Skip to navigation – Site map

HomeNuméros45-1Recensions Enzel Y. et Bar-Yosef O. (dir.) ...

Recensions

Enzel Y. et Bar-Yosef O. (dir.) 2017. Quaternary of Levant. Environments, climate change and humans. Cambridge : Cambridge University Press. 771 p.

Michel Rasse
p. 151-153

Full text

1Ce très bel ouvrage de 771 pages présente un état de la recherche foisonnante sur les interactions climat / environnement / évolution de l’Homme durant le Quaternaire au Levant. Ciblant essentiellement le Sud-Est de la Turquie, le Liban, la Syrie, la Jordanie et Israël, les 84 articles qui le composent sont organisés en six parties structurées : 1. « The Evolution of Current Landscapes and Basins » ; 2. « Palaeoclimates » ; 3. « Archaeology of Human Evolution » ; 4. « Palaeoecology » ; 5. « Quaternary Geomorphology » ; 6. « Humans in the Levant ». Bien qu’inégales en nombre de contributions, ces différentes parties ont le mérite de faire le point sur les approches et les résultats de nombreuses missions de recherche, la plupart pluridisciplinaires, qui ont pour point commun un espace depuis longtemps devenu objet scientifique. Car le Levant se présente aux chercheurs comme un espace fort intéressant pour analyser les évolutions environnementales quaternaires. Haut lieu de confrontation de plaques et de microplaques tectoniques, espace soumis à différentes zones climatiques ayant fluctué spatialement au cours du temps, le Levant est aussi un espace majeur pour la compréhension de l’histoire humaine et pour la diffusion des peuplements depuis l’Afrique.

2La première partie (« The Evolution of Current Landscapes and Basins»), est conçue comme une actualisation des connaissances géologiques (lato sensu), géomorphologiques et climatiques sur le Levant. Les différentes phases de compression / décrochement / extension qui expliquent les grands volumes de relief sont analysées en les replaçant dans le contexte régional si particulier des plaques et microplaques tectoniques. L’accent est mis, notamment dans l’environnement de la “deep sea fault, sur le rôle des phases d’érosion oligocène, miocène et pliocène – qui, sans aboutir à des aplanissements systématiquement élaborés, sont à l’origine des caractéristiques géomorphologiques –, et sur les différentes phases de soulèvement, la dernière (depuis 1,8 Ma) expliquant la mise en place du réseau hydrographique et les paysages actuels (Y. Avni ; A. Matmon et E. Zilberman). Ces deux articles sont complétés un peu plus loin par la présentation des différentes phases néogènes et quaternaires du volcanisme du Levant (Y. Weinstein et A. Heimann). Tandis que les conditions climatiques et la variabilité des phénomènes météorologiques de la région sont replacées dans le contexte de la circulation atmosphérique globale (Y. Kushnir et al.), R. Shaar et E. Ben-Yosef listent les différentes séquences sédimentaires du Levant datées par paléomagnétisme. De leur côté, U. Schattner et al. posent le problème du calage chronologique des sédiments de l’Est méditerranéen étudiés par sismique-réflexion, les unités sédimentaires témoignant de discordances nettes vers 2,8 ± 0,2 Ma mais aussi vers 1,7 ± 0,1 Ma, grosso modo de part et d’autre du Gélasien (2,58 à 1,8 Ma, étage géologique intégré que très récemment dans le Quaternaire).

