Navigation – Plan du site

AccueilNuméros9Archéologie et psychanalyse : de ...

Archéologie et psychanalyse : de quoi l’enquête est-elle la quête ?

François-Xavier Fauvelle
Traduction(s) :
Archaeology And Psychoanalysis: what is the inquiry searching for? [en]

Résumé

Cet article est une réflexion comparative sur les régimes d’enquête qu’offrent deux disciplines ou pratiques d’investigation du passé, à savoir l’archéologie et la psychanalyse. Ces deux voies d’enquête régressive partent des indices (matériels ou psychiques) présents pour recouvrer le passé. Cependant, au-delà d’une similitude de façade, archéologie et psychanalyse ne proposent pas la même heuristique. Non pas parce qu’elles n’ont pas les mêmes objets, mais parce qu’elles n’ont pas la même représentation et la même pratique des modalités d’enfouissement et de recouvrement de leurs objets respectifs. Discutant l’herméneutique « hyperarchéologique » proposée par Jean Laplanche, cet article plaide en faveur d’une histoire mosaïque permettant de saisir dans la même intrigue le devenir d’un objet et chacun de ses vestiges et de ses souvenirs.

Haut de page

Texte intégral

1La forme nécessaire de la quête des choses passées est l’enquête. C’est-à-dire la procédure heuristique visant à produire un récit plausible qui intercepte dans un même plan les indices disponibles dans le présent : vestiges matériels plus ou moins entiers ou fragmentaires ou présents sous forme de négatifs, textes en tant que textes ou en tant que récits, écrits ou oraux, fixes ou performés, traces de gestes ou d’intention, rituels, mots ou structures de la langue, faits de l’esprit de toute nature, souvenirs, symptômes. Le présent article est une réflexion comparée sur les modalités d’enquête qu’offrent deux pratiques qui s’intéressent au passé : l’archéologie et la psychanalyse. Sans méconnaître les réflexions antérieures sur le sujet, ces quelques pages visent plus spécifiquement à affronter une illusion, celle de croire que les procédures d’enquête diffèrent selon que les vestiges à recouvrer sont matériels ou psychiques. Ce n’est pas le cas. Les procédures de l’enquête ne sont pas déterminées par la nature de l’objet ; ce sont au contraire elles qui informent la structure discursive de l’objet recouvré (ou, en d’autres termes, ce qu’il y a à en dire). Ce qui revient à dire que la démarche archéologique peut parfaitement s’appliquer à d’autres domaines des sciences humaines. Et pour commencer, puisqu’il vaut toujours mieux livrer d’emblée son projet implicite, mon propos vise à contribuer à la réévaluation de la place et du rôle de l’archéologie, non pas seulement comme discipline produisant des données, mais comme pratique d’investigation et comme pratique discursive (sur ce sujet, voir dernièrement Boissinot, 2015).

1 - Enquête, paradigme indiciaire et fuite de l’objet

2Il va de soi que l’on n’accède jamais au passé lui-même ; on l’élucide à la lumière d’indices parvenus dans le présent. L’archéologie et la psychanalyse sont deux formes (parmi d’autres) d’élucidation du passé. Il y a évidemment dans ces formes d’investigation des variétés contemporaines du « paradigme indiciaire » repéré par Carlo Ginzburg (1989 [1986]). Ce paradigme indiciaire naît concomitamment avec Freud, Conan Doyle et Bertillon dans les années 1870 (et trouve une brillante incarnation littéraire dans À la recherche du temps perdu de Proust, ajoute Ginzburg) ; il est le patron épistémologique auquel on doit aussi bien le techno-pouvoir bureaucratique que la psychanalyse et le polar (c’est-à-dire, ajouterais-je, les trois piliers de notre modernité). Il ne fait pas de doute qu’en promouvant l’enquête comme mode d’appréhension du réel et mode privilégié de narration (il suffit d’en juger par l’omniprésence de la série policière ou médicale dans notre imaginaire), ce paradigme indiciaire a sélectionné, au sein de certaines disciplines élues, des formes de quête obsessionnelle concourant à différer le plaisir de la révélation du passé par l’accumulation de précautions et de protocoles. Il y a là un point de convergence entre archéologie et psychanalyse qu’a fort justement mis en lumière Jean-Paul Demoule (2003). Si ce n’est certes pas le cas dans le domaine de l’investigation policière (où le but de l’enquête est de se conclure par l’élucidation du crime), la névrose individuelle a été enrôlée par des disciplines ayant réussi à sublimer leur objet. Au final, l’objet de l’enquête, sans doute aussi les satisfactions qu’elle procure, peut-être même son utilité, résident non tant dans sa fin que dans l’enquête elle-même. Pour autant, l’objet existe. Ou quelque chose existe qui fait office d’objet, même s’il s’esquive dans l’enquête qui aspire à s’en emparer, changeant sa forme à mesure qu’il est repoussé vers un horizon plus lointain.

