Skip to navigation – Site map

HomeIssuesHors-sérieThème 1 : Les occupations côtière...L’utilisation et la consommation ...

Thème 1 : Les occupations côtières de la Préhistoire à l’actuel : adaptations des populations humaines au milieu littoral, utilisation des ressources marines et réseaux de diffusion

L’utilisation et la consommation des bivalves par les néandertaliens de la grotte des Ramandils (Port-La Nouvelle, Aude, France)

Exploitation of bivalves as food or tools by the Neandertals of Ramandils cave (Port-La Nouvelle, Aude, France)
Anne-Marie Moigne, Vincenzo Celiberti and Émilie Campmas
p. 26-49

Abstracts

The question of the use of bivalves as tools was discussed in many Mediterranean shore line places and focused on the end of the Pleistocene and the beginning of the Holocene, through the study of large shell middens in all parts of the world. Some results were obtained on Neandertal sites from Mediterranean coasts, and several older coastal occupations with shellfishes have been also recognized in Pleistocene deposits. These occupations are attributed to several human lineages, known for their consumption of molluscs but also for their shell utilization.
Archaeological data from many sites in Spain, France and Italy confirm that shell collection and fresh water fishing were a common activity of Neandertals. Lithic analysis also provides data showing the relation between stone tools and shell tools.
The case of Ramandils cave (Port-La Nouvelle, France), excavated during the 90’s, is of great interest because the stratigraphic sequence yelds a quantity of terrestrial and marine molluscs. The site presents 25 archeostratigraphical layers dated from 77 ±6 ka (ensemble I) to 94 ±7 ka (ensemble V). The base lies on the Eemian marine pebbles dated from 125 ka. Molluscs are collected from thanotocenosis on the shore line or fresh directly on the sand. Most of the shells are fragmented and associated with lithic industry, bone retouchers and faunal remains.
The Ramandils cave thus brings a significant contribution to the understanding of the exploitation
of submerged aquatic resources by Neandertal and their adaptation to the coastal environment, long before the arrival of Homo sapiens in Western Europe.

Top of page

Full text

Introduction

1L’exploitation des environnements côtiers et l’approvisionnement en ressources marines par les hominines pendant le Pléistocène est désormais une notion bien acceptée et assez documentée. Les premiers témoignages d’une utilisation des coquillages en tant qu’exemple d’art mobilier ou d’éléments de parure nous proviennent du site de Trinil à Java en Indonésie (Joordens et al. 2015), où une coquille de Pseudodon sp., un bivalve d’eau douce, a été retrouvée avec des gravures géométriques sur l’une des valves, et de la grotte de Blombos en Afrique du Sud (d’Errico et al. 2005), datés respectivement d’entre 430 000 et 540 000 années et de 100 000 ans. La plupart des sites ayant livré des restes malacologiques clairement utilisés par les groupes préhistoriques se situent dans le bassin méditerranéen, mais également sur la côte Atlantique, comme par exemple le site de Figueira Brava au Portugal (Zilhão et al. 2020).

2Utilisés comme ressource alimentaire, exploités en tant qu’outillages ou évoquant un rôle symbolique, les coquillages ont été retrouvés dans de nombreux sites archéologiques préhistoriques. Ces restes malacologiques ont permis dans la plupart des cas de comprendre les comportements, les stratégies de subsistance, les modes de collecte et d’approvisionnement en mollusques marins par les groupes humains et de reconstituer leurs adaptions écologiques et saisonnières (Colonese et al. 2011 ; Gutiérrez-Zugasti et al. 2013 ; Jérardino 2014).

3La collecte de coquillages semble avoir été une adaptation côtière dans le bassin méditerranéen depuis au moins le Paléolithique moyen (Stiner 1994 ; Finlayson 2008 ; Richards et al. 2008 ; Brown et al. 2011 ; Colonese et al. 2011 ; Ramos et al. 2014). La grotte de Bajondillo, dans la localité de Torremolinos près de Málaga (Andalousie, Espagne), témoigne d’une utilisation des ressources marines et de la collecte à finalités alimentaires des mollusques à partir du stade isotopique 6 (Cortés-Sanchéz et al. 2011). Les couches plus profondes du site, datées d’environ 150 000 ans, ont livré, outre des restes fauniques et un abondant outillage lithique, de nombreux restes de coquillages consommés. Il s’agit essentiellement de moules (Mytilus galloprovincialis) mais aussi d’autres espèces de mollusques comestibles (Donacilla cornea et Glycymeris sp. entre autres) ainsi que quelques vertèbres de poissons, ce qui atteste d’une exploitation et d’une consommation des ressources marines très anciennes (Cortés-Sanchéz et al. 2011).

4À la même période chronologique, mais sur les rivages de la Mer Rouge et en Afrique du Sud, des formes archaïques d’Homo sapiens pratiquaient déjà la collecte des mollusques et la consommation de poissons pendant le Middle Stone Age africain (Walter et al. 2000 ; Jerardino et Marean 2010). Une terrasse récifale du Pléistocène, située près du village d’Abdur, sur le côté ouest de la péninsule de Buri en Érythrée, témoigne de la plus ancienne occupation humaine en zone côtière attestée en Afrique de l’Est. Une trentaine d’espèces de mollusques comestibles, tout comme des restes d’oursins, de crabes et de poissons, retrouvés dans des dépôts datés d’environ 125 000 ans, révèlent donc une exploitation des ressources alimentaires marines (Walter et al. 2000). Le recours à une alimentation issue de la mer était néanmoins déjà connu en Afrique, à Pinnacle Point en Afrique du Sud, où, dans des niveaux datés de 164 000 ans, ont été retrouvés plusieurs restes de coquillages marins comestibles, bivalves et gastéropodes confondus (Jerardino et Marean 2010).

5L’utilisation des coquillages pour leur valeur symbolique et une exploitation des mollusques plus liée à certains comportements rituels qu’à la subsistance semblent être déjà présentes en Europe dès les Néandertaliens (Zilhão et al. 2010 ; Peresani et al. 2013). Dans les dépôts archéologiques de deux sites dans la province de Murcia (Andalousie, Espagne), une utilisation de valves de mollusques en association avec l’ocre est assez bien documentée. Dans la Cueva de los Aviones, trois valves d’Acanthocardia et de Glycymeris présentant des perforations au niveau des umbos et avec des traces de colorants jaunes et rouges ont été retrouvées en association avec des morceaux d’ocre, tout comme une coquille de Spondylus montrant des résidus de colorants (Zilhão et al. 2010). Dans la Cueva Antón, à seulement 60 km de la Cueva de los Aviones, une coquille de Pecten perforée et peinte sur la face extérieure avec un mélange orange, vraisemblablement de la goethite et de l’hématite, a été abandonnée par un groupe de Néandertaliens (Zilhão et al. 2010).

6Un autre exemple d’utilisation d’un coquillage en tant qu’objet symbolique plutôt qu’alimentaire nous est parvenu de la grotte de Fumane, sur le versant des Monts Lessini, dans les Préalpes de Vénétie tout près de la ville de Verone. Dans une couche moustérienne de la cavité, datée d’au moins 47 000 ans, une coquille fossile du Miocène-Pliocène, Aspa marginata, collectée par les Néandertaliens dans un affleurement fossile situé vraisemblablement à plus de 100 km du site, a été retrouvée avec des traces d’une substance rouge, qui a été identifiée comme étant de l’hématite pure (Peresani et al. 2013). L’interprétation des auteurs de l’étude s’oriente vers l’hypothèse d’une modification du coquillage fossile, percé, recouvert d’ocre et utilisé comme pendentif suspendu par un fil (Peresani et al. 2013).

7L’utilisation de coquilles perforées comme objets symboliques et d’ornements est attestée au moins dès le Pléistocène supérieur en Afrique du Sud (Ambrose 1998 ; d’Errico et al. 2005 ; Cain 2006 ; Vanhaeren et al. 2013) mais également sur les berges orientales de la Méditerranée (Kuhn et al. 2001 ; Güleç et al. 2002 ; Vanhaeren et al. 2006) et dans de nombreux sites au Paléolithique supérieur en Europe et durant l’Holocène (Onoratini et al. 2010 ; Taborin 1993 ; Dupont 2006 ; Vanhaeren et d’Errico 2006 ; Perlès et Vanhaeren 2010 ; Stiner 2010 ; Pappa et Veropoulidou 2011 ; Cristiani et al. 2014 ; Onoratini 2016 ; Coppola 1992 ; Barge 1983 ; Onoratini et Combier 1996).

8Les coquillages ont été également utilisés comme matière première et comme supports d’outils par les populations préhistoriques dès le Paléolithique inférieur et jusqu’au Mésolithique et au Néolithique, en Asie comme en Europe. Les témoignages les plus anciens de cette exploitation comme outillage des coquillages ont été retrouvés à Java, en Indonésie. Une coquille de Veneridae exhumée à Sangiran, site daté d’environ 1,5 à 1,6 million d’années et occupé par Homo erectus, présente des traces témoignant d’une vraisemblable utilisation pour des activités de boucherie (Choi et Driwantoro 2007). De Java nous parvient également une valve de Pseudodon, un mollusque d’eau douce de la famille des Unionidae, retrouvée dans une couche datée d’environ 400 000 ans et présentant un bord lisse, poli et modifié par retouche, ce qui suggère son utilisation comme outil tranchant et fonctionnel (Joordens et al. 2015).

9Szabó (2013) a publié une étude exhaustive assez critique avec une très bonne approche méthodologique dans l’analyse de ces coquillages utilisés comme outils et pour l’exploitation des mollusques pendant le Pléistocène en Asie et dans le Pacifique.

10Tout comme l’exploitation des coquilles est attestée au Pléistocène supérieur et à l’Holocène en Asie de l’Est (Szabó et al. 2007), l’adaptation néandertalienne aux milieux côtiers du bassin méditerranéen est désormais bien connue. Tout aussi bien répertoriées et documentées sont l’utilisation et l’exploitation des mollusques marins pour la fabrication d’outils ou pour leur utilisation en tant qu’objets fonctionnels aux bords tranchants (Palma di Cesnola 2001 ; Darlas 2007).

11Ce sont essentiellement les valves de Callista chione qui témoignent d’une utilisation comme outil dans de nombreux sites aux abords de la mer Méditerranée, principalement en Grèce, dans la grotte de Kalamakia (Darlas 2007) et en Italie, sur les côtes ligures, latiales et des Pouilles (Dantoni 1980 ; Vitagliano 1984 ; Campetti 1986 ; Palma di Cesnola 2001 ; Oxilia 1974) et dans une fenêtre chronologique située entre les stades isotopiques 5 et 3 (Romagnoli et al. 2015 ; Romagnoli et al. 2016).

12Dans la Grotta dei Moscerini dans le Latium (Villa et al. 2020) et dans la Grotta del Cavallo dans les Pouilles ainsi dans que le site de Figueira Brava au Portugal (Zilhão et al. 2020), les Néandertaliens avaient vraisemblablement exploité les ressources malacologiques, non seulement comme matière première pour fabriquer des outils, mais aussi comme produit associé à la consommation alimentaire, comme semblent le suggérer les traces de combustion et d’exposition au feu de Callista chione et d’autres mollusques.

13Avec l’arrivée des Hommes anatomiquement modernes (HAM) en Europe, l’exploitation des ressources de l’environnement côtier devient quasiment systématique et de nombreux sites datés du Paléolithique supérieur (Cuenca Solana et al. 2013), du Mésolithique et du Néolithique (Cuenca Solana et al. 2011 ; Manca 2018) témoignent de cette nouvelle économie de subsistance (Cubas et al. 2018).

Le rôle des ressources côtières dans l’évolution humaine

14L’adaptation au milieu côtier est un processus qui concentre depuis quelques années l’attention de la communauté scientifique travaillant sur l’évolution humaine. En effet, la consommation des ressources côtières a permis d’intégrer dans l’alimentation des populations du passé de nouveaux nutriments, tels que les acides gras polyinsaturés contenus dans les mollusques marins, qui sont bénéfiques pour le développement cérébral et la santé (Cunnane et Stewart 2010). Le registre ethnologique montre que la richesse en ressources des zones côtières peut induire une complexification sociale (sédentarisation, entraides, conflits, réseaux d’échanges) (Marean 2014) et la consommation des mollusques marins est parfois considérée comme un indicateur pour caractériser l’émergence de comportements complexes (dits « modernes ») (McBrearty et Brooks 2000). De plus, le potentiel nutritionnel des zones côtières a pu en faire des voies privilégiées pour la dispersion humaine en Asie, en Europe et en Afrique (Stringer 2000 ; Mellars et al. 2013). Une certaine flexibilité comportementale est nécessaire pour acquérir de façon efficace les ressources issues d’une grande variété d’environnements côtiers (lagunes, falaises, substrat sableux ou rocheux) qui varient dans le temps (saisons, marées). Cette caractéristique a certainement permis aux populations du passé de s’adapter avec succès à une diversité d’environnements et de se propager via des routes variées, aussi bien le long des côtes qu’à l’intérieur des terres (Will et al. 2015), en emportant et en diffusant à leur passage certaines innovations comportementales, techniques, économiques et symboliques.

15Ainsi, l’adaptation au milieu côtier est un processus crucial dans l’évolution humaine et doit être considérée comme un des éléments caractéristiques de la complexité comportementale des populations du passé.

Le débat sur l’émergence de la complexité comportementale et l’origine de l’adaptation au milieu côtier

16L’émergence des comportements dits « modernes » (incluant utilisation de pigments, d’outils en os, d’ornements, etc.) chez les populations préhistoriques est un débat passionnant. La lignée néandertalienne se rencontre en Eurasie entre 300 000 et 40 000 ans mais selon R. Klein (2008), l’émergence des comportements « modernes » a été abrupte et est la conséquence d’une mutation génétique chez les populations d’HAM en Afrique il y a 50 000 ans, juste avant leur diffusion en Europe. Les chercheurs ont donc placé ce changement neurobiologique vers -80/-60 000 ans et l’associent aux innovations reconnues en Afrique du Sud (Mellars 2006). Néanmoins, selon d’autres chercheurs, ces comportements seraient apparus bien avant, vers 200 000 ans, et se seraient développés de manière graduelle en Afrique, en association avec l’émergence des premiers Homo sapiens archaïques (McBrearty et Brooks 2000). Toutefois, cette vision graduelle est remise en question au profit d’une hypothèse plus discontinue, avec certaines innovations qui ont pu perdurer, et d’autres qui ont pu apparaître, puis disparaître pour être réinventées plus tard. De plus, des études récentes ont montré que des éléments caractéristiques de cette complexité comportementale (utilisation de pigments, d’outils en os, d’ornements, etc.) ont également été utilisés par les Néandertaliens européens, rendant obsolète cette vision des Néandertaliens rustres et inférieurs cognitivement (d’Errico 2006 ; Zilhao et al. 2010 ; d’Errico et Stringer 2011 ; Radovčič et al.2015 ; Romagnoli 2021).