3Les articles de la deuxième partie (« Palaeoclimates»)ont tous pour objectif principal la présentation des connaissances stratigraphiques et chronologiques du Quaternaire du Levant. Les sédiments lacustres du bassin de la mer Morte sont désormais relativement bien connus et bien datés (surtout par méthodes isotopiques 230Th/238U et 234U/238U). À la Sédon Formation (antérieure à 718 ka à Arubotaim Cave) succèdent l’Amora Formation (ca. 780 à 140 ka subdivisée en cinq sous-unités dans la séquence de Arubotaim Cave), la Samra Formation (ca. 167 à 67 ka dans la vallée de Pérazim) et la Lisan Formation (de ca. 67 à 14-13 ka). Ces séquences sédimentaires, présentées successivement par N. Waldmann et al., A. Torfstein, N. Waldmann et M. Stein, S. L. Goldstein, permettent de se faire une idée assez précise des fluctuations du niveau du lac depuis le stade isotopique 7, synthétisées par A. Torfstein et Y. Enzel (on appréciera notamment les figures 13.2-4 en couleurs dans la partie centrale du volume). La chronologie de la Lisan Formation est également comparée aux données géochronologiques issues des récifs coralliens de la mer Rouge (M. Stein et al.). Il est fait de même dans cette deuxième partie pour la géomorphologie (A. Frumkin) et la géoarchéologie (P. Goldberg) des grottes du Levant, lesquelles se trouvent précisées par l’analyse des spéléothèmes, avec la synthèse sur le Levant de M. Bar-Matthews et al., et l’étude approfondie de la stalagmite K1-2010 de Kanaan Cave (Liban) parS. Verheyden et al. (voir notamment la figure p. 168). Ces contributions enrichissent grandement les données paléo-environnementales et sont complétées par les approches de J. A. Rech et al. et de F. Gasse et al.

4Il serait vain, pour la troisième partie (« Archaeology of Human Evolution») de rappeler l’extrême richesse archéologique du Levant et de lister les très nombreux sites étudiés – pour certains depuis plusieurs décennies. La présentation se fait par site ou par groupes de sites, et non comme dans la dernière partie du volume par période et/ou par zone géographique : ‘Ubeidiya (O. Bar-Yosef et M. Belmaker), Gesher Benot Ya‘aqov (N. Goren-Inbar), Bizat Ruhama (Y. Zaidner), Qesem Cave (A. Gopher et R. Barkai), Tabun Cave (A. Ronen), Misliya Cave (M. Weinstein-Evron et al.), Hayonim Cave (O. Bar-Yosef et al.), Kebara Cave (L. Meignen et al.), Qafzeh (B. Vandermeersch et O. Bar-Yosef), Nahal Amud (E. Hovers et al.), Ksar ‘Akil (C. Bergman et al.), Manot Cave (O. Marder et al.), Mughr el-Hamamah (A. J. Stutz et L. Nilsson Stutz), Ohalo II (D. Nadel), Eynan – Ain Mallaha (F. R. Valla et al.), Hilazon Tachtit Cave (L. Grosman et N. D. Munro), Dederiyeh Cave (T. Akazawa et Y. Nishiaki) et Wadi al-Hasa (G.A. Clark et al.). Les différentes séquences stratigraphiques et les archéoséquences sont successivement présentées au lecteur, mais on regrette toutefois que de nombreux sites ne soient pas associés à cette présentation générale (on pense notamment à tous les sites de Syrie centrale comme Hummal et Umm el Tlelqui ne sont finalement intégrés que partiellement dans la dernière partie de l’ouvrage – avec l’article sur le Paléolithique inférieur de Syrie par J.-M. Le Tensorer).