3Cette fuite de l’objet, commune à l’archéologie et à la psychanalyse, commande l’investigation comme dévoilement progressif, c’est-à-dire plus exactement comme enquête régressive. Au sein de modalités très diverses d’élucidation du passé (retrouver, découvrir, dévoiler, mettre au jour des vestiges présents, pour révéler, reconstituer, faire jaillir, reconstruire des états passés) – tous ces mots, toutes ces opérations ne signifiant pas la même chose –, archéologie et psychanalyse semblent donc à première vue partager un même régime d’enquête. Mais voyons de plus près.

2 - Enquête régressive : l’objet enfoui vers lequel elle régresse

4Puisque toute enquête se donne pour matériau des indices, puisque les indices sont par essence des vestiges de choses et de relations passées, toute enquête est d’une façon ou d’une autre le recouvrement d’un temps perdu qui n’existe plus sous sa forme intègre dans le présent où l’enquête se déploie. Mais si toute enquête a pour objectif de recouvrer quelque chose du passé – a fortiori l’enquête policière ou l’enquête judiciaire, qui respectivement résout un meurtre ou juge un crime – toute enquête n’est pour autant pas régressive. Elle ne l’est qu’à la condition d’avoir soumis ses procédures, son organisation et sa narration à une fin dans laquelle réside sa satisfaction, et d’avoir suspendu la possibilité d’une satisfaction immédiate. Tel n’est pas le cas dans l’enquête qui a pour logique d’obtenir ici et maintenant l’aveu, consenti par le coupable ou déduit d’une autre manière, d’un crime ou d’une affaire, ou plus généralement dans toute enquête placée sous la contrainte immanente de la résolution d’une énigme. Carlo Ginzburg, dans ses réflexions au sujet de la condamnation sans preuve d’Adriano Sofri, militant d’extrême gauche condamné en 1990 pour l’assassinat d’un policier 18 ans plus tôt, a bien mis en évidence les régimes de vérité différents de l’enquête judiciaire et de l’enquête historienne (Ginzburg 1997 [1991]). Émancipées de la logique présentiste de la « solution » à un problème actuel, l’archéologie et la psychanalyse se donnent pour horizon non de satisfaire des instances immédiates mais de recouvrer pour eux-mêmes des états antérieurs du réel, substituant au surplomb du présent une fuite vers un point d’origine atteignable ou réputé tel.

5Qu’ils soient matériels dans un cas ou immatériels dans l’autre, ces états antérieurs du réel ont des caractéristiques à première vue similaires : il s’agit de vestiges enfouis que le travail du chercheur consiste à ramener à la connaissance. Mais à y regarder de plus près, l’enfouissement est-il un caractère nécessaire ? Il ne l’est en tout cas ni dans le cas d’un bâti médiéval dont les élévations livrent des états architecturaux antérieurs, ni dans celui de langues vivantes à partir desquelles le linguiste reconstitue une protolangue disparue. Quant aux modalités d’enfouissement des vestiges, sont-elles véritablement les mêmes lorsqu’on parle d’objets matériels et d’objets psychiques ? Ou, pour le dire autrement : les souvenirs remontent-ils à la surface à l’égal de tessons ? Du reste, peut-on vraiment dire que les vestiges matériels remontent à la surface ou sont simplement mis au jour par l’archéologue, alors qu’à l’égal de traces mnésiques ils sont des vestiges qui n’existent que par une opération de l’interprétation qui reconstituera le passé vécu (Olivier, 2008) ? Est-ce la même chose, pour un état passé du réel, d’être découvert sous forme fragmentaire (comme c’est généralement le cas en archéologie) ou d’avoir subi un refoulement qui cependant le conserve intact et potentiellement coprésent avec le monde actuel (comme c’est le cas dans la théorie psychanalytique) ? Bref, au-delà des métaphores, qui illustrent tout autant les limites de la langue que les aprioris disciplinaires, il doit être possible de dire quelque chose de plus précis sur ce que l’on peut appeler l’enfouissement des traces du passé, sur les modalités de conservation des vestiges ou encore leurs relations avec la postérité.

