Skip to navigation – Site map

Éditorial

Jean-Jacques Cleyet-Merle
p. 9-10

Full text

1Inutile de nier l’évidence, la livraison du numéro 27 de PALEO accuse un retard certain. Ce dernier est imputable à un accident du travail dont a été victime un rouage essentiel du secrétariat d’édition. Survenu au plus mauvais moment – en phase de bouclage –, ce problème, par nature imprévisible, retentit comme un signal d’alarme car il montre clairement la fragilité de la structure éditoriale d’une revue d’audience internationale.

2Son fonctionnement, sans faille notable depuis plus de dix ans après une jeunesse quelque peu tourmentée, n’est possible que grâce à l’engagement de chacun : d’une part, engagement professionnel du secrétariat, fort éloigné du cadre strict des statuts de la fonction publique et de surcroît réduit à un temps plein spécifiquement dédié à l’édition et, d’autre part, bénévolat quasi sacerdotal du comité éditorial, sans parler de celui des membres permanents ou occasionnels du comité de lecture.

3Le Musée national de Préhistoire, avec ses partenaires scientifiques institutionnels comme l’université de Bordeaux (PACEA), et le soutien de l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS mesure à chaque instant le rôle fondamental de PALEO dans la diffusion de la recherche. N’oublions pas non plus l’impact patrimonial très fort que l’on apprécie à l’aune des ensembles archéologiques entrant dans les collections publiques dès après leur publication. Dans ce sens, l’avenir de la revue constitue une de nos préoccupations majeures. Une cellule de réflexion vient d’être mise en place pour évaluer le fonctionnement actuel, définir le moyen terme et améliorer la lisibilité internationale. Quatre collègues (A. Averbouh, M. Langlais, A. Lenoble et B. Maureille) ont par ailleurs accepté de rejoindre le comité de rédaction après avoir été souvent sollicités dans le cadre du comité de lecture. Leur expérience sera déterminante.

4Ce nouveau numéro, riche d’une quinzaine de contributions, est particulièrement représentatif. Comme à son habitude, PALEO aborde des domaines variés en proposant un support de publication opérationnel pour, entre autres, communiquer les résultats de la recherche en fournissant au lecteur l’ensemble des données archéologiques disponibles, dans une optique monographique ou synthétique. C’est ce qui différencie notre revue d’autres célébrités davantage orientées vers « le buzz archéologique ». Au dire de nombreux chercheurs, c’est ce positionnement raisonné ainsi que la qualité du travail effectué pour finaliser chacun des articles, qui font son succès.

5On notera l’extension du champ géographique à la préhistoire d’Afrique du Nord et l’ouverture de nos colonnes à une collègue de Novossibirsk, reflet d’une collaboration scientifique franco-russe en pleine expansion : l’exposition « Le troisième Homme, préhistoire de l’Altaï », proposée en 2017 au Musée national de Préhistoire en est la vivante illustration.

6Pour conclure, sans vouloir minimiser cet incident de parcours qui entraîne la sortie du numéro 27 avec près d’un semestre de retard, remarquons en revanche la diffusion des actes du colloque international qui a eu lieu aux Eyzies en 2014 « L’art au quotidien - Objets ornés du Paléolithique supérieur », un « pavé » fort réussi de plus de 600 pages. 2017 verra, outre la parution du bulletin annuel, la finalisation de cinq suppléments, preuves d’une convalescence efficace et d’un dynamisme affirmé :

  • Les silicifications des bassins versants de la Dordogne et de la Vézère. Évaluation des ressources lithologiques (A. Morala) ;

  • Usages domestiques et symboliques du minéral au Gravettien final (Abri Pataud - Laugerie-Haute Est - Les Peyrugues) (L. Chiotti, A. Morala, R. Nespoulet) ;

  • Le Châtelperronnien de la grotte du Renne (Arcy-sur-Cure). Les fouilles d’André Leroi-Gourhan ;

  • L’Aquitaine à la fin des temps glaciaires. Les sociétés de la transition du Paléolithique final au début du Mésolithique dans l’espace nord aquitain (actes de la table ronde en hommage à G. Célérier, Les Eyzies juin 2015) ;

  • Monographie du site de la Grande Vallée.

7Plusieurs de ces suppléments sont déjà quasiment finalisés puisque les deux premiers doivent paraître en juillet/août 2017 et les trois autres, à l’automne.

8À terme, l’année 2018 se présente sous les meilleurs auspices, du moins au plan scientifique puisque le comité de rédaction a déjà été saisi de trois projets de monographies supplémentaires dont le financement, il est vrai, n’est pas encore bouclé, même si le MNP a prévu d’y participer. En effet, comme nous venons de l’évoquer, dans bien des cas, la publication est le prélude à la patrimonialisation des ensembles archéologiques impliqués dans la recherche.

Top of page

References

Bibliographical reference

Jean-Jacques Cleyet-Merle, « Éditorial », PALEO, 27 | 2016, 9-10.

Electronic reference

Jean-Jacques Cleyet-Merle, « Éditorial », PALEO [Online], 27 | 2016, Online since 01 June 2018, connection on 19 July 2018. URL : http://journals.openedition.org/paleo/3063

Top of page

About the author

Jean-Jacques Cleyet-Merle

By this author

Top of page