Skip to navigation – Site map

Objets de curiosité dans le site magdalénien d’Enval (Vic-le-Comte, Puy-de-Dôme, France)

Unusual items of the magdalenian site of Enval (Vic-le-Comte, Puy-de-Dôme, France)
Frédéric Surmely
p. 244-254

Abstracts

Surveys in 2016 and 2018 following the discovery of a new Magdalenian locus at the Enval site led to unsual items with no apparent functional use. Most items come from faraway regions. The pieces are varied in kind : fossiles, calcareous nodules, flints, geodes, old mousterian core, fibrolite's pebbles and probably a cave lion's tooth and rock cristal flakes.

Top of page

Full text

Je tiens à remercier M. Didier Moliard, qui a permis et favorisé les recherches dans sa propriété, en dépit de la gêne causée. Ma gratitude va aussi aux collègues qui ont fait les déterminations paléontologiques : Sandrine Costamagno (UMR 5608 Traces), Stéphane Madelaine (musée national de Préhistoire des Eyzies), Jean-François Tournepiche (musée d’Angoulême) et François Chevrier, ainsi qu’à Gerhard Bosinski et Laurent Chiotti pour leurs conseils.

Introduction

1Le site d’Enval-Moliard, découvert fortuitement à l’occasion de travaux d’aménagement, fait partie du vaste site d’habitat en abri-sous-roche situé dans le hameau actuel d’Enval, sur la commune de Vic-le-Comte, dans le centre du Val d’Allier (fig. 1).

Figure 1. Localisation du site sur la carte IGN au 1/25 000e.
Site’s location on IGN map (1/25.000).

Figure 1. Localisation du site sur la carte IGN au 1/25 000e.Site’s location on IGN map (1/25.000).

2Deux opérations de sondages ont été réalisées en 2016 et 2018, montrant la présence d’une importante séquence d’occupation stratifiée relative au Magdalénien moyen récent (Surmely et al. 2017 et sous presse ; fig. 2 et 3), qui semble liée à d’autres lieux de découverte situés sur la même ligne d’escarpement rocheux et notamment l’abri Durif, fouillé de 1969 à 1987 (Bourdelle et Merlet 1991 ; Surmely et al. 1997 ; Merlet et al. 2016 ; fig. 4).

Figure 2. Coupe stratigraphique sagittale, levée en 2016.
Stratigraphic sagittal section surveyed in 2016.

Figure 2. Coupe stratigraphique sagittale, levée en 2016.Stratigraphic sagittal section surveyed in 2016.

Figure 3. Détail de la coupe, montrant la richesse en éléments lithiques et osseux.
Detail of the section revealing the abundance of lithic and bone items.

Figure 3. Détail de la coupe, montrant la richesse en éléments lithiques et osseux.Detail of the section revealing the abundance of lithic and bone items.

Figure 4. Localisation des différents points de découverte de niveaux d’occupation du Magdalénien moyen au pied de l’escarpement rocheux d’Enval (trait rouge). 1 : abri Moliard ; 2 : abri Durif ; 3 : Enval 2.
Location of mid magdalenian discovery areas , at the foot of the rocky outcrop in Enval (red line) . 1 : Molliard shelter. 2 : Durif shelter : 3 : Enval 2.

Figure 4. Localisation des différents points de découverte de niveaux d’occupation du Magdalénien moyen au pied de l’escarpement rocheux d’Enval (trait rouge). 1 : abri Moliard ; 2 : abri Durif ; 3 : Enval 2.Location of mid magdalenian discovery areas , at the foot of the rocky outcrop in Enval (red line) . 1 : Molliard shelter. 2 : Durif shelter : 3 : Enval 2.

3D’après les datations radiocarbones et le mobilier lithique, les différents niveaux semblent s’inscrire dans un intervalle de temps assez restreint, ce qui correspond également au diagnostic réalisé sur la séquence sédimentaire de l’abri Durif (Surmely 2014 ; Merlet et al. 2016).

4Ces niveaux sont très riches en vestiges de toutes natures, lithiques et osseux qui témoignent de contacts, directs ou indirects avec des régions éloignées, comme le sud du Bassin parisien et sans doute les Alpes (Surmely et al. 2017 et sous presse).

5Outre des plaquettes gravées, le site a livré une large gamme d’objets de parure façonnés sur des dents, des coquillages fossiles, des nodules de lignite, dont une part est d’origine locale et une autre part d’origine lointaine (Surmely et al. 2017 et sous presse).

6Notre propos est ici consacré à des objets insolites ou objets de curiosité, dont l’utilisation pratique ou ornementale n’est pas évidente.

