Skip to navigation – Site map

HomeIssues30-2Bouquetins et tracés : nouvelles ...

Bouquetins et tracés : nouvelles lectures de blocs gravés du Colombier II (Ardèche, France)

Ibex and tracings: new readings of engraved blocks from Le Colombier II (Ardèche, France)
Romain Pigeaud
p. 250-261

Abstracts

This short note aims to point out little known or unpublished objects from the Ardèche region Magdalenian to the scientific community. They were discovered by Gérard Onoratini who excavated Le Colombier II rock shelter between 1990 and 1994. In particular, we are reproducing here the tracing of two ibexes. In our view, the finish of their coat and horns deserves to be integrated in style inventories in future studies carried out by others. The presence of a ball-shaped hoof is a surprising style convention for this period and this geographical area. Once again, it reminds us of the fragility of style analyses based on statistical inventory of easily replicable graphic conventions, without taking into account the context nor the time of their making.

Top of page

Full text

Je remercie Pierre-Élie Moullé et Gérard Onoratini de m’avoir permis d’étudier ces blocs et d’avoir pu relever des gravures aussi élaborées. Ce fut une expérience irremplaçable. Je remercie également Bernard Gély, Marc Azéma et Françoise Prudhomme de m’avoir permis de lire leur article en avant-première, et Aline Averbouh et Valérie Feruglio, pour l’avoir autorisé, alors que l’article est sous presse. Un grand merci également à Florian Berrouet et Estelle Bougard, qui ont bien voulu relire ce texte et le traduire, ainsi qu’à Alice Redou pour avoir détouré les images. Merci également à Christine Boussat pour son travail, sa rigueur et sa patience tout au long de ces années.

  • 1 Oncle de mon épouse, frère de Gérard Claron, le codécouvreur des gravures de la grotte du Colombier

À Charlie Claron dit « Tito », l’un des premiers explorateurs de la grotte du Colombier1
À Jean Combier, emporté par la covid-19

Introduction

1En 2010, j’ai été sollicité par Pierre-Élie Moullé, responsable du musée de Préhistoire régionale de Menton (Alpes-Maritimes), afin d’assister Gérard Onoratini dans la réalisation d’une publication monographique de l’abri du Colombier (Vallon-Pont-d’Arc, Ardèche), dit aussi Le Colombier II. Il s’agissait, avant qu’elles ne soient restituées au propriétaire du site, d’étudier les pierres gravées, dont deux, celles aux bouquetins, avaient déjà été relevées et, pour l’une d’entre elles, publiée (Onoratini et al. 1992) (fig. 1). Gérard Onoratini m’avait demandé de refaire les relevés et d’effectuer ceux des autres pierres. Je me suis donc rendu en novembre 2010 dans les réserves du musée, où ces objets (huit en tout, dont six seulement étaient gravés) étaient provisoirement conservés, pour les observer et les étudier.

Figure 1. Bouquetin de la couche 15B découvert lors des fouilles de G. Onoratini. Le Colombier II (relevé Onoratini, Combier, Ayrolles. Dessin A. Raux). D’après Onoratini et al. 1992.
Ibex from layer 15B discovered in the excavations by G. Onoratini. Le Colombier II (tracing Onoratini, Combier, Ayrolles. Drawing A. Raux). After Onoratini et al. 1992.

Figure 1. Bouquetin de la couche 15B découvert lors des fouilles de G. Onoratini. Le Colombier II (relevé Onoratini, Combier, Ayrolles. Dessin A. Raux). D’après Onoratini et al. 1992.Ibex from layer 15B discovered in the excavations by G. Onoratini. Le Colombier II (tracing Onoratini, Combier, Ayrolles. Drawing A. Raux). After Onoratini et al. 1992.
  • 2 Signalons cependant une thèse récente : L’abri du Colombier II (Vallon-Pont-d’Arc, Ardèche, France) (...)

2L’âge venant, je souhaite ici publier le résultat de cette étude, restée préliminaire2. En effet, il aurait fallu une étude pétrographique ainsi qu’une analyse tracéologique, qui n’était pas possible à cette époque, dans le temps imparti et avec les moyens dont nous disposions. Il m’a semblé pourtant intéressant de fournir à la communauté scientifique des éléments qui pourront rentrer dans des inventaires plus généraux et servir à mieux caractériser l’art magdalénien de l’Ardèche. J’ai conscience que cela pourra être décevant pour certains, qui auraient préféré que ce travail soit l’occasion d’une synthèse sur la représentation du bouquetin en Ardèche magdalénienne. Mais outre que ce travail a déjà été fait par Michel Martin (2010), dont je ne partage cependant pas toutes les conclusions comme nous le verrons infra, il ne m’est pas possible d’attendre, pour des raisons personnelles, qu’un travail interdisciplinaire se mette en place pour apporter enfin toutes les informations nécessaires sur les sites du Colombier. J’espère juste apporter ma modeste contribution, et corriger certaines représentations, de mon point de vue incomplètes ou erronées, qui continuent à être reproduites ici et là.

