Navigation – Plan du site

AccueilNuméros9Archéologie et histoire économiqu...

Archéologie et histoire économique : entre complicités et mésentente

Maria Cecilia D’Ercole
Traduction(s) :
Archaeology And Economic History: between affinities and discord [en]

Résumé

Au-delà des points de convergence évidents, ces deux domaines disciplinaires ont souvent suivi des parcours parallèles sinon divergents. Ainsi, les premiers grands récits sur l’économie des sociétés anciennes se construisent dans l’oubli presque total des données archéologiques. Cette indifférence est même parfois ouvertement admise par des historiens pourtant attentifs à une approche globale des sociétés anciennes (M. Finley, E. Will). Ce cadre semble changer dans les années 1980, lorsque plusieurs thématiques communes à l’enquête historique et archéologique sont abordées : par exemple les recherches sur le paysage dans plusieurs régions méditerranéennes (Grèce, Italie, Afrique du Nord). Aujourd’hui, la tendance à la modélisation propre à l’histoire économique amène à sélectionner les indicateurs matériels sur la base de critères (la croissance) qui adhèrent plutôt aux comportements économiques actuels. Des terrains de convergence pluridisciplinaire restent toutefois ouverts.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 « forms of production and exchange, patterns of settlement, cultural interrelations between the Gre (...)

1Archéologie et histoire économique : les connexions entre ces deux disciplines sont à la fois évidentes et nécessaires. Évidentes, au point qu’il serait ici superflu de rappeler les nombreux terrains d’investigations où l’archéologie croise l’histoire économique. Déjà en 1967, Sally Humphreys en dressait un tableau qui n’a pas changé dans les grandes lignes : les formes de la production et de l’échange, les modèles d’occupation du territoire, les relations interculturelles entre les Grecs et les Romains et leurs voisins « Barbares », les fouilles d’établissements particuliers comme les fermes, les ateliers (Humphreys, 1967 : 374)1, nous pourrions encore y ajouter les mines et bien d’autres domaines. Nécessaires, car dans l’absence avérée d’un discours ancien sur l’économie, fait qui caractérise le monde grec aussi bien que le romain, l’archéologie fournit, dans de nombreux cas, la seule base documentaire et le seul outillage conceptuel de la réflexion historique. Pourtant, malgré cette interdépendance nécessaire, les rencontres entre les deux disciplines n’ont pas toujours été heureuses : au contraire, elles ressemblent parfois à des oublis volontaires ou à des rendez-vous manqués. Ces quelques notes se proposent de parcourir certaines étapes saillantes des relations entre ces disciplines, sans aucunement prétendre à l’exhaustivité.

1 - Les grands récits sur l’économie antique

2À la fin du xixe siècle, les premiers grands récits historiques sur l’économie antique sont nés, dans un contexte scientifique et académique particulier : leurs antagonismes pèsent encore de nos jours sur le débat scientifique (Bruhns, 2014). Pour divergents qu’ils fussent, ces récits partageaient tout de même la langue et le lieu d’origine : les milieux savants allemands des dernières décennies du xixe siècle. Ils partageaient aussi, à mon sens, l’attitude vers les données issues de la culture matérielle. Comme une analyse récente l’a bien montré (Mazza, 2008), les protagonistes de cette controverse, Karl Bücher et Eduard Meyer, puisent leurs théories dans un milieu académique allemand toujours sous l’emprise intellectuelle des idées de Leopold von Ranke, où la notion de civilisation est solidement ancrée à une sorte de typologie du développement historique. Aussi, les deux antagonistes prônent une théorie des stades de développement (les Entwicklungsstufen de Bücher) qui représentent dans leur perspective des étapes communes à l’ensemble des civilisations du passé. Ces étapes correspondent à des pratiques économiques et à des formes de vie sociale bien définies.

3Mais, à partir de ce terrain partagé, l’un et l’autre arrivent à échafauder des théories sensiblement différentes. En effet, pour Bücher, toute la civilisation ancienne rentrerait dans le stade qu’il définit comme « die geschlossene Hauswirtschaft », à savoir une économie fermée, fondée sur la cellule familiale en quelque sorte autarcique (« selbst genügende Wirtschaft »). Ce stade est essentiellement caractérisé par l’économie agricole et par l’exploitation du travail des esclaves. L’État lui-même se conduirait comme une sorte de « grande famille » voire comme un père de famille : « Auch der Staat wirtschaftete wie ein reicher Hausvater » (Bücher, 1914 : 10-11). Dans ce contexte, le commerce joue tout naturellement un rôle moindre (Bücher, 1914 : 18, « Auf der Stufe des Hauswirtschaft ist der Handel zumeist interlokaler oder internationaler Wanderhandel »).

4À l’opposé, la vision d’Eduard Meyer accentue les caractères modernes de l’économie antique, interprétée comme une sorte d’économie industrielle ante litteram. Dès lors, l’historien allemand sera amené à nier de façon dogmatique l’importance de l’esclavage dans les sociétés anciennes et à accentuer l’importance de l’échange déjà dans la société archaïque, qui ne peut guère être considérée, à son avis, comme une économie fermée (Mazza, 2008 : 53-54). Bien au contraire, déjà aux viiie et viie siècles avant notre ère, le monde grec aurait vu l’essor d’une économie de type mercantiliste, établie à une échelle bien plus large que le milieu familial et urbain. Aussi, le phénomène de la colonisation ancienne, revisité dans cette perspective, est considéré comme une emprise commerciale sur un espace territorial immense, allant du Caucase à la Crimée et à l’Ibérie. Les crises sociales des viie et vie siècles avant notre ère sont également interprétées comme les conséquences directes de l’économie monétaire, qui déchire les pouvoirs des grands gênê aristocratiques (Mazza, 2008 : 51-52). À partir de ces présupposés, Meyer est amené à insister sur la force de destruction (« zerstende Wirkung ») des grandes fortunes, qui bouleverse les bases économiques et sociales traditionnelles pour aboutir à la destruction même de la société ancienne (Mazza, 2008 : 75-76).

