Skip to navigation – Site map

HomeIssuesHors-sérieThème 2 : Données récentes sur la...Les associations fauniques de la ...

Thème 2 : Données récentes sur la Préhistoire d’Afrique du Nord – Occupations humaines, paléoenvironnements et relations avec le reste du continent

Les associations fauniques de la fin du Pleistocène et de l’Holocène dans les gisements archéologiques de Taghit Haddouch, Hassi Ouenzega et Ifri Ouzabour (Rif oriental, Maroc)

Late Pleistocene and Holocene faunal associations in the archaeological sites of Taghit Haddouch, Hassi Ouenzega and Ifri Ouzabour (Eastern Rif, Morocco)
Bouchra Bougariane and Abdeslam Mikdad
p. 292-305

Abstracts

Archaeological research carried out over the past few decades in the Eastern Rif region has brought to light several prehistoric sites with occupations that essentially date back to the late Pleistocene and Holocene periods. We report here the main results of the analysis made on the archaeofauna in three sites (Taghit Haddouch, Hassi Ouenzga and Ifri Ouzabour).
The study of the bone remains associated to the Holocene levels of these three sites shows the presence of fishes, reptiles, birds, and mammals. The meat diet of human groups appears diversified and based mainly on Bovidae. During the Iberomaurusian, the hunt seems to be mostly influenced by geotopography, with the Barbary sheep also known as aoudad and mountain gazelle (
Gazella cuvieri) dominating in steep areas whereas hartebeest and zebras are most frequent in open areas. During the Neolithic, domestic Caprines (sheeps and goats) constitute the basis of the production economy.
Zooarchaeological analysis of the bones remains reveals numerous natural (weathering, concretions) and anthropic (butchery, fire action) alterations which we will not dwell on this study. The other modifications of human origin (modified bones and teeth, ornaments, engraved ostrich eggshells) are scarce.

Top of page

Full text

Introduction

1Les sites archéologiques concernés par cette étude comprennent les gisements continentaux de Hassi Ouenzga et de Taghit Haddouch qui se situent à environ 50 km à vol d’oiseau du littoral. Le site d’Ifri Ouzabour se localise quant à lui sur la côte méditerranéenne (fig. 1). Les occupations archéologiques couvrent les périodes culturelles allant de l’Ibéromaurusien jusqu’au Néolithique (tabl. 1).

Figure 1. Situation géographique des sites mentionnés dans cette étude.
Geographical location of the sites mentioned in this study.

Figure 1. Situation géographique des sites mentionnés dans cette étude.Geographical location of the sites mentioned in this study.

Tableau 1. Synthèse des datations des niveaux archéologiques des sites étudiés (d’après Nekkal 2015).
Synthesis of dating of the archaeological levels of the sites studied (from Nekkal 2015).

Tableau 1. Synthèse des datations des niveaux archéologiques des sites étudiés (d’après Nekkal 2015). Synthesis of dating of the archaeological levels of the sites studied (from Nekkal 2015).

2Les trois sites ont été découverts dans le cadre du programme de recherche « Préhistoire et Protohistoire du Rif oriental », mené par des chercheurs marocains et allemands (Mikdad et al. 2000). Dans le cadre de ce programme les prospections ont mis au jour plus de 300 sites préhistoriques, protohistoriques et historiques (Mikdadet al. 2000 ; Linstädter 2004, 2008, 2010 ; Hutterer et al. 2011 ; Nekkal, Mikdad 2014 ; Nekkal et al. 2015 ; Nekkal 2015).

3Nous présentons ici les principaux résultats de l’étude des restes fauniques exhumés dans ces trois gisements de la fin du Pléistocène et de l’Holocène. Pour cette dernière période les résultats ont été obtenus dans le cadre d’une thèse de Doctorat (Bougariane 2013).

4La liste faunique des trois gisements comporte des poissons, des reptiles (essentiellement les tortues), des oiseaux (dont l’autruche) et des Mammifères qui dominent avec 20 taxons. Parmi ces derniers, certains sont communs aux trois sites (Léporidés, Bovidés - dont l’aoudad et la gazelle - et Caprinés domestiques), tandis que le phoque (Monachus monachus) n’est présent qu’à Ifri Ouzabour. Les restes osseux des caprinés domestiques (Ovis aries, et Capra hircus) sont les plus abondants. On note l’absence du porc (Sus scrofa f. domestica) dans les trois séquences.

Description des sites

Taghit Haddouch

5Ce gisement est situé dans la province de Nador, commune de l’Aïn Zora, à 8 km au sud-est du village de Driouch. La zone d’habitat principale se trouve dans une grotte, galerie sub-rectangulaire de 13 m de long sur 8 m de large à son entrée pour une hauteur d’environ 4,50 m. Elle s’ouvre vers l’Est, à une altitude d’environ 25 à 30 m, et surplombe un oued en méandres actuellement desséché (Mikdad et al. 2000).

6Le relevé stratigraphique (Hutterer et al. 2011) indique la présence de deux ensembles, surmontés par une importante couche de fumier, qui atteint dans certaines zones 1,40 m (fig. 2) et qui résulte de l’utilisation récente de la grotte comme bergerie.

Figure 2. Coupe stratigraphique sud-est du site de Taghit Haddouch.
Southeast stratigraphic section of the Taghit Haddouch site.

Figure 2. Coupe stratigraphique sud-est du site de Taghit Haddouch. Southeast stratigraphic section of the Taghit Haddouch site.

7L’Ensemble 2 ou ibéromaurusien correspond aux enlèvements 6 à 9. Il est séparé de l’Ensemble 1 ou néolithique par un épais lit d’éboulis et se compose d’un sédiment gris-noir. Il renferme des foyers constitués de pierres calcinées et est associé à l’Ibéromaurusien.

8L’Ensemble 1 ou néolithique correspondant aux décapages 1 à 5, se compose de sédiments fins relativement friables de couleur gris-marron lesquels peuvent être rattachés au Néolithique.

9L’occupation du site, tout en étant constante, ne semble guère avoir généré des activités humaines intenses. En effet, la quantité de matériel archéologique paraît attester d’une exploitation du site par un effectif limité de préhistoriques, peut-être en raison de sa surface d’habitat restreinte (Mikdad et al. 2008). Ce matériel comprend de la céramique, de l’industrie lithique et osseuse, des restes de coquilles de gastéropodes et des fragments de coquilles d’œufs d’autruche (Mikdad et al. 2000).  

Hassi Ouenzga

10Le site Hassi Ouenzga (fig. 3), « source des gazelles » en rifain, est situé dans la province de Taza, à 15 km environ au nord-est du village de Saka, au pied du Djebel Tawit qui culmine à 800 m. Il comprend un site de plein air ibéromaurusien, un abri néolithique, un tumulus protohistorique et une casbah islamique (Mikdad et al.2000). L’ensemble s’étend approximativement sur une superficie de 2000 m2. La concentration de ces différents sites dans cette cuvette naturelle est liée à l’existence d’une importante source d’eau artésienne. Seule la faune exhumée de l’abri néolithique est décrite dans ce travail.

