Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1ÉtudesLecture du patrimoine d’un terrai...

Études

Lecture du patrimoine d’un terrain hongrois : l’exemple de Tokaj

Jésus Miranda
p. 47-52

Texte intégral

  • 1 « Du fait de ce qui a longtemps été considéré comme son péché originel : l’absence de distance phys (...)
  • 2 Voir Lamy Y. (1996), L’Alchimie du Patrimoine, ss la dir., MSH d’Aquitaine.

1Depuis la création de la « Mission du patrimoine ethnologique » au sein du ministère de la Culture, et la sortie des musées et de l’université le patrimoine investit l’espace social et politique et ne se limite1 plus à la simple conservation, ni à la préservation de savoir-faire, de pans de mémoire appelés à disparaître, ni aux logiques de valorisation. Il devient le lieu de rencontre entre l’action publique2 et la responsabilité des acteurs sociaux.

  • 3 Rautenberg M. (1995), p. 202.
  • 4 Micoud A. (1995), p. 26.

2Le patrimoine pour l’ethnologue – loin des catégorisations esthétisantes et formelles – c’est avant tout3 « la manière dont les hommes traitent les problèmes de la reproduction sociale et leurs relations à l’espace et au temps ». En tant que bien commun, il permet de repenser l’altérité et l’identique, l’entre soi et les autres, le passé et l’instant présent. S’il est révélateur des enjeux d’une société, de ses choix et de la façon dont celle-ci se perçoit et veut être perçue, il n’existe pas de manière autonome car il est le produit de cette société. Pour aller plus loin, il devient la traduction d’un projet de société. A chaque société correspond une manière propre de construire le patrimoine, de proposer une nouvelle façon d’être au monde. On peut certes qualifier cette attitude de culturaliste, mais le patrimoine prend des formes diverses d’une culture à l’autre : au Japon, par exemple, c’est le détenteur d’un savoir-faire particulier qui est classé trésor national. La tradition y joue un rôle performatif, en servant de cadre de référence et de légitimité. Convoquée à dessein, elle va participer à la patrimonialisation, c’est-à-dire un processus qui re-qualifie un lieu, un produit, un paysage, pour en faire le point d’articulation entre synchronie et diachronie. Ainsi, comme le souligne André Micoud4, le patrimoine a comme fonction sociale de faire exister une entité collective « laquelle est toujours abstraite, en la rendant visible métaphoriquement par l’exposition publique de ces biens qu’elle aurait en commun ». Cette fonction sociale serait un recours à l’interprétation de la tradition qui structurerait notre rapport au temps.

3Depuis la fin des années 80, les pays d’Europe centrale, et en particulier la Hongrie, connaissent une transformation radicale. Par euphémisme, on emploie souvent la notion de transition – qui désigne le passage d’une économie planifiée à une économie de marché pour les économistes – et permet de penser le changement socio-politique par l’irruption du capitalisme. C’est donc par le biais de l’objet patrimonial que je propose de questionner ce changement et le projet de société en construction.

4Le ministère de la Culture s’est transformé en celui du Patrimoine il y a peu de temps. Si globalement le patrimoine rime avec enjeux politiques, on mesure à travers cette nouvelle dénomination à quel point il devient affaire d’État. Si on s’attache au terme même de patrimoine et à sa traduction (örökség), il ne désigne qu’un rapport de succession, et ce n’est que par l’adjonction d’un qualificatif qu’il devient culturel (kulturalis örökség), naturel (természeti örökség) etc. On peut s’interroger alors sur le sens contenu dans cette nouvelle dénomination. Elle rend, de fait opaque – voire difficile – le rôle des diverses institutions jusqu’alors concernées comme l’Office de la Protection des Monuments Historiques (OMvH) par exemple, par le double emploi qu’elle propose. Ce brouillage institutionnel est un reflet, parmi d’autres, du changement en cours dans le pays. Pourquoi considérer le vin de Tokaj comme un objet patrimonial ? Ou tout simplement pourquoi Tokaj ? Un extrait de la Philosophie du vin de Béla Hamvas, écrit dans les années 40, constituera une première réponse.

