Skip to navigation – Site map

HomeIssuesHors-sérieThème 1 : Les occupations côtière...Les coquilles de mollusques des f...

Thème 1 : Les occupations côtières de la Préhistoire à l’actuel : adaptations des populations humaines au milieu littoral, utilisation des ressources marines et réseaux de diffusion

Les coquilles de mollusques des fouilles Émile Rivière aux Balzi Rossi (Vintimille, Italie) : apport des collections Goury (Musée Lorrain, Nancy, France) et Moll (Laténium, Hauterive, Suisse)

Mollusc shells from the Émile Rivière excavations at Balzi Rossi (Ventimiglia, Italy): contributions from the Goury (Musée Lorrain, Nancy, France) and Moll (Laténium, Hauterive, Switzerland) collections
Caroline Peschaux, François-Xavier Chauvière and Dominique Henry-Gambier
p. 78-97

Abstracts

The caves and rock shelters of the Balzi Rossi (Ventimiglia, Italy) delivered several thousand of marine mollusc shells, both in funerary context and in the occupational levels. The Goury and Moll collections, out from the excavations of the Upper Palaeolithic levels of those sites, conducted by Émile Rivière, include numerous shells (745 in total). Such an amount constitutes an opportunity to study how malacological resources were used by the human populations who frequented these sites. In order to achieve some answer, not only the conchological spectrum but also the origins and evidences of anthropic modifications have been analysed. The results revealed a wide diversity of shells (69 taxa, with a predominance of Nassa mud snails and Top snails), a multiplicity of origins and the integration of shells within economic and social networks, sometimes over long distances, as well as a diversity of the uses (adornment and food). Our results also show that taxa were likely targeted according to the material required for different activities (i.e., Nassa for personal ornaments versus top-snails for food).

Top of page

Full text

Cet article est dédié à la mémoire de Dominique Henry-Gambier, décédée en septembre 2022. Co-auteure du manuscrit, elle a été à l’initiative de l’étude de la collection Goury et a largement contribué aux analyses et à la contextualisation des coquilles de mollusques étudiées ici par sa connaissance intarissable des Balzi Rossi et du Paléolithique supérieur en général.
Nous remercions Richard Dagorne, conservateur et directeur du Musée lorrain à Nancy, ainsi que Marc-Antoine Kaeser et Géraldine Delley, respectivement directeur et directrice-adjointe du Laténium, parc et musée d’archéologie de Neuchâtel, pour l’accès aux collections Goury et Moll. Nous remercions également Laurent Charles du Muséum d’histoire naturelle de Bordeaux pour l’aide apportée dans la détermination des coquilles de la collection Goury, ainsi que Marc Juillard de l’Office du patrimoine et de l’archéologie du canton de Neuchâtel pour la réalisation d’une partie des photographies des coquilles de la collection Moll. Un grand merci à Philippe Rocher (Réserve Naturelle géologique de Saucats-La Brède) pour ses remarques avisées concernant la nature et la disponibilité naturelle des coquilles de mollusques étudiées, ainsi qu’aux deux rapporteurs de l’article pour leurs commentaires ayant permis d’améliorer le manuscrit. Enfin, merci à Élisa Caron-Laviolette et Aloïs Corona pour leur relecture du résumé anglais.

Introduction

  • 1 Les appellations de ce complexe de sites ont varié au cours du temps : Balzi Rossi (en italien), Ba (...)

1Les sites des Balzi Rossi1 sont localisés en Ligurie italienne sur la commune de Vintimille à moins de 500 m de la frontière avec la France.  Ils se composent de plusieurs cavités qui s’ouvrent dans la falaise à proximité immédiate du rivage méditerranéen actuel (fig. 1). Fouillées dès 1850 jusqu’à nos jours, une dizaine d’entre elles constituent toujours des sites majeurs pour l’étude du Paléolithique européen, en raison de la richesse des vestiges mis au jour (sépultures, statuettes, parure, art pariétal, outils lithiques et osseux, faune, etc.) au sein d’occupations allant du Paléolithique ancien à la fin du Paléolithique supérieur (avec d’importants ensembles du Moustérien, Aurignacien, Gravettien et Épigravettien : e.g. Rivière 1871, 1872, 1873a, 1873b, 1874, 1887 ; Verneau 1892, 1902, 1906 ; Villeneuve et al. 1906-1919 ; Blanc 1938 ; Graziosi 1956 ; Blanc et al. 1957-1961 ; Vicino et Simone 1972 ; Laplace 1977 ; Onoratini et Da Silva 1978 ; Palma di Cesnola 1979 ; Mussi 1986, 1991 ; Formicola 1988 ; Kuhn et Stiner 1992, 1998 ; Yamada 1993 ; Bolduc et al. 1996 ; White et Bisson 1998 ; Henry-Gambier 2001 ; Tozzi et Negrino 2008 ; Villotte et Henry-Gambier 2010 ; Rossoni-Notter 2011 ; Douka et al. 2012 ; Onoratini et al. 2012 ; Malerba et Giacobini 2014 ; Tomasso 2014 ; Grimaldi et al. 2017 ; Santaniello et Grimaldi 2019).

Figure 1. Localisation des cavernes et sépultures fouillées par Émile Rivière aux Balzi Rossi (d’après É. Rivière, 1887, planche XXIV, modifiée). Numérotation des cavernes par Rivière (1887) : 1. Grotte des Enfants ; 2. Abri Lorenzi ; 3. Grotte Florestan ; 4. Grotte du Cavillon ; 5. Barma Grande ; 6. Baousso da Torre ; 7. Grotte du Prince ; 8. ? ; 9. Grotte des Gerbai. Autres cavernes : a. Grotte Constantini ; b. Grotte Voronov ; c. Abri Mochi ; d. Groticella Blanc-Cardini ; e. Abri des Bombrini ; f. Grotte de Grimaldi.
Location of the caves and burials excavated by Émile Rivière at the Balzi Rossi (after É. Rivière, 1887, plate XXIV, modified). Numeration of the caves by Rivière (1887): 1. Grotte des Enfants; 2. Abri Lorenzi; 3. Grotte Florestan; 4. Grotte du Cavillon; 5. Barma Grande; 6. Baousso da Torre; 7. Grotte du Prince; 8. ?; 9. Grotte des Gerbai. Other caves: a. Grotte Constantini; b. Grotte Voronov; c. Abri Mochi; d. Groticella Blanc-Cardini; e. Abri des Bombrini; f. Grotte de Grimaldi.

Figure 1. Localisation des cavernes et sépultures fouillées par Émile Rivière aux Balzi Rossi (d’après É. Rivière, 1887, planche XXIV, modifiée). Numérotation des cavernes par Rivière (1887) : 1. Grotte des Enfants ; 2. Abri Lorenzi ; 3. Grotte Florestan ; 4. Grotte du Cavillon ; 5. Barma Grande ; 6. Baousso da Torre ; 7. Grotte du Prince ; 8. ? ; 9. Grotte des Gerbai. Autres cavernes : a. Grotte Constantini ; b. Grotte Voronov ; c. Abri Mochi ; d. Groticella Blanc-Cardini ; e. Abri des Bombrini ; f. Grotte de Grimaldi. Location of the caves and burials excavated by Émile Rivière at the Balzi Rossi (after É. Rivière, 1887, plate XXIV, modified). Numeration of the caves by Rivière (1887): 1. Grotte des Enfants; 2. Abri Lorenzi; 3. Grotte Florestan; 4. Grotte du Cavillon; 5. Barma Grande; 6. Baousso da Torre; 7. Grotte du Prince; 8. ?; 9. Grotte des Gerbai. Other caves: a. Grotte Constantini; b. Grotte Voronov; c. Abri Mochi; d. Groticella Blanc-Cardini; e. Abri des Bombrini; f. Grotte de Grimaldi.

2Peut-être moins connues pour cela, les grottes des Balzi Rossi ont livré plusieurs dizaines de milliers de coquilles de mollusques marins, tant en contexte funéraire que dans les niveaux d’occupation (Rivière 1887). Dès 1872, ces restes sont étudiés par les conchyliologues Gérard Paul Deshayes puis Paul Henri Fischer qui dressent la longue liste des taxons présents et reconnaissent des origines variées (Fischer 1876a, 1876b). Par ailleurs, les coquilles des Balzi Rossi ont été utilisées pour la datation des sites (Thommeret et Thommeret 1973 ; Douka et al. 2012) mais ont surtout été mentionnées et étudiées pour leur emploi comme objets de parure dans les sépultures (Henry-Gambier 2001 ; Vanhaeren 2010). L’une des rares études détaillées sur les coquilles découvertes dans les niveaux d’occupation est celle du matériel de l’abri Mochi (Kuhn et Stiner 1998 ; Stiner 2003). Une révision complète de 6000 restes de mollusques de cet abri a montré que les coquilles se composent d’objets de parure mais aussi de restes alimentaires, de sous-produits accidentels (liés à la collecte d’éponges) et d’escargots terrestres cohabitant sur le site (Stiner 1999). Au vu du nombre très élevé de coquilles mises au jour dans les différentes cavités, les  sites des Balzi Rossi ont le potentiel de fournir une variété d’informations propres à ce mobilier : sur les paléoenvironnements ainsi que sur les économies anciennes liées à l’exploitation de cette ressource marine (pratiques alimentaires, échanges de biens, transformations en outils et objets de parure : e.g. Brébion 1981 ; Montes 1993 ; Taborin 1993 ; Prieur 2005 ; Dupont 2006 ; Bicho et Haws 2008 ; Dupont et al. 2008 ; Fa 2008 ; Jorda Pardo 2009 ; Álvarez-Fernández 2011, 2015 ; Colonese et al. 2011 ; Gutiérrez-Zugasti 2011 ; Hunt et al. 2011 ; Stiner et Munro 2011 ; Campmas et al. 2016, 2018 ; Jerardino 2016 ; Perlès 2016).

3Les fouilles d’Émile Rivière, un des fouilleurs historiques des Balzi Rossi (1870-1875), sont probablement celles ayant permis de mettre au jour le plus grand nombre de coquilles dans les cavités (estimé à près de 40 000 pièces : Rivière 1887, p. 275). Néanmoins, à l’image des autres collections anciennes issues de ces sites (Rossoni-Notter et al. 2021), toute étude exhaustive de ce mobilier, avec une approche chronostratigraphique fiable, peut d’emblée être exclue. En effet, d’une part, l’ancienneté des fouilles et des méthodes employées par Rivière font que les contextes et attributions chronologiques sont mal documentés. D’autre part, les collections de Rivière ont été complètement démantelées à sa mort en 1922, ce qui a conduit à la dispersion et souvent à la perte de beaucoup de vestiges. Dès lors, l’examen des collections Goury (musée Lorrain, Nancy, France) et Moll (Laténium, Hauterive, Suisse), toutes deux issues des fouilles Rivière aux Balzi Rossi et comptant de nombreuses coquilles, offre l’occasion d’une étude réalisée avec des méthodes actuelles (spectre conchyliologique, proportions, provenances, traces de modifications anthropiques) permettant de dégager des tendances générales dans l’exploitation paléolithique de ces ressources aux Balzi Rossi. 

