Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1ÉtudesHumour dangereux

Études

Humour dangereux

Au sujet d’un recueil de plaisanteries politiques
Gyözö Zsigmond
p. 60-63

Texte intégral

1Dès le début des années 70 jusqu’au changement intervenu à la fin de 89, je recueillais en secret, illégalement, les plaisanteries politiques de « l’époque de la lumière », de « l’époque d’or », de « la belle époque » (en roumain : labele poc « époque des applaudissements ») de la Roumanie. J’espérais voir paraître le recueil plutôt que me voir vêtu en prisonnier en dépit de la situation désespérée. Qu’en est-il depuis 1990 ?

2Le retard de la parution de mon recueil semble être une broutille parmi la multitude des non-réalisations. Le début confus des années 90 n’était pas favorable à la récolte des blagues et même plus tard je n’osais pas livrer à mes lecteurs les noms de mes informateurs.

3La plupart de ceux qui osaient me les raconter sont des hommes, des intellectuels, des Hongrois. Mais, parmi eux, il y a aussi des Roumains et des Saxons, des villageois, des paysans, des habitants de grandes ou de petites villes aussi, et même des femmes. La plus grande partie du recueil s’est donc formée selon une méthode passive. Ce n’est qu’après 90, que j’ai osé publier ces blagues politiques sans mentionner les noms de mes nouveaux et anciens interlocuteurs. Il y avait, je le dis sans exagérer, un grand nombre de variantes que j’ai négligées. Je n’en ai laissé que quelques-unes comme échantillon.

4En 1998, répondant à l’appel de Vilmos Voigt, j’ai noté en même temps qu’Imre Katona les blagues politiques de l’année 1998 (lui, en Hongrie et moi, en Roumanie, avec des informateurs hongrois). Cette fois-ci j’ai essayé de fixer aussi précisément que j’ai pu les circonstances de l’enquête. On a eu également la possibilité d’une comparaison et d’une analyse unique jusqu’au présent.

5L’époque de Ceausescu a été sûrement une époque lumineuse et de gloire, mais pas pour le peuple ; seulement pour les proches du parti communiste et surtout pour les blagues politiques.

  • 1 Une sorte d’abréviation des mots hongrois désignant : blagues politiques.

6Les blagues politiques ont gagné mon affection parce qu’elles sont très concises. J’ai commencé de noter mot à mot dans mon recueil nommé Otto Polvitz1 ces créations folkloriques spécifiques, comme les camarades, les informateurs me les disaient en utilisant mon écriture difforme, qui cette fois-ci était difforme parce que je voulais qu’elle soit ainsi. Cette période-là a été la période de la terreur. La Securitate (police secrète roumaine de ces temps-là) n’a pas hésité à commettre des crimes pour effrayer ceux qui protestaient ou qui s’opposaient au régime. Les sécuristes (les employés de la police secrète roumaine) ont appliqué plusieurs méthodes bien choisies et très raffinées pour effrayer, pour réduire au silence, pour étouffer par exemple la rébellion des intellectuels. Les diverses modalités de torture, de pénétration dans l’intimité des gens (en écoutant les conversations téléphoniques), les arrestations plus ou moins courtes et les menaces étaient très fréquentes et on les considérait normales. La télévision, la radio, les journaux ont concouru dans la glorification, l’éloge de la famille Ceausescu et ils ont attendu la même chose de tout le monde. Il n’était pas recommandé de réfléchir et d’agir indépendamment mais seulement dans la direction imprimée par le PCR (Parti Communiste Roumain) et son Secrétaire Général. Autour de nous, les mass media entonnaient l’hymne à la gloire de cet âge d’or en dépit de la vie misérable du peuple. La blague politique est le miroir déformant qui polarise, accentue en permanence, amène au premier plan ce qui caractérise une époque.

