Navigation – Plan du site

AccueilNuméros18ÉtudesDessiner l’anthropologie en train...

Études

Dessiner l’anthropologie en train de se faire et de s’apprendre

Olivier Givre

Résumé

Le programme Anthropologie, Science et Société est un module de formation à/par la recherche partenariale, conduit de 2016 à 2022 au sein du département d’anthropologie de l’université Lumière Lyon 2. Également basé sur une approche des rapports entre science et art, recherche et création, il a permis la rencontre d’étudiant.es en anthropologie et d’étudiant.es dessinateurs de l’École Émile Cohl (Lyon), spécialisée dans les arts visuels et le dessin. Chaque année, cette rencontre produit ainsi, outre des résultats de recherche, des expérimentations graphiques et visuelles qui interrogent la manière de restituer la pratique de l’anthropologie par le dessin sous toutes ses formes, mais aussi la manière de conduire l’enquête avec le dessin. Cet article explore les modalités de ces collaborations entre étudiant.es en anthropologie et en arts visuels, ainsi que les potentialités des approches dessinées dans la recherche comme dans l’enseignement. Il s’inscrit plus largement dans une réflexion sur les enjeux du renouvellement des pratiques de formation en anthropologie par l’enseignement hors-les-murs de l’université, la recherche collaborative et la recherche-création.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Direction régionale des affaires culturelles Auvergne Rhône-Alpes, ministère de la Culture Laborato (...)
  • 2 Le site a été créé et développé par l’association Tillandsia.

1C’est une scène de groupe, qui se situe dans l’une des salles du centre culturel le Rize à Villeurbanne. Des traits épurés, des objets détournés, une dizaine de personnes visiblement en train d’échanger et de travailler, documents sur les tables, gestes et postures témoignant de leurs interactions. Nous sommes au printemps 2019, les personnes représentées sont des étudiant.es du module de formation Anthropologie, Science et Société (ASS), croqué.es d’après photo par Dan Vignes, étudiant illustrateur de l’École Émile Cohl, lui-même membre du groupe. Ce simple dessin est devenu à mes yeux emblématique de l’espace de formation que nous avons souhaité créer, avec Marina Chauliac1, au travers de ce module dont les ambitions et les apports ont été analysés ailleurs (Givre et Chauliac, 2020), à tel point qu’il constitue la page d’accueil du site internet du projet2 (fig. 1). En permettant aux étudiant.es de se mettre eux.elles-mêmes en scène et en image, de se représenter et ainsi de s’approprier leur propre travail, ce dessin remplissait un objectif pédagogique mais aussi épistémologique : refléter une configuration de formation, d’action et de pensée ; faire du cadre de formation lui-même une scène ouverte à la création et à l’interprétation.

Figure 1. Dan Vignes – page d’accueil du site Anthropologie, Science et Société. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#Menu_.

Figure 1. Dan Vignes – page d’accueil du site Anthropologie, Science et Société. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#Menu_.

Crédits : Université Lumière Lyon 2, UFR Anthropologie, Sociologie, Science Politique/service Ethnologie de la DRAC Auvergne Rhône-Alpes/École Émile Cohl/association Tillandsia.

2Au fil de cet article, je ferai retour sur les principales caractéristiques de la place du dessin dans cette expérience de recherche et de formation, ouverte aux rapports entre sciences et arts et entre recherche et création. Je passerai en revue différentes formes d’expression dessinée telles qu’expérimentées et révélées par le programme ASS : dessin ethnographique de terrain, bande dessinée ethnographique, chronique dessinée des situations de formation, illustration, animation, graphisme et création multimédia. Cet éventail de pratiques illustrera les potentialités de l’approche visuelle dessinée, non seulement pour la recherche, mais pour l’enseignement et la communication des résultats de la recherche. En effet, il me semble que la mobilisation de divers types de création visuelle et graphique a joué un rôle significatif dans l’attractivité du programme ASS auprès des étudiant.es comme des multiples partenaires du projet. En détextualisant l’anthropologie, le dessin l’amène vers d’autres formes de créativité, d’expression et de médiation ; il stimule l’imagination scientifique et offre de surcroît un moyen sensoriel de se représenter l’enquête et son apprentissage.

Un projet pédagogique ouvert à la rencontre entre recherche et création

3Le programme ASS propose aux étudiant.es de troisième année de licence d’anthropologie de l’université Lumière Lyon 2 de déployer, sur deux semestres, une approche de recherche partenariale en les associant à diverses institutions commanditaires, dans une optique de formation à l’enquête de terrain et de professionnalisation. Tout au long de son existence (2016-2022), ASS a ainsi permis de conduire 33 enquêtes partenariales, impliquant plus de 300 étudiant.es dont une vingtaine de dessinateurs.trices. Les partenaires provenaient de champs diversifiés, tels que des musées (musée Gadagne, musée des Confluences, Centre d’histoire de la Résistance et de la déportation à Lyon), des centres culturels (le Rize à Villeurbanne, la ferme du Vinatier à Bron, le Centre culturel œcuménique à Villeurbanne), des organismes œuvrant dans les domaines de l’environnement (Centre de ressources de botanique appliquée, Charly), de la musique (Centre des musiques traditionnelles Rhône-Alpes) ou de l’alimentation (centre de recherche de l’Institut Paul Bocuse, Écully), des collectivités territoriales (ville de Givors). Un accent tout particulier a été mis sur la valorisation et la restitution des travaux des étudiant.es, dans une optique de médiation passant par l’utilisation de multiples formes d’expression (outre le dessin, films, podcasts, site internet, représentations publiques, journées de restitution, etc.).

4La volonté d’insérer l’expression dessinée dans ce module de formation part de la proposition d’amener à se rencontrer des étudiant.es en anthropologie et des étudiant.es suivant le diplôme universitaire Anthropologie et image numérique (DUAIN), copiloté par l’université Lumière Lyon 2 et l’École Émile Cohl. Partant de mon propre attrait pour le dessin, et plus largement pour la place de la créativité dans les pratiques pédagogiques, je propose dès l’année universitaire 2017-2018 d’accueillir des étudiant.es dessinateurs.trices dans ce module de formation. ASS reposant sur des enquêtes partenariales sur des thématiques variées (alimentation, musées, musique, environnement, mémoire, ville, etc.), il est rapidement convenu que chaque groupe d’étudiant.es comprendra, outre les anthropologues, un.e étudiant.e DUAIN, dont la mission ne sera pas seulement d’illustrer l’enquête, mais de la conduire par le biais de son propre média : le dessin. C’est ainsi que des artistes se retrouvent en situation d’ethnographes, ce qui donne des résultats immédiats : de la même manière que les anthropologues noircissent des carnets de notes, les dessinateurs.rices croquent sur le vif des scènes d’enquête. L’effet est radical : non seulement l’enquête elle-même se trouve pour ainsi dire révélée sous une lumière neuve, mais la présence des étudiant.es – comme des enseignant.es, des partenaires et des autres protagonistes – devient visible et palpable. En d’autres termes, le dessin offre cette première possibilité : donner à voir et témoigner de situations vécues par les différents protagonistes de l’enquête.

5La « commande » elle-même prend des formes variées, et laisse une grande marge de manœuvre aux étudiant.es. La seule contrainte fixe est de produire un environnement visuel permettant de restituer les différentes enquêtes sur le webdoc Anthropologie, science et société, site internet destiné à un large public ainsi qu’à la finalisation et à la visibilisation des travaux conduits par les étudiant.es. Cette dimension de médiation entrecroise l’expression dessinée et d’autres formes de production : textes, films, podcasts, etc., et matérialise la collaboration entre étudiant.es anthropologues et dessinateurs.rices. Ce parti pris vise à explorer les potentialités des approches multimédia (en un sens large qui ne se résume pas aux médias numériques) dans la conduite et la restitution des recherches. J’entends rendre compte de cette profusion de matériaux, mais aussi de styles visuels et iconographiques, en soulignant de surcroît l’un des apports des étudiant.es de l’École Émile Cohl : l’approche par projet. Cette dernière implique en effet de se doter d’un cahier des charges, d’un mode opératoire, de respecter des contraintes de production, de raisonner en termes de livrables, toutes formes de savoir-faire professionnels dont l’apprentissage est l’un des objectifs d’ASS. Ainsi, outre l’apport de l’expression dessinée proprement dite, il s’agit de faire éclore et partager des cultures professionnelles au sein desquelles la production de résultats finalisés exploitables compte autant que la mise en œuvre d’une démarche académique.