Historique des recherches

3Situé à l’aplomb de l’entrée de la grotte du Colombier I, cet « abri », en fait une petite grotte (fig. 2), a été fouillé par A. Héritier de 1955 à 1960 (Héritier 1959 ; Crémilleux, Livache 1979) sur une surface de 14 m2. Six niveaux aziliens reposant sur du Magdalénien final ont été identifiés (Combier 1967 - p. 323-346). Des blocs portant des gravures ont alors été ramassés dans le remplissage, dont l’un montrait « la figuration probable d’une tête de bouquetin » (Combier et al. 2004 - p. 622). Bien que retrouvés sur le niveau azilien inférieur, il pourrait s’agir, selon Jean Combier (1967 - p. 342, n° 14), de « décombres d’une décoration pariétale antérieure, magdalénienne ». À la suite de fouilles clandestines, de nouvelles recherches ont été menées par Pierre Ayrolles de 1972 à 1976, qui découvrit le fameux panneau gravé aux bouquetins (Combier et al. op. cit. ; Martin et al. 2004). D’autres blocs ont été récupérés lors de la campagne de recherches de 1981 (Combier et al. op. cit. - p. 622). De 1990 à 1994, Gérard Onoratini, lors de nouvelles fouilles (fig. 3), a identifié quatre niveaux magdaléniens « dont un [éboulis cryoclastique qui] contenait un fragment de paroi gravé (fig. 1), interstratifié entre des foyers, ce qui permet d’en proposer une datation absolue » (Onoratini et al. 1992 - p. 406). De fait, les datations obtenues en 1988 et 1991, à la demande de Pierre Ayrolles et Gérard Onoratini, sont les suivantes (Onoratini et al. 1992 - p. 409) :

Couche 13 :
12 150 + 240 BP (Ly 4811) (Magdalénien terminal)

Couche 15A (partie supérieure de l’éboulis contenant la gravure) :
11 460 + 310 BP (Gif 8717) (Magdalénien supérieur)

Couche 16 :
12 660 + 660 BP (Ly 5291) (Magdalénien supérieur)

Couche 17 :
14 480 + 360 BP (Ly 5292) (Magdalénien supérieur)
13 280 + 110 BP (Utrecht, UtC 1737) (Magdalénien supérieur)3.

Figure 2. Plan du Colombier II, avec indication du lieu des fouilles de G. Onoratini. 1. Panneau gravé des bouquetins. 2. Bouquetin gravé. 3. Signe ovale au sol. Plan d’après Combier et al. 1984, modifié d’après Martin et al. 2004.
Map of Le Colombier II with the location of the excavations by G. Onoratini. 1. Engraved panel of the ibexes. 2. Engraved ibex. 3. Oval sign on the floor. Map after Combier et al. 1984, modified after Martin et al. 2004.

Figure 2. Plan du Colombier II, avec indication du lieu des fouilles de G. Onoratini. 1. Panneau gravé des bouquetins. 2. Bouquetin gravé. 3. Signe ovale au sol. Plan d’après Combier et al. 1984, modifié d’après Martin et al. 2004.Map of Le Colombier II with the location of the excavations by G. Onoratini. 1. Engraved panel of the ibexes. 2. Engraved ibex. 3. Oval sign on the floor. Map after Combier et al. 1984, modified after Martin et al. 2004.

Figure 3. Stratigraphie du Colombier II établie par G. Onoratini en 1992. D’après Martin et al. 2010.
Stratigraphy of Le Colombier II done by G. Onoratini in 1992. After Martin
et al. 2010.

Figure 3. Stratigraphie du Colombier II établie par G. Onoratini en 1992. D’après Martin et al. 2010.Stratigraphy of Le Colombier II done by G. Onoratini in 1992. After Martin et al. 2010.

4Selon les auteurs de la note (op. cit. - p. 410), la gravure de bouquetin aurait été réalisée à l’époque du dépôt des couches 16 et 17, pendant le pré-Bölling ou Bölling, « aux environs du 14e ou 13e millénaire BP », cette écaille rocheuse se détachant durant la phase d’altération cryoclastique du Dryas II. Dans les années 2000, une équipe dirigée par Marc Azéma a réalisé le relevé 3D du panneau aux bouquetins (Azéma et al. 2010). Michel Martin a travaillé sur certains de ces blocs (Martin et al. 2004) à l’occasion d’un mémoire de doctorat (Martin 2010).

Matériel

5Il s’agit donc de huit blocs de tailles diverses, fragments de paroi de ce calcaire urgonien, fendillé et gélivé (Combier et al. op. cit. - p. 622), provenant des fouilles de Gérard Onoratini. À première vue, il semble bien s’agir de fragments de parois tombés sur le sol : un exemple mis à part (voir infra), ils ne sont gravés que sur une seule face. Deux d’entre eux : T14-15B-28 et F1-013-61 (n. 3) portent des stries récentes, dues semble-t-il à des coups de truelle malencontreux (?) lors de la fouille ou des visites clandestines. Les six autres comportent des tracés d’aspect ancien et patiné, réalisés sur une surface globalement lisse et altérée, des écailles de gélifraction, « à l’origine […] portion de paroi modelée par la dissolution karstique » (Onoratini et al. op. cit. - p. 409). Les traits sont visibles et bien appuyés.

Inventaire

6Dans les pièces étudiées, nous n’avons pas retrouvé les éclats nos 3 et 4 signalés par Michel Martin (Martin et al. 2004, fig. 5 et 6 ; Martin 2010, fig. 46 et 47), qui nous semblent cependant douteux au vu des photos publiées. Le tracé du « bouquetin n° 14 » nous semble très frais, et le « bouquetin n° 15 », un tracé naturel.

a | F1-014 (fig. 4)4

  • 4 Les numéros d’inventaire sont ceux qui figuraient sur les objets ou sur les étiquettes les accompag (...)

