Skip to navigation – Site map

HomeIssuesHors-sérieThème 3 : L’apport des approches ...Le lion d’Afrique (Panthera leo) ...

Thème 3 : L’apport des approches actualistes à une meilleure perception des relations humain/animal dans le passé

Le lion d’Afrique (Panthera leo) : étude expérimentale sur les traces de consommation des carcasses de mulet, bœuf et dindon

The African lion (Panthera leo): An experimental study of consumption patterns in mule, beef and turkey carcasses
Ryma Siziani and Souhila Merzoug
p. 342-355

Abstracts

Because of the strong competition in many prehistoric sites between human populations and carnivores, the study of traces generated by the predatory activities of the latter has become indispensable. The observation of large carnivore tracks on faunal stocks raises the problem of the respective roles played by felines in the accumulation, but also the modification of bone assemblages of prehistoric sites. The identification of their intervention on a bone stock is therefore a necessary prerequisite to the interpretation of archaeological assemblages. To this end, numerous research and experimental studies have been carried out in recent decades, with the aim of establishing references specific to the main families of carnivores (felids, canids, hyenids ...). This work is part of this perspective.
To participate in filling real gap in the field of neo-taphonomy, specifically the traces generated by the action of lions found on prehistoric bone surfaces, we conducted an experimental study on the remains of carcasses consumed by African lions (
Panthera leo) in the zoological park of El Hamma (Algiers, Algeria). This work has allowed us not only to complete the poor reference available on the traces of lions, such as the traces of double grooves specific to big cats not previously reported, but especially to establish a typological and morphological record of the different traces of teeth generated by the action of this big cat, classified by age and according to the different types of bones consumed.

Top of page

Full text

Introduction

1Bien que leurs ossements soient habituellement en nombre inférieur par rapport à ceux des herbivores, les carnivores sont également présents fréquemment dans les assemblages fauniques des sites archéologiques, et dans ceux d’Afrique du Nord en particulier. En plus de leurs restes osseux, ces prédateurs sont également attestés par les différentes traces générées par leurs actions lors de la consommation de leurs proies. Les traces d’activités dans les archives modernes et fossiles sont discernables de diverses manières, comprenant les marques de dents observées sur les surfaces osseuses des carcasses consommées. La reconnaissance de traces particulières ou de fracturations au regard d’un contexte écosystémique où les relations prédateurs-proies sont omniprésentes, nous amène à nous questionner sur le rôle des carnivores dans l’accumulation et la modification des assemblages osseux des sites préhistoriques. L’étude de ces traces est donc indispensable. Bien qu’il existe de nombreux travaux soulignant la difficulté à reconnaître un impact spécifique sur la seule analyse des traces (morphologie, morphométrie, …), comme c’est le cas des loups (Fourvel et al. 2021), pour lesquels il semble moins évident de souligner leur capacité à créer ou perturber un ensemble ostéologique, il n’existe pas, à l’heure actuelle, de grille de lecture taphonomique caractérisant l’impact de ce grand prédateur au même titre que celles développées pour l’hyène des cavernes (traces de dents, morphotypes ou taphotypes, Domínguez-Rodrigo et al., 2015). Plusieurs travaux montrent cependant que dans certains cas l’étude de ces traces nous offre la possibilité de révéler l’identité du ou des carnivores. Ainsi, les os marqués par des dents de prédateurs peuvent potentiellement donner un aperçu de l’écologie, du comportement et de la morphologie fonctionnelle des taxons prédateurs qui les ont produits (Binford 1981 ; Brain 1981 ; Blumenschine 1986, 1988, 1995 ; Erickson, Olson 1996 ; Piqueras 2003 ; Bourdillat 2008 ; Dominguez-Rodriguo 1999 ; Domínguez-Rodrigo, Pickering 2010 ; Dominguez-Rodriguo et al. 2003, 2012, 2021 ; Arriaza 2016 ; Arriaza et al. 2016 ; Arriaza, Dominguez-Rodrigo 2016). Par exemple, les traces de dents peuvent potentiellement révéler l’identité de carnivores disparus, et nous renseigner sur leurs comportements de mise à mort et d’alimentation, leurs préférences en matière de proies, ou encore sur les degrés de compétition entre les carnivores eux-mêmes et entre ces derniers et l’Homme préhistorique (Pobiner 2008). L’analyse des phénomènes actuels (néotaphonomie), dont l’expérimentation, contribue à mieux déterminer l’origine des accumulations fauniques dans les sites préhistoriques et à retracer les différentes étapes de leurs modifications (Brugal 2017). 

2Pour identifier ces modifications, la recherche se base sur l’étude des comportements de prédation actuelle et des déchets alimentaires produits par les espèces modernes (néo-taphonomie), soit à partir de données issues du registre naturel-sauvage, soit à partir du registre expérimental (nourrissage).

3De nombreux travaux expérimentaux ont été conduits au cours de ces dernières décennies dans le but d’établir des référentiels propres aux traces laissées par les différents carnivores (félidés, canidés, hyénidés, etc.). L’essentiel de ces travaux porte sur les hyènes (Sutcliffe 1970 ; Hill 1977, 1989 ; Richardson 1980 ; Mills 1990 ; Fosse 1994, 1997 ; Brugal et al. 1997 ; Bourdillat 2008, Fourvel 2012 ; Camarôs et al. 2017 ; Arriaza et al. 2017, 2019). Les données néo-taphonomiques propres aux autres grands prédateurs (léopard, lion, ours, loup, …) sont bien moins fréquentes (loup : Binford 1981 ; Haynes 1982, 1983 ; Castel 2004 ; Campmas, Beauval 2008 ; Fourvelet al 2021 ; léopard : Brain 1981 ; canidés et hyénidés : Kolska Horwitz 1990 ; ours : Pinto Llona, Andrews 2004 ; canidés et félidés : Pobiner 2008 ; lion Ginda et al. 2013 ; félidés : Porkinsone et al. 2015).

4Dans le cadre de la thèse de doctorat réalisée par l’une de nous (Siziani 2021), plusieurs travaux expérimentaux ont été réalisés afin d’établir des référentiels propres aux carnivores présents dans les sites préhistoriques d’Afrique du Nord : les canidés, tels que le loup doré Canis anthus, le chacal Vulpes vulpes et le fennec Vulpes zerda ; l’ours brun Ursus arctos ; l’hyène rayée Hyaena hyaena et les félins, dont le lion Panthera leo et la panthère Panthera pardus. De plus on a rajouté le tigre du BengalePanthera tigris pour comparer les données avec celles déjà obtenues pour les grands félins. La présente contribution illustre les résultats obtenus pour le lion Panthera leo. Cette espèce est l’un des carnivores fréquemment mentionné dans les cortèges fauniques des sites archéologiques d’Afrique du Nord, du Pléistocène inférieur jusqu’au XIXe siècle, à l’instar d’autres grands carnivores comme l’ours brun Ursus arctos et les hyènes Crocuta crocuta et Hyaena hyaena (Hadjouis, Bihan 2013). Les plus anciens vestiges de lion identifiés ont été mis au jour dans des sites du Pléistocène moyen et supérieur du Maroc : Oulad Hamida I (Bernoussi 1997), la grotte des Félins (Daujeard et al. 2011), Sidi Abderrahmane (Arambourg 1938), Kifan Belgomari (Mas 1955), Bouknadel, Ahl El-Ghoulam, Doukkala II, El Harhoura 2 (Campmas et al. 2017 ; Michel 1990 ; Michel et al. 2009), et Témara (Olive 2005). On connaît également des restes de lion dans certains sites holocènes marocains, tels que El Hériga et la grotte de Rhirane (Wengler et al. 1989), Kaf teht el-Ghar et Ghar Khal (Ouchaou, Amani 2002 ; Ouchaou, Bougariane 2015), ou encore dans les sites d’Ifri al-Baroud et d’Ifri Nemar (Mouhsine 2003). En Algérie, le plus ancien lion semble faire son apparition dans le site Pléistocène inférieur de Tighennif (Werdelin et Peigné 2010 ; Boulaghraief 2012). Cette espèce est présente aussi dans les sites littoraux du Pléistocène supérieur de la région d’Alger : Ain Benian, les Phacochères (Hadjouis, Le Bihan 2013 ; Siziani 2021) et Columnata (Doumergue in Cadenat 1948 ; Chaïd-Saoudi 1987 ; Merzoug 2005 ; Siziani 2021). 

