Navigation – Plan du site

AccueilNuméros2ÉtudesAutour du patrimoine : questions ...

Études

Autour du patrimoine : questions transversales à partir de quatre terrains

Delphine Balvet, Nathalie Bétry, Bianca Botéa, Jésus Miranda et Marianne Palisse
p. 50-63

Notes de l’auteur

Ce texte représente une synthèse des interventions faites dans le cadre d’un séminaire du CREA tenu en décembre 2001.

Texte intégral

1Souligner l’effervescence patrimoniale qui se manifeste depuis une vingtaine d’années est devenu un lieu commun. La notion de patrimoine ne se limite plus aux monuments historiques ; elle s’est étendue à des paysages, des pratiques, des savoir-faire. Tout semble pouvoir être patrimonialisé. Les explications de ce phénomène sont multiples et variées : nostalgie d’un monde rural traditionnel, évolution rapide de la société de consommation, impression de perte des racines, répercussions de la construction européenne, etc. Le patrimoine ne peut désormais plus être défini par une liste d’objets ou d’éléments qui en feraient partie. Il est l’aboutissement d’un processus.

2Un objet ne naît pas patrimoine, il le devient lorsqu’un groupe le désigne comme tel. Un groupe (c’est-à-dire une population, des politiques, une association, etc.) se choisit son patrimoine. Il s’agit véritablement d’un choix fait de la sélection de différents éléments constitutifs de l’objet ou d’une partie de son histoire pour faire sens ou pour légitimer des discours. L’exemple du Parc du massif des Bauges souligne que le patrimoine est l’expression de points de vue, d’interprétations particulières des lieux, de la mémoire, de l’histoire, des objets matériels, dans la perspective d’enjeux actuels. Le patrimoine se fait par sélection, oublis volontaires voire même par innovations. La sélection n’est pas figée, elle évolue et s’adapte en fonction des besoins ou des modes.

  • 2 D. Cerclet : « L’objet comme langage : voir les objets comme des faits sociaux », Info-Crea no 5. 1 (...)

3Le patrimoine est donc le résultat d’une construction, d’un discours que l’on appelle « processus de particularisation ». Par ce terme, on entend l’acte qui consiste à donner un sens nouveau à l’objet. Dire qu’un objet est patrimoine, c’est lui accorder une certaine signification, lui donner une valeur symbolique. L’objet patrimonial se construit par la projection de représentations collectives et sociales qui lui donnent un sens, en fonction de leurs attentes, de leurs projets, de ce qu’elles souhaitent trouver à travers lui. « L’objet considéré à la façon d’une œuvre se présente comme un nœud de symboles qui se prête à de multiples interprétations. Multiples tout d’abord parce que l’objet lui-même peut signifier de nombreuses choses en fonction du contexte dans lequel il est placé mais multiples aussi parce qu’une société peut user du patrimoine et se projeter dans cette matière déjà manipulée afin de reconstruire des représentations d’elle-même, de son passé et du monde2. » L’exemple de la ville de Cluj souligne la manière dont, sur un même objet, peuvent s’inscrire différents discours, chacun s’appropriant une partie de l’histoire de l’objet qui fait sens pour le groupe.

  • 3 Patrimoines en folie, sous la direction de H.P. Jeudy, p. 107.

4Lorsqu’on parle de patrimoine, il faut introduire l’idée de transmission ou de restitution. H.P. Jeudy souligne que « sans une dynamique de la transmission, le patrimoine perd son sens »3.

5Le terme de « transmission » est compris dans un sens large. On pense à la transmission entre deux générations mais il existe aussi une transmission dite « horizontale » qui s’effectue entre deux groupes d’une même génération mais appartenant à deux mondes différents. La transmission peut également s’effectuer dans le cadre d’un projet culturel.

  • 4 D. Cerclet, op. cit., p. 15.

6Jusqu’alors, le patrimoine était pensé en terme de conservation tandis qu’aujourd’hui les projets qui se mettent en place s’inscrivent dans une démarche de médiation pour aider à comprendre la société dans laquelle nous vivons et pour sensibiliser un public de plus en plus considéré en tant que citoyen. Denis Cerclet fait observer que « l’enjeu des expositions aujourd’hui est de mettre le visiteur à la place des hommes qui ont produit les objets, les coutumes, les diverses formes de langage afin qu’ils puissent atteindre leurs modes de pensée4 ».

7Que la transmission se fasse au sein d’une famille, dans un musée, dans un projet de développement ou sur un marché, relève d’une mise en exposition de l’objet et d’une mise en scène. Là encore, il s’agit d’une construction sociale, d’un choix de mise en scène. Il s’opère une interprétation de l’objet. L’exemple de la fête bressanne de la paria (sorte de confiture de poires) montre que les organisateurs n’ont choisi de mettre en scène qu’une seule étape de la fabrication de cet aliment.

8Pour devenir patrimoine, l’objet passe par une succession de constructions sociales et d’interprétations ; il n’a de sens qu’à travers des discours. C’est pourquoi pour l’ethnologue, il est plus intéressant d’étudier les discours, de cerner les enjeux, c’est-à-dire d’étudier le processus de patrimonialisation plutôt que l’objet déjà patrimonialisé.

9Soulignons que les différentes constructions, les interprétations du passé, du territoire se font dans un présent. Le processus de patrimonialisation nous parle de représentations collectives et de projets actuels et non d’un passé ; il nous parle d’une façon particulière de penser le passé et d’envisager le futur ; il nous parle d’une société contemporaine.

10Aujourd’hui, le patrimoine et son corollaire, la patrimonialisation, sont sollicités par des acteurs très variés. Élus politiques, érudits locaux, agents du tourisme, associations locales, entrepreneurs culturels, chefs d’entreprises (industriels, artisans), etc. invoquent désormais le patrimoine dans leurs divers projets. Les attentes s’avèrent alors souvent très différentes : renforcer une position, aménager le territoire, commémorer le passé, construire l’avenir, entretenir un paysage, etc.

11Si les procédures de patrimonialisation se développent et qu’elles font l’objet de nombreux débats, réflexions, recherches, c’est qu’elles sont au cœur d’enjeux multiples. Il s’agit tout d’abord d’enjeux économiques. En effet, l’économie est souvent moteur de ces démarches puisque le patrimoine produit de la richesse. Celui-ci est souvent mobilisé comme outil de développement local : il permet de maintenir et de renforcer des activités économiques, de relancer des productions, de satisfaire les attentes des touristes à la recherche « d’authenticité » et « de terroir ». Les mises en scène, qu’il s’agisse de produits, de paysages ou de savoir-faire, procurent des retombées économiques aux acteurs.

12À ces enjeux, s’ajoutent des enjeux politiques. Il n’est en effet pas rare que les élus aient recours au patrimoine dans leurs projets, que les puissances publiques désignent ce qui fait patrimoine pour la population ou même que le pouvoir repose nettement sur des stratégies patrimoniales. Ces dernières mènent parfois à des manipulations identitaires, soulevant alors des enjeux idéologiques. Patrimoine, idéologie et politique sont intimement liés.

13La dimension sociale du patrimoine est également primordiale. Les communautés se mobilisent autour du patrimoine pour fabriquer du bien commun. La patrimonialisation rassemble des acteurs autour d’un projet commun, maintient de la cohésion entre les individus, crée des liens sociaux et symboliques de communication et d’échange. Nous verrons, avec l’exemple de la fête de la paria à Saint-Etienne-du-Bois, que le patrimoine permet aux membres d’une communauté de maintenir du collectif.

  • 5 À ce sujet, nous renvoyons au numéro spécial de l’ARA contre 1’extrémisme et en particulier aux art (...)