5Destinées l’une et l’autre à une large postérité, ces deux reconstructions concernent notre analyse sur un point précis, que d’ailleurs elles partagent, encore une fois. Ces deux visions des sociétés anciennes font presque totalement abstraction des données matérielles, ou bien les plient à leur démonstration, dans une reconstruction schématique qui trouve sa légitimité théorique dans d’autres domaines disciplinaires. En effet, ces grandes fresques n’appartiennent, ni au savoir archéologique, ni même au savoir historique sur les sociétés anciennes. Les rapprochements avec l’histoire moderne et contemporaine, l’économie et la géographie des sociétés humaines ont un impact bien plus profond que les études sur les sociétés anciennes, où les approches philologique et esthétique étaient alors largement dominantes, notamment en Allemagne. C’est ainsi dans l’oubli presque total de l’apport de l’archéologie, que les premiers modèles d’explication globale de l’économie antique s’affirment, avec un impact qui n’a pas encore épuisé sa force. Il faudra attendre la synthèse de Mikhail Rostovtzeff (1957, première édition 1926 ; Andreau, 1988), plutôt dans le courant d’Eduard Meyer sans être toutefois en accord total avec ses positions, pour que les données quantitatives que l’archéologie pouvait donner soient enfin prises en compte.

2 - Le scepticisme finleyen

6Cette première rencontre manquée sera suivie par d’autres. L’apport de l’archéologie à l’histoire économique de l’Antiquité n’arrive pas à convaincre les grands historiens, pourtant sensibles à une approche globale et novatrice des sociétés anciennes, qui les a amenés à instituer des parallèles éclairants avec les mondes moderne et contemporain, dans les domaines juridique, politique et social. Ainsi, Moses I. Finley a avoué sans difficulté ses réserves envers la culture matérielle comme base de la reconstruction historique. Cette posture découlait sans doute de la méfiance de l’historien vis-à-vis des données quantitatives, qui est bien évoquée dans le profil intellectuel dressé en 1986 par un grand historien de l’économie antique, David Whittaker, peu après la disparition de Finley (Whittaker, 1986 : 127-128). Après avoir rappelé que ces méthodes d’histoire quantitative se sont affirmées notamment avec la fondation du Journal of Economic History en 1941, appliqués d’abord à l’histoire de l’esclavage moderne, Whittaker donne deux raisons essentielles à l’hostilité de Finley pour la culture matérielle. La première est la suspicion de l’historien envers toute formule quantitative, qui avait selon lui la prétention de figer des concepts qui sont, dans la réalité, fluides et indéterminés. La deuxième raison est la défiance de Finley pour l’empirisme de matrice anglo-américaine, où le terme « cliométrie » apparaît au moins depuis le milieu des années 1960. Il faut toutefois remarquer que dans son dernier ouvrage, Ancient History. Evidence and Models (Finley, 1985 : 7-26, chapitre consacré aux sources de l’historien de l’Antiquité : « The Ancient Historian and his Sources »), Finley fait une place importante à l’apport de l’archéologie à la reconstruction historique, qui dépasse parfois le rôle des sources écrites : car « la position privilégiée du grec et du latin (…) est spécialement intenable lorsqu’il s’agit, en Grèce comme à Rome, des époques archaïques, où les sources prennent une place si considérable (…), alors que la tradition littéraire, nullement négligeable pour la quantité, est particulièrement suspecte ». Le problème pour Finley reste l’utilisation des données archéologiques au-delà de leurs capacités d’information : un thème sur lequel nous reviendrons plus loin.

  • 2 « Ma per certe epoche quali per esempio l’antichità classica le fonti scritte sono talmente rare ed (...)

7Le scepticisme de Finley est loin d’être isolé. Dans les mêmes années, plusieurs écrits d’un grand historien français, Édouard Will, ont posé la question des limites des bases documentaires archéologiques pour la reconstruction historique. Rappelons, à titre d’exemple, les « réflexions méthodologiques » présentées en 1972 à Tarente, au colloque annuel sur l’histoire et l’archéologie de la Grande Grèce, qui était cette année consacré aux faits économiques et sociaux. Dans son intervention, Will reconnaissait les avancées de la documentation archéologique qui ne saurait se soustraire, toutefois, à des « cruelles incertitudes » (Will, 1973 : 33). Aussi, sa relation exprime une méfiance radicale et ouverte envers la possibilité même « de parler de courants d’échanges, ou de relations commerciales en termes véritablement historiques si l’on ne peut définir avec précision ce qui se cache sous ces expressions – et on ne le peut jamais », car, poursuit-il, on ne connaîtra jamais la totalité des objets de l’échange, ni l’identité de ceux qui ont transporté ces biens, ni les itinéraires ou la chronologie de ces commerces. Sur toutes ces questions, les réponses partielles que l’archéologie peut donner seront « toujours insuffisantes à construire une histoire digne de ce nom » (Will, 1973 : 34). À ce jugement sans appel, je serais tentée d’opposer l’attitude bien plus accommodante d’un grand historien économiste, Carlo Cipolla. Dans un écrit méthodologique qui n’a rien perdu de sa valeur, publié en italien et en anglais, Cipolla souligne la nécessité pour l’historien d’affiner ses outils de compréhension et ses bases documentaires, d’autant plus si ses sources sont rares ou lacunaires. Cette nécessité devient ainsi impérieuse pour des époques comme l’antiquité classique, lorsque les écrits se font si aléatoires et avares d’informations. Même dans ce cas, Cipolla ne semble pas céder au scepticisme, bien au contraire : c’est alors que l’historien doit élargir son regard, en essayant de trouver des indices dans la linguistique, dans l’archéologie, dans la numismatique et dans l’épigraphie (Cipolla, 1988 : 42-43)2. C’est donc par le biais de l’histoire comme enquête, une perspective qui me paraît rejoindre la notion de « paradigme de l’indice » élaborée par Carlo Ginzburg (1979 ; 1980), que l’histoire économique et l’archéologie semblent se rapprocher.

