Skip to navigation – Site map

HomeIssuesHors-sérieThème 3 : L’apport des approches ...Des coquillages comme outils de b...

Thème 3 : L’apport des approches actualistes à une meilleure perception des relations humain/animal dans le passé

Des coquillages comme outils de boucherie ? Approche expérimentale et amorce de réflexion sur la question des pratiques de boucherie au Paléolithique moyen en contexte littoral de l’Afrique du Nord

Shells as butchery tools? An experimental approach and a first step toward discussing open issues on butchery practices in the Middle Paleolithic in the coastal context of North Africa
Émilie Campmas, Sandrine Costamagno, Antoine Souron, Vittorio Facincani, Martina Arbosti, Marine Gardeur, Thomas Lavidalie, Alexandre Napias, Jennifer Parkinson, Frédéric Santos and Francesca Romagnoli
p. 376-395

Abstracts

In 2016, during an experiment leaded by Émilie Campmas and Francesca Romagnoli, the carcass of a sheep was processed applying prehistoric butchery practices implementing the complete sequence of carcass-processing activities (skinning, disarticulation, defleshing, and removal of tendons). For the experiment, three taxa of marine shells were used (Patella sp., Mytilus sp., and Callista chione). The taxa were selected because they have been identified as tools in different Pleistocene sites and are among the most abundant species in archaeological sites in the Mediterranean regions across Europe and northern Africa. The experiment complemented the information and the reference collection produced in the framework of the project “Des Traces et des Hommes” to describe and interpret the butchery marks. During the project, blind tests were conducted to observe the cut marks produced during butchery experiments. These tests have shown the reliability of this variable in identifying the different activities carried out during complete carcass processing. The results of the 2016 experiments showed that not all the selected taxa were effective in the same way and for the same activity. The Patella sp. shells were not favourable to butchery, whereas Mytilus sp. and Callista chione shells could be used during all the butchery operations. Due to morphological differences in the edge of the valves, Mytilus sp. shells were more effective for skinning and defleshing while Callista chione valves were more effective for disarticulation and removal of tendons. According to this experiment, butchery activities were generally more difficult to achieve with shells than with stone tools, excluding defleshing with mussel shells. The micromorphological study of the butchery marks on the bones using a confocal microscope showed that, although within the variability of marks made with the active edges of stone tools, they could be differentiated according to the species used and the specific butchery activity. Further analysis and an expanded experimental sample are needed to strengthen these results about both shell effectiveness and micromorphological characterisation of cut marks. In this paper, the results are discussed in the framework of the subsistence activities during the Middle Palaeolithic in northern Africa. Rich archaeomalacological assemblages have been identified during this period, suggesting the consumption of marine molluscs. These assemblages are associated with macromammal remains, usually showing a low frequency of butchery marks, and the use of shell tools as cause of this scarcity was previously proposed. The results of the 2016 experiment did not solve this matter and further experiments are needed. However, the results clearly highlight the lack of detailed knowledge of shell as raw material and open perspectives for further research in this field.

Top of page

Full text

Le projet a été financé grâce aux fonds d’amorçage du laboratoire TRACES – UMR 5608. Nous remercions les étudiants du Master ASE2P, promotion 2015-2016 pour leur participation et leur aide logistique durant la session expérimentale, ainsi que Guilhem Constans pour la couverture photographique. Les expérimentations ont bénéficié des infrastructures de la plate-forme ArchéoSciences. Nous remercions les collègues Valentine Arnaud, Lloyd Courtenay, et Alain Queffelec qui ont facilité la collecte des données, les analyses, et l’accès aux équipements et logiciels nécessaires pour l’étude morphométrique des traces, et qui ont fait des commentaires utiles sur les méthodes et les interprétations. Le Master 1 de Vittorio Facincani s’est déroulé dans le cadre du programme « Double Diploma Laurea Magistrale in Quaternario, Preistoria e Archeologia interateneo tra Universtà di Ferrara, Modena e Reggio, Trento e Verona - MASTER Arts, Sociétés et Environnements de la Préhistoire et de la Protohistoire : Europe, Afrique, Mention Archéologie, sciences pour l’archéologie, Université de Toulouse - Jean Jaurès » entre l’Université de Ferrare et l’Université Toulouse - Jean Jaurès, financé par l’Université Franco-Italienne (Programme Vinci). Nous remercions le Cuzoul de Gramat et Nicolas Valdeyron pour le prêt du matériel de prise d’empreintes. L’article a bénéficié des commentaires précieux de trois rapporteurs (D. Cuenca Solana, C. Dupont, V. Laroulandie) que nous remercions.

Introduction

1De nombreux exemples ethnologiques ou ethnohistoriques témoignent de l’utilisation de coquilles de mollusques soit comme outils passifs (i.e. outils ne servant pas à modifier d’autres matériaux), soit comme outils actifs (i.e. outils dont la fonction est de modifier la matière) ‒ selon la définition de Prous 1986/1990. Parmi les groupes humains occupant les territoires côtiers, les coquilles faisaient l’objet d’usages variés (cf. Cuenca Solana et al. 2011 pour une revue). Par exemple, chez les Indiens vivant en Terre de Feu (Yamana, KwakliutI), le couteau-grattoir en coquille de moule était l’outil par excellence servant à de multiples usages : couper, racler, raboter, creuser, entailler (Haydes, Deniker 1885 ; Lothrop 1928 ; Bird 1946 ; Cooper 1946b ; Mansur, Clemente 2009). En tant qu’outils passifs, les coquilles sont utilisées comme lampes (e.g. les Eyak d’Alaska : Stratton 1989 - p. 15 ; les Indiens de la côte Nord-Ouest de l’Amérique : Drucker 1950 - p. 269), cuillères (e.g. les Yamana en Terre de Feu : Lothrop 1928 - p. 154 ; les Kwakiutl sur les îles de Vancouver : Boas 1905), ou encore comme récipients (e.g. la tribu des Kwakwaka’wakw sur la côte Nord-Ouest de l’Amérique : Deur et al. 2015 ; les Yamana : Mansur, Clemente 2009). Les coquilles (outils actifs) sont aussi souvent employées pour le travail des végétaux, en particulier pour récupérer ou racler l’écorce des arbres (e.g. les Chugach en Alaska : Stratton 1989 ; les Kwakiutl : Boas 1905 ; les Yamana : Lothrop 1928 - p. 144), ou encore pour le façonnage d’outils (les Powhatan de Virginie : Speck 1928 ; les Yamana : Lothrop 1928 ; les aborigènes d’Australie : Taplin, Woods 1879). L’utilisation de racloirs en coquilles pour le traitement des peaux (écharnage, épilage, tannage) est fréquemment mentionnée dans la littérature ethnographique (e.g. les Kwakiutl : Boas 1905 ; les Ammassalik du Groenland : Thalbitzer 1914 - p. 43 ; les Yamana : Cooper 1946b ; certaines tribus d’indiens du Sud-Est de l’Amérique : Lawson 1860 cité dans Swanton 1946 - p. 444 ; les Chugach d’Alaska : Stratton 1989 - p. 20 ; la tribu des Kwakwaka’wakw : Deur et al. 2015). Le bord tranchant, brut ou retouché de certaines coquilles peut aussi servir à découper de la viande soit lors de la boucherie (les Kamiagrute d’Alaska : Dupont 2006 cité dans Cuenca Solana et al. 2011 ; les Yamana) soit lors de la consommation comme chez les Chono (archipels de Patagonie, partie nord) qui utilisent leur couteau pour couper de la viande crue de phoque lorsqu’elle est portée à leur bouche (Cooper 1946a - p. 51).

2En contexte archéologique, l’utilisation de coquilles comme outils actifs est documentée sur quelques sites paléolithiques, depuis le Paléolithique ancien (Joordens et al.2014) jusqu’au Paléolithique récent (Szabó et al. 2007 ; Douka 2011 ; Cuenca Solana et al. 2016). Au Paléolithique moyen, sur les côtes nord-orientales de la Méditerranée, en Italie et en Grèce, des coquilles retouchées de Callista chione (Linnaeus 1758) documentent une industrie moustérienne originale (e.g. Cristiani et al. 2005 ; Douka, Spinapolice 2012 ; Romagnoli et al. 2015, 2016). Les analyses tracéologiques menées sur les restes de malacofaune issus de contextes paléolithiques restent rares, mais ont révélé des utilisations variées : traitement de pigments minéraux, action sur des végétaux (bois, fibres), traitement de peaux fraîches ou sèches (Cuenca Solana 2013 ; Cuenca Solana et al. 2017 ; Szabó, Koppel 2015). Les expériences réalisées par F. Romagnoli et collaborateurs (2017) ont aussi montré l’efficacité et la grande polyvalence des coquilles de vernis retouchées tandis que N. Toth et M. Woods (1989) ont démontré l’efficacité des coquilles retouchées d’huître pour les opérations de boucherie. Dans des contextes archéologiques du Paléolithique ancien à Java, la morphologie de stries de boucherie sur des ossements suggère l’utilisation de coquilles pour la boucherie (Choi, Driwantoro 2007).

3L’étude micromorphologique des stries de boucherie dans l’objectif d’identifier la matière première des outils utilisés a fait l’objet de nombreux développements méthodologiques (Bello, Soligo, 2008 ; Domínguez-Rodrigo et al. 2009 ; Boschin, Crezzini 2012 ; Moretti et al. 2015 ; Harris et al. 2017 ; Palomeque-González et al. 2017 ; Pante et al. 2017 ; Valet al. 2017 ; Maté-González et al. 2018 ; Otárola-Castillo et al. 2018 ; Souron et al. 2019). Peu d’entre eux ont porté sur la caractérisation des stries produites par des coquilles de mollusque (Toth, Woods 1989 ; Choi, Driwantoro 2007 ; Buc et al. 2010) et aucune approche quantitative n’a jamais été menée sur ce type de stries. Dans les différents référentiels disponibles, qu’ils soient tracéologiques ou qu’ils portent sur l’efficience des outils (Toth, Woods 1989 ; Choi, Driwantoro 2007 ; Mansur, Clemente 2009 ; Bucet al. 2010 ; Tumung et al. 2012 ; Cuenca Solana 2013 ; Szabó, Koppel 2015 ; Manca 2016 ; Romagnoli et al. 2017), les activités de boucherie ont rarement été mises en œuvre et lorsqu’elles l’ont été, elles concernent quasi exclusivement des opérations en lien avec la découpe de la viande. Pourtant, les opérations de boucherie sont diverses (Lyman 1987) et, du fait de la conformation des ossements et des différentes matières à découper, elles nécessitent l’utilisation d’outils aux propriétés variées (tranchants, résistants) avec une ergonomie et des formes particulières, notamment pour les opérations de désarticulation. Le degré de visibilité des stries de boucherie faites avec des coquilles et leur taux d’incidence sur les ossements constituent une autre source d’interrogation. La caractérisation de ces stries de boucherie pourrait compléter l’analyse fonctionnelle et technologique des ensembles malacologiques. Afin d’avancer sur ces questions liées à la compréhension des comportements humains pendant le Pléistocène dans les régions côtières de la Méditerranée, une expérience de boucherie a été menée en utilisant différentes coquilles. Les objectifs étaient de :

  1. tester l’efficacité de ces outils pour le traitement des carcasses,

  2. caractériser la fonctionnalité des différentes coquilles,

  3. caractériser la morphologie des traces de découpe et leur taux d’incidence sur les ossements.

1. | Protocole expérimental

4La boucherie a été réalisée sur la carcasse éviscérée d’un mouton abattu deux jours auparavant. Les opérations de boucherie, menées exclusivement sur les membres, ont été identiques et ont été réalisées par une seule personne (SC). La carcasse a été dépouillée en réalisant les entames circulaires en partie distale de la diaphyse des métapodes. Elle a ensuite été démembrée (pour le membre antérieur : séparation du membre entier, scapula comprise, du reste du tronc ; pour le membre postérieur : désarticulation entre le fémur et l’os coxal au niveau de l’acétabulum). Les membres, après avoir été décharnés, ont été désarticulés au niveau des épaules, des coudes, des poignets, des genoux et des chevilles. Les tendons extenseurs et fléchisseurs courant le long des métapodes ont été prélevés : ils ont d’abord été sectionnés au niveau de l’extrémité proximale puis en partie distale de la diaphyse des métapodes. Les extrémités des pattes ont été dépouillées à leur tour puis désarticulées au niveau des métapodes et des phalanges proximales et mésiales (fig. 1).

Figure 1. Exemples d’opérations de boucherie réalisées sur la carcasse de mouton à Toulouse en 2016 : a- entame circulaire de la peau avec une coquille de moule, b- décharnement de l’épaule avec une coquille de patelle, c-entame circulaire de la peau avec une coquille de vernis, d- décharnement de l’épaule avec une coquille de moule, e- prélèvement des tendons du métatarsien avec une coquille de vernis, f- désarticulation du genou avec une coquille de vernis, g- stries de désarticulation sur un talus, h- stries de désarticulation sur une phalange proximale. Crédits : Guilhem Constans (sauf g et h) Marine Gardeur.
Examples of butchery operations carried out on sheep carcasses in Toulouse in 2016. a- circular cut of the skin of the limb with a mussel shell, b- defleshing of the sheep’s shoulder with a limpet shell, c- circular cut of the skin of the limb with a smooth clam valve, d- defleshing of the sheep’s shoulder with a mussel shell, e- removal of the metatarsal tendons with a smooth clam valve, f- disarticulation of the sheep’s knee with a smooth clam valve, g- disarticulation marks on a talus, h- disarticulation marks on a proximal phalanx. Credits: Guilhem Constans (except g and h) Marine Gardeur.

Figure 1. Exemples d’opérations de boucherie réalisées sur la carcasse de mouton à Toulouse en 2016 : a- entame circulaire de la peau avec une coquille de moule, b- décharnement de l’épaule avec une coquille de patelle, c-entame circulaire de la peau avec une coquille de vernis, d- décharnement de l’épaule avec une coquille de moule, e- prélèvement des tendons du métatarsien avec une coquille de vernis, f- désarticulation du genou avec une coquille de vernis, g- stries de désarticulation sur un talus, h- stries de désarticulation sur une phalange proximale. Crédits : Guilhem Constans (sauf g et h) Marine Gardeur. Examples of butchery operations carried out on sheep carcasses in Toulouse in 2016. a- circular cut of the skin of the limb with a mussel shell, b- defleshing of the sheep’s shoulder with a limpet shell, c- circular cut of the skin of the limb with a smooth clam valve, d- defleshing of the sheep’s shoulder with a mussel shell, e- removal of the metatarsal tendons with a smooth clam valve, f- disarticulation of the sheep’s knee with a smooth clam valve, g- disarticulation marks on a talus, h- disarticulation marks on a proximal phalanx. Credits: Guilhem Constans (except g and h) Marine Gardeur.