14D’autres enjeux, tous intimement liés, renvoient directement à ces enjeux sociaux, politiques et économiques. Nous pensons aux enjeux identitaires. En effet, l’objet patrimonial sert de signe d’appartenance. Autour de lui, les gens se regroupent et se rendent visibles ; ils se reconnaissent et se font reconnaître. Le patrimoine sert aux revendications identitaires, revendications qui peuvent aller jusqu’à des crispations identitaires et d’exclusions5.

15Attaché à un espace géographique et symbolique, l’objet patrimonial est support de constructions territoriales. Il est sollicité pour établir des limites, marquer de nouveaux espaces, renforcer des territoires. Derrière le patrimoine se cachent donc des enjeux locaux, régionaux, nationaux, voire internationaux avec la notion de Patrimoine de l’humanité. À cette question du territoire s’ajoutent des enjeux écologiques puisque le patrimoine concerne désormais les paysages. La patrimonialisation est l’occasion de préserver voire de reconstruire un environnement naturel.

16Le patrimoine couvre des situations diverses, comme nous allons le voir au travers de terrains précis. Tous ces enjeux et thèmes sont présents dans les exemples suivants mais ils transparaissent avec plus ou moins de force. Les enjeux économiques sont flagrants dans certains cas ; ailleurs ce sont les questions identitaires, de pouvoirs politiques ou encore de sociabilité.

L’exemple du massif des bauges : la patrimonialisation d’un territoire

17Le massif des Bauges est situé entre Chambéry et Annecy. Au XIXe siècle, on appelle « Bauges » un petit pays constitué par une vallée à l’intérieur du massif montagneux : c’est la vallée des Bauges. Celle-ci vit alors d’une économie pastorale laitière, basée sur un système d’échanges complexe avec les vallées voisines.

Naissance d’un discours

Un discours qui naît au plus fort de la déprise

18Après la seconde guerre mondiale, la vallée des Bauges connaît une véritable hémorragie en termes de population. La déprise, qui existait déjà, s’accentue et, dans les années 70, l’ambiance est à la débâcle. Les habitants poussent les jeunes à partir, à quitter le pays. Les personnes aujourd’hui âgées de 40 ou 50 ans peuvent témoigner de cette ambiance : il était tout simplement impensable de rester.

19Dans les journaux, bulletins municipaux, comptes-rendus de conseils d’administration d’associations, le discours se fait très pessimiste. Chacun répète à l’envi que le pays se meurt. « Les Bauges c’est fini », proclame-t-on, et l’avenir est ailleurs. Certains villages se vident, au point de ressembler à la fin des années 80 à des villages fantômes, qui ne comptent plus que quelques dizaines d’habitants permanents. Les municipalités sont encore majoritairement dirigées par une génération d’élus âgés, qui de toute évidence acceptent ce dépérissement comme une fatalité. Par contre, les premiers néo-ruraux s’en inquiètent et s’interrogent : comment permettre aux jeunes de rester ? Ils commencent à s’intéresser au patrimoine local. On assiste à quelques initiatives isolées pour faire connaître l’argenterie des Bauges, ou la vie des villages d’autrefois. Il s’agit alors de sauver ce qui est en train de disparaître. Mais ces démarches suscitent peu d’intérêt de la part de la population d’origine. Les néo-ruraux lancent aussi une idée : la création des « Grandes Bauges ». Ils essaient de réunir tout le massif dans un ensemble commun pour trouver des solutions.

20Les élections municipales de 1989 permettent un renouvellement des élus, et certains d’entre eux commencent à s’intéresser à cette idée de fonder une espèce de « territoire de projet ». Ils découvrent alors, à l’occasion d’un voyage dans le Vercors, le concept de Parc naturel régional. Brutalement – au point que l’on peut presque dater ce phénomène à une année près –, le discours change : les médias commencent à parler des Bauges comme d’une région riche de son patrimoine, naturel et culturel. De grands articles illustrés de photos paraissent dans de jeunes revues : Montagne magazine, Alpes magazine. Les journalistes y évoquent les magnifiques paysages des Bauges, avec souvent quelques allusions à leurs habitants, les Baujus, qui seraient à l’image de leur territoire, rudes d’apparence, mais chaleureux dans le fond. Le cloisonnement, qui était une malédiction (« On n’aura jamais de travail ici… ») devient une chance incroyable. Grâce à lui, les Bauges sont restées une région de montagne typique, avec des paysages traditionnels, une espèce de conservatoire d’authenticité, coupé du monde alentour. Le thème du « massif-citadelle » devient publicitaire.

21Et soudain, c’est comme si le discours fataliste, le discours d’avant, avait été interdit. Les Bauges sont désormais promises à un bel avenir. Les seules voix discordantes sont celles de quelques agriculteurs, qui redoutent de voir leur territoire transformé en réserve géante où des touristes nostalgiques viendraient contempler à l’œuvre les derniers paysans. L’association pour la création du Parc est créée en 1991.

22Le nouveau Parc naturel régional est inauguré en 1996. On lui donne le nom de « Massif des Bauges », pour bien montrer qu’il concerne un territoire plus large que la vallée des Bauges. Comme tout Parc naturel régional, le territoire tire sa légitimité de son patrimoine, naturel et culturel, qu’il convient de protéger et de valoriser. Le chapitre de la charte consacré au « patrimoine culturel rural » est très explicite : il s’agit de « faire renaître » ou de « renforcer » l’identité du massif par la valorisation d’un patrimoine commun. Des éléments sont d’ailleurs mis en avant : le patrimoine architectural, les savoir-faire. Les enjeux du patrimoine apparaissent : il doit servir à unifier l’ensemble du territoire du Parc, à faire naître une mémoire collective sur l’ensemble du massif.

Les origines du discours patrimonial

23Mais si l’on s’interroge pour savoir qui, finalement, parle de patrimoine, on ne peut que constater que le discours du patrimoine est présent avant tout dans certains milieux. Il est porté avant tout par le Parc, les organismes touristiques, les élus, les membres d’associations, les érudits locaux (le plus souvent des néo-ruraux qui s’intéressent au passé du pays, notamment parce que c’est pour eux le moyen d’acquérir une légitimité).

24Mais la plupart des Baujus d’origine, rejoints par bon nombre de néo-ruraux, préfèrent parler d’histoire ou de tradition. Ils évoquent le passé sur un autre mode. Leur discours est celui des lieux, auxquels sont rattachées histoires et légendes : le pont des moines, la pierre du sarrasin. Les habitants de la vallée centrale, en particulier, revendiquent comme lieu d’appartenance un pays plus petit que le Parc, la vallée des Bauges. Ils invoquent à leur tour le passé, avec des phrases comme : « historiquement, les Bauges, ça a toujours été les 14 communes ». D’une certaine manière, il semble qu’ils essaient de répondre sur le même terrain au discours du patrimoine.

25La plupart des habitants interrogés estiment que le discours véhiculé par le Parc, notamment par l’intermédiaire des médias ou des dépliants publicitaires, renvoie d’eux une image trop belle, trop lisse. Ils reprochent au Parc un discours autocélébrant, qui selon eux, proclamerait sans relâche que tout va bien dans le meilleur des mondes quand ils éprouvent diverses difficultés dans leur vie quotidienne. Pour eux, le territoire publicitaire n’est pas celui de leurs préoccupations. Ils dénoncent le discours des institutions qu’ils considèrent comme imposé de l’extérieur, et dont ils ne comprennent pas toujours le jargon. Le sentiment qui domine est sans doute une impression de dépossession : agriculteurs et habitants se sentent dépossédés du territoire.

26Nous allons tenter d’illustrer ce malaise au travers de ce qui est sans doute l’opération-phare du Parc naturel régional en terme de patrimoine : la restauration et la mise en valeur de l’ancienne chartreuse d’Aillon.

Une opération de patrimonialisation : la chartreuse d’Aillon

  • 6 L’albergement consiste de la part d’un seigneur à Jouer des terres et des bâtiments à un paysan, en (...)