3 - Une nouvelle confiance

  • 3 Un exemple pour tous, le travail classique de Jean-Paul Morel sur la céramique campanienne (Morel, (...)
  • 4 « Opus ha l’ambizione di voler occupare uno spazio : la storia economica e sociale del mondo antico (...)
  • 5 Pour les cadastres : Chouquer, Favory, 1980.
  • 6 Le premier volume sur la fouille de la villa de Settefinestre paraît en 1985 : Carandini, 1985.

8Les années 1980 semblent marquer un tournant positif dans ces relations, du moins pour ce qui concerne le versant européen. Tout d’abord, plusieurs thématiques communes à l’enquête historique et archéologique sont abordées : que l’on pense aux recherches sur le paysage et sur l’occupation du territoire dans plusieurs régions méditerranéennes (Grèce, Italie, Afrique du Nord), aux grands corpus céramiques et aux études des techniques de construction qui, notamment pour le monde romain, permettent d’apprécier le passage massif à l’exploitation du travail servile3. Cette période voit aussi la parution de revues spécialement consacrées à des thèmes économiques et sociaux. C’est le cas de la revue internationale Opus, créée en Italie en 1982, qui affiche d’emblée l’ambition d’avoir recours à tous types de sources, textuelles et matérielles, en leur donnant une dignité équivalente dans la reconstruction de l’histoire économique et sociale des mondes anciens. Les éditeurs soulignent la volonté de créer un véritable « bilinguisme » historique et archéologique, tout en respectant la tradition d’études et les outils méthodologiques propres à chaque corpus documentaire et à chaque domaine disciplinaire (Ampolo, Pucci, 1982)4. Les avancées réalisées à cette époque demeurent une part essentielle de notre connaissance de l’Antiquité dans plusieurs domaines : l’étude des artefacts (instrumentum domesticum), l’exploration des dynamiques territoriales5 et de la topographie urbaine, aidées par des outils d’enquête archéologique sur vaste échelle (surveys) et par l’adoption de plus en plus large de la méthode de la fouille stratigraphique. En France et en Italie, plusieurs études se concentrent alors sur le mode de production esclavagiste dans l’antiquité : les enquêtes historiques vont de pair avec les recherches menées sur le terrain, telles les fouilles de grands domaines ruraux, les villae6 et la réflexion sur l’usage du matériel archéologique par les historiens (Garlan, 1985 ; Gras, 1987). Dans ces mêmes années, un ouvrage de K. Greene sur l’archéologie de l’économie romaine présentait une synthèse sur les reconstructions possibles, à partir de l’archéologie, dans plusieurs domaines de l’histoire économique : les transports, l’agriculture, l’artisanat du métal et de la céramique (Greene, 1986). Toutefois, les signes d’un nouveau divorce guettent ces deux champs disciplinaires, eux-mêmes loin d’être figés et monolithiques.

4 - Un présent contrasté

  • 7 Ainsi, par exemple, Morris, 2006: 93: « These new questions are mostly about standards of living, a (...)
  • 8 La critique de ce modèle de la croissance a été exprimée avec des nouveaux arguments par le même au (...)

9Si proches et si lointaines : le danger de l’inattention réciproque guette toujours les différentes approches des sociétés anciennes, si complémentaires qu’elles soient. L’un de ces risques réside à mon sens dans la tendance excessive à la modélisation, courante dans l’histoire économique et dans l’économie tout court. La construction de modèles a certes l’avantage de proposer des interprétations à partir d’une organisation théorique des données. Toutefois, elle amène parfois à sélectionner les indicateurs matériels sur la base de critères proches des comportements économiques contemporains, plus que des exigences de fonctionnement des sociétés anciennes. Or, si l’on revient aux remarques de Carlo Cipolla, cette attitude est appropriée pour la démarche de l’économiste, qui a pour but la création de modèles destinés à avoir une influence pratique, mais non pas pour les historiens, qui se proposent de donner une explication du passé et doivent ainsi tenir compte de toutes les variables disponibles pour leur raisonnement (Cipolla, 1988 : 20-21). En voici quelques exemples. Les notions de risque et de survie, qui sont au cœur de la reproduction démographique dans la Grèce ancienne, par exemple, évoquent de près des théories économiques modernes. Elles sont au cœur d’un ouvrage assez récent, où l’archéologie joue un rôle somme toute assez marginal (Galant, 1991 : 15-17). Un autre cas se prête bien à montrer l’écart entre les questions posées, le fonctionnement des sociétés anciennes et l’utilisation des données matérielles. La notion de croissance est emphatisée dans plusieurs synthèses et études particulières parues dans les toutes dernières années7, concernant le monde grec aussi bien que le romain. Ces travaux explorent les modèles de croissance, avec une approche qui est à la fois spatiale et temporelle. Malgré l’intérêt de ces études, la démarche suivie pose à mon sens deux ordres de problèmes : le premier concerne la légitimité de la question en soi ; le deuxième porte sur les outils méthodologiques de la démonstration. En ce qui concerne le premier point, on ne saurait nier que la croissance est en elle-même un facteur d’importance capitale dans le développement et dans la périodisation historique. Selon certains auteurs, elle serait le cœur même de la réflexion économique. Toutefois, il serait à mon sens illusoire de penser que la question se pose de la même manière pour toutes les époques. La récente histoire économique de l’Europe moderne, publiée en 2010 par Stephen Broadberry et Kevin O’Rourke, commence exactement par constater la nouveauté qui se produit avec la révolution industrielle. À cette époque cruciale, pour la première fois dans l’histoire, la croissance démographique n’est pas suivie par une crise, car la nouvelle technologie permet de satisfaire, de manière constante, les exigences et les besoins accrus (Broadberry, Rourke, 2010). Or, cette situation est loin d’être partagée, me semble-t-il, par les sociétés anciennes. En effet, la notion de croissance ne se pose pas tout à fait dans les mêmes termes pour des sociétés où la reproduction démographique à un taux constant est déjà un signe de prospérité matérielle. Aussi, d’autres critères et paramètres apparaissent plus pertinents dans cette réflexion. On peut partager à ce propos l’avis de Roland Étienne : le fonctionnement d’une société ancienne était un peu semblable à celui d’une société d’Ancien Régime. C’est dire qu’il était jugé satisfaisant s’il permettait avant tout d’entretenir une armée assez efficace pour réussir des conquêtes, ensuite d’assurer un digne train de vie à la cour et de construire des monuments à la gloire de l’État. En soulignant les convergences entre cette conjoncture économique et celle d’autres sociétés préindustrielles, Étienne conclut que les critères de « l’efficacité » ne sont pas les mêmes que pour les sociétés contemporaines. L’analyse des sociétés anciennes doit justement rendre compte de cette différence (Étienne, 2007 : 446)8. Entendons-nous : cela ne signifie guère revenir à une vision de stagnation technologique et économique des sociétés anciennes, une question qui a fait couler des fleuves d’encre (Finley, 1965, et la relecture de Greene, 2000 ; sur le progrès technologique à Rome ; Domergue, Bordès, 2006). Cette position vise plutôt à chercher les clefs des explications des faits économiques en déconstruisant les dynamiques de fonctionnement propres à chaque société, dont les sociétés anciennes. Sur le versant de l’économie romaine (qui englobe en réalité une pluralité d’économies, tant dans le sens temporel que spatial), Gloria Vivenza a récemment souligné la nécessité de distinguer l’économie des Romains par rapport aux modèles de production postérieurs (Vivenza, 2012 : 25). Elle affirme la priorité de la production agraire, en ajoutant: « This supremacy of the countryside, even in a context where various forms of economic activity had reached significant levels, is undoubtedly a feature that distinguishes the Roman economy from those that followed, in which the most dynamic sector invariably prevailed » (Vivenza, 2012: 28).