Figure 4. Bloc F1-04. Traits enchevêtrés et probable membre locomoteur. Le Colombier II. Fouilles G. Onoratini (photo, relevé et DAO R. Pigeaud).
Block F1-04. Tangled lines and probable locomotive limb. Le Colombier II. G. Onoratini excavations (photograph, tracing and CAD R. Pigeaud).

Figure 4. Bloc F1-04. Traits enchevêtrés et probable membre locomoteur. Le Colombier II. Fouilles G. Onoratini (photo, relevé et DAO R. Pigeaud).Block F1-04. Tangled lines and probable locomotive limb. Le Colombier II. G. Onoratini excavations (photograph, tracing and CAD R. Pigeaud).

7L. 5,1 cm ; l. entre 1,1 et 4 cm ; ép. entre 0,9 et 2,6 cm

8Ce petit morceau de calcaire présente deux traits principaux qui semblent dessiner le tracé d’un membre locomoteur, peut-être un fragment d’une patte arrière gauche (3,3 x 1,2 cm).

b | C-013-7 (fig. 5)

Figure 5. Bloc C-013-7. Traits enchevêtrés et probable patte à sabot bouleté. Le Colombier II. Fouilles G. Onoratini (photo P.-É. Moullé, relevé et DAO R. Pigeaud).
Block C-013-7. Tangled lines and probable leg with « ball-shaped » hoof. Le Colombier II. G. Onoratini excavations (photograph P.-É. Moullé, tracing and CAD R. Pigeaud).

Figure 5. Bloc C-013-7. Traits enchevêtrés et probable patte à sabot bouleté. Le Colombier II. Fouilles G. Onoratini (photo P.-É. Moullé, relevé et DAO R. Pigeaud).Block C-013-7. Tangled lines and probable leg with « ball-shaped » hoof. Le Colombier II. G. Onoratini excavations (photograph P.-É. Moullé, tracing and CAD R. Pigeaud).

9L. 5,5 cm ; l. entre 0,4 et 3 cm ; ép. entre 0,3 et 2 cm

10Parmi un ensemble complexe de tracés, nous distinguons deux traits profonds sub-parallèles et incurvés, ainsi qu’une probable patte au sabot bouleté.

c | 1991. Couche 15. Secteur T12, n° 2 (fig. 6)

Figure 6. Bloc 1991. Couche 15. Secteur T12, n° 2. Traits enchevêtrés. Le Colombier II. Fouilles G. Onoratini (photo P.-É. Moullé, relevé et DAO R. Pigeaud).
Block 1991. Layer 15. Sector T12, n° 2. Tangled lines. Le Colombier II. G. Onoratini excavations (photograph P.-É. Moullé, tracing and CAD R. Pigeaud).

Figure 6. Bloc 1991. Couche 15. Secteur T12, n° 2. Traits enchevêtrés. Le Colombier II. Fouilles G. Onoratini (photo P.-É. Moullé, relevé et DAO R. Pigeaud).Block 1991. Layer 15. Sector T12, n° 2. Tangled lines. Le Colombier II. G. Onoratini excavations (photograph P.-É. Moullé, tracing and CAD R. Pigeaud).

11L. 10,5 cm ; l. entre 6,1 et 9 cm ; ép. entre 1,1 et 6 cm

12Cet objet était de lecture difficile, car il a fallu prendre garde aux stries naturelles du calcaire. Nous avons identifié des tracés sécants au fil de la pierre, qui ne dessinent aucune figure reconnaissable.

d | 90. 78-S12-100015 (fig. 7)

Figure 7. Bloc 90. 78-S12-100015. Traits enchevêtrés. Le Colombier II. Fouilles G. Onoratini (photo, relevé et DAO R. Pigeaud).
Block 90. 78-S12-100015. Tangled lines. Le Colombier II. G. Onoratini excavations (photograph, tracing and CAD R. Pigeaud).

Figure 7. Bloc 90. 78-S12-100015. Traits enchevêtrés. Le Colombier II. Fouilles G. Onoratini (photo, relevé et DAO R. Pigeaud).Block 90. 78-S12-100015. Tangled lines. Le Colombier II. G. Onoratini excavations (photograph, tracing and CAD R. Pigeaud).

13L. 9,8 cm ; l. entre 6,1 et 8,2 cm ; ép. entre 0,3 et 2,3 cm

14Ce bloc n’est gravé que sur une petite surface (7,8 x 4,2 cm). Les tracés enchevêtrés ne dessinent aucune figure reconnaissable.

e | 73-S12-15 (n° 73, couche 15, carré S12) (fig. 8)

Figure 8. Bloc 73-S12-15. Bouquetin en profil gauche et traits enchevêtrés. Le Colombier II. Fouilles G. Onoratini (photo, relevé et DAO R. Pigeaud).
Block 73-S12-15. Ibex in a left profile and tangled lines. Le Colombier II. G. Onoratini excavations (photograph, tracing and CAD R. Pigeaud).

Figure 8. Bloc 73-S12-15. Bouquetin en profil gauche et traits enchevêtrés. Le Colombier II. Fouilles G. Onoratini (photo, relevé et DAO R. Pigeaud).Block 73-S12-15. Ibex in a left profile and tangled lines. Le Colombier II. G. Onoratini excavations (photograph, tracing and CAD R. Pigeaud).

