Skip to navigation – Site map

HomeIssues32Dominique Henry-Gambier, paléoant...

Dominique Henry-Gambier, paléoanthropologue

p. 9-14

Full text

Dominique Henry-Gambier étudiant les restes crâniens de l’Homme de Combe-Capelle (Saint-Avit-Sénieur, Dordogne) au Museum für Vor- und Frügeschichte archäologie Europas à Berlin (Allemagne), octobre 2002, photographie B. Maureille

Dominique Henry-Gambier étudiant les restes crâniens de l’Homme de Combe-Capelle (Saint-Avit-Sénieur, Dordogne) au Museum für Vor- und Frügeschichte archäologie Europas à Berlin (Allemagne), octobre 2002, photographie B. Maureille

1Avec sa voix grave, son phrasé presque haché, ses phrases courtes et ses termes choisis, Dominique Henry-Gambier intervenait, avec précision et pertinence, dans les réunions du comité de rédaction de Paleo depuis 2004. Ses remarques exigeaient toujours une attention soutenue, en particulier lorsqu’elles débusquaient les « lièvres » que nous n’avions pas tous vus, renvoyant pour certains à la grande honnêteté scientifique dont elle était pétrie.

2Née le 15 décembre 1950 à Courbevoie (Hauts-de-Seine), mariée, Dominique Henry-Gambier avait deux enfants et trois petits-enfants.

3Dans les années 1970, Dominique s’inscrit à l’université Pierre-et-Marie-Curie Paris VI, où elle suit, en même temps que J.-D. Vigne, un cursus de Biologie-Géologie. Après une maîtrise de Géologie (avec certificat de spécialité de Paléontologie), elle obtient un DEA de Paléontologie des Vertébrés et de Paléontologie humaine. Cela l’amène à se passionner pour la Préhistoire et la Paléoanthropologie. En 1981, dans le cadre du laboratoire de Paléontologie des Vertébrés et de Paléontologie humaine, alors dirigé par J.-J. Jaeger, elle soutient une thèse de l’académie de Paris et de l’université Pierre-et-Marie-Curie intitulée « Étude de l’astragale chez les Néandertaliens ». En 1983-1984, elle devient professeur de sciences naturelles dans l’enseignement secondaire et, la même année, signe une convention de travail avec le CNRS. Elle intègre l’institution en 1985 au sein de l’UA 376 Origine et évolution d’Homo sapiens, créée l’année précédente à Bordeaux et dirigée par B. Vandermeersch. Cette unité deviendra l’URA 376 en 1991. La décision conjointement prise par le CNRS, le Ministère de l’Éducation Nationale, le Ministère de la Recherche et le Ministère de la Culture (Sous-Direction de l’Archéologie) a été d’implanter deux Unités Mixtes de Recherche sur le campus bordelais : le Laboratoire d’Anthropologie des Populations du Passé » dirigé par Henri Duday en 1995 (UMR 5809), et l’Institut de Préhistoire et Géologie du Quaternaire (UMR 5808 dirigé par J.-Ph. Rigaud). C’est au sein du LAPP, alors dirigé par A.-M. Tillier, qu’en 2003, Dominique est lauréate du concours des directeurs de recherche seconde classe du CNRS. En 2004, alors que cela ne l’enchante guère, le laboratoire d’Anthropologie des populations du passé et l’Institut de Préhistoire et Géologie du Quaternaire (UMR 5808) alors dirigé par J.-P. Texier, fusionnent et l’UMR 5199 « De la Préhistoire à l’Actuel : culture, environnement et anthropologie » (PACEA) est créée et placée sous la direction de J. Jaubert. C’est dans cette UMR, dont le directeur est alors B. Maureille, que Dominique fait valoir ses droits à la retraite en 2015 – une retraite de toutes contraintes professionnelles mais assurément pas une retraite scientifique, même si elle n’avait pas demandé l’éméritat.

