Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1ÉtudesRécit d’une fondation contemporai...

Études

Récit d’une fondation contemporaine : le Centre Civique de Bucarest

Stéphanie Beauchêne
p. 53-59

Texte intégral

1De 1984 à 1989, la partie sud de la ville de Bucarest (Roumanie) est un vaste chantier. Le pouvoir en place, dirigé depuis 1965 par Nicolae Ceausescu, a décidé d’implanter dans le cœur historique de la capitale son nouveau centre politico-administratif : le Centre Civique. Pour le construire, un cinquième de la ville fut détruit et 40 000 personnes ont été dans l’obligation de déménager. Cet ensemble architectural et urbanistique est conçu comme un tout organique disposant, dans une centralité absolue, des différentes fonctions de l’Etat. Un des objectifs de la recherche que nous avons conduite était de saisir le sens de cette construction, qui relève d’un traitement monumental, dans l’univers urbain de Bucarest. Pour ce faire, nous avons entrepris une ethnographie de la construction et de la destruction en nous intéressant aux récits qu’élaborent les Bucarestois de cet espace qui se voulait le lieu du pouvoir absolu. Les aménageurs narrent la construction au quotidien, mettant en exergue les processus de production qui ont présidé à l’émergence de cette monumentalité dans la ville. Les « déménagés », comme ils se nomment, évoquent le surgissement de cette construction dans leur univers. La confrontation des récits nous éclaire sur le sens que tous donnent à l’imposition de cette nouvelle urbanité dans leur univers urbain.

2Le Centre Civique, Centrul Civic en roumain, est le nom donné à cette zone qui se situe dans la partie sud de la ville de Bucarest, sur la rive droite de la Dîmbovita. Il se déploie sur 4 800 mètres de longueur et une largeur variant entre 800 et 1 700 mètres, le tout formant une superficie de 485 hectares suivant une orientation est-ouest. Il manifeste une opération architecturale et urbanistique de grande envergure qui débuta en 1984. En 1989, lors des événements de décembre qui ont entraîné la chute du régime et du couple Ceausescu, la construction du site, bien que très avancée, n’était pas encore totalement terminée. L’ensemble urbanistique que représente le Centre Civique est composé, outre le Palais du Peuple, de ministères – justice et sciences –, de bâtiments nationaux – opéra, bibliothèque, musée d’histoire –, d’une place semi-circulaire, d’une capacité d’accueil de 500 000 personnes, et d’une grande avenue.

  • 1 Après décembre 1989, le bâtiment fut rebaptisé Palais du Parlement. Mon travail relatant l’histoire (...)

3Une fois dans le Centre Civique, et quel que soit l’endroit où l’on se trouve, le bâtiment le plus visible est le Palais du Peuple ou Maison de la République (Casa Republicii) ou encore Maison du Peuple (Casa Poporului). Trois noms pour désigner le bâtiment central de l’ensemble. À l’époque, comme le dit un jeune architecte, « le nom officiel n’avait pas encore été choisi, alors on l’appelait suivant l’humeur de chacun, la Maison de la République ou la Maison du Peuple1 » (G.S.).

  • 2 Des chiffres exacts sont très difficiles à obtenir tant la quantité des pièces rend leur comptabili (...)

4La centralité du Palais du Peuple est doublement signifiée : d’une part c’est à partir de celle-ci que s’agence l’ensemble de l’espace, d’autre part son traitement monumental le distingue des autres bâtiments qui composent l’ensemble. Cette imposante architecture lui a valu les regards de la presse occidentale au lendemain des événements de décembre 1989. Cette centralité est renforcée par le fait qu’il se situe sur la colline de l’Arsenal (Dealul Arsenalului) qui s’élève à une hauteur de 18 mètres sur la rive droite de la Dîmbovita, le point culminant du bâtiment se situant à 84 mètres. Pour accompagner les mots servant à la décrire, tels que « monstre », « pieuvre », « mastodonte », « horreur », ou encore « la boutique d’en haut » comme aiment à le désigner les Bucarestois, des chiffres servent à la démonstration de son imposante allure. La surface au sol du bâtiment est de 63 000 m2, mais la surface déployée est de 365 000m2 dont 300 000 sont utilisables. Les 65 000 restants sont occupés par l’épaisseur des murs, les éléments de décoration – colonnes – et les surfaces de circulation – couloirs et escaliers. Le bâtiment est composé de 11 étages dont 2 en dessous de la côte 0. Il y aurait en tout plus de 3 000 pièces2 dont 700 de bureaux, des salles de réunion totalisant 1 200 places, des salons officiels et une salle de congrès de 64 m de diamètre. Sa construction aurait nécessité l’utilisation d’un demi-million de m3 de béton, 65 000 tonnes d’acier pour les structures et 42 000 tonnes de fer à béton. Et, pour mieux rendre compte de l’importance d’un tel bâtiment et lui redonner une certaine réalité, un certain nombre de comparaisons furent proposées. Chacune d’entre elles s’appuie sur des édifices prestigieux : quatre fois le Louvre, deuxième bâtiment public du monde après le Pentagone, plus volumineux que la Pyramide de Kheops.