Figure 3. L’abri Hassi Ouenzga. A : vue générale de la grotte ; B et C : relevé et photo de la séquence stratigraphique.
The Hassi Ouenzga shelter. A: general view of the cave; B and C: statement and photo of the stratigraphic sequence.

Figure 3. L’abri Hassi Ouenzga. A : vue générale de la grotte ; B et C : relevé et photo de la séquence stratigraphique. The Hassi Ouenzga shelter. A: general view of the cave; B and C: statement and photo of the stratigraphic sequence.

11L’analyse préliminaire de la stratigraphie de ce site a permis la différenciation de 5 couches observées sur une surface réduite (Linstädter 2003 ; Nekkal 2015), avec une épaisseur d’environ 1,60 m.

12Lors de l’étude de la faune, un fragment crânien humain a été identifié. Il s’agit d’un fragment de pariétal brûlé, et présentant une pathologie prenant la forme d’amincissements de la voute crânienne, due probablement à une anémie (A. Oujaa, com. personnelle).  

Ifri Ouzabour

13Le site se situe dans la province de Nador, à 40 km environ à l’ouest des villes de Melilla et Nador, à 5 km à l’est de l’embouchure de l’Oued Kert. Il a été découvert lors des travaux de la rocade qui relie Al Hoceima à Tanger (Nekkal et al. 2015). Il est localisé à quelques mètres de cette route. C’est une petite grotte associée à une occupation de plein air. Son entrée sous forme d’arche, qui domine directement la Méditerranée, est ouverte vers l’ouest (Nekkal et al. 2015).

14Les fouilles (2006-2007) ont été menées par la même équipe dans le cadre du même programme (Nekkal et al. 2015).  Un sondage de 6 mà l’intérieur de la grotte a mis en évidence un remplissage d’environ 1,70 m de puissance et quatre unités stratigraphiques distinctes (fig. 4). Les datations effectuées sur charbons de bois ont donné les âges suivants : 5676 ± 167 cal. BP (4520 ± 140 BP, Rabat 278) et 4641 ± 163 cal. BP (4126 ± 128 BP, Rabat 277) (Nekkal et al. 2015 ; Nekkal 2015). 

Figure 4. Ifri Ouzabour. A : vue générale du site ; B : tranchée de la fouille en plein air ; C : coupe stratigraphique du sondage externe, profil nord-est.
Ifri Ouzabour. A: general view of the site; B: open-air excavation trench; C: stratigraphic section of the external sounding, northeast profile.

Figure 4. Ifri Ouzabour. A : vue générale du site ; B : tranchée de la fouille en plein air ; C : coupe stratigraphique du sondage externe, profil nord-est. Ifri Ouzabour. A: general view of the site; B: open-air excavation trench; C: stratigraphic section of the external sounding, northeast profile.

Les restes fauniques

15La distinction des ossements des caprinés domestiques (Capra hircus et Ovis aries), n’est pas toujours facile. Nous avons eu recours à plusieurs travaux portant sur cette problématique (Boessneck et al. 1964 ; Payne 1985 ; Prummel, Frisch 1986 ; Helmer, Rocheteau, 1994 ; Helmer 2000 ; Halstead et al. 2002 ; Zeder, Pilaar 2010 ; Zeder, Lapham 2010 ; Gillis et al. 2011). Dans les cas où la détermination spécifique n’a pas été possible, nous utiliserons le terme « caprinés » pour désigner ces deux taxons. Pour l’Holocène, particulièrement la période historique, la différenciation ostéométrique et morphologique entre le lapin (Oryctolagus cuniculus) et le lièvre (Lepus capensis) n’est pas non plus aisée. Certains lapins holocènes ont des dimensions proches de celles des petits lièvres. Pour la distinction entre ces deux lagomorphes nous nous sommes basés principalement sur la diagnose comparative des travaux de Callou (1997).

16Les effectifs des assemblages fauniques des trois sites sont variables. Outre les restes osseux, on peut noter l’abondance des fragments de coquilles d’œuf d’autruche à Hassi Ouenzga et de fragments de carapace de tortues à Taghit Haddouch et Hassi Ouenzga (tabl. 2). Les premiers sont abondants, comme c’est le cas pour plusieurs gisements paléolithiques et néolithiques d’Afrique du Nord (Santa Olalla 1944 ; Camps-Fabrer 1966 ; Grebenart 1975 ; Onrubia Pintado, Ballouche 1996). Les taux de détermination des restes osseux sont faibles, à Taghit Haddouch (5 %) et Hassi Ounezga (2 %). Ceci est à mettre en relation avec les taux de fragmentation très élevés et le nombre important de ces éléments anatomiques. On notera que la fragmentation est beaucoup plus élevée à Ifri Ouzabour (40 %). 

Tableau 2. Nombre de restes par gisement.
Number of remains per site.

Tableau 2. Nombre de restes par gisement. Number of remains per site.

17Les assemblages osseux sont largement dominés par les Mammifères, à l’exception du site d’Ifri Ouzabour. Ce dernier est caractérisé par l’abondance des restes de poissons et d’oiseaux.

18Pour les Mammifères, nous avons distingué quatre groupes dans le tableau 3 : Bovidés ; autres Ongulés (Suidés, Équidés, etc.) ; Carnivores (chien, chacal, renard, phoque, etc.) et méso-mammifères (lapin, lièvre, hérisson et porc-épic). Les Bovidés dominent dans les trois gisements. Le pourcentage des Carnivores est relativement élevé à Hassi Ouenzga et Ifri Ouzabour. Les méso-mammifères, sont globalement, faiblement représentés, mais leur nombre reste relativement élevé dans les trois sites par rapport à d’autres sites contemporains (Michel 1990 ; Ouchaou 2000 ; Daugas et al. 2008 ; Aouraghe et al. 2010 ; Linstädter 2011 ; Bougariane 2013).

Taghit Haddouch

19La composition de la faune (tabl. 4, fig. 5) montre une différence entre l’ensemble ibéromaurusien (E2) et l’ensemble néolithique (E1). L’échantillon ibéromaurusien est caractérisé par la dominance des gazelles alors que celui de l’ensemble néolithique est dominé par les Caprinés domestiques. Notons que le niveau néolithique est plus riche en nombre de taxons et de restes. L’une des particularités de ce site est sa richesse en restes de tortue (principalement des fragments de carapaces).

Tableau 3. Répartition des restes osseux par groupes zoologiques. (* non détaillés dans ce travail).
Distribution of bone remains by zoological groups. (*not detailed in this work).

