongrie, dès la première moitié du XIXe siècle et au tout au long du XXe, le folklore élève la tradition populaire au rang de culture nationale. Elle analyse cette contribution du populaire à travers les travaux de Béla Bartók et de Zoltán Kodály en musique, ceux des mouvements Gyöngyösbokréta et de Maison de danse ou encore à travers l’influence de l’art populaire dans l’architecture de style hongrois. Le traitement patrimonial de la tradition populaire est différent en ce qu’il crée un champ particulier, en quelque sorte autonome et qu’il requiert ses propres institutions. Kincsö Verebélyi attire notre attention car toute forme de mise en valeur de la tradition devenant possible, il importe d’éviter toute spectacularisation abusive qui se ferait au détriment de l’apport scientifique.

15Selon Denis Cerclet, le terme folklore renverrait à une conception ethniciste de la société ; celle-ci étant considérée à la manière d’un corps mystique. En revanche, l’usage de la notion de patrimoine se répand lorsque la notion de populaire a cessé de faire florès. Sa signification, depuis une vingtaine d’années en France, semble redevable de la notion d’écomusée élaborée par Georges-Henri Rivière dans le cadre de l’aménagement du territoire. C’est dans la France du renouveau des années soixante que Parcs naturels régionaux, métropoles d’équilibre, écomusées disent ensemble une volonté de rompre avec le passé tout en l’utilisant à des fins sociales, économiques et politiques.

16Gabor Sonkoly constate le succès de la notion de patrimoine dans les pays ouest-européens et sa progressive contagion à l’ensemble de l’Europe. Il importe donc, selon lui, d’en connaître l’histoire. En s’appuyant sur une large connaissance de la littérature sur le sujet, l’auteur retrace les différentes étapes de la construction de la notion de patrimoine à l’échelle européenne, son étroite relation avec la mémoire. Gabor Sonkoly montre, à travers l’exemple de la France, que la notion de patrimoine culturel apparaît avec le passage d’une unité nationale affirmée à une diversité assumée, autrement dit, d’une conscience de genre à un sentiment collectif fondé par le partage d’un passé commun. Mais cette notion est soumise à une diversité d’interprétations selon qu’il s’agit des échelons local, national, européen ou mondial.

17Irena Bokova construit sa réflexion autour d’une question qui anime la Bulgarie d’aujourd’hui : comment conjuguer les différents registres d’appartenances. La société bulgare est à l’image des multiples vagues de migration et d’occupation et des sentiments d’appartenance ethnique et religieuse s’entrecroisent voire s’entremêlent sous le regard bienveillant de l’Etat bulgare depuis sa création. Les Balkans peuvent être considérés comme une zone frontière de l’Europe ou comme un espace de dialogue. C’est cette approche qu’Irena Bokova privilégie ici en rappelant l’intensité des échanges culturels et linguistiques caractéristiques de l’unité balkanique. En ce qui concerne le patrimoine, les célébrations des communautés ethniques et religieuses dans l’espace public sont l’occasion d’observer et de faire la connaissance des autres. Les expositions réalisées par les musées et les associations jouent un rôle dans la valorisation du métissage.

18François Laplantine retrace les parcours de Béla Bartók et de Mario de Andrade et les fait se rencontrer par un savant jeu de miroirs. Ces deux artistes ont fait preuve d’un intérêt pour le folklore et le patrimoine et ont réalisé, quasiment simultanément, l’un en Hongrie, l’autre au Brésil, le recueil systématique des musiques populaires. François Laplantine montre que ces entreprises étaient inscrites dans une volonté d’émancipation et d’affirmation d’une culture nationale propre. Mais loin de ne se prêter qu’à un recueil de traits culturels folkloriques ou patrimoniaux, Béla Bartók et Mario de Andrade créent des œuvres musicales et littéraires profondément modernes.

