Navigation – Plan du site

AccueilNuméros9Archéologie du paysage et géograp...

Archéologie du paysage et géographie : entre observation, transferts et co-construction

Sandrine Robert
Traduction(s) :
Landscape archaeology and geography: between observation, transfers and co-constructions [en]

Résumé

Autant que le concept d’espace, celui de temps semble avoir régi les relations entre archéologie du paysage et géographie depuis la fin du xixe siècle. On peut dégager une première période qui lie géographie et sciences historiques dans une perception cyclique de la dynamique des formes. À partir des années 1960, les complémentarités théoriques apparaissent plus difficiles car le modèle explicatif change en géographie, favorisant la vision d’un présent qui n’est plus lié dynamiquement au passé. Depuis les années 1990, la théorie de l’auto-organisation et le concept de la résilience, en introduisant le temps comme agent à part entière des organisations, rendent à nouveau propices les co-constructions théoriques.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Dès 1921, Jean Brunhes et Camille Vallaux, dans Géographie de l’Histoire, et Osbert Guy Stanhope Crawford, dans The Man and his past, tentaient d’éclaircir la relation entre géographie et archéologie (Brunhes, Vallaux, 1921 ; Crawford, 1921). Dresser un tableau complet de cette interaction dépasserait le cadre de cette contribution. Je propose de l’interroger à partir de la thématique du paysage et des structures agraires qui a été un creuset privilégié pour ces échanges (pour un autre point de vue, voir par exemple : Gentelle, 1995).

1 - Complémentarité et interdépendance dans le temps cyclique

2En 1921, Jean Brunhes et Camille Vallaux, pour définir la relation entre géographie et d’autres sciences sociales, écrivaient : « l’histoire, l’archéologie, la préhistoire, l’anthropologie, l’ethnologie, les sciences économiques et statistiques [...] comprennent et expriment toutes que le fait isolé peut être susceptible d’interprétations si contradictoires qu’il ne doit pas être étudié isolément ; il faut le replacer dans le courant de vie qui l’a créé ; il est le chaînon d’une chaîne... » (Brunhes, Vallaux, 1921 : 21).

3Pour comprendre cette conception, il faut la replacer dans la théorie du changement des formes adoptées par les géographes à la fin du xixe siècle. Elle favorise une vision cyclique, issue des sciences de la vie, qui trouve son expression dans l’idée de cycle d’érosion ou d’« âges des formes topographiques » (Brunhes, 1925 : 11, en ital. dans le texte). Selon cette théorie, précisée par William M. Davis (1850-1934) et importée en France par Henri Baulig, les formes du relief s’inscriraient dans des séries évolutives suivant une succession irréversible, aboutissant à un état final dégradé de la forme originelle (Coque, 1996 : 367). Cette notion de cycle fut transférée aux faits géographiques humains et Jean Brunhes, par exemple, propose : « avant tout [de] rechercher à quelle cause ces phénomènes ont dû leur naissance, et si le point où ils en sont indique la maturité ou annonce la déchéance » (Brunhes, 1925 : 13). L’archéologie, comme l’Histoire, sont alors convoquées pour fournir les éléments de datation susceptibles de définir la genèse ou l’état d’avancement d’un phénomène. Cette organisation des savoirs fut formalisée dans le projet de géographie rétrospective de Roger Dion. Alors que les historiens et les archéologues situent leur point de vue dans le passé en tentant d’établir un tableau exhaustif des périodes anciennes, les géographes font un tri parmi les faits historiques pour ne garder que ceux qui ont laissé des traces dans le présent ou peuvent l’expliquer (Dion, 1949 ; 1957 ; Flatrès, 1994). Le passé est mobilisé pour établir une « généalogie de ce qui s’est maintenu en se transformant » (Verdier, 2009 : 13).

