Navigation – Plan du site

AccueilNuméros18ÉtudesDessiner la fabrique d’un scandal...

Études

Dessiner la fabrique d’un scandale environnemental et sanitaire

Autour de l’enquête graphique Tropiques toxiques de Jessica Oublié
Marina Rougeon

Résumé

Dans leur roman graphique documentaire Tropiques toxiques, Jessica Oublié et ses collaborateurs rendent compte de la complexité du scandale environnemental et sanitaire survenu aux Antilles françaises, et plus particulièrement en Martinique et en Guadeloupe, autour de l’utilisation d’un pesticide dans les cultures bananières : le chlordécone. À partir d’une analyse de ce travail, qui réunit une approche de sciences sociales et une approche artistique, je développerai dans cet article quelques réflexions sur les interfaces entre ces deux sphères dans la production de connaissances sur des réalités contemporaines. En outre, la pratique du dessin nous invite à considérer comment les arts graphiques peuvent inspirer notre travail de recherche en anthropologie et, en particulier, enrichir nos pratiques d’écriture de la recherche. Il est à noter que la démarche de l’ethnographe est parfois fort proche des choix narratifs du dessin artistique, dans le sens où il s’agit de relater le point de vue de l’autre tout en expliquant son propre regard sur l’autre, dans le but d’inviter le lecteur à porter un regard neuf sur l’univers rendu visible/lisible par le dessin. Enfin, ces mises en écho révèlent une même préoccupation pour l’amélioration de la diffusion des travaux scientifiques, à l’intérieur et à l’extérieur de l’université.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 En ce qui concerne l’actualité de ce scandale, notons que deux juges d’instruction du pôle de santé (...)

1Le documentaire graphique Tropiques toxiques, écrit par Jessica Oublié, scénariste, et ses collaborateurs, relate la complexité et met en scène le scandale environnemental et sanitaire survenu dans les Antilles françaises, plus précisément en Martinique et en Guadeloupe, autour de l’utilisation d’un pesticide dans les cultures bananières : le chlordécone1. Dans cet article, je propose d’analyser ce travail, qui réunit certains aspects de l’approche qualitative des sciences sociales et d’une approche artistique. Cela me permettra de développer des réflexions sur les interfaces entre ces deux sphères dans la production de connaissances sur des réalités contemporaines, et sur les enjeux posés par ces interfaces.

2Tout d’abord, il convient de mentionner qu’avec d’autres auteurs, comme Mouloud Boukala (2018), je considère le dessin de bande dessinée comme une forme de connaissance. Plus encore, elle présente une portée anthropologique et, en ce sens, mérite d’être problématisée. « Elle s’initie par une insertion subjective dans un monde et s’accompagne – dans le meilleur des cas – d’une sortie altérée de celui-ci » (Boukala, 2015-2016). En ce sens, elle fournit des expériences subjectives qui peuvent être partagées.

  • 2 Entretiens avec Jessica Oublié, les 16 et 23 octobre 2021, dans le cadre d’un travail de recherche (...)

3Dans le cas de Tropiques toxiques, la bande dessinée adopte le format d’une recherche, fondée sur un travail de terrain. L’auteure principale m’a indiqué lors d’entretiens2 que, bien qu’elle ne soit pas une chercheuse, elle a tenu à cette approche, à laquelle elle avait été familiarisée lors de cours de sociologie pendant ses études d’art : « Moi ce qui m’intéresse c’est les démarches de terrain, j’ai beaucoup lu en sociologie et en anthropologie, l’École de Chicago par exemple m’a inspirée beaucoup, j’avais adoré lire les travaux de Malinowski, découvrir le travail de Lévi-Strauss… »

4Ainsi, je propose de considérer ce travail comme une recherche dessinée, une écriture sociologique ou ethnographique dessinée. Je ferai comme si il s’agissait d’un travail de recherche, une posture mobilisant une « capacité fictionnelle » (Leret, 2018) qui me permet de mettre en évidence les échos mutuels, les interactions entre la capacité fictionnelle dans la démarche artistique et dans la démarche scientifique lorsqu’il s’agit d’utiliser des images dans la production de connaissances.

  • 3 Sur la notion de production de la négligence en santé, voir notamment Nunes (2016).

5Tropiques toxiques traite de questions qui interpellent les chercheurs, les artistes et la société civile, dans un contexte de sensibilité croissante aux questions environnementales et aux inégalités sociales. En effet, ce documentaire graphique propose de rendre visible et de sensibiliser un plus large public à la question de l’intoxication chimique des sols et des eaux, et à ses effets sur la santé, la vie sociale, l’environnement et la vie sous ses différentes formes, à partir du cas du chlordécone aux Antilles. En ce sens, il propose une approche critique et éthique de ces questions, souvent invisibles et négligées3, même initialement aux yeux de l’auteure comme elle me le signalait :

  • 4 Elle fait ici mention de l’écriture de sa première BD, Péyi an nou (Oublié et Rousseau, 2017).

[…] le fait d’arriver [en Guadeloupe] forte de cette expérience intellectuelle nouvelle4, tout à coup je me suis aperçue que la lorgnette que j’avais ouverte sur les Antilles concernait seulement la question migratoire et je n’avais pas regardée suffisamment, sinon je me serais aperçue qu’une autre histoire se dessinait sous mes yeux, celle du chlordécone, et je l’avais complètement éludée. Et donc quand je suis arrivée, il était hors de question de fermer les yeux là-dessus, c’était pas possible, ça prenait tout l’écran quoi, il y avait vraiment cette urgence à essayer de comprendre, parce que les gens dans ma famille, autour de moi disaient, « oui ben c’est comme ça on est pollués depuis les années 1990 qu’est-ce que tu veux qu’on fasse il faudra bien mourir de quelque chose… » La résignation, qu’il n’était pas possible d’accepter, [car] moi je venais d’arriver, je ne pouvais pas être résignée.

6L’écriture progresse le long de l’ouvrage en passant d’interlocuteur en interlocuteur, rendant compte à la fois du travail de terrain avec de nombreux acteurs – acteurs du traitement des masses d’eau territoriales et de la mer, représentants de secteurs d’activité ayant une relation étroite avec l’environnement, sur terre ou en mer, associations de malades, de pêcheurs, de militants, de paysans, etc. – et, ce faisant, rendant compte de l’avancée de la recherche.