15L. 13,2 cm ; l. entre 1,5 et 7 cm ; ép. entre 0,5 et 8 cm

16C’est le fameux bloc publié en 1992, identifié comme « bouquetin n° 12 » dans l’inventaire de Michel Martin (Martin et al. 2004).

17Le support est un morceau de paroi (la face opposée à la gravure porte les stigmates caractéristiques des faces d’éclatement ; Onoratini et al. op. cit. - p. 409) de forme concave, « petite niche naturelle qu’avait choisie l’artiste magdalénien pour loger son dessin » (ibid.), dans un « cadrage maximum » (Martin et al. 2004 - p. 597).

18Il s’agit d’un bouquetin alpin, figuré en profil gauche. Il s’inscrit dans un rectangle de 8 cm de large pour 4,9 cm de haut. L’animal fait 5,3 cm de long, pour une épaisseur de corps de 2,6 cm. La tête est longue de 2,1 cm et large d’1,1 cm. La corne est large de 0,5 cm pour un déroulé maximal de 4,8 cm. Le poitrail est « oblique » (Martin 2010 - p. 63), le corps bien proportionné (ibid. - p. 65). La pointe de l’épaule est figurée, ainsi que le naseau et la caroncule lacrymale. La queue est dressée à l’horizontale (figuration d’un état d’excitation ?). Sur la croupe et sur la joue, l’artiste a esquissé un début de représentation du pelage, avec de fins traits incisés pour la joue et un raclage pour la croupe. Un trait pourrait figurer le tracé de la patte arrière droite en perspective. L’animal semble suivre la ligne de sol formée par l’arête. C’est pourquoi il n’est pas certain que les sabots, manquants, aient jamais été tracés. En effet, aucune fracture récente n’a été observée.

19Le relevé que nous proposons ici diffère sur plusieurs points de celui publié précédemment. D’abord, nous avons tenu compte de la déformation induite par la concavité du support, ce qui fait que le corps est plus allongé que sur l’ancien relevé et sur les photos prises habituellement, qui sont centrées sur la tête de l’animal (fig. 9) ; ensuite, nous n’avons pas retrouvé plusieurs éléments figurés, comme la prunelle de l’œil, l’oreille et la barbiche (fig. 10). La ligne de ventre, amorcée à partir de la patte arrière, semble interrompue au niveau de ce qui pourrait être un fourreau pénien, mais sa connexion avec le tracé principal reste peu claire. Nous n’avons pas retrouvé « l’antérieure droite […] lancée en avant et [qui] se confond avec des traits obliques recoupant l’animal » (ibid.). La position anatomique de ces tracés serait par ailleurs trop aberrante au regard de la maîtrise de l’anatomie de l’animal modèle dont a fait preuve ici le graveur.

Figure 9. Bloc 73-S12-15. Photo centrée sur la tête du bouquetin. Le Colombier II. Fouilles G. Onoratini (photo P.-É. Moullé).
Block 73-S12-15. Photo focused on the head of ibex. Le Colombier II. G. Onoratini excavations (photograph P.-É. Moullé).

Figure 9. Bloc 73-S12-15. Photo centrée sur la tête du bouquetin. Le Colombier II. Fouilles G. Onoratini (photo P.-É. Moullé).Block 73-S12-15. Photo focused on the head of ibex. Le Colombier II. G. Onoratini excavations (photograph P.-É. Moullé).

Figure 10. Bloc 73-S12-15. Tête du bouquetin gravé. C’est un creux naturel qui interrompt le tracé et semble donner l’illusion qu’il tire la langue. Le tracé du bout du nez se distingue à gauche (photo R. Pigeaud).
Block 73-S12-15. Head of the engraved ibex. A natural hollow interrupts the tracing and gives the illusion the animal is pulling tongue. The tracing of the end of the nose is visible on the left (photograph R. Pigeaud).

Figure 10. Bloc 73-S12-15. Tête du bouquetin gravé. C’est un creux naturel qui interrompt le tracé et semble donner l’illusion qu’il tire la langue. Le tracé du bout du nez se distingue à gauche (photo R. Pigeaud).Block 73-S12-15. Head of the engraved ibex. A natural hollow interrupts the tracing and gives the illusion the animal is pulling tongue. The tracing of the end of the nose is visible on the left (photograph R. Pigeaud).

20Nous préférons sélectionner un autre tracé qui nous semble plus cohérent par rapport au mouvement de l’animal, qui semble adopter une démarche à l’amble.

21La corne, sans nodosité, atteint « le milieu du flanc en recoupant largement la ligne de dos » (ibid.), jusqu’au niveau de l’épaule. Son tracé est complexe, « asymétrique » selon Michel Martin, « un trait simple pour une corne et […] deux traits pour l’autre » (2010 - p. 63). Nous pensons au contraire qu’il s’agit d’une seule corne épaisse, dont les traits de construction sont encore visibles, ce qui est plus cohérent d’ailleurs avec les tracés pariétaux à proximité. Le trait le plus extérieur (côté crânial) semble s’allonger démesurément jusqu’à la base de la patte avant. Il peut s’agir d’un tracé préparatoire, seulement accentué pour une partie. Par la suite, le graveur a incisé plus profondément les parties de l’encornure qu’il souhaitait mettre en valeur. Le troisième trait semble également une ébauche, l’artiste ayant d’abord fait la corne trop épaisse apparemment. À moins qu’il n’ait voulu suggérer le tracé de la corne droite, par un effet de perspective que l’on retrouve sur les bouquetins gravés de la paroi.

