Skip to navigation – Site map

HomeIssuesHors-sérieThème 2 : Données récentes sur la...L’Alcéphale, l’Olivier, le culte ...

Thème 2 : Données récentes sur la Préhistoire d’Afrique du Nord – Occupations humaines, paléoenvironnements et relations avec le reste du continent

L’Alcéphale, l’Olivier, le culte du Bœuf et le divertissement chez les populations de l’Holocène inférieur de Columnata (Algérie Nord-Occidentale). Résultats et hypothèses tirés des données récentes

Updating the Lower Holocene population’s behavior from Columnata (north-western Algeria) through their management of hartebeest, olive tree, oxen rite and gaming
Yasmina Chaïd Saoudi, Badredine Sitouah, Fatiha Abdoun, Isabelle Sidéra, Kahina Roumane and Saïda Kasri
p. 244-264

Abstracts

We report in this paper some results on the use of environmental resources by the Lower Holocene populations of Columnata. The osteological supports that are linked to hunting, tools-making and funerary activities as well as to the charcoal collected are questioned by interacting several disciplines and methodologies. The faunal spectrum is moderately diversified and attests to a selective hunt mainly of two taxa, Alcelaphus buselaphus and Bos primigenius, whose acquisition seems to be carefully planned for the former and rather opportunistic for the latter. The bone exploitation of these species is attested by the large size of the bone waste, a lateral cutting method that preserves the proximal bone parts, as well as the practice in certain cases of sawing and segmenting the diaphysis. Such approaches are reminiscent of Capsian behavior. Ethnoarchaeological research raises the possibility that the edges were consumed for recreational purposes. The intentional deposition of Bos primigenius horn cores in a funerary context dating back to the 11th millennium provides evidence for its cultural status and position among groups. Finally, olive wood charcoal dating back to the 9th millennium has been documented for the first time in a funerary context. The cross-referencing of these data sheds new light on the ways in which plants and animals were exploited by the last hunter-gatherer populations of Columnata and on the anticipation of behaviors more widely developed in the Neolithic.

Top of page

Full text

Les auteurs adressent leurs remerciements à toutes les institutions et personnes qui ont contribué aux recherches sur le site de Columnata ainsi qu’aux deux relecteurs pour la lecture de ce document et la pertinence de leurs remarques.

Introduction

1En Afrique du Nord, l’Holocène se caractérise par l’évolution de plusieurs faciès culturels dont les mieux connus sont l’Ibéromaurusien qui se développe à la fin du Paléolithique, le Capsien un peu plus tardif et le Néolithique (Balout 1952, 1955 ; Vaufrey 1955 ; Camps 1968, 1974, 1975). Les zones d’expansion territoriales (frange littorale et sublittorale avec quelques incursions méridionales pour la première et massifs telliens de l’Est pour la seconde) contribuaient à la distinction de l’Ibéromaurusien et du Capsien qu’on avait opposés, également, sur les plans anthropobiologique (faciès Mechta-Afalou et faciès Protoméditerranéen) et industriel (Tixier 1963). La découverte du site de Columnata et la mise en évidence d’une industrie microlithique à trapèzes suggéra une expansion capsienne vers l’Ouest (Cadenat 1948, 1955, 1959, 1966 ; Camps 2000). Cette industrie prit place au-dessus d’un faciès microlithique local nommé Columnatien qui, lui-même, fait suite à un Ibéromaurusien à lamelles apparaissant au onzième millénaire B.C. (Perrin et al. 2020 ; Chaïd Saoudi et al. 2022b). Si, sur le plan industriel, le fait fût établi, l’étude anthropologique (Chamla 1970) ne mit en évidence qu’une gracilisation du type mechtoïde tandis que les modes funéraires rappelaient pour certains des pratiques connues plus à l’est (Cadenat 1955, 1957, 1966 ; Aoudia-Chouakri 2012). Évolution de ces populations sur place ? Contacts et échanges ou vagues migratoires et remplacement ? Plusieurs hypothèses (Linstädter 2008 ; Lubell et al. 1984, 2001 ; Rahmani 2004) dont celle de s’affranchir de l’usage des termes ibéromaurusien et capsien, devenus trop restrictifs, sont encore en débat. Différences et ressemblances peuvent aussi s’entrevoir par les méthodes que ces groupes ont développées pour tirer profit de leur environnement et à ce titre, Columnata peut apporter des éléments de réponse intéressants.

2Sans être complètement différent, le cortège faunique des sites holocènes s’affranchit progressivement de quelques espèces du Pléistocène supérieur en se raréfiant (Thomas 1979 ; Geraads 1982 ; Ouchaou, Bougariane 2015) et plusieurs auteurs rendirent compte de la domination d’un taxon particulier (Arambourg et al. 1934 ; Bouchud 1975). Les proportions relativement élevées du taxon dominant évoquaient pour eux la pratique d’une chasse sélective que favorisaient la typologie du relief et le climat. Deux types de spectres spécialisés étaient alors connus ; celui à caprin (Ammotragus lervia) dominant, qui était le fait des anciens chasseurs ibéromaurusiens (Morel 1978) principalement des régions escarpées (Tamar Hat, Afalou, Taza mais aussi Mouillah) et celui qui reposait sur l’alcélaphe (Alcelaphus buselaphus) rapporté aux régions telliennes, plus ouvertes (Columnata, Medjez 2) (Bouchud 1975) et aux populations plus récentes. Ces observations étaient néanmoins basées, pour la plupart, sur le décompte du nombre de restes et sur quelques datations. Compte tenu des méthodes d’investigation récentes, cela s’avère insuffisant car il est nécessaire de documenter l’ensemble de la diversité faunique et écologique d’un site et les classes d’âge des animaux abattus afin de déterminer les types de spectres :  équilibré, spécialisé, à dominante unique ou conjointe. Qu’en est-il au juste à Columnata ? Peut-on à travers un examen plus attentif documenter davantage ces modes opératoires ?

3L’exploitation des ressources animales ne se limite cependant pas à la seule fin alimentaire. À Columnata, la grande masse d’esquilles ou d’os indéterminés taxonomiquement, ainsi que certains outils transformés, portent les stigmates d’une gestion en relation avec la production d’outils. S’inspirant des méthodes technologiques développées par R. Christidou (2001), A. Legrand (2003), I. Sidéra (2005), I. Sidéra et A. Legrand (2006), alliant macro et microscopie, on tentera d’analyser la fragmentation et les ébauches de l’outillage. Plus que l’objet transformé, c’est le mode de débitage observé sur les négatifs qui nous permet, dans un premier temps, de discuter l’origine de certains gestes considérés comme une signature des populations capsiennes plus récentes (Mulazzani, Sidéra 2012 ; Petrullo 2016). Quant aux objets finis, peu nombreux dans l’Ibéromaurusien comparativement aux cultures postérieures mais bien connus sur le plan typo-fonctionnel (Camps-Fabrer 1966, 1968 ; Brahimi 1972), une hypothèse de l’utilisation par un groupe important de la trousse à outils est proposée sur la base d’une comparaison ethnoarchéologique.

4Objet hautement symbolique, l’animal se retrouve également dans la presque totalité des tombes ouvertes par P. Cadenat (1948, 1955, 1957, 1966, 1972). Les sépultures récemment fouillées ont livré un matériel funéraire faunique intéressant et bien daté, ainsi que la première occurrence de charbons de bois d’olivier en contexte funéraire. De manière plus générale, ces espèces animales, qui se retrouvent en milieu funéraire, permettent d’appréhender la relation de l’Homme à son environnement.

5Cette approche sur l’utilisation de l’animal à des fins à la fois alimentaires, technologiques et symboliques, sera documentée à l’aide d’exemples pris sur le matériel découvert durant les campagnes de fouilles réalisées de 2016 à 2019. On tentera, dans un premier temps, de présenter la liste taxonomique et de caractériser le type de spectre faunique à l’aide d’éléments quantitatifs et en répertoriant les témoins de l’activité anthropique. Suivra une partie sur les restes osseux et sur le débitage relevé et enfin, en troisième lieu, on verra comment ces animaux investissent le milieu sépulcral.

1 | Le site de Columnata

6Le site préhistorique de Columnata (Wilaya de Tiaret, commune de Sidi Hosni) se situe en Algérie Nord-Occidentale dans une zone frontière entre l’Atlas tellien et l’Atlas saharien. C’est un site de plein air qui s’adosse au plateau du djebel Boughedou et qui s’ouvre sur la vallée du Tiguiguest. Découvert en 1936, le site fut fouillé par P. Cadenat de 1937 à 1961 (Cadenat 1942, 1948, 1955, 1957, 1959, 1966, 1972), puis par C. Brahimi en 1969 et 1971 (Brahimi 1972) et depuis 2016, par nos propres soins (Chaïd Saoudi et al. 2022a, 2022b). Un matériel faunique, humain et des industries lithiques et osseuses ont été alors récoltés et rapportés à quatre faciès culturels successifs, Ibéromaurusien, ColumnatienCapsien supérieur (dont Columnata serait l’extension la plus méridionale) et un faciès Néolithique à affinités sahariennes. Les nouvelles datations, plus anciennes que celles données précédemment, placent l’occupation ibéromaurusienne entre 11 230 Cal BC et 10 340 Cal BC (Chaïd et al. 2022a ; Perrin et al. 2020). Celles des sépultures s’échelonnent entre 10 000 et 7 500 BC (Chaïd Saoudi et al. 2022a ; 2022b ; Perrin et al. 2020). L’étude anthropobiologique des sépultures (Chamla 1970) fait état de caractères dérivés comme la brachycéphalisation et des segments de membres plus graciles par rapport aux populations de type Mechta-Afalou. Sur ces squelettes, l’usure dentaire est moins précoce que dans des sites comparables (Chamla 1970), ce qui peut être mis en rapport avec un changement dans le mode alimentaire et une utilisation moindre de la meule qui laisse passer dans l’appareil masticateur les débris de sable et de silice favorables à l’attrition dentaire (De Groote, Humphrey, 2020). Certaines pathologies osseuses en rapport avec l’avulsion dentaire et la position accroupie ont été rapportées, mais le profil sanitaire de ces populations est estimé correct pour l’époque (Biraben 1969 ; Dastugue 1970).

2 | Résultats préliminaires de l’étude des faunes

2.1 | Données taxonomiques

Rappel des données taxonomiques acquises à partir des collections anciennes

7Notre connaissance des espèces ayant vécu à Columnata repose sur les découvertes de P. Cadenat (1948), sur les révisions ultérieures de ce matériel (Chaïd Saoudi 1984, 1987, 2013 ; Merzoug 2005, 2008) et sur celui provenant des fouilles en cours.  