5Cette étude vise à établir une fiche typologique et morphologique des différentes marques dentaires engendrées par l’action du lion sur des restes osseux. La caractérisation des traces de consommation du lion pourrait permettre d’identifier, ou du moins de discuter, la présence et le rôle du lion dans les sites préhistoriques. Ce travail expérimental apporte de nouveaux éléments sur la reconnaissance de critères de discrimination du rôle taphonomique des grands prédateurs et du lion en particulier.

1 | Matériel et méthodes

6Les restes osseux consommés par les lions proviennent tous du parc zoologique d’El Hamma localisé à l’intérieur du jardin d’essai d’Alger. Ce dernier, créé en 1832, est considéré comme l’un des jardins d’essai et d’acclimatation le plus important et le plus ancien au monde (Laribi et Hadjadj 2012). Situé dans le quartier d’El Hamma à Alger (Algérie), il est classé patrimoine universel par l’UNESCO en 2017. Le parc zoologique, quant à lui, a été créé en 1900 par le Dr Joseph d’Ange, dans l’extrémité nord de l’allée des dragonniers du jardin (Hakem 2017) (fig. 1).

Figure 1. Localisation du parc zoologique d’El Hamma, Alger (Algérie), avec le Plan de masse du jardin d’essai établi par Saidi et Benamara (2018). Infographie R. Siziani.
Location of the Zoological Park of El Hamma, Algiers (Algeria), with the Ground plan of the test garden established by Saidi and Benamara (2018). Computer graphics R. Siziani.

Figure 1. Localisation du parc zoologique d’El Hamma, Alger (Algérie), avec le Plan de masse du jardin d’essai établi par Saidi et Benamara (2018). Infographie R. Siziani. Location of the Zoological Park of El Hamma, Algiers (Algeria), with the Ground plan of the test garden established by Saidi and Benamara (2018). Computer graphics R. Siziani.

7Ces restes osseux ont été récoltés dans deux enclos où vivent quatre individus en captivité : un mâle et une femelle adulte dans un même enclos, un mâle jeune adulte seul dans un autre enclos et une femelle juvénile qui était gardée à l’intérieur de la clinique du zoo. Les quatre individus sont âgés entre 5 mois et 14 ans (fig. 2).

Figure 2. Les lions du parc zoologique d’El Hamma (Alger, Algérie).
The lions of the zoological park of El Hamma (Algiers, Algeria).

Figure 2. Les lions du parc zoologique d’El Hamma (Alger, Algérie). The lions of the zoological park of El Hamma (Algiers, Algeria).

8Les restes osseux récoltés sont au nombre de 26, et correspondent au régime alimentaire habituel des lions du parc (mulet, bœuf, dinde). Il se compose généralement de membres entiers en connexion et parfois de morceaux de viande désossés. Les parties anatomiques offertes aux lions ont été sélectionnées par les soigneurs du zoo. Elles appartiennent à deux bœufs adultes, trois mulets séniles et deux dindes adultes. Les restes n’ont pas séjourné plus de deux jours dans les enclos. Ils ont ensuite été récoltés par le personnel du parc. Le processus de nourrissage et de récolte des ossements a été effectué tous les deux jours pendant trois semaines consécutives. Par la suite, les os de mulet et de bœuf ont été enterrés durant un an et demi puis déterrés et lavés avec de l’eau distillée, afin d’enlever les encroûtements de terre et les quelques racines de plantes collées sur les surfaces osseuses causées par l’enfouissement, limitant la lecture des traces des lions. Quant aux restes de dindon, ils ont été bouillis dans de l’eau contenant des actifs ioniques (liquide vaisselle). Cette dernière méthode a déjà été utilisée par É. Campmas et C. Beauval (2008) sur des ossements consommés par des loups captifs pour éliminer les restes de viande et de graisse. Le séchage des ossements a été ensuite effectué à l’air libre dans une cour ouverte à l’extérieur pendant cinq jours.

9Sur les 26 os distribués aux lions, seuls huit portent des traces de consommation (tabl. 1). Ceci est inévitablement dû à la non-consommation totale de la viande qui enveloppe l’os distribué. Ainsi, les dents n’atteignent pas l’os. Les traces ont été observées dans un premier temps à l’œil nu, puis avec deux stéréo-microscopes : Zeiss Stemi DV4 et Leica S8 APO. Diverses définitions et descriptions des marques de dents de carnivore sont disponibles (par exemple Haynes 1980 ; Binford 1981; Lyman 1994 ; Fisher 1995 ; Blumenschine 1986). Ici, la classification morphologique des traces a été réalisée telle que mentionnée dans la typologie de Binford (1981), modifiée par Prucca (2003) (d’après Campmas, Beauval 2008) : pitspuncturesgrooves. Ces traces sont causées mécaniquement par le mouvement des dents lors du mâchonnement (chewing) et du rongement (gnawing) de l’os. Les marques laissées par les dents sur la surface osseuse sont liées à la force de l’animal et à la solidité de l’os (Capaldo, Blumenschine 1994). On a utilisé les définitions et les critères d’identification suivants :

Tableau 1. Les éléments anatomiques portant les stigmates de la consommation par des lions (F= femelle/ M= mâle) (D= droite / G= Gauche / CO = Complet).
Anatomical elements bearing the stigma of consumption by lions (F= female/ M= male) (D= right / G= Left / CO = Complete).

Tableau 1. Les éléments anatomiques portant les stigmates de la consommation par des lions (F= femelle/ M= mâle) (D= droite / G= Gauche / CO = Complet). Anatomical elements bearing the stigma of consumption by lions (F= female/ M= male) (D= right / G= Left / CO = Complete).
  • Les pits (les cupules) et les impacts de dents sont des dépressions peu profondes de formes circulaires ou ovales non perforantes. La dent frappe la partie externe et compacte de l’os sans pénétrer en profondeur dans l’ossement. On les observe généralement sur les parties compactes de l’os et sur les extrémités où la partie corticale de l’os est très fine. Le nombre de pits augmente en début de séquence de destruction puis stagne car les parties qui portaient ce type de traces disparaissent au fur et à mesure de la séquence de consommation et de nouveaux pits apparaissent sur les bords de l’extrémité des diaphyses.

  • Les punctures (les perforations) se forment au moment où la dent traverse la corticale et s’enfonce dans l’os spongieux. On les observe surtout sur les parties spongieuses moins denses où les dents s’enfoncent plus facilement. Elles ont une forme circulaire ou ovalaire. Mais on retrouve aussi des punctures tronquées, en forme de demi-lune, sur les épiphyses. Ces dernières sont causées par les dents qui arrachent une petite portion d’os. On les retrouve aussi sur les bords de fracture lorsque la perforation entraîne une fracturation de l’os. Ces traces portent aussi le nom de lunate-scars (Binford 1981). Cette action fait apparaître des zones spongieuses.

  • Les grooves (les striations ou sillons) comme les pits se forment par la pression d’une cuspide sur la surface corticale, lord du glissement de la dent sur la surface de l’os. Ces traces s’observent aussi sur les surfaces des extrémités des ossements sans les pénétrer en profondeur. Leur nombre augmente considérablement durant la séquence de destruction de l’os (éliminer le tissu osseux, mâchonnement, fracturation, cassure). Ils correspondent à des sillons de mâchonnement sur les diaphyses.