4Pour Brunhes et Vallaux, l’échange entre l’archéologie et la géographie est construit particulièrement autour de la cartographie. Dans la première moitié du xxe siècle, elle s’impose pour le géographe, comme le moyen de généraliser les observations, en corrigeant les limites d’une vision locale, et comme un moyen d’explication (Clozier, 1942 : 111-112). Dans cet esprit, Brunhes et Vallaux incitent les archéologues à l’utiliser pour définir de « vraies époques », comme le Néolithique par exemple, et non « de simples constructions locales » (Brunhes, Vallaux, 1921 : 30-31).

5On retrouve la même position chez O. G. S. Crawford, pour qui la cartographie est nécessaire pour définir “the extent in space of a given culture during a given period” (Crawford, 1921 : 79, c’est lui qui souligne). Mais il signale qu’il faut aller plus loin en replaçant les sites archéologiques dans leur contexte géographique. Il propose, par exemple pour le Sussex, des cartes associant la répartition des établissements « celto-romains » et « anglo-saxons » avec les pentes, l’eau, des traces de champs sur les pentes supérieures des plateaux (Crawford, Keiller, 1928 : 8-9, fig. 1-2). Il applique ainsi le modèle explicatif des géographes qui repose sur les notions de « combinaison » (Vidal de la Blache, 1913) ou de « connexité » (Brunhes, 1925 : 36). La cartographie opère à la fois la généralisation et l’explication par la mise en relation d’éléments. Cette idée de combinaison s’exprime particulière- ment à travers la notion de « paysage » qui établit des liens entre des caractéristiques morphologiques humaines et des caractéristiques naturelles (Dion, 1934). La géographie ne se contente pas de donner un simple catalogue de faits localisés ou de permettre la généralisation de l’observation locale, elle apporte une explication scientifique en organisant les formes en ensembles où les parties se conditionnent mutuellement comme partie d’un tout. Le paysage constitue ainsi une « synthèse » préalable à l’analyse (Meynier, 1970).

6Durant cette première période, l’étude des structures agraires devient un lieu d’échanges privilégié entre géographes et archéologues qui partagent des thématiques et surtout une méthode : l’analyse morphologique. Forgée dans les sciences naturelles, elle permet aux géographes et aux archéologues, dans la deuxième moitié du xixe siècle, d’établir leurs propres systèmes de catégorisation. Les deux disciplines donnent une place centrale à l’observation (terrain) et à l’explication des faits matériels. Ces derniers doivent permettre de « discerner le fait social qui y est enveloppé » (Brunhes, Vallaux, 1921 : 42). La morphologie, en plaçant la géographie et l’archéologie du côté des sciences de l’observation, leur permet de prendre de la distance par rapport à l’histoire, leur discipline-mère, où l’étude des documents écrits prévaut.

  • 1 Fernand Joly les associe en 1972 dans un compte-rendu (Joly, 1972).

7Après la Première Guerre mondiale, les archéologues et les géographes construisirent ainsi les conditions d’exploitation d’une nouvelle source : la photographie aérienne. Elle servit de base à l’analyse morphologique des paysages autant du côté de la géographie que de l’archéologie. Il paraît significatif que les deux manuels qui font date dans ce domaine dans les années 1960-70 soient écrits, l’un par un géomorphologue, Jean Tricart, et l’autre par un historien sensible à l’archéologie et ayant joué un rôle important dans l’analyse morphologique des parcellaires : Raymond Chevallier (Tricart et al., 1970 ; Chevallier, 1971).1Les photographies aériennes permettaient d’analyser le paysage « de façon synthétique » (Chevallier, 1976 : 507) et la photo-interprétation favorisa la collaboration entre les deux disciplines (Snacken, 1964 : 232). Durant cette première période, la synthèse est donc plutôt du côté de la géographie qui fournit la théorie du changement et le modèle explicatif à travers le concept de paysage, ce qui place l’archéologie en position d’auxiliaire. Elle fournit les points d’amers pour se situer dans le cycle : « Les sciences auxiliaires de l’histoire et de la géographie donnent d’importants renseignements […]. L’archéologie date les objets découverts dans les talus et les champs. » (Meynier, 1970 : 9-10). Cependant, on peut déceler aussi une forme de dépendance de la géographie par rapport aux sciences du passé puisque dans la perception cyclique du temps, le présent est lié au passé par une dynamique commune. La connaissance du passé est alors nécessaire pour expliquer le présent.