8La liste taxonomique établie par F. Doumergues (Cadenat 1948) fait état d’environ une vingtaine d’espèces provenant du niveau ibéromaurusien et d’une diminution progressive de ce nombre dans les niveaux supérieurs notamment néolithiques (tabl. 1). Dans ses publications ultérieures, P. Cadenat (1957, 1966) donne bien quelques indications sur la nature des ossements découverts mais sans décompte précis comme le montre le tableau 1, dans lequel nous avons résumé l’ensemble des taxons. Cette première liste reste néanmoins la plus riche en diversité spécifique du fait des nombreuses fouilles qui ont été réalisées et nous permet également de comparer, même grossièrement, les faunes d’au moins trois niveaux successifs Ibéromaurusien, Columnatien et Néolithique. Ceci est d’autant plus précieux car les niveaux post-ibéromaurusiens n’existent pratiquement plus sur le terrain du fait du décapage de la totalité des dépôts lors des anciennes fouilles et de la dégradation du site (Chaïd Saoudi 2022a). Nous ne pouvons aujourd’hui, rendre compte de leur matériel archéologique qu’indirectement par le biais du contenu des sépultures plus récentes que nous essayons de dater individuellement.

Tableau 1. Liste taxonomique établie par F. Doumergues (Cadenat, 1948-1957) (x = présent, 0 = absent).
Faunal list established by F. Doumergues (Cadenat, 1948-1957) (x = present, 0 =absent).

Tableau 1. Liste taxonomique établie par F. Doumergues (Cadenat, 1948-1957) (x = présent, 0 = absent). Faunal list established by F. Doumergues (Cadenat, 1948-1957) (x = present, 0 =absent).

9L’étude systématique des ongulés, réalisée sur le matériel conservé en Algérie (Chaïd-Saoudi 1984, 1987, 2013) a permis, dans un second temps, de décrire les faunes, d’actualiser les synonymies et de décrire deux autres taxons, Kobus aff. kob ainsi qu’un grand équidé probablement caballin. Si, dans ce travail, le décompte et la nature des ossements correspondant à chaque espèce (NRDi) ont été donnés (tabl. 2), le nombre total des restes (NR) et la provenance stratigraphique de certaines pièces non étiquetées, limitent nos analyses.  

Tableau 2. Ongulés déterminés sur les collections P. Cadenat (Chaïd-Saoudi 1984, 1987) NRDi : Nombre de restes déterminés par espèce.
Ungulates identified from the P. Cadenat collections (Chaïd-Saoudi 1984, 1987) NRDi: Number of identified specimen.

Tableau 2. Ongulés déterminés sur les collections P. Cadenat (Chaïd-Saoudi 1984, 1987) NRDi : Nombre de restes déterminés par espèce. Ungulates identified from the P. Cadenat collections (Chaïd-Saoudi 1984, 1987) NRDi: Number of identified specimen.

10Les fouilles en cours (Chaïd Saoudi et al. 2022a et présent article) essaient d’apporter, au fur et à mesure des recherches, les détails qui nous manquaient (tabl. 3).

Tableau 3. Liste taxonomique du niveau ibéromaurusien (missions 2016 à 2019).
Faunal list for the iberomaurusian layer (excavations from 2016 to 2019).

Tableau 3. Liste taxonomique du niveau ibéromaurusien (missions 2016 à 2019). Faunal list for the iberomaurusian layer (excavations from 2016 to 2019).

Caractérisation du spectre faunique à partir des données récentes

11Pour caractériser le spectre faunique, seules les données issues des fouilles récentes (missions 2016-2017 et 2019) sont donc utilisables. Celles-ci ont l’avantage de présenter des décomptes plus précis qu’ainsi qu’une répartition chrono-stratigraphique du matériel. Le nombre total de restes comptabilisés  est égal à 1121 (NRT:NRD+NRI).Plus que le nombre, qui est appelé à changer au fur et à mesure des recherches, c’est sa composition qui est significative, avec notamment : 1) la présence de tous les éléments squelettiques (fig. 1, 2), 2) une sur-représentation des dents et des osselets du carpe et du tarse, 3) l’absence d’os longs entiers et 4) un taux de fragmentation important, d’où le nombre élevé d’os indéterminés taxonomiquement et parfois même anatomiquement. Ces données montrent que les principaux taxons étaient, pour le moins, ramenés sur place entiers mais que leur conservation dépendait de différents agents naturels et culturels.

Figure 1. Faune de Columnata : (a) Distribution anatomique  de l’ensemble des ossements conservés; (b) Distribution chez les bovidés (NRDi et % NRDi).
Fauna from Columnata: (a) Osteological distribution of the whole set of bones; (b) Osteological distribution for the bovids (NISP et % NISP).

Figure 1. Faune de Columnata : (a) Distribution anatomique  de l’ensemble des ossements conservés; (b) Distribution chez les bovidés (NRDi et % NRDi). Fauna from Columnata: (a) Osteological distribution of the whole set of bones; (b) Osteological distribution for the bovids (NISP et % NISP).

Figure 2. Les vertébrés représentés dans le site et leurs indices de diversité.
Represented taxa and their diversity indices.

Figure 2. Les vertébrés représentés dans le site et leurs indices de diversité. Represented taxa and their diversity indices.

12Sur le plan taxonomique, bien que moins d’espèces aient été découvertes au cours des dernières missions (tabl. 3), on relève la prépondérance des ongulés (fig. 2). Au sein de ce groupe, l’alcélaphe (Alcelaphus buselaphus) domine, suivi de l’aurochs (Bos primigenius). Le cénogramme établi à partir des travaux de S. Legendre (1989) est en faveur d’un habitat ouvert (rareté des poids moyens entre 500 g et 8 kg) et d’un climat humide à tempéré (bonne représentation des masses supérieures à 8 kg) (fig. 3).

Figure 3. Cénogramme  écologique (d’après la méthode de Legendre 1989).
Ecological cenogram (from Legendre method 1989).

Figure 3. Cénogramme  écologique (d’après la méthode de Legendre 1989). Ecological cenogram (from Legendre method 1989).

13Sur le plan taphonomique, les traces répertoriées (fig. 4) selon les travaux de A.K. Behrensmeyer (1978, 1986), R.L. Lyman (1994), P. Andrews et M. Armour-Chelu (1998), R. J. Blumenschine (1986), Y. Fernandez et P. Andrews (2016), montrent que divers facteurs naturels et anthropiques ont affecté l’état des ossements. Des traces rapportées aux activités de boucherie ont été également observées sur les os des tribus Bovini (fig. 12) et Alcelaphini (fig. 5).

Figure 4. Les traces taphonomiques et archéozoologiques observées sur les surfaces osseuses (% NR).
Taphonomic and zooarchaeological marks observed on bone surfaces (% NR).

Figure 4. Les traces taphonomiques et archéozoologiques observées sur les surfaces osseuses (% NR). Taphonomic and zooarchaeological marks observed on bone surfaces (% NR).

Figure 5. Stries de boucherie sur un astragale d’Alcelaphus buselaphus, face antéro-proximale.
Butchery marks on Alcelaphus buselaphus astragalus (view of the proximo-anterior side).

Figure 5. Stries de boucherie sur un astragale d’Alcelaphus buselaphus, face antéro-proximale. Butchery marks on Alcelaphus buselaphus astragalus (view of the proximo-anterior side).

2.2 | L’exploitation d’Alcelaphus buselaphus 

14Parmi les bovidés récoltés, l’alcélaphe domine (fig. 2). Le NMI de fréquence calculé sur les troisièmes molaires supérieures droites est de 10 individus, loin devant Bos primigenius dont le NMI est de 4 sur la base des troisièmes molaires supérieures gauches. Ce nombre n’est, certes, pas total puisqu’il ne concerne que le matériel récolté lors des dernières missions, mais les mêmes espèces dominent dans la collection P. Cadenat. Nous n’avons, cependant, pas de données quantitatives précises en raison de la dispersion de la collection dans différentes institutions algériennes et françaises (CNRPAH, Musée d’Oran, MGFSA, Musée des Eyzies).

15L’indice élevé d’abondance relative obtenu pour l’alcélaphe (NMI of Alcelaphus buselaphus x100 / total NMI de toutes les espèces présentes dans le niveau ibéromaurusien = 20.40) montre un déséquilibre dans le spectre faunique. L’indice d’équitabilité est proche de 0 (fig. 2) et confirme la spécialisation. Dans le cas d’une chasse équilibrée, cet indice tendrait vers 1 et plus. Par contre, l’indice de Shannon, dont l’interprétation est la même (vers 0 si spécialisation et supérieur ou égal à 1 si spectre équilibré) est plus élevé (1.7) mais reste, toutefois, assez faible, ne contredisant pas la faible diversité du spectre et l’abondance de l’alcélaphe au sein de ce dernier.

16L’ensemble des os crâniens et postcrâniens étant représentés (fig. 6), on en déduit qu’une partie au moins des carcasses a été débitée sur le site. L’animal qui pesait entre 76 et 200 kilogrammes, devait fréquenter des aires peu éloignées rendant son transport plus aisé.

Figure 6. Distribution anatomique des ossements d’Alcelaphus buselaphus.
Anatomical bone distribution of Alcelaphus buselaphus.

Figure 6. Distribution anatomique des ossements d’Alcelaphus buselaphus. Anatomical bone distribution of Alcelaphus buselaphus.

La taille des dents et des astragales

17Comme toute action sur les animaux sauvages (mise en captivité, apprivoisement ou domestication) peut avoir un retentissement sur leur taille, nous avons comparé les mesures de la denture et les astragales de l’alcélaphe de Columnata avec celles des sites de la fin du Paléolithique et de l’Holocène. Il ressort de la figure 7 que les molaires inférieures de l’alcélaphe du site atérien (MSA) de la grotte de Retaïmia, mesurées au musée de Géologie de la faculté Centrale d’Alger (Collection Dalloni), semblent beaucoup plus grandes que celles de Columnata et des niveaux holocènes des sites marocains de Guenfouda et d’El Harhoura (Aouraghe et al. 2010) (fig. 7). Les données montrent une diminution de la taille de ce taxon entre la fin du Pléistocène et l’Holocène ; tandis qu’à l’Holocène, la taille des différents individus est comparable. Ce résultat devrait, néanmoins, être testé sur un matériel plus important.

Figure 7. Dimensions comparées des longueurs de m1 et m2 inférieures d’Alcelaphus buselaphus. (Données Guenfouda (Néolithique) et El Harhoura 1 (niveau Paléolithique supérieur) d’après Aouraghe 2010).
Comparative lower m1 and m2 lengths of Alcelaphus buselaphus. (Data from Guenfouda (Neolithic) and El Harhoura 1 (upper Paleolithic layer) according to Aouraghe 2010).