10Or, il me semble qu’encore une fois, les données archéologiques sont évoquées dans les études plus récentes au sein d’une réflexion quantitative visant à montrer justement une tendance unidirectionnelle de la croissance, dont les données matérielles seraient des révélateurs. Aussi, l’archéologie est souvent évoquée lorsqu’il faut établir la notion d’échelle, entendue comme mesure de grandeur : échelle des territoires, des propriétés, de la superficie urbaine. On retrouvera ce type de raisonnement, par exemple, dans l’étude récente de François de Callataÿ qui réhabilite – avec un brin de provocation – la notion de « miracle grec » par le biais de la quantification. Il s’agit de montrer, à partir d’indicateurs concrets, la croissance globale de la société grecque entre la phase archaïque et l’époque hellénistique. Les indicateurs retenus sont la taille (qui serait moyennement plus élevée pour les Grecs que pour les Romains), l’espérance de vie (là encore, les Grecs vivraient plus longtemps que les Romains), le degré d’urbanisation et la superficie des maisons, évaluée en moyenne entre 290 m2 (Olynthe) et 205 m2 (Priène), enfin les salaires, estimés à Athènes à une drachme par jour dans le secteur de la construction (de Callataÿ, 2012 : 64-69). Or, sans rentrer dans la question du choix des indicateurs, il est intéressant de décortiquer la formation de ces données. Prenons par exemple la superficie des maisons, un critère que plusieurs auteurs ont utilisé, de W. Scheidel à I. Morris (Manning, Morris, 2005) à bien d’autres. Il s’agit certes d’un indicateur apparemment objectif car fondé sur une simple mesure. Toutefois, il est difficile d’extraire de cette mensuration (objective) une donnée de valeur (relative) car nous ignorons le nombre des cas considérés. Qui plus est, ce même critère objectif demande à être croisé avec d’autres indicateurs qui sont, quant à eux, plus aléatoires car plus subjectifs ou difficiles à reconstruire : par exemple le décor, qui est indice du luxe plus ou moins accentué d’une maison, ou bien la notion de volume, donc la présence éventuelle d’étages, qui n’est pas prise en compte dans ce genre d’estimations. En revanche, le seul indicateur de la superficie risque de produire des généralisations. Considérons deux exemples opposés. Les maisons de Mégara Hyblaea en Sicile, présentent au viie siècle av. J.-C. une dimension standardisée et égalitaire de 15 à 20 m2, de superficie couverte ; la superficie restante de 100 à 120 m² n’est pas édifiée (Gras, Tréziny, 2004 : 533-537). Toutefois, cette mesure standard ne pourra livrer aucune information sur le fait que plusieurs maisons aient pu être regroupées et acquises par un seul groupe familial. Un cas opposé peut se produire pour des maisons de grande superficie, qui peuvent se trouver dans les cités grecques classiques et hellénistiques.

  • 9 Sur cet intéressant dossier, Nevett 2000.
  • 10 Comme le fait par exemple Azoulay, 2010 : 129, qui adopte ce salaire présumé d’une drachme par jour (...)

