Skip to navigation – Site map

HomeIssuesHors-sérieThème 2 : Données récentes sur la...Particularismes régionaux et adap...

Thème 2 : Données récentes sur la Préhistoire d’Afrique du Nord – Occupations humaines, paléoenvironnements et relations avec le reste du continent

Particularismes régionaux et adaptations territoriales au cours de l’Ibéromaurusien. Apport des productions lithiques de Tamar Hat, Rassel et Columnata (Algérie)

Regional peculiarities and territorial adaptations during the Iberomaurusian. Contribution of lithic productions from Tamar Hat, Rassel and Columnata (Algeria)
Latifa Sari
p. 266-291

Abstracts

This paper is written from the perspective of an updated overview on the different conceptions of the chaîne opératoire, in relation to paleoenvironment and natural resources exploitation in the Iberomaurusian lithic assemblages of Tamar Hat, Rassel and Columnata in Algeria. The aim is to discuss from a diachronic perspective the involvement of regional particuliarities and human adaptations in the variability of these lithic assemblages. The results of the techno-typological analysis made it possible to recognize four techno-economic entities concomitant with the major climatic events of the end of the Pleniglacial and the Late Glacial. The two first techno-economic entities (Lower and Upper Phases of Tamar Hat) are mainly characterized by a conception of an integrated chaîne opératoire dedicated to the production of microliths mostly non-geometric which predominate the toolkit during the Heinrich Event 2 (H2) and the Last Glacial Maximum (LGM). However, a simplification of the chaîne opératoire and a diversification of the microliths are observed towards the end of the LGM. The persistence of this integrated chaîne opératoire is attested at the lower level of Rassel with the maintenance of the same lithic production objectives, which could be explained by the resurgence of the same technical requirements for hafting due to the exploitation of similar resources existing in such coastal environments. Nonetheless, the technical investment though an elaborated debitage and the development of microliths shaped using microburin technique reinforces the impression of the strong standardization of the lithic armatures beginning from H1. In contrast, the techno-economic entity of Columnata testifies during the Younger Dryas to a break with the previous technical traditions through the production of differentiated blanks from autonomous chaînes opératoires and the existence of informal tools mainly on flake blanks. This break coincides with transformations in subsistence and settlement patterns along with the emergence of new forms of sociality across the Maghreb. The inter-site comparison shows the existence of regional peculiarities which do not seem to systematically maintain a causal relationship with climate change and which will lead to a cultural segmentation and a regionalization of armatures at the beginning of the Holocene.

Top of page

Full text

Cet article est publié dans le cadre des actes du colloque « Sociétés humaines et environnements dans la zone circumméditerranéenne du Pléistocène au début de l’Holocène » organisé à l’Université Toulouse - Jean Jaurès les 8 et 9 mars 2021, en hommage à notre regrettée collègue et amie Émilie Campmas. Je tiens à remercier les organisateurs du colloque pour m’avoir invitée à y participer. Mes sincères remerciements vont également aux évaluateurs pour leurs précieux retours qui ont permis d’améliorer la première version de cet article.

Introduction

1Le Dernier Maximum Glaciaire (DMG) correspondant au stade isotopique 2 est contemporain d’un phénomène de microlithisation des outils lithiques qui a affecté certains techno-complexes du Later Stone Age (LSA) d’Afrique du Nord. Ces techno-complexes microlithiques, connus sous le nom d’Ibéromaurusien au Maghreb méditerranéen (Pallary 1909), d’Oranien Oriental en Cyrénaïque (McBurney 1967) et d’Industries à lamelles du Sud tunisien en Tunisie (Gragueb 1983), se sont développés entre 23 000 et 12 000 cal BP (Barichet al. 2006 ; Barton et al. 2013, 2019). Cependant, la plus ancienne occurrence des industries microlithiques ibéromaurusiennes a été enregistrée à l’abri sous roche de Tamar Hat en Algérie nord-orientale (fig. 1) vers 25 000 cal BP (Hogue, Barton 2016 ; Saxon et al. 1974). Cette première apparition coïncide avec l’émergence des haplogroupes U6a et M1, vers ~ 24 000 BP (Secher et al. 2014 ; Van de Loosdrecht et al. 2018), allant dans le sens d’une origine locale des populations ibéromaurusiennes et d’une continuité génétique au Maghreb (Kéfi et al. 2005). La longue histoire de l’Ibéromaurusien au Maghreb trouve écho dans de nombreux autres techno-complexes microlaminaires, tels que l’Épigravettien et l’Azilien de la rive Nord de la Méditerranée (Bracco, Montoya 2005), le Paléolithique récent de l’Egypte (Leplongeon 2017), et l’Epipaléolithique ancien du Levant (Belfer-Cohen, Goring-Morris 2002). Ce phénomène global de microlithisation semble être associé à une évolution vers des technologies et stratégies de chasse complexes (Kuhn, Elston 2002), probablement en réponse au changement climatique durant le DMG. Pour leur subsistance, les populations ibéromaurusiennes semblent avoir privilégié le traitement thermique des plantes sauvages riches en glucides et en graisses (Morales 2018) et avoir exploité une diversité de ressources animales (Campmas et al. 2016 ; Merzoug 2005, 2017 ; Turner 2019). Plus intéressant encore, les Ibéromaurusiens ont également exprimé des pratiques funéraires complexes profondément ritualisées et manifesté des comportements symboliques (Aoudia-Chouarki 2013 ; Hachi 2006 ; Hachi et al. 2002 ; Hadjouis 2002 ; Humphrey 2019 ; Humphrey, Bocaege 2008 ; Mariotti et al. 2009).

Figure 1. Localisation des principaux sites ibéromaurusiens cités dans le texte.
Location of main Iberomaurusian sites cited in the text.

Figure 1. Localisation des principaux sites ibéromaurusiens cités dans le texte. Location of main Iberomaurusian sites cited in the text.

2L’outillage lithique de l’Ibéromaurusien est essentiellement composé de lamelles à bord abattu, éléments microlithiques dominant les outils du fond commun dans lesquels les grattoirs sont bien représentés. Nous précisons ici que les « microlithes » en contexte nord-africain correspondent à une catégorie formelle d’outils représentée par des petites formes géométriques (celles réalisées par la technique du microburin) et des formes non géométriques qui sont de petites lamelles à bord abattu ou retouchées avec leurs talons conservés (Tixier 1963). Au cours des années 70, la structuration de l’Ibéromaurusien reposait sur les données d’une approche typologique des industries lithiques et osseuses, en étroite relation avec la constitution des collections croisées aux datations absolues (Camps 1974). Aumassip (1979) et Brahimi (1970) ont interprété la variabilité vs similarité des productions lithiques ibéromaurusiennes en termes de faciès régionaux divergeant localement à partir d’un substrat commun. En revanche, Close (1977, 1978, 1981) a suggéré que les similitudes observées dans les assemblages ibéromaurusiens sont déterminées par le style et la fonction. Cependant, ces différentes conceptions ont été appliquées à des contextes géographiques différents et éloignés en se basant sur des critères typologiques et morphométriques, donnant ainsi une image homogène aux différentes entités techno-économiques des industries ibéromaurusiennes à l’échelle nord-africaine.

3D’énormes progrès ont été apportés par la suite dans l’application systématique des méthodes multidisciplinaires aux questions d’origine et de diffusion des industries microlithiques de l’Ibéromaurusien dans de nombreuses régions d’Afrique du Nord (Barich et al. 2003, Garcea 2008 ; Barton et al. 2013 ; Hachi 1987, 1996, 1997 ; Linstädter et al. 2012 ; Lubell 1984). En se basant sur des critères techno-typologiques strictement corrélés avec des unités chronostratigraphiques spécifiques, plusieurs auteurs (Barton et al. 2013, 2019 ; Bouzouggar et al. 2008 ; Hachi et al. 2002 ; Linstädter et al. 2012) s’accordent aujourd’hui à subdiviser l’Ibéromaurusien en deux grandes périodes, ancienne et récente, dont la transition se serait produite vers 15 000 cal BP, durant l’Interstade Bölling-Alleröd, coïncidant avec la première amélioration climatique du Tardiglaciaire. L’augmentation des occupations de l’Ibéromaurusien ancien semble avoir eu lieu durant la phase aride et fraîche du DMG, alors que l’Ibéromaurusien récent semble être contemporain de conditions climatiques plus humides et se caractérise par des dépôts de sédiments cendreux et des couches contenant de grandes quantités de coquilles brûlées de mollusques terrestres et/ou marins et d’autres restes de faunes consommées, témoignant de l’existence d’occupations durables et plus denses que lors de la période ancienne. Toutefois, une récente analyse anthracologique provenant du site d’Ifri el Baroud dans le Rif oriental marocain (Carrión Marco et al. 2018) affirme que la composition du paysage végétal ligneux est restée constante tout au long du DMG et du Tardiglaciaire, ce qui signifierait que les changements climatiques ont été modérés et n’ont pas eu d’impacts très importants sur la végétation ligneuse de la région.

4Les études d’assemblages lithiques basées sur la technologie lithique incluant la notion capitale de « chaîne opératoire » (Tixier et al. 1980) ont permis une meilleure compréhension des choix effectués par les tailleurs ibéromaurusiens tout au long de l’exploitation des matières premières, de la production des supports et de leur transformation en produits finis. Hogue (Hogue et al. 2019) a tenté une subdivision de l’Ibéromaurusien de Taforalt au Maroc oriental (23 000 - 12 600 cal BP) en se basant sur une approche statistique focalisée sur la variabilité des assemblages microlithiques et a identifié quatre phases : ancienne, transitionnelle/mixte, moyenne et supérieure, les deux dernières étant corrélées chronostratigraphiquement à l’Ibéromaurusien récent avec une transition située autour de 15 000 cal BP (Hogue et al. 2019). En revanche, Potì (Potì 2017 ; Potì et al. 2020) a distingué seulement deux phases au sein des quatre occupations ibéromaurusiennes de la grotte d’Ifri el Baroud (20 000 - 11 000 cal BP) au Maroc oriental : ancienne (Ibéromaurusien Initial de l’Unité D et Ibéromaurusien ancien de l’Unité C) et récente (Ibéromaurusien récent des Unités B1 et B2) avec une transition située autour de 15 000 - 16 000 cal BP (Potì et al. 2019, p. 104).

5Nos résultats basés sur une approche techno-typologique en lien avec des changements climatiques et de subsistance des sites de Tamar Hat (collection Saxon), Rassel (collection Brahimi) et Columnata (collection Brahimi) en Algérie ont permis de mettre l’accent sur l’existence de différentes entités techno-économiques au sein de deux entités biogéographiques régionales : montagnes et plaines littorales (Tamar Hat – Rassel) vs terres intérieures des hautes plaines (Columnata). Cet article est rédigé dans la perspective d’une synthèse actualisée sur les différentes conceptions de chaîne opératoire et les mécanismes de leur cohabitation dans les trois assemblages lithiques ibéromaurusiens en relation avec le paléoenvironnement et l’exploitation des ressources naturelles. Le but est de distinguer les changements vs survivances dans les différentes entités techno-économiques au niveau intra- et inter-sites. Une comparaison diachronique actualisée est également proposée, incluant d’autres gisements ibéromaurusiens bien datés et documentés d’Algérie (fig. 2, tabl. 1) et du Maroc, afin de discuter de la part des particularismes régionaux et des adaptations paléoenvironnementales dans la variabilité des industries ibéromaurusiennes.

Figure 2. Datations calibrées au radiocarbone 14C des sites ibéromaurusiens d’Algérie corrélées aux variations de la composition en d18O dans la carotte de glace groenlandaise (GISP2). Les datations sont calibrées à l’aide du logiciel Calib 8.1.0 avec 2 sigma (Stuiver, Riemer 1986-2020).
Conventional 14C radiocarbon determinations for Iberomaurusian sites of Algeria correlated to variations in d18O composition of ice in the Greenland Ice Sheet Project record (GISP2). The cal BP determinations are corrected using Calib 8.1.0 at 2 sigma (Stuiver, Riemer 1986-2020).

Figure 2. Datations calibrées au radiocarbone 14C des sites ibéromaurusiens d’Algérie corrélées aux variations de la composition en d18O dans la carotte de glace groenlandaise (GISP2). Les datations sont calibrées à l’aide du logiciel Calib 8.1.0 avec 2 sigma (Stuiver, Riemer 1986-2020). Conventional 14C radiocarbon determinations for Iberomaurusian sites of Algeria correlated to variations in d18O composition of ice in the Greenland Ice Sheet Project record (GISP2). The cal BP determinations are corrected using Calib 8.1.0 at 2 sigma (Stuiver, Riemer 1986-2020).

Tableau 1. Datations calibrées au radiocarbone 14C et en AMS des sites ibéromaurusiens d'Algérie. Les datations sont calibrées à l'aide du logiciel Calib 8.1.0 avec 2 sigma (Stuiver, Riemer 1986-2020).
Conventional 14C and AMS radiocarbon dates for Iberomaurusian sites of Algeria. The cal BP determinations are corrected using Calib 8.1.0 at 2 sigma (Stuiver, Riemer 1986-2020).

Tableau 1. Datations calibrées au radiocarbone 14C et en AMS des sites ibéromaurusiens d'Algérie. Les datations sont calibrées à l'aide du logiciel Calib 8.1.0 avec 2 sigma (Stuiver, Riemer 1986-2020).Conventional 14C and AMS radiocarbon dates for Iberomaurusian sites of Algeria. The cal BP determinations are corrected using Calib 8.1.0 at 2 sigma (Stuiver, Riemer 1986-2020).

1 | Entités techno-économiques : changements vs survivances

1.1 | Abri sous roche de Tamar Hat

1.1.1 | Site et contexte archéologique

6Tamar Hat est un abri sous roche se trouvant dans la commune côtière de Melbou à 35 km au sud-est de Béjaïa au nord-est algérien. Il fait 6 m de large sur 8 m de profondeur et s’ouvre vers le Nord sur la mer Méditerrannée à une altitude de 20 m au sein d’un paysage mixte de montagnes et plaines côtières. Ce site correspond à un camp de base résidentiel saisonnier fréquenté durant l’hiver de manière répétée (Merzoug 2005 ; Saxon 1975 ; Saxon et al. 1974) et dans lequel diverses tâches à vocation domestique et cynégétique ont été effectuées (Merzoug 2005 ; Sari 2012). Les occupants du site ont pratiqué une chasse sélective orientée vers le mouflon à manchette dont l’abattage s’effectuait en hiver (Merzoug 2005 ; Merzoug, Sari 2008).

7L’abri de Tamar Hat a fait l’objet de nombreuses fouilles et a livré un matériel entièrement attribué à l’Ibéromaurusien,  alors qu’aucun techno-complexe du Middle Stone Age (MSA) n’a été signalé dans ce site (Arambourg et al. 1934 ; Balout 1955 ; Brahimi 1969 ; Saxon et al. 1974). Les fouilles conduites par Saxon (Saxon et al. 1974) ont mis au jour une séquence de 92 couches (incluant 31 foyers) sans rupture stratigraphique, regroupées en six unités stratigraphiques appelées « zones » et entièrement attribuées à l’Ibéromaurusien. Cet auteur a exclu le dépôt sommital (couches 1 à 4), considéré comme perturbé par les travaux antérieurs (Saxon et al. 1974, p. 53), et a obtenu pour les dépôts sous-jacents cinq datations au 14C s’échelonnant entre 23 759    - 25 885 cal BP et 18 732 - 20 337 cal BP. Notons que la couche 50 (MC-820) est un sol perturbé (Saxon et al. 1974, p. 55). Plus tard, huit autres dates en AMS allant de 25 254 - 25 842 cal BP à 19 604 - 20 140 cal BP ont été obtenues sur des échantillons osseux du secteur Saxon (Hogue, Barton 2016). Ces nouvelles dates ont repoussé dans le temps la première occupation ibéromaurusienne dans ce site et l’ont fait coïncider avec l’évènement climatique de Heinrich 2 (H2) (25 000 - 23 500 BP) (Combourieu Nebout et al. 2009).