L’ethnographie du monument : un certain regard

  • 3 Row C., Collage City. Centre Georges Pompidou, 1993.

5Il est des sites qui, à l’observation immédiate, nous paraissent d’une désarmante évidence telle « l’idéalité accablante de Versailles » évoquée par Colin Row3. Et pourtant, surgit de ce sentiment d’évidence un doute qui peut alimenter une réflexion. Partant de ce constat de « l’évidence architecturale », nous devons le dépasser afin d’en saisir l’opacité sociale, politique et culturelle.

  • 4 Mihailescu V., « Snagov – trois mises en perspectives au sujet de la systématisation » in Romanian (...)

6Au regard d’une approche de l’architecture en terme de pouvoir, et en dépit de l’expression d’un réel traumatisme, le Centre Civique n’apparaît pas comme une expérience unique et singulière mais plutôt comme une expression d’un geste architectural à une époque donnée. En ce sens, se situant dans une filiation architecturale circonscrite, il ne représente pas un objet remarquable. En revanche, si singularité il y a, il semble qu’elle se situe dans un certain regard qu’on peut lui porter, notamment dans le regard d’un ethnographe qui se pose sur des quotidiens. Le quotidien de la construction au travers de l’analyse des processus tant politique que technique du gigantesque chantier. Le quotidien des habitants de la ville, qui de l’autre côté de la barrière ont assisté, à leur manière, à la transformation de leur cadre de vie et qui, pour certains, ont dû être évacués pour cause de démolition de leur maison. Mon propos ne consiste pas à nier le traumatisme éprouvé, mais bien à m’appuyer sur celui-ci afin de le dépasser en contextualisant l’histoire de l’érection de l’ensemble architectural et urbanistique. Se pencher sur le quotidien est peut-être une des manières de s’extraire de cette histoire traumatique, car, comme le fait remarquer Vintila Mihailescu, « après 1990, une tendance, hélas, trop hâtive et répandue, veut entreprendre la critique du communisme en terme de folie destructrice, expliquant des phénomènes sociaux indésirables – ou considérés comme tels par la simple paranoïa du Conducator (et éventuellement de ses acolytes) »4.

7Le texte présent se propose d’aborder une thématique particulière qui permet de saisir la manière dont les Bucarestois ont vécu au quotidien l’édification du Centre Civique. Il s’agit en effet de cerner « l’univers rumoral » qui a étayé la construction de l’ensemble architectural. Univers qui trouvait sa légitimité en tant que manifestation d’opposition au mystère d’un chantier interdit imposé aux Roumains.

Thématique à propos du Centre Civique

8Les thématiques répertoriées à partir des témoignages concernent quelques domaines de prédilection. Les récits oraux portent uniquement sur la figure du couple Ceausescu, le Palais du Peuple et les conditions de vie pendant ces années. Les autres bâtiments du Centre Civique ne font l’objet d’aucune forme d’oralité. Les thématiques se concentrent sur ce qui fait le plus événement dans la quotidienneté des individus. Le corpus thématique des légendes concernant le Centre Civique est très spécifique au contexte dans lequel il est produit. En cela il diffère du corpus que l’on peut trouver dans nos sociétés.

Le monde de l’invisible

Il voulait faire un tunnel souterrain qui fasse la liaison avec le Palais de Cotroceni. Il a même commencé à le faire mais on ne sait pas s’il est terminé. À un moment donné je voyais que l’on creusait des trous et qu’il y avait un panneau avec M ; qui représentait le métro. Je me suis dit que l’on allait faire ici un arrêt de métro. C’était en haut à l’arrière du célèbre Palais. Un jour j’ai vu un travailleur un peu plus âgé et je me suis dit « je peux lui demander ».
L : est-ce que l’on fait ici un arrêt de métro ?
Le travailleur : oui
L : Quelle sera la liaison avec le pont ou l’opéra ?
Le travailleur : vous ne savez pas Madame que les souris sen vont seulement sous la terre.
L : J’ai compris que cétait un tunnel pour lui et pas un métro.
(Alina).

  • 5 Kadaré I., La légende des légendes. Flammarion, 1995, p. 219.