27Sur la commune d’Aillon-le-Jeune, une chartreuse fut édifiée au XIe siècle. Les moines reçurent alors de nombreuses terres, offertes par les seigneurs de la région, et possédaient ainsi l’ensemble de la Combe de Lourdens, où était situé le couvent. Faute de pouvoir tout exploiter en faire-valoir direct, ils durent peu à peu se résoudre à alberger6 des fermes, ou grangeries, à des paysans de la combe. Ils furent chassés en 1792 par l’irruption en Savoie des troupes révolutionnaires françaises. Il ne reste aujourd’hui du monastère que le bâtiment d’accueil, celui qui constituait la façade, tournée vers la vallée. Avec la chapelle de la Correrie, située un peu en contrebas, ce bâtiment est le seul monument historique du cœur des Bauges.

28Après la révolution, plusieurs familles de paysans de la Combe acquièrent les bâtiments et terrains qui étaient ceux de la Chartreuse. Les abhergataires deviennent propriétaires de leurs fermes. La chartreuse elle-même est acquise d’abord par des entrepreneurs qui s’intéressent surtout aux hauts fourneaux et aux forges, puis en 1856 par une famille d’Aillon, dont elle devient l’exploitation. On arase les bâtiments qui servent de carrière de pierre, on recouvre de terre les fondations pour pouvoir cultiver. La chartreuse d’Aillon sombre dans l’oubli pour près de deux siècles.

29Quelques pèlerinages d’ecclésiastiques nostalgiques ont bien lieu au cours du XIXe siècle. Mais il n’existe alors pas de volonté de conservation de la part de qui que ce soit. Le bâtiment est modifié par la famille qui l’a acquis au fur et à mesure des besoins : il sert de bâtiment d’habitation et de bâtiment agricole. En 1968, d’importants travaux sont encore effectués pour moderniser certaines pièces. Des voûtes sont détruites, d’anciennes portes de chêne remplacées par du contreplaqué. Les plafonds sont refaits.

30C’est à partir des années 80 que quelques érudits locaux commencent à s’intéresser vraiment à ce bâtiment. Un groupe commence à se réunir en 1986 et devient l’Association pour la Sauvegarde de la Chartreuse d’Aillon. Le bâtiment, mis en vente par la famille, est racheté par la communauté de communes en 1990. Les premiers travaux de mise hors d’eau sont effectués immédiatement, car il y a urgence.

31Quatre partenaires s’engagent dans l’opération de mise en valeur de la chartreuse :

  • La communauté de communes, propriétaire du bâtiment. Actuellement soumise à de grandes difficultés financières, elle ne souhaite pas s’investir dans le projet.

  • La commune d’Aillon, sur le territoire de laquelle est situé le monument. Les élus voient dans ce bâtiment un moyen de redonner de l’intérêt à la petite station de ski locale qui périclite faute de neige.

  • Le Parc naturel régional. La chartreuse doit devenir sa « maison du patrimoine », c’est-à-dire un centre d’interprétation renvoyant au patrimoine de l’ensemble du territoire.

  • L’Association pour la Sauvegarde de la Chartreuse d’Aillon. Elle est aujourd’hui dirigée essentiellement par des néo-ruraux et ses membres veulent surtout conserver le bâtiment comme témoin de l’histoire monastique du massif.

32Or, si ces quatre partenaires s’accordent sur le principe de la sauvegarde et de la valorisation de la chartreuse – c’est un des rares monuments historiques du massif, le seul édifice de ce type au cœur des Bauges et un témoignage de l’important passé monastique du massif –, ils n’ont pas du tout la même idée de ce que signifie ce bâtiment, et cela apparaît nettement sur la manière dont sont conduits les travaux de restauration. La communauté de communes et la commune d’Aillon sont relativement effacées dans le débat, la première ne s’engageant dans le projet qu’à contrecœur et la seconde espérant surtout attirer à terme des touristes. Les tensions opposent surtout l’Association et le Parc.

33Les membres de l’association voudraient que la chartreuse soit au plus près de ce qu’elle était au XVIIe siècle, qu’ils estiment être le temps de sa splendeur. Pour eux, cette période demeure une référence absolue et toutes les transformations survenues après la Révolution manquent de légitimité. Il s’agit donc tout simplement d’y remédier. Cette manière de considérer le monument conduit à des choix qui semblent parfois quelque peu dictatoriaux : un balcon en pierre de taille qui avait été rajouté sur la façade, et qui rendrait cette dernière semblable à celles des maisons baujues les plus cossues, a été détruit et remplacé par une niche dans laquelle prendra place une statue de la vierge. Les volets des fenêtres ont à leur tour été supprimés, car la chartreuse n’en comportait pas à l’origine. La façade est donc nue et très austère.

34Ces positions heurtent parfois celles du Parc, dont le but premier est la réussite du centre d’interprétation, quitte, pour cela, à modifier une nouvelle fois le bâtiment. Ainsi, pour gagner de l’espace à consacrer à la muséographie, une des fenêtres voûtées donnant sur la cour intérieure et le bassin a été murée, au grand dam des membres de l’association.

35La volonté d’authenticité qui prime au sein de l’association doit aussi parfois céder le pas aux considérations économiques. Ainsi, comme les fenêtres devaient être peintes, il a été décidé qu’elles seraient en bois exotique et non pas en chêne, ce qui a scandalisé les bénévoles. Le résultat obtenu n’est donc pas très cohérent : d’un côté, on détruit un balcon parce qu’il n’est pas « d’époque », mais de l’autre, on mure une fenêtre qui, elle, l’est assurément.

36Par ailleurs, les décisions sont négociées entre les quatre acteurs, sans que l’avis de la population qui habite la Combe soit réellement pris en compte. Et ce qui le plus frappant dans le résultat obtenu, c’est le traitement dont la population agricole est victime. En voulant redonner à la chartreuse son aspect d’avant 1792, l’association semble considérer comme illégitimes toutes les transformations survenues après cette date. C’est un peu comme si les 150 ans d’histoire paysanne de la chartreuse n’étaient qu’une parenthèse qu’il convenait d’effacer. Toutes les modifications apportées à la maison par la famille d’agriculteurs sont détruites (le balcon), comme si cette page de l’histoire n’avait pas existé.

37Les agriculteurs de la Combe de Lourdens ressentent d’ailleurs durement cette mise à l’écart. Tout se passe comme si, une fois le bâtiment vendu, plus personne ne s’intéressait vraiment à eux. Pour l’association, l’intérêt du bâtiment consiste en ce qu’il rappelle la vie monastique d’avant la Révolution. Pour le Parc, il s’agit de renvoyer à l’ensemble de son territoire en évoquant des éléments du patrimoine commun. Mais jusqu’à récemment, personne ne s’est vraiment préoccupé de savoir ce qui, dans ce bâtiment, était important pour les gens d’Aillon, ce qu’il évoquait dans leur mémoire collective.

La ville de Cluj-Napoca reflet d’une construction d’un territoire : la Transylvanie

38Pour rester dans la problématique de la relation patrimoine-territoire, nous avons choisi une autre illustration qui se situe à une autre échelle et dans une autre partie de l’Europe, plus précisément en Transylvanie, région multiethnique et multiconfessionnelle de Roumanie.

39Placer la discussion dans un contexte différent, en Europe Centrale et Orientale, permettra de montrer le rôle du patrimoine en tant qu’instrument important dans la construction des relations interethniques et aussi dans la construction du territoire.

40La Transylvanie offre l’intérêt de présenter la plus importante minorité d’Europe : la minorité hongroise. Celle-ci compte en Roumanie environ 1 700 000 personnes selon les chiffres roumains et entre 2 000 000-2 500 000 selon les chiffres hongrois, contestés au sein même des Hongrois. Comme le montre d’ores et déjà ce désaccord sur les chiffres, la Transylvanie est une région controversée, puisque son territoire a appartenu au cours de l’histoire à deux pays/nations différents : la Hongrie et la Roumanie. En 1920, suite au Traité de Trianon, la Transylvanie est rattachée à la Roumanie.

