Skip to navigation – Site map

HomeIssuesHors-sérieThème 1 : Les occupations côtière...La collecte de moules sauvages su...

Thème 1 : Les occupations côtières de la Préhistoire à l’actuel : adaptations des populations humaines au milieu littoral, utilisation des ressources marines et réseaux de diffusion

La collecte de moules sauvages sur la plage de Guy-Ville (El Harhoura Témara, Maroc). Archéologie et ethnologie, regards croisés en milieu urbain

The collection of wild mussels on the beach of Guy-Ville (El Harhoura Témara, Maroc). Archaeology and ethnology, crossed glances in an urban environment
Agnès Jeanjean and Roland Nespoulet
p. 162-175

Abstracts

This paper presents ethno-archaeological research on the mussel gatherers of the Atlantic coast of El Harhoura (Morocco), in order to better understand the adaptation of human populations to the coastal environment in North Africa through time. We will come back to a draft article elaborated with Émilie Campmas and we will base ourselves on ethnological observations in order to propose some lines of thought concerning the precarious occupation of an urban area. This text, which refers to an ethnological research in progress, sheds light on an aspect of Émilie Campmas’ work and more particularly on her pronounced interest in ethnology and its practice.

Top of page

Full text

Agnès Jeanjean remercie Soufian Laâziz qui l'a acceptée auprès de lui, des journées entières sur la plage de Guy-Ville, soucieux de l'aider dans son travail d’ethnologue en lui apprenant son travail de pêcheur.

Introduction. Un projet porté par Emilie Campmas

  • 1 Fond d’amorçage - Projets émergents, laboratoire TRACES, UMR 5608, Université Toulouse II-Jean Jaur (...)

1La rencontre ethno-archéologique dont il va être question a eu lieu en 2016 dans le cadre d’un projet dirigé par Émilie Campmas. Ce projet, ACoA-Pass « Adaptation au milieu côtier en Afrique du Nord. Approche interdisciplinaire : regards croisés de l’archéologie et de l’ethnologie sur la frange côtière de la façade atlantique (Témara, Maroc) »1, devait se poursuivre. Nous avions associé nos approches pour étudier une même zone géographique : la plage de Guy-Ville située sur la frange côtière de la ville d’El Harhoura - Témara au Maroc (fig. 1).

Figure 1. Localisation de la Plage Guy-Ville (d’après Google Earth) et carte des sites archéologiques de la région de Rabat-Témara. Pléistocène supérieur : Carrière 10 (PA), Dar-Es-Soltane 1 et 2 (G), El Harhoura 1 et 2 (G), El Mnasra, Les Contrebandiers (G), Chaperon-Rouge (PA), Doukkala 1 et 2 (G) ; Holocène, Dar-Es-Soltane 3 (G), Rouazi-Skhirat  (PA). PA= Plein-Air ; G= grotte.
Location of the Guy-Ville Beach (After Google Earth) and Map of archaeological sites in the Rabat-Témara region. Upper Pleistocene: Carrière 10 (PA), Dar-Es-Soltane 1 and 2 (G), El Harhoura 1 and 2 (G), El Mnasra, Les Contrebandiers (G), Chaperon-Rouge (PA), Doukkala 1 and 2 (G); Holocene, Dar-Es-Soltane 3 (G), Rouazi-Skhirat  (PA). PA=Outdoor; G= cave.

Figure 1. Localisation de la Plage Guy-Ville (d’après Google Earth) et carte des sites archéologiques de la région de Rabat-Témara. Pléistocène supérieur : Carrière 10 (PA), Dar-Es-Soltane 1 et 2 (G), El Harhoura 1 et 2 (G), El Mnasra, Les Contrebandiers (G), Chaperon-Rouge (PA), Doukkala 1 et 2 (G) ; Holocène, Dar-Es-Soltane 3 (G), Rouazi-Skhirat  (PA). PA= Plein-Air ; G= grotte. Location of the Guy-Ville Beach (After Google Earth) and Map of archaeological sites in the Rabat-Témara region. Upper Pleistocene: Carrière 10 (PA), Dar-Es-Soltane 1 and 2 (G), El Harhoura 1 and 2 (G), El Mnasra, Les Contrebandiers (G), Chaperon-Rouge (PA), Doukkala 1 and 2 (G); Holocene, Dar-Es-Soltane 3 (G), Rouazi-Skhirat  (PA). PA=Outdoor; G= cave.

2Les membres de la mission archéologique El Harhoura-Témara directement impliqués dans ce projet (Émilie Campmas, Mohamed Abdeljalil El Hajraoui, Roland Nespoulet, Aïcha Oujaa et Driss Chahid) fouillaient et étudiaient, sur ce même terrain, plusieurs sites archéologiques.

3Dans cette zone littorale, dans une « fenêtre chronologique » correspondant au dernier cycle climatique, les remplissages de trois sites de plein air et neuf en grottes sont connus pour avoir livré des vestiges préhistoriques et de nombreux ossements humains (fig. 1, 2 et 3). Les plus anciennes occupations humaines correspondent aux niveaux de base des remplissages des grottes, c’est-à-dire les dépôts sédimentaires reposant directement sur le substratum rocheux. Elles sont datées du stade isotopique marin 5 (MIS 5, soit -130 ka), et sont donc contemporaines du dernier plus haut niveau marin avant l’actuel. Les occupations préhistoriques les plus récentes correspondent à des amas coquilliers contenant de la céramique attribuée au Néolithique ancien (Cardial, 7 ka) et au Néolithique moyen-récent (Nespoulet et al. 2008 ; El Hajraoui et al. 2012). Plusieurs niveaux paléolithiques (Middle Stone Age, datés entre 130 ka et 70 ka, Ben Arous et al. 2022) ont livré des lits coquilliers (Dupont 2006) attribués à la consommation d’une malacofaune marine locale collectée sur les rochers (Patellidae et Mytilidae fig. 4). Les Nassariidae, présents eux aussi, n’ont pas été consommés et sont interprétés comme des éléments de parure (Steele, Alvarez-Fernandez 2011 ; Nouet et al. 2015 ; Campmas et al. 2018). Les niveaux néolithiques, qui se présentent sous forme de dépôts épais et perturbés (bioturbations, perturbations anthropiques post-dépositionnelles et traces d’époques historiques) sont traditionnellement dénommés « kjoekkenmoeddings » (Chennaoui, Debénath 2006). Les caractéristiques sédimentaires et archéologiques, et l’épaisseur de ces dépôts qui varient de 0,5 à 1,7 mètres, couvrant la totalité des remplissages (par exemple, le volume minimal estimé dans la grotte d’El Harhoura 2 est de 1 500 m3) en font de véritables amas coquilliers, selon la définition retenue par Gutiérrez-Zugasti et al. en 2011. Ces dépôts en grotte ont systématiquement livré des sépultures du Néolithique moyen-récent (Oujaa, Lacombe 2012a, 2012b). À ces sites en grotte, il faut ajouter la nécropole de plein air de Rouazi-Skhirat (Lacombe et al. 2013).

Figure 2. Sites archéologiques de la région côtière de Rabat-Témara. a : fouilles 1982-1984 de la nécropole néolithique (93 sépultures) de Rouazi à Skhirat, 4 500- 3 800 ans BC (photographie A. Débénath) ; b : vue générale de la morphologie du cordon dunaire à Oulad Bou Barka (in : Texier et al., 2008) ; c : accumulation de moules fossiles dans la partie supérieure du cordon littoral de Rouazi en 2004 (photographie E. Stoetzel) ; d : partie supérieure de la stratigraphie de la grotte d’El Harhoura 2 en 2004 (hauteur de la coupe = 2,7m, « H »=dépôts holocènes, « P »= dépôts pléistocènes) et e : détail d’accumulation de mollusques, principalement des Mytilidae, dans la couche 1, Néolithique (photographies R. Nespoulet) ; f : stratigraphie de la grotte de Dar-es-Soltane 1 en 2007, (hauteur de la coupe = 7m, « H »=dépôts holocènes, « P »= dépôts pléistocènes, photographie R. Nespoulet) ; g : vue zénithale d’une accumulation dePatellidae dans la couche 8 d’El Harhoura 2 en 2007, Atérien (MSA), env. 100 ka (photographie R. Nespoulet).
Archaeological sites in the Rabat-Témara coastal area, a: 1982-1984 excavations of the Neolithic necropolis (93 burials) at Rouazi in Skhirat, 4500-3800 years BC (photograph by A. Débénath); b: general view of the morphology of the coastline at Oulad Bou Barka (in: Texier et al., 2008); c: accumulation of fossil mussels in the upper part of the Rouazi coastline in 2004 (photograph by E. Stoetzel); d: upper part of the stratigraphy of El Harhoura 2 cave in 2004 (height of the section = 2.7m, « H »=Holocene deposits, « P »=Pleistocene deposits) and e: detail of accumulation of mollusks, mainly Mytilidae, in level 1, Neolithic (photographs by R. Nespoulet); f: stratigraphy of the Dar-es-Soltane 1 cave in 2007, (height of the section = 7m, « H »=Holocene deposits, « P »=Pleistocene deposits, photograph by R. Nespoulet); g: zenithal view of Patellidae accumulation in layer 8 of El Harhoura 2 in 2007, Aterian (MSA), ca. 100 ky (photograph by R. Nespoulet).