Figure 7. Dimensions comparées des longueurs de m1 et m2 inférieures d’Alcelaphus buselaphus. (Données Guenfouda (Néolithique) et El Harhoura 1 (niveau Paléolithique supérieur) d’après Aouraghe 2010). Comparative lower m1 and m2 lengths of Alcelaphus buselaphus. (Data from Guenfouda (Neolithic) and El Harhoura 1 (upper Paleolithic layer) according to Aouraghe 2010).

18Discriminés sur la base des caractères donnés par P. Peters (Peters et al. 1997), les astragales de Columnata présentent une moyenne des hauteurs totales plus ou moins égale à celle des représentants actuels. Cependant, chez ces derniers, les écarts sont beaucoup plus grands (fig. 8).

Figure 8. Diagramme (boîte à moustache) des astragales d’Alcelaphus buselaphus préhistoriques et actuels ; A, Columnata ; B, Actuel (recent data from Peters 1997)
Mean and Whisker plot of Alcelaphus buselaphus talus; A: Columnata; B: living species (measurements according to Peters 1997).

Figure 8. Diagramme (boîte à moustache) des astragales d’Alcelaphus buselaphus préhistoriques et actuels ; A, Columnata ; B, Actuel (recent data from Peters 1997) Mean and Whisker plot of Alcelaphus buselaphus talus; A: Columnata; B: living species (measurements according to Peters 1997).

Courbe de mortalité

19En s’inspirant des travaux de R. G. Klein (Klein et al. 1981, 1982), C. A. Spinage (Spinage 1973), A. Grant (Grant 1982), de ceux plus récents de J.-Ph. Brugal et al. (1994) et de S. Costamagno (2000) appliqués aux différents types de bovidés, nous avons évalué l’âge de ces antilopes et tracé un premier profil de mortalité sur la base de l’usure dentaire et des périodes d’éruption et de remplacement dentaire (fig. 9). Ce profil sera ultérieurement revu car le nombre actuel de dents prises en compte est statistiquement faible (51 m1-m2 inférieures définitives isolées et seulement 2 d4 lactéales). Quatre stades sont représentés : 1) présence de dents de lait ; 2) dents définitives avec absence de jonction des 2 lobes ; 3) dents définitives à usure modérée du lobe mésial ; 4) dents définitives usées avec une hauteur de la couronne réduite de moitié par rapport au stade 2.

Figure 9. Courbe de mortalité de Bos primigenius basée sur l’usure des dents (% NRDi). 
Alcelaphus buselaphus mortality curve based on wear teeth stages (% NISP).

Figure 9. Courbe de mortalité de Bos primigenius basée sur l’usure des dents (% NRDi). Alcelaphus buselaphus mortality curve based on wear teeth stages (% NISP).

20La sous-représentation des jeunes (3.96 %) et des vieux (13.8 %) montre bien qu’il ne s’agit pas d’une courbe dans laquelle ces classes sont bien représentées et que la chasse ne portait pas sur les proies les plus fragiles. La domination des adultes dont l’âge est supérieur à 5 ans (date d’éruption définitive de la 3e molaire) et inférieur à 12 ans (date de durée de vie de l’alcélaphe selon E. P. Walker (1997) devrait pencher en faveur d’une chasse liée beaucoup plus à l’exploitation de la viande. Ceci bien que les âges soient supérieurs à la fourchette de 18-30 mois donnée par S. Payne (Payne 1973) pour ce type d’usage. Quoi qu’il en soit, c’est autour de 48 mois, âge où l’alcélaphe atteint son poids maximal  (Kingdon 1989), que la majorité de ces animaux a été chassée. Sachant que la durée de vie de l’alcélaphe est entre 11 et 12 ans (Walker 1997) au lieu des 14-17 ans considérés pour l’ensemble des bovidés, on peut admettre un léger décalage dans l’éruption des dents définitives avec une table occlusale qui s’userait plus tôt. Pour les autres données liées au sexe ou à la saisonnalité, elles sont encore fragmentaires. D’une part, les bassins n’ont pas été conservés, et d’autre part, il semble que les pics de naissance chez l’alcélaphe actuel fluctuent considérablement d’une région africaine à une autre (Nowak 1999). Ce critère (d’ordre écologique ?) devra être pris en compte si on veut déterminer avec précision la saisonnalité chez l’alcélaphe fossile.

Traitement des carcasses de l’alcélaphe

21Sur le plan taphonomique (fig. 5) neuf astragales d’Alcelaphus buselaphus sur 18 portent des stries de boucherie. Celles-ci se présentent sous forme d’un seul trait long profond ne répondant pas aux critères du piétinement dont les stries sont plutôt nombreuses, généralement fines, allant dans toutes les directions et dont la terminaison est différente de celle donnée par une lame qui se retire. On note aussi huit astragales à cassures verticales et un seul os brûlé de couleur noire ayant atteint le stade de carbonisation du collagène. Cette couleur est généralement liée à la cuisson. L’utilisation des os en tant que combustible, plus longuement exposés, donne plutôt une couleur gris-clair ou blanchâtre (Shipman et al. 1984).

L’alcélaphe dans l’espace funéraire

22Des restes d’alcélaphe ont été découverts dans trois sépultures individuelles. Dans la sépulture H1, nous avons noté la présence d’une troisième molaire inférieure et la partie distale non-épiphysée d’un métacarpe dans le bassin. P. Cadenat, qui a ouvert la tombe sans la fouiller, a noté un astragale au-dessus de l’avant-bras et une troisième phalange sur le tibia (Cadenat 1957 p. 74). La tombe de H3 a également livré un atlas, un fragment de mandibule (P2 et alvéole de P3), une m1/2 et une troisième phalange dans l’ilion de cette sépulture. Enfin, dans la tombe H28, P. Cadenat avait découvert également deux astragales, un sésamoïde et un calcanéum (Cadenat 1957). Mobilier funéraire ou simples déchets contenus dans la terre qui a servi aux inhumations, ces ossements appellent plusieurs remarques : 1) la position de certains d’entre eux déposés dans les bassins (H1 et H3) pourrait être significative d’un dépôt funéraire délibéré, 2) la présence dans H1 d’os non soudés de jeune alcélaphe pourrait évoquer une intentionnalité d’autant que cette sépulture a fait l’objet d’un dépôt de plusieurs chevilles osseuses de Bos primigenius  que nous présenterons plus loin (Chaïd Saoudi et al. 2022b).

2.3 | L’exploitation de Bos primigenius

23S’il vient en seconde position après l’alcélaphe, l’aurochs n’a livré que 78 restes (NRD) et un NMI de quatre individus seulement (calculé sur M1/2 supérieures gauches).

24L’aurochs est surtout représenté par des éléments de denture et par les petits os du carpe et du tarse (fig. 10). Les os des segments de membres sont rares et se présentent sous forme de fragments. La courbe de mortalité (fig. 11) établie à partir des restes dentaires montre une plus grande proportion de dents à facettes d’usure de stade avancé et à couronne raccourcie. Dans ce cas, la chasse aurait plutôt ciblé les proies les plus vulnérables. Des dents pathologiques avec abcès radiculaires importants sont également répertoriées.

Figure 10. Distribution des ossements du squelette de Bos primigenius basée sur l’usure des dents.
Bos primigenius skeleton bone distribution.

Figure 10. Distribution des ossements du squelette de Bos primigenius basée sur l’usure des dents. Bos primigenius skeleton bone distribution.

Figure 11. Courbe de mortalité de Bos primigenius basée sur l’usure des dents (% NRDi).
Bos primigenius mortality curve based on wear teeth stages (% NISP) .

Figure 11. Courbe de mortalité de Bos primigenius basée sur l’usure des dents (% NRDi). Bos primigenius mortality curve based on wear teeth stages (% NISP) .

25Sur le plan de l’exploitation des os du squelette, des traces de boucherie sont visibles sur deux astragales (fig. 12). La fragmentation touche tous les os longs et certains, comme on va le voir, ont été utilisés pour la confection d’outils en os.

Figure 12. Stries de boucherie sur astragale de Bos primigenius.
Butchery marks on Bos primigenius astragalus bone.

Figure 12. Stries de boucherie sur astragale de Bos primigenius. Butchery marks on Bos primigenius astragalus bone.

26À Columnata, le mobilier funéraire le plus significatif est celui de la tombe de H1. Des fragments de chevilles osseuses de Bos primigenius ont été récoltés dans la sépulture H1 (Chaïd Saoudi et al. 2022b). P. Cadenat, qui a laissé cette sépulture en place, décrit avec support photographique, un ensemble de 6 chevilles osseuses isolées placées au-dessus de la sépulture formant avec des pierres de petites dimensions un véritable monument funéraire (Cadenat 1955). Par le nombre et la disposition des chevilles osseuses, il s’agit d’un cas unique dans la littérature (fig. 13 a et b). Récemment, une datation C14 a donné un âge de 10 806 ± 44 BP (IOSACal v0.4.1; Atmospheric data from Reimer et al. 2020).

Figure 13. Sépulture de H1. (a) Dépôt funéraire de chevilles osseuses autour de la sépulture H1. (b) position de chevilles osseuses de Bos primigenius autour du squelette (c) fragments basal et apical.
The burial of H1 (a) Burial deposit of Bos primigenius horn cores around the burial. (b) Horns position (c) Basal and apical fragments.

Figure 13. Sépulture de H1. (a) Dépôt funéraire de chevilles osseuses autour de la sépulture H1. (b) position de chevilles osseuses de Bos primigenius autour du squelette (c) fragments basal et apical. The burial of H1 (a) Burial deposit of Bos primigenius horn cores around the burial. (b) Horns position (c) Basal and apical fragments.

27Dans la tombe H10, une cheville osseuse isolée avait été placée au-dessus du crâne (Cadenat 1955) et dans H28, ce sont des incisives et des sésamoïdes d’un bœuf qui y sont répertoriés (Cadenat 1957).