Figure 1. Planches de Tropiques toxiques, pp. 22-23 (Oublié et al., 2020).

Figure 1. Planches de Tropiques toxiques, pp. 22-23 (Oublié et al., 2020).
  • 5 Mes plus vifs remerciements à Jessica Oublié, qui m’a permis de reproduire les planches au sein de (...)

Crédits : J. Oublié. Droits cédés par l’auteure5.

7Ce choix d’écriture, qui suit les principales étapes de la recherche et en rapporte les détails significatifs, met en évidence la dimension construite de toute écriture du terrain. Jessica Oublié détaillait lors de nos entretiens : « J’écris comme un scénario, “case 1, bulle 1”, et j’écris tout ce que tu vois dans la case : “ils sont dans un champ de bananes, on voit…” […]. Tu ne peux pas faire une BD sans penser le rythme et surtout dans une BD documentaire. » Dans ce sens, Pierre Nocérino (2016 : 172) écrivait à propos de la bande dessinée que

ce médium rappelle donc plus facilement la dimension construite de la retranscription, davantage en tout cas que le texte où pourtant cadrage et découpage sont présents. Il serait même possible de dire que la BD rend ces cadrage et découpage plus évidents que d’autres médiums, eux aussi visuels, comme la photographie où la dimension “réaliste” de l’objet peut faire oublier cette construction […].

8Tout comme dans la pratique de l’ethnographie, le travail du dessinateur et celui du scénariste qui l’oriente rappellent, avec une grande richesse de codes, que les données sont produites sur le terrain par le chercheur – qu’il soit artiste ou scientifique – et non « collectées » :

Passer de la prise de notes textuelles in situ à une BD nécessite, de fait, une traduction suffisamment compliquée pour être plus aisément repérable. Quand bien même certains croquis sont réalisés sur place afin de compléter la prise de notes, ils sont loin de constituer une BD agencée, soumise à un enchaînement de cases construites avec un cadrage spécifique (ce qui nécessite l’élaboration de plusieurs brouillons, d’un story-board et d’un crayonné avant de pouvoir passer à la réalisation des planches finales à proprement parler). (Nocérino, ibid.)

9Jessica Oublié a opté pour divers choix graphiques au service de la narration. Pour rendre compte de la recherche en cours, de ses multiples acteurs, de ses limites, de ses enjeux, de ses trames, une écriture graphique spécifique a vu le jour. L’on passe d’une situation à une autre à partir de problématisations, ce qui permet de mettre en avant la complexité des situations et de cultiver un regard critique, centré sur les difficultés des expériences vécues. Ainsi se dessinent, au fur et à mesure de l’avancée de la recherche, les contours, les multiples dimensions, les discours et les acteurs impliqués autour de l’utilisation du chlordécone et de ses effets sur la santé. Le choix de cette écriture révèle de fait la démarche fondamentalement qualitative et inductive adoptée par la scénariste, qui peut être rapprochée de l’ethnographie à différents égards.

Écriture graphique du terrain

10Le rapprochement que j’établis entre l’écriture ethnographique et l’écriture adoptée dans Tropiques toxiques repose en premier lieu sur le choix de donner une place et un espace importants aux acteurs rencontrés sur le terrain. Jessica Oublié m’expliquait ainsi son attachement au travail d’enquête : « J’aime beaucoup, être au plus près des gens dont on veut recueillir la parole, et ne jamais substituer notre parole à la leur mais vraiment être dans une conformité des propos recueillis, une fidélité, voilà, ça c’est un travail qui me parle bien. »

11La place donnée aux acteurs rencontrés sur le terrain passe à la fois par l’insertion d’affichettes visibles dans le texte où apparaît le nom complet de la personne, et en rapportant le vécu de ces acteurs, notamment avec des portraits photographiques.

Figure 2. Planche de Tropiques toxiques, p. 104 (Oublié et al., 2020).

Figure 2. Planche de Tropiques toxiques, p. 104 (Oublié et al., 2020).

Crédits : J. Oublié.

12Dans la partie mettant en évidence la relation entre le chlordécone et la maladie, mais aussi la mort, l’écriture comprend des portraits et des témoignages de personnes malades ou de leurs proches. Avec le chapitre intitulé « Apprendre à compter les morts », la parole est donnée à différents témoins, comme ici, à la sœur d’un homme décédé d’un cancer de la prostate (fig. 2), et à la mère d’un enfant présentant des problèmes de croissance hormonale (fig. 3). Par leurs discours, ils mettent également en évidence les limites des connaissances biomédicales. Par ailleurs, relater l’expérience de la maladie vécue par un enfant apparaît comme un défi pour lequel le dessin apporte de riches propositions. Les images dessinées permettent de suggérer des expériences imaginaires de la vie sociale difficiles à transmettre, tels les rêves ou les aspirations, en plus d’introduire de la poésie : par le dessin, le jeune garçon devient le héros de sa propre histoire, contrebalançant le poids du récit de sa mère au sujet de la pulvérisation de pesticides sur les champs où ils vivaient.

Figure 3. Planche de Tropiques toxiques, p. 113 (Oublié et al., 2020).

Figure 3. Planche de Tropiques toxiques, p. 113 (Oublié et al., 2020).

Crédits : J. Oublié.

13Le souci de demeurer fidèle aux propos de ses interlocuteurs révèle aussi celui de la reconnaissance que les lectrices et lecteurs pourront porter aux scènes, situations et évènements relatés dans l’ouvrage :

Moi je suis vraiment du côté de la réalité, ce qui m’intéresse c’est de montrer des gens dans leur réalité et surtout, que ces personnes quand elles ont la BD elles disent « oui oui, ça se passe comme ça ». Je te donne un exemple, la scène d’ouverture, novembre 1992, la prise du tarmac des bananiers [figure 4]. Elle m’a été racontée par le journaliste Guy Flandrina qui, à l’époque, a couvert l’évènement, et donc j’ai vraiment voyagé dans son récit, après j’ai lu son livre j’ai trouvé ça absolument fabuleux, et en fait j’ai essayé le plus possible de coller à tous les éléments qu’il m’avait donnés, je suis même aller chercher dans les archives de France Antilles des images pour qu’on reproduise dans les dessins des images photos parues dans la presse pour que les gens de cette époque qui ont connu me disent « ça s’est passé comme ça », et figures toi que j’ai eu plein de retours là-dessus, plein de retours de gens qui ont connu novembre 1992 et qui m’ont dit « on a l’impression que vous y étiez », et en fait on y était pas mais la presse de l’époque oui, et donc on a fait tout ce travail, pour moi c’est important.