3 - Psychanalyse et archéologie : deux pas de côté pour échapper à l’histoire

6Dans une conférence publiée en 1991 dans la Revue française de psychanalyse, le grand psychanalyste français Jean Laplanche constate l’opposition de deux théories de l’interprétation analytique : d’une part celle de l’anamnèse (c’est-à-dire la levée par le travail de l’analyse de l’amnésie qui occulte l’histoire intime du patient, permettant ainsi sa récupération), d’autre part celle de l’herméneutique créatrice (c’est-à-dire le mouvement interprétatif de l’analyse par lequel se construit un fantasme utile qui ne préexiste pas à son énonciation). La voie tierce que propose Laplanche va retenir notre attention, parce qu’elle permet de poser la question, encore qu’en des termes au départ maladroits, de ce qui différencie diverses pratiques de recouvrement du passé.

7On reconnaît dans les termes de cette opposition entre fait et discours, d’ailleurs déjà présente chez Freud, un débat qui agite de façon récurrente la discipline historique. (Notons au passage que, si les relations de l’histoire et de la psychanalyse font l’objet d’une abondante littérature, c’est quasi-exclusivement pour débattre des moteurs de l’action individuelle et de l’utilité des usages analytiques en histoire, rarement pour interroger les apports heuristiques de l’enquête ; à titre de simples jalons, voir Dosse, 2002 ; Anheim, 2011). C’est du reste parce que ces deux théories, estime Laplanche, sont trop liées à des conceptions situables de la vérité historiques (en d’autres termes : vérité objective versus narration médiatisant l’accès au passé), qu’il convient de s’en dégager et de chercher autre chose. Exit, donc, l’histoire. Et pour mieux dégager l’interprétation psychanalytique de l’ombre historienne, Laplanche propose de regarder du côté de l’archéologie. Fort bien. Mais non pas l’archéologie taxée de « moderne » (entendons par là celle d’André Leroi-Gourhan). Cette archéologie-là serait en effet empêtrée dans « des faisceaux de relations et de techniques », ne cesserait de « didactiser », de stériliser l’émerveillement « à grand renfort de cartes, schémas et diagrammes » afin, poursuit Laplanche, d’enchâsser « le vase ou la statue […] dans l’invention du tour de potier et le commerce de l’argile ou de l’étain » (Laplanche, 1991). La critique peut sembler paradoxale, dans la mesure où elle dévalue une économie de la satisfaction qui tendrait plutôt à faire converger cette archéologie en effet moderne vers ce qu’est l’économie assumée de l’analyse. Mais, à y regarder de près, elle procède en réalité d’un nouveau pas de côté : revendiquer au profit de la psychanalyse une archéologie qui n’est pas celle des archéologues (en tout cas des archéologues d’aujourd’hui) est une façon de mettre à distance une discipline perçue, à tort ou à raison, comme enflée par ses technicités inutiles et assujettie à l’histoire. Exit, donc, l’histoire, une deuxième fois.

8Il n’est pas indifférent qu’on puisse repérer en psychanalyse comme en archéologie le désir d’élaborer et d’affirmer une singularité heuristique en se distinguant de l’histoire. Mais ce n’est pas ici le sujet. Observons que les modalités psychanalytiques de recouvrement du passé s’apparenteraient, de l’avis d’un des grands théoriciens contemporains de la psychanalyse, à une autre archéologie, celle qui, insiste Laplanche avec délices, assumerait ses trois ancêtres : le voyageur, le pillard et l’amateur d’art. On est loin des raffinements modernes inspirés par la méthode stratigraphique de l’archéologie préhistorique. Et loin de l’archéologie qui se reconnaît pour ancêtre le géologue. Signe que ce n’est pas là seulement un signe de méconnaissance ou une faute de goût, l’archéologie « utile » à la psychanalyse était déjà la même à l’époque de Freud : celle de Troie, de Mycènes et de Pompéi, celle pratiquée par Heinrich Schliemann, découvreur du trésor de Priam, ou Arthur Evans, fouilleur de Cnossos (Demoule, 2003). Il faut s’y faire : les psychanalystes regardent certes en direction des archéologues, mais ce qu’ils cherchent à voir est tout bonnement au-delà d’eux.