Tableau 3. Répartition des restes osseux par groupes zoologiques. (* non détaillés dans ce travail). Distribution of bone remains by zoological groups. (*not detailed in this work).

Tableau 4. Nombre de restes de taxons mammaliens dans les sites étudiés.
Number of mammalian taxa remains in the 3 sites from this study.

Tableau 4. Nombre de restes de taxons mammaliens dans les sites étudiés. Number of mammalian taxa remains in the 3 sites from this study.

Figure 5. Répartition des restes osseux par groupes zoologiques à Taghit Haddouch.
Distribution of bone remains by zoological groups at Taghit Haddouch.

Figure 5. Répartition des restes osseux par groupes zoologiques à Taghit Haddouch. Distribution of bone remains by zoological groups at Taghit Haddouch.

Hassi Ouenzga-abri

20La liste faunique, dominée par les herbivores, est riche et diversifiée (tabl. 4 - fig. 6). Les Carnivores sont représentés par les Canidés et les Félidés. On retiendra la présence de quelques restes d’animaux domestiques (Caprinés et chien) dans la couche 5 datée de 7529-7620 cal BC (KIA 434) (Linstädter 2004). On note également la présence des Érinacéidés. Au sein des herbivores (sensu lato), cinq familles sont identifiées : Léporidés, Rhinocérotidés, Équidés, Suidés et Bovidés. Les vertébrés non mammaliens (tortue, autruche et autres oiseaux indéterminés) sont également présents. Nous avons identifié au sein des restes fauniques quelques pièces d’industrie osseuse. Il s’agit essentiellement de pointes et d’aiguilles. Les Bovidés constituent le groupe dominant tout au long de la stratigraphie (fig. 6). Les restes des couches 1, 2 et 3 livrent des effectifs très réduits (tabl. 4).

Figure 6. Répartition des restes osseux par groupes zoologiques à Hassi Ouenzga (% établis sur l’ensemble des couches).
Distribution of bone remains by zoological groups at Hassi Ouenzga (% established on all layers).

Figure 6. Répartition des restes osseux par groupes zoologiques à Hassi Ouenzga (% établis sur l’ensemble des couches). Distribution of bone remains by zoological groups at Hassi Ouenzga (% established on all layers).

Ifri Ouzabour plein-air

21La première campagne de fouilles (2006) a été consacrée à l’installation d’un sondage situé au pied du talus. Cette fouille a permis la mise au jour d’une stratigraphie de 1,95 m. Le matériel de cette étude provient de ce sondage, ceci explique le faible nombre de restes. En conséquence, la totalité du matériel osseux d’Ifri Ouzabour a été traitée comme un unique assemblage attribué au Néolithique. Celui-ci est assez original par rapport aux autres car il se caractérise par l’abondance de restes correspondant à des taxons aquatiques, dont le phoque, les poissons (notamment la dorade et le thon) et dans une moindre mesure certains oiseaux non encore étudiés (tabl. 4 - fig. 7). Ceci est probablement lié à l’emplacement géographique du site. Au sein des Mammifères, une douzaine d’espèces ont été identifiées. Les herbivores (s.l.) sont représentés par les Léporidés, les Suidés et les Bovidés.

Figure 7. Répartition des restes osseux par groupes zoologiques à Ifri Ouzabour (% établis sur l’ensemble des couches).
Distribution of bone remains by zoological groups at Ifri Ouzabour (% established on all layers).

Figure 7. Répartition des restes osseux par groupes zoologiques à Ifri Ouzabour (% établis sur l’ensemble des couches). Distribution of bone remains by zoological groups at Ifri Ouzabour (% established on all layers).

22Une des particularités de ce site est la présence du phoque, bien qu’aucune trace d’activité anthropique n’ait été relevée sur les six restes osseux de ce taxon (bulle tympanique, fragment de maxillaire, canine, radius et phalange). Néanmoins, sa présence dans la grotte est très probablement due à l’Homme. Le mode de subsistance des occupants de ce site étant orienté vers les produits aquatiques, cette espèce devait représenter une ressource alimentaire (chair, graisse) non négligeable qui pourrait expliquer son introduction dans la grotte. De plus, des cas d’utilisation de la peau de phoque, durant les périodes préhistoriques ont été attestés par exemple dans le site d’Er Yoc’h en France (Boyle 2005).

Données taphonomiques et archéozoologiques

23Les altérations naturelles (i.e. action de l’eau, manganèse, concrétions) ont modifié les restes osseux dans les trois sites, même si ces traces sont relativement limitées (tabl. 5). De même, les traces laissées par des agents biologiques non anthropiques (racines, rongeurs, carnivores ; tabl. 5), bien que présentes, sont néanmoins peu abondantes. Ceci permet de supposer que ces altérations ont faiblement affecté les assemblages osseux, sans doute en raison d’un enfouissement relativement rapide. En revanche la fragmentation est très fréquente et par conséquent le taux de détermination reste généralement faible surtout pour Hassi Ouenzga et Taghit Haddouch en comparaison avec un taux plus élevé à Ifri Ouzabour. 

Tableau 5. Nombre de restes osseux par classe de taille.
Number of bone remains by size class.

Tableau 5. Nombre de restes osseux par classe de taille. Number of bone remains by size class.

24L’étude de la fragmentation consiste à répartir les restes osseux en classes selon la taille. Nous avons utilisé pour cela cinq classes de taille. On remarque que la classe dominante est celle de 2 à 4 cm (tabl. 5). Notons, qu’à l’exception des dents isolées et des os courts, les os sont rarement entiers. Pour distinguer la fragmentation naturelle de la fragmentation anthropique, nous avons étudié les angles de fractures (3 grands types d’angles de la surface corticale de l’os) et pour ce type de fragmentation les esquilles indéterminées n’ont pas été prises en considération (tabl. 6). Les os de jeunes individus et ceux à cortex fins doivent être exclus (Villa, Mahieu 1991). L’angle de fracture dépend des conditions physiques de l’os. La présence d’angles obliques est souvent associée à des fractures sur os frais alors que les angles droits résultent plutôt de fractures sur os sec ou minéralisé. Il y a également des fractures à angle variable.  Parmi les trois types, la fragmentation à angle oblique (obtus ou aigu), accompagnée d’un bord de fracture lisse, peut être considérée comme résultante d’une action anthropique. Dans le matériel étudié, les fractures selon un angle variable, sont relativement bien représentées dans l’ensemble 2 de Taghit Haddouch (N = 30). Les fracturations selon un angle droit sont rares dans les trois sites. Les fracturations selon un angle oblique sont relativement bien représentées dans l’ensemble 2 de Taghit Haddouch (N = 15). 