2 - Une phase d’observation réciproque

8Dans la deuxième phase, commencée dans les années 1960, le modèle explicatif de la géographie se déplace des relations homme-milieu vers les relations sociales et économiques. Fonctions et flux sont surinvestis au détriment de la forme. La géographie cherche à mettre en évidence des processus, des lois à travers la méthode déductive. Pour certains géographes, la cartographie classique apparaît comme un « langage statique » qui n’est plus adapté comme outil de synthèse car il privilégie le « visible du paysage » au détriment des ressorts invisibles de l’espace : processus de décision, diffusion de l’information, etc. (Dauphiné, 1998 : 57). L’analyse morphologique est progressivement remplacée par les modèles mathématiques et schémas explicatifs.

9Cependant, au moment où une partie des géographes délaissent le paysage comme modèle explicatif, les archéologues s’en saisissent pour élaborer la Landscape archaeology (Aston, Rowley, 1974). En 1977, Raymond Chevallier organise en France le premier colloque « d’Archéologie du paysage » qu’il inscrit dans une double tradition de recherche : celle des géographes, depuis Vidal de la Blache jusqu’à Georges Bertrand, et celle des historiens comme Marc Bloch ou Emilio Sereni (Chevallier, 1976 : 507). Maurice Le Lannou fait la conférence inaugurale du colloque et Georges Bertrand une contribution, où il propose d’inscrire l’archéologie du paysage dans la perspective de l’écologie historique (Chevallier, 1978).

  • 2 Pour Gérard Chouquer, ce rejet de l’analyse morphologique du paysage expliquerait que l’archéogéogr (...)

10À partir des années 1970, les archéologues continuent à développer les méthodes et outils de la morphologie, en partie délaissés par les géographes. Le « séminaire de photo-interprétation et de topographie historique », créé par Raymond Chevallier à l’EPHE en 1963, est fréquenté à la fois par des archéologues, des cartographes et des urbanistes et son manuel de photo-interprétation s’adresse à un public dépassant largement la communauté historique (Chevallier, 1971). Avec l’aide d’ingénieurs, les historiens et archéologues mettent au point des outils de plus en plus sophistiqués pour l’analyse des paysages comme la méthode du filtrage optique (Chouquer, Favory, 1981), l’analyse des périodicités et des directions (Charraut, Favory, 1995) ou la reconnaissance des formes (Robert et al., 2013). Mais à partir des années 1970-1980 les liens entretenus entre géographes et archéologues autour de l’analyse morphologique et de la photo-interprétation se distendent face à la critique de l’analyse morphologique2 et à l’utilisation des scènes satellitaires, peu accessibles aux archéologues. Parallèlement, l’archéologie agraire et du paysage tarde à appliquer la méthode systémique malgré les exhortations de Georges Bertrand qui, dès 1975, invite les historiens et les archéologues à l’utiliser (Bertrand, Bertrand, 1975 ; Bertrand, 1978 ; 1991). Il y voit la condition pour fonder une archéologie agraire et une archéologie du paysage qui seraient plus « qu’un conglomérat de recherches […] sans communication entre elles et sans projet d’ensemble » (Bertrand, 1991 : 16). La nouvelle géographie privilégie le temps des flux et des fonctions (Bailly, 1998). Le présent ne s’explique plus par la genèse d’un processus commencé dans le passé mais par des relations économiques et sociales sans cesse réactualisées. Passé et présent ne sont plus interrogés dans une relation dynamique car les géographes n’ont plus besoin du passé pour expliquer le présent. Dans L’Ère des techniques, par exemple, Pierre Georges qualifie les strates héritées du paysage de « décors d’autrefois » figés dans « la résistance de petites économies périmées et de populations vieillies, qui ont manqué le train de la modernisation » (Georges, 1974 : 22).