  • 5 Hamvas Béla (1999) Hamvas Béla (1999) La Philosophie du vin, Edition M, Budapest, pp. 63-64.

« A mon sens, le Tokaji est une femme lui aussi, mais reine. En ce qui me concerne, il me paraît inconcevable de boire du Tokaji chaque jour pendant très longtemps. Pourtant, je ne me tiens pas pour un homme ordinaire. Le monde entier sait que le Tokaji possède des splendeurs que l’on ne trouve nulle part ailleurs. En général, les vins s’apprécient pleinement là où ils ont été produits. Rien de plus naturel ; les fruits sont aussi les meilleurs à peine cueillis de l’arbre, car le transport leur fait perdre précisément leurs essences les plus nobles et les plus désaltérantes. Pourtant, à ce qu’il paraît, même le transport maritime ne saurait priver le Tokaji de ses splendeurs. Le mode de dégustation qui lui convient le mieux reste le suivant : après les grands repas, dans un verre de taille réduite. Aux noces, avant de prendre congé des invités, en guise de verre d’adieu. C’est le vin des occasions solennelles. Excellent pendant la pause d’un concert ou à l’Opéra, pendant l’entracte, car ce vin est doué d’une musicalité rare. Si vous avez une maladie mystérieuse, buvez du Tokaji. Mesdames, si vous voulez que l’enfant que vous portez soit doté d’un caractère royal, buvez du Tokaji. Et vous les artistes, fêtez lachèvement d’une œuvre réussie avec du Tokaji5. »

5Béla Hamvas me semble bien résumer la place qu’occupent les vins de Tokaj dans la société et le cœur des Hongrois. Produit exceptionnel dont on ne fait usage que pour des occasions exceptionnelles, il reste néanmoins un acteur important de la ritualité des grands moments de la vie sociale. C’est également un produit d’exportation de longue date, qui par voie de mer gagnait aussi bien les rives de l’Europe du nord que celles du Nouveau Monde. Le voyage n’altère absolument pas ces qualités, le plaisir est le même qu’on le déguste dans le secret des caves de Sárospatak ou à Lyon : il est une fête au palais… Un vin d’une grande musicalité nous dit-il, exceptionnel, compagnon des préambules et des aboutissements, solennels et festifs, un vin aux vertus miraculeuses et curatives… comment ne pas acquiescer aux propos de l’auteur ? L’Aszú, dont on disait qu’il a la couleur et le prix de l’or, est présent dès la naissance, toujours là lors des mariages, ou des fêtes familiales, à Noël, mais aussi dans les grands-messes de l’État, comme en témoignent les menus des repas officiels, tous régimes confondus. Même si tout le monde en Hongrie ne boit pas, ou n’apprécie les Tokaji avec autant de gourmandise que Béla Hamvas, tout le monde a un avis et le considère comme un élément capital de l’art de vivre hongrois. Mentionné dans l’hymne national, il porte les couleurs du pays, et à ce titre il compte parmi les ambassadeurs de la Hongrie.

6Il offre une fonction symbolique opérante au niveau local, mais aussi au niveau national ou il acquiert une position emblématique. Un corpus de légendes et de personnages tient lieu d’assise mythique à la production ; se confondant avec l’histoire nationale, il fournit les preuves de son antériorité. Autour de sa production, il véhicule des représentations, qualifie l’environnement et en tire son nom. Il joue un rôle essentiel en tant que support de mémoire, de réservoir pour alimenter les fictions d’histoire et construire le passé.

  • 6 Chiva I., « préface », in Demossier M. (1999), p. 5.

7Comme le souligne I. Chiva6, le vin à la fois porteur d’une forte symbolique et d’une particularité, « a été inséré depuis toujours dans les réseaux de l’économie monétaire, comme dans des habitudes de la consommation d’apparat, d’ostentation et de convivialité ».

  • 7 Demossier M. (1999), p. 19.