41L’histoire de la région constitue un des premiers objets de dispute entre Roumains et Hongrois (Hongrois de Roumanie et de Hongrie). Les principales controverses portent sur la question de l’« antériorité » sur ce territoire. Les deux populations s’accusent mutuellement de falsifier l’histoire concernant leur date supposée d’arrivée sur le territoire et leur contribution à l’histoire de la région.

42Nous allons nous arrêter ici sur quelques pratiques liées au patrimoine dans la ville de Cluj-Napoca, considérée comme la capitale culturelle des Hongrois de Transylvanie. À travers l’histoire et surtout après la chute du communisme, on assiste dans cette région de Roumanie, et plus encore à Cluj, à d’importants processus de négociations et de revendications autour des biens communs, entre la communauté roumaine et la communauté hongroise (cette dernière représente environ 19 % de la population de Cluj) : statues, bâtiments historiques, usage de la langue dans l’espace public, aménagement de l’espace, territoire. Les élites roumaines et hongroises entrent en conflit par le biais de ces biens culturels et construisent chacune de leur côté « leur » patrimoine, et autour de lui, leur propre récit, leur propre histoire. Pour chacune des parties, le patrimoine devient la preuve et le symbole de leur ancrage historique sur ce territoire, de leur antériorité dans cet espace, ce qui leur permet de revendiquer une légitimité quant au contrôle de ce territoire.

43Malgré une proximité et une cohabitation roumaine-hongroise qui reste plutôt sous le signe de l’entente, malgré la mise en commun et les influences réciproques de ces populations qui partagent le même territoire (influences visibles surtout au niveau de la musique, de la danse traditionnelle, de la peinture, des costumes populaires, de la gastronomie, etc.), la ville de Cluj-Napoca met en scène d’abord et avant tout un clivage ethnique.

  • 7 Denis Cerclet, « Patrimoine et dialogue entre les cultures », Rapport dans le cadre du programme Cu (...)

44Le patrimoine devient ici un instrument d’action, d’investissement, de mobilisation et même de conflit. Il se prête aisément à la manipulation et il peut devenir un mécanisme par lequel on produit non seulement du lien interne au sein d’une communauté, mais aussi de la séparation, de l’enfermement et de l’exclusion ethnique. Comme le souligne Denis Cerclet, le patrimoine est pris parfois pour une sorte d’enjeu militaire et il signifie la destruction symbolique de l’ennemi7. C’est ce qui se passe aujourd’hui à Cluj-Napoca avec les actions de réaménagement de la Place Centrale menées depuis huit ans par la Municipalité d’extrême droite.

45La Place Centrale de la ville est avant tout un haut-lieu de mémoire de la communauté hongroise. Dans le but de détruire cette mémoire, de détruire cette communauté et finalement une partie du passé (et du présent) de la ville, des objets « en trois couleurs » (les couleurs du drapeau national roumain) ont envahi tout l’espace de cette place centrale et du centre-ville en général. Devant la statue du roi Mathias Corvin, considéré comme le plus important roi de la Hongrie, et devant la cathédrale catholique ont été érigés des drapeaux nationaux et installés des bancs peints aux couleurs nationales. Des tramways de la ville ont même été, à un moment donné, peints en rouge, jaune et bleu. Des poubelles de la même couleur ont remplacé les anciennes poubelles de la ville, action mise en place tout d’abord sur le lieu de l’« ennemi », c’est-à-dire la Place Centrale, puis partout ailleurs. L’argument esthétique ne pouvait même plus constituer un obstacle pour dénigrer cette place. Des toilettes publiques ont été installées sur la place, non loin de la statue du roi.

46Mais l’un des plus grands scandales a sans doute été l’entreprise de « fouilles archéologiques », commencées en 1994 et toujours inachevées aujourd’hui. Ces fouilles, nommées ultérieurement « fouilles interethniques », avaient pour but la découverte d’importants vestiges des ancêtres des Roumains, les Daces et les Romains. Nous sommes en effet devant une forme d’occupation symbolique de l’espace. Les vestiges des ancêtres roumains sont censés contrecarrer une mémoire hongroise du lieu ; ce lieu est le centre-ville, mais il est représentatif de la ville entière et même de territoire, la Transylvanie.

47Dans la ville de Cluj, par les différents usages faits du patrimoine (que ce soit ces fouilles archéologiques ou les actions d’aménagement de la place centrale, différentes commémorations dans la ville, des expositions, des actions des musées, etc.), deux espaces symboliques différents sont construits, deux villes différentes, deux territoires qui se superposent sans dialogue. La ville de Cluj-Napoca connaît une double géographie symbolique : deux places centrales, une « hongroise », l’autre « roumaine », et évidemment des cartes postales qui montrent deux centres villes, deux guides touristiques, deux itinéraires de la ville, une double nomenclature des rues, etc. Les références à une communauté « transylvaine », à un monde commun du « NOUS les Transylvains » (en dépit du fait qu’on soit Roumain, Hongrois, Saxon, etc.) et par conséquent à un patrimoine transylvain, sont presque inexistantes dans le discours des élites dans les institutions culturelles et politiques de la ville de Cluj-Napoca. Nous pouvons remarquer ce clivage ethnique même au sein des institutions culturelles. Les Hongrois se regroupent de plus en plus autour de leurs propres associations et institutions sans dialoguer avec celles considérées comme roumaines. Tout un dispositif est mis en place : il agit dans toutes les sphères de la vie sociale (l’éducation par les écoles, par l’université, la culture par les théâtres, les musées, les églises, etc.), entretient la tension et le clivage entre les deux parties, et est à l’origine du double récit patrimonial.

  • 8 Koloszvar est le nom de la ville de Cluj dans la langue hongroise.
  • 9 La Roumanie ne comporte pas, du point de vue administratif, de régions : la Transylvanie, la Moldav (...)

48Cette double construction de la ville – le « Cluj » roumain et le « Koloszvar »8 hongrois – correspond à une double lecture du territoire, c’est-à-dire de la Transylvanie. Construire une ville d’une telle manière renvoie à une affirmation d’une conception spécifique sur le territoire – roumain pour les uns, hongrois pour les autres – et d’une emprise sur lui. Une analyse des enjeux du discours patrimonial à Cluj-Napoca illustre la manière dont une ville s’érige en capitale d’une région (la Transylvanie). Les responsabilités du maire s’étendent donc non seulement sur une ville, mais symboliquement sur une région entière, la Transylvanie qui, paradoxalement, n’existe pas administrativement en tant que territoire9. Par ailleurs, la Transylvanie, sur le plan culturel, est un territoire plus qu’ambigu, les références à une culture « transylvaine » étant presque inexistantes. On peut donc se demander ce qu’est la Transylvanie.

La fête de la paria à Saint-Etienne-du-Bois (Bresse de l’Ain), une manifestation patrimoniale créatrice de sociabilité interne

49Depuis 1994, est organisée chaque année à Saint-Etienne-du-Bois dans la Bresse de l’Ain, une manifestation patrimoniale tournée autour d’une production locale appelée la paria. Il s’agit d’une sorte de confiture obtenue par réduction de fruits, généralement de poires, grâce à une longue cuisson sans apport de sucre.

50Cette fête a été créée à l’initiative d’une association locale, la Maison de Pays en Bresse, dont les principales activités tournent autour du patrimoine bressan (visites.de fermes des XVe et XVIIsiècles aménagées avec du mobilier et des objets anciens ; groupe de patoisants, etc.). Si le conseil d’administration ne comprend qu’une trentaine de membres, ce sont plus de cent cinquante personnes, essentiellement de la commune, pour beaucoup retraitées, qui gravitent de manière plus ou moins active autour de cette association.