Un champ exploratoire et expérimental

Créer le style visuel de l’enquête

6La première déclinaison majeure du dessin dans le cadre d’ASS a ainsi consisté à créer l’environnement visuel de chaque projet. S’il n’est pas possible de passer en revue tous les travaux réalisés, pointons néanmoins les approches les plus marquantes. En 2019, Thomas Pierret réalise le graphisme d’un projet de recherche portant sur trois groupes de musique, intitulé Boîtes à musique. Trois parcours de création musicale (fig. 2). Il déploie une esthétique visuelle d’une grande richesse graphique, inspirée par les univers musicaux et culturels de chaque groupe. Toujours en 2019, Élodie Trauchessec élabore la page interactive d’un projet portant sur les alimentations particulières, intitulé En quête de sans. Parcours et portraits de « mangeurs spécifiques » (fig. 3). Son approche restitue avec une grande clarté visuelle les différentes enquêtes produites par les étudiant.es. En 2019 également, Agathe Simoulin adopte un dispositif simple pour rendre compte d’une enquête portant sur la défaite de 1940 : la façade dessinée de l’institution partenaire (le Centre d’histoire de la Résistance et de la déportation) au sein de laquelle chaque fenêtre interactive ouvre sur une thématique. Citons aussi le travail réalisé par Frédéric Gide en 2018 pour illustrer les formes d’expression musicale à Vaulx-en-Velin (fig. 4), celui de Claire Martin sur l’alimentation et l’interculturalité en 2018 (fig. 5), les univers visuels créés par Vladimir Roszak (fig. 6) en 2019 ou par Antoine Dorey (fig. 7) en 2020 sur les mutations du quartier de la Soie à Villeurbanne, enfin le travail plus récent de Shalimar Conchaudron (2022) au sein d’un groupe travaillant sur les virus et les épidémies (fig. 8). Ces quelques exemples n’épuisent pas la variété des univers créés grâce à l’illustration, tantôt documentaire, tantôt onirique, et que je laisse au lecteur le soin de découvrir grâce aux divers liens mentionnés.

Figure 2. Thomas Pierret – Centre des musiques traditionnelles en Rhône-Alpes, 2019. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#CMTRA_2019_CMTRA_accueil.

Figure 2. Thomas Pierret – Centre des musiques traditionnelles en Rhône-Alpes, 2019. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#CMTRA_2019_CMTRA_accueil.

Crédits : Université Lumière Lyon 2, UFR Anthropologie, Sociologie, Science Politique/service Ethnologie de la DRAC Auvergne Rhône-Alpes/École Émile Cohl/association Tillandsia.

Figure 3. Élodie Trauchessec – Centre de recherche de l’Institut Paul Bocuse, 2019. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#IPB_accueil.

Figure 3. Élodie Trauchessec – Centre de recherche de l’Institut Paul Bocuse, 2019. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#IPB_accueil.

Crédits : Université Lumière Lyon 2, UFR Anthropologie, Sociologie, Science Politique/service Ethnologie de la DRAC Auvergne Rhône-Alpes/École Émile Cohl/association Tillandsia.

Figure 4. Agathe Simoulin – Centre d’histoire de la Résistance et de la déportation, 2019. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#CHRD_2019__page1.

Figure 4. Agathe Simoulin – Centre d’histoire de la Résistance et de la déportation, 2019. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#CHRD_2019__page1.

Crédits : Université Lumière Lyon 2, UFR Anthropologie, Sociologie, Science Politique/service Ethnologie de la DRAC Auvergne Rhône-Alpes/École Émile Cohl/association Tillandsia.

Figure 5. Frédéric Gide – Centre des musiques traditionnelles en Rhône-Alpes, 2018. URL : https://parmondeetparvaulx.jimdofree.com/​.

Figure 5. Frédéric Gide – Centre des musiques traditionnelles en Rhône-Alpes, 2018. URL : https://parmondeetparvaulx.jimdofree.com/​.

Crédits : Université Lumière Lyon 2, UFR Anthropologie, Sociologie, Science Politique/service Ethnologie de la DRAC Auvergne Rhône-Alpes/École Émile Cohl/association Tillandsia.

Figure 6. Claire Martin – Centre de recherche de l’Institut Paul Bocuse, 2018. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#menu_IPB.

Figure 6. Claire Martin – Centre de recherche de l’Institut Paul Bocuse, 2018. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#menu_IPB.

Crédits : Université Lumière Lyon 2, UFR Anthropologie, Sociologie, Science Politique/service Ethnologie de la DRAC Auvergne Rhône-Alpes/École Émile Cohl/association Tillandsia.

Figure 7. Vladimir Roszak – Centre culturel œcuménique, 2019. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#CCO_2019_accueil.

Figure 7. Vladimir Roszak – Centre culturel œcuménique, 2019. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#CCO_2019_accueil.

Crédits : Université Lumière Lyon 2, UFR Anthropologie, Sociologie, Science Politique/service Ethnologie de la DRAC Auvergne Rhône-Alpes/École Émile Cohl/association Tillandsia.

Figure 8. Antoine Dorey – Centre culturel œcuménique, 2020. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#Accueil_CCO_2020.

Figure 8. Antoine Dorey – Centre culturel œcuménique, 2020. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#Accueil_CCO_2020.

Crédits : Université Lumière Lyon 2, UFR Anthropologie, Sociologie, Science Politique/service Ethnologie de la DRAC Auvergne Rhône-Alpes/École Émile Cohl/association Tillandsia.

Figure 9. Shalimar Conchaudron – Musée des Confluences, 2022. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#ACCUEIL_CONFLUENCE_2022.

Figure 9. Shalimar Conchaudron – Musée des Confluences, 2022. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#ACCUEIL_CONFLUENCE_2022.

Crédits : Université Lumière Lyon 2, UFR Anthropologie, Sociologie, Science Politique/service Ethnologie de la DRAC Auvergne Rhône-Alpes/École Émile Cohl/association Tillandsia.

Le dessin de (et sur le) terrain

7La seconde déclinaison concerne la pratique du dessin ethnographique, qui implique de considérer l’expression visuelle comme un moyen de connaissance autant que de documentation. De manière intuitive et spontanée, la plupart des étudiant.es dessinateurs.rices ont ainsi effectué des croquis de terrain, allant de scènes d’enquête jusqu’à la restitution des environnements notamment urbains, comme dans le cadre de l’enquête conduite avec la ville de Givors en 2017-2018 autour de deux résidences artistiques dans les quartiers des Vernes et des tours Thorez. Célia Brizot réalise ainsi des planches crayonnées et partiellement colorées de différentes situations, personnes, objets et bâtiments (fig. 10) ; plus largement, elle estime que le dessin, par son caractère qu’elle juge moins intrusif et plus interactif que l’audiovisuel par exemple, permet d’établir une relation de proximité avec les protagonistes de l’enquête, qui ont la possibilité de se voir en temps réel transformés en personnages, « mis en œuvre » pour ainsi dire. De son côté, Dan Vignes, lors d’une enquête sur les modes d’approvisionnement à Villeurbanne (2019), déploie des démarches sensibles pour rendre compte des ambiances de marché à l’aide d’à-plats de couleur, pour dresser des cartes sensorielles de certains endroits de la ville, ou encore produire des vignettes illustrant autant de saynètes ethnographiques (fig. 11). Enfin, Louise de Crozals réalise en 2019 un « carnet de balade » restituant, à la manière d’un journal de voyage, une enquête réalisée dans la « vallée de la chimie » au sud de Lyon, mêlant dessins, aquarelles et notes de terrain dans une ambiance hivernale (fig. 12).