3 | Résultats préliminaires de l’étude de la fragmentation et de l’industrie osseuse

3.1 |La fragmentation

28À Columnata, tous les os longs ont subi une fracturation, au sens où chaque os comporte une ou plusieurs cassures, qu’elles soient d’ordre naturel ou anthropique. Ces fragments renseignent sur les effets des agents naturels, mais aussi sur le mode opératoire adopté par les habitants à des fins alimentaires (extraction de la moelle) ou artisanales. Les cassures sont identifiées sur la base des travaux de P. Villa et E. Mahieu (1991), d’A. Bridault (1994) et de C. Vercoutère et al. (2014). Les fractures classées par type (courbe, transverse, en V) sont examinées en fonction des angles (droit, oblique) et des bords des cassures (irréguliers ou lisses), ceci afin de distinguer la fragmentation intentionnelle de celle issue des éléments naturels, comme la compression ou l’impact des carnivores et notamment des hyènes. Les ossements fracturés sont constitués pour la plupart de grands éclats bruts de taille avec préservation de l’une ou l’autre des deux extrémités proximales et distales. En dehors d’un seul fragment de radius de Bovinile reste de l’assemblage est formé essentiellement d’extrémités de métapodes ou de premières phalanges. L’intérêt d’examiner ces négatifs, qui nous paraissent plus en relation avec la confection d’outils qu’en relation avec les pratiques alimentaires ; est encore plus important pour les niveaux ibéromaurusiens moins riches en industrie osseuse (Brahimi 1972 ; Cadenat 1948, 1955 ; Camps-Fabrer 1966) et dont les déchets osseux sont, rarement, examinés. Il en ressort les observations suivantes :

  1. Sur 30 extrémités proximales et distales de métapodes examinés, 8 appartiennent à des Bovini et très probablement à Bos primigenius en raison de leur taille et de la représentativité de cet aurochs dans l’assemblage faunique ; 14 sont de taille moyenne et peuvent être des métapodes d’Alcelaphus buselaphus (fig. 14) ; le reste est spécifiquement indéterminable.

  2. Deux cas de percussion directe sur enclume et sur métapodes de Bovini sont présents. Les autres cas présentent une fracturation verticale pouvant être obtenue par sciage après enlèvement de l’articulation proximale.

  3. 22 os longs ont été fracturés verticalement avec préservation de la partie latérale et proximale. Le bord latéral est droit, tandis que le bord interne s’amenuise comme pour former une pointe. Ils ne constituent pas à proprement parler des outils puisqu’ils ne sont pas complètement transformés bien que leur forme évoque assez souvent une fonctionnalité liée à la perforation. Ils ne comportent pas non plus de traces d’usure visibles car leur probable partie fonctionnelle est souvent cassée. 

  4. Les cassures horizontales affectent 11 autres pièces osseuses (métapodes et phalanges) dont la partie distale est préservée. Si certaines ont des cassures à bords irréguliers en spirale ou en marche d’escalier évoquant une fracturation non anthropique (fig. 15), d’autres sont cassées au-dessus des condyles, formant une circonférence à bords réguliers évoquant un mode de débitage lié à l’obtention de lamelles osseuses (fig. 16). Les condyles isolés peuvent être inclus dans cette technique.

Figure 14. Fragmentation des os longs de bovidés, face proximale, antéro-latérale ou antéro-médiale. 1 : radius de B. primigenius ; 2, 3 : métatarse de B. primigenius ; 4 : radius de Bos sp. ; 5, 11, 13, 17 : métatarse d’A. buselaphus et d’antilope de même taille ; 6, 7, 8, 10, 12, 14, 15, 17, 18, 19 : métacarpe d’A. buselaphus et d’antilope de même taille ; 20 : métacarpe de petit bovidé (Ammotragus ?).
Fragmentation of bovid long bones, proximal, antero-lateral or antero-medial sides. 1: radius of Bos primigenius; 2, 3: metatarsus of Bos primigenius; 4: radius of Bos sp; 5, 11, 13, 17: metatarsus of Alcelaphus buselaphus and of antelope of the same size; 6, 7, 8, 10, 12, 14, 15, 17, 18, 19: metacarpus of Alcelaphus buselaphus and of antelope of the same size; 20: metacarpus of a small bovine (Ammotragus?)

Figure 14. Fragmentation des os longs de bovidés, face proximale, antéro-latérale ou antéro-médiale. 1 : radius de B. primigenius ; 2, 3 : métatarse de B. primigenius ; 4 : radius de Bos sp. ; 5, 11, 13, 17 : métatarse d’A. buselaphus et d’antilope de même taille ; 6, 7, 8, 10, 12, 14, 15, 17, 18, 19 : métacarpe d’A. buselaphus et d’antilope de même taille ; 20 : métacarpe de petit bovidé (Ammotragus ?). Fragmentation of bovid long bones, proximal, antero-lateral or antero-medial sides. 1: radius of Bos primigenius; 2, 3: metatarsus of Bos primigenius; 4: radius of Bos sp; 5, 11, 13, 17: metatarsus of Alcelaphus buselaphus and of antelope of the same size; 6, 7, 8, 10, 12, 14, 15, 17, 18, 19: metacarpus of Alcelaphus buselaphus and of antelope of the same size; 20: metacarpus of a small bovine (Ammotragus?)

Figure 15. Métacarpes à cassures naturelles. À gauche, métacarpe d’Alcelaphus buselaphus.
Metacarpals with natural fractures. On the left, metacarpal from Alcelaphus buselaphus.

Figure 15. Métacarpes à cassures naturelles. À gauche, métacarpe d’Alcelaphus buselaphus. Metacarpals with natural fractures. On the left, metacarpal from Alcelaphus buselaphus.

Figure 16. Débitage à lamelles sur métapodes de bovidé.
Flake removal on bovid metapodials.

Figure 16. Débitage à lamelles sur métapodes de bovidé. Flake removal on bovid metapodials.

29Ces observations montrent que la fracturation des matrices s’opérait sur des animaux de grande et de moyenne taille. Elles indiquent la présence d’un débitage le plus souvent vertical, latéral avec préservation d’une partie de l’articulation proximale. Des cas de segmentation lamellaire des matrices sont présents. Ces techniques ont été relevées et attribuées à la culture capsienne (Mulazzani, Sidera 2012 ; Petrullo 2016). Elles sont ici observées sur un matériel provenant des niveaux ibéromaurusiens datés entre 11 000 et 10 000 BC (Perrin et al. 2020, Chaïd Saoudi et al. 2022b), ce qui est en faveur de leur apparition plus tôt dans le registre osseux.  

3.2 | Les objets transformés

30Les ossements transformés ayant une ou deux parties fonctionnelles que nous avons récoltés sont répartis en 25 types (tabl. 4) répondant à la classification typo-fonctionnelle établie par H. Camps-Fabrer (1966). Les perforants sont les plus représentatifs suivis des tranchets et de quelques outils mousses. Sur les perforants du niveau ibéromaurusien, l’abrasion, largement présente sur les pièces provenant des niveaux supérieurs, n’existe pas. Les poinçons Colum IO10 et Colum IO9 (à bords apicaux cassés et pointes usées) montrent des traces longitudinales de raclage seulement. L’examen par stéréomicroscopie (stéréoscope Leica Z6APO du laboratoire PACEA de Bordeaux) de quatre pièces provenant des niveaux post-ibéromaurusiens attestent de la pratique du sciage, du raclage ainsi que de l’abrasion très fine des surfaces. Comme dans le niveau ibéromaurusien inférieur, ces pièces ont été taillées sur os de grands mammifères.

Tableau 4. Répartition typo-fonctionnelle des groupes d’outils en os.
Typo-functional distribution of bone tool groups.

Tableau 4. Répartition typo-fonctionnelle des groupes d’outils en os. Typo-functional distribution of bone tool groups.

3.3 | Ethnoarchéologie et industrie osseuse

31Si l’on peut admettre que les objets perforants étaient destinés à percer et forer compte tenu de l’usure de leur pointe, la fonction des tranchets paraît plus difficile à envisager. S’inspirant d’un exemple ethnologique, l’hypothèse de l’utilisation de ce groupe à des fins ludiques est posée. Il s’agit des objets longs et plats à extrémités arrondies ou à extrémités droites découverts à Columnata et dont les mêmes formes sont reproduites aujourd’hui par les pasteurs-éleveurs des hauts plateaux et du Sahara pour jouer au « Sig » (fig. 17). Les habitants de la ville d’El Bayadh (Sud-Ouest algérien) affirment que les anciens utilisaient des supports en os et plus précisément les métapodes de mouton. Étant plus difficile à travailler, l’os a été remplacé par un support végétal (roseaux) plus léger. Le procédé de fabrication inclut une première étape où les deux parties articulaires proximales et distales sont sciées horizontalement, une seconde étape où la diaphyse est débitée en six lames longues et plates, une troisième pour le polissage des bords (méthode d’El Bayadh). Ces derniers sont gardés bruts dans d’autres régions comme Laghouat et Djelfa (sud algérien). Enfin, la moitié des pièces est enduite d’un colorant ocre (le henné comme cela se fait, actuellement, sur un autre jeu utilisant les astragales de mouton), ou noir (fig. 18). Dans d’autres cas, la lame possède une face fendue tandis que l’autre moitié est lisse car la distinction entre lames mâles ou femelles est nécessaire au moment de lancer ces objets. En fonction de la face dans laquelle ils apparaissent, le joueur peut ou non déplacer ces pierres sur une trame longue et serrée tracée à même le sol, comportant des lignes et plusieurs cases (Bellin 1963). L’hypothèse de l’utilisation des objets plats et longs à extrémités droites ou arrondies provenant des niveaux ibéromaurusiens à des fins ludiques repose sur les caractères communs suivants : ressemblance des formes, procédé identique pour leur obtention, mode de vie pastoral des populations anciennes et récentes, même sphère géographique, ancienneté du jeu attestée par une gravure rupestre néolithique découverte à Aïn Naga (Djelfa) et interprétée par les autochtones comme une représentation de la trame du « Sig » (fig. 19). L’observation des stigmates sur les pièces récoltées révèle la présence d’éclats sur les bords qui ne peuvent être seulement le résultat d’une hypothétique propulsion de ces objets en l’air (50 cm au maximum au-dessus du sol). Par contre, ces pièces sont cassées, soit au milieu soit au ¾ de leur longueur. Les supports actuels en végétaux n’ayant pas la même densité que l’os, la comparaison des stigmates ne peut être pertinente. Néanmoins, un protocole est mis en place pour une recherche expérimentale plus poussée.

Figure 17. Illustration actuelle du jeu du Sig observée à El Bayadh (2019). (a) Scène réelle avec la trame du jeu ; (b et b’) objets plats à bords arrondis utilisés dans le jeu.
Real scene of the Sig game observed in El Bayadh (2019). (a) The game frame (b et b’) Flat objects with rounded edges used for gaming.

Figure 17. Illustration actuelle du jeu du Sig observée à El Bayadh (2019). (a) Scène réelle avec la trame du jeu ; (b et b’) objets plats à bords arrondis utilisés dans le jeu. Real scene of the Sig game observed in El Bayadh (2019). (a) The game frame (b et b’) Flat objects with rounded edges used for gaming.

Figure 18. Types d’outils utilisés dans le jeu du « Sig » dans la région du Hoggar.
Types of tools used in the Sig game from the Hoggar area.

Figure 18. Types d’outils utilisés dans le jeu du « Sig » dans la région du Hoggar. Types of tools used in the Sig game from the Hoggar area.