11Or, Sylvie Rougier-Blanc a montré dans son enquête récente sur la pauvreté en Grèce ancienne que ces grandes maisons ont pu appartenir à un seul occupant mais qu’elles ont pu aussi être habitées par plusieurs familles. Cette pratique de la synoikia, le partage de l’habitation, offrait la possibilité d’un hébergement aux citoyens plus modestes et constituait une source de revenus pour le propriétaire. Quant aux montants de ces locations, ils sont tellement variables à décourager toute forme de calcul moyenne (Rougier-Blanc, 2014). Un cas très significatif, qui résume toutes les possibilités ici considérées, est le dossier des baux de vente des maisons d’Olynthe, connu à la fois par les restes archéologiques de l’habitat et par les inscriptions qui y ont été retrouvées, datant de la première moitié du ive siècle av. J.-C. On constate ici que les estimations de la valeur des propriétés ont une fourchette extrêmement large, allant de 230 à 5 300 drachmes par maison : la variation de prix et donc de la valeur estimée s’expliquent non seulement par la superficie, qui reste bien entendu le critère de base, mais aussi par une série importante de variables allant de l’emplacement plus ou moins central à la présence d’un étage à l’existence de divisions internes qui supposent la vente de l’ensemble ou d’un partie seulement du bâtiment9. On peut aussi évoquer des cas qui montrent la contradiction entre certains indicateurs matériels : le site de Spina (fin vie-iiie siècles av. J.-C.), à l’embouchure du Pô, apparaît à ce sujet exemplaire. Cet habitat, fouillé, il est vrai, seulement en partie, a une apparence très modeste et une extension limitée (6 hectares seulement). Or, en dépit de sa forme rudimentaire, ce site a livré des mobiliers funéraires fastueux et les restes d’un décor urbain non négligeable, tels des bassins en marbre cycladique (Sassatelli, 1977 : 119, n. 7, fig. 3c : 133). C’est dire, là encore, à quel point des indicateurs isolés peuvent s’avérer trompeurs. La question des salaires permet d’ajouter quelques arguments à ce sujet. Le calcul standard du salaire à une drachme par jour se fonde essentiellement, à ma connaissance, sur un seul texte épigraphique, à savoir les comptes du chantier de l’Érechthéion de 409/408 (Feyel, 2006, avec bibliographie précédente), où il est question d’un salaire d’une drachme par jour pour certaines catégories professionnelles, notamment l’architecte et le secrétaire (grammateus). L’information vient certes d’une source épigraphique, mais elle concerne un contexte archéologique bien connu. Or, cette indication fait référence à des contrats limités dans le temps et relatifs à une tâche précise, qui ne sauraient donc être considérés ni comme une norme ni comme un seuil standard de comparaison10. Bien au contraire, des recherches approfondies récemment menées sur les rémunérations dans les chantiers de Delphes, Épidaure et Délos, montrent bien que les salaires sont le produit d’une négociation constante et circonstanciée qui ne se laisse pas réduire à une norme établie ou à une abstraction arbitraire (Feyel, 2006 : 408-428 ; ainsi que l’excellent mémoire de thèse encore inédit de V. Mathé, 2010). Plus généralement, il me paraît toujours actuel de prendre en compte les critiques du modèle de la croissance déjà exprimées par Whittaker dans l’article cité de 1986. Il écrivait à ce sujet que les modèles de croissance séparent toujours le produit national brut de la croissance individuelle (pro capite). Or, dans une société essentiellement agraire à technologie réduite, cette dernière est un facteur essentiel, car l’augmentation de la population peut entraîner à la fois l’augmentation du PIB et la chute du revenu individuel. Qui plus est, pour les sociétés anciennes, nous ne disposons pas des variables sur l’augmentation de la production et sur l’activité de marché. Or, entre richesse individuelle et croissance, il n’y a pas de relation cause-effet : malgré cela, remarque-t-il, régulièrement, archéologues et historiens de l’antiquité considèrent que l’augmentation des habitats, des constructions et des artefacts de luxe sont les signes sûrs d’une croissance pro capite. Cela est loin d’être sûr : si on évoque des cas de comparaison qui disposent de données quantitatives plus importantes que les sociétés anciennes, telle la société polonaise à l’époque féodale, on constate que la production et les revenus individuels peuvent diminuer, alors que la construction de bâtiments et les artefacts de luxe augmentent (Whittaker, 1986 : 130). Bien évidemment, il ne s’agit guère de nier l’existence de phases de croissance dans les sociétés et dans les économies anciennes. Il me semble toutefois qu’appliquer cette clef de lecture aux dynamiques et aux finalités des économies antiques produirait la superposition arbitraire de problématiques toutes contemporaines, là encore susceptibles de controverses (Meda, 2013), aux sociétés anciennes.

Conclusion

  • 11 Sur la centralité urbaine des ateliers grecs : Sanidas, 2013, notamment : 213-245. Sur le statut so (...)

12Nier la possibilité d’une histoire économique à partir de l’archéologie ? Loin s’en faut. Une synthèse récente sur l’archéologie et le commerce montre bien, dans une perspective comparatiste et diachronique, la grande variété des orientations thématiques et des implications disciplinaires (spatiales, symboliques, sociales, anthropologiques) qui s’ouvrent à partir d’une telle enquête pluridécennale, toujours en devenir (Oka, Kusimba, 2008). Plusieurs résultats de l’enquête archéologique ont un impact réel sur la compréhension des mécanismes de l’économie antique. L’un de ces champs d’application les plus féconds me paraît être la recherche sur les espaces de l’artisanat, qui se développe aussi bien pour les sociétés grecques que pour le monde romain. Ici, les études sur l’emplacement et la répartition des lieux de l’artisanat montrent bien la centralité et la visibilité des ateliers (travail de la céramique et du métal), qui ont assurément un impact sur la considération sociale de l’activité productive11. Pour le monde romain, des études récentes ont revisité l’économie pompéienne à partir de l’observation des espaces de la production et de la vente : par exemple, l’analyse des structures des ateliers de boulangers est menée non seulement par rapport à ce commerce spécifique, mais aussi par rapport à leur capacité à animer les activités économiques de différents corps de métiers (maçons, charpentiers, forgerons) et biens (pierre et marbres, bois et combustibles), à différentes échelles, locales et lointaines, en appliquant le concept de « système technique » (Monteix 2017 : 233-235). Les observations sur la répartition des espaces, par exemple les ateliers de textiles (fullonicae) permettent une nouvelle approche de la question de la division du travail dans ces mêmes sociétés (Flohr, 2011 : 95-96).