17Un autre débat fait écho à cette discussion passionnante sur l’émergence des comportements dits « modernes » : l’origine de l’adaptation au milieu côtier. En effet, les régions littorales semblent avoir joué un rôle primordial dans cette problématique. L’adaptation au milieu côtier correspond ici à une exploitation systématique, efficace, récurrente et planifiée des ressources côtières (mollusques, crustacés, mammifères et oiseaux marins, etc.), en opposition à une exploitation opportuniste et anecdotique de ces ressources, comme cela est observé chez certaines espèces de primates (i.e. Macaca fascicularisPongo pygmaeus). L’adaptation au milieu côtier se distingue de l’adaptation au milieu marin, qui implique la navigation, permettant un transport sur de longues distances, ainsi que la pêche de poissons et de mammifères marins de haute mer (Marean 2014 ; Will et al. 2015). Cependant, les chercheurs s’intéressant à l’adaptation au milieu côtier ne s’accordent pas sur les périodes et lieux de son émergence. S’il est admis depuis longtemps que les populations holocènes, qui ont vécu 10 millénaires avant aujourd’hui, étaient adaptées à ce milieu, comme c’est par exemple le cas des groupes mésolithiques de la façade atlantique européenne (Dupont 2006 ; Gutiérrez-Zugasti 2009 ; Jerardino 2016), en ce qui concerne les périodes plus anciennes, les avis divergent. Selon C. Marean (2011, 2014) seuls les HAM d’Afrique du Sud étaient adaptés à ce milieu, et ce dès -160 000 ans. Selon lui, les autres espèces d’Hominines qui ont aussi exploité les ressources côtières, telles que les populations plus anciennes d’Homo erectus à Trinil (Java), les Néandertaliens d’Europe, ou même les HAM d’Afrique du Nord, pourtant contemporains (Cortés-Sánchez et al. 2011 ; Steele et Alvarez-Fernández 2011 ; Joordens et al. 2015 ; Alvarez-Fernández 2015 ; Campmas et al. 2016a ; Campmas et al. 2016b), ne l’auraient fait que de manière anecdotique (Marean 2014). Néanmoins, C. Marean (2014) s’appuie sur des preuves ténues pour émettre cette hypothèse. Or, les synthèses récentes, même si elles reposent principalement sur des listes fauniques, tendent à démontrer que les HAM anciens d’Afrique du Nord (Steele et Alvarez-Fernández 2011 ; Campmas et al. 2015 ; Campmas et al. 2016a ; Campmas et al. 2016b) et les Néandertaliens d’Europe (Stiner 2004 ; Cortés-Sánchez et al. 2011 ; Alvarez-Fernández 2015 ; Zilhao et al. 2020) ont consommé des mollusques marins comme leurs contemporains Homo sapiens d’Afrique du Sud (e.g. Klein et al. 2004 ; Marean et al. 2007 ; Jerardino et Marean 2010 ; Marean 2010, 2011, 2014 ; Langejans et al. 2012 ; Will et al. 2015, 2016).

18En plus de la consommation des mollusques, l’utilisation de leurs coquilles à des fins non alimentaires, techniques (outils) et symboliques (parures) doit être considérée, afin de déterminer jusqu’à quel point les ressources côtières étaient intégrées dans l’organisation socio-techno-économique des populations du passé. Les HAM anciens d’Afrique du Nord ont utilisé des ornements en coquilles de petits gastéropodes (Nassariidae), qui en font les plus anciens ornements, datés entre -142 000 et -80 000 ans (e.i. Vanhaeren et al. 2006 ; Bouzouggar et al. 2007 ; d’Errico et al. 2009 ; Dibble et al. 2012 ; Sehasseh et al. 2021). De plus, il semble que l’utilisation d’ornements en coquilles de mollusques marins ne soit pas le seul fait des anciens HAM, qu’ils soient sud-africains ou nord-africains, car les Néandertaliens en Europe semblent aussi avoir employé des coquilles de Glycymerididae et de Pectinidae par exemple comme supports d’ornements (Zilhao et al. 2010). Les Néandertaliens ont même utilisé les coquilles de bivalves comme outils, comme l’attestent les nombreuses coquilles de Callista chiones retouchées, découvertes en zone méditerranéenne dans des sites italiens et grecs (Douka et Spinapolice 2012 ; Romagnoli et al. 2015, 2016).

Objectifs de l’étude

19Jusqu’à présent la plupart des études sur les séries malacologiques moustériennes en Europe fournissent quasi exclusivement des listes malacologiques, et le manque de précision de ces études limite les interprétations sur les modalités d’acquisition et de traitement de ces ressources, pourtant essentielles pour aborder l’adaptation au milieu côtier. La plupart des recherches sur l’exploitation du littoral par les Néandertaliens proviennent de séries de la péninsule ibérique et italienne, mais aucune des côtes françaises.

20L’étude de la malacofaune provenant des niveaux moustériens du site des Ramandils (Languedoc, France), permet de combler cette lacune. Les coquilles de mollusques marins prélevées dans les différents niveaux stratigraphiques des Ramandils ont fait l’objet d’une analyse préliminaire (André 1993), qui s’est focalisée sur leur identification (essentiellement sur les bivalves, plus nombreux en nombre de restes que les gastéropodes), même si certains aspects taphonomiques ont également été notés. Cet examen préliminaire a permis de poser l’hypothèse que ces mollusques ont été acquis à des fins alimentaires, notamment en ce qui concerne les moules, Mytilus sp., nombreuses dans les ensembles V et IV et qui sont couramment consommées. Certains autres taxons, tel qu’Acanthocardia tuberculata, qui est une espèce infra-tidale, n’ont pas pu être collectés en vie par le biais d’une pêche à pied. De plus, certaines coquilles décrites comme « roulées », en particulier pour les espèces infratidales, évoquent le fait qu’elles aient pu être roulées par les vagues et collectées à l’état de coquille vide sur la plage, donc dans un but non alimentaire.

21Mais après ce travail préliminaire, plusieurs questions restaient encore sans réponse : les coquillages des Ramandils ont-ils vraiment pu être consommés, ou ont-ils été récoltés et exploités pour d’autres utilisations fonctionnelles ou non opportunistes ? Quels sont les environnements et les modalités de leur acquisition ? Quelle est la part des ressources côtières dans l’alimentation des Néandertaliens des Ramandils ? Peut-on percevoir un changement dans leur exploitation au cours du temps en fonction de l’éloignement du rivage ?

22Ainsi, le but du présent travail est de fournir, par une analyse poussée de la malacofaune, des données inédites sur l’exploitation alimentaire, mais aussi technique et symbolique des ressources côtières par les Néandertaliens des Ramandils et des côtes méditerranéennes. À l’appui de preuves, nous souhaitons également intégrer les Néandertaliens au débat sur l’émergence de l’adaptation au milieu côtier et comparer l’exploitation des ressources côtières aux autres données sur les Néandertaliens disponibles dans la littérature et aux résultats obtenus sur les populations d’HAM pléistocènes d’Afrique du Nord. Enfin, au sein d’une plus large réflexion, nous avons replacé cette innovation au sein des débats sur l’émergence des comportements complexes chez les populations du passé au sein de différentes lignées humaines.

23Afin de répondre à ces questions, un réexamen approfondi de la malacofaune marine de la grotte des Ramandils a été effectué, en s’appuyant sur une méthodologie d’analyse la plus fine possible, telle qu’elle est menée par exemple pour les sites mésolithiques (Dupont 2006 ; Gutiérrez-Zugasti 2009).

Les Ramandils (Aude, France)

Présentation du site et du contexte chrono-stratigraphique

24Le site des Ramandils, situé dans la commune de Port- La Nouvelle dans l’Aude et à 30 km au sud de Narbonne (fig. 1a), correspond actuellement à une cavité de 4 x 5 m située à environ 3 km du littoral actuel et 1,50 m au-dessus du niveau marin. La cavité est complètement comblée par un remplissage de sédiments contenant du matériel archéologique (fig. 1b). La grotte, orientée à l’est, vers la mer, s’ouvre au pied d’une colline calcaire urgo-aptienne, appelée Cap Romarin, à l’est du massif des Corbières. La superficie actuelle de la grotte est d’environ 80 m2 avec le plafond effondré. Le gisement archéologique a été découvert en 1925 par T. Héléna et a partiellement été fouillé par son fils, P. Héléna, entre 1930 et 1931. Les fouilles ont repris à partir de 1983 jusqu’en 1994, dirigées par P. Boutié, de l’Université de Montpellier (Gerber 1973 ; Boutié et al. 2004 ; Banes et Dorigny 2005 ; Molès et Boutié 2009).

Figure 1. Localisation géographique de la grotte des Ramandils et vue de la cavité.
Geographical location of the Ramandils cave and view of the cavity.

Figure 1. Localisation géographique de la grotte des Ramandils et vue de la cavité. Geographical location of the Ramandils cave and view of the cavity.

25La grotte, haute de plus de 5 m, a été partiellement érodée dans la partie inférieure par une source naturelle active.

26La séquence stratigraphique enregistre à sa base un niveau marin avec des coquilles marines datées par la méthode Electron Spin Resonance (ESR) à 128 ±15 ka (Yokoyama et al. 1987) correspondant à la dernière transgression tyrrhénienne. Dans un second temps, les dépôts continentaux ont été subdivisés en cinq ensembles stratigraphiques numérotés de I à V (Kabiri 1993), contenant entre autres des dents d’équidés, datées par la méthode ESR/U-Th (Uranium–Thorium) entre 94 ±7 ka (unité V) et 77 ±6 ka (unité I) correspondant à la fin du stade isotopique marin (SIM) 5 (Rusch et al. 2019 ; Bahain et al. in Saos et al. 2017) (fig. 2).

Figure 2. Coupe stratigraphique synthétique et datations du site des Ramandils. **: niveau de la plage tyrrhénienne ; *: dates correspondant aux niveaux archéologiques. Les dates en noir (2015) correspondent aux datations ESR/U-Th. Les dates en rouge, plus anciennes, correspondent à des datations effectuées par la seule méthode ESR.
Synthetic stratigraphic section and dating of the Ramandils site. *: Tyrrhenian beach level . **: dates corresponding to the archaeological levels. The dates in black (2015) correspond to ESR/U-Th dates. The dates in red, which are older, correspond to dates carried out by the ESR method alone.

Figure 2. Coupe stratigraphique synthétique et datations du site des Ramandils. **: niveau de la plage tyrrhénienne ; *: dates correspondant aux niveaux archéologiques. Les dates en noir (2015) correspondent aux datations ESR/U-Th. Les dates en rouge, plus anciennes, correspondent à des datations effectuées par la seule méthode ESR. Synthetic stratigraphic section and dating of the Ramandils site. *: Tyrrhenian beach level . **: dates corresponding to the archaeological levels. The dates in black (2015) correspond to ESR/U-Th dates. The dates in red, which are older, correspond to dates carried out by the ESR method alone.

27Au sein de cette séquence sédimentaire, plus de 25 unités archéostratigraphiques ont été définies à partir des projections verticales des 31 000 objets coordonnés, découverts lors des campagnes de fouilles 1983 à 1994 (Boutié et al. 2004) (tabl. 1). Ces projections ont été croisées, ce qui a permis de proposer un découpage de la stratigraphie précis, déterminant plusieurs niveaux d’occupations par ensembles.

Tableau 1. Assemblage des restes archéologiques des Ramandils par ensembles archéostratigraphiques.
Archaeological remains of the Ramandils by archaeostratigraphic units.

Tableau 1. Assemblage des restes archéologiques des Ramandils par ensembles archéostratigraphiques. Archaeological remains of the Ramandils by archaeostratigraphic units.

Données paléoenvironnementales

28L’ensemble V à la base de la séquence continentale daté de 94 ±7 ka est constitué de sables jaunâtres, contemporain d’un évènement frais et sec du SIM 5, caractérisé par un assemblage faunique du début du Pléistocène supérieur avec du renne et des chevaux (Equus germanicus), des taxons qui indiquent un environnement ouvert avec Cervus simplicidens, ainsi que des taxons relictes du Pléistocène moyen : Dama dama, Paleoloxodon antiquus et Sus scrofa priscus.

29Les ensembles IV et III sont argileux avec une phase d’effondrement du toit de la grotte, formés au cours d’un épisode très humide avec une augmentation du couvert forestier et une végétation à tendance méditerranéenne, herbacées xériques et espaces arborés thermophiles (Lartigot et al. 2017), ainsi qu’une augmentation notable des proportions de cervidés et de Bos primigenius.

30Les ensembles II et I daté de 77 ±6 ka, composés de sables et limons, enregistrent une péjoration du climat et surtout un assèchement illustré par plusieurs données polliniques issues de l’analyse des coprolithes, qui marquent un paysage ouvert avec des étendues herbacées steppiques et ubiquistes. Ce paysage est souligné par l’augmentation des proportions d’équidés, chevaux et ânes (Equus hydruntinus), et la réduction des cervidés.

Les industries lithiques

31Des occupations moustériennes ont été enregistrées pour tous les niveaux archéologiques, majoritairement représentées par des industries lithiques (15 083 pièces) correspondant à un Moustérien typique (Molès 2008) (tabl. 1). La particularité de cet ensemble lithique est que toutes les pièces sont de très petite dimension, 68,4% sont inférieures à 15 mm et donc généralement non coordonnées. Cette collection contient 0,7 % de nucléus, 20,9 % d’éclats, 5,9 % de lames. Les modes de production sont principalement Levallois et SSDA (système par surface de débitage alternée ; Forestier 1993) (39,7 % chacun). Parmi les systèmes Levallois, le linéaire (52,7 %) est le plus représenté suivi de la modalité récurrente orthogonale (24,6 %) et récurrente centripète (20,6 %). L’étude des microfaciès des silex montre deux groupes principaux qui correspondent au faciès stratigraphique Oligocène supérieur et au faciès Miocène inférieur des Corbières.

32L’industrie lithique a été très affectée par la chauffe (40 % en moyenne) dans les différentes unités archéostratigraphiques, sous forme d’altérations cupulaires (5 %), pelliculaires (28 %) et de rubéfaction (7 %).

Données archéozoologiques

33Les vestiges fauniques (14 927 restes ; tabl. 1 et fig. 3) sont représentés par les grands mammifères (Gerber 1973 ; Banès 1996, 1998 ; Rusch et al. 2019), les oiseaux (Boutié 1993), les lagomorphes et les microvertébrés (Percie-du-Sert 1992) et les coquillages terrestres (André 1993) et marins (Cataliotti-Valdina in Boutié 1990 ; Celiberti et Moigne in Saos et al. 2016).

Figure 3. Restes fauniques de la grotte des Ramandils par ensembles stratigraphiques.
Faunal remains of the Ramandils cave by stratigraphic unit.

Figure 3. Restes fauniques de la grotte des Ramandils par ensembles stratigraphiques. Faunal remains of the Ramandils cave by stratigraphic unit.

34Trois dents humaines isolées ont été découvertes dans l’ensemble II (Chevalier et Bécam in Saos et al. 2016), sans contexte d’inhumation.

35La moitié des vestiges archéologiques témoignent d’une activité anthropique directe, tout particulièrement pour ce qui concerne les restes fauniques présentant des traces liées à la combustion correspondant à 68 % du matériel, et 75 % des ossements dans les niveaux supérieurs, très riches. Les activités de boucherie sont comparables tout le long des niveaux archéostratigraphiques, avec des cut-marks sur 13 à 20 % des restes fauniques et des fractures intentionnelles affectant 9 à 15 % des pièces. Les encoches de percussion sont rares, visibles sur moins de 3 % des restes.