Figure 2. Sites archéologiques de la région côtière de Rabat-Témara. a : fouilles 1982-1984 de la nécropole néolithique (93 sépultures) de Rouazi à Skhirat, 4 500- 3 800 ans BC (photographie A. Débénath) ; b : vue générale de la morphologie du cordon dunaire à Oulad Bou Barka (in : Texier et al., 2008) ; c : accumulation de moules fossiles dans la partie supérieure du cordon littoral de Rouazi en 2004 (photographie E. Stoetzel) ; d : partie supérieure de la stratigraphie de la grotte d’El Harhoura 2 en 2004 (hauteur de la coupe = 2,7m, « H »=dépôts holocènes, « P »= dépôts pléistocènes) et e : détail d’accumulation de mollusques, principalement des Mytilidae, dans la couche 1, Néolithique (photographies R. Nespoulet) ; f : stratigraphie de la grotte de Dar-es-Soltane 1 en 2007, (hauteur de la coupe = 7m, « H »=dépôts holocènes, « P »= dépôts pléistocènes, photographie R. Nespoulet) ; g : vue zénithale d’une accumulation dePatellidae dans la couche 8 d’El Harhoura 2 en 2007, Atérien (MSA), env. 100 ka (photographie R. Nespoulet). Archaeological sites in the Rabat-Témara coastal area, a: 1982-1984 excavations of the Neolithic necropolis (93 burials) at Rouazi in Skhirat, 4500-3800 years BC (photograph by A. Débénath); b: general view of the morphology of the coastline at Oulad Bou Barka (in: Texier et al., 2008); c: accumulation of fossil mussels in the upper part of the Rouazi coastline in 2004 (photograph by E. Stoetzel); d: upper part of the stratigraphy of El Harhoura 2 cave in 2004 (height of the section = 2.7m, « H »=Holocene deposits, « P »=Pleistocene deposits) and e: detail of accumulation of mollusks, mainly Mytilidae, in level 1, Neolithic (photographs by R. Nespoulet); f: stratigraphy of the Dar-es-Soltane 1 cave in 2007, (height of the section = 7m, « H »=Holocene deposits, « P »=Pleistocene deposits, photograph by R. Nespoulet); g: zenithal view of Patellidae accumulation in layer 8 of El Harhoura 2 in 2007, Aterian (MSA), ca. 100 ky (photograph by R. Nespoulet).

Figure 3. Grotte d’El Mnasra, Unité Stratigraphique 8, Atérien (MSA), env. 100 ka. a et b : éclats Levallois pédonculés, silex (photographies B. Leprêtre) ; c : lame Levallois pédonculée ; d et e : nucléus micro-Levallois, silex (photographies R. Nespoulet) ; f : Mytilidae ; g : Patellidae (photographies É. Lesvignes).
El Mnasra Cave, Stratigraphic Unit 8, Aterian (MSA), ca. 100 ka. a and b: tanged Levallois flakes, flint (photographs by B. Leprêtre); c: tanged Levallois blade; d and e: micro-Levallois nucleus, flint (photographs by R. Nespoulet); f: Mytilidae; g: Patellidae (photographs by É. Lesvignes).

Figure 3. Grotte d’El Mnasra, Unité Stratigraphique 8, Atérien (MSA), env. 100 ka. a et b : éclats Levallois pédonculés, silex (photographies B. Leprêtre) ; c : lame Levallois pédonculée ; d et e : nucléus micro-Levallois, silex (photographies R. Nespoulet) ; f : Mytilidae ; g : Patellidae (photographies É. Lesvignes). El Mnasra Cave, Stratigraphic Unit 8, Aterian (MSA), ca. 100 ka. a and b: tanged Levallois flakes, flint (photographs by B. Leprêtre); c: tanged Levallois blade; d and e: micro-Levallois nucleus, flint (photographs by R. Nespoulet); f: Mytilidae; g: Patellidae (photographs by É. Lesvignes).

Figure 4. Coquilles, fragments d’objets archéologiques et d’ossements humains affleurant sur une coupe de Guy-Ville (Photographie É. Campmas, R. Mensan, mai 2016).
Shells, fragments of archaeological objects and human bones exposed on a section of Guy-Ville (Photograph É. Campmas, R. Mensan, May 2016).

Figure 4. Coquilles, fragments d’objets archéologiques et d’ossements humains affleurant sur une coupe de Guy-Ville (Photographie É. Campmas, R. Mensan, mai 2016). Shells, fragments of archaeological objects and human bones exposed on a section of Guy-Ville (Photograph É. Campmas, R. Mensan, May 2016).
  • 2 L’adjectif « informelles » doit être ici entendu dans son acceptation proposée par l’Organisation d (...)
  • 3 La destruction du bidonville et le déplacement de ses habitants a créé des déséquilibres en rompant (...)

4Lors de discussions croisées en 2015, il nous est apparu clairement qu’à Témara, le terrain de l’archéologue coïncidait avec celui de l’ethnologue. D’une part, sur le versant de l’archéologie, cette région faisait l’objet d’un investissement de fouilles et de prospections depuis les années 2000. D’autre part, sur le versant de l’ethnographie, les recherches en anthropologie urbaine dans cette même région portaient depuis plusieurs années sur le traitement des déchets, et plus particulièrement des eaux usées, au sein d’un bidonville situé à Rabat en bordure de la côte océane (Jeanjean 2007, 2012). Par la suite, la démolition de ce bidonville et la transformation urbanistique de la côte, en particulier le devenir des activités développées par les bidonvillois dans le cadre d’économies informelles2, avaient orienté la réflexion sur le « développement » urbain, les habitations de fortune et la précarisation de certaines formes d’occupation et activités de survie (Jeanjean 2021)3. La collecte et la vente de moules sauvages faisaient partie de ces activités informelles menacées.

  • 4 Urbanités #12. La ville (s) Low Tech, 2019.

5Dans le cadre du projet ACoA-Pass, nous avons focalisé notre attention sur une vingtaine de pêcheurs qui collectent les moules (بوزروك) sauvages sur le premier cordon dunaire, plus exactement sur la falaise du platier inférieur (ils sont plusieurs centaines sur la côte entre Rabat et Skhirat). Leurs campements temporaires, voués au traitement des Mytilidae, se situent sur le deuxième cordon dunaire. Ils partagent la même falaise que les grottes comprenant les « habitats » préhistoriques et les amas coquilliers sur lesquels portent les recherches archéologiques. La recherche s’appuyait tout à la fois sur des données archéologiques issues des études des sites et du mobilier découvert, et des données ethnologiques issues d’entretiens et d’observations de terrain. En 2019, Émilie Campmas et Agnès Jeanjean ont proposé un projet d’article à la revue en ligne « Urbanités » pour un numéro consacré aux villes low Tech4. Plusieurs objets d’étude étaient identifiés, au croisement de l’archéologie et de l’ethnologie. Nous nous intéressions aux techniques de collecte, de transformation des moules et à la circulation de ces dernières dans le cadre d’échanges économiques. Nous prêtions attention également aux modes d’occupation de l’espace développés par les collecteurs le long de la côte et aux conflits de normes engendrés par le développement d’un nouvel urbanisme côtier. L’article en cours de rédaction n’a jamais pu être achevé, mais il a servi de base au présent article.