7Les années 30 marquaient le règne (triste) des blagues antifascistes, mais cela était aussi naturel que les blagues dites dans les années 50, 70, 80 dont le sujet était la révolte contre les injustices du socialisme, surtout chez les peuples des pays de l’Europe centrale et de l’Est, où elles étaient considérées comme réactionnaires par le régime. Il suffisait, par exemple, de raconter autour de soi des blagues politiques pour que la police secrète s’intéresse à vous et l’on risquait d’être condamné. Bien que les blagues soient le miroir déformant d’une époque, elles ne deviennent pas inopportunes après la disparition de cette époque historique. Une partie, sans doute, sombre dans l’oubli, mais si le sujet redevient actuel, même sous une forme changée, la blague jadis oubliée peut ressusciter. La blague, la plaisanterie est une forme qui vit et opère surtout dans la tradition orale ; partout en Europe elle est appréciée en tant que création populaire, et la plupart des créations populaires nouvelles agissent dans ce genre.

8La plaisanterie politique réagit très vite à l’événement. Si son effet est durable, les plaisanteries qui s’y rapportent peuvent survivre des semaines et même des années. Selon Imre Katona (1980 : 79) et Vilmos Voigt (1974 : 189), plus une période est mouvementée, plus elle engendre de plaisanteries, l’inverse est aussi valable. Il est possible que ce soit vrai, mais je crois que souvent les relations tendues, le degré de polarisation de l’époque sont les facteurs décisifs. La vie politique de la Roumanie après 89 est beaucoup plus animée qu’elle ne l’était auparavant, mais la production de plaisanteries est moins importante, de qualité inférieure à celle de la période qui avait été caractérisée par la stabilité d’une situation déformée.

9Le résultat des recherches de la blague politique de 1998 – faites en détail et dont le résultat ressemble à celles de Imre Katona – m’a persuadé que la période actuelle est moins créative sans que cela ne signifie que le genre est périmé, qu’il est dissout dans la démocratie politique d’aujourd’hui (Szilagyi 1996 : 49). Même après le changement de régime, on a besoin d’elle juste comme source d’amusement et comme mode de protestation. Bien sûr, de nos jours, la blague est moins importante comme arme politique.

10J’insiste sur le fait que la situation historique dans le monde de la plaisanterie est un facteur important et influent : par exemple, dans les dictatures comme celle de Ceausescu en Roumanie, les formes douces de la blague politique n’ont pas été tolérées. La linéarité idéologique et politique, la rigidité ne permettaient pas (tandis que dans la Hongrie voisine, dans la situation d’un régime plus doux, c’était possible) que la plaisanterie politique puisse se développer.

11La plaisanterie politique en Roumanie, tout comme en URSS, a été présente dans la lutte politique d’une autre manière : persécutée et censurée. Son goût, sa popularité ont été accrus par son statut de fruit défendu. Bien que, en secret, la plaisanterie se répandît irrésistiblement et qu’elle reçût son âge d’or, elle était un risque pour celui qui la racontait, ainsi que pour son créateur. En ironisant la perte de notre condition humaine néanmoins ininterrompue, elle affirme l’élément essentiel, créateur de notre humanité : l’humour. Les plaisanteries ont gardé vivants, par exemple, les sentiments contaminés, les exigences salies des affamés et des assoiffés d’une vie meilleure en les reliant à la justice, à la solidarité.

12La valeur documentaire des plaisanteries mentionnées est significative, bien que la société de consommation de notre époque apprécie le plus souvent uniquement leur rôle de divertissement et d’action politique, oubliant par exemple qu’elles popularisent un certain type de culture.

13Les motifs, les thèmes sont d’une assez grande variété : leur nombre n’est cependant pas très grand car toutes les plaisanteries tournent autour de thèmes fondamentaux. Toutes citent, ironisent sur l’esprit du culte de la personnalité, la dictature communiste, la privation ou le piétinement des droits. (cf. Stefanescu 1991 : 168-169, Niculescu 1999 : 213-266, Sarv 1997 : 97-99).

14La majorité des personnages sont des hommes, surtout des adultes (Zsigmond 1997). Selon leur « occupation » (fonction, statut), l’ordre est : chef-d’État, membre de la Securitate, policier, douanier, militant du parti, professeur, élève… et quelque quarante autres professions.