Les objets de curiosité, essai de définition

7Il s’agit d’objets naturels, non aménagés ou transformés par l’homme, qui semblent ne pas avoir eu d’utilisation pratique ou ornementale et qui auraient été collectés dans un but autre, qui reste à définir (Chiotti, Morala, Nespoulet 2018). Leur provenance peut être locale ou étrangère.

Fossiles

8Le site a livré de nombreux coquillages ou fragments de coquillages fossiles originaires de terrains jurassiques, crétacés ou miocènes qui sont absents de l’Auvergne. La provenance supposée est celle des faluns miocènes de Touraine où se rencontre l’ensemble de ces taxons. Certains d’entre eux, dont les coquilles de Natica, la Turitelle sont percés et ont donc servi d’éléments de parure, à l’instar des nombreuses dents percées retrouvées sur le site. L’existence ou non d’un trou de suspension est invérifiable sur les coquilles de bivalves, qui nous sont parvenues à l’état de petits fragments.

9En revanche, d’autres fossiles n’ont pas été percés et, qui plus est, ont une morphologie qui se prête mal à une utilisation comme bijoux suspendus ou accrochés à des vêtements. C’est sans doute le cas de Gryphaea arcuata (Jurassique inférieur ; US 100, n° 19 ; fig. 5-1). C’est une espèce très commune des faluns de Touraine, qui forme par endroit des bancs rocheux entiers (lumachelles). Le fossile ne porte pas de perforation visible, mais une petite incertitude subsiste, car la pièce n’est pas absolument entière.

Figure 5. 1 : fossile de Gryphaea arcuata. 2 : fossile de térébratule. 3 : rognon de silex avec un trou central naturel. 4 : nodule calcaire, comparé avec un objet semblable (AP 63-2-1964) découvert à l’abri Pataud, dans les niveaux protomagdaléniens (Chiotti et al. 2018). 5 : nodule de calcaire silicifié ou de silex.
1 : Gryphaea arcuata fossil. 2 : Terebratula fossil. 3 : Flint nodule with a natural central hole. 4 : Calcareous nodule, compared with a similar item (AP 63-2-1964) found in the protomagdalenian levels in the Pataud shelter (Chiotti et al., 2018). 5 : Nodule of silicified limestone or flint.

Figure 5. 1 : fossile de Gryphaea arcuata. 2 : fossile de térébratule. 3 : rognon de silex avec un trou central naturel. 4 : nodule calcaire, comparé avec un objet semblable (AP 63-2-1964) découvert à l’abri Pataud, dans les niveaux protomagdaléniens (Chiotti et al. 2018). 5 : nodule de calcaire silicifié ou de silex.1 : Gryphaea arcuata fossil. 2 : Terebratula fossil. 3 : Flint nodule with a natural central hole. 4 : Calcareous nodule, compared with a similar item (AP 63-2-1964) found in the protomagdalenian levels in the Pataud shelter (Chiotti et al., 2018). 5 : Nodule of silicified limestone or flint.

Photos F. Surmely.

10C’est indéniable en revanche dans le cas de la térébratule (C23, US 100, n° 21 ; fig. 5-2), dont la coquille est lisse, ovalaire et complète (poids : 6,3 g). Le relief du crochet, peu marqué et limité à une face de la coquille, ne peut pas suffire à assurer une fixation durable de la coquille. Il n’y a pas de perforation, ni aucune trace d’utilisation ou de frottement. Et la forme de l’objet ne permet pas une utilisation en tant que contenant.

11L’existence de tels coquillages non perforés et sans fonction définie n’est pas propre à Enval et a été observée sur d’autres sites magdaléniens, comme celui de la Garenne (Peschaux et al. 2016).

Rognons de silex et nodules calcaires

12Ils forment la catégorie la mieux représentés des objets de curiosité. Ces nodules, typiques des formations sédimentaires marines, sont totalement absents en Auvergne, y compris des alluvions anciennes de la Truyère et de l’Allier qui renferment seulement quelques galets roulés de silex jurassiques (« chailles »). Ils ont donc été transportés sur une distance minimale de 200 km (distance linéaire).

  • Petit rognon de silex allochtone poli naturellement d’origine alluviale (2016-US80-n° 20). Le trou est naturel. La pièce ne porte pas de trace d’aménagement ni d’usure, y compris au niveau de l’orifice central, mais l’orifice central a pu être utilisé pour la suspension (fig. 5-3).