1. | Les collections Rivière des Balzi Rossi

4Entre 1870 et 1875, Émile Rivière explore neuf cavités de façon inégale qu’il numérote de 1 à 9 (Rivière 1887 ; fig. 1). Ses fouilles ont permis de mettre au jour une quantité considérable de vestiges, plus d’1 million selon sa propre estimation, qui se composent ainsi : 800 000 restes de faune dont les 40 000 coquilles de mollusques, 240 000 outils en pierre, os et bois de cervidé et 6 squelettes humains répartis en 5 sépultures découvertes dans 3 grottes (Henry-Gambier 2001) : à la grotte des Enfants (GE1 et GE2), à la grotte du Cavillon (BC1) et au Baousso da Torre (BT1, BT2 et BT3).

5De son vivant, Rivière a fait don d’une petite partie de sa collection au MNHN (Paris) ainsi qu’à l’un de ses mécènes, vestiges que le MAN (Saint-Germain-en-Laye) a rachetés ultérieurement. Cela concerne trois des sépultures (GE1 et GE2, BC1 et BT2), mais la majorité du matériel, ainsi que les restes humains de BT1 et BT3, sont restés en sa possession. À sa mort, en 1922, ses collections furent réparties en lots puis vendues aux enchères à l’hôtel Drouot à Paris en 1922. Les collections Goury et Moll correspondent à plusieurs de ces lots.

1.1. | La collection Goury (Musée Lorrain, Nancy, France)

6Cette collection a été redécouverte en 2008 par l’une d’entre nous (D. H.-G.) en identifiant un des acheteurs de la collection Rivière. Georges Goury, préhistorien et conservateur du Musée Lorrain entre 1920 et 1927, a fait don de sa collection à ce musée en 1955. Composée de plusieurs lots, elle comprend de la faune, des silex, des ossements humains et 70 coquilles de mollusques. Des étiquettes sur les os humains et la comparaison avec l’inventaire de Rivière suggèrent qu’au moins une partie de ces vestiges provient de la « 6e caverne », ce qui correspond à Baousso da Torre dans la numérotation de Rivière (fig. 2).

Figure 2. La collection Goury. a-b. restes humains et vestiges fauniques ; c. industrie lithique ; d. étiquette indiquant la « 6e caverne ». Photos Musée Lorrain, 2007.
The Goury collection. a-b. human and faunal remains; c. lithic industry; d. label indicating the «6e caverne ». Photos Musée Lorrain, 2007.

Figure 2. La collection Goury. a-b. restes humains et vestiges fauniques ; c. industrie lithique ; d. étiquette indiquant la « 6e caverne ». Photos Musée Lorrain, 2007. The Goury collection. a-b. human and faunal remains; c. lithic industry; d. label indicating the «6e caverne ». Photos Musée Lorrain, 2007.

7L’une des découvertes majeures dans cette collection est la présence des ossements humains des sépultures de BT1 et BT3, perdus depuis la mort de Rivière (Villotte, Henry-Gambier 2010 ; Henry-Gambier 2018). Selon Rivière, la sépulture de BT3 n’a pas livré de parure associée (Rivière 1887, p. 232-233). En revanche, celles de BT1 et de BT2 contenaient de nombreux objets de parure sur coquilles : respectivement, une centaine de Tritia neritea, une dizaine de Tritia corniculum et une dizaine de Cyprées pour BT1 (Rivière 1887, p. 202-219) ; et plus de 270 Tritia neritea, au moins 6 Cyprées et plusieurs autres espèces plus faiblement représentées pour BT2 (Rivière 1887, p. 228-230). La parure de BT1 a disparu en même temps que les ossements alors qu’au moins une partie des coquilles de BT2 se trouve au MAN avec le squelette. La première question était donc de déterminer si les coquilles de la collection Goury pouvaient correspondre aux parures de BT1 ou BT2. Or, il s’est vite avéré que ce n’était pas le cas : si une partie des taxons mentionnés par Rivière autour des sépultures sont bien présents dans la collection Goury, les quantités ne concordent pas du tout et, surtout, la collection comprend beaucoup d’autres espèces a priori absentes des sépultures.

8Il semble probable que les coquilles de la collection Goury correspondent à un échantillon sélectionné parmi les milliers de coquilles mis au jour dans les différents niveaux du Paléolithique supérieur de Baousso da Torre ou d’autres cavités fouillées par Rivière. Cette hypothèse est d’autant plus probable que Rivière pensait que toutes les occupations des grottes des Balzi Rossi étaient à peu près contemporaines. Il a donc eu tendance à réunir les vestiges de plusieurs grottes et de plusieurs niveaux d’une même grotte. En outre, la constitution des lots pour la vente en 1922 s’est faite en fonction de l’attrait que pouvait exercer un ensemble de vestiges sur un éventuel acheteur (i.e. regroupements en fonction de la qualité supposée des vestiges et non par niveau ou cavité). La présence de 33 taxons sur les 70 coquilles que compte la collection Goury va aussi dans ce sens et suggère en effet une sélection, probablement « représentative » des différents types découverts.

1.2. | La collection Moll (Laténium, Hauterive, Suisse)

9Cette collection est celle d’Hermann-Frédéric Moll, chirurgien dans le canton de Neuchâtel et amateur de Préhistoire. Ses collections ont été acquises en 1999, à sa mort, par le musée cantonal d’archéologie de Neuchâtel (devenu le Laténium, parc et musée d’archéologie en 2001). L’itinéraire de cette collection est parfaitement connu (Pittard 1960). Elle correspond à un lot tout d’abord acheté par Henry Gass, étudiant à l’École dentaire de Paris, lors de la vente aux enchères puis emporté dans sa maison familiale de La Chaux-de-Fonds (canton de Neuchâtel). Cette collection reste ignorée pendant 30 ans puis, à la mort de la mère d’H. Gass (lui-même décédé dès 1927),elle est rachetée en 1957 par H.-F. Moll qui expose les objets dans des vitrines qui prenaient place dans son bureau, à son domicile, forme sous laquelle a été acquise la collection pour le musée (fig. 3). Il s’agit probablement de l’une des plus importantes séries aujourd’hui connues de la collection Rivière car, outre les nombreuses pièces provenant des Balzi Rossi, elle contient aussi des objets exhumés dans d’autres sites fouillés par Rivière, principalement de Dordogne : Laugerie-Basse et Laugerie-Haute, La Mouthe, Les Combarelles, La Madeleine, Cro-Magnon, Le Moustier et bien d’autres.

Figure 3. La collection Moll. a. moulages de crânes humains et vestiges fauniques ; b-c. industries lithiques et osseuses issues de différents sites paléolithiques ; d. détails des coquilles de mollusques des Balzi Rossi. Photos Y. André, Laténium, 1999.
The Moll collection. a. casts of human skulls and faunal remains; b-c. lithic and bone industries from different Paleolithic sites; d. details of mollusc shells from the Balzi Rossi. Photos Y. André, Laténium, 1999.

Figure 3. La collection Moll. a. moulages de crânes humains et vestiges fauniques ; b-c. industries lithiques et osseuses issues de différents sites paléolithiques ; d. détails des coquilles de mollusques des Balzi Rossi. Photos Y. André, Laténium, 1999. The Moll collection. a. casts of human skulls and faunal remains; b-c. lithic and bone industries from different Paleolithic sites; d. details of mollusc shells from the Balzi Rossi. Photos Y. André, Laténium, 1999.

10Les Balzi Rossi y sont représentés par un peu plus d’un millier de pièces qui comprennent de l’industrie lithique, de la faune et surtout un total de 675 coquilles de mollusques. L’attribution des coquilles aux Balzi Rossi est attestée, d’une part, par les marquages et étiquettes, qui ont permis d’associer un peu plus de 300 pièces à une cavité et, d’autre part, par la reconnaissance d’une partie des coquilles figurées dans l’ouvrage de Rivière de 1887 (fig. 4). Quant aux 370 autres pièces sans localisation, leur nature et leur état de surface correspondent aux pièces localisées, et la plupart présente un marquage qui indique « Menton ». Selon ces données, les coquilles de la collection Moll proviennent des niveaux d’occupation du Paléolithique supérieur et sont issues d’au moins quatre cavernes des Balzi Rossi : principalement la grotte du Cavillon (313 pièces) puis Baousso da Torre (5 pièces), abri Lorenzi (1 pièce) et Barma Grande (1 pièce). Là aussi, il s’agit d’un échantillon sélectionné.

Figure 4. Attribution des coquilles de la collection Moll aux Balzi Rossi. Identification de coquilles illustrées dans l’ouvrage de Rivière (1887) : a. figure 22 p. 124 ; b. figure 45 p. 173 ; c. figure 76 p. 237 ; d. planche XXI ; e-f : étiquettes et marquages. Photos C. Peschaux, F.-X. Chauvière et M. Juillard.
Attribution of shells from the Moll collection to Balzi Rossi. Identification of shells illustrated in Rivière’s publication (1887): a. figure 22 p. 124; b. figure 45 p. 173; c. figure 76 p. 237; d. plate XXI; e-f: labels and markings. Photos C. Peschaux, F.-X. Chauvière and M. Juillard.

Figure 4. Attribution des coquilles de la collection Moll aux Balzi Rossi. Identification de coquilles illustrées dans l’ouvrage de Rivière (1887) : a. figure 22 p. 124 ; b. figure 45 p. 173 ; c. figure 76 p. 237 ; d. planche XXI ; e-f : étiquettes et marquages. Photos C. Peschaux, F.-X. Chauvière et M. Juillard. Attribution of shells from the Moll collection to Balzi Rossi. Identification of shells illustrated in Rivière’s publication (1887): a. figure 22 p. 124; b. figure 45 p. 173; c. figure 76 p. 237; d. plate XXI; e-f: labels and markings. Photos C. Peschaux, F.-X. Chauvière and M. Juillard.
  • 2 Liste complète : Potamides cristatus (NR=9), Campanile giganteum (NR=4), Ampullina depressa parisie (...)
  • 3 La présence, sur ces coquilles, de marquages similaires à ceux présents sur les coquilles des Balzi (...)

11Il est également à signaler que la collection Moll contient une série naturaliste de coquilles de mollusques qui se compose de plusieurs pièces remarquables. Il y a tout d’abord une trentaine de coquilles fossiles issues des formations éocènes du Bassin parisien2, dont 4 exemplaires de grandes coquilles de Campanile giganteum, qui ne sont pas mentionnés par Rivière (1887), ni par Fischer (1876b). La nature des pièces (le fait qu’il s’agisse de grandes coquilles appartenant à des espèces très recherchées par les collectionneurs) et leur état de surface (blanches, telles qu’on les retrouve dans les formations géologiques, et qui ne paraissent pas avoir été altérées par un séjour dans un site archéologique) tendent davantage à considérer ces fossiles comme des objets de collection ou de comparaison ayant appartenu soit à Rivière soit à ces successeurs3. La série comprend aussi deux fragments de valves appareillées de Pinna nobilis dite la Grande nacre. Il s’agit d’une moule géante (qui peut atteindre 1 m de longueur), qui vit en Méditerranée et qui est aujourd’hui une espèce protégée. Là encore, il n’existe aucune mention de ces objets remarquables dans les publications, alors qu’il est évident qu’une telle découverte n’aurait pas échappé à Rivière et encore moins à Fischer. On peut là aussi considérer qu’il s’agit de pièces de collection.

2. | Étude des coquilles : objectifs et méthodes d’analyse

12Avec un total de 745 coquilles, les collections Goury et Moll offrent ainsi un échantillon majeur des coquilles découvertes aux Balzi Rossi, même si on reste encore très loin des 40 000 pièces mentionnées par Rivière. Étant donné le manque d’informations contextuelles, il est bien sûr impossible d’envisager une approche chronostratigraphique précise, mais une étude actualisée des coquilles contenues dans ces deux collections peut apporter des faits nouveaux : si la liste des taxons malacologiques présents dans la collection Rivière a déjà été dressée (Fischer 1876b ; Rivière 1887 ; tabl. 1), un aspect ignoré jusqu’à présent concerne, d’une part, les proportions et, d’autre part, les traces de transformations anthropiques, qui peuvent être particulièrement révélatrices des modalités d’exploitation utilisées.