51Cette fête consiste en la reconstruction d’une activité remarquable de la vie rurale telle qu’elle se déroulait vers 1950, remarquable au sens où les membres de l’association lui reconnaissent une valeur et la capacité à évoquer le passé du groupe. Il s’agit donc d’une fête patrimoniale qui reprend et réinterprète une technique traditionnelle de conservation des fruits qui avait disparu.

52En effet, durant la Seconde Guerre mondiale la paria était très courante en Bresse en raison de l’intérêt qu’elle présentait puisqu’il s’agit d’un moyen de conservation des poires, qui ne nécessite pas de sucre. Après la guerre, sa fabrication s’est poursuivie dans quelques hameaux pour finalement s’éteindre totalement. Durant trente à quarante ans, celle-ci n’a plus été fabriquée si bien que les jeunes générations n’en avaient pas connaissance. Seules les personnes les plus âgées en gardaient le souvenir et en maîtrisaient le savoir-faire.

53Le noyau dur de cette manifestation, qui dure une journée entière, est la mise en scène, la « mise en exposition », d’une des étapes de la fabrication de la paria. Il s’agit d’une fête spectacle, qui prend essentiellement la forme d’une démonstration, démonstration de la cuisson et dans une moindre mesure de la mise en pot de cet aliment. Pour cela, les bénévoles ont allumé un foyer au milieu de la cour de la ferme sur lequel ils ont déposé un chaudron rempli du jus de pommes et des poires coupées en quartiers. Toute la journée, ils vont se relayer pour venler, c’est-à-dire remuer le chaudron à l’aide d’un grand bâton incurvé. Ils répètent infatigablement aux visiteurs l’histoire de la paria, « cette confiture bressane », précisent les différentes étapes de la préparation et montrent la technique pour venler. Depuis deux ans, certains bénévoles, complétant la démarche pédagogique et démonstrative, ont organisé une petite exposition montrant les variétés anciennes de fruits : pommes camion, pommes croque, poires curé… Notons que cette fête s’avère un processus nettement sélectif. En effet, si les organisateurs rendent publique l’étape ultime de la préparation, à savoir la cuisson des poires, le reste de la préparation – la pression des fruits, la réduction du jus de pomme, l’épluchage des poires, etc. – est réalisé dans l’intimité, hors de la vue des visiteurs.

54Actuellement, la paria n’a plus de valeur en tant que moyen de conservation ; les confitures, qui réclament moins de temps de préparation, moins de combustible et peu de main-d’œuvre, l’ont remplacée dans tous les ménages. Si cette préparation a été revitalisée, ce n’est donc ni pour des raisons techniques ni pour des raisons économiques. Ce n’est pas non plus pour des raisons gustatives puisque la paria ne fait pas l’objet d’un engouement flagrant de la part de la population locale : les pots achetés à cette occasion traînent longtemps dans les placards et les réfrigérateurs, parfois avant d’être jetés ; de nombreuses personnes ont déclaré ne pas en consommer pour des raisons variées (problèmes de dentition, difficulté de digestion, régime, etc.).

55La paria est avant tout mobilisée pour ce qu’elle représente du passé. Cette manifestation, empreinte de nostalgie, correspond à une démarche commémorative. D’ailleurs, pour rappeler le passé et pour accentuer son aspect traditionnel, d’autres éléments de la culture bressane de cette époque sont associés tels qu’un groupe de musique et de danse folklorique, un jeu de quilles bressan, des costumes traditionnels (certains bénévoles enfilent pour l’occasion des sabots, des coiffes locales, etc.).

56Par ailleurs, cette fabrication prend une dimension sociale incontestable. L’un des objectifs clairement évoqué est la création d’une animation au sein de la commune (« ça arrive à un moment, fin d’automne, où il n’y a pas de fête, ça rentre dans les festivités locales »). Si cette animation est ouverte aux touristes, elle s’adresse avant tout à la communauté villageoise. Les personnes qui ont connu l’époque où la paria était réalisée dans les fermes viennent conter leurs propres souvenirs. Alors que chacun confirme, contredit ou enrichit les réminiscences des uns et des autres, la mémoire collective autour de l’alimentation bressane se construit. Quant aux jeunes générations, si elles expriment peu d’intérêt pour le produit lui-même, elles trouvent néanmoins dans cette manifestation un prétexte à la visite et à l’échange avec leurs parents. Chacun par sa présence rappelle son appartenance à la communauté.

  • 10 Sens où l’entend Agnès Villadary, 1968, Fêtes et vie quotidienne, Les Éditions ouvrières, Paris, 23 (...)

57D’ailleurs, plus que l’unique jour de la manifestation, c’est toute son organisation qui renforce la cohésion du groupe puisque celle-ci se présente comme une action fortement mobilisatrice des ressources et potentiels de chacun. Les bénévoles consacrent durant toute l’année, et plus particulière durant la dernière semaine, du temps et de l’énergie à cette préparation. Chacun donne ou prête ce qui peut servir pour les préparatifs. Les diverses activités, prises en charge par des équipes constituées en fonction des affinités, sont l’occasion de resserrer les liens entre les participants qui déjeunent ensemble, prennent un casse-croûte, ouvrent une bouteille, se racontent des blagues et échangent des nouvelles. La semaine entière, marquée par une rupture du temps, de l’espace, des normes et du cours normal de l’économie, prend la forme d’une fête10.

58En somme, autour de cette fête patrimoniale, se gère la sociabilité interne de la communauté stéphanoise. Cette manifestation repose sur la reconstruction d’une activité agricole du passé dont la valeur n’est pas directement liée au produit mais au fait qu’elle puisse révéler l’histoire du groupe. La paria sert de catalyseur pour organiser une manifestation permettant de célébrer l’entre-soi.

Le marché de Saint-Christophe-en-Brionnais : une situation géographique « historique »

59Saint-Christophe-en-Brionnais, petit village d’environ six cents âmes, est situé dans une zone de bocage appelée Brionnais, au sud de la Saône-et-Loire, largement vouée à l’élevage de bœufs charolais. Les villages, éloignés les uns des autres, sont très isolés. Pourtant, Saint-Christophe-en-Brionnais connaît une grande animation chaque jeudi matin. En effet, il accueille un important marché aux bestiaux, renommé auprès du grand public pour son « originalité » et sa « typicité » et reconnu par le milieu professionnel pour la quantité et la qualité des bêtes présentées (« elles sont meilleures qu’à Charolles »). Il sert aussi de référence pour les cotations nationales. Depuis quelques mois pourtant, le poids de cette renommée ne suffit plus pour garder les marchands qui lui préfèrent d’autres marchés comme ceux de Charolles et de Bourg-en-Bresse. Une soirée pot-au-feu est organisée le premier dimanche après le 15 août, depuis une quinzaine d’années. Grande fête populaire, c’est aussi un concours de bêtes grasses, dites « culardes ». Le marché de Saint-Christophe-en-Brionnais est présenté comme le premier marché de race charolaise et comme le cinquième marché national par le nombre de bovins. C’est aussi le seul marché en France à présenter des animaux avec la boucle « bleu, blanc, rouge » (visualisation des animaux sous label rouge).

60Pourtant, sa place dans le système d’échanges est menacée. Depuis quelques années déjà, on observe une diminution du nombre de bêtes amenées sur cette place marchande, passant de 93 000 animaux en 1991, à 45 000 en 1998. Aujourd’hui les éleveurs préfèrent vendre sur l’exploitation. La plupart ont en effet un contrat avec un boucher ou un revendeur, ce qui leur assure la régularité des ventes, ainsi qu’un gain de temps puisqu’ils n’ont plus à se déplacer, surtout lorsqu’ils ont un gros cheptel. Cette tendance n’a pu être qu’aggravée par la crise de la vache folle et par l’épizootie de fièvre aphteuse de mars 2001 où tout rassemblement d’animaux fut tout simplement interdit. Dès lors, nous n’avons pu que constater que le marché s’essoufflait toujours plus et que les négociants, qui jusque là lui accordaient leur préférence pour la qualité de ses bêtes, s’y rendaient de moins en moins.