9Les rumeurs au sujet du Centre Civique ont pour thématique principale le monde de l’invisible à travers des récits sur les tunnels et les souterrains. Le monde du non visible donne à la rumeur une assise d’autant plus forte qu’il est impossible d’en vérifier la véracité sur le terrain. Le Centre Civique est une construction d’Etat qui s’ébauche dans le secret et l’interdiction du chantier, ce qui a pour effet de développer l’imaginaire sur les entrailles de sa construction. Quand il est difficile, voire impossible, d’approcher les parties visibles du chantier, l’imaginaire se déplace vers le magma de celui-ci. Pour Ismaïl Kadaré, le monde souterrain est bien le monde de tous les dangers, « bien que les gens, pour la plupart, feignent de craindre le ciel, la zone principale qui alimente toutes les peurs n’est pas l’univers céleste mais le monde souterrain »5.

10Le recours au monde de l’invisible peut opérer une distinction entre ceux qui en font partie et ceux qui en sont exclus. Il constitue un monde en soi non accessible au commun des mortels mais qui donne l’occasion, à ceux qui en ont la possibilité, de se déplacer, à partir de son centre, dans d’autres parties du monde souterrain grâce aux ramifications qu’il accueille.

Il y a un abri anti-atomique qui a des catacombes, des correspondances avec les autres parties de Bucarest (Un colonel à la retraite).

11La topographie du monde souterrain se décline sous la forme d’un plan étoilé où la Maison du Peuple se place au centre.

Moi je sais qu’ils existent ou que l’on avait l’intention de faire ces tunnels. Un tunnel qui lie la Maison du Peuple à la station de métro Izvor. Un autre qui lie la Maison du Peuple au promontoire qui se surélève en guise de tribune pour les parades. Il existe ou il était en train d’être fait un tunnel entre la Maison du Peuple et le stade de la République (M.C).

12Le monde souterrain est l’image inversée du monde visible avec pratiquement les mêmes infrastructures qu’à la surface :

Au-dessous du Palais, il y a autant de sous-sols que d’étages visibles. Il y a un abri anti-atomique. Alors on doit s’imaginer qu’il y a sous la terre le même volume que ce que l’on voit (R).

13La métaphore des tunnels ou des réseaux souterrains fait apparaître l’image d’une construction tentaculaire qui ne cesse de se déployer au rythme des constructions. La réalité d’un chantier qui n’en finit plus et pour lequel il était prévu des extensions trouve sa résonance « rumorale » dans la métaphore de la tentacule. À l’image d’un organisme vivant qui pour se développer a besoin d’ingurgiter ce qui lui fait obstacle, le Centre Civique, dans les rumeurs dont il est l’objet, absorbe sur son passage tout le passé historique de la capitale.

14Par définition, la rumeur se transmet de manière informelle. Mais encore une fois, elle détient d’autant plus de force qu’elle provient d’une personne plus ou moins intégrée au processus. Dans un contexte qui distingue ceux qui sont inclus et ceux qui sont exclus, la parole des « autorisés » acquiert un statut de parole officielle.

On lisait les faire-part. Là où je travaillais, il y avait des personnes qui avaient des liaisons avec des personnes haut placées. Alors par eux, mais seulement d’homme à homme, on parlait. Quand on me disait : voilà je dois te dire mais tu ne dois absolument rien dire à personne, c’est comme ça que j’apprenais cette horreur (L).

  • 6 La nouvelle appellation de la Maison du Peuple.

15Ce n’est que lorsque le contexte se transforme que le démenti de la rumeur peut être effectif. Autre temps, autres rumeurs dirait-on lorsque le chef médiatique du Palais du Parlement6 dément à coup d’éléments techniques et rationnels les légendes qui sont rattachées à ce Palais. L’époque de l’après Ceausescu est marquée par une volonté d’ouverture et d’information. Il s’agit de démystifier le Palais du Peuple au nom d’une transparence publique du bâtiment. L’appétit d’informations, auquel s’ajoute la nécessité d’en donner pour que le bâtiment connaisse une nouvelle destinée, doit prendre en compte des éléments du passé pour mieux les démentir.

Il y a des légendes qui disent qu’il y a des étages souterrains. C’est quelque chose qui est pratiquement impossible vu le niveau de la nappe phréatique. Dans le métro, il y a pas mal de lieux dans lesquels l’eau vient suppurer ; parce qu’à Bucarest la nappe phréatique est vraiment très haute, donc on ne peut pas construire en dessous (chef médiatique du Palais du Parlement).