10Les traces observées ont été décomptées puis classées morphologiquement selon le type de trace. Les longueurs et largeurs des pits et punctures ovalaires ont été mesurées. Lorsque les punctures étaient de forme circulaire, nous avons mesuré les diamètres. Les largeurs et longueurs des grooves ont également été mesurées. Quarante-deux traces ont été décomptées : neuf pits, vingt-et-une punctures et douze grooves. Les mesures ont été réalisées à l’aide d’un pied à coulisse, avec une précision au centième de millimètre. Après avoir étudié les différents types de traces laissées par les lions en captivité du zoo El Hamma, nous avons classé ces traces selon leur morphologie dans une fiche technique (fig. 7) inspirée de celle faite par Campmas et Beauval (2008) pour Canis lupus.

2 | Résultats

11Les éléments anatomiques portant les stigmates de la consommation sont au nombre de huit (tabl. 1). Ils appartiennent à un individu de chaque taxon consommé. Le premier ensemble comprend un ilium de mulet et une scapula de bœuf, consommés par les deux lions adultes. Le second ensemble est composé d’un os coxal partiel, d’un fémur, et d’un tibia en connexion avec un talus et un calcanéum de mulet consommés par le jeune adulte. Enfin, a été collecté un humérus de dindon consommé par un lionceau (individu non sevré de 5 mois). Ces différents restes présentent des traces de mâchonnement.

2.1 |Séquence de consommation des ensembles osseux

12Les ossements récoltés dans les enclos des lions captifs du zoo portant des traces de dents dues à la consommation se composent de membres postérieurs en connexion et d’os isolés. Pour les membres postérieurs en connexion distribués au jeune adulte, ils correspondent à la partie allant du tibia au tarse, dont le calcanéum. Après la consommation de la viande, on a observé que le tubercule infra-condylaire de l’épiphyse proximale du tibia et le sommet du calcanéum étaient les deux parties légèrement attaquées dans un premier temps. La rupture des ligaments du tarse, entraînant la désarticulation de la cheville, permet l’accès au calcanéum, ainsi qu’à la partie distale du tibia, qui commence alors à porter des traces. Quant aux restes isolés, l’interprétation du mode de la séquence de consommation a été observée séparément sur les os longs et les os du squelette appendiculaire. Pour les os longs, le fémur de mulet offert au jeune adulte et l’humérus de dindon offert au lion juvénile, ont suivi la même progression de consommation que celle mise en évidence pour les ensembles osseux en connexion. On a observé que les deux lions débutent l’os par les extrémités les plus proéminentes, plus faciles à saisir, et moins denses car spongieuses, et progressent vers le centre de l’os, plus compact, après la consommation de la viande. Enfin, pour les os des ceintures, on a observé que les deux os du bassin (coxal partiel et ilium) du mulet offerts aux lions jeune adulte et adulte, et la scapula de bœuf offert au lion adulte, ont été à leur tour consommés de la même manière. Les lions attaquent en premier ces os par les bords faciles à saisir (moins denses et fins) pour progresser ensuite vers le centre (plus compact). Ils commencent par attaquer la crête iliaque, les épines iliaques et les bords de la branche ischio-pubienne pour les os coxaux. Pour la scapula, la séquence commence par la consommation du cartilage scapulaire (très dense) et des bords crâniaux et caudaux très fins, suivie par la cavité glénoïdale et le tubercule sus-glénoïdal (moins dense). Ceci a pour conséquence l’observation de traces de dents présentes tout autour des bords de ces ossements. D’une façon générale, les parties spongieuses (extrémités), sont plus faciles à détruire que les parties compactes (diaphyses), comme l’avait déjà indiqué Richardson (1980) sur des faunes consommées par des lions africains.

2.2 |Types de traces et dimensions

13Huit éléments seulement portent des stigmates de la consommation par les lions, soit 30,8 % des 26 restes déposés dans les enclos. Les autres ossements qui ne portent aucune trace de consommation, ont été récoltés avec de la viande restant en surface, cette dernière empêchant les dents du lion d’atteindre les surfaces osseuses, expliquant l’absence totale des traces de dents sur ces ossements.

2.2.1 | Les pits

14Considérés comme les traces les plus petites observées, tous les pits sont de forme ovalaire et se localisent sur les parties compactes et sur les extrémités où la partie corticale de l’os est très fine (fig. 3). Ce sont les traces les moins représentées (9 sur 42 : 21,4 %). Sur les 9 pits décomptés seuls 4 ont été mesurés. Leur longueur varie entre 3,8 et 7,4 mm et la largeur entre 3,2 et 6,2 mm (tabl. 2).

Figure 3. Traces de pits ovalaires laissées par un lion adulte sur une scapula d’un bœuf (1). Traces d’un jeune adulte sur un fémur d’un mulet sénile (2) et d’un lion adulte sur un ilium d’un mulet sénile (3).
Traces of oval pits left by an adult lion on a scapula of an ox (1). Trace of a young adult on a femur of a senile mule (2) and of an adult lion on an ilium of a senile mule (3).

Figure 3. Traces de pits ovalaires laissées par un lion adulte sur une scapula d’un bœuf (1). Traces d’un jeune adulte sur un fémur d’un mulet sénile (2) et d’un lion adulte sur un ilium d’un mulet sénile (3). Traces of oval pits left by an adult lion on a scapula of an ox (1). Trace of a young adult on a femur of a senile mule (2) and of an adult lion on an ilium of a senile mule (3).

Tableau 2. Dimensions des pits de lion par âge et sexe en mm.
Dimensions of Lion's pits by age and sex in mm.

Tableau 2. Dimensions des pits de lion par âge et sexe en mm. Dimensions of Lion's pits by age and sex in mm.

2.2.2 | Les punctures

15Les punctures sont les traces les plus nombreuses (21 sur 42 : 50 %). Ces traces sont plus grandes que celles des pits, car la dent traverse la corticale et s’enfonce plus facilement dans l’os. Les punctures se localisent surtout sur les parties spongieuses de l’os (sur les épiphyses), moins denses et plus fragiles, et se présentent sous formes circulaires et ovalaires (fig. 4). Néanmoins d’autres punctures en forme de demi-lune ont été également observées, ces traces tronquées sont les plus représentées sur les diaphyses des os étudiés et sont causées lorsque les dents arrachent une petite portion d’os en formant des cylindres. Cette action fait apparaître des zones spongieuses (fig. 4). Sur les 21 punctures décomptées 11 d’entre elles ont été mesurées. Pour les deux punctures circulaires générées par le lion jeune adulte, leur diamètre varie entre 9 et 10 mm. Les deux punctures ovalaires générées par le lionceau mesurent entre 0,35 et 1,8 mm de longueur et entre 0,28 et 1 mm de largeur. Enfin, sept punctures tronquées ont une longueur entre 6 et 11 mm et une largeur entre 2 (1/2) et 7 (1/2) mm. Ces dernières longueurs sont similaires à celles générées par les lions adultes et par le jeune adulte (tabl. 3).

Figure 4. Traces de punctures d’un lion jeune adulte sur un fémur (1) et sur un ilium (2) de mulet sénile, trace d’un lion juvénile sur un humérus de dindon adulte (3). Formes circulaires (A), tronquées (B), ovalaires (C).
Punctures
 marks of a young adult lion on a femur (1) and on an ilium (2) of a senile mule, mark of a juvenile lion on an adult turkey humerus (3). Circular (A), truncated (B), oval (C) shapes.

Figure 4. Traces de punctures d’un lion jeune adulte sur un fémur (1) et sur un ilium (2) de mulet sénile, trace d’un lion juvénile sur un humérus de dindon adulte (3). Formes circulaires (A), tronquées (B), ovalaires (C). Punctures marks of a young adult lion on a femur (1) and on an ilium (2) of a senile mule, mark of a juvenile lion on an adult turkey humerus (3). Circular (A), truncated (B), oval (C) shapes.

