Skip to navigation – Site map

HomeIssues24Nécrologie de Marie-Roger Séronie...

Nécrologie de Marie-Roger Séronie-Vivien (1927-2013)

Paul Fernandes, André Morala, Alain Turq and Pierre-Yves Demars
p. 11-19

Full text

1C’est avec une très grande tristesse que nous avons appris le décès le 4 août dernier de Marie-Roger Séronie-Vivien. Né le 27 janvier 1927 à Bordeaux il a eu, à côté de Micheline son épouse durant 58 ans, de multiples centres d’intérêt mais surtout trois passions qu’il a assouvies et combinées à merveille : la Géologie, la Spéléologie et la Préhistoire. Dans chacun de ces domaines il fut un homme de terrain, un meneur d’hommes et un spécialiste reconnu.

2La Géologie, il en a fait son métier. Ses études lui permettent de débuter dans la vie professionnelle comme géologue prospecteur en Algérie (1950-1951) puis en France et de contribuer aux découvertes des champs pétroliers du Sahara et de Parentis. Sa volonté de poursuivre et d’enrichir sa formation lui donne la possibilité de devenir « chef géologue » de la Société Essorep, puis directeur, responsable de l’exploration pétrolière du groupe Exxon en France. Dans cette société, il occupe le poste d’« exploration manager » puis est nommé membre du Comité facultatif du Centre de recherches EXXON USA de Houston. En France, la reconnaissance de ses pairs lui a permis d’être membre extérieur du comité consultatif du CNRS en Géologie ainsi que du comité d’organisation du 26e Congrès Géologique International de Paris en 1980. Parallèlement, Marie-Roger Séronie-Vivien participa à des travaux cartographiques de grande ampleur dont l’atlas géologique du bassin d’Aquitaine, et contribua à travers de nombreuses études à l’amélioration de nos connaissances sur le Mésozoïque du Bassin aquitain en particulier en participant à la proposition d’une nouvelle échelle d’unités lithostratigraphiques. Tous ces résultats ont été publiés en anglais dans de nombreuses grandes revues.

3La Spéléologie, Marie-Roger la découvre dans les années quarante en explorant, analysant et publiant ses observations sur le karst de l’Entre-deux-Mers. A partir de 1948, avec la Société Spéléologique et Préhistorique de Bordeaux dont il est co-fondateur et dont il fut président pendant six ans, il explore les Pyrénées (principalement les Arbailles et la vallée d’Ossau) mais surtout le Quercy tout particulièrement dans la Braunhie (partie centrale du Causse de Gramat) qui sera son véritable jardin secret. Outre les innombrables travaux de prospections, explorations et désobstructions, il étudie la sédimentation en grotte, la spéléogénèse et le rôle de la fracturation dans la formation des grottes. Parallèlement, il assume de nombreuses responsabilités associatives comme la présidence du Comité Départemental de Spéléologie de la Gironde, de la Fédération des Sociétés spéléologiques du Sud-Ouest avant de devenir vice-président de la Société Spéléologique de France et être l’organisateur du 7è Congrès National de Spéléologie (Bordeaux 1966). Lors des camps de spéléologie, la Préhistoire, sa véritable vocation, n’est jamais très loin et dans ce cadre particulièrement favorable de nombreuses découvertes sont faites : grotte ornée de Sinhikole-Ko-Karbia à Camou-Sihigue (Pyrénées atlantiques), les gisements de La Bergerie, de Pégourié, la grotte du Sanglier et enfin le site de Pradayrol dans le Lot.

4La Préhistoire le passionne déjà en 1943 lorsqu’il crée avec des amis un club de préhistoire au sein du lycée Montaigne de Bordeaux. Elle ne cessera d’être, toute sa vie, son principal centre d’intérêt. Malgré son statut d’amateur qu’il revendiquait, Marie-Roger a eu dans ce domaine aussi une carrière que peuvent envier bien des professionnels. Pendant près de 70 ans il mène des recherches sur de nombreuses périodes et en divers endroits : les brèches ossifères comme à Lamothe à Cénac, les gravières de la basse vallée de la Dordogne, les sites en grotte quercynois sus-cités mais aussi celui de Bisqueytan à Saint-Quentin de Baron, les dolmens de Peyrehouate à Villenave et de Lamothe à Espiet (Gironde) et même aux Etats-Unis lors de la fouille du tumulus d’Angel Mound (Illinois). Tous ces chantiers, ouverts à tous, ont été l’occasion de faire partager ses connaissances et aussi d’initier à cette discipline de nombreux spéléologues et amateurs contribuant ainsi à la protection préventive de notre Patrimoine.

