Navigation – Plan du site

AccueilNuméros2ÉtudesPhilippe Jacquin

Études

Philippe Jacquin

François Laplantine et Jean-Baptiste Martin
p. 64-65

Texte intégral

1Le parcours de Philippe Jacquin, qui est né le 22 janvier 1942 à Donville (Manche), a été marqué par une activité intense, toute entière vouée à l’enseignement et à la recherche. Après des études d’histoire et de sociologie à l’Université de Rennes et un CAPES d’histoire, il enseigne l’histoire dans le secondaire à La Rochelle. Il entre ensuite dans l’enseignement supérieur en 1984, d’abord comme assistant et Maître de Conférences d’histoire moderne à l’Université Lyon 3, puis à partir de 1995 comme Professeur d’anthropologie à l’Université Lumière-Lyon 2. Il a également été chargé de conférences à l’EHESS de 1989 à 1992.

2Philippe Jacquin était animé par une passion de la mer qui était pour lui une passion pour les aventures maritimes. Ses activités de recherche et d’écriture se sont concentrées sur deux domaines principaux : le littoral français et les sociétés indiennes d’Amérique du Nord. Ses recherches sur le littoral français de l’Ouest, qui témoignent de son attachement à ses racines maritimes, ont donné matière à une dizaine d’articles et à quatre ouvrages portant sur la littérature orale et sur des activités liées à la mer, parmi lesquels Récits et contes populaires d’Aunis et de Saintonge (Gallimard, 1979) et Le goémonier (Berger-Levrault, 1980).

3C’est sur les sociétés indiennes d’Amérique du Nord qu’a porté l’essentiel de ses travaux. Depuis les recherches effectuées pour sa thèse de doctorat sur les relations entre les Indiens et les Français en Amérique du Nord (Attitudes et croyances des « hommes de la fourrure » de l’Amérique française (XVIe-XVIIIe siècle) soutenue à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales sous la direction de Jacques Soustelle, on peut dire que Philippe Jacquin n’a jamais cessé de vivre au contact des Indiens du Canada et de l’Ouest des États-Unis. Il était d’ailleurs encore auprès d’eux quelques jours seulement avant sa mort. Sa passion pour les Indiens et sa soif de faire partager ses connaissances sont à l’origine d’une œuvre considérable : plus d’une vingtaine de contributions dans des revues scientifiques ou ouvrages collectifs et presque autant d’ouvrages (qu’il a écrits seul ou en collaboration, notamment avec D. Royot pour les cinq derniers), dont certains peuvent déjà être considérés comme des ouvrages de référence : Histoire des Indiens d’Amérique du Nord (Payot, 1976), La politique indienne des États-Unis 1830-1890 (Didier, 1997), Un autre Ouest. La vie des pionniers au temps de la Conquête de l’Ouest (Larousse, 2002) et surtout Le peuple américain : histoire, anthropologie et sociologie (Seuil, 2000).

4Ce qu’il étudie dans ces différentes publications, ce sont les processus de migration et d’interaction nés de la rencontre des cultures européennes et indiennes allant des Montagnais de la Côte Est aux Indiens des Plaines de la Côte Ouest. Spécialiste de la Conquête de l’extrême Occident et en particulier de l’imaginaire né de la Conquête (qu’il analyse notamment à travers la figure du cow-boyLe cow-boy, un Américain entre le mythe et l’histoire, Albin Michel, 1992 – ainsi qu’à travers ce genre cinématographique on ne peut plus américain qu’est le western), Philippe Jacquin montre que la mystique de l’Ouest, constituée par le goût des grands espaces, se perpétue aujourd’hui dans l’environnement urbain et en particulier dans la ville de Los Angeles à laquelle il a consacré de nombreuses pages de Go West ! (Flammarion, 2002) écrit en collaboration avec D. Royot. Son œuvre est indissociablement celle d’un ethnographe recueillant et analysant la tradition orale et d’un historien. Elle est animée par une démarche à laquelle il tient fondamentalement, celle de l’ethno-histoire.

5Dans ses livres écrits d’une plume alerte, de même que dans ses enseignements, il a su faire partager ses connaissances mais aussi la fascination qu’exercent ces sociétés que l’expansion européenne puis la modernité ont profondément transformées quand elles ne les ont pas éliminées. Avec Philippe Jacquin, chercheur de terrain et homme d’archives, c’est l’un des meilleurs spécialistes des sociétés amérindiennes qui disparaît. Si nous perdons un collègue et un ami, les Indiens perdent en plus un avocat qui a fait connaître leur histoire, leur vie et leur cause à travers le monde. En effet, en plus de ses nombreuses publications, il était extrêmement soucieux de la diffusion des connaissances sans laquelle il ne concevait pas la recherche. Il a collaboré régulièrement pendant plus de vingt ans à la revue L’Histoire. Il a participé à la conception et à la réalisation d’une dizaine d’expositions en Europe et en Amérique, et ses interventions dans les radios (notamment à France-Culture) et les télévisions ne se comptent pas.