Tableau 3. Dimensions des punctures de lion par âge et sexe en mm, (1/2 = la largeur de la puncture tronquée qui est de moitié).
Dimensions of lion punctures marks by age and sex in mm, (1/2 = the width of the truncated puncture which is half).

Tableau 3. Dimensions des punctures de lion par âge et sexe en mm, (1/2 = la largeur de la puncture tronquée qui est de moitié). Dimensions of lion punctures marks by age and sex in mm, (1/2 = the width of the truncated puncture which is half).

2.2.3 | Les grooves

16Les grooves se forment comme les pits par la pression d’une cuspide sur la surface corticale de l’os. Elles correspondent au glissement de la dent à la surface de l’os. Lesgrooves, comme les pits, se localisent sur les parties compactes et sur les extrémités des os consommés. Les grooves sont les traces les plus présentes après les punctures (12 sur 42 : 28,6 %). Elles se présentent en formes allongées, sous forme de marques linéaires qui varient en longueur et ont des sections transversales en forme de U comprenant deux types de fond : celles avec un fond simple (grooves simples) et celles avec un fond double (grooves doubles) (fig. 5). Ces dernières se présentent de la même manière que les grooves simples, mais avec un trait au milieu qui les sépare en deux, formant une section transversale en forme de double U (fig. 6). Cesgrooves ont des orientations variées le long des os longs, mais elles sont le plus souvent orientées perpendiculairement à l’axe long. Sur les 12 grooves décomptés, seuls 9 ont été mesurés. Les mesures de la largeur des grooves doubles laissés par les deux lions adultes et le jeune adulte, sont presque similaires, entre 1,4 et 1,9 mm. Il n’y a pas de grande différence entre les largeurs des grooves doubles et des grooves simples laissés par ces mêmes individus : entre 1,4 et 2 mm. Contrairement aux seuls grooves simples générés par le lion juvénile, plus petits que ceux laissés par le jeune adulte, ils ne dépassent pas 1,1 mm de largeur pour une longueur allant de 35 à 40 mm, ce qui est normal vu la différence des tailles de dents par rapport à l’âge des individus (tabl. 4). De plus, d’après la comparaison de ces traces de grooves avec celles générées par les autres carnivores dans notre expérimentation (Siziani 2021), on a constaté que morphologiquement les grooves doubles sont générés uniquement par les grands félins (lion, panthère et tigre adulte) (fig. 6). On ne les trouve pas chez les canidés, ni chez l’ours ou chez l’hyène rayée. Les dimensions des traces de lion ne diffèrent pas trop de celles laissées par le tigre (tabl. 5). Par contre, elles sont légèrement plus grandes que celles générées par la panthère, qui mesurent entre 0,7 et 0,9 mm de largeur. La longueur de ces grooves doubles de grands félins varie entre 5 et 20 mm (tabl. 5). 

Figure 5. Grooves simples laissés par un jeune adulte sur un tibia (a, b) et un calcanéum (c) d’un mulet sénile (1), trace laissée par un lion juvénile sur un humérus d’un dindon adulte (2).
Single groove left by a young adult on a tibia (a, b) and calcaneus (c) of a senile mule (1), mark left by a juvenile lion on a humerus of an adult turkey (2). 

Figure 5. Grooves simples laissés par un jeune adulte sur un tibia (a, b) et un calcanéum (c) d’un mulet sénile (1), trace laissée par un lion juvénile sur un humérus d’un dindon adulte (2). Single groove left by a young adult on a tibia (a, b) and calcaneus (c) of a senile mule (1), mark left by a juvenile lion on a humerus of an adult turkey (2). 

Figure 6. Comparaison de traces de grooves doubles laissées par : des individus adultes sur une scapula d’un bœuf adulte (1), par un lion jeune adulte sur un fémur d’un mulet sénile (2), par un tigre adulte sur un radius (3) et un humérus (4) d’un mulet sénile, par une panthère adulte sur un ilium d’un mulet sénile (5).
Comparison of doubled groove marks left by: adult individuals on a scapula of an adult ox (1), by a young adult lion on a femur of a senile mule (2). By an adult tiger on a radius (3) and a humerus (4) of a senile mule. By an adult panther on an ilium of a senile mule (5).

Figure 6. Comparaison de traces de grooves doubles laissées par : des individus adultes sur une scapula d’un bœuf adulte (1), par un lion jeune adulte sur un fémur d’un mulet sénile (2), par un tigre adulte sur un radius (3) et un humérus (4) d’un mulet sénile, par une panthère adulte sur un ilium d’un mulet sénile (5). Comparison of doubled groove marks left by: adult individuals on a scapula of an adult ox (1), by a young adult lion on a femur of a senile mule (2). By an adult tiger on a radius (3) and a humerus (4) of a senile mule. By an adult panther on an ilium of a senile mule (5).

Tableau 4. Dimensions des traces de grooves de lion par âge et sexe en mm.
Dimensions of lion groove by age and sex in mm.

Tableau 4. Dimensions des traces de grooves de lion par âge et sexe en mm. Dimensions of lion groove by age and sex in mm.

Tableau 5. Comparaison des dimensions de grooves ou sillons doubles entre les grands félins (lion, tigre et panthère) (mm).
Comparison of the dimensions of double grooves between large felids (lion, tiger and panther) (mm).

Tableau 5. Comparaison des dimensions de grooves ou sillons doubles entre les grands félins (lion, tigre et panthère) (mm). Comparison of the dimensions of double grooves between large felids (lion, tiger and panther) (mm).

3 | Discussion

17Ce travail expérimental réalisé sur les traces de lion, quoique préliminaire, permet toutefois de mettre en évidence quelques particularités. Les séquences de destruction suivent la même progression, depuis les extrémités saillantes, faciles à saisir après la consommation de la viande, vers le centre des éléments anatomiques, moins accessibles ; qu’il s’agisse d’os isolés ou de membres entiers en connexion. Les lions laissent plus de traces sur les parties les plus fragiles de l’os, dont la partie corticale est fine et moins dense car spongieuse. Ils ne produisent qu’un faible nombre de sillons sur les parties denses et compactes des diaphyses. Aucune fragmentation n’a été observée sur les os consommés. D’après l’expérimentation de É. Campmas et C. Beauval en 2008, les lions captifs fragmentent en effet peu les os et ne produisent qu’un faible nombre de sillons sur les parties denses des diaphyses, à la différence des loups. La destruction des restes par les lions est nettement plus limitée que dans le cas d’une consommation par les hyènes ou les loups captifs, probablement due à la denture des félidés étant inadaptée à la consommation des os. Cependant, le nombre de restes anatomiques observés ne permet pas d’aller plus loin dans la comparaison (Campas et Beauval 2008) ; A. Prucca 2003) avait également remarqué que les modifications apportées par les lions et les tigres captifs sur les restes de grands bovidés sont beaucoup moins importantes que celles laissées par les loups captifs et sauvages. D’autre part, le pourcentage de survie des éléments est plus important pour les lions que pour les hyènes ; tandis que les dégâts générés par les lions sur les carcasses d’ongulés de taille moyenne sont similaires à ceux des hyènes sur les carcasses d’ongulés de grande taille (Richardson 1980).