5La boucherie de chaque membre a été réalisée avec des outils différents (fig. 2) : des patelles (Patella sp.) pour le membre antérieur droit, des moules (Mytilus sp.) pour le membre antérieur gauche, des vernis (Callista chione) retouchés pour le membre postérieur droit et des lames de silex pour le membre postérieur gauche. Les patelles ont été collectées fraîches sur les côtes marocaines (Patella depressa Pennant, 1777 ou Patella ullyssiponensis Gmelin, 1791) et vendéennes (Patella ullyssiponensis). Les moules provenaient d’un élevage mytilicole français ; elles pourraient correspondre à l’espèce Mytilus galloprovencialis Lamarck, 1819. Les vernis venaient aussi d’un élevage de Méditerranée. Les coquilles de vernis ont été retouchées selon une retouche scalariforme similaire à celle observée sur les sites moustériens italiens et ont étéutilisées sans être chauffées, les études ayant montré que leur collecte est disjointe de la sphère alimentaire (Romagnoli et al. 2015, 2016). Les patelles et les moules ont en revanche été bouillies avant d’être utilisées. En contexte paléolithique, ces taxons présentent en effet fréquemment des altérations thermiques liées à leur consommation. Des études ont montré que la microstructure interne et la composition chimique des coquilles bouillies ou rôties n’étaient pas modifiées par la cuisson (Milano et al. 2016). Dans l’attente d’études complémentaires sur la question, nous postulons que la performance de coquilles cuites est similaire à celle de coquilles non chauffées.

Figure 2. Exemples de coquilles après l’expérimentation : a, b- exemples de Patella sp., Mytilus sp. (entières ou cassées durant l’expérience) et de Callista chione, c à f- détails des bords actifs des coquilles de Patella (c-e : surface externe, f : surface interne), g à j- détail des bords actifs des coquilles de Mytilus (g-h : surface externe, i-j : surface interne), k à n- détail des bords actifs des coquilles de Callista chione (surface interne). Échelle : e-f, j, m-n :  1 mm ; c, h, k-l : 2 mm et d, g : 5 mm.
Sample of shells after use: a, b- sample of Patella sp., Mytilus sp. (complete and broken during the experiment), and Callista chione, c to f- details of the active edges of Patella shells (c-e: external surface, f: internal surface), g to j- details of the active edges of Mytilus shells (g-h: external surface, I-j: internal surface), k to n- details of the active edges of Callista chione valves (internal surface). Scale bar: e-f, j, m-n: 1 mm; c, h, k-l: 2 mm; d, g: 5 mm.

Figure 2. Exemples de coquilles après l’expérimentation : a, b- exemples de Patella sp., Mytilus sp. (entières ou cassées durant l’expérience) et de Callista chione, c à f- détails des bords actifs des coquilles de Patella (c-e : surface externe, f : surface interne), g à j- détail des bords actifs des coquilles de Mytilus (g-h : surface externe, i-j : surface interne), k à n- détail des bords actifs des coquilles de Callista chione (surface interne). Échelle : e-f, j, m-n :  1 mm ; c, h, k-l : 2 mm et d, g : 5 mm. Sample of shells after use: a, b- sample of Patella sp., Mytilus sp. (complete and broken during the experiment), and Callista chione, c to f- details of the active edges of Patella shells (c-e: external surface, f: internal surface), g to j- details of the active edges of Mytilus shells (g-h: external surface, I-j: internal surface), k to n- details of the active edges of Callista chione valves (internal surface). Scale bar: e-f, j, m-n: 1 mm; c, h, k-l: 2 mm; d, g: 5 mm.

6Afin de caractériser les traces d’usure liées à une étape de boucherie particulière, un même outil a servi pour un seul type d’opération. Durant chaque étape, l’expérimentatrice pouvait changer d’outil lorsqu’elle considérait qu’il était inefficace. La durée d’usage de chaque outil a été enregistrée ainsi que son éventuelle fracturation en notant l’action en cours. Pour chaque opération de boucherie ont été décrits la direction et le mouvement des gestes (uni/bidirectionnel, longitudinal/transversal, linéaire/convexe). La durée et le nombre d’outils employés par opération de boucherie ont été notés. Ces données ainsi que les difficultés rencontrées par l’expérimentatrice pour mener à bien une opération donnée ont permis d’évaluer l’efficacité des différentes coquilles. 

2. | Corpus et méthode d’étude

7Une fois nettoyés, tous les ossements des membres ont été observés avec une loupe (grossissement x 10) sous lumière rasante afin de relever les stries de boucherie. Ces stries ont été reportées sur des planches anatomiques par deux d’entre nous (VF dans le cadre de son Master (Facincani 2021) puis SC pour vérification). Elles ont ensuite été interprétées en aveugle sur la base du référentiel de stries constitué dans le cadre du projet « Des Traces et des Hommes » (T&H) résultant de l’utilisation de différents types d’outils lithiques moustériens (Soulier, Costamagno 2017 ; Costamagno, Soulier 2019 ; Soulier et al. 2022). Dans un second temps, ces interprétations sur les activités de boucherie ont été confrontées aux enregistrements expérimentaux réels.

8Un échantillon de 30 stries de découpe a été sélectionné pour caractériser de manière quantitative la micromorphologie des marques produites par les différentes coquilles. Un jeu de données comparatives constitué de stries de découpe laissées par des outils en pierre taillée inclut 52 stries (tabl. 1). Chaque trace a été moulée avec un élastomère polyvinylsiloxane (Coltene President). Des modèles tridimensionnels haute résolution de chaque trace ont été numérisés avec un microscope confocal Sensofar S neox piloté par le logiciel SensoSCAN 6.6 (Sensofar, Barcelona) au laboratoire PACEA, Université de Bordeaux. L’objectif x 20 permet une résolution latérale de 0,645 mm, une reproductibilité verticale de 8 µm, et une résolution optique de 0,31 mm. Les surfaces ont été analysées avec le logiciel SensoMAP 7.4 (Sensofar, Barcelona) en utilisant le même protocole que Souron et al. (2019) : 10 profils transverses équidistants extraits le long de la trace (tous les 10 %) et exportés au format .txt. Pour un test préliminaire de la variabilité des profils des traces de découpe par coquillages, nous avons utilisé un protocole de morphométrie traditionnelle. Pour chaque profil transverse (fig. 3) ont été calculés la profondeur et la largeur maximales (en mm) ainsi que le ratio de la profondeur sur la largeur et le degré d’asymétrie (exprimés en %). Ces calculs ont été effectués automatiquement à partir du fichier .txt en utilisant un code R développé par FS1. Pour chacune de ces variables, la valeur médiane de chaque trace a ensuite été calculée d’après les 10 profils extraits. Ces données inédites sur les traces de découpe par coquilles ont été comparées aux données publiées des profils moyens calculés automatiquement sur SensoMAP pour les traces de découpe produites par des outils en pierre taillée (Souron et al. 2019).

Tableau 1. Échantillon utilisé pour l’approche quantitative de la micromorphologie des stries. Les valeurs correspondent au nombre de stries analysées par outil utilisé et par opération de boucherie. Les descriptions détaillées des expérimentations de boucherie et des outils en pierre taillée utilisés comme référentiel de comparaison sont disponibles dans C. Thiébault et collaborateurs (2019) et A. Souron et collaborateurs (2019). RVGF : roches volcaniques à grains fins [désignées de manière erronée comme basaltes dans Souron et collaborateurs (2019)].
Sample used for the quantitative analysis of micromorphology of cut marks. The values refer to the number of marks for each tool analyzed and for each carcass-processing activity. See Thiébault et al. (2019) and Souron et al. (2019) for the detailed description of the butchery experiments and the stone tools used. RVGF: fine grained volcanic rocks [mistakenly designated as basalts in Souron et al. (2019)].

Tableau 1. Échantillon utilisé pour l’approche quantitative de la micromorphologie des stries. Les valeurs correspondent au nombre de stries analysées par outil utilisé et par opération de boucherie. Les descriptions détaillées des expérimentations de boucherie et des outils en pierre taillée utilisés comme référentiel de comparaison sont disponibles dans C. Thiébault et collaborateurs (2019) et A. Souron et collaborateurs (2019). RVGF : roches volcaniques à grains fins [désignées de manière erronée comme basaltes dans Souron et collaborateurs (2019)]. Sample used for the quantitative analysis of micromorphology of cut marks. The values refer to the number of marks for each tool analyzed and for each carcass-processing activity. See Thiébault et al. (2019) and Souron et al. (2019) for the detailed description of the butchery experiments and the stone tools used. RVGF: fine grained volcanic rocks [mistakenly designated as basalts in Souron et al. (2019)].

Figure 3. En haut : vue 3D d’un modèle de surface d’une strie de décharnement laissée par une coquille de Mytilus sp. (Hs-a). Les variations topographiques sont représentées par les valeurs de gris avec les points les plus sombres correspondant aux points bas et les points les plus clairs aux points élevés. Les paires de sphères reliées par des lignes noires indiquent la position des 10 profils transverses extraits. En bas : un exemple de profil transverse extrait sur la même trace et le protocole de morphométrie traditionnelle utilisé. La largeur maximale est calculée comme la distance entre les deux extrémités du profil. La profondeur maximale est calculée comme le plus long segment pris perpendiculairement au segment de largeur maximale et atteignant le point le plus profond du profil. La proportion de chaque profil est quantifiée par le ratio profondeur/largeur multiplié par 100 pour exprimer la profondeur comme un pourcentage de la largeur. Le degré d’asymétrie est calculé comme la valeur absolue de la différence entre les deux demi-angles 𝛼1 et 𝛼2, mesurés de part et d’autre du segment de profondeur maximale, divisée par l’angle d’ouverture (= 𝛼1 + 𝛼2), et multipliée par 100 pour l’exprimer comme un pourcentage.
Top: 3D view of a surface model of a defleshing cut mark from a Mytilus sp. shell (Hs-a). Topographic variations are represented by grey values with dark indicating low points and light indicating high points. Pairs of spheres linked by dark lines indicate the position of 10 extracted cross-section profiles. Bottom: An example of cross-section profile extracted from the same cut mark and traditional morphometric protocol. Width is compiled as the maximal distance between the two extremities of each profile. Depth is compiled as the longest segment taken perpendicularly to the segment that corresponds to the maximal width and reaching the deepest point of the profile. Proportion of each profile is quantified using the ratio Depth/Width multiplied by 100 to express depth as a relative percentage of width. Degree of asymmetry of each profile is compiled as the absolute difference between half-angles 𝛼1 and 𝛼2, measured each side of the deepest segment, divided by the opening angle (= 𝛼1 + 𝛼2), and multiplied by 100 to express it as a percentage.

Figure 3. En haut : vue 3D d’un modèle de surface d’une strie de décharnement laissée par une coquille de Mytilus sp. (Hs-a). Les variations topographiques sont représentées par les valeurs de gris avec les points les plus sombres correspondant aux points bas et les points les plus clairs aux points élevés. Les paires de sphères reliées par des lignes noires indiquent la position des 10 profils transverses extraits. En bas : un exemple de profil transverse extrait sur la même trace et le protocole de morphométrie traditionnelle utilisé. La largeur maximale est calculée comme la distance entre les deux extrémités du profil. La profondeur maximale est calculée comme le plus long segment pris perpendiculairement au segment de largeur maximale et atteignant le point le plus profond du profil. La proportion de chaque profil est quantifiée par le ratio profondeur/largeur multiplié par 100 pour exprimer la profondeur comme un pourcentage de la largeur. Le degré d’asymétrie est calculé comme la valeur absolue de la différence entre les deux demi-angles 𝛼1 et 𝛼2, mesurés de part et d’autre du segment de profondeur maximale, divisée par l’angle d’ouverture (= 𝛼1 + 𝛼2), et multipliée par 100 pour l’exprimer comme un pourcentage. Top: 3D view of a surface model of a defleshing cut mark from a Mytilus sp. shell (Hs-a). Topographic variations are represented by grey values with dark indicating low points and light indicating high points. Pairs of spheres linked by dark lines indicate the position of 10 extracted cross-section profiles. Bottom: An example of cross-section profile extracted from the same cut mark and traditional morphometric protocol. Width is compiled as the maximal distance between the two extremities of each profile. Depth is compiled as the longest segment taken perpendicularly to the segment that corresponds to the maximal width and reaching the deepest point of the profile. Proportion of each profile is quantified using the ratio Depth/Width multiplied by 100 to express depth as a relative percentage of width. Degree of asymmetry of each profile is compiled as the absolute difference between half-angles 𝛼1 and 𝛼2, measured each side of the deepest segment, divided by the opening angle (= 𝛼1 + 𝛼2), and multiplied by 100 to express it as a percentage.

3. | Résultats

3.1 | Durée des différentes opérations de boucherie et efficacité des outils

9Les données sont en cours de publication dans un autre article (Campmas et al. en préparation) et, de ce fait, ne sont présentées que succinctement ici.

10La durée des différentes opérations de boucherie est reportée dans le tableau 2. De manière générale, l’expérimentatrice a eu beaucoup de difficultés à inciser la peau avec les coquilles des trois taxons employés. Toutes les moules se sont fracturées au cours de cette opération mais certains fragments, dont l’ergonomie a été considérée suffisante, ont été utilisés pour poursuivre les opérations.  L’incision circulaire au niveau des métapodes à l’aide des coquilles de vernis a été une opération longue du fait de la difficulté rencontrée pour transpercer la peau. Pour les mêmes raisons, l’incision longitudinale de la peau des membres a été particulièrement délicate. La peau des extrémités étant beaucoup plus épaisse que celle du haut des membres, l’incision longitudinale a dû être réalisée du proximal vers le distal. Pour les trois membres, l’incision de la peau à proximité du tronc a dû être réalisée avec un outil en silex car, du fait de la présence d’une couche épaisse de laine, les coquilles se sont révélées totalement inefficaces. Le démembrement a pu être conduit à son terme avec les moules et les vernis. Avec les patelles, il a été nécessaire de s’aider d’un outil lithique pour arriver au terme de l’opération.

11Concernant le décharnement, l’expérimentatrice a souligné les difficultés rencontrées pour pénétrer dans les couches de graisse puis dans les masses de chair avec les patelles. Selon l’expérimentatrice, les outils en coquille de moule sont faciles à utiliser, avec une bonne prise en main et une pénétration dans la viande similaire à celle des outils lithiques. Les coquilles de vernis ont un faible pouvoir de pénétration. Les patelles se sont révélées inefficaces pour la désarticulation des os longs et des phalanges (tabl. 2). Les coquilles de moule ont été systématiquement cassées lors de cette étape. Au niveau des extrémités des pattes, il a été possible de séparer les métapodes des phalanges proximales avec les coquilles de moule et de vernis. La désarticulation des phalanges proximales et mésiales n’a pu aboutir. Enfin, le prélèvement des tendons a pu être mené à son terme avec les coquilles de moule et de vernis.

Tableau 2. Durée des différentes opérations de boucherie selon les outils utilisés.
Duration of the butchery activities according to the tools used.

Tableau 2. Durée des différentes opérations de boucherie selon les outils utilisés. Duration of the butchery activities according to the tools used.