36Quelques retouchoirs en os ont été observés principalement sur des fragments d’os longs de cervidés et de petits ongulés. Parmi tous les animaux, le cerf élaphe est celui qui présente le plus de restes affectés par les actions humaines, alors que pour le cheval, les traces de boucherie sont plus rares. Les traces laissées par les activités des carnivores sont nettement moins importantes : moins de 4 % des restes présentent des traces de dents de carnivores et les os digérés sont très rares. Ces marqueurs sont observés sur les principales espèces avec des valeurs proches, constantes pour le cheval et avec une faible augmentation pour le cerf. Dans certains niveaux, un nombre important de coprolithes a été coordonné, comme par exemple dans l’ensemble II avec 116 pièces, dont certains attribués à l’hyène (Crocuta spelaea) (Lartigot-Campin et Moné 2017). Dans ces niveaux, l’action anthropique (industrie lithique et ossements brûlés) est bien enregistrée, associée à des occupations récurrentes de carnivores pendant les courtes périodes d’abandon du site par les groupes humains.

37Pour les ongulés, les profils de mortalité indiquent que pour les espèces les plus représentées dans le site, tous les groupes d’âge sont présents. Les adultes sont les plus abondants, suivis de près par les individus juvéniles et dans une moindre mesure par les animaux âgés. Les ongulés ont été généralement chassés et abattus plusieurs fois dans l’année et notamment au printemps, à l’automne et en hiver (Rusch et al. 2019).

38Des cut-marks et d’autres traces d’activités de boucherie ont également été observées sur des restes de carnivores, notamment sur des restes chauffés et montrant une exposition au feu. Des traces de découpe ont également été constatées sur une phalange de loup et une phalange d’ours des cavernes, ce qui s’explique par un processus de préparation des peaux préalable au rejet des ossements.

39Le petit gibier est représenté par une importante population de lapins dont les os longs présentent les caractéristiques d’une consommation systématique dans tous les niveaux d’après leur fragmentation et les stries de découpe abondantes (Morin et al. 2019). Les ossements d’oiseaux sont également nombreux, ainsi que les éléments de carapace de tortues. Les études archéozoologiques indiquent une succession d’occupations pendant lesquelles la diète des populations humaines était très diversifiée.

40L’acquisition des ressources carnées est donc principalement dirigée vers les milieux disponibles à proximité des sites (Rusch et al. 2019). Les espèces principales, dominées par le cerf et le cheval, témoignent d’un environnement dominé par les prairies avec des zones plus boisées, forestières, qui pourraient être situées à moins de 5 km autour de la grotte. En outre, les restes de bouquetins trouvés dans cet ensemble II, provenaient vraisemblablement des falaises du Cap Romarin ou des Corbières en général, situées dans la zone semi-locale entre 5 et 20 km.

41L’analyse archéostratigraphique a permis de positionner spatialement les industries, les coprolithes et les ossements de carnivores afin d’identifier la localisation des latrines de hyènes (Rusch et al. 2019). À l’issue de ce travail, l’ensemble II semble donc témoigner d’occupations humaines de longue durée, interrompues par de courtes phases d’absence, favorables à l’arrivée des hyènes ou à une série d’occupations courtes, fréquentes et répétées avec des activités intenses à l’intérieur de la grotte.

Les mollusques des Ramandils : matériel et méthode

Matériel

42Ce travail porte sur la malacofaune provenant des niveaux moustériens du site des Ramandils conservée dans les Réserves archéologiques du Centre Européen de Recherches Préhistoriques de Tautavel (CERPT) et du Musée de Tautavel.

43Les études préalables de la malacofaune des Ramandils (André 1993) se sont tout d’abord focalisées sur les coquilles marines bivalves, mais dans le présent travail les restes des gastéropodes ont également été considérés, bien que de façon préliminaire et préalable à une analyse plus approfondie. L’ensemble des coquilles représente 1654 restes, parmi lesquels 1021 coquilles ont pu être déterminées (tabl. 2). Les 633 coquilles restantes correspondent à des fragments assez réduits, issus des refus de tamis ou en très mauvais état de conservation, ce qui a rendu leur identification et leur attribution au niveau du genre et/ou de l’espèce trop délicate. Néanmoins, ces pièces ont pu être identifiées pour la plupart au niveau de la famille, ce qui a permis d’en tenir compte dans la répartition par niveaux (tabl. 2).

Tableau 2. Malacofaune des Ramandils par ensembles archéostratigraphiques (nombre de restes).
Ramandils malacofauna by archaeostratigraphic units (number of remains).

Tableau 2. Malacofaune des Ramandils par ensembles archéostratigraphiques (nombre de restes). Ramandils malacofauna by archaeostratigraphic units (number of remains).

44En plus du réexamen de la malacofaune issue des niveaux archéologiques, l’échantillon géologique de comparaison de la plage fossile située à la base du remplissage (Cataliotti 1990) et correspondant à une remontée marine, plus haute qu’aujourd’hui, datée d’il y a 128 ±15 ka (Yokoyama et al. 1987) a également été étudié.

Méthodes d’étude

45Un lexique d’étude de la malacofaune, inspiré du Lexique de Paléontologie pour l’étude des Vertébrés (CERPT) et nécessaire pour la création et l’utilisation de la base des données des matériaux préhistoriques et paléontologiques, a été créé en l’adaptant à l’étude des coquillages (fig. 4).

Figure 4. Lexique d’étude des restes malacologiques, CERPT.
Lexicon of malacological remains, CERPT.

Figure 4. Lexique d’étude des restes malacologiques, CERPT. Lexicon of malacological remains, CERPT.

46Ce Lexique a permis tout simplement de codifier et de décrire de manière synthétique plusieurs informations sur les mollusques, telles que l’origine des coquilles (plages contemporaines ou fossiles), la détermination des biotopes continentaux et marins, le choix des taxons, les modifications pour la consommation et/ou l’utilisation et évidemment la détermination taxonomique. En outre, une attention toute particulière a été portée à la fragmentation de ces coquilles et à leur aspect de surface (fossilisation, altération, minéralisation, traces, perforation, modifications thermiques et retouches).

47La base des données de la malacofaune permettra un stockage des informations et un accès rapide et simplifié à la totalité des données récoltées et exploitables pour chaque fragment de coquille retrouvé dans les dépôts sédimentaires et archéologiques des sites préhistoriques.

48Les déterminations taxinomiques et anatomiques ont été réalisées en s’appuyant sur les collections de comparaison de mollusques marins, terrestres et d’eau douce du Muséum national d’Histoire naturelle de Paris, du Musée des Confluences de Lyon, de la collection malacologique Dupuy du Muséum d’histoire naturelle de Toulouse, de la collection du Naturalis Biodiversity Center à Leiden aux Pays Bas et des collections privées des membres de l’AFC (Association Française de Conchyliologie), ainsi que sur des ouvrages de référence (Ardovini 1999 ; Claassen 1998a ; Claassen 1998b ; Cossignani, Ardovini 2011 ; Giannuzzi-Savelli 1996 ; Poppe, Goto 1991, 1993 ) qui nous ont permis de fournir une liste faunique actualisée et des décomptes assez précis (Nombre de Restes, Nombre de Restes Déterminés, Nombre Minimal d’Individus) (tabl. 2, tabl. 3 et tabl. 4). Le référentiel taxinomique privilégié a été le World Register of Marine Species (WoRMS), librement accessible sur le Web. L’observation des surfaces (i.e. fraîches, émoussées par les vagues, perforations de prédateur, encoches, retouches, traces de façonnage…) a été couplée aux données écologiques des différentes espèces (i.e. zone de vie dans l’estran, en zone infra-tidale profonde…) (Hayward et al. 1998 ; Luther et Fiedler 1965 ; Poppe, Goto 1993 ; Weinberg 1996). Cette approche nous a permis de cerner l’état dans lequel les espèces présentes ont été collectées, fraîches ou à l’état de coquilles (i.e. roulées sur la plage), ainsi que les modalités de collecte (i.e. les encoches sur les patelles étant liées à leur collecte avec un outil), de traitement (i.e. les encoches sur les bivalves pouvant traduire leur ouverture), et de cuisson (i.e. des brûlures en face externe traduisant une cuisson directe sur le feu). Sur la base des présences d’espèces et de la dimension de leurs coquilles, nous avons pu appréhender une éventuelle sélection des individus en fonction de leur taille. Grâce à des espèces caractéristiques de certaines zones de l’estran, associées à la présence de marqueurs saisonniers, tels que les stries de croissance (bien visibles chez certaines espèces), nous avons pu discuter des saisons de collecte des mollusques consommés (i.e. marées de vives eaux versus marées de mortes eaux). Caractériser la fragmentation selon les codes établis en fonction des zones de fragilité des coquilles nous a permis de déterminer l’importance des processus post-dépositionnels (tels que le piétinement) ou d’identifier des modalités de fracturation volontaire de certaines espèces. La répartition spatiale de ces coquilles et des tests de remontage nous ont amenés à discuter de l’intégrité des niveaux identifiés à la fouille et de la répartition spatiale des activités dans le site (fig. 5). Les comparaisons entre la plage fossile et les niveaux archéologiques ont permis d’identifier d’éventuelles contaminations. Des approches diachroniques entre les niveaux archéologiques datés du SIM 5 (130-75 000 BP), contemporains des hauts niveaux marins, et ceux datés du SIM 4 (75-40 000 BP), concomitant d’une régression marine, nous ont permis d’appréhender l’évolution de l’exploitation des mollusques et d’éventuels changements de spectre ou de dimension en lien avec des choix liés aux distances de transport et des changements de distance à la côte. Enfin, les comparaisons avec les résultats issus de l’analyse archéozoologique des vertébrés devraient nous permettre, une fois les analyses actuellement en cours terminées, en reconstituant les biomasses de chaque ressource, de cerner la part qu’occupent ces différentes ressources dans l’alimentation des groupes néandertaliens. En effet, des analyses isotopiques ont montré que le régime alimentaire des Néandertaliens en région continentale était plutôt carné et basé sur la consommation de grands herbivores (Richards, Trinkaus 2009), résultats qui seraient peut-être à pondérer en zones côtières.

Tableau 3. Fragmentation et altération des bivalves dans les différents ensembles de la grotte des Ramandils (NMI = Nombre Minimum d’Individus)
Fragmentation and alteration of bivalves in the archaeostratigraphic units of the Ramandils cave.

Tableau 3. Fragmentation et altération des bivalves dans les différents ensembles de la grotte des Ramandils (NMI = Nombre Minimum d’Individus) Fragmentation and alteration of bivalves in the archaeostratigraphic units of the Ramandils cave.

Tableau 4. Malacofaune de la plage tyrrhénienne de la grotte des Ramandils (nombre de restes).
Malacofauna of the Tyrrhenian beach of Ramandils (number of remains).

Tableau 4. Malacofaune de la plage tyrrhénienne de la grotte des Ramandils (nombre de restes). Malacofauna of the Tyrrhenian beach of Ramandils (number of remains).

Figure 5. Proportion relative des différents taxons de mollusques marins de la plage tyrrhénienne des Ramandils. a. Cerastoderma glaucum ; b. Glycymeris sp. ; c. Mytilus sp. ; d. Pecten jacobaeus ; e.Chamelea sp. ; f. Solen marginatus ; g. Donax trunculus ; h. Ruditapes sp. ; i. Cerithium sp. ; j. Nassarius reticulatus  ; k. Anomia ephippium
Relative proportion of the marine mollusc taxa from the Tyrrhenian beach of Ramandils.

Figure 5. Proportion relative des différents taxons de mollusques marins de la plage tyrrhénienne des Ramandils. a. Cerastoderma glaucum ; b. Glycymeris sp. ; c. Mytilus sp. ; d. Pecten jacobaeus ; e.Chamelea sp. ; f. Solen marginatus ; g. Donax trunculus ; h. Ruditapes sp. ; i. Cerithium sp. ; j. Nassarius reticulatus  ; k. Anomia ephippium Relative proportion of the marine mollusc taxa from the Tyrrhenian beach of Ramandils.

49Une approche taphonomique adaptée aux restes de coquilles est apparue essentielle à cette étude car, si l’industrie lithique est bien conservée et n’a pas subi de déplacements dans le site ni dans les niveaux, les ossements de grande faune ont au contraire subi une altération assez importante, ce qui nous a mené à nous interroger sur les modifications taphonomiques post-dépositionnelles des coquillages. Une attention toute particulière a été portée à la fragmentation de ces coquilles et à leur aspect de surface (fossilisation, altération, minéralisation, traces, perforation, modifications thermiques et retouches). Il nous a donc semblé important de définir le taux de fragmentation de ces coquilles, en calculant le nombre minimum de valves d’après le nombre de charnières. Les fragments provenant d’un même coquillage ont été regroupés sous un numéro d’association pour déterminer l’origine des cassures. Le degré d’altération de surface a été par la suite exprimé en plusieurs stades : décor partiellement altéré (altération mineure), très altéré (altération majeure), coquilles blanchies et coquilles usées. La présence de serpules ou de balanes a été également prise en compte.

50Les modifications observées sur les valves ont été classées en perforations, bords ébréchés, polis, stries, colorations ou combustion (tabl. 3).

Résultats

Les mollusques marins de la plage fossile

51Notre échantillon de référence permet de comparer la liste malacologique et les caractéristiques taphonomiques avec l’assemblage archéologique des Ramandils. Il a été collecté par les différents fouilleurs lors des relevés stratigraphiques et des prélèvements pour datations. Ce niveau de plage tyrrhénienne, conservé dans l’anfractuosité creusée par la mer, se situe au niveau de la source du rec Mandils. Un nombre de 373 items a été déterminé, composé de 334 restes de bivalves et de 39 gastéropodes (tabl. 4 et fig. 5 et 6).

Figure 6. Exemples de coquilles marines de la plage tyrrhénienne de la cavité des Ramandils. 1. Cerastoderma sp. ; 2. Nassarius sp. ; 3. Pecten jacobaeus ; 4. Glycymeris sp.
Examples of marine shells from the Tyrrhenian beach of Ramandils.

Figure 6. Exemples de coquilles marines de la plage tyrrhénienne de la cavité des Ramandils. 1. Cerastoderma sp. ; 2. Nassarius sp. ; 3. Pecten jacobaeus ; 4. Glycymeris sp. Examples of marine shells from the Tyrrhenian beach of Ramandils.

52Parmi les bivalves prédominent les Cardiidae (128 restes), suivis par les Glycymerididae (94 restes) et les Veneridae (43 restes). Les Mytilus sont moins abondants, avec 26 restes (tabl. 4). Parmi les gastéropodes, les Cerithidae constituent la famille la plus abondante, avec 13 restes, suivis par les Nassaridae avec quatre restes. Les autres familles de mollusques sont plus anecdotiques (tabl. 4 et fig. 5 et 6).