Figure 4. Planche de Tropiques toxiques, p. 10 (Oublié et al., 2020).

Figure 4. Planche de Tropiques toxiques, p. 10 (Oublié et al., 2020).

Crédits : J. Oublié.

14Un autre aspect important réside dans la place accordée à l’auteure principale dans le texte, et sur le terrain. La recherche débute par son retour sur la terre d’origine d’une partie de sa famille, la Guadeloupe. Elle est figurée comme une personne du lieu, entourée de sa famille, arrivant à l’aéroport et accueillie par ses proches (fig. 5). Cet élément est révélateur du choix d’une réflexivité et d’une subjectivité pleinement assumé dans le récit proposé, jusqu’à faire de l’auteure un personnage à part entière.

Figure 5. Planches de Tropiques toxiques, p. 26/p. 29 (Oublié et al., 2020).

Figure 5. Planches de Tropiques toxiques, p. 26/p. 29 (Oublié et al., 2020).

Crédits : J. Oublié.

15Ce choix est aussi une façon de susciter un sentiment d’empathie chez les lecteurs vis-à-vis de ce personnage :

[…] d’où je parle quand je parle, c’est la question que je me pose en tant qu’auteure, et que le lecteur à un moment va quand même se poser et me positionner […] dans cette BD, comme une Guadeloupéenne qui arrive en Guadeloupe et qui découvre la pollution, y’a des transferts possibles. On dit transfert parce que le retour au pays c’est quelque chose d’assez universel en termes de thématique. La migration, pour le premier album, c’est un sujet, aussi universel, même si, on a tous des gens dans nos familles qui ont migré, donc c’est assez facile de se projeter à travers ce personnage. Ouvrir les cuisines de la construction de la BD c’est […] créer des liens d’empathie avec le personnage pour que les personnes, le lecteur, ait aussi une empathie pour ce que le personnage vit.

16Outre la dimension personnelle de cette réflexivité, l’auteure apparaît aussi constamment comme une actrice de sa recherche, cheminant aux côtés d’autres personnes. Le personnage de Jessica Oublié figure au fil des pages en train de travailler, parcourant des endroits divers munie des instruments qui caractérisent sa démarche de recherche : son sac à dos, son carnet de notes, son stylo, etc. De la même manière, le dessin rend compte des situations d’entretien. Les conditions réelles des interlocutions qui ont eu lieu lors des rencontres sur le terrain sont rapportées avec une certaine rigueur. L’avancement de la recherche est également mis en scène de manière graphique lorsque l’auteure apparaît en train de faire des recherches internet sur l’ordinateur, de téléphoner, de mener des entretiens à distance, de s’asseoir par terre entourée de notes et données de seconde main qu’elle tente d’organiser, ou encore de se plonger dans le carnet de terrain. De cette façon, le lecteur suit le processus de production d’une recherche.

Figure 6. Planches de Tropiques toxiques, p. 125/p. 150 (Oublié et al., 2020).

Figure 6. Planches de Tropiques toxiques, p. 125/p. 150 (Oublié et al., 2020).

Crédits : J. Oublié.

17Lors de notre entretien, Jessica Oublié signalait ses inspirations en termes d’arts graphiques et narratifs :

Emmanuel Guibert a fait Le photographe [Guibert, Lefèvre et Lemercier, 2002]. J’ai beaucoup aimé la manière dont il a utilisé ses photographies et quelque part il parle aussi des à-côtés et ça m’a donné envie aussi de montrer les à-côtés de la recherche, comment la recherche se fait, quelles sont les difficultés que l’on peut rencontrer en tant que personne menant une recherche, donc être montré, le dedans et le dehors, le changement de focale c’est vraiment Guibert qui me l’a soufflé, qui m’en a donné l’envie.

  • 6 Je pense également aux échanges épistolaires, comme ceux entre Pierre Verger et Alfred Métraux, ras (...)

18Mais on ne peut manquer de mentionner aussi que le titre de cet ouvrage semble faire écho à celui des Tristes tropiques de Lévi-Strauss (1955). Il est possible d’établir au moins deux parallèles entre les deux textes. Tous deux proposent de déconstruire une certaine image des dits « tropiques », dont les auteurs rendent chacun compte d’une manière désenchantée, signalant les difficultés qui les traversent, voire la toxicité qui les touche, s’agissant aussi de lieux pollués, malades. Un autre parallèle réside dans le statut du texte qui semble inclassable. Entre traité d’anthropologie, de philosophie et de littérature pour le texte de Lévi-Strauss ; bande dessinée, roman graphique, documentaire, récit de recherche sur le terrain pour le texte dont il est question ici. Dans les deux cas, les auteurs ont fait le choix d’écritures qui s’attachent à rendre compte des aspects de la complexité de l’expérience humaine – y compris celle du chercheur sur le terrain avec ses interlocuteurs6. Pour cela, ils semblent inviter à briser les moules en termes de format.

19D’autres aspects de Toxiques tropiques abordent des questions incontournables de l’ethnographie, tels que nous le verrons dans les prochaines parties.

L’engagement

20L’un de ces aspects réside dans l’engagement de l’auteure principale, qui a choisi le dessin comme une façon de dénoncer et de rendre visible ce qui apparaît, au fil des pages, comme un scandale sanitaire, économique et politique. L’ouvrage ne se limite pas au cas local du chlordécone aux Antilles, mais ouvre la problématisation à la compréhension de la relation entre les pesticides et les effets néfastes sur la santé. Comme le soulignait Jessica Oublié en entretien :

[…] je mesure à quel point mon travail, quand j’essaie de poser une question sur la table, a un niveau de complexité important, parce qu’il fait appel à plusieurs champs disciplinaires en termes de compréhension, parce qu’il fait appel à plusieurs acteurs, alors je me dis la BD c’est de nouveau le chemin vers lequel il faut aller pour essayer de questionner le sujet.