Questions épistémologiques pour discussions nocturnes

6L’intention de cette collaboration avait pour point de départ le partage d’un intérêt méthodologique réciproque et la mise en perspective de protocoles d’études ancrés sur le terrain. Une passerelle trop rarement empruntée entre deux disciplines pourtant sœurs dans le champ des sciences humaines. L’occasion était ainsi concrètement de partager un terrain commun. Unité de lieu, mais pas unité de temps, car il ne s’agissait pas non plus de retracer l’histoire de l’exploitation humaine des ressources marines de la Préhistoire à nos jours. Nous souhaitions avant tout croiser les perspectives ethnologique et archéologique pour faire naître de part et d’autre de nouveaux questionnements. Nous cherchions à enrichir le regard que nous portions sur nos terrains respectifs qui s’avéraient être situés exactement au même endroit.

7Nous considérerons ici trois questions épistémologiques issues de cette démarche. La première concerne l’identification des traces archéologiques, ou plus exactement ce que l’ethnologue ne savait pas identifier, en l’occurrence les preuves de passages ou d’occupations anciennes (ossements animaux, silex taillés, céramiques, parfois ossements humains) (fig. 3 et 4), soit visibles lorsqu’ils affleurent sur le sol, soit invisibles lorsqu’ils sont enfouis, parfois à plusieurs mètres de profondeur sous la surface. Traces sur lesquelles les collecteurs actuels déploient leurs activités. Dans son étude précédente sur les dispositifs d’assainissement, l’approche ethnographique avait pourtant exploré le sous-sol en descendant dans les canalisations souterraines. Ces manifestations du passé n’y étaient pas accessibles. La prise de conscience de ces présences, tout comme la proximité de la grotte des Contrebandiers - un site archéologique largement exposé et visible depuis la route côtière, protégé par des barrières, surveillé par un gardien résident du douar adjacent et recruté par la Direction du Patrimoine du Maroc – ont rappelé, tout au long de l’enquête ethnologique, l’épaisseur géologique et temporelle de cette portion de territoire urbain. Cela fait d’ailleurs écho à un passage d’Espèces d’espaces dans lequel Georges Pérec soucieux de « déchiffrer un morceau de ville » en l’occurrence une rue parisienne, incite à « s’efforcer de se représenter, avec le plus de précision possible, sous le réseau des rues, l’enchevêtrement des égouts, le passage des lignes de métro, la prolifération invisible et souterraine des conduits (électricité, gaz, lignes téléphoniques, conduites d’eau, réseau des pneumatiques) sans laquelle nulle vie ne serait possible à la surface. En dessous, juste en dessous, ressusciter l’éocène : le calcaire à meulières, les marnes et les caillasses, le gypse, le calcaire lacustre de Saint-Ouen, les sables de Beauchamp, le calcaire grossier, les sables et les lignites du Soissonnais, l’argile plastique, la craie » (Perec 1974 p. 74).

  • 5 Lors des missions de fouille, des ouvriers sont embauchés pour des contrats courts. Ce sont princip (...)

8Ce savoir voir, ainsi que l’historique des relations entre les archéologues et les habitants de la côte (voir par exemple Nespoulet et al. 2011), conduit également à s’interroger à propos des représentations que les collecteurs développent (ou pas) concernant ces présences matérielles que les archéologues mettent au jour et placent au cœur de toutes leurs attentions. Quelles connaissances en ont-ils ? Quels liens établissent-ils (ou pas) avec les occupants qui les ont précédés ? Quels rapports entretiennent-ils avec les savoirs savants qui s’y appliquent et génèrent d’autres façons de penser le territoire, de le pratiquer et de le produire ? Comment se situent-ils vis-à-vis de ces productions scientifiques dont ils ne connaissent pas les destinataires ? Ces savoirs, produits dans des langues qu’ils ne lisent pas toujours, leur sont rarement restitués. De ces interrogations en découlent d’autres. En effet, ces recherches, et les dispositifs techniques et institutionnels qu’elles impliquent, ont des incidences sur les usages et les équilibres politiques ou identitaires d’un « territoire ». Les collecteurs de moules, dont il est question ici, sont pour la plupart originaires de zones rurales. Leurs parents ou grands-parents sont venus s’installer en ville souvent pour des raisons économiques. Ils se trouvent socialement et économiquement dans une situation d’extrême pauvreté. Certains envisagent la présence des chercheurs et chercheuses comme potentiellement vectrice de ressources économiques (gardien, ouvrier de fouille…)5. D’autres ou les mêmes sont désireux de contribuer à la construction de ces connaissances. Ils considèrent qu’ils s’inscrivent dans une forme de coproduction et d’échange impliquant la reconnaissance de leurs savoirs. L’épaisseur temporelle de l’occupation de la côte est parfois vectrice d’une forme de fierté identitaire. Elle peut aussi être ignorée et ne susciter aucun intérêt. Il est également une forme de méfiance : quels sont les objectifs des scientifiques ? Quels sont leurs liens avec les autorités locales ? Que vont-ils faire des informations qu’ils produisent ou qui leur sont communiquées ? Dans un article, datant de 2001, Abdelmajid Arrif rend compte de ces difficultés et des tensions qui traversent en permanence la relation entre les chercheurs et les enquêtés. Cet anthropologue a mené une enquête dans un bidonville de Casablanca. Il montre combien une enquête sur le statut informel, et par conséquent précaire de ce mode d’occupation est « marquée par sa dépendance des autorités publiques intervenant sur le cours de son destin résidentiel, recèle des difficultés et des pièges que la vigilance méthodologique ne peut suffire à surmonter. Le rapport au pouvoir affecte les prises de paroles et les jugements, et brouille le statut du chercheur soucieux de trouver la bonne distance » (Arrif 2001, p. 29).

9Ces aspects alimentent bien évidemment une démarche de recherche réflexive, notamment à propos des malentendus à l’œuvre sur le terrain (malentendus qui peuvent fausser mais aussi permettre l’enquête). Ils donnent également à comprendre la situation des collecteurs, les modalités de leur présence et les façons dont ils la pensent. Tout ceci nous renvoie vers des problèmes classiques concernant la restitution et la diffusion des connaissances. Qu’il s’agisse par exemple de la reconnaissance accordée (ou non) aux personnes qui contribuent à la production de ces savoirs, aux mécanismes de dépossession vécus ou perçus, ou encore aux écarts entre l’analyse des scientifiques et les attentes des informateurs (Zonabend 1994). Ces questions doivent être replacées dans un contexte, y compris géopolitique, plus large. Elles concernent tout autant les archéologues que les ethnologues et ont occupé la plupart des discussions nocturnes de l’équipe ACoA-Pass. La confrontation d’expériences scientifiques différentes, mais convergentes, s’annonçait féconde pour identifier, et peut-être surmonter certaines impasses déontologiques. Ces préoccupations sont particulièrement vives lorsque les positions sociales, sur le terrain, sont inégales et accentuées par des asymétries géopolitiques. C’est le cas à Guy-Ville où les bidonvillois qui collectent des moules occupent une position fragile, y compris d’un point de vue urbanistique. C’est ce que nous allons voir à présent. Dans un premier temps seront examinées les activités des collecteurs et les techniques qu’ils mobilisent. Dans un deuxième temps seront questionnées les tensions qui précarisent cette forme d’occupation du rivage et l’exploitation des ressources naturelles en milieu urbain.

Une activité de survie

  • 6 Il existe toutefois à Skhirat un site de collecte sur lequel viennent des femmes. Ces dernières ne (...)

10Dans la zone de collecte, principalement de mars à octobre, se côtoient plusieurs façons de pratiquer la pêche. Des collecteurs de moules « occasionnels » pêchent pour leur seule consommation sur le platier, dans la zone haute de la falaise. Leur présence est plus particulièrement marquée les week-ends ou jours fériés. Des pêcheurs à la ligne restent eux aussi sur le platier. Une fois la pêche terminée les uns et les autres quittent les lieux. Les collecteurs, qui sont au cœur de cet article, pêchent les moules à des fins lucratives, leur activité relève de l’économie informelle. Ils descendent plus bas dans la falaise. Les moules y sont plus grosses et les vagues plus fortes. Ces hommes présentent leur activité comme une solution ultime, leur permettant d’assurer la subsistance de leur famille avec plus ou moins de certitude, lorsqu’ils n’ont pas d’autres revenus. Nous n’avons pas vu de femmes sur les falaises et les pêcheurs n’en ont pas mentionné6. La majorité d’entre eux réside dans un bidonville situé à un kilomètre du rivage, d’autres viennent d’un peu plus loin. Après la pêche, ils restent sur la plage afin de préparer les moules pour la vente. Cette dernière, bien souvent, s’opère sur place ou en bordure de la route côtière. Nous y reviendrons.