Figure 10. Célia Brizot – Ville de Givors, 2018. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#menu_Givors.

Figure 10. Célia Brizot – Ville de Givors, 2018. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#menu_Givors.

Crédits : Université Lumière Lyon 2, UFR Anthropologie, Sociologie, Science Politique/service Ethnologie de la DRAC Auvergne Rhône-Alpes/École Émile Cohl/association Tillandsia.

Figure 11. Dan Vignes – Le Rize, 2019. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#RIZE_2019_accueil.

Figure 11. Dan Vignes – Le Rize, 2019. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#RIZE_2019_accueil.

Crédits : Université Lumière Lyon 2, UFR Anthropologie, Sociologie, Science Politique/service Ethnologie de la DRAC Auvergne Rhône-Alpes/École Émile Cohl/association Tillandsia.

Figure 12. Louise de Crozals – Centre de ressources de botanique appliquée, 2019. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#CRBA_2019_menu.

Figure 12. Louise de Crozals – Centre de ressources de botanique appliquée, 2019. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#CRBA_2019_menu.

Crédits : Université Lumière Lyon 2, UFR Anthropologie, Sociologie, Science Politique/service Ethnologie de la DRAC Auvergne Rhône-Alpes/École Émile Cohl/association Tillandsia.

La narration graphique et la bande dessinée

8Dans un autre registre, l’expression dessinée est propice à créer des formes narratives multiples. C’est le cas en 2020 du draw my life de Chloé Llamas, qui raconte l’histoire d’une robe ashaninka (un groupe amérindien situé entre le Pérou et le Brésil) (fig. 13), de sa production jusqu’à son transfert au musée des confluences (fig. 14). Dans ce cas, la séquence dessinée (réalisée en direct, montrant ainsi le geste créateur) personnalise l’objet qui raconte lui-même au fil des croquis sa genèse et son devenir muséal. Clothilde Chauvin, lors de l’enquête sur le rapport des Villeurbannais à leurs instruments de musique (2020), prend le parti de restituer le travail de terrain sous forme de planches dessinées racontant à chaque fois une histoire singulière. Les relations d’enquête deviennent le support de brèves mises en intrigue d’une ou deux pages faisant le portrait croisé d’un instrument et de son ou sa propriétaire. La narration atteint la fiction dans la démarche de Guillaume Deneuve lorsqu’il crée en 2021, avec son groupe d’étudiant.es, le portrait d’une jeune lyonnaise du xxie siècle, prénommée Manon. La même expérience conduira en 2022 à la création par Pierre Chandezon et Mayan Gelus d’un autre personnage fictif, Léna, qui n’est autre que la sœur de Manon, et dont le parcours illustre le rapport à l’engagement politique (fig. 17). Citons également le travail de Laura Meheust qui crée des personnages fictifs peuplant l’enquête de son groupe d’étudiant.es sur la jeunesse durant la période de la seconde guerre mondiale (2018) (fig. 18). Toutes ces expériences manifestent les potentialités narratives de l’expression dessinée, qui va au-delà de l’illustration pour offrir de nouveaux outils d’imagination et d’exploration scientifique.

Figure 13. Chloé Llamas – Musée des Confluences, 2020.

Figure 14. Chloé Llamas – Musée des Confluences, 2020. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#2020_Confluences_0-Accueil.

Figure 14. Chloé Llamas – Musée des Confluences, 2020. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#2020_Confluences_0-Accueil.

Crédits : Université Lumière Lyon 2, UFR Anthropologie, Sociologie, Science Politique/service Ethnologie de la DRAC Auvergne Rhône-Alpes/École Émile Cohl/association Tillandsia.

Figure 15. Clothilde Chauvin – Le Rize, 2020. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#0._LeRize_2020_Accueil_page1.

Figure 15. Clothilde Chauvin – Le Rize, 2020. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#0._LeRize_2020_Accueil_page1.

Crédits : Université Lumière Lyon 2, UFR Anthropologie, Sociologie, Science Politique/service Ethnologie de la DRAC Auvergne Rhône-Alpes/École Émile Cohl/association Tillandsia.

Figure 16. Guillaume Deneuve – Musée Gadagne, 2021. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#GDGN_accueil.

Figure 16. Guillaume Deneuve – Musée Gadagne, 2021. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#GDGN_accueil.

Crédits : Université Lumière Lyon 2, UFR Anthropologie, Sociologie, Science Politique/service Ethnologie de la DRAC Auvergne Rhône-Alpes/École Émile Cohl/association Tillandsia.

Figure 17. Pierre Chandezon et Mayan Gelus – Musée Gadagne, 2022. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#page_d_accueil_gadagne.

Figure 17. Pierre Chandezon et Mayan Gelus – Musée Gadagne, 2022. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#page_d_accueil_gadagne.

Crédits : Université Lumière Lyon 2, UFR Anthropologie, Sociologie, Science Politique/service Ethnologie de la DRAC Auvergne Rhône-Alpes/École Émile Cohl/association Tillandsia.

Figure 18. Laura Meheust – Centre d’histoire de la Résistance et de la déportation, 2018. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#menu_CHRD.

Figure 18. Laura Meheust – Centre d’histoire de la Résistance et de la déportation, 2018. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#menu_CHRD.

Crédits : Université Lumière Lyon 2, UFR Anthropologie, Sociologie, Science Politique/service Ethnologie de la DRAC Auvergne Rhône-Alpes/École Émile Cohl/association Tillandsia.

L’animation : une ressource pour l’enquête

9Une autre caractéristique des compétences des Cohliens est la réalisation de films d’animation, à l’instar de la démarche d’Inès Bérerd, qui restitue en 2020 l’ambiance d’un jardin partagé, au fil de courtes séquences mêlant film et dessin pour illustrer des thématiques telles que la globalisation alimentaire ou le passage de la semence à l’assiette (fig. 19). De même, Julien Plasse et son groupe produisent en 2021 quatre films d’animation sur le parcours de semences emblématiques (poireau, chou, pomme de terre, melon), allant jusqu’à composer des musiques originales, dans une optique « jeune public » particulièrement appréciée par le commanditaire, le CRBA (Centre de ressources de botanique appliquée) (fig. 20). Mais ce sont aussi les étudiant.es en anthropologie (du moins ceux.celles dont les compétences et appétences pour le dessin se révèlent en cours d’année) qui s’essaient au film d’animation, lorsqu’ils décident de retracer leur projet portant sur les restaurants ethniques (2021) sous la forme de séquences présentant leur démarche et leur groupe (fig. 21). Dans tous ces cas, et malgré la complexité de sa mise en œuvre, l’animation offre des possibilités narratives et argumentatives originales, propices à retracer le processus d’enquête et à agencer des contenus scientifiques en de véritables séquences multimédia.

Figure 19. Inès Bérerd – Centre de ressources de botanique appliquée, 2020. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#2020_CRBA_accueil.

Figure 19. Inès Bérerd – Centre de ressources de botanique appliquée, 2020. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#2020_CRBA_accueil.

Crédits : Université Lumière Lyon 2, UFR Anthropologie, Sociologie, Science Politique/service Ethnologie de la DRAC Auvergne Rhône-Alpes/École Émile Cohl/association Tillandsia.

Figure 20. Julien Plasse – Centre de ressources de botanique appliquée, 2021. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#ACCUEIL_CRBA_2021.

Figure 20. Julien Plasse – Centre de ressources de botanique appliquée, 2021. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#ACCUEIL_CRBA_2021.

Crédits : Université Lumière Lyon 2, UFR Anthropologie, Sociologie, Science Politique/service Ethnologie de la DRAC Auvergne Rhône-Alpes/École Émile Cohl/association Tillandsia.

Figure 21. Kyongsuk Oh – Centre de recherche de l’Institut Paul Bocuse, 2021. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#IPB_2021_DRAW_OUR_PROJECT.

Figure 21. Kyongsuk Oh – Centre de recherche de l’Institut Paul Bocuse, 2021. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#IPB_2021_DRAW_OUR_PROJECT.