16Symbole monumental du secret qui a sévi pendant des années, il a été dès les premiers jours de janvier 1990 ouvert au public. Aujourd’hui, l’accès public du bâtiment s’effectue par l’aile sud, anciennement destinée au Comité Central du Parti. Un Centre International de Conférences est chargé, entre autres, de l’accueil du public. Cinq à dix pour cent des 300 000 m2 sont réservés aux activités du Centre : organisation de conférences, d’expositions et accueil du public.

17Dans le processus de narration, les tunnels ou les souterrains sont par essence secrets et réservés à une seule catégorie, « les gens haut placés ». On n’hésite pas à sacrifier les concepteurs pour préserver leur secret. Cette rumeur nous conduit vers le deuxième corpus.

Il y a dedans des tunnels qui devaient rester tout à fait secrets. A la fin des travaux, si un architecte ou un ingénieur connaissait les plans de cette partie-là, il disparaissait, on le tuait. On devait pas savoir ce qu’il y a dedans. C’était le secret de la famille (L).

Les sacrifices

Je ne sais pas si cette histoire est vraie ou non. Le quartier était appelé « la vallée des plaintes » car il y a eu beaucoup de personnes qui se sont suicidées ou qui ont eu des congestions cérébrales ou des infarctus, qui sont morts des causes de la démolition (M.G).

18La mort représente le deuxième corps thématique des rumeurs. Elle est présente sous une forme sacrificielle au travers des récits sur les suicidés ou les morts violentes. Le sentiment de sacrifice, qu’il revête n’importe quelle forme (mort, conditions de vie misérables), est rationnellement inscrit dans la politique du pays. Le sacrifice est édicté en loi au nom de la création de « l’homme nouveau » et l’édification d’une « société socialiste multilatéralement développée ». Il est donc logique que la rumeur relaie les résultats de ces grands principes mais en incarnant les sacrifices. Ce n’est plus une nation qui se sacrifie au nom de sa modernisation mais des individus, « mon voisin » que l’on a « suicidé ». Les variantes sur les morts s’actualisent en fonction de l’univers de chacun.

19Ainsi, ce militaire à la retraite qui déplore l’ensevelissement des militaires :

Là-bas, beaucoup de militaires sont morts. Ils sont morts vivants, la terre leur est tombée dessus (...) Et puis d’autres, lorsqu’ils avaient fini un travail, ils disparaissaient.

20Bien souvent la mort est anonyme ou non personnifiée, sauf dans les quelques cas où l’on attribue à la construction la disparition d’un être proche :

Cezar Lazarescu, par exemple, il était mon ami. Je pense qu’il s’est suicidé à cause de cette affaire. Il avait des problèmes de circulation, il a fait trois attaques. Le médecin lui recommandait du repos et de la chaleur. Il a voulu avoir une attaque pour en terminer (M.C.).

21La mort ne concerne pas uniquement les personnes qui ont travaillé sur le chantier. Les habitants du quartier sont aussi concernés par cette mort :

Vous pouvez comprendre qu’il y a des gens qui sont morts quand la décision de déménager est venue (A.P.).

22Le déménagement peut avoir eu des incidences fatales, quelqu’un attribuant le sort de ses proches aux conséquences du départ.

En juin 1990, ma femme est morte, ma belle-mère en septembre et l’autre femme qui vivait avec nous aussi en septembre, trois décès en deux mois. Mais je vais vous dire que ma femme était malade à cause justement de ce stress, de cette situation avec les démolitions. Elle a eu un cancer. C’était un des motifs. Et l’autre motif, c’était Tchernobyl. Elle a senti, moi j’étais dehors toute la journée mais je n’ai rien senti, mais elle était seulement dans la maison et elle a senti quelque chose (A.).

23Le suicide peut intervenir après le déménagement et l’installation dans le nouvel appartement :

Il y a eu énormément de cas où ils se sont suicidés. Ils n’ont pas résisté, après deux mois ils sont morts. Après avoir vécu une vie entière dans la même atmosphère, dans sa maison, l’organisme n’a pas supporté (L.).

Ce n’est pas une bonne construction, c’est une construction excellente, très résistante. Je ne suis pas sûr mais tout le monde dit que beaucoup de gens qui ont travaillé ici ont été tués pour ne pas dire tout ce que l’on fait dans le sous-sol, parce qu’il y a cinq ou six étages de construction dans le sous-sol. Il y a un réseau de liaison avec le métro, avec la gare du nord, avec Snagov, et tout ça (A.A).

  • 7 Kadaré I., La pyramide, Fayard, 1992. « Pour ce qui était du risque de payer de sa vie la moindre e (...)
  • 8 Ibid., p. 183.