Figure 19. Gravure de la station rupestre néolithique de l’Aïn Naga (Djelfa) interprétée comme la représentation du damier  du « Sig » par les pasteurs-éleveurs de la région (Photo A. Guermat).
Engraving rock of the Aïn Naga Neolithic station (Djelfa) interpreted as the representation of the “Sig grid” by the pastoralists of the region (A. Guermat photo).

Figure 19. Gravure de la station rupestre néolithique de l’Aïn Naga (Djelfa) interprétée comme la représentation du damier  du « Sig » par les pasteurs-éleveurs de la région (Photo A. Guermat). Engraving rock of the Aïn Naga Neolithic station (Djelfa) interpreted as the representation of the “Sig grid” by the pastoralists of the region (A. Guermat photo).

4 | Résultats préliminaires sur les charbons de bois

32De rares fragments de charbons de bois ont été collectés. Ils proviennent de la nécropole et se trouvaient sous l’os occipital de la sépulture de H3 dont l’âge dentaire est entre 11 et 12 ans. (Chaïd et al. 2022b). L’examen microscopique, réalisé à l’aide d’un Axioskop 40 ZEISS du Laboratoire d’écologie végétale d’Alger, a mis en évidence la présence de l’olivier. Le plan transversal (fig. 20a) montre des pores diffus et des fibres abondantes. Un cas de fusion des parois cellulaires sur le plan transversal a été observé, cependant, il est difficile de distinguer les effets taphonomiques de ceux des conditions environnementales subis par l’arbre dont il est issu. Le plan tangentiel (fig. 20b) montre des rayons ligneux nombreux, unis à trisériés, avec cellules carrées et marginales plus hautes que larges ; trachéides vasculaires rares, parenchyme en file de 2 à 3 cellules ; vaisseaux à ponctuations petites, diamètres, en majorité, inférieurs à 5 microns. Le plan radial (fig. 20c) présente des cellules courtes. Malgré le mauvais état des charbons qui s’effritent aux essais de coupe, les caractères qui ont pu être observés dans les différents plans anatomiques sont bien en faveur d’Olea europaea.

Figure 20. Microscopie des charbons de bois d’Olea europaea. (a) plan tranversal x100 ; (b) plan tangentiel x 200 et x 400; (c) plan radial x100.
Microscopy of Olea europaea charcoal. (a) transverse plane x100; (b) tangential plane x 200 and x 400; (c) radial plane x100.

Figure 20. Microscopie des charbons de bois d’Olea europaea. (a) plan tranversal x100 ; (b) plan tangentiel x 200 et x 400; (c) plan radial x100. Microscopy of Olea europaea charcoal. (a) transverse plane x100; (b) tangential plane x 200 and x 400; (c) radial plane x100.

33Élément xérophyle d’origine africaine, l’espèce Olea europaea connaît depuis une large représentation sur les deux rives de la Méditerranée particulièrement à la fin du maximum glaciaire et avec la mise en place, à l’Holocène, de conditions climatiques favorables à son expansion (Médail et al. 2001 ; Quézel 2000 ; Abdoun 2013 ; Bouby et Terral 2016).

34Au Proche-Orient, la consommation de noyaux d’olives sauvages par les chasseurs-cueilleurs de l’Épipaléolithique est attestée dès 21 000-18 000 BP dans le site d’Ohalo II (Kislev et al. 1992). En Afrique du Nord, l’olivier est présent au Maroc dans la grotte d’El Mnasra dès 100.000 ans (Marquer et al. 2022) ainsi qu’à Ifri Ouadane entre 11000 à 8000 ans (Zapata et al. 2013). Au Tassili des Ajjers, une steppe arborée à Olea colonisait les massifs à l’Holocène inférieur (Thinon et al. 1996 ; Abdoun 2002) et dans la grotte de Tin Hanakaten où pollens, charbons et fruits d’olivier sont attestés dans la séquence 8, la plus ancienne des dépôts néolithiques datée de 8 100 BP (Aumassip et al. 1982-1983).

35L’importance de la découverte d’Olea europaea à Columnata revêt trois intérêts majeurs : 1) il s’agit d’une des premières occurrences archéologiques de l’olivier en Algérie et en milieu atlasique, 2) il s’agit d’une occurrence datée de 8 355 ± 41 BP (IOSACal v0.4.1; Atmospheric data from Reimer et al. 2020) et 3) il s’agit aussi de la première occurrence de l’olivier en milieu sépulcral et de son utilisation en tant que combustible funéraire.

36La distinction entre olivier sauvage et olivier domestiqué, aujourd’hui possible grâce à la génétique et aux méthodes anatomiques développées par J. F. Terral (Terral 1997) pourrait être envisagée, en cas de découverte d’autres charbons en meilleur état de conservation et de noyaux de fruits.

5 | Interprétations et conclusions

37Au terme de cette analyse qui reste, somme toute, partielle, compte tenu du fait que les fouilles à Columnata sont encore en cours et que d’autres récoltes pourraient venir y introduire des nuances, nous pouvons, néanmoins, tenir pour acquis les résultats suivants :

5.1 | En matière de faunes et de chasse

38- Une liste taxonomique composée en grande partie d’ongulés de taille moyenne à grande et différente des sites plus tardifs (Grand Rocher, Boulevard Bru, Grotte de Saïda) où les petits mammifères sont plus nombreux.

39- Une plus grande représentation d’Alcelaphus buselaphus (en nombre de restes et en nombre minimal d’individus).
Cette représentation est, généralement, mise sur le compte d’une adaptation aux nouvelles niches écologiques et à la présence de zones d’habitats refuge qui auraient été déterminantes dans l’expansion de l’alcélaphe (Vrba 1979 ; Kurten 1983 ; Flagstad et al. 2001). Mentionné dès le Pléistocène inférieur (Arambourg 1929, Vrba 1979) l’alcélaphe reste, en effet, faiblement représenté dans les cortèges fauniques anté-Holocènes comparativement au gnou (Connochaetes), bien plus abondant, notamment dans les sites continentaux tels que Retaïmia (Dalloni 1949) ou Bir el Ater (Morel 1974). C’est bien à l’Holocène que cette espèce connaît sa multiplication.

40- Mise en évidence d’alcélaphe à dents plus petites comparativement à la fin du Pléistocène supérieur et avec une variabilité plus grande de la taille des astragales.
Sous réserve de tester ce résultat sur un matériel plus abondant, cette diminution de la taille est incompatible avec les conditions climatiques optimales. On ne peut la mettre, non plus, sur le compte d’une diversité d’espèces car celle-ci a été remise en question. En effet, les espèces identifiées par A. Pomel (1895) : Alcelaphus probubalis (du site d’Aboukir de Grand Rocher et de l’Oued Seguin), A. saldensis (des grottes néolithiques de Bedjaia) et A. ambiguus (de Ternifine), ont été réunies par C. Arambourg  du moins pour les deux premières, dans l’espèce A. buselaphus. Les crânes et frontaux du site d’Aboukir et de l’Aïn Oumata figurés par A. Pomel (1895) montrent, en effet, des cornes insérées haut à bases rapprochées presque en contact de la ligne frontale médiane comme chez A. buselaphus. L’absence, à Columnata, d’éléments crâniens complets ne permet pas de distinguer des variétés géographiques d’où la question suivante, cet animal a-t-il évolué sous l’effet d’une possible promiscuité humaine ?  

41Présenté comme mauvais candidat à la domestication, au comportement parfois imprévisible, dangereux car pouvant s’attaquer aux personnes et aux cultures (Tamrat et al. 2020) et surtout récalcitrant à rester sur place comme les bœufs, les partisans d’un proto-élevage de l’alcélaphe par les ibéromaurusiens ont tôt fait d’exclure cette hypothèse. Ceci étant dit, l’exemple égyptien, certes plus tardif, donne, quant à lui, à réfléchir sur la présence d’une relation plus étroite avec l’humain. Sa représentation dans les bas-reliefs et son utilisation en tant qu’animal sacrificiel (Van Neer et al. 2004) le fait passer pour une espèce presque domesticable (Kingdon 1989). De notre point de vue, si l’hypothèse climatique et géographique explique sa multiplication, il y a d’autres éléments comme : 1) la diminution de sa taille, 2) la présence de l’animal entier dans le site, 3) le fait qu’il soit un animal presque social, en tout cas, un animal sédentaire et qui ne migre pas, qui penchent pour une relation plus engagée des populations de Columnata envers cet animal, plutôt qu’une simple prédation.

42- Une courbe de mortalité témoignant d’une chasse orientée vers l’acquisition d’alcélaphes adultes et de jeunes adultes dont le poids serait maximal au moment de l’abattage.
Cette courbe est, en effet, très différente de celle de Bos primigenius et si les ossements n’avaient pas manqué statistiquement pour aller plus loin dans l’analyse, on serait certainement tombé sur une courbe de type catastrophique plutôt qu’attritionnelle.

5.2 | En matière de technologie osseuse

43- Prédominance du groupe des perforants sur les tranchets et les mousses.
Cette donnée pourrait être mise en relation avec des activités domestiques comme l’assemblage de peaux, (pas d’aiguille à chas cependant), le forage de pendeloques etc.

44- Une fragmentation portant les stigmates d’un façonnage anticipé démontré dans la culture Capsienne.
Ceci peut être en faveur d’une évolution sur place des techniques sans forcément y voir des migrations et des renouvellements drastiques.

45- L’utilisation possible d’objets longs, plats, à bords arrondis pour le divertissement.
Si cette hypothèse se confirmait, un nouveau regard, plus explicite, pourrait être porté sur ces populations dont les pratiques funéraires rapportées : décharnement, forçage des squelettes, manipulations diverses (Cadenat 1957, 1959, 1966, 1972 ; Aoudia-Chouakri 2012 ; Humphrey et al. 2012 ; Mariotti et al.2009) et même cette supposée chasse à l’Homme illustrée par une lamelle fichée dans une vertèbre de H33a (Dastugue 1970 ; Chaïd Saoudi 2014) ; se distinguent par une complexité qui nous échappe encore. L’un des plus anciens jeux confirmés, le Senet égyptien qui emploie le même matériel que le jeu du Sig (grille, jetons et baguettes à deux faces) et qui date de 5000 ans BC (Sebbane 2001 ; Piccione 2007) aurait peut-être, une origine plus lointaine que celle actuellement retenue.

5.3 | En matière de comportement funéraire

46- Attestation d’un dépôt intentionnel de chevilles osseuses de l’aurochs avec datation du geste funéraire.

47- Première occurrence datée de cette manifestation qui remonte au onzième millénaire.