  • Petit nodule calcaire plat (2018-US80) et sans trace d’utilisation (fig. 5-4). Sa longueur est de 6,4 cm et son poids de 10,6 g. Sa forme tourmentée évoque le profil d’un animal. La pièce est à rapprocher d’un objet découvert dans les niveaux protomagdaléniens de l’abri Pataud (Chiotti et al. 2018). Dans le cas de la pièce de l’abri Pataud, il y a eu un aménagement : « fragment de calcaire naturellement roulé qui a été légèrement aménagé afin de suggérer une vague forme animale » (Movius 1977 ; cité in Chiotti, Morala, Nespoulet 2018). 

  • Nodule aplati de calcaire silicifié marin, ou silex, de forme oblongue et courbe, sans trace d’utilisation ni de fixation (2016-US80-n° 24 ; fig. 5-5). Il fait 7,6 cm de longueur et pèse 13,4 g. La forme peut évoquer une silhouette féminine, ce qui permet peut-être de la rapprocher représentations schématiques de la femme bien connues au Magdalénien moyen et supérieur (FFS = figures féminines schématiques ; Bosinski 2011 ; Delluc et Delluc 1995). G. Bosinski et G. Delluc, qui ont pu examiner la pièce sur photo, n’ont pas d’opinion à ce sujet.

  • Fragment de nodule calcaire du type précédent (fig. 6-1)

  • Très petit nodule de silex, ressemblant au précédent, mais plus petit (2 x 1,5 x 0,4 cm ; 0,8 g) et sans trou (fig. 6-2).

  • Petit nodule lithique, très roulé, de forme mamelonnée, d’origine alluviale (cours d’eau aérien ou souterrain) (2,2 x 1,4 x 1 cm, 2,5 g ; fig. 6-3).

  • Rognon de silex marin allongé en forme de virgule, sans trace de perforation (2016-HS-n° 32). La pièce est de petite taille, n’est pas utilisable pour la taille, mais pèse quand même 28 g et fait 4,5 cm de longueur (fig. 6-4).

  • Rognon de silex marin de forme presque parfaitement sphérique (2018-US80-A33 ; fig. 6-5), d’un diamètre de 3,8 cm. Il n’a pas eu de rôle fonctionnel (percuteur, broyon…), car il ne porte aucun stigmate de percussion ou de friction et présente une petite excroissance siliceuse intacte (cercle rouge sur la figure). De tels rognons circulaires sont communs sur les terrains crayeux de la basse vallée du Cher (fig. 7), secteurs d’où proviennent également une grande partie des matières premières lithiques utilisées pour l’outillage.

Figure 6. 1 à 3 : Nodules de calcaire silicifié. 4 et 5 : rognons de silex marin. 6 et 7 : nodules de goethite, présentant des traces de raclage (indiquées par le cercle rouge sur la pièce n° 7). 8 : fragment de géode de quartz.
1 to 3 : Silicified limestone nodules. 4 and 5 :  marine flint nodule. 6 and 7 : Goethite fragment showing traces of scraping (determined by the red circle on the item n° 7). 8 : quartz fragment.

Figure 6. 1 à 3 : Nodules de calcaire silicifié. 4 et 5 : rognons de silex marin. 6 et 7 : nodules de goethite, présentant des traces de raclage (indiquées par le cercle rouge sur la pièce n° 7). 8 : fragment de géode de quartz.1 to 3 : Silicified limestone nodules. 4 and 5 :  marine flint nodule. 6 and 7 : Goethite fragment showing traces of scraping (determined by the red circle on the item n° 7). 8 : quartz fragment.

Photos F. Surmely.

Figure 7. Rognon de silex découvert dans l’abri d’Enval-Moliard et deux rognons identiques provenant des argiles de décalcification turoniennes de Lye (Indre, ramassage F. Surmely).
Flint nodule found in the Enval (Molliard shelter) and two identical ones nodules originating from the Turonian clays of Lye ( Indre region ,collected by F. Surmely).

Figure 7. Rognon de silex découvert dans l’abri d’Enval-Moliard et deux rognons identiques provenant des argiles de décalcification turoniennes de Lye (Indre, ramassage F. Surmely).Flint nodule found in the Enval (Molliard shelter) and two identical ones nodules originating from the Turonian clays of Lye ( Indre region ,collected by F. Surmely).

Photos F. Surmely.

13Cet objet nous paraît particulièrement intéressant et significatif. En effet, il s’agit d’une pièce extrêmement banale dans les secteurs géographiques d’où elle provient. De plus, elle est assez lourde (81,1 g). En dépit de cela, elle a été transportée sur plus de 200 km, sans pour autant avoir un rôle fonctionnel discernable.