  • 7 Nous avons constaté des logiques similaires dans notre recherche sur la contamination environnement (...)
  • 8 Parmi lesquels le journaliste Stéphane Foucart et les écrivains Louis Boutrin et Raphaël Confiant ( (...)

21Ainsi, cet ouvrage aborde la question des politiques de prévention des risques, les logiques de l’évaluation des risques, les difficultés pour établir cette dernière lorsque les connaissances reposent davantage sur la toxicologie que sur l’épidémiologie et les sciences sociales de la santé. En dialoguant avec des sociologues, l’ouvrage montre comment, en l’absence de preuves scientifiques, une cause et une lutte sociale se construisent pour légitimer et rendre visible la figure de la « victime des pesticides », en tenant compte également de l’importance de cette lutte au niveau juridique7. Il aborde en outre la question de l’incertitude, et la manière dont elle alimente les doutes, le manque d’investissement et la négligence, au profit des industries qui produisent et utilisent ces produits. Il souligne combien la gestion de cette incertitude est une question politique, indissociable d’une relation de confiance ou de défiance entre les pouvoirs publics et la société civile. Intitulé « un scandale empêché dès le départ », un des chapitres met en évidence le rôle de l’État dans la production et la conservation de l’incertitude, mais aussi le silence et l’invisibilité du ou des problèmes mis en évidence par les écologistes, les ingénieurs, les avocats, les journalistes et les écrivains8.

22François Laplantine (2015 : 23-24) nous aide à mieux comprendre le scandale lorsqu’il écrit :

Chez Flaubert, le scandale réside dans la difficulté à trouver les mots, à passer toute une nuit pour crier le mot juste et parfois, à rester à côté, à continuer à mal dire. Il y a du scandale dans la catastrophe. Elle est vécue comme particulièrement éprouvante parce que les mots sont en deçà de ce qu’on voudrait dire. C’est cela la catastrophe : quand il y a scandale.

23Au moment de constater que toute tentative discursive de dénonciation est mise en échec, il ne reste plus qu’à crier au scandale. Dans le cas du chlordécone aux Antilles, ce cri prend une dimension sociale, raciale et historique, comme le rappelle Jessica Oublié. L’ouvrage fait mention des manifestations – criminalisées – de militants anti-chlordécone dans un contexte de tensions sociales et raciales qui exacerbent la question. C’est le cas des dites « stratégies de scandalisation », qui prennent la forme de mises en scène et de représentations utilisant des symboles et des images faisant référence à l’époque coloniale.

Figure 7. Case de la BD Tropiques toxiques, p. 181 (Oublié et al., 2020).

Figure 7. Case de la BD Tropiques toxiques, p. 181 (Oublié et al., 2020).

Crédits : J. Oublié.

24Ces militants mettent en évidence ce que Razmig Keucheyan (2018 : 60), en analysant la dimension raciale des inégalités écologiques, désigne comme « un processus qui a commencé avec l’exploitation du travail des esclaves et se poursuit par l’exploitation de la santé de leurs descendants ».

25Dans cette partie de Toxiques tropiques, Jessica Oublié fait les liens entre l’économie locale, le racisme, les problèmes fonciers, l’esclavage, la perpétuation de la servitude, les oligopoles des grandes familles blanches, l’industrie agro-alimentaire. L’auteure signale aussi la méconnaissance de ces territoires, de leurs cultures et de leurs réalités quotidiennes dans la métropole, ainsi que leur invisibilité dans l’histoire de France. Quant au modèle économique basé sur la production de bananes, il renvoie également à plusieurs questions qui ne manquent pas d’être soulevées. Quand un système favorisant la souveraineté alimentaire sera-t-il mis en place ? Et qu’en est-il de cette production en dehors des Antilles ? L’auteure signale ici que le problème se déplace en Afrique (principalement au Cameroun), où des pesticides sont également utilisés, ce qui renvoie à une situation encore moins connue en France. « Quand une catastrophe en cache une autre », écrit-elle.

26Comme beaucoup de travaux contemporains concernés par les réalités sociales et environnementales, celui-ci contient également une dimension prospective en plus de la dimension critique. La recherche s’ouvre à la fin avec le chapitre dont le titre en créole, « En attendant, kisa nou fè ? », signifie « en attendant, que faisons-nous ? ». Elle part des réactions fréquentes de résignation et de fatalisme de nombreux habitants de ces îles. Cependant, elle propose des alternatives. L’adoption d’un code couleur rouge met en évidence dans le texte certaines questions importantes et urgentes à cet égard.

Figure 8. Case de la BD Tropiques toxiques, p. 202 (Oublié et al., 2020).

Figure 8. Case de la BD Tropiques toxiques, p. 202 (Oublié et al., 2020).

Crédits : J. Oublié.

27« Comment produire en terres chlordéconées » ? Jessica Oublié soulève ici le défi de resignifier positivement la production et la consommation locale, l’un des fers de lance du collectif de solidarité pour la dépollution de la Martinique. Elle se demande dans ce sens, « Peut-on dépolluer les sols ? », ou encore comment « faire des environnements pollués des lieux “vivables” pour tous », sans oublier d’interroger les engagements de la part de l’État une fois que le scandale a été exprimé.

  • 9 Nathalie Jas et Soraya Boudia, historiennes et sociologues des sciences. Voir notamment leur texte (...)

28Ouvrant davantage la discussion, l’auteure aborde la lutte contre l’utilisation d’autres pesticides dans le monde, comme le glyphosate en France. Cela l’amène à conclure son travail par une perspective pour l’avenir : « repenser les ponts possibles entre tous les êtres du vivant, et ainsi édifier le monde d’après » (Oublié et al., 2020 : 216). Avec deux chercheures en sciences sociales9, elle part du constat suivant : l’économie mondiale est basée sur la production de pollution, avec une régulation minimale de cette dernière par les États et le droit. Il est nécessaire de changer de paradigme face au constat d’un « monde devenu irrémédiablement toxique » (ibid. : 219). Comment faire face à un niveau de toxicité si élevé qu’il peut limiter la vie humaine sur la planète ? La tendance dominante serait de répondre par la responsabilité individuelle, quand il « n’y a qu’une seule voie possible : construire un monde reposant sur des modèles économiques et sociaux qui restent à inventer », signale Nathalie Jas dans les cases de la BD (ibid.). Face à ce constat, le dessin montre une porte lumineuse qui s’ouvre, où le personnage de Jessica s’engouffre seul.

