Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1ÉtudesLe pavillon hongrois et le salon ...

Études

Le pavillon hongrois et le salon des Hussards à l’Exposition Universelle de 1900 à Paris

Serfözö Szabolcs
p. 43-46

Texte intégral

1Au XIXe siècle, l’idée des Expositions Universelles – réalisée la première fois à Londres en 1851 – préconisait le triomphe du monde créé par l’homme, la victoire de l’humanité sur la nature. « Le monde entier devient une scène », toutes les activités humaines furent transformées en grand spectacle de musée. En même temps, ces apothséoses du développement étaient les démonstrations d’une conscience historique, portant leurs regards sur le passé et le futur simultanément, reconstituant un passé à partir du présent pour le futur.

2Ce caractère rétrospectif culminait à l’Exposition Universelle de 1900 à Paris, inaugurée le 14 avril par le président de la République, Émile Loubet. Cette exposition Universelle faisait un dernier signe d’adieu au XIXe siècle et s’efforçait de présenter de façon la plus complète possible le progrès humain de ce siècle. L’objectif de l’Exposition Universelle – promouvoir l’éducation et l’instruction, les beaux-arts et les arts décoratifs, la technologie, le travail, ainsi que le bien-être social et l’hygiène – avait été défini auparavant par son commissaire général, Albert Picard.

3Lors de la cérémonie d’ouverture, le président Loubet eut soin de rappeler aux dignitaires présents le rôle que la France avait joué dans la réalisation des objectifs : « La France a voulu apporter une contribution éclatante à l’avènement de la concorde entre les peuples. Elle a conscience de travailler pour le bien du monde, au terme de ce noble siècle dont la victoire sur l’erreur et sur la haine fut, hélas ! incomplète, mais qui nous lègue une foi toujours vivace dans le progrès… »

4L’Exposition Universelle de 1900 à Paris suscita une participation internationale beaucoup plus importante que celle qui l’avait précédée en 1889. Cette dernière célébrait le centenaire de la Révolution française et avait, pour cette raison, été dédaignée par des pays qui étaient moins attirés pour l’exaltation du sentiment républicain. En 1900, plus de quarante pays furent représentés, dont plusieurs avaient des intérêts coloniaux considérables aux quatre coins du monde.

5Paris fut transformé. Les différents pavillons nationaux étaient construits dans les styles indigènes, des espaces exotiques furent aménagés, tels que le village suisse ou le souk égyptien. La ville médiévale de Paris fut aussi recréée.

6Le style architectural du Grand Palais et du Petit Palais, construits pour l’occasion et destinés à accueillir les produits de « l’art et du génie », fut décrit comme un manifeste de l’architecture moderne, un mariage parfait du fer et de la pierre, dans l’axe du pont Alexandre III.

7À l’emplacement de l’Exposition, qui s’étendait du pont de la Concorde au pont d’Iéna, sur quelque 138 hectares, s’éleva une « ville nouvelle » et éphémère, ignorant l’autre, un quartier entier de Paris déguisé. Quelque 211 pavillons provisoires et autres constructions furent érigés pour la foire.

8C’est un lieu commun que d’affirmer que le nationalisme et le sens de l’identité nationale rencontrèrent l’adhésion générale tout au long du XIXe siècle. Abstraction faite de l’avènement de l’Etat-Nation, des guerres et des rivalités mercantiles et impériales, le nationalisme entraîna la promotion de toute l’exposition. Le nationalisme se manifestait le plus nettement dans l’architecture des pavillons nationaux. Le long du quai des Nations, entre le pont Alexandre III et pont de l’Alma, s’élevait une accumulation de bâtiments provisoires, érigés pour affirmer la spécificité des identités nationales et créer un environnement dans lequel les réalisations uniques de chaque pays pouvaient être mises en valeur. Par contraste avec l’Exposition Universelle de 1889 qui avait mis l’accent sur l’architecture contemporaine, la plupart des pays choisirent en 1900, de se présenter en faisant référence au passé. La Grande-Bretagne créa un manoir de l’époque de Jacques Ier. L’Allemagne érigea un hôtel de ville gothique, le pavillon italien était un mélange de la basilique Saint Marc de Venise et du dôme du Sienne ; l’Escorial en miniature était présenté par l’Espagne, une mosquée orientale par la Turquie, l’Autriche proposa une réduction du Belvédère de Vienne.