11Pour autant, les échanges entre les deux disciplines se multiplient à partir des années 1970 autour de l’analyse spatiale et de l’analyse urbaine (sans les détailler toutes, voir notamment les études citées dans Djindjian, 1991). Ils portent en particulier sur l’utilisation des méthodes d’analyse spatiale (Site Catchment Analysis, théorie des places centrales, modèles gravitaires etc.) et, à partir des années 1990, sur le développement de nouveaux outils comme les systèmes d’information géographique (Rodier, 2011). Mais fondamentalement, les rapports entre archéologie et géographie restent centrés autour de l’observation d’une succession d’états plutôt que la compréhension de véritables dynamiques. Dans le domaine de l’archéologie agraire et du paysage, les géographes semblent en posture d’observation plus que de véritable collaboration : ils sont invités à faire les préfaces (Le Lannou, 1978 ; Bertrand, Bertrand 1975 ; Bertrand, 1991), on décèle peu de co-constructions théoriques, ou méthodologiques communes.

3 - Des co-constructions dans les temporalités non-linéaires

  • 3 En archéologie, la systémique fut particulièrement active dans le domaine des hydrosystèmes fluviau (...)

12À partir des années 1990, la période devient plus propice aux co-constructions notamment grâce à une adoption plus large de l’analyse systémique de la part de la communauté archéologique. En 1997, Gérard Chouquer intitule le tome 3 de la série « Les formes du paysage » : « L’analyse des systèmes spatiaux ». Il y propose de remplacer le schéma classique disciplinaire par une approche systémique basée sur les relations entre éco-système, socio-système et morpho-système. Il y fait explicitement référence aux travaux des géographes comme Claude et Georges Bertrand, Roger Brunet, Philippe Pinchemel, etc. (Chouquer, 1997)3.

13La systémique est alors au cœur du programme européen Archaeomedes (1992-1999) qui a joué un rôle moteur dans le rapprochement entre géographes et archéologues. Ce projet visait à mettre en évidence les dynamiques anthropiques et naturelles impliquées dans la dégradation de l’environnement méditerranéen, et particulièrement dans la désertification (van der Leeuw, 1998). Il s’est traduit, en France, par une recherche portant sur la résilience d’un système de villes qui a contribué à importer la théorie de l’auto-organisation et la résilience en archéologie et en géographie (Durand-Dastès et al., 1998). En démontrant que la structure du peuplement du Midi de la France était déjà en place à l’Antiquité romaine et que les mutations des époques modernes et contemporaines n’avaient fait qu’adapter l’héritage antique et médiéval, les chercheurs proposèrent de puiser leur modèle explicatif dans celui de l’auto-organisation. Dans cette conception, la forme de l’organisation résulte des interactions entre les éléments qui composent le système plus que d’une mise en ordre imposée de l’extérieur, et le temps devient un des acteurs de la structuration des organisations (Durand-Dastès et al., 1998 : 17).

14Pour comprendre comment la structure globale du réseau de villes s’était maintenue au prix d’incessantes réorganisations de l’habitat, les chercheurs proposèrent d’utiliser le concept de résilience qui implique « une faculté d’adaptation à des changements externes mais aussi à la production ou à l’adoption d’innovations techniques et culturelles… » (Durand-Dastès et al., 1998 : 13-14). Dans sa thèse réalisée dans le cadre du programme Archaeomedes, Cristina Aschan-Leygonie propose de transférer le concept de résilience en géographie, à partir de la définition donnée par l’écologue Crawford S. Holling, qui définit la résilience comme la capacité pour un système d’absorber et même d’utiliser les perturbations et les changements qui l’atteignent sans qu’il y ait de changement qualitatif dans sa structure (Aschan-Leygonie, 1998 ; 2000 ; van der Leeuw, Aschan- Leygonie, 2000). Après une perturbation, le système n’est pas marqué par un retour à l’équilibre, il réagit au contraire de manière créatrice, grâce à de multiples changements et réajustements (Aschan-Leygonie, 2000 : 65). Dans cette conception, changements et perturbations apparaissent comme inévitables et même nécessaires à la dynamique et au maintien du système.