Tableau 1. Liste des taxons de coquilles de mollusques marins des Balzi Rossi, mentionnés par Fischer (1876b, p. 332-335) puis Rivière (1887, p. 151-152 et p. 262-264). x : présence dans les collections Goury et Moll.
List of marine mollusc shell taxa from the Balzi Rossi, mentioned by Fischer (1876b, p. 332-335) then Rivière (1887, p. 151-152 and p. 262-264). x: presence in the Goury and Moll collections.

Tableau 1. Liste des taxons de coquilles de mollusques marins des Balzi Rossi, mentionnés par Fischer (1876b, p. 332-335) puis Rivière (1887, p. 151-152 et p. 262-264). x : présence dans les collections Goury et Moll. List of marine mollusc shell taxa from the Balzi Rossi, mentioned by Fischer (1876b, p. 332-335) then Rivière (1887, p. 151-152 and p. 262-264). x: presence in the Goury and Moll collections.

13Afin de connaître le spectre conchyliologique présent dans les collections Goury et Moll, nous avons tout d’abord procédé à la détermination spécifique des coquilles (en coll. avec L. Charles pour la collection Goury). Elle a été réalisée par anatomie comparée à partir des ouvrages de références en malacologie actuelle et conchyliologie fossile (Luigi, Sacco 1872-1904 ; Bucquoy et al. 1886 ; Locard 1892 ; Dollfus, Dautzenberg 1902 ; Cossmann, Pissarro 1904-1913 ; Cossmann, Peyrot 1909-1932 ; Glibert 1949 ; Poppe, Goto 1991, 1993 ; Fischer 2000 ; Lindner 2000). La classification des coquilles étant régulièrement revue par les taxonomistes, nous avons également procédé à l’actualisation des noms des espèces à partir de la base de données MolluscaBase (2022). Dans la mesure où une partie des taxons identifiés sont liés à un âge géologique et/ou à un biotope précis, ils ont des origines géographiques restreintes qu’il est possible de reconnaître pour appréhender les provenances des coquilles. 

14La nomenclature descriptive propre à chaque classe de mollusques (Gastéropode, Bivalve, Scaphopode) a été empruntée à la littérature malacologique (Pfleger 1989 ; Poppe et Goto 1991, 1993 ; Lindner 2000). La présence de traces de modifications anthropiques a été recherchée ; elles ont été photographiées au microscope Dino-Lite avec un grossissement allant jusqu´à x250. Cette analyse a pris en compte la description et l’interprétation des stigmates techniques de perforation et les macro-usures (e.g. d’Errico et al. 1993 ; Taborin 1993 ; Sidéra 1993 ; Stiner 1999 ; Vanhaeren, d’Errico 2001 ; Sidéra, Giacobini 2002 ; Chauvière 2002 ; Bonnardin 2009 ; Avezuela Aristu et al. 2011 ; Peschaux 2017). Nous avons également recherché des preuves d’une consommation alimentaire. Hormis les Scaphopodes, certains Cônes et les Cyprées, la plupart des mollusques marins sont consommables (Prieur 2005). L’identification de ces pratiques dans le registre archéologique reste néanmoins une affaire délicate car, d’une part, les mollusques peuvent avoir été consommés crus et, d’autre part, leur acquisition et éventuelle cuisson ne laissent que des traces ténues. Si la valeur nutritionnelle des mollusques et leur facilité de collecte (selon leur étagement et habitat) sont des critères indicatifs d’une consommation potentielle, certaines modifications peuvent être directement observées sur les coquilles, comme les états de surface (coquilles roulées et donc collectées vides vs fraîches et donc possiblement pêchées vivantes), les éventuelles traces techniques de décrochage des rochers par des outils (par exemple, encoches sur des Patelles) ou de fracturations volontaires liées à la récupération des mollusques (par exemple, troncatures de l’apex sur les Troques), ou encore les traces de chauffe possiblement indicatives d’une cuisson ou utilisée pour ouvrir les coquilles des Bivalves (e.g. Claassen 1998 ; Stiner 1999 ; Dupont 2006 ; Bonizzoni et al. 2009 ; Perlès et Vanhaeren 2010 ; Campmas et al. 2016, 2018).

3. | Résultats

3.1. | Spectre conchyliologique

15Les 70 coquilles de mollusques de la collection Goury se composent d’un taxon terrestre représenté par une seule pièce (Cepaea nemoralis) et 69 coquilles de Gastéropodes et de Bivalves marins qui se déclinent en 33 taxons (tabl. 2). Les 675 coquilles marines de la collection Moll se répartissent en 66 taxons : outre le nombre important des Gastéropodes (NR=594 ; 55 taxons), et un peu moins des Bivalves (NR=28 ; 9 taxons), il est à relever la présence des Scaphopodes, absents dans la collection Goury, et qui sont surtout représentés par l’espèce fossile de grandes dimensions Fissidentalium rectum (tabl. 2).

Tableau 2. Spectre conchyliologique, provenances et traces de modifications anthropiques sur les coquilles de mollusques marins des collections Goury et Moll, en nombre de restes (NR). PROV. : provenance ; MED. : Méditerranée ; ATL. : Atlantique ; PLIO. : Pliocène ; P : perforé ; NP : non perforé ; S : segmenté ; E : entier ; MU : avec macro-usure ; C : avec trace de chauffe.
Conchyliological spectrum, provenances, and traces of anthropogenic modifications on marine mollusc shells from the Goury and Moll collections, in number of remains (NR). PROV.: provenance; MED.: Mediterranean; ATL.: Atlantic; PLIO.: Pliocene; P: perforated; NP: not perforated; S: segmented; E: whole; MU: with macro-wear; C: with heating trace.

Tableau 2. Spectre conchyliologique, provenances et traces de modifications anthropiques sur les coquilles de mollusques marins des collections Goury et Moll, en nombre de restes (NR). PROV. : provenance ; MED. : Méditerranée ; ATL. : Atlantique ; PLIO. : Pliocène ; P : perforé ; NP : non perforé ; S : segmenté ; E : entier ; MU : avec macro-usure ; C : avec trace de chauffe. Conchyliological spectrum, provenances, and traces of anthropogenic modifications on marine mollusc shells from the Goury and Moll collections, in number of remains (NR). PROV.: provenance; MED.: Mediterranean; ATL.: Atlantic; PLIO.: Pliocene; P: perforated; NP: not perforated; S: segmented; E: whole; MU: with macro-wear; C: with heating trace.

16Alors que Fischer (1876b, p. 332-335) puis Rivière (1887, p. 151-152 et p. 262-264) listent un total de 135 espèces marines, les collections Goury et Moll regroupent 69 taxons (dont 8 espèces non mentionnées précédemment) qui confirment un spectre malacologique très varié (tabl. 1). Les proportions montrent que le spectre est largement dominé par les Gastéropodes (près de 90 %) et il n’y a finalement qu’assez peu de Bivalves qui sont ici supplantés, en nombre de restes, par les Scaphopodes. Plus spécifiquement, il est à relever que le spectre est dominé par les petits Gastéropodes (fig. 5), de types Troques et Nasses, qui à eux seuls représentent presque la moitié de l’échantillon.

Figure 5. Petits Gastéropodes des Balzi Rossi, collections Goury et Moll. 1-2. Calliostoma zizyphinum ; 3-5. Phorcus turbinatus ; 6-7. Clanculus corallinus ; 8. Calliostoma laugieri ; 9-10. Steromphala varia ; 11. Steromphala adansonii ; 12-13. Homalopoma sanguineum ; 14-15. Tritia mutabilis ; 16-17. Tritia gibbosula ; 18-19-20. Tritia neritea ; 21-22. Tritia reticulata ; 23. Tritia incrassata ; 24. Tritia corniculum ; 25. Euspira catena ; 26. Naticarius hebraeus ; 27. Euspira guilleminii ; 28. Littorina obtusata ; 29. Mitrella gervillii ; 30-31. Nucella lapillus ; 32. Gemophos viverratus ; 33-34. Ocinebrina edwardsii ; 35-36. Hexaplex trunculus ; 37. Buccinum undatum ; 38. Euthria cornea ; 39. Schilderia achatidea ; 40. Luria lurida ; 41. Zonaria pyrum ; 42. Trivia monacha ; 43. Conus ventricosus ; 44. Cerithium lividulum ; 45. Cerithium vulgatum. Photos C. Peschaux, F.-X. Chauvière, Musée Lorrain.
Small Gastropods from the Balzi Rossi, Goury and Moll collections. 1-2. Calliostoma zizyphinum; 3-5. Phorcus turbinatus; 6-7. Clanculus corallinus; 8. Calliostoma laugieri; 9-10. Steromphala varia; 11. Steromphala adansonii; 12-13. Homalopoma sanguineum; 14-15. Tritia mutabilis; 16-17. Tritia gibbosula; 18-19-20. Tritia neritea; 21-22. Tritia reticulata; 23. Tritia incrassata; 24.Tritia corniculum; 25. Euspira catena; 26. Naticarius hebraeus; 27. Euspira guilleminii; 28. Littorina obtusata; 29. Mitrella gervillii; 30-31. Nucella lapillus; 32. Gemophos viverratus; 33-34. Ocinebrina edwardsii; 35-36. Hexaplex trunculus; 37. Buccinum undatum; 38. Euthria cornea; 39. Schilderia achatidea; 40. Luria lurida; 41. Zonaria pyrum; 42. Trivia monacha; 43. Conus ventricosus; 44. Cerithium lividulum; 45. Cerithium vulgatum. Photos C. Peschaux, F.-X. Chauvière, Musée Lorrain.

Figure 5. Petits Gastéropodes des Balzi Rossi, collections Goury et Moll. 1-2. Calliostoma zizyphinum ; 3-5. Phorcus turbinatus ; 6-7. Clanculus corallinus ; 8. Calliostoma laugieri ; 9-10. Steromphala varia ; 11. Steromphala adansonii ; 12-13. Homalopoma sanguineum ; 14-15. Tritia mutabilis ; 16-17. Tritia gibbosula ; 18-19-20. Tritia neritea ; 21-22. Tritia reticulata ; 23. Tritia incrassata ; 24. Tritia corniculum ; 25. Euspira catena ; 26. Naticarius hebraeus ; 27. Euspira guilleminii ; 28. Littorina obtusata ; 29. Mitrella gervillii ; 30-31. Nucella lapillus ; 32. Gemophos viverratus ; 33-34. Ocinebrina edwardsii ; 35-36. Hexaplex trunculus ; 37. Buccinum undatum ; 38. Euthria cornea ; 39. Schilderia achatidea ; 40. Luria lurida ; 41. Zonaria pyrum ; 42. Trivia monacha ; 43. Conus ventricosus ; 44. Cerithium lividulum ; 45. Cerithium vulgatum. Photos C. Peschaux, F.-X. Chauvière, Musée Lorrain. Small Gastropods from the Balzi Rossi, Goury and Moll collections. 1-2. Calliostoma zizyphinum; 3-5. Phorcus turbinatus; 6-7. Clanculus corallinus; 8. Calliostoma laugieri; 9-10. Steromphala varia; 11. Steromphala adansonii; 12-13. Homalopoma sanguineum; 14-15. Tritia mutabilis; 16-17. Tritia gibbosula; 18-19-20. Tritia neritea; 21-22. Tritia reticulata; 23. Tritia incrassata; 24.Tritia corniculum; 25. Euspira catena; 26. Naticarius hebraeus; 27. Euspira guilleminii; 28. Littorina obtusata; 29. Mitrella gervillii; 30-31. Nucella lapillus; 32. Gemophos viverratus; 33-34. Ocinebrina edwardsii; 35-36. Hexaplex trunculus; 37. Buccinum undatum; 38. Euthria cornea; 39. Schilderia achatidea; 40. Luria lurida; 41. Zonaria pyrum; 42. Trivia monacha; 43. Conus ventricosus; 44. Cerithium lividulum; 45. Cerithium vulgatum. Photos C. Peschaux, F.-X. Chauvière, Musée Lorrain.