  • 7 Les collecteurs obtiennent en moyenne quatre ou cinq kilos de chair de moules par journée de travai (...)
  • 8 Nous verrons un peu plus loin la place qu’occupent ces feux dans le processus de transformation des (...)

11Les activités des collecteurs sont dictées par des phénomènes saisonniers, comme les aléas météorologiques. Ils ne collectent pas en hiver ou pendant les tempêtes lorsque la mer est très agitée. Les cycles et coefficients des marées sont également déterminants. Ils collectent surtout pendant les marées basses de vives-eaux. Le renouvellement de la population des Mytilidae oriente la localisation et le rythme des pêches. Les rythmes sociaux interviennent également et notamment les fêtes religieuses. En effet la consommation des moules augmente pendant le Ramadan. Préparées en tagine, elles sont particulièrement appréciées par certains citadins lors du repas de rupture du jeune (ftor إفطار)· Les prix sont alors plus élevés (entre 50 et 60 dirhams le kilo de moules décortiquées contre 30 ou 40 dirhams hors Ramadan)7. Les pêcheurs sont plus nombreux en cette période de l’année. Des raisons individuelles et familiales déterminent également la présence plus ou moins soutenue des collecteurs. Plus leur situation économique est critique, plus ils pratiquent la collecte de façon intensive et quotidienne. La plupart ont bien signifié qu’ils ne considéraient pas cette activité informelle comme un métier mais bien comme une activité de « survie ». C’est ainsi que l’un d’eux décrit sa situation : « J’ai perdu mon travail et au Maroc on n’a pas le chômage. Je n’avais plus rien pour faire vivre ma mère chez qui j’habite. Sans argent, je ne peux pas me marier, je ne peux pas avoir d’enfant. Des amis qui habitent à côté de moi m’ont dit « viens avec nous pêcher les moules, on te donne une place autour de notre feu ». Je suis jeune, j’ai été maître-nageur. Je peux faire face à l’Océan qui est si dangereux. Je peux aller loin, là où les moules sont plus nombreuses, plus belles… Les vieux vont moins loin c’est plus difficile pour eux » (S. Avril 2016). Chaque foyer (feu)8 réunit plusieurs collecteurs mais les récoltes ne sont pas mises en commun. Dans tous les récits qui nous ont été faits, plusieurs éléments sont récurrents. La cooptation est liée à une situation économique. La transmission des techniques passe par la reconnaissance d’un sort commun, par des liens de solidarité davantage que familiaux (sur sept groupes, un seul était constitué d’un père et de son fils).

Un processus technique en trois phases

12Les jours de collecte sont très précisément rythmés. À quelques exceptions près, les collecteurs de la côte enchaînent les mêmes opérations, les mêmes gestes (y compris de détente) au même moment. Pour décrire l’enchaînement des opérations techniques, trois étapes principales peuvent être distinguées : la collecte, la transformation des moules avec l’extraction de la chair, et enfin la vente. À chacune de ces étapes correspondent des outils, des états du corps, des nourritures, des espaces et des formes de partage.

La collecte

13Les pêcheurs arrivent sur la plage le matin, plus ou moins tôt selon les horaires des marées. Ils se déplacent à pied, en bus ou avec des véhicules à deux roues pour certains motorisés. Ils apportent une partie de leur matériel de pêche ainsi que des aliments qu’ils consomment sur place avant de commencer leur journée de travail (pain, olives, fromage, saucisson halal…). Ils déploient leurs abris de fortune, dont ils ont laissé les matériaux repliés sur place. Ils découvrent les foyers (cachés et recouverts de sable pour la nuit) sur lesquels ils feront chauffer les moules une fois celles-ci récoltées. Enfin, ils revêtent leurs vêtements de pêche avant de s’avancer à pied vers l’océan jusqu’à atteindre l’extrémité de la falaise située au niveau de la laisse de basse mer. Entre deux vagues, ils descendent le long de la falaise et arrachent les moules avec un piolet, déposent les bivalves dans une poche ventrale et sautent rapidement au sommet de la falaise dès qu’ils entendent approcher la vague suivante (fig. 5). Ils vident leur poche dans un sac plastifié d’une contenance de 25 kg environ et recommencent l’opération jusqu’à ce que la marée remonte. Les hommes les plus forts et rapides descendent plus bas le long de la falaise. Les moules y sont plus grosses. Les pêcheurs les plus fragiles, les plus âgés ou les moins aguerris vont moins loin, prennent moins de risques. Ils récoltent des moules moins grosses. L’activité est dangereuse. Les vagues peuvent emporter les collecteurs ou les plaquer contre la falaise, ce qui peut les assommer et les blesser sur les tranchants des moules. Certains portent la trace de ces blessures. Les hommes s’attribuent des qualités physiques, une bonne connaissance du littoral ainsi qu’une forme de courage : celui d’affronter l’océan alors qu’il claque violemment contre les falaises. La collecte de moules demeure toutefois selon la plupart d’entre eux une activité sans perspective et stigmatisante, insuffisamment lucrative en regard des efforts fournis.

Figure 5. Collecte sur la falaise (photographie A. Jeanjean, avril 2022).
Gathering on the cliff (photograph A. Jeanjean, April 2022).

Figure 5. Collecte sur la falaise (photographie A. Jeanjean, avril 2022). Gathering on the cliff (photograph A. Jeanjean, April 2022).

L’extraction de la chair

14Lorsque la marée commence à remonter, les collecteurs trient les moules en remettant à l’eau les plus petites et le naissain. Ils frottent les moules avec leurs pieds chaussés, afin d’ôter les animaux collés dessus. Cela leur permet notamment d’alléger le poids de leur récolte mais également de remettre à l’eau une part des organismes vivants que la marée viendra recouvrir. Ils quittent la falaise et transportent leur récolte vers le bord du littoral. Un grand nombre porte les sacs remplis de moules sur le dos durant plusieurs centaines de mètres et fait le tour de la zone lagunaire. D’autres (ceux qui savent bien nager) tractent les chargements de moules sur une bouée, à la nage et à travers la lagune. Chacun porte entre 25 et 60 kg de moules, les plus âgés ajustent leur récolte en fonction du poids qu’ils peuvent supporter. Les plus jeunes, avec lesquels ils partagent un foyer, les aident. Ils rejoignent alors leurs abris de fortune et les foyers afin de mettre le feu en route (fig. 6). Chaque collecteur vide sa récolte dans des « contenants » (seaux de peinture de 5 kg qu’ils couvrent d’un tissu). Les seaux sont installés sur le foyer les uns à côté des autres. La structure du foyer, la position des calages (bloc, brique, barre de fer) sont définies selon la dimension des « contenants ». Ces structures font toutes la même largeur mais peuvent être allongées pour y déposer plusieurs seaux selon le nombre de collecteurs. C’est la vapeur d’eau qui permet aux moules de s’ouvrir.

Figure 6. Abri collectif (photographie É. Campmas, mai 2016).
Group shelter (photograph by É. Campmas, May 2016).

Figure 6. Abri collectif (photographie É. Campmas, mai 2016). Group shelter (photograph by É. Campmas, May 2016).

15Pendant que les moules chauffent et que l’océan atteint son niveau de pleine mer, les hommes quittent leurs tenues de pêche et les étendent autour des abris afin de les faire sécher. Une fois changés, et en attendant que les moules soient ouvertes, ils s’installent dans leurs abris, discutent, écoutent de la musique, fument. Ils préparent leur repas, souvent un tajine (constitué d’ingrédients les moins chers), qu’ils mettront à cuire sur le feu lorsqu’ils en retireront les moules. Ces dernières ne sont jamais consommées sur place, elles sont avant tout destinées à être vendues.

