Skip to navigation – Site map

HomeIssuesHors-sérieHommage. Rached Jaballi (1988-2023)

Full text

1La préhistoire et la protohistoire tunisiennes sont en deuil. Nous venons de perdre le docteur Rached Jaballi préhistorien et conservateur du patrimoine à l’Institut National du Patrimoine (Tunisie).

2Né en 1988 à Kasserine en Tunisie, le Docteur Rached Jaballi nous a quittés le jeudi 16 Mars 2023 suite à un accident mortel de la route survenu alors qu’il dirigeait des fouilles archéologiques à Khanguet Essloughi à Kasserine en Tunisie centrale. Rached Jaballi a intégré l’Institut National du Patrimoine en tant qu’agent contractuel en 2012. Il a travaillé dans le site antique de Zama puis de Carthage, et enfin il a été chargé du site antique de Thélepte à Kasserine. Depuis 2023 son statut administratif était en voie de régularisation en tant que conservateur du patrimoine.

3Rached Jaballi était titulaire d’une thèse de doctorat en Préhistoire soutenue en 2021 intitulée « Les occupations préhistoriques et protohistoriques dans la région de Fériana et ses environs (Centre ouest de la Tunisie) » (dir. Pr. Nabiha Aouadi - INP).

4Travaillant avec rigueur et studiosité, de nombreux inventaires d’objets archéologiques et préhistoriques ont été réalisés par Rached Jaballi (réserves de Préhistoire du Musée National du Bardo, réserves de Sbeïtla, de Carthage…).

5Son implication sur le terrain remonte aux premières années de sa Maîtrise en Archéologie à la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Kairouan. Son initiation à la Préhistoire a commencé en 2009, alors qu’il était en deuxième année d’Archéologie avec le site capsien de l’Aïn Metherchem (Kasserine). Il participa aux deux campagnes de fouilles en 2009 et 2010, et la collection lithique du site a fait l’objet de son Mastère en 2014 intitulé « Technologies lithiques à l’Épipaléolithique : Étude de la série lithique de la rammadiya de l’Aïn Metherchem » (Dir. Pr. Nabiha Aouadi - INP).

6Rached Jaballi s’est également investi très tôt dans les enseignements et formations de Préhistoire en Tunisie, surtout celles relatives à la technologie lithique. En 2018 il a notamment participé à la formation proposée par Jacques Pellegrin sur « La technologie de la pierre taillée préhistorique : méthodologie et initiation pratique » (Gabes, 2018).

7Rached Jaballi était fasciné par la culture capsienne, bien représentée dans sa terre natale (Kasserine) à travers de nombreuses rammadiyet. Il s’intéressait plus particulièrement aux techniques de débitage, aux gites de matières premières et à la circulation des Hommes capsiens à l’Holocène. Ses travaux ont permis d’élaborer un référentiel sur les types de matières premières du Centre-Ouest tunisien. Il a étendu ses recherches à d’autres endroits de Kasserine tels que Foussana, Haïdra, Thala, Sbiba…

8Rached Jaballi a fait partie de plusieurs programmes de recherche nationaux et internationaux en Préhistoire. Nous évoquons à titre indicatif ceux portants sur les sites de l’Oued el Akarit (2014), de Nafta (2016), d’Aïn el Guettar (2010, 2011), de Bir Oum Ali (2019), de Kef Hamda (2014), de Foussana (2017, 2019 à 2022), de Lazalim (2022), de Koudiet Errmaidiya (2021)…

9Les multiples travaux de recherche de Rached Jaballi ont été exposés et valorisés lors de colloques nationaux et internationaux. Sa dernière participation était aux 11èmes Rencontres de Quaternaristes Marocains (RQM11) à Rabat au Maroc en novembre 2022, sur le thème « Honorer les morts en Préhistoire : les pratiques funéraires aux temps des Capsiens ».

10Sa dernière mission de fouille (mars 2023) qu’il menait avec grande responsabilité et rigueur scientifique était celle du site de Khanguet Essloughi, situé entre Haïdra et Foussana (Centre-Ouest tunisien). La fouille a concerné plusieurs occupations dites « protohistoriques/ monuments mégalithiques », représentées par des bazinas et des dolmens.

11Reconnu pour sa parfaite implication sur le terrain, son souci du détail, et sa grande maitrise des techniques de fouille, Rached Jaballi a su partager ses acquis et ses connaissances avec ses amis et collègues. Lors des chantiers de fouilles, dans les stages de formation ou dans les missions d’étude de matériel archéologique, Rached était le point focal du groupe, et il a toujours été indispensable et central au cours de toutes ses missions. Il était toujours présent pour trouver des solutions aux problèmes financiers, logistiques, scientifiques… Son leitmotiv était le travail en équipe. Son objectif était l’avancée de nos connaissances sur la Préhistoire tunisienne et nord-africaine. Rached était une boule d’énergie, de bonne volonté, de force spirituelle et intellectuelle.

12Rached était toujours souriant, aidant et bienveillant envers tout le monde en particulier les nouveaux étudiants et stagiaires, et ses collègues conservateurs.

13Sur le plan associatif, Rached était très actif et faisait partie de plusieurs associations qui œuvrent dans le secteur culturel et social.

14Ses proches, ses amis, ses collègues, ses professeurs ressentent une grande tristesse et une grande perte pour le monde scientifique. Toutes nos condoléances s’adressent à sa famille et à toute la communauté des chercheurs en Préhistoire tunisienne et nord-africaine.