9La sélection des objets présentés à l’intérieur des pavillons et dans les expositions thématiques ainsi que les sujets traités traduisant des sentiments nationaux, exprimaient l’identité nationale. Les mythes nationaux inspirèrent des œuvres venant des différents pays.

10La Hongrie aussi participa à l’exposition, la première fois dans l’histoire des Expositions Universelles, individuellement et indépendamment de l’Autriche. Le pays se prépara à l’exposition avec ardeur. Le Parlement alloua 1.5 millions Fts à sa réalisation. Mais finalement le gouvernement en dépensa plus de 3.5 millions pour la participation, montant considérable, environ une dixième de la dépense totale de la construction du Parlement en projet. C’est probablement une des plus grandes actions de type public relation de la Hongrie, une vaste entreprise pour communiquer à tout le monde son message et proposer une image nationale, déjà créée en 1896, à l’occasion du millénaire de sa fondation : montrer où se situent les Hongrois dans la civilisation européenne ! La substance du « message hongrois » – qui a été diffusé auprès de plusieurs millions de visiteurs de l’Exposition, appelé « l’événement du siècle » – était, tout d’abord, de démontrer l’autonomie vis-à-vis de l’Autriche, de donner une image de la Hongrie faisant partie intégrante de l’Europe. Rempart de l’Ouest contre l’Est, malgré l’occupation étrangère et bien qu’elle soit toujours en lutte pour sa liberté, elle est une nation qui connaît un progrès économique et industriel particulier au XIXe siècle, rejoignant ainsi le groupe des pays développés.

11A travers la presse de l’époque, la Hongrie réalisa ses buts avec succès, grâce au comité organisateur constitué d’experts. L’Illustration du 21 juillet 1900 décrivait la contribution de la Hongrie comme suit : « La Hongrie a consacré son pavillon des bords de la Seine aux gloires de son passé. Elle dit là ce qu’elle a été. Dans les palais des divers groupes, à l’Esplanade et au Champ de Mars, elle montre ce qu’elle est devenue. Il y a quatre ans, l’Etat hongrois célébrait le dixième centenaire de sa fondation, par une exposition du millénaire nationale à Budapest. La participation de la Hongrie à l’Exposition internationale de 1900 est une réédition de la belle manifestation de 1896. Sur les rives de la Seine comme sur celles du Danube, les Magyars ont évoqué les neuf-cent-soixante-et-onze années de luttes glorieuses et le tiers de siècle de paix prospère dont est forte leur histoire ».

12Dans les différents palais du Champ de Mars (consacrés par exemple au transport, à l’industrie textile, à la sylviculture, etc.), plus de trois mille exposants hongrois étaient présents ; ils étaient plus nombreux que les Anglais, les Italiens ou les Russes. Dans le pavillon hongrois de la rue des Nations, sur le quai de Seine, une Exposition historique était réalisée. Le bâtiment, qui accueillait cette présentation ambitieuse de l’histoire hongroise, résumait dans son architecture l’ensemble des constructions présentées à Budapest lors de l’Exposition historique de 1896. La façade tournée vers la Seine était empruntée à la chapelle du château de Vajdahunyad en Transylvanie, la tour était celle d’un château de Körmöcbánya dans le Nord de la Hongrie. La façade opposée reproduisait le portail d’église romanesque à Jàk à l’ouest du pays ; un pan d’une façade latérale imitait les arcades de l’hôtel de ville de Löcse. À l’intérieur, un cloître à colonnes et un vestibule roman formaient le cœur du pavillon.