16Une fois les coquillages ouverts, ils sont déposés en tas sur des sacs ou des toiles (fig. 7), chaque collecteur a son tas. Ceux qui partagent un même foyer, prennent leur repas puis le thé ensemble en attendant que les tas refroidissent. Puis ils décortiquent leur récolte à la main en extrayant la chair de chaque moule à l’aide d’une coquille préalablement sélectionnée et légèrement taillée pour la rendre plus tranchante. Les coquilles vides sont rejetées en amas un peu plus loin. Ils opèrent un tri lors du décorticage, en rejetant les plus petites moules ou en mettant de côté d’autres espèces collectées par inadvertance, les pouces-pieds ou les thaïs notamment. Les collecteurs sont alors assis les uns à côté des autres, parlent, écoutent de la musique dans leurs abris de fortune. Une fois les moules décortiquées et rincées à l’eau de mer (fig. 8), ils entrent en contact avec leurs acheteurs.

Figure 7. Moules chauffées et ouvertes avant extraction de la chair (photographie A. Jeanjean avril 2022).
Mussels heated and opened before extraction of the flesh (photograph A. Jeanjean April 2022).

Figure 7. Moules chauffées et ouvertes avant extraction de la chair (photographie A. Jeanjean avril 2022). Mussels heated and opened before extraction of the flesh (photograph A. Jeanjean April 2022).

Figure 8. Moules prêtes pour la vente (photographie A. Jeanjean, avril 2022).
Mussels ready for sale (photograph by A. Jeanjean, April 2022).

Figure 8. Moules prêtes pour la vente (photographie A. Jeanjean, avril 2022). Mussels ready for sale (photograph by A. Jeanjean, April 2022).

La vente

17Quelques clients ont pour habitude de venir s’approvisionner directement auprès des pêcheurs. Ils expliquent qu’ils les connaissent, leur font confiance et aiment les rejoindre sur le rivage, à marée haute dès que les moules sont prêtes. Ils considèrent que ces dernières sont particulièrement « fraîches » et « naturelles » (entretiens clients 2016 et 2022). Certains mobilisent des arguments écologistes : « la chaîne entre producteur et consommateur est très courte, il n’y a pas plus court ! » (entretien cliente 2016). Un autre argument plus identitaire est avancé. C’est le cas lorsque ces consommateurs considèrent que la préparation des moules (tajines, beignets…) et le plaisir gustatif qui en découle s’inscrivent dans la culture culinaire de la côte et contribuent à les distinguer d’habitants davantage liés à l’intérieur des terres. Selon ces représentations, consommer ces moules exprime une forme d’inscription et d’attachement à un territoire. Ces personnes, appartenant pour la plupart à la classe moyenne, achètent entre 250 g et 500 g de moules décortiquées, pour leur consommation personnelle. Mais il est des acheteurs qui prennent de plus grosses quantités et sont équipés de camions réfrigérés. C’est le cas de grossistes et de restaurateurs. Lorsque les pêcheurs ont entièrement décortiqué les moules, ils évaluent la quantité de leur récolte et l’annoncent par téléphone portable à ces acheteurs. Ces derniers, s’ils sont intéressés, en réservent une partie ou la totalité. Puis ils viennent sur place chercher leur commande auprès de plusieurs collecteurs. Les moules achetées ainsi sont ensuite revendues sur le marché central ou préparées dans les cuisines de restaurants prisés. Ce circuit est destiné à des consommateurs appartenant aux classes moyenne ou supérieure. Enfin, lorsque les collecteurs ne parviennent pas à écouler leur production, ils vont la vendre aux automobilistes le long de la route qui longe l’océan. Faute d’équipement réfrigéré, les invendus seront consommés par les pêcheurs et leurs proches dans les deux jours, ou mis à sécher.

18À l’issue de l’ensemble des opérations de collecte, de préparation et de vente, qui durent environ sept heures, certains pêcheurs restent encore quelques heures près des foyers éteints. Dans leurs abris de fortune, ils s’adonnent à des activités de détente alors que la plage est investie par des promeneurs, des baigneurs…

Une occupation précaire

Habiter sur les résidus

  • 9 Une prochaine mission sur le terrain nous permettra de documenter cet aspect qui fait écho aux ques (...)

19Nous l’avons noté plus haut, les collecteurs actuels déroulent leurs activités au milieu de « restes » préhistoriques dont certains affleurent à la surface. Certains le savent, d’autres pas9. Par ailleurs, cette activité produit une grande quantité de résidus, principalement composés de coquilles de moules et pouvant former de véritables « amas coquilliers », mais aussi de pierres chauffées, de cendres et de restes de nourriture. La plupart sont emportés par l’océan lors de tempêtes. Devant cet entremêlement de déchets, renvoyant à des périodes différentes, nous souhaitions poursuivre nos travaux. Là encore le croisement de nos perspectives disciplinaires s’annonçait particulièrement enrichissant.

20Il nous intéressait alors de nous interroger ensemble sur les façons dont les collecteurs habitaient sur et avec des restes. Sans Émilie, nous ne pourrons poursuivre cette réflexion archéo-ethnologique dans le cadre de cet article. Nous pouvons toutefois proposer, pour conclure, une interprétation ethnologique à propos des tensions qui fragilisent ce mode d’existence, cette occupation informelle de la côte. Nous nous permettons de livrer un extrait de notre brouillon d’article et plus particulièrement un passage écrit par Émilie Campmas : « Dans les sites côtiers, certains dépôts archéologiques sont constitués principalement de coquilles de mollusques marins. Ces dépôts, qui associent souvent zones de dépotoirs, de sépultures, et zones d’activités, sont donc des sources majeures des connaissances sur les populations du passé (Dupont et Marchand 2016). Cependant, l’interprétation de l’étude des déchets pour reconstituer les activités et les comportements des groupes préhistoriques se heurte à la notion d’occupations récurrentes, parfois sur une très grande temporalité. Les différentes occupations sont ainsi difficiles, voire impossibles, à discerner les unes des autres, et se traduisent par une couche d’accumulation diachronique. D’autres processus naturels, comme le soutirage ou le lessivage karstique, la bioturbation (les ratels sont de terribles destructeurs de couches archéologiques au Maroc), peuvent aussi entraîner une modification des dépôts archéologiques et un mélange des déchets issus de différentes périodes. Quoiqu’il en soit, les populations préhistoriques laissaient leurs déchets bien souvent dans ou autour des « habitats ». Sans que l’on puisse préciser avec quelle fréquence d’occupation, ils étaient donc installés sur leurs propres débris et/ou sur ceux des groupes les ayant précédés » (Émilie Campmas inédit, janvier 2019). Ce sont bien ces façons d’être installés sur des débris qui nous intéressaient.

21Pour en revenir aux collecteurs de moules, nous avons pu constater combien toutes leurs activités techniques (décrites plus haut), qu’il s’agisse de la construction de leurs abris, de la collecte et de la préparation des bivalves, mobilisent essentiellement des matériaux de récupération. À l’exception des téléphones portables (utilisés notamment pour communiquer avec les « gros » acheteurs ou écouter de la musique,) et de « l’herminette » utilisée pour décrocher les moules de la paroi, tous ces éléments sont récupérés et recyclés par les collecteurs. Les pêcheurs portent des sacs plastiques sur la tête pour se protéger du vent, ceux qui ont des pantalons de plongée les ont « trouvés » ou rachetés à bas prix après qu’ils aient été jetés et récupérés par d’autres. Il s’agit généralement de vieux bas de combinaisons de plongée. Il en va de même des « chaussures pour aller dans l’eau » (chaussons de plongée troués, tennis très usagées et parfois dépareillées…). Lors de notre observation, une mosquée venait de donner l’ensemble de ses tapis usagés aux collecteurs. Ces derniers les utilisaient comme combustible pour démarrer le feu, comme tapis de sol et comme velum pour leurs abris. Les contenants rigides ou souples sont tous issus de récupérations : seaux de peinture, sacs de riz, de pommes de terre… Les bouées utilisées pour transporter les coquillages à travers la lagune sont des chambres à air rapiécées, le vêtement ventral dans lequel les collecteurs déposent les moules aussitôt celles-ci arrachées à la roche est découpé dans des sacs de riz, de blé, de farine, de ciment… Ce vêtement-outil (aâboun) méritera d’être examiné de plus près (fig. 9). Cousu par les hommes, il s’inspire d’un dispositif vestimentaire féminin traditionnel : partie haute d’un vêtement droit serré à la taille dans lequel peuvent être déposés et cachés des objets et de la nourriture. Mais revenons vers les collecteurs et leur situation sur la côte.

Figure 9. Aâboun (photographie S. Laâziz, avril 2022).
Aâboun (photograph S. Laâziz, April 2022).