3.2 | Interprétation en aveugle des stries de boucherie relevées sur les ossements sur la base du référentiel « T&H »

12Les stries observées sur les membres et les ceintures ont d’abord été interprétées en aveugle sur la base du référentiel « T&H ». Les activités ainsi déduites ont ensuite été comparées à celles mises en œuvre lors de l’expérimentation. Sur les 79 stries ou lots de stries enregistrés, 14 ne sont pas documentés dans le référentiel. Ces traces documentent plus précisément la désarticulation des extrémités des pattes (désarticulation métapode/phalange 1 et phalange 1/phalange 2), ces opérations ayant rarement été menées sur les carcasses de cerf dépecées dans le cadre du PCR. Sur les autres traces (n = 65), les opérations documentées sont concordantes, à l’exception d’une strie transversale présente sur le capitato-trapézoïde gauche, qui d’après le référentiel « T&H » correspond à une désarticulation des deux rangées du carpe alors que, dans l’expérimentation, elle documente la désarticulation carpo-métacarpienne.

3.3 | Relevé des stries de boucherie en fonction des opérations effectuées lors de l’expérimentation

Stries de dépouillement

13Des stries de dépouillement en lien avec l’incision circulaire de la peau au niveau des métapodes ont été observées en face médiale des métacarpiens droit et gauche (Mcs-a’’ Mc-a), en face latérale du métacarpien droit (Mcs-b’’) (fig. 4d et 5d), en faces médiale (Mts-a’’), antérieure (Mts-d) et latérale (Mts-b’’) du métatarsien droit (fig. 6b) et en face médiale du métatarsien gauche (Mts-a’’) (fig. 7d). Deux phalanges mésiales, l’une provenant de la patte antérieure gauche (fig. 5e), l’autre provenant de la patte postérieure gauche (fig. 7h), portent des stries transversales et obliques sur leur face abaxiale (Ph2-e) en lien avec l’entame circulaire réalisée au niveau des extrémités des pattes.

Figure 4. Relevé des stries observées sur le membre antérieur droit du mouton dépecé avec des coquilles de patelle : a- stries de décharnement sur la scapula, b- stries de décharnement sur l’humérus, c- stries de décharnement sur le radio-ulna, d- stries de dépouillement sur le métacarpien, e- stries en lien avec le prélèvement des tendons (a : face antérieure, m : face médiale, p : face postérieure, l : face latérale).
Cut marks identified on the sheep right forelimb butchered with limpet shells: a- cut marks on the scapula made during defleshing, b- cut marks on the humerus made during defleshing, c- defleshing marks on the radio-ulna, d- skinning marks on the metacarpal, e- cut marks made during tendon removal (a: anterior surface, m: medial surface, p: posterior surface, l: lateral surface).

Figure 4. Relevé des stries observées sur le membre antérieur droit du mouton dépecé avec des coquilles de patelle : a- stries de décharnement sur la scapula, b- stries de décharnement sur l’humérus, c- stries de décharnement sur le radio-ulna, d- stries de dépouillement sur le métacarpien, e- stries en lien avec le prélèvement des tendons (a : face antérieure, m : face médiale, p : face postérieure, l : face latérale). Cut marks identified on the sheep right forelimb butchered with limpet shells: a- cut marks on the scapula made during defleshing, b- cut marks on the humerus made during defleshing, c- defleshing marks on the radio-ulna, d- skinning marks on the metacarpal, e- cut marks made during tendon removal (a: anterior surface, m: medial surface, p: posterior surface, l: lateral surface).

Figure 5. Relevé des stries observées sur le membre antérieur gauche du mouton dépecé avec des coquilles de moule : a- stries de décharnement sur la scapula, b- stries de décharnement sur l’humérus, c- stries de décharnement sur le radio-ulna, d- stries de dépouillement sur le métacarpien, e- stries de dépouillement sur les phalanges mésiales, f- stries ubiquistes sur l’extrémité distale de l’humérus (désarticulation ou décharnement), g- stries de désarticulation sur les phalanges proximales et mésiales (a : face antérieure, m : face médiale, p : face postérieure, l : face latérale, ab : face abaxiale).
Cut marks observed on the sheep left forelimb butchered with mussel shells: a- defleshing marks on the scapula, b- defleshing marks on the humerus, c- defleshing marks on the radio-ulna, d- skinning marks on the metacarpal , e- skinning marks on the mesial phalanges, f- ubiquitous cut marks on the distal extremity of the humerus (disarticulation or defleshing), g- cut marks on the proximal and mesial phalanges done during disarticulation (a: anterior surface, m: medial surface, p: posterior surface, l: lateral surface, ab: abaxial surface).

Figure 5. Relevé des stries observées sur le membre antérieur gauche du mouton dépecé avec des coquilles de moule : a- stries de décharnement sur la scapula, b- stries de décharnement sur l’humérus, c- stries de décharnement sur le radio-ulna, d- stries de dépouillement sur le métacarpien, e- stries de dépouillement sur les phalanges mésiales, f- stries ubiquistes sur l’extrémité distale de l’humérus (désarticulation ou décharnement), g- stries de désarticulation sur les phalanges proximales et mésiales (a : face antérieure, m : face médiale, p : face postérieure, l : face latérale, ab : face abaxiale). Cut marks observed on the sheep left forelimb butchered with mussel shells: a- defleshing marks on the scapula, b- defleshing marks on the humerus, c- defleshing marks on the radio-ulna, d- skinning marks on the metacarpal , e- skinning marks on the mesial phalanges, f- ubiquitous cut marks on the distal extremity of the humerus (disarticulation or defleshing), g- cut marks on the proximal and mesial phalanges done during disarticulation (a: anterior surface, m: medial surface, p: posterior surface, l: lateral surface, ab: abaxial surface).

Figure 6. Relevé des stries observées sur le membre postérieur droit du mouton dépecé avec des coquilles de vernis : a- stries de décharnement sur le fémur, b- stries de dépouillement sur le métatarsien, c- stries en lien avec le prélèvement des tendons, d- stries de désarticulation sur l’extrémité distale du métatarsien, e- stries de désarticulation sur le talus, f- stries de désarticulation sur les phalanges proximales et mésiales, g- stries ubiquistes sur une phalange mésiale (dépouillement ou désarticulation), h- stries de désarticulation sur le calcanéum (a : face antérieure, m : face médiale, p : face postérieure, l : face latérale, ab : face abaxiale).
Cut marks observed on the sheep right hind limb butchered with smooth clam shells: a- defleshing marks on the femur, b- skinning marks on the metatarsal bone, c- cut marks done during the removal of tendons, d- disarticulation marks on the distal end of the metatarsal bon, e- disarticulation marks on the talus , f- disarticulation marks on the proximal and mesial phalanges, g- ubiquitous cut marks on a mesial phalanx (skinning or disarticulation), h- disarticulation marks on the calcaneum (a: anterior surface, m: medial surface, p: posterior surface, l: lateral surface, ab: abaxial surface).

Figure 6. Relevé des stries observées sur le membre postérieur droit du mouton dépecé avec des coquilles de vernis : a- stries de décharnement sur le fémur, b- stries de dépouillement sur le métatarsien, c- stries en lien avec le prélèvement des tendons, d- stries de désarticulation sur l’extrémité distale du métatarsien, e- stries de désarticulation sur le talus, f- stries de désarticulation sur les phalanges proximales et mésiales, g- stries ubiquistes sur une phalange mésiale (dépouillement ou désarticulation), h- stries de désarticulation sur le calcanéum (a : face antérieure, m : face médiale, p : face postérieure, l : face latérale, ab : face abaxiale). Cut marks observed on the sheep right hind limb butchered with smooth clam shells: a- defleshing marks on the femur, b- skinning marks on the metatarsal bone, c- cut marks done during the removal of tendons, d- disarticulation marks on the distal end of the metatarsal bon, e- disarticulation marks on the talus , f- disarticulation marks on the proximal and mesial phalanges, g- ubiquitous cut marks on a mesial phalanx (skinning or disarticulation), h- disarticulation marks on the calcaneum (a: anterior surface, m: medial surface, p: posterior surface, l: lateral surface, ab: abaxial surface).

Figure 7. Relevé des stries observées sur le membre postérieur gauche du mouton dépecé avec des lames en silex : a- stries de décharnement sur le fémur, b- stries de décharnement sur le tibia, c- stries en lien avec le prélèvement des tendons, d- stries de dépouillement sur le métatarsien, e- stries de désarticulation sur la tête fémorale, f- stries de désarticulation sur l’extrémité distale du métatarsien, g- stries de désarticulation sur le calcanéum, h- stries de désarticulation sur le talus, i- stries de désarticulation sur une phalange proximale, j- stries de dépouillement sur une phalange mésiale (a : face antérieure, m : face médiale, p : face postérieure, l : face latérale, ab : face abaxiale).
Cut marks observed on the sheep left hind limb butchered with flint blades: a- defleshing marks on the femur, b- defleshing marks on the tibia, c- cut marks produced during removal of tendons, d- skinning marks on the metatarsal bone, e- disarticulation marks  on the femoral head, f- disarticulation marks on the distal end of the metatarsal bone, g- disarticulation marks on the calcaneus, h- disarticulation marks on the talus, i- disarticulation marks on a proximal phalanx, j- skinning marks on a mesial phalanx (a: anterior surface, m: medial surface, p: posterior surface, l: lateral surface, ab: abaxial surface).

Figure 7. Relevé des stries observées sur le membre postérieur gauche du mouton dépecé avec des lames en silex : a- stries de décharnement sur le fémur, b- stries de décharnement sur le tibia, c- stries en lien avec le prélèvement des tendons, d- stries de dépouillement sur le métatarsien, e- stries de désarticulation sur la tête fémorale, f- stries de désarticulation sur l’extrémité distale du métatarsien, g- stries de désarticulation sur le calcanéum, h- stries de désarticulation sur le talus, i- stries de désarticulation sur une phalange proximale, j- stries de dépouillement sur une phalange mésiale (a : face antérieure, m : face médiale, p : face postérieure, l : face latérale, ab : face abaxiale). Cut marks observed on the sheep left hind limb butchered with flint blades: a- defleshing marks on the femur, b- defleshing marks on the tibia, c- cut marks produced during removal of tendons, d- skinning marks on the metatarsal bone, e- disarticulation marks  on the femoral head, f- disarticulation marks on the distal end of the metatarsal bone, g- disarticulation marks on the calcaneus, h- disarticulation marks on the talus, i- disarticulation marks on a proximal phalanx, j- skinning marks on a mesial phalanx (a: anterior surface, m: medial surface, p: posterior surface, l: lateral surface, ab: abaxial surface).

Stries de décharnement

14Sur le membre antérieur droit, des stries de décharnement obliques ou transversales ont été observées sur la face médiale (Sc-d) de la scapula et de l’humérus (Hs-a) (fig. 4a et 4b). Les faces antérieures de l’humérus et du radius montrent des stries longitudinales (Hs-a’) (fig. 4b) ou sublongitudinales (RS-a’) (fig. 4c). Sur le membre avant gauche, des stries de décharnement obliques ou transversales ont été relevées sur la face latérale de l’humérus (Hs-a), sur la face latérale de l’ulna (Up-b) et sur les faces antérieure (Rs-c’’) et latérale du radius (Rs-a) (fig. 5b et 5c). Des stries sublongitudinales se trouvent aussi sur la face médiale de l’ulna (Up-b’ Us-a’) ainsi que sur la face antérieure de la scapula à la base de l’épine (Sc-e’) (fig. 5a et 5c).

15Des stries très courtes, transversales ou subtransversales, sont présentes sur les faces latérale, antérieure et postérieure (Fs-a) du fémur droit décharné avec des coquilles de vernis. Des stries longitudinales ont également été observées sur la face postérieure du condyle latéral (Fd-c’) et sur la face antérieure du grand trochanter (Fp-e’) (fig. 6a). Quelques rares stries longitudinales courtes, mais aussi transversales, ont été relevées sur le fémur gauche (Fs-a’) (fig. 7a). Des stries transversales ou obliques ont aussi été notées sur les faces antérieure (Ts-c) et médiale (Ts-b ; Tp-f). Des stries sublongitudinales ont été observées au niveau de la fosse du tibia ainsi que plus bas sur la diaphyse (Ts-c’) (fig. 7b).

Stries de désarticulation

16Deux stries en lien avec la désarticulation du poignet ont été identifiées sur les carpiens (Unc-b ; ctt-a). Une strie oblique sur la face antérieure de la tête fémorale droite (Fp-a) atteste de la séparation du membre postérieur et du tronc (fig. 6a). Des stries sur les deux talus et les deux calcanéums sont relatives à la désarticulation du tibia et du massif tarsien (fig. 6e, 6f, 7g et 7h). Sur le talus, ces stries sont présentes en faces latérale (Tal-c), antérieure (Tal-a) et postérieure ; sur le calcanéum, elles s’observent sur les faces latérale (cal-ecal-e’cal-k) et médiale (cal-g). Le cubonaviculaire droit porte des stries obliques (Cbn-a). Les autres stries relevées sur les ossements correspondent à la désarticulation des extrémités des pattes. Des traces liées à la désarticulation des métapodes et des phalanges ont été notées sur la face latérale du condyle du métatarsien droit et sur la face médiale du métatarsien gauche (Mtd-a) (fig. 6d et fig. 7f). Sur les phalanges proximales, elles sont visibles sur les faces abaxiale (Ph-1b) et postérieure des deux doigts du membre antérieur gauche (fig. 5g). Des stries ont été relevées sur des sésamoïdes latéraux (Ses-f). Pour la désarticulation des phalanges proximales et mésiales, sur cette patte, des stries similaires ont été notées sur l’articulation distale des phalanges mésiales (Ph2-b) (fig. 5g). Sur le membre postérieur droit, une strie sur la face antérieure à proximité de l’articulation proximale atteste aussi de ce geste (fig. 6g). Des stries transversales sur la face abaxiale d’une des phalanges proximales provenant de ce membre se réfèrent également à ce geste (fig. 6f). Ce type de stries est aussi présent sur les faces abaxiale et postérieure des phalanges proximales du membre antérieur gauche (fig. 5g) et sur les faces abaxiale et antérieure des phalanges proximales du membre postérieur gauche (fig. 7h).

Stries de prélèvement des tendons

17Le métacarpien droit porte des stries résultant du prélèvement du tendon antérieur (Mcs-c) (fig. 4e). Sur les deux métatarsiens, des stries s’observent sur la partie distale de la diaphyse en face postérieure, et sont le reflet du sectionnement des tendons postérieurs (fig. 6c et fig. 7c). Sur le métatarsien gauche, toujours sur la face postérieure, quelques rares stries transverses et courtes sont notées en partie proximale de diaphyse (Mts-f) (fig. 7c).