8Deux phases majeures ont été définies par Saxon (Saxon et al. 1974), une phase inférieure (US VI-V) et une phase supérieure (US IV-I), dont la limite se situe entre les couches 48 à 44 de l’US IV, et qui sont caractérisées par un changement dans la couleur des sédiments des dépôts : gris au sommet de la séquence, et rouges près de la base. Ce changement dans le type de dépôt est accompagné d’un développement de l’exploitation des hélicidés dominés par Helix aspersa à partir de l’US IV, puis des ressources marines constaté vers la fin de l’occupation dans l’US I. Close (1977, 1981) a rapporté que ces deux phases coïncident avec deux ensembles archéologiques, définis par une analyse statistique sur des armatures et des nucléus issus des six zones stratigraphiques par groupes numériques arbitrairement choisis. La principale différence réside dans la variation des taux des différents morphotypes d’armatures : les pointes à bord abattu et les lamelles à retouche marginale dite « Ouchtata » sont bien représentées dans l’ensemble inférieur, alors que les lamelles à bord abattu obtuses et les pointes à bord abattu partiel augmentent dans l’ensemble supérieur avec les nucléus à un plan de frappe. Cette auteure a conclu que ces deux ensembles pouvaient être attribués aux même groupes humains, ayant saisonnièrement fréquenté l’abri de manière récurrente. Les résultats de notre analyse techno-typologique de l’industrie lithique ont abouti à un découpage chronostratigraphique coïncidant également avec celui de Saxon (Sari 2012, 2014, 2020). Ces résultats ont permis de cerner et d’identifier les entités techno-économiques caractérisant la production lithique au sein de deux phases archéostratigraphiques successives : une Phase Inférieure (US VI : 25 254 - 25 842 cal BP, et US V : 22 692 - 23 210 cal BP) apparaissant au cours de l’évènement climatique H2, et une Phase Supérieure (US IV : 22 110 - 22 561 cal BP, et US I : 19 604 - 20 140 cal BP) occupant tout le DMG (tabl.1, fig. 2).

1.1.2 | Organisation de la production lithique et intentions du débitage

Phase Inférieure

9Au cours de la Phase Inférieure, les occupants du site ont exploité le silex de l’Éocène de bonne qualité sous forme de galets ne dépassant pas 10 cm de diamètre collectés au niveau de la terrasse alluviale de l’Oued Agrioun à 2 km du site. Des galets en silex du Lias de plus grandes dimensions (15 à 30 cm de plus grand diamètre) et de moindre qualité ont été également collectés dans de faibles proportions au niveau des conglomérats du cordon marin inférieur qui se trouve juste à l’extrémité du talus prolongeant en avant le remplissage du site. D’autres types de silex (calcédonieux et jaspoïde) de meilleure qualité, ainsi que du cristal de roche et du quartzite métamorphique ont été introduits au site sous forme de produits finis, témoignant de circulations sur une trentaine de kilomètres sur la bande côtière des Babors (Sari 2012, 2014, 2020). Le débitage s’est effectué sur la zone d’habitat, à l’exception de celui des silex allochtones. Des percuteurs tendres sous forme de galets biseautés en grès du Trias ont été collectés au niveau des terrasses de l’oued Bou Zazen à 3 km de l’abri (Sari 2012, 2015), alors que la diabase, roche volcanique utilisée dans le matériel de broyage, témoigne d’un plus long déplacement vers Cap Cavallo à 35 km à l’Est de l’abri. De manière générale, l’apport des matières premières lithiques exogènes était complémentaire et devait se faire à l’occasion de déplacements qui ne sont pas forcément spécifiques à leur collecte.

10Les tailleurs ont eu recours à diverses méthodes destinées à la production exclusive de supports microlaminaires, un fait corroboré par l’absence de nucléus dédiés à la production exclusive de lames ou d’éclats. Ces derniers ne sont pas destinés à des outils spécifiques. Une économie du débitage (Perlès 1991) est mise en place, impliquant une chaîne de production intégrée (c’est-à-dire « intégrant tous supports ») qui nécessite un choix orienté vers le silex de l’Éocène et la production de supports indifférenciés. Le débitage passe par l’obtention au percuteur dur d’éclats laminaires et de petites lames corticaux à semi-corticaux, sous-produits destinés à préparer le détachement de lamelles plus ou moins rectilignes au percuteur tendre minéral lors du plein débitage (Sari 2012 ; Sari citée dans Pelegrin, Inizan 2013), tout en effectuant une série de ravivages au niveau des nucléus par enlèvement de tablettes partielles.

11De grandes lamelles sont obtenues sur des nucléus coniques et prismatiques en silex selon un schéma opératoire organisé semi-tournant, rarement tournant. Le détachement des supports se fait sur une même surface à partir d’un plan de frappe entretenu par des enlèvements latéraux qui assurent la rectitude des lamelles situées dans la partie centrale de la surface débitée (fig. 3 a,b). Un autre procédé opératoire permet d’obtenir frontalement des lamelles plus ou moins rectilignes (fig. 3 c). Les nucléus présentent une surface débitée étant cintrée par une crête antéro-latérale et parfois postérieure. Le second plan de frappe semble le plus souvent avoir pour fonction de contrôler la convexité longitudinale, et dans d’autres cas, de poursuivre le débitage sur une nouvelle surface, suite à un accident de taille (fig. 3 d).

Figure 3. Méthodes de production de supports lamellaires reconnus sur les séries lithiques de Tamar Hat. a,b. débitage élaboré envahissant les flancs ; c. débitage frontal sur surface étroite ; d. débitage à partir de deux plans de frappe opposés et décalés ; e-f. débitage facial limité aux flancs ; g. débitage sur dièdre de galet ; i. débitage frontal sur nucléus-pièce buriniforme ; h-j. débitage sur nucléus-pièces carénées grattoiriformes.
Bladelet core reduction sequences represented in lithic assemblages of Tamar Hat. a,b. Elaborate facial core reduction extending to core flanks; c. Core reduction strategy on narrow core table; d. Debitage on two opposed offset striking platforms; e-f. Debitage on narrow core table with retained cortex; g. Debitage on dihedral core; i. Debitage on narrow core table of burin-like core; h-j. Debitage on carinated end scraper-like core.

Figure 3. Méthodes de production de supports lamellaires reconnus sur les séries lithiques de Tamar Hat. a,b. débitage élaboré envahissant les flancs ; c. débitage frontal sur surface étroite ; d. débitage à partir de deux plans de frappe opposés et décalés ; e-f. débitage facial limité aux flancs ; g. débitage sur dièdre de galet ; i. débitage frontal sur nucléus-pièce buriniforme ; h-j. débitage sur nucléus-pièces carénées grattoiriformes. Bladelet core reduction sequences represented in lithic assemblages of Tamar Hat. a,b. Elaborate facial core reduction extending to core flanks; c. Core reduction strategy on narrow core table; d. Debitage on two opposed offset striking platforms; e-f. Debitage on narrow core table with retained cortex; g. Debitage on dihedral core; i. Debitage on narrow core table of burin-like core; h-j. Debitage on carinated end scraper-like core.

12Les microlamelles (de 2 cm de long) sont détachées au percuteur tendre minéral à partir d’éclats épais en silex de l’Éocène et calcédonieux débités sur le site et issus de la production intégrée. Des éclats laminaires étroits sont exploités comme nucléus à lamelles, dans l’épaisseur du bord ou sur la face inférieure à partir d’un plan de frappe préférentiellement aménagé par une troncature normale, plus rarement une cassure (fig. 3 h,i). Le but était de produire des lamelles rectilignes et étroites directement à partir des dièdres exploités. Une autre production de lamelles est obtenue à partir de burins sur troncature, dont les chutes ont été transformées en armatures. Les microlamelles courbes, se distinguant des autres microlamelles à profil rectiligne obtenues sur des nucléus en fin d’exploitation, proviendraient des éclats de mise en forme de nucléus en silex noir de l’Éocène. Il s’agit de grattoirs-nucléus préparés sur des éclats courts et épais issus de la chaîne de débitage intégrée (fig. 3 j).

13Deux objectifs semblent avoir été recherchés, l’objectif principal étant la production de lamelles à bord abattu de petites dimensions, et celles plus robustes représentant un objectif plus secondaire (fig. 4). Les supports possèdent déjà, dès le débitage, la largeur recherchée, ce qui explique la hausse de la retouche semi-abrupte, ainsi que la retouche marginale de type « Ouchtata » durant la Phase Inférieure. Au sein des armatures, les microlamelles accompagnent une production plus nombreuse et plus investie de pointes de profil rectiligne à peu arqué à retouche marginale (Ouchtata) ou semi-abrupte, accompagnées de pointes géométriques tronquées, ou appointées caractérisant également la Phase Inférieure de ce site (fig. 5). Ces armatures se distinguent par l’aménagement d’une ou deux extrémités aigües (pointes ou bipointes) et la retouche du bord abattu recoupe le bord latéral opposé du support. La rareté des microburins ordinaires va avec la faible représentation des pointes de la Mouillah et piquant-trièdres, ce qui signifie que les quelques lamelles scalènes et pointes tronquées étaient obtenues par troncature. Quelques pointes à double bord abattu et pointes à bord abattu anguleux n’apparaissent qu’au cours de la Phase Inférieure. À partir de l’US V, la production des chutes par coup de burin s’amplifie, ce qui est en accord avec l’augmentation des burins sur troncature. La maintenance sur place des armatures est attestée par la présence de fractures en cône obliques dont résultent les microburins Krukowski (K).

Figure 4. Données métriques comparées des armatures à bord abattu entières.
Compared metrical data of complete backed microliths.

Figure 4. Données métriques comparées des armatures à bord abattu entières. Compared metrical data of complete backed microliths.

14La reconnaissance des fractures d’impact sur les différents fragments d’armatures abandonnés sur le site a permis de confirmer l’hypothèse de retour de chasse (Sari 2012, 2014, 2020). En outre, la présence de nodules d’ocre, ainsi que du matériel lithique ocré qui compte armatures, nucléus et matériel de broyage, n’écarte pas un besoin en partie lié à la préparation de la colle pour l’emmanchement. Les grandes lamelles dont le bord abattu porte une retouche abrupte à semi-abrupte sont souvent retrouvées fragmentées et portent parfois des traces d’impact. Quant aux microlamelles, elles sont souvent retrouvées entières, et généralement de morphologie irrégulière. Quelques-unes sont retouchées en microperçoirs et d’autres présentent une retouche marginale d’orientation inverse ou directe, bien qu’il ne soit pas exclu qu’une partie de la production ait été utilisée sans transformation.

Phase Supérieure

15Au cours de la Phase Supérieure, la taille du silex du Lias s’intensifie à partir de l’US IV, ce qui témoigne d’une exploitation plus dense des ressources minérales locales. La part des silex allochtones diminue drastiquement durant cette phase, reflétant ainsi une faible mobilité. Contrairement à la phase précédente, les éclats laminaires sont réservés à des outils spécifiques apparaissant pour la première fois tels que les grattoirs à front ogival, les grattoirs à épaulement et les becs, ces derniers étant liés à des activités spécialisées (Sari 2012, 2014, 2020 ; Sari, Kim 2017).

16Un autre changement se remarque cette fois dans les schémas d’obtention des lamelles qui diffèrent considérablement de la Phase Inférieure. Bien que passant par une chaîne opératoire visant à produire des supports indifférenciés, la production microlaminaire est moins élaborée au cours de la Phase Supérieure. La table laminaire est souvent cintrée par les convexités naturelles des blocs taillés, avec parfois préparation de crête à un versant, et le débitage est arrêté à une certaine longueur, après l’exploitation d’une ou de deux générations de lamelles larges et de moyenne longueur (fig. 3 e-f). Les grattoirs carénés et les burins-nucléus sur troncature sont absents et les rares burins dièdres ou d’angle sur cassure existants remplissent le rôle de véritables burins. Vers la fin de l’occupation ibéromaurusienne en US I, un nouveau schéma de débitage est accessoirement appliqué à des dièdres de galets de silex du Lias dans le but de produire, sans mise en forme, des lamelles de section triangulaire à sub-trapézoidale (fig. 3 g). Le coup est porté à l’un des axes du galet qui s’ouvre en trois quartiers. Chaque quartier a un dos cortical et deux surfaces dont l’intersection forme un dièdre.

17Le nombre des lamelles robustes, légèrement courbes, avec les bords rectilignes ou légèrement convexes, augmente sensiblement durant la Phase Supérieure (fig. 4). Ce changement dans les dimensions peut être mis en parallèle avec la diffusion à partir de l’US IV des nucléus de mise en forme sommaire en silex local qui produisent des lamelles plus longues. Au sein des armatures, on observe la survivance des pointes et lamelles à bord abattu rectiligne à peu arqué à retouche abrupte directe obtenue par percussion. Les pointes dont le bord abattu s’interrompt sur un cran proximal souvent latéralisé à droite et obtenu par enlèvement de microburin font partie de ces nouvelles formes de projectiles qui apparaissent au sein des armatures de la phase récente de l’Ibéromaurusien de Tamar Hat (principalement dans l’US I) vers la fin du DMG. La reconnaissance des fractures d’impact sur les fragments d’armature régulière abandonnés sur le site a permis de confirmer l’hypothèse de retour de chasse (Merzoug, Sari 2008 ; Sari 2012, 2014, 2020).

1.2 | Grotte Rassel

1.2.1 | Site et contexte archéologique

18La grotte Rassel est située à 6 km à l’ouest de la ville côtière de Tipasa et à 70 km à l’ouest d’Alger. Elle s’ouvre à 20 m d’altitude du côté de la mer sur le flanc Est du Mont Chenoua qui culmine à 905 m. Ce site a fait l’objet de nombreuses fouilles de sauvetage entre 1959 et 1968, et un riche matériel attribué à l’Ibéromaurusien y a été dégagé (Brahimi 1970 ; Camps et al. 1959). Brahimi a signalé l’existence d’un niveau supérieur remanié, sus-jacent à un niveau inférieur en place qui repose directement sur un poudingue formant le substratum. Ce niveau est constitué d’une couche cendreuse en place dans laquelle ont été trouvés des foyers, des restes fauniques et malacocologiques terrestres et marins, ainsi qu’une industrie lithique et osseuse. Une seule date 14C de 14 270 ± 600 cal BP (Alg-3) a été obtenue à partir d’une coquille d’escargot terrestre (Achatina sp.) collectée dans le niveau inférieur (Brahimi 1970). En raison de la grande marge d’erreur, la date calibrée (15 753 - 18 740 cal BP) est difficilement corrélable avec l’évènement climatique GS-2a coïncidant avec Heinrich 1 (H1) (17 000-16 000 cal BP) (Combourieu Nebout et al. 2009). En outre, cet âge pourrait avoir été surestimé en raison de l’effet du carbone, issu des roches carbonatées, fixé dans la coquille (Délibrias 1981).