24Ismaïl Kadaré, dans son roman Pyramide, consigne, dans la chronique qu’il fait de la construction de la pyramide de Kheops, un ensemble de faits de sacrifices très particuliers7. Les constructeurs qui avaient en charge l’aménagement des parties sensibles, secrètes de l’édifice savaient qu’ils ne pouvaient espérer vivre très longtemps car ils détenaient trop d’informations sur le bâtiment. Des liens très troublants et des ressemblances étonnantes existent entre les faits de la chronique et les récits de construction du Centre Civique. De manière plus générale, Ismaïl Kadaré considère le recours au sacrifice dans les pays communistes comme « une mentalité politique » qui constitue l’essence même du pouvoir totalitaire. Pour ceux-ci, la version mythique et légendaire a laissé la place à une version politique du sacrifice : « la légende du sacrifice, celle que les anciens ont chantée en certaines occasions, dans les célébrations mythiques au début d’une guerre ou d’une construction, devenait sous le socialisme la psychologie dominante. Peu à peu, elle se convertissait en une seconde philosophie, une mentalité permanente qui colorait le climat général. L’autel du socialisme demandait ses victimes »8.

La malédiction du lieu

25Une série de morts violentes, non naturelles, frappe les personnalités qui ont construit sur la colline. L’histoire de la colline est marquée par ces multiples malédictions et le couple Ceausescu n’est pas moins concerné par cette filiation historique :

Probablement qu’on ne lui avait pas dit que l’endroit est maudit parce que tous ceux qui ont construit là-bas ne sont jamais morts d’une mort naturelle. Au début, celui qui a construit son palais et qui a eu la tête coupée ; Sic, le voïvode Mircea Ciobanu. Cuza qui a construit l’Arsenal qui a été détrôné et exilé. Et Ceausescu (Directeur du Musée d’histoire de Bucarest).

26Le sacrifice ultime de l’histoire de la dernière décennie roumaine est celui du couple Ceausescu : leur fin violente et rapide marque à tout jamais la destinée de ce pays. Dans le prolongement des récits à propos des « sacrificiés », le dernier sacrifice est inscrit dans l’histoire même du lieu d’édification de l’ensemble architectural. L’histoire de la colline de l’Arsenal, précisément là d’où émerge le Palais du Peuple, contenait déjà les derniers rebondissements de cette construction. Au cours de l’histoire de la ville, la colline de l’Arsenal a connu un sort particulier dans le paysage urbain. Elle est l’une des trois collines représentatives de la ville et représente un point stratégique qui la rend attrayante aux yeux des pouvoirs.

  • 9 Harhoiu D., Bucarest, une ville entre Orient et Occident. Maison d’édition Simetria. L’Union des ar (...)
  • 10 Constantin Handjerli est étranglé dans son Palais le 18 février 1799 par l’ordre de la Porte.

27A l’origine, la colline est l’emplacement de la première cour princière (l’Ancienne Cour) qui représente pour les historiens la naissance de la ville de Bucarest. La cour fut édifiée par le Voïvode Mircea Ciobanu. La Cour ne se situe pas exactement sur la colline mais en contrebas, or « une position plus haute d’un tel ensemble aurait semblé plus logique. Je crois que cette disposition aurait pu être dictée soit par des considérations d’ordre stratégique, soit par certaines particularités du terrain, car on ne peut exclure l’hypothèse que la Cour ait pu être entourée d’eau »9. L’Ancienne Cour, aux allures de Palais vénitien, est partiellement détruite par un incendie en 1718. Ces dernières ruines disparaîtront définitivement lors du violent tremblement de terre de 1802. La Nouvelle Cour (Curtea Noua), de style byzantin, est construite en 1770 sur la colline Spirea (nom d’un docteur) par Alexandre Ypsilanti, nouveau Prince Régnant de Valachie. Pendant l’occupation autrichienne (1789-1790), elle est transformée en hôpital militaire. En 1798, Constantin Handjerli la restaure et emménage avant sa fin tragique10. Le tremblement de terre de 1802 l’endommage mais le nouveau Prince, Constantin Ypsilanti, décide de la réparer avant qu’elle ne redevienne un hôpital militaire lors de l’occupation russe. Traditionnellement demeure des Princes Régnants, elle est de nouveau restaurée par Jean-Georges Caradja qui n’en profite que très peu de temps puisque le monstrueux incendie de 1812 la détruit définitivement. Le Prince se résigne, abandonne l’emplacement de la Nouvelle Cour et loue, pour y séjourner, deux résidences de boyards non loin de là.