3.4 | Micromorphologie des stries de boucherie (fig.8)

Figure 8. Visualisations 3D en fausses couleurs (couleurs chaudes = points hauts, couleurs froides = points bas) d’une sélection de traces de découpe résultant d’activités de boucherie avec des outils en coquille. a- Cal-e (DS, Callista chione), b- Tal-c (DS, Callista chione), c- Hs-a_mold2 (DC, Patella sp.), d- Hs-a_mold3 (DC, Patella sp.), e- Hs-a_mold6 (DC, Mytilus sp.), f- Sc-e’ (DC, Mytilus sp.). DS : strie de désarticulation ; DC : strie de décharnement.
3D visualizations in false colors (warm colors = high points, cold colors = low points) of a selection of cut marks resulting of butchery activities carried out with shell tools. a- Cal-e (DS, Callista chione), b- Tal-c (DS, Callista chione), c- Hs-a_mold2 (DC, Patella sp.), d- Hs-a_mold3 (DC, Patella sp.), e- Hs-a_mold6 (DC, Mytilus sp.), f- Sc-e’ (DC, Mytilus sp.). DS: disarticulation striae; DC: defleshing striae.

Figure 8. Visualisations 3D en fausses couleurs (couleurs chaudes = points hauts, couleurs froides = points bas) d’une sélection de traces de découpe résultant d’activités de boucherie avec des outils en coquille. a- Cal-e (DS, Callista chione), b- Tal-c (DS, Callista chione), c- Hs-a_mold2 (DC, Patella sp.), d- Hs-a_mold3 (DC, Patella sp.), e- Hs-a_mold6 (DC, Mytilus sp.), f- Sc-e’ (DC, Mytilus sp.). DS : strie de désarticulation ; DC : strie de décharnement. 3D visualizations in false colors (warm colors = high points, cold colors = low points) of a selection of cut marks resulting of butchery activities carried out with shell tools. a- Cal-e (DS, Callista chione), b- Tal-c (DS, Callista chione), c- Hs-a_mold2 (DC, Patella sp.), d- Hs-a_mold3 (DC, Patella sp.), e- Hs-a_mold6 (DC, Mytilus sp.), f- Sc-e’ (DC, Mytilus sp.). DS: disarticulation striae; DC: defleshing striae.

Comparaisons outils en pierre taillée versus outils en coquilles

18Seules les stries de décharnement sont considérées pour la comparaison entre traces de découpe par outils en pierre taillée et traces de découpe par coquilles. Ces dernières (n = 20) présentent des profils transverses avec des valeurs de profondeur allant de 4 à 90 μm (médiane = 16 μm ; fig. 9a et 9b). Leurs valeurs de largeur varient de 72 à 347 μm (médiane = 152 μm ; fig. 9a et 9c). Leurs ratios profondeur/largeur (exprimés en pourcentages) varient de 2 à 33 % (médiane = 11 % ; fig. 9d). Les stries par outils en pierre taillée (n = 52) montrent des profils avec des valeurs de profondeur allant de 2 à 105 μm (médiane = 13 μm ; fig. 9a et 9b). Leurs valeurs de largeur varient de 39 à 637 μm (médiane = 178 μm ; fig. 9a et 9c) et les ratios profondeur/largeur de 2 à 29 % (médiane = 10 % ; fig. 9d). Lorsque l’on considère les médianes des groupes, les stries de décharnement les moins profondes sont celles qui résultent des outils en quartzite (éclats bruts : médiane = 6 μm ; denticulés : médiane = 8 μm) suivies par celles produites par les patelles (médiane = 13 μm), les denticulés en silex (médiane = 16 μm), les vernis (médiane = 16 μm) et les moules (médiane = 21 μm). Les traces les plus profondes sont celles produites par les éclats bruts en roches volcaniques à grains fins (RVGF ; médiane = 49 μm) (fig. 9b). Les stries de décharnement les plus étroites proviennent des éclats bruts en quartzite (médiane = 99 μm) et des patelles (médiane = 124 μm)suivies par celles laissées par les moules (médiane = 140 μm), les denticulés (quartzite : médiane = 162 μm ; silex : médiane = 174 μm), et les vernis (médiane = 184 μm). Les traces de découpe les plus larges sont dues aux éclats bruts en roches volcaniques à grains fins (RVGF ; médiane = 308 μm) (fig. 9c). Lorsqu’on considère les ratios profondeur/largeur, les stries de décharnement les moins profondes relativement à leur largeur (valeurs faibles du ratio) résultent des denticulés en quartzite (médiane = 5 %), suivis des éclats bruts en quartzite (médiane = 8 %), des vernis (médiane = 9 %), des denticulés en silex (médiane = 11 %), et des patelles (médiane = 11 %). Les traces de découpe les plus profondes relativement à leur largeur sont celles résultant de l’utilisation des moules (médiane = 16 %) et des éclats bruts en RVGF (médiane = 17 %) (fig. 9d).

Figure 9. Analyses morphométriques des profils transverses extraits le long des traces de découpe laissées par des outils en pierre taillée et en coquille. a- graphique bivarié des profondeurs et des largeurs de profils des stries de décharnement (losanges grisés : outils en coquillage ; triangles vides : outils en pierre taillée). Les polygones convexes illustrent le recoupement important en termes de taille et de proportions entre ces deux groupes de traces de découpe. b-c-d-e- graphiques univariés (diagrammes de dispersion unidimensionnels des données brutes combinées aux médianes et aux écarts interquartiles) des profondeurs (b), largeurs (c), ratios profondeur/largeur (d), et degrés d’asymétrie (e) des profils transverses. Les différentes sortes de stries de décharnement par outils en pierre taillée sont comparées aux trois types de traces de découpe par coquille (à la fois des stries de décharnement et de désarticulation). Les données brutes sont des triangles vides pour les stries de décharnement (outils en pierre taillée et en coquille) et des carrés grisés pour les stries de désarticulation (seulement pour les coquilles). f- graphique bivarié du ratio profondeur/largeur et de la largeur des profils transverses, illustrant la différence entre les stries de désarticulation et de décharnement laissées par des coquilles de Callista chione et de Mytilus sp. DS : stries de désarticulation ; DC : stries de décharnement ; RVGF : roches volcaniques à grains fins.
Morphometric analyses of cross-section profiles extracted along the length of cut marks inflicted by stone tools and shell tools. a- Bivariate plot of profile depth versus profile width of cut marks (grey diamonds: shell tools; white triangles: stone tools). Convex hull polygons highlight the large overlap in size and shape between the two groups of cut marks. b-c-d-e- Univariate plots (strip plots of raw data along with medians and interquartile ranges) of cross-section profile depth (b), width (c), depth/width ratio (d), and asymmetry (e). Various types of stone tool-induced defleshing marks are compared to the three types of shell tool-induced cut marks (including both defleshing and disarticulation marks). Raw data are white triangles for defleshing marks (both for stone tools and shells) and grey squares for disarticulation marks (only shells). f- Biplot of cross-section profile depth/width ratio versus width with convex hull polygons highlighting the differences between defleshing and disarticulation marks inflicted with Callista chione and Mytilus sp. shells. DS: disarticulation striae; DC: defleshing striae; RVGF: fine grained volcanic rocks.

Figure 9. Analyses morphométriques des profils transverses extraits le long des traces de découpe laissées par des outils en pierre taillée et en coquille. a- graphique bivarié des profondeurs et des largeurs de profils des stries de décharnement (losanges grisés : outils en coquillage ; triangles vides : outils en pierre taillée). Les polygones convexes illustrent le recoupement important en termes de taille et de proportions entre ces deux groupes de traces de découpe. b-c-d-e- graphiques univariés (diagrammes de dispersion unidimensionnels des données brutes combinées aux médianes et aux écarts interquartiles) des profondeurs (b), largeurs (c), ratios profondeur/largeur (d), et degrés d’asymétrie (e) des profils transverses. Les différentes sortes de stries de décharnement par outils en pierre taillée sont comparées aux trois types de traces de découpe par coquille (à la fois des stries de décharnement et de désarticulation). Les données brutes sont des triangles vides pour les stries de décharnement (outils en pierre taillée et en coquille) et des carrés grisés pour les stries de désarticulation (seulement pour les coquilles). f- graphique bivarié du ratio profondeur/largeur et de la largeur des profils transverses, illustrant la différence entre les stries de désarticulation et de décharnement laissées par des coquilles de Callista chione et de Mytilus sp. DS : stries de désarticulation ; DC : stries de décharnement ; RVGF : roches volcaniques à grains fins. Morphometric analyses of cross-section profiles extracted along the length of cut marks inflicted by stone tools and shell tools. a- Bivariate plot of profile depth versus profile width of cut marks (grey diamonds: shell tools; white triangles: stone tools). Convex hull polygons highlight the large overlap in size and shape between the two groups of cut marks. b-c-d-e- Univariate plots (strip plots of raw data along with medians and interquartile ranges) of cross-section profile depth (b), width (c), depth/width ratio (d), and asymmetry (e). Various types of stone tool-induced defleshing marks are compared to the three types of shell tool-induced cut marks (including both defleshing and disarticulation marks). Raw data are white triangles for defleshing marks (both for stone tools and shells) and grey squares for disarticulation marks (only shells). f- Biplot of cross-section profile depth/width ratio versus width with convex hull polygons highlighting the differences between defleshing and disarticulation marks inflicted with Callista chione and Mytilus sp. shells. DS: disarticulation striae; DC: defleshing striae; RVGF: fine grained volcanic rocks.

Figure 10. Nouvelles zones touchées par des stries de boucherie lors de cette expérience et codes correspondants (cf. tabl. 3) : a- talus, b- extrémité distale de métatarsien, c- phalange proximale, d- phalange mésiale. En vert : stries de dépouillement, en violet : stries de prélèvement des tendons, en gris : stries ubiquistes. Les codes Ph1-b et Ph2-b avaient déjà été définis lors des expériences menées dans le cadre du PCR T&H mais ici de nouvelles faces ont été affectées : ces nouvelles plages sont figurées en vert plus clair que les plages initiales. (a : face antérieure, p : face postérieure, ab : face abaxiale).
New areas affected by butchery marks during this experiment and corresponding codes (see table 3): a- talus, b- distal end of metatarsal bone, c- proximal phalanx, d- mesial phalanx. In green: skinning marks, in purple: cut marks produced during removal of tendons, in grey: ubiquitous cut marks. The Ph1-b and Ph2-b codes have been defined during the T&H experiments but new surfaces have been affected during the experiment as shown in lighter green (a: anterior surface, p: posterior surface, ab: abaxial surface).

Figure 10. Nouvelles zones touchées par des stries de boucherie lors de cette expérience et codes correspondants (cf. tabl. 3) : a- talus, b- extrémité distale de métatarsien, c- phalange proximale, d- phalange mésiale. En vert : stries de dépouillement, en violet : stries de prélèvement des tendons, en gris : stries ubiquistes. Les codes Ph1-b et Ph2-b avaient déjà été définis lors des expériences menées dans le cadre du PCR T&H mais ici de nouvelles faces ont été affectées : ces nouvelles plages sont figurées en vert plus clair que les plages initiales. (a : face antérieure, p : face postérieure, ab : face abaxiale). New areas affected by butchery marks during this experiment and corresponding codes (see table 3): a- talus, b- distal end of metatarsal bone, c- proximal phalanx, d- mesial phalanx. In green: skinning marks, in purple: cut marks produced during removal of tendons, in grey: ubiquitous cut marks. The Ph1-b and Ph2-b codes have been defined during the T&H experiments but new surfaces have been affected during the experiment as shown in lighter green (a: anterior surface, p: posterior surface, ab: abaxial surface).

Comparaisons entre différentes actions de boucherie par outils en coquilles

19La comparaison des stries de décharnement et de désarticulation n’est possible que pour les vernis et les moules. Les stries de décharnement apparaissent moins profondes que les stries de désarticulation. Les profondeurs médianes des stries de décharnement laissées par les vernis et les moules sont respectivement de 16 μm et 21 μm alors que les stries de désarticulation ont des profondeurs médianes de 56 μm pour Callista chione et 103 μm pour Mytilus sp. De même, les stries de décharnement sont moins larges que les stries de désarticulation. Les largeurs médianes des stries de décharnement résultant de l’utilisation des vernis et des moules sont respectivement de 184 μm et 140 μm, alors que les stries de désarticulation ont des largeurs médianes de 280 μm pour les vernis et 323 μm pour les moules. Les stries de décharnement ont des ratios profondeur/largeur moins élevés que ceux des stries de désarticulation. Les ratios profondeur/largeur médians des stries de décharnement dues aux coquilles de Callista chione et Mytilus sp. sont respectivement de 9 % et 16 %, alors que les stries de désarticulation ont des ratios médians de 20 % pour Callista chione et 32 % pour Mytilus sp. (fig. 9d). Enfin, les stries de décharnement ont des degrés d’asymétrie moins élevés que ceux des stries de désarticulation. Les degrés d’asymétrie médians des stries de décharnement par coquilles de Callista chione et Mytilus sp. sont respectivement de 2 % et 3 %, alors que les stries de désarticulation ont des ratios médians de 6 % pour Callista chione et 11 % pour Mytilus sp. (fig. 9e). Les stries de décharnement laissées par les patelles présentent des degrés d’asymétrie faibles avec une valeur médiane de 3 % similaire à celle des autres types de coquilles (fig. 9e).

4. | Discussion

20Ce nouveau référentiel de stries de boucherie contribue à l’enrichissement du référentiel du PCR « Des Traces et des Hommes » (T&H) sur l’orientation et l’emplacement des traces en fonction des activités et des gestes de boucherie réalisés (Costamagno 2012 ; Soulier, Costamagno 2017 ; Costamagno, Soulier 2019). La prise en compte des stries de boucherie observées sur une carcasse de bison découpée en 2011 dans le cadre de ce PCR avait déjà permis de compléter le référentiel, en particulier pour le crâne et les extrémités des pattes (Soulier et al. 2022). De nouveaux codes se référant à des stries non documentées par ces référentiels antérieurs sont ainsi indiqués dans le tableau 3 et sur la figure 10. Ils correspondent à des traces ayant trait à la désarticulation des phalanges et au prélèvement des tendons postérieurs sur le métatarsien. On peut remarquer une parfaite adéquation entre les gestes et les opérations réalisés dans le cadre de cette expérimentation et l’interprétation qui aurait pu en être faite à partir des deux référentiels T&H (tabl. 3). Ceci témoigne de la robustesse de ce référentiel pour l’interprétation des gestes bouchers même lorsque la boucherie est réalisée avec des outils très différents. La taille du taxon semble également avoir peu d’influence sur l’emplacement et l’orientation des stries en lien avec les activités de boucherie menées. Le cerf, le bison et désormais le mouton montrent en effet des résultats tout à fait comparables. Quelques différences sont néanmoins à noter et elles semblent, pour certaines, imputables à l’anatomie des cervidés et des bovidés. Les disparités les plus notables sont observées sur les métapodes. Les stries longitudinales, très fréquentes sur les faces latérale et médiale des os de cerf (Soulier, Costamagno 2017 ; Costamagno, Soulier 2019), ne sont présentes ni sur les métapodes de bison (Soulier et al. 2022), ni sur ceux de mouton. L’étroitesse de ces faces, en particulier au niveau des métacarpiens, pourrait être un facteur explicatif. Sur ces taxons, l’absence de stries longitudinales n’est donc pas forcément le signe d’une incision longitudinale de la peau sur les faces antérieure ou postérieure. La même prudence est de mise pour les stries en lien avec le prélèvement des tendons, en particulier postérieurs. Non insérés dans une gouttière chez les bovidés, leur prélèvement ne nécessite pas les mêmes gestes bouchers que pour le cerf et laisse donc des traces plus ténues et plus rares sur les ossements (cf. fig. 6 et 7 et Soulier et al. 2022). Ainsi, sur ce référentiel, alors que les tendons antérieurs et postérieurs ont été prélevés sur trois des quatre métapodes, cette activité n’est perceptible que dans trois cas sur six. Leur récupération pourrait donc être potentiellement plus difficile à documenter chez les bovidés que chez les cervidés. Ces différences interrogent nécessairement sur la pertinence de ces référentiels pour l’interprétation des activités de boucherie menées sur des carcasses de périssodactyles du fait de différences morphologiques encore plus importantes. La réalisation de nouvelles expériences sur des chevaux pourrait permettre d’apporter des réponses à ces interrogations. Une autre différence notable est l’absence de stries en lien avec le détachement de la peau sur les quatre métapodes de mouton dépouillés dans le cadre de cette expérience. Le type d’outils utilisé pourrait être un facteur explicatif mais le membre postérieur gauche, pourtant dépouillé avec des lames en silex, ne présente aucune trace non plus. La prise en compte des carcasses de cerfs du PCR T&H n’indique pas de tendances très claires du fait des nombreux paramètres ayant varié au cours de ces boucheries expérimentales (bouchers, type d’outils et matières premières) (Chong et al. 2019). De nouvelles expériences plus standardisées seraient nécessaires pour tester cette hypothèse.