4Au début de sa carrière, Dominique s’intéresse aux Néandertaliens. Son premier article scientifique, publié en 1982 dans les Comptes rendus de l’Académie des sciences de Paris, porte d’ailleurs sur l’étude ostéométrique des astragales du Néandertalien du Regourdou 1 (Montignac, Dordogne). Cependant, elle saisit rapidement l’opportunité de mener des recherches sur les fossiles humains du Paléolithique récent. Cela se concrétise en 1983 par un deuxième article, publié dans le même support éditorial et consacré à l’étude de la calotte crânienne provenant de l’un des niveaux magdaléniens de la grotte des Romains (Virignin, Ain). Dominique poursuit avec l’article sur les restes humains de la Balauzière (Vers-Pont-du-Gard, Gard) en 1985 et, en 1986, avec celui sur les os d’enfants, supposés aurignaciens, du gisement de Cro-Magnon (Les Eyzies, Dordogne). Ces deux derniers articles sont publiés dans les Bulletins et mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris. Dominique conclut ainsi son « entrée » au sein de la (petite) communauté internationale des spécialistes des fossiles humains du Paléolithique récent. L’importance de ses travaux sur les populations du Magdalénien est déjà soulignée dans l’introduction du volume du CTHS correspondant aux actes du colloque de Chancelade qui se déroula en octobre 1988 et fut publié en 1992.

5Bien que n’ayant pas directement participé à la création, par B. Vandermeersch et H. Duday, du laboratoire d’Anthropologie biologique de l’université de Bordeaux, Dominique est un des premiers chercheurs à y être affectés. Elle en partage la philosophie scientifique – une philosophie qui s’inscrit dans la diachronie de l’Anthropologie biologique. Il s’agit alors d’étudier les restes ostéologiques et dentaires humains, mais aussi la variabilité des gestes mortuaires ou funéraires des populations du passé. Le laboratoire met en avant l’idée selon laquelle les paléoanthropologues doivent être acteurs de la constitution de leurs corpus. Tout paléoanthropologue intéressé se doit de diriger des fouilles pour éviter qu’on lui apporte des vestiges humains isolés, hors contexte (on disait alors souvent « dans une boîte à chaussures ») ; il est ainsi responsable de la découverte des vestiges, qui se fait dans un contexte connu, et de leur étude. Dès 1987, Dominique participe à la rédaction du rapport des fouilles de sauvetage de l’abri des Peyrugues, dans le Lot (M. Allard, dir.), et, en 1989, elle publie sa première synthèse sur les gestes funéraires des fossiles du Paléolithique récent, chapitre du célèbre ouvrage De Lascaux au Grand Louvre. Archéologie et Histoire en France s’intitule « Mourir au Paléolithique supérieur ».

6Au début des années 1990, Dominique applique les préceptes de son laboratoire de façon originale en fouillant, avec D. Buisson, au sein même des réserves du musée d’Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye, le bloc de la sépulture double des enfants de Grimaldi (Baoussé-Roussé, Italie), mise au jour en 1875. Pour ces vestiges rares du Paléolithique récent, elle applique en laboratoire la méthodologie de l’école bordelaise, bâtie sur différents terrains, combinant fouille, étude taphonomique et paléoanthropologique des restes humains. Ce travail se concrétise par la publication, en 2001, de La sépulture des enfants de Grimaldi (Baoussé-Roussé, Italie) : anthropologie et palethnologie funéraire des populations de la fin du Paléolithique supérieur (éditions du CTHS). Cette synthèse particulièrement riche révèle le caractère précis, prudent, détaillé et très documenté d’une étude complète, allant pas à pas vers une analyse plus large d’ordre palethnologique. De fait, il convenait de ne pas perdre de vue l’humain selon les deux axes qu’elle définit elle-même en introduction comme « complémentaires, le premier d’ordre biologique, le second d’ordre culturel ».

7On peut considérer que les travaux scientifiques de Dominique s’inscrivent dans trois thématiques :

  • l’origine et l’évolution des humains anatomiquement modernes du Paléolithique récent (avec une attention particulière pour la transition entre le Paléolithique moyen et le Paléolithique récent) et du début de l’Holocène ;

  • la paléobiologie des groupes préhistoriques représentée par les fossiles de ces périodes ;

  • la taphonomie et la palethnologie funéraire de ces groupes humains.