18Nous n’avons constaté aucune différence dans le type et la morphologie des pits et punctures laissées par les lions adultes, les jeunes adultes et les juvéniles. Ils génèrent tous des traces de pits ovalaires et des punctures ovalaires et/ou circulaires, à l’exception des punctures tronquées qui semblent plus apparentes sur les surfaces des os consommés par les individus adultes et le jeune adulte, par rapport à celles laissées par le juvénile, probablement dues à la morphologie des dents et à la faiblesse de l’occlusion des mâchoires (la capacité biomécanique des mâchoires) des juvéniles contrairement à celles des adultes. La force de morsure avec laquelle un animal peut marquer les os varie selon l’âge (Binder, Van Valkenburgh 2000), bien que la relation positive entre la force de morsure prédite et la taille du corps semble claire (Wroe et al. 2005). Les différences observées concernent seulement les grooves, notamment avec la présence des grooves doubles générés uniquement par les individus adultes et le jeune adulte. La forme des cuspides des dents de lait du lionceau et surtout la faiblesse de sa mâchoire ne permettent probablement pas de laisser ce type de grooves

19Nous avons également noté que la morphologie générale des différentes traces de pitspunctures et grooves observées reste la même quel que soit l’élément anatomique (scapula, tibia, ilium, …) et l’espèce consommée, bœuf, mulet et dindon, dont la taille diffère ainsi que la densité des ossements. Quant à l’aspect métrique, on a observé une différence dans les mesures des pits laissées par les lions adultes (mâle/femelle). Il est fort possible que la plus grande dimension de pits (L 7.4 et l 6.2 mm, voir tabl. 2) appartienne au mâle, les canines des lions mâles étant plus grandes que celles des femelles (dimorphisme sexuel : Turner 1984). Cependant, les deux individus vivant dans le même enclos, il est difficile de le vérifier. Les plus petites dimensions de pits laissées par les individus adultes ne diffèrent pas de celles du jeune adulte mâle. D’autre part, une différence est notée entre les mesures des punctures (tabl. 3) et des grooves (tabl. 4) laissés par les lions adultes et le jeune adulte, et ceux générés par le lionceau, nettement plus petites. La différence de taille des dents en est probablement la cause.

20D’après les expérimentations concernant divers carnivores en captivité au zoo d’El Hama : panthères, loups dorés, renards, hyènes, ours, tigre (Siziani 2021) et en comparaison avec d’autres études faites sur les carnivores captifs et sauvages (canidés et félidés captifs : Pobiner 2008 ; loups, lions et hyènes captifs : Campmas et Beauval 2008 ; hyènes sauvages : Bourdillat 2008 ; Fourvel 2012 ; loups, lions et hyène captifs et sauvages : Andrés et al. 2012 ; lions captifs et sauvages : Gidna et al. 2013 ; canidés et félidés sauvages : Camarόs et al. 2017 ; lions sauvages : Arriaza et al. 2017 ; hyènes sauvages : Arriaza et al. 2019 ; canidés captifs : Courtenay et al. 2020), les types de traces causées par le lion ne diffèrent pas morphologiquement de celles générées par les autres carnivores. Ces derniers laissent des traces de pits,grooves et punctures durant la consommation de leur proie (fig. 7). La différence réside dans la taille de ces traces qui va varier selon la morphologie et la taille des dents du prédateur ainsi que selon la densité des os consommés, liée à la progression de la séquence de destruction et au degré de faim du prédateur (Campmas, Beauval 2008 ; Andrés et al. 2012 ; Siziani 2021). 

Figure 7. Fiche typologique des principaux types de traces de dents laissées par les lions actuels d’après les standards typologiques de Campmas et Beauval 2008.
Typology of the main types of teeth marks left by modern lions according to Campmas and Beauval 2008 typological standards.

Figure 7. Fiche typologique des principaux types de traces de dents laissées par les lions actuels d’après les standards typologiques de Campmas et Beauval 2008. Typology of the main types of teeth marks left by modern lions according to Campmas and Beauval 2008 typological standards.

21Nous envisageons d’élargir notre panel d’étude expérimentale aux espèces de grands félins sauvages vivants dans des parcs naturels, ainsi que l’a fait A. Gidna, qui confronte dans ses travaux les données morphométriques des traces des lions en contexte de captivité et en contexte sauvage (Gidna et al. 2013 ; Gidna et al. 2014).

22La comparaison de nos observations des traces engendrées par le lion, la panthère et le tigre en captivité dans le parc d’El Hamma, a permis de constater que lesgrooves doubles semblent des traces spécifiques aux grands félins adultes (fig. 6). Elles sont en effet absentes chez les autres carnivores de taille moyenne et petite, tels que l’hyène rayée Hyena hyena, le loup doré Canis anthus, le renard Vulpes vulpes et le fennec Vulpes zerda. À notre connaissance, ces grooves doubles n’ont jamais été signalés auparavant dans les études consacrées aux traces de lion ni des autres grands félins (Capaldo 1997 ; Pobiner 2008 ; Campmas, Beauval 2008 ; Parkinson et al. 2015 ; Fernandez-Jalvo, Andrews 2016 ; Arriaza et al. 2017).

4 | Conclusion

23Ce travail préliminaire nous permet de conclure, malgré le peu d’échantillons récoltés lors de notre expérimentation, que les séquences de destruction d’os isolés et des membres entiers, suivent la même progression depuis les extrémités saillantes, vers le centre des éléments, laissant des traces de dents sur les surfaces des os consommés liées à l’action du mâchonnement. De plus, cette recherche a permis d’établir une fiche typologique des traces de dents les plus marquantes : pits (dépression dont le fond est de l’os compact), punctures (dépression dont le fond est de l’os spongieux) et grooves (sillons dont le fond est de l’os compact) laissées par les lions (fig. 7), y compris les grooves doubles jamais signalés auparavant, et qui semblent spécifiques aux grands félins adultes (lion, panthère et tigre). Bien que l’identification des espèces de carnivores à partir de leurs traces soit ardue, voire impossible (Fourvel et al. 2021), les grooves doubles seraient probablement des marqueurs spécifiques qui permettraient d’identifier la présence des grands félins au sein des assemblages osseux archéologiques. Des expérimentations futures de traces générées par le guépard Acinonyx jubatus et par des lions, panthères et tigres sauvages, pourront confirmer ou non cette observation. Si cette hypothèse se confirme, cela apportera une contribution non-négligeable pour l’identification des prédateurs, notamment les grands félins, et permettra de mieux connaitre le rôle joué par ces derniers dans l’origine des accumulations, ainsi que ses modalités de destruction osseuse dans les assemblages archéologiques.

Top of page

Bibliography

ANDRES M., GIDNA A. O., YRAVEDRA J. et al. 2012 - Une étude des différences dimensionnelles des marques dentaires (puits et rayures) sur les os modifiés par les petits et les grands carnivores. Archéol Anthropol Sci, 4, p. 209-219. https://doi.org/10.1007/s12520-012-0093-4 

ARAMBOURG C. 1938 - La faune fossile de Tit Mellil (Maroc), Bulletin de la Société de Préhistoire du Maroc, 1-4, p. 5.

ARRIAZA M. C. 2016 - Un estudio neotafonómico de acumulaciones de huesos modificados por félidos y hiénidos. Departamento de Geología, Geografía y Medio Ambiente, Universidad de Alcalá, phD, 138 p.

ARRIAZA M. C., DOMINGUEZ-RODRIGO M. 2016 - When felids and hominins ruled at Olduvai Gorge: A machine learning analysis of the skeletal profiles of the non-anthropogenic Bed I sites. Quaternary Science Reviews, 139, p. 43-52.

ARRIAZA M. C., DOMINGUEZ-RODRIGO M., YRAVEDRA J., BAQUEDANO E. 2016 - Lions as bone accumulators? Paleontological and ecological implications of a modern bone assemblage from Olduvai gorge. PLOS ONE, 11(5), p. 1-26.

ARRIAZA M. C., ORGANISTA E., YRAVEDRA J., SANTONJA M., BAQUEDANO E., DOMINGUEZ-RODRIGO M. 2019 - Striped hyenas as bone modifiers in dual human-to-carnivore experimental models. Archaeol. Anthropol. Sci, 11, p. 3187-3199. 