Tableau 3. Opérations de boucherie en lien avec les différentes stries observées sur les ossements. a- Codes définis sur la base des expériences réalisées dans le cadre du PCR T&H (Soulier, Costamagno 2017 ; Soulier et al. 2022). Les codes en gras correspondent à des stries qui n’avaient pas été observées lors de ces expériences. b-  Orientation des stries (O : oblique, T : transversale, ST : subtransversale, L : longitudinale, SL : sublongitudinale). c- Portion des ossements : les os longs sont divisés en 6 portions de 1 à 6, du proximal au distal (voir Soulier, Costamagno 2017). d- Face des ossements (Med. : médiale, Ant. : antérieure, Post. : postérieure, Lat. : latérale, ab. : abaxiale). e- Activités correspondant aux stries de boucherie observées lors des boucheries expérimentales menées sur les carcasses de cerf du référentiel T&H (DC : décharnement, DS : désarticulation, DP : dépouillement, TN : prélèvement des tendons). f- Activités correspondant aux stries de boucherie observées lors de la boucherie expérimentale menée sur la carcasse de bison du référentiel T&H. g- Activités correspondant aux stries de boucherie observées lors de la boucherie expérimentale du côté droit du mouton découpé dans le cadre de cette étude. h- Activités correspondant aux stries de boucherie observées lors de la boucherie expérimentale du côté gauche du mouton découpé dans le cadre de cette étude.
Butchery activities and the related cut marks observed on the bones. a- Codes defined based on the experiments carried out in the framework of T&H PCR (Soulier, Costamagno 2017; Soulier et al. 2022). The codes in bold correspond to cut marks that had not been observed during these experiments. b- Orientation of the cut marks (O: oblique, T: transversal, ST: subtransversal, L: longitudinal, SL: sublongitudinal). c- Portion of bones: the long bones are divided into 6 portions from 1 to 6, from proximal to distal (see Soulier, Costamagno 2017). d- Surface of bones (Med.: medial, Ant.: anterior, Post.: posterior, Lat. lateral, ab.: abaxial). e- Activities corresponding to the butchery marks observed during experimental butcheries in the T&H reference system (DC: defleshing, DS: disarticulation, DP: skinning, TN: removal of tendons). f- Activities corresponding to butchery marks observed during experimental butchery carried out on bison carcasse from the T&H repository. g- Activities corresponding to the butchery marks of the right side of the sheep carcass observed during the experimental butchery presented in of this study. h- Activities corresponding to the butchery marks of the left side of the sheep observed during the experimental butchery presented in this study.

Tableau 3. Opérations de boucherie en lien avec les différentes stries observées sur les ossements. a- Codes définis sur la base des expériences réalisées dans le cadre du PCR T&H (Soulier, Costamagno 2017 ; Soulier et al. 2022). Les codes en gras correspondent à des stries qui n’avaient pas été observées lors de ces expériences. b-  Orientation des stries (O : oblique, T : transversale, ST : subtransversale, L : longitudinale, SL : sublongitudinale). c- Portion des ossements : les os longs sont divisés en 6 portions de 1 à 6, du proximal au distal (voir Soulier, Costamagno 2017). d- Face des ossements (Med. : médiale, Ant. : antérieure, Post. : postérieure, Lat. : latérale, ab. : abaxiale). e- Activités correspondant aux stries de boucherie observées lors des boucheries expérimentales menées sur les carcasses de cerf du référentiel T&H (DC : décharnement, DS : désarticulation, DP : dépouillement, TN : prélèvement des tendons). f- Activités correspondant aux stries de boucherie observées lors de la boucherie expérimentale menée sur la carcasse de bison du référentiel T&H. g- Activités correspondant aux stries de boucherie observées lors de la boucherie expérimentale du côté droit du mouton découpé dans le cadre de cette étude. h- Activités correspondant aux stries de boucherie observées lors de la boucherie expérimentale du côté gauche du mouton découpé dans le cadre de cette étude. Butchery activities and the related cut marks observed on the bones. a- Codes defined based on the experiments carried out in the framework of T&H PCR (Soulier, Costamagno 2017; Soulier et al. 2022). The codes in bold correspond to cut marks that had not been observed during these experiments. b- Orientation of the cut marks (O: oblique, T: transversal, ST: subtransversal, L: longitudinal, SL: sublongitudinal). c- Portion of bones: the long bones are divided into 6 portions from 1 to 6, from proximal to distal (see Soulier, Costamagno 2017). d- Surface of bones (Med.: medial, Ant.: anterior, Post.: posterior, Lat. lateral, ab.: abaxial). e- Activities corresponding to the butchery marks observed during experimental butcheries in the T&H reference system (DC: defleshing, DS: disarticulation, DP: skinning, TN: removal of tendons). f- Activities corresponding to butchery marks observed during experimental butchery carried out on bison carcasse from the T&H repository. g- Activities corresponding to the butchery marks of the right side of the sheep carcass observed during the experimental butchery presented in of this study. h- Activities corresponding to the butchery marks of the left side of the sheep observed during the experimental butchery presented in this study.

21Comme déjà noté pour les tendons, le type d’activités est plus ou moins détectable sur ce référentiel, les stries étant des épiphénomènes. Les incisions circulaires en lien avec le dépouillement ont créé systématiquement des stries caractéristiques tant au niveau des métapodes que des phalanges mésiales. La seule exception est l’entame circulaire réalisée au niveau des deuxièmes phalanges sur la patte arrière droite, qui n’a pas laissé de stigmates vraiment caractéristiques. Les stries obliques présentes sur la face abaxiale d’une des deux phalanges pourraient se rapporter à cette étape de la boucherie (fig. 6g), mais relativement aux autres traces caractéristiques du dépouillement, elles sont beaucoup plus proches de l’extrémité articulaire proximale, pouvant aussi renvoyer à de la désarticulation. La séparation des os longs des membres n’a laissé aucune trace quel que soit l’outil utilisé. Il est donc délicat d’imputer cette absence à l’utilisation de couteaux en coquille, d’autant plus que les traces de désarticulation sont nombreuses au niveau des extrémités des pattes (extrémité distale des métapodes, carpiens, tarsiens, phalanges proximales et mésiales, sésamoïdes) et documentent donc parfaitement cette étape de la boucherie quel que soit l’outil utilisé (à l’exception des patelles, inefficaces pour ce type de découpe). Pour ce qui est du décharnement, seul le tibia découpé avec des vernis ne porte aucune strie relative à cette action. Tous les os charnus montrent en revanche très peu de stries, y compris les ossements dépecés avec des lames en silex (tabl. 4). Les ossements portent entre zéro et 20 stries de décharnement. Le fémur décharné avec des coquilles de vernis fait figure d’exception puisque plus de 70 stries y ont été relevées, contrastant avec le tibia sur lequel aucune strie n’a été observée. De manière générale, cette rareté des traces de décharnement diverge fortement de ce qui a été observé sur la carcasse de bison du référentiel T&H pour laquelle le nombre de stries de décharnement varie entre 46 et 119 selon les ossements (Soulier et al., 2022). Pour les carcasses de cerf, le décompte par élément squelettique n’est pas disponible, mais en prenant en compte le nombre de stries de décharnement par côté et par carcasse, les conclusions semblent aller dans le même sens puisque leur nombre varie entre 91 et 589 alors que, pour le mouton, il oscille entre 38 et 113. La taille de la carcasse pourrait expliquer ces disparités. Un autre facteur explicatif pourrait être lié à la distinction animal domestique/animal sauvage, les attaches musculaires étant potentiellement plus robustes sur les espèces sauvages. Ici encore de nouvelles expériences seraient nécessaires pour éclairer et mieux interpréter ces disparités.

Tableau 4. Nombre de stries par élément squelettique en fonction des outils utilisés pour la boucherie des membres.
Number of cut marks per skeletal element according to the tools used for limb butchery.

Tableau 4. Nombre de stries par élément squelettique en fonction des outils utilisés pour la boucherie des membres. Number of cut marks per skeletal element according to the tools used for limb butchery.

22Cette étude représente la première caractérisation morphométrique à l’échelle microscopique des stries de découpe produites par des coquilles de mollusques. Les effectifs étant faibles, les tendances perçues devront être confirmées par des études plus approfondies. En se basant sur la morphométrie traditionnelle, il ne semble pas y avoir de différences majeures entre les deux catégories de stries de décharnement (outils lithiques versus coquilles cf. fig. 9a à 9d). Les traces laissées par les coquilles ne semblent pas moins visibles ou plus difficiles à détecter que celles produites par des pièces lithiques. Selon les types d’outils utilisés, des différences plus ou moins importantes sont perceptibles au niveau des stries de décharnement. Les stries produites par les éclats bruts en RVGF se distinguent des autres traces : elles sont plus profondes et plus larges et ont tendance à présenter des ratios profondeur/largeur élevés qui se recoupent néanmoins avec ceux des stries liées à l’utilisation deMytilus spLes traces dues à l’emploi d‘éclats bruts en quartzite ont aussi tendance à différer des marques laissées par les coquilles par des profondeurs et des largeurs plus faibles. Les stries résultant de l’utilisation de denticulés en quartzite sont caractérisées par des profondeurs et des ratios profondeur/largeur faibles par rapport aux coquilles. Les stries les plus proches morphométriquement des traces de décharnement produites par les coquilles sont celles liées à l’emploi de denticulés en silex : profondeurs similaires à celles laissées par Patella sp., largeurs similaires à celles résultant de l’emploi de Patella sp. et Mytilus sp. et ratios profondeur/largeur similaires à celles produites par Patella sp. et Callista chione. Des comparaisons plus fines sont rendues compliquées du fait de légères différences au niveau des protocoles d’études (profil médian versus profil moyen) et par des effectifs faibles et variables selon les groupes.  

23Au sein des traces de découpe liées à l’utilisation des coquilles, des tendances apparaissent également. Les stries de décharnement par Patella sp. sont peu profondes, étroites et symétriques, et elles montrent des ratios profondeur/largeur faibles. Elles sont également caractérisées par des microstriations internes très fortement marquées au sein du sillon principal de la trace. Cette caractéristique, unique parmi les traces de découpe étudiées jusqu’à présent, résulte vraisemblablement de la marge fortement crénelée de la coquille. Les stries de décharnement produites avec des coquilles de Callista chione sont plus profondes que celles résultant de l’utilisation desPatella sp., plus larges que celles laissées par Patella sp. et Mytilus sp., et ont des ratios profondeur/largeur faibles, similaires à ceux de Patella sp. Les stries de décharnement par Mytilus sp. sont caractérisées par des ratios profondeur/largeur plus élevés que ceux des autres types de coquilles mais leurs valeurs de profondeur et largeur sont globalement similaires. Leurs profils se distinguent donc essentiellement par leurs proportions. Les trois types de stries de décharnement se ressemblent quant au degré d’asymétrie. Les stries de désarticulation diffèrent des stries de décharnement par des profils relativement plus profonds, plus larges (ratios profondeur/largeur élevés), et plus asymétriques. Une strie de décharnement par coquille de Callista chione (Fs-a mold10) est cependant plus proche morphométriquement des stries de désarticulation, ce qui suggère une variabilité au sein de chaque catégorie, qui n’est encore que peu documentée dans cette première étude.

24En ce qui concerne les outils en coquille, les traces d’utilisation induites par les activités de boucherie sont bien décrites dans la littérature (voir Cuenca-Solana 2013 ; Manca 2013 ; Cuenca-Solana et al. 2017). En revanche, d’autres aspects tels que la résistance et l’efficacité lors des différentes activités n’ont pas été explorés. L’économie des matières premières en coquilles et la question de la complémentarité avec des outils lithiques pendant la Préhistoire restent également à approfondir. Dans le cadre de cette expérimentation, l’utilisation de coquilles tout au long de la séquence de boucherie a permis d’interroger leur efficacité en fonction des étapes du dépeçage (Campmas et al. en préparation). La durée des opérations est un des paramètres pouvant être mobilisé pour discuter de cette question. Les membres postérieurs et antérieurs ayant des morphologies différentes, les données ne peuvent être comparées que deux à deux, patelle/moule d’une part et vernis/silex d’autre part, à l’exception des opérations ayant concerné les extrémités des pattes. Les étapes réalisées sur le membre postérieur avec des coquilles de vernis ont duré beaucoup plus longtemps que celles menées avec des lames en silex, témoignant d’une moindre efficacité de ces coquilles de bivalve (tabl. 2). Néanmoins, pendant l’expérimentation, les coquilles se sont avérées globalement efficaces pour toutes les étapes de la chaîne opératoire de boucherie. Pour autant, la désarticulation des phalanges n’a pu être menée à son terme avec les coquilles de vernis. Par ailleurs, avec les patelles, il n’a été possible de mener à leur terme que le dépouillement et le décharnement. Ces opérations ont duré respectivement 77 % et 97 % de plus que celles réalisées avec des coquilles de moule. Sur la base de cette expérience, il apparaît donc que les patelles sont peu (voire pas du tout) efficaces pour la boucherie. En revanche, les moules et les vernis peuvent être utilisés en substitution aux outils en silex pour la plupart des opérations de boucherie pour des animaux de petite taille. Leur efficacité pour des taxons plus grands pose évidemment question et devra être testée par de nouvelles expériences. Dans le cas des moules, la fragmentation fréquente des valves n’a pas constitué un problème pour poursuivre les activités. Les grandes dimensions des valves (et donc des fragments) et la présence d’un tranchant naturellement coupant en font des outils très efficaces pour pénétrer les masses charnues, une efficacité se rapprochant de celle d’un outil en silex. En revanche, du fait d’un tranchant beaucoup plus épais, les performances des coquilles de vernis sont relativement faibles pour ce type d’action. Extrêmement résistantes, elles sont cependant plus efficaces que les moules pour la désarticulation. La fragmentation différentielle de ces deux taxons est due à une résistance à la compression différente, en partie déterminée par leur microstructure interne et leur composition (Vasconcelos et al. 2011). La forme du tranchant et, dans une moindre mesure, la fragilité ou encore la prise en main de ces coquilles sont autant de facteurs qui influent sur le degré d’efficacité de ces outils dans la réalisation de telle ou telle opération.