5La majeure partie de l’activité de terrain de Marie-Roger s‘est concentrée sur la commune de Caniac-du-Causse près de la maison des Places. C’est à partir de là, qu’avec ses amis, ses « fidèles » il a franchi tant de murs de pierres sèches pour visiter les grottes, les dolines et parcourir le Causse à la recherche de tumulus et de dolmens. Ces travaux ont donné lieu à de nombreux inventaires qui ont enrichi nos connaissances mais surtout la carte archéologique nationale. En une quarantaine d’années, cette région, au passé préhistorique mal connu, est devenue l’une des mieux documentées et son potentiel exceptionnel a été révélé. Tout s’articule autour des quatre grandes opérations de fouille qui ont été publiées et qui ont fait connaître les occupations protohistoriques comme par exemple celle de La Bergerie (fouillée de 1963 à 1966 et en 1997), montré la présence d’importantes stratigraphies du Paléolithique supérieur comme dans la grotte de Pégourié (de 1967 à 1988) et de l’Epipaléolithique et Mésolithique du Sanglier (de 1990 à 1995) mais aussi du Paléolithique moyen ancien et récent de Pradayrol (1998-2005) où fut découvert le plus ancien vestige humain du sud-ouest de la France. Nous devons également à Marie-Roger la monographie du site quercinois de Linars, commune de Rocamadour, ouvrage qui prend en compte les travaux réalisés au début du vingtième siècle par l’abbé Lémozi et ceux, plus récents, de M. Lorblanchet.

6Outre les importantes découvertes (voir ci-dessus) auxquelles doivent être ajoutés le contour découpé magdalénien de poisson de Bisqueytan et quelques sites qu’il gardait en réserve, sa contribution majeure est la méthode d’étude et de caractérisation des matières premières lithiques qu’il a développée. Cette dernière a ouvert la Préhistoire à deux nouveaux axes de recherche : l’économie des matériaux et l’étude des territoires. Elle a permis à de nombreux chercheurs regroupés autour de l’Université de Bordeaux de développer cette approche qu’il a soutenue, aidée par ses conseils, sa présence et celle de son épouse. Les personnes qui ont œuvré dans ce domaine n’oublient pas le Ve Flint symposium organisé avec M. Lenoir en 1987 à Bordeaux mais aussi la réunion informelle de La Mouthe (août 1982) et les diverses rencontres autour du silex du Bergerac (2003 et 2004). Ces dernières années, sa compétence unanimement reconnue lui a permis de fédérer les énergies autour de « ses disciples », pour qu’enfin aboutisse le projet de lithothèque interrégionale. Son départ ne lui a pas permis de voir se concrétiser ce projet qui lui était si cher. La rencontre de Lyon en 2010 aura été le point d’orgue de ce mouvement.

7Dans tous ces domaines, Marie-Roger n’a eu de cesse de transmettre son savoir, de publier ses résultats. Pour cela il s’est appuyé sur les revues des sociétés savantes au sein desquelles il s’est investi dans leur gestion associative, la Société Préhistorique Française dont il était membre à vie, la Société Linnéenne qu’il rejoint dès 1943 et dont il fut président en 1974-1975 et 1978-1979, la Société d’Anthropologie du Sud-Ouest, la Société Archéologique de Bordeaux sans oublier Préhistoire du Sud-Ouest (ex Préhistoire Quercynoise) dont il était président d’honneur. Cette grande activité mais aussi ses connaissances multiples l’ont amené à fédérer, sur Bordeaux, les sociétés savantes à travers un comité de liaison qui se transforma en 1979 en Union scientifique d’Aquitaine dont il fut cofondateur et, jusqu’en 1986, le premier président.

8La curiosité permanente qui l’a animé, l’a conduit sur bien d’autres chemins, celui des plantes comme en témoigne la publication de l’inventaire des tulipes de Gironde, celui des ruches et ruchers avec encore une fois la création d’une association et d’une revue Apistoria ou encore celui des gravures historiques d’une grotte lotoise découverte par un marcheur lotois.

9Comment résumer une vie si bien remplie ? Ce fut celle d’un homme possédant une connaissance encyclopédique, dans l’esprit des savants du XIXè siècle, un éternel curieux qui aimait les voyages, les réunions, les congrès et qui a passé sa vie à essayer de comprendre les modes de vie de nos ancêtres. Aux amis fidèles comme aux spéléologues, aux fouilleurs bénévoles, aux étudiants qui venaient le voir, il a su faire partager ses passions et il gardait en toute circonstance une grande réserve. Sa volonté était d’inculquer à tous le goût du questionnement, de la réflexion, de la rigueur scientifique mais aussi l’esprit d’équipe.

Top of page

Bibliography

Top of page

References

Bibliographical reference

Paul Fernandes, André Morala, Alain Turq and Pierre-Yves Demars, « Nécrologie de Marie-Roger Séronie-Vivien (1927-2013) », PALEO, 24 | 2013, 11-19.

Electronic reference

Paul Fernandes, André Morala, Alain Turq and Pierre-Yves Demars, « Nécrologie de Marie-Roger Séronie-Vivien (1927-2013) », PALEO [Online], 24 | 2013, Online since 17 April 2014, connection on 20 October 2020. URL : http://journals.openedition.org/paleo/2514 ; DOI : https://doi.org/10.4000/paleo.2514

Top of page

About the authors

Paul Fernandes

By this author

André Morala

By this author

Alain Turq

By this author

Pierre-Yves Demars

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search