13Ce mélange de style roman, gothique renaissance et baroque voulait résumer l’histoire du bassin carpatique, marquer évidemment la place de la Hongrie dans la culture occidentale par la référence à des monuments aux styles occidentaux, eux-mêmes créés par la discipline occidentale de l’histoire de l’art.

14Dans les 14 salles de son pavillon, la Hongrie exposait les objets historiques et les chefs-d’œuvre de ses musées qui, eux aussi, exprimaient une filiation occidentale : des monnaies des rois de la dynastie arpadienne du XIe-XIIIe siècles, des triptyques gothiques, des collections d’armes, des manuscrits médiévaux illustrés de miniatures. Au début de l’Exposition historique, des objets ethnographiques illustraient les « anciennes professions hongroises » (pêcheur, berger). A partir d’une anecdote, lors de sa visite du pavillon hongrois, le président Loubet exprima son admiration non seulement pour les monuments artistiques mais aussi pour le courage des organisateurs hongrois, qui avaient osé apporter des objets précieux à Paris.

15Le succès du pavillon hongrois, lors de l’Exposition, est illustré par le fait que seuls ce dernier et le pavillon italien reçurent la plus haute distinction : le « Grand Prix ».

16La plus vaste salle du pavillon, qui s’étendait sur toute la longueur de la façade, était la Salle des Hussards, un « Gesamtkunstwerk » caractéristique du tournant de siècle.

17Les organisateurs hongrois avaient l’intention de présenter un sujet particulier à côté de l’Exposition historique, qui illustrerait et soulignerait le rôle de la Hongrie et son influence dans la culture européenne. L’histoire des hussards – proposée par les historiens dominant la discipline à l’époque – apparaissait comme un sujet adéquat pour ce but, et coïncidait avec la théorie politique historiciste du tournant du siècle qui cherchait la source de la légitimation de l’Etat national dans l’histoire et dans la continuité historique. Cet aspect de la représentation étatique doit être souligné car il s’agissait là de la première occasion dans l’histoire des Expositions Universelles où la Hongrie signifiait clairement sa volonté d’indépendance nationale, et avait la possibilité de se présenter séparément de l’Autriche, avec son propre pavillon et sa propre exposition.

18Le soldat de cavalerie légère, appelé « Husar » dans le monde entier, est vraiment d’origine hongroise. À partir des recherches historiques, ce type de troupe se développa en Hongrie au XVe siècle au cours des guerres contre les Turcs. Pendant la diffusion de ce type aux XVIIe et XVIIIe siècles, les « experts militaires » hongrois organisaient les régiments de hussards dans toute l’Europe. De la France à la Russie, ils implantèrent la tactique de cavalerie légère, l’uniforme très hongrois et la moustache caractéristique.

19Sur un mur de la Salle des Hussards du pavillon hongrois, une sorte d’arbre généalogique peint montrait l’origine des hussards européens : un grand chêne poussait d’une figure d’un cavalier hongrois médiéval : ses branches et feuilles représentaient les hussards des différentes nations (française, allemande, russe, hollandaise, etc.)

20Une toile immense d’échelle 16 m par 3.5 m, réalisée par Pál Vágó (un maître de moindre talent) et ses aides, occupant le mur principal, résumait l’histoire de ces cavaliers hongrois à travers les siècles. Vágó travaillait avec Árpád Feszty sur le tableau panoramique gigantesque représentant la conquête arpadienne au IXe siècle, qui constituait la plus grande sensation visuelle de l’Exposition du millénaire à Budapest en 1896. Après cette œuvre panoramique, la toile de Vágó exposée à Paris est la deuxième plus grande toile de l’histoire de l’art hongrois.

21En bas, encadrant l’arche des portes se trouvent deux scènes, ajustées au sujet représenté en haut : à droite deux hussards habillés en uniforme du début de XIXe siècle, assis autour du feu de bivouac, fument la pipe. Parmi eux se trouve le colonel József Simonyi en capote blanche, narrant une histoire. À gauche, un groupe de chevaux au galop, compagnons immanquables des hussards, sont représentés, menés par les « csikós ». Au-dessus de cette sphère terrestre apparaît une armée imaginaire, traversant la sphère céleste, indépendante de l’espace et du temps réalistes.