Tableau 6. Nombre et pourcentage correspondant aux angles de fracturation des restes osseux déterminés anatomiquement.
Number and percentage corresponding to the fracture angles of anatomically determined bone remains.

Tableau 6. Nombre et pourcentage correspondant aux angles de fracturation des restes osseux déterminés anatomiquement. Number and percentage corresponding to the fracture angles of anatomically determined bone remains.

25La fragmentation anthropique est peu attestée malgré quelques indices correspondant à différentes étapes du traitement des carcasses. La majorité des stries anthropiques (décarnisation et/ou désarticulation) a été observée sur des restes de Bovidés (tabl. 7). Toutefois, il convient de signaler des traces anthropiques sur deux restes de chien : un astragale et un humérus (fig. 8) respectivement à Hassi Ouenzga et Taghit Haddouch sans pourtant pouvoir affirmer avec certitude la pratique de la cynophagie. Citons également trois restes d’oiseaux qui portent des stries de découpes à Ifri Ouzabour. Outre les témoins en relation avec le traitement des carcasses,d’autres actions anthropiques ont été relevées sur des vestiges fauniques. Il s’agit de quelques restes, supports d’industrie osseuse, et des fragments de coquilles d’œufs d’autruche gravées issus notamment de la couche 3 de Hassi Ouenzga (fig. 8). Sur ce gisement on notera la présence tout à fait remarquable de tests d’œufs d’autruches dont le nombre s’élève à 6 663 fragments. Par ailleurs, les stries relevées, aux niveaux des extrémités distales d’humérus et des astragales des différents taxons, peuvent être considérées comme des stries de désarticulation. Celles localisées sur les côtes et sur les diaphyses des os longs relèvent du processus de décarnisation.

Figure 8. Restes osseux et œufs d’autruche portant des traces anthropiques (la barre de l’échelle représente 1 cm). a. astragale de chien (Hassi Ouenzga) ; b.  humérus de chien (Taghit Haddouch) ; c. fémur d’oiseau (Ifri Ouzabour) ; d : fragments de coquilles d’œufs d’autruche de Hassi Ouenzga.
Bone remains and ostrich eggs bearing anthropogenic traces (the scale bar represents 1 cm). a. dog astragalus (Hassi Ouenza); b. dog humerus (Taghit Haddouch); c. bird femur (Ifri Ouzabour); d: fragments of ostrich eggshells from Hassi Ouenzga.

Figure 8. Restes osseux et œufs d’autruche portant des traces anthropiques (la barre de l’échelle représente 1 cm). a. astragale de chien (Hassi Ouenzga) ; b.  humérus de chien (Taghit Haddouch) ; c. fémur d’oiseau (Ifri Ouzabour) ; d : fragments de coquilles d’œufs d’autruche de Hassi Ouenzga. Bone remains and ostrich eggs bearing anthropogenic traces (the scale bar represents 1 cm). a. dog astragalus (Hassi Ouenza); b. dog humerus (Taghit Haddouch); c. bird femur (Ifri Ouzabour); d: fragments of ostrich eggshells from Hassi Ouenzga.

Tableau 7. Répartition du nombre de restes par taxon montrant des stries anthropiques.
Distribution of the number of remains by taxon showing anthropogenic striations.

Tableau 7. Répartition du nombre de restes par taxon montrant des stries anthropiques. Distribution of the number of remains by taxon showing anthropogenic striations.

26Toutes ces observations témoignent très clairement du rôle des Hommes dans les accumulations et les modifications des assemblages fauniques dans les trois sites étudiés à la différence des actions des carnivores et des rongeurs qui se révèlent très réduites.

Discussion et conclusion

27L’ensemble du matériel archéologique en provenance des trois sites nous a permis d’associer l’assemblage 2 de Taghit Haddouch à une occupation ibéromaurusienne. Les niveaux archéologiques de l’Ensemble 1 de Taghit Haddouch, Hassi Ouenzga et Ifri Ouzabour sont quant à eux attribués au Néolithique.

28L’étude de la faune montre que les taux de détermination des restes osseux restent faibles à Hassi Ouenzga et Taghit Haddouch mais plus élevés à Ifri Ouzabour. Les assemblages osseux sont largement dominés par les Mammifères, à l’exception du site d’Ifri Ouzabour. Ce dernier est caractérisé par une dominance des taxons aquatiques (poissons et oiseaux). Il faut signaler pour le niveau ibéromaurusien de Taghit Haddouch (Ensemble 1) qu’il est composé d’animaux sauvages (carnivores, lagomorphes, bovidés), tandis que les niveaux néolithiques ont livré à la fois des formes sauvages et domestiques. Le nombre de restes issu de la faune domestique est réduit par rapport à celui de la faune sauvage pour les sites continentaux, alors que dans le site littoral d’Ifri Ouzabour ce sont les formes domestiques qui dominent.

29Dans les niveaux néolithiques, la composition faunique est variée avec les Érinaceidés, Léporidés, Carnivores, Rhinocérotidés, Suidés, Bovidés, poissons et oiseaux. Les Bovidés sauvages comprennent notamment l’aurochs, le bubale, l’aoudad et les gazelles lesquelles constituent le taxon dominant. Les Léporidés sont représentés par deux espèces : Lepus capensis et Oryctolagus cuniculus. Les restes de rhinocéros en provenance de Hassi Ouenzga sont rares comme pour la majorité des sites préhistoriques marocains. Les restes d’Équidés ont été identifiés dans les sites continentaux. Les Suidés, sont représentés par une seule espèce : Sus scrofa. Aucun argument ne permet d’avancer la présence de la forme domestique (Sus scrofa f. domestica) dans les sites étudiés. En effet, l’absence de canines et de troisièmes molaires, rend la distinction extrêmement difficile voire impossible entre ces deux formes. Les Érinaceidés, les Félidés et les Canidés sont aussi identifiés par de rares restes. Les formes domestiques sont représentées par le chien, le mouton, la chèvre et le bœuf. La dominance des cheptels des niveaux néolithiques du nord du Maroc par les Caprinés est attestée également dans tous les travaux antérieurs (Arambourg 1967 ; Gilman 1975 ; Michel 1992 ; Ouchaou, Amani 1997 ; Aouraghe et al. 2010 ; Linstädter et al.2012 ; Morales et al.  2013). À signaler que les sites littoraux sont riches en carapaces de tortues et fragments de coquilles d’œufs d’autruche dont l’accumulation est probablement due à l’Homme. En outre, le site littoral se distingue par la présence, en plus du phoque et d’oiseaux, de restes de poissons suggérant peut-être de la pratique de la pêche.

