Navigation – Plan du site

AccueilNuméros18Comptes-rendus de publicationsTim Ingold (dir.), Redrawing Anth...

Comptes-rendus de publications

Tim Ingold (dir.), Redrawing Anthropology: Materials, Movements, Lines

Farnham, Ashgate, 2011, 218 p.
Pablo Arango Combariza
Référence(s) :

Tim Ingold (dir.), Redrawing Anthropology: Materials, Movements, Lines, Farnham, Ashgate, 2011, 218 p.

Texte intégral

1L’ouvrage, édité par Tim Ingold, questionne la dichotomie entre image et texte longtemps discutée en anthropologie. Ce volume est l’aboutissement d’une série de conférences tenues en trois jours à l’université d’Aberdeen en juin 2009. À travers différents ateliers proposés au long des journées d’études, les participants étaient encouragés à réfléchir autrement les études sur la culture matérielle. L’ouvrage regroupe une douzaine d’articles écrits par des anthropologues, des philosophes, des chorégraphes, des architectes ainsi que d’autres chercheurs en sciences sociales. Une bonne partie des contributeurs appartiennent au réseau AAA (Anthropologie, Art, Architecture).

2Tim Ingold introduit l’ouvrage partant d’un constat personnel et théorique : comment les saumons remontent-ils une rivière ? Ingold se sert de cet exemple ainsi que d’une ligne tracée sur une page pour décrire la trajectoire ascendante que poursuit le déplacement des saumons dans le but de mettre en avant son ambition de « restaurer l’anthropologie à la vie » (p. 1). Par la traduction immédiate du mouvement permise par la ligne tracée, il souhaite mettre en discussion l’importance du dessin et sa capacité de transmettre le monde vivant. De ce constat provient la thématique des conférences tenues à Aberdeen : Redrawing Anthropology (redessiner l’anthropologie). Pour Ingold, le but de cette entreprise peut être défini en quatre objectifs : observer et décrire le mouvement créatif ; concentrer l’analyse sur la circulation des matériels liés au mouvement créatif ; réfléchir aux dynamiques génératives des pratiques créatrices à travers la répétition des mouvements ; et finalement penser au dessin comme une méthode de reconnexion entre l’observation et la description.

3Ingold privilégie l’approche de Martin Heidegger de « la chose » (p. 5) en dépit de l’objet, montrant l’importance du processus continu et mouvementé de la première alors que le dernier s’érige comme un élément défini et fermé. Les autres auteurs mettent en discussion cette opposition amorcée par Ingold, au cœur de l’ouvrage : comment le trait, le dessin, permet à l’anthropologie de transmettre le vivant.

4Les chapitres qui composent le reste de l’ouvrage suivent trois axes thématiques introduits par Tim Ingold : suivre les matériaux, apprendre les mouvements, et dessiner les lignes. La question des matériaux est traitée dans le chapitre 4 rédigé par Carl Knappett qui propose d’analyser le maniement des matériels en fonction de l’orientation prospective ou rétrospective des femmes et des hommes artisans ou créateurs. Il note que l’analyse de la culture matérielle s’arrête souvent sur l’aspect rétrospectif comme s’il s’agissait de poser son regard sur l’objet achevé essayant de retracer le processus créatif. Néanmoins, Knappett considère que cette perspective est insuffisante pour analyser la culture matérielle dans son entièreté et appelle à construire une analyse a priori (p. 46), ce qui permettrait de saisir le processus à une micro-échelle, enrichissant l’analyse. L’auteur rappelle qu’il ne faut pas privilégier une analyse sans considérer l’autre : d’une part, il pense que s’intéresser uniquement à l’approche prospective réduit l’analyse matérielle uniquement à une fluidité qui empêche d’apprécier les contours de la matérialité. Il reprend le terme « meshwork » (p. 46) de Tim Ingold pour décrire cet état ficelé et fluide du processus de création. D’autre part, Knappett note qu’il faut aussi prendre du recul dans l’analyse, afin d’apprécier un réseau d’objets connectés les uns aux autres. En somme, Knappett propose une perspective bifocale permettant d’analyser la matérialité depuis une échelle micro et macro ; il emprunte la notion de chaîne opératoire à l’archéologie pour articuler ces deux orientations d’analyse.