5Le parti pris de la quatrième partie (« Palaeoecology»)est assez novateur dans la volonté de lier recherches paléoenviron-nementales et activités humaines. À la nécessité de comprendre les effets des grandes fluctuations paléoclimatiques sur les faunes et flores durant le Quaternaire (ou en tout cas à certains moments-clés de l’histoire humaine) s’associe la volonté de mettre en évidence l’exploitation des ressources alimentaires par les populations préhistoriques. Ainsi, E. Weiss met en évidence la grande variété des végétaux exploités eten tire le régime végétal des populations à Kebara, à Ohalo II et à Gesher Benot Ya‘aqov. Les contributions d’I. Zohar et D. E. Bar-Yosef Mayer montrent à leur tour l’importance des ressources halieutiques dans l’alimentation et soulignent l’importance de la pêche en Méditerranée (zones estuariennes comprises) à partir du début du Natoufien. Les autres textes de cette quatrième partie relèvent d’approches plus classiques, palynologiques (T. Litt et C. Ohlwein) et archéozoologiques (R. Rabinovich). M. Belmaker reprend la problématique de la diffusion de taxons africains durant le Pléistocène inférieur (avec les périodes plus humides centrées autour de 2-1,6 Ma, de 1,4-1,2 Ma et de 1-0,8 Ma) et G. Bar-Oz et L. Weissbrod tentent d’estimer les biomasses mammaliennes depuis la fin du Pléistocène, en mettant en évidence le rôle des sociétés dans les modifications enregistrées depuis 15 000 ans.

6Treize articles constituent la cinquième partie (« Quaternary Geomorphology») de ce volume. Cette partie est consacrée essentiellement à l’étude des formations superficielles et à leurs évolutions pédologiques (sept articles au total), à l’évolution des systèmes fluviaux (trois articles) et du littoral (deux articles), auquel se rajoute un article sur l’estimation des taux d’érosion (par analyse des nucléides cosmogéniques) dans la marge occidentale de la “deep sea fault”. Notre attention a été notamment portée sur les articles consacrés aux lœss du désert de Negev (O. Crouvi et al. ; Y. Erel et al.) dont les caractéristiques paléoenvironnementales ne sont pas sans rappeler celles tirées des recherches menées tant au Maroc (travaux de A. Weisrock et al.) qu’au Mali et Sénégal (travaux de L. Lespez, de M. Rasse ou encore d’A. Garnier et al.). L’accumulation de poussières issues des zones désertiques, déposées durant les périodes les plus sèches et remaniées par les eaux (dans un espace où il pleut aujourd’hui entre 100 et 300 mm) explique les accumulations sédimentaires et permet l’élaboration de chronologies très précises (paléo-pédogénèses comprises) qui profitent largement à l’étude du passé des sociétés préhistoriques. Et cela d’autant plus que les méthodes géoarchéologiques et géochimiques permettent de réduire grandement les inter-rogations. Ces travaux sont complétés par l’approche de J. Roskin et H. Tsoar, sur la dynamique de la mise en place des corridors dunaires de la péninsule du Sinaï et du Negev (voir fig. 56.5-7). Les textes portant sur l’évolution des systèmes fluviaux montrent à quel point les approches géomorphologiques classiques ont encore du bon (N. Greenbaum et E. Zilberman ; T. Oguchi et al. ; Y. Avni et al.), même si les méthodes géoarchéologiques et géochrono-logiques modernes les complètent grandement. Le couplage tectonique / morphogenèse alluviale est abordé par Y. Avni et al. qui illustrent parfaitement leur modèle conceptuel par la figure 52.6. Enfin, les deux articles sur la plaine côtière d’Israël (M. Harel et al. ; D. Sivan et N. Greenbaum) précisent l’évolution du littoral depuis le dernier interglaciaire (on regrettera néanmoins la difficulté de lecture des cartes, pourtant détaillées, de la fig. 50.1) et présentent leur modèle d’accrétion dunaire pour la période 60-5 ka.