6Plus qu’un simple hommage à Philippe Jacquin, personnalité attachante dont la liberté de pensée et la joie de vivre n’avaient d’égales que la passion du terrain et l’envie de communiquer, ces pages de Parcours anthropologiques qui présentent une partie de sa bibliographie (il est impossible de mentionner ici ses très nombreuses contributions dans les revues et les ouvrages collectifs) ainsi que le séminaire que le CREA organisera autour de son œuvre au printemps prochain s’inscrivent dans la continuité de l’ activité qu’il a su impulser tant parmi ses collègues que ses étudiants. Le sillon qu’il avait commencé de tracer depuis son arrivée dans notre Université doit être poursuivi.

Haut de page

Bibliographie

Ouvrages sur l’Amérique du nord

Histoire des Indiens d’Amérique du Nord, Paris, Payot, 1976.

La terre des Peaux Rouges. Histoire et Culture des Indiens d’Amérique du Nord, Paris, Gallimard Découvertes, 1987.

Les Indiens blancs, Français et Indiens en Amérique du Nord, XVI-XVIIIe siècles, Paris, Payot, 1987.

Vers l’Ouest : un nouveau monde, Paris, Gallimard, 1987.

L’Europe des Grands Royaumes, Paris, Casterman, 1988.

La vie privée des Indiens d’Amérique du Nord à l’époque de la Conquête, Paris, Hachette, 1990.

Le cow-boy, un Américain entre le mythe et l’histoire, Paris, Albin Michel, 1992.

(Éd.) Terre indienne, un peuple écrasé, une culture retrouvée, Paris, Autrement, 1991.

(Éd.), Le mythe de l’Ouest, l’Ouest américain et les valeurs de la frontière, Paris, Autrement, 1993.

Les Indiens d’Amérique, Paris, Flammarion, collection Dominos, 1996.

L’herbe des Dieux. Le tabac dans les sociétés indiennes d’Amérique du Nord, Paris, SEITA, 1997.

La Politique indienne des Etats-Unis (1830-1890), Paris, CNED Didier-Érudition, 1997.

(En collaboration avec D. Royot) Les Déserts Américains, grands espaces, peuples et mythes, Paris, Autrement, 1997.

(En collaboration avec D. Royot) La Destinée manifeste des Etats-Unis au XIXe siècle. Analyses, chronologies, commentaires et documents, Paris, Ophrys, 1999.

(En collaboration avec D. Royot et S. Whitefield) Le Peuple Américain, histoire, anthropologie et sociologie, Paris, Le Seuil, 2000.

(En collaboration avec D. Royot et S. Whitefield) Les peuples d’Amérique du Nord, Paris, Nathan, 2000.

(En collaboration avec J.M. Michaud) Les Indiens, Paris, Casterman, Collection Quelle Histoire !, no 15, 2001.

(En collaboration avec D. Royot) L’Ouest dans la Culture Américaine, Paris, Flammarion, 2001.

(En collaboration avec D. Royot) Go West ! Une histoire de l’Ouest américain, Paris, Flammarion, 2002.

La vie des pionniers au temps de la Conquête de l’Ouest, Paris, Larousse, 2002.

Autres Ouvrages

(En collaboration avec D. Jacquin) Récits et Contes populaires d’Aunis et Saintonge, Tome 1, Paris, Gallimard, 1979.

Le Goémonier, Collection Métiers d’hier et d’aujourd’hui, Berger-Levrault, 1980.

Népal : le parc de Sagarmatha, la vallée de Kathmandou, UNESCO, Montréal, Études vivantes, Paris, 1982

Les Pirates, Paris, Gallimard Découvertes, 1988.

(En collaboration avec S. Péharpré et V. Wiesinger) Sur le sentier de la découverte, Rencontres franco-indiennes du XVIe au XXe siècle, Paris, Réunion des musées nationaux, 1992.

(En collaboration avec P. Villiers), Les Européens et la mer : de la découverte à la colonisation, 1455-1860, Paris, Ellipses, 1997.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Laplantine et Jean-Baptiste Martin, « Philippe Jacquin »Parcours anthropologiques, 2 | 2002, 64-65.

Référence électronique

François Laplantine et Jean-Baptiste Martin, « Philippe Jacquin »Parcours anthropologiques [En ligne], 2 | 2002, mis en ligne le 08 décembre 2022, consulté le 23 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/pa/2264 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pa.2264

Haut de page

Auteurs

François Laplantine

Articles du même auteur

Jean-Baptiste Martin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search