48- Association de ce « culte » avec un squelette de type mechtoïde atténué (robustesse, longueurs des membres, gonions extroversés, avulsion dentaire).
Si les dépôts de chevilles osseuses et autres ossements du squelette du grand bœuf sont présents dans plusieurs tombes, l’exemple de la sépulture H1 au-dessus de laquelle six chevilles osseuses isolées ont été déposées, témoigne d’un acte volontaire. Ce mobilier funéraire signe l’apparition, dans cette région pastorale des hauts plateaux et parmi les groupes des derniers chasseurs-cueilleurs, de ce qui sera nommé plus tard, le culte du taureau.

5.4 | En matière environnementale

49- Première occurrence de l’utilisation de l’olivier en contexte funéraire

50- Nouvelle datation de l’olivier préhistorique en Algérie.
Pour conclure, en recoupant plusieurs données, qui peuvent, de prime abord, sembler inconciliables, un nouveau récit est en cours de construction avec pour objectif une meilleure connaissance des populations de l’Holocène inférieur de Columnata. A ce stade de lecture, on peut affirmer que l’alcélaphe, l’olivier, le bœuf-totem et probablement le divertissement font partie de leur signature. Certaines techniques osseuses montrent des similitudes avec le monde Capsien rééditant ainsi l’hypothèse d’un contact entre les populations de l’Algérie orientale et occidentale.

Top of page

Bibliography

ABDOUN F. 2013 - Olivier. Encyclopédie berbère, 35, document O14, p. 1-5.

ABDOUN F. 2002 - Étude de la dynamique spatio-temporelle des populations de Cupressus dupreziana A. Camus au Tassili n’Ajjer. Thèse de doctorat, Université d’Aix-Marseille III, 171 p.

ANDREWS P., ARMOUR-CHELU M. 1998 - Taphonomic observations on a surface bone assemblage in a temperate environment. Bulletin de la Société géologique de France, 169, 3, p. 433-442.

AOUDIA-CHOUAKRI L. 2012 - Pratiques funéraires complexes : réévaluation archéoanthropologique des contextes ibéromaurusiens et capsiens (Paléolithique et épipaléolithique de l’Afrique du nord-ouest), Thèse de Doctorat, Université de Bordeaux I, 486 p.

AOURAGHE H., AGUSTI J., OUCHAOU B., BAILON S., LOPEZ-GARCIA J. M., HADDOUMI H., BOUGARIANE B. et al. 2010 - The Holocene vertebrate fauna from Guenfouda site, Eastern Morocco. Historical Biology22, 1-3, p. 320-326.

ARAMBOURG C. 1929 - Les mammifères quaternaires de l’Algérie. Bulletin de la Société d’Histoire Naturelle de l’Afrique du Nord, 20, 2, p. 63-84.

ARAMBOURG C., BOULE M., VALLOIS H., VERNEAU R. 1934 - Les grottes paléolithiques des Béni Segoual (Algérie). Archives de l’Institut de Paléontologie Humaine, 13, Paris, 243 p.

AUMASSIP G., DELIBRIAS G. 1982-1983 - Ages des dépôts néolithiques du gisement de Ti-n-Hanakaten (Tassili-n-Ajjer, Algérie). Libyca, 30-31, p. 207-211.

BALOUT L. 1952 - Les Hommes préhistoriques du Maghreb et du Sahara. Inventaire descriptif et critique (Paléolithique, Épipaléolithique, Néolithique). Libyca, 2, p. 215-425.

BALOUT L. 1955 - Préhistoire de l’Afrique du Nord : Essai de chronologie. Édition Art et Maison Graphique. Paris, 543 p.

BEHRENSMEYER A.K. 1978 - Taphonomic and ecologic information from bone weathering. Paleobiology, 4,2, p. 150-162.

BEHRENSMEYER A.K., GORDON K. D., YANAGI G. T. 1986 - Trampling as a cause of bone surface damage and pseudo-cutmarks. Nature, 319, 6056, p. 768-771.

BELLIN P. 1963 - L’enfant saharien à travers ses jeux : Journal des Africanistes, 33, 1, p. 47-104.

BIRABEN J. N. 1969 - Durée de la vie dans la population de Columnata (épipaléolithique oranais). Population, 24, 3, p. 487-500.

BLUMENSCHINE R.J. 1986 - Carcass consumption sequences and the archaeological distinction of scavenging and hunting. Journal of Human Evolution, 15, 8, p. 639-659.

BOUBY L., TERRAL J. F. 2016 - Archéobiologie et agrobiodiversité de l’olivier : domestication et diffusion dans l’Ouest de la Méditerranée In: L’Oléiculture au Maroc de la préhistoire à nos jours, pratiques, diversité, adaptation, usages, commerce et politiques. Options Méditerranéennes. A 118, p. 17-29.

BOUCHUD J. 1975 - La faune de Medjez II. - In: Henriette Camps-Fabrer et al. Un gisement capsien de faciès sétifien Medjez II, El-Eulma (Algérie) Paris, CNRS.

BRAHIMI C. 1972 - Deux campagnes de fouilles à Columnata, Libyca, 20, p. 49-101.

BRIDAULT A. 1994 - La fragmentation osseuse : Modèle d’analyse pour les séries Mésolithiques. Artefact, 9, p. 155-177.

BRUGAL J-Ph., DAVID F., FARIZY C. 1994 - Quantification d’un assemblage osseux : Paramètres et tableaux. Artefact, 9, p. 143-153.

CADENAT P. 1942 - Nouvelles stations préhistoriques de la région de Tiaret. Bulletin de la Société de Géographie et d’archéologie d’Oran, 63, 218, p. 131-154.

CADENAT P. 1948 - La station préhistorique de Columnata (commune mixte de Tiaret). Bulletin de la Société de Géographie et d’archéologie d’Oran, 70, 9, p. 3-66.

CADENAT P. 1955 - Nouvelles fouilles à Columnata : Campagne 1954-1955 (compte-rendu sommaire). Libyca, 3, p. 263-285.

CADENAT P. 1957 - Fouilles à Columnata : Campagne 1956-1957 (La Nécropole). Libyca, 5, p. 49 -81.

CADENAT P. 1959 - Principaux résultats des fouilles effectuées en 1956-57 à Columnata. Congrès Préhistorique de France, 16e session, p. 316-320.

CADENAT P. 1965 - Principaux résultats des fouilles effectuées en 1956-57 à Columnata. Congrès Préhistorique de France, 16e session - Monaco 1959, p. 316-320.

CADENAT P. 1966 - Vues nouvelles sur les industries de Columnata. Libyca, 14, p. 189-207.

CADENAT P. 1972 - Vestiges humains recueillis à Columnata en 1959 et 1961.Congrès Panafricain de Préhistoire et d’études quaternaires. 6e session - Dakar 1967, p. 506-509.

CAMPS G. 1968 - Tableau chronologique de la préhistoire récente du Nord de l’Afrique : Première synthèse des datations absolues obtenues par le carbone 14. Bulletin de la Société préhistorique française, 65, 2, p. 609-622.

CAMPS G. 1974 - Les civilisations préhistoriques de l’Afrique du Nord et du Sahara. Édition Doin, Paris, 366 p.

CAMPS G. 1975 - Les industries épipaléolithiques du Maghreb et du Sahara septentrional. In: L’Épipaléolithique méditerranéen - actes du colloque d’Aix-en-Provence 1972. Paris, CNRS, p. 87-117.

CAMPS G. 2000 - Notices : Ibéromaurusien. In: Encyclopédie berbère XXIIICAMPS G. (dir.), Aix-en-Provence, Edisud.

CAMPS-FABRER H. 1966 - Matériaux et art mobilier dans la préhistoire nord-africaine et saharienne. Mémoire du Centre de Recherches Anthropologiques Préhistoriques et Ethnographiques, 5, 557 p.

CAMPS-FABRER H. 1968 - Industrie osseuse épipaléolithique et néolithique du Maghreb et du Sahara. Fiches typologiques africaines. Cahiers 6 et 7.

CHAÏD SAOUDI Y. 1984 - Étude systématique du genre Equus (Mammalia, Perissodactyla) de l’épipaléolithique de Columnata (Algérie Occidentale). Libyca, 32-34, p. 174-205. 

CHAÏD SAOUDI Y. 1987 - Les mammifères holocènes des gisements préhistoriques de Gueldamane-Akbou (Béjaïa), Columnata (Tiaret) et Tin Hanakaten (Djanet) en Algérie. Thèse de 3e cycle, Université de Claude-Bernard, Lyon I, 233 p.

CHAÏD SAOUDI Y. 2013 - Contribution à la connaissance des faunes préhistoriques d’Algérie. Ikosim, 1, p. 7-23.

CHAÏD SAOUDI Y. 2014 - Quelques principes de l’archéologie funéraire appliqués à la nécropole préhistorique de Columnata (Tiaret, Algérie). Revue d’études archéologiques, 11, 2, p. 3-16.

CHAÏD SAOUDI Y., LARBI I., SEHILA S. 2022a - Funerary practices from Columnata necropolis (Tiaret, Algeria) presentation of the last three burials excavated. Revista Tabona, 22, p. 35-51.

CHAÏD SAOUDI Y., ROUMANE-AMRI K., CHAÏD A., PERRIN T., AZZOUG W., SITOUAH B., KASRI S., SEHILA S., MEGHRAOUI M. 2022b - What’s new about recent archeological fieldwork from the late Paleolithic site of Columnata (Tiaret, Algeria)? Bulletin d’Archéologie Marocaine. 27, p. 81-99.

CHAMLA M. C. 1970 - Les Hommes épipaléolithiques de Columnata (Algérie occidentale). Mémoire du Centre de Recherches Anthropologiques Préhistoriques et Ethnographiques. 15, 132 p.

CHRISTIDOU R. 2001 - Study of bone tools at three late/final Neolithic sites from Northern Greece. BAR International Series, 937, p. 41-48.

COSTAMAGNO S. 2000 - Stratégies d’approvisionnement et traitement des carcasses au Magdalénien :  l’exemple de Moulin- Neuf (Gironde) / Magdalenian acquisition strategies and carcass processing: the example of Moulin-Neuf (Gironde). Paléo 12. p. 77-95.

DALLONI M. 1949 - La station moustérienne de Retaïmia, près d’Inkermann (Algérie). In: L. BALOUT (Éd) ; Actes du Congrès Panafricain de Préhistoire. 2e session, Alger, p.419-427.

DASTUGUE J. 1970 - Pathologie des hommes de Columnata, In: M.-C. CHAMLA (dir.) : Les hommes épipaléolithiques de Columnata. Mémoire du CRAPE, 15, p. 121-126.