  • Nodule de goethite (2018-US80 ; fig. 6-6), de 21 g, présentant des traces de raclage et d’enlèvement de matière sur une face et une arête. Sa fonction utilitaire primaire est discutable, c’est pourquoi nous l’incluons parmi les possibles objets collectés sans but fonctionnel. Ce type de nodule est inconnu en Auvergne, mais il est commun dans les alluvions ou rivières souterraines des régions au sous-sol calcaire marin. Un des gîtes les plus remarquables est d’ailleurs localisé à Chaillac, dans l’Indre (Baillargeat 1981).

  • Petit nodule de goethite (2018-US80 ; fig. 6-7), semblable au précédent, portant les traces d’une altération fluviale, aérienne ou souterraine (rivière souterraine). Ses dimensions sont de 4 x 2,5 x 1 cm et son poids 12,5 g. Le petit bloc porte des traces peu marquées de raclage, sur une plage restreinte (cercle rouge sur la photo) qui semblent insuffisantes pour lui attribuer un rôle véritablement fonctionnel (production de poudre de colorant noir).

Géodes

14Les géodes, quand elles sont grandes, ont pu constituer des contenants pour des matières diverses, liées à l’éclairage, à la parure, à la décoration. Les deux objets venant d’Enval paraissent un peu petits pour ces usages (même si l’un est fragmentaire) et ne portent aucune trace macroscopique d’utilisation. Nous les assimilons donc à des objets de curiosité, en raison de leur aspect et de leur couleur singuliers. Il s’agit très probablement de géodes de quartz et non de calcite, mais nous n’avons pas cherché à vérifier ce point. Leur provenance est difficile à déterminer, mais elle n’est assurément pas locale. Nous aurions tendance à leur donner la même origine que les fragments de quartz hyalin décrits plus loin.

  • Fragment de géode de quartz (2018-US80), sans trace d’utilisation (fig. 8-1). L’objet pèse 16 g et mesure 4,1 x 3,2 x 2,5 cm..

  • Fragment de géode de même nature, nettement plus volumineux (7,2 x 4,7 x 2 cm ; 70,3 g), également sans trace (fig. 8-3). La concavité interne est plus marquée. L’objet est imprégné d’oxydes de fer.

Figure 8. 1 et 3 : géodes de quartz. 2 : carnassière de lion des cavernes. 4 : petit galet de fibrolite.
1 and 3 : Quartz geodes. 2 : Cave lions carnatial tooth. 4 : fibrolite pebble.

Figure 8. 1 et 3 : géodes de quartz. 2 : carnassière de lion des cavernes. 4 : petit galet de fibrolite.1 and 3 : Quartz geodes. 2 : Cave lions carnatial tooth. 4 : fibrolite pebble.

La figure 8 ci-dessus est la version rectifiée de la figure 8 de la version papier, erronée (du fait de l’auteur).

Photos F. Surmely.

Les dents isolées

15Comme nous l’avons dit plus haut, le site a livré de nombreuses dents, pour la plupart percées et à la racine tronquée, qui proviennent de plusieurs animaux différents (renne, cheval, boviné, cerf, bouquetin, renard).

16Une place particulière nous semble à réserver à une carnassière de lion de caverne. La dent nous est parvenue à l’état de fragment, mais elle paraît ne pas avoir été perforée (fig. 8-2). Cet élément isolé, appartenant à un animal peu représenté dans les spectres fauniques du Pléistocène supérieur et encore moins dans les sites d’habitat (Fosse et al. 2017), absent de l’ensemble des séries fauniques découvertes à ce jour sur tous les locus d’Enval, pourrait, lui aussi, correspondre à un objet de parure ou de collection. Elle pourrait alors être rapprochée des deux molaires de mammouth appartenant à deux individus différents, découvertes dans l’abri Durif (fig. 9-4).

Figure 9. 1 : galet de fibrolite découvert en 2011 dans l’abri Durif voisin (sondage F. Surmely). 2 : nucléus Levallois centripète moustérien. 3 : éclats de cristal de roche (quartz hyalin). 4 : molaire de mammouth (abri Durif).
1: Fibrolite rock found in the neighbouring Durif shelter in 2011. 2: Levallois centripetal core. 3: Rock cristal flakes (Hyaline quartz). 4 : mammoth’s molar (Durif rock shelter).

Figure 9. 1 : galet de fibrolite découvert en 2011 dans l’abri Durif voisin (sondage F. Surmely). 2 : nucléus Levallois centripète moustérien. 3 : éclats de cristal de roche (quartz hyalin). 4 : molaire de mammouth (abri Durif).1: Fibrolite rock found in the neighbouring Durif shelter in 2011. 2: Levallois centripetal core. 3: Rock cristal flakes (Hyaline quartz). 4 : mammoth’s molar (Durif rock shelter).