19La grotte Rassel correspond à un camp de base résidentiel dont on ne possède aucune information sur la saisonnalité et au sein duquel ont été attestées plusieurs activités de débitage et de fabrication d’outillage lithique (Close 1977 ; Sari 2008, 2012) et osseux (Brahimi 1970). L’industrie lithique du niveau inférieur est caractérisée par la prédominance des lamelles à bord abattu, suivies des autres groupes minoritaires devancés par les grattoirs et pièces esquillées. Au niveau des armatures, les pointes à bord abattu partiel proximal imitant un cran prédominent, suivies des lamelles à retouche marginale de type Ouchtata, puis des pointes à bord abattu rectiligne à peu arqué. Les rares microlithes géométriques sont représentés par des segments. Brahimi (1970) et Close (1977) ont souligné l’usage récurrent de la technique du microburin pour la production des pointes à bord abattu partiel proximal. Notre réexamen de la même industrie lithique a permis de cerner les aspects techno-économiques liés à la production lithique et l’identification des conceptions de chaîne opératoire gérant la production des armatures (Sari 2012, 2014, 2020).

1.2.2 | Organisation de la production lithique et intentions du débitage

20Les préhistoriques ont collecté des roches siliceuses locales et semi-locales sous forme de galets de silex de petit calibre (diamètre variant entre 50 et 20 mm) au niveau des terrasses de l’Oued Nador à 3 km du site, ou en rognons de moyenne dimension au niveau des conglomérats d’âge Éocène-Oligocène. La présence des produits issus des premières phases d’exploitation des galets de silex témoigne d’une activité de taille effectuée sur place. Des indices de mobilité plus poussée, jusqu’à 10 km au sud de la grotte, sont attestés par la présence de la radiolarite du Crétacé inférieur ainsi que du silex jaune rosé du Jurassique supérieur, de meilleure qualité, introduits au site sous forme de blocs mis en forme.

21En dépit de la variété de la morphologie des blocs bruts, les matières premières lithiques ont toutes été exploitées selon la même conception qui vise à organiser la production de supports indifférenciés. Les nucléus sont généralement exploités sur une surface large, et la mise en place des convexités latérales et longitudinales par le jeu de crêtes antérieures est fréquente. Le débitage finit par gagner les flancs pour devenir semi-tournant et plus rarement envahissant, laissant des plages résiduelles sur le dos (fig. 6 a,b). Les produits microlaminaires de plein débitage, de profil indifféremment rectiligne ou courbe, sont détachés au percuteur tendre minéral à partir du petit côté avant d’envahir la surface de débitage cintrée. Parfois, des éclats robustes et de petites lames, sous-produits de la chaîne de production des lamelles, sont exploités comme burins-nucléus dans l’épaisseur du bord, pour obtenir des lamelles étroites et rectilignes (fig. 6 c). Il est à préciser que la production autonome d’éclats et de lames n’a été constatée que dans de rares cas, ce qui laisse penser que cette production était fortuite et que les tailleurs privilégiaient les supports éclats obtenus directement de la chaîne de production intégrée.

Figure 5. Morphotypes d’armatures du site de Tamar Hat. a-f. micropointes ; g-j. pointes à bord abattu rectiligne (h-i ont la base appointée par retouche) ; k-l. lamelles scalènes ; m-n. lamelles à bord abattu obtuses; o-p. pointe et micropointe à bord abattu partiel.
Armature morphotypes of Tamar Hat. a-f. micropoints; g-j. pointed straight-backed bladelets (h-i have pointed retouched base); k-l, scalene bladelets; m-n. obtuse ended backed bladelet; o-p. pointed partially backed bladelet and microbladelet.

Figure 5. Morphotypes d’armatures du site de Tamar Hat. a-f. micropointes ; g-j. pointes à bord abattu rectiligne (h-i ont la base appointée par retouche) ; k-l. lamelles scalènes ; m-n. lamelles à bord abattu obtuses; o-p. pointe et micropointe à bord abattu partiel. Armature morphotypes of Tamar Hat. a-f. micropoints; g-j. pointed straight-backed bladelets (h-i have pointed retouched base); k-l, scalene bladelets; m-n. obtuse ended backed bladelet; o-p. pointed partially backed bladelet and microbladelet.

Figure 6. Méthodes de production de support lamellaires reconnus sur les séries lithiques de Rassel. a-b. débitage élaboré envahissant les flancs ; c. débitage frontal sur nucléus-pièce buriniforme.
Bladelet core reduction sequences represented in lithic assemblages of Rassel. a-b. Elaborate facial core reduction extending to core flanks; c. Debitage on narrow core table of burin-like core.

Figure 6. Méthodes de production de support lamellaires reconnus sur les séries lithiques de Rassel. a-b. débitage élaboré envahissant les flancs ; c. débitage frontal sur nucléus-pièce buriniforme. Bladelet core reduction sequences represented in lithic assemblages of Rassel. a-b. Elaborate facial core reduction extending to core flanks; c. Debitage on narrow core table of burin-like core.

22Les éclats et les lames, sous-produits d’une chaîne de production lamellaire, n’ont pas été retouchés en des outils spécifiques alors que les lamelles ont été massivement retouchées en armatures au sein desquelles les pointes à bord abattu sont dominantes. Les mesures effectuées sur les armatures entières montrent l’existence d’un choix orienté vers les supports courts et étroits (fig. 4). La fabrication de ces armatures s’est effectuée sur place comme le montre la présence des microburins et de nombreuses pointes de La Mouillah. La faible représentation des microburins K et des fractures en cône indique probablement que les accidents liés au façonnage du bord abattu n’étaient pas fréquents.

23Dans un fond commun qui perdure, composé de pointes à bord abattu non géométriques, associées aux lamelles à retouche marginale (Ouchtata), on assiste dans le niveau inférieur de Rassel, à l’augmentation des pointes à bord abattu partiel imitant un cran. Ce dernier est obtenu préférentiellement par enlèvement de microburin proximal souvent latéralisé à droite sur la lamelle support (fig. 7). La présence des microburins s’accompagne d’une augmentation des pointes de la Mouillah. Quelques pointes à bord abattu arqué présentent également une facette de piquant-trièdre, indiquant que les tailleurs privilégiaient cette technique pour façonner les géométriques. Une autre intention secondaire, réside dans la production de segments, à partir de produits lamellaires choisis parmi les supports les plus réguliers. Enfin, les lamelles à retouche marginale de type Ouchtata sont bien représentées, et leur coexistence avec les lamelles/pointes à bord abattu dans le même niveau archéologique suggère l’existence probable de fonctions différentes qui restent à éclaircir par une analyse des traces d’usure. La présence de fractures d’impact sur certains fragments de lamelles à bord abattu abrupt témoigne d’un retour de chasse.

Figure 7. Morphotypes d’armatures du site de Rassel. a. lamelle à cran ; b. pointe à bord abattu arqué ; c-d. pointes de la Mouillah ; e. lamelle à retouche marginale; f-g. fragments proximaux de lamelles à bord abattu partiel.
Armature morphotypes from Rassel. a. shouldered bladelet; b. pointed arched-backed bladelets; c-d. La Mouillah points ; e. bladelet with fine retouch ; f-g. proximal tips of partial backed bladelets.

Figure 7. Morphotypes d’armatures du site de Rassel. a. lamelle à cran ; b. pointe à bord abattu arqué ; c-d. pointes de la Mouillah ; e. lamelle à retouche marginale; f-g. fragments proximaux de lamelles à bord abattu partiel. Armature morphotypes from Rassel. a. shouldered bladelet; b. pointed arched-backed bladelets; c-d. La Mouillah points ; e. bladelet with fine retouch ; f-g. proximal tips of partial backed bladelets.

1.3 | Columnata

1.3.1 | Site et contexte archéologique

24Le site de plein air de Columnata se trouve dans les hautes plaines de Tiaret, à environ 1,5 km au sud-est de la commune de Sidi Hosni et à une distance de 20 km du chef lieu de la Wilaya de Tiaret en Algérie nord-occidentale. Ce site est protégé par une falaise en grès du Miocène, non loin d’une source d’eau douce, et domine à une altitude de 915 m la vallée de Tiguiguest au Nord et les contreforts d’Ouarsenis au Sud.

25Ce site a été découvert en 1937 par Cadenat qui l’a fouillé par tranchées entre 1937 et 1962 (Cadenat 1966) en y menant quatre campagnes de fouilles qui ont révélé l’existence d’abondants restes archéologiques attribués à l’Ibéromaurusien, le Columnatien, le Capsien et le Néolithique, ainsi que les restes d’une centaine d’individus inhumés vers la falaise et appartenant à l’ensemble de ces cultures (Aoudia 2013 ; Chamla 1970 ; Dastugue 1970). Plus Tard, Brahimi (1972) a repris les fouilles en 1969 et en 1971 dans les dépôts ibéromaurusiens, en prolongeant les fouilles de Cadenat sur une superficie de 9 m2 et y a dégagé un riche matériel lithique et osseux. Les coquilles d’Unio lacustres, trouvées en abondance, lui ont permis de dater l’occupation ibéromaurusienne au 14C vers 10 800 ± 425 uncal BP (Alg-97) (11 395 - 13 486 cal BP). La date calibrée de Columnata correspond au Dryas récent (12 900 - 11 700 cal BP) (Combourieu Nebout et al. 2009, p. 514). De nouvelles dates comprises entre 11 230 ± 60 BP (Poz-103168) et 10 640 ± 40 BP (Poz-102948) obtenues sur collagène de restes osseux pris dans un autre secteur renforcent l’âge récent de l’Ibéromaurusien dans ce site (Perrin et al. 2020, p. 26).

26Columnata correspond à un camp résidentiel saisonnier occupé vers la fin de l’été et le début de l’automne au sein duquel différentes activités liées à la subsistance et à la production de l’outillage lithique et osseux ont été effectuées sur place (Merzoug 2005, 2008 ; Sari 2012, 2014, 2020). L’outillage lithique est dominé par les armatures, dont celles à bord abattu arqué qui sont bien représentées. De nombreux segments et quelques triangles atypiques font partie des microlithes géométriques. Les outils de fond commun comme les grattoirs, les pièces à coches et denticulés et les pièces à retouche continue tiennent des taux élevés et sont généralement sur éclats (Brahimi 1972). L’analyse techno-typologique de la collection lithique de Brahimi a mis en évidence la présence de particularités régionales caractérisant cette collection et la singularité des différentes conceptions de débitage à cette phase récente de l’Ibéromaurusien (Sari 2012, 2014, 2020).

1.3.2 | Organisation de la production lithique et intentions du débitage

27Les tailleurs de Columnata ont pratiqué un approvisionnement en roches siliceuses en privilégiant deux variétés de calcédoine locale disponibles sous forme de rognons volumineux. En outre, Ils ont recherché des silex de meilleure qualité de taille moyenne à petite (50-20 mm de diamètre) qu’ils ont introduit au site à partir d’affleurements régionaux distants de 20 à 28 km. Ces matières premières n’ont pas reçu le même traitement, et la production s’est organisée autour de différentes modalités visant à obtenir des supports différenciés.

28Une première chaîne de production microlaminaire organisée fait intervenir des nucléus en silex exploités sur une surface large (fig. 8 a,b) évoluant en semi-tournant parallèlement au sens d’allongement du nucléus, alors que d’autres présentent plus rarement une table frontale (fig. 8 c). La mise en forme s’effectue par des crêtes antéro-latérales et parfois postéro-latérales. Les rognons de calcédoine ont eu un traitement moins élaboré, laissant la surface exploitée limitée aux flancs avec des réserves corticales importantes. Accessoirement, de petits galets de silex sont débités sur une surface positionnée dans la largeur du petit galet pour obtenir sans mise en forme des lamelles larges et courtes. Plus rarement, des éclats supports sont exploités dans l’épaisseur du bord ou la face inférieure pour le détachement de lamelles étroites. Les supports lamellaires issus d’un débitage organisé sont obtenus au percuteur tendre minéral après enlèvement au percuteur dur d’éclats laminaires corticaux à talons lisses et épais, parfois dièdres ou facettés. Le détachement des supports de plein débitage s’obtient en retrait du plan de frappe, avec la pratique d’un facettage convexe latéralisé.

Figure 8. Méthodes de production de supports différenciés reconnus sur les séries lithiques de Columnata. a-b. débitage lamellaire facial limité aux flancs ; c. débitage lamellaire frontal sur casson ; d. débitage laminaire frontal ; e-f. nucléus à éclats.
Core reduction sequences dedicated to differentiated blanks represented in lithic assemblages of Columnata. a-b. Bladelet debitage not extending to core flanks; c. Bladelet debitage on narrow core table of a core trimming element d. Blade debitage on narrow core table; e-f. Carinated flake cores on chalcedony chunks.

Figure 8. Méthodes de production de supports différenciés reconnus sur les séries lithiques de Columnata. a-b. débitage lamellaire facial limité aux flancs ; c. débitage lamellaire frontal sur casson ; d. débitage laminaire frontal ; e-f. nucléus à éclats. Core reduction sequences dedicated to differentiated blanks represented in lithic assemblages of Columnata. a-b. Bladelet debitage not extending to core flanks; c. Bladelet debitage on narrow core table of a core trimming element d. Blade debitage on narrow core table; e-f. Carinated flake cores on chalcedony chunks.

29Le débitage laminaire est reconnu par la présence de rares nucléus prismatiques à lames en calcédoine cryptocristalline, qui témoignent de la pratique d’un débitage autonome de petites lames, mis en œuvre sur place. Les produits laminaires sont obtenus au percuteur dur, selon une exploitation frontale (fig. 8 d). Ils sont généralement trapus et le soin apporté à la préparation de leur détachement n’est pas élaboré. Les occupants du site ont également produit des éclats exclusivement sur des nucléus en calcédoine microcristalline et cryptocristalline obtenus à partir d’une chaîne opératoire de supports différentiés. Ce sont des éclats fins, allongés, de morphologie quelconque, principaux supports de l’outillage domestique (fig. 8 e,f). Les éclats fins de morphologie discoïde ont nécessité la mise en place d’un débitage facial et centripète, tandis que les éclats allongés proviennent de nucléus à débitage organisé obtenus au percuteur dur. Les éclats épais sont détachés à partir de nucléus polyédriques par l’exploitation de deux surfaces sécantes et l’utilisation du dièdre formé par les deux surfaces.

30En dépit de la variabilité observée dans les modalités de production des supports, l’objectif premier des tailleurs de Columnata est la fabrication d’armatures qui sont bien représentées dans l’outillage. De nombreux segments et quelques triangles atypiques, évocateurs de nouvelles adaptations des populations ibéromaurusiennes tardives, font partie du lot des armatures. Issus de débitages lamellaires et laminaires à partir de rognons, selon un rythme limité aux flancs, les microlithes géométriques sont réalisés sur des supports peu normés. Les lamelles à bord abattu sont fabriquées sur place comme l’atteste la présence des microburins K. Les préhistoriques ont recherché des supports d’armatures à la fois courts, larges et dotés d’une certaine robustesse (fig. 4) qui seront essentiellement transformés en pointes à bord abattu arqué à retouche abrupte ou croisée, alors que les pointes à bord abattu rectiligne, minoritaires, sont plus étroites et plus allongées. Les lamelles à bord abattu arqué sont les mieux représentées, certaines conservent la facette de piquant-trièdre obtenu par la technique du microburin, ce qui est en accord avec la présence dans l’assemblage lithique de microburins et de pointes de la Mouillah. Ces dernières présentent souvent une facette d’enlèvement de microburin distal. Les morphotypes discrets sont représentés par des lamelles à bord abattu à base tronquée et des lamelles à bord abattu de profil rectiligne, dont certaines ont une base retouchée. Les lamelles Ouchtata et les lamelles à bord abattu partiel sont rares (fig. 9). Il est important de signaler l’usage de la percussion comme technique courante et accessoirement de la pression dans le façonnage du bord abattu.

Figure 9. Morphotypes d’armatures du site de Columnata. a. pointe à bord abattu partiel ; b. triangle atypique ; c. pointe à bord abattu arqué portant une fracture d’impact et tranchant endommagé.
Armature morphotypes. a. partial backed bladelet; b. Atypical triangle; c. pointed arched-backed bladelet showing impact fracture and damaged edge.