19Szabolcs Serfösö nous présente la participation hongroise à l’exposition universelle de 1900 à Paris. Celle-ci est marquée par la volonté de rendre visible la place de la Hongrie au sein de la culture européenne et devient le lieu de l’affirmation de son indépendance nationale. Ainsi le bâtiment de la Hongrie rassemblait les différents styles (roman, gothique renaissance et baroque). De même, la plus vaste salle de cet édifice était consacrée aux Hussards, cavaliers hongrois qui sont à l’origine des hussards d’autres nationalités (française, allemande, russe. hollandaise ...). Un arbre généalogique et une toile immense représentent cette influence hongroise. Szabolcs Serfösö met en évidence la manière dont cette mise en scène de la figure du hussard hongrois et son utilisation relèvent d’un phénomène de patrimonialisation et ont fait de ces cavaliers un symbole de l’identité nationale.

20Jésus Miranda met en relation les transformations que subit la production du vin de Tokaj et celles que vit actuellement la Hongrie. La production de ce vin prestigieux, quasi légendaire, qui était monopole d’Etat a été privatisée. Ainsi, des groupes financiers internationaux ont investi dans le Tokaj et ont soumis la production à leurs propres savoir-faire et des grands domaines qui écoulent leur production à l’exportation ont été reconstitués à l’image de la répartition foncière entre familles de l’aristocratie de la fin du XIXe siècle. Parallèlement, subsistent des producteurs locaux qui commercialisent un produit de luxe et une coopérative qui écoule son vin localement. Jésus Miranda montre comment ces changements en matière viti-vinicole donnent lieu à d’importantes transformations sociales, économiques marquées par les effets du libéralisme. La patrimonialisation, déjà ancienne, accompagne ces recompositions à la mesure des tensions entre l’économique et le politique.

21Stéphanie Beauchêne a travaillé sur le Centre civique de Bucarest (Roumanie) et plus particulièrement sur les paroles que les habitants produisent à propos de cet édifice monumental, symbole du pouvoir de Ceaucescu. De nombreuses rumeurs, légendes sont nées à la faveur du secret qui a entouré la construction. Elles concernent le monde de l’invisible et des souterrains, les sacrifices de vies humaines et les suicides ainsi que la malédiction du lieu. La colline de l’Arsenal sur laquelle est construit le Centre civique a été le lieu où se sont succédés les emblèmes du pouvoir et leur destruction dramatique. Stéphanie Beauchêne analyse le Centre civique comme un lieu exemplaire d’une conception d’un nouveau monde prôné par les époux Ceaucescu.

22Gyözö Zsigmond, nous fait part du collectage des plaisanteries politiques auquel il s’est adonné au cours de ces trente dernières années en Roumanie. Bravant les risques d’emprisonnement que l’intérêt pour ce matériau critique vis-à-vis du pouvoir communiste pouvait lui faire encourir, Gyözö Zsigmond a rassemblé un corpus très important de blagues illustrant la révolte contre les injustices du socialisme et plus généralement de formules courtes qui parlent du temps présent. Ces plaisanteries apparaissent comme un excellent analyseur d’une société qui s’exprime en mettant en scène des personnages, des situations, des statuts, des caractères ethniques ou religieux. Elles se transforment selon l’actualité et les modes de circulations qui peuvent être aussi bien oral qu’écrit et selon le pays où elles sont racontées

23En conclusion, je crois pouvoir dire que ces travaux et ces échanges s’inscrivent dans une dimension européenne qui s’avère très complexe car la question des constructions sociales sous-jacente aux notions de folklore, de patrimoine et de mémoire nous renvoie constamment à ce qu’est l’Europe : un espace de migrations et d’influences multiples. Et rappelons que le grand intérêt du CREA est d’inscrire ces préoccupations européennes au sein de confrontations avec les Amériques et l’Afrique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Cerclet, « Présentation »Parcours anthropologiques, 1 | 2001, 6-9.

Référence électronique

Denis Cerclet, « Présentation »Parcours anthropologiques [En ligne], 1 | 2001, mis en ligne le 06 décembre 2022, consulté le 18 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/pa/2156 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pa.2156

Haut de page

Auteur

Denis Cerclet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search