13L’archéologie s’affirme donc comme base possible de l’explication de comportements économiques et sociaux. Toutefois, la question de la limite des informations qu’on peut extraire des données matérielles est bien réelle et n’a pas radicalement changé par rapport aux doutes soulevés par Finley en 1985. Considérons un cas éloquent, l’étude des restes des fours de potiers : l’archéologie arrive à informer sur la distribution, sur le type de produit et sur la capacité de production, mais, en l’absence de textes, elle ne pourra pas éclairer les rapports de propriété, les contrats de travail et le statut, libre ou dépendant, des travailleurs : pour le dire avec M. I. Finley, « the ownership of potteries and their labour force are unknown except for a relatively small number of cases in which amphora –marks indicate the presence or absence of slaves among the work-force. Our ignorance in this respect includes such central aspects as the relationship of the potters and potteries to the ownership of the land (including clay-beds), to the men involved in the trade, or to ‘branches’ in other places » (Finley, 1985: 24). Le poids de cette absence peut être vérifié dans des études récentes. Les excellents travaux de F. Laubenheimer sur un important atelier de fabrication d’amphores dans le Midi de la France (Sallèles d’Aude) ont pu apporter une série de données essentielles sur la typologie des produits (les amphores gauloises G 4), sur la technique et sur le volume de la production, sur les acteurs mêmes du travail (la présence de noyaux familiaux) (Laubenheimer, 1990). Ces recherches exploitent avec rigueur et finesse toutes les données que l’on peut extraire sur la base de l’enquête archéologique et des vestiges matériels. Toutefois, en l’absence de toute information onomastique, les relations de propriété et les statuts de la main d’œuvre restent inconnus, tout comme Finley l’avait prédit quelques années auparavant. Ce silence concerne aussi d’autres domaines. Je pourrais citer un exemple que j’ai abordé dans mes précédents travaux : la circulation et le travail de l’ambre depuis l’âge du Fer jusqu’à l’époque romaine impériale. Les analyses effectuées sur quelques échantillons, de plusieurs provenances et époques, montrent que les ambres gravés retrouvés dans plusieurs sites méditerranéens, notamment sur les sites tyrrhéniens et adriatiques, proviennent, pour la quasi-totalité, de la mer Baltique. Cette origine prouve l’existence d’un réseau très large de circulation et d’échange (D’Ercole, 2008 : 9-18). L’analyse stylistique de plusieurs pièces montre également l’ampleur de la mobilité d’ateliers et d’individus, de la Grèce de l’Est à l’Étrurie et à l’Italie Méridionale (D’Ercole, 2008 : 52-61 ; 2013 : 22-28). Or aucun texte, ni littéraire ni épigraphique, n’accompagne ou n’éclaire ces vastes mouvements. Nous pouvons seulement supposer des échanges non monétaires qui accompagnent sans doute des matières premières (métaux, céréales), qui empruntent des itinéraires fluviaux et qui impliquent une chaîne de passages successifs dans lesquels la valeur de la matière et des artefacts vient à augmenter sensiblement. On mesure là la force et les limites d’un processus d’échange presque entièrement démontré par l’archéologie : d’une part, les objets matériels révèlent l’ampleur géographique et la longue durée de tels circuits d’échange, d’autre part, l’absence presque totale de sources ne permet guère de connaître les formes d’acquisition de la matière brute, ni de quantifier sa valeur et le coût de son travail, l’organisation des ateliers et bien d’autres aspects de ce phénomène. Il reste que l’observation des documents archéologiques est dans ce cas le seul indice d’un fait économique presque entièrement passé sous silence par les sources textuelles, exception faite pour quelques brèves allusions des auteurs de l’époque romaine impériale, Pline (Histoire naturelle, XXXVII, 3, 43-44) et surtout Tacite, qui livre une réflexion très perçante sur la différence de valeur de l’ambre chez les Germains et à Rome (Germanie, XLVI).

14Au terme de cette analyse, il me semble que le caractère empirique et presque artisanal des relations réciproque entre archéologie et histoire, qui était dans les vœux des éditeurs d’Opus, soit la meilleure voie pour établir une confrontation utile entre archéologie et histoire des sociétés anciennes, notamment du monde grec et romain. Cette confrontation implique l’usage méthodologiquement rigoureux de chaque type d’évidence, de leurs possibilités et de leurs limites respectives : ce qui signifie aussi garder constamment à l’esprit la notion de contexte sur le plan spatial et chronologique. À ces conditions, archéologie et histoire économique pourront écrire, sans établir aucune hiérarchie réciproque mais allant chacune au bout de ses propres possibilités, de nouvelles hypothèses et propositions d’interprétation.

Haut de page

Bibliographie

Ampolo C., Pucci G., 1982 - Premessa, Opus, I.

Andreau J., 1989 - Antique, moderne et temps présent : la carrière et l’œuvre de Michel Ivanovic Rostovtseff, in Rostovtseff M. (dir.), Histoire économique et sociale de l’Empire romain, Paris, Robert Laffont, I-LXXXIV.

Azoulay V., 2010 - Périclès. La démocratie à l’épreuve du grand homme, Paris, Armand Colin, 277 p.

Broadberry S., O’Rourke K. H., (eds.), 2010 - The Cambridge Economic History of Modern Europe, 1. 1700-1870. 2. 1870 to the Present, Cambridge, Cambridge University Press, 324 p.

Bruhns H., 2014 - Cambridge, Bordeaux ou Heidelberg. À quoi servent les ‘classiques’ ?, in Apicella C., Haack M.-L., Lerouxel F. (dir.), Les Affaires de Monsieur Andreau. Économie et société du monde romain, Bor- deaux, Ausonius Éditions (Scripta Antiqua 61), 29-41.

Bücher K., 1914 - Volkswirtschaftliche Entwicklungsstufen, in Bücher K., Schumpeter J., Freiherrn von Wieser F. (Hrsg.), Grundriss des Socialökonomik. 1 Abteilung. Wirtschaft und Wirtschaftswissenschaft, Tübingen, J. C. B. Mohr, P. Siebeck, 1-18.