15Ces propositions arrivèrent en archéogéographie, au moment où on commençait à comparer massivement les données planimétriques avec celles du terrain dans le cadre des travaux en archéologie préventive. Or, les incohérences apparaissaient de plus en plus nombreuses entre les datations supposées des formes selon des modèles morpho-historiques et synchroniques, et celles obtenues sur le terrain (Robert, 2003a). Certaines trames parcellaires, réseaux routiers etc. semblent se développer, au-delà des cadres culturels et politiques qui les ont initiées, dans des chronologies non linéaires, marquées par des phénomènes de hiatus et de reprise. Elles sont réappropriées par les sociétés qui les réinvestissent différemment (Marchand, 2003). Ce n’est donc pas l’inertie qui transmet un système dans le temps mais la transformation à des échelles inférieures qui contribue à maintenir une macro-structure (Robert, 2003b). En 2003, j’ai utilisé les travaux de Cristina Aschan-Leygonie pour proposer un modèle d’articulation des échelles spatio-temporelles expliquant la résilience des itinéraires routiers régionaux, de l’Antiquité à aujourd’hui, par les transformations incessantes qui s’opèrent aux échelles micro (modelé) et méso (emprise) (Robert, 2003c).

  • 4 Plus largement, sur le rôle central que l’archéologie pourrait jouer dans la recherche sur l’enviro (...)

16La théorie de la résilience, qui a connu une diffusion importante en géographie à partir de la deuxième moitié des années 2000 par le biais de la géographie des risques, fait aujourd’hui l’objet de nombreux débats et l’étude des systèmes dans la longue durée apparaît comme un des moyens de dépasser les limites actuelles du concept (Reghezza-Zitt et al., 2012 ; Djament-Tran, 2015). En 2003, l’archéologue Charles L. Redman et l’écologue Ann P. Kinzig ont consacré un article d’une trentaine de pages à l’apport de l’archéologie à la théorie de la résilience (Redman, Kinzig, 2003)4.

17Plus récemment, Ann P. Kinzig indique que la définition de la résilience aurait tout à gagner à intégrer la recherche sur les « cultural lanscapes » menée en sciences sociales, car elle donne à voir une relation complexe entre homme et nature (Kinzig, 2012). La géographe Géraldine Djament-Tran propose d’« historiser la résilience » pour mieux saisir les jeux d’échelles temporelles et plaide en faveur d’un transfert et d’un dialogue avec les travaux d’historiens et de géohistoriens qui n’emploient en général pas le terme de résilience mais interrogent la continuité des trajectoires urbaines à travers les notions de pérennité urbaine ou de reproduction spatiale (Djament-Tran, 2015 : 75-76).

  • 5 Voir par exemple les travaux autour de la Resilience Alliance (https://www.resalliance.org) ou le p (...)

18Une contribution possible de l’histoire et de l’archéologie se dégage ainsi autour de la définition du rôle des structures héritées dans les systèmes actuels (Aschan-Leygonie, 2000 : 75). Les sciences historiques favoriseraient aussi l’apprentissage des effets des perturbations passées car elles permettent de les observer sur la longue durée (dans le domaine de l’exploitation des sols par exemple : Redman, Kinzig, 2003). Des contributions apparaissent possibles également sur la théorisation du modèle de changement dit panarchique qui est proposé par des théoriciens de la résilience (Gunderson, Crawford, 2002). Dans ce modèle, les chercheurs ont du mal à s’entendre sur ce qui correspond à un changement majeur appelé aussi bifurcation (Reghezza-Zitt, 2012). L’archéologie peut permettre d’observer des cycles complets et d’identifier les véritables et profondes transforma- tions ainsi que d’évaluer leur extension géographique (Redman, Kinsig, 2003). L’apport de l’archéologie et plus largement des sciences historiques apparaît fondamental pour mieux apprécier l’articulation des échelles spatio-temporelles dans la résilience des systèmes socio-spatiaux. L’analyse des paysages dans la longue durée et l’archéogéographie sont particulièrement bien placées pour participer à ce débat (Kinzig, 2012). Au sein de réseaux interdisciplinaires, des groupes de travail permettent d’affiner le concept de résilience5. En donnant une place à la longue durée dans la dynamique même des systèmes, il réintroduit une articulation heuristique entre géographie et archéologie.