17La collection Moll contient aussi des coquilles que Rivière décrit comme étant rares. Citons un exemplaire de Fusiturris undatiruga (fig. 6 n° 6), considéré à l’époque comme fossile (Rivière 1887, p. 150-151) mais qui, au vu de la fraîcheur du test et des connaissances actuelles, peut aujourd’hui être replacé en Méditerranée (Poppe, Goto 1991). La collection comprend aussi l’exemplaire de Tritonidea rivierei (fig. 5 n° 32), présenté comme étant une espèce nouvelle et fossile trouvée dans la 6e caverne (Rivière 1887, p. 277), qui correspond en fait plus certainement à Gemophos viverratus, dont l’aire de développement est principalement associée aux côtes ouest-africaines mais qui connaît aussi des incursions en Méditerranée au cours du Pléistocène (Sabelli, Taviani 2014) (fig. 6 n°6).

Figure 6. Grands Gastéropodes des Balzi Rossi, collections Goury et Moll. 1-4. Aporrhais pespelecani ; 5. Semicassis saburon ; 6. Fusiturris undatiruga ; 7-8. Archimediella triplicata ; 9-10-11. Turritellinella tricarinata ; 12. Aspa marginata ; 13. Campanile cornucopiae (dessin : Rivière 1887, planche XIV n° 42) ; 14 à 18. Patella ulyssiponensis ; 19-20. Patella rustica ; 21. Diodora gibberula ; 22-23. Patella ferruginea. Photos C. Peschaux, F.-X. Chauvière, Musée Lorrain.
Large Gastropods from the Balzi Rossi, Goury and Moll collections.1-4. Aporrhais pespelecani; 5. Semicassis saburon; 6. Fusiturris undatiruga; 7-8. Archimediella triplicata; 9-10-11. Turritellinella tricarinata; 12. Aspa marginata; 13. Campanile cornucopiae (drawing: Rivière 1887, plate XIV n° 42) ; 14 to 18. Patella ulyssiponensis; 19-20. Patella rustica; 21. Diodora gibberula; 22-23. Patella ferruginea. Photos C. Peschaux, F.-X. Chauvière, Musée Lorrain.

Figure 6. Grands Gastéropodes des Balzi Rossi, collections Goury et Moll. 1-4. Aporrhais pespelecani ; 5. Semicassis saburon ; 6. Fusiturris undatiruga ; 7-8. Archimediella triplicata ; 9-10-11. Turritellinella tricarinata ; 12. Aspa marginata ; 13. Campanile cornucopiae (dessin : Rivière 1887, planche XIV n° 42) ; 14 à 18. Patella ulyssiponensis ; 19-20. Patella rustica ; 21. Diodora gibberula ; 22-23. Patella ferruginea. Photos C. Peschaux, F.-X. Chauvière, Musée Lorrain. Large Gastropods from the Balzi Rossi, Goury and Moll collections.1-4. Aporrhais pespelecani; 5. Semicassis saburon; 6. Fusiturris undatiruga; 7-8. Archimediella triplicata; 9-10-11. Turritellinella tricarinata; 12. Aspa marginata; 13. Campanile cornucopiae (drawing: Rivière 1887, plate XIV n° 42) ; 14 to 18. Patella ulyssiponensis; 19-20. Patella rustica; 21. Diodora gibberula; 22-23. Patella ferruginea. Photos C. Peschaux, F.-X. Chauvière, Musée Lorrain.

3.2. | Provenances multiples

18Des provenances ont pu être proposées pour 721 coquilles, soit 97 % de l’échantillon. Elles traduisent des origines multiples (tabl. 2). Plus de 90 % des coquilles sont d’origine locale méditerranéenne, ce qui est peu surprenant puisque ce rivage se trouvait à seulement quelques centaines de mètres de l’entrée des grottes, même aux époques paléolithiques. Il était donc facile de se procurer en grand nombre ces coquilles.

19Quelques coquilles sont fossiles et issues des formations pliocènes locales et régionales : cela concerne les Fissidentalium rectum (fig. 7 n° 4 à 16) de la collection Moll et l’exemplaire d’Aspa marginata (fig. 6 n° 12) de la collection Goury. Les affleurements pliocènes livrant ces coquilles se retrouvent localement, au plus près à 5 km des Balzi Rossi où Rivière dit avoir trouvé des Fissidentalium rectum similaires à Castel d’Appio qui se trouve juste au nord-ouest de Vintimille (Rivière 1887, p. 60).

Figure 7. Scaphopodes et Bivalves des Balzi Rossi, collections Goury et Moll. 1. Antalis novemcostata ; 2-3. Dentalidae ; 4 à 16. Fissidentalium rectum ; 17. Glycymeris pilosa ; 18-19-20. Glycymeris glycymeris ; 21. Anomia ephippium ; 22. Striarca lactea ; 23. Callista chione ; 24. Ostrea edulis ; 25. Mytilus galloprovincialis ; 26. Pecten sp. ; 27. Cerastoderma edule ; 28. Acanthocardia tuberculata. Photos C. Peschaux, F.-X. Chauvière, Musée Lorrain.
Scaphopods and Bivalves from the Balzi Rossi, Goury and Moll collections. 1. Antalis novemcostata; 2-3. Dentalidae; 4 to 16. Fissidentalium rectum; 17. Glycymeris pilosa; 18-19-20. Glycymeris glycymeris; 21. Anomia ephippium; 22. Striarca lactea; 23. Callista chione; 24. Ostrea edulis; 25. Mytilus galloprovincialis; 26. Pecten sp.; 27. Cerastoderma edule; 28. Acanthocardia tuberculata. Photos C. Peschaux, F.-X. Chauvière, Musée Lorrain.

Figure 7. Scaphopodes et Bivalves des Balzi Rossi, collections Goury et Moll. 1. Antalis novemcostata ; 2-3. Dentalidae ; 4 à 16. Fissidentalium rectum ; 17. Glycymeris pilosa ; 18-19-20. Glycymeris glycymeris ; 21. Anomia ephippium ; 22. Striarca lactea ; 23. Callista chione ; 24. Ostrea edulis ; 25. Mytilus galloprovincialis ; 26. Pecten sp. ; 27. Cerastoderma edule ; 28. Acanthocardia tuberculata. Photos C. Peschaux, F.-X. Chauvière, Musée Lorrain. Scaphopods and Bivalves from the Balzi Rossi, Goury and Moll collections. 1. Antalis novemcostata; 2-3. Dentalidae; 4 to 16. Fissidentalium rectum; 17. Glycymeris pilosa; 18-19-20. Glycymeris glycymeris; 21. Anomia ephippium; 22. Striarca lactea; 23. Callista chione; 24. Ostrea edulis; 25. Mytilus galloprovincialis; 26. Pecten sp.; 27. Cerastoderma edule; 28. Acanthocardia tuberculata. Photos C. Peschaux, F.-X. Chauvière, Musée Lorrain.

20Enfin, une petite part des coquilles est d’origine extrarégionale à des distances d’au moins 600 km, avec un petit apport atlantique renseigné par la présence de Nucella lapillus (fig. 5 n° 30 et 31) et de Buccinum undatum (fig. 5 n° 37), strictement associées au rivage océanique. Les Littorines (Littorina obtusata fig. 5 n° 28) pourraient également avoir cette origine. Si elles ont pu connaître de discrètes incursions en Méditerranée au cours du Pléistocène (Cataliotti-Valdina 1984), leur aire de développement est principalement associée aux côtes atlantiques (Poppe, Goto 1991).

21Comme mentionnée par Rivière (1887, p. 278), il est à noter l’absence des coquilles fossiles des faluns miocènes de l’ouest de la France, pourtant très souvent collectées au cours du Paléolithique supérieur (cf. Taborin 1993). En revanche, on peut mentionner l’existence d’un fragment de Campanile cornucopiae aux Balzi Rossi (fig. 6 n° 13). Cette pièce, mise au jour dans la grotte du Cavillon, ne fait malheureusement pas partie des collections retrouvées. Décrite par Rivière (1887, p. 151), il s’agit d’un fragment d’un Cérithe fossile de grandes dimensions (qui atteint facilement les 25 cm de longueur à l’âge adulte) qui est originaire des formations éocènes du Bassin parisien largo sensu. Ces coquilles sont particulièrement connues dans des formations fossilifères éocènes du département de La Manche (Rivière évoque la ville de Valognes : 1887, p. 276), et sont également signalées dans l’Aisne (Pacaud et al. 2014), ce qui trace une circulation de très longue distance qui ici peut atteindre 900 km.

3.3. | Transformations anthropiques

22Aux Balzi Rossi, l’emploi des coquilles comme objets de parure est un fait admis grâce aux sépultures découvertes. La parure y est composée principalement de Nasses et de Cyprées (Rivière 1887 ; Stiner 1999, 2003 ; Henry-Gambier 2001). Dans les collections étudiées, nous avons identifié 310 pièces aménagées d’un orifice (Gastéropodes et Bivalves) et 45 coquilles de Scaphopodes raccourcies, ce qui représente 54 % du total déterminable (tabl. 2). On y retrouve en effet des Nasses et des Cyprées percées, mais il y a aussi de nombreux autres taxons travaillés (49 taxons différents au total).

23Lorsqu’on regarde la part des coquilles travaillées pour chaque taxon, on se rend compte que ces derniers n’ont pas tous été transformés en objets de parure de façon égale (tabl. 2). Si l’on considère les deux types de coquilles les plus représentées, il s’avère que les Nasses ont été particulièrement concernées par cette transformation en objets de parure alors que les Troques ont été, dans l’ensemble, nettement moins percées. Pour les Troques, cela dépend en fait de l’espèce puisque les Homalopoma sanguineum, les Clanculus corallinus et les Phorcus richardi sont souvent percées alors que les Calliostoma zizyphinum et les Steromphala adansonii, pourtant majoritaires dans le spectre, ne montrent que de très rares évidences d’utilisation pour la parure, faisant apparaître de nettes disparités entre les espèces.