4 - L’archéologie de Freud et du freudisme

9L’intérêt de Freud pour l’archéologie est bien attesté par sa bibliothèque et par les centaines d’objets de collection qu’il exposait dans son cabinet de consultation à Vienne puis à Londres (Yerushalmi, 1993 ; une utile synthèse sur des expositions et catalogues par Armstrong, 1999 ; puis, inter alia, Burke, 2006 ; Marinelli, 2009). Au-delà de l’analogie visuelle entre vestiges issus du passé de l’humanité et bribes du passé de l’individu mis au jour par la cure, on y a vu une métaphore à valeur épistémologique (Spence, 1987 ; Kuspit 1989 ; Bowdler, 1996 ; Thomas, 2009). N’allons cependant pas trop vite. S’il n’y a pas de doute que cette métaphore est présente en psychanalyse, et qu’elle fut peut-être nourrie chez Freud tant par sa passion antiquaire que par son amitié avec Emanuel Loewy (Wolf, 1998), archéologue classiciste, premier professeur d’archéologie et d’histoire de l’art à Rome, puis en poste à Vienne, la perméabilité épistémologique entre les deux disciplines naissantes paraît réduite. L’archéologie de Freud et du freudisme vise en réalité, sous le nom d’archéologie, trois points de focale qui laissent de côté l’essentiel de la réalité pratique de l’archéologie.

10Premier point de focale : l’archéologue. Celui-ci n’existe, dans toute l’œuvre de Freud, que sous les traits du découvreur de Troie, de l’égyptologue, du pilleur plus ou moins officiel de temples et de tombes, ou encore de l’épigraphiste, tel Champollion, perçant par son seul génie les mystères d’une écriture encore indéchiffrée. C’est un pionnier dont la persévérance révèle tout un monde enfoui, et c’est encore mieux s’il est, comme Schliemann, en butte à l’incrédulité du monde académique de son temps. Découvreur solitaire, cet archéologue-là est le prototype du fondateur, dont l’imaginaire arme l’ambition intellectuelle de Freud. C’est aussi, du reste, le modèle de l’analyste face aux défenses du patient qu’il finit par vaincre. Mais la comparaison ne va pas au-delà de la posture initiale : rien dans l’œuvre de Freud ne nous rapporte concrètement au travail de l’investigation archéologique. Et surtout pas Norbert Hanold, l’archéologue amoureux qui est le personnage principal du roman Gradiva de Wilhelm Jensen (1903), auquel Freud consacra une étude de psychanalyse littéraire (Freud, 1907). Hanold ne fouille pas ; son personnage retrouve dans la Pompéi d’aujourd’hui la femme qu’il avait vue en rêve, un rêve situé à Pompéi un jour de l’année 79, sans être capable de la sauver de l’éruption du Vésuve. (On découvrira plus tard que la femme était Zoé, une amie d’enfance qu’il avait complètement oubliée et dont le souvenir avait été ravivé par un bas-relief romain qui avait entraîné le rêve du Vésuve).

11Deuxième point de focale : la période chronologique. Freud et après lui le mouvement psychanalytique ont manifesté un strabisme convergent particulièrement fort sur la Protohistoire et l’Antiquité de la Méditerranée et du Levant, à savoir les grandes civilisations de Mésopotamie, de Syrie-Palestine, de l’Égypte pharaonique, du monde égéen, de la Grèce et de l’Italie. Cela a été remarqué à plusieurs reprises (par exemple Corcoran 1991 pour le volet égyptien ; D’Agata 1994 pour le volet égéen). Il y a là, pour employer le vocabulaire analytique, un écran qui condense tout l’intérêt de la psychanalyse à la fois pour les trésors enfouis et pour le nimbe de mystère qui, à l’orée de la civilisation, enveloppe les origines des grands universaux psychiques (complexe d’Œdipe, névrose infantile de la foi, etc.). L’archéologie classique, c’est en somme le point nodal où l’humanité, sortant de l’enfance, refoule les souvenirs heureux ou traumatiques de l’âge primitif. On chercherait en vain dans la littérature psychanalytique des références à des travaux de préhistoire, une connaissance même minime des grandes catégories chrono-culturelles de la Préhistoire européenne (catégories qui se mettent précisément en place à l’époque de Freud), ou même une allusion aux grandes découvertes de sites ornés européens ou mondiaux, qui auraient pourtant pu alimenter les réflexions sur le totémisme animal de la horde primitive.

