Navigation – Plan du site

AccueilNuméros2Éditorial

Éditorial

Jean-Baptiste Martin
p. 3-4

Texte intégral

12002 a été pour notre équipe une année difficile mais pleine de promesses. Le décès brutal de Philippe Jacquin a privé notre équipe de l’un des meilleurs spécialistes des sociétés indiennes d’Amérique du Nord. C’est d’ailleurs quelques jours seulement après son retour d’une mission dans l’ouest des États-Unis qu’il a été terrassé par une crise cardiaque. On trouvera dans ce numéro un résumé de la carrière et de l’œuvre importante de ce collègue trop tôt disparu. La peine que nous éprouvons est d’autant plus vive que ce décès est survenu quelques mois seulement après celui (tout aussi brutal) de Jean Métral, chercheur au Gremmo et enseignant rayonnant qui a beaucoup contribué au développement de l’anthropologie dans notre Université. Ces lignes sont pour moi l’occasion d’exprimer notre reconnaissance à leur égard et de renouveler notre sympathie à leur famille durement éprouvée.

2La nomination récente à l’École Pratique des Hautes Études d’Odile Journet prive également notre équipe d’une spécialiste internationalement reconnue des sociétés africaines subsahariennes. Mais, comme les liens avec cette collègue continueront à exister, la rupture se situera plus sur le plan administratif que sur les plans humain et scientifique.

3Cette année a heureusement été une période riche en réalisations et en promesses, qu’il s’agisse de la recherche ou de l’enseignement. L’arrivée de Martin Soares qui vient d’être recruté comme Maître de conférences d’ethnologie va permettre de développer les recherches dans les aires lusophones d’Europe, d’Afrique et d’Amérique qu’il connaît bien puisqu’il a soutenu sa thèse sur la Saudade (thèse en cotutelle Université Lumière-Lyon 2 – Université Fédérale du Ceará soutenue en décembre 2001 à Fortaleza, Brésil). Le recrutement comme ATER de Delphine Ballet et de Thierry Valentin renforce également notre potentiel d’enseignement et de recherche sur la France et le Brésil puisque l’un et l’autre ont inscrit leur recherche dans notre laboratoire. L’arrivée d’Eric Joly permet d’assurer la continuité des enseignements et des recherches sur l’Afrique. Deux de nos doctorants ont également été recrutés comme ATER pour apporter le regard anthropologique dans d’autres secteurs disciplinaires (Évelyne Lasserre à Lyon 1, Emmanuelle Saucourt à l’ISPEF de Lyon 2).

4La préparation du programme de recherches du prochain contrat quadriennal a été un temps fort de notre réflexion. Intitulé « Anthropologie des sociétés contemporaines : patrimoine, recompositions, dynamiques », ce programme a été recentré autour de trois axes : « faire société » (patrimoine, mémoire, inter-culturalité, territoire, actions rituelles), langues vernaculaires et littérature orale, anthropologie des processus de métissage et d’intervention métissée. Le projet de recherche que nous avons élaboré avec nos collègues de l’Université Fédérale du Ceará « Oralité, textualité et transformation de l’imaginaire social » vient d’être accepté dans le cadre des accords CAPES/COFECUB, ce qui nous permettra de poursuivre nos échanges dans de très bonnes conditions.

5Nous avons également consacré beaucoup de temps et d’énergie à la réforme des enseignements. Le nouveau cadre offert par le passage au 3/5/8 et la volonté de notre équipe présidentielle de développer l’anthropologie devraient permettre de donner à notre discipline un cadre pédagogique tout à fait comparable à celui des autres disciplines. Désormais nos étudiants de licence auront une bien meilleure formation puisque celle-ci sera beaucoup plus poussée qu’auparavant pendant les deux premières années du cursus. La formation dispensée dans le cadre du master sera également renforcée. Ces développements au niveau de l’enseignement ne pourront qu’avoir un effet bénéfique sur la recherche, à la fois en améliorant la formation des doctorants et en permettant d’étoffer notre équipe devenue trop petite pour répondre aux besoins entraînés par cette progression importante.