24Parmi les traces observées, 23 coquilles présentent des usures (i.e. émoussés localisés qui arrondissent et déforment le bord des perforations) qui confirment leur emploi comme objets de parure et montrent qu’au moins une partie d’entre elles ont été portées avant d’être abandonnées sur place (fig. 8 i à k). Sur les procédés techniques identifiés, deux modalités de perforation sont reconnues (sur 291 pièces). La première consiste à obtenir l’orifice directement par sciage (i.e. par plusieurs va-et-vient avec un tranchant lithique ; fig. 8 e et f). Cette modalité est peu courante (14 pièces, 5 %) et on la retrouve seulement sur les Cyprées, les Cônes et certaines Patelles. La seconde modalité, qui est donc la plus courante (277 pièces, 95 %), consiste à perforer la coquille par pression (i.e. application sur la surface d’une force manuelle et continue avec une pointe lithique ou en os jusqu’à provoquer une fracturation ; fig. 8 a à d). Cette modalité peut parfois être précédée d’un petit grattage (reconnu sur 3 pièces ; fig. 8 c). Ce procédé se retrouve sur toutes les autres formes de coquilles : les Nasses, les Troques, les Cérithes, etc.

Figure 8. Traces de transformations anthropiques. a à d. perforations par pression ; c. préparation par grattage ; e-f. perforations par sciage ; g. strie résiduelle de sciage ; h. usure et résidus de matières colorantes sur Scaphopode ; i à k. déformations par usure des perforations ; l. résidus de matière colorante sur une Cyprée. Photos C. Peschaux.
Evidences of anthropogenic transformations. a-d. pressure perforations; c. scrape preparation; e-f. sawing perforations; g. residual sawing striation; h. wear and dye residue on Scaphopoda; i-k. wear deformations of perforations; l. dye residue on a Cypraea. Photos C. Peschaux.

Figure 8. Traces de transformations anthropiques. a à d. perforations par pression ; c. préparation par grattage ; e-f. perforations par sciage ; g. strie résiduelle de sciage ; h. usure et résidus de matières colorantes sur Scaphopode ; i à k. déformations par usure des perforations ; l. résidus de matière colorante sur une Cyprée. Photos C. Peschaux. Evidences of anthropogenic transformations. a-d. pressure perforations; c. scrape preparation; e-f. sawing perforations; g. residual sawing striation; h. wear and dye residue on Scaphopoda; i-k. wear deformations of perforations; l. dye residue on a Cypraea. Photos C. Peschaux.

25Ces deux modalités de perforation ne semblent pas correspondre à une variabilité chronologique, puisqu’on retrouve la même dichotomie, avec des Nasses perforées par pression et des Cyprées percées par sciage, dans les sépultures des Balzi Rossi (Rivière 1887 p. 209) - dont la stricte contemporanéité n’est toutefois pas attestée - ainsi que dans d’autres sites du Paléolithique supérieur plus récent (ex. de Labattut, Henry-Gambier et al. 2019). La variabilité constatée paraît davantage être liée à la forme de la coquille. Plus justement, ces différences techniques pourraient être une adaptation à l’épaisseur de la coquille puisque les grandes Cyprées, les Cônes et les Patelles ont des coquilles particulièrement épaisses et robustes qui peuvent s’avérer non adaptées à la perforation par pression.

26Les Scaphopodes ont, quant à eux, été segmentés en ayant recours au sciage (stries résiduelles conservées sur une pièce : fig. 8 g). Il est également à relever la présence fréquente de résidus de matières colorantes rouges sur la majorité des coquilles (fig. 8 h et l). Ces dépôts peuvent signaler des pratiques de coloration des coquilles, tout en n’excluant pas des actions taphonomiques en lien par exemple avec l’enfouissement des coquilles dans des sédiments imprégnés de colorants.

27Si la transformation des coquilles en éléments de parure concerne donc environ la moitié des pièces, les autres coquilles peuvent, au moins pour partie, correspondre à des lots de matière première en attente d’être perforée (Rivière signale des regroupements de coquilles : 1887, p. 170-171) ou à des déchets de fabrication. La richesse des objets de parure découverts aux Balzi Rossi suggère en effet que des activités de production ont pu être régulièrement pratiquées sur les sites en profitant de la proximité du rivage et donc de l’abondance sur place des ressources nécessaires.

28Au vu du nombre important des restes malacofauniques, la consommation de mollusques paraît également tout à fait plausible (pratique déjà signalée à l’abri Mochi : Stiner 1999). Cet usage alimentaire peut être envisagé particulièrement pour les Troques, et notamment certaines espèces de Troques (comme les Calliostoma zizyphinum et les Steromphala adansonii) qui, bien qu’elles soient fortement représentées dans le spectre, ne montrent que très peu d’évidences d’utilisation comme objets de parure. Aucune trace technique associée à l’alimentation (encoches de décrochage, fracturations liées à la récupération du mollusque, etc.) n’a cependant été identifiée sur les coquilles. En revanche, la présence de traces de chauffe montre de nettes variations selon les taxons (tabl. 2). Alors que pour les espèces qui paraissent principalement destinées à la parure (comme les Nasses), les effectifs de coquilles brûlées sont globalement faibles, les Troques en présentent en revanche des pourcentages assez élevés : entre 20 et 65 % selon les taxons. Des taux relativement élevés sont également observés pour les Cérithes et les Murex. Ces différences suggèrent que certains taxons pourraient avoir été davantage destinés à l’alimentation. Néanmoins, les traces de chauffe restent difficiles à associer uniquement à des activités culinaires, celles-ci pouvant résulter d’autres pratiques : esthétiques (coloration noire volontaire des coquilles : Perlès et Vanhaeren 2010), sanitaires (rejets des déchets coquillers dans le feu) et/ou accidentelles (vidanges ou installations de foyers sur des restes de coquilles ; cf. Campmas et al. 2018). Des études plus poussées, impliquant notamment des analyses physico-chimiques, pourraient permettre d’aller plus loin dans l’identification d’une consommation alimentaire des mollusques marins (Bonizzoni et al. 2009 ; Nouetet al. 2015 ; Aldeias et al. 2019).

4. | Discussion et conclusion

29La découverte de plusieurs dizaines de milliers de coquilles marines aux Balzi Rossi témoigne de l’importance accordée par les populations paléolithiques à la malacofaune. L’étude des collections Goury et Moll (fouilles É. Rivière) représente une tentative pour comprendre les origines et les usages de ces coquilles et ainsi dégager des tendances générales dans l’exploitation des mollusques sur ces célèbres sites.

30Les résultats obtenus démontrent la grande variété, tant quantitative que qualitative, du spectre conchyliologique représenté aux Balzi Rossi, avec 69 taxons de Gastéropodes, Bivalves et Scaphopodes identifiés ici (sur plus de la centaine listée par Fischer 1876b et Rivière 1887). La prédominance des petits Gastéropodes sur les Bivalves paraît être une constante des Balzi Rossi. La même tendance a été observée à l’abri Mochi, celle-ci semblant correspondre aux ratios naturellement disponibles dans les ressources marines (Stiner 1999). En revanche, la surreprésentation des Nasses aux Balzi Rossi, et en particulier dans la parure, marque un déséquilibre par rapport aux ressources naturelles (établi sur la base des ratios existants entre les régimes alimentaires, les Nasses étant principalement carnivores alors que ce régime est toujours plus faiblement représenté dans la nature), ce qui peut traduire des sélections humaines orientées vers ces petites coquilles potentiellement plus rares que les autres (Stiner ibid.). Néanmoins, si on considère des ramassages de coquilles vides, il faut aussi prendre en compte que les laisses de mer correspondent à des thanatocénoses qui ne comportent pas forcément les ratios biologiques, avec des espèces pouvant être surreprésentées en raison de divers facteurs environnementaux (érosions, tris sélectifs, apports d’autres biocénoses, actions des bernard-l’hermite, etc.), ce qui en l’état ne nous permet pas d’exclure totalement une disponibilité plus accrue des Nasses sur les plages des Balzi Rossi aux époques paléolithiques.

31Quoi qu’il en soit, ce choix des Nasses, et en particulier des Tritia neritea, constitue une caractéristique forte des sites des Balzi Rossi avec des milliers d’exemplaires trouvés dans les niveaux d’occupation et dans les sépultures gravettiennes et épigravettiennes mises au jour par Rivière (1887 p. 278). Globalement, la composition des parures et les sélections opérées semblent avoir très peu varié sur l’ensemble des sites des Balzi Rossi, de l’Aurignacien jusqu’à l’Épigravettien (Leonardi 1935 ; Stiner 1999).

32Les sources d’approvisionnement reconnues témoignent sans surprise d’une exploitation principale du rivage méditerranéen, accessible à proximité des sites, qui est néanmoins couplée à des apports de coquilles fossiles régionales (gisements du Pliocène) et, de façon plus remarquable, de coquilles extrarégionales océaniques (venues d’Atlantique) et fossiles (gisements de l’Eocène du Bassin parisien largo sensu), qui impliquent une intégration de ces objets au sein de réseaux économiques et sociaux qui se révèlent s’être étendus sur de très longues distances (potentiellement jusqu’à 900 km). L’analyse des traces techniques renseigne sur la diversité des activités pratiquées, toutes les coquilles n’ayant pas forcément eu les mêmes usages. Certains taxons paraissent en effet davantage avoir été consacrés à la production de parures (comme les Nasses et les Cyprées) alors que d’autres pourraient être principalement liés à l’alimentation (comme certaines espèces de Troques). La question peut également se poser sur des utilisations partagées entre alimentaire et parures pour certaines espèces, qui impliquerait alors que les coquilles pourraient avoir été intégrées de façon complémentaire à plusieurs chaînes de production et de consommation.

33Ainsi, malgré les biais évidents que comportent les collections Goury et Moll, leur étude permet encore d’observer certains comportements techniques, économiques et symboliques des groupes humains qui ont occupé les Balzi Rossi. Ces collections font état des importantes séries archéologiques exhumées par É. Rivière au 19siècle qui, par leur richesse, leur diversité et leur état de conservation, en font toujours une source incontournable d’informations sur les occupations du Paléolithique supérieur des sites des Balzi Rossi. 

Top of page

Bibliography

ALDEIAS V., GUR-ARIEH S., MARIA R., MONTEIRO P., CURA P. 2019 - Shell we cook it? An experimental approach to the microarchaeological record of shellfish roasting.Archaeological Anthropological Science, 11, p. 389-407.

ÁLVAREZ-FERNÁNDEZ E. 2011 - Humans and marine resource interaction reappraised: archaeofauna remains during the Late Pleistocene and Holocene in Cantabrian Spain. Journal of Anthropological Archaeology, 30, 3, p. 327-343.

ÁLVAREZ-FERNÁNDEZ E. 2015 - L’exploitation des ressources marines au Paléolithique moyen et supérieur initial en Europe : synthèse des données disponibles. P[at]lethnologie, 7, p. 188-205, DOI : 10.4000/palethnologie.805.

AVEZUELA ARISTU B., MARTÍN LERMA I., MARÍN DE ESPINOSA SÁNCHEZ J. A., MUÑOZ IBÁÑEZ F. J. 2011 - Los adornos-colgantes en el Paleolítico superior : experimentación sobre las perforaciones en Littorina obstusata. In: A. MORGADO RODRÍGUEZ, J. BAENA PREYSLER, D. GARCÍA GONZALEZ (Éds), La investigación experimental aplicada en la Arqueología, Departamento de Prehistoria y Arqueología de la Universidad de Granada, Bloque II, XXXI, p. 263-269.

BICHO N. F., HAWS J. 2008 - At the Land’s End: Marine resources and the importance of fluctuations in the coastline in the prehistoric hunter-gatherer economy of Portugal. Quaternary Science Reviews, 27, p. 2166-2175.

BLANC A. C. 1938 - Nuovo giacimento Paleolitico e Mesolitico ai Balzi Rossi di Grimaldi, Rendiconti dell’Accademia Nazionale dei Lincei, 28, VI, 2, Fasc. 3-4, p. 107-113.