22En ce qui concerne les « traits obliques » sur le dos, « dont certains paraissent empennés » et qui « évoquent des flèches dont on retrouve les pointes à la base de l’animal » (ibid.), nous pensons qu’il s’agit de tracés parasites, en tout cas d’une facture trop différente de celle du bouquetin pour qu’ils aient été réalisés en même temps.

f | 1991, couche C, section 12, n° 1 (fig. 11)

Figure 11. Bloc 1991, couche C, section 12, n° 1. Bouquetin en profil droit, demi-cercle et traits enchevêtrés. Le Colombier II. Fouilles G. Onoratini (photo, relevé et DAO R. Pigeaud).
Block 1991, layer C, section 12, n° 1. Ibex in a right profile, semi-circle and tangled lines. Le Colombier II. G. Onoratini excavations (photograph, tracing and CAD R. Pigeaud).

Figure 11. Bloc 1991, couche C, section 12, n° 1. Bouquetin en profil droit, demi-cercle et traits enchevêtrés. Le Colombier II. Fouilles G. Onoratini (photo, relevé et DAO R. Pigeaud).Block 1991, layer C, section 12, n° 1. Ibex in a right profile, semi-circle and tangled lines. Le Colombier II. G. Onoratini excavations (photograph, tracing and CAD R. Pigeaud).

23L. 21,5 cm ; l. entre 2,5 et 9 cm ; ép. entre 3,5 et 6 cm

24Ce bloc est aussi appelé « éclat n° 2 » et porte le tracé du « bouquetin n° 13 » selon l’inventaire de Michel Martin (Martin et al. op. cit. - p. 597). Parallélépipédique, il a été découvert « dans la même situation stratigraphique » que le bloc précédent (ibid.) : « La face antérieure, écaillée et concrétionnée, offre une surface maculée de dépôts noirâtres ». Il a déjà fait l’objet d’un relevé inédit de Gérard Onoratini.

25Il est gravé sur deux faces qui se suivent. S’il s’agit d’un fragment de paroi tombée, celle-ci pouvait alors auparavant former un angle ou une convexité. Sur la face que nous appellerons principale, une « large fissuration » (Martin et al. op. cit. - p. 598) fragilise le bloc et coupe la figure, qui se trouve également inscrite dans une petite concavité.

26Il s’agit d’un bouquetin en profil droit, réduit à sa tête et à sa ligne de dos (fig. 12). La gorge est juste suggérée. L’animal n’a pas d’œil ni de naseau et l’extrémité de son museau n’a pas été tracée. Il s’inscrit dans un rectangle de 5,3 x 5,5 cm de côté. La longueur totale du corps est de 6 cm, celle de la tête de 0,7 cm, pour une épaisseur respective d’1,8 et de 0,6 cm. Le pelage est suggéré par des groupes de tracés très fins (raclages ?), qui adoptent trois directions, suggérant peut-être des modifications dans sa couleur ou son modelé.

Figure 12. Bloc 1991, couche C, section 12, n° 1. Vue rapprochée du bouquetin en profil droit et du demi-cercle. Le Colombier II. Fouilles G. Onoratini (photo R. Pigeaud).
Block 1991, layer C, section 12, n° 1. Close-up view of the ibex in a right profile and of the semi-circle. Le Colombier II. G. Onoratini excavations (photograph R. Pigeaud).

Figure 12. Bloc 1991, couche C, section 12, n° 1. Vue rapprochée du bouquetin en profil droit et du demi-cercle. Le Colombier II. Fouilles G. Onoratini (photo R. Pigeaud).Block 1991, layer C, section 12, n° 1. Close-up view of the ibex in a right profile and of the semi-circle. Le Colombier II. G. Onoratini excavations (photograph R. Pigeaud).

27Les deux cornes, sans nodosité et très développées (la corne gauche adopte un déroulé de 6,5 cm, celle de droite, de 5 cm), asymétriques, se terminent également dans le dos de l’animal. Là aussi, leur construction est savante. Elles sont d’abord jointives, formant une sorte de « bucrane », pour ensuite se déployer suivant une perspective réaliste, sauf que normalement, on ne devrait pas distinguer la fin de la corne gauche, passant derrière le corps. Le bouquetin semble ainsi avoir la tête inclinée de notre côté. La manière dont sa tête s’imbrique dans l’encornure suggère que celle-ci a été tracée avant et que le graveur a réalisé le reste du corps ensuite. L’espèce de demi-cercle devant la tête du bouquetin est peut-être alors l’esquisse d’une autre encornure, pour un deuxième animal qui n’a finalement pas été composé. C’est pourquoi nous pensons que la gravure est complète et que le reste du corps n’a pas disparu suite à une cassure du support.

28De même que pour l’autre bloc, il nous semble excessif de mettre en rapport cette figure avec les traits qui la recoupent et d’y voir des figurations de signes barbelés ou empennés, et le « guillochis endo- ou exographique » signalé semble être le fil naturel de la pierre (ibid. - p. 599).

29L’autre face gravée présente un enchevêtrement de tracés au sein desquels ne semble émerger aucune figure ou signe particulier.