Figure 9. Morphotypes d’armatures du site de Columnata. a. pointe à bord abattu partiel ; b. triangle atypique ; c. pointe à bord abattu arqué portant une fracture d’impact et tranchant endommagé. Armature morphotypes. a. partial backed bladelet; b. Atypical triangle; c. pointed arched-backed bladelet showing impact fracture and damaged edge.

2 | Interprétation diachronique et discussion

2.1 | Phase inférieure de Tamar Hat

31La cohabitation de la conception investie du débitage microlaminaire avec des schémas de production à burins sur troncature et rares grattoirs carénés pourrait être interprétée comme l’intention de produire de petits supports lamellaires destinés probablement à des usages différenciés. Ces supports vont être majoritairement transformés en pointes à bord abattu semi-abrupt, dont les parties basales ou apicales vont être aménagées au besoin pour des contraintes d’emmanchement.

32L’existence de fractures d’impact caractéristiques, visibles sur des fragments de lamelles à bord abattu, témoigne d’un retour de chasse. Ceci est corroboré par l’analyse archéozoologique qui a conclu à la pratique d’une chasse sélective orientée vers le mouflon à manchettes, naturellement abondant, et dont la mise en quartiers s’est effectuée au camp résidentiel. La présence d’un fragment en terre cuite en forme de corne de mouflon trouvé dans l’US V (couche 60) et daté de 20 200 uncal BP (Saxon 1975 ; Saxon et al. 1974) témoigne de la place particulière qu’occuperait ce gibier principal dans la sphère symbolique des premiers groupes ibéromaurusiens. Cependant, d’autres espèces fauniques ont également été chassées, bien qu’en proportions moindres, comme le cerf mégacérin, le sanglier et les antilopes (Merzoug 2005). Selon Merzoug (2005, 2012, 2021, p.97), l’industrie osseuse non polie (aiguilles, poinçons, sagaies et tranchets) se rattache à un outillage de type domestique plutôt qu’à des armatures, ce qui exclut l’idée que la chasse puisse avoir été effectuée avec des armatures en os. Considérant les petites dimensions des lamelles à bord abattu, ces dernières auraient pu être insérées latéralement au manche (Sari 2012, 2014). L’absence des fractures d’impact sur des lamelles à retouche marginale de type Ouchtata suggère pour ces dernières d’autres fonctions, qui restent à éclaircir par une analyse des traces d’usure couplée à des tests expérimentaux.

33Les armatures courtes et étroites constituent un outillage léger et facile à transporter lors des déplacements saisonniers, ce qui va de pair avec une mobilité résidentielle circulaire selon le terme de Binford (2001) pour exploiter des ressources dispersées. En effet, au cours de la Phase Inférieure, l’abri de Tamar Hat a servi de manière intermittente de camp de base résidentiel hivernal (Merzoug 2005 ; Sari 2012 ; Saxon et al. 1974). En outre, les restes de carnivores laissent penser que leurs fourrures ont dû être récupérées après consommation, peut-être pour se protéger du froid (Saxon et al. 1975), comme l’attestent les stigmates d’action anthropique observés par Merzoug (2005). Une forme de mobilité résidentielle dans laquelle le matériel lourd est rarement transporté vers le camp de base saisonnier est suggérée par le petit nombre de matériel de broyage et de mobilier (Sari 2012). En outre, la présence de rares coquilles non comestibles de Homalopoma sp. dans les dépôts de la Phase Inférieure témoigne de rares déplacements vers la Méditerranée (Merzoug 2017 ; Saxon et al. 1974), sachant que les niveaux de plages se situaient à environ 120 m plus bas qu’actuellement, libérant près de 7 km de plateau continental (Leclaire 1972). Ceci rejoint les résultats de notre analyse technologique, qui ont permis de conclure à l’existence d’une mobilité logistique liée à la recherche de matières premières lithiques (Sari 2012, 2014, 2020).

34L’entité techno-économique des premiers Ibéromaurusiens de Tamar Hat apparait comme une réponse adaptative à l’évènement climatique H2 (25 000 - 23 500 BP) durant lequel des conditions froides et arides ont dominé avec une réduction de la forêt tempérée (Cacho et al. 1999 ; Combourieu Nebout et al. 2009). Cependant, la reconstitution du paléoenvironnement local à partir de la faune mammalienne chassée indique un climat plutôt tempéré et humide, quoique relativement froid (Merzoug 2005). Il est donc indispensable d’interroger les données multiproxy de l’abri de Tamar Hat, afin de vérifier si la région n’avait pas connu localement, au cours de la Phase Inférieure, des conditions climatiques moins rigoureuses que les conditions climatiques globales indiquées par les enregistrements des séquences naturelles.

2.2 | Phase Supérieure de Tamar Hat

35On a vu que la conception du débitage microlaminaire au cours de la Phase Supérieure repose encore sur la production de supports indifférenciés à partir de la même chaîne opératoire. Cependant, le débitage est peu investi et il est conduit sur des nucléus préférentiellement en silex local pour la production de lamelles plus longues et plus larges. En outre, les besoins en matières lithiques exogènes se font de moins en moins ressentir, à l’exception des roches utilisées dans la fabrication du matériel de broyage qui se multiplie durant cette phase, ce qui rejoint l’idée de l’existence d’une faible mobilité logistique.

36Au cours de la Phase Supérieure, une diversification apparaît dans la représentation des morphotypes d’armatures de chasse, comme en témoigne la présence de pointes et lamelles allongées à bord abattu majoritairement à retouche abrupte, avec apparition de pointes à bord abattu partiel imitant un cran vers la fin de l’occupation dans l’US I. Le retour de chasse est confirmé par l’analyse archéozoologique (Merzoug 2005) et par la présence de fragments d’armatures à fracture d’impact caractéristiques d’un accident de chasse (Merzoug, Sari 2008 ; Sari 2012). La retouche des pointes lithiques, leur morphologie et leur relative robustesse par rapport à celles de la Phase Inférieure indiqueraient probablement un emmanchement axial, alors que les fragments mésiaux seraient destinés à faciliter l’emmanchement latéral (Sari 2012, 2014, 2020). Ceci n’écarte pas le fait qu’une partie des lamelles puisse rentrer dans la sphère des tâches domestiques comme la boucherie (Kim citée dans Sari 2012).

37La diversification des armatures au cours de la Phase Supérieure est visiblement dédiée en grande partie au gibier terrestre, puisque Merzoug (2017) a rapporté que la chasse est restée orientée vers le mouflon à manchettes, et ce, même après introduction de mollusques terrestres et marins, ainsi que de rares serranidés dans le régime alimentaire des Ibéromaurusiens vers la fin du DMG. Si la capture des mollusques marins ne demande qu’une collecte à la main ou d’un couteau pour détacher les coquilles des rochers lors des marées basses (Campmas et al. 2016), celle des rares serranidés pose problème, en absence d’hameçons parmi l’outillage osseux de Tamar Hat. Ceci laisse penser que les serranidés, vivant dans des eaux peu profondes sur le bord du plateau continental, auraient pu avoir été capturés par opportunisme ou à l’aide de pièges à paniers sur la plage à marée basse dans de petits fonds rocheux, comme rapporté dans d’autres contextes (Boulanger et al. 2022). Cependant, la rareté des restes de poissons trouvés à Tamar Hat s’oppose à cette dernière hypothèse.

38La Phase Supérieure est contemporaine de la fin du DMG au cours duquel une augmentation des intempéries et des conditions plus humides et plus chaudes que lors des deux épisodes Heinrich ont été enregistrées, et particulièrement au cours de la seconde moitié du DMG entre 21 000 cal BP et 17 500 cal BP (Beghin et al. 2015 ; Combourieu Nebout et al. 2009). En outre, des conditions similaires ont également été attestées vers 19 775 - 20 296 cal BP (AA50108) dans la séquence naturelle littorale de Garaat El-Ouez au nord-est algérien (Benslama et al. 2010 ; Davis et al. 2022, p. 45). Ces informations rejoignent la reconstitution paléoécologique de la phase supérieure de Tamar Hat (US IV à US I) établie par Merzoug (2005) qui a conclu à l’existence d’un climat tempéré et humide avec une forêt bien représentée en contrebas des zones montagneuses. Ceci nous amène à proposer l’idée que la diversification de l’armement de chasse au cours de la Phase Supérieure de Tamar Hat pourrait correspondre à une pluralité de solutions d’emmanchement adaptées à la chasse de gibier terrestre dans un environnement mixte devenu sensiblement plus boisé à partir de la seconde moitié du DMG. Ces nouvelles conditions climatiques et écologiques ont donc favorisé des fréquentations plus prolongées de cet abri, dont la séquence stratigraphique a montré, pour la Phase Supérieure, l’existence d’une série de foyers cendreux interstratifiés avec des horizons intermédiaires de sol d’habitat récurrents, témoignant d’occupations saisonnières prolongées. En outre, cette amélioration climatique a conduit à l’apparition de certaines activités spécialisées liées au traitement de nouvelles ressources naturelles, qui reflètent un changement important et graduel dans la nature et l’intensité de l’utilisation de cet abri (Kim citée dans Sari 2012 ; Sari, Kim 2017).

2.3 | Niveau inférieur de Rassel

39La production de supports indifférenciés à partir de la chaîne opératoire microlaminaire est encore pratiquée dans le niveau inférieur de Rassel. Cependant, l’existence d’un débitage élaboré qui vise à produire des lamelles courtes et étroites contraste avec le débitage peu investi de la Phase Supérieure de Tamar Hat et va dans le sens de différents savoir-faire techniques. De plus, la carence en silex dans les alentours immédiats de la grotte Rassel a entrainé une mobilité logistique pour la recherche de galets et nodules en silex de petites et moyennes dimensions.

40Au niveau des armatures, la présence des pointes à bord abattu partiel imitant un cran obtenu par enlèvement de microburin préférentiellement latéralisé à droite est une réminiscence d’une tradition amorcée à Tamar Hat vers la fin du DMG (Close 1977). Cependant, cette apparition s’accompagne à Rassel d’une augmentation des pointes de la Mouillah, indice de la systématisation de l’usage de la technique du microburin pour la fabrication d’armatures standardisées. Ceci appuie l’impression d’une forte normalisation des armatures lithiques dans ce site et une spécialisation de ces productions qui tranche avec celles plus diversifiées de la Phase Supérieure de Tamar Hat (Sari 2012).

41Quoique dérivant de deux conceptions de débitage différentes, la fabrication d’un même morphotype d’armatures pourrait provenir de la résurgence des mêmes besoins techniques d’emmanchement à la fin du DMG (fin de la Phase Supérieure de Tamar Hat) et durant H1 (niveau inférieur de Rassel), probablement en raison d’une exploitation de ressources de subsistance existant dans des environnements côtiers similaires. La présence de fractures d’impact sur des fragments de lamelles à bord abattu abrupt témoigne d’un retour de chasse. Ceci est corroboré par l’existence près des foyers d’abondants restes de faune mammalienne (Coppens dans Brahimi 1970) incluant des taxons adaptés à des milieux montagneux (Ammotragus lervia), forestiers (Sus scrofa algeriensis), ubiquistes (Bos primigenius), et ouverts à prairie (Equus mauritanicus). La présence d’une concentration de coquilles terrestres (hélicidés) et marines (patelles, moules, pétoncles et littorines) avec des restes fauniques près des foyers (Brahimi 1970, p. 40) indique un mode de vie associé à la fois à la chasse et à l’exploitation des ressources littorales. En outre, l’existence d’un outillage osseux peu abondant, mais élaboré composé de poinçons et alènes polis (Brahimi 1970), pourrait indiquer leur fabrication à partir de la matrice osseuse de la faune consommée. Cependant, en absence d’analyse archéozoologique, il n’est pas possible de connaître la saisonnalité du site et le mode d’acquisition et d’exploitation du gibier.

42La petitesse des armatures du niveau inférieur de Rassel fait penser à l’existence de nouvelles solutions d’emmanchements adaptées à des pointes de projectile légères, probablement montées en série (Sari 2012, 2014, 2020). Ceci pourrait aller dans le sens de déplacements de populations autour d’un territoire aux ressources dispersées. En effet, des indices de mobilité logistique lointaine sont indiqués par la présence de trois tests d’œuf d’autruche dont deux fortement calcinés (Brahimi 1970, p. 75) qui témoignent d’un déplacement probablement itinérant de populations humaines vers ou à partir des territoires intérieurs. En outre, l’existence d’abondantes et diverses coquilles marines perforées et/ou polies (trouvées associées à des matières colorantes à différents stades de fabrication d’éléments de parure corporelle) (Brahimi 1970) indiquent une fréquentation des bords de mer, probablement durant la saison la plus favorable.

43L’existence d’un outillage osseux peu abondant, mais élaboré, ainsi que la présence de nombreuses coquilles marines intentionnellement perforées et/ou polies vont dans le sens de nouveaux marqueurs d’identité élaborés qui n’étaient pas encore déterminants à l’abri de Tamar Hat durant le DMG. Ceci marquerait probablement l’émergence d’un nouvel ensemble chrono-culturel. La datation calibrée du niveau inférieur de Rassel coïncide avec H1 (17 000 - 16 000 cal BP) au cours duquel on assiste à une brusque baisse de la température continentale et une expansion de la végétation steppique ou semi-désertique (Combourieu Nebout et al. 2009 ; Fletcher, Sanchez-Goňi 2008). Cependant, les restes de cèdre trouvés dans le niveau inférieur de Rassel indiquent que le climat devait être assez favorable pour permettre le développement de cédraies dans les zones littorales à basse altitude (Benslama et al. 2010 ; Beucher citée dans Brahimi 1970 ; Davis et al. 2022). Ceci laisse penser que les occupants du site n’ont pas été impactés de façon significative par l’aridité de H1. Cependant, il est impératif de réviser la datation radiométrique du niveau inférieur de Rassel qui pourrait être plus récente, pour une corrélation plus fiable avec la chronologie climatique.

2.4 | Columnata

44L’industrie lithique de Columnata est caractérisée par la production de supports différenciés à partir de plusieurs chaînes opératoires autonomes, ce qui contraste fortement avec la conception traditionnelle d’un débitage microlaminaire intégrant tous supports, défini à Tamar Hat et Rassel. À Columnata, l’intention du débitage apparaît dans la production d’un outillage caractérisé par des armatures robustes et des outils de fond commun majoritairement sur éclats. Il s’agit d’une structure industrielle dans laquelle se retrouvent faible exigence dans la production de supports normés, multiplicité des chaînes opératoires, et faible investissement technique et économique, ce qui contraste fortement avec les modèles techno-économiques des premiers Ibéromaurusiens.

45Le double statut dont bénéficie Columnata de camp résidentiel estival et de lieu sépulcral pourrait impliquer la production d’un outillage lithique composé de différents outils hétéroclites répondant à diverses sphères d’activités. C’est ce qui expliquerait probablement la hausse de l’outillage de fond commun sur éclats et sa diversification. En outre, l’outillage osseux est plus diversifié et inclut pour la première fois quelques objets en os perforés (Brahimi 1972). De plus, d’autres indices marquent l’Ibéromaurusien récent à Columnata comme le développement parmi les armatures des pointes à bord abattu arqué sous une forme large et robuste accompagnant de nombreux segments avec quelques triangles atypiques, témoignant de la survivance de la technique du microburin.