Conclusion

19Aujourd’hui, les conditions apparaissent donc favorables pour les échanges et les co-constructions conceptuelles entre archéologues et géographes. En effet, le temps a été réintroduit comme un agent à part entière de la compréhension de la construction et de la résilience des systèmes. Contrairement au schéma qui liait archéologie et géographie dans le temps cyclique, le présent n’est pas lié au passé par un processus prédéterminé. Il apparaît plutôt comme une remobilisation des potentiels ouverts par le passé comme le montre par exemple l’emploi de la notion d’uchronie en archéogéographie (Chouquer, 2007 : 266-267). Archéologues et géographes partagent aussi plus largement une méthode à travers l’analyse systémique et des outils communs comme les systèmes d’information géographiques (SIG) qui font la synthèse entre les différentes traditions en associant à la fois les dimensions descriptives, modélisatrices et quantitatives. Par la formalisation des données, ils rendent ces dernières interopérables entre les deux groupes et facilitent les transgressions disciplinaires.

Haut de page

Bibliographie

Aschan-Leygonie C., 1998 - La résilience d’un système spatial : l’exemple du Comtat. Une étude comparative de deux périodes de crises au xixe et au xxe siècle, Paris, Université Paris 1.

Aschan-Leygonie C., 2000 - Vers une analyse de la résilience des systèmes spatiaux, L’Espace géographique, 29 (1), 64-77.

Aston M., Rowley T., 1974 - Landscape archaeology: an introduction to fieldwork techniques on post-Roman landscapes, London / Vancouver, Newton Abbot / David and Charles.

Bailly A., 1998 - Les concepts de la géographie humaine, Paris, Armand Colin.

Bertrand G., Bertrand C., 1975 - Pour une histoire écologique de la France rurale, in Duby G., Wallon A. (dir.), Histoire de la France rurale, Tome 1, Paris, Éditions du Seuil, 34-111.

Bertrand G., 1991 - La mémoire des terroirs, in Guilaine J. (dir.), Pour une archéologie agraire, 11-17.

Bertrand G., 1978 - Archéologie du paysage dans la perspective de l’écologie historique, in Chevallier R. (dir.), Actes du colloque Archéologie du Paysage, Paris, ENS mai 1977, Caesarodunum, 13, 132-138.

Brunhes J., Vallaux C., 1921 - Géographie et histoire des origines, in Géographie de l’Histoire, Paris, Felix Alcan, 27-40. Brunhes J., 1925 - La géographie humaine, 1, Paris, Felix Alcan.

Charraut D., Favory F., 1995 - La restitution des parcellaires anciens et des limitations antiques à partir des techniques de la télédétection et du traitement d’images, in Non Destructive Techniques Applied to Landscape Archaeology, Colloque Populus, Pise / Sienne, 31 p.

Chevallier R., 1971 - La photographie aérienne, Paris, Armand Colin.

Chevallier R., 1976 - Le paysage palimpseste de l’histoire : pour une archéologie du paysage, Mélanges de la Casa de Velázquez, 12 (1), 503-510.

Chevallier R. (dir.), 1978 - Actes du colloque Archéologie du Paysage, Paris, ENS mai 1977, Caesarodunum, 13. Chouquer G., 2011 - Une discipline sans mandat, Études rurales, 188, 179-187.