Photos F. Surmely

Vieux silex taillés

17Le sondage de 2018 a livré un nucléus Levallois récurrent centripète (identification confirmée par J.-F. Pasty ; fig. 9-1). Il s’agit très probablement d’un artefact moustérien, en silex tertiaire, collecté sur une station des alentours, car aucun autre objet de cette civilisation n’a pas découvert sur le site. Les plus proches connues se trouvent à quelques kilomètres (Laps et à Mirefleurs). Il n’y a pas de trace de reprise de l’exploitation du nucléus au Magdalénien, ou d’utilisation (différence de patines), et l’hypothèse d’une récupération de la pièce à des fins fonctionnelles est donc peu plausible.

Galets de fibrolite

18De nombreux galets de taille moyenne à grande ont été découverts dans le site. Les hommes les ont trouvés dans les alluvions de l’Allier, à quelques kilomètres du site d’Enval. Pour la plupart brisés, ils ont probablement servi à des actions de percussion, ou bien comme pierres chauffantes et en portent des stigmates visibles.

19Une pièce se singularise à la fois par sa taille et sa nature pétrographique. Il s’agit d’un nodule aplati de toute petite taille, qui n’a pas pu être utilisé pour les usages cités plus haut du fait de ses dimensions réduites (1,8 x 1,5 x 1 cm ; 4,1 g) et qui est composé de fibrolite. Cette roche est faite de fibres minérales (sillimanite) entrecroisées qui lui donnent son aspect bigarré et nacré (fig. 8-4). Les galets de fibrolite sont assez rares dans les alluvions de l’Allier et la collecte de ce type de nodule témoigne assurément d’un choix manifeste. Ils ont été recherchés au Néolithique pour servir de base à la fabrication de haches et de ciseaux (Guiavarc’h et Querré 2012 ; Surmely 2017). Mais il est fréquent de découvrir sur les sites néolithiques des galets non transformés, qui pourraient correspondre à des objets à but non fonctionnel. Il faut signaler qu’un autre galet de fibrolite a été découvert par nous-même lors d’un sondage dans le locus voisin de l’abri Durif (fig. 9-2).

Cristal de roche (quartz hyalin)

20Les différents niveaux du site ont livré une dizaine de pièces en quartz hyalin parfaitement translucide , dont l’origine est assurément extérieure à la région (probablement les Alpes), comme nous l’avons déjà écrit (Surmely et al. sous presse).

21Le cristal de roche a-t-il sa place dans cet inventaire des objets de curiosité, ou bien doit-il être considéré comme une simple composante des matières premières de l’industrie lithique ? Nous pensons, comme S. Hinguant (Hinguant et al. 2012) à propos des artefacts retrouvés dans la grotte Rochefort, que la question doit être posée. La plupart sont de petites esquilles. Il y a un éclat qui porte des traces de retouche (fig. 9-3).

Interprétations, hypothèse et conclusion

22Nombre de sites préhistoriques, appartenant au Paléolithique moyen et supérieur, ont livré des objets de nature minérale qui ont été récoltés par les hommes mais semblent ne pas avoir été utilisés ou, du moins, ne portent pas de traces visibles d’utilisation (Monnier et al. 2005 ; Moncel et al. 2009 ; Chiotti, Morala, Nespoulet 2018). Ils sont de type divers : galets, cristaux, géodes, fossiles, vieux silex taillés… Ainsi, « un fragment de tige d’encrine, un fossile d’ammonite, et un fossile de bélemnite » ont été retrouvées dans les séries du Paléolithique supérieur de la vallée de l’Erve (Monnier et al. 2005). Dans le Gravettien final des sites de Pataud, Laugerie-Haute-Est et les Peyrugues, « les objets collectés ne portant aucune trace de modification anthropique représentent 15,5 % des matériaux lithiques hors silex » (Chiotti, Morala, Nespoulet 2018). Ces pièces ont été récoltées pour leur forme ou leur aspect singulier, esthétique et/ou évocateur. Comme elles n’ont pas été transformées, elles sont parfois difficiles à différencier des objets présents à l’état naturel. C’est le cas par exemple de certains fossiles retrouvés à Laugerie-Haute et Pataud, qui proviennent du calcaire encaissant. Il est enfin très probable que des pièces de nature organique ont fait l’objet de collectes identiques, mais ces objets ne se sont pas conservés.