BLANC A. C., CARDINI L., LAPLACE G. 1957-1961 - Studio statistico delle industrie del Paleolitico superiore del Riparo Mochi ai Balzi Rossi di Grimaldi. Quaternaria, V, p. 340-355.

BOLDUC P., CINQ-MARS J., MUSSI M. 1996 - Les figurines des Balzi Rossi (Italie) : une collection perdue et retrouvée. Préhistoire AriégeoiseBulletin de la Société préhistorique de l’Ariège, LI, p. 15-53.

BONNARDIN S. 2009 - La parure funéraire du Néolithique ancien en Bassins parisien et rhénan. Rubané, Hinkelstein, Villeneuve-Saint-Germain. Paris : Société Préhistorique Française (Mémoire de la Société préhistorique française, 49), 322 p.

BONIZZONI L., BRUNI S., GIROD A., GUGLIELMI V. 2009 - Archaeometric Study of Shells of Helicidae from the Edera Cave (Northeastern Italy). Archaeometry, 51, p. 151-173.

BRÉBION P. 1981 - Les gastéropodes du Néolithique de Tarfaya (Maroc). In: C. ROUBET, H.-J. HUGOT, G. SOUVILLE (Éd.), Préhistoire Africaine-Mélanges offerts au Doyen Lionel Balout, Paris : ADPF (Recherche sur les Grandes Civilisations, 6), p. 253-256.

BUCQUOY D. E., DAUTZENBERG P., DOLLFUS G. 1886 - Mollusques marins du Roussillon. Paris : J. B. Baillières et Fils, 2 vol., 1620 p.

CAMPMAS É., CHAKROUN A., MERZOUG S. 2016 - Données préliminaires sur l’exploitation de la malacofaune marine par les groupes ibéromaurusiens de l’abri Alain (Oran, Algérie). Paleo, 27, p. 83-104.

CAMPMAS É., CHAKROUN A., CHAHID D., LENOBLE A., BOUDAD L., ABDELJALIL EL HAJRAOUI M., NESPOULET R. 2018 - Subsistance en zone côtière durant le Middle Stone Age en Afrique du Nord : étude préliminaire de l’unité stratigraphique 8 de la grotte d’El Mnasra (Témara, Maroc). In: S. COSTAMAGNO, L. GOURICHON, C. DUPONT, O. DUTOUR, D. VIALOU (Éd.), Animal symbolisé, animal exploité : du Paléolithique à la Protohistoire, actes de colloque (Rouen, 11-13 avril 2016), 141e congrès du CTHS.  Paris : Édition électronique du CTHS, p. 112-134.

CATALIOTTI-VALDINA J. 1984 - Littorines quaternaires de Méditerranée. Bulletin de l’Association française pour l’étude du Quaternaire, 21, 4, p. 211-219.

CHAUVIÈRE F.-X. 2002 - Industries et parures sur matières dures animales du Paléolithique supérieur de la grotte de Caldeirão (Tomar, Portugal). Revista Portuguesa de Arqueologia, 5, 1, p. 5-28.

CLAASSEN C. 1998 - Shells. Cambridge, New York, Melbourne: Cambridge University Press (Cambridge Manuals in archaeology Series), 288 p.

COLONESE A.C., MANNINO M.A., BAR-YOSEF MAYER D.E., FA D.A., FINLAYSON J.C., LUBELL D., STINER M.C. 2011 - Marine mollusc exploitation in Mediterranean prehistory: An overview. Quaternary International, 239, p. 86-103.

COSSMANN M., PISSARRO G. 1904-1913 - Iconographie complète des coquilles fossiles de l’Éocène des environs de Paris. Paris : Hermann, 2 vol., 110 pl., 490 p.

COSSMANN M., PEYROT A. 1909-1932 - Conchyologie néogénique de l’Aquitaine. Actes de la Société Linnéenne de Bordeaux, 3036 p.

DOLLFUS G.-F., DAUTZENBERG P. 1902 - Conchyliologie du Miocène moyen du Bassin de la Loire. Paris : Société Géologique de France (Mémoire de la Société Géologique de France, 27), 497 p.

DOUKA K., GRIMALDI S., BOSCHIAN G., DEL LUCCHESE A., HIGHAM T. 2012 - A New Chronological Framework for the Upper Palaeolithic of Riparo Mochi. Journal of Human Evolution, 62, p. 286-299.

DUPONT C. 2006 - La malacofaune de sites mésolithiques et néolithiques de la façade atlantique de la France : Contribution à l’économie et à l’identité culturelle des groupes concernés. Oxford : Archeopress (BAR International Series 1571), 438 p.

DUPONT C., MARTIN C., SERRAND N. 2008 - L’archéomalacologie. Apport de l’étude des restes de mollusques à l’interprétation des sites archéologiques. Archéopages, 22, p. 62-75.

D’ERRICO F., JARDON-GINER P., SOLER MAJOR B. 1993 - Étude des perforations naturelles et artificielles sur coquillages. In: P. C. ANDERSON, S. BEYRIES, M. OTTE, H. PLISSON (Éd.), Traces et fonction : les gestes retrouvés, actes du colloque international de Liège (8-10 décembre 1990). Liège : Service de Préhistoire, Université de Liège (ERAUL 50), p. 243-254.

FA D. A. 2008 - Effects of tidal amplitude on intertidal resource availability and dispersal pressure in prehistoric human coastal populations: the Mediterranean–Atlantic transition. Quaternary Science Review, 27, p. 2194-2209.

FISCHER P. H. 1876a - Sur la conchyliologie des cavernes. Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, 11, série II, p. 181-186.

FISCHER P. H. 1876b - Sur les coquilles récentes et fossiles trouvées dans les cavernes du Midi de la France et de Ligurie. Bulletin de la Société géologique de France, 4, série 3, p. 329-342.

FISCHER J.-C. 2000 - Guide des fossiles de France et des régions limitrophes. Paris : Dunod (3e édition), 484 p.

FORMICOLA V. 1988 - The male and the female in the Upper Paleolithic burials from Grimaldi caves (Liguria, Italy). Bulletin du Musée d’Anthropologie préhistorique de Monaco, 31, p. 41-48.

GLIBERT M. 1949 - Gastropodes du Miocène moyen du Bassin de la Loire. Bruxelles : Institut royal des Sciences naturelles de Belgique (mémoire, 30, série II), 240 p.

GRAZIOSI P. 1956 - I Balzi Rossi. Guida delle caverne preistoriche di Grimaldi presso Ventimiglia, Bordighera : Istituto Internationale Di Studi Liguri Museo Bicknell (3e édition), 40 p.

GRIMALDI S., SANTANIELLO F., STARNINI E. 2017 - Le Riparo Mochi (Balzi Rossi, Ventimiglia, Italie) : les nouvelles fouilles. Bulletin de la Société préhistorique française, 114, 1, actualités scientifiques, p. 169-172.

GUTIÉRREZ-ZUGASTI I. 2011 - Coastal resource intensification across the Pleistocene - Holocene transition in Northern Spain: Evidence from shell size and age distributions of marine gastropods. Quaternary International, 244, p. 54-66.

HENRY-GAMBIER D. 2001 - La Sépulture des enfants de Grimaldi (Baoussé-Roussé, Italie). Anthropologie et palethnologie funéraire des populations de la fin du Paléolithique supérieur. Paris : CTHS, RMN, 178 p.

HENRY-GAMBIER D. 2018 - Les populations du Paléolithique supérieur de la France. Biologie et pratiques funéraires. In: F. DJINJIAN (dir.), La Préhistoire de la France, vol. 2, Paris : Hermann (Histoire et Archéologie), p. 184-200.

HENRY-GAMBIER D., ROCHER P., DRUCKER D. 2019 - Étude et description de la sépulture de l’enfant de l’abri Labattut (vallon de Castelmerle, Sergeac, Dordogne, France), Paleo, 30, p. 2-35.

HUNT C.O., REYNOLDS T.G., EL-RISHI H.A., BUZAIAN A., HILL E., BARKER G.W. 2011 - Resource pressure and environmental change on the North African littoral: Epipalaeolithic to Roman gastropods from Cyrenaica, Libya. Quaternary International, 244, p. 15-26.

JERARDINO A. 2016 - On the origins and significance of Pleistocene coastal resource use in southern Africa with particular reference to shellfish gathering. Journal of Anthropological Archaeology, 41, p. 213-230.

JORDA PARDO J. 2009 - La malacofauna de la Cueva de Nerja (III): Evolución medioambiental y técnicas de marisqueo. Zephyrvs, 37, p. 143-154.

KUHN S.L., STINER M.C. 1992 - New research on Riparo Mochi, Balzi Rossi (Liguria): preliminary results. Quaternaria Nova, 2, p. 77-90.

KUHN S.L., STINER M.C. 1998 - The earliest Aurignacian of Riparo Mochi (Liguria, Italy). Current Anthropology, 39, 3, p. 175-189.

LAPLACE G. 1977 - Il Riparo Mochi ai Balzi Rossi di Grimaldi (Fouilles 1938-1949) : Les industries leptolithiques. Rivista di Scienze Preistoriche, 32, p. 3-131.

LEONARDI P. 1935 - I molluschi pleistocenici della Barma Grande. Extrait de I Balzi Rossi, parte II, faune. Florence : Istituto Italiano di Paleontologia Umana, XIII, 34 p.

LINDNER G. 2000 - Coquillages marins : Plus de 1000 espèces des mers du monde. Lonay : Delachaux et Niestlé, 319 p.

LOCARD A. 1892 - Les coquilles marines des côtes de France : description des familles, genres et espèces. Paris : J.-B. Baillières et Fils, 404 p.

LUIGI B., SACCO F. 1872-1904 - I Molluschi dei terreni terziari del Piemonte et della Liguria. Torino : Stamperia Reale (memorie della Reale Accademia delle Scienze di Torino, 27, serie II).

MALERBA G., GIACOBINI G. 2014 - Les objets en ivoire des sépultures gravettiennes de la Barma Grande de Grimaldi (Ligurie, Italie). Étude descriptive et technologique.L’Anthropologie, 118, p. 309-327.

MolluscaBase 2022 - https://www.molluscabase.org/aphia.php?p=search.

MONTES R. 1993 - El uso y consumo de los moluscos en Murcia. De la Prehistoria a la Edad Media. Verdolay, 5, p. 7-15.

MUSSI M. 1986 - On the chronology of the burials found in the Grimaldi Caves. Antropologia Contemporanea, 9, p. 95-104.

MUSSI M. 1991 - L’utilisation de la stéatite dans les grottes des Balzi Rossi (ou grottes de Grimaldi). Gallia préhistoire, 33, p. 1-16.

NOUET J., CHEVALLARD C., FARRE B., NEHRKE G., CAMPMAS É., STOETZEL E., El HAJRAOUI M.A., NESPOULET R. 2015 - Limpet shells of the Aterian level 8 of El Harhoura 2 Cave (Témara, Morocco): Preservation state of crossed-foliated layers. PlosONE, 10, 9, DOI : e0137162.

ONORATINI G., DA SILVA J. 1978 - La grotte des Enfants à Grimaldi : Les foyers supérieurs. Bulletin du Musée d’Anthropologie Préhistorique de Monaco, 22, p. 31-71.

ONORATINI G., ARELLANO A., DEL LUCCHESE A., MOULLÉ P.E., SERRE F. 2012 - The Barma Grande cave (Grimaldi, Vintimiglia, Italy): From Neandertal, hunter of “Elephas antiquus”, to Sapiens with ornaments of mammoth ivory. Quaternary International, 255, p.141-157.