61Face à la précarisation du marché, c’est la municipalité qui, en 1999, commande une étude de revitalisation. L’étude a conclu à la nécessité de moderniser les aménagements, d’avoir un meilleur système de gestion, d’améliorer la garantie du système de paiements et de l’éventuel changement de jour de tenue du marché. Cette étude se comprend tout d’abord parce qu’il y a un intérêt économique à maintenir le marché qui, grâce aux droits de place, constitue une part non négligeable du budget municipal. Bien plus, on s’aperçoit que le marché contribue à maintenir une animation dans le village, voire à maintenir en vie le village. En effet, il participe à la vitalité des commerces locaux, en particulier les boucheries et les hôtels-restaurants qui sont bondés tous les jeudis matin et encore plus en été avec les touristes, qui prennent place sur les terrasses. De plus, le marché constitue un attrait touristique important que la municipalité souhaite encourager en tant qu’atout économique.

62Parallèlement à la diminution du nombre de bêtes amenées sur le marché, on enregistre une augmentation du nombre de touristes, toute l’année et surtout en été. Cette situation nouvelle, encouragée par la municipalité comme ressource pour pallier aux abandons progressifs des professionnels sur le marché, tend à transformer le rôle et le statut du marché. En effet, de lieu d’échange économique, rassemblant des professionnels, il devient un objet patrimonial, visité par les touristes. N’ayant pas l’habitude de voir un tel marché, ceux-ci viennent pour son aspect « traditionnel », « typique » et « pittoresque ». La physionomie du marché s’est profondément transformée ainsi que le rôle qu’il joue dans le tissu économique local (il n’est plus le lieu de passage obligé pour les éleveurs). Pourtant il est perçu comme étant inchangé par les personnes qui en ont un regard extérieur. En effet, les éleveurs sont conscients de ces changements. Pour un œil non avisé, les pratiques du marché, soutenues par les descriptions des dépliants touristiques et des articles de journaux, relèvent du traditionnel.

63Durant la nuit se déroule une ronde étrange des camions. Le marché commence à 6 heures et à 9 h 30, tout est fini, Saint-Christophe-en-Brionnais retrouve son calme habituel. Ce qui semble inchangé, c’est ce qui se passe dans ce laps de temps. Des bêtes, des hommes, tous identiques en blouse de maquignon, une casquette souvent vissée sur la tête, des bottes en plastique et, immanquablement, un bâton qui est utilisé non pour punir mais pour guider. Ces hommes passent, tâtent la bête pour tester la finesse de la peau en lui pinçant les fesses puis marchandent le prix avec son propriétaire. Échange secret qu’on ne peut saisir en tant que personne extérieure. Le marché conclu, la bête sera emmenée dans les parcs d’embarquement, au plus grand plaisir des curieux, qui les voient évoluer au milieu d’eux, comme s’ils appartenaient un moment à la scène.

64Aujourd’hui, on observe une revendication de la situation historique du marché au sein de la filière. D’une part, sa position géographique le place près du berceau mythique de la race charolaise (le petit village d’Oyé). D’autre part, l’origine du marché remonterait au Xe ou XIsiècle. Elle est aujourd’hui célébrée à travers la création, en 1988, du Musée du demi-millénaire, qui. propose une exposition sur l’élevage charolais dans le Brionnais et un film vidéo sur le marché.

65Outre le musée, différents supports de médiation ou de mise en exposition du marché ont été mis en place pour permettre sa compréhension par les touristes de passage. Certains jeudis, des visites commentées du marché sont proposées par des bénévoles, bouchers ou agriculteurs en retraite. Depuis 1999, une visite est organisée lors du concours bovin. Elle se concentre autour de trois hauts-lieux de l’élevage bovin local : l’exploitation, le village de l’origine mythique de la race, et le marché de Saint-Christophe-en-Brionnais. Les visites commentées effectuées sur les manifestations témoignent d’une médiation qui s’étend à l’ensemble culturel local, c’est-à-dire qu’elle met aussi en scène le lieu.

66Un élément est particulièrement symbolique et a fait l’objet d’une consécration : le Mur d’argent. Pendant longtemps les transactions se sont effectuées autour du « mur d’argent » qui délimite encore aujourd’hui le foirail, témoin discret des échanges de « top-là » et de liasses de billets qui lui ont donné son nom. Il perdit sa fonction en 1971 avec la construction d’une salle des paiements, censée améliorer la qualité des échanges mais qui a été mal accueillie par les marchands de bestiaux qui ont engagé une grève des transactions au moment de sa création. Il renvoie à une image typique voire folklorique du marché. Le « mur d’argent » conserve un lien à son passé. Il est devenu gardien de souvenirs pour certains, image folklorique pour d’autres. Il est la trace visible de la stabilité du marché, tout en signifiant son changement puisqu’il est plus de l’ordre de la commémoration, du souvenir. Il est donné à voir par la pose d’une plaque qui le rend signifiant et significatif du marché du passé. Il marque le changement en rappelant un rapport « traditionnel » à l’argent : l’échange de liasses de billets.

67Cette patrimonialisation a été entérinée officiellement par des organismes publics. En 1994, le Conseil national des arts culinaires, comité interministériel, a désigné le marché comme « site remarquable du goût » pour son intérêt environnemental et gastronomique. Cette procédure renforce l’emblématisation du marché en identifiant un lieu touristique « à voir ».

Questions transversales

Entre appropriation et désignation

68Selon certains auteurs, dont Michel Rautenberg et André Micoud, la patrimonialisation résulte de deux mouvements : la désignation (par les autorités) et l’appropriation (par la population). Tout en adoptant ce point de vue, nos terrains nous amènent à quelques interrogations.

69Existe-t-il des faits sociaux reconnus uniquement par la collectivité qui les pratique ? Dans le cas de la fête de la paria, l’aspect d’une reconnaissance institutionnelle est presque absent. Mise à part l’association porteuse de la manifestation, aucune institution n’est impliquée dans ces fêtes. On célèbre l’entre soi sans chercher vraiment de transmission et l’ouverture aux touristes est toute relative.

70Par ailleurs, peut-il y avoir du patrimoine s’il n’y a pas de mise en scène destinée à un tiers, le touriste ou le citadin, le spectateur ? Il s’agit d’une fête, d’un usage social qui vit aujourd’hui, à propos duquel les protagonistes n’emploient pas le mot patrimoine : est-il dès lors pertinent pour le chercheur d’utiliser cette catégorie ?

71Au contraire, nous avons parfois l’impression que le patrimoine n’est en fait l’objet d’aucune reconnaissance de la part de la population d’un territoire, et qu’il est uniquement issu de la désignation par les autorités. Dans le parc naturel régional du Massif des Bauges, la chartreuse d’Aillon est désignée comme patrimoine par les autorités, via les associations, mais sans que les populations locales aient vraiment les moyens de se l’approprier.

72Le patrimoine n’est-il pas parfois un outil de contrôle, le moyen que des notables locaux ont trouvé pour renforcer leur emprise sur le territoire et se donner une légitimité lorsqu’ils parlent au nom de ses habitants ? L’importance des enjeux liés au contrôle des processus de patrimonialisation est visible dans l’âpreté des débats qui l’entourent et dans l’importance que lui accordent les élus. C’est l’exemple de la chartreuse d’Aillon, mais aussi de la Transylvanie où les élites hongroises et roumaines se servent du patrimoine pour prouver la légitimité de leur contrôle sur le territoire.