23Dans le lot, il y a probablement des objets qui étaient destinés à être transformés ultérieurement, notamment en parures. C’est le cas des dents non percées, peut-être de certains petits coquillages (Peschaux et al. 2015 ; Peschaux 2017). Mais cette explication semble peu recevable quand il s’agit d’objets à la forme peu propice à un usage fonctionnel ou bien de tous les objets d’une même catégorie (cas à Enval des géodes).

24Ces objets singuliers, collectés dans un but non utilitaire, peuvent donc être considérés comme des objets de collection, ramassés par des individus adultes ou des enfants. Nous avons tous glané, à des âges divers, des morceaux de bois aux formes tourmentées, de beaux coquillages ou de jolis galets sur les plages. On serait donc tenté de leur accorder une place secondaire, loin derrière les objets façonnés et fonctionnels comme les bijoux, les parures diverses, les outils de silex… La banalité de ce comportement est renforcée par le fait que dans bien des sites, les objets collectés sont le plus souvent d’origine locale ou sub-locale (Chiotti, Morala, Nespoulet 2018).

25Dans le cas d’Enval, ces objets prennent une autre dimension quand on considère leur origine géographique. Dans la grande majorité des cas, une distance de plus de 200 km sépare en effet les lieux de ramassage de l’endroit où ils ont été abandonnés. Ces pièces présumées « banales » ont donc été transportées sur de longues distances, ce qui traduit assurément l’importance que leur accordaient les Magdaléniens, même si souvent les « curiosae » devaient voyager avec d’autres biens et notamment des matières premières pour la taille. C’était sans doute le cas des coquillages et fossiles qui proviennent de régions (Touraine, Berry) d’où est issue également une part importante des silex utilisés sur le site (Surmely et al. 2008 ; Surmely 2014 ; Surmely et al. 2017 et sous presse). Cela indique deux choses. La première est la valeur très probablement symbolique qu’avaient ces petits objets, conclusion à laquelle arrivent également les chercheurs ayant étudié les objets de curiosité du Gravettien final de Dordogne (Chiotti, Morala, Nespoulet 2018). La seconde est la facilité avec laquelle ils circulaient sur des distances considérables, en dépit de leur poids non négligeable. Cette mobilité est une nouvelle confirmation de l’existence de réseaux de circulation à longue distance dans le monde magdalénien.

26En conclusion, ces objets non transformés, qui peuvent nous apparaître parfois assez banals et moins intéressants que les parures et les supports d’art mobilier, méritent, à notre sens, une grande considération car ce sont de bons révélateurs du comportement des hommes du Paléolithique supérieur.

Top of page

Bibliography

BALLARGEAT Ch. 1981 - La Goethite de Chaillac (Indre). Monde et Minéraux, 42, p. 4-7.

BOSINSKI G. 2011 - Femmes sans tête. Une icône culturelle dans l’Europe de la fin de l’époque glaciaire. Errance, Paris, 232 p.

BOURDELLE Y. 1987 - Rapport de synthèse des fouilles d’Enval de 1969 à 1987. Direction des Antiquités d’Auvergne, dact.

BOURDELLE Y., MERLET J.-C. 1991 - Le site d’Enval, commune de Vic-le-Comte (Puy-de-Dôme). Bulletin de la Société préhistorique française, 88, p. 109-113.

CHIOTTI L., MORALA A., NESPOULET R. 2018 - Usages domestiques et symboliques du minéral au Gravettien final. Paleo, n° spécial, 212 p.

DELLUC B. et DELLUC G. 1995 - Les figures féminines schématiques du Périgord. L’Anthropologie, 99, p. 236-257.

FOSSE Ph., MADELEINE S., OBERLIN Ch., CRETIN C., BONNET-JACQUEMENT P. 2017 - Un lion des cavernes (Panthera Leo Spelaea), exploité au Dryas récent : les données du gisement du Peyrat (Saint-Rabier, Dordogne, France). Paleo, 28, p. 91-115.

GUIAVARC’H M., QUERRÉ G. 2012 - La fibrolite du Massif armoricain. État des recherches sur les gisements et la caractérisation des haches polies néolithiques, In : MARCHAND G. et QUERRE G. (éd.), Roches et sociétés de la Préhistoire. Entre massifs cristallins et bassins sédimentaires. Actes du colloque international « Roches et Sociétés de la Préhistoire », Rennes, 2010, p. 291-306

HINGUANT S., BIARD M. et TSOBGOU R. 2012 - Les matières premières lithiques du Solutréen de la vallée de l’Erve (Mayenne). In : MARCHAND G. et QUERRÉ G. (éd.), Roches et sociétés de la Préhistoire. Entre massifs cristallins et bassins sédimentaires. Actes du colloque international « Roches et Sociétés de la Préhistoire », Rennes, 2010, p. 423-440.