8Il est parmi les productions dites de terroir celui qui convoque l’univers le plus complexe : « lié à l’imaginaire national machiste, patriotique et chauvin »7, il est constitué de rites et d’initiations, déterminant un espace arrêté, une culture élitiste et professionnelle. Tous les ingrédients sont réunis pour construire un accord sur le bien commun.

  • 8 Voir Cerclet D. (1996) « Objets patrimoniaux » in INFo-CREA, n° 3.
  • 9 Les vins de Tokaj ont une place privilégiée dans la vie religieuse juive ashkénaze.

9Il est admis d’envisager les objets patrimoniaux comme des faits sociaux8, au-delà des différentes postures auxquelles ils renvoient : constitution et transmission, protection et conservation, normalisation, transformation, perte (par oubli, par négligence, par destruction), etc. La production des vins de Tokaj illustre cette proposition les aspects qu’elle recouvre : alimentaire, technique (des savoir-faire spécifiques), organisationnel, juridique (un cadre législatif avec un organisme régulateur), économique, symbolique (emblématique et support de mémoire), esthétique (par le matériel ou l’immatériel, l’univers proposé), politique (sur le territoire et les différentes questions attachés), religieux (la production kasher9 ou de vins de messe), etc.

10Les interrogations propres à toute production dites de terroir se complexifient par la conjonction d’éléments communs à cette région de l’Europe. Aux questions classiques de territoire attachées généralement au patrimoine viennent se greffer un différend avec la Slovaquie (deux villages de l’appellation sont de l’autre côté de la frontière) et un ensemble de minorités (allemande, slovaque, tsigane, ruthène) vivant soit en marge de la manne patrimoniale soit en maintenant un système coopératif qui peut paraître obsolète. Un taux de chômage élevé et une économie souterraine assez importante, la cooptation ou le clientélisme, la faiblesse des infrastructures… sont autant de freins au développement de la région.

11La présence d’investisseurs étrangers qui participent pleinement à la relance économique du vignoble, et qui en plus rendent traditionnel un modèle viti-vinicole exogène, suscite une transformation du tissu local socioprofessionnel, et pour certains, du produit lui-même. La constitution des grands domaines, lors de la privatisation, se réfère directement à la situation de la fin du XIXe siècle, c’est-à-dire une époque où l’aristocratie dominait largement la production. Si les groupes multinationaux ont remplacé la noblesse et la bourgeoisie, les centres de décision sont à l’extérieur du territoire, voire du pays. Les changements amorcés ici depuis dix ans ne relèvent pas du hasard, mais d’un processus programmé lors de la vente des domaines ; le choix des investisseurs fait partie de cette politique. Il fallait s’assurer que les vins bénéficieraient d’un réseau de négoce de grande envergure, que la restructuration importée des domaines n’entrerait pas en contradiction avec le passé de la région. Cela représente un projet à long terme qui à pour but de dynamiser la région et tous les acteurs de la production. Les conséquences sont multiples.

12Aujourd’hui deux productions s’affrontent : les vins dits traditionnels et ceux dits nouveaux, mais ne visant pas les mêmes consommateurs. D’une part, nous trouvons une production bon marché et courante destinée au consommateur national, de l’autre c’est l’exportation et un public (hongrois) ayant un pouvoir d’achat important qui sont recherchés. Le débat dépasse largement le cadre local ; il s’étend, entre autres, aux organismes de certification, et donne lieu à des conflits par voie de presse interposée ou sur l’attribution même de l’appellation. Cet état de fait recouvre des enjeux économiques importants, et divise producteurs et consommateurs. Un autre effet de l’irruption de la loi du marché est l’hyper spécialisation de la production. Ainsi parmi les sociétés les plus importantes (et donc le marché haut de gamme), certaines privilégient la production d’un seul type de vin, jugée plus rentable. D’autres types de vins sont tout simplement menacés de disparition, puisqu’ils n’intéressent que très peu ces producteurs.

13D’un autre côté, ces transformations sont autant d’opportunités pour certains ! Quelques producteurs ont fait le pari de travailler dans la même direction que les sociétés étrangères, à savoir une modification de la vinification, et à cet effet ils ont développé un discours sur la qualité, tout en choisissant de travailler sur de toutes petites parcelles. Il s’agit là d’un projet collectif qui leur a permis de rejoindre l’association des grands producteurs appelée Tokaj Renaissance. On mesure facilement toute la portée symbolique de ce nom.