25Cette expérience a donc montré que certains types de coquilles pouvaient être utilisés pour mener à bien différentes opérations de boucherie, rejoignant les conclusions de N. Toth, M. Woods (1989) sur les coquilles d’huîtres retouchées. Concernant les coquilles de moules non retouchées, nos résultats divergent des données précédentes puisqu’elles apparaissent efficientes pour plusieurs activités de boucherie. Bien que dans l’ensemble moins efficaces que le silex, les coquilles de bivalve peuvent donc remplacer les outils lithiques dans la plupart des opérations de boucherie en contexte littoral pour des ongulés de petite ou moyenne taille. Les coquilles, de par leur variété morphologique, sont presque aussi polyvalentes que le silex. Présentes en grand nombre et facilement accessibles en contexte côtier, elles pourraient donc avoir été utilisées comme outils de boucherie. En Afrique du Nord, de nombreux sites du Paléolithique moyen attestent d’une consommation de mollusques (e.g. Campmas 2012 ; Steele, Alvarez-Fernandez 2011 ; Stoetzel et al. 2014) mais aucune étude tracéologique n’a été initiée afin de tester si certaines de ces coquilles avaient été utilisées comme outils. Comparativement à ce qui est observé dans les assemblages moustériens en Europe, les ossements présentent relativement peu de stries de boucherie (Klein, Scott 1986 ; Campmas 2012 ; Campmas et al. 2016), ce qui a conduit Klein et Scott (1986) à émettre l’hypothèse de pratiques de boucherie différentes. À notre connaissance, les facteurs potentiellement responsables de ces disparités n’ont jamais été discutés. Le parallèle entre ces données archéologiques et l’expérience réalisée sur la carcasse de mouton est tentant et pourrait suggérer l’emploi, dans ces contextes littoraux, de coquilles de mollusque pour la découpe. Néanmoins, le membre dépecé avec des outils en silex montre également peu de traces. Ces observations contrastent fortement avec ce qui a été remarqué sur les carcasses de cerf et de bison du référentiel T&H (Chong et al. 2019 ; Soulier et al. 2022). La poursuite des expériences avec un protocole plus strict faisant varier moins de paramètres serait nécessaire pour mieux apprécier ces disparités. Un décharnement moins minutieux ou une cuisson de la viande avant prélèvement des chairs pourraient aussi expliquer la rareté des stries de boucherie dans les ensembles osseux d’Afrique du Nord.

Conclusion

26Les exemples ethnographiques montrent que les coquilles peuvent être utilisées efficacement dans une variété d’activités, y compris la boucherie (voir Cuenca Solana et al. 2011). Récemment, les preuves archéologiques attestant l’utilisation de coquillages comme outils se sont multipliées (Pawlik et al. 2015 ; Cuenca Solana et al. 2016, 2017 ; Manca 2016 ; Manca et al. 2018 ; Perttula 2020 ; Romagnoli 2021). Il s’agit donc d’un axe de recherche qui peut apporter des informations importantes pour la compréhension des modes de vie dans le passé. Cette expérimentation visait principalement l’étude des stries sur les os. Elle indique que l’utilisation des coquilles dans le traitement des carcasses animales mériterait d’être étudiée plus en détail. En particulier, des recherches supplémentaires devraient être menées sur la préhension et l’efficacité des coquilles en fonction de la taille de l’animal et de l’étape de la boucherie, ainsi que sur la compréhension des possibles rôles intégrés des outils en pierre et en coquille. Les résultats obtenus sur la micromorphologie des traces sont également prometteurs étant donné les faibles effectifs et la simplicité du protocole de morphométrie traditionnelle. S’ils étaient confirmés sur des effectifs plus larges et avec des analyses plus détaillées, la quantification de la taille et des proportions des traces de découpe par microscopie confocale et par morphométrie pourrait améliorer la discrimination des traces de découpe laissées par les outils en pierre taillée et en coquille et, au sein de chaque catégorie, en fonction des matières premières et des types de tranchants. Les différences selon les actions de boucherie menées (décharnement versus désarticulation) pourraient aussi être mieux quantifiées. Les futurs efforts devraient viser à : (1) construire des référentiels expérimentaux de plus grande taille, (2) tester des types supplémentaires de coquilles et d’actions de boucherie (dépouillement, prélèvement des tendons), (3) utiliser des analyses de forme plus sensibles se basant sur la morphométrie géométrique (e.g. Courtenay et al. 2019 ; Souron et al. 2019), (4) appliquer des méthodes statistiques de classification comme l’Intelligence Artificielle (e.g. Courtenay et al. 2020), (5) confronter ces résultats aux ensembles osseux provenant de sites côtiers, et (6) réaliser en parallèle des analyses fonctionnelles des outils lithiques et des coquilles.

Top of page

Bibliography

BELLO S., SOLIGO C. 2008 - A new method for the quantitative analysis of cutmark micromorphology. Journal of Archaeological Science, 35, p. 1542-1552.

BIRD J. 1946 - The Alacaluf. InHandbook of South American Indians. The Marginal Tribes. Washington: Government Printing Office (Bureau of American Ethnology Bulletin 43), p. 55-79.

BOAS F. 1905 - The Kwakiutl of Vancouver Island. Leiden E. J. : Brill, 292 p.

BOSCHIN F., CREZZINI J. 2012 - Morphometrical analysis on cut marks using a 3D digital microscope. International Journal of Osteoarchaeology, 22, p. 549-562.

BUC N., SILVESTRE R., LOPONTE D. 2010 - What about shells? Analysis of shell and lithic cut-marks. The case of the Paraná’s wetland, Argentina. Munibe (Suplemento), 31, p. 252-261.

CAMPMAS É. 2012 - Caractérisation de l’occupation des sites de la région de Témara (Maroc) au Pléistocène supérieur et nouvelles données sur la subsistance des Hommes du Paléolithique moyen d’Afrique du Nord : exemples des approches taphonomiques et archéozoologiques menées sur les faunes d’El Harhoura 2 et d’El Mnasra. Université Bordeaux 1, thèse de doctorat.

CAMPMAS É., AMANI F., MORALA A., DEBÉNATH A., EL HAJRAOUI M.A., NESPOULET R. 2016 - Initial insights into Aterian hunter-gatherer settlements on coastal landscapes: the example of unit 8 of El Mnasra Cave (Témara, Morocco). Quaternary International, 78, p. 122-143.

CAMPMAS É., ROMAGNOLI F., COSTAMAGNO S. (en préparation) - Mollusk shells as tools, a proxy for human coastal adaptation: Evaluating their performance for carcass processing activities.

CHOI K., DRIWANTORO D. 2007 - Shell tool use by early members of Homo erectus in Sangiran, central Java, Indonesia: Cut-mark evidence. Journal of Archaeological Science, 34, p. 48-58.

CHONG S., COSTAMAGNO S., SOULIER M.-C. 2019 - Analyse de la récurrence des stries de boucherie : l’apport des Systèmes d’Informations Géographiques. InC. THIÉBAUT, É. CLAUD, S. COSTAMAGNO (Éds.), L’acquisition et le traitement des matières végétales et animales par les néandertaliens : quelles modalités et quelles stratégies ? Résultats d’une enquête fondée sur l’approche expérimentale et l’étude archéologique de plusieurs sites d’Europe occidentale, menée dans le cadre du PCR « Des Traces et des Hommes »Palethnologie, 10, p. 250-289.

COOPER J.M. 1946a - The Chono. InHandbook of South American Indians. The Marginal Tribes. Washington: Government Printing Office (Bureau of American Ethnology Bulletin 43), p. 47-54.

COOPER J.M. 1946b - The Yahgan. InHandbook of South American Indians. The Marginal Tribes: Washington, Government Printing Office (Bureau of American Ethnology Bulletin 43), p. 81-106.

COSTAMAGNO S. 2012 - Des stries de boucherie au sous-système technique d’exploitation de l’animal : apports de l’approche expérimentale. Université Bordeaux 1, Habilitation à diriger des recherches, Bordeaux.

COSTAMAGNO S., SOULIER M.-C. 2019 - Analyse de l’emplacement des stries de boucherie : lier les stries aux activités et aux gestes du boucher. In: C. THIÉBAUT, E. CLAUD, S. COSTAMAGNO (Éd.), L’acquisition et le traitement des matières végétales et animales par les néandertaliens : quelles modalités et quelles stratégies ? Résultats d’une enquête fondée sur l’approche expérimentale et l’étude archéologique de plusieurs sites d’Europe occidentale, menée dans le cadre du PCR « Des traces et des Hommes »Palethnologie, 10, p. 220-250.

COURTENAY L.A., HUGUET R., GONZÁLEZ-AGUILERA D., YRAVEDRA J. 2020 - A hybrid geometric morphometric Deep Learning approach for cut and trampling mark classification. Applied Sciences, 10, p. 150.

COURTENAY L.A., YRAVEDRA J., MATE-GONZÁLEZ M.Á., ARAMENDI J., GONZÁLEZ-AGUILERA D. 2019 - 3D analysis of cut marks using a new geometric morphometric methodological approach. Archaeological and Anthropological Sciences, 11, p. 651-665.

CRISTIANI E., LEMORINI C., MARTINI F., SARTI L. 2005 - Scrapers of Callista chione from Grotta del Cavallo (Middle Palaeolithic cave in Apulia): Evaluating use-wear potential. InH. LUIK, A. H. BATEY, C. BATEY, L. LOUGAS (Éds.), From Hooves to Horns, From Mollusc to Mammoth: Manufacture and Use of Bone Artefacts from Prehistoric Times to the Present. Muinasaja teadus: Tallinn Book Printers, p. 319-324. 

CUENCA-SOLANA D. 2013 - Utilización de instrumentos de concha para la realización de actividades productivas en las formaciones económico-sociales de cazadores-recolectores-pescadores y primeras sociedades tribales de la fachada atlántica europea. Universidad de Cantabria, thèse de doctorat.

CUENCA SOLANA D., ZUGASTI I., CLEMENTE CONTE I. 2011 - The use of mollusc shells as tools by coastal human groups. The contribution of ethnographical studies to research on Mesolithic and Early Neolithic technologies in Northern Spain. Journal of Anthropological Research, 67, p. 77-102.

CUENCA-SOLANA D., GUTIÉRREZ-ZUGASTI I., GONZÁLEZ-MORALES M.R. 2017 - Use-wear analysis: an optimal methodology for the study of shell tools. Quaternary International, 427 (Part A), p. 192-200

CUENCA-SOLANA D., GUTIÉRREZ-ZUGASTI I., RUIZ-REDONDO A., GONZÁLEZ-MORALES M.R., SETIÉN J., RUIZ-MARTÍNEZ E., PALACIO-PÉREZ, E., DE LAS HERAS-MARTÍN C., PRADA-FREIXEDO A., LASHERAS-CORRUCHAGA J.A. 2016 - Painting Altamira Cave? Shell tools for ochre-processing in the Upper Palaeolithic in northern Iberia. Journal of Archaeological Science, 74, p. 135-151.

DEUR D., DICK A., RECALMA-CLUTESI K., TURNER N.J. 2015 - Kwakwaka’wakw « Clam Gardens » motive and agency in traditional Northwest Coast Mariculture. Human Ecology, 43, p. 201-212.

DOMÍNGUEZ-RODRIGO M., DE JUANA S., GALÁN A.B., RODRÍGUEZ M. 2009 - A new protocol to differentiate trampling marks from butchery cut marks. Journal of Archaeological Science, 36, 12, p. 2643-2654.

DOUKA K. 2011 - An Upper Palaeolithic shell scraper from Ksar Akil (Lebanon). Journal of Archaeological Science, 38, p. 429-437.

DOUKA K., SPINAPOLICE E. 2012 - Neanderthal shell tool production: Evidence from Middle Palaeolithic Italy and Greece. Journal of World Prehistory, 25, p. 45-79.

DRUCKER P. 1950 - Northwest Coast. Berkley: University of California press, 152 p.

FACINCANI V. 2021 - Caractérisation micromorphologique et morphométrique des stries issues d’une boucherie expérimentale réalisée avec des outils en coquillage,  Université Toulouse - Jean Jaurès/Université de Ferrare, Toulouse, Mémoire de Master 1.

HARRIS J.A., MAREAN C.W., OGLE K., THOMPSON J. 2017 - The trajectory of bone surface modification studies in paleoanthropology and a new Bayesian solution to the identification controversy. Journal of Human Evolution, 110, p. 69-81.

HYADES P.D., DENIKER Y.J. 1885 - Mission scientifique du cap Horn, 1882-1883. Paris : Gauthier-Villars, 554 p.

JOORDENS J.C.A., D’ERRICO F., WESSELINGH F.P., MUNRO S., DE VOS J., WALLINGA J., ANKJÆRGAARD C., REIMANN T., WIJBRANS J.R., KUIPER K.F., MÜCHER H.J., COQUEUGNIOT H., PRIÉ V., JOONSTEN I., VAN OS B., SCHULP A.S., PANUEL M., VAN DER HAAS V., LUSTENHOUWER W., REIJMER J.J.G., ROEBROEKS W. 2014 - Homo erectus at Trinil on Java used shells for tool production and engraving. Nature, 518, p. 228-231.

KLEIN R.G., SCOTT K. 1986 - Re-analysis of faunal assemblages from the Haua Fteah and other late Quaternary archaeological sites in Cyrenaican Libya. Journal of Archaeological Science, 13, p. 515-542.

LOTHROP S.K. 1928 - The Indians of Tierra del Fuego. New York: Museum of the American Indian, Heye foundation, 292 p.

LYMAN R.L. 1987 - Archaeofaunas and butchery studies: A taphonomic perspective. InM.B. SCHIFFER (Éd.), Advances in Archaeological Method and Theory. Orlando, FL, p. 249-337.

MANCA L. 2013 - Fonctionnement des sociétés de la fin du Néolithique au début de l’âge du Cuivre en Sardaigne. Une approche inédite à partir de l’étude des productions en matières dures animales. Université Aix-Marseille, Thèse de doctorat, Aix-en-Provence.

MANCA L. 2016 - The shell industry in Final Neolithic societies in Sardinia: Characterizing the production and utilization of Glycymeris da Costa 1778 valves. Anthropozoologica51, p. 149-171.

MANCA L., MASHKOUR M., SHIDRANG S., AVERBOUH A., BIGLARI F. 2018 - Bone, shell tools and ornaments from the Epipalaeolithic of Ali Tappeh, East of Alborz Range, Iran. Journal of Archaeological Science: Reports, 21, p. 137-157.