DE GROOTE I., HUMPHREY L.T. 2020 - The human skeletal remains: a physical anthropological assessment. In: BARTON R.N.E., BOUZOUGGAR A., COLLCUT S.N., HUMPHREY L.T. (Éds.), Cemeteries and Sedentism in the Later Stone Age of NWAfrica: Excavations at Grotte des Pigeons, Taforalt, Morocco. Heidelberg: Propylaeum 2020 (Monographien des RGZM, Vol. 147), p. 483-489.

FERNANDEZ Y., ANDREWS P. 2016 - Atlas of Taphonomic identifications. Vertebrate Paleobiology and Paleoanthropology, 360 p.

FLAGSTAD Ø., SYVERSTEN P. O., STENSETH N. C., JAKOBSEN K. S. 2001 - Environmental change and rates of evolution: the phylogeographic pattern within the hartebeest complex as related to climatic variation. Proceedings of the Royal Society of London. Series B: Biological Sciences268 (1468) p. 667-677.

GERAADS D. 1982 - Paléobiogéographie de l’Afrique du Nord depuis le Miocène terminal d’après les grands mammifères. GeobiosMémoire spécial, 6, p. 478-481.

GRANT A. 1982 - The use of tooth wear as a guide to the age of domestic ungulates. In: B. WILSON C. GRIGSON S. PAYNE (Éd.): Ageing and sexing animal bones from archaeological sites. BAR Intern. Series, 109, p. 91-108.

HUMPHREY L.T., BELLO S.M., TURNER E., BOUZOUGGAR A., BARTON N. 2012 - Iberomaurusian funerary behavior: Evidence from Grotte des Pigeons. Taforalt. Morocco.Journal of Human Evolution 62, 2, p. 261-273.

KINGDON J. 1989 - East African Mammals: An Atlas of Evolution in Africa. 3Part D: Bovids, University of Chicago Press.

KISLEV M.E., NADEL D., CARMI I. 1992 - Epipalaeolithic (19,000 BP) cereal and fruit diet at Ohalo II, Sea of Galilee. Review of palaeobotany and palynology, 73, 1-4, p. 161-166.

KLEIN R.G. 1981 - Ungulate mortality and sedimentary facies in the late Tertiary Varswater Formation, Langebaanweg, South Western Cape Province, South Africa. Ann. S. Afr. Mus. 81, p. 233-254.

KLEIN R.G. 1982 - Age (mortality) profiles as a means of distinguishing hunted species from scavenged ones in Stone Age archeological sites. Paleobiology, 8, 2, p. 151-158.

KURTEN B. 1983 - Variation and dynamics of a fossil antelope population. Paleobiology, 9, 1, p. 62-69.  

LEGENDRE S. 1989 - Les communautés de mammifères du Paléogène (Eocène supérieur et Oligocène) d’Europe occidentale : structures, milieux et évolution. Munch Geowiss Abh (Reihe A) 16, p. 1-110.

LEGRAND A. 2003 - Concordance des formes et des fonctions : Étude techno-fonctionnelle des poinçons en os de Khirokitia (Néolithique pré-céramique, Chypre). Préhistoires Méditerranéennes, 12, p. 189-196.

LINSTADTËR J. 2008 - The Epipalaeolithic-Neolithic-Transition in the Mediterranean region of Northwest Africa. Quartär, 55, p. 41- 62.

LUBELL D. 2001 - Late Pleistocene-Early Holocene Maghreb, In: PEREGRINE P.N., EMBER M. (Éds), Encyclopaedia of Prehistory, Vol. 1: Africa, Kluwer Academic/Plenum Publishers, p. 129-149.

LUBELL D., SHEPPARD P., JACKES M. 1984 - Continuity in the Epipaleolithic of Northern Africa with emphasis on the Maghreb. Advances in world archaeology, 3, p. 143-191.

LYMAN R. 1994 Vertebrate TaphonomyCambridge Manuals in Archaeology. Cambridge University Press, 500 p.

MARIOTTI V., BONFIGHIOLI B., FACCHINI F., CONDEMI S., BELCASTRO M.G. 2009 - Funerary practices of the Iberomaurusian population of Taforalt (Tafoughalt; Morocco, 11-12,000 BP): new hypotheses based on a grave by grave skeletal inventory and evidence of deliberate human modification of the remains. Journal of Human Evolution, 56, p. 340-354.

MARQUER L., OTTO T., AROUS E. B., STOETZEL E., CAMPMAS É., ZAZZO A., NESPOULET R. 2022 - The first use of olives in Africa around 100,000 years ago. Nature Plants, 8, 3, p. 204-208.

MEDAIL F., QUEZEL P., BESNAR D. 2001 - Guillaume, et al. Systematics, ecology and phylogeographic significance of Olea europaea L. ssp. maroccana (Greuter & Burdet) P. Vargas et al., a relictual olive tree in south-west Morocco. Botanical Journal of the Linnean Society. 137, 3, p. 249-266.

MERZOUG S. 2005 - Comportements de subsistance des Ibéromaurusiens d’après l’analyse archéozoologique des mammifères des sites de Tamar Hat, Taza 1 et Columnata (Algérie). Thèse de Doctorat en Archéozoologie : Muséum National d’Histoire Naturelle de Paris, 414 p.

MERZOUG S. 2008 - Étude archéozoologique des mammifères ibéromaurusiens de la collection Cadenat du site de Columnata (Tiaret, Algérie). Actes RQM4, Oujda, p. 255-264.

MOREL J. 1974 - La station éponyme de l’Oued Djebanna à Bir-el-Ater (Est algérien). L’Anthropologie, 78, 1, p. 53-80.

MOREL J. 1978 - Les sources d’alimentation des Epipaléolithiques de Tamar Hat et le problème des origines de la domestication en Afrique du Nord. Bulletin du Musée d’Anthropologie et de Préhistoire de Monaco, 22, p. 74-78.

MULAZZANI S., SIDÉRA I. 2012 - Technological and typological study of the Upper Capsian bone assemblage from SHM-1, Tunisia. Journal of African Archaeology, 10, 1, p. 45-57.

NOWAK R. 1999 - Walker’s Mammals on the World. Baltimore: John Hopkins Press.

OUCHAOU B., BOUGARIANE B. 2015 - Les extinctions totales et régionales des grands mammifères durant le Quaternaire terminal au Maroc. Travaux de l’Institut Scientifique, 8, p. 5-20.

PAYNE S. 1973 - Kill of patterns in sheep and goast: The Mandibules from Asvan Kale. Anatolian Studies 23, p. 281-303

PERRIN T., DACHY T., GUÉRET C., LUBELL D., CHAÏD-SAOUDI Y., GREEN W. 2020 - Pressure knapping and the timing of innovation: new chrono-cultural data on prehistoric groups of the early Holocene in the Maghreb, northwest Africa. Radiocarbon, p. 1-51.

PETERS J., VAN NEER W., PLUG I. 1997 - Comparative postcranial osteology of hartebeest (Alcelaphus buselaphus), scimitar oryx (Oryx dammah) and addax (Addax naso-maculatus), with notes on the osteometry of gemsbok (Oryx gazella) and Arabian oryx (Oryx leucoryx). Annalen Zoologische Wetenschappen, 280, p. 1-83.

PETRULLO G. 2016 - The bone industry in the Capsian and Neolithic contexts of Eastern Maghreb: A technological and functional approach. Quaternary International, 410, p. 61-76.

PICCIONE P.A. 2007 - The Egyptian game of Senet and the migration of the soul. Ancient Board Games in Perspective, p. 54-63.

POMEL A. 1895 - Les antilopes pallas. P. Fontana & Company. Alger. Paleontologie, Monographies 56 p.

QUÉZEL P.  2000 - Réflexions sur l’évolution de la flore et de la végétation au Maghreb méditerranéen. Paris, Ibis Press, 117 p.

RAHMANI N. 2004 - Nouvelle interprétation de la chronologie capsienne (Épipaléolithique du Maghreb). Bulletin de la Société préhistorique française, 101, 2, p. 345-360.

REIMER P. J., AUSTIN WEN, BARD E. et al. 2020 - The IntCal20 Northern Hemisphere radiocarbon age calibration curve (0–55 cal kBP). Radiocarbon, 62, 4, p. 725-757.

SEBBANE M. 2001 - Board games from Canaan in the early and intermediate bronze ages and the origin of the Egyptian Senet game. Tel Aviv, 28, 2, p. 213-230.

SHIPMAN P., FOSTER G., SCHOENINGER M. 1984 - Burnt bones and teeth: an experimental study of color, morphology, crystal structure and shrinkage. Journal of Archaeological Science, 11, 4, p. 307-325.

SIDÉRA I. 2005 - Technical data, typological data: a confrontation.  In: From Hooves to horns, from mollusc to mammoth. Manufacture and use of bone artifacts from Prehistoric Times to the Present. Proceedings of the 4th Meeting of the (ICAZ) Worked Bone Research Group. Eesti Teaduste Akadeemia, p. 81-90.

SIDÉRA I., LEGRAND A. 2006 - Tracéologie fonctionnelle des matières osseuses : une méthode. Bulletin de la Société préhistorique française, 2006, p. 291-304.

SPINAGE C. A. 1973 - A review of the age determination of mammals by means of teeth, with especial reference to Africa. African Journal of Ecology, 11, 2, p. 165-187.

TAMRAT M., ATICKEM A., TSEGAYE D., NGUYEN N., BEKELE A., EVANGELISTA P., STENSETH N. C. 2020 - Human-wildlife conflict and coexistence: a case study from Senkele Swayne’s Hartebeest Sanctuary in Ethiopia. Wildlife Biology, 3.

TERRAL J. F. 1997 - Débuts de la domestication de l’olivier (Olea europaea L.) en Méditerranée nord-occidentale, mise en évidence par l’analyse morphométrique appliquée à du matériel anthracologique. Comptes rendus de l’Académie des sciences. Série 2. Sciences de la terre et des planètes, 1997, 324, 5, p. 417-425.

THINON M., BALLOUCHE A., REILLE M. 1996 - Holocene vegetation of the Central Saharan Mountains: the end of a myth. The Holocene, 6, 4, p. 457-462.

THOMAS H. 1979 - La faune quaternaire d’Algérie. Archeologia, 134, p. 61-71.

TIXIER J. 1963 - Typologie de l’Épipaléolithique du Maghreb. Paris - Mémoires du CRAPE, 2.

VAN NEER W., LINSEELE V., FRIEDMAN R.F.  2004 - Animal Burials and Food Offerings At. In: Egypt at Its Origins: Studies in Memory of Barbara Adams: Proceedings of the International Conference Origin of the State, Predynastic and Early Dynastic Egypt,» Krakow, 28 August-1st September 2002. Peeters Publishers, p. 67.

VAUFREY R. 1955 - Préhistoire de l’Afrique. Tome 1. Le Maghreb. Paris : Masson, p. 257-287.