8Ses recherches concernaient l’Europe occidentale et essentiellement la France avec cette double perspective biologique et culturelle. Ses travaux combinaient logiquement activités de laboratoire et activités de terrains (voir ci-après) et tout aussi logiquement impliquaient des collaborations très étroites avec d’autres disciplines (et d’autres laboratoires) relevant de la Préhistoire, de la Physique et de la Biochimie isotopique.

Les « Aurignaciens » et la grotte de Brassempouy

9Au début des années 1990, Dominique rejoint l’équipe scientifique de Brassempouy à la demande de D. Buisson, alors responsable du secteur GG2. Chargée de l’étude des vestiges humains, elle est désormais présente, chaque été, sur le site. Après le décès de D. Buisson en 1996, elle prend, en étroite collaboration avec F. Bon, la direction de la fouille jusqu’à son arrêt, en 2004.

10L’étude des vestiges humains de l’Aurignacien ancien de Brassempouy lui permet d’établir que ces restes, bien qu’anatomiquement modernes, présentent une variabilité différente de celle de groupes humains plus récents du Gravettien ou des périodes subcontemporaines (Gambier et al. 2004). Puis, appliquant sa démarche à d’autres sites du début du Paléolithique récent, Dominique affirme que les auteurs des industries de l’Aurignacien récent sont anatomiquement modernes et élimine toute suspicion de métissage avec les Néandertaliens. Elle reste en revanche plus prudente quant à l’interprétation taxinomique des rares restes humains du Protoaurignacien (Le Piage, Lot).

La grotte de Cussac, l’abri Pataud et la dimension spirituelle des « Gravettiens »

11Sa parfaite connaissance des contextes chronoculturels des vestiges humains et celle de l’histoire de leur découverte (identification dans des collections « oubliées » du musée Lorrain, à Nancy, de certains ossements des squelettes de Baousso da Torre 1 et 3, mis au jour par É. Rivière à la fin du xixe siècle) l’amènent à penser que les fossiles de l’abri Cro-Magnon, considérés comme aurignaciens, sont plus récents. Elle démontre alors que les plus célèbres représentants de notre humanité passée sont gravettiens (Paleo 14, 2002).

12Ce peuplement gravettien de l’Europe est, pour Dominique, le point d’interconnexion de toutes les thématiques scientifiques qu’elle porte. En effet, il s’agit de la période chronoculturelle du Paléolithique récent où le matériel paléoanthropologique est connu en (relative) abondance, avec des individus de tous âges (ou presque), bien conservés en raison de l’existence de plusieurs dizaines de sépultures primaires. La nouvelle estimation de l’âge au décès et du sexe des fossiles gravettiens d’Europe occidentale, ses recherches sur les atteintes ostéologiques liées à leurs comportements et aux pathologies qu’ils présentent apportent des informations capitales sur les groupes de cette période.

13C’est en toute logique qu’en 2001, le service régional de l’archéologie d’Aquitaine invite Dominique à réaliser l’expertise des vestiges humains de la grotte de Cussac (Dordogne), découverte en septembre 2000, dont l’art pariétal laisse supposer une occupation gravettienne. Cela est fait en mai 2001, en compagnie d’H. Duday. À la demande des services de l’État, l’objectif de cette mission est de prélever du matériel pour datation absolue. Comme elle le précise dans son journal de bord tenu de 2001 à 2008, Dominique marquera son opposition à une seconde campagne de prélèvement, deux des premiers échantillons s’étant révélés trop pauvres en collagène. En 2001, les résultats sont publiés dans Paleo (13). Dès lors, Dominique intervient régulièrement auprès de l’administration pour que l’autorisation d’étudier Cussac soit accordée. Enfin, courant 2008, un projet collectif de recherche, à l’initiative de N. Aujoulat, se dessine, soutenu par Dominique, qui défend ardemment l’idée d’une approche pluridisciplinaire de la grotte. Elle convainc J. Jaubert d’en accélérer la programmation. Comprenant la nécessité du respect patrimonial du lieu, Dominique se range, après de longues discussions, à l’avis de N. Aujoulat qui souhaite mettre en place un protocole d’étude non invasif faisant notamment appel aux relevés 3D. Elle propose de nouvelles méthodes d’observation, qui sont encore appliquées aujourd’hui, tout en interrogeant régulièrement le fait que les exigences conservatoires ne puissent ouvrir la possibilité de fouiller et, par cela même, d’atteindre à une compréhension plus fine des loci contenant des restes humains. Devant l’agencement atypique des vestiges humains, loin des normes gravettiennes dont elle avait établi les contours (Paleo 20, 2008), il lui fallait des preuves pour s’autoriser à utiliser les termes que tous employaient déjà. Ce n’est qu'après avoir identifié sur photographies des épandages d’ocre et après les premières missions de terrain qu’elle put enfin parler de « gestes funéraires » et de « dépôts intentionnels » (Henry-Gambier et al. 2013). Pour l’équipe de Cussac, Dominique est à jamais l’âme des premiers travaux anthropologiques menés dans cette grotte qui a accompagné les deux dernières décennies de sa carrière.