28Le deuxième temps de l’histoire de la colline est marqué par l’édification d’un arsenal militaire. A l’époque de la préparation et de la réalisation de l’union des Principautés de Moldavie et de Valachie, Ioan Alexandru Cuza est élu Prince Régnant de la Valachie, le 24 janvier 1859. La construction de l’Arsenal – comme tant d’autres bâtiments – est fortement liée à la personnalité de Ioan Alexandru Cuza, premier homme politique à être à la tête du pays réunifié et d’une nouvelle capitale. L’élection de ce nouveau Prince Régnant symbolise pour les Roumains le début d’une nouvelle ère, celle de l’union du pays, et notamment le choix de Bucarest comme capitale du pays. Ce changement de statut entraîne la ville dans une nouvelle dynamique. En 1861 est mis en service l’Arsenal de l’armée sur Dealul Spirii, auquel viendront s’adjoindre en 1871 la Poudrerie et la Salpêtrière. Ion Alexandru Cuza est renversé par un coup d’Etat militaire et abdique en février 1866. L’Arsenal est entièrement détruit par un incendie.

29L’histoire de la colline ainsi relatée exprime trois objets de malédiction, trois temps historiques de la Roumanie. Le temps des princes régnants, puis celui de la construction de la nation et, enfin, l’époque communiste incarnée dans le couple Ceausescu. A chaque étape de cette histoire, la colline est le lieu d’une malédiction qui frappe les personnalités représentatives de ces moments.

  • 11 Deltenre-De Bruycker C., « Les démolis de Snagov » in Communication, L’Est : les mythes et les rest (...)

30La colline de l’Arsenal n’est pas le seul lieu à être frappé de malédiction dans l’entourage de Nicolae Ceausescu. La commune de Snagov se situe à une trentaine de kilomètres de Bucarest. Au cœur de la plaine de Valachie, la région de Snagov est baignée par des rivières et les lacs qui en font un lieu de villégiature fort agréable pour la nomenklatura roumaine qui y possède des maisons. Ceausescu possédait un château dans lequel il aimait se rendre régulièrement. Snagov, dans le giron de la capitale, a subi précisément, en raison de cette proximité, le programme de systématisation. Chantal Deltenre-de Bruycker11 a consacré une étude sur les effets de ce programme de systématisation à partir de témoignages des habitants de la commune. Concernant la destinée de la commune de Snagov, elle rapporte les propos suivants dans un de ces articles :

Tous les potentats qui ont vécu ici sont morts de mort violente ; à commencer par Voïvode Vlad, décapité par les Turcs dans une bataille non loin d’ici et enterré sur l’île de Snagov. Après lui, plusieurs boyards furent également assassinés sur l’île, et enfin le feu qui venait régulièrement à Snagov, parce que son médecin lui en recommandait chaudement le microclimat…

31Vlad Tepes fut Prince Régnant de la Principauté de Valachie de 1456 à 1462. Il est surtout connu par son surnom « l’empaleur » qui lui valut d’être la figure représentative du héros du livre de Bram Stocker Dracula. Il tient sa réputation de prince barbare de sa manière de mener le combat contre les Turcs. La Principauté est souvent l’objet d’invasions turques contre lesquelles Vlad Tepes combat de manière violente. Son surnom est issu de son mode de châtiment, le « pal » qu’il infligeait à chacun des prisonniers. Le rapprochement avec Vlad Tepes est loin d’être anodin et le surnom attribué à Ceauscescu le Feu – qui selon l’auteur signifie feu destructeur amplifie le rapprochement entre ces deux personnages à qui l’on attribue des actes sanguinaires. Vlad Tepes préférait Bucarest à Tirgoviste comme résidence car il y était mieux placé pour défendre la Principauté contre les envahisseurs venus du sud du Danube. Les historiens le considèrent comme l’un des fondateurs de la ville.

L’exemplarité

  • 12 Micoud A., « Les lieux exemplaires : des lieux pour faire croire à de nouveaux espaces » in Des Hau (...)

32Le Centre Civique espace singulier au sein de la ville de Bucarest histoire de son édification et enfin les récits qu’il provoque, qu’il instaure ou qu’il narre, peut bénéficier d’une nouvelle perspective d’analyse au regard de la notion de lieu exemplaire. André Micoud définit les lieux exemplaires ainsi : « des lieux produits, construits pour signifier la possibilité d’un avenir différent articulé à la désignation concomitante d’un problème social, d’une contradiction (problème qui est dit pouvoir trouver sa solution dans une autre manière d’organiser l’espace social) et, enfin, construits pour être reproduits et imités12 ». La définition proposée pose le rapport entre le temps et l’espace, considération qui inclut d’emblée la question du monument dans l’analyse des lieux exemplaires. A partir de cette notion, nous essayerons de savoir dans quelle mesure les récits à propos du Centre Civique contribuent à produire un lieu exemplaire, autrement dit comment à travers la production des récits, le Centre Civique s’érige comme un lieu exemplaire.