Bilan

30Assez peu de tracés construits sont identifiables sur ces blocs. La patte au sabot « bouleté » est assez inattendue dans ce contexte. Cette convention graphique est plutôt caractéristique des représentations périgourdines, comme Lascaux et Gabillou. Il doit simplement ici s’agir d’une convergence, le répertoire de solutions formelles pour réaliser une représentation simplifiée d’une forme, étant structurellement limité (Pigeaud 2007). D’ailleurs, d’autres équidés à sabots bouletés sont connus dans la grotte du Portel et celle des Trois-Frères en Ariège, ainsi que dans l’abri du Cheval en Essonne et celui du Roc-de-Sers en Charente (Azéma 2010, chapitre 1 - p. 54, 55, 71, 76 et 88), ce qui invite à la prudence, une fois encore, pour toute étude stylistique qui se baserait sur une seule occurrence.

31Les deux bouquetins (fig. 13) présentent un certain nombre de points communs : leur positionnement dans un petit espace concave, la figuration du pelage ainsi que « la présentation ostentatoire de l’encornure » (Martin et al. op. cit. - p. 602). Ce sont des mâles appartenant à l’espèce Capra ibex. Le « bouquetin n° 12 » est plus détaillé et plus réaliste. Pour Marc Azéma (2010 - p. 195), il pourrait être en train de bêler. Il reste cependant schématique par rapport aux bouquetins de la paroi (fig. 14), dont l’animation est analysée de manière précise par le graveur (Azéma 2011 - p. 130).

Figure 13. Comparaison des deux bouquetins. Le Colombier II. Fouilles G. Onoratini (relevés R. Pigeaud).
Comparison of the two ibexes. Le Colombier II. G. Onoratini excavations (tracing R. Pigeaud).

Figure 13. Comparaison des deux bouquetins. Le Colombier II. Fouilles G. Onoratini (relevés R. Pigeaud).Comparison of the two ibexes. Le Colombier II. G. Onoratini excavations (tracing R. Pigeaud).

Figure 14. L’un des bouquetins gravés de la paroi. Le Colombier II (DAO R. Pigeaud à partir d’un dessin de M. Azéma, à partir d’un relevé de P. Ayrolles). D’après Azéma 2011.
One of the engraved ibexes on the wall. Le Colombier II (CAD R. Pigeaud from a drawing by M. Azéma, after a tracing for P. Ayrolles). After Azéma 2011.

Figure 14. L’un des bouquetins gravés de la paroi. Le Colombier II (DAO R. Pigeaud à partir d’un dessin de M. Azéma, à partir d’un relevé de P. Ayrolles). D’après Azéma 2011.One of the engraved ibexes on the wall. Le Colombier II (CAD R. Pigeaud from a drawing by M. Azéma, after a tracing for P. Ayrolles). After Azéma 2011.

32La question qui se pose est le rapport entre ces blocs et les bouquetins gravés de la paroi (Gély et al. 2003 ; Gély et al. sous presse). Malgré la perspective « réaliste » des membres et des cornes, la différence d’aspect (encornure, pelage et animation) est telle qu’on en vient à douter de leur contemporanéité. Martin et al. (op. cit. - p. 614-615) proposent, dans leur étude globale des représentations de bouquetins du Colombier II, un rapprochement avec la grotte de Gazel (Aude), attribuée au Magdalénien moyen, tandis que les blocs, suite à une argumentation par les datations radiocarbone et leur contexte stratigraphique, relèveraient du Magdalénien supérieur. Cependant, la dimension exceptionnelle des encornures des bouquetins, qui semblent transpercer les corps, ainsi que la représentation du pelage nous les font rapprocher du bouquetin des Deux-Ouvertures (Ardèche) (fig. 15), bien que la datation haute (entre 28 000 et 29 000 BP [sic]) de charbons en place sur le sol semble suggérer une réalisation plus ancienne (Monney 2009 - p. 2). Trois occurrences ne font pas une école stylistique, mais la présence de ces figures similaires dans un espace géographique aussi restreint pose a minima le questionnement de modes de représentation qui ont pu perdurer et se perpétuer, comme le « flou dynamique » des pattes, un « processus graphique » présent à la fois sur le bison « à huit pattes » aurignacien de la grotte Chauvet et le mouvement décomposé du grand bouquetin mâle magdalénien de la paroi du Colombier II (fig. 14), ainsi que le font remarquer Bernard Gély et al. (sous presse).

Top of page

Bibliography

AZÉMA M. 2010 - L’art des cavernes en action. Tome 2. Les animaux figurés. Animation et mouvement, l’illusion de la vie. Paris : éditions Errance, 472 p.

AZÉMA M. 2011 - La préhistoire du cinéma. Origines paléolithiques de la narration graphique et du cinématographe. Paris : éditions Errance, 302 p.

AZÉMA M., GÉLY B., PRUDHOMME F., ATM3D Société ATM3 2010 - Relevé 3D de gravures fines paléolithiques dans l’abri du Colombier (gorges de l’Ardèche), In Situ, 13, https://journals.openedition.org/insitu/6723

COMBIER J. 1967 - Le paléolithique de l’Ardèche dans son cadre paléoclimatique. Bordeaux : Delmas, 462 p.

COMBIER J. 1984 - Grotte du Colombier I. In : Collectif, L’Art des cavernes. Atlas des grottes ornées paléolithiques françaises. Paris : ministère de la Culture / Imprimerie nationale, p. 617-620.

COMBIER J., PORTE J.-L., AYROLLES P., GÉLY B. 1984 - Abri du Colombier. Le Colombier II. In : Collectif, L’Art des cavernes. Atlas des grottes ornées paléolithiques françaises. Paris : ministère de la Culture / Imprimerie nationale, p. 621-625.