14L’étude biologique et taphonomique des restes humains de l’abri Pataud se révèle d’une extraordinaire richesse scientifique (Nespoulet et al., 2013). Si des gestes funéraires secondaires étaient soupçonnés après la découverte, en 1958, de la boîte crânienne isolée d’une jeune femme, ils sont clairement démontrés par les travaux que Dominique réalise en étroite collaboration avec R. Nespoulet, S. Villotte, D. Grimaud-Hervé et deux archéozoologues, C. Beauval et L. Crépin. Les recherches s’organisent selon trois axes : 1) la reprise des recherches de terrain (certes très limitées au sein de la couche 2, Gravettien final) entre 2005 et 2015, avec l’idée de mettre au jour de nouveaux vestiges humains dans des conditions fiables ; 2) l’étude biologique, taphonomique et spatiale de tous les vestiges humains, y compris ceux exhumés par H. L. Movius entre 1958 et 1963 (DHG et SV), et des vestiges fauniques (CB puis LC) ; et 3) l’analyse historiographique des archives et des fouilles anciennes. Rappelons que la couche 2 de l’abri Pataud a livré plus de quatre cents restes humains, constituant ainsi l’une des plus impressionnantes séries paléoanthropologiques européennes pour le Paléolithique récent. Le chapitre 10 de la première synthèse publiée par l’équipe des paléoanthropologues et C. Beauval (Henry-Gambier et al. 2013b) est exemplaire par la qualité et la richesse de ses démonstrations. Les résultats qui y sont présentés démontrent l’existence de gestes funéraires primaires et secondaires, avec des interventions des derniers occupants gravettiens sur des corps déposés au fond de l’abri (peut-être comme à Cro-Magnon) à des stades différents de décomposition. Certains vestiges humains ont ensuite été déposés ailleurs dans le gisement dans le cadre de pratiques funéraires très ritualisées, ce dont témoigne l’association avec de nombreux éléments archéologiques appartenant à la sphère symbolique.

Badegoulien et Magdalénien, des sites revisités

15Avec la reprise, sous la direction de J. Clottes, des travaux de terrain à la grotte du Placard (Charente) au début des années 1990, une nouvelle équipe de recherche est constituée. Dominique en fait partie, et ses travaux antérieurs avec F. Le Mort dans les années 1980 (Le Mort, Gambier 1992) prennent un nouvel essor avec la découverte, cette fois en place, de restes humains – des vestiges qui, jusque-là, n’avaient été identifiés que dans les collections anciennes des fouilles du XIXe siècle. L’attribution au Badegoulien des calottes crâniennes remodelées en « coupelles » et des os frais fragmentés et incisés est avérée. Les traces de décharnement des os infracrâniens, qui étaient perçues précédemment comme un traitement particulier de préparation des corps, prennent, avec les fouilles récentes, une autre dimension : elles sont désormais associées aux ossements fragmentés, auparavant sans attribution culturelle. Dominique ne s’était pas autorisée à considérer le silex découvert plaqué contre le corps d’une vertèbre thoracique d’un des Enfants de Grimaldi (Baoussé-Roussé, Italie) comme une preuve de l’existence de conflits entre groupes humains épigravettiens, mais seulement comme une possibilité. Avec cette nouvelle étude des restes humains du Placard, appuyée par une solide analyse des données ethnographiques, la violence armée intergroupe au Badegoulien prend corps et devient une proposition d’interprétation tangible. Dans son dernier ouvrage, qu’elle coécrit avec B. Boulestin en 2019, Dominique propose d’interpréter ces stigmates comme résultant de pratiques anthropophagiques.