15J’ai compté en totalité plus de 173 personnages dans les plaisanteries notées, qui sont au nombre d’environ 2 000 à 3 000 si on prend aussi en compte les variantes. Les personnages ne sont pas très nombreux, c’est ce qui caractérise généralement les plaisanteries. Et si on pense que ces personnages représentent des types, des choses typiques, le nombre des personnages effectifs n’arrive pas à la moitié du nombre des plaisanteries sans compter les variantes. Les souffrants, les exploités, les usufruitiers et ceux qui personnifient des instruments et des procédés divers sont ceux qui débutent sur la scène des plaisanteries. Les plaisanteries ont les mêmes sujets que les genres dramatiques, épiques et parfois lyriques mais sous une forme le plus souvent brève, dialoguée, précise.

16La diversité des auteurs influence la forme ainsi que le contenu. Des plaisanteries sur des thèmes villageois se mêlent à celles sur les thèmes citadins. Le rôle des intellectuels est indiscutable – dans les villes tout comme dans les villages – dans la création et dans la diffusion également. Il suffit de s’en rapporter au niveau culturel des plaisanteries et au niveau intellectuel d’une grande partie de ceux qui me les ont racontées.

17On ne peut pas parler ni d’une vision du monde unitaire ni d’une conception politique unitaire : cependant l’orientation et l’attitude oppositionnelle sont générales. On peut dire que la manière de représenter est unitaire seulement si elle s’adapte au cadre et aux limites du genre. Elle est caractérisée par le fait de mettre trop en évidence, par la polarisation et la simplicité.

18Les plaisanteries sont contre la dictature (ici communiste), contre le culte de la personnalité. A côté de cette opposition, on peut découvrir par-ci par-là les traces d’une obligation vis-à-vis d’une politique, d’une religion, mais pour elles le modèle de conduite à tenir se situe en dehors de toute idéologie, conception politique et religion théorisée. La caractéristique est que rien n’est saint, que l’on peut tout critiquer, que l’on peut se moquer de tout. L’opposition de chaque époque s’y manifeste ; les plaisanteries sont l’adversaire de l’autorité de tous les temps, elles sont le porte-parole des valeurs non suffisamment appréciées.

19Il convient d’ajouter au caractère national et international des plaisanteries politiques la situation politique, le régime social auquel elles réagissent. Il y a un caractère national particulier, mais également un caractère international. Ils ne s’excluent pas l’un l’autre ; ils peuvent être différents ou non. Les thèmes, les pointes qui circulent, l’emprunt des personnages rendent incontestable le caractère international des plaisanteries politiques européennes. J’ai collecté des plaisanteries racontées par des conteurs qui souvent étaient de nationalités différentes ; il y avait même des personnes qui n’utilisaient pas la langue hongroise, bien que j’estime déterminant que chaque plaisanterie en langue étrangère ou répandue dans un milieu hongrois soit perceptible et devienne propre aux auteurs tout comme aux consommateurs. Une particularité est considérée comme un signe de séparation de la politique du pouvoir, de la nation autoritaire ; et graduellement les plaisanteries deviennent des créations propres, éventuellement nationales, internationales, avant tout celles qui sont liées plus étroitement à la langue de la minorité, à la langue maternelle. Ce sont les manifestations d’un humour propre à la minorité ethnique. Les caractéristiques sont celles que les spécialistes donnaient jusque-là à la plaisanterie hongroise en général : la qualité, l’exploitation des possibilités à l’extrême, l’ajout d’un étage supplémentaire à la plaisanterie de base, le rapprochement des pointes étagées, la présence accentuée de l’auto-dérision, qui non seulement sépare, mais rend plus proche comme c’est le cas dans les plaisanteries politiques juives, polonaises, roumaines, tchèques.

20Il est difficile de hiérarchiser les espèces de plaisanteries. Les plus populaires sont peut-être les blagues érotiques et politiques. Ces dernières (produits du XXe siècle) parlent des différentes projections des relations politiques. Un grand nombre de personnes s’impliquent sans cesse dans le monde de la politique qui est plein de complications et, selon V. Voigt (1989 : 283-323), si le nombre des personnes qui s’intéressent au monde de la politique grandit, le nombre des blagues, des plaisanteries politiques (avec des sens ajoutés, directs et ironiques) grandit aussi. Une partie des plaisanteries politiques recueillies peut être classée en d’autres catégories. Par exemple, les plaisanteries peuvent être simultanément érotiques, policières, portant sur l’occupation, les questions sociales ou elles peuvent être de simples jeux de mots.