46Les armatures robustes à bord abattu arqué de Columnata possèdent toutes les caractéristiques balistiques qui les préparent à une activité de chasse, probablement montées en tête de hampe. Ce type d’armature pourrait être adapté au milieu steppique et ouvert de Columnata qui s’oppose au milieu forestier couvert des sites côtiers qui nécessiterait des instruments de chasse différents (Sari 2012, 2014, 2020). Le retour de chasse à Columnata est indiqué par la présence de fragments d’armatures robustes à fractures d’impact diagnostiques (Sari 2012, 2014, 2020). En outre, l’analyse archéozoologique a conclu à une chasse orientée vers l’antilope bubale, gibier local, dont les carcasses étaient transportées entières vers le site avec l’acquisition occasionnelle de mouflons à manchettes et de gazelles sur les terrains escarpés (Merzoug 2005, 2008).

47La datation calibrée de l’occupation ibéromaurusienne à Columnata obtenue par Brahimi coïncide avec le Dryas récent (12 900 - 11 700 cal BP), période froide au cours de laquelle l’Afrique du Nord a connu une phase relativement aride (Combourieu Nebout et al. 2009, p. 514). Cependant, la reconstitution paléoécologique locale à partir de la faune chassée indique que le climat était plutôt tempéré et sec, ce qui optimiserait l’exploitation des ressources naturelles saisonnières dans ce camp estival (Merzoug 2005, 2008, 2017). Ceci s’accorde avec la forte accumulation de coquilles d’Unio d’eau douce trouvées dans le dépôt archéologique, qui nécessitent des températures estivales clémentes pour se développer et fournir les nutriments appropriés pour leur reproduction (Mutvei, Westermark 2001). En outre, Merzoug (2005, 2017) a signalé une diversification dans les stratégies d’acquisition du gibier et l’exploitation d’un spectre d’espèces plus large qu’à Tamar Hat pour l’équipement osseux (Merzoug 2005, 2017). Cette intensification du spectre de subsistance va de pair avec une faible mobilité, qui se voit à travers l’exploitation intensive des matériaux locaux, quoique de qualité inférieure (Sari 2012) ; toutefois, la parure inclut quelques coquilles marines perforées (Brahimi 1972) témoignant de la possible interaction avec les habitants des zones côtières distantes de près de 200 km du site. Enfin, l’augmentation démographique soupçonnée par le nombre de restes anthropologiques inhumés dans le site (Aoudia-Chouarki 2013 ; Chamla 1970) exigerait une optimisation de l’exploitation des ressources naturelles avec la possibilité de stockage alimentaire. Tout cela nous incite à penser que l’aridité du Dryas récent a peu impacté les populations de Columnata, puisque les changements observés dans le système technique et social indiquent plutôt une population occupant le site de manière prolongée et vivant de ressources locales. En outre, l’édification d’un lieu de sépultures collectives implique l’existence de camps résidentiels régulièrement réoccupés durant la saison la plus propice à l’exploitation de ces ressources locales.

3 | Comparaison diachronique : adaptations vs particularismes

48Nous avons vu dans la section précédente que du point de vue diachronique, les entités techno-économiques des trois sites Tamar Hat, Rassel et Columnata semblent être relativement impactées par les changements climatiques majeurs du Pléniglaciaire final et du Tardiglaciaire. Cependant, les comparaisons inter-sites (sites côtiersvs intérieurs) montrent que l’impact des particularismes régionaux (matières premières, conceptions de débitage, traditions techniques, fonction des sites, ressources naturelles) est déterminant dans la variabilité des conceptions de chaîne opératoire conjoncturelles vs systématisées. Toutefois, ce scénario est fragilisé par la faible résolution des données multiproxies dans ces sites et le manque de datations à Rassel et Columnata. Il est donc nécessaire pour y voir plus clair de situer les entités techno-économiques de ces trois sites dans le cadre diachronique global de l’Ibéromaurusien en les comparant avec d’autres gisements ibéromaurusiens du Maghreb bien datés et documentés.

3.1 | Ibéromaurusien émergeant

49La Phase Inférieure de Tamar Hat contemporaine de H2 (25 000 - 23 500 BP) (Combourieu Nebout et al. 2009) correspond à la plus ancienne apparition de l’Ibéromaurusien en Afrique du Nord vers 25 000 cal BP (Hogue, Barton 2016 ; Saxon et al. 1974) et corrobore les données de la paléogénétique qui concluent à une origine locale (Secher et al. 2014 ; Van de Loosdrecht et al. 2018 ; Kéfi et al. 2005). Bien que la subsidence ait fait disparaitre la plupart des sites ibéromausiens côtiers, il est tentant de penser, comme l’a déjà fait remarquer Barton (Barton et al. 2013, 2016, 2019), que le littoral a constitué une zone refuge pour les premières populations ibéromaurusiennes de Tamar Hat qui ont fui l’aridité de H2. Cet auteur a proposé une origine locale pour l’Ibéromaurusien de Taforalt, apparu de manière abrupte au DMG vers 22 166 - 22 569 cal BP (S9-CTX10), à partir de traditions Middle Stone Age (MSA). Toutefois, il admet qu’il n’y a pas de similitudes techno-typologiques évidentes entre cette première occupation et l’unité intermédiaire de transition à tradition MSA (S9-CTX11 et 12) du même site (Barton et al. 2019, p. 545).

50En Algérie, deux grottes côtières Taza 1 au nord-est algérien (Medig et al. 1996) et  la grotte basse du Phare au Cap Tenès au nord-ouest algérien (Lorcin 1961, 1962) ont livré une industrie du MSA signalée sous des dépôts ibéromaurusiens. Cependant, les modalités de transition entre ces deux cultures restent à préciser. En revanche, dans la cavité karstique B de Sidi Said au Sahel algérois, Betrouni (Betrouni 1997, 2021) a placé une industrie moustérienne (MSA) microlithisée avec quelques lamelles (K1 : 20 000 ± 1400 BP) à l’origine de l’Ibéromaurusien. Cette industrie a été trouvée dans un contexte stratigraphique sans discontinuité avec une industrie atérienne (MSA) sous-jacente (K12 : 27 280 ± 1890 BP ; K10 : 25 970 ± 2100 BP). Cependant, cette découverte se heurte à l’ancienneté de l’US VI de Tamar Hat qui surmonte directement la formation d’argiles rouges stériles reposant sur le substratum rocheux, et dont l’industrie montre déjà à 25 000 cal BP un débitage lamellaire de conception investie sans influence de tradition MSA.

3.2 | Ibéromaurusien ancien

51L’étude des productions lithiques des gisements ibéromaurusiens met l’accent sur des productions lamellaires reconnues sur un vaste territoire à partir du DMG, qui a favorisé l’apparition des installations humaines dans les régions intérieures (Barich, Garcea 2008 ; Close 1981 ; Hachi 1996 ; Hogue, Barton 2016 ; Lucarini, Mutri 2014 ; Medig et al. 1996 ; Meier et al. 2003 ; Nami 2007 ; Potì 2017 ; Potì et al. 2019, 2020). Cependant, en Tunisie, les datations directes de l’Ibéromaurusien ancien sont absentes et ceci est accentué par la subsidence qui a affecté la Tunisie nord-orientale. De plus, les collections des sites côtiers d’Ouchtata ont été datées indirectement de 21 140 ± 560 BP et 18 740 ± 360 BP par analogie à une formation d’éolianite locale (Paskoff et al. 1983, cité dans Gragueb 1983, p. 16) et proviennent d’anciennes fouilles.

52De manière générale, les assemblages ibéromaurusiens montrent au cours du DMG des similitudes avec Tamar Hat par la taille de roches essentiellement siliceuses de provenance locale, avec une mobilité logistique pour la recherche de silex de bonne qualité d’origine régionale (Close 1981 ; Gragueb 1983 ; Hachi et al. 2002 ; Hogueet al. 2019 ; Lucarini, Mutri 2014 ; Medig et al. 1996 ; Meier et al. 2003 ; Nami 2007 ; Potì 2017, 2020). Ces assemblages montrent un débitage orienté vers la production de supports microlaminaires détachés au percuteur tendre à partir de petits nucléus prismatiques et sub-pyramidaux gardant souvent des plages corticales. La conception du débitage microlaminaire intégrant tous supports, initialement pratiquée à la Phase Inférieure de Tamar Hat, est commune aux séries documentées de l’Ibéromaurusien initial d’Ifri el Baroud (Unité D : 22 700 - 20 000 cal BP) (Potì 2017 ; Potì et al. 2020) et la Phase Inférieure de Taforalt (22 166 - 22 569 cal BP) (Hogue 2014 ; Hogue et al. 2019). Cependant, il est à noter l’existence d’une variabilité dans le degré d’élaboration des nucléus (préparation par crêtes vs exploitation des convexités naturelles) en fonction de la morphologie des blocs bruts disponibles dans ces sites. Comme à Tamar Hat, le débitage dédié à la production exclusive d’éclats est absent ou fortuit et la récupération des éclats, sous-produits de la chaîne de production microlaminaire, pour l’extraction de lamelles selon une modalité buriniforme est attestée (Hogue et al. 2019 ; Potì et al. 2020). La production des supports microlaminaires fortement diversifiée tient une place importante dans les séries lithiques ibéromaurusiennnes et répond à divers besoins au sein des sphères d’activités cynégétiques et domestiques. Ces armatures semblent avoir été utilisées principalement comme projectiles, comme l’indiquent les rares analyses fonctionnelles (Potì et al. 2020), même si à Tamar Hat, l’aspect versatile des armatures n’est pas écarté (Kim citée dans Sari 2012).

53D’autres traits communs sont partagés avec Tamar Hat, en particulier la présence constante de lamelles à retouche Ouchtata à côté de pointes/lamelles à bord abattu rectiligne à peu arqué de profil droit à peu courbe. Certains morphotypes comme les pointes à bord abattu partiel obtenues par enlèvement de microburin proximal du bord droit, connus aussi bien dans la Phase Supérieure de Tamar Hat que dans l’Ibéromaurusien Initial et ancien des Unités C et D d’Ifri el Baroud (Potì et al. 2019, 2020), connaissent une large extension territoriale, probablement, pour des besoins fonctionnels convergents. Cependant, l’usage de la technique du microburin reste sporadique et concurrencé par la troncature, ce qui va avec la rareté des microlithes géométriques et les pointes de la Mouillah au cours du DMG.

54La relative diversification des armatures de l’Ibéromaurusien ancien du DMG pourrait renvoyer à une variabilité dans les armes de chasse et la fonction des sites qui se trouvent dans des domaines biogéographiques différents, et dont la saisonnalité peut varier. Barton avait déjà suggéré que les fluctuations climatiques à la grotte de Taforalt, distante actuellement de 40 km de la mer, auraient été plus rigoureuses que dans la plaine côtière (Barton et al. 2019, p. 511), ce qui aurait pu accentuer la diversité des comportements adaptatifs. En effet, la subsistance à Taforalt est basée sur la chasse sélective du mouflon à manchettes, typique des terrains escarpés, et accessoirement des taxons provenant des prairies ouvertes ou de la steppe (Turner 2019), alors que dans le cas de Tamar Hat, distant actuellement de moins d’un km de la mer, l’amélioration climatique vers la fin du DMG (Beghin et al. 2015 ; Benslama et al. 2010 ; Combourieu Nebout et al. 2009 ; Davis et al. 2022) a également favorisé l’émergence précoce de l’exploitation des ressources malacologiques terrestres (Saxon et al. 1974), puis marines (Merzoug 2017 ; Saxon et al. 1974). Ces conditions climatiques favorables ont dû également favoriser l’émergence de traditions régionales communes caractérisant certaines entités géographiques, comme les sites côtiers d’Afalou Bou Rhummel et Taza 1 dans le Golfe de Béjaïa qui, comme rapporté par Merzoug (2005, 2017), partagent avec Tamar Hat l’usage commun de la chasse sélective du mouflon à manchettes et la pratique des mêmes techniques bouchères. En outre, la découverte dans la couche X d’Afalou Bou Rhummel, qui a un terminus ante quem de 17 753 - 18 689 cal BP (Gif-9637), d’objets en terre cuite fabriqués sur place (Hachi et al. 2002), fait écho à l’unique objet en terre cuite trouvé à Tamar Hat (Saxon et al. 1974). Enfin, la présence dans cette même couche de la plus ancienne sépulture ibéromaurusienne avec mobilier funéraire local, associé à ces objets en terre cuite, indique l’existence d’un lieu socialement important. Ceci n’écarte pas l’idée d’une gestion différentielle des sites du Golfe de Béjaïa, qui constituent des campements résidentiels appartenant au même territoire fréquenté saisonnièrement par des groupes humains exploitant vers la fin du DMG les mêmes ressources naturelles locales et régionales et partageant les mêmes traditions.

3.3 | Ibéromaurusien moyen ?

55Les occupations documentées synchrones de H1 (17 000 -16 000 cal BP) (Combourieu-Nebout et al. 2009), contemporain du Dryas ancien (GS-2a), se limitent à la couche C de l’abri sous roche de Taza 1 (Medig et al. 1996) et la couche S2-172 de la grotte Gueldaman I (Kherbouche et al. 2014) dont les séries lithiques sont encore inédites ainsi que la grotte Rolland distante de 50 m de Rassel et dont le matériel est remanié (Brahimi 1970). Cependant, du point de vue archéozoologique, un approvisionnement en ressources marines plus large est constaté à partir de H1 dans la couche C de Taza 1, avec le maintien de la chasse sélective du mouflon à manchettes et des mêmes traditions bouchères pratiquées au cours du DMG, ce qui va dans le sens d’une continuité culturelle (Merzoug 2005, 2017). Il est tentant de penser que Rassel et Taza 1 auraient pu avoir été fréquentés par les mêmes groupes humains à des saisons propices à l’exploitation des ressources marines.

56La continuité culturelle caractérisant le passage du DMG vers H1 est également attestée dans la Phase de Transition/Mixte (17 400 - 16 700 cal BP) de Taforalt, coïncidant avec la période aride de H1 (Barton et al. 2019, p. 509 ; Hogue et al. 2019, p. 390) et dans l’Unité C (19 400 - 16 000 cal BP) d’Ifri el Baroud (Potì et al. 2019, 2020). Dans les deux sites, la continuité se traduit par le caractère intermittent des occupations humaines, le maintien du même système d’approvisionnement de galets de silex collectés au niveau des cours d’eau de la Moulouya, avec une relative mobilité, ainsi que la persistance des mêmes objectifs de production de différents supports à partir d’une chaîne de production microlaminaire. Comme à Rassel, le commun usage de la technique du microburin pour la production de certains morphotypes, telles que les pointes à bord abattu partiel et quelques lamelles à bord abattu arqué, est attesté dans ces sites. L’usage fréquent de cette technique appuie l’impression d’une forte normalisation des outillages lithiques ibéromaurusiens à partir de H1. Cependant, aucune information dans la littérature n’a annoncé pour ces deux sites un changement brutal ou même graduel dans les conceptions de débitage ou dans les modes de subsistance au cours de H1 (Turner 2019 ; Potì et al. 2020). Il est donc évident que comme à Rassel, le besoin de fabriquer des armatures légères et normées va de pair avec une mobilité saisonnière, encore circulaire, explorant des ressources naturelles locales et régionales. La présence de matériaux exogènes comme les tests d’œufs d’autruche marquent des déplacements lointains et/ou des échanges entre les sites côtiers et intérieurs.