15Lors du colloque hommage à Émilie Campmas qui s’est tenu à Toulouse en distanciel en mars 2021, Rached avait présenté une communication intitulée « Note sur les occupations capsiennes inédites dans le bassin versant de l’Oued Sidi Aïch (Gafsa – Sud-Ouest tunisien) » dont nous retranscrivons ici le résumé. « Les Capsiens représentent les derniers chasseurs-cueilleurs en Algérie orientale et en Tunisie à l’Holocène inférieur et moyen. Les occupations capsiennes sont très denses dans le bassin versant de l’Oued Sidi Aïch et ont fait l’objet de nombreuses études préalables, notamment dans les sites de Bou Hayya, du Bassin de Kasserine, de l’Aïn Metherchem, de l’Ain Charchara et de Sidi Aïch. De multiples missions de prospection pédestre ont également permis d’identifier plusieurs sites capsiens inédits de type rammadiya. L’étude d’une dizaine de séries lithiques, fauniques et d’autres matériaux archéologiques (objets de parure, industrie osseuse), révèle une gestion économique particulière des ressources naturelles disponibles et une maitrise du territoire en milieu steppique. Le bassin versant de l’Oued Sidi Aïch représentait une zone de passage, entre la région de Gafsa au Sud, le bassin de Kasserine au Nord et la région de Tébessa à l’Ouest, et les Capsiens se sont installés de manière récurrente dans les steppes semi-arides de la région. Les ressources naturelles abondantes et la topographie en altitude semblent être les principaux critères déterminants dans l’installation des Capsiens dans cette région. »

16Il était prévu qu’il publie les résultats détaillés de ces travaux dans le présent volume de Paleo, malheureusement Rached n’a pas eu le temps nécessaire pour apporter les corrections demandées par les relecteurs à son manuscrit.

Top of page

Bibliography

Publications de Rached Jaballi

AOUADI N., BERGER J.-F., BKHAIRI A., JABALLI R., M’HAMDI M., ELAMRI Z. 2019 - Notes sur une occupation préhistorique holocène en hautes steppes : La Rammadiya de Koum Rmad (Bou Haya, Feriana). In : Les septièmes journées géographiques régionales sur le thème « Les régions intérieures : dynamiques spatiales et environnementales. Gouvernances et développement des ressources patrimoniales et touristiques ». Sbeïtla du 2 au 4 novembre 2017. Revue tunisienne de Géographie, N° 49-50 (2018), p. 13-30.

JABALLI R., AOUADI N., BERGER J.F. 2020 - Les occupations capsiennes dans le bassin versant de l’oued al Hogf. In : Aux origines du Capsien en Tunisie. Aouadi N., Harbi-Riahi M. (Eds), ASM (Gafsa) et Institut National du Patrimoine. p. 165-196.

BEN MOUSSA S., BELHOUCHET L., AOUADI N., JABALLI R. 2021 - Peuplement et mode de vie préhistoriques dans la région d’El-Alia (Salakta, Mahdia, Tunisie orientale).In : Byzacium, Byzacène, Muzaq : Occupation du sol, peuplement et modes de vie. Actes du 6e colloque de Sousse. Ed. A. Mrabet. 2021.12-28.

AOUADI N., JABALLI R. 2022 - Note sur une pendeloque en os trouvée dans une sépulture capsienne à Koudès Rmad (Oued Riahi, Foussana, Tunisie centrale. Chroniques d’Archéologie Maghrébine (ChrAM), fascicule 1/ 2022, p. 158-163.

AOUADI N., SAÏDI M., HANNACHI K., JABALLI R., SGHARI B. 2023 - Les savoir-faire chez les Capsiens à travers les rites funéraires et les ornements. In : Actes du colloque « Autochtonie II » : « Savoir-faire autochtones dans le Maghreb et en Méditerranée occidentale, de l’Antiquité aux époques modernes : originalités, hybridité » (accepté, sous presse).

JABALLI R. et al. 2023 - Un nouveau foyer d’art et de savoir-faire chez les Capsiens de Sidi Aich ». In : Actes du colloque « Autochtonie II » : Savoir-faire autochtones dans le Maghreb et en Méditerranée occidentale, de l’Antiquité aux époques modernes : originalités, hybridité (accepté, sous presse).

AOUADI N, TOUJ F., JABALLI R. 2023 - « New evidences for health diseases and hygiene in the Capsian human groups, Tunisia ». In : Colloque « Santé et Hygiène dans les sociétés méditerranéennes à travers les âges » ; la Manouba du 3-5 Mars 2022, (Texte sous évaluation).

Top of page

References

Bibliographical reference

Nabiha Aouadi, “Hommage. Rached Jaballi (1988-2023)”PALEO, Hors-série | 2023, 9-10.

Electronic reference

Nabiha Aouadi, “Hommage. Rached Jaballi (1988-2023)”PALEO [Online], Hors-série | Décembre 2022, Online since 15 November 2023, connection on 26 February 2024. URL: http://journals.openedition.org/paleo/7619; DOI: https://doi.org/10.4000/paleo.7619

Top of page

About the author

Nabiha Aouadi

By this author

Top of page

Copyright

CC-BY-NC-ND-4.0

The text only may be used under licence CC BY-NC-ND 4.0. All other elements (illustrations, imported files) are “All rights reserved”, unless otherwise stated.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search