LECOINTRE P. 1908 – Les faluns de Touraine, Tours, 126 p.

MERLET J.-C., PLASSARD F. et CHAUVIÈRE F.-X. 2016 - L’art mobilier et la parure du gisement magdalénien d’Enval (Vic-le-Comte, Puy-de-Dôme) », In : CLEYET-MERLE J.-J., GENESTE J.-M. et MAN-ESTIER E. (dir.). L’art au quotidien. Objets ornés du Paléolithique supérieur. Paleo, p. 401-423.

MONNIER J.-L., HINGUANT S., PIGEAUD R., ARELLANO A., MÉLARD N., MERLE D., MOLINES N., MOULLÉ P.-E. 2005 - Art mobilier et parures sur matières dures animales : collections anciennes et découvertes récentes dans le Paléolithique supérieure de la vallée de l’Erve (Mayenne). In : DUJARDIN V. (éd.) - Industrie osseuse et parures du Solutréen au Magdalénien en Europe, Société préhistorique française, 39, p. 101-121

MONCEL M.-H. et FROHLICH F. (éds.) 2009 - L’Homme et le précieux. Matières minérales précieuses de la Préhistoire à nos jours, British Archaeological Report Serie Internationale, British Archaeological Report, S 1934, 314 p.

MOVIUS H. L. Jr. 1977 – Excavation of the abri Pataud, Les Eyzies (Dordogne): Stratigraphy, American School of Prehistoric Research, Peabody Museum, Harvard University, Cambridge, Massachusetts, Bulletin n° 31, 167 p.

PESCHAUX C. 2017 - La parure des sociétés du Dernier Maximum Glaciaire. Évolution des pratiques et traditions ornementales entre la fin du Solutréen, le Badegoulien et le début du Magdalénien dans les Bassins parisien, ligérien et aquitain, thèse de Doctorat, université de Paris 1, 296 p.

PESCHAUX C., CHAUVIÈRE F.-X., TYMULA S. 2016 - La parure de la Garenne (Saint-Marcel, Indre) et les traditions de l’ornementation corporelle du début du magdalénien moyen. In : BOURDIER C. et al. (dirs.) - L’essor du Magdalénien. Aspects culturels, symboliques et techniques des faciès à navettes et à Lussac-Angles. Société Préhistorique Française, p. 73-85.

PESCHAUX C., PORTIER J.-M., ROUFFET M. 2015 - Foss’île-de-France. Les coquillages fossiles dans la parure préhistorique. Paris, 118 p.

SURMELY F. 2014 – Rapport final sur le programme de recherches sur le site magdalénien d’Enval. Service régional de l’archéologie d’Auvergne, Clermont-Ferrand, 77 p., dact.

SURMELY F. 2017 - Les haches polies de la collection Courmier à Parent (Puy-de-Dôme). Bulletin de la SERPE, n° 66, p. 1-10.

SURMELY F., BOUDON P., PIN Ch., BRIOT D. 2008 - La diffusion des silex crétacés dans le centre du Massif central durant la préhistoire (Paléolithique, Mésolithique, Néolithique). Paleo, 20, p. 115-144.

SURMELY F., COSTAMAGNO S., FRANKLIN J., HAYS M. 2017 - Découverte d’un nouveau gisement du Magdalénien moyen à Enval (Vic-le-Comte, Puy-de-Dôme), B.S.P.F., 114, 1, p. 173-176.

SURMELY F., COSTAMAGNO S., FRANKLIN J., ANGEVIN R. sous presse - Circulation à longue distance des matières premières lithiques et des objets de parure au Magdalénien moyen en Auvergne. In : DESCHAMPS M., COSTAMAGNO S. et MILCENT P.-Y. - Circulations montagnardes d’hommes et de biens. Ed.du CTHS.

SURMELY F., FONTANA L., LIABEUF R., BOURDELLE Y. 1997 - Nouveaux éléments apportés à l’étude du site d’Enval et du peuplement magdalénien en Limagne. B.S.P.F., 94, 2, p. 172-181.