30Dans le site d’Ifri Ouzabour, les restes du mouton (Ovis aries) et de la chèvre (Capra hircus) ont été exhumés des niveaux néolithiques. Ce site est riche en restes d’origine marine dont le phoque. Ce dernier est rarement mentionné dans les sites préhistoriques du Maroc y compris les sites atlantiques et/ou méditerranéens du Maghreb en général. Pour les niveaux paléolithiques, ce taxon a été mentionné dans la région de Casablanca à Sidi Abderrahman (Thomas in Biberson 1961) à Thomas I (Bernoussi 1997 ; Raynal et al. 2010) et dans la région de Tanger à Mugharet el’Aliya (Arambourg 1967). Pour les niveaux plus récents (Néolithique-Protohistoire-Histoire), il a été mentionné dans le Site F de la région de Tarfaya (Charon et al. 1973), Mugharet el Khail et Mugharet es Saifiya dans la Péninsule tingitane (Arambourg in Howe, 1967), El Zafrin dans les îles zafarines (Gibaja et al. 2012) et Cap Ghir (Ouchaou et al. 2019). Ifri Ouzabour vient enrichir cette liste finalement peu nombreuse de gisements où le phoque est présent.

31Concernant le site de Hassi Ouenzga les restes de chien (Canis lupus f. familiaris), du mouton (Ovis aries) et de la chèvre (Capra hircus) sont attestés ensemble. Ces animaux domestiques sont présents dès la couche 5 attribuée au Néolithique ancien, avec une date de près de 8800 ans (cf. supra). Cette couche est la plus riche en restes de chien (18 restes), et ils constitueraient les plus anciens vestiges connus de ce taxon dans le Néolithique du Maroc. La confirmation de cette hypothèse nécessitera une datation directe sur ces os. La même couche attribuée dans des études précédentes à « l’Épipaléolithique à poterie » (Linstädter 2008, 2010) a aussi livré des Caprinés. Cette association rappelle celle du premier cas de l’Épipaléolithique à poterie en Libye tassilienne (Barich 2008). En résumé, la présence de Caprinés associée à celle du chien dans la couche 5 de Hassi Ouenzga représenterait la plus ancienne occurrence d’animaux domestiques au Maroc. Parmi les autres exemples témoignant de l’ancienneté des animaux domestiques au Maroc, citons les sites de Kaf-taht-el Ghar (7425 ± 77 cal.BP Daugas et al. 1989), Ifri Oudaden (8158 ± 103 cal.BP ; Linstädter et al. 2012), Ifri n’Armas (6834 ± 44 cal. BP ; Linstädter et al. 2012) et El Zafrin (6372 ± 37 cal.BP ; Gibaja et al. 2012).  

32Le remplissage de Taghit Haddouch est constitué de deux ensembles distincts, mais riches tous les deux en restes de tortues (restes osseux et fragments de plaques osseuses de carapace). L’ensemble 1 (néolithique) est caractérisé par la dominance des animaux domestiques qui sont totalement absents dans l’ensemble 2. L’ensemble néolithique, a livré des restes de chien (Canis lupus f. familiaris), de mouton (Ovis aries) et de chèvre (Capra hircus).

33L’action anthropique est documentée principalement sur des restes de Bovidés. Toutefois, on note la présence de stries de découpes sur des restes de chien provenant de Taghit Haddouch et Hassi Ouenzga.  Les rares exemples de traces de découpes sur les restes de chien ont été signalées dans les sites préhistoriques marocains de Bou-Saria (7589 ± 166 BP ; Daugas et al. 1989 ; Ouchaou 2000) et El Harhoura II (5800 BP ; El Hajraoui et al. 2012).

34Les coquilles d’œufs d’autruche gravées de Hassi Ounezga ont été découvertes dans plusieurs gisements d’Afrique du Nord (Camps-Fabrer 1966 ; Camps 1974 ; Vernetet al. 2006 ; Belhouchet 2008). À Hassi Ounezga, ces vestiges gravés correspondent à quatre fragments de coquilles portant des motifs géométriques constitués de lignes se croisant à angle droit ou obliquement en hachures. Ces fragments, dont deux ont pu être recollés, ont une taille moyenne de 20 mm. Leur examen confirme qu’ils faisaient partie de contenant (type bouteille) comme en témoignent les traces des orifices conservés sur les bords de deux fragments (fig. 8d et d’).  Entière, la coquille d’œuf d’autruche servait probablement de bouteille, comme les calebasses encore utilisées en Afrique (Camps-Fabrer 1994). Au Maroc, les régions de Draa, Tarfaya et Dakhla se distinguent par une concentration considérable de sites qui ont livré des tests d’œufs gravés d’autruche. Entre l’Oued Draa et Tarfaya on dénombre une dizaine de gisements : Oued Fadma, El Ouaar, El Mouilhah, El Khebita, Tenouchad, Taulet, sites 19, TR 15, site Letan, Km 34, site 16. Trois sites vers Boujdour ont aussi été identifiés (Laasalia, Adeim et Hassi Aufist). La région de Dakhla-Oued Dahab a livré trois sites comprenant des vestiges de coquilles gravées : Punta Elbow, Hanisch, et Amtal (Vernet et al. 2006). Au nord-ouest de la Mauritanie deux sites peuvent être également signalés : Cansado et Teyyedché. Enfin, en Tunisie, plusieurs gisements appelés « rammadiyat » ont livré des coquilles gravées (Belhouchet 2008). Les datations radiométriques font remonter ces tests gravés à 6350 BP et 6150 BP pour le site 19 et à 6000 BP pour le site de Cansado alors que Teyyedché fournit une date de 7020 BP. À Hassi Ouenzga les niveaux d’où proviennent les fragments incisés sont intercalés chronologiquement entre 6068 ±38 BP et 6509 ±42 BP. Ainsi, le site de Hassi Ouenzga reste dans l’état actuel des connaissances le seul gisement néolithique au Maroc ayant livré des restes gravés en dehors des régions sahariennes.

35Les résultats obtenus, bien que sur la base d’échantillons réduits, sont généralement comparables aux résultats des autres sites contemporains d’Afrique du Nord (Michel 1990 ; Ouchaou 2000 ; Daugas et al. 2008 ; Aouraghe et al. 2010 ; Linstädter 2011 ; Bougariane 2013 ; Morales et al.  2013).  Ces données sont préliminaires et devront être complétées par d’autres études nécessitant l’élargissement des surfaces de fouilles archéologiques pour chaque site afin de mieux documenter les données archéologiques et en particulier la faune.  