ARRIAZA M. C., YRAVEDRA J., DOMINGUEZ-RODRIGO M., MATE-CONZ0LEZ M. A., GARSIA VARGAS E., PALOMEQUE-CONZ0LEZ J. F., ARAMENDI J., GONZ0LEZ -AGUILLERA D., BOQUEDANO E. 2017 - On applications of micro-photogrammetry and geometric morphometrics to studies of tooth mark morphology: The modern Olduvai Carnivore Site (Tanzania). PalaeogeogrPalaeoclimatol. Palaeoecol, 488, p. 103-112.

BERNOUSSI R. 1997 - Contribution à l’étude paléontologique et observations archéo-zoologiques pour les deux sites du Pléistocène moyen du Maroc atlantique : la grotte à Hominidés de la carrière Thomas I et la grotte des rhinocéros de la carrière Oulad Hamida 1 (Casablanca, Maroc). Thèse Univ. Bordeaux 1, 223 p.

BINDER W. J., VAN VALKENBURGH B. 2000 - Development of bitestrength and feeding behavior in juvenile spotted hyenas (Crocuta crocuta). Journal of Zoology, 252, p. 273-283.

BINFORD L. R. 1981 - Bones. Ancient men and modern myths. New-York: Academic Press.

BLUMENSCHINE R. J. 1986 - Early hominid scavenging opportunities; implications of carcass availability in the Serengeti and Ngorongoro ecosystems. British archaeological Reports, 283, 163 p.

BLUMENSCHINE R. J. 1988 - An experimental model of timing of hominid carnivore influence on archaeological bone assemblages. Journal of Archaeological Science, 15, p. 483-502.

BLUMENSCHINE R. J. 1995 - Marques de percussion, marques de dents et déterminations expérimentales du moment de l’accès des hominidés et des carnivores aux os longs à FLK Zinjanthropus, Gorge d’Olduvai, Tanzanie. Journal of Human Évolution. 29, p. 21-51.

BOULAGHRAIEF K. 2012 - Étude des grands carnivores du site acheuléen de Tighenif Mascara, Algérie Ouest. Mémoire Master. Universitat Rovira i Virgili (Departament d’Història i Història de l’Art). Tarragona, Spain. Màster en Arqueologia del Quaternari i Evolució Humana. 100 p.

BOURDILLAT V. 2008 - Hommes – Carnivores ? Caractériser l’action de l’hyène des cavernes : De l’utilisation des données fossiles pour l’interprétation des sites mixtes. Paris : Muséum national d’Histoire naturelle. Thèse de Doctorat, 292 p.

BRAIN C. K. 1981 - The hunters or the hunted? An introduction to African cave taphonomy. Chicago: University of Chicago Press, 368 p.

BRUGAL J. P. 2017 - Taphonomies. Groupement de recherches 3591 « Taphonomie, Environnement et Archéologie », CNRS-INEE. Editions des archives contemporaines, Paris, collection « Sciences archéologiques », 536 p. 

BRUGAL J. P., FOSSE P., GUADELLI J. L. 1997- Comparative study of bone assemblages made by recent and Plio-Pleistocene Hyaenids. In: L. A. HANNUS, L. ROSSUM, R. P. WINHAN (Éds.). Proceedings of the 1993 Bone Modification Conference, Hot Springs, South Dakota, p. 157-187. 

CADENAT P. 1948 - La station préhistorique de Columnata, Bulletin de la Société Géographique et d’Archéologie d’Oran, 70, p. 3-66.

CAMAROS E., CUETO M., ROSELL J., DIEZ J. C., BLASCO R., DUHIG C., DARLAS ARLA F. A., HARVATI J., JORDA L., MONTES V., VILLAVERDEKET F., RIVALS J. 2017 - Hunted or Scavenged Neanderthals? Taphonomic Approach to Hominin Fossilswith Carnivore Damage. International Journal of Osteoarchaeology, 27, 4, p. 606-620.

CAMPMAS É., BEAUVAL C. 2008 - Consommation osseuse des carnivores : résultats de l’étude de l’exploitation de carcasses de boeufs (Bos taurus) par des loups captifs.Annales de Paléontologie, 94, p. 167-186.

CAMPMAS É., MICHEL P., COSTAMAGNO S., EL HAJRAOUI M.A., NESPOULET R. 2017 - Which predators are responsible for faunal accumulations at the Late Pleistocene layers of El Harhoura 2 Cave (Témara, Morocco)? Comptes Rendus Palevol, 16 (3), p. 333-350.

CAPALDO S. D. 1997 - Experimental determinations of carcass processing by Plio-pleistocene hominids and carnivores at FLK 22 (Zinjanthropus), Olduvai Gorge, Tanzania. Journal of Human Evolution, 33, 5, p. 555-597.

CAPALDO S. D., BLUMENSHINE R. J. 1994 - A Quantitative Diagnosis of Notches made by Hammerstone Percussion and Carnivore Gnawing on Bovid Long Bones, American Antiquity, vol, 59, p. 724-748.

CASTEL J. C. 2004 - L’influence des canidés sur la formation des ensembles archéologiques. Caractérisation des destructions dues au loup. Paléobiologie, 23, p. 675-693.

CHAID-SAOUDI Y. 1987 - Les mammifères holocènes des gisements préhistoriques de Gueldamane-Akbou (Béjaïa), Columnata (Tiaret) et Tin Hanakaten (Djanet) en Algérie, Thèse de 3e cycle, Université de Claude-Bernard, Lyon I, 233 p.

COURTENAY A. D., HERRANZ-RODRIGO D. et al. 2020 - Obtaining new resolutions in carnivore tooth pit morphological analyses: A methodological update for digital taphonomy.PLoS ONE, 15, 10, e0240328. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0240328 

DAUJEARD C., GERAADS D., RAYNAL J. P., MOHB A., GALLOTTI R., SBIHI-ALAOUI F. Z. 2011 - Carnivores et/ou hommes dans deux sites moustéro-atériens de Dar Bouazza (Casablanca, Maroc) : les données de la taphonomie In: Prédateurs dans tous leurs états. Evolution, Interactions, Mythes, Symboles, XXXIe rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, BRUGAL J.-P., GARDEISEN A. ET ZUCKER A. (Éds.), Antibes, APDCA, p. 351-366.

DOMINGUEZ- RODRIGUO M. 1999 - Disponibilité de la chair et modifications osseuses dans les carcasses consommées par les lions : pertinence paléoécologique dans les modes d’alimentation des hominidés. Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, 149, p. 373-388.

DOMINGUEZ-RODRIGUO M., GINDA A., BAQUEDANO E., COBO-SANCHEZ L., MORA R., COURTENAY L. A., GONZALEZ-AGUILERA D., MATE-GONZALEZ M. A., PRIETO-HERRAEZ D. 2021 - A 3D taphonomic model of long bone modification by lions in medium-sized ungulate carcasses. Scientific Reports, 11, 1, 4944.https://doi.org/10.1038/s41598-021-84246-1 

DOMINGUEZ- RODRIGUO M., GIDNA A. O., YARVEDRA J., MUSIBA C. 2012 - A comparative neo-taphonomic study of felids, hyaenids and canids: an analogical framework based on long bone modification patterns. J. Taphon, 10, p. 151-170. 

DOMINGUEZ- RODRIGUO M., PICKERING T. R. 2010 - A multivariate approach for discriminating bone accumulations created by spotted hyenas and leopards: harnessing actualistic data from East and southern Africa. J. Taphon, 8, p. 155-179.

DOMINGUEZ- RODRIGUO M., PIQUERAS A. 2003 - The use of tooth pits to identify carnivore taxa in tooth-marked archaeofaunas and their relevance to reconstruct hominid carcass processing behaviours. Journal of Archaeological Science, 30, p. 1385-1391.