29La porte s’ouvre sur de grands dessins recouvrant entièrement les six pages suivantes. Ils figurent plusieurs personnes réunies dans ce qui semble être une agora, renvoyant à l’idée de démocratie dans son sens premier. Entourés d’une vaste assemblée, philosophes, politologues, femmes et hommes politiques, psychanalystes et poètes discutent de concepts mais aussi de propositions concrètes concernant l’environnement pollué et la « crise écologique » au niveau mondial. Ils abordent le sujet à partir de notions telles que l’Anthropocène, l’éloge de la simplicité, la création de monnaies basées sur des unités écologiques, la demande de justice sociale et environnementale, la notion de vulnérabilité, de ce qui est commun, etc. Ils dialoguent ainsi avec la critique décoloniale, les horizons utopiques et les épistémologies non hégémoniques qui émergent tant dans les Suds que dans les Nords (Acosta, 2016 ; Keucheyan, 2018 ; Solón, 2019 ; Ferdinand, 2019). Ici, le positionnement de l’auteure principale devient encore plus clair. Son personnage dessiné apparaît comme l’une des voix du débat, la situant comme une artiste et une intellectuelle engagée, comme une auteure noire antiraciste et écologiste. L’ouvrage se termine sur des notes plus optimistes, en mentionnant la prise de conscience, par la jeune génération, des changements nécessaires à venir, et ainsi, de la construction d’« un monde d’après fondé sur les valeurs d’humanité, de sororité et d’égalité » (Oublié et al., 2020 : 225).

L’écriture multi-modale

30Cette dimension engagée se déploie dans le format et le choix d’écriture du texte. La bande dessinée dialogue avec d’autres formes d’expression comme la photographie, les médias, internet, etc. Ce choix est indissociable d’une préoccupation commune aux anthropologues : le partage des connaissances. Comment rendre compte de la recherche et faire du lecteur un acteur et non un simple destinataire passif ?

31Plusieurs photographies sont insérées dans le texte et dialoguent avec les dessins. Pour Jessica Oublié, il s’agit de « rendre le dessin plus réaliste », comme elle me l’indiquait en entretien.

Après Péyi an nou, j’ai reçu des messages de gens qui disaient en quelque sorte « on croirait presque que c’est vrai », pensant que les personnages n’étaient pas des personnes. Et donc ça m’a beaucoup interrogée sur la frontière entre les deux. Qu’est-ce qui fait que, si on est dans une BD documentaire, le lecteur ne se laisse pas embarquer dans le récit réel d’une telle personne ? Dans Péyi an nou, ce sont des gens qui existent. Du coup ça m’a interrogée en amont de la construction de Toxiques tropiques sur la capacité à avoir du déni, quand la charge émotionnelle est trop forte à la lecture. Donc très vite j’ai eu envie de montrer que c’était des personnes réelles, et la photo est venue pour fixer quelque chose d’un instantané devant lequel il est très difficile de faire volte-face, devant lequel il y a une conciliation plus immédiate. Et la photo vient capter le réel et du coup, si je vois la personne en photo c’est qu’elle existe, et du coup si je la vois et qu’elle existe alors les bulles qui sont associées à sa voix sont ses propres propos. Pour moi c’était très important qu’il n’y ait jamais un lecteur qui puisse douter de l’existence de Marie-Jo, qui a perdu son frère et qui est persuadée que son frère est décédé à cause du chlordécone parce que c’était un agriculteur […]. Et c’était réinscrire ces visages dans une trajectoire de vie, dans un milieu géographique et qu’on ne soit jamais à douter, à sous-évaluer le caractère réel de leurs existences et des difficultés associées au fait qu’elles habitent dans un territoire pollué.

32Pour ce faire, elle a collaboré avec la photographe Vinciane Lebrun, et a organisé une résidence de création en Guadeloupe avec toute l’équipe. Ce choix contient aussi une dimension politique, puisqu’il s’agit d’après l’auteure d’« aller à l’encontre de la négation » des effets de la contamination chimique.

  • 10 Programme télévisuel créé par le français Albert Barillé à des fins pédagogiques sur le développeme (...)

33D’autres recours révèlent le souci d’un savoir partagé, accessible au plus grand nombre. Ainsi, l’auteure ne recule pas devant la complexité du discours scientifique sur la question. S’inspirant du titre de la célèbre encyclopédie libre sur internet, Wikipédia, elle a notamment choisi d’introduire dans le récit la « minute wiki sciences » pour transmettre les informations et les raisonnements des chercheurs rencontrés. On retrouve également des références à des dessins animés de vulgarisation scientifique pour enfants comme Il était une fois… la vie10. L’auteure utilise ainsi le jeu des échelles pour emmener les lecteurs dans des univers difficilement observables en dehors des situations de terrain ou de laboratoire. Comme on le voit ici, la crevette (appelée ouassou) devient un moyen de transport pour le chercheur qui guide Jessica Oublié et les lecteurs dans la compréhension de la contamination de la flore marine par le chlordécone.

Figure 9. Planche de la BD Tropiques toxiques, p. 69 (Oublié et al., 2020).

Figure 9. Planche de la BD Tropiques toxiques, p. 69 (Oublié et al., 2020).

Crédits : J. Oublié.

34En plus de cette caractéristique, un dispositif technologique interactif a été inséré à plusieurs endroits du texte. Divers logotypes sont positionnés au fil des pages. Grâce à une application téléchargée sur téléphone portable, il est possible de scanner les logos et d’accéder ainsi aux documents visuels, audiovisuels et sonores, aux sources, aux archives scientifiques, historiques et de presse que l’auteure a rassemblés et utilisés au cours de ses recherches.

Figure 10. Copie d’écran de téléphone portable ayant scanné un logo de la BD Tropiques toxiques, p. 192-193 (Oublié et al., 2020).

Figure 10. Copie d’écran de téléphone portable ayant scanné un logo de la BD Tropiques toxiques, p. 192-193 (Oublié et al., 2020).

Photographie de l’auteure. Crédits : J. Oublié.

  • 11 « we mean not only an anthropology that works across multiple media but one that also engages in pu (...)