53Dans ce niveau tyrrhénien, les coquilles présentent un taux de fracturation minime, avec un très grand nombre de valves intègres et parfois les deux valves du même individu. En outre, aucune ébréchure ni retouche anthropique ou encore des traces d’exposition au feu n’ont été retrouvées sur les coquilles tyrrhéniennes, témoignant donc d’une accumulation naturelle.

Répartition stratigraphique des restes de mollusques de l’ensemble archéologique

54La projection des restes de coquilles étudiés sur le profil transversal J/K (fig. 7) permet de suivre la stratigraphie des ensembles I et II dans le fond de la grotte (dans les bandes 20, 21 et 22) et des ensembles III, IV et V (dans les bandes 14 à 19). Les restes de coquilles coordonnés en stratigraphie lors des fouilles sont répartis tout au long du remplissage et en particulier dans les niveaux plus riches en industries lithiques (tabl. 1 et tabl. 2). Les coquilles, plus rares, ont alors été associées aux industries lithiques, bien plus abondantes, afin de mieux suivre en stratigraphie les niveaux d’occupations et repérer les sols d’habitat des Néandertaliens des Ramandils (fig. 7).

Figure 7. Répartition des industries lithiques (triangles bleus) et des coquilles (étoiles grises) sur la projection longitudinale J/K des Ramandils (figure V. Pois).
Distribution of lithic industries (blue triangles) and shells (grey stars) on the longitudinal projection J/K of the Ramandils (figure V. Pois).

Figure 7. Répartition des industries lithiques (triangles bleus) et des coquilles (étoiles grises) sur la projection longitudinale J/K des Ramandils (figure V. Pois). Distribution of lithic industries (blue triangles) and shells (grey stars) on the longitudinal projection J/K of the Ramandils (figure V. Pois).

55Les coquilles sont bien représentées dans les niveaux de l’ensemble IV, également dans les niveaux de l’ensemble II, sauf dans les unités archéostratigraphiques riches en coprolithes et considérés comme des niveaux de latrines de hyènes (Rusch et al. 2019). Les coquilles chauffées sont rares mais elles apparaissent également dans les unités où l’activité humaine est prépondérante. Quel que soit l’ensemble, les coquilles bivalves marines semblent être directement liées aux occupations humaines.

Les mollusques marins des niveaux archéologiques

56Bien que mieux représentés dans les ensembles II et V, avec respectivement 122 et 79 restes, les Cardiidae ont été retrouvés dans tous les ensembles des Ramandils et figurent comme la famille de mollusques la plus abondante parmi les pièces répertoriées sans attribution stratigraphique précise, avec un total de 439 pièces et plusieurs fragments, soit un peu plus de 32 % de la totalité de l’assemblage malacofaunique (tabl. 2 et fig. 8). Parmi ces Cardiidae, les coquilles du genre Cerastoderma sont les plus importantes numériquement, avec 228 pièces déterminées, soit environ 16 % du total des coquilles déterminées (tabl. 2).

57Figure 8. Malacofaune des Ramandils, tous ensembles archéologiques confondus. a. Cerastoderma sp. ; b. Glycymeris sp. ; c. Mytilus edulis ; d. Pecten jacobaeus ; e. Ruditapes sp. ; f. Nassarius sp. ; g. Cerithium sp. ; h. Patella sp.
Malacofauna of the Ramandils, all archaeological assemblages combined. a. Cerastoderma sp. ; b. Glycymeris sp. ; c. Mytilus edulis ; d. Pecten jacobaeus ; e. Ruditapes sp. ; f. Nassarius sp. ; g. Cerithium sp. ; h. Patella sp.

58Le Cerastoderma glaucum Bruguière 1789, connu comme Coque commune ou bucarde, est largement présent dans la mer Méditerranée, où il vit enfoui sous quelques centimètres de sable ou de vase. Habituellement, on ne le retrouve pas en profondeur mais plutôt au bord des plages sur la zone intertidale ou dans les lagunes. Facilement reconnaissable grâce à son aspect rond et bombé, ce bivalve possède des sculptures radiales bien marquées ainsi que des stries de croissance concentriques. On le confond souvent avec Cerastoderma edule Linnaeus 1758, qui est peu présent en Méditerranée et qui a une forme moins ovale que le glaucum. En outre, Cerastoderma edule apprécie bien plus que le Cerastoderma glaucum les eaux à température assez fraîche, inférieure à 20 °C, comme dans la mer du Nord et sur la façade atlantique. Les deux espèces sont en tous cas comestibles et facilement collectées dans l’estran, qui est la partie de plage découverte à marée basse, ou tout près du rivage en eau peu profonde. Ces mollusques, présentant une densité assez importante d’individus à proximité d’une arrivée d’eau douce, ont pu être ramassés par les Néandertaliens des Ramandils par une pêche à pied tout près de la ligne de rivage, éloignée d’environ 5 km de la grotte à l’époque de l’occupation humaine, ou dans l’étang du Doul, et exploités essentiellement à fins alimentaires. D’autres coques semblent avoir été ouvertes sur place, car c’est une fois de plus dans les niveaux des ensembles II et V qu’ont été retrouvées des valves de coques assez fragmentées et ébréchées, dans un contexte de fragmentation naturelle ou de piétinement moins important que dans les autres niveaux. Parmi ces Cerastoderma, seuls quelques rares fragments présentaient des traces de combustion ou d’exposition au feu. L’autre Cardiidae, l’Acanthocardia tuberculata Linnaeus 1758, ou bucarde rouge, est représenté par 210 pièces majoritairement retrouvées dans les ensembles II et V mais surtout parmi les restes sans attribution stratigraphique plus précise (tabl. 2). Cette espèce aussi, bien comestible et abondante en mer Méditerranée, vit près des côtes, enfouie dans le sable, le gravier ou la vase, généralement à quelques cm à peine de profondeur à cause de ses siphons assez courts, mais dans des zones toujours bien recouvertes d’eau. Les bucardes rouges étaient donc facilement accessibles par une pêche à pied ou par une collecte dans des rivages peu profonds. Les Néandertaliens des Ramandils pourraient aussi les avoir exploités pour des finalités essentiellement alimentaires, même si un nombre important de ces bucardes apparaissent roulées, blanchies ou assez altérées, notamment dans l’ensemble II. Le fait que les altérations majeures sur les autres objets archéologiques de cet ensemble soient moins importantes que dans les autres niveaux, nous pousse à imaginer pour ces Acanthocardia une collecte des valves sur la zone de rivage pour une exploitation liée à d’autres finalités qu’alimentaires. Cependant, mise à part une seule valve d’Acanthocardia présentant une perforation naturelle, le nombre d’ébréchures sur les bords de ces mollusques n’est pas significatif.

59La Mytilus edulis, Linnaeus 1758, ou moule commune, est à peine plus abondante numériquement en termes de nombre de fragments, avec 211 pièces (appartenant à au moins une vingtaine d’individus) et une répartition plus importante, encore une fois, dans l’ensemble V (95 fragments) et l’ensemble II (53 fragments) mais également bien présente dans les autres ensembles (tabl. 2). Malgré l’état assez fragmentaire des coquilles, qui a entravé leur détermination, il semblerait que la plupart des pièces soit à attribuer à l’espèce Mytilus edulis plutôt qu’à Mytilus galloprovincialis Lamarck 1819, la moule d’Espagne, qui arbore une coquille plus large et arrondie, des bords droits à proximité de la charnière et le sommet des valves bien plus crochu que l’edulis. Néanmoins, la présence des deux espèces dans la séquence stratigraphique des Ramandils n’est pas à exclure, ce qui explique l’attribution générique à l’espèce dans le tableau 2. Les Mytilus vivent dans la zone intertidale, souvent dans le ressac, privilégiant les eaux peu profondes où elles peuvent se fixer sur des supports tels que les fonds rocheux et les pierres mais également s’installer sur les fonds vaseux, dans les estuaires ou dans l’estran. Ce biotope semblerait idéal pour permettre aux Néandertaliens de collecter des moules pour des finalités alimentaires. La présence de nombreuses coquilles de Mytilus présentant des signes de combustion semblerait confirmer cette hypothèse. À signaler également une valve de Mytilus, provenant de l’ensemble III, qui présente des retouches intentionnelles sur le bord, évoquant un racloir.

60Les Glycymeridae, avec 159 items au total, soit un peu plus de 11 % de l’assemblage, sont répartis de manière assez homogène dans tous les ensembles, bien que pour un grand nombre d’entre eux, 86 pièces, une attribution précise à un ensemble défini ne soit pas possible (tabl. 2). Les coquilles de Glycymeris sont assez usées et présentent souvent des serpules, spécialement dans l’ensemble V, où les coquilles sont cependant moins altérées que dans les autres niveaux et le taux de fragmentation semble être moins important. On peut considérer que ces coquilles ont fait l’objet d’un ramassage important, vu que les valves isolées ont été récoltées sur la plage, située à 5 km de la grotte pendant l’occupation néandertalienne, et ensuite apportées dans l’habitat, pour une exploitation qui ne semble pas avoir été alimentaire. En effet, ces coquilles ne présentent pas de signes d’ébréchures dus à une ouverture forcée ou de combustion, et seulement un nombre assez réduit d’entre elles présente une perforation naturelle. Une valve provenant de l’ensemble III (H16.HG5.63) présente cependant des retouches intentionnelles, semblant aménager un racloir et témoignant donc d’une utilisation fonctionnelle (fig. 9). Nommées communément amandes de mer, les Glycymeris vivent en groupe, enfouies peu profondément sur les fonds vaseux, le sable grossier et le gravier, dans l’étage médiolittoral et jusqu’à une centaine de mètres de profondeur. Leur biotope semble exclure une éventuelle collecte par la pêche à pied et suggérer au contraire une récolte assez importante des valves isolées échouées sur la plage. Leur attribution précise à une espèce définie ne s’est pas révélée simple, de par leur mauvais état de préservation et l’absence de charnière pour certaines de ces coquilles.

Figure 9. Racloir aménagé par retouches sur la valve d’un Glycymeris (H16.HG5.63).
Side scraper created by retouching on the valve of a Glycymeris (H16.HG5.63).

Figure 9. Racloir aménagé par retouches sur la valve d’un Glycymeris (H16.HG5.63). Side scraper created by retouching on the valve of a Glycymeris (H16.HG5.63).

61La famille des Veneridae, avec 139 items, est également bien représentée dans la séquence archéostratigraphique des Ramandils. Ces mollusques ont été retrouvés pratiquement dans tous les ensembles archéologiques mais c’est dans les ensembles II et V que leurs restes sont numériquement plus importants (tabl. 2). Les espèces deVénéridés retrouvées dans les ensembles archéologiques des Ramandils sont les palourdes (Ruditapes decussatus Linnaeus 1758) avec 65 pièces, dont notamment 22 dans l’ensemble V, les vernis (Callista chione Linnaeus 1758) avec 54 restes dont 14 dans l’ensemble V, et les petites praires (Chamelea gallina Linnaeus 1758), représentées par 18 fragments (tabl. 2). Les Ruditapes decussatus ou palourdes européennes, parfaitement comestibles, vivent enfouies à quelques centimètres dans le substrat sableux, vaseux ou de petit gravier sur l’étage infralittoral mais apprécient également les zones côtières telles que les étangs d’eaux saumâtres communiquant avec la mer. Certaines de ces valves de Ruditapes sont assez usées et altérées, quasiment dans tous les ensembles, et témoignent ainsi de leur ramassage à 5 km de la grotte, au bord de la mer. Mais d’autres coquilles, notamment dans les ensembles II et V, bien qu’assez fragmentaires, semblent montrer des signes d’ébréchures probablement liés à une ouverture sur place et à leur exploitation alimentaire. Les petites praires semblent avoir été également une source de nourriture pour les Néandertaliens des Ramandils, car les valves de Chamelea gallina montrent aussi des ébréchures liées vraisemblablement à leur ouverture sur place et quelques plus rares traces de combustion. Les Callista vivent enfouies proches de la surface mais dans les sables fins de la zone infralittorale et circalittorale, ce qui semblerait exclure la possibilité d’une pêche à pied (il est bien rare de retrouver des Callista dans les estrans ou tout près des rivages) et argumente plutôt en faveur d’une collecte des valves dans les laisses de mer.

62Aucune trace de retouche ou de modification anthropique volontaire des bords n’a en revanche été retrouvée sur ces Callista chione, qui ont pourtant servi de support pour la confection d’outils dans d’autres sites méditerranéens, et notamment dans le sud de l’Italie, comme à Grotta del Cavallo dans les Pouilles ou dans les sites du Mont Circé dans le Latium (Romagnoli et al. 2015 ; Dantoni 1980 ; Palma di Cesnola 2001). La présence d’ébréchures sur les bords de ces Callista a été observée sur seulement deux valves provenant de l’ensemble II.

63Les Pectinidae, représentés par Pecten jacobaeus Linnaeus 1758, la très connue coquille Saint Jacques ou des pèlerins, et les pétoncles, Chlamys sp., avec 29 items retrouvés dans les couches archéologiques de la cavité, viennent compléter la liste taxonomique des bivalves des Ramandils (tabl. 2).

64Trois valves de Pecten témoignent d’ébréchures mais aucun Pectinidae ne montre de traces de combustion ni d’exposition au feu.

65D’autres bivalves sont également documentés aux Ramandils, bien que de façon plus anecdotique, avec seulement quelques fragments, tels que les Ostreidae (Ostrea sp.), les Solenidae (Solen sp.), les Donacidae (Donax sp.) et les Mactridae (Matra sp.) (tabl. 2). Les couteaux (Solen sp.) vivent sur les fonds sableux ou vaseux dans lesquels ils s’enfoncent verticalement. On peut les retrouver dans l’étage médiolittoral jusqu’à plus de 200 mètres de profondeur. Bien qu’ils soient potentiellement une prise facile à la pêche à pied, on récupère souvent ces couteaux en épave sur l’estran ou sur les laisses de mer. La telline (Donax sp.) aussi, tout comme les couteaux, est une espèce fouisseuse que l’on retrouve en Méditerranée sur les plages vaseuses ou à sable fin, entre quelques cm et 2 mètres de profondeur, dans la zone intertidale. Ce sont donc des espèces de mollusques qui auraient fait très probablement l’objet d’une collecte assez facile pour subvenir aux besoins alimentaires des Néandertaliens des Ramandils, mais aucune trace (ni ébréchures, ni signe de combustion) nous permet de l’affirmer.