PACAUD J.-M., LEDON D., LOUBRY P., FERNANDEZ S. 2014 - Importance de la correspondance ontogénétique et topologique de la sculpture spirale dans la discrimination des espèces du genre Campanile (Mollusca, Gastropoda). Fossile. Revue française de paléontologie, 19, p. 23-49.

PALMA DI CESNOLA A. 1979 - La serie epigravettiana della grotta dei Fanciulli (Grimaldi) nel quadro del Paleolitico superiore ligure. Rivista di Scienze Preistoriche, 34, p. 3-44.

PERLÈS C. 2016 - Food and ornaments: diachronic changes in the exploitation of littoral resources at Franchti Cave (Greece) during the Upper Palaeolithic and the Mesolithic (39,000-7,000 cal BC). Quaternary International, 407, p. 45-58.

PERLÈS C., VANHAEREN M. 2010 - Black Cyclope neritea Marine Shell Ornaments in the Upper Palaeolithic and Mesolithic of Franchthi Cave, Greece: Arguments for Intentional Heat Treatment. Journal of Field Archeology, 35, 3, p. 298-309.

PESCHAUX C. 2017 - La parure des sociétés du Dernier Maximum Glaciaire. Évolution des pratiques et traditions ornementales entre la fin du Solutréen, le Badegoulien et le début du Magdalénien dans les Bassins parisien, ligérien et aquitain. Thèse de Doctorat, Paris : Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 296 p.

PITTARD É. 1960 - Une gravure de Cro-Magnon (Dordogne) exilée à Neuchâtel (Suisse), Bulletin de la Société Historique et Archéologique du Périgord, 87, p. 213-216.

PFLEGER V. 1989 - Guide des coquillages et mollusques. Paris : Hatier, 190 p.

POPPE G. T., GOTO Y. 1991 - European Seashells. Polyplacophora, Caudofoveata, Solenogastra, Gastropoda. Wiesbaden: Verlag Christa Hemmen, 352 p.

POPPE G. T., GOTO Y. 1993 - European Seashells. Scaphopoda, Bivalva, Cephalopoda. Hackenheim: ConchBooks by Verlag Christa Hemmen, 221 p.

PRIEUR A. 2005 - Les coquillages du Paléolithique à l’âge du Bronze au Moyen-Orient et en Méditerranée orientale : interprétations environnementales et utilisation humaine. Paléorient, 31, 1, p. 158-168.

RIVIÈRE É. 1871 - Cavernes à ossements et silex taillés de Menton. In: Congrès International d’Anthropologie et d’Archéologie Préhistorique, 5e Session, Bologne, p. 103-110.

RIVIÈRE É. 1872 - Les fouilles des grottes de Baoussé-Roussé, dites grottes de Menton. Bulletins et Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, 7, série II, p. 584-589.

RIVIÈRE É. 1873a - Découverte d’un nouveau squelette humain de l’époque paléolithique dans les cavernes des Baoussé-Roussé (Italie), dites Grottes de Menton. Paris :Comptes-Rendus de l’Académie des Sciences, 76, p. 1027-1031.

RIVIÈRE É. 1873b - Découverte d’un second squelette humain de l’époque paléolithique dans les cavernes des Baoussé-Roussé (Italie), dites Grottes de Menton. Nice : Caisson et Mignon, 33 p.

RIVIÈRE É. 1874 - Sur trois nouveaux squelettes humains découverts dans les grottes de Menton, et sur la disparition des silex taillés et leur remplacement par des instruments en grès et calcaire. Matériaux pour l’histoire primitive et nouvelle de l’homme, 9, p. 94-98.

RIVIÈRE É. 1887 - De l’Antiquité de l’Homme dans les Alpes-Maritimes. Paris : J-B Baillière et Fils, 338 p.

ROSSONI-NOTTER E. 2011 - Les cultures moustériennes des Balzi Rossi, Grimaldi, Ligurie. Les collections du Prince Albert 1er de Monaco. Thèse de doctorat, Perpignan : Université de Perpignan Via Domitia, 461 p.

ROSSONI-NOTTER E., NOTTER O., SIMON P., SIMONE S. 2021 - Démarche d’historien et de préhistorien ou comment pallier les manques dans l’étude de collections anciennes ? Exemples des Balzi Rossi (Ligurie, Italie) et de la grotte de l’Observatoire (Monaco). In: S. DE BEAUNE, A. GUIDI, O. MORO ABADÍA, M. TARANTINI (Éds), New Advances in the History of Archaeology, Proceedings of the XVIII UISPP World Congress (4-9 juin 2018, Paris, France), Oxford: Archaeopress, p. 4-18.

SABELLI B., TAVIANI M. 2014 - The making of the Mediterranean molluscan biodiversity. In: S. GOFFREDO, Z. DUBINSKY (Éds.), The Mediterranean Sea: its history and present challenges. New York: Springer Science, London: Business Media Dordrecht, p. 285-306.

SANTANIELLO F., GRIMALDI S. 2019 - Le Gravettien entre l’Italie et la France. Nouvelles données sur l’industrie lithique de l’Abri Mochi (Balzi Rossi, Italie). Bulletin de la Société préhistorique française, 116, 2, p. 255-282.

SIDÉRA I. 1993 - Les assemblages osseux en Bassin parisien et rhénan du VIe au IVe millénaire BC. Histoire, techno-économie et culture. Thèse de Doctorat, Paris : Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 635 p.

SIDÉRA I., GIACOBINI G. 2002 - Outils, armes et parures en os funéraires à la fin du Néolithique, d’après Val-de-Reuil et Porte-Joie (Eure). Gallia Préhistoire, 44, p. 215-230.

STINER M.C. 1999 - Paleolithic mollusk exploitation at Riparo Mochi (Balzi Rossi, Italy): food and ornaments from the Aurignacian through Epigravettian. Antiquity, 73, p. 735-754.

STINER M.C. 2003 - « Standardization » in Upper Paleolithic ornaments at the coastal sites of Riparo Mochi and Üçagizli cave. In: J. Zilhão, F. d’Errico (Éd.), The Chronology of the Aurignacian and of the Transitional Technocomplexes: Dating, Stratigraphies, Cultural Implications. Lisbon: Instituto Portugues de Arqueologia, p. 49-59.

STINER M.C., MUNRO N.D. 2011 - On the evolution of diet and landscape during the Upper Paleolithic through Mesolithic at Franchthi Cave (Peloponnese, Greece). Journal of Human Evolution, 60, p. 618-636.

TABORIN Y. 1993 - La parure en coquillage au Paléolithique. Paris : CNRS Éditions, 29e supplément à Gallia Préhistoire, 538 p.

TOMASSO A. 2014 - Territoires, systèmes de mobilité et systèmes de production : La fin du Paléolithique supérieur dans l’arc liguro-provençal. Thèse de Doctorat, Nice : Université Nice Sophia Antipolis, Università degli studi (Pise, Italie), 1069 p.

THOMMERET J., THOMMERET Y. 1973 - Monaco radiocarbon measurements IV. Radiocarbon, 15, p. 321-344.

TOZZI C., NEGRINO F. 2008 - Nouvelles données sur les cultures moustériennes des grottes de Grimaldi. In: 1895-2005 : Bilan et perspectives des connaissances sur les peuplements néandertaliens et les premiers hommes modernes de l’Europe méditerranéenne, colloque Histoire et actualité de l’œuvre scientifique de S.A.S. Le Prince Albert Ier placé sous le Haut Patronage de S.A.S. Le prince Rainier III de Monaco (Monaco, 2 mars 2005). Paris : Archives de Paléontologie Humaine, 39, p. 101-108.

VANHAEREN M. 2010 - Les fonctions de la parure au Paléolithique supérieur : de l’individu à l’unité culturelle. Sarrebruck : Éditions universitaires européennes, 384 p.

VANHAEREN M., D’ERRICO F. 2001 - La parure de l’enfant de la Madeleine (fouilles Peyrony). Un nouveau regard sur l’enfance au Paléolithique supérieur. Paléo, 13, p. 201-237.

VERNEAU R. 1892 - Note sur une nouvelle découverte de troglodytes dans une grotte des Baoussé Roussé, commune de Vintimille (Italie). Comptes rendus des sciences de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, 36, 2, p. 95-101.

VERNEAU R. 1902 - Les fouilles du Prince de Monaco aux Baoussé-Roussé. Un nouveau type humain. L’Anthropologie, 13, p. 561-585.

VERNEAU R. 1906 - Les grottes de Grimaldi. Résumé et conclusions des études anthropologiques. L’Anthropologie, 17, p. 291-320.

VICINO G., SIMONE S. 1972 - Gravures rupestres paléolithiques des Balzi Rossi. Bulletin de la Société préhistorique de l’Ariège, 27, p. 39-57.

VILLENEUVE L. de, BOULE M., VERNEAU R., CARTAILHAC É. 1906-1919 - Les grottes de Grimaldi, Baoussé-Roussé, Monaco : imprimerie de Monaco, 6 vol.

VILOTTE S., HENRY-GAMBIER D. 2010 - The Rediscovery of Two Upper Palaeolithic Skeletons from Baousso da Torre Cave (Liguria-Italy). American Journal of Physical Anthropology, 141, p. 3-6.

WHITE R., BISSON M. 1998 - Imagerie féminine du Paléolithique : l’apport des nouvelles statuettes de Grimaldi. Gallia Préhistoire, 40, p. 95-132.

YAMADA M. 1993 - Contribution à l’étude des industries lithiques moustériennes des sites des Balzi Rossi, Grimaldi (Ligurie, Italie) : grottes du Prince, du Cavillon et site du Casino. Thèse de Doctorat, Paris : Muséum National d’Histoire Naturelle, 380 p.

Top of page

Notes

1 Les appellations de ce complexe de sites ont varié au cours du temps : Balzi Rossi (en italien), Baoussé-Roussé (en dialecte local), « Grottes de Grimaldi » ou encore « Grottes de Menton ».

2 Liste complète : Potamides cristatus (NR=9), Campanile giganteum (NR=4), Ampullina depressa parisiensis (NR=3), Sycostoma bulbiforme (NR=3), Clava striata (NR=2), Venericardia planiscosta (NR=2), Turritella imbricataria (NR=2), Clavilithes parisiensis (NR=1), Hipponix cornucopiae (NR=1), Tympanotonos cinctus (NR=1).

3 La présence, sur ces coquilles, de marquages similaires à ceux présents sur les coquilles des Balzi Rossi qui mentionnent « Menton, 4e caverne », suggère que la collection naturaliste appartenait probablement à Rivière et que ces coquilles ont été postérieurement et par erreur, attribuées aux Balzi Rossi par H. Gass ou H.-F. Moll.