3.4 | Ibéromaurusien récent

57Avec l’avènement de l’Interstade Bölling-Alleröd (GI-1) entre 14 800 et 12 500 cal BP (Combourieu Nebout et al. 2009), au cours duquel une hausse des températures et de l’humidité est attestée à l’échelle globale, plusieurs sites stratifiés tels qu’Afalou Bou Rhummel (Hachi 1987) et l’abri Alain (Hellal 2005) sur la côte algérienne ont livré des occupations de l’Ibéromaurusien récent. L’amélioration climatique a favorisé le déplacement des populations ibéromaurusiennes jusqu’aux marges de l’Atlas saharien (Lubell 1984), comme en témoignent les sites de plein air Es Sayar (Amara 1977), M’Doukal (Heddouche 1998) et El Onçor (Heddouche 1977), qui correspondent à des haltes de courte durée autour de points d’eau. Cependant, très peu de sites au Maghreb ont révélé des traces d’occupations humaines qui soient synchrones du Dryas récent (12 500 -11 750 cal BP) (Combourieu Nebout et al. 2009), comme Columnata (Algérie), probablement faute d’enregistrements sédimentaires. Quelques sites du préboréal témoignent de la survivance de l’Ibéromaurusien en Algérie comme à El Hamel - couche E (Tixier 1954), Oued Guettara (Camps 1974) et El Haouita - terrasse (Estorges et al. 1969).

58Les séries lithiques de l’Ibéromaurusien récent témoignent d’un approvisionnement local en matières premières lithiques, ce qui reflète une dépendance croissante à l’égard des ressources locales et appuie l’idée de fréquentations prolongées dans les camps résidentiels (Barton et al. 2013, 2019 ; Hachi 1987, 1996, 2006 ; Hellal 2005 ; Moser 2003 ; Nami 2007). Toutefois, la dépendance envers les matières premières locales s’est effectuée de manière progressive de la Phase Moyenne de Taforalt (15 615 - 14 453 cal BP) vers la Phase Supérieure du même site (de 14 156 - 14 855 à 12 688 - 12 788 cal BP) (Hogue et al. 2019, p. 391). Le débitage microlaminaire conduit au percuteur tendre est réalisé sur des nucléus de morphologies et dimensions très variées, avec un investissement variable dans la mise en forme des nucléus qui dépend directement de la nature et la morphologie des blocs bruts ainsi que la proximité des affleurements (Hachi 1987, 1996, 1997, 2003 ; Hellal 2005 ; Hogue 2014 ; Hogue et al. 2019 ; Nami 2007 ; Potì 2017 ; Potì et al. 2020 ; Sari 2012, 2014, 2020 ; Tixier 1954). En effet, le débitage de petits blocs et portions de nodules irréguliers en calcaire silicifié local des Unités B1 et B2 (15 500 - 12 900 cal BP) d’Ifri el Baroud nécessite une mise en forme par crêtes (Potì et al. 2020), alors que les nucléus en dièdres de galets en silex local des couches supérieures d’Afalou Bou Rhummel font rarement appel à la préparation par crêtes (Hachi 1987, 1997, 2003). Il est intéressant de noter que ce type de débitage expédient a été reconnu à la fin de l’Ibéromaurusien ancien de Tamar Hat, ce qui va dans le sens de la survivance d’une tradition technique exploitant des matériaux similaires, indépendamment des variations climatiques (Sari 2012, 2014, 2020).

59Au cours de l’Ibéromaurusien récent, les industries sont caractérisées par l’utilisation notable des éclats issus de diverses chaînes opératoires autonomes comme supports d’outils. Dans les séries documentées des sites intérieurs, le débitage autonome d’éclats s’effectue comme à Columnata sur des nucléus orthogonaux et centripètes (Potì 2017 ; Potì et al. 2019, 2020 ; Sari 2012, 2014, 2020 ; Tixier 1954, p. 96). En revanche, à Afalou Bou Rhummel, Hachi (1997, 2003) a reconnu un débitage autonome d’éclats détachés à partir de grands éclats de calcaire siliceux et de diabase, ainsi que des pièces de broyage désaffectées fournissant de larges éclats laissés bruts, portant des traces d’utilisation. Cette diversité dans les modes opératoires renvoie à des traditions régionales (sites côtiers / sites intérieurs) qui mériteraient d’être pistées sur d’autres sites contemporains. Les rares analyses fonctionnelles menées à Ifri el Baroud montrent pour les éclats une utilisation à l’état retouché ou brut et atteste de la versatilité de ces supports sélectionnés pour l’efficacité de leur partie active indépendamment de leur morphologie (Potì et al. 2020).

60Au sein de l’outillage, le taux des armatures est balancé par celui des outils de fond commun qui connaît une relative augmentation des pièces à coche et denticulés, majoritairement sur éclats opportuns. Au niveau des armatures, la littérature (Amara 1977 ; Hachi 1987, 1996, 2006 ; Heddouche, 1977 ; Hellal 2005 ; Hogue et al. 2019 ; Nami 2007 ; Potì 2017 ; Potì et al. 2019, 2020 ; Sari 2012, 2014, 2020 ; Tixier 1954) rapporte une certaine dynamique observée en termes de chute brutale des lamelles à retouche marginale et des pointes/lamelles à bord abattu partiel. Une hausse des pointes à bord abattu arqué à retouche abrupte et/ou croisée par rapport aux pointes/lamelles à bord abattu rectiligne est constatée.  Cette hausse est accompagnée d’une sensible augmentation de segments et quelques triangles avec rares trapèzes, et ceci est en accord avec l’usage de la technique du microburin et la présence des pointes de la Mouillah qui font défaut dans la Phase Supérieure de Taforalt (Hogue et al. 2019). Hachi a proposé, à la suite d’un raccord qu’il a effectué d’un microburin Krukowski à une lamelle à piquant-trièdre proximale, une alternative selon laquelle les lamelles à bord abattu arqué et les microlithes géométriques pourraient avoir été obtenus par enlèvement d’un seul microburin vrai à partir de lamelles à piquant-trièdre distal (Hachi 2003, p. 214 ; Hachi et al. 2002). Cette alternative, initialement suggérée par Tixier pour la couche C d’El Hamel (1954, p. 105), est également documentée ailleurs, par des raccords dans d’autres contextes (Vardi, Gilead 2009). Ceci pourrait témoigner de l’existence d’une pluralité de solutions techniques possibles pour la réalisation des armatures géométriques. Enfin, l’apparition d’armatures évoluées de type pointe d’Ain Kada à Taforalt (Hogue et al. 2019) et à Afalou Bou Rhummel (Hachi 1997, 2003), auxquelles s’associent aiguillons droits et pointes du chacal, apparues dans ce dernier site, semble annoncer au terme de l’Ibéromaurusien récent l’émergence de groupements stylistiques territorialisés (Hachi 1997 ; Hogue 2014).

61La première amélioration climatique coïncidant avec l’épisode GI-1 accompagne un changement dans la subsistance par une augmentation globale dans l’exploitation des plantes comestibles (Barton et al. 2019 ; Linstädter et al. 2012 ; Potì et al. 2019) et une intensification de la consommation de mollusques terrestres et marins (Merzoug 2005 ; Saxon et al. 1974 ; Taylor, Bell 2019). Cependant, il existe plusieurs entités biogéographiques caractérisées chacune par différents gibiers principaux : plaines littorales et terrain escarpé intérieur vs terrain ouvert des hautes plaines (Chibane 2016 ; Merzoug 2005 ; Turner 2019), avec un gradient d’humidité orienté nord-est - nord-ouest (Merzoug 2005). Ceci a certainement dû déterminer le choix du type d’armement de chasse le mieux adapté aux particularités de chaque entité géographique (Sari 2012, 2014, 2020). L’amélioration climatique accompagne également l’apparition des inhumations collectives qui annoncent un changement dans la fonction des sites et qui se poursuit à Columnata. Ce dernier site partage avec Afalou Bou Rhummel la présence de sépultures collectives dans des structures en pierre ou de pavage accompagnées de chevilles osseuses du gibier le plus abondant localement (Cadenat 1966 ; Hachi 2006), ce qui est en faveur d’une continuité culturelle. Cependant, l’activité funéraire à Taforalt révèle des traditions funéraires variables au sein même du site, et certaines pratiques sont restreintes à un territoire précis (Humphrey 2019), ce qui va dans le sens de l’existence de différentes entités régionales. D’autre part, la persistance à Afalou Bou Rhummel de la fabrication sur place d’objets d’art figuratif en terre cuite reflète une continuité culturelle, dont l’absence ailleurs semble indiquer une particularité régionale (Hachi 1997, 2003, 2006 ; Hachi et al. 2002). Seuls des fragments d’argile cuite roulée, pouvant éventuellement servir, selon Barton, au décor de la vannerie, ont été trouvés à Taforalt avec une meule en pierre sur laquelle est gravée une représentation d’un mouflon à manchettes (Barton et al. 2019). Ces témoignages convergent encore une fois vers la possible existence, au cours de l’Ibéromaurusien récent, de divers courants stylistiques régionaux apparaissant selon les termes de Hachi (2006, p. 438) « au sein » d’un territoire, jouissant de ressources suffisantes et qui favorise le développement d’une relative stabilité des populations qui finissent par constituer des groupes régionaux territorialisés ».

Conclusion et perspectives

62Nos résultats basés sur l’approche techno-économique des productions lithiques ibéromaurusiennes de Tamar Hat, Rassel et Columnata en lien avec le paléoenvironnement et l’exploitation des ressources naturelles ont permis de proposer, à titre d’hypothèse de travail, la reconnaissance de quatre entités techno-économiques (Émergente : Phase Inférieure de Tamar Hat ; Inférieure : Phase Supérieure de Tamar Hat ; Moyenne : niveau inférieur de Rassel ; Supérieure : Columnata) se trouvant au sein de deux entités biogéographiques différentes : montagnes et plaines littorales des zones côtières vs terrain ouvert des hautes plaines de l’intérieur. Au sein de ces entités techno-économiques, des changements diachroniques s’opèrent dans la structure de l’industrie lithique et témoignent d’adaptations humaines coïncidant respectivement avec les épisodes climatiques majeurs de la fin du Pléniglaciaire et du Tardiglaciaire. Cependant, Tamar Hat et Rassel semblent appartenir à un même ensemble chrono-culturel qui se situe entre 25 000 et 17 000 cal BP avec des composantes majeures techniques et économiques similaires. Ceci signifie que les changements climatiques majeurs du DMG et H1 n’ont pas eu d’effets significatifs sur le développement culturel de l’Ibéromaurusien du nord-est de l’Algérie. Cet ensemble est nettement différent dans sa conception de système techno-économique de l’ensemble supérieur, dont le terme est représenté par Columnata, et au sein duquel l’adaptation a pris des expressions comportementales différentes en termes de gestion des matières premières, de conceptions de débitage de chaîne opératoire conjoncturelles vs systématisées, de procédés techniques et de fonction des sites.

63Ce schéma est provisoire, car la répartition des dates est inégale et montre des terrains plus investis que d’autres. En outre, cette discussion s’appuie sur les données de la technologie lithique, la stratigraphie et la radiochronologie qui gagnerait à être précisée dans le cas de Rassel et Columnata. Cependant, la comparaison de ces résultats avec ceux des autres sites ibéromaurusiens bien documentés du Maghreb a également permis de corroborer l’idée de l’existence de différentes entités techno-économiques au sein de deux ensembles chrono-culturels majeurs, dont la transition est amorcée vers 15 000 cal BP. Cette transition annonce un changement fondamental des concepts opératoires du débitage, du mode d’inhumation, et l’apparition d’armatures évoluées. Mais ce changement a pris selon les sites des expressions comportementales différentes, reflétant des particularismes régionaux avec une relative stabilité de la structure industrielle qui aboutira au début de l’Holocène à une parcellisation culturelle et une régionalisation des armatures.

64Le renouveau des études technologiques menées sur les industries microlithiques ibéromaurusiennes du Maghreb est encore trop faible pour établir des comparaisons fines sur de grands territoires et confronter les synthèses techno-typologiques régionales. Considérant l’échelle géographique du sujet, assembler dans un futur proche les bases d’une synthèse collective fondée sur des bilans régionaux établis sur des bases méthodologiques proches est impératif. Il est aussi nécessaire de préciser la radiochronologie et de vérifier la part de la variation de la fonction des sites et la diversité des niches écologiques en multipliant les types d’approches. Il faudra également multiplier les travaux sur les analyses fonctionnelles et les indicateurs de saisonnalité dans les différents sites ibéromaurusiens existants, afin de sérier les différentes occupations en termes de chronologies saisonnières et/ou annuelles et identifier le statut fonctionnel des sites ibéromaurusiens. Toutefois, il faudra avant tout surmonter les difficultés dues aux spécificités des « écoles » d’analyse des industries lithiques, aux disparités méthodologiques et à la qualité variable des données publiées.

Top of page

Bibliography

AMARA A. 1977 - Le gisement Es Sayar, Bou Saada. Libyca, 25, p. 59-71.

AOUDIA-CHOUAKRI L. 2013 - Pratiques funéraires complexes : réévaluation archéo-anthropologique des contextes ibéromaurusiens et capsiens (Paléolithique supérieur et Épipaléolithique, Afrique du Nord-Ouest). Bordeaux : Université de Bordeaux I. Thèse de Doctorat.

ARAMBOURG C., BOULE M., VALLOIS H., VERNEAU R. 1934 - Les grottes paléolithiques des Beni Ségoual (Algérie). Archives de l’Institut de Paléontologie Humaine, 13. Paris : Édition Masson, 242 p.

AUMASSIP G. 1979 - Le bas Sahara dans la Préhistoire. Aix-en–Provence : Université d’Aix-en-Provence. Thèse de Doctorat ès sciences.

BALOUT L. 1955 - Préhistoire de l’Afrique du Nord, essai de chronologie. Paris : Arts et métiers graphiques, 802 p.

BARICH B.E., GARCEA E. A. A. 2008 - Ecological patterns in the Pleistocene and Holocene in the Jebel Gharbi, northern Libya: chronology, climate and human occupation. African Archaeological Review 25, 1-2, p. 87-97.

BARICH B. E., GARCEA E. A. A., GIRAUDI C. 2008 - Between the Mediterranean and the Sahara: The geoarchaeological reconnaissance in the Jebel Gharbi, Libya. Antiquity, 80, p. 567-582.

BARTON N. E., BOUZOUGGAR A., COLLCUTT S. N., HUMPHREY L. T. 2019 - Cemeteries and Sedentism in the Later Stone Age of NW Africa: Excavations at Grotte des Pigeons, Taforalt, Morocco. Monographien des Römisch Germanisches Zentralmuseum, 147. Mainz: Römisch Germanisches Zentralmuseum, 628 p. https://books.ub.uni-heidelberg.de/propylaeum/reader/download/734/734-29-90075-1-10-20200826.pdf

BARTON R. N. E., BOUZOUGGAR A., HOGUE J. T., LEE S., COLLCUTT S. N., DITCHFIELD P. 2013 - Origins of the Iberomaurusian in NW Africa: New AMS radiocarbon dating of the Middle and Later Stone Age deposits at Taforalt Cave, Morocco. Journal of Human Evolution, 65, p. 266-281.

BEGHIN P., CHARBIT S., KAGEYAMA M., COMBOURIEU-NEBOUT N,. HATTÉ C., DUMAS C., PETERSCHMITT J.-Y. 2016 - What drives LGM precipitation over the western Mediterranean? A study focused on the Iberian Peninsula and northern Morocco. Clim Dyn, 46, p. 2611-2631.

BELFER-COHEN A., GORING-MORRIS N. 2002 - Why microliths? Microlithization in the Levant. In: R.G. ELSTON, S.L. KUHN (Éd.), Thinking Small: Global Perspectives on Microlithization. Archaeological Papers of the American Anthropological Association, Arlington 12, p. 57-68.

BENSLAMA M., ANDRIEU-PONEL V., GUITER F., REILLE M., DE BEAULIEU J.-L., MIGLIORE J., DJAMALI M. 2010 - Nouvelles contributions à l’histoire tardiglaciaire et holocène de la végétation en Algérie : analyses polliniques de deux profils sédimentaires du complexe humide d’El-Kala. Comptes Rendus Biologies, 333, p. 744-754.