66Les Gastéropodes marins sont bien moins présents que les bivalves dans les ensembles archéologiques des Ramandils. Seuls 54 restes déterminables ont été coordonnés et enregistrés au cours des fouilles du sites (tabl. 2). La famille la mieux représentée est celle des Patellidae, avec 24 items quasi également répartis dans tous les ensembles. Ces Patella sp, comestibles et facilement accessibles pour une collecte à pied de par leur biotope et leur mode de vie, ont constitué vraisemblablement une ressource alimentaire pour les Néandertaliens des Ramandils. Des ébréchures sur les bords de la coquille ont été observées sur plusieurs individus, témoignant ainsi d’une collecte effectuée à l’aide d’un outil fonctionnel pour décoller les muscles du mollusque et faciliter de ce fait l’enlèvement des rochers sur lesquels les Patellidae adhèrent fortement. Les Nassariidae sont la famille la plus représentée après les Patellidae, avec un total de 12 restes (tabl. 2). Une coquille de Nassarius reticulatus Linnaeus 1758, présentant une perforation qui pourrait se révéler anthropique, a été retrouvée dans l’ensemble III (fig. 10). L’étude détaillée de cette pièce est actuellement en cours, tout comme la mise en place d’une phase d’expérimentation basée sur l’établissement d’une collection de référence combinée à une analyse microscopique. Parmi les autres gastéropodes, nous pouvons citer les Cerithiidae, avec neuf restes de Cerithium sp., deux espèces de TrochidaeMonodonta sp. et Trochus sp., et les moins abondantsRissoidae (deux fragments de Rissoa sp.), Buccinidae (Donovania sp.) et Muricidae (Hexaplex sp.). Tous ces taxons partagent un biotope particulier et vivent sur des fonds calmes, à faible profondeur, sur des fonds sableux ou sablo-vaseux, sous les pierres, les roches et les cailloutis à basse profondeur.

Figure 10. Perforation sur coquille de Nassarius sp., (N22.NE63.2958).
Perforation on the shell of Nassarius sp., (N22.NE63.2958).

Figure 10. Perforation sur coquille de Nassarius sp., (N22.NE63.2958). Perforation on the shell of Nassarius sp., (N22.NE63.2958).

Les mollusques terrestres des niveaux archéologiques

67Plus de 1000 éléments de coquilles de mollusques terrestres ont été retrouvés dans les couches archéologiques des Ramandils, correspondant aux pourcentages de présence des coquilles marines, avec les ensembles II et V qui présentent le plus grand nombre de pièces. La majorité de ces pièces correspond à des fragments pour la plupart indéterminables, mais un bon nombre de coquilles a pu être retrouvé entier et non fragmenté, ce qui a permis une étude préliminaire. Trois espèces significatives d’Helicidae ont pu être mises en évidence. Cepaea nemoralis Linnaeus 1758, connu comme l’Escargot des bois mais également appelé Escargot des haies, était jadis dénommé Helix nemoralis. Originaire d’Europe, ubiquiste, on le retrouve dans les bois, les haies, les friches, les dunes et les prairies, savanes et brousses tempérées et jusqu’à 1000 mètres d’altitude dans les Alpes et 2000 mètres dans les Pyrénées. Cochlodina laminata Montagu 1803, ou Fuseau commun, est largement répandu en forêt sous le bois mort, sous les pierres, dans des fourches d’arbres avec de l’humus au creux ou en forêt de feuillus humide, dans la litière. Helicigona lapicida Linnaeus 1758, communément appelé Soucoupe commune, vit entre les fissures des rochers et sous les pierres d’où elle sort essentiellement lors de fortes pluies. Assez répandue sur le continent européen, elle privilégie les milieux humides, les forêts, les zones montagnardes et de haute colline jusqu’à une altitude d’environ 1600 mètres. Ces trois espèces reflètent et témoignent donc d’un milieu forestier, ouvert et rocheux et d’un climat assez humide, ce qui semble bien correspondre à l’environnement reflété par les espèces de grands mammifères des ensembles archéologiques des Ramandils.

Discussion

Plage fossile versus niveaux archéologiques

68Bien que certaines similitudes puissent être observées entre les assemblages malacologiques des niveaux archéologiques et celui de la plage tyrrhénienne, notamment en ce qui concerne la prépondérance des bivalves sur les gastéropodes et la représentation globale des mêmes familles de mollusques, l’état de préservation des assemblages est très différent.

69Dans le niveau tyrrhénien, les coquilles sont très peu fragmentées, avec un très grand nombre de valves entières et parfois les deux valves du même individu. En outre, aucune ébréchure ni retouche anthropique ou encore de traces d’exposition au feu n’ont été observées sur les coquilles tyrrhéniennes, témoignant donc d’une accumulation naturelle. Il n’a pas été possible de déterminer si ces coquillages ont fait objet, par la suite, d’une collecte in situ par les Néandertaliens.

70Dans le remplissage archéologique, l’origine des coquillages semble plutôt être le bord de la plage ou les lagunes qui se sont reformées lors de l’abaissement du niveau de la mer. Le taux de fragmentation par ensemble nous a permis de prendre en compte les nombreux fragments qu’il n’a pas été possible de déterminer au niveau de l’espèce, mais qui nous a permis au moins une attribution à la famille. Dans le remplissage archéologique, les coquilles entières sont rares et correspondent surtout à des valves de vénéridés ou de petits gastéropodes. Le nombre de charnières de bivalves, y compris celles des coquilles entières, correspond à 174 valves réparties sur les différents ensembles (tabl. 3). Plusieurs associations de fragments correspondant à une même valve ont pu être repérées, surtout dans les ensembles II et IV. Il sembleainsi que les valves de Mytilus et de Glycymeris ont été souvent écrasées sur place par le poids des sédiments ou par le piétinement. Les coquilles réparties dans les différentes unités de l’ensemble I comprennent au moins cinq valves dont deux Cerastoderma, un Acanthocardia et deux Chamelea gallina (tabl. 2 et 3). Les coquilles rassemblées dans l’ensemble II présentent un taux de fragmentation moins important, comparable à l’ensemble de la collection. Le nombre minimal de valves comptabilise au moins 21 items et correspond à huit Mytilus, trois Cerastoderma, deux Acanthocardia et quatre amandes (Glycymeris sp.) (tab. 2 et 3).

71L’altération des valves est assez importante dans l’ensemble III, dans lequel 49 pièces sont très altérées et roulées. Les coquilles correspondent à au moins une Callista chione, deux Cerastoderma edule, 13 Glycymeris glycymeris et une Mytilus. Des traces d’ébréchures sont visibles sur le bord de trois valves de Pecten, de moule et de coque. Les ébréchures sont observées sur six autres coquilles : deux Callista, un Cardium, un Ruditapes et deux Glycymeris (tab. 2 et 3).

Contribution des Ramandils au débat sur l’adaptation des Néandertaliens au milieu côtier

72Comme on vient de le voir, ainsi que désormais largement relaté par de nombreuses publications (Zilhão et al. 2020 ; Cortés-Sanchéz et al. 2011 ; Stiner 1994 ; Finlayson 2008 ; Brown et al. 2011 ; Colonese et al. 2011 ; Ramos et al. 2014) des groupes d’hominidés ont collecté et exploité diverses espèces de mollusques, de crustacés et d’échinodermes dans les zones côtières de la mer Méditerranée dès le Pléistocène. Ils se nourrissaient vraisemblablement d’autres organismes marins, tels que des crabes et des araignées de mer (comme par exemple dans la grotte de Figueira Brava au Portugal ; Nabais et al. 2023). La présence de pinces de crabe fracturées avait déjà été documentée dans des sites espagnols du Pléistocène final, principalement, mais aussi dès les premières phases de l’Holocène (Alvarez-Fernández 2010 ; Gutiérrez Zugasti 2009, 2011 ; Gutiérrez Zugasti et al. 2013, 2016 ; García-Escárzaga et al. 2017) mais le plus souvent ils n’ont pas été assez conservés dans les archives archéologiques ou bien leur présence a été simplement mentionnée. Ce sont des proies lentes, faciles à ramasser par tous les membres du groupe, y compris par les enfants. De plus, ils sont toujours disponibles, étant collectés principalement dans la zone intertidale, qui est couverte à marée haute et découverte à marée basse. Aucun reste de crabe n’a été retrouvé jusqu’ici dans le registre archéologique et paléontologique des Ramandils, mais une révision des matériaux non coordonnés issus des fouilles est actuellement en cours, afin de pouvoir éventuellement déterminer la présence de pinces de crabes ou de tests d’échinodermes. Les représentations des Néandertaliens en tant qu’opportunistes récupérateurs de carcasses de gros gibier, ou encore en tant qu’habiles chasseurs, essentiellement carnivores et vivant quasi exclusivement de la viande de grands herbivores, sont aujourd’hui assez débattues au point de sembler obsolètes. En effet, de nouvelles études et des publications récentes (Cortés-Sanchez et al. 2011 ; Henry et al. 2011 ; Hardy et Moncel 2011 ; Stringer et al. 2008 ; Bocherens et al. 2005 ; Nabais et al. 2023) ont pu démontrer qu’ils avaient un régime alimentaire très varié. Les Néandertaliens, surtout ceux vivant autour du bassin méditerranéen, se sont donc délectés de mollusques mais aussi de crabes, d’anguilles, de requins bleus, de dauphins et de phoques gris, comme par exemple à Figueira Brava (Zilhão et al. 2020 ; Nabais et al. 2023). Une fois de plus, aucun témoignage de la consommation de poisson n’a été observé chez les groupes humains de la grotte des Ramandils, qui semblent avoir privilégié les ressources malacologiques. Les coquillages apportent une teneur importante en protéines et lipides, mais aussi en glucides, minéraux et vitamines (Cunnane et Stewart 2010), ce qui peut expliquer pourquoi les mollusques sont les invertébrés les plus abondants que nous documentons dans les sites archéologiques situés plus ou moins près de la zone côtière. Les preuves de cette consommation sont bien évidemment leurs coquilles, retrouvées dans les niveaux archéologiques des sites et appartenant principalement aux gastéropodes et aux bivalves, qui se rassemblent soit sur des substrats rocheux, où vivent patelles, bigorneaux et moules, soit sur des substrats sablonneux et vaseux, où se trouvent différentes espèces de palourdes, couteaux et coques. L’exploitation du substrat rocheux, de manière préférentielle, semble avoir été largement pratiquée dans le site du Bajondillo, près de Torremolinos à Malaga (Cortés-Sanchez 2007 ; Cortés-Sanchez et al. 2011), où, notamment dans le niveau 19 du remplissage archéostratigraphique du site, un nombre important de fragments de coquilles de Mytilus galloprovincialis Lamarck 1819, correspondant à aux moins une trentaine de moules, a été retrouvé. Tout comme à Bajondillo, l’approvisionnement en mollusques provenant du substrat rocheux semble aussi avoir été privilégié à Figueira Brava (Zilhão et al. 2020 ; Nabais et al. 2023) et dans les niveaux de l’abri sous roche d’El Cuco, en Cantabrie (Gutiérrez Zugasti et al. 2013 ; Rios-Garaizar 2020 ; Rasines del Rio et al. 2021). La consommation de patelles de différentes espèces, la plus abondante étant Patella vulgata Linnaeus 1758, suivie par d’autres mollusques, relie ces deux sites atlantiques et les différencie des Ramandils, où les patelles ne sont pas présentes en si grande nombre (tabl. 2). L’accès au substrat rocheux semble donc avoir été plus difficile, ou moins fréquent, pour les Néandertaliens des Ramandils, peut-être en raison d’un impact moins important des cycles des marées sur les rivages de la Méditerranée, ou plus vraisemblablement car ils privilégiaient les zones de plages sablonneuses, où abondaient plutôt les espèces telles que les coques et les palourdes, bien plus nombreuses dans le site.

73Certains des restes de coquillages des Ramandils, et notamment les moules, apparaissent thermo-altérés, témoignant d’une combustion par cuisson ou d’une exposition au feu. Certaines coquilles montrent également des bords fracturés, résultat de la séparation du mollusque des rochers (dans le cas des patelles) ou de l’ouverture de leurs valves (dans le cas des bivalves comme les palourdes) pour la consommation de leur viande. Ces indices semblent donc montrer qu’ils ont été collectés comme nourriture et non à d’autres fins, d’autant plus qu’il s’agit pour la plupart d’espèces à forte valeur nutritive. Néanmoins, la présence importante de restes de valves uniques, assez roulées et érodées, ainsi qu’un grand nombre de coquilles présentant d’importantes altérations (tabl. 3), nous pousse à imaginer une collecte d’individus en tant qu’individus échoués sur la plage et ramenés sur le site d’occupation pour des motivations non directement liées à l’alimentation.

74L’exploitation des ressources marines et l’adaptation au milieu côtier, notamment par les Néandertaliens, s’est en effet également traduite par l’utilisation des coquilles en tant que support d’outils (Cain 2006 ; Choi, Driwantoro 2007 ; Douka, Spinapolice 2012) et tout particulièrement dans de nombreux sites d’Italie méridionale (Campetti 1986 ; Dantoni 1980 ; Douka et Spinapolice 2012 ; Oxilia 1974 ; Romagnoli 2021 ; Romagnoli et al. 2016 ; Villa et al. 2020 ; Vitagliano 1984). La collecte et la consommation à fins alimentaires de ces mollusques n’a pas été mise en évidence sur ces sites italiens, ce qui consolide l’idée que les valves, surtout de Callista chione Linnaeus 1758, récupérées sous forme d’épave sur l’estran, constituaient essentiellement une ressource pouvant supplanter ou remplacer les roches siliceuses dans la chaîne d’approvisionnement et la production d’outils. Comme évoqué précédemment, le Callista chione, bivalve de la famille des Veneridae (Poppe, Goto 1993), est un grand filtreur comestible, qu’on retrouve dans la mer Méditerranée ainsi que le long des côtes océaniques de la France et de la péninsule ibérique. Doté d’une coquille épaisse et solide, ce beau vénéridé infralittoral que l’on retrouve jusqu’à 150 m de profondeur, vit enfoui dans les fonds sableux mais également dans les côtes détritiques. Sa présence sur l’estran est assez rare, si bien que ce coquillage devait faire l’objet d’une récolte sélective par les groupes humains, afin de s’approvisionner en matière première exploitable pour confectionner des outils.

75Aucune des valves de Callista chione retrouvées dans les niveaux archéologiques de la grotte des Ramandils ne présente de retouche ni de trace d’utilisation en tant qu’outil, et les quelques ébréchures retrouvées sur les bords de deux coquilles dans l’ensemble II sont vraisemblablement dues à des processus taphonomiques post-dépositionnels. La collecte des valves de Callista chione n’avait donc pas une finalité de subsistance ou d’emploi en tant qu’outil, ce qui nous questionne sur les raisons qui ont poussé les Néandertaliens à ramasser ces valves sur les rivages et à les ramener dans la cavité.

76Dans ces scénarios d’adaptation au milieu côtier, il n’est pas trop irréaliste d’imaginer que les Néandertaliens des Ramandils se rendaient sur les rivages de la mer Méditerranée essentiellement pour collecter des matières premières minérales, et notamment du silex et du quartz, sous forme de petits galets et nodules charriés par les rivières et les cours d’eau qui, de l’ancienne plaine du Roussillon, se jetaient à la mer. Lors de ces séances de collecte et d’approvisionnement en matière première, une récolte opportuniste de coquillages en tant que source de nourriture peut être envisagée. D’une manière générale, cette consommation des ressources marines constituait un régime alimentaire riche en acides gras et Oméga 3, qui pourrait avoir favorisé le développement des tissus cérébraux et permis une augmentation des capacités cognitives des populations néandertaliennes.

Conclusion et perspectives de recherches

77Pour répondre aux différents objectifs du projet sur les coquilles marines de la grotte des Ramandils, nous avons dû déterminer plus de 1600 coquilles marines et terrestres selon un lexique spécifique adapté au matériel de cette cavité et correspondant aux lectures faites sur la faune et l’industrie.