14Enfin, parmi ces producteurs, certains ont délibérément choisi de vendre à un prix élevé leur production volontairement peu importante. Assez rapidement, ils se sont vus attribuer une image de qualité en mettant en avant le caractère artisanal (voire familial) de leur production, et ce malgré la difficulté de trouver leurs vins en dehors de réseaux spécialisés dans les produits de luxe. Ils participent activement à la production sociale « d’authenticité », en proposant une référence à d’autres producteurs qui reconnaissent en eux un idéal.

  • 10 Demossier M. (1999), p. 28.

15Toute une génération de jeunes techniciens, souvent originaires d’autres régions du pays, a trouvé du travail dans le Tokaj-Hegyalja, apportant leur dynamisme et une autre culture professionnelle. Qualifiés de « jeunes loups » par certains de leurs collègues locaux, ils n’ont pas le passé professionnel dont bien des employés ont du mal à se dégager. C’est toute l’organisation professionnelle et le rapport à l’entreprise qui sont en mutation. Il est difficile de proposer une analyse qui rende compte uniformément de chacun de ces groupes, tout au long des différentes chaînes opératoires et des différentes pratiques ; c’est une anthropologie de la diversité et un retour de l’acteur10 qui surgissent.

16Une autre conséquence de la privatisation est la requalification du vignoble : la classification entre vignobles de première classe et les autres donne lieu à une disparité d’investissements sur le territoire. Autour des communes dont le vignoble est jugé moins intéressant se trouvent les coopératives vinicoles, avec des moyens financiers plus limités, qui commercialisent le plus souvent leurs vins en vrac : la municipalité gère la coopérative et organise le prêt du matériel agricole (même pour une utilisation privée) entre ces membres. Comme elles sont isolées de la grande distribution, leur marché est très localisé, il est donc exclu du national.

17Le paysage connaît une restructuration et traduit l’adaptation de la production : le vignoble qui était jusqu’alors dans la plaine conquiert les coteaux, de nouvelles caves surgissent aux flancs de collines, etc. A travers cette transformation du paysage, c’est le nouvel accord sur le bien commun qui se donne à voir, la réappropriation de l’espace par une reconstruction de la nature à l’image de la culture qui en retour la légitime (Cerclet D., 1997 : 6).

18La commercialisation du raisin (autrefois acheté dans sa globalité) devient tributaire des besoins en matière première des grandes propriétés. Les critères de qualité sont draconiens quant à l’acquisition de la matière première. Ces changements, consécutifs à une recherche croissante de la qualité, constituent un bouleversement tant dans le revenu des petits producteurs que dans celui des ménages. La vente de vins en vrac est l’un des recours utilisés pour écouler la production, et parfois pour échapper à la fiscalité. Les caves de dégustation privées ont fleuri dans les villes les plus touristiques de la région, avec l’hôtellerie ou la location de chambres, elles constituent un revenu non négligeable de l’économie domestique. Ces changements prêtent à penser que l’initiative privée répond à l’inertie des pouvoirs publics, de façon désorganisée certes, mais participent activement à la dynamique locale.

  • 11 Andreff W. (2000) « Anciens pays communistes, dix ans de transition », in Sciences Humaines, Hors-S (...)

19Pour certains producteurs hongrois ou étrangers, la désorganisation qui a surgi avec la privatisation et les résistances au changement expriment le passage entre une société habituée à la verticalité d’un état paternaliste et un monde qui est appréhendé comme dangereux et sans repères pour les uns, alors que pour d’autres il est celui de tous les possibles, de toutes les opportunités : « Les mentalités doivent changer si on veut s’en sortir » selon un producteur. L’économiste Wladimir Andreff dresse le même constat lorsqu’il interroge la transition : « Dans la plupart de ces pays le volontarisme politique s’est heurté à une inertie au changement enracinée dans les structures et les comportements hérités de l’ancien système11. »

  • 12 Chevalier S. (2000), p. 70.