12Troisième point de focale enfin : l’objet. On chercherait aussi en vain, dans la littérature psychanalytique, des références précises sur les contextes stratigraphique ou même (pour rester vague) culturels de découverte des objets. Témoin d’une indifférence à l’égard de ce qui relève des processus d’enfouissement et, partant, de ce qui permettrait un authentique comparatisme avec les procédures de recouvrement du passé, Dietmar Schmidt a relevé chez Freud l’ignorance de l’archéologie des « débris » que développe, à Berlin, Rudolf Virchow, l’exact contemporain de Schliemann (Schmidt, 2001) – une archéologie qui s’intéresse alors à de nouvelles catégories d’objets (les outils, les ossements…) ainsi qu’aux modalités de stratification des vestiges et aux discontinuités séquentielles des dépôts (Virchow ne ferait-il pas un ancêtre valable pour les archéologues modernes ?). Quoi qu’il en soit, c’est bien l’archéologie de l’objet noble, l’objet singulier, le trésor, qui intéresse la psychanalyse ; une archéologie pour ainsi dire pré-indiciaire. Il faut donc revenir sur cette question de l’objet de l’enquête, sans a priori et en essayant de comprendre, au-delà de ce que retrouvent l’archéologie et la psychanalyse, comment elles le retrouvent.

5 - Archéologie et psychanalyse : que retrouvent-elles et comment ?

13Ne nions pas qu’il y a toujours dans notre archéologie moderne une tentation, certes refoulée avec science, de la mise au jour immédiate. Sans même parler de la réalité du pillage, on observe cette tentation dans certaines provinces de l’archéologie professionnelle, précisément d’ailleurs celles des mondes périméditerranéens des âges protohistoriques et classiques, où le métier consiste essentiellement à dégager le sédiment accumulé autour d’un vestige dont le contenu ou les inscriptions répondront bientôt à une énigme. Si cette procédure paraît cependant aujourd’hui largement démodée, c’est autant parce qu’elle paraît sacrifier à l’indignité d’une satisfaction immédiate que parce qu’elle privilégie effectivement les objets au détriment des indices. Or c’est bien cette relation de l’indice à l’objet qui paraît fondamentalement différente en archéologie et en psychanalyse. Dans la cure analytique, les indices que constituent les résistances du patient signalent l’objet en même temps qu’elles l’occultent, et par conséquent perdent tout intérêt heuristique dès le moment où l’objet peut être recouvré. Rien de semblable dans l’archéologie moderne où l’indice est en lui-même un objet de connaissance. Une conséquence méthodologique en est que l’archéologue se fera typologue d’indices statiques (l’outil, la vaisselle, la parure, les restes de cuisine…) qui sont ses objets d’étude, là où l’analyste s’inscrira dans une approche par laquelle la valeur des indices se trouve modifiée au gré de la progression de l’enquête.

14Cette première dichotomie en annonce une deuxième. En décrivant, dans les Études sur l’hystérie (Freud, Breuer, 1895 ; sur cet écrit et son contexte, il est nécessaire de lire le chapitre 3 de la biographie intellectuelle de Freud par Roudinesco, 2014), la procédure de recouvrement qu’il est en train de développer, Freud écrit qu’elle consiste à « dégager le matériel psychique pathogène couche après couche » pour retrouver les souvenirs enfouis, comme on le ferait à la fouille d’une ville. Il est clair que les couches de matériel psychique sont vues ici comme un sédiment entravant la découverte de l’objet, et non comme la condition même de l’existence du dépôt archéologique. L’implication, en termes de topique, quant aux modalités d’enfouissement des vestiges, est que l’analyste travaille à déblayer la sédimentation dans laquelle il reconnaît néanmoins des déblais vestigiels, là où l’archéologue (même Schliemann) s’emploie à documenter par la fouille des strates qui constituent chacune un aspect de la vérité historique continue de l’objet et, en même temps, un aspect des processus discontinus d’enfouissement. Quoique dans les deux cas le recouvrement soit destructeur de certaines « couches », la fouille livre un objet toujours déjà abîmé et en stratigraphie, tandis que la cure livre par l’anamnèse un objet intègre.