22Dans le premier groupe, à droite, se trouvent les cavaliers de l’armée noire de Matthias Hunyadi du XVe siècle, ensuite les hussards des XVIe-XVIIe siècles, renommés pour leurs combats contre les Turcs ; les « kuruc » de Rákóczi du début du XVIIIe siècle ; les hussards avec les nattes poudreries de l’époque de la reine Marie-Thérèse et de Joseph II, enfin les hussards du XIXe siècle.

23Dans l’arrière-plan, les hussards d’autres nationalités sont représentés, saluant les hussards hongrois dont ils tirent leurs origines. Dans la première colonne se trouvent les Hollandais, Suédois et Danois, dans la deuxième les Français, Italiens et Espagnols. À la tête des troupes françaises, sur un cheval blanc, Napoléon salue la procession d’un geste de son chapeau. Sa phrase est connue : « Je vais conquérir tout le monde avec l’infanterie française, l’artillerie autrichienne et les hussards hongrois ! » Dans la troisième colonne se trouvent les hussards prussiens, saxons, bavarois et würtenbergois, dans la quatrième les russes et polonais, enfin dans la cinquième les anglais.

24Chaque figure de la toile est habillée en uniforme conforme à l’époque. Un comité spécial fut établi pour accumuler les objets et images que le peintre allait utiliser comme modèle.

25Devant le mur, au bout de la salle, on peut voir le buste en marbre de l’empereur de l’époque, François-Joseph, portant l’uniforme de général-hussard. Derrière le portrait du chef des armées, le mur est occupé par une scène de bataille héroïque et imaginaire des hussards des 1e et 16e régiments royaux, intitulée François Joseph.

26Sur les panneaux dorés du plafond et sur l’autre mur longitudinal étaient fixés les portraits et scènes de batailles des hussards-commandants célèbres, sous-titrés en français. Par exemple les portraits de Dániel Esterházy et de Miklós Bercsényi qui organisaient des régiments de hussards en France au début de XVIIIe siècle. Une autre toile représente un épisode de la bataille napoléonienne d’Arcole de 1796, alors que les hussards hongrois, dirigés par le colonel Jozsef Simonyi, défendaient le pont d’Arcole contre l’armée française en plus grand nombre. Après plusieurs journées de combat, les Hongrois incendièrent le pont ; les Français se trouvaient donc bloqués sur l’autre rive du fleuve. La toile représente les hussards hongrois traversant le pont en feu (après quelques journées les Français traversèrent le fleuve et occupèrent tout le Nord de l’Italie).

27Sur une autre toile, un autre épisode de la guerre napoléonienne est représenté : il s’agit de l’occupation de la flotte hollandaise par les hussards français en 1797, près de Texel, sur le lac Zuider gelé.

28Cet ensemble grandiose d’images d’apothéose était complété par une exposition des reliques de hussards dans la salle : des armes, uniformes, estampes et autres objets, relatifs à l’histoire du corps de cavaliers. On peut lire dans l’article publié dans L’Illustration – déjà cité – : « quelques hussards en chair et en os, en uniformes bleus-cramoisis chamarrés d’or et d’argent, circulent dans la salle, s’accoudent aux embrasures des petites fenêtres gothiques. »

29Si nous essayons de définir le genre de ce « Gesamtkunstwerk », nous pouvons l’appeler apothéose historisante, élevant les hussards – quelles que soient la nationalité et l’époque – dans la sphère d’éternité glorieuse, dans le panthéon de la mémoire nationale.