BETROUNI M. 1997 - Le paléokarst de Sidi Saïd. « Aspects chronoculturels ». In: J. M. FULLOLA, N. SOLER (dir.), El Món Mediterrani Despres del Pleniglacial (18.000-12.000 BP). Girona: Museu d’Arqueologia de Catalunya, p. 77-92.

BETROUNI M. 2021 - Le « Moustérien » de Tipasa et de Ténès (littoral ouest algérois) dans la lecture climatique du second pléniglacaire. L’Anthropologie, 125, 1.102841. doi:10.1016/j.anthro.2021.102841 

BOULANGER C., HAWKINS S., SAMPER CARRO S. C., ONO R, O’CONNOR S. 2022 - Continuity and variability in prehistoric fishing practices by Homo sapiens in Island Southeast Asia: new ichthyofaunal data from Asitau Kuru, Timor-Leste. World Archaeology, 54, p. 288-316. DOI: 10.1080/00438243.2023.2192518

BOUZOUGGAR A., BARTON R.-N.-E., BLOCKLEY S., BRONK-RAMSEY C., COLLCUTT S.-N., GALE R., HIGHAM T.-F.-G., HUMPHREY L.-T., PARFITT S., TURNER E., WARD S. 2008 - Reevaluating the Age of the Iberomaurusian in Morocco. African Archaeological Review, 25, p. 3-19.

BRACCO J.-P., MONTOYA C. (Éd.) 2005 - D’un Monde à l’Autre. Les systèmes techniques pendant le Tardiglaciaire autour de la Méditerranée occidentale. Mémoire de la Société Préhistorique française, tome XL, 183 p. (Actes de la Table Ronde d’Aix-en-Provence, Juin 2001).

BRAHIMI C. 1969 - L’industrie lithique de l’abri de Tamar Hat (petite Kabylie). Libyca, 17, p. 93-99.

BRAHIMI C. 1970 - L’Ibéromaurusien du littoral de la région d’Alger. Mémoire du C.R.A.P.E., 23, Paris : Arts et Métiers Graphiques, 154 p.

BRAHIMI C. 1972 - Deux campagnes de fouilles à Columnata (1969 et 1971). Libyca, 20, p. 49-101.

CACHO I., GRIMALT J.-O., PELEJERO C., CANALS M., SIERRO F.- J., FLORES J. 1999 - Dansgaard-Oeschger and Heinrich event imprints in Alborán Sea paleotemperatures. Paleoceanography, 14, 6, p. 698-705.

CADENAT P. 1966 - Vues nouvelles sur les industries de Columnata. Libyca, 14, p. 189-207.

CAMPMAS É., CHAKROUN A., MERZOUG S. 2016 - Données préliminaires sur l’exploitation de la malacofaune marine par les groupes ibéromaurusiens de l’abri Alain (Oran, Algérie). Paleo, 27, p. 83-104.

CAMPS G. 1974 - Les civilisations préhistoriques de l’Afrique du Nord et du Sahara. Paris : Doin, 375 p.

CAMPS G., CURTES A., TIXIER J. 1959 - Gisement Épipaléolithique (vraisemblablement Ibéromaurusien) au Cap Chenoua en avant d’une grotte à remplissage bréchoïde quaternaire. Bulletin de la Société préhistorique française, 56, p. 297.

CARRIÓN MARCO Y., VIDAL-MATUTANO P., MORALES J., HENRÍQUEZ VALIDO P., POTÌ A., KEHL M., LINSTÄDTER J., WENIGERG G-C., MIKDAD M. 2018 - Late Glacial Landscape Dynamics Based on Macrobotanical Data: Evidence from Ifri El Baroud (NE Morocco). Environmental Archaeology, 26, p. 131-145.

CHAMLA M-C. 1970 - Les hommes épipaléolithiques de Columnata, Algérie occidentale : étude anthropologique. Mémoire du C.R.A.P.E., 15. Paris : Arts et Métiers Graphiques, 132 p.

CHIBANE S. 2016 - Étude taphonomique et archéozoologique de la faune ibéromaurusienne de l’abri Alain (Oran, Algérie). Toulouse : Université Toulouse - Jean Jaurès. Mémoire de Master 2. https://www.calameo.com/books/0069271461771e085e18c 

CLOSE A. E. 1977 - Identification of style in lithic artefacts from North East Africa. Mémoires de l’Institut d’Égypte, 61. Cairo: S.O.P. Press.

CLOSE A. E. 1978 - The identification of style in lithic artefacts. World archaeology, 10, p. 223-237.

CLOSE, A. E. 1981 - The Iberomaurusian sequence at Tamar Hat. Libyca, 28-29, p. 69-103.

CLOSE A. E. 2002 - Backed bladelets are a foreign country. In: R.G. Elston, S.L. Kuhn (Éd.), Thinking Small: Global Perspectives on Microlithization. Arlington, 12, Archaeological Papers of the American Anthropological Association, p. 30-44.

COMBOURIEU NEBOUT N., PEYRON O., DORMOY I., DESPRAT S., BEAUDOUIN C., KOTTHOFF U., MARRET F. 2009 - Rapid climatic variability in the West Mediterranean during the last 25,000 years from high resolution pollen data. Climate of the Past, 5, p. 503-521.

DASTUGUE J. 1970 - Pathologie des hommes de Columnata, In: M.C. CHAMLA (dir.), Les hommes épipaléolithiques de Columnata. Mémoire du CRAPE, 15, p. 121-126.

DAVIS B. A. S., FASEL M., KAPLAN J. O., RUSSO E., BURKE, A. 2022 - The climate and vegetation of Europe, North Africa and the Middle East during the Last Glacial Maximum (21,000 years BP) based on pollen data. Clim. Past Discuss. [preprint]. https://doi.org/10.5194/cp-2022-59, in review, 2022.

DÉLIBRIAS G. 1981 - La mesure des âges par le Carbone 14. InC. ROUBET, H.-J. HUGOT, G. SOUVILLE (Éd.). Préhistoire africaine : mélanges offerts au doyen Lionel Balout. Paris : A.D.P.F., p. 98-101.

ESTORGES P., AUMASSIP G., DAGORNE A. 1969 - El Haouita, un exemple de remblaiement fini-wurmien. Libyca, 17, p. 53-91.

FLETCHER W. J., SÁNCHEZ GOÑI M. F. 2008 - Orbital- and sub-orbital-scale climate impacts on vegetation of the western Mediterranean basin over the last 48,000 yr.Quaternary Research, 70, p. 451-464.

GRAGUEB A. 1983 - Ibéromaurusien et industries à lamelles en Tunisie (étude d’après les collections E.G. Gobert du musée du Bardo). Tunis. Aix en Provence : Université Aix-Marseille 1, Thèse de 3e cycle, 2 vol., 517 p.

HACHI S. 1987 - Les cultures de l’Homme de Mechta El Arbi. Le gisement d’Afalou Bou Rhummel Bou Rhummel (massif des Babors, Algérie) : les niveaux supérieurs -13000-11000 BP. Aix en Provence : Université d’Aix-Marseille 1, Thèse de Doctorat 3cycle.

HACHI S. 1996 - L’Ibéromaurusien, découverte des fouilles d’Afalou Bou Rhummel. L’Anthropologie, 100 (1), p. 77-87.

HACHI S. 1997 - Résultats des fouilles récentes d’Afalou Bou Rmel (Bédjaïa, Algérie), In:  FULLOLA J.-M., SOLER N. (Éd.), El Món Mediterrani Despres del Pleniglacial (18.000-12.000 BP), Girona : Museu d’Arqueologia de Catalunya, p. 77-92.

HACHI S. 2003 - Les cultures de l’Homme de Mechta-Afalou. Le gisement d’Afalou-Bou-Rhummel (massif des Babors, Algérie), les niveaux supérieurs 13 000 - 11 000 BP. Mémoire du Centre National de Recherches Préhistoriques Anthropologiques et Historiques, Nouvelle Série, 2, 256 p.

HACHI S. 2006 - Du comportement symbolique des derniers chasseurs Mechta-Afalou Bou Rhummel d’Afrique du Nord. Comptes Rendus Palevol, 5, p. 439-440.

HACHI S., FRÖHLICH F., GENDRON-BADOU A., DE LUMLEY H., ROUBET C., ABDESSADOK S. 2002 - Figurines du Paléolithique supérieur en matière minérale plastique cuite d’Afalou Bou Rhummel Bou Rhummel (Babors, Algérie) : premières analyses par spectroscopie d’absorption infra-rouge. L’Anthropologie, 106, p. 57-97.

HADJOUIS DJ. 2002 - Les hommes du Paléolithique supérieur d’Afalou Bou Rhummel Bou Rhummel (Bédjaïa, Algérie). Interprétation nouvelle des cinétiques cranio-faciales et des effets de l’avulsion dentaire. Malformations crâniennes, troubles de la croissance, anomalies et maladies alvéolo-dentaires. L’Anthropologie, 106, p. 337-375.

HEDDOUCHE A. 1977 - Le gisement Épipaléolithique d’El Onçor près de Bousaada. Lybica, 25, p 73-84.

HEDDOUCHE A. 1998 - Nouveaux remblaiements type El Haouita dans l’Atlas saharien. Monts des Ouled Nail et monts du Zab, Algérie. Apport à la connaissance des variations climatiques et de l’occupation humaine holocène. Lybica, 35, p. 87-93.

HELLAL H. 2005 - L’Ibéromaurusien de l’abri Alain (Algérie occidentale). Approche techno-typologique des industries lithiques (collection de l’IPH). Paris : Université Paris I, Mémoire de DEA.

HOGUE J. 2014 - The origin and development of the Pleistocene LSA in Northwest Africa: A case study from Grotte des Pigeons (Taforalt), Morocco. Oxford: University of Oxford, PhD thesis, https://ora.ox.ac.uk/objects/uuid:3a95e8b0-5e0b-4e8b-baac-b2e44a327d8a/download_file?file_format=application%2Fpdf&safe_filename=THESIS01&type_of_work=Thess

HOGUE J. T., BARTON R. N. E. 2016 - New radiocarbon dates for the earliest Later Stone Age microlithic technology in Northwest Africa. Quaternary International, 413, p. 62-75.

HOGUE J., BOUZOUGGAR A., BARTON R.-N.-E. 2019 - Later Stone Age Lithic Artefacts. In: N. E. BARTON, A. BOUZOUGGAR, S. N. COLLCUTT, L. T. HUMPHREY (Éds.),Excavations at Grotte des Pigeons, Taforalt, Morocco. Monographien des Römisch Germanisches Zentralmuseum, 147. Mainz: Römisch Germanisches Zentralmuseum, 2019, p. 335-393.

HUMPHREY L.-T. 2019 - Human Burial Evidence. In: N. E. BARTON, A. BOUZOUGGAR, S. N. COLLCUTT, L. T. HUMPHREY (Éd.), Excavations at Grotte des Pigeons, Taforalt, Morocco. Monographien des Römisch Germanisches Zentralmuseum, 147. Mainz: Römisch Germanisches Zentralmuseum, 2019, p. 443-482.

HUMPHREY L.-T., BOCAEGE E. 2008 - Tooth Evulsion in the Maghreb: Chronological and Geographical Patterns. African Archaeological Review, 25, p. 109-123.

KEFI R., HECHMI M., NAOUALI C., JMEL H., HSOUNA S., BOUZAID E., ABDELHAK S., BERAUD-COLOMB E., STEVANOVITCH A. 2018 - On the origin of Iberomaurusians: New data based on ancient mitochondrial DNA and phylogenetic analysis of Afalou Bou Rhummel and Taforalt populations. Mitochondrial DNA Part A, 29, p. 147-157.

KEFI R., STEVANOVITCH A., BOUZAID E., BÉRAUD-COLOMB E. 2005 - Diversité mitochondriale de la population de Taforalt (12000 ans BP, Maroc) : une approche génétique à l’étude du peuplement de l’Afrique du Nord. Anthropologie, 43, p. 1-11.

KHERBOUCHE F., HACHI S., ABDESSADOK S., SEHIL N., MERZOUG S., SARI L., BENCHERNINE R., CHELLI R., FONTUGNE M., BARBAZA M., ROUBET C. 2014 - Preliminary results from excavations at Gueldaman Cave GLD1 (Akbou, Algeria). Quaternary International, 320, p. 109-124.

KUHN S.L, ELSTON R.G. 2002 - Thinking Small Globally. In: R.G. Elston, S.L. Kuhn (Ed.), Thinking Small: Global Perspectives on Microlithization. Arlington: Archaeological Papers of the American Anthropological Association, 12, p. 1-7.

LECLAIRE L. 1972 - La sédimentation holocène sur le versant méridional du bassin algéro-baléares, précontinent, algérien. Paris : Muséum national d’Histoire naturelle.

LEPLONGEON A. 2017 - Technological variability in the Late Palaeolithic lithic industries of the Egyptian Nile Valley: The case of the Silsilian and Afian industries. PLoS ONE, 12, e0188824, doi:10.1371/journal.pone.0188824

LINSTÄDTER J., EIWANGER J., MIKDAD A., WENIGER G.C. 2012 - Human occupation of Northwest Africa: A review of Middle Palaeolithic to Epipalaeolithic sites in Morocco. Quaternary International, 274, p. 158-174.

LORCIN J. 1961-1962. La station préhistorique du cap Ténès. Lybica, 9, p. 9-58.

LUBELL D. 1984 - Paleoenvironnement and Epi-Paleolithic economies in the Maghreb (ca. 20,000 to 5,000 BP). InJ.-D. CLARK, S.-A. BRANDT (Éd.), From hunters to farmers: the causes and consequences of food production in Africa. Berkeley: University of California Press, p. 41-56.

LUCARINI G., MUTRI G. 2014 - Microlithism and landscape exploitation along the Cyrenaican Coast between the Late Pleistocene and the Holocene: A matter of continuity. In: K. BOYLE, R.J. RABETT, C.O. HUNT (Éds.), Living in the landscape. Essays in Honour of Graeme Barker. Cambridge: McDonald Institute Monographs, University of Cambridge, p. 109-120.

MARIOTTI M., BONFIGLIOLI B., FACCHINI F., CONDEMI S., BELCASTRO M.-G. 2009 - Funerary practices of the Iberomaurusian population of Taforalt (Tafoughalt. Morocco, 11-12 000 BP), new hypotheses based on a grave by grave skeletal inventory and evidence of deliberate human modification of the remains. Journal of Human Evolution, 56, p. 340-354.

MCBURNEY C.B.M. 1967 - The Haua Fteah (Cyrrenaica) and the stone age of the South East Mediterranean.  Cambridge University Press, 404 p.

MEDIG M., MEIER R., SAHNOUNI M., DERRADJI A. 1996 - Découverte d’un crâne humain dans les niveaux ibéromaurusiens de la grotte de Taza 1, Jijel, Algérie. Comptes Rendus de l’Académie des Sciences de Paris, série II a (323), p. 825-831.

MEIER R.J., SAHNOUNI M., MEDIG M., DERRADJI A. 2003 - Human skull from the Taza locality, Jijel, Algeria. Anthropologischer Anzeiger, 62, p. 129-140.

MERZOUG S. 2005 - Comportements de subsistance des Ibéromaurusiens d’après l’analyse archéozoologique des mammifères des sites de Tamar Hat, Taza1 et Columnata (Algérie). Paris : Muséum national d’Histoire naturelle de Paris, Thèse de Doctorat, 418 p.

MERZOUG S., SARI L. 2008 - Re-examination of the zone I material from Tamar Hat (Algeria):  Zooarchaeological and technofunctional analyses. African Archaeological Review, 25, p. 57-73.