CRÉMILLEUX A., LIVACHE M. 1979 - Étude de typologie analytique et structurale du gisement de l’Abri inférieur du Colombier à Vallon-Pont-d’Arc (Ardèche). (Fouilles A. Héritier), Comptes rendus d’activités annuelles. Association régionale pour le développement des recherches de paléontologie et de préhistoire et des Amis du Muséum, 17, p. 43-52.

GÉLY B., AZÉMA M., PRUDHOMME F. sous presse - Les bouquetins du Colombier (Ardèche, France). In : A. Averbouh, V. Feruglio, F. Plassard et G. Sauvet (dir.), Bouquetins et Pyrénées. De la préhistoire à nos jours - Inventaire des représentations du Paléolithique pyrénéen, mélanges offerts à Jean Clottes, Aix-en-Provence : Pré-Med, Presses universitaires de Provence, 2 volumes.

GÉLY B., AZÉMA M., GAMBÉRI L., PRUDHOMME F. 2013 - Trois décennies de recherches sur le Paléolithique supérieur de l’Ardèche, Ardèche Archéologie, 30, p. 15-22.

HÉRITIER A. 1959 - Magdalénien final et Azilien en Basse-Ardèche : l’abri du Colombier, Cahiers Rhodaniens, 6, p. 3-12.

MARTIN M. 2010 - Le bouquetin dans l’art paléolithique en Europe méditerranéenne. Paris, CNRS éditions, XLe supplément à Gallia-Préhistoire, 386 p.

MARTIN M., ONORATINI G., COMBIER J. 2004 - Complément d’inventaire des représentations magdaléniennes de l’Abri du Colombier dans les gorges de l’Ardèche (commune de Vallon), par trois gravures inédites de Bouquetins, L’Anthropologie, 108, p. 593-616.

MONNEY J. 2009 - Datation des grottes ornées de l’Ardèche. Bidon, Saint-Martin d’Ardèche, Vallon-Pont-d’Arc, ADLFI, Archéologie de la France-Informations. http://journals.openedition.org/adlfi/3503

MONNEY J., BARACCHINI L., LATEUR N., STOCCHETTI S. 2010 - La grotte des Deux-Ouvertures : le regard et la mémoire. Perception d’une grotte ornée paléolithique à la sortie des gorges de l’Ardèche, Ardèche Archéologie, 27, p. 3-11.

ONORATINI G., COMBIER J., AYROLLES P. 1992 - Datation 14C d’une gravure pariétale de bouquetin de l’abri magdalénien du Colombier à Vallon-Pont-d’Arc, C. R. de l’Académie des Sciences de Paris, 314 (II), p. 405-410.

PIGEAUD R. 2007 - Determining style in Palaeolithic cave art: a new method derived from horse images, Antiquity, 81, p. 409-422.

Top of page

Notes

1 Oncle de mon épouse, frère de Gérard Claron, le codécouvreur des gravures de la grotte du Colombier.

2 Signalons cependant une thèse récente : L’abri du Colombier II (Vallon-Pont-d’Arc, Ardèche, France) : étude stratigraphique, sédimentologique et micromorphologique : recons­titution du cadre paléoenvironnemental et paléoclimatique du sud de l’Ardèche au Tardiglaciaire, soutenue en 2007 par Simon Puaud, à l’Université de Perpignan.

3 Ce qui, en dates calibrées, à l’aide du site http://www.calpal-online.de/index.html, donne les dates suivantes : Couche 13 : 14312 ± 457 cal BP ; Couche 15A : 13387 ± 325 cal BP. À noter que Bernard Gély et al. (sous presse) proposent, avec une autre courbe de cali­bration non précisée, 13531 ± 333 cal BP. Couche 16 : 15214 ± 1089 cal BP ; Couche 17 : 17749 ± 500 cal BP et 16208 ± 429 cal BP.