16À Isturitz (Pyrénées-Atlantiques), Dominique remarque que les gestes autour du cadavre inscrivent les Magdaléniens dans la continuité des Badegouliens ; avec cela en plus que les sépultures primaires sont de retour (Buisson, Gambier 1991 ; Henry-Gambier, Faucheux 2012). Elle profite par ailleurs de l’étude des restes du nourrisson magdalénien de l’abri Labattut (Dordogne), découvert en 1913 (Paleo 30, 2019), pour rediscuter des tentations de surinterprétation sociale à partir de données par trop restreintes. Loin de rejeter la lecture sociale du fait sépulcral, Dominique insiste sur le fait qu’il doit être intégré à l’ensemble des productions du groupe. Des questions de hiérarchies sociales, du statut des femmes dans la Préhistoire alimentent d’ailleurs ses derniers axes de recherche et d’intérêts.

Enseignement et diffusion de la recherche

17Les activités d’enseignement supérieur de Dominique se sont essentiellement déroulées dans le cadre de masters d’Anthropologie et de Préhistoire, que ce soit à l’université Bordeaux ou au Muséum national d’histoire naturelle (Paris). Son enseignement a toujours porté sur l’histoire des découvertes, sur la caractérisation des humains fossiles du Paléolithique récent et de l’Holocène ancien, ainsi que sur les gestes des vivants envers certains de leurs morts. Elle a également enseigné la Paléoanthropologie à l’école d’infirmières de la Croix-Rouge à Bordeaux et souligné l’intérêt scientifique de l’étude des restes humains du Paléolithique récent au sein de l’école d’été de Paléoanthropologie de l’université de Princeton à Bordeaux. Dominique, si elle n’a pas « officiellement » encadré beaucoup d’étudiants, les a souvent accompagnés dans leurs recherches. Elle a également dirigé un doctorat, celui de S. Villotte, intitulé Activités et enthésopathies sur le squelette : recherche méthodologique et application aux populations du Paléolithique supérieur et du Mésolithique européen. Ce travail universitaire a marqué le début d’une collaboration qui s’est concrétisée par plusieurs publications dont une, Villotte et al. en 2010, a profondément marqué la communauté en démontrant, pour la première fois, l’existence d’une division sexuelle des activités au Paléolithique récent-Mésolithique. Dominique a aussi confié à Sébastien l’étude de plusieurs fossiles humains inédits. On doit enfin rappeler que les recherches ou le matériel qu’étudiait Dominique ont alimenté d’autres travaux universitaires. En 2016, M. Le Luyer a ainsi soutenu une thèse, dirigée par P. Bayle, sur L’évolution dentaire dans les populations humaines de la fin du Pléistocène et du début de l’Holocène (19000-5500 cal. BP) : une approche intégrée des structures externe et interne des couronnes pour le Bassin aquitain et ses marges. C’est d’ailleurs avec Mona que Dominique a publié son dernier article dans Paleo (Les dents humaines magdaléniennes de la grotte de La Marche (Lussac-Les-Châteaux, Vienne, France, Paleo 31, 2021). 

18Trente et un ans plus tôt, elle coécrivait, avec F. Houët et A.-M. Tillier, son premier article dans Paleo (no 2, 1990) ; il y était question des dents aurignaciennes de Font-de-Gaume (Les Eyzies, Dordogne) et de La Ferrassie (Savignac-de-Miremont, Dordogne). 

19Dominique a été autrice, ou coautrice, de seize contributions dans notre support éditorial, soit pratiquement une publication tous les deux ans.