DOMINGUEZ-RODRIGO M., YRAVEDRA J., ORGANISTA E., GIDNA A., FOURVEL J. B., BAQUEDANO E. 2015 - A new methodological approach to the taphonomic study of paleontological and archaeological faunal assemblages: a preliminary case study from Olduvai Gorge (Tanzania). Journal of Archaeological Science, 59, p. 35-53.

ERICKSON G. M., OLSON K. H. 1996 - Morsures attribuables au Tyrannosaurus rex : description préliminaire et implications. Tourillon de paléontologie des vertébrés, 16, 1, p. 175-178.

FERNANDEZ-JALVO Y., ANDREWS P. 2016 - Atlas of Taphonomic Identifications: 1001+ Images of Fossil and Recent Mammal Bone Modification. Springer, Dordrecht, 359 p.

FISHER D. C. 1995 - Experiments on subaqueous meat caching. Curr Res Pleistocene, 12, p. 77-80.

FOSSE P. 1994 - Taphonomie paléolithique : les grands mammifères de Soleilhac (Haute-Loire) et de Lunel-Viel (Hérault). Université de Provence Aix-Marseille. Thèse de Doctorat, 257 p.

FOSSE P. 1997 - Variabilité des assemblages osseux créés par l’hyène des cavernes. Paleo 9, p. 15-54.

FOURVEL J. B. 2012 - Hyénidés modernes et fossiles d’Europe et d’Afrique : taphonomie comparée de leurs assemblages osseux. Toulouse : Université de Toulouse-Le Mirail, Thèse de Doctorat, 615 p.

FOURVEL J. B., FREREBEAU N., MAGNIEZ P., MOIGNE AM., VEZIAN R. 2021 - Rennes, hommes et loups à la grotte ouest du Portel (Ariège) : Analyse paleoécologique et taphonomique de l’impact des carnivores de l’ensemble F-F3, Quaternaire, vol, 32(3), p.183-202.

GIDNA A.O., KISUI B., MABULLA A. Z. P., MUSIBA C., DOMINGUEZ-RODRIGO M. 2014 - An ecological neo-taphonomic study of carcass consumption by lions in Tarangire National Park (Tanzania) and its relevance for human evolutionary biology. Quaternary International, 322-323, p. 167-180.

GIDNA A., YRAVEDRA J., DOMINGUEZ-RODRIGO M. 2013 - A cautionary note on the use of captive carnivores to model wild predator behavior: a comparison of bone modification patterns on long bones by captive and wild lions. Journal of Archaeological Science, 40, p. 1903-1910.

HADJOUIS D., LE BIHAN P. 2013 - Atlas des mammifères quaternaires et actuels d’Algérie. Ministère de la Culture, Travaux CNRPAH, nouvelle série n° 20. Eds Mille-Feuilles, Alger.

HAKEM F. Z. 2017 - Entretien / Abdelkrim Boulahia, directeur général du Jardin d’Essai : « L’expertise nationale avant de passer au commercial avec l’étranger ». https://archive.wikiwix.com/cache/index2.php?url=http%3A%2F%2Fwww.reporters.dz%2Fculture%2Fitem%2F88050-entretien-abdelkrim-boulahia-directeur-general-du-jardin-d-essai-l-expertise-nationale-avant-de-passer-au-commercial-avec-l-etranger#federation=archive.wikiwix.com  (octobre 2020). 

HAYNES G. 1980 - Evidence of Carnivore Gnawing on Pleistocene and Recent Mammalian Bones. Paleobiology, 6, p. 341-351.

HAYNES G. 1982 - Utilization and skeletal disturbance of North American prey carcasses. Arcti, 35, p. 266-281.

HAYNES G. 1983 - A guide for differentiating mammalian carnivore taxa responsible for gnaw damage to herbivore limb bones. Paleobiology, 9, p. 164-172.

HILL A. 1977 - A modern hyena den in the Amboseli National Park, Kenya. In: Proceedings of the Panafrican congress of prehistory and quaternary studies, Nairobi, p. 137-138.

HILL A. 1989 - Bone modification by modern spotted hyenas. In: R. BONNICHSEN, M.H. SORG (Éd.), Bone modification. Center for the study of the first Americans. University of MaineOrono, p. 169-178.

KOLSKA HORWITZ L. 1990 - The origin of partially digested bones recovered from archaeological contexts in Israel. Paléorient, 16, p. 97-106.

LARIBI G., HADJADJ S. 2012 - Le Jardin d’essai du Hamma : histoire d’un jardin colonial. In: A. BOUCHÈNE, J.-P. PEYROULOU, O. SIARI TENGOUR, S. THÉNAULT, Histoire de l’Algérie à la période coloniale : 1830-1962, La Découverte et Barzakh, p. 120-123.

LYMAN R. L. 1994 - Vertebrate Taphonomy, Cambridge Manuals in Archaeology, Cambridge University Press, 500 p.

MAS A. 1955 - Contribution à l’étude des carnivores fossiles de Kifan Bel Ghomari (Taza). Mrm. Soc. Sci. Nat. et Phy. du Maroc, Rabat, 2, 1, p. 47.

MERZOUG S. 2005 - Comportements de subsistance des Ibéromaurusiens d’après l’analyse archéozoologique des mammifères des sites de Tamar Hat, Taza 1 et Columnata (Algérie). Thèse du Muséum national d’Histoire naturelle. Paris, 414 p.

MICHEL P. 1990 - Contribution à l’étude paléontologique des Vertébrés fossiles du Quaternaire marocain à partir des sites du Maroc atlantique, central et oriental. Thèse M.N.H.N. 1152 p.

MICHEL P., CAMPMAS É., STOETZEL E. et al. 2009 - La macrofaune du Pléistocène supérieur d’El Harhoura 2 (Témara, Maroc) : Données préliminaires. L’Anthropologie, 113 (2), p. 283-312.

MILLS M. G. L. 1990 - Kalahari hyenas. The comparative behavioural ecology of two species. Unwin Hyman, London, 304 p.

MOUHSINE T. 2003 - Contribution à la connaissance de la faune du Pléistocène supérieur du Rif oriental : la grotte Ifri N’Ammar. Paléontologie, Archéozoologie, Paléoécologie, Biochronologie et Biogéographie. Thèse de 3e Cycle, Institut National des Sciences de l’Archéologie et du Patrimoine, Rabat, 305 p.

OLIVE F. 2005. - Évolution des grands Carnivores pliocènes et pléistocènes de l’ancien monde. Systématique, biochronologie, paléobiogéographie et paléoécologie. Thèse du Muséum national d’Histoire naturelle. Paris. 390 p.

OUCHAOU B., AMANI F. 2002 - Les Carnivores des gisements néolithiques et protohistoriques du nord du Maroc. Quaternaire, 13, 1, p. 79-87.

OUCHAOU B., BOUGARIANE B. 2015 - Les extinctions totales et régionales des grands mammifères durant le Quaternaire terminal au Maroc. Travaux de l’Institut Scientifique, Série Générale, 8, p. 5-20.

PARKINSON J. A., PLUMMER T., HARTSTONE-ROSE A. 2015 - Characterizing felid tooth marking and gross bone damage patterns using GIS image analysis: an experimental feeding study with large felids. Journal of Human. Evolution 80, p. 114-134.

PINTO LLONA A. C., ANDREWS P. J. 2004 - Scavenging behaviour patterns in cave bears Ursus spelaeusPaléobiologie, 23, p. 845-853.

PIQUERAS A. 2003 - The use of tooth pits to identify carnivore taxa in tooth-marked archaeofaunas and their relevance to reconstruct hominid carcass processing behaviours.Journal of Archaeological Science, 30, p. 1385-1391.

POBINER B. L. 2008 - Paleoecological information in predator tooth marks. Journal of Taphonomy, 6, p. 373-397.