4 Les numéros d’inventaire sont ceux qui figuraient sur les objets ou sur les étiquettes les accompagnant.

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1. Bouquetin de la couche 15B découvert lors des fouilles de G. Onoratini. Le Colombier II (relevé Onoratini, Combier, Ayrolles. Dessin A. Raux). D’après Onoratini et al. 1992.Ibex from layer 15B discovered in the excavations by G. Onoratini. Le Colombier II (tracing Onoratini, Combier, Ayrolles. Drawing A. Raux). After Onoratini et al. 1992.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/5653/img-1.jpg
File image/jpeg, 244k
Title Figure 2. Plan du Colombier II, avec indication du lieu des fouilles de G. Onoratini. 1. Panneau gravé des bouquetins. 2. Bouquetin gravé. 3. Signe ovale au sol. Plan d’après Combier et al. 1984, modifié d’après Martin et al. 2004.Map of Le Colombier II with the location of the excavations by G. Onoratini. 1. Engraved panel of the ibexes. 2. Engraved ibex. 3. Oval sign on the floor. Map after Combier et al. 1984, modified after Martin et al. 2004.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/5653/img-2.jpg
File image/jpeg, 160k
Title Figure 3. Stratigraphie du Colombier II établie par G. Onoratini en 1992. D’après Martin et al. 2010.Stratigraphy of Le Colombier II done by G. Onoratini in 1992. After Martin et al. 2010.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/5653/img-3.jpg
File image/jpeg, 228k
Title Figure 4. Bloc F1-04. Traits enchevêtrés et probable membre locomoteur. Le Colombier II. Fouilles G. Onoratini (photo, relevé et DAO R. Pigeaud).Block F1-04. Tangled lines and probable locomotive limb. Le Colombier II. G. Onoratini excavations (photograph, tracing and CAD R. Pigeaud).
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/5653/img-4.jpg
File image/jpeg, 144k
Title Figure 5. Bloc C-013-7. Traits enchevêtrés et probable patte à sabot bouleté. Le Colombier II. Fouilles G. Onoratini (photo P.-É. Moullé, relevé et DAO R. Pigeaud).Block C-013-7. Tangled lines and probable leg with « ball-shaped » hoof. Le Colombier II. G. Onoratini excavations (photograph P.-É. Moullé, tracing and CAD R. Pigeaud).
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/5653/img-5.jpg
File image/jpeg, 148k
Title Figure 6. Bloc 1991. Couche 15. Secteur T12, n° 2. Traits enchevêtrés. Le Colombier II. Fouilles G. Onoratini (photo P.-É. Moullé, relevé et DAO R. Pigeaud).Block 1991. Layer 15. Sector T12, n° 2. Tangled lines. Le Colombier II. G. Onoratini excavations (photograph P.-É. Moullé, tracing and CAD R. Pigeaud).
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/5653/img-6.jpg
File image/jpeg, 344k
Title Figure 7. Bloc 90. 78-S12-100015. Traits enchevêtrés. Le Colombier II. Fouilles G. Onoratini (photo, relevé et DAO R. Pigeaud).Block 90. 78-S12-100015. Tangled lines. Le Colombier II. G. Onoratini excavations (photograph, tracing and CAD R. Pigeaud).
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/5653/img-7.png
File image/png, 92k
Title Figure 8. Bloc 73-S12-15. Bouquetin en profil gauche et traits enchevêtrés. Le Colombier II. Fouilles G. Onoratini (photo, relevé et DAO R. Pigeaud).Block 73-S12-15. Ibex in a left profile and tangled lines. Le Colombier II. G. Onoratini excavations (photograph, tracing and CAD R. Pigeaud).
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/5653/img-8.jpg
File image/jpeg, 260k
Title Figure 9. Bloc 73-S12-15. Photo centrée sur la tête du bouquetin. Le Colombier II. Fouilles G. Onoratini (photo P.-É. Moullé).Block 73-S12-15. Photo focused on the head of ibex. Le Colombier II. G. Onoratini excavations (photograph P.-É. Moullé).
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/5653/img-9.jpg
File image/jpeg, 280k
Title Figure 10. Bloc 73-S12-15. Tête du bouquetin gravé. C’est un creux naturel qui interrompt le tracé et semble donner l’illusion qu’il tire la langue. Le tracé du bout du nez se distingue à gauche (photo R. Pigeaud).Block 73-S12-15. Head of the engraved ibex. A natural hollow interrupts the tracing and gives the illusion the animal is pulling tongue. The tracing of the end of the nose is visible on the left (photograph R. Pigeaud).
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/5653/img-10.jpg
File image/jpeg, 344k
Title Figure 11. Bloc 1991, couche C, section 12, n° 1. Bouquetin en profil droit, demi-cercle et traits enchevêtrés. Le Colombier II. Fouilles G. Onoratini (photo, relevé et DAO R. Pigeaud).Block 1991, layer C, section 12, n° 1. Ibex in a right profile, semi-circle and tangled lines. Le Colombier II. G. Onoratini excavations (photograph, tracing and CAD R. Pigeaud).
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/5653/img-11.png
File image/png, 225k
Title Figure 12. Bloc 1991, couche C, section 12, n° 1. Vue rapprochée du bouquetin en profil droit et du demi-cercle. Le Colombier II. Fouilles G. Onoratini (photo R. Pigeaud).Block 1991, layer C, section 12, n° 1. Close-up view of the ibex in a right profile and of the semi-circle. Le Colombier II. G. Onoratini excavations (photograph R. Pigeaud).
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/5653/img-12.jpg
File image/jpeg, 368k
Title Figure 13. Comparaison des deux bouquetins. Le Colombier II. Fouilles G. Onoratini (relevés R. Pigeaud).Comparison of the two ibexes. Le Colombier II. G. Onoratini excavations (tracing R. Pigeaud).
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/5653/img-13.png
File image/png, 128k
Title Figure 14. L’un des bouquetins gravés de la paroi. Le Colombier II (DAO R. Pigeaud à partir d’un dessin de M. Azéma, à partir d’un relevé de P. Ayrolles). D’après Azéma 2011.One of the engraved ibexes on the wall. Le Colombier II (CAD R. Pigeaud from a drawing by M. Azéma, after a tracing for P. Ayrolles). After Azéma 2011.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/5653/img-14.jpg
File image/jpeg, 184k
Top of page

References

Bibliographical reference

Romain Pigeaud, « Bouquetins et tracés : nouvelles lectures de blocs gravés du Colombier II (Ardèche, France) », PALEO, 30-2 | 2020, 250-261.

Electronic reference

Romain Pigeaud, « Bouquetins et tracés : nouvelles lectures de blocs gravés du Colombier II (Ardèche, France) », PALEO [Online], 30-2 | 2020, Online since 30 September 2020, connection on 11 April 2021. URL : http://journals.openedition.org/paleo/5653 ; DOI : https://doi.org/10.4000/paleo.5653

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search