20De nombreux acteurs résument cette situation comme l’affrontement entre deux mondes : un qui est en train de s’installer, un autre qui ne veut pas disparaître. L’aspect désorganisé qui émerge alors cache un monde qui, lui, est très structuré, fait de solidarités et de solutions. L’économie informelle constitue une activité majeure de subsistance et organise une circulation des biens au sein des réseaux familiaux et amicaux : les solidarités familiales et communautaires s’expriment assez fortement en articulant monde rural et urbain. Cette économie informelle recouvre les biens de consommations, le non-marchand, etc., et peut concerner des activités illégales. On peut supposer, comme en milieu rural bulgare avec Sophie Chevalier12, que l’affaiblissement de la sphère étatique entraîne le déclin de la citoyenneté, mais encourage la mise en avant de l’identité communautaire, et du lien contractuel, formel et informel. Une différence avec la situation relatée en Bulgarie est le jeu complexe des identités communautaires. Car si l’État – depuis le changement de régime – encourage ses minorités nationales à exprimer leur particularisme (pour des raisons liées à l’adhésion à l’Union Européenne et à la situation des minorités hongroises hors du pays), il n’en demeure pas moins que pour les membres de ces différentes communautés affirmer une non-magyarité est parfois perçu comme stigmatisant.

21La patrimonialisation de la région (y compris celle du vivant) n’est pas récente. Elle a commencé bien avant la libéralisation du régime autour du territoire, des cépages locaux, des différents micro-organismes qui interviennent directement ou indirectement durant l’élevage des vins. Mais elle se poursuit de nos jours, ou plus exactement elle se renégocie par une sélection (adjonction ou modification) de sens et d’objets, comme la fabrication du paysage, le discours, le bâti, l’imagerie et l’iconographie produite (étiquettes de bouteilles, documents publicitaires, etc.), ensemble d’éléments qui vont permettre la mise en parenthèses – voire la négation – des années de collectivisme.

22Cette nouvelle patrimonialisation se manifeste aussi par l’apparition de nombreux petits musées de la vigne et du vin, où s’exprime une autre vision du patrimoine, mise en scène par l’exposition d’outils ou d’objets jugés représentatifs. De la même façon, certaines communes proposent des manifestations présentées comme la résurgence d’anciennes fêtes disparues. Mais elle se joue aussi en dehors du territoire de l’appellation. Si les organismes publics (offices du tourisme) et les différents points de ventes à destination touristique de la capitale participent d’une certaine façon à la folklorisation des vins de Tokaj, les revues spécialisées jouent un rôle original. Elles se font l’écho de l’évolution de la production, de conflits qui ont lieu avec les organismes de labélisation, lorsque leurs pages ne constituent pas le champ de bataille lui-même. Destinées à un public allant de la classe moyenne à la classe supérieure, elles participent à l’éducation d’un certain consommateur hongrois, qui devient peut-être plus exigeant. L’une d’entre elles diffuse régulièrement des articles sur la région, sert de tribune aux producteurs, tout en offrant des informations purement commerciales. Publiée en deux langues (le hongrois et l’anglais), elle est en passe de devenir la référence dans son secteur d’activité et elle participe activement à la construction de l’image de la région.

23Tous ces changements s’accompagnent de la création de nouvelles activités, notamment liées au tourisme, et proposent des stratégies diverses. Certaines communes préfèrent valoriser leurs patrimoines bâtis : la mairie de Tokaj s’est lancée dans un grand toilettage, les façades baroques ont été restaurées, repeintes aux couleurs originales. En outre, éponyme de la région dont elle tire bénéfice, elle développe des partenariats avec d’autres communes viti-vinicoles du monde. Il en va de même à Sárospatak ou à Sátoraljaujhely, qui sont les grandes villes susceptibles d’attirer les touristes. Mais toutes les communes de l’appellation n’offrent pas le même attrait architectural ou touristique. Le manque de moyens tant des municipalités que des propriétaires privés, l’absence d’intérêt porté à ces bâtiments sont aussi à prendre en considération. Chaque groupe instrumentalise la mémoire à des fins différentes : les uns dans un but purement commercial, les autres pour proposer une forme de cohésion, un espace à construire ensemble. Néanmoins de nombreux acteurs politiques, associatifs et institutionnels considèrent que cet héritage fait partie du potentiel touristique et de développement de la région. Ces différentes initiatives vont s’incorporer au quotidien de nombreux acteurs et multiplier les rôles : on est vigneron, ouvrier spécialisé dans un grand groupe de la région, caviste ou encore loueur de chambres ! Elles contribuent à réduire la richesse sémantique du patrimoine à une valeur marchande.