21Le résultat le plus important de la réalisation de cette collection est que la situation historique est capable de former les types de blagues (Voigt, 1989 : 304). L’espèce de plaisanterie le plus souvent mentionnée dans la Roumanie des années 70, 80 a été politique ; les autres types faisaient allusion, au sens figuré, à la situation politique. En réponse à la fausse pudeur, se développent les blagues érotiques rudes, dites sans détour ; en réaction à la sévérité de l’État policier, les blagues sur les policiers sots et stupides se multiplient. De même, les blagues de la vie individuelle, surtout les blagues sur la belle-mère (la projection des discordances existant aussi dans les cellules de la société) et les blagues sur les fous apparaissent comme le contrepoids à la propagande du faux dévouement et à la mythologie de la communauté.

22La blague, la plaisanterie politique est-elle à nouveau en voie d’extinction ? Non. Elle se répand dans le public, où elle existe, bien cachée, mais constante. Seules les plaisanteries sollicitées par les circonstances se reconstituent. Le genre de la blague, de la plaisanterie est encore très vivant. La blague politique mesure, diagnostique sensiblement l’atmosphère, elle est un miroir spécial et spécifique de la société contemporaine.

Haut de page

Bibliographie

Banc C., Dundes Alan, First Prize : Fifteen Years ! An Annotated Collection of Romanian Political Jokes, Printed in the U.S.A, 1986.

Bromberger Christian, « Les blagues ethniques dans le nord de l’Iran », Cahier de Littérature Orale, n° 20, pp. 73-101, 1986.

Dundes Alan, « Slurs International : Folle Comparisons of Ethnicity and National Character », Southern Folklore Quarterly 39, pp. 15-38, 1975.

Katona Imre, « A mai városi szóbeli müfajok », In : A szájhagyományozás törvényszerüségei (red. par V. VOIGT), Budapest, 1974.

Katona Imre, « A nevetés szociológiája », Elömunkálatok a magyarság néprajzához 1, 1977.

Katona Imre, Mi a külonbség ? Közéleti vicceinkröl, Budapest, 1980.

Katona Imre, A helyzet reménytelen, de nem komoly. Politikai vicceink 1945-töl máig. Budapest, 1994.

Konopnicki Guy, « La culture des camarades », Autrement, n° 78, 1986.

Nagy Dezsö, « Antifasiszta viccgyüjtemény a II.világháború idöszakából », Elömunkálatok a magyarság néprajzához, l.sz. pp. 186-196, 1977.

Nicolescu Grasso Dana Maria, Bancurile politice în tarile socialismului real, Bucuresti.

Papahagi Tache, Mic dictionar folcloric, Bucuresti, Editura Minerva, 1979.

Sarv Kadi, « Childrens’ Political Anecdotes – Register. Folklore », Electronic Journal of Folklore, Tartu, vol. 5., pp. 97-172, 1997.

Stefanescu Catin Bogdan, « 1991, 10 ani de umor negru românesc », Jurnal de bancuri politice. Bucuresti.

Szilágyi Ákos, Tetem és tabu. Egy viccbalzsamó feljegyzései, Budapest, 1996.

Voigt Vilmos, « Tréfás és humoros prózamüfajok », In : Dömötör-Katona-Ortutay-Voigt : A magyar népköltészet, Budapest, pp. 186-191, 1979.

Voigt Vilmos, « Kisepikai prózamüfajok », In : A magyar folklór, Budapest, pp. 283-323, 1989.

Zsigmond Gyozo, Három kismacska… Erdélyi politikai viccek 1977-1997, Budapest, 1997.

Haut de page

Notes

1 Une sorte d’abréviation des mots hongrois désignant : blagues politiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gyözö Zsigmond, « Humour dangereux »Parcours anthropologiques, 1 | 2001, 60-63.

Référence électronique

Gyözö Zsigmond, « Humour dangereux »Parcours anthropologiques [En ligne], 1 | 2001, mis en ligne le 06 décembre 2022, consulté le 24 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/pa/2206 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pa.2206

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search