78L’analyse poussée de la malacofaune nous a permis d’apporter des données inédites sur l’exploitation des ressources côtières par les Néandertaliens sur le pourtour méditerranéen en Languedoc. Les coquilles marines découvertes dans les niveaux archéologiques de la grotte des Ramandils correspondent pour la plupart à des coquillages pélagiques et ont probablement été ramassées sous forme de valves sur la laisse de mer. Cependant, les traces observées sur certaines coquilles témoignent d’une ouverture des coquillages vivants, ce qui est généralement considéré comme une preuve de consommation. Les coquillages vivants en eau peu profonde, comme les moules, les coques et les palourdes ont pu être ramassés lors d’une pêche à pied dans les étangs ou sur la plage. Ces coquilles ont souvent conservé leur charnière, induisant une représentation importante de ces taxons en nombre d’individus.

79L’analyse exhaustive de l’assemblage des coquilles terrestres permettra de compléter l’étude des paléoenvironnements et de comprendre s’il y a eu également une consommation de ces mollusques.

80La poursuite de ces recherches et études pourra nous permettre de mieux cerner l’exploitation alimentaire des ressources côtières par les Néandertaliens, mais aussi des aspects plus techniques et symboliques, et d’intégrer les Néandertaliens au débat plus global sur l’émergence de l’adaptation au milieu côtier. Nous envisageons de comparer l’exploitation des ressources côtières aux autres données sur les Néandertaliens disponibles dans la littérature et aux résultats obtenus sur les populations d’HAM au Pléistocène sur les autres rivages de la mer Méditerranée (Afrique du Nord) et, au sein d’une plus large réflexion, replacer cette innovation au cœur des débats sur l’émergence des comportements complexes chez les populations du passé au sein de différentes lignées humaines.

81Dans un but comparatif, et afin de pondérer l’influence des différences de productivité entre façade atlantique et méditerranéenne (Fa 2008), nous souhaitons également établir une base de données à l’échelle circumméditerranéenne. En effet, sur la façade atlantique où les marées sont de plus fortes amplitudes que sur les côtes méditerranéennes, les mollusques colonisent une plus grande surface de zone de balancement des marées. De plus, la façade atlantique est soumise à des phénomènes d’upwelling (remontée des eaux du fond des océans en surface, qui, avec elles, apportent une grande quantité de nutriments qui sont consommés par les mollusques filtreurs par exemple), entraînant le développement de mollusques plus nombreux et plus diversifiés qu’en Méditerranée (Fa 2008). Cette base de données pourra être complétée par les informations disponibles dans la littérature sur l’exploitation des ressources dans les sites côtiers, aussi bien en Europe qu’en Afrique du Nord, entre -300 000 et -40 000 ans. Des analyses statistiques permettront de réaliser des comparaisons au sein de cette large échelle géographique.

Top of page

Bibliography

ALVAREZ-FERNÁNDEZ E. 2010 - Moluscos, crustáceos y equinodermos: restos de origen marino en los yacimientos prehistóricos. El Futuro Pasado 1, p. 83-95.

ALVAREZ-FERNÁNDEZ E. 2015 - Marine resource exploitation during the Middle and early Upper Paleolithic in Europe: Overview of the available evidence. In: WHITE R., BOURILLON R., BON F. (Éds.), Aurignacian Genius: Art, Technology and Society of the First Modern Humans in Europe, P[at]lethnology, Toulouse, p. 189-205.

AMBROSE S.H. 1998 - Chronology of the later Stone Age and food production in East Africa. Journal of Archaeological Science, 25, p. 377-392.

ANDRÉ J. 1993 - Premières remarques à propos de la malacofaune du site moustérien des Ramandils. In: Le gisement moustérien des Ramandils (Port-La-Nouvelle, Aude), rapport de fouille programmée, saison 1991-1992-1993. Service régional de l’archéologie du Languedoc, Montpellier, p. 32-33.

ARDOVINI R., COSSIGNANI T. 1999 - Atlante delle conchiglie di profondità del Mediterraneo, L’informatore piceno Ed., Ancona, Italia.

BANES L. 1996 - Les restes dentaires de la faune des grottes des Ramandils (Port-la-Nouvelle, Aude) et de la Crouzade (Gruissan, Aude). Mémoire de Maîtrise, Université Paul Valéry, Montpellier III, Montpellier, p. 135.

BANES L. 1998 - La faune moustérienne de la grotte des Ramandils. (La Nouvelle, Aude). Mémoire de D.E.A., Université de Perpignan Via Domitia, Perpignan, 205 p.

BANES L. et DORIGNY A. 2005 - Le gisement des Ramandils (Port-la-Nouvelle, Aude). Approche paléoenvironnementale. In: A. TUFFREAU (Éd.), Peuplements humains et variations environnementales au Quaternaire : Actes du colloque de Poitiers, 18-20 septembre 2000. British Archaeological Reports, International series, Oxford, p. 95-104.

BARGE H. 1983 - Essai sur les parures du paléolithique supérieur dans le Sud de la France. La faune malacologique aurignacienne de l’Abri Rothschild (Cabrières, Hérault). Bulletin du Musée d’Anthropologie Préhistorique de Monaco, 27, p. 69-83. 

BOCHERENS H., DRUKER D., BILLIOU D., PATOU-MATHIS M., VANDERMEERSCH B. 2005 - Isotopic evidence for diet and subsistence pattern of the Saint-Césaire I Neanderthal: review and use of a multi-source mixing model. Journal of Human Evolution, 49, p. 71-87.

BOUTIÉ P. 1990 - La grotte moustérienne des Ramandils (Port-La Nouvelle, Aude). Rapport de fouille programmée de fin de triennale 1988-1990. Service Régional de l’Archéologie de Montpellier, 85 p.

BOUTIÉ P. 1993 - Le gisement moustérien des Ramandils (Port-La-Nouvelle, Aude). Rapport de fouille programmée de fin de triennale 1991-1993, Service Régional de l’Archéologie de Montpellier, 41 p.

BOUTIÉ P., AJAJA O., BANES L., MOLÈS V., KABIRI L., GRÉGOIRE S. 2004 - « Port-La-Nouvelle – Le gisement moustérien des Ramandils » [notice archéologique]. ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Occitanie, mis en ligne le 01 mars 2004.

BOUZOUGGAR A., BARTON R.N.E., VANHAEREN M., d’ERRICO F., COLLCUTT S.N., HIGHAM T.F.G., HODGE E., PARFITT S., RHODES E., SCHWENNINGER J.L., STRINGER C.B., TURNER E., WARD S., MOUTMIR A., STAMBOULI. A 2007 - 82,000-year old shell beads from North Africa and implications for the origins of modern human behavior. PNAS, 104, p. 9964-9969.

BROWN K., FA D.A., FINLAYSON G., FINLAYSON C. 2011 - Small game and marine resource exploitation by Neanderthals: the evidence from Gibraltar. In: BICHO N.F., HAWS J.A., DAVIS L.G. (Éds.), Trekking the Shore: Changing Coastilines and the Antiquity of Coastal Settlement. Interdisciplinary Contributions to Archaeology, Springer, New York, p. 242-272.

CAIN C.R. 2006 - Implication of the marked artefacts of the Middle Stone Age of Africa. Current Anthropology, 47, p. 675-681.

CAMPETTI S. 1986 - Il Musteriano della Grotta di Serra Cicora A nell’ambito dell’evoluzione del Paleolitico nel Salento. Studi per l’Ecologia del Quaternario, 8, p. 85-115.

CAMPMAS E., AMANI F., MORALA A., DEBÉNATH A., EL HAJRAOUI M.A., NESPOULET R. 2016a - Initial insights into Aterian hunter-gatherer settlements on coastal landscapes: the example of Unit 8 of El Mnasra Cave (Témara, Morocco). Quaternary International, 413, p. 5-20.

CAMPMAS E., CHAKROUN A., CHAHID D., LENOBLE A., BOUDAD L., EL HAJRAOUI M.A., NESPOULET R. 2016b - Subsistance en zone côtière durant le Middle Stone Age en Afrique du Nord : Étude préliminaire de l’unité stratigraphique 8 de la grotte d’El Mnasra (Témara, Maroc). Actes du 141e congrès du CTHS. Rouen (April, 2016).

CAMPMAS E., MICHEL P., COSTAMAGNO S., AMANI F., STOETZEL E., NESPOULET R., EL HAJRAOUI A.M. 2015 - Were Upper Pleistocene human/non-human predator occupations at the Témara caves (El Harhoura 2 and El Mnasra, Morocco) influenced by climate change? Journal of Human Evolution, 78, p. 122-143.

CATALIOTTI-VALDINA J. 1990 - La faune malacologique marine de la grotte des Ramandils (Port-La Nouvelle, Aude). Rapport de fouille programmée 1990, Boutié, p. 34-38.

CHOI K., DRIWANTORO D. 2007 - Shell tool use by early members of Homo erectus in Sangiran, central Java, Indonesie: cut-mark evidence. Journal of Archaeological Science, 34, p. 48-58.

CLAASSEN C. 1998a - Shells. Cambridge manuals in Archaeology. Cambridge University Press.

CLAASSEN C. 1998b - Taphonomy of shell and shell assemblages. In: Claassen Shells. Cambridge manuals in Archaeology. Cambridge University Press, p. 53-98.

COLONESE A.C., MANNINO M.A., BAR-YOSEF MAYER D.E., FA D.A., FINLAYSON J.C., LUBELL D., STINER M.C. 2011 - Marine mollusc exploitation in Mediterranean prehistory: an overview. Quaternary International, 239, p. 86-103.

COPPOLA D. 1992 - Nota preliminare sui rinvenimenti nella grotta di S. Maria di Agnano (Ostuni, Brindisi) : i seppellimenti paleolitici ed il luogo di culto. Rivista di Scienze Preistoriche, 44, 1-2, p. 211-227.

CORTÉS-SANCHEZ M. 2007 - Cueva Bajoindillo (Torremolinos) : Secuencia cronocultural y paleoambiental del Cuaternario reciente en la Bahía de Malaga. Servicio de Publicaciones y Divulgación Científica de la Universidad de Málaga.

CORTÉS-SANCHEZ M., MORALES-MUÑIZ A., SIMÓN-VALLEJO M.D., FRANCISCO LOZANO M.C., VERA-PELÁEZ J.L., FINLAYSON C., RODRIGUEZ-VIDAL J., DELGADO-HUERTAS A., JIMÉNEZ-ESPEJO F.J., MARTINEZ-RUIZ F., MARTINEZ-AGUIRRE M.A., PASCUAL-GRANGED A.J., BERGADÀ-ZAPATA M.M., GIBAJA-BAO J.F., RIQUELME-CANTAL J.A., LÓPEZ-SÁEZ J.A., RODRIGO-GAMIZ M., SAKAI S., SUGISAKI S., FINLAYSON G., FA D.A., BICHO N.F. 2011 - Earliest know use of marine resources by Neanderthals. Plos One, 6, p.1-15.

COSSIGNANI T., ARDOVINI R. 2011 - Malacologia mediterranea, L’informatore Piceno Ed., Ancona, Italia.

CRISTIANI E., FARBSTEIN R., MIRACLE P. 2014 - Ornamental traditions in the Eastern Adriatic: the Upper Palaeolithic and Mesolithic personal adornments from Vela Spila (Croatia). Journal of Anthropological Archaeology, 36, p. 21-31. 

CUBAS M., PEYROTEO-STJERNA R., FONTANALS-COLL M., LLORENTE-RODRIGUEZ L., LUCQUIN A., CRAIG O.E., COLONESE A.C. 2018 - Long-term dietary change in Atlantic Mediterranean Iberia with the introduction of agriculture: a stable isotope perspective. Archaeological and Anthropological Sciences, 11, p. 3825-3836.

CUENCA SOLANA D., GUTIÉRREZ-ZUGASTI F.I., CLEMENTE-CONTE I. 2011 - The use of mollusc shells as tools by coastal human groups. The contribution of ethnographical studies to research on Mesolithic and Early Neolithic technologies in Northern Spain. Journal of Anthropological Research, 67, p. 77-102.

CUENCA SOLANA D., GUTIÉRREZ-ZUGASTI I., GONZALEZ-MORALES M.R., SETIÉN-MARQUINEZ J., RUIZ-MARTINEZ E., GARCIA-MORENO A., CLEMENTE-CONTE I. 2013 - Shell technology, rock art, and the role of marine resources during the Upper Paleolithic. Current Anthropology, 54, p. 370-380.

CUNNANE S.C., STEWART K.M. 2010 - Human Brain Evolution: The influence of Freshwater and Marine Food Resources. Wiley-Blackwell, New Jersey.

DANTONI G. 1980 - I livelli musteriani con strumenti su valva di Callista chione nel Salento. Studi per l’Ecologia del Quaternario, 2, p. 67-75.

DARLAS A. 2007 - Le Moustérien de Grèce à la lumière des récentes recherches.  L’Anthropologie, 111, p. 346-366.

D’ERRICO F. 2006 - L’origine de l’humanité et des cultures modernes : le point de vue de l’archéologie. Diogène, 214, p. 147-159.

D’ERRICO F., HENSHILWOOD C., VANHAEREN M., VAN NIEKERK K. 2005 -  Nassarius kraussianus shell beads from Blombos Cave: evidence for symbolic behaviour in the Middle Stone Age. Journal of Human Evolution, 48, p. 3-24.

D’ERRICO F., STRINGER C. 2011 - Evolution, revolution or saltation scenario for the emergence of modern cultures? Philosophical Transactions of the Royal Society Bulletin, 366, p. 1060-1069.

D’ERRICO F., VANHAEREN M., BARTON N., BOUZOUGGAR A., MIENIS H., RICHTER D., HUBLIN J.-J., McPHERRON S., LOZOUET P. 2009 - Additional evidence on the use of personal ornaments in the Middle Paleolithic of North Africa. PNAS, 106, p. 16051-16056.

DIBBLE H.L., ALDEIAS V., ALVAREZ-FERNANDEZ E., BLACKWELL B.A.B., HALLETT-DESGUEZ E., JACOBS Z., GOLDBERG P., LIN S.C., MORALA A., MEYER M.C., OLSZEWSKI D., REED K., REED D., REZEK Z., RICHTER D., ROBERTS R.G., SANDGATHE D., SHURMANS U., SKINNER A.R., STEELE T.E., El HAJRAOUI M.A. 2012 - New excavations at the site of Contrebandiers cave, Morocco. PaleoAnthropology, p. 145-201.

DOUKA K., SPINAPOLICE E. 2012 - Neanderthal Shell Tool Production: Evidence from Middle Palaeolithic Italy and Greece. Journal of World Prehistory, 25, p. 45-79.

DUPONT C. 2006 - La malacofaune des sites mésolithiques et néolithiques de la façade atlantique de la France. Contribution à l’économie et à l’identité culturelle des groupes concernés. BAR International Series, 1751, Oxford.

FA D. A. 2008 - Effects of tidal amplitude on intertidal resource availability and dispersal pressure in prehistoric human coastal populations: the Mediterranean–Atlantic transition. Quaternary Science Reviews, 27, p. 2194-2209.