Un lieu pour signifier un avenir différent

  • 13 Micoud A., « Les lieux exemplaires : des lieux pour faire croire à de nouveaux espaces » in op. cit (...)

33Le Centre Civique est considéré comme la résultante d’une série de facteurs qui sont : la volonté politique de réaménagement de l’ensemble du territoire roumain, sa mise en œuvre dans le programme de systématisation, une volonté illimitée de moderniser la capitale et un investissement personnel de la part du dirigeant. La conjugaison de ces éléments aboutit à la proposition d’un nouvel espace urbain qui passe par une redéfinition de la composition urbaine d’une partie de la capitale roumaine. Le Centre Civique est une évocation, dénuée d’ambiguïté, de la profonde correspondance entre la forme et le fond, c’est-à-dire la manifestation esthétique d’une idée. Or, au regard de l’histoire des évolutions urbaines de la capitale, l’idée marque un tournant important car, à la différence des précédentes, elle vise à instaurer ou à rendre manifeste l’étroite imbrication entre le fond et la forme. On est bien ici en présence d’une orientation qui instaure le spatial comme préfiguration d’un nouvel ordre social. Ces nouveaux lieux, André Micoud propose de les considérer comme des lieux exemplaires, c’est-à-dire « des lieux utopiques qui ont eu lieu, et qui, et c’est l’important, se donnent à voir comme préfiguration d’un autre territoire »13. Le lieu exemplaire contiendrait l’articulation que nous tentons de comprendre entre lieu et espace, forme et fond. Le lieu exemplaire, à la différence du lieu utopique, est une réalisation effective, une concrétisation aboutie d’un projet de société. La conjugaison, d’une part, du recours au récit légendaire pour éprouver l’édification, et d’autre part, du manifeste politique qui s’exprime au travers de l’agencement du nouvel espace, ne concourt-elle pas à la production d’un lieu exemplaire ?

Le Centre Civique : un lieu exemplaire ?

  • 14 Ibid., p. 62.
  • 15 Ioan A., « Projet inachevé » in LA&I, L itere, Arte, Idei. Suplement cultural al Cotidianul, n° 33 (...)

34Le processus d’exemplarité est donc le résultat, selon André Micoud, « d’une triple décontextualisation de l’histoire, du lieu et des acteurs et est construit comme un unique inimitable »14. À la lumière de cette proposition d’intelligibilité du monument, revenons d’où nous sommes partis, à Bucarest sur les bords de la Dîmbovita, au pied du Palais du Peuple. Avec ce nouvel appareillage conceptuel, le Centre Civique apparaît sous un autre jour. Augustin Ioan, dans un article qu’il consacre à l’architecture roumaine, utilise la formule de « disneyland communiste »15 pour évoquer le style architectural de la construction de Nicolae Ceausescu. Il a recours à cette expression pour justifier l’entreprise de monumentalisation de l’univers urbain que représente le Centre Civique selon un style architectural hybride, mélangeant différents esthétismes. S’il est vrai que le Centre Civique représente un moment non négligeable dans l’histoire de la monumentalisation de la cité, il n’en reste pas moins que le projet qu’il porte dépasse de loin l’institution d’une aire de jeu, d’une opération ludique. En effet, l’intérêt porté aux processus de construction et de destruction révèle tous les enjeux contenus dans le nouveau quartier et particulièrement dans le Palais du Peuple.

35L’opération urbanistique et architecturale dépasse, me semble-t-il, le simple processus de monumentalisation d’une partie de la capitale mais instaure une nouvelle idée de l’espace. La philosophie de l’homme et l’idéologie de la « société socialiste multilatéralement développée » représentent le liant de l’opération de construction de l’ensemble. En effet, le contexte de la systématisation générale du territoire représente le point de départ de l’histoire. Mais le processus mis en œuvre dans la capitale dépasse ce qui fut entrepris dans le reste du pays avec notamment la systématisation des grandes villes. Si le principe qui prévaut est identique et constitue la base de l’entreprise, en revanche le processus selon lequel fut établi le Centre Civique, instaure une différence fondamentale. En effet, à la différence des aménagements qui ont eu lieu hors de la capitale, le processus de construction du Centre Civique conduit à le fonder comme lieu exemplaire.