MANSUR M.E., CLEMENTE I. 2009 - ¿Tecnologías invisibles? Confección, uso y conservación de instrumentos de valva en Tierra del Fuego. InF. OLIVA, N. DE GRANDIS, J. RODRÍGUEZ (Éds.), Arqueología Argentina en los inicios de un nuevo siglo. XIV Congreso Nacional de Arqueología Argentina, Universidad Nacional de Rosario, Tomo II, p. 359-367.

MATÉ-GONZÁLEZ M.Á., PALOMEQUE-GONZÁLEZ J.F., YRAVEDRA J., GONZÁLEZ-AGUILERA D., DOMÍNGUEZ-RODRIGO M. 2018 - Micro-photogrammetric and morphometric differentiation of cut marks on bones using metal knives, quartzite, and flint flakes. Archaeological and Anthropological Sciences, 10, p. 805-816.

MILANO S., PRENDERGAST A.L., SCHÖNE B.R. 2016 - Effects of cooking on mollusk shell structure and chemistry: Implications for archeology and paleoenvironmental reconstruction. Journal of Archaeological Science: Reports, 7, p. 14-26.

MORETTI E., ARRIGHI S., BOSCHIN F., CREZZINI J., AURELI D., RONCHITELLI A. 2015 - Using 3D microscopy to analyze experimental cut marks on animal bones produced with different stone tools. Ethnobiology Letters, 6, p. 267-275.

OTÁROLA-CASTILLO E., TORQUATO M.G., HAWKINS H.C., JAMES E., HARRIS J.A., MAREAN C.W., MCPHERRON S.P., THOMPSON J.C. 2018 - Differentiating between cutting actions on bone using 3D geometric morphometrics and Bayesian analyses with implications to human evolution. Journal of Archaeological Science, 89, p. 56-67.

PALOMEQUE-GONZÁLEZ J.F., MATÉ-GONZÁLEZ M.Á., YRAVEDRA J., JUAN-BLAZQUEZ M.S., VARGAS E.G., MARTÍN-PEREA D.M., ESTACA-GÓMEZ V., GONZÁLEZ-AGUILERA D., DOMÍNGUEZ-RODRIGO M. 2017 - Pandora: A new morphometric and statistical software for analysing and distinguishing cut marks on bones. Journal of Archaeological Science: Reports, 13, p. 60-66.

PANTE M.C., MUTTART M.V., KEEVIL T.L., BLUMENSCHINE R.J., NJAU J.K., MERRITT S.R. 2017 - A new high-resolution 3-D quantitative method for identifying bone surface modifications with implications for the Early Stone Age archaeological record. Journal of Human Evolution, 102, p. 1-11.

PAWLIK A.F., PIPER P.J., WOOD R.E., LIM K.K.A., FAYLONA M.G.P.G., MIJARES A.S.B., PORR M. 2015 - Shell tool technology in Island Southeast Asia: An early Middle Holocene Tridacna adze from Ilin Island, Mindoro, Philippines. Antiquity, 86, p. 292-308.

PERTTULA T.K. 2020 - Bone and shell tools and ornament from the feature 2 midden mound at the A. C. Saunders Site (41AN19), Anderson County, Texas. Journal of Northeast Texas Archaeology, 84, p. 91-99.

PROUS A. 1986/1990 - Os moluscos e a arqueologia brasileira. Arquivos do Museu de História Natural, 11, p. 241-298.

ROMAGNOLI F. 2021 - Changes in raw material selection and use at 400,000 years BP: A novel, symbolic relationship between humans and their world. Discussing technological, social and cognitive arguments. Cambridge Archaeological Journal, 31, p. 325-336.

ROMAGNOLI F., BAENA J., PARDO NARANJO A.I., SARTI L. 2017 - Evaluating the performance of the cutting edge of Neanderthal shell tools: A new experimental approach. Use, mode of operation, and strength of Callista chione from a behavioural, Quina perspective. Quaternary International, 427, p. 216-228.

ROMAGNOLI F., BAENA J., SARTI L. 2016 - Neanderthal retouched shell tool and Quina economic and technical strategies: An integrated behaviour. Quaternary International, 407 (Part B), p. 29-44.

ROMAGNOLI F., MARTINI F., SARTI L. 2015 - Neanderthal use of Callista chione shells as raw material for retouched tools in south-east Italy. Analysis of Grotta del Cavallo Layer L assemblage by a new methodology. Journal of Archaeological Method and Theory, 22, p. 1007-1037.

SOULIER M.-C., COSTAMAGNO S. 2017 - Let the cutmarks speak! Experimental butchery to reconstruct carcass processing. Journal of Archaeological Science: Reports, 11, p. 782-802.

SOULIER M.-C., COSTAMAGNO S., CLAUD É., DESCHAMPS M. 2022 - Tracing the past: Butchering a bison with Middle Palaeolithic stone tools. InM. MĂRGĂRIT, A. BORONEANȚ (Éds.), Recreating Artefacts and Ancient Skills: From Experiment to Interpretation. Târgovişte : Cetatea de Scaun Publishing, p. 13-31.

SOURON A., NAPIAS A., LAVIDALIE T., SANTOS F., LEDEVIN R., CASTEL J.-C., COSTAMAGNO S., CUSIMANO D., DRUMHELLER S., PARKINSON J., ROZADA L., COCHARD D. 2019 - A new geometric morphometrics-based shape and size analysis discriminating anthropogenic and non-anthropogenic bone surface modifications of an experimental data set. In2019 IMEKO TC-4 International Conference on Metrology for Archaeology and Cultural Heritage, Florence, Italy, p. 560-565.

SPECK F.G. 1928 - Chapters on the ethnology of the Powhatan tribes of Virginia. New-York: Museum of the American Indian, Heye Foundation, 252 p.

STEELE T.E., ÁLVAREZ-FERNÁNDEZ E. 2011 - Initial investigations into the exploitation of coastal resources in North Africa during the Late Pleistocene at Grotte des Contrebandiers, Morocco. In: N.F. Bicho, J.A. Haws, L.G. Davis (Éds.), Trekking the Shore: Changing Coastlines and the Antiquity of Coastal Settlement. New-York: Springer (Interdisciplinary Contributions to Archaeology), p. 383-403. 

STOETZEL E., CAMPMAS É., MICHEL P., BOUGARIANE B., OUCHAOU B., AMANI F., EL HAJRAOUI M.A., NESPOULET R. 2014 - Context of modern human occupations in North Africa: Contribution of the Témara caves data. Quaternary International, 320, p. 143-161.

STRATTON L. 1989 - Resource Uses in Cordova, a Coastal Community of Southcentral Alaska, Report Alaska. Department of Fish and Game.

SWANTON J.R. 1946 - Indians of the Southeastern United States. U.S. Government Printing Office, 1106 p.

SZABÓ K., BRUMM A., BELLWOOD P. 2007 - Shell artefact production at 32 000-28 000 BP in Island Southeast Asia. Current Anthropology, 48, p. 701-723.

SZABÓ K., KOPPEL B. 2015 - Limpet shells as unmodified tools in Pleistocene Southeast Asia: An experimental approach to assessing fracture and modification. Journal of Archaeological Science, 54, p. 64-76.

TAPLIN G., WOODS J.D. 1879 - The Native Tribes of South Australia: E.S. Wigg, 368 p.

THALBITZER W.C. 1914 - The Ammassalik Eskimo: Contributions to the ethnology of the East Greenland natives. Copenhagen: B. Luno, 890 p.

THIÉBAUT C., CLAUD É., COSTAMAGNO S. (Éds.) 2019 - L’acquisition et le traitement des matières végétales et animales par les néandertaliens : quelles modalités et quelles stratégies ? Résultats d’une enquête fondée sur l’approche expérimentale et l’étude archéologique de plusieurs sites d’Europe occidentale, menée dans le cadre du PCR « Des Traces et des Hommes », Palethnologie, 10.

TOTH N., WOODS M. 1989 - Molluscan shell knives and experimental cut-marks on bones. Journal of Field Archaeology, 16, p. 250-255.

TUMUNG L., BAZGIR B., AHMADI K., SHADMEHR A. 2012 - Understanding the use-wears on non-retouched shells Mytilus galloprovincialis and Ruditapes decussatus by performing wood working experiment: An experimental approach. IOP Conference Series: Materials Science and Engineering, 37.

VAL A., COSTAMAGNO S., DISCAMPS E., CHONG S., CLAUD É., DESCHAMPS M., MOURRE V., SOULIER M.C., THIÉBAUT C. 2017 - Testing the influence of stone tool type on microscopic morphology of cut-marks: Experimental approach and application to the archaeological record with a case study from the Middle Palaeolithic site of Noisetier Cave (Fréchet-Aure, Hautes-Pyrénées, France). Journal of Archaeological Science: Reports, 11, p. 17-28.

VASCONCELOS P., MORGADO-ANDRÉ A., MORGADO-ANDRÉ C., GASPAR M.B. 2011 - Shell strength and fishing damage to the smooth clam (Callista chione): Simulating impacts caused by bivalve dredging. ICES Journal of Marine Science, 68, p. 32-42.