FINLAYSON C. 2008 - On the importance of coastal areas in the survival of Neanderthal populations during the late Pleistocene. Quaternary Science Reviews, 27, p. 2246-2252.

FORESTIER H. 1993 - Le Clactonien : mise en application d’une nouvelle méthode de débitage s’inscrivant dans la variabilité des systèmes de production lithique du Paléolithique ancien. Paleo, 5, p. 53-82.

GARCÍA ESCÁRZAGA A., GUTIÉRREZ-ZUGASTI I., GONZÁLEZ-MORALES M.R., COBO-GARCÍA A. 2017 - Shells and Humans: molluscs and other coastal resources from the earliest human occupations at the mesolithic shell midden of El Mazo (Asturias, Northern Spain). Papers Inst. Archaeol. 27, p. 1-17.

GERBER J.P. 1973 - Le site des Ramandils, une faune du début du würmien II en Languedoc-méditerranéen. Bulletin de l’Association française pour l’étude du quaternaire, 10, p. 7-12.

GIANNUZZI-SAVELLI R., PUSATERI F., PALMERI A., EBREO C. 1996 - Atlante delle conchiglie marine del Mediterraneo, ed. « La Conchiglia », Roma.

GÜLEÇ E., KUHN S.L., STINER M.C. 2002 - The early Upper Palaeolithic of Üçağizli Cave, Turquey. Antiquity, 76, p. 615-616.

GUTIÉRREZ-ZUGASTI I. 2009 - La explotación de moluscos y otros recursos litorales en la región cantabrica durante el Pleistoceno final y el Holoceno Inicial. Universidad de Cantabria, Santander.

GUTIÉRREZ-ZUGASTI I. 2011 - The use of echinoids and crustaceans as food during the pleistocene-holocene transition in northern Spain: methodological contribution and dietary assessment. J. Island Coast. Archaeol. 6, p. 115-133.

GUTIÉRREZ-ZUGASTI I., CUENCA-SOLANA D., RASINES DEL RIO P., MUÑOZ E., SANTAMARIA S., MORLOTE J.M. 2013 - The role of shellfish in hunter-gatherer societies during the Early Upper Palaeolithic: a view from El Cuco rockshelter, northern Spain. Journal of Anthropological Archaeology, 32, p. 242-256.

GUTIÉRREZ-ZUGASTI I., TONG E., GARCÍA-ESCÁRZAGA A., CUENCA-SOLANA D., BEILEY G.N., GONZÁLEZ-MORALES M.R. 2016 - Collection and consumption of echinoderms and crustaceans at the Mesolithic shell midden site of El Mazo (northern Iberia): opportunistic behaviour or social strategy? Quat. Int. 407, p. 118-130.

HARDY B.L., MONCEL M.-H. 2011 - Neanderthal use of fish, mammals, birds, starchy plants and wood 125-250,000 years ago. PLoS One, 6(8), e23768.

HAYWARD P.J., NELSON-SMITH T., SHIELDS C. 1998 - Guide des bords de mer, Mer du Nord, Manche, Atlantique, Méditerranée. Delachaux & Niestlé, 351p.

HENRY A.G., BROOKS A., PIPERNO D. 2011 - Microfossils in calculus demonstrate consumption of plants and cooked foods in Neanderthal diets (Shanidar III, Iraq; Spy I and II, Belgium)PNAS, 108, p. 486-491.

JERARDINO A. 2014 - Strander rocky mussels and their possible procurement during prehistory on the West Coast of South Africa. Journal of Archaeological Science, 49, p. 536-545.

JERARDINO A. 2016 - On the origins and significance of Pleistocene coastal resource use in southern Africa with particular reference to shellfish gathering. Journal of Antrhopological Archaeology, 41, p. 213-230.

JERARDINO A., MAREAN C.W. 2010 - Shellfish gathering, marine paleocology and modern human behavior: perspectives from cave PP13B, Pinnacle point, South Africa.Journal of Human Evolution, 59, p. 412-424.

JOORDENS J.C.A., d’ERRICO F., WESSELINGH F.P., MUNRO S. de VOS J., WALLINGA J., ANKJÆRGAARD C., REIMANN T., WIJBRANS J.R., KUIPER K.F., MÜCHER H.J., COQUEUGNIOT H., PRIÉ H.V., JOOSTEN I., VAN OS B., SCHULP A.S., PANUEL M., VAN DER HAAS V., LUSTENHOUWER W., REIJMER J.J.G., ROEBROEKS W. 2015 - Homo erectus at Trinil on Java used shells for tool production and engraving. Nature, 518 (2015), p. 228-231.

KABIRI L. 1993 - Formations littorales et continentales du Pléistocène supérieur en Languedoc Roussillon et Catalogne. Étude géologique des remplissages des Ramandils (Port-La-Nouvelle) et de l’Arbreda (Serinyà). PhD thesis, Muséum national d’Histoire naturelle, Paris, 210 p.

KLEIN R.G. 2008 - Out of Africa and the evolution of Human behavior. Evolutionary Anthropology, 17, p. 267-281. 

KLEIN R.G., AVERY G., CRUZ-URIBE K., HALKETT D., PARKINGTON J.E., STEELE T., VOLMAN T.P., YATES R. 2004 - The Ysterfontein 1 Middle Stone Age site, South Africa, and early human exploitation of coastal resources. PNAS, 101, p. 5708-5715.

KUHN S.L., STINER M.C., REESE D.S., GÜLEC E. 2001 - Ornaments of the Earliest Upper Palaeolithic: new insights from the Levant. PNAS Proceedings of the National Academy of Science USA, 98, p. 7641-7646.

LANGEJANS G.H.J., VAN NIEKERK K.L., DUSSELDORP G.L., THACKERAY J.F. 2012 - Middle Stone Age shellfish exploitation: potential indications for mass collecting and resource intensification at Blombos Cave and Klasies River, South Africa. Quaternary International, 28, p. 80-94.

LARTIGOT-CAMPIN A.-S., MONÉ H. 2017 - Analyses polliniques et parasitologiques préliminaires de coprolithes de carnivores du site moustérien des Ramandils (Port-La Nouvelle, Aude, France). Quaternaire, 28 (2), p. 217-224.

LUTHER W., FIEDLER K. 1965 - Guide de la faune sous-marine des côtes méditerranéennes. Les guides du naturaliste, Delachaux et  Niestlé, 270 p.  

MANCA L. 2018 - L’emploi de la percussion directe diffuse et de la méthode de débitage par fracturation dans l’exploitation des coquilles. Exemples du Néolithique final et du Chalcolithique ancien de Sardaigne (Italie). « A coup d’éclats ! » La fracturation des matières osseuses en Préhistoire : discussion autour d’une modalité d’exploitation en apparence simple et pourtant mal connue. Actes de la séance de la Société préhistorique française de Paris, 25 avril 2017. Séances de la Société préhistorique française, 13, p. 283-310.

MAREAN C.W. 2010 - Pinnacle Point Cave 13B (Western Cape Province, South Africa) in context: the Cape Floral kingdom, shellfish, and modern human origins. Journal of Human Evolution, 59, p. 425-443.

MAREAN C.W. 2011 - Coastal South Africa and the co-evolution of the modern human lineage and the coastal adaptation. In: BICHO N., HAWS J.A., DAVIS L.G. (Éds.),Trekking the Shore: Changing Coastlines and the Antiquity of Coastal Settlement, Springer, New York, p. 421-441.

MAREAN C.W. 2014 - The origins and significance of coastal resource use in Africa and Western Eurasia. Journal of Human Evolution, 77, p. 17-40.

MAREAN C.W., BAR-MATTHEWS M., BERNATCHEZ J., FISHE  E., GOLDBERG P., HERRIES AI.R., JACOBS Z., JERARDINO A., KARKANAS P., MINICHILLO T., NILSSEN P.J., THOMPSON E., WATTS I., WILLIAMS H.M. 2007 - Early human use of marine resources and pigment in South Africa during the Middle Pleistocene. Nature, 449, p. 905-909.

MCBREARTY A., BROOKS A.S. 2000 - The revolution that wasn’t: A new interpretation of the origin of modern human behavior. Journal of Human Evolution, 39, p. 453-563.

MELLARS P. 2006 - Why did modern human populations disperse from Africa ca. 60 000 years ago? A new model. PNAS, 103, p. 9381-9386.

MELLARS P., GORIC K.C., CARRE M., SOARES P.A., RICHARDS M.B. 2013 - Genetic and archaeological perspectives on the initial modern human colonization of Southern Asia. PNAS, 110, p. 10699-10704.

MOLÈS V. 2008 - Étude techno-économique et typologique des industries de la grotte des Ramandils (Port-La Nouvelle, Aude, France). Contribution à la reconnaissance d’une microproduction au Paléolithique moyen. PhD thesis, Université Paul Valéry, Montpellier III, Montpellier, 375 p.

MOLÈS V. et BOUTIÉ P. 2009 - Contribution à la reconnaissance d’une microproduction au Paléolithique moyen : les industries de la grotte des Ramandils (Port-La Nouvelle, Aude, France). L’Anthropologie, vol. 113, 2, p. 356-380.

MORIN E., MEIER J., EL GUENNOUNI K., MOIGNE A.-M., LEBRETON L., RUSCH L., VALENSI P., CONOLLY J., COCHARD D. 2019 - New evidence of broader diets for archaic Homo populations in the northwestern Mediterranean. Science Advances, 5 (3).

NABAIS M., DUPONT C., ZILHÃO J. 2023 - The exploitation of crabs by Last Interglacial Iberian Neanderthals: The evidence from Gruta da Figueira Brava (Portugal).Frontiers in Environmental Archaeology, vol. 2.

ONORATINI G. 2016 - Les mollusques marins de la grotte du Cavillon. In : de Lumley H. (dir.), La grotte du Cavillon sous la falaise des Baousse Rousse, Grimaldi, Vintimille, Italie. CNRS Éditions, Paris, p. 195-204.

ONORATINI G., CAUCHE D., CELIBERTI V., SIMON P. 2010 - Le Noaillien dans le complexe Gravettien du sud-est de la France. Bulletin Musée d’Anthropologie préhistorique de Monaco, 50, p. 39-53.

ONORATINI G., COMBIER J. 1996 - Restes d’enfant et parure de coquillage du site gravettien du Marronnier (Saint-Remèze, Ardèche) : témoins de l’expansion occidentale de la culture de tradition noaillienne méditerranéenne. In: « Colloque Nature et Culture », Liège 1993, ERAUL, 1, 68 p.

OXILIA M. 1974 - Nota sulla presenza di industria su valve di Meretrix chione (Linneo) nei livelli Riss-Würm dello scavo dell’ex-Casinó. Atti della XVI Riunione Scientifica IIPP, p. 84-90.

PALMA DI CESNOLA A. 2001 - Il Paleolitico inferiore e medio in Italia. Millenni, Firenze.

PAPPA M., VEROPOULIDOU R. 2011 - The Neolithic settlement at Makriyalos, Northern Greece: evidence from the Spondylus gaederopus artifacts. In: IFANTIDIS F., NIKOLAIDOU M. (Éds.), Spondylus in Prehistory, New Data and Approaches. Contributions to the Archaeology of Shell Technologies. BAR International Series, 2216, Oxford, p. 105-121. 

PERCIE-DU-SERT C. 1992 - Les lagomorphes du gisement moustérien des Ramandils (Port-La Nouvelle, Aude). Mémoire de maîtrise, Université Montpellier 3 - Paul Valéry, Montpellier, 116 p.

PERESANI M., VANHAEREN M., QUAGGIOTTO E., QUEFFELEC A., d’ERRICO F. 2013 - An ochered fossil marine shell from the Mousterian of the Fumane Cave, Italy. Plos One, 8, 7, p. 568-572.

PERLÈS C., VANHAEREN M. 2010 - Black Cyclope neritea marine shell ornaments in the Upper Palaeolithic and Mesolithic of Franchthi (Argolid, Greece): arguments for an intentional heat treatment. Journal of Field Archaeology, 35, p. 314-325.

POPPE T., GOTO Y. 1991 - European Seashells: Polyplacophora, Caudofoveata, Solenogastra, Gasteropoda, Verlag Christa Hemmen, Germany, 1, 352 p.

POPPE T., GOTO Y. 1993 - European Seashells: Scaphopoda, Bivalvia, Cephalopoda, Verlag Christa Hemmen, Germany, 2, 221 p.

RADOVČIĆ D., OROS SRSEN A., RADOVČIĆ J., FRAYER D.W. 2015 - Evidence for Neandertal Jewelry: Modified White-Tailed Eagle claws at Krapina. PlosOne, 10, 3.

RAMOS J., BERNAL D., VIJANDE E., CANTILLO J.J., BARRENA A., DOMINGUEZ-BELLA S., CLEMENTE I., RODRIGUEZ-VIDAL J., CHAMORRO S., DURÁN, ABAD M., CALADO M., ZAPATA B.R., GIL M.J., UZQUIANO P., SORIGUER M., MONCLOVA A., TOLEDO J., ALMISAS S. 2014 - L’abri de Benzú (Ceuta). Un site avec une technologie de Mode 3 - Paléolithique moyen dans le Nord de l’Afrique. Comptes Rendus Palevol, 14, p. 43-61.

RASINES DEL RIO P., MAROTO J., MUÑOZ-FERNÁNDEZ E., MORLOTE-EXPÓSITO J.M., CASTAÑOS-UGARTE P.M., CASTAÑOS DE LA FUENTE J., SANTAMARÍA-SANTAMARÍA S., MILLÁN F. 2021- A chrono-cultural reassessment of levels III-V from El Cuco rock-shelter A new sequence for the late Middle Palaeolithic-early Upper Palaeolithic boundary in the Cantabrian region (northern Iberia), Compte Rendus Palevol, 20, 18, p. 315-343.

RICHARDS M., HARVATI K., GRIMES V., SMITH C., SMITH T., HUBLIN J.J., KARKANAS P., PANAGOPOULOU E. 2008 - Strontium isotope evidence of Neanderthal mobility at the site of Lakonis, Greece, using laser-ablation PIMMS. Journal of Archaeological Science, 35, p. 1251-1256.

RICHARDS M., TRINKAUS E. 2009 - Isotopic evidence for the diets of European Neanderthals and early modern humans. PNAS, 106, 38, p. 16034-16039. 

RIOS-GARAIZAR J. 2020 - Microlithic lithic technology of Neandertal shellfishers from El Cucorock shelter (Cantabrian Region, northern Spain). Journal of  Archaeological Science: Reports, 30, 102201.

ROMAGNOLI F. 2021 - Change in Raw Material Selection and Use at 400,000 Years BP: A Novel, Symbolic Relationship between Humans and Their World. Discussing Technological, Social and Cognitive Arguments. Cambridge Archaeological Journal 31, 2, p. 325-336.

ROMAGNOLI F., BAENA J., SARTI L. 2016 - Neanderthal retouched shell tool and Quina economic and technical strategies: an integrated behaviour. Quaternary International, 407, p. 29-44.

ROMAGNOLI F., MARTINI F., SARTI L. 2015 - Neanderthal use of Callista chione shells as raw material for retouched tools in south-east Italy. Analysis of Grotta del Cavallo Layer L assemblage by a new methodology. Journal of Archaeological Method and Theory, 22, p. 1007-1037.