7Enfin la dernière partie, intitulée (« Humans in the Levant»)etla plus importante en nombre d’articles (vingt-sep), est essentiellement consacrée à une recension des recherches les plus récentes et à des synthèses chronologiques. D’emblée, le lecteur discerne toutefois assez mal la structure et la cohérence de cette partie – essentiellement organisée par approches « périodiques », ce qui paraît légitime – mais dans laquelle s’intercalent trois articles de paléoanthropologie (Y. Rak, A.-M. Tillier et B. Arensburg, I. Hershkovitz et B. Arensburg) et qui se termine par quelques courts textes très généraux sur l’apparition de l’agriculture (M. Özdoğan) ou la domestication des plantes et des animaux (A. Gopher et al. ; J.-D. Vigne et al.). Si la plupart des articles portant sur les différentes périodes tentent les synthèses chronologiques et/ou régionales attendues, on regrette également l’orientation choisie de synthèses limitées à une approche spatiale nationale (huit articles sur les vingt-sept) ou régionale (dix articles), approches spatiales qui limitent à notre avis sérieusement toute généralisation à l’échelle globale ou, au moins, continentale. Dans ce foisonnement, les recherches menées en Jordanie occupent une place privilégiée (huit articles dont deux consacrés au Paléolithique supérieur et à l’Épipaléolithique du bassin d’Azraq). Les recherches au Liban, en Turquie, en Syrie et en Israël sont également bien représentées. On peut souligner, dans cette recension, les deux articles de A. Belfer-Cohen et A. Nigel Goring-Morris qui tentent une synthèse du Paléolithique supérieur en transcendant les frontières actuelles, élargissant l’analyse à tout le Sud du Levant, de l’Euphrate à la mer Rouge.

8Les éditeurs – Yehouda Enzel et Ofer Bar-Yosef – ont réuni ici 158 contributeurs qui livrent là une excellente mise au point sur les recherches menées tous azimuts sur le Quaternaire et la Préhistoire du Levant. On ne peut que les féliciter de cette initiative. Ils soulignent eux-mêmes dans leur introduction être dans la continuité de l’ouvrage The Quaternary of Israël publié en 1979 sous la direction de A. Horowitz, premier ouvrage tentant de faire un premier bilan global sur les connaissances portant sur le Quaternaire. Depuis ce premier ouvrage, les recherches sur le Quaternaire ont été démultipliées, à tel point qu’il devient difficile de tenter les synthèses tant attendues. Pourtant, tant scientifiquement que pédagogiquement, et au même titre que cet ouvrage portant essentiellement sur le temps long du Quaternaire, il faudrait le « pendant » du temps court de l’Holocène, voire de l’Anthropocène (conçu ici comme la période pendant laquelle l’Homme a transformé ses écosystèmes naturels en anthroposystèmes, depuis le Néolithique donc…), il faudrait tenter dans les années qui viennent le véritable bilan chronostratigraphique et chronoculturel de plusieurs décennies de recherches. Travailler sur les interactions climat / environnement / évolution de l’Homme nécessite une très fine connaissance des échelles spatio-temporelles des évolutions mises en évidence et, seule la réelle confrontation des différentes temporalités permet d’éviter toute explication simpliste. La juxtaposition dans l’ouvrage d’articles essentiellement disciplinaires, de recherches préhistoriques focalisées sur un pays ou une région et l’absence de synthèses chronologiques pluridisciplinaires nuisent à la portée de la probable ambition éditoriale initiale.

Top of page

References

Bibliographical reference

Michel Rasse, Enzel Y. et Bar-Yosef O. (dir.) 2017. Quaternary of Levant. Environments, climate change and humans. Cambridge : Cambridge University Press. 771 p.”Paléorient, 45-1 | 2019, 151-153.

Electronic reference

Michel Rasse, Enzel Y. et Bar-Yosef O. (dir.) 2017. Quaternary of Levant. Environments, climate change and humans. Cambridge : Cambridge University Press. 771 p.”Paléorient [Online], 45-1 | 2019, Online since 08 September 2021, connection on 21 June 2024. URL: http://journals.openedition.org/paleorient/616; DOI: https://doi.org/10.4000/paleorient.616

Top of page

About the author

Michel Rasse

CNRS, UMR 5133 Archéorient, Université de Lyon 2, Lyon – France

Top of page

Copyright

CC-BY-4.0

The text only may be used under licence CC BY 4.0. All other elements (illustrations, imported files) are “All rights reserved”, unless otherwise stated.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search