36L’ensemble osseux des sites étudiés correspond à deux périodes : ibéromaurusienne et néolithique. La composition respective des assemblages osseux est assez différente. La faune du niveau ibéromaurusien (Ensemble 2 de Taghit Haddouch) est caractérisée par la fréquence plus élevée des gazelles et de l’aoudad, alors que l’ensemble néolithique est dominé par les Caprinés domestiques. Ces données documentent le passage d’un mode de vie basé sur la chasse et la cueillette à un mode de vie basé sur l’économie de production. Certains de ces assemblages témoignent également de l’ancienneté des formes domestiques, principalement ceux de Hassi Ouenzga et Taghit Haddouch, en plus d’autres sites du Rif oriental (Ifri Armas et Ifri Oudaden). Du point de vue du mode de subsistance, l’apport carné des populations ibéromaurusiennes était basé sur la chasse et la cueillette, le gibier de prédilection étant les gazelles. Le Néolithique qui succède à l’Ibéromaurusien, se caractérise par l’apparition d’une économie de production (agriculture et/ou élevage) où les Caprinés domestiques constituent désormais l’élément de base de l’activité pastorale. Toutefois, la chasse, la pêche et la cueillette continuent toujours à jouer un rôle majeur dans le régime alimentaire des populations néolithiques.

37En conclusion, cette étude documente les nombreux travaux entrepris dans la zone du Rif oriental laquelle constitue une région clé dans la compréhension de l’évolution des populations ibéromaurusiennes et néolithiques au Maroc. Cette aire géographique représente dans l’état actuel des connaissances un jalon stratégique entre les régions de la Méditerranée, le Sahara et l’Oriental.

Top of page

Bibliography

AOURAGHE H., AGUSTI J., OUCHAOU B., BAILON S., LOPEZ-GARCIA J.M., HADDOUMI H., EL HAMMOUTI K., OUJAA A., BOUGARIANE B. 2010 - The Holocene vertebrate fauna from Guenfouda site, Eastern Morocco. Historical Biology, 22, p. 320-326.

ARAMBOURG C. 1967 - Observation sur la faune des grottes de Hercules près de Tanger, Maroc par B. Howe, In: the Paleolithic of Tangier, Morocco. Excavation, at cap Ashakar, 1939-1947. American school of prehistoric researches, Peabody Museum, Harvard, 22, p. 181-186.

BARICH B. 2008 - « L20 » Libye préhistorique. Encyclopédie berbère, EdisudAix-en-Provence, 28-29, p. 4389-4393.

BELHOUCHET L. 2008 - Les gravures sur coquilles d’œufs d’autruche en Afrique du Nord : interprétation des décors géométriques. Sahara, 19, p. 77-84.

BERNOUSSI R. 1997 - Contribution à l’étude paléontologique et observations archéozoologiques pour deux sites du Pléistocène moyen du Maroc atlantique : grotte à Hominidés de la carrière Thomas 1 et la grotte des Rhinocéros de la carrière Oulad Hamida 1 (Casablanca, Maroc). Thèse de l’Université de Bordeaux I, 263 p.

BIBERSON P. 1961 - Le cadre paléogéographique de la Préhistoire du Maroc atlantique et le Paléolithique inférieur du Maroc atlantique. Publication du Service des Antiquités du Maroc, Rabat, 16, 235 p.

BOESSNECK J., MÜLLER H-H., TEICHERT M. 1964 - Osteologische unterscheidungmerkmale zwischen schaf (Ovis aries Linné) und zeige (Capra hircus Linné). Kühn-Archiv, 78, 1-2, 129 p.

BOUGARIANE B. 2013 - Les Vertébrés du Pléistocène terminal-Holocène de quelques sites marocains : paléontologie, taphonomie et archéozoologie. Thèse de Doctorat, Université Moulay Ismaïl, Meknès, 338 p.

BOYLE K.V. 2005 - Chasse au phoque à la fin du Néolithique à Er Yoch (Houat, Morbihan). Melvan, La Revue des Deux Îles, 2, p. 9-25.

CALLOU C. 1997 - Diagnose différentielle des principaux éléments squelettiques du Lapin (genre Oryctolagus) et du Lièvre (genre Lepus) en Europe occidentale. Fiches d’ostéologie animale pour l’archéologie, Série B : Mammifères, 8, Valbonne-Sophia Antipolis, 24 p.

CAMPS G. 1974 - Les civilisations préhistoriques de l’Afrique du Nord. Édition Doin, Paris, 366 p.

CAMPS-FABRER H. 1966 - Matériaux et art mobilier dans la Préhistoire nord-africaine et saharienne. Mémoires du Centre de Recherches Anthropologiques Préhistoriques et Ethnographiques, Alger, 5, 557 p.

CAMPS-FABRER H. 1994 - Coquille d’œuf d’autruche. 14 | Conseil – Danse, Aix-en-Provence, Edisud, 14, p. 2093-2100.

CHARON M., ORTLIEB L., PETIT-MAIRE N. 1973 - Occupation humaine holocène du cap Juby (sud-ouest marocain). Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie, Paris : 10 (13), p. 379-412.

DAUGAS J-P., RAYNAL J-P., BALLOUCHE A., OCCHIETTI S., PICHET P., EVIN J., TEXIER J-P., DEBENATH A. 1989 - Le Néolithique nord-atlantique du Maroc : premier essai de chronologie par le radiocarbone. C. R. Acad. Sci. Paris, série II, 308, p. 681-687.

DAUGAS J-P., EL IDRISSI A., BALLOUCHE A., MARINVAL P.,  OUCHAOU B. 2008 - Le Néolithique ancien au Maroc septentrional : données documentaires, sériation typochronologique et hypothèses génétiques. Bulletin de la Société préhistorique française, 105 (4), p. 787-812.

EL HAJRAOUI M-A., NESPOULET R., DEBENATH A., DIBBLE H-L. 2012 - Préhistoire de la région de Rabat-Témara. Villes et Sites Archéologiques du Maroc, Volume III, Rabat, 300 p.

GIBAJA J.-F., CARVALHO A.-F., ROJO M., GUARRIDO R., GARCIA I. 2012 - Production and subsistence strategies at El Zafrín (Chafarinas Islands, Spain): new data for the early Neolithic of North-West Africa. Journal of Archaeological Science, 39 (10), p. 3095-3104.

GILLIS R., CHAIX L., J.-D. VIGNE 2011 - An assessment of morphological criteria for discriminating sheep and goat mandibles on a large prehistoric archaeological assemblage (Kerma, Sudan). Journal of Archaeological Science, 38, p. 2324-2339. 

GILMAN A. 1975 - A later prehistoric of Tangier, Morocco. Cambridge, Massachussetts, Peabody Museum of Archaeology and Ethnology – Havard University, Bulletin 29, 181 p.

GREBENART D. 1975 - Matériaux pour l’étude de l’Épipaléolithique et du Néolithique du littoral atlantique saharien du Maroc. In : l’Épipaléolithique en Méditerranée, Colloque international Aix-en Provence 1972, p. 151-188.

HALSTEAD P., COLLINS P., ISAAKIDOU V. 2002 - Sorting the sheep from the goats: morphological distinctions between the mandibles and mandibular teeth of adultOvis and CapraJournal of Archaeological Science, 29, p. 545-553.