Figure 9. Aâboun (photographie S. Laâziz, avril 2022). Aâboun (photograph S. Laâziz, April 2022).

Tensions urbanistiques. Les déchets comme argument du pouvoir mais aussi lieu de résistance

22Depuis une dizaine d’années, le développement urbanistique de la ville de Rabat, le tourisme, l’attrait grandissant qu’exerce l’habitat côtier sur une population aisée économiquement, placent la zone concernée par l’étude au cœur d’enjeux urbanistiques conséquents. À l’instar de la corniche de Casablanca, et dans le cadre d’un « waterfront development » massif, la route côtière entre Rabat et Témara a été aménagée. Bordée de centaines de palmiers et de lampadaires, elle accueille des parcours sportifs et de nouvelles pratiques urbaines. Comme l’écrit Pierre Arnaud Barthel dans un article consacré à la marina de Casablanca et à l’urbanisme marocain des grands projets : « Cette spectaculaire mutation urbanistique signe la diffusion d’un urbanisme libéral générique – au sens où il se retrouve partout dans le monde – puisant ses références dans des concepts internationaux (marina, gated community, city sport, CBD...) et reproduisant comme ailleurs des formes urbaines standardisées » (Barthel 2010, p. 71). Des opérations de résorption des bidonvilles ont eu lieu10. Les espaces, jadis vacants, sont investis par des opérations urbanistiques de grande ampleur. Des ensembles immobiliers apparaissent le long de la côte ainsi que de nombreux panneaux publicitaires visant à vendre appartements, commerces ou bureaux. Sur ces images, on aperçoit des passants et quelques habitants sur leur terrasse végétalisée. Tous ont des allures très occidentales et urbaines. Aucune de ces figures ne ressemble aux hommes qui, quelques mètres plus bas, sur les falaises où se brisent les vagues, collectent des moules sauvages (Jeanjean 2021). Leur façon d’occuper la côte vient heurter les nouvelles règles d’aménagement urbain, les normes esthétiques, les pratiques et les sensibilités qui tout à la fois les produisent et en découlent. Voyons deux exemples qui ont à voir avec les déchets et les représentations de la pollution. Les feux ont récemment été interdits sur le rivage, les fumées dérangent le voisinage, les traces de foyers sont estimées salissantes et les collecteurs sont tenus d’acheter des réchauds. Cette règle a des effets conséquents sur les pratiques décrites plus haut et les organisations sociales qui leur correspondent. D’une part, tous les collecteurs n’ont pas les moyens d’acheter réchauds et cartouches de gaz. D’autre part, ce dispositif rompt avec l’organisation collective articulée à la mise en commun des foyers. Les réchauds donnent lieu à des pratiques individuelles, ils ne peuvent accueillir plusieurs contenants à la fois. En outre, des articles de presse s’inquiètent des effets de cette prédation sur la faune marine et évoquent la pollution des eaux, les risques sanitaires. Les collecteurs informels sont alors décrits en des termes négatifs et qualifiés de braconniers comme en témoigne cet extrait de la RTBF (20 août 2012)11 : « Ces braconniers s’activent en toute impunité, les autorités fermant les yeux sur cette activité qui menace gravement l’écosystème marin. » mais « Nous ne pouvons pas arrêter cette activité informelle car nous n’avons rien à proposer en contrepartie à ces pêcheurs (…) En été, l’armée de braconniers évolue par petits groupes. Elle est visible aussi bien le long des côtes que sur les routes où elle expose parfois sous un soleil torride la vente des collectes de moules ». Ici se dessine clairement une lutte du propre contre le sale, de l’ordre contre le désordre qui accentue la précarité des collecteurs et de leurs abris de fortune face à l’urbanisme libéral. La défense de l’environnement renvoie alors vers des arguments moraux et relatifs dont la dimension politique ne saurait être ignorée (Douglas 1992). Pour aller plus loin dans l’analyse, il faudra exposer la situation du secteur informel au Maroc. Pour l’instant, les collecteurs sont tolérés par les autorités et une partie des citadins. Ces derniers considèrent cette activité sous un angle politique et sont favorables au secteur informel comme réponse aux situations de grande pauvreté. D’autres (ou les mêmes) mettent en avant la tradition et l’antériorité de cette collecte.

23Attentifs à ces tensions, nous souhaitions mettre en perspective la situation des collecteurs et les interprétations archéologiques des plus anciens amas coquilliers de la côte.

24Y a-t-il continuité temporelle entre les collecteurs néolithiques, dont les accumulations de coquilles sont aujourd’hui fouillées, et les collecteurs actuels qui produisent eux aussi des accumulations (fig. 10) ? L’idée est tentante, mais la difficulté de la lecture stratigraphique (palimpsestes) en grotte des occupations post-néolithiques ne permet pas, dans l’état actuel des recherches, de documenter une continuité, ni même un hiatus sédimentaire (Chennaoui, Debénath 2006 ; El Hajraoui et al. 2012). Cependant, les activités de collecte de moules sur la plage de Guy-Ville, rendues perceptibles par les méthodes d’observations ethnologiques, peuvent constituer des référentiels actualistes propres à enrichir l’interprétation archéologique, et plus encore, à interroger encore et encore ce que l’archéologue souhaite rendre visible. Le patrimoine archéologique, et plus particulièrement les occupations préhistoriques, s’insèrent plus ou moins facilement dans l’évolution urbaine de la côte. Il existe en effet un paradoxe classique de la démarche archéologique, car le fouilleur, pour accéder aux informations enfouies dans le sol, est amené à détruire, au moins en partie, l’objet de sa recherche. Il est en effet souvent rappelé que « fouiller c’est détruire », même si, dans les protocoles de fouille, tout est désormais mis en œuvre pour détruire avec parcimonie, et le mieux possible (Nespoulet, Chiotti 2014). Les stratigraphies des sites préhistoriques du littoral atlantique de Rabat-Témara, qui correspondent à plus de 100 000 ans d’accumulations de sédiments et de fragiles ossements ou silex taillés, sont pourtant susceptibles d’être effacées en quelques heures par des engins de chantier occupés à creuser les fondations de nouveaux bâtiments. Certaines de ces occupations peuvent limiter les projets d’urbanisation, mais elles peuvent aussi être détruites. En 2012, Émilie et les archéologues travaillant dans la région, avaient été sensibles à l’annonce de l’inscription sur la liste du Patrimoine mondial de l’Unesco, de Rabat, capitale moderne et ville historique : un patrimoine en partage (https://whc.unesco.org/​fr/​list/​1401). Ceci avait été perçu comme un tournant dans la prise de conscience des autorités de la nécessaire articulation entre l’urbanisation de Rabat et la préservation de son patrimoine, en particulier archéologique. Mais le patrimoine enfoui, indiscernable dans le paysage, qui est contenu dans les grottes et le sable, n’y figurait finalement pas. Il demeurait invisible. Ou plutôt restait visible aux seuls yeux initiés : archéologues, conservateurs, comme une fragile référence circulaire.

Figure 10. Amas coquilliers actuel (photographie A. Jeanjean, novembre 2022).
Current shell midden (photograph A. Jeanjean, November 2022).

Figure 10. Amas coquilliers actuel (photographie A. Jeanjean, novembre 2022). Current shell midden (photograph A. Jeanjean, November 2022).

25Les chantiers de fouilles archéologiques, les occupations préhistoriques, tout comme les occupations spontanées actuelles peuvent donner à penser des formes alternatives en termes de construction, de production alimentaire, d’organisation collective, de rapport au temps et à la nature en milieu urbain. Les abris de fortune des collecteurs, marqués par la présence de restes et leur réutilisation, peuvent alors être envisagés comme des « hétérotopies » à partir desquelles nous pouvons examiner les espaces urbains contemporains, et plus particulièrement les normes qui les sous-tendent en termes de production et de consommation.

Top of page

Bibliography

[COLLECTIF 2003] - Manuel sur la mesure de l’économie non observée. Les éditions de l’OCDE, 276 p.

ARRIF A. 2001 - Fragments d’une enquête dans un bidonville de Casablanca. Ethnologie Française, 2001/1, 31, p. 29-39.

BARTHEL P.A. 2010 - Casablanca-Marina : un nouvel urbanisme marocain des grands projets. Autrepart, 2010, p. 71-88.