Une façon de se donner à voir

73Le point de vue culturel est déterminant dans les processus de patrimonialisation car le patrimoine des uns n’est pas forcément le patrimoine des autres. Il s’agit donc de rendre de la logique contenue dans les processus de patrimonialisation propre à chaque groupe, pour en saisir le sens.

74Le patrimoine devient le lieu d’articulation du local et du global : le tourisme culturel, organisé autour du patrimoine, devient un médiateur entre une production de liens sociaux sur place (entre soi et avec les autres) et la mise en exposition d’une spécificité, d’un particularisme à l’attention du monde extérieur. C’est ce qu’illustrent bien les opérations de valorisation du baroque en Savoie. Il s’agissait de sortir de l’image « sport d’hiver » attachée à ce département en proposant une autre Savoie, plus tournée vers l’art et la culture. Ce projet, au-delà de son impact local, était aussi clairement destiné aux spectateurs mondiaux des jeux olympiques d’hiver 1992.

75Cette articulation entre le local et le global est aussi la question que nous pose la construction de l’Europe. Pour les souverainistes se penser dans l’unité européenne paraît impossible, et équivaut à renoncer à l’État. La tradition jacobine accorde une importance minime aux régions, alors que l’Europe les considère comme des interlocuteurs privilégiés et initie des collaborations transfrontalières. La loi sur les pays doit sans doute beaucoup au fait que la commune française ne constitue pas pour l’Europe une échelle adéquate, d’où la nécessité d’ensembles administratifs plus vastes. Nous ne pouvons que constater le paradoxe entre la constitution d’une identité à large échelle (européenne) et l’affirmation de particularismes parfois porteuse de tentations de repli qui peuvent être violentes. Ce processus renvoie à celui analysé par Anne-Marie Thiesse dans son travail sur les manuels scolaires de la 3république. Elle montre que l’État jacobin s’est appuyé sur l’exaltation des « petites patries » (le village, le paysage, etc.) pour conduire à l’amour de la grande.

Patrimoine et territoire

  • 11 Guillaume, Marc, La politique du patrimoine, Galilée, Paris, 1980.

76Le patrimoine joue un rôle essentiel en tant que support de mémoire, de « réservoir pour alimenter les fictions d’histoire »11, construire le passé, et, du même coup, définir le territoire. Avec des échelles différentes, tous nos exemples de terrain renvoient à des tentatives de territorialisation auxquelles sont attachées des représentations : le village (fête de la paria), la nation (Transylvanie), en passant par les découpages économiques, les aires d’influence de marchés, le terroir et les parcs régionaux.

  • 12 Voir « L’invention du Mézenc », par Anne-Marie Martin, Jean-Claude Mermet et Nadine Ribet, in Miche (...)

77Ancré dans le local, parce qu’il convoque soit un lieu précis, comme le fait le monument, avec un maillage de « hauts-lieux », soit une zone dans laquelle on retrouve les mêmes pratiques (le « fin gras » du Mézenc12), le patrimoine renvoie aux délimitations territoriales et aux frontières, voire les fait exister (le Parc naturel régional du massif des Bauges).

  • 13 Voir Auge, Marc, Non-lieux, Seuil, 1992.

78Le patrimoine exprime un imaginaire lié au local, perçu comme le lieu d’exercice d’une différence à l’intérieur du global, le lieu où l’on fait l’apprentissage du social, le lieu de la vie quotidienne. Si cette fameuse prolifération du patrimoine touche actuellement le monde rural, c’est parce qu’elle est un recours pour ré-enchanter le monde. Elle permettrait d’opposer un lieu identitaire, historique et relationnel13 face au non-lieu de la ville.

79Le territoire renvoie à la notion de nature, d’ordre naturel (c’est-à-dire l’écologie) en insistant sur l’importance du lien entre l’homme et la nature, avec une importante dimension symbolique qui renvoie à l’histoire, à la durée, voire à un mythe des origines.

  • 14 Loi n° 95-115 du 4 février 1995 d’orientation pour l’aménagement et le développement du territoire.

80Le patrimoine crée donc du territoire, mais c’est aussi le territoire qui crée du patrimoine. La multiplication des pays (lois Pasqua et Voynet, 1995 et 2000) n’est sans doute pas pour rien dans la prolifération des projets patrimoniaux. Le contenu même de la loi incite au recours au patrimoine, dans une perspective de développement économique. « Il favorise au sein de pays présentant une cohésion géographique, historique, culturelle, économique et sociale la mise en valeur des potentialités du territoire en s’appuyant sur une forte coopération intercommunale et sur l’initiative et la participation des acteurs locaux14. »

81Si le législateur reste vague sur la définition d’un pays cohérent, il reprend par contre une idée très largement répandue : le territoire résulterait d’un déterminisme géographique, naturel, comme allant de soi.

  • 15 Michel Rautenberg, André Micoud, Laurence Bérard, Philippe Marchenay, Introduction de Campagne de t (...)

82Le patrimoine étant actuellement le meilleur argument des découpages territoriaux, il est appelé à la rescousse dès qu’il y a création territoriale (parc naturel régional, pays). Il justifie ces derniers par l’invocation d’une culture et d’une mémoire collective. On invente des patrimoines censés « faire renaître » une identité partagée, « le bien commun ». « L’évocation du patrimoine en tant qu’elle est rappel de l’existence d’un bien commun par delà les ruptures temporelles, ne vise donc pas seulement à instituer u territoire – cela n’est plutôt qu’une conséquence – mais bel et bien à redonner corps à un nouveau groupement humain15. »

Patrimoine et revendications identitaires

83Si l’évocation du patrimoine peut avoir des conséquences positives en termes de liens sociaux, elle peut aussi produire de l’exclusion et de l’enfermement. L’identité est un enjeu majeur, lorsque l’on met en place une procédure de patrimonialisation. Que ce soit dans le but de créer du lien à l’intérieur de la population ou de dynamiser un tissu économique ou culturel lâche, on assiste à un retour tambour battant du territoire support d’identité. L’objet patrimonial devient l’argument essentiel sur lequel s’appuient des revendications identitaires dures de populations qui se sentent parfois exclues. Il se prête aisément à la manipulation et sert le discours de l’enfermement. Dans le cas de la Transylvanie, les pratiques patrimoniales créent un discours qui exclut l’autre et sa contribution dans l’histoire de la ville.

84Le patrimoine, tout comme les revendications identitaires, fige le territoire et ses habitants, gèle les pratiques et les futurs possibles.

85Nous pouvons même aller jusqu’à nous demander si la tradition est encore vivante lorsqu’on parle de patrimoine. La patrimonialisation correspond souvent à un moment d’agonie ou du moins de menace qui appelle une protection. Il s’agit alors de faire renaître sous une autre forme « le bien commun » (monument, fait social, etc.). Mais une pratique vivante évolue au fur et à mesure des besoins, ce qui n’est plus envisageable dès lors qu’il y a eu patrimonialisation.

86La patrimonialisation ne consiste-t-elle pas à pétrifier quelque chose à un moment donné ? Les Appellations d’Origine Contrôlée (AOC) fournissent un exemple approprié. Doté d’un cahier des charges très strict qui entrave toute évolution, le produit doit être fabriqué dans telle zone, avec telle et telle méthode. L’AOC inclut et exclut, et les agriculteurs n’ont pas forcément leur mot à dire. La réglementation propose une définition de l’objet et du producteur, qui cristallise une pratique et empêche toute innovation. L’authentique exclut tout autant qu’il protège.

Et l’ethnologue dans tout ça ?

87L’ambiguïté du patrimoine est d’être à la fois concept opérationnel et objet d’étude. Il est concept opérationnel pour l’ethnologue souvent chargé d’un diagnostic du patrimoine qui va désigner tel ou tel élément comme « patrimoine ethnologique », comme la fête de la paria. Mais il est aussi un objet d’étude pour l’ethnologue qui s’interroge sur les raisons et les circonstances de son émergence, sur les modalités de son développement, et qui porte un regard critique sur les manipulations auxquelles il peut se prêter. L’ethnologue peut-il à la fois se servir du concept de patrimoine et s’interroger sur celui-ci ? Cela ne nous amène-t-il pas à une « ethnologie en miroir », un retour sur les pratiques ethnologiques ?