HELMER D. 2000 - Discrimination des genres Ovis et Capra à l’aide des prémolaires inférieures 3 et 4 et interprétation des âges d’abattage : l’exemple de Dikili Tash (Grèce). Anthropozoologica, 31, p. 29-38.

HELMER D., ROCHETEAU M. 1994 - Atlas du squelette appendiculaire des principaux genres holocènes de petits ruminants du nord de la Méditerranée et du Proche-Orient (CapraOvisRupicapraCapreolusGazella).  Fiches d’Ostéologie Animale pour l’Archéologie. Série B, Mammifères, 4, p. 3-21.

HOWE B. 1967 - The Palaeolithic of Tangier, Morocco. Excavationat Cap Ashakar, 1939-1947. Harvard University Bullettin, 22, 186 p.

HUTTERER R., MIKDAD A., RIPKEN T.-E.-J. 2011 - Species composition and human exploitation of terrestrial gastropods from Taghit Haddouch, an Early Holocene archeological site in NE Morocco. Arch. Molluskenkunde, 140, p. 57-57.

LINSTÄDTER J. 2003 - Le site néolithique de l’abri d’Hassi Ouenzga (Rif oriental, Maroc), avec une annexe d’Habiba Atki. Beitrage zur Allgemeinen und Vergleichenden Archäologie, 23, p. 85-138.

LINSTÄDTER J. 2004 - Zum Frühneolithikum des westlichen Mittelmeerraumes. Die Keramik der Fundstelle Hassi Ouenzga. AVA, Forschungen, 9, 188 p.

LINSTÄDTER J. 2008 - The Epipalaeolithic-Neolithic transition in the Mediterranean region of northwest Africa. Quartär, 55, p. 41-62.

LINSTÄDTER J. 2010 - Recherches récentes sur les sites en grotte du Néolithique ancien dans l’ouest marocain. Mémoires de la Société Préhistorique Française, 51, p. 227-235.

LINSTÄDTER J. 2011 - The Epipalaeolithic Neolithic Transition in the Eastern Rif Mountains and the Lower Moulouya valley, Morocco. In: JUAN F. GIBAJA BAO, J. F., CARVALHO, A. F.& N. F. BICHO (Éds.) The last hunter-gatherers and the first farming communities in the south of the Iberian Peninsula and north of Morocco. Proceedings of the work shop Faro 2.-4.11.2009.

LINSTÄDTER J., KEHL M. 2012 - The Holocene archaeological sequence and sedimentological processes at Ifri Oudadane, NE Morocco. Journal of Archaeological Science, 39, 10, p. 3306-3323.

LINSTÄDTER J., MEDVED I., SOLICH M., WENIGER G.-C. 2012 - Neolithisation process within the Alboran territory: Models and possible African impact. Quaternary International 274, p. 158-274.

MICHEL P. 1990 - Contribution à l’étude paléontologique des Vertébrés fossiles du Quaternaire marocain à partir des sites du Maroc atlantique, central et oriental. Thèse d’Etat, Muséum National d’Histoire Naturelle, Paris : 1 152 p.

MICHEL P. 1992 - Pour une meilleure connaissance du Quaternaire continental marocain : les vertébrés fossiles du Maroc atlantique, central et oriental. L’Anthropologie, 96 (4), p. 643-656.

MIKDAD A., EIWANGER J., ATKI H., BEN-NCER A., BOKBOT Y., HUTTERER R., LINSTÄDTER J., MOUHSINE T. 2000 - Recherches préhistoriques et protohistoriques dans le Rif oriental (Maroc), Rapport préliminaire. Beiträge zur Allgemeinen und Vergleichenden Archäologie 20, p. 109-167.

MIKDAD A., EIWANGER J., LINSTÄDTER J., ZIELOVER C.-H. 2008 - Pré et protohistoire du Rif oriental. Rapport de mission. Institut National des Sciences de l’Archéologie et du Patrimoine, 19 p.

MORALES J., PEREZ-JORDA G., PEÑA-CHOCARRO L., ZAPATA L., RUIZ-ALONSO M., LOPEZ-SAEZ J.A., LINSTÄDTER J. 2013 - The origins of agriculture in North-West Africa: macro-botanical remains from Epipalaeolithic and Early Neolithic levels of Ifri Oudadane (Morocco). Journal of Archaeological Science, 40, p. 2659-2669.

NEKKAL F. 2015 - La genèse du Néolithique dans la région du Rif oriental : Contexte chronostratigraphique et culturel. Thèse de Doctorat, Université Mohammed Premier, Oujda, 272 p.

NEKKAL F., MIKDAD A. 2014 - Quelques données sur la découverte de céramiques campaniformes au Maroc. International Journal of Innovation and Applied Studies, 8, 2, 632-638, p. 2028-9324.

NEKKAL F., LINSTÄDTER J., AOURAGHE H., BOUGARIANE B. 2015 - Ifri Ouzabour : L’extrême extension de la Culture Cardiale sur le littoral méditerranéen sud (Rif Oriental, Maroc). Travaux de l’Institut Scientifique, Rabat, Section Sciences de la terre, 37, p. 55-76.

ONRUBIA PINTADO J., BALLOUCHE A. 1996 - Les industries épipaléolithiques de Taoulekt. Les sites TR-3 et TR-15. In: RISER J., Le bassin de Tarfaya. L’Harmattan, p. 153-190.

OUCHAOU B. 2000 - Les Mammifères des gisements néolithiques et protohistoriques du nord du Maroc. Préhistoire Anthropologie Méditerranéennes, 9, p. 73-88.

OUCHAOU B., AMANI F. 1997- Étude préliminaire des grands Mammifères du gisement de Kaf-taht-el Ghar (Tétouan, Maroc). Préhistoire Anthropologie Méditerranéennes, 6, p. 53-60.

OUCHAOU B., ZAHID S., BOUGARIANE B. 2019 - Caractérisation archéozoologique de l’Holocène du Nord du Maroc par les grands mammifères. Hespéris-Tamuda, 54 (3), p. 153-181.

PAYNE S. 1985 - Morphological distinctions between the mandibular teeth oh young sheep, Ovis and Goats, Capra. Journal of Archeological Science, 12, p. 139-147.

PRUMMEL W., FRISCH H.-J. 1986 - A guide for the distinction of species, sex and body size in bones of sheep and goats. Journal of Archaeological Science, 13, 6, p. 567-577.

RAYNAL J.-P., SBIHI-ALAOUI F.-Z., MOHIB A., EL GRAOUI M., LEFÈVRE D., TEXIER J.-P., GERAADS D., HUBLIN J.-J., SMITH T., TAFFOREAU P., ZOUAK M., GRÜN R., RHODES E.-J., EGGINS S., DAUJEARD C., FERNANDES P., GALLOTTI R., HOSSINI S., QUEFFELEC A. 2010 - Hominid Cave Thomas Quarry I (Casablanca, Morocco): Recent findings and their context. Quaternary International, 223-224, p. 369-382.