5Dans le chapitre 2, Stéphanie Bunn reprend la notion d’objet qu’elle juge problématique en raison de son caractère fixe, considérant que celle-ci est incapable de rendre compte de l’aspect créatif derrière la matérialité. Pour Bunn, la vie et la matérialité jaillissent en quelque sorte du geste créateur et créatif. Ce geste qui caractérise les pratiques artisanales, même s’il est répétitif, est aussi le produit d’une intuition unique à chaque répétition. En ce qui concerne l’interaction avec un objet externe, Bunn propose de dépasser la théorie des techniques du corps de Marcel Mauss qui considère la gestualité comme une incarnation strictement mécanique d’une part, ou symbolique-religieuse de l’autre. L’autrice propose donc d’appréhender le geste créateur non pas comme une performance corporelle ayant un but précis de production, mais comme un processus progressif construit au fur et à mesure avec le matériel.

6Le chapitre 5 écrit par Rupert Cox envisage l’analyse du corps en faisant appel à l’approche sensible ou « sensuous scholarship » (p. 66). Il développe la conclusion que dans la maîtrise de la danse ou des arts martiaux il ne suffit pas de connaître un mouvement et de le reproduire : il faut l’incarner et se l’approprier, en conjuguant l’agrégat sensible de nos corps. De ce fait, le primat visuel demeure insuffisant pour décrire ainsi que pour pratiquer une expérience corporelle. Cox propose de réfléchir au corps comme preneur de notes et comme note de terrain (p. 70). Par ailleurs, il revient à David MacDougall et rappelle que le regard ethnographique qui se pose sur la technique et la créativité peut être traduit par un entrainement à l’utilisation du matériel filmique, il serait possible d’aboutir à une « corporeal vision » (vision corporelle) (p. 67) capable de produire de la connaissance perceptive et non conceptuelle. Il s’agit d’un point fort et faible de la mobilisation de l’image : une capacité réduite d’abstraction et une remarquable capacité descriptive.

7Dans le chapitre 11, Amanda Ravetz compare la pratique filmique en tant qu’anthropologue visuelle avec la pratique du dessin : elle distingue dans les deux pratiques un état d’âme absent couplé d’une conscience exacerbée qui encourage l’action. De cette contradiction apparente naît la capacité d’étendre et de poser le regard avec une plus grande liberté. Ravetz poursuit en reprenant les constats de la psychanalyste Marion Milner pour arriver à la conclusion que le dessin comprend le toucher et le mouvement musculaire, couplé de la manipulation d’instruments comme la craie et le papier, qui n’est pas sans évoquer son enfance, époque pendant laquelle un apprentissage de l’existence d’autrui s’opère (p. 168). Cet état d’âme absent décrit auparavant par Ravetz reviendrait en quelque sorte à une perspective plus enfantine de la perception ou les frontières entre intérieur et extérieur sont floutées, où la créativité jaillie de manière plus organique.

8Les auteurs qui ont participé à cet ouvrage remettent au premier plan les apports de la pratique du dessin dans la discipline anthropologique. À travers les différents chapitres abordés il est possible de distinguer comment le dessin conjugue les savoir-faire, la culture matérielle, et l’observation. Le trait dessiné reste inachevé et en construction constante, comme s’il s’agissait du processus continu de la vie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pablo Arango Combariza, « Tim Ingold (dir.), Redrawing Anthropology: Materials, Movements, Lines »Parcours anthropologiques [En ligne], 18 | 2023, mis en ligne le 15 juin 2023, consulté le 24 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/pa/2441 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pa.2441

Haut de page

Auteur

Pablo Arango Combariza

Université Lumière Lyon 2, F-69500 Bron, France

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search