Crédits : Université Lumière Lyon 2, UFR Anthropologie, Sociologie, Science Politique/service Ethnologie de la DRAC Auvergne Rhône-Alpes/École Émile Cohl/association Tillandsia.

Pluralité des formes esthétiques

  • 3 Quartier urbain situé au sud de Lyon, au point de jonction entre le Rhône et la Saône, et dont le M (...)

10Si, dans tous les cas, les projets permettent aux étudiant.es dessinateurs.rices d’exprimer leur style singulier, certaines réalisations font montre d’une recherche artistique et esthétique approfondie au croisement des arts plastiques, visuels et graphiques, à l’instar des trois projets suivis par Flavie Nicolet, stagiaire en 2021. Pour l’enquête portant sur la mémoire du quartier de Cusset à Villeurbanne, elle réalise physiquement un carnet de voyage censé être retrouvé dans le futur, dans lequel s’agglomèrent objets collés, dessins mais aussi extraits sonores (fig. 22). Pour la recherche sur les dimensions sensorielles de la confluence Rhône-Saône3, elle réalise une carte sensible composée de multiples éléments également collés (vignettes dessinées, papier kraft, textures, etc.) et qui par l’interactivité, renvoient aux différentes enquêtes des étudiant.es (fig. 23). Enfin, le travail visuel qu’elle réalise pour l’enquête déjà mentionnée sur les restaurants ethniques mobilise là aussi une multiplicité de supports dessinés, d’abord créés sur papier avant d’être numérisés et insérés dans le webdoc (fig. 24). Une autre approche multisupport est celle de Mirabelle Menahem, qui réalise en 2020 un carnet d’enquête composé d’une collection disparate d’objets évoquant les univers esthétiques de trois groupes de musique rencontrés au cours de la recherche (fig. 25). Dans ces cas, la participation de dessinateurs.rices dépasse la compétence purement illustrative (restituer des situations de terrain, par exemple) pour faire de chaque projet un champ de création visuelle explorant (ou mettant à l’essai) une grande variété de techniques et de références artistiques.

Figure 22. Flavie Nicolet – Le Rize, 2021. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#DOUBLE-PAGE_LIEUX_CUSSET.

Figure 22. Flavie Nicolet – Le Rize, 2021. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#DOUBLE-PAGE_LIEUX_CUSSET.

Crédits : Université Lumière Lyon 2, UFR Anthropologie, Sociologie, Science Politique/service Ethnologie de la DRAC Auvergne Rhône-Alpes/École Émile Cohl/association Tillandsia.

Figure 23. Flavie Nicolet – Musée des Confluences, 2021. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#CONF_21_carte.

Figure 23. Flavie Nicolet – Musée des Confluences, 2021. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#CONF_21_carte.

Crédits : Université Lumière Lyon 2, UFR Anthropologie, Sociologie, Science Politique/service Ethnologie de la DRAC Auvergne Rhône-Alpes/École Émile Cohl/association Tillandsia.

Figure 24. Flavie Nicolet – Centre de recherche de l’Institut Paul Bocuse, 2021. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#IPB_2021_ACCUEIL.

Figure 24. Flavie Nicolet – Centre de recherche de l’Institut Paul Bocuse, 2021. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#IPB_2021_ACCUEIL.

Crédits : Université Lumière Lyon 2, UFR Anthropologie, Sociologie, Science Politique/service Ethnologie de la DRAC Auvergne Rhône-Alpes/École Émile Cohl/association Tillandsia.

Figure 25. Mirabelle Menahem – Centre de musiques traditionnelles en Rhône-Alpes, 2020. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#A_P1_ACCUEIL_CORRECTION.

Figure 25. Mirabelle Menahem – Centre de musiques traditionnelles en Rhône-Alpes, 2020. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#A_P1_ACCUEIL_CORRECTION.

Crédits : Université Lumière Lyon 2, UFR Anthropologie, Sociologie, Science Politique/service Ethnologie de la DRAC Auvergne Rhône-Alpes/École Émile Cohl/association Tillandsia.

11Ce rapide passage en revue a d’abord pour objectif de montrer la variété des potentialités d’usage des pratiques dessinées dans la conduite de travaux anthropologiques, de projets de formation, de formes de restitution et de valorisation. Il souligne tout l’intérêt de démarches attentives autant aux dimensions épistémologiques qu’esthétiques de la recherche, cette dernière ne se résumant plus à une question de méthodologie universitaire mais relevant d’un style, d’une ambiance, d’un art. Qu’il s’agisse du dessin de terrain, de la création graphique d’univers singuliers, de la réalisation de livrables faisant appel à l’illustration ou à l’animation, l’enjeu est de positionner les étudiant.es dans un champ exploratoire et expérimental au sein duquel ils cherchent et trouvent la liberté d’élaborer des langages formels nouveaux. Tout au long des projets ASS, le dessin sous ses différentes formes joue ainsi un rôle d’accompagnement, de visualisation, de révélation, de valorisation mais aussi de mise en perspective artistique et d’esthétisation (au sens de manière de donner à percevoir) des travaux réalisés. Il contribue également à conférer au cadre de formation une tonalité créative (sinon parfois récréative) qui n’est pas sans rapport avec l’ambition, présente dans ce module de formation, de renouer avec le principe de plaisir et de découverte dans l’enseignement et l’apprentissage.

  • 4 Ce processus d’infusion mutuelle n’est pas sans évoquer des démarches telles que la recherche-créat (...)

12Ce processus, qui n’a rien d’automatique, suppose une familiarisation mutuelle et progressive des étudiant.es anthropologues et dessinateurs.trices, mais aussi avec l’équipe enseignante et les partenaires. L’élaboration d’un cadre pédagogique hybride, souple et ouvert, dans lequel les positions entre les différents protagonistes s’éprouvent et se négocient au fil de l’année (Givre et Chauliac, 2020), joue un rôle certain dans l’appropriation graduelle d’une forme de liberté d’expression au sein de laquelle il n’existe pas de prééminence entre enseignant.es, étudiant.es et partenaires, ou entre la recherche, la création et le « commanditaire ». Les séances de cours, qui prennent la forme d’ateliers de confection des projets, sont souvent consacrées à des discussions rétrospectives (faire le bilan de l’avancée du terrain) et prospectives (identifier les tâches à accomplir pour la suite), lors desquelles chacun.e est incité.e à mettre en commun ses matériaux, quels qu’ils soient (observations, descriptions, dessins, films, photos, enregistrements, etc.). Dans ce cadre pluriel, les modalités de mobilisation du dessin sont variées : parfois, les étudiant.es dessinateurs.trices partagent spontanément leurs productions, sous la forme de book ou de roughs ; il arrive alors que ces univers graphiques orientent les choix méthodologiques du groupe, en apportant un style qui vient nourrir la démarche d’enquête. Dans d’autres cas, ils.elles demandent aux étudiant.es en anthropologie de leur « passer commande » de visuels permettant d’illustrer la démarche de recherche et le terrain, ce qui suppose un travail d’explication et d’explicitation de la conduite d’une enquête ethnographique. Ces différentes configurations illustrent la manière dont les démarches épistémologiques et esthétiques en viennent à s’imprégner et se nourrir mutuellement4, mais aussi à se construire, se formuler et s’actualiser.

13Des dispositifs récurrents se mettent en place et en œuvre : croquis de terrain en situation, réalisation de cartes sensibles et sensorielles des territoires de l’enquête ; portraits d’interlocuteurs, d’objets, de lieux rencontrés sur le terrain ; autoreprésentation des groupes d’étudiant.es devenant les véritables signataires de leur projet, etc. Le dessin dispose également d’une capacité à agir et à faire, en offrant une déclinaison parfois instantanée de la recherche : de simples croquis réalisés sur le vif peuvent alors déclencher ou accompagner l’acte d’enquête, lui donner forme et texture. Le positionnement dans l’espace, la posture corporelle, le geste lui-même constituent des formes d’engagement ethnographique, même à l’insu du dessinateur ou de la dessinatrice, qui se retrouve ainsi à faire de l’ethnographie sans le savoir. Cette dernière dimension constitue d’ailleurs l’une des prémices du programme ASS : montrer que l’ethnographie relève d’abord d’une posture d’enquête implicite autant qu’explicite par l’expérience d’une multiplicité de modalités de présence et de pratiques d’attention. Si le savoir-faire des étudiant.es dessinateurs s’avère précieux, il convient également de considérer que dessiner sur le terrain n’est pas réservé à des « sachant-faire » ou des praticiens confirmés, comme l’illustrent des essais consacrés à la pratique du dessin ethnographique qui y voient une modalité de présence davantage que la réalisation d’une œuvre en tant que telle (Causey, 2017 ; Taussig, 2011). De fait, différent.es étudiant.es en anthropologie non formé.es à la pratique du dessin ont pu se voir autorisé.es à contribuer avec leurs propres aptitudes à l’expérience de rendre compte graphiquement du terrain.