35Le texte gagne ainsi une dimension numérique, mais aussi une dimension didactique et, surtout, collaborative. Ce choix fait écho à l’approche contemporaine privilégiée par l’anthropologie multimodale de Collins, Durington et Gill pour qui l’écriture du terrain, l’ethnographie, vise à créer des relations entre auteurs, interlocuteurs et lecteurs. Par anthropologie multimodale, ils entendent « non seulement une anthropologie qui travaille à travers de multiples médias, mais aussi une anthropologie publique et une anthropologie collaborative à travers un champ de plates-formes médiatiques liées de manière différentielle » (Collins, Durington et Gill, 2017 : 1)11.

36Pour Jessica Oublié, il s’agit en effet de pouvoir parler du scandale du chlordécone « ailleurs » :

[…] par le biais de la BD on peut rendre compte d’une situation de pollution mais surtout de l’état de travaux de recherche qui sont plutôt réservés à d’autres sachants, ou [qui] en tout cas ont des difficultés à revenir entre les mains du grand public, et ont donc une dimension un peu hors sol comme ça, du fait du niveau de technicité au niveau du langage. Et c’est vrai qu’un album comme ça, il n’aurait pas pu être écrit sans la participation active de plusieurs chercheurs qui ont accepté, et Luc Montagner qui est épidémiologiste à l’Inserm le premier, qui ont accepté de prendre du temps pour échanger avec moi et être aussi les propres traducteurs de leurs disciplines. De ne pas être dans un huis-clos de sachants, qui connaissent de quoi ils parlent, mais de faire cet effort de vulgarisation. Et moi à chaque fois je leur disais il y a une chose dont je suis certaine, c’est que si moi je ne comprends pas ce que vous me dites je serai ensuite incapable d’en parler ailleurs.

37Ce souci l’a par ailleurs amenée à mettre en place un comité de lecture à mi-parcours de l’écriture de la bande-dessinée, composé de 20 à 30 personnes issues de milieux sociaux et géographiques divers, aux caractéristiques elles aussi plurielles en termes d’appartenance raciale, genrée, de classe sociale, etc. :

Je leur propose de relire la centaine de premières planches de la BD, et de remplir un fichier excel avec des questions : que pensez-vous du rapport texte/images ; est-ce que ce n’est pas trop dense ; est-ce que vous avez de l’attachement pour les personnages ; que pensez-vous du rythme ; quand avez-vous décroché ; est-ce qu’il y a des notions obscures ou à expliciter ; est-ce qu’il y a des questions absentes que vous auriez aimé voir discuter […]. C’est un moment important car je m’accorde ce temps d’arrêt, je prends le temps de relire chacun des retours, et ensuite de composer avec. Et j’ai souvent plein de retours hyper pertinents, dont je tiens compte, en termes de narration, de questions.

  • 12 Je me fonde ici sur la définition de colonialité proposée par Anibal Quijano (2007) : « C’est ainsi (...)

38Pour une œuvre engagée comme Tropiques toxiques, ce choix est révélateur d’une prise de position. Il gagne une pertinence redoublée puisqu’il s’agit de proposer une compréhension critique de l’utilisation d’un pesticide, révélateur de rapports sociaux de pouvoir et plus encore, de rapports de colonialité12, toujours en vigueur aujourd’hui. Choisir une écriture collaborative peut aussi être une manière de valoriser les relations horizontales entre soi et l’autre, en brisant la verticalité dominante et toxique qui prédomine dans l’univers étudié.

Conclusion

39Des œuvres comme celle-ci peuvent et doivent être analysées « non pas pour ce qu’elles valent ou signifient, mais pour ce qu’elles font » (Heinich, 1998 : 37) aux auteurs et aux lecteurs, comme le proposent Nathalie Heinich (ibid.) et Mouloud Boukala (2015-2016). Considérant la compréhension comme l’un des plus grands défis d’un récit – qu’il s’agisse d’ailleurs d’un écrit universitaire ou d’une bande dessinée –, de tels travaux nous invitent à comprendre la complexité des réalités actuelles. Selon Pierre Nocérino, « dessiner, c’est raconter, et raconter c’est faire comprendre » (2016 : 169). Dans cette optique, Jessica Oublié a organisé plusieurs ateliers dans des librairies et d’autres lieux culturels, comme cet atelier à Fort-de-France, afin non seulement de présenter son travail, mais aussi de créer un dialogue avec le public local touché par la contamination.

Figure 11. Case de la BD Tropiques toxiques, p. 214 (Oublié et al., 2020).

Figure 11. Case de la BD Tropiques toxiques, p. 214 (Oublié et al., 2020).

Crédits : J. Oublié.

40Ainsi, il ne s’agit pas simplement d’une restitution en tant qu’étape finale et éthiquement inévitable, mais d’un format méthodologique axé sur la relation plus étroite instituée avec les lecteurs et le public, et sur les échanges qui peuvent naître de la rencontre « à micro ouvert », qui rappelle le format du focus group, bien que de manière moins « contrôlée » et plus informelle. Dans ce travail, Jessica Oublié fait preuve d’une volonté de comprendre la question du chlordécone, puis de partager la connaissance produite avec d’autres, avec lesquels elle a déjà en commun une expérience de la vie en territoires pollués, qui semble se muer en cause commune. Pour elle, ces échanges avec les lecteurs, et plus largement avec le public, visent aussi à penser ensemble des solutions concrètes pour vivre avec la pollution, à partir des connaissances existantes sur le sujet :

[…] c’est là, c’est même là dans nos corps donc il faut vraiment trouver des solutions pour continuer de se maintenir en bonne santé en dépit d’un contexte d’exposition plus ou moins accru en fonction de nos niveaux de connaissance, et donc l’idée c’est de faire un tour à 360 degrés de cette question, pour essayer d’en analyser les composantes en termes de résultats ; vivre avec ça veut dire en effet savoir où la pollution se loge, comment elle est arrivée là ; être au fait de son histoire, c’est connaitre aussi la place de la banane dans notre économie insulaire.

41Cela va également au-delà de l’ancrage antillais :

Bien sûr que l’ouvrage s’adressait en priorité aux 800 000 personnes qui vivent en Guadeloupe et qui sont exposées au quotidien à la molécule, mais c’est ce que tu disais aussi tout à l’heure, parce qu’il y a d’autres territoires pollués, c’est notamment ceux qu’on montre dans la fin de la BD, dans la partie conclusive, je savais que ça pouvait intéresser aussi d’autres personnes, parce que les situations de pollution généralisée sont en train d’arriver et de se répandre un peu partout sur la planète […] en tout cas ça n’est pas qu’une question antillaise.