Callataÿ de F., 2012 - Le retour (quantifié) du miracle grec, in Konuk K. (dir.), Stéphanéphoros. De l’économie antique à l’Asie Mineure. Hommages à Raymond Descat, Bordeaux, Ausonius Éditions, 63-76.

Carandini A., 1985 - Settefinestre : una villa schiavistica nell’Etruria Romana. 1., La villa nel suo insieme Modena, Panini, 206 p.

Chankowski V., Karvonis P., Malmary J. J., 2012-2013 - Délos. Programme entrepôts et lieux de stockage (rapports 2012), Bulletin de correspondance hellénique, 136-137, 851-859.

Cipolla C. M., 1988 - Tra due culture. Introduzione alla storia economica, Bologne, Il Mulino, 272 p. [éd. en anglais : Between two cultures: an Introduction to Economic History, New York / London, W.W. Norton & Co., 1991].

Chouquer G., Favory F., 1980 - Contribution à la Recherche des Cadastres antiques, Besançon, Paris, Les Belles Lettres (Annales littéraires de l’Université de Besançon 236), 90 p.

D’Ercole M. C., 2008 - Ambres gravés du Département des Monnaies, Médailles et Antiques, Paris, Bibliothèque nationale de France, 123 p.

D’Ercole M. C., 2013 - Ambres gravés. La collection du département des Antiquités grecques, étrusques et romaines du Musée du Louvre, Paris, Somogy / Louvre éditions, 148 p.

D’Ercole M. C., 2014 - Skutotomos, sutor. Status et représentations du métier de cordonnier dans les mondes grecs et romains, in Apicella C., Haack M.-L., Lerouxel F. (dir.), Les Affaires de Monsieur Andreau. Économie et société du monde romain, Bordeaux, Ausonius Éditions (Scripta Antiqua 61), 233-249.

Descat R., 2006 - Le marché dans l’économie de la Grèce antique, Revue de Synthèse, 2 (12), 255-272.

Domergue C., Bordes J.-L., 2006 - Quelques nouveautés techniques dans les mines et la métallurgie à l’époque romaine : leur efficacité et leurs effets sur la production, in Lo Cascio E. (dir.), Innovazione tecnica e Progresso economico nel Mondo romano, Atti degli incontri capresi di storia dell’economia antica : Capri 13-16 aprile 2003, Bari, Edipuglia, 197-223.

Étienne R., 2009 - Compte rendu de R. Descat (dir.), Approches de l’économie hellénistique, Saint-Bertrand de Comminges, Entretiens d’Archéologie et d’Histoire, EAHSBC 7, 2006, Topoi, 16 (2), 445-450.

Étienne R., 2010 - Historiographie, théories et concepts, in Étienne R. (dir.), La Méditerranée au viie s. av. J.-C. (Essais d’analyses archéologiques), Paris, Éditions de Boccard (Travaux de la Maison René Ginouvès 7), 3-21.

Feyel C., 2006 - Les Artisans dans les Sanctuaires grecs aux Époques classique et hellénistique à travers la Documentation financière en Grèce, Athènes, École française d’Athènes (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome 318), 572 p.

Finley M. I., 1965 - Technical Innovation and Economic Progress in the Ancient World, The Economic History Review, New Series, 18 (1), 29-45.

Finley M. I., 1985 - Ancient History. Evidence and models, London, Chatto & Windus, 131 p.

Flohr M., 2011 - Exploring the limits of skilled craftsmanship. The fullonicae of Roman Italy, in Monteix N., Tran N. (dir.), Les Savoirs professionnels des Gens de Métier, Études sur le monde du travail dans les sociétés urbaines de l’empire romain, Naples, Centre Jean Bérard, 87-100.

Gallant T. W., 1991 - Risk and Survival in Ancient Greece. Reconstructing the Rural Domestic Economy, Cambridge, Polity press, 267 p.

Garlan Y., 1985 - De l’usage par les historiens du matériel amphorique grec, Dialogues d’Histoire ancienne, 11, 239-255.

Ginzburg C., 1979 - Spie. Radici di un paradigma indiziario, in Aldo Gargani (dir.), Crisi della ragione, Torino, Einaudi, 57-106.

Ginzburg C., 1980 - Signes, traces, pistes. Racines d’un paradigme de l l’indice, Le Débat, 6, 3-44. Gras M., 1987 - Amphores commerciales et histoire archaïque, Dialoghi di Archeologia, 2, 41-50.

Gras M., Tréziny H., Broise H., 2004 - Mégara Hyblaea. 5. La ville archaïque. L’espace urbain d’une cité grecque de Sicile orientale, Rome, École française de Rome (Mélanges d’archéologie et d’histoire, Suppléments), 648 p.

Greene K., 1986 - The Archaeology of the Roman Economy, London, B. T. Ltd., Batsford, 192 p.

Greene K., 2000 - Technological innovation and economic progress in the Ancient World: M.I. Finley Reconsidered, The Economic History Review, 53 (1), 29-59.

Heichelheim F. M., 1958 - An ancient economic History from the Palaeolithic Age to the Migrations of the Germanic, Slavic and Arabic Nations, Leiden (first edition, Cambridge 1938), 245 p.

Humphreys S., 1967 - Archaeology and the Social and Economic History of Classical Greece, Parola del Passato, 116, 374-400.

Laubenheimer F., 1990 - Sallèles d’Aude. Un complexe de potiers gallo-romain : le quartier artisanal, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme (Documents d’archéologie française 26), 158 p.

Manning J.G., Morris I., 2005 - The Ancient Economy, Evidence and models, Stanford, Stanford University Press, 285 p.

Mathé V., 2010 - Les Prix de la Construction en Grèce au ive et iiie siècles avant J.-C. Étude sur les chantiers financés par les sanctuaires de Delphes, d’Épidaure et de Délos, Thèse de doctorat, Lyon, Université Lumière-Lyon II, 3 vol. 