14C’est le cas de Gabriela Lagos Romero, étudiante colombienne en échange universitaire international, dont la pratique informelle du dessin l’a conduite à effectuer en 2022 un stage pour le programme ASS, au sein duquel elle réalise les pages internet de deux groupes, travaillant sur les usages alimentaires en institution pour l’un, sur les formes de l’hospitalité à Villeurbanne pour l’autre (fig. 26 et 27), tandis qu’un autre étudiant, Étienne Carré, s’essaie lui-même à réaliser plusieurs croquis issus de la pratique de terrain. L’année précédente, c’est un étudiant coréen, Kyongsuk Oh, qui réalise un draw my project consacré à l’enquête conduite sur les restaurants ethniques pour le compte du centre de recherche de l’Institut Paul Bocuse. Ces initiatives se poursuivent actuellement, avec par exemple les propositions graphiques d’une étudiante, Lilia-Marie Troussier, travaillant en 2022 au sein d’un groupe sur les mémoires de l’immigration, à partir de son univers manga. Cela interroge les relations entre connaissances et compétences, ainsi que le passage de la frontière parfois mince entre recherche et création. J’associe aussi ce type de démarche à des enjeux de démocratisation de l’enseignement, dans lesquels il s’agit de tirer parti des appétences et compétences (même informelles) des étudiant.es pour les mettre au service d’un projet, mais aussi de modifier ce projet en fonction de l’émergence de ces compétences au cours du travail. À ce titre, la pratique du dessin sous toutes ses formes dans ASS, de même que la mobilisation d’autres médias (podcast, film, performance, etc.) et plus largement l’appel à se mettre en situation d’expérimentation scientifique autant qu’artistique, s’inscrit dans une ouverture sur une pluralité de formes d’expression visant à désenclaver l’anthropologie de cadres académiques trop restreints, voire inhibants.

Figure 26. Gabriela Lagos Romero – Centre de recherche de l’Institut Paul Bocuse, 2022. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#accueil_ipb_2022.

Figure 26. Gabriela Lagos Romero – Centre de recherche de l’Institut Paul Bocuse, 2022. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#accueil_ipb_2022.

Crédits : Université Lumière Lyon 2, UFR Anthropologie, Sociologie, Science Politique/service Ethnologie de la DRAC Auvergne Rhône-Alpes/École Émile Cohl/association Tillandsia.

Figure 27. Gabriela Lagos Romero – Le Rize, 2022. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#accueil_rize_2022.

Figure 27. Gabriela Lagos Romero – Le Rize, 2022. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#accueil_rize_2022.

Crédits : Université Lumière Lyon 2, UFR Anthropologie, Sociologie, Science Politique/service Ethnologie de la DRAC Auvergne Rhône-Alpes/École Émile Cohl/association Tillandsia.

Entre réel et fiction : liberté et contrainte narrative

15L’ensemble des considérations qui précèdent rejoint d’une certaine manière le regain d’intérêt actuel pour la place du dessin dans la pratique de l’anthropologie, qui relève pour certains d’une « anthropologie graphique » aux multiples ramifications, tant en termes méthodologiques et épistémologiques, que du point de vue de la réflexivité, de la performativité ou encore de l’utilité pédagogique (Tondeur, 2018). Associé au fort développement de la culture graphique, ce regain d’intérêt n’est pas sans relever de multiples enjeux, à commencer par l’un des aspects les plus fréquemment discutés et mis en œuvre dans le cadre du programme ASS : le rapport entre contenu documentaire et expression créative dans ou via le dessin, autrement dit les rapports entre réel et fiction. En proposant une stylisation graphique et narrative qui repose sur des éléments et des pratiques d’enquête, en amenant la recherche sur le terrain de la création et inversement la création sur le terrain de la recherche, le dessin est à même de matérialiser, de manipuler et de visibiliser ces rapports entre réel et fiction. Tout comme le texte et l’image photographique, mais de manière parfois plus radicale, il met en évidence l’expression d’un point de vue, d’un faire situé, d’un geste d’enquête, en ne cherchant pas nécessairement à tendre vers le réalisme documentaire ou l’objectivisme mais en assumant au contraire la subjectivité et l’imaginaire. Il s’avère également créateur de nouvelles narrativités par son sens de l’ellipse et par sa capacité d’évocation. En d’autres termes, le dessin rend visible son auteur autant qu’il transpose les personnes en personnages.

16C’est le cas en particulier des récits séquentiels réalisés par Clothilde Chauvin dans l’exemple déjà cité des planches dessinées illustrant des parcours croisés d’instruments de musique et de Villeurbannais.es (fig. 28 et 29). Au fil de six histoires de vie associées chacune à un instrument, se dévoilent des narrations issues des entretiens et des observations ethnographiques. Chloé et son violon témoin d’une histoire d’amour brisée, Yanis et son accordéon symbole de contestation sociale, Ji-Eun et sa guitare comme objet de liens intergénérationnels, Léa et son djembé à tout faire (siège, colonne, ornement domestique, etc.), Titouan et Timéo avec leur tuba trouvé dans un vieil appartement, Brigitte la retraitée qui réalise son rêve de jouer de la guitare électrique… Ces six vignettes illustrent l’entrelacs des récits de vie et de leur fictionnalisation, ainsi que la manière dont la mise en séquences dessinées permet d’accentuer (en le grossissant, en le renforçant, en le colorant) un propos ethnographique. En devenant une histoire qui se raconte, se séquence et s’incarne visuellement, les matériaux d’enquête accèdent à un nouveau statut diégétique : en d’autres termes, le dessin rend palpable la dimension narrative de l’ethnographie, de même que cette dernière peut prendre des formes textuelles proches de l’essai littéraire ou du roman.

Figure 28. Clothilde Chauvin – Le Rize, 2020. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#0._LeRize_2020_Accueil_page1.

Figure 28. Clothilde Chauvin – Le Rize, 2020. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#0._LeRize_2020_Accueil_page1.

Crédits : Université Lumière Lyon 2, UFR Anthropologie, Sociologie, Science Politique/service Ethnologie de la DRAC Auvergne Rhône-Alpes/École Émile Cohl/association Tillandsia.

17Les étudiant.es se sont essayé.es à mettre en perspective cette pratique et cette réflexion, en notant que :

parmi les différentes étapes de notre enquête (appréhender le thème, mettre en place le terrain, analyser nos données), une allait faire l’objet d’un soin tout particulier : sa restitution et sa valorisation. Dès la première journée avec le Rize, nous avons évoqué la possibilité d’utiliser une forme d’expression spécifique : la bande dessinée. La méthode employée pour le rendu final a donc été une approche de l’ethnographie par le dessin, ce qui correspondait aux demandes de nos partenaires. [] la bande dessinée nous a paru être une forme attractive, adaptée à tous les âges, et ouverte à un public pas forcément initié à la discipline anthropologique, pour lequel un visuel dessiné s’avère plus accessible qu’un long texte. (Alvès et al., 2020, page méthodologie.)

18Ainsi, l’usage du dessin rejoint un souci du public et du lectorat, qui constitue l’une des bases du projet de formation ASS : travailler les formes de restitution, offrir des contenus finalisés de qualité semi-professionnelle, ouvrir le travail d’enquête et d’écriture sur des potentialités nouvelles, ce dont les partenaires s’inspirent ensuite régulièrement, étant non seulement des commanditaires mais eux-mêmes des publics et des utilisateurs des productions des étudiant.es.