6Le séminaire de recherche mis en place au cours de l’année universitaire 2001-2002 et au début de cette nouvelle année universitaire a été très suivi et plusieurs de nos échanges ont été introduits par des collègues extérieurs (Josep Comelles de l’Université de Tarragona, Alexis Nouss de l’Université de Montréal, Joseph Lévy de l’Université de Québec à Montréal, Claude Rivière de l’Université Paris V, Jean-Pierre Neuville de l’INSA de Lyon). Au cours de cette année nous avons aussi reçu les Professeurs Domingos Abreu, Irlys Barreira, Cléto Brasileiro, Julia Miranda, Ismael Pordeus dans le cadre de nos échanges avec l’Université Fédérale du Ceará, César Barreira dans le cadre de la Chaire Sergio Buarque de Hollanda, Liliana Deyanova de l’Université St Kliment Ohridski de Sofia, Traian Rotariu de l’Université Babes Bolyai de Cluj, Issiaka Lalêyé de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis du Sénégal dans le cadre d’accords bilatéraux.

7Les 13, 14 et 15 mars 2002, en partenariat avec l’Institut Universitaire de Formation des Maîtres de l’Académie de Lyon, le Centre Jacques Cartier et les Ateliers de la rue Raisin de Saint-Etienne, nous avons organisé le colloque intitulé « Littérature orale : paroles vivantes et mouvantes ». Cette manifestation, introduite par le Professeur Yves Grafmeyer, Vice-Président chargé de la recherche de l’Université Lumière-Lyon 2 (représentant le Président Gilbert Puech empêché), le Professeur Philippe Meirieu, Directeur de l’IUFM de Lyon, et M. Abraham Bengio, Directeur de la DRAC Rhône-Alpes, a réuni une trentaine de communicants (dont 4 Canadiens, 2 Brésiliens, 1 Hongrois, 1 Grec) et plus de 150 participants. Les actes de ce colloque qui avait pour objet d’interroger, dans une approche anthropologique, les pratiques actuelles et d’étudier un art de la relation et du passage où s’élabore une pensée métisse, sont sous presse et constituent le dixième volume de la collection du CREA aux Presses Universitaires de Lyon.

8Au cours de l’année 2002 plusieurs de nos doctorants ont soutenu leur thèse : Valérie Couton (« L’art contemporain amérindien au Canada »), Axel Guioux et Évelyne Lasserre (« Corps et Yoga ou quête de fusion du sens et du sensible : approche ethnologique de groupes associatifs ») et Delphine Balvet (« La consommation de productions locales en Bresse de l’Ain : pratiques et représentations alimentaires »).

9Dans ce 2e numéro de Parcours anthropologiques qui représente le 9e numéro d’INFO-CREA, on trouvera, en plus du compte-rendu de nos activités et du programme de nos séminaires (dont plusieurs auront pour thème le vivant), la bibliographie de Philippe Jacquin, trois articles de nos chercheurs (François Laplantine, Gilles Herreros, Martin Soares), un article de nos doctorants travaillant sur le patrimoine (il s’agit de leur contribution au séminaire qu’ils ont animé l’an passé) et deux textes de chercheurs extérieurs venus nous présenter un aspect de leur recherche qui nous intéressait (Liliana Deyanova, Claude Rivière).

10Les peines et les difficultés qui ont ponctué l’année qui s’achève ne doivent pas nous empêcher de regarder résolument vers l’avenir. Comme nous l’avons fait dans le passé, nous nous efforcerons, au cours des prochains mois, d’accompagner au niveau de la recherche les développements importants que va connaître l’enseignement de l’anthropologie dans notre Université. La forte progression de la demande qui nous est adressée (et que nous devons satisfaire) prouve que l’anthropologie est plus que jamais utile : les derniers évènements dramatiques auxquels notre monde a été confronté montrent combien il est important de comprendre les différences et de faciliter le dialogue entre les cultures. Le fait qu’un nombre important de nos étudiants soient des professionnels des milieux sociaux, médicaux ou humanitaires qui viennent chercher dans notre disciple un complément de formation pour pouvoir mieux exercer leur propre métier est tout à fait révélateur des besoins nouveaux de notre société, confrontée, comme les autres, aux mutations et aux répercussions de la mondialisation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Baptiste Martin, « Éditorial »Parcours anthropologiques, 2 | 2002, 3-4.

Référence électronique

Jean-Baptiste Martin, « Éditorial »Parcours anthropologiques [En ligne], 2 | 2002, mis en ligne le 07 décembre 2002, consulté le 23 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/pa/2221 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pa.2221

Haut de page

Auteur

Jean-Baptiste Martin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search