  • 16 Guille-Escuret Georges, L’anthropologie, à quoi bon ?, L’Harmattan, Paris, 1996.

88N’est-ce pas l’ethnologue où plus généralement le savant qui introduit la notion de patrimoine sur le terrain ? Les gens ne feraient ensuite que la reprendre, la réutiliser, se l’approprier. L’ethnologue ne tend-il pas la perche aux tenants du discours d’exclusion, leur fournissant un discours du patrimoine prêt à l’emploi ? Est-il moral pour l’ethnologue de s’impliquer dans les processus de patrimonialisation ? L’ethnologie doit-elle « sentir le soufre » comme le dit Guille-Escuret16 ?

89La patrimonialisation constitue un des outils potentiels d’un développement local (par exemple les Sites Remarquables du Goût) et contribue à faire vivre un village, un pays. C’est ce qu’illustre le marché dans des villages où il est un élément important de la vie socio-économique. Lorsqu’il risque de disparaître pour cause de modifications des usages, le patrimoine est convoqué pour assurer sa pérennité. L’ethnologue ne doit-il pas s’engager justement pour que ce processus soit l’objet d’un débat sur la scène démocratique et ne soit pas récupéré par quelques-uns ? Pour que la mémoire évoquée soit celle de tous et pas seulement des notables, des catégories les plus favorisés ou d’une poignée de syndicalistes ?

Conclusion

90Le projet patrimonial peut intervenir pour ouvrir ou pour fermer la communauté, pour entrer en contact avec d’autres ou pour servir de point d’ancrage à un discours produisant de l’exclusion et de l’enfermement. C’est en quelque sorte un acte d’institution car il proclame une vérité aux membres du groupe mais aussi à l’extérieur. Il se veut alors le médiateur au travers duquel une société va s’exprimer et être reconnue comme telle. Cette médiation peut permettre des mises en réseau entre des collectivités locales (Savoie – Piémont sur un même patrimoine religieux, par exemple) et la création d’un espace de coopération.

91La mise en valeur de l’objet patrimonial tourne autour de la construction ou de la reconstruction symbolique, qui ne fédère pas forcément tout le monde. L’ethnologue doit analyser ce que chacun des intervenants (politique, locaux, etc.) cristallise dans sa projection sur l’objet. Le projet dégage du sens mais aussi un « méta-sens » (au-delà de ce qu’il a été dit). Il doit s’inscrire dans la culture ambiante pour qu’il devienne un emblème pour tous. Si un projet est uniquement fondé sur un particularisme, ne pourront s’y reconnaître que ceux qui se sentent liés à la particularité, les autres se sentiront exclus et légitimeront donc la frontière. En conséquence, le projet doit privilégier le discours d’ouverture de façon à ce que le visiteur, l’usager, les habitants et les institutions puissent s’y retrouver, c’est-à-dire produire une construction d’intersubjectivité avec d’autres partenaires. D’où la nécessité d’éléments permettant de dialoguer avec l’autre, d’éléments communs : l’objet patrimonial serait alors un média entre les différents acteurs.

92Comment trouver de la cohérence dans ces différents projets de valorisation du patrimoine ? Lorsque d’importantes transformations ont lieu dans une société, un sentiment de rupture et une impression de décalage spatial/temporel apparaissent. Le projet doit créer une connexion, mais il n’est jamais gratuit. L’enjeu est de l’ordre de la production de sens pour l’individu, le groupe, la société (d’où différentes stratégies d’utilisation) : le patrimoine c’est l’affaire de tous.

Le « mur d’argent » à Saint-Christophe-en-Brionnais

Le « mur d’argent » à Saint-Christophe-en-Brionnais

Photographie : Nathalie Bétry

Les fouilles archéologiques de Cluj-Napoca

Les fouilles archéologiques de Cluj-Napoca

Photographie : Bianca Botéa

La préparation de la paria à Saint-Etienne-du-Bois

La préparation de la paria à Saint-Etienne-du-Bois

Photographie : Delphine Balvet

Haut de page

Notes

2 D. Cerclet : « L’objet comme langage : voir les objets comme des faits sociaux », Info-Crea no 5. 1998, p. 15.

3 Patrimoines en folie, sous la direction de H.P. Jeudy, p. 107.

4 D. Cerclet, op. cit., p. 15.

5 À ce sujet, nous renvoyons au numéro spécial de l’ARA contre 1’extrémisme et en particulier aux articles de Denis Cerclet, Patricia Ramon, Chantal Somm (L’ARA, no 43, hiver 1998).

6 L’albergement consiste de la part d’un seigneur à Jouer des terres et des bâtiments à un paysan, en échange d’un paiement en nature et parfois en argent.

7 Denis Cerclet, « Patrimoine et dialogue entre les cultures », Rapport dans le cadre du programme Culture 2000.

8 Koloszvar est le nom de la ville de Cluj dans la langue hongroise.

9 La Roumanie ne comporte pas, du point de vue administratif, de régions : la Transylvanie, la Moldavie et Regatul (le Royaume) sont les noms des anciennes régions historiques, d’avant 1918. Sinon, il y a un partage administratif en départements (judete). La Transylvanie comprend des nombreux départements.

10 Sens où l’entend Agnès Villadary, 1968, Fêtes et vie quotidienne, Les Éditions ouvrières, Paris, 239 p.

11 Guillaume, Marc, La politique du patrimoine, Galilée, Paris, 1980.

12 Voir « L’invention du Mézenc », par Anne-Marie Martin, Jean-Claude Mermet et Nadine Ribet, in Michel Rautenberg, André Micoud, Laurence Bérard, Philippe Marchenay, Campagne de tous nos désirs, Patrimoines et nouveaux usages sociaux, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, Paris, 2000, pp. 45-57.

13 Voir Auge, Marc, Non-lieux, Seuil, 1992.

14 Loi n° 95-115 du 4 février 1995 d’orientation pour l’aménagement et le développement du territoire.

15 Michel Rautenberg, André Micoud, Laurence Bérard, Philippe Marchenay, Introduction de Campagne de tous nos désirs, op. cit, p. 5.

16 Guille-Escuret Georges, L’anthropologie, à quoi bon ?, L’Harmattan, Paris, 1996.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Le « mur d’argent » à Saint-Christophe-en-Brionnais
Crédits Photographie : Nathalie Bétry
URL http://journals.openedition.org/pa/docannexe/image/2250/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Les fouilles archéologiques de Cluj-Napoca
Crédits Photographie : Bianca Botéa
URL http://journals.openedition.org/pa/docannexe/image/2250/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 227k
Titre La préparation de la paria à Saint-Etienne-du-Bois
Crédits Photographie : Delphine Balvet
URL http://journals.openedition.org/pa/docannexe/image/2250/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 223k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Delphine Balvet, Nathalie Bétry, Bianca Botéa, Jésus Miranda et Marianne Palisse, « Autour du patrimoine : questions transversales à partir de quatre terrains »Parcours anthropologiques, 2 | 2002, 50-63.

Référence électronique

Delphine Balvet, Nathalie Bétry, Bianca Botéa, Jésus Miranda et Marianne Palisse, « Autour du patrimoine : questions transversales à partir de quatre terrains »Parcours anthropologiques [En ligne], 2 | 2002, mis en ligne le 08 décembre 2022, consulté le 11 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/pa/2250 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pa.2250

Haut de page

Auteurs

Delphine Balvet

Nathalie Bétry

Bianca Botéa

Articles du même auteur

Jésus Miranda

Articles du même auteur

Marianne Palisse

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search