VERCOUTÈRE C., PATOU MATHIS M., GIACOBINI G. et al. 2014 - Rôle des agents biologiques non humains dans l’origine et l’histoire des assemblages osseux de grands mammifères issus de sites archéologiques pléistocènes : pseudo-objets. In: C. DENYS, M. PATOU-MATHIS (dir.), Manuel de taphonomie. Errance, p. 263-270.

VILLA P., MAHIEU E. 1991 - Breakage patterns of human long bones. Journal of Human Evolution, 21, p. 27-48.

VRBA E S. 1979 - Phylogenetic analysis and classification of fossil and recent Alcelaphini Mammalia: Bovidae. Biological Journal of the Linnean Society, 11 (3), p. 207-228.

WALKER EP. 1997 - Alcelaphus buselaphus. ADW Anima diversity Web

ZAPATA L., LÓPEZ-SÁEZ J. A., RUIZ-ALONSO M., LINSTÄDTER J., PÉREZ JORDÀ G., MORALES J., KEHL M., PEÑA-CHOCARRO L. 2013 - Holocene environmental change and human impact in NE Morocco: Palaeobotanical evidence from Ifri Oudadane. The Holocene, 23, 9, p. 1286-1296.

Top of page

List of illustrations

Title Tableau 1. Liste taxonomique établie par F. Doumergues (Cadenat, 1948-1957) (x = présent, 0 = absent). Faunal list established by F. Doumergues (Cadenat, 1948-1957) (x = present, 0 =absent).
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8553/img-1.png
File image/png, 109k
Title Tableau 2. Ongulés déterminés sur les collections P. Cadenat (Chaïd-Saoudi 1984, 1987) NRDi : Nombre de restes déterminés par espèce. Ungulates identified from the P. Cadenat collections (Chaïd-Saoudi 1984, 1987) NRDi: Number of identified specimen.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8553/img-2.png
File image/png, 37k
Title Tableau 3. Liste taxonomique du niveau ibéromaurusien (missions 2016 à 2019). Faunal list for the iberomaurusian layer (excavations from 2016 to 2019).
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8553/img-3.png
File image/png, 54k
Title Figure 1. Faune de Columnata : (a) Distribution anatomique  de l’ensemble des ossements conservés; (b) Distribution chez les bovidés (NRDi et % NRDi). Fauna from Columnata: (a) Osteological distribution of the whole set of bones; (b) Osteological distribution for the bovids (NISP et % NISP).
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8553/img-4.png
File image/png, 154k
Title Figure 2. Les vertébrés représentés dans le site et leurs indices de diversité. Represented taxa and their diversity indices.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8553/img-5.jpg
File image/jpeg, 164k
Title Figure 3. Cénogramme  écologique (d’après la méthode de Legendre 1989). Ecological cenogram (from Legendre method 1989).
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8553/img-6.jpg
File image/jpeg, 36k
Title Figure 4. Les traces taphonomiques et archéozoologiques observées sur les surfaces osseuses (% NR). Taphonomic and zooarchaeological marks observed on bone surfaces (% NR).
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8553/img-7.png
File image/png, 23k
Title Figure 5. Stries de boucherie sur un astragale d’Alcelaphus buselaphus, face antéro-proximale. Butchery marks on Alcelaphus buselaphus astragalus (view of the proximo-anterior side).
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8553/img-8.jpg
File image/jpeg, 308k
Title Figure 6. Distribution anatomique des ossements d’Alcelaphus buselaphus. Anatomical bone distribution of Alcelaphus buselaphus.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8553/img-9.jpg
File image/jpeg, 156k
Title Figure 7. Dimensions comparées des longueurs de m1 et m2 inférieures d’Alcelaphus buselaphus. (Données Guenfouda (Néolithique) et El Harhoura 1 (niveau Paléolithique supérieur) d’après Aouraghe 2010). Comparative lower m1 and m2 lengths of Alcelaphus buselaphus. (Data from Guenfouda (Neolithic) and El Harhoura 1 (upper Paleolithic layer) according to Aouraghe 2010).
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8553/img-10.jpg
File image/jpeg, 32k
Title Figure 8. Diagramme (boîte à moustache) des astragales d’Alcelaphus buselaphus préhistoriques et actuels ; A, Columnata ; B, Actuel (recent data from Peters 1997) Mean and Whisker plot of Alcelaphus buselaphus talus; A: Columnata; B: living species (measurements according to Peters 1997).
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8553/img-11.jpg
File image/jpeg, 28k
Title Figure 9. Courbe de mortalité de Bos primigenius basée sur l’usure des dents (% NRDi). Alcelaphus buselaphus mortality curve based on wear teeth stages (% NISP).
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8553/img-12.jpg
File image/jpeg, 32k
Title Figure 10. Distribution des ossements du squelette de Bos primigenius basée sur l’usure des dents. Bos primigenius skeleton bone distribution.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8553/img-13.png
File image/png, 38k
Title Figure 11. Courbe de mortalité de Bos primigenius basée sur l’usure des dents (% NRDi). Bos primigenius mortality curve based on wear teeth stages (% NISP) .
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8553/img-14.jpg
File image/jpeg, 48k
Title Figure 12. Stries de boucherie sur astragale de Bos primigenius. Butchery marks on Bos primigenius astragalus bone.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8553/img-15.jpg
File image/jpeg, 180k
Title Figure 13. Sépulture de H1. (a) Dépôt funéraire de chevilles osseuses autour de la sépulture H1. (b) position de chevilles osseuses de Bos primigenius autour du squelette (c) fragments basal et apical. The burial of H1 (a) Burial deposit of Bos primigenius horn cores around the burial. (b) Horns position (c) Basal and apical fragments.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8553/img-16.jpg
File image/jpeg, 360k
Title Figure 14. Fragmentation des os longs de bovidés, face proximale, antéro-latérale ou antéro-médiale. 1 : radius de B. primigenius ; 2, 3 : métatarse de B. primigenius ; 4 : radius de Bos sp. ; 5, 11, 13, 17 : métatarse d’A. buselaphus et d’antilope de même taille ; 6, 7, 8, 10, 12, 14, 15, 17, 18, 19 : métacarpe d’A. buselaphus et d’antilope de même taille ; 20 : métacarpe de petit bovidé (Ammotragus ?). Fragmentation of bovid long bones, proximal, antero-lateral or antero-medial sides. 1: radius of Bos primigenius; 2, 3: metatarsus of Bos primigenius; 4: radius of Bos sp; 5, 11, 13, 17: metatarsus of Alcelaphus buselaphus and of antelope of the same size; 6, 7, 8, 10, 12, 14, 15, 17, 18, 19: metacarpus of Alcelaphus buselaphus and of antelope of the same size; 20: metacarpus of a small bovine (Ammotragus?)
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8553/img-17.jpg
File image/jpeg, 704k
Title Figure 15. Métacarpes à cassures naturelles. À gauche, métacarpe d’Alcelaphus buselaphus. Metacarpals with natural fractures. On the left, metacarpal from Alcelaphus buselaphus.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8553/img-18.jpg
File image/jpeg, 56k
Title Figure 16. Débitage à lamelles sur métapodes de bovidé. Flake removal on bovid metapodials.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8553/img-19.jpg
File image/jpeg, 56k
Title Tableau 4. Répartition typo-fonctionnelle des groupes d’outils en os. Typo-functional distribution of bone tool groups.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8553/img-20.png
File image/png, 196k
Title Figure 17. Illustration actuelle du jeu du Sig observée à El Bayadh (2019). (a) Scène réelle avec la trame du jeu ; (b et b’) objets plats à bords arrondis utilisés dans le jeu. Real scene of the Sig game observed in El Bayadh (2019). (a) The game frame (b et b’) Flat objects with rounded edges used for gaming.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8553/img-21.jpg
File image/jpeg, 380k
Title Figure 18. Types d’outils utilisés dans le jeu du « Sig » dans la région du Hoggar. Types of tools used in the Sig game from the Hoggar area.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8553/img-22.jpg
File image/jpeg, 24k
Title Figure 19. Gravure de la station rupestre néolithique de l’Aïn Naga (Djelfa) interprétée comme la représentation du damier  du « Sig » par les pasteurs-éleveurs de la région (Photo A. Guermat). Engraving rock of the Aïn Naga Neolithic station (Djelfa) interpreted as the representation of the “Sig grid” by the pastoralists of the region (A. Guermat photo).
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8553/img-23.jpg
File image/jpeg, 460k
Title Figure 20. Microscopie des charbons de bois d’Olea europaea. (a) plan tranversal x100 ; (b) plan tangentiel x 200 et x 400; (c) plan radial x100. Microscopy of Olea europaea charcoal. (a) transverse plane x100; (b) tangential plane x 200 and x 400; (c) radial plane x100.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8553/img-24.jpg
File image/jpeg, 239k
Top of page

References

Bibliographical reference

Yasmina Chaïd Saoudi, Badredine Sitouah, Fatiha Abdoun, Isabelle Sidéra, Kahina Roumane and Saïda Kasri, “L’Alcéphale, l’Olivier, le culte du Bœuf et le divertissement chez les populations de l’Holocène inférieur de Columnata (Algérie Nord-Occidentale). Résultats et hypothèses tirés des données récentes”PALEO, Hors-série | 2023, 244-264.

Electronic reference

Yasmina Chaïd Saoudi, Badredine Sitouah, Fatiha Abdoun, Isabelle Sidéra, Kahina Roumane and Saïda Kasri, “L’Alcéphale, l’Olivier, le culte du Bœuf et le divertissement chez les populations de l’Holocène inférieur de Columnata (Algérie Nord-Occidentale). Résultats et hypothèses tirés des données récentes”PALEO [Online], Hors-série | Décembre 2022, Online since 15 November 2023, connection on 22 February 2024. URL: http://journals.openedition.org/paleo/8553; DOI: https://doi.org/10.4000/paleo.8553

Top of page

About the authors

Yasmina Chaïd Saoudi

Institut d’Archéologie, Université d’Alger 2. Laboratoire LGBSO, Université des Sciences et de la Technologie, Alger - yasmina.chaid[at]univ-alger2.dz

Badredine Sitouah

Institut d’Archéologie, Université d’Alger2

Fatiha Abdoun

Université des Sciences et de la Technologie, Laboratoire d’Ecologie Végétale, Alger.

Isabelle Sidéra

Laboratoire Ausonius, Bordeaux

Kahina Roumane

Institut d’Archéologie, Université d’Alger2

Saïda Kasri

Institut d’Archéologie, Université d’Alger2

Top of page

Copyright

CC-BY-NC-ND-4.0

The text only may be used under licence CC BY-NC-ND 4.0. All other elements (illustrations, imported files) are “All rights reserved”, unless otherwise stated.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search