BEN AROUS E., PHILIPPE A., SHAO Q., RICHTER D., LENOBLE A., MERCIER N., STOETZEL E., TOMBRET O., EL HAJRAOUI M.A., NESPOULET R., FALGUÈRES C. 2022 - An improved chronology for the Middle Stone Age at El Mnasra cave, Morocco. PLoS ONE, 17(2), e0261282.

CAMPMAS É., CHAKROUN A., CHAHID D., LENOBLE A., BOUDAD L., El HAJRAOUI M.A., NESPOULET R. 2018 - Subsistance en zone côtière durant le Middle Stone Age en Afrique du Nord : étude préliminaire de l’unité stratigraphique 8 de la grotte d’El Mnasra (Témara, Maroc). In: S. COSTAMAGNO, L. GOURICHON, C. DUPONT, O. DUTOUR, D. VIALOU (Éds.), Animal Symbolisé, Animal Exploité : Du Paléolithique à La Protohistoire. Actes Du 141e Congrès National Des Sociétés Historiques et Scientifiques (Rouen, Avril 2016). Éditions du CTHS, Paris, p. 112-134.

CHENNAOUI K., DEBÉNATH A. 2006 - Les amas coquilliers anthropiques dans les remplissages quaternaires marocains. In: C. DESCAMPS, A. CAMARA (Éds), Senegalia. Études sur le patrimoine Ouest Africain. Hommage à Guy Thilmans. Éditions Sépia, p. 326-336.

DOUGLAS M. 1992 - De la souillure. Études sur la notion de pollution et de tabou. La Découverte, Paris.

DUPONT C. 2006 - La malacofaune de sites mésolithiques et néolithiques de la façade atlantique de la France : Contribution à l’économie et à l’identité culturelle des groupes concernés. Oxford: British Archaeological Reports International Series 1571 Archeopress, 387 p.

DUPONT C., MARCHAND G. 2016 - Archéologie des chasseurs-cueilleurs maritimes. De la fonction des habitats à l'organisation de l'espace littoral / Archaeology of maritime hunter-gatherers. From settlement function to the organization of the coastal zone. Actes de la séance de la Société préhistorique française de Rennes, 10-11 avril 2014, Paris, Séances de la Société préhistorique française, 6, 425 p.

El HAJRAOUI M.A., NESPOULET R., DEBENATH A., DIBBLE H.L. (Éds.) 2012 - La Préhistoire de la région de Rabat-Témara. Rabat : Villes et Sites Archéologiques du Maroc, vol. III., Edition de l’Institut National des Sciences de l’Archéologie et du Patrimoine, 303 p.

GUTIERREZ-ZUGASTI I., ANDERSEN S.H., ARAUJO A.C., DUPONT C., MILNER N., MONGE-SOARES A. 2011 - Shell midden research in Atlantic Europe: State of the art, research problems and perspectives for the future. Quaternary International, 239, 1-2, p. 70-85.

JEANJEAN A. 2007 - Waste and Powers: Political and Symbolic Effects Due to Privatization of Urban Sanitation Services. Anthropology of the Middle East, 1-2, p. 108-114.

JEANJEAN A. 2012 - Privatiser la gestion des déchets au Maroc. Effets symboliques et politiques dans la Wilaya de Rabat-Salé ». In: G. GALLENGA (Éd.), De la porosité des secteurs public et privé. Une anthropologie du service public en Méditerranée. Aix-En-Provence : PUP, p. 87-101.

JEANJEAN A. 2021 - Habiter les restes (résider dans les résidus). Psychologie clinique, 52, p. 88-98.

LACOMBE J.-P., DAUGAS J.-P., MURAIL P., COCHARD D., SBIHI-ALAOUI F.-Z. 2013 - La nécropole Néolithique de Skhirat (Maroc) : caractérisation de la population inhumée et organisation spatiale. Bulletin et Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, 2013, p. 1-9.

NAVEZ-BOUCHANINE F. 2012 - Effets sociaux des politiques urbaines. Paris : Karthala, 369 p.

NESPOULET R., CHIOTTI L. 2014 - Des objets archéologiques in situ ? Ou le dilemme du fouilleur. In: DAUGERON B, LE GOFF A. (coord.), Penser. Classer. Administrer. Pour une histoire croisée des collections scientifiques. Paris : éd. CTHS, MNHN, p. 238-255.

NESPOULET R., HAJRAOUI M.A., AMANI, F., BEN-NCER A., DEBENETH A., IDRISSI A.E., LACOMBE J.-P., MICHEL P., OUJAA A., STOETZEL E. 2008 - Palaeolithic and Neolithic Occupations in the Témara Region (Rabat, Morocco): Recent Data on Hominin Contexts and Behavior. African Archaeological Review, 25, p. 21-39.

NESPOULET R., EL HAJRAOUI M. A., DEBÉNATH A. 2011 - Les recherches archéologiques dans la région de Rabat-Témara, une région fortement urbanisée et touristique.InActas del III Seminario Hispano-Marroquí Arqueología y Turismo en el Círculo del Estrecho. Estrategias para la Puesta en Valor de los recursos patrimoniales del Norte de Marruecos, Algesiras, 14-16 mai, Aula universitaria del Estrecho, Universidad Abdelmalek Essaâdi, Proyecto Juntos, Servicio de Publicaciones de la Universidad de Cádiz, Colección de Monografías del Museo Arqueológico de Tetuán, Vol. III, p. 627-645.

NOUET J., CHEVALLARD C., FARRE B., NEHRKE G., CAMPMAS É., STOETZEL E., EL HAJRAOUI M.A., NESPOULET R. 2015 - Limpet shells of the Aterian level 8 of El Harhoura 2 Cave (Témara, Morocco): Preservation state of crossed-foliated layers. PlosOne, 10(9) : e0137162.

OUJAA A., LACOMBE J.-P. 2012a - Chapitre VIII. L’occupation humaine néolithique. In: El HAJRAOUI M.A., NESPOULET R., DEBENATH A., DIBBLE H.L. (Éds.), La Préhistoire de la région de Rabat-Témara. Rabat : Villes et Sites Archéologiques du Maroc, vol. III., Édition de l’Institut National des Sciences de l’Archéologie et du Patrimoine, p. 59-69.

OUJAA A., LACOMBE J.-P. 2012b - Chapitre XVIII. L’occupation humaine néolithique. In: El HAJRAOUI M.A., NESPOULET R., DEBENATH A., DIBBLE H.L. (Éds.), La Préhistoire de la région de Rabat-Témara. Rabat : Villes et Sites Archéologiques du Maroc, vol. III., Édition de l’Institut National des Sciences de l’Archéologie et du Patrimoine, p. 122-135.

PEREC G. 1974 - Espèces d’espaces. Paris : Galilée.

STEELE T.E., ALVAREZ-FERNANDEZ E. 2011 - Initial Investigations into the Exploitation of Coastal Resources in North Africa During the Late Pleistocene at Grotte des Contrebandiers, Morocco. In: BICHO N.F., HAWS J.A., DAVIS L.A. (Éds), Trekking the Shore: Changing Coastlines and the Antiquity of Coastal Settlement, Interdisciplinary Contibution to Archaeology. New York: Edition Springer, p. 383-403.

ZONABEND F. 1994 - De l’objet et de sa restitution en anthropologie. Gradhiva, 16, p. 3-14.

Top of page

Notes

1 Fond d’amorçage - Projets émergents, laboratoire TRACES, UMR 5608, Université Toulouse II-Jean Jaurès et ministère de la Culture.

2 L’adjectif « informelles » doit être ici entendu dans son acceptation proposée par l’Organisation de Coopération et de Développement Économiques (OCDE) concernant une des catégories, ou un des secteurs, de « l’économie non observée » (collectif 2003).

3 La destruction du bidonville et le déplacement de ses habitants a créé des déséquilibres en rompant les liens que les bidonvillois avaient établis avec leur environnement proche. Les lecteurs et lectrices, désireux d’aller plus loin sur la question de la résorption des bidonvilles marocains, se réfèreront aux travaux de Françoise Navez- Bouchanine (Navez-Bouchanine 2012).

4 Urbanités #12. La ville (s) Low Tech, 2019.

5 Lors des missions de fouille, des ouvriers sont embauchés pour des contrats courts. Ce sont principalement de jeunes hommes qui viennent du douar des Contrebandiers.