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1. Localisation du site sur la carte IGN au 1/25 000e.Site’s location on IGN map (1/25.000).
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/4823/img-1.jpg
File image/jpeg, 948k
Title Figure 2. Coupe stratigraphique sagittale, levée en 2016.Stratigraphic sagittal section surveyed in 2016.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/4823/img-2.jpg
File image/jpeg, 248k
Title Figure 3. Détail de la coupe, montrant la richesse en éléments lithiques et osseux.Detail of the section revealing the abundance of lithic and bone items.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/4823/img-3.jpg
File image/jpeg, 1.1M
Title Figure 4. Localisation des différents points de découverte de niveaux d’occupation du Magdalénien moyen au pied de l’escarpement rocheux d’Enval (trait rouge). 1 : abri Moliard ; 2 : abri Durif ; 3 : Enval 2.Location of mid magdalenian discovery areas , at the foot of the rocky outcrop in Enval (red line) . 1 : Molliard shelter. 2 : Durif shelter : 3 : Enval 2.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/4823/img-4.jpg
File image/jpeg, 364k
Title Figure 5. 1 : fossile de Gryphaea arcuata. 2 : fossile de térébratule. 3 : rognon de silex avec un trou central naturel. 4 : nodule calcaire, comparé avec un objet semblable (AP 63-2-1964) découvert à l’abri Pataud, dans les niveaux protomagdaléniens (Chiotti et al. 2018). 5 : nodule de calcaire silicifié ou de silex.1 : Gryphaea arcuata fossil. 2 : Terebratula fossil. 3 : Flint nodule with a natural central hole. 4 : Calcareous nodule, compared with a similar item (AP 63-2-1964) found in the protomagdalenian levels in the Pataud shelter (Chiotti et al., 2018). 5 : Nodule of silicified limestone or flint.
Credits Photos F. Surmely.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/4823/img-5.jpg
File image/jpeg, 668k
Title Figure 6. 1 à 3 : Nodules de calcaire silicifié. 4 et 5 : rognons de silex marin. 6 et 7 : nodules de goethite, présentant des traces de raclage (indiquées par le cercle rouge sur la pièce n° 7). 8 : fragment de géode de quartz.1 to 3 : Silicified limestone nodules. 4 and 5 :  marine flint nodule. 6 and 7 : Goethite fragment showing traces of scraping (determined by the red circle on the item n° 7). 8 : quartz fragment.
Credits Photos F. Surmely.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/4823/img-6.jpg
File image/jpeg, 672k
Title Figure 7. Rognon de silex découvert dans l’abri d’Enval-Moliard et deux rognons identiques provenant des argiles de décalcification turoniennes de Lye (Indre, ramassage F. Surmely).Flint nodule found in the Enval (Molliard shelter) and two identical ones nodules originating from the Turonian clays of Lye ( Indre region ,collected by F. Surmely).
Credits Photos F. Surmely.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/4823/img-7.jpg
File image/jpeg, 340k
Title Figure 8. 1 et 3 : géodes de quartz. 2 : carnassière de lion des cavernes. 4 : petit galet de fibrolite.1 and 3 : Quartz geodes. 2 : Cave lions carnatial tooth. 4 : fibrolite pebble.
Caption La figure 8 ci-dessus est la version rectifiée de la figure 8 de la version papier, erronée (du fait de l’auteur).
Credits Photos F. Surmely.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/4823/img-8.png
File image/png, 1.0M
Title Figure 9. 1 : galet de fibrolite découvert en 2011 dans l’abri Durif voisin (sondage F. Surmely). 2 : nucléus Levallois centripète moustérien. 3 : éclats de cristal de roche (quartz hyalin). 4 : molaire de mammouth (abri Durif).1: Fibrolite rock found in the neighbouring Durif shelter in 2011. 2: Levallois centripetal core. 3: Rock cristal flakes (Hyaline quartz). 4 : mammoth’s molar (Durif rock shelter).
Credits Photos F. Surmely
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/4823/img-9.jpg
File image/jpeg, 206k
Top of page

References

Bibliographical reference

Frédéric Surmely, « Objets de curiosité dans le site magdalénien d’Enval (Vic-le-Comte, Puy-de-Dôme, France) », PALEO, 30-1 | 2019, 244-254.

Electronic reference

Frédéric Surmely, « Objets de curiosité dans le site magdalénien d’Enval (Vic-le-Comte, Puy-de-Dôme, France) », PALEO [Online], 30-1 | 2019, Online since 29 May 2020, connection on 14 July 2020. URL : http://journals.openedition.org/paleo/4823 ; DOI : https://doi.org/10.4000/paleo.4823

Top of page

About the author

Frédéric Surmely

Direction régionale des Affaires culturelles, Service régional d’Archéologie, Hôtel de Chazerat, 4, rue Blaise Pascal, FR-63010 Clermont-Ferrand cedex 1 ; UMR 6042 du CNRS - surmely.frederic[at]wanadoo.fr

By this author

Top of page