30Le salon des Hussards est un produit caractéristique de l’historicisme, dont le sujet est historique, mais qui condense les figures et les événements particuliers de l’histoire à un ensemble en dehors du temps historique. Cette apothéose étroitement liée au rôle des hussards comme élément constitutif de la Monarchie et de l’Etat, au centre desquels se trouve le gouverneur lui-même, le chef d’armée. En même temps cette apothéose est aussi en rapport avec les qualités nationales hongroises : elle exprime le topos ancien de la caractérologie hongroise, la « vaillance », « l’héroïsme », « l’aptitude à porter les armes », comme le rappellent les historiens et les politiciens hongrois au tournant du siècle. Cette conscience optimiste et surtout cette caractérologie positive étaient élaborées par les historiographes jésuites hongrois au XVIIIsiècle, après deux siècles des combats contre les Turcs. Sa plus éclatante mais aussi plus extrémiste manifestation s’exprime dans le dicton : « Extra Hungariam non est vita », qui devenait un lieu commun du nationalisme magyar au XIXe siècle. Que la figure du hussard concentre cette caractérologie positive est justement la raison, qui, au cours du XXe siècle faisait jouer aux hussards un rôle important dans la représentation nationale, souvent en tant que symbole national par excellence. Par exemple, la sculpture de Zsigmond Kisfaludy-Strobl, « Le hussard hongrois », installée près de l’entrée de Château de Buda, fut inaugurée en 1932. Après l’inauguration, la manufacture de porcelaine de Herend commençait à produire les petites répliques de cette sculpture, qui ont obtenu une popularité extraordinaire et sont devenues des pièces obligées des boutiques touristiques à Budapest. Au cours de sa visite à Budapest l’année dernière, Günter Verheugen, le commissaire principal de l’Union européenne, chargé de l’adhésion de nouveaux membres, reçut une de ces figures dédicacée. Les visiteurs du pavillon hongrois, en 1900, trouvèrent aussi de telles figures en porcelaine comme souvenirs, produis par la manufacture Zsolnay. À partir des années 1920, de nombreux monuments publics furent érigés à la mémoire des hussards. L’année dernière un escadron de hussards fut à nouveau créé pour participer aux fêtes nationales, et en cette année, débutent les programmes culturels de l’année de la Hongrie en France, parmi lesquels figure la parade des hussards hongrois à Chantilly.

31On pourrait continuer de citer de tels phénomènes, mais l’énumération est déjà suffisante pour constater que le hussard est devenu un symbole national. En Hongrie, la patrimonialisation des hussards a commencé avec l’Exposition Universelle en 1900, a continué entre les deux guerres mondiales et fut inventée de nouveau au cours de cette dernière décennie. Ce processus est illustré par l’histoire de la toile de Paul Vágó. Après la fermeture de l’Exposition Universelle, la toile fit une tournée en Europe, fascinant le public de plusieurs grandes villes. Après son retour à Budapest, elle fut installée dans un couloir de l’Académie Militaire jusqu’à la deuxième guerre mondiale. Dans les années 1940, la toile a été confiée au Musée d’Histoire Militaire de Budapest, où elle a été abandonnée, enroulée, dans un dépôt pendant 50 ans. Pour rassembler l’argent nécessaire aux travaux de restauration, en 1990, la veuve du petit-fils de Paul Vágó créa une fondation que présidaient le Président de la République et le ministre de la Défense. En 1996, l’année du millénaire, la fondation est soutenue par l’Etat avec un montant considérable, et dans la même année la toile est restaurée, puis exposée au Musée d’Histoire Militaire à Budapest, dans le château, où elle se trouve encore aujourd’hui.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Serfözö Szabolcs, « Le pavillon hongrois et le salon des Hussards à l’Exposition Universelle de 1900 à Paris »Parcours anthropologiques, 1 | 2001, 43-46.

Référence électronique

Serfözö Szabolcs, « Le pavillon hongrois et le salon des Hussards à l’Exposition Universelle de 1900 à Paris »Parcours anthropologiques [En ligne], 1 | 2001, mis en ligne le 06 décembre 2022, consulté le 21 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/pa/2185 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pa.2185

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search