Figure 29. Clothilde Chauvin – Le Rize, 2020.

Figure 29. Clothilde Chauvin – Le Rize, 2020.

Crédits : Université Lumière Lyon 2, UFR Anthropologie, Sociologie, Science Politique/service Ethnologie de la DRAC Auvergne Rhône-Alpes/École Émile Cohl/association Tillandsia.

19Il s’agit alors de s’ouvrir à d’autres univers de références et d’autres langages, sortant des productions académiques conventionnelles :

nous nous sommes inspiré.es […] de la dessinatrice Pénélope Bagieu et de ses bandes dessinées Culottées [Bagieu, 2016], mettant en scène des portraits de femmes. Nous nous sommes également appuyé.es sur les bandes dessinées du sociologue Pierre Noc[é]rino et de sa vision de l’« ethnographie dessinée » [Nocérino, 2016]. Comme ce dernier, nous pensons que la bande dessinée rend les propos plus accessibles, et permet une démarche de vulgarisation particulièrement adaptée à notre projet. Nous avons donc choisi de faire une à deux planches par entretien réalisé. Nous avons pour cela sélectionné des passages d’entretiens, et nous en avons fait émaner des thèmes anthropologiques, qui servent ensuite de base à chaque histoire. (Alvès et al., 2020, page méthodologie.)

Figure 30. Clothilde Chauvin – Le Rize, 2020.

Figure 30. Clothilde Chauvin – Le Rize, 2020.

Crédits : Université Lumière Lyon 2, UFR Anthropologie, Sociologie, Science Politique/service Ethnologie de la DRAC Auvergne Rhône-Alpes/École Émile Cohl/association Tillandsia.

20Ce retour sur la démarche continue en mettant en évidence l’apport du dessin dans le travail d’évocation du terrain, la construction de la relation d’enquête ou encore la création d’une esthétique :

De plus, le dessin permet une approche ethnographique d’autant plus complète qu’elle permet de retranscrire, davantage que des simples mots, des émotions, des sentiments, des sourires… autant d’éléments toujours compliqués à retranscrire par écrit. On pourrait également ajouter que l’utilisation d’un support visuel tel que la bande dessinée permet de donner une dimension colorée à notre enquête. Ce travail pluridisciplinaire alliant anthropologie et dessin nous a particulièrement plu. L’un des points les plus notables est le rapport entre les enquêté.es et les dessins. Ces dernièr.es ont particulièrement apprécié le fait de voir nos échanges sous forme dessinée, grâce aux talents de Clothilde, l’étudiante dessinatrice du groupe. Le dessin a enfin apporté un côté plus « ludique » à l’anthropologie et nous a permis d’envisager nos restitutions à partir d’autres méthodes que celles que nous connaissons classiquement. (Alvès et al., 2020, page méthodologie.)

21Un autre exemple déjà évoqué est constitué par le travail de fictionnalisation réalisé en 2021 au cours d’un projet conduit avec le musée Gadagne de Lyon. La commande initiale étant de dresser un portrait-type d’un.e jeune lyonnais.e du xxie siècle dans le cadre de l’exposition Portraits de Lyon. Le groupe commence par effectuer différentes enquêtes qualitatives et quantitatives mais, malgré nos encouragements, les étudiant.es peinent à se prendre eux-mêmes comme objets d’enquête ; ils et elles multiplient les tentatives de recourir à des matériaux plus « objectifs », alors que nous les incitons à réfléchir à leur propre rapport de jeunes personnes à la ville et l’espace urbain. Ce « saut dans le vide » subjectiviste les conduit peu à peu à mettre en récit différents rapports à la ville, mais aussi à s’affranchir de contraintes trop enfermantes associées à une vision classiciste de la recherche académique, effaçant l’équation personnelle au nom d’une prétendue objectivité. C’est ainsi que naît l’idée de ce que j’appelle une ethnofiction, soit une fiction appuyée sur des éléments d’enquête ethnographique, mis en forme et remodelés pour les besoins de la narration. S’inspirant de techniques issues du monde du jeu vidéo telles que le charadesign, qui consiste à créer les différents attributs d’un personnage (caractère, goût, milieu familial, qualités, défauts, aspect physique, environnement, etc.), le groupe donne naissance à Manon, une Lyonnaise issue de l’immigration cambodgienne, ayant passé son enfance à Vaulx-en-Velin avant d’aménager à Gerland où elle travaille comme femme de chambre, vit avec sa compagne et s’adonne à des loisirs tels que le football féminin (fig. 31).

Figure 31. Guillaume Deneuve – Musée Gadagne, 2021. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#GDGN_accueil.

Figure 31. Guillaume Deneuve – Musée Gadagne, 2021. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#GDGN_accueil.

Crédits : Université Lumière Lyon 2, UFR Anthropologie, Sociologie, Science Politique/service Ethnologie de la DRAC Auvergne Rhône-Alpes/École Émile Cohl/association Tillandsia.

22Ce type d’expérience permet ainsi de combiner des éléments d’enquête et des procédés de création graphique et narrative, invitant les étudiant.es à concevoir leur recherche comme une création. L’enjeu est alors d’amener l’anthropologie vers l’art, et de franchir la frontière entre présupposé objectiviste et expression d’une subjectivité également réflexive, dans la mesure où le processus mis en œuvre interroge les propres préconceptions des étudiant.es à propos de l’anthropologie. La rencontre entre le groupe d’étudiant.es anthropologues et le dessinateur, Guillaume Deneuve, donne lieu à une recherche qui n’est plus seulement scientifique, mais esthétique, formelle et narrative. Il me semble que le dessin peut apporter beaucoup à cette sorte d’ethnofiction qui, sans se substituer aux exigences de la recherche académique, l’amène à d’autres endroits et libère ainsi un potentiel d’imagination scientifique souvent étouffé par les conceptions institutionnelles de la discipline. Il y va de la conviction que l’anthropologie peut bénéficier de nouveaux rapports entre sciences et arts, recherche et création, susceptibles de lui offrir des perspectives renouvelées sur des questions telles que l’auctorialité, la fictionnalité, la narrativité, la réflexivité. Plus généralement, l’enjeu est de contribuer à retrouver, dans un monde académique contraint, un certain sens de l’expérimentation et de la créativité prenant acte du fait que « la véritable liberté à l’université repose sur une disposition à renoncer au confort des positions établies, à prendre le risque d’avancer dans l’inconnu, où les résultats sont incertains et la destination encore inexplorée » (Ingold, 2018 : 96).

23Ainsi, le dessin, au même titre que d’autres modes d’expression, ne constitue pas qu’une sorte d’adjuvant artistique visant à valoriser et restituer la recherche, mais peut participer d’une réflexion de fond sur la discipline anthropologique, ses pratiques, ses enjeux et ses frontières :

alors que c’est précisément le caractère artistique, subjectif et ouvertement « construit » du dessin qui précipita son rejet au xixe siècle, il faut voir en ces mêmes critères certaines raisons de sa renaissance aujourd’hui. La liberté que le dessin offre aux anthropologues pour se mettre eux-mêmes en scène dans leurs récits et communiquer sans équivoque cette information au lecteur constitue certainement un des grands « pôles d’intérêt » actuels pour ce médium. (Tondeur, 2018 : 710.)

24En d’autres termes, et comme le montrent les différents exemples développés dans cet article, le dessin ouvre l’anthropologie à la fois sur des potentialités d’inscription (au même titre que les notes du journal de terrain), des formes de description (de la même manière que l’on produit une ethnographie) et des puissances d’expression (à l’instar des réflexions sur les dimensions littéraires de l’écriture anthropologique). Il contribue à réinscrire la discipline dans un espace inter, pluri et transdisciplinaire qui ne néglige a priori aucune ressource épistémologique et esthétique mais qui s’accommode d’une pluralité de modes (et de mondes) de perception. Ayant consacré cet article à la place de l’expression dessinée dans un projet de formation, j’insisterai pour finir sur la dimension pédagogique du dessin qui, en supposant de dessiner pour voir et de voir pour dessiner, permet d’apprendre à voir (Causey, 2017 : 12-14). Il ne s’agit pas seulement de la place du dessin dans l’apprentissage de l’anthropologie mais, de manière plus générale, de l’effort constant qui consiste, dans la pratique ethnographique, à se mettre en situation d’apprentissage : apprendre et réapprendre à regarder, voir, écouter, sentir. L’un des meilleurs plaidoyers pour la pratique anthropologique du dessin, quelle qu’elle soit, est probablement cette disponibilité sensible et sensorielle qu’elle requiert, entraîne et restitue.