Chouquer G., 1997 - La place de l’analyse des systèmes spatiaux dans l’étude des paysages du passé, in Chouquer G. (dir.), Les Formes du paysage, Tome 3 L’analyse des systèmes spatiaux, Paris, Errance, 14-25.

Chouquer G., 2007 - Quels scénarios pour l’histoire du paysage ? Orientation de recherche pour l’archéogéographie, essai, Universités de Coïmbra et Porto, 266-267.

Chouquer G., Favory F., 1981 - Un outil pour l’analyse des paysages et la recherche des structures antiques : le filtrage optique des photographies aériennes, Revue d’archéométrie, 5, 41-50. Clozier R., 1942 - Histoire de la géographie, Paris, Presses universitaires de France.

Coque R., 1996 - Géomorphologie, in Encyclopaedia Universalis France S. A., 366-369.

Crawford O. G. S., 1921 - Time aspect and Space-aspect, in Man and his Past, London, Oxford University Press, 78-89.

Crawford O. G. S., Keiller A., 1928 - Wessex from the Air, Clarendon Press.

Dauphiné A., 1998 - Espace terrestre et espace géographique, in Bailly A. (coord.), Les concepts de la géographie humaine, Paris, Armand Colin, 51-62.

Dion R., 1934 - Essai sur la formation du paysage français, Tours, Arrault.

Dion R., 1949 - La géographie rétrospective, Cahiers internationaux de sociologie, 6, 3-27.

Dion R., 1957 - La géographie historique, in Chabot G., Clozier R., Beaujeu-Garnier J. (dir.), La géographie française au milieu du xxe siècle, Paris, Baillère et fils éd., 183-186.

Djament-Tran G., 2015 - La résilience, une question d’échelle, in Reghezza-Zitt M., Rufat S., Résiliences : sociétés et territoires face à l’incertitude, aux risques et aux catastrophes, Londres, ISTE, 61-79. Djindjian F., 1991 - Méthodes pour l’archéologie, Paris, Armand Colin.

Durand-Dastès F., Favory F., Fiches J. L., Mathian H., Pumain D., Raynaud C., Sanders L., van der Leeuw S., 1998 - Des oppida aux métropoles : Archéologues et géographes en vallée du Rhône, Paris, Éditions Anthropos. Flatrès P., 1994 - La géographie rétrospective, Hérodote. Revue de géographie et de géopolitique, 3-4, 63-69.

Gentelle P., 1995 - Géographie et archéologie, in Bailly A., Pumain D., Ferras R., Encyclopédie de Géographie, Paris, Economica, 221-233.

Georges P., 1974 - L’Ère des techniques constructions ou destructions ?, Presses universitaires de France. Gunderson L. H., Holling C. S. (eds.), 2002 - Panarchy: understanding transformations in human and natural systems, Washington DC, Island Press.

Joly F., 1972 - Deux ouvrages récents sur la photographie aérienne, Annales de Géographie, 81, 444, 230-232. Kinzig A. P., 2012 - Towards a deeper understanding of the social resilience: the contributions of cultural landscapes, in Plieninger T., Bieling C. (eds.), Resilience and the cultural landscape: understanding and managing change in human-shaped environments, Cambridge, University Press, 315-327.

Le Lannou M., 1978 - Les paysages fossiles, in Chevallier R. (dir.), Actes du colloque Archéologie du Paysage, Paris, ENS, mai 1977, Caesarodunum, 13, 2-12.

Marchand C., 2003 - Des centuriations plus belles que jamais ?, Études rurales, 167-168, 3, 93-113. Meynier A., 1970 - Les paysages agraires, Paris, Armand Colin.

Redman C. L., Kinzig A. P., 2003 - Resilience of past landscapes: resilience theory, society, and the longue durée, Conservation ecology, 7 (1), art. 14.