RUSCH L., BOULBES N., CAMPIN LARTIGOT A.S., MOIGNE A.M., BOUTIÉ P. 2019 - Contexte paléoenvironnemental et chronologique des occupations néandertaliennes de la grotte des Ramandils (Port-La-Nouvelle, Aude, France) : apport des restes de grands mammifères. Quaternaire, 30, 2, p. 151-165. 

SAOS T., GRÉGOIRE S., MOIGNE A.-M., TESTU A., BOULBES N., PERRENOUD C., POIS V., RUSCH L., LARTIGOT-CAMPIN A.-S., CHEVALIER T., BECAM G., LEBRETON L., CELIBERTI V., ALLADIO A., BACHELLERIE F., MILIZIA C., BAHAIN J.-J., FALGUÈRES C., VOINCHET P., SHAO Q., ELALOUF J.-M., MARSOLIER-KERGOAT M.-C., MONCEL M.-H., BOURGUIGNON L., CHACON NAVARRO M.G., BARSKY D., MAGNIEZ P., MOLÈS V., DURAN J.-P., IVORRA J., DAINAT D. 2016 - Le Monde moustérien méditerranéen entre Rhône et Pyrénées, Rapport 2016 du Programme Collectif de Recherches, bilan triennal 2014-2016. S.R.A. de Montpellier, 237 p.

SAOS T., MOIGNE A.-M., TESTU A., BOULBES N., RUSCH L., LARTIGOT-CAMPIN A.-S., BACHELLERIE M., BAHAIN J.-J., FALGUÈRES C., SHAO Q., CHACON NAVARRO M. G., MILIZIA C., DAINAT D. 2017 - Le monde moustérien méditerranéen entre Rhône et Pyrénées. Rapport 2017 du 44/45 Programme Collectif de Recherches. Rapport intermédiaire 2017, triennal 2017-2019, S.R.A. de Montpellier, 58 p.

SEHASSEH E.M., FERNANDEZ P., KUHN S., STINER M., MENTZER S., COLAROSSI D., CLARK A., LANOE F., PAILES M., HOFFMANN D., BENSON A., RHODES E., BENMANSOUR M., LAISSAOUI A., ZIANI I., VIDAL-MATUTANO P., MORALES J., DJELLAL Y., LONGET B., HUBLIN J.-J., MOUHDDINE M., RAFI F.-Z., WORTHEY K.B., SANCHEZ-MORALES I., GHAYATI N., BOUZOUGGAR A. 2021 - Early Middle Stone Age personal ornaments from Bizmoune Cave, Essaouira, Morocco. Science Advances, 7, 39.  

STEELE T.E., ALVAREZ-FERNÁNDEZ E. 2011 - Initial investigations into the exploitation of coastal resources in North Africa during the Late Pleistocene at Grotte des Contrebandiers, Morocco. In: BICHO N., HAWS J.A., DAVIS L.G. (Éds.), Trekking the Shore: Changing Coastlines and the Antiquity of Coastal Settlement, Springer, New York, p. 883-903.

STINER M.C. 1993 - Small animal exploitation and its relation to hunting, scavenging, and gathering in the Italian Mousterian. In: PETERKIN G.L., BRICKER H., MELLARS P. (Éds.), Hunting and animal exploitation in the Later Palaeolithic and Mesolithic of Eurasia. Archaeological Papers of the American Anthropological Association, 4, p. 101-119.

STINER M.C. 1994 - Honor among thieves: a Zooarchaeological Study of Neanderthal Ecology, Princeton University Press, Princeton.  

STINER M.C. 2004 - Small game use and expanding diet breadth in the Eastern Mediterranean Basin during the Palaeolithic. In: BRUGAL J.P. & DESSE J. (Éds.), Petits animaux et sociétés humaines : du complément alimentaire aux ressources utilitaires. Actes des rencontres d’Antibes (23-25 octobre 2003), APDCA, Antibes, p. 499-513.

STINER M.C. 2010 - Shell ornaments from the Upper Palaeolithic through Mesolithic of Klissoura Cave 1 by Prosymna (Peloponnese, Greece). Eurasian Prehistory, 7, p. 287-308.

STRINGER C. 2000 - Coasting out of Africa. Nature, 405, p. 24-27.

STRINGER C., FINLAYSON J.C., BARTON R.N.E., Y. FERNÁNDEZ-JALVO Y., CÁCERES I., SABIN R.C., RHODES E.J., CURRANT A.P., RODRIGUEZ-VIDAL J., GILES-PACHECO J., RIQUELME-CANTAL J.A. 2008 - Neanderthal exploitation of marine mammals in Gibraltar, PNAS, 105, p. 14319-14324.

SZABÓ K. 2013 - Identifying worked shell: a consideration of methodological issues with particular reference to Pleistocene contexts. In: BAILEY G.N., HARDY K., CAMARA A. (Éds.), Shell Energy. Oxbow Books, Oxford, p. 277-286.

SZABÓ K., BRUMM A., BELLWOOD P. 2007 - Shell artefact production at 32 000-28 000 BP in Island Southeast Asia. Current Anthropology, 48, p. 701-723.

TABORIN Y. 1993 - La parure en coquillage au Paléolithique. Paris : CNRS Éditions, 39e supplément à Gallia Préhistoire, 544 p.

VANHAEREN M., d’ERRICO F. 2006 - Aurignacien ethno-linguistic geography of Europe revealed by personal ornaments. Journal of Archaeological Science, 33, p. 1105-1128.

VANHAEREN M., d’ERRICO F., STRINGER C., JAMES S.L., TODD J.A., MIENIS H.K. 2006 - Middle Palaeolithic shell beads in Israel and Algeria. Science, 312, pp. 1785-1788.

VANHAEREN M., d’ERRICO F., VAN NIEKERK K.L., HENSHILWOOD C.S., ERASMUS R.M. 2013 - Thinking strings: additional evidence for personal ornament use in the Middle Stone Age at Blombos Cave, South Africa. Journal of Human Evolution, 64, p. 500-517.

VICINO G. 1974 - La spiaggia tirreniana dei Balzi Rossi nei recenti scavi nella zona dell’ex-Casinó. Atti della XVI Riunione Scientifica IIPP, p. 75-90.

VILLA P., SORIANO S., POLLAROLO L., SMIRIGLIO C., GAETA M., D’ORAZIO M., CONFORTI J., TOZZI C., PETRAGLIA M.D. 2020 - Neandertals on the beach: Use of marine resources at Grotta dei Moscerini (Latium, Italy). Plos One, 15, 1, e0226690.

VITAGLIANO S. 1984 - Nota sul pontiniano della Grotta dei Moscerini, Gaeta (Latina). Atti XXIV Riunione Scientifica IIPP, p. 155-164.

WALTER R.C., BUFFLER R.T., BRUGGEMANN J.H., GUILLAUME M.M.M., BERHE S.M., NEGASSI B., LIBSEKAL Y., CHENG H., EDWARDS R.L., VON COSEL R., NEARAUDEAU D., GAGNON M. 2000 - Early human occupation of the Red Sea coast of Eritrea during the last interglacial. Nature, 405, p. 65-69.

WEINBERG S. 1996 - Découvrir la Méditerranée. Nathan nature, 352 p.

WILL M., KANDEL A.W., CONARD N.J. 2015 - Coastal adaptations and settlement systems on the cape and horn of Africa during the Middle Stone Age. In: CONARD N.J., DELAGNES A. (Éds.), Settlement Dynamics of the Middle Paleolithic and Middle Stone Age, Tübingen Publications, Tübingen, p. 47-75.

WILL M., KANDEL A.W., KYRIACOU K., CONARD N.J. 2016 - An evolutionary perspective on coastal adaptations by modern humans during the Middle Stone Age of Africa. Quaternary International, 404, p. 68-86.

YOKOYAMA Y., NGUYEN H.V., SHEN G., QUAEGEBEUR J.P., KOUMBA N. 1987 - Datation par les méthodes des familles de l’Uranium et la résonance de spin électronique (ESR) du remplissage de la grotte des Ramandils à Port-La Nouvelle (Aude, France). Cypsela, 6, p. 151-154.

ZILHÃO J., ANGELUCCI D.E., ARAÚJO IGREIA M., ARNOLD L.J., BADAL E., CALLAPEZ J., CARDOSO J.L., d’ERRICO F., DAURA J., DEMURO M., DESCHAMPS M., DUPONT C., GABRIEL S., HOFFMANN D.L., LEGOINHA P., MATIAS H., MONGE SOARES A.M., NABAIS M., PORTELA P., QUEFFELEC A., RODRIGUES F., SOUTO P. 2020 - Last Integlacial Iberian Neandertals as fisher-hunter-gatherers, Science, 367, March 27, p. 1443-1456.

ZILHÃO J., ANGELUCCI D.E., BADAL-GARCIA F., d’ERRICO F., DANIEL F., DAYET L., DOUKA K., HIGHAM T.F.G., MARTINEZ-SANCHEZ M.J., MONTES-BERNARDEZ R., MURCIA-MASCAROS S., PEREZ-SIRVENT C., ROLDAN-GARCIA C., VANHAEREN M., VILLAVERDE V., WOOD R., ZAPATA J. 2010 - Symbolic use of marine shells and mineral pigments by Iberian Neandertals. PNASProceedings of the National Academy of Sciences, 107, p. 1023-1028.

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1. Localisation géographique de la grotte des Ramandils et vue de la cavité. Geographical location of the Ramandils cave and view of the cavity.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/7671/img-1.jpg
File image/jpeg, 328k
Title Figure 2. Coupe stratigraphique synthétique et datations du site des Ramandils. **: niveau de la plage tyrrhénienne ; *: dates correspondant aux niveaux archéologiques. Les dates en noir (2015) correspondent aux datations ESR/U-Th. Les dates en rouge, plus anciennes, correspondent à des datations effectuées par la seule méthode ESR. Synthetic stratigraphic section and dating of the Ramandils site. *: Tyrrhenian beach level . **: dates corresponding to the archaeological levels. The dates in black (2015) correspond to ESR/U-Th dates. The dates in red, which are older, correspond to dates carried out by the ESR method alone.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/7671/img-2.jpg
File image/jpeg, 328k
Title Tableau 1. Assemblage des restes archéologiques des Ramandils par ensembles archéostratigraphiques. Archaeological remains of the Ramandils by archaeostratigraphic units.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/7671/img-3.jpg
File image/jpeg, 192k
Title Figure 3. Restes fauniques de la grotte des Ramandils par ensembles stratigraphiques. Faunal remains of the Ramandils cave by stratigraphic unit.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/7671/img-4.jpg
File image/jpeg, 148k
Title Tableau 2. Malacofaune des Ramandils par ensembles archéostratigraphiques (nombre de restes). Ramandils malacofauna by archaeostratigraphic units (number of remains).
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/7671/img-5.jpg
File image/jpeg, 208k
Title Figure 4. Lexique d’étude des restes malacologiques, CERPT. Lexicon of malacological remains, CERPT.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/7671/img-6.jpg
File image/jpeg, 276k
Title Tableau 3. Fragmentation et altération des bivalves dans les différents ensembles de la grotte des Ramandils (NMI = Nombre Minimum d’Individus) Fragmentation and alteration of bivalves in the archaeostratigraphic units of the Ramandils cave.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/7671/img-7.jpg
File image/jpeg, 184k
Title Tableau 4. Malacofaune de la plage tyrrhénienne de la grotte des Ramandils (nombre de restes). Malacofauna of the Tyrrhenian beach of Ramandils (number of remains).
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/7671/img-8.jpg
File image/jpeg, 184k
Title Figure 5. Proportion relative des différents taxons de mollusques marins de la plage tyrrhénienne des Ramandils. a. Cerastoderma glaucum ; b. Glycymeris sp. ; c. Mytilus sp. ; d. Pecten jacobaeus ; e.Chamelea sp. ; f. Solen marginatus ; g. Donax trunculus ; h. Ruditapes sp. ; i. Cerithium sp. ; j. Nassarius reticulatus  ; k. Anomia ephippium Relative proportion of the marine mollusc taxa from the Tyrrhenian beach of Ramandils.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/7671/img-9.jpg
File image/jpeg, 184k
Title Figure 6. Exemples de coquilles marines de la plage tyrrhénienne de la cavité des Ramandils. 1. Cerastoderma sp. ; 2. Nassarius sp. ; 3. Pecten jacobaeus ; 4. Glycymeris sp. Examples of marine shells from the Tyrrhenian beach of Ramandils.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/7671/img-10.jpg
File image/jpeg, 256k
Title Figure 7. Répartition des industries lithiques (triangles bleus) et des coquilles (étoiles grises) sur la projection longitudinale J/K des Ramandils (figure V. Pois). Distribution of lithic industries (blue triangles) and shells (grey stars) on the longitudinal projection J/K of the Ramandils (figure V. Pois).
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/7671/img-11.jpg
File image/jpeg, 148k
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/7671/img-12.jpg
File image/jpeg, 116k
Title Figure 9. Racloir aménagé par retouches sur la valve d’un Glycymeris (H16.HG5.63). Side scraper created by retouching on the valve of a Glycymeris (H16.HG5.63).
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/7671/img-13.jpg
File image/jpeg, 312k
Title Figure 10. Perforation sur coquille de Nassarius sp., (N22.NE63.2958). Perforation on the shell of Nassarius sp., (N22.NE63.2958).
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/7671/img-14.jpg
File image/jpeg, 134k
Top of page

References

Bibliographical reference

Anne-Marie Moigne, Vincenzo Celiberti and Émilie Campmas, “L’utilisation et la consommation des bivalves par les néandertaliens de la grotte des Ramandils (Port-La Nouvelle, Aude, France)”PALEO, Hors-série | 2023, 26-49.

Electronic reference

Anne-Marie Moigne, Vincenzo Celiberti and Émilie Campmas, “L’utilisation et la consommation des bivalves par les néandertaliens de la grotte des Ramandils (Port-La Nouvelle, Aude, France)”PALEO [Online], Hors-série | Décembre 2022, Online since 15 November 2023, connection on 26 February 2024. URL: http://journals.openedition.org/paleo/7671; DOI: https://doi.org/10.4000/paleo.7671

Top of page

About the authors

Anne-Marie Moigne

Muséum national d’Histoire naturelle, UMR 7194 du CNRS ‘HNHP’ MNHN-UPVD-CERPT ; Centre Européen de Recherches Préhistoriques de Tautavel.

Vincenzo Celiberti

Université de Perpignan Via Domitia, UMR 7194 du CNRS ‘HNHP’ MNHN-UPVD-CERPT ; Centre Européen de Recherches Préhistoriques de Tautavel (*auteur correspondant : vincenzo.celiberti[at]cerptautavel.com).

Émilie Campmas

† TRACES, UMR 5608 du CNRS, Université de Toulouse Jean Jaurès.

By this author

Top of page

Copyright

CC-BY-NC-ND-4.0

The text only may be used under licence CC BY-NC-ND 4.0. All other elements (illustrations, imported files) are “All rights reserved”, unless otherwise stated.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search