24La notion de développement exprime bien souvent les difficultés d’un territoire en désarroi économique et social. Si patrimoine et développement sont souvent associés comme réponse à ces difficultés, à l’échelle locale, ils renvoient à des enjeux économiques et politiques.

25Au sens du rapport Brundtland, « le développement soutenable est un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs ». Projet et fait, le développement est l’enchaînement des transformations d’une société, des représentations qu’en ont les acteurs sociaux, des moyens mis en œuvre pour les maîtriser… et des projets à long terme qui en découlent. Mais de quel projet de société est-il question face au paradoxe d’un Etat qui se désengage des politiques industrielles et sociales, alors qu’il se veut partenaire et initiateur de projets de développement sur des territoires en attirant les investisseurs ? Parler de développement, qu’il soit rural, local ou durable, sous-entend aussi volonté et implication.

26II n’y a pas, à vrai dire, de projet commun dans le Tokaj-Hegyalja – il s’agit plutôt d’une multitude de projets localisés – qui permettrait aux instances politiques de la région de parachever un développement durable, ou tout au plus un accompagnement institutionnel. Les figures locales, emmêlées dans le jeu des réseaux (professionnels, associatifs, politiques) se disputent le leadership… une situation que le bon sens magyar résume par « mettez trois Hongrois ensemble, vous aurez quatre partis politiques ».

  • 13 Contreras J. (1995), « introducción » in Alimentación y Cultura, Necesidades, gustos y costumbres, (...)

27A travers deux exemples fournis par une actualité récente, je propose de m’attarder sur les difficultés liées à l’appel aux investisseurs extérieurs pour le maintien de la création d’emplois et sur les problèmes du développement en situation d’ultra libéralisme. Les produits alimentaires constituent un médium universel13 pour exprimer socialité et hospitalité, encore plus peut être lorsqu’il est question de vins. Mais le symbolique est à manipuler avec prudence. Ainsi, si le patrimoine permet de construire un espace commun, sa monétarisation à outrance induit des logiques individuelles fortes, qui produisent de la déception pour les laissés pour compte et, à courte échéance, un discours nostalgique et le rejet de l’autre.

  • 14 Magyar Hírlap du 28 avril 1997.

28Les désaccords sur des questions d’appellations14 sont toujours sensibles avec la Slovaquie, et malgré les accords avec l’Union Européenne de 1993, d’autres régions viti-vinicoles s’obstinent à porter le nom de Tokaj. L’opinion hongroise s’est enflammée, il y a peu lorsque, le caractère national des vins de Tokaj a été mis à mal. On pense rapidement au Tokay d’Alsace, qui est devenu depuis peu « Pinot-gris », mais c’est le Tocai italien qui mène actuellement une campagne féroce afin de conserver sa dénomination.

29Un événement sur un autre type de production a ravivé le sentiment de perte qui sourd lorsque l’on parle de la présence d’étrangers dans le Tokaj-Hegyalja, et le parallèle n’a pas échappé à certains habitants de la région. L’agro-alimentaire est pour une part importante entre les mains d’investisseurs étrangers, qui ont bénéficié de subventions et d’une fiscalité favorable. Ainsi un groupe français qui domine largement l’industrie laitière a été le repreneur d’une célèbre biscuiterie de Györ moyennant cinq ans d’aide de l’État hongrois. Les cinq ans écoulés, le groupe décide de licencier et de fermer l’usine, déclenchant une vague de protestations dans tout le pays, alors qu’il connaît les mêmes démêlés en France. Il se voit obligé de revenir sur sa décision suite à la pression des médias et à une décision de justice. Une des conséquences de la présence importante de groupes étrangers dans ce secteur est le ressentiment croissant d’une partie de la population qui voit les fleurons de l’industrie agro-alimentaire hongroise (il en va de même avec d’autres secteurs) réduits à de simples enjeux économiques au mépris du social.