PRUCCA A. 2003 - Caractérisation de l’impact des loups sur des ossements d’herbivores (cerfs de Virginie, orignaux, bisons) : étude des modifications infligées par les loups captifs et sauvages Nord-américains. Provence : Université de Provence, Aix-Marseille, DEA, 77 p.

RICHARDSON P. R. K. 1980 - Carnivore damage to antelope bones and its archaeological implications. Paleontologica africana, 23, p.109-125. 

SAIDI R., BENAMARA R. 2018 - Pour la préservation de patrimoine naturel du jardin d’essai : Une cité de biodiversité méditerranéenne. Tizi-Ouzou : Université Mouloud MAMMERI de Tizi-Ouzou, Département d’Architecture, Mémoire du master, 96 p.

SIZIANI R. 2021- Étude des carnivores et des traces générées par leurs actions sur les restes osseux des sites archéologiques (études taphonomique, archéozoologique et expérimentale) : cas des sites archéologiques algériens. Algérie : Institut d’archéologie, Université d’Alger-2, Thèse de doctorat (en arabe), 852 p. 

SUTCLIFFE A. J. 1970 - Spotted hyena: crusher, gnawer, digester and collector of bones. Nature (London), 227, p.1110-1113.

TURNER A. 1984 - Dental sex dimorphism in European lions (Panthera Leo L.) of the Upper Pleistocene: palaeoecological and palaeoethological implications. Annales zoologica fennici, 21, p. 1-8.

WENGLER L., DELIBRIAS G., MICHEL P et al. 1989 - Sites néolithiques du Maroc oriental : cadre chronologique, archéologie et milieu naturel. L’Anthropologie, 93, 4, p. 507-534.

WERDELIN L., PEIGNE S. 2010 - Chapter 32. Carnivora. In: WERDELIN L., SANDERS W. (Éds.) Cenozoic mammals of Africa. University of California Press, p. 603-657.

WROE S., MCHENRY C., THOMASON J. 2005 - Bite club : force de morsure comparée chez les gros mammifères piqueurs et prédiction du comportement prédateur chez les taxons fossiles. Actes de la Royal Society B: Biological Sciences, 272 (1563), p. 619-625.

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1. Localisation du parc zoologique d’El Hamma, Alger (Algérie), avec le Plan de masse du jardin d’essai établi par Saidi et Benamara (2018). Infographie R. Siziani. Location of the Zoological Park of El Hamma, Algiers (Algeria), with the Ground plan of the test garden established by Saidi and Benamara (2018). Computer graphics R. Siziani.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8866/img-1.jpg
File image/jpeg, 376k
Title Figure 2. Les lions du parc zoologique d’El Hamma (Alger, Algérie). The lions of the zoological park of El Hamma (Algiers, Algeria).
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8866/img-2.jpg
File image/jpeg, 348k
Title Tableau 1. Les éléments anatomiques portant les stigmates de la consommation par des lions (F= femelle/ M= mâle) (D= droite / G= Gauche / CO = Complet). Anatomical elements bearing the stigma of consumption by lions (F= female/ M= male) (D= right / G= Left / CO = Complete).
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8866/img-3.png
File image/png, 120k
Title Figure 3. Traces de pits ovalaires laissées par un lion adulte sur une scapula d’un bœuf (1). Traces d’un jeune adulte sur un fémur d’un mulet sénile (2) et d’un lion adulte sur un ilium d’un mulet sénile (3). Traces of oval pits left by an adult lion on a scapula of an ox (1). Trace of a young adult on a femur of a senile mule (2) and of an adult lion on an ilium of a senile mule (3).
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8866/img-4.jpg
File image/jpeg, 204k
Title Tableau 2. Dimensions des pits de lion par âge et sexe en mm. Dimensions of Lion's pits by age and sex in mm.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8866/img-5.png
File image/png, 6.7k
Title Figure 4. Traces de punctures d’un lion jeune adulte sur un fémur (1) et sur un ilium (2) de mulet sénile, trace d’un lion juvénile sur un humérus de dindon adulte (3). Formes circulaires (A), tronquées (B), ovalaires (C). Punctures marks of a young adult lion on a femur (1) and on an ilium (2) of a senile mule, mark of a juvenile lion on an adult turkey humerus (3). Circular (A), truncated (B), oval (C) shapes.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8866/img-6.jpg
File image/jpeg, 224k
Title Tableau 3. Dimensions des punctures de lion par âge et sexe en mm, (1/2 = la largeur de la puncture tronquée qui est de moitié). Dimensions of lion punctures marks by age and sex in mm, (1/2 = the width of the truncated puncture which is half).
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8866/img-7.png
File image/png, 16k
Title Figure 5. Grooves simples laissés par un jeune adulte sur un tibia (a, b) et un calcanéum (c) d’un mulet sénile (1), trace laissée par un lion juvénile sur un humérus d’un dindon adulte (2). Single groove left by a young adult on a tibia (a, b) and calcaneus (c) of a senile mule (1), mark left by a juvenile lion on a humerus of an adult turkey (2). 
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8866/img-8.jpg
File image/jpeg, 236k
Title Figure 6. Comparaison de traces de grooves doubles laissées par : des individus adultes sur une scapula d’un bœuf adulte (1), par un lion jeune adulte sur un fémur d’un mulet sénile (2), par un tigre adulte sur un radius (3) et un humérus (4) d’un mulet sénile, par une panthère adulte sur un ilium d’un mulet sénile (5). Comparison of doubled groove marks left by: adult individuals on a scapula of an adult ox (1), by a young adult lion on a femur of a senile mule (2). By an adult tiger on a radius (3) and a humerus (4) of a senile mule. By an adult panther on an ilium of a senile mule (5).
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8866/img-9.jpg
File image/jpeg, 484k
Title Tableau 4. Dimensions des traces de grooves de lion par âge et sexe en mm. Dimensions of lion groove by age and sex in mm.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8866/img-10.png
File image/png, 14k
Title Tableau 5. Comparaison des dimensions de grooves ou sillons doubles entre les grands félins (lion, tigre et panthère) (mm). Comparison of the dimensions of double grooves between large felids (lion, tiger and panther) (mm).
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8866/img-11.png
File image/png, 69k
Title Figure 7. Fiche typologique des principaux types de traces de dents laissées par les lions actuels d’après les standards typologiques de Campmas et Beauval 2008. Typology of the main types of teeth marks left by modern lions according to Campmas and Beauval 2008 typological standards.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8866/img-12.jpg
File image/jpeg, 370k
Top of page

References

Bibliographical reference

Ryma Siziani and Souhila Merzoug, “Le lion d’Afrique (Panthera leo) : étude expérimentale sur les traces de consommation des carcasses de mulet, bœuf et dindon”PALEO, Hors-série | 2023, 342-355.

Electronic reference

Ryma Siziani and Souhila Merzoug, “Le lion d’Afrique (Panthera leo) : étude expérimentale sur les traces de consommation des carcasses de mulet, bœuf et dindon”PALEO [Online], Hors-série | Décembre 2022, Online since 15 November 2023, connection on 22 February 2024. URL: http://journals.openedition.org/paleo/8866; DOI: https://doi.org/10.4000/paleo.8866

Top of page

About the authors

Ryma Siziani

Centre National de Recherches Préhistoriques Anthropologiques et Historiques. 03, rue Franklin Roosevelt, Alger 16 500 Algérie - rymasiziani1803[at]gmail.com

Souhila Merzoug

Centre National de Recherches Préhistoriques Anthropologiques et Historiques. 03, rue Franklin Roosevelt, Alger 16 500 Algérie - merzoug[at]cnrpah.org

By this author

Top of page

Copyright

CC-BY-NC-ND-4.0

The text only may be used under licence CC BY-NC-ND 4.0. All other elements (illustrations, imported files) are “All rights reserved”, unless otherwise stated.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search