20Outre la recherche fondamentale, Dominique avait également porté beaucoup d’intérêt à la médiation de ses résultats scientifiques auprès du grand public. À ce titre, elle avait volontiers participé à l’élaboration de la programmation scientifique et muséographique du nouveau musée national de Préhistoire, inauguré en 2004. Ainsi avait-elle entrepris, avec l’aide de doctorants de l’université de Bordeaux, une réévaluation complète des restes humains attribués au Paléolithique récent conservés dans les collections du musée. Les résultats obtenus, complétés par un programme de datations radiocarbone (Paleo 12, 2000), ont permis de confirmer la fiabilité scientifique et la position chronologique de divers fossiles, dont ceux de Saint-Germain-la-Rivière (Gironde), Saint-Cirq-Madelon (Lot) ou encore La Madeleine (Dordogne) qui font désormais la fierté du MNP. Sur le plan patrimonial, il paraît aussi judicieux de signaler l’entrée récente dans le fonds documentaire du musée national de Préhistoire des tirés à part de Dominique.

21Enfin, la participation active de Dominique au comité de lecture de Paleo depuis les années 1990 a largement favorisé, du fait de ses nombreux séjours aux Eyzies, les rencontres amicales et les échanges scientifiques avec la conservation et l’ensemble de l’équipe du Musée.

22Très engagée politiquement, Dominique avait une haute conception de ce que devait être notre société, des valeurs de générosité et de partage qu’elle pouvait porter, de la place centrale que l’humain devait y avoir. Son engagement syndical était à la hauteur de ses convictions ; elle était de toutes les batailles pour défendre une recherche publique de qualité. Elle militait pour une recherche libre de toute pression, ne trouvait guère de pertinence à la quasi-obligation pour les chercheurs non anglophones de publier systématiquement en anglais. Enfin, elle déplorait amèrement l’avènement de la recherche sur appels d’offres, d’une part pour l’aspect chronophage de l’élaboration des réponses et d’autre part pour le risque de conduire vers une privatisation de la recherche. Elle avait, cependant, su composer avec cette nouvelle donne, ayant été l’une des premières de PACEA à participer en tant que responsable des études paléoanthropologiques à un programme financé par l’ANR, Guerre et violence dans les premières sociétés d’Europe : approche intégrée, coordonné par L. Baray.

23Dominique détestait les « buzz » qui, depuis plus d’une dizaine d’années, émaillent régulièrement la recherche archéologique. Souvent construits à partir de très peu d’éléments, voire d’une découverte unique, ces coups médiatiques sont relayés par une partie de la communauté scientifique ainsi que par la presse grand public pour mettre en avant des hypothèses aussi séduisantes que fantaisistes. Par opposition, les publications de Dominique étaient peut-être moins flamboyantes, mais les données qu’elle y présentait étaient solides, détaillées, parfaitement utilisables et vérifiables par d’autres collègues, justifiant pleinement chacune des hypothèses formulées. Dominique possédait aussi cette qualité rare de reconnaître ses « erreurs » et, si cela lui semblait justifié, de changer d’opinion.

24Depuis de nombreuses années, Dominique luttait contre la maladie. Elle avait pris, comme à son habitude, le taureau par les cornes, subissant traitements et opérations répétées sans jamais se plaindre, confiant tout juste à certains moments « ne pas être en forme » ou « se sentir un peu fatiguée ». Forçant le respect, son courage et sa volonté de fer de tenir au mieux les charges de son mandat de membre du comité de rédaction de Paleo l’ont amenée à accepter des relectures et assister à la plupart des réunions ou des échanges par courrier électronique jusqu’à ses dernières semaines.

25Nos réunions, nos discussions se dérouleront désormais sans sa présence, ses mots qui claquent, les échanges parfois musclés mais toujours profitables qui en découlaient, le doigt posé là où « cela fait mal » par sa quête constante de probité scientifique… Chère Dominique, tes commentaires, tes remarques, ta façon d’attirer notre attention sur un sujet vont nous manquer. Après tant d’années partagées, tu nous as imprégnés de tes exigences et de ton honnêteté scientifique, individuellement comme collectivement. Le comité de rédaction de Paleo t’en remercie. Tes écrits, tes prises de position, le souvenir de tes interventions au CR continueront de nous stimuler et de nous guider pour marcher au mieux dans tes pas.