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1. Localisation des cavernes et sépultures fouillées par Émile Rivière aux Balzi Rossi (d’après É. Rivière, 1887, planche XXIV, modifiée). Numérotation des cavernes par Rivière (1887) : 1. Grotte des Enfants ; 2. Abri Lorenzi ; 3. Grotte Florestan ; 4. Grotte du Cavillon ; 5. Barma Grande ; 6. Baousso da Torre ; 7. Grotte du Prince ; 8. ? ; 9. Grotte des Gerbai. Autres cavernes : a. Grotte Constantini ; b. Grotte Voronov ; c. Abri Mochi ; d. Groticella Blanc-Cardini ; e. Abri des Bombrini ; f. Grotte de Grimaldi. Location of the caves and burials excavated by Émile Rivière at the Balzi Rossi (after É. Rivière, 1887, plate XXIV, modified). Numeration of the caves by Rivière (1887): 1. Grotte des Enfants; 2. Abri Lorenzi; 3. Grotte Florestan; 4. Grotte du Cavillon; 5. Barma Grande; 6. Baousso da Torre; 7. Grotte du Prince; 8. ?; 9. Grotte des Gerbai. Other caves: a. Grotte Constantini; b. Grotte Voronov; c. Abri Mochi; d. Groticella Blanc-Cardini; e. Abri des Bombrini; f. Grotte de Grimaldi.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/7853/img-1.jpg
File image/jpeg, 344k
Title Figure 2. La collection Goury. a-b. restes humains et vestiges fauniques ; c. industrie lithique ; d. étiquette indiquant la « 6e caverne ». Photos Musée Lorrain, 2007. The Goury collection. a-b. human and faunal remains; c. lithic industry; d. label indicating the «6e caverne ». Photos Musée Lorrain, 2007.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/7853/img-2.jpg
File image/jpeg, 392k
Title Figure 3. La collection Moll. a. moulages de crânes humains et vestiges fauniques ; b-c. industries lithiques et osseuses issues de différents sites paléolithiques ; d. détails des coquilles de mollusques des Balzi Rossi. Photos Y. André, Laténium, 1999. The Moll collection. a. casts of human skulls and faunal remains; b-c. lithic and bone industries from different Paleolithic sites; d. details of mollusc shells from the Balzi Rossi. Photos Y. André, Laténium, 1999.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/7853/img-3.jpg
File image/jpeg, 876k
Title Figure 4. Attribution des coquilles de la collection Moll aux Balzi Rossi. Identification de coquilles illustrées dans l’ouvrage de Rivière (1887) : a. figure 22 p. 124 ; b. figure 45 p. 173 ; c. figure 76 p. 237 ; d. planche XXI ; e-f : étiquettes et marquages. Photos C. Peschaux, F.-X. Chauvière et M. Juillard. Attribution of shells from the Moll collection to Balzi Rossi. Identification of shells illustrated in Rivière’s publication (1887): a. figure 22 p. 124; b. figure 45 p. 173; c. figure 76 p. 237; d. plate XXI; e-f: labels and markings. Photos C. Peschaux, F.-X. Chauvière and M. Juillard.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/7853/img-4.jpg
File image/jpeg, 552k
Title Tableau 1. Liste des taxons de coquilles de mollusques marins des Balzi Rossi, mentionnés par Fischer (1876b, p. 332-335) puis Rivière (1887, p. 151-152 et p. 262-264). x : présence dans les collections Goury et Moll. List of marine mollusc shell taxa from the Balzi Rossi, mentioned by Fischer (1876b, p. 332-335) then Rivière (1887, p. 151-152 and p. 262-264). x: presence in the Goury and Moll collections.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/7853/img-5.png
File image/png, 443k
Title Tableau 2. Spectre conchyliologique, provenances et traces de modifications anthropiques sur les coquilles de mollusques marins des collections Goury et Moll, en nombre de restes (NR). PROV. : provenance ; MED. : Méditerranée ; ATL. : Atlantique ; PLIO. : Pliocène ; P : perforé ; NP : non perforé ; S : segmenté ; E : entier ; MU : avec macro-usure ; C : avec trace de chauffe. Conchyliological spectrum, provenances, and traces of anthropogenic modifications on marine mollusc shells from the Goury and Moll collections, in number of remains (NR). PROV.: provenance; MED.: Mediterranean; ATL.: Atlantic; PLIO.: Pliocene; P: perforated; NP: not perforated; S: segmented; E: whole; MU: with macro-wear; C: with heating trace.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/7853/img-6.png
File image/png, 175k
Title Figure 5. Petits Gastéropodes des Balzi Rossi, collections Goury et Moll. 1-2. Calliostoma zizyphinum ; 3-5. Phorcus turbinatus ; 6-7. Clanculus corallinus ; 8. Calliostoma laugieri ; 9-10. Steromphala varia ; 11. Steromphala adansonii ; 12-13. Homalopoma sanguineum ; 14-15. Tritia mutabilis ; 16-17. Tritia gibbosula ; 18-19-20. Tritia neritea ; 21-22. Tritia reticulata ; 23. Tritia incrassata ; 24. Tritia corniculum ; 25. Euspira catena ; 26. Naticarius hebraeus ; 27. Euspira guilleminii ; 28. Littorina obtusata ; 29. Mitrella gervillii ; 30-31. Nucella lapillus ; 32. Gemophos viverratus ; 33-34. Ocinebrina edwardsii ; 35-36. Hexaplex trunculus ; 37. Buccinum undatum ; 38. Euthria cornea ; 39. Schilderia achatidea ; 40. Luria lurida ; 41. Zonaria pyrum ; 42. Trivia monacha ; 43. Conus ventricosus ; 44. Cerithium lividulum ; 45. Cerithium vulgatum. Photos C. Peschaux, F.-X. Chauvière, Musée Lorrain. Small Gastropods from the Balzi Rossi, Goury and Moll collections. 1-2. Calliostoma zizyphinum; 3-5. Phorcus turbinatus; 6-7. Clanculus corallinus; 8. Calliostoma laugieri; 9-10. Steromphala varia; 11. Steromphala adansonii; 12-13. Homalopoma sanguineum; 14-15. Tritia mutabilis; 16-17. Tritia gibbosula; 18-19-20. Tritia neritea; 21-22. Tritia reticulata; 23. Tritia incrassata; 24.Tritia corniculum; 25. Euspira catena; 26. Naticarius hebraeus; 27. Euspira guilleminii; 28. Littorina obtusata; 29. Mitrella gervillii; 30-31. Nucella lapillus; 32. Gemophos viverratus; 33-34. Ocinebrina edwardsii; 35-36. Hexaplex trunculus; 37. Buccinum undatum; 38. Euthria cornea; 39. Schilderia achatidea; 40. Luria lurida; 41. Zonaria pyrum; 42. Trivia monacha; 43. Conus ventricosus; 44. Cerithium lividulum; 45. Cerithium vulgatum. Photos C. Peschaux, F.-X. Chauvière, Musée Lorrain.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/7853/img-7.jpg
File image/jpeg, 820k
Title Figure 6. Grands Gastéropodes des Balzi Rossi, collections Goury et Moll. 1-4. Aporrhais pespelecani ; 5. Semicassis saburon ; 6. Fusiturris undatiruga ; 7-8. Archimediella triplicata ; 9-10-11. Turritellinella tricarinata ; 12. Aspa marginata ; 13. Campanile cornucopiae (dessin : Rivière 1887, planche XIV n° 42) ; 14 à 18. Patella ulyssiponensis ; 19-20. Patella rustica ; 21. Diodora gibberula ; 22-23. Patella ferruginea. Photos C. Peschaux, F.-X. Chauvière, Musée Lorrain. Large Gastropods from the Balzi Rossi, Goury and Moll collections.1-4. Aporrhais pespelecani; 5. Semicassis saburon; 6. Fusiturris undatiruga; 7-8. Archimediella triplicata; 9-10-11. Turritellinella tricarinata; 12. Aspa marginata; 13. Campanile cornucopiae (drawing: Rivière 1887, plate XIV n° 42) ; 14 to 18. Patella ulyssiponensis; 19-20. Patella rustica; 21. Diodora gibberula; 22-23. Patella ferruginea. Photos C. Peschaux, F.-X. Chauvière, Musée Lorrain.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/7853/img-8.jpg
File image/jpeg, 812k
Title Figure 7. Scaphopodes et Bivalves des Balzi Rossi, collections Goury et Moll. 1. Antalis novemcostata ; 2-3. Dentalidae ; 4 à 16. Fissidentalium rectum ; 17. Glycymeris pilosa ; 18-19-20. Glycymeris glycymeris ; 21. Anomia ephippium ; 22. Striarca lactea ; 23. Callista chione ; 24. Ostrea edulis ; 25. Mytilus galloprovincialis ; 26. Pecten sp. ; 27. Cerastoderma edule ; 28. Acanthocardia tuberculata. Photos C. Peschaux, F.-X. Chauvière, Musée Lorrain. Scaphopods and Bivalves from the Balzi Rossi, Goury and Moll collections. 1. Antalis novemcostata; 2-3. Dentalidae; 4 to 16. Fissidentalium rectum; 17. Glycymeris pilosa; 18-19-20. Glycymeris glycymeris; 21. Anomia ephippium; 22. Striarca lactea; 23. Callista chione; 24. Ostrea edulis; 25. Mytilus galloprovincialis; 26. Pecten sp.; 27. Cerastoderma edule; 28. Acanthocardia tuberculata. Photos C. Peschaux, F.-X. Chauvière, Musée Lorrain.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/7853/img-9.jpg
File image/jpeg, 956k
Title Figure 8. Traces de transformations anthropiques. a à d. perforations par pression ; c. préparation par grattage ; e-f. perforations par sciage ; g. strie résiduelle de sciage ; h. usure et résidus de matières colorantes sur Scaphopode ; i à k. déformations par usure des perforations ; l. résidus de matière colorante sur une Cyprée. Photos C. Peschaux. Evidences of anthropogenic transformations. a-d. pressure perforations; c. scrape preparation; e-f. sawing perforations; g. residual sawing striation; h. wear and dye residue on Scaphopoda; i-k. wear deformations of perforations; l. dye residue on a Cypraea. Photos C. Peschaux.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/7853/img-10.jpg
File image/jpeg, 674k
Top of page

References

Bibliographical reference

Caroline Peschaux, François-Xavier Chauvière and Dominique Henry-Gambier, “Les coquilles de mollusques des fouilles Émile Rivière aux Balzi Rossi (Vintimille, Italie) : apport des collections Goury (Musée Lorrain, Nancy, France) et Moll (Laténium, Hauterive, Suisse)”PALEO, Hors-série | 2023, 78-97.

Electronic reference

Caroline Peschaux, François-Xavier Chauvière and Dominique Henry-Gambier, “Les coquilles de mollusques des fouilles Émile Rivière aux Balzi Rossi (Vintimille, Italie) : apport des collections Goury (Musée Lorrain, Nancy, France) et Moll (Laténium, Hauterive, Suisse)”PALEO [Online], Hors-série | Décembre 2022, Online since 15 November 2023, connection on 26 February 2024. URL: http://journals.openedition.org/paleo/7853; DOI: https://doi.org/10.4000/paleo.7853

Top of page

About the authors

Caroline Peschaux

Post-doctorante CNRS - UMR 8068 TEMPS - MSH Mondes – bât. Ginouvès, 21 allée de l’université, 92023 Nanterre cedex - caroline.peschaux[at]gmail.com

By this author

François-Xavier Chauvière

Office du patrimoine et de l’archéologie du canton de Neuchâtel, section Archéologie, Laténium, Espace Paul Vouga 7, 2068 Hauterive, Suisse
francois-xavier.chauviere[at]ne.ch

By this author

Dominique Henry-Gambier

† Directrice de recherche honoraire CNRS - UMR 5199 - PACEA - Université Bordeaux – bât. B8, allée Geoffroy Saint-Hilaire, CS 50023, 33615 Pessac cedex

By this author

Top of page

Copyright

CC-BY-NC-ND-4.0

The text only may be used under licence CC BY-NC-ND 4.0. All other elements (illustrations, imported files) are “All rights reserved”, unless otherwise stated.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search