Mazza M., 2008 - Was ist (die antike) Wirtschaftsgechichte? Teoria economica e storia antica prima di Bücher, Meyer e Rostovtzeff, in Andreau J., Berelowitch W. (dir.), Michel Ivanovitch Rostovtzeff, Bari, Edipuglia, 37-78.

Méda D., 2013 - La Mystique de la Croissance : comment s’en libérer, Paris, Flammarion, 310 p.

Meyer E., 1910 - Geschichte des Altertums. Erster Band, Erste Hälfte. Einleitung, Elemente der Anthropologie, Stuttgart/ Berlin, J. G. Cotta, 252 p.

Meyer E., 1912 - Histoire de l’Antiquité. Tome Premier. Introduction à l’étude des sociétés anciennes (évolution des groupements humains), Paris, P. Geuthner, 284 p.

Monteix N., 2017 - Urban production and the Pompeian economy, in Flohr M., Wilson A. (eds.), The Economy of Pompei, Oxford, Oxford University Press, 209-241.

Morel J.-P., 1981 - Céramique campanienne; les formes, Rome, École française de Rome (BEFAR 244), 690 p. Nevett L., 2000 - A real estate ‘market’ in Classical Greece? The example of town housing, Annual of the British School at Athens, 95, 329-343.

Oka R., Kusimba C. M., 2008 - The archaeology of trading systems, part 1: towards a new trade synthesis, Journal of Archaeological Resources, 16, 339-395.

Rostovtzeff M. I., 1957 - Social and economic History of the Roman Empire, Oxford, Clarendon Press, 847 p. Rougier-Blanc S., 2014 - Architecture et/ou espaces de la pauvreté: habitats modestes, cabanes et « squats » en Grèce ancienne, in Galbois E., Rougier-Blanc S. (dir.), La Pauvreté en Grèce ancienne. Formes, représentations, enjeux, Bordeaux, Ausonius Éditions (Scripta antiqua 57), 105-135.

Sanidas G. M., 2013 - La Production artisanale en Grèce. Une approche spatiale et topographique à partir des exemples de l’Attique et du Péloponnèse du viie au ier siècle avant J.-C., Lille, Comité des travaux historiques et scientifiques (Collection archéologie et histoire de l’Art 33), 291 p.

Sassatelli G., 1977 - L’Etruria padana e il commercio dei marmi nel V secolo, Studi Etruschi, 45, 109-147. Snodgrass A., 1983 - Archaeology, in Crawford M. (ed.), Sources for Ancient History, Cambridge, Cambridge University Press (Sources of History, studies in the uses of historical evidence), 137-184.

Vivenza G., 2012 - Roman economic thought, in Scheidel W. (ed.), The Cambridge companion to the Roman economy, Cambridge, Cambridge University Press (Cambridge companions to the ancient world), 25-44.

Whittaker C. R., 1986 - La cliometria e lo storico, Opus, V, 127-132.

Will E., 1973 - La Grande Grèce, milieu d’échanges, in Economia e società nella Magna Grecia, Atti del XII convegno di studi sulla Magna Grecia, Taranto 1972, Napoli, 21-67.

Haut de page

Notes

1 « forms of production and exchange, patterns of settlement, cultural interrelations between the Greeks and Romans and their subjects or barbarian neighbours, (…) excavation of new type of site (farms, workshops…) »

2 « Ma per certe epoche quali per esempio l’antichità classica le fonti scritte sono talmente rare ed avare che anche la lente di ingrandimento più potente non basta. E allora lo storico deve guardarsi d’attorno. (…) lo storico (…) cerca di cavare indizi dalla linguistica, dall’archeologia, dalla numismatica, dall’epigrafia ».

3 Un exemple pour tous, le travail classique de Jean-Paul Morel sur la céramique campanienne (Morel, 1981), ainsi que les travaux de Kevin Greene (1986).

4 « Opus ha l’ambizione di voler occupare uno spazio : la storia economica e sociale del mondo antico, nella sua accezione più vasta. (…) Caratteristica di Opus sarà l’utilizzazione critica di tutti i « ’sistemi’ di fonti, da quelle letterarie a quelle materiali, dando ad esse pari dignità. Dovremo lavorare perchè si giunga a un vero e proprio ‘bilinguismo’ storico-archeologico, che rispetti pero’ la specificità dei diversi linguaggi, ciascuno con la propria tradizione ».

5 Pour les cadastres : Chouquer, Favory, 1980.

6 Le premier volume sur la fouille de la villa de Settefinestre paraît en 1985 : Carandini, 1985.

7 Ainsi, par exemple, Morris, 2006: 93: « These new questions are mostly about standards of living, and, indirectly, economic growth ».

8 La critique de ce modèle de la croissance a été exprimée avec des nouveaux arguments par le même auteur : Étienne 2010 : 14-15.

9 Sur cet intéressant dossier, Nevett 2000.

10 Comme le fait par exemple Azoulay, 2010 : 129, qui adopte ce salaire présumé d’une drachme par jour pour estimer la valeur du misthos, le jeton de présence perçu par les 6 000 dikastes (juges) athéniens, correspondant à deux, puis à trois oboles par jour.

11 Sur la centralité urbaine des ateliers grecs : Sanidas, 2013, notamment : 213-245. Sur le statut social de quelques corps de métier : D’Ercole, 2014, sur les cordonniers dans les sociétés grecques et romaines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria Cecilia D’Ercole, « Archéologie et histoire économique : entre complicités et mésentente »Palethnologie [En ligne], 9 | 2017, mis en ligne le 19 décembre 2017, consulté le 03 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/palethnologie/304 ; DOI : https://doi.org/10.4000/palethnologie.304

Haut de page

Auteur

Maria Cecilia D’Ercole

École des hautes études en sciences sociales
cecilia.dercole[at]ehess.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Palethnologie est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search