À ce titre, lors de notre entretien, Jessica Oublié affirmait parler « en tant que citoyenne ».

42À partir de l’exemple de Tropiques toxiques, différents rapprochements entre l’approche artistique de la BD, d’une part, et la méthode ethnographique et l’anthropologie, d’autre part, sont notables. Ces mises en écho sont susceptibles d’enrichir notre connaissance des pratiques d’écriture de la recherche, et d’améliorer la diffusion des travaux scientifiques, à l’intérieur et à l’extérieur de l’université (Nocérino, 2016). La question de l’adresse, c’est-à-dire le fait d’être lisible, compréhensible et audible pour un grand nombre de personnes à différentes échelles, est une question importante dans ce travail, tout comme dans les approches ethnographiques. Elle devient plus aiguë lorsque ce qui est dit, écrit, raconté, dessiné, montré, contribue à dénoncer quelque chose de l’ordre du scandale, et cherche, d’une certaine façon, à proposer des issues humainement plus visables.

Haut de page

Bibliographie

Alberto ACOSTA, O bem viver. Uma oportunidade para imaginar outros mundos, São Paulo, Elefante Ed., 2016.

Soraya BOUDIA et Nathalie JAS, « Gouverner un monde contaminé. Les risques techniques, sanitaires et environnementaux », in Christophe BONNEUIL et Dominique PESTRE (dir.), Histoire des sciences et des savoirs, vol. 3, Paris, Éditions Le Seuil, 2015.

Mouloud BOUKALA, « Le dessin ou la vie : parcours d’un deuil dans la bande dessinée Catharsis (Luz, 2015) », Frontières [En ligne], vol. 27, no 1-2, 2015-2016. DOI : https://doi.org/10.7202/1037084ar.

Mouloud BOUKALA, « Participation sociale et vivre-ensemble à l’épreuve du handicap dans la bande-dessinée contemporaine francophone », in Ève LAMOUREUX et Magali UHL (dir.), Le Vivre-ensemble à l’épreuve des pratiques culturelles et artistiques contemporaines, Québec, Presses de l’Université Laval, 2018, pp. 229-248.

Mouloud BOUKALA, « Autoreprésentation et hétérostigmatisation en bandes dessinées. La vie de Pahé de Bitam à Panam », Ethnologies [En ligne], vol. 31, n° 2, 2010, pp. 219-239. URL : https://www.erudit.org/fr/revues/ethno/2010-v31-n2-ethno3691/039371ar.pdf.

Louis BOUTRIN et Raphaël CONFIANT, Chronique d’un empoisonnement annoncé. Le scandale du chlordécone aux Antilles françaises, 1972-2002, Paris, L’Harmattan, 2007.

Daniel CEFAÏ, « L’Enquête ethnographique comme écriture, l’écriture ethnographique comme enquête », in Imed MELLITI (dir.), La Fabrique du sens. Écrire en sciences sociales, Paris, Riveneuve éditions, 2014, pp. 1-21.

Samuel Gerald COLLINS, Matthew DURINGTON et Harjant GILL, « Multimodality: An Invitation », American Anthropologist [En ligne], vol. 119, no 1, 2017, pp. 142-146. DOI : https://doi.org/10.1111/aman.12826.

Franz FANON, Les Damnés de la terre, Paris, F. Maspéro, 1961.

Didier FASSIN, « Ni race, ni racisme. Ce que racialiser veut dire », in Didier FASSIN (dir.), Les Nouvelles Frontières de la société française, Paris, La Découverte, 2010, pp. 147-172.

Didier FASSIN, De l’inégalité des vies. Leçon inaugurale prononcée le jeudi 16 janvier 2020 [En ligne], Paris, Collège de France, 2020. DOI : https://doi.org/10.4000/books.cdf.10078.

Malcolm FERDINAND, Une écologie décoloniale. Penser l’écologie depuis le monde caribéen, Paris, Éditions Le Seuil, 2019.

Emmanuel GUIBERT, Didier LEFÈVRE et Frédéric LEMERCIER, Le Photographe, Marcinelle, Dupuis, 2003.

Nathalie HEINICH, Ce que l’art fait à la sociologie, Paris, Éditions de Minuit, 1998.

Razmig KEUCHEYAN, La Nature est un champ de bataille. Essai d’écologie politique, Paris, La Découverte, 2018.

François LAPLANTINE, entretien avec Yoann MOREAU, « La dimension subie », Communications [En ligne], vol. 1, no 96, 2015, pp. 19-38. URL : https://www.cairn.info/revue-communications-2015-1-page-19.htm.

Katrin LANGEWIESCHE et Jean-Bernard OUÉDRAOGO (dir.), L’Enquête et ses graphies en sciences sociales, Dakar, Amalion, 2019.

Justine LERET, « Quelques pistes pour une anthropologie de la fiction », Acta fabula [En ligne], vol. 19, n° 10, 2018, URL : http://www.fabula.org/acta/document11650.php.

Claude LÉVI-STRAUSS, Tristes tropiques, Paris, Plon, 1955.

Alfred MÉTRAUX et Pierre VERGER, Le Pied à l’étrier. Correspondance 1946-1963, Paris, J.-M. Place, 1997.

Pierre NOCÉRINO, « Ce que la bande dessinée nous apprend de l’écriture sociologique », Sociologie et sociétés [En ligne], vol. 48, n° 2, 2016, pp. 169-193. URL : https://id.erudit.org/iderudit/1037720ar.

João NUNES, « Ebola and the production of neglect in global health », Third World Quarterly, vol. 37, no 3, 2016, pp. 542-556. DOI : 10.1080/01436597.2015.1124724.

Jessica OUBLIÉ, Nicola GOBBI, Kathrine AVRAAM et Vinciane LEBRUN, Tropiques toxiques. Le scandale du chlordécone, Paris, Les Escales/Steinkis, 2020.

Jessica OUBLIÉ et Marie-Ange ROUSSEAU, Péyi an nou, Paris, Steinkis, 2017.