SANTA OLALLA J.M. 1944 - El Sahara español anteislamico (Algunos resultados de la Primera Expedicioñ Paletnologica Al Sahara, Julio-Septiembre 1943). Acta Arqueologica Hispanica, 2, Madrid, 235 p.

VERNET R., RODRIGUE A., TOUS P. 2006 - Les tests d’œuf d’autruche gravés du littoral atlantique saharien : du Nord du Banc d’Arguin à l’oued Draa. Sahara, 17, 2, p. 59-72.

VILLA P., MAHIEU E. 1991 - Breakage patterns of human long bones, Journal of Human Evolution, 21, p. 27-48.

ZEDER M.-A., LAPHAM H.-A. 2010 - Assessing the reliability of criteria used to identify postcranial bones in sheep, Ovis, and goats, CapraJournal of Archaeological Science, 37, p. 2887-2905.

ZEDER M.-A., PILAAR S.-E. 2010 - Assessing the reliability of criteria used to identify mandibles and mandibular teeth in sheep, Ovis, and goats, CapraJournal of Archaeological Science, 37, p. 225-242.

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1. Situation géographique des sites mentionnés dans cette étude.Geographical location of the sites mentioned in this study.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8674/img-1.jpg
File image/jpeg, 556k
Title Tableau 1. Synthèse des datations des niveaux archéologiques des sites étudiés (d’après Nekkal 2015). Synthesis of dating of the archaeological levels of the sites studied (from Nekkal 2015).
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8674/img-2.png
File image/png, 324k
Title Figure 2. Coupe stratigraphique sud-est du site de Taghit Haddouch. Southeast stratigraphic section of the Taghit Haddouch site.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8674/img-3.jpg
File image/jpeg, 336k
Title Figure 3. L’abri Hassi Ouenzga. A : vue générale de la grotte ; B et C : relevé et photo de la séquence stratigraphique. The Hassi Ouenzga shelter. A: general view of the cave; B and C: statement and photo of the stratigraphic sequence.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8674/img-4.jpg
File image/jpeg, 416k
Title Figure 4. Ifri Ouzabour. A : vue générale du site ; B : tranchée de la fouille en plein air ; C : coupe stratigraphique du sondage externe, profil nord-est. Ifri Ouzabour. A: general view of the site; B: open-air excavation trench; C: stratigraphic section of the external sounding, northeast profile.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8674/img-5.jpg
File image/jpeg, 416k
Title Tableau 2. Nombre de restes par gisement. Number of remains per site.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8674/img-6.png
File image/png, 21k
Title Tableau 3. Répartition des restes osseux par groupes zoologiques. (* non détaillés dans ce travail). Distribution of bone remains by zoological groups. (*not detailed in this work).
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8674/img-7.png
File image/png, 12k
Title Tableau 4. Nombre de restes de taxons mammaliens dans les sites étudiés. Number of mammalian taxa remains in the 3 sites from this study.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8674/img-8.png
File image/png, 95k
Title Figure 5. Répartition des restes osseux par groupes zoologiques à Taghit Haddouch. Distribution of bone remains by zoological groups at Taghit Haddouch.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8674/img-9.jpg
File image/jpeg, 140k
Title Figure 6. Répartition des restes osseux par groupes zoologiques à Hassi Ouenzga (% établis sur l’ensemble des couches). Distribution of bone remains by zoological groups at Hassi Ouenzga (% established on all layers).
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8674/img-10.jpg
File image/jpeg, 112k
Title Figure 7. Répartition des restes osseux par groupes zoologiques à Ifri Ouzabour (% établis sur l’ensemble des couches). Distribution of bone remains by zoological groups at Ifri Ouzabour (% established on all layers).
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8674/img-11.jpg
File image/jpeg, 160k
Title Tableau 5. Nombre de restes osseux par classe de taille. Number of bone remains by size class.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8674/img-12.png
File image/png, 26k
Title Tableau 6. Nombre et pourcentage correspondant aux angles de fracturation des restes osseux déterminés anatomiquement. Number and percentage corresponding to the fracture angles of anatomically determined bone remains.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8674/img-13.png
File image/png, 19k
Title Figure 8. Restes osseux et œufs d’autruche portant des traces anthropiques (la barre de l’échelle représente 1 cm). a. astragale de chien (Hassi Ouenzga) ; b.  humérus de chien (Taghit Haddouch) ; c. fémur d’oiseau (Ifri Ouzabour) ; d : fragments de coquilles d’œufs d’autruche de Hassi Ouenzga. Bone remains and ostrich eggs bearing anthropogenic traces (the scale bar represents 1 cm). a. dog astragalus (Hassi Ouenza); b. dog humerus (Taghit Haddouch); c. bird femur (Ifri Ouzabour); d: fragments of ostrich eggshells from Hassi Ouenzga.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8674/img-14.jpg
File image/jpeg, 132k
Title Tableau 7. Répartition du nombre de restes par taxon montrant des stries anthropiques. Distribution of the number of remains by taxon showing anthropogenic striations.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8674/img-15.png
File image/png, 21k
Top of page

References

Bibliographical reference

Bouchra Bougariane and Abdeslam Mikdad, “Les associations fauniques de la fin du Pleistocène et de l’Holocène dans les gisements archéologiques de Taghit Haddouch, Hassi Ouenzega et Ifri Ouzabour (Rif oriental, Maroc)”PALEO, Hors-série | 2023, 292-305.

Electronic reference

Bouchra Bougariane and Abdeslam Mikdad, “Les associations fauniques de la fin du Pleistocène et de l’Holocène dans les gisements archéologiques de Taghit Haddouch, Hassi Ouenzega et Ifri Ouzabour (Rif oriental, Maroc)”PALEO [Online], Hors-série | Décembre 2022, Online since 15 November 2023, connection on 22 February 2024. URL: http://journals.openedition.org/paleo/8674; DOI: https://doi.org/10.4000/paleo.8674

Top of page

About the authors

Bouchra Bougariane

Université Moulay Ismaïl, Faculté des Sciences et Techniques, Laboratoire de Géologie Appliquée, Errachidia, Maroc (bouchra.bougariane[at]gmail.com)

By this author

Abdeslam Mikdad

Institut National des Sciences de l’Archéologie et du Patrimoine, Département de Préhistoire, Rabat, Maroc (abdes.mikdad[at]gmail.com)

Top of page

Copyright

CC-BY-NC-ND-4.0

The text only may be used under licence CC BY-NC-ND 4.0. All other elements (illustrations, imported files) are “All rights reserved”, unless otherwise stated.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search