26Dominique, tu étais une femme parfois en colère, toujours révoltée devant l’injustice, mais aussi, et par-dessus tout, bienveillante. Tu étais une camarade au sens le plus noble du terme, qui a porté haut les couleurs de la recherche et de l’anthropologie biologique préhistorique. Salut à toi, chère amie, chère camarade.

Le comité de rédaction de Paleo

Top of page

Bibliography

AUJOULAT N., GENESTE J.-M., ARCHAMBEAU Chr., DELLUC M., DUDAY H., GAMBIER D. 2001 - La grotte ornée de Cussac (Dordogne), observations liminaires, Paleo 13, p. 9-18.

BOULESTIN B., HENRY-GAMBIER D. 2019 - Les restes humains badegouliens de la grotte du Placard, cannibalisme et guerre il y a 20 000 ans, Archeopress archeology, 138 p.

BUISSON D., GAMBIER D. 1991 - Façonnage et gravures sur des os humains d’Isturitz. Bulletin de la Société préhistorique française, 88, p. 172-177.

Collectif 1992 - Le peuplement Magdalénien. Paléogéographie physique et humaine. Actes du colloque de Chancelade, Périgueux 10-15 Octobre 1988, Paris, éd. CTHS.

GAMBIER D. 1982 - Etudes ostéométriques des astragales néandertaliens du Regourdou (Montignac, Dordogne), C. R. Acad. Sc. Paris, série II, 295, p. 517-520.

GAMBIER D. 1983 - Etude de la calotte crânienne provenant d’un des niveaux magdaléniens de la grotte des Romains (Commune de Virignin, Ain), C. R. Acad. Sc. Paris, série II, 297, p. 379-381.

GAMBIER D. 1985 - Les restes humains de La Balauzière (France), Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, nouv. série, 2, p. 67-86.

GAMBIER D. 1986 - Etude des os d’enfants du gisement Aurignacien de Cro-Magnon, Les Eyzies (Dordogne), Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, nouv. série, 3, p. 13-26.

GAMBIER D. 1989 - Mourir au Paléolithique supérieur, In : C. Goudineau, J. Guilaine (éds), De Lascaux au Grand Louvre. Archéologie et Histoire en France. Editions Errance & Picard, Paris, p. 378-381.

GAMBIER D., HOUET F., TILLIER A.-M. 1990 - Dents de Font de Gaume (Châtelperronien et Aurignacien) et de La Ferrassie (Aurignacien ancien) en Dordogne, Paleo 2, p. 143-152.

GAMBIER D., VALLADAS H., TISNÉRAT-LABORDE N., ARNOLD M., BRESSON F. 2004 - Datation de vestiges humains présumés du Paléolithique supérieur par la méthode du C14 en SMA, Paleo, 16, p. 1-11.

HENRY-GAMBIER D. 2002 - Les fossiles de Cro-Magnon (Les-Eyzies, Dordogne) : nouvelles données sur leur position chronologique et leur attribution culturelle, Paleo 14, p. 201-204.

HENRY-GAMBIER D. 2008 - Pratiques funéraires et comportements des populations gravettiennes en Europe : bilan des données et interprétations, In : J.-P. RIGAUD (dir.), Le Gravettien : entités régionales d’une paléoculture européenne. Actes de la table ronde Le Gravettien : entités régionales d’une paléoculture européenne, Les Eyzies, Paleo 20, p. 399-438.

HENRY-GAMBIER D. avec la collaboration de COURTY M.-A, CRUBÉZY É, KERVAZO B., TISNÉRAT-LABORDE N., VALLADAS H. 2001 - La sépulture des enfants de Grimaldi (Baoussé-Roussé, Italie) – anthropologie et palethnologie funéraire des populations de la fin du Paléolithique supérieur, Paris, éd. CTHS, RMN, (documents préhistoriques 14), 181 p.

HENRY-GAMBIER D., MAUREILLE B., WHITE R. 2004 - Vestiges humains des niveaux de l’Aurignacien ancien du site de Brassempouy (Landes). Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, 16, p. 49-87.