6 Il existe toutefois à Skhirat un site de collecte sur lequel viennent des femmes. Ces dernières ne mobilisent pas les mêmes techniques que celles que nous avons observées auprès des hommes de Guy-Ville.

7 Les collecteurs obtiennent en moyenne quatre ou cinq kilos de chair de moules par journée de travail.

8 Nous verrons un peu plus loin la place qu’occupent ces feux dans le processus de transformation des moules.

9 Une prochaine mission sur le terrain nous permettra de documenter cet aspect qui fait écho aux questions soulevées au tout début de cet article.

10 C’est le cas par exemple du bidonville Douar al Kora situé à Rabat le long de la route côtière.

11 https://www.rtbf.be/info/monde/detail_maroc-les-recoltes-de-moules-sauvages-menacent-l-ecosysteme-marin?id=7824338

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1. Localisation de la Plage Guy-Ville (d’après Google Earth) et carte des sites archéologiques de la région de Rabat-Témara. Pléistocène supérieur : Carrière 10 (PA), Dar-Es-Soltane 1 et 2 (G), El Harhoura 1 et 2 (G), El Mnasra, Les Contrebandiers (G), Chaperon-Rouge (PA), Doukkala 1 et 2 (G) ; Holocène, Dar-Es-Soltane 3 (G), Rouazi-Skhirat  (PA). PA= Plein-Air ; G= grotte. Location of the Guy-Ville Beach (After Google Earth) and Map of archaeological sites in the Rabat-Témara region. Upper Pleistocene: Carrière 10 (PA), Dar-Es-Soltane 1 and 2 (G), El Harhoura 1 and 2 (G), El Mnasra, Les Contrebandiers (G), Chaperon-Rouge (PA), Doukkala 1 and 2 (G); Holocene, Dar-Es-Soltane 3 (G), Rouazi-Skhirat  (PA). PA=Outdoor; G= cave.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8221/img-1.jpg
File image/jpeg, 568k
Title Figure 2. Sites archéologiques de la région côtière de Rabat-Témara. a : fouilles 1982-1984 de la nécropole néolithique (93 sépultures) de Rouazi à Skhirat, 4 500- 3 800 ans BC (photographie A. Débénath) ; b : vue générale de la morphologie du cordon dunaire à Oulad Bou Barka (in : Texier et al., 2008) ; c : accumulation de moules fossiles dans la partie supérieure du cordon littoral de Rouazi en 2004 (photographie E. Stoetzel) ; d : partie supérieure de la stratigraphie de la grotte d’El Harhoura 2 en 2004 (hauteur de la coupe = 2,7m, « H »=dépôts holocènes, « P »= dépôts pléistocènes) et e : détail d’accumulation de mollusques, principalement des Mytilidae, dans la couche 1, Néolithique (photographies R. Nespoulet) ; f : stratigraphie de la grotte de Dar-es-Soltane 1 en 2007, (hauteur de la coupe = 7m, « H »=dépôts holocènes, « P »= dépôts pléistocènes, photographie R. Nespoulet) ; g : vue zénithale d’une accumulation dePatellidae dans la couche 8 d’El Harhoura 2 en 2007, Atérien (MSA), env. 100 ka (photographie R. Nespoulet). Archaeological sites in the Rabat-Témara coastal area, a: 1982-1984 excavations of the Neolithic necropolis (93 burials) at Rouazi in Skhirat, 4500-3800 years BC (photograph by A. Débénath); b: general view of the morphology of the coastline at Oulad Bou Barka (in: Texier et al., 2008); c: accumulation of fossil mussels in the upper part of the Rouazi coastline in 2004 (photograph by E. Stoetzel); d: upper part of the stratigraphy of El Harhoura 2 cave in 2004 (height of the section = 2.7m, « H »=Holocene deposits, « P »=Pleistocene deposits) and e: detail of accumulation of mollusks, mainly Mytilidae, in level 1, Neolithic (photographs by R. Nespoulet); f: stratigraphy of the Dar-es-Soltane 1 cave in 2007, (height of the section = 7m, « H »=Holocene deposits, « P »=Pleistocene deposits, photograph by R. Nespoulet); g: zenithal view of Patellidae accumulation in layer 8 of El Harhoura 2 in 2007, Aterian (MSA), ca. 100 ky (photograph by R. Nespoulet).
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8221/img-2.jpg
File image/jpeg, 1.1M
Title Figure 3. Grotte d’El Mnasra, Unité Stratigraphique 8, Atérien (MSA), env. 100 ka. a et b : éclats Levallois pédonculés, silex (photographies B. Leprêtre) ; c : lame Levallois pédonculée ; d et e : nucléus micro-Levallois, silex (photographies R. Nespoulet) ; f : Mytilidae ; g : Patellidae (photographies É. Lesvignes). El Mnasra Cave, Stratigraphic Unit 8, Aterian (MSA), ca. 100 ka. a and b: tanged Levallois flakes, flint (photographs by B. Leprêtre); c: tanged Levallois blade; d and e: micro-Levallois nucleus, flint (photographs by R. Nespoulet); f: Mytilidae; g: Patellidae (photographs by É. Lesvignes).
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8221/img-3.jpg
File image/jpeg, 220k
Title Figure 4. Coquilles, fragments d’objets archéologiques et d’ossements humains affleurant sur une coupe de Guy-Ville (Photographie É. Campmas, R. Mensan, mai 2016). Shells, fragments of archaeological objects and human bones exposed on a section of Guy-Ville (Photograph É. Campmas, R. Mensan, May 2016).
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8221/img-4.jpg
File image/jpeg, 680k
Title Figure 5. Collecte sur la falaise (photographie A. Jeanjean, avril 2022). Gathering on the cliff (photograph A. Jeanjean, April 2022).
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8221/img-5.jpg
File image/jpeg, 772k
Title Figure 6. Abri collectif (photographie É. Campmas, mai 2016). Group shelter (photograph by É. Campmas, May 2016).
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8221/img-6.jpg
File image/jpeg, 476k
Title Figure 7. Moules chauffées et ouvertes avant extraction de la chair (photographie A. Jeanjean avril 2022). Mussels heated and opened before extraction of the flesh (photograph A. Jeanjean April 2022).
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8221/img-7.jpg
File image/jpeg, 724k
Title Figure 8. Moules prêtes pour la vente (photographie A. Jeanjean, avril 2022). Mussels ready for sale (photograph by A. Jeanjean, April 2022).
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8221/img-8.jpg
File image/jpeg, 532k
Title Figure 9. Aâboun (photographie S. Laâziz, avril 2022). Aâboun (photograph S. Laâziz, April 2022).
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8221/img-9.jpg
File image/jpeg, 552k
Title Figure 10. Amas coquilliers actuel (photographie A. Jeanjean, novembre 2022). Current shell midden (photograph A. Jeanjean, November 2022).
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8221/img-10.jpg
File image/jpeg, 634k
Top of page

References

Bibliographical reference

Agnès Jeanjean and Roland Nespoulet, “La collecte de moules sauvages sur la plage de Guy-Ville (El Harhoura Témara, Maroc). Archéologie et ethnologie, regards croisés en milieu urbain”PALEO, Hors-série | 2023, 162-175.

Electronic reference

Agnès Jeanjean and Roland Nespoulet, “La collecte de moules sauvages sur la plage de Guy-Ville (El Harhoura Témara, Maroc). Archéologie et ethnologie, regards croisés en milieu urbain”PALEO [Online], Hors-série | Décembre 2022, Online since 15 November 2023, connection on 26 February 2024. URL: http://journals.openedition.org/paleo/8221; DOI: https://doi.org/10.4000/paleo.8221

Top of page

About the authors

Agnès Jeanjean

Université Côte d’Azur, Laboratoire d’Anthropologie et de Psychologie Cliniques, Cognitives et sociales (LAPCOS/MSHS/UCA) - Agnes.Jeanjean[at]univ-cotedazur.fr

Roland Nespoulet

Histoire Naturelle de l’Homme Préhistorique (HNHP) - UMR 7194, CNRS, UPVD, Muséum National d’Histoire Naturelle, Département Homme et Environnement  Musée de l’Homme, Paris, France - roland.nespoulet[at]mnhn.fr

By this author

Top of page

Copyright

CC-BY-NC-ND-4.0

The text only may be used under licence CC BY-NC-ND 4.0. All other elements (illustrations, imported files) are “All rights reserved”, unless otherwise stated.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search