Haut de page

Bibliographie

Léa ALVÈS et al., « Instruments voyageurs. Six portraits villeurbannais », in Anthropologie, science et société [En ligne], 2020. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/#0._LeRize_2020_Accueil_page1.

Pénélope BAGIEU, Culottées. Des femmes qui ne font que ce qu’elles veulent, t. 1, Paris, Gallimard, 2016.

Leïla BARACCHINI et al. (dir.), « Rencontres ethno-artistiques », ethnographiques.org, n° 42, 2021.

Andrew CAUSEY, Drawn to See: Drawing as an Ethnographic Method, Toronto, University of Toronto Press, 2017.

Olivier GIVRE et Marina CHAULIAC, « Transmettre l’anthropologie à travers l’enquête collective et partenariale. Réflexions croisées sur le projet Anthropologie, Science & Société (Lyon) », Terrains/Théories [En ligne], no 12, 2020. URL : https://journals.openedition.org/teth/2972.

Tim INGOLD, L’Anthropologie comme éducation, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018.

Pierre NOCÉRINO, « Ce que la bande dessinée nous apprend de l’écriture sociologique », Sociologie et sociétés [En ligne], vol. 48, n° 2, 2016, pp. 169-193. URL : https://id.erudit.org/iderudit/1037720ar.

Michael TAUSSIG, I Swear I Saw This. Drawings in Fieldwork Notebooks, Chicago, University of Chicago Press, 2011.

Kim TONDEUR, « Le Boom Graphique en Anthropologie. Histoire, actualités et chantiers futurs du dessin dans la discipline anthropologique », Omertaa, Journal for applied anthropology [En ligne], 2018. URL : http://www.omertaa.org/archive/omertaa0082.pdf.

Haut de page

Notes

1 Direction régionale des affaires culturelles Auvergne Rhône-Alpes, ministère de la Culture Laboratoire d’anthropologie politique (LAP), CNRS.

2 Le site a été créé et développé par l’association Tillandsia.

3 Quartier urbain situé au sud de Lyon, au point de jonction entre le Rhône et la Saône, et dont le Musée des Confluences tire son nom.