HENRY-GAMBIER D., FAUCHEUX A. 2012 - Les pratiques autour de la tête en Europe au Paléolithique supérieur, In : B. BOULESTIN et D. HENRY-GAMBIER (dirs.), Crânes trophées, crânes d’ancêtres et autres pratiques autour de la tête : problèmes d’interprétation en archéologie, Actes de la table ronde pluridisciplinaire, musée national de Préhistoire, les Eyzies (Dordogne, 14-16 octobre 2010), Oxford, Archeopress (BAR Int. Ser. 2415), p. 53-67.

HENRY-GAMBIER D., COURTAUD P., DUDAY H., DUTAILLY B., VILLOTTE S., DEGUILLOUX M.-Fr., PÉMONGE M.-H., AUJOULAT N., DELLUC M., FOURMENT N., JAUBERT J. 2013a - La grotte de Cussac (Le Buisson-de-Cadouin, Dordogne) : un exemple de comportement original pour le Gravettien, In : J. JAUBERT, N. FOURMENT ET P. DEPAEPE (dirs.), Transitions, ruptures et continuité en Préhistoire, vol. 1 évolution des techniques – comportements funéraires – Néolithique ancien, Actes du XXVIIe Congrès Préhistorique de France, (Bordeaux-Les Eyzies 31 mai-5 juin 2010), p. 169-182.

HENRY-GAMBIER D., VILLOTTE S., BEAUVAL C., BRUZEK J., GRIMAUD-HERVÉ D. 2013b - Les vestiges humains : un assemblage original, In : R. NESPOULET, L. CHIOTTI, D. HENRY-GAMBIER (Éds), Le Gravettien final de l’abri Pataud (Dordogne, France), Bar International Series 2458, p. 135-199.

HENRY-GAMBIER D., ROCHER P., DRUCKER D. 2019 - Étude et description de la sépulture de l’enfant de l’abri Labattut (vallon de Castelmerle, Sergeac, Dordogne, France), Paleo 30-1, p. 170-203.

LE LUYER M., AIRVAUX J., HENRY-GAMBIER D. 2021 - Les dents humaines magdaléniennes de la grotte de La Marche (Lussac-Les-Châteaux, Vienne, France), Paleo, 31, p. 158-186.

LE MORT F., GAMBIER D. 1992 - Diversité du traitement des os humains au Magdalénien : un exemple particulier, le cas du gisement du Placard (Charente), In : Le peuplement magdalénien, paléogéographie physique et humaine, colloque de Chancelade, 10-15 octobre 1988, Paris, éd. CTHS, (documents préhistoriques 2), p. 29-40.

NESPOULET R., CHIOTTI R., HENRY-GAMBIER D. 2013 - Le Gravettien final de l’abri Pataud (Dordogne, France), BAR International Series 2458, 217 p.

VILLOTTE S., CHURCHILL S.E., DUTOUR O., HENRY-GAMBIER D. 2010 - Subsistence Activities and the Sexual Division of Labor in the European Upper Paleolithic and Mesolithic: Evidence from Upper Limb Enthesopathies. Journal of Human Evolution, 59, p. 35-43.

Top of page

List of illustrations

Title Dominique Henry-Gambier étudiant les restes crâniens de l’Homme de Combe-Capelle (Saint-Avit-Sénieur, Dordogne) au Museum für Vor- und Frügeschichte archäologie Europas à Berlin (Allemagne), octobre 2002, photographie B. Maureille
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/7156/img-1.jpg
File image/jpeg, 360k
Top of page

References

Bibliographical reference

“Dominique Henry-Gambier, paléoanthropologue”PALEO, 32 | 2022, 9-14.

Electronic reference

“Dominique Henry-Gambier, paléoanthropologue”PALEO [Online], 32 | 2022, Online since 27 June 2023, connection on 08 December 2023. URL: http://journals.openedition.org/paleo/7156; DOI: https://doi.org/10.4000/paleo.7156

Top of page

Copyright

CC-BY-NC-ND-4.0

The text only may be used under licence CC BY-NC-ND 4.0. All other elements (illustrations, imported files) are “All rights reserved”, unless otherwise stated.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search