30Cette évolution exemplifie les transformations structurelles que connaît, outre le secteur industriel, la société hongroise. Prise entre les feux croisés d’un libéralisme débridé et les obligations de la course à l’adhésion européenne, la société civile en fait les frais. Une classe moyenne qui tend à disparaître et une disparité sociale croissante creusant un fossé de plus en plus visible ne sont que les symptômes les plus apparents. L’accentuation du sentiment de perte s’articule avec l’incapacité du politique (tant au plan local que national) à résoudre les contradictions contenues dans les transformations opérées depuis la démocratisation du pays. Si l’objet patrimonial est au cœur du social, il reflète, dans ce contexte, la tension entre l’économique et le politique.

Haut de page

Bibliographie

Andreff W., « Anciens pays communistes, dix ans de transition », in Sciences Humaines, Hors-Série n° 28, 2000.

Cerclet D., « Patrimonialisation du vivant et structuration de l’espace » in INFo-CREA, n° 4, 1997.

Chevalier S., « Stratégies d’échanges », Balkanologie, vol. 4, n° 2, 2000.

Demossier M., Hommes et Vins, Une anthropologie du vignoble bourguignon, Dijon, EUD, 1999.

Micoud A., « Le bien commun des patrimoines », in Patrimoine culturel, patrimoine naturel, La Documentation française, 1995.

Rautenberg M., « L’intervention ethnologique : contribution à la production du patrimoine et analyse des effets de la protection et de la conservation », in Approche anthropologique des relations entre sociétés humaines et milieux naturels. Enjeux scientifiques, territoriaux et sociaux dans les politiques de protection et de conservation du vivant, Journée de l’école doctorale du Muséum du 15 ou 16 mars 2000.

Haut de page

Notes

1 « Du fait de ce qui a longtemps été considéré comme son péché originel : l’absence de distance physique entre l’enquêteur et le terrain » in Rautenberg M. (2000).

2 Voir Lamy Y. (1996), L’Alchimie du Patrimoine, ss la dir., MSH d’Aquitaine.

3 Rautenberg M. (1995), p. 202.

4 Micoud A. (1995), p. 26.

5 Hamvas Béla (1999) Hamvas Béla (1999) La Philosophie du vin, Edition M, Budapest, pp. 63-64.

6 Chiva I., « préface », in Demossier M. (1999), p. 5.

7 Demossier M. (1999), p. 19.

8 Voir Cerclet D. (1996) « Objets patrimoniaux » in INFo-CREA, n° 3.

9 Les vins de Tokaj ont une place privilégiée dans la vie religieuse juive ashkénaze.

10 Demossier M. (1999), p. 28.

11 Andreff W. (2000) « Anciens pays communistes, dix ans de transition », in Sciences Humaines, Hors-Série n° 28 p. 66.

12 Chevalier S. (2000), p. 70.

13 Contreras J. (1995), « introducción » in Alimentación y Cultura, Necesidades, gustos y costumbres, Universitat de Barcelona, p. 18.

14 Magyar Hírlap du 28 avril 1997.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jésus Miranda, « Lecture du patrimoine d’un terrain hongrois : l’exemple de Tokaj »Parcours anthropologiques, 1 | 2001, 47-52.

Référence électronique

Jésus Miranda, « Lecture du patrimoine d’un terrain hongrois : l’exemple de Tokaj »Parcours anthropologiques [En ligne], 1 | 2001, mis en ligne le 06 décembre 2022, consulté le 16 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/pa/2190 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pa.2190

Haut de page

Auteur

Jésus Miranda

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search