4 Ce processus d’infusion mutuelle n’est pas sans évoquer des démarches telles que la recherche-création qui postule que, de même que le chercheur dispose d’une forme de créativité, l’artiste est lui-même en posture de recherche (voir par exemple Baracchini et al., 2021).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Dan Vignes – page d’accueil du site Anthropologie, Science et Société. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#Menu_.
Crédits Crédits : Université Lumière Lyon 2, UFR Anthropologie, Sociologie, Science Politique/service Ethnologie de la DRAC Auvergne Rhône-Alpes/École Émile Cohl/association Tillandsia.
URL http://journals.openedition.org/pa/docannexe/image/2386/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Figure 2. Thomas Pierret – Centre des musiques traditionnelles en Rhône-Alpes, 2019. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#CMTRA_2019_CMTRA_accueil.
Crédits Crédits : Université Lumière Lyon 2, UFR Anthropologie, Sociologie, Science Politique/service Ethnologie de la DRAC Auvergne Rhône-Alpes/École Émile Cohl/association Tillandsia.
URL http://journals.openedition.org/pa/docannexe/image/2386/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 345k
Titre Figure 3. Élodie Trauchessec – Centre de recherche de l’Institut Paul Bocuse, 2019. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#IPB_accueil.
Crédits Crédits : Université Lumière Lyon 2, UFR Anthropologie, Sociologie, Science Politique/service Ethnologie de la DRAC Auvergne Rhône-Alpes/École Émile Cohl/association Tillandsia.
URL http://journals.openedition.org/pa/docannexe/image/2386/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Figure 4. Agathe Simoulin – Centre d’histoire de la Résistance et de la déportation, 2019. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#CHRD_2019__page1.
Crédits Crédits : Université Lumière Lyon 2, UFR Anthropologie, Sociologie, Science Politique/service Ethnologie de la DRAC Auvergne Rhône-Alpes/École Émile Cohl/association Tillandsia.
URL http://journals.openedition.org/pa/docannexe/image/2386/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Figure 5. Frédéric Gide – Centre des musiques traditionnelles en Rhône-Alpes, 2018. URL : https://parmondeetparvaulx.jimdofree.com/​.
Crédits Crédits : Université Lumière Lyon 2, UFR Anthropologie, Sociologie, Science Politique/service Ethnologie de la DRAC Auvergne Rhône-Alpes/École Émile Cohl/association Tillandsia.
URL http://journals.openedition.org/pa/docannexe/image/2386/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Figure 6. Claire Martin – Centre de recherche de l’Institut Paul Bocuse, 2018. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#menu_IPB.
Crédits Crédits : Université Lumière Lyon 2, UFR Anthropologie, Sociologie, Science Politique/service Ethnologie de la DRAC Auvergne Rhône-Alpes/École Émile Cohl/association Tillandsia.
URL http://journals.openedition.org/pa/docannexe/image/2386/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Figure 7. Vladimir Roszak – Centre culturel œcuménique, 2019. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#CCO_2019_accueil.
Crédits Crédits : Université Lumière Lyon 2, UFR Anthropologie, Sociologie, Science Politique/service Ethnologie de la DRAC Auvergne Rhône-Alpes/École Émile Cohl/association Tillandsia.
URL http://journals.openedition.org/pa/docannexe/image/2386/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Figure 8. Antoine Dorey – Centre culturel œcuménique, 2020. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#Accueil_CCO_2020.
Crédits Crédits : Université Lumière Lyon 2, UFR Anthropologie, Sociologie, Science Politique/service Ethnologie de la DRAC Auvergne Rhône-Alpes/École Émile Cohl/association Tillandsia.
URL http://journals.openedition.org/pa/docannexe/image/2386/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 311k
Titre Figure 9. Shalimar Conchaudron – Musée des Confluences, 2022. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#ACCUEIL_CONFLUENCE_2022.
Crédits Crédits : Université Lumière Lyon 2, UFR Anthropologie, Sociologie, Science Politique/service Ethnologie de la DRAC Auvergne Rhône-Alpes/École Émile Cohl/association Tillandsia.
URL http://journals.openedition.org/pa/docannexe/image/2386/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Titre Figure 10. Célia Brizot – Ville de Givors, 2018. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#menu_Givors.
Crédits Crédits : Université Lumière Lyon 2, UFR Anthropologie, Sociologie, Science Politique/service Ethnologie de la DRAC Auvergne Rhône-Alpes/École Émile Cohl/association Tillandsia.
URL http://journals.openedition.org/pa/docannexe/image/2386/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 398k
Titre Figure 11. Dan Vignes – Le Rize, 2019. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#RIZE_2019_accueil.
Crédits Crédits : Université Lumière Lyon 2, UFR Anthropologie, Sociologie, Science Politique/service Ethnologie de la DRAC Auvergne Rhône-Alpes/École Émile Cohl/association Tillandsia.
URL http://journals.openedition.org/pa/docannexe/image/2386/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 429k
Titre Figure 12. Louise de Crozals – Centre de ressources de botanique appliquée, 2019. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#CRBA_2019_menu.
Crédits Crédits : Université Lumière Lyon 2, UFR Anthropologie, Sociologie, Science Politique/service Ethnologie de la DRAC Auvergne Rhône-Alpes/École Émile Cohl/association Tillandsia.
URL http://journals.openedition.org/pa/docannexe/image/2386/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Titre Figure 14. Chloé Llamas – Musée des Confluences, 2020. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#2020_Confluences_0-Accueil.
Crédits Crédits : Université Lumière Lyon 2, UFR Anthropologie, Sociologie, Science Politique/service Ethnologie de la DRAC Auvergne Rhône-Alpes/École Émile Cohl/association Tillandsia.
URL http://journals.openedition.org/pa/docannexe/image/2386/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 402k
Titre Figure 15. Clothilde Chauvin – Le Rize, 2020. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#0._LeRize_2020_Accueil_page1.
Crédits Crédits : Université Lumière Lyon 2, UFR Anthropologie, Sociologie, Science Politique/service Ethnologie de la DRAC Auvergne Rhône-Alpes/École Émile Cohl/association Tillandsia.
URL http://journals.openedition.org/pa/docannexe/image/2386/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 541k
Titre Figure 16. Guillaume Deneuve – Musée Gadagne, 2021. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#GDGN_accueil.
Crédits Crédits : Université Lumière Lyon 2, UFR Anthropologie, Sociologie, Science Politique/service Ethnologie de la DRAC Auvergne Rhône-Alpes/École Émile Cohl/association Tillandsia.
URL http://journals.openedition.org/pa/docannexe/image/2386/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Figure 17. Pierre Chandezon et Mayan Gelus – Musée Gadagne, 2022. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#page_d_accueil_gadagne.
Crédits Crédits : Université Lumière Lyon 2, UFR Anthropologie, Sociologie, Science Politique/service Ethnologie de la DRAC Auvergne Rhône-Alpes/École Émile Cohl/association Tillandsia.
URL http://journals.openedition.org/pa/docannexe/image/2386/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Figure 18. Laura Meheust – Centre d’histoire de la Résistance et de la déportation, 2018. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#menu_CHRD.
Crédits Crédits : Université Lumière Lyon 2, UFR Anthropologie, Sociologie, Science Politique/service Ethnologie de la DRAC Auvergne Rhône-Alpes/École Émile Cohl/association Tillandsia.
URL http://journals.openedition.org/pa/docannexe/image/2386/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 343k
Titre Figure 19. Inès Bérerd – Centre de ressources de botanique appliquée, 2020. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#2020_CRBA_accueil.
Crédits Crédits : Université Lumière Lyon 2, UFR Anthropologie, Sociologie, Science Politique/service Ethnologie de la DRAC Auvergne Rhône-Alpes/École Émile Cohl/association Tillandsia.
URL http://journals.openedition.org/pa/docannexe/image/2386/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 394k
Titre Figure 20. Julien Plasse – Centre de ressources de botanique appliquée, 2021. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#ACCUEIL_CRBA_2021.
Crédits Crédits : Université Lumière Lyon 2, UFR Anthropologie, Sociologie, Science Politique/service Ethnologie de la DRAC Auvergne Rhône-Alpes/École Émile Cohl/association Tillandsia.
URL http://journals.openedition.org/pa/docannexe/image/2386/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Figure 21. Kyongsuk Oh – Centre de recherche de l’Institut Paul Bocuse, 2021. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#IPB_2021_DRAW_OUR_PROJECT.
Crédits Crédits : Université Lumière Lyon 2, UFR Anthropologie, Sociologie, Science Politique/service Ethnologie de la DRAC Auvergne Rhône-Alpes/École Émile Cohl/association Tillandsia.
URL http://journals.openedition.org/pa/docannexe/image/2386/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Titre Figure 22. Flavie Nicolet – Le Rize, 2021. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#DOUBLE-PAGE_LIEUX_CUSSET.
Crédits Crédits : Université Lumière Lyon 2, UFR Anthropologie, Sociologie, Science Politique/service Ethnologie de la DRAC Auvergne Rhône-Alpes/École Émile Cohl/association Tillandsia.
URL http://journals.openedition.org/pa/docannexe/image/2386/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 379k
Titre Figure 23. Flavie Nicolet – Musée des Confluences, 2021. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#CONF_21_carte.
Crédits Crédits : Université Lumière Lyon 2, UFR Anthropologie, Sociologie, Science Politique/service Ethnologie de la DRAC Auvergne Rhône-Alpes/École Émile Cohl/association Tillandsia.
URL http://journals.openedition.org/pa/docannexe/image/2386/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 261k
Titre Figure 24. Flavie Nicolet – Centre de recherche de l’Institut Paul Bocuse, 2021. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#IPB_2021_ACCUEIL.
Crédits Crédits : Université Lumière Lyon 2, UFR Anthropologie, Sociologie, Science Politique/service Ethnologie de la DRAC Auvergne Rhône-Alpes/École Émile Cohl/association Tillandsia.
URL http://journals.openedition.org/pa/docannexe/image/2386/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 417k
Titre Figure 25. Mirabelle Menahem – Centre de musiques traditionnelles en Rhône-Alpes, 2020. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#A_P1_ACCUEIL_CORRECTION.
Crédits Crédits : Université Lumière Lyon 2, UFR Anthropologie, Sociologie, Science Politique/service Ethnologie de la DRAC Auvergne Rhône-Alpes/École Émile Cohl/association Tillandsia.
URL http://journals.openedition.org/pa/docannexe/image/2386/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 447k
Titre Figure 26. Gabriela Lagos Romero – Centre de recherche de l’Institut Paul Bocuse, 2022. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#accueil_ipb_2022.
Crédits Crédits : Université Lumière Lyon 2, UFR Anthropologie, Sociologie, Science Politique/service Ethnologie de la DRAC Auvergne Rhône-Alpes/École Émile Cohl/association Tillandsia.
URL http://journals.openedition.org/pa/docannexe/image/2386/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 326k
Titre Figure 27. Gabriela Lagos Romero – Le Rize, 2022. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#accueil_rize_2022.
Crédits Crédits : Université Lumière Lyon 2, UFR Anthropologie, Sociologie, Science Politique/service Ethnologie de la DRAC Auvergne Rhône-Alpes/École Émile Cohl/association Tillandsia.
URL http://journals.openedition.org/pa/docannexe/image/2386/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Figure 28. Clothilde Chauvin – Le Rize, 2020. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#0._LeRize_2020_Accueil_page1.
Crédits Crédits : Université Lumière Lyon 2, UFR Anthropologie, Sociologie, Science Politique/service Ethnologie de la DRAC Auvergne Rhône-Alpes/École Émile Cohl/association Tillandsia.
URL http://journals.openedition.org/pa/docannexe/image/2386/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 425k
Titre Figure 29. Clothilde Chauvin – Le Rize, 2020.
Crédits Crédits : Université Lumière Lyon 2, UFR Anthropologie, Sociologie, Science Politique/service Ethnologie de la DRAC Auvergne Rhône-Alpes/École Émile Cohl/association Tillandsia.
URL http://journals.openedition.org/pa/docannexe/image/2386/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 513k
Titre Figure 30. Clothilde Chauvin – Le Rize, 2020.
Crédits Crédits : Université Lumière Lyon 2, UFR Anthropologie, Sociologie, Science Politique/service Ethnologie de la DRAC Auvergne Rhône-Alpes/École Émile Cohl/association Tillandsia.
URL http://journals.openedition.org/pa/docannexe/image/2386/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 281k
Titre Figure 31. Guillaume Deneuve – Musée Gadagne, 2021. URL : http://anthropologiescienceetsociete.fr/​#GDGN_accueil.
Crédits Crédits : Université Lumière Lyon 2, UFR Anthropologie, Sociologie, Science Politique/service Ethnologie de la DRAC Auvergne Rhône-Alpes/École Émile Cohl/association Tillandsia.
URL http://journals.openedition.org/pa/docannexe/image/2386/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 414k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Givre, « Dessiner l’anthropologie en train de se faire et de s’apprendre »Parcours anthropologiques [En ligne], 18 | 2023, mis en ligne le 22 juin 2023, consulté le 10 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/pa/2386 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pa.2386

Haut de page

Auteur

Olivier Givre

Université Lumière Lyon 2, UMR 5600 Environnement Ville Société (EVS), F-69500 Bron, France

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search