36La construction sociale dont il est l’objet l’institue comme l’exemple de lui-même tant le processus dont il tire sa genèse le place comme un objet sans équivalent possible. Or, l’exemplarité qui le caractérise situe le Palais du Peuple dans le registre d’une construction référante d’une vision du monde. Mais au-delà du constat de l’érection d’un bâtiment exceptionnel, le contexte et les valeurs qui ont présidé à son édification l’apparentent à une production architecturale d’exception. Exception et exemplarité font du Palais du Peuple un bâtiment qui peut prétendre compléter la liste des grandes familles de bâtiment telles que les cathédrales, les pyramides, les mausolées ou les temples. Chacun d’entre eux fait référence à la grandeur du projet ou de l’homme qu’il incarne et qui est présent dans la minéralité des murs.

37La monumentalité, la centralité, l’isolement et l’indestructibilité sont les principales composantes physiques de la création du Palais du Peuple. L’événement fondateur qui est à son origine est la superposition du champ politique et de la figure d’un homme. L’homme se confond avec la fonction et le Palais du Peuple est l’enveloppe minérale de cette confusion des genres. Le Palais du Peuple est conçu comme l’écrin protecteur du corps du pouvoir. Cette configuration place le bâtiment plutôt dans la catégorie du monument mausolée – pyramide plutôt que dans celle de cathédrale ou de temple.

Haut de page

Notes

1 Après décembre 1989, le bâtiment fut rebaptisé Palais du Parlement. Mon travail relatant l’histoire de la construction de cet espace sur la période 1984-1989, j’ai délibérément choisi de conserver pour mon propos les noms utilisés à cette époque.

2 Des chiffres exacts sont très difficiles à obtenir tant la quantité des pièces rend leur comptabilité presque impossible à effectuer.

3 Row C., Collage City. Centre Georges Pompidou, 1993.

4 Mihailescu V., « Snagov – trois mises en perspectives au sujet de la systématisation » in Romanian Journal of Sociology, IV, 1993, Bucuresti.

5 Kadaré I., La légende des légendes. Flammarion, 1995, p. 219.

6 La nouvelle appellation de la Maison du Peuple.

7 Kadaré I., La pyramide, Fayard, 1992. « Pour ce qui était du risque de payer de sa vie la moindre erreur, un autre groupe était encore plus en droit de le redouter : celui qui s’occupait des plans de l’aménagement intérieur de la pyramide, en particulier les entrées et les sorties secrètes du procédé de fermeture hermétique de la chambre funéraire, ainsi que des faux accès destinés à fourvoyer les pillards. Dès l’époque des premières pyramides, nul n’ignorait qu’aucun des membres de ce groupe ne ferait de vieux os. On découvrait toute sorte de prétextes pour les condamner ou les supprimer, mais le véritable motif de ces mesures était bien connu : le secret devait être enterré en même temps que ces détenteurs ». p. 39.

8 Ibid., p. 183.

9 Harhoiu D., Bucarest, une ville entre Orient et Occident. Maison d’édition Simetria. L’Union des architectes de Roumanie et Arcub, 1997.

10 Constantin Handjerli est étranglé dans son Palais le 18 février 1799 par l’ordre de la Porte.

11 Deltenre-De Bruycker C., « Les démolis de Snagov » in Communication, L’Est : les mythes et les restes. N° 55, 1992, Seuil, pp. 89-107. « Accélération de l’histoire à Snagov, commune roumaine » in Etudes Rurales. janvier-juin 1992, pp. 125-126, pp. 117-129. « La bouche du village » in Journal des Anthropologues, L’anthropologie face à la langue. N° 57-58, automne-hiver 1994, pp. 53-61. Association Française d’Anthropologie (AFA).

12 Micoud A., « Les lieux exemplaires : des lieux pour faire croire à de nouveaux espaces » in Des Hauts-Lieux. La construction sociale de l’exemplarité. Edition du CNRS, 1991, p. 54.

13 Micoud A., « Les lieux exemplaires : des lieux pour faire croire à de nouveaux espaces » in op. cit. p. 53.

14 Ibid., p. 62.

15 Ioan A., « Projet inachevé » in LA&I, L itere, Arte, Idei. Suplement cultural al Cotidianul, n° 33 (262), anul IV, 26/08/1996.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphanie Beauchêne, « Récit d’une fondation contemporaine : le Centre Civique de Bucarest »Parcours anthropologiques, 1 | 2001, 53-59.

Référence électronique

Stéphanie Beauchêne, « Récit d’une fondation contemporaine : le Centre Civique de Bucarest »Parcours anthropologiques [En ligne], 1 | 2001, mis en ligne le 06 décembre 2022, consulté le 24 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/pa/2198 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pa.2198

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search