Reghezza-Zitt M., Rufat S., Djament-Tran G., Le Blanc A., Lhomme S., 2012 - What resilience is not: uses and abuses, Cybergeo: European Journal of Geography (http://cybergeo.revues.org).

Robert S., 2003a - Archéologie préventive et morphologie : deux points de vues scientifiques différents, in Actes du colloque AGER V : Actualité de la recherche en histoire et archéologie agraires, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 41-53.

Robert S., 2003b - Comment les formes se transmettent-elles ?, Études rurales, 167-168, 115-132.

Robert S., 2003c - L’analyse morphologique entre archéologie, urbanisme et aménagement du territoire. Exemples d’études de formes urbaines et rurales dans le Val-d’Oise, Paris, Université Panthéon-Sorbonne - Paris 1.

Robert S., Grosso E., Chareille P., Noizet H., 2013 - MorphAl (Morphological Analysis) : un outil d’analyse de morphologie urbaine, in Lorans E., Rodier X. (dir.), Archéologie de l’espace urbain, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, 451-465.

Rodier X. (dir.), 2011 - Information spatiale en archéologie, Paris, Éditions Errance.

Snacken F., 1964 - Interprénétration de deux disciplines. L’archéologie et la géographie, in Chevallier R. (éd.), Colloque international d’archéologie aérienne, Paris, SVEPEN, 231-234.

Tricart J., Rimbert S., Lutz G., 1970 - Introduction à l’utilisation des photographies aériennes : en géographie, géologie, écologie, aménagement du territoire, Paris, Société d’édition d’Enseignement supérieur.

van der Leeuw S. (dir.), 1998 - Understanding the natural and anthropogenic causes of land degradation and desertification in the Mediterranean basin: the Archaeomedes project. Synthesis, Luxembourg, Office for the official publications of the European Communities.

van der Leeuw S., Aschan-Leygonie C., 2000 - A long-term perspective on resilience in socio-natural systems, Working Papers of the Santa Fe Institute, 01-08-042, Abisko, Sweden, May 22-26.

van der Leeuw S., Redman C. L., 2002 - Placing Archaeology at the Center of Socio-Natural Studies, American Antiquity, 67, 597-605.

Verdier N., 2009 - Les relations entre histoire et géographie en France : tensions, controverses et accalmies, Storica, 40, 65-114.

Vidal de la Blache P., 1913 - Des caractères distinctifs de la géographie, Annales de Géographie, 22, 124, 289-299.

Haut de page

Notes

1 Fernand Joly les associe en 1972 dans un compte-rendu (Joly, 1972).

2 Pour Gérard Chouquer, ce rejet de l’analyse morphologique du paysage expliquerait que l’archéogéographie possède

3 En archéologie, la systémique fut particulièrement active dans le domaine des hydrosystèmes fluviaux où on trouve aussi des exemples concrets de co-constructions théoriques associant géographes et archéologues.

4 Plus largement, sur le rôle central que l’archéologie pourrait jouer dans la recherche sur l’environnement : van der Leeuw, Redman, 2002.

5 Voir par exemple les travaux autour de la Resilience Alliance (https://www.resalliance.org) ou le projet de recherche REAL : Resilience in East African landscapes (http://www.real-project.eu), associant archéologues, anthropologues, écologues, géographes et historiens. En France, la résilience est examinée dans le lexique spatio-temporel en cours de rédaction dans le groupe « Systèmes de peuplement sur le temps long », associant des géographes et des archéologues dans le Laboratoire d’Excellence « Dynamiques Territoriales et Spatiales », (LabEx DynamiTe).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandrine Robert, « Archéologie du paysage et géographie : entre observation, transferts et co-construction »Palethnologie [En ligne], 9 | 2017, mis en ligne le 19 décembre 2017, consulté le 28 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/palethnologie/297 ; DOI : https://doi.org/10.4000/palethnologie.297

Haut de page

Auteur

Sandrine Robert

EHESS – CRH – GGH-Terres
Sandrine.robert [at]ehess.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Palethnologie est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search