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1. Exemples d’opérations de boucherie réalisées sur la carcasse de mouton à Toulouse en 2016 : a- entame circulaire de la peau avec une coquille de moule, b- décharnement de l’épaule avec une coquille de patelle, c-entame circulaire de la peau avec une coquille de vernis, d- décharnement de l’épaule avec une coquille de moule, e- prélèvement des tendons du métatarsien avec une coquille de vernis, f- désarticulation du genou avec une coquille de vernis, g- stries de désarticulation sur un talus, h- stries de désarticulation sur une phalange proximale. Crédits : Guilhem Constans (sauf g et h) Marine Gardeur. Examples of butchery operations carried out on sheep carcasses in Toulouse in 2016. a- circular cut of the skin of the limb with a mussel shell, b- defleshing of the sheep’s shoulder with a limpet shell, c- circular cut of the skin of the limb with a smooth clam valve, d- defleshing of the sheep’s shoulder with a mussel shell, e- removal of the metatarsal tendons with a smooth clam valve, f- disarticulation of the sheep’s knee with a smooth clam valve, g- disarticulation marks on a talus, h- disarticulation marks on a proximal phalanx. Credits: Guilhem Constans (except g and h) Marine Gardeur.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8989/img-1.jpg
File image/jpeg, 312k
Title Figure 2. Exemples de coquilles après l’expérimentation : a, b- exemples de Patella sp., Mytilus sp. (entières ou cassées durant l’expérience) et de Callista chione, c à f- détails des bords actifs des coquilles de Patella (c-e : surface externe, f : surface interne), g à j- détail des bords actifs des coquilles de Mytilus (g-h : surface externe, i-j : surface interne), k à n- détail des bords actifs des coquilles de Callista chione (surface interne). Échelle : e-f, j, m-n :  1 mm ; c, h, k-l : 2 mm et d, g : 5 mm. Sample of shells after use: a, b- sample of Patella sp., Mytilus sp. (complete and broken during the experiment), and Callista chione, c to f- details of the active edges of Patella shells (c-e: external surface, f: internal surface), g to j- details of the active edges of Mytilus shells (g-h: external surface, I-j: internal surface), k to n- details of the active edges of Callista chione valves (internal surface). Scale bar: e-f, j, m-n: 1 mm; c, h, k-l: 2 mm; d, g: 5 mm.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8989/img-2.jpg
File image/jpeg, 560k
Title Tableau 1. Échantillon utilisé pour l’approche quantitative de la micromorphologie des stries. Les valeurs correspondent au nombre de stries analysées par outil utilisé et par opération de boucherie. Les descriptions détaillées des expérimentations de boucherie et des outils en pierre taillée utilisés comme référentiel de comparaison sont disponibles dans C. Thiébault et collaborateurs (2019) et A. Souron et collaborateurs (2019). RVGF : roches volcaniques à grains fins [désignées de manière erronée comme basaltes dans Souron et collaborateurs (2019)]. Sample used for the quantitative analysis of micromorphology of cut marks. The values refer to the number of marks for each tool analyzed and for each carcass-processing activity. See Thiébault et al. (2019) and Souron et al. (2019) for the detailed description of the butchery experiments and the stone tools used. RVGF: fine grained volcanic rocks [mistakenly designated as basalts in Souron et al. (2019)].
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8989/img-3.jpg
File image/jpeg, 24k
Title Figure 3. En haut : vue 3D d’un modèle de surface d’une strie de décharnement laissée par une coquille de Mytilus sp. (Hs-a). Les variations topographiques sont représentées par les valeurs de gris avec les points les plus sombres correspondant aux points bas et les points les plus clairs aux points élevés. Les paires de sphères reliées par des lignes noires indiquent la position des 10 profils transverses extraits. En bas : un exemple de profil transverse extrait sur la même trace et le protocole de morphométrie traditionnelle utilisé. La largeur maximale est calculée comme la distance entre les deux extrémités du profil. La profondeur maximale est calculée comme le plus long segment pris perpendiculairement au segment de largeur maximale et atteignant le point le plus profond du profil. La proportion de chaque profil est quantifiée par le ratio profondeur/largeur multiplié par 100 pour exprimer la profondeur comme un pourcentage de la largeur. Le degré d’asymétrie est calculé comme la valeur absolue de la différence entre les deux demi-angles 𝛼1 et 𝛼2, mesurés de part et d’autre du segment de profondeur maximale, divisée par l’angle d’ouverture (= 𝛼1 + 𝛼2), et multipliée par 100 pour l’exprimer comme un pourcentage. Top: 3D view of a surface model of a defleshing cut mark from a Mytilus sp. shell (Hs-a). Topographic variations are represented by grey values with dark indicating low points and light indicating high points. Pairs of spheres linked by dark lines indicate the position of 10 extracted cross-section profiles. Bottom: An example of cross-section profile extracted from the same cut mark and traditional morphometric protocol. Width is compiled as the maximal distance between the two extremities of each profile. Depth is compiled as the longest segment taken perpendicularly to the segment that corresponds to the maximal width and reaching the deepest point of the profile. Proportion of each profile is quantified using the ratio Depth/Width multiplied by 100 to express depth as a relative percentage of width. Degree of asymmetry of each profile is compiled as the absolute difference between half-angles 𝛼1 and 𝛼2, measured each side of the deepest segment, divided by the opening angle (= 𝛼1 + 𝛼2), and multiplied by 100 to express it as a percentage.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8989/img-4.jpg
File image/jpeg, 252k
Title Tableau 2. Durée des différentes opérations de boucherie selon les outils utilisés. Duration of the butchery activities according to the tools used.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8989/img-5.png
File image/png, 22k
Title Figure 4. Relevé des stries observées sur le membre antérieur droit du mouton dépecé avec des coquilles de patelle : a- stries de décharnement sur la scapula, b- stries de décharnement sur l’humérus, c- stries de décharnement sur le radio-ulna, d- stries de dépouillement sur le métacarpien, e- stries en lien avec le prélèvement des tendons (a : face antérieure, m : face médiale, p : face postérieure, l : face latérale). Cut marks identified on the sheep right forelimb butchered with limpet shells: a- cut marks on the scapula made during defleshing, b- cut marks on the humerus made during defleshing, c- defleshing marks on the radio-ulna, d- skinning marks on the metacarpal, e- cut marks made during tendon removal (a: anterior surface, m: medial surface, p: posterior surface, l: lateral surface).
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8989/img-6.png
File image/png, 46k
Title Figure 5. Relevé des stries observées sur le membre antérieur gauche du mouton dépecé avec des coquilles de moule : a- stries de décharnement sur la scapula, b- stries de décharnement sur l’humérus, c- stries de décharnement sur le radio-ulna, d- stries de dépouillement sur le métacarpien, e- stries de dépouillement sur les phalanges mésiales, f- stries ubiquistes sur l’extrémité distale de l’humérus (désarticulation ou décharnement), g- stries de désarticulation sur les phalanges proximales et mésiales (a : face antérieure, m : face médiale, p : face postérieure, l : face latérale, ab : face abaxiale). Cut marks observed on the sheep left forelimb butchered with mussel shells: a- defleshing marks on the scapula, b- defleshing marks on the humerus, c- defleshing marks on the radio-ulna, d- skinning marks on the metacarpal , e- skinning marks on the mesial phalanges, f- ubiquitous cut marks on the distal extremity of the humerus (disarticulation or defleshing), g- cut marks on the proximal and mesial phalanges done during disarticulation (a: anterior surface, m: medial surface, p: posterior surface, l: lateral surface, ab: abaxial surface).
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8989/img-7.png
File image/png, 87k
Title Figure 6. Relevé des stries observées sur le membre postérieur droit du mouton dépecé avec des coquilles de vernis : a- stries de décharnement sur le fémur, b- stries de dépouillement sur le métatarsien, c- stries en lien avec le prélèvement des tendons, d- stries de désarticulation sur l’extrémité distale du métatarsien, e- stries de désarticulation sur le talus, f- stries de désarticulation sur les phalanges proximales et mésiales, g- stries ubiquistes sur une phalange mésiale (dépouillement ou désarticulation), h- stries de désarticulation sur le calcanéum (a : face antérieure, m : face médiale, p : face postérieure, l : face latérale, ab : face abaxiale). Cut marks observed on the sheep right hind limb butchered with smooth clam shells: a- defleshing marks on the femur, b- skinning marks on the metatarsal bone, c- cut marks done during the removal of tendons, d- disarticulation marks on the distal end of the metatarsal bon, e- disarticulation marks on the talus , f- disarticulation marks on the proximal and mesial phalanges, g- ubiquitous cut marks on a mesial phalanx (skinning or disarticulation), h- disarticulation marks on the calcaneum (a: anterior surface, m: medial surface, p: posterior surface, l: lateral surface, ab: abaxial surface).
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8989/img-8.png
File image/png, 93k
Title Figure 7. Relevé des stries observées sur le membre postérieur gauche du mouton dépecé avec des lames en silex : a- stries de décharnement sur le fémur, b- stries de décharnement sur le tibia, c- stries en lien avec le prélèvement des tendons, d- stries de dépouillement sur le métatarsien, e- stries de désarticulation sur la tête fémorale, f- stries de désarticulation sur l’extrémité distale du métatarsien, g- stries de désarticulation sur le calcanéum, h- stries de désarticulation sur le talus, i- stries de désarticulation sur une phalange proximale, j- stries de dépouillement sur une phalange mésiale (a : face antérieure, m : face médiale, p : face postérieure, l : face latérale, ab : face abaxiale). Cut marks observed on the sheep left hind limb butchered with flint blades: a- defleshing marks on the femur, b- defleshing marks on the tibia, c- cut marks produced during removal of tendons, d- skinning marks on the metatarsal bone, e- disarticulation marks  on the femoral head, f- disarticulation marks on the distal end of the metatarsal bone, g- disarticulation marks on the calcaneus, h- disarticulation marks on the talus, i- disarticulation marks on a proximal phalanx, j- skinning marks on a mesial phalanx (a: anterior surface, m: medial surface, p: posterior surface, l: lateral surface, ab: abaxial surface).
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8989/img-9.png
File image/png, 84k
Title Figure 8. Visualisations 3D en fausses couleurs (couleurs chaudes = points hauts, couleurs froides = points bas) d’une sélection de traces de découpe résultant d’activités de boucherie avec des outils en coquille. a- Cal-e (DS, Callista chione), b- Tal-c (DS, Callista chione), c- Hs-a_mold2 (DC, Patella sp.), d- Hs-a_mold3 (DC, Patella sp.), e- Hs-a_mold6 (DC, Mytilus sp.), f- Sc-e’ (DC, Mytilus sp.). DS : strie de désarticulation ; DC : strie de décharnement. 3D visualizations in false colors (warm colors = high points, cold colors = low points) of a selection of cut marks resulting of butchery activities carried out with shell tools. a- Cal-e (DS, Callista chione), b- Tal-c (DS, Callista chione), c- Hs-a_mold2 (DC, Patella sp.), d- Hs-a_mold3 (DC, Patella sp.), e- Hs-a_mold6 (DC, Mytilus sp.), f- Sc-e’ (DC, Mytilus sp.). DS: disarticulation striae; DC: defleshing striae.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8989/img-10.jpg
File image/jpeg, 580k
Title Figure 9. Analyses morphométriques des profils transverses extraits le long des traces de découpe laissées par des outils en pierre taillée et en coquille. a- graphique bivarié des profondeurs et des largeurs de profils des stries de décharnement (losanges grisés : outils en coquillage ; triangles vides : outils en pierre taillée). Les polygones convexes illustrent le recoupement important en termes de taille et de proportions entre ces deux groupes de traces de découpe. b-c-d-e- graphiques univariés (diagrammes de dispersion unidimensionnels des données brutes combinées aux médianes et aux écarts interquartiles) des profondeurs (b), largeurs (c), ratios profondeur/largeur (d), et degrés d’asymétrie (e) des profils transverses. Les différentes sortes de stries de décharnement par outils en pierre taillée sont comparées aux trois types de traces de découpe par coquille (à la fois des stries de décharnement et de désarticulation). Les données brutes sont des triangles vides pour les stries de décharnement (outils en pierre taillée et en coquille) et des carrés grisés pour les stries de désarticulation (seulement pour les coquilles). f- graphique bivarié du ratio profondeur/largeur et de la largeur des profils transverses, illustrant la différence entre les stries de désarticulation et de décharnement laissées par des coquilles de Callista chione et de Mytilus sp. DS : stries de désarticulation ; DC : stries de décharnement ; RVGF : roches volcaniques à grains fins. Morphometric analyses of cross-section profiles extracted along the length of cut marks inflicted by stone tools and shell tools. a- Bivariate plot of profile depth versus profile width of cut marks (grey diamonds: shell tools; white triangles: stone tools). Convex hull polygons highlight the large overlap in size and shape between the two groups of cut marks. b-c-d-e- Univariate plots (strip plots of raw data along with medians and interquartile ranges) of cross-section profile depth (b), width (c), depth/width ratio (d), and asymmetry (e). Various types of stone tool-induced defleshing marks are compared to the three types of shell tool-induced cut marks (including both defleshing and disarticulation marks). Raw data are white triangles for defleshing marks (both for stone tools and shells) and grey squares for disarticulation marks (only shells). f- Biplot of cross-section profile depth/width ratio versus width with convex hull polygons highlighting the differences between defleshing and disarticulation marks inflicted with Callista chione and Mytilus sp. shells. DS: disarticulation striae; DC: defleshing striae; RVGF: fine grained volcanic rocks.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8989/img-11.jpg
File image/jpeg, 360k
Title Figure 10. Nouvelles zones touchées par des stries de boucherie lors de cette expérience et codes correspondants (cf. tabl. 3) : a- talus, b- extrémité distale de métatarsien, c- phalange proximale, d- phalange mésiale. En vert : stries de dépouillement, en violet : stries de prélèvement des tendons, en gris : stries ubiquistes. Les codes Ph1-b et Ph2-b avaient déjà été définis lors des expériences menées dans le cadre du PCR T&H mais ici de nouvelles faces ont été affectées : ces nouvelles plages sont figurées en vert plus clair que les plages initiales. (a : face antérieure, p : face postérieure, ab : face abaxiale). New areas affected by butchery marks during this experiment and corresponding codes (see table 3): a- talus, b- distal end of metatarsal bone, c- proximal phalanx, d- mesial phalanx. In green: skinning marks, in purple: cut marks produced during removal of tendons, in grey: ubiquitous cut marks. The Ph1-b and Ph2-b codes have been defined during the T&H experiments but new surfaces have been affected during the experiment as shown in lighter green (a: anterior surface, p: posterior surface, ab: abaxial surface).
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8989/img-12.png
File image/png, 35k
Title Tableau 3. Opérations de boucherie en lien avec les différentes stries observées sur les ossements. a- Codes définis sur la base des expériences réalisées dans le cadre du PCR T&H (Soulier, Costamagno 2017 ; Soulier et al. 2022). Les codes en gras correspondent à des stries qui n’avaient pas été observées lors de ces expériences. b-  Orientation des stries (O : oblique, T : transversale, ST : subtransversale, L : longitudinale, SL : sublongitudinale). c- Portion des ossements : les os longs sont divisés en 6 portions de 1 à 6, du proximal au distal (voir Soulier, Costamagno 2017). d- Face des ossements (Med. : médiale, Ant. : antérieure, Post. : postérieure, Lat. : latérale, ab. : abaxiale). e- Activités correspondant aux stries de boucherie observées lors des boucheries expérimentales menées sur les carcasses de cerf du référentiel T&H (DC : décharnement, DS : désarticulation, DP : dépouillement, TN : prélèvement des tendons). f- Activités correspondant aux stries de boucherie observées lors de la boucherie expérimentale menée sur la carcasse de bison du référentiel T&H. g- Activités correspondant aux stries de boucherie observées lors de la boucherie expérimentale du côté droit du mouton découpé dans le cadre de cette étude. h- Activités correspondant aux stries de boucherie observées lors de la boucherie expérimentale du côté gauche du mouton découpé dans le cadre de cette étude. Butchery activities and the related cut marks observed on the bones. a- Codes defined based on the experiments carried out in the framework of T&H PCR (Soulier, Costamagno 2017; Soulier et al. 2022). The codes in bold correspond to cut marks that had not been observed during these experiments. b- Orientation of the cut marks (O: oblique, T: transversal, ST: subtransversal, L: longitudinal, SL: sublongitudinal). c- Portion of bones: the long bones are divided into 6 portions from 1 to 6, from proximal to distal (see Soulier, Costamagno 2017). d- Surface of bones (Med.: medial, Ant.: anterior, Post.: posterior, Lat. lateral, ab.: abaxial). e- Activities corresponding to the butchery marks observed during experimental butcheries in the T&H reference system (DC: defleshing, DS: disarticulation, DP: skinning, TN: removal of tendons). f- Activities corresponding to butchery marks observed during experimental butchery carried out on bison carcasse from the T&H repository. g- Activities corresponding to the butchery marks of the right side of the sheep carcass observed during the experimental butchery presented in of this study. h- Activities corresponding to the butchery marks of the left side of the sheep observed during the experimental butchery presented in this study.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8989/img-13.png
File image/png, 195k
Title Tableau 4. Nombre de stries par élément squelettique en fonction des outils utilisés pour la boucherie des membres. Number of cut marks per skeletal element according to the tools used for limb butchery.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/8989/img-14.png
File image/png, 9.1k
Top of page

References

Bibliographical reference

Émilie Campmas, Sandrine Costamagno, Antoine Souron, Vittorio Facincani, Martina Arbosti, Marine Gardeur, Thomas Lavidalie, Alexandre Napias, Jennifer Parkinson, Frédéric Santos and Francesca Romagnoli, “Des coquillages comme outils de boucherie ? Approche expérimentale et amorce de réflexion sur la question des pratiques de boucherie au Paléolithique moyen en contexte littoral de l’Afrique du Nord”PALEO, Hors-série | 2023, 376-395.

Electronic reference

Émilie Campmas, Sandrine Costamagno, Antoine Souron, Vittorio Facincani, Martina Arbosti, Marine Gardeur, Thomas Lavidalie, Alexandre Napias, Jennifer Parkinson, Frédéric Santos and Francesca Romagnoli, “Des coquillages comme outils de boucherie ? Approche expérimentale et amorce de réflexion sur la question des pratiques de boucherie au Paléolithique moyen en contexte littoral de l’Afrique du Nord”PALEO [Online], Hors-série | Décembre 2022, Online since 15 November 2023, connection on 22 February 2024. URL: http://journals.openedition.org/paleo/8989; DOI: https://doi.org/10.4000/paleo.8989

Top of page

About the authors

Émilie Campmas

† Travaux et Recherches Archéologiques sur les Cultures, les Espaces et les Sociétés (TRACES) – UMR 5608, CNRS, Université Toulouse II Jean-Jaurès, FR-31000 Toulouse.

By this author

Sandrine Costamagno

TRACES – UMR 5608, CNRS, Université Toulouse - Jean Jaurès, 5 allées Antonio Machado, 31058 Toulouse cedex 9, France

By this author

Antoine Souron

Université de Bordeaux, CNRS, MCC, PACEA, UMR 5199, Bâtiment B2, Allée Geoffroy St. Hilaire, CS 50023, 33600 Pessac, France

Vittorio Facincani

TRACES – UMR 5608, CNRS, Université Toulouse - Jean Jaurès, 5 allées Antonio Machado, 31058 Toulouse cedex 9, France

Département des Humanités – Section des Sciences préhistoriques et anthropologiques, Université de Ferrare, Corso Ercole I d’Este 32, 44121 Ferrare, Italie

Martina Arbosti

Alma Mater Studiorum - Università di Bologna, Dipartimento di Storia Culture Civiltà, Via Zamboni, 33, 40126 Bologna, Italie

Marine Gardeur

TRACES – UMR 5608, CNRS, Université Toulouse - Jean Jaurès, 5 allées Antonio Machado, 31058 Toulouse cedex 9, France

Thomas Lavidalie

Université de Bordeaux, CNRS, MCC, PACEA, UMR 5199, Bâtiment B2, Allée Geoffroy St. Hilaire, CS 50023, 33600 Pessac, France

Alexandre Napias

Université de Bordeaux, CNRS, MCC, PACEA, UMR 5199, Bâtiment B2, Allée Geoffroy St. Hilaire, CS 50023, 33600 Pessac, France

Jennifer Parkinson

Department of Anthropology, University of San Diego, 5998 Alcalá Park, San Diego, CA 92110, États-Unis.

Frédéric Santos

Université de Bordeaux, CNRS, MCC, PACEA, UMR 5199, Bâtiment B2, Allée Geoffroy St. Hilaire, CS 50023, 33600 Pessac, France

By this author

Francesca Romagnoli

Departamento de Prehistoria y Arqueología, Universidad Autónoma de Madrid, Ciudad Universitaria de Cantoblanco - 28049 Madrid, Espagne

By this author

Top of page

Copyright

CC-BY-NC-ND-4.0

The text only may be used under licence CC BY-NC-ND 4.0. All other elements (illustrations, imported files) are “All rights reserved”, unless otherwise stated.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search