MERZOUG S. 2012 - Essai d’interprétation du statut économique du Megaceroides algericus durant l’Ibéromaurusien dans le massif des Babors (Algérie). Quaternaire, 23 (2), p. 141-148, https://doi.org/10.4000/quaternaire.6180

MERZOUG S. 2017 - Les comportements de subsistance en Afrique du Nord-Ouest durant la transition Pléistocène supérieur/Holocène : entre homogénéité et variations stratégiques. L’Anthropologie, 121, p. 189-203.

MERZOUG S. 2021 - L’exploitation des ressources animales par les chasseurs-cueilleurs ibéromaurusiens d’Afrique du Nord-Ouest : cas des sites algériens. InBLANC-BIJON V., BRACCO J.P., CARRE M.B. (Éd.), L’Homme et l’Animal au Maghreb, de la Préhistoire au Moyen Âge. Aix-en-Provence : Presses universitaires de Provence, 2021, p. 89-101.http://books.openedition.org/pup/62602>. ISBN : 9791032004272. DOI : https://doi.org/10.4000/books.pup.62602.

MORALES J. 2018 - The contribution of botanical macro-remains to the study of wild plant consumption during the Later Stone Age and the Neolithic of north-western Africa. Journal of Archaeological Science: Reports, Volume 22, p. 401-412.

MOSER J. 2003 - La Grotte d’Ifri n’Ammar. Tome 1. L’Ibéromaurusien. Köln, Allgemeine und Vergleichende Archäologie-Forschungen, Band 8, 163 p.

MUTVEI H., WESTERMARK T. 2001 - How Environmental Information Can Be Obtained from Naiad Shells. In: BAUER G., WÄCHTLER K. (Éd.), Ecology and Evolution of the Freshwater Mussels Unionoida. Ecological Studies, vol 145. Springer, Berlin, Heidelberg, p. 367-379, https://doi.org/10.1007/978-3-642-56869-5_21

NAMI N. 2007 - Les techno-complexes Ibéromaurusiens d’Ifri El Baroud (Rif Oriental, Maroc). Zeitschrift für Archäologie Außereuropäischer Kulturen, 2, p. 183-239.

PALLARY P. 1909 - Note sur un gisement paléolithique de la province d’Oran, Bulletin du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, p. 341-342.

PELEGRIN J., INIZAN M.L. 2013 - Soft hammerstone percussion use in bidirectional blade-tool production at Acila 36 and in bifacial knapping at Shagra (Qatar). Arabian Archaeology and Epigraphy, 24, p. 79-86.

PERLES C. 1991 - Économie des matières premières et économie de débitage : deux conceptions opposées ? In: 25 ans d’études technologiques en Préhistoire : bilan et perspectives. Actes des 11e Rencontres Internationales d’Archéologie et d’Histoire, Antibes : APDCA, p. 35-45.

PERRIN T., DACHY T., GUÉRET C., LUBELL D., CHAÏD-SAOUDI Y., GREEN W. 2020 - Pressure knapping and the timing of innovation: New chrono-cultural data on prehistoric groups of the early Holocene in the Maghreb, Northwest Africa. Radiocarbon, 62, p. 1-51.

POTÌ A. 2017 - Technical Change and Environmental Change in the Iberomaurusian: A Case Study from Ifri El Baroud, Morocco. Cologne: University of Cologne, Thèse de Doctorat, 333 p.

POTÌ A., GIBAJA BAO J.F., LINSTÄDTER J., MIKDAD A., NAMI M., WENIGER G.-C. 2020 - Iberomaurusian Lithic Assemblages at Ifri El Baroud (Northeast Morocco). African Archaeological Review, 37, p. 361-382.

POTÌ A., KEHL M., BROICH M., CARRIÓN MARCO Y., HUTTERER R., JENTKE T., LINSTÄDTER J., LOPEZ-SAEZ A., MIKDAD A., MORALES J., PEREZ-DÍAZ S., PORTILLO M., SCHMID C., VIDAL-MATUTANO P., WENIGER G.-C. 2019 - Human occupation and environmental change in the western Maghreb during the Last Glacial Maximum (LGM) and the Late Glacial. New evidence from the Iberomaurusian site Ifri El Baroud (northeast Morocco). Quaternary Science Reviews, 220, p. 87-110.

REIMER P.J., AUSTIN W.E.N., BARD E., BAYLISS A., BLACKWELL P.G., RAMSEY C.B. et al. 2020 - The IntCal20 Northern Hemisphere radiocarbon age calibration curve (0–55 cal kBP). Radiocarbon 62, p. 725-757.

SARI L. 2008 - Production lamellaire en contexte ibéromaurusien  : variabilité et implication techno-économique. Cas du niveau inférieur de Rassel (littoral ouest algérois). InH. AOURAGHE, H. HADDOUMI, K. EL HAMMOUTI, A. OUJDA (Éd.), Le Quaternaire Marocain Dans Son Contexte Méditerranéen. Actes des quatrièmes rencontres des Quaternaristes marocaines (RQM4), Oujda (novembre 2007), Oujda, Publication de la Faculté des Sciences, Université Mohammed 1er, p. 376–388.

SARI L. 2012 - L’Ibéromaurusien, culture du Paléolithique supérieur tardif. Approche technologique des productions lithiques taillées de Tamar Hat, Rassel et Columnata (Algérie). Paris : Université de Paris X-Nanterre, Thèse de Doctorat, 528 p.

SARI L. 2014 - Technological change in Iberomaurusian culture: The case of Tamar Hat, Rassel and Columnata lithic assemblages (Algeria). Quaternary International, 320, p. 131-142.

SARI L. 2015 - Les galets utilisés ibéromaurusiens de l’abri de Tamar Hat (Béjaïa, Algérie nord-orientale). Statut fonctionnel et hypothèses palethnographiques. Actes de la 1ère rencontre de l’ATEQ pour l’étude du Quaternaire en Tunisie, Tunis (11-14 mars 2012). Publication de l’Association Tunisienne pour l’Étude du Quaternaire, p. 174-187.

SARI L. 2020 - Diachronic Variation in Microlith Production Systems During the Late Pleistocene, Algeria. African Archaeological Review, 37, p. 327-359.

SARI L., KIM K.J. 2017 - Lithic Economy and Specialized Activities Among the Iberomaurusian Populations of Tamar Hat Rockshelter (Northeastern Algeria). African Archaeological Review, 34, p. 543-556.

SAXON E. C., CLOSE A., CLUZEL C., MORSE V., SHACKELTON N. J. 1974 - Results of recent investigations at Tamar Hat. Libyca, 22, p. 49-91.

SAXON E.C. 1975 - Prehistoric economies of the Israeli and Algerian littorals: 18 000-8000 BP. Cambridge: Cambridge University, Jesus College, Ph. D. Dissertation. 233 p.

SECHER B., FREGEL R., LARRUGA J. M., CABRERA V. M., ENDICOTT P., PESTANO J. J., GONZÁLEZ A. M. 2014 - The history of the North African mitochondrial DNA haplogroup U6 gene flow into the African, Eurasian and American continents. BMC Evolutionary Biology, 14, p. 109-125.

TAYLOR V. K., BELL M., 2019 - Land Molluscs. InN. E. BARTON, A. BOUZOUGGAR, S. N. COLLCUTT, L. T. HUMPHREY (Éd.), Excavations at Grotte des Pigeons, Taforalt, Morocco. Monographien des Römisch Germanisches Zentralmuseum, 147. Mainz: Römisch Germanisches Zentralmuseum, 2019, p. 207-237.

TIXIER J. 1954 - Le gisement préhistorique d’El-Hamel. Libyca, 2, p. 78-120.

TIXIER J. 1963 - Typologie de l’Épipaléolithique du Maghreb. Mémoire du C.R.A.P.E, n° 2. Paris : Arts et Métiers Graphiques, 212 p.

TIXIER J., INIZAN M.L., ROCHE H., 1980 - Préhistoire de la pierre taillée 1 terminologie et technologie. Paris : C.R.E.P., 120 p.

TURNER E. 2019 - Large Mammalian Faunal Assemblages. In: N. E. BARTON, A. BOUZOUGGAR, S. N. COLLCUTT, L. T. HUMPHREY (Éd.), Excavations at Grotte des Pigeons, Taforalt, Morocco. Monographien des Römisch Germanisches Zentralmuseum, 147. Mainz: Römisch Germanisches Zentralmuseum, 2019, p. 239-308.

VAN DE LOOSDRECHT M., BOUZOUGGAR A., HUMPHREY L., POSTH C., BARTON N., AXIMU-PETRI A., NICKEL B., NAGEL S., TALBI E., ABDELJALIL EL HAJRAOUI M., AMZAZI S., HUBLIN J. J., PÄÄBO S., SCHIFFELS S., MEYER M., HAAK W., JEONG C., KRAUSE J. 2018 - Pleistocene North African genomes link Near Eastern and sub-Saharan African human populations. Science, 360, p. 548-552.

VARDI J, GILEAD I - 2009. On the definition of errors in contexts of craft specialization: Krukowski microburins from the Beit Eshel chalcolithic flint workshop. In:S.A. ROSEN, V. ROUX (Éds.), Techniques and people: anthropological perspectives on technology in the archaeology of the proto-historic and early historic periods in the southern Levant. Paris : deBoccard, p. 125-134. https://www.researchgate.net/publication/280083138_On_the_Definition_of_Errors_in_Contexts_of_Craft_Specialization_Krukowski_Microburins_from_the_Beit_Eshel_Chalcolithic_Flint_Workshop

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1. Localisation des principaux sites ibéromaurusiens cités dans le texte. Location of main Iberomaurusian sites cited in the text.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8646/img-1.jpg
File image/jpeg, 480k
Title Figure 2. Datations calibrées au radiocarbone 14C des sites ibéromaurusiens d’Algérie corrélées aux variations de la composition en d18O dans la carotte de glace groenlandaise (GISP2). Les datations sont calibrées à l’aide du logiciel Calib 8.1.0 avec 2 sigma (Stuiver, Riemer 1986-2020). Conventional 14C radiocarbon determinations for Iberomaurusian sites of Algeria correlated to variations in d18O composition of ice in the Greenland Ice Sheet Project record (GISP2). The cal BP determinations are corrected using Calib 8.1.0 at 2 sigma (Stuiver, Riemer 1986-2020).
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8646/img-2.jpg
File image/jpeg, 364k
Title Tableau 1. Datations calibrées au radiocarbone 14C et en AMS des sites ibéromaurusiens d'Algérie. Les datations sont calibrées à l'aide du logiciel Calib 8.1.0 avec 2 sigma (Stuiver, Riemer 1986-2020).Conventional 14C and AMS radiocarbon dates for Iberomaurusian sites of Algeria. The cal BP determinations are corrected using Calib 8.1.0 at 2 sigma (Stuiver, Riemer 1986-2020).
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8646/img-3.png
File image/png, 241k
Title Figure 3. Méthodes de production de supports lamellaires reconnus sur les séries lithiques de Tamar Hat. a,b. débitage élaboré envahissant les flancs ; c. débitage frontal sur surface étroite ; d. débitage à partir de deux plans de frappe opposés et décalés ; e-f. débitage facial limité aux flancs ; g. débitage sur dièdre de galet ; i. débitage frontal sur nucléus-pièce buriniforme ; h-j. débitage sur nucléus-pièces carénées grattoiriformes. Bladelet core reduction sequences represented in lithic assemblages of Tamar Hat. a,b. Elaborate facial core reduction extending to core flanks; c. Core reduction strategy on narrow core table; d. Debitage on two opposed offset striking platforms; e-f. Debitage on narrow core table with retained cortex; g. Debitage on dihedral core; i. Debitage on narrow core table of burin-like core; h-j. Debitage on carinated end scraper-like core.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8646/img-4.jpg
File image/jpeg, 596k
Title Figure 4. Données métriques comparées des armatures à bord abattu entières. Compared metrical data of complete backed microliths.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8646/img-5.jpg
File image/jpeg, 256k
Title Figure 5. Morphotypes d’armatures du site de Tamar Hat. a-f. micropointes ; g-j. pointes à bord abattu rectiligne (h-i ont la base appointée par retouche) ; k-l. lamelles scalènes ; m-n. lamelles à bord abattu obtuses; o-p. pointe et micropointe à bord abattu partiel. Armature morphotypes of Tamar Hat. a-f. micropoints; g-j. pointed straight-backed bladelets (h-i have pointed retouched base); k-l, scalene bladelets; m-n. obtuse ended backed bladelet; o-p. pointed partially backed bladelet and microbladelet.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8646/img-6.jpg
File image/jpeg, 492k
Title Figure 6. Méthodes de production de support lamellaires reconnus sur les séries lithiques de Rassel. a-b. débitage élaboré envahissant les flancs ; c. débitage frontal sur nucléus-pièce buriniforme. Bladelet core reduction sequences represented in lithic assemblages of Rassel. a-b. Elaborate facial core reduction extending to core flanks; c. Debitage on narrow core table of burin-like core.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8646/img-7.jpg
File image/jpeg, 512k
Title Figure 7. Morphotypes d’armatures du site de Rassel. a. lamelle à cran ; b. pointe à bord abattu arqué ; c-d. pointes de la Mouillah ; e. lamelle à retouche marginale; f-g. fragments proximaux de lamelles à bord abattu partiel. Armature morphotypes from Rassel. a. shouldered bladelet; b. pointed arched-backed bladelets; c-d. La Mouillah points ; e. bladelet with fine retouch ; f-g. proximal tips of partial backed bladelets.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8646/img-8.jpg
File image/jpeg, 236k
Title Figure 8. Méthodes de production de supports différenciés reconnus sur les séries lithiques de Columnata. a-b. débitage lamellaire facial limité aux flancs ; c. débitage lamellaire frontal sur casson ; d. débitage laminaire frontal ; e-f. nucléus à éclats. Core reduction sequences dedicated to differentiated blanks represented in lithic assemblages of Columnata. a-b. Bladelet debitage not extending to core flanks; c. Bladelet debitage on narrow core table of a core trimming element d. Blade debitage on narrow core table; e-f. Carinated flake cores on chalcedony chunks.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8646/img-9.jpg
File image/jpeg, 532k
Title Figure 9. Morphotypes d’armatures du site de Columnata. a. pointe à bord abattu partiel ; b. triangle atypique ; c. pointe à bord abattu arqué portant une fracture d’impact et tranchant endommagé. Armature morphotypes. a. partial backed bladelet; b. Atypical triangle; c. pointed arched-backed bladelet showing impact fracture and damaged edge.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8646/img-10.jpg
File image/jpeg, 380k
Top of page

References

Bibliographical reference

Latifa Sari, “Particularismes régionaux et adaptations territoriales au cours de l’Ibéromaurusien. Apport des productions lithiques de Tamar Hat, Rassel et Columnata (Algérie)”PALEO, Hors-série | 2023, 266-291.

Electronic reference

Latifa Sari, “Particularismes régionaux et adaptations territoriales au cours de l’Ibéromaurusien. Apport des productions lithiques de Tamar Hat, Rassel et Columnata (Algérie)”PALEO [Online], Hors-série | Décembre 2022, Online since 15 November 2023, connection on 22 February 2024. URL: http://journals.openedition.org/paleo/8646; DOI: https://doi.org/10.4000/paleo.8646

Top of page

About the author

Latifa Sari

Centre national de recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques - 3 rue Franklin Roosevelt, Alger, Algérie. sari.latifa[at]cnrpah.org

Top of page

Copyright

CC-BY-NC-ND-4.0

The text only may be used under licence CC BY-NC-ND 4.0. All other elements (illustrations, imported files) are “All rights reserved”, unless otherwise stated.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search