Aníbal QUIJANO, « “Race” et colonialité du pouvoir », Mouvements [En ligne], vol. 3, n° 51, 2007, pp. 111-118. URL : https://www.cairn.info/revue-mouvements-2007-3-page-111.htm.

Marina ROUGEON, Juliana TERRIBILI et Clarice MOTA, « L’ennemi (in)visible. Affronter la contamination chimique et le racisme environnemental sur l’île de Maré », Socioscapes. International Journal of Societies, Politics and Cultures [En ligne], vol. 3, no 1, 2022, pp. 133-158. URL : http://www.socioscapes.org/index.php/sc/article/view/98.

Pablo SOLÓN, Alternativas sistêmicas : Bem Viver, decrescimento, comuns, ecofeminismo, direitos da Mãe Terra e desglobalização, São Paulo, Elefante Ed., 2019.

Haut de page

Notes

1 En ce qui concerne l’actualité de ce scandale, notons que deux juges d’instruction du pôle de santé de Paris ont confirmé, le lundi 2 janvier 2023, un non-lieu relatif à cette affaire.

2 Entretiens avec Jessica Oublié, les 16 et 23 octobre 2021, dans le cadre d’un travail de recherche que j’ai mené comme professeure invitée à l’Institut de Santé Collective (Instituto de Saúde Coletiva) de l’Université Fédérale de Bahia, portant sur les rapports entre santé, environnement et question raciale.

3 Sur la notion de production de la négligence en santé, voir notamment Nunes (2016).

4 Elle fait ici mention de l’écriture de sa première BD, Péyi an nou (Oublié et Rousseau, 2017).

5 Mes plus vifs remerciements à Jessica Oublié, qui m’a permis de reproduire les planches au sein de cet article.

6 Je pense également aux échanges épistolaires, comme ceux entre Pierre Verger et Alfred Métraux, rassemblés et publiés dans l’ouvrage Le Pied à l’étrier. Correspondance 1946-1963 (1997).

7 Nous avons constaté des logiques similaires dans notre recherche sur la contamination environnementale sur l’île de Maré au Brésil (Rougeon, Terribili et Mota, 2022).

8 Parmi lesquels le journaliste Stéphane Foucart et les écrivains Louis Boutrin et Raphaël Confiant (2007).

9 Nathalie Jas et Soraya Boudia, historiennes et sociologues des sciences. Voir notamment leur texte commun (Boudia et Jas, 2015).

10 Programme télévisuel créé par le français Albert Barillé à des fins pédagogiques sur le développement du corps humain, diffusé entre 1987 et 1988 sur la chaîne de télévision généraliste française Canal+.

11 « we mean not only an anthropology that works across multiple media but one that also engages in public anthropology and collaborative anthropology through a field of differentially linked media platforms. » Notre traduction.

12 Je me fonde ici sur la définition de colonialité proposée par Anibal Quijano (2007) : « C’est ainsi que la race, à la fois mode et résultat de la domination coloniale moderne, a imprégné tous les champs du pouvoir capitaliste mondial. Autrement dit, la colonialité s’est constituée dans la matrice de ce pouvoir, capitaliste, colonial/moderne et eurocentré. Cette colonialité du pouvoir s’est avérée plus durable et plus enracinée que le colonialisme au sein duquel il a été engendré, et qu’il a aidé à s’imposer mondialement. »

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Planches de Tropiques toxiques, pp. 22-23 (Oublié et al., 2020).
Crédits Crédits : J. Oublié. Droits cédés par l’auteure5.
URL http://journals.openedition.org/pa/docannexe/image/2356/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 753k
Titre Figure 2. Planche de Tropiques toxiques, p. 104 (Oublié et al., 2020).
Crédits Crédits : J. Oublié.
URL http://journals.openedition.org/pa/docannexe/image/2356/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 695k
Titre Figure 3. Planche de Tropiques toxiques, p. 113 (Oublié et al., 2020).
Crédits Crédits : J. Oublié.
URL http://journals.openedition.org/pa/docannexe/image/2356/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 618k
Titre Figure 4. Planche de Tropiques toxiques, p. 10 (Oublié et al., 2020).
Crédits Crédits : J. Oublié.
URL http://journals.openedition.org/pa/docannexe/image/2356/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 667k
Titre Figure 5. Planches de Tropiques toxiques, p. 26/p. 29 (Oublié et al., 2020).
Crédits Crédits : J. Oublié.
URL http://journals.openedition.org/pa/docannexe/image/2356/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Titre Figure 6. Planches de Tropiques toxiques, p. 125/p. 150 (Oublié et al., 2020).
Crédits Crédits : J. Oublié.
URL http://journals.openedition.org/pa/docannexe/image/2356/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 570k
Titre Figure 7. Case de la BD Tropiques toxiques, p. 181 (Oublié et al., 2020).
Crédits Crédits : J. Oublié.
URL http://journals.openedition.org/pa/docannexe/image/2356/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 581k
Titre Figure 8. Case de la BD Tropiques toxiques, p. 202 (Oublié et al., 2020).
Crédits Crédits : J. Oublié.
URL http://journals.openedition.org/pa/docannexe/image/2356/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 9. Planche de la BD Tropiques toxiques, p. 69 (Oublié et al., 2020).
Crédits Crédits : J. Oublié.
URL http://journals.openedition.org/pa/docannexe/image/2356/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 10. Copie d’écran de téléphone portable ayant scanné un logo de la BD Tropiques toxiques, p. 192-193 (Oublié et al., 2020).
Crédits Photographie de l’auteure. Crédits : J. Oublié.
URL http://journals.openedition.org/pa/docannexe/image/2356/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 305k
Titre Figure 11. Case de la BD Tropiques toxiques, p. 214 (Oublié et al., 2020).
Crédits Crédits : J. Oublié.
URL http://journals.openedition.org/pa/docannexe/image/2356/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 489k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marina Rougeon, « Dessiner la fabrique d’un scandale environnemental et sanitaire »Parcours anthropologiques [En ligne], 18 | 2023, mis en ligne le 15 juin 2023, consulté le 22 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/pa/2356 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pa.2356

Haut de page

Auteur

Marina Rougeon

Universidade Federal da Bahia, Instituto de Saúde Coletiva, BR-40110-040 Salvador, Brésil
Université Lumière Lyon 2, UMR 5600 Environnement Ville Société (EVS), F-69500 Bron, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search