15Allons un peu plus loin et tentons à présent de comparer, non plus le travail de l’enquêteur ou la topique du site de l’enquête, mais les modalités de l’enfouissement de l’objet. On l’a vu avec l’archéologue amoureux : l’objet intègre que recouvre l’analyse, c’est le souvenir d’enfance réprimé. On a également cru comprendre que l’affaire commençait et finissait à Pompéi. Car dans l’allégorie archéologique employée en psychanalyse, une image est récurrente : celle de la ville romaine détruite par l’éruption du Vésuve en 79. Il est intéressant que ce cas-limite et quasi unicum de l’archéologie serve ici d’exemplum. Dans son récit du cas de « l’homme aux rats » (1909), Freud raconte avoir montré au patient les statuettes antiques de son cabinet de consultation, expliquant qu’elles avaient été préservées intactes grâce à leur enfouissement dans la tombe. Et d’illustrer son propos en prenant l’exemple de Pompéi, prototype archéologique, en quelque sorte, du « site » psychique qui se présente comme une formation inconsciente miraculeusement retrouvée sous des couches de cendres volcaniques (Freud paraphrasé ici d’après Bowdler, 1996). Reformulant à son tour ce paradigme de l’enfouissement et du recouvrement en psychanalyse, Laplanche parle d’« un phénomène psychique qui est à la fois un cataclysme (comme l’enfouissement de Pompéi) et conservation définitive (comme l’ensevelissement des objets de Toutankhamon) » (Laplanche, 1991 : 1305). Relevons en passant un détail instructif : Freud poursuivait son explication au patient en estimant que la véritable destruction de Pompéi commençait maintenant, avec la mise au jour archéologique des vestiges, voulant illustrer de la sorte la différence entre l’intégrité de la mémoire inconsciente et les remaniements du souvenir (Freud, toujours paraphrasé d’après Bowdler, 1996 ; et commentaires de Laplanche, 1991 : 1305). En suggérant de façon nonchalante que tout mérite d’être détruit (par l’archéologue) puisque l’essentiel est sauvé (par le cataclysme), cette réflexion de Freud illustre ce qui distingue à ses yeux la psychanalyse de l’archéologie. En réponse, celle-ci affirmera promptement que tout mérite d’être sauvé (par l’archéologue) puisque l’essentiel a été détruit (par le cataclysme). C’est donc toute l’économie de l’intégrité de l’objet qui est à fronts renversés dans ces deux régimes d’enquête.

6 - Hyperarchéologie analytique, vraiment ? Le vestige en tant que relique

16Nous avions laissé Jean Laplanche au moment où il lorgnait vers l’archéologie, tout en regardant une archéologie qui n’était pas celle des archéologues. Sans entrer dans l’examen de la conception interprétative qu’il ébauche, il est intéressant de constater que son rejet de l’archéologie « moderne » ne procède pas d’une conception naïve de l’objet de l’enquête. Proposant de voir l’être humain à l’égal d’un « site hyperarchéologique », Laplanche repart du passage saisissant et souvent cité de Malaise dans la civilisation au sujet du « mode de conservation du passé » :

« Imaginons à présent que [Rome] ne soit point un lieu d’habitations humaines, mais un être psychique au passé aussi riche et aussi lointain, où rien de ce qui s’est une fois produit ne se serait perdu, et où toutes les phases récentes de son développement subsisteraient encore à côté des anciennes. […] Cela signifierait donc que sur le Palatin les palais impériaux et le Septizonium de Septime Sévère s’élèveraient toujours à leur hauteur initiale, que les créneaux du château Saint-Ange seraient encore surmontés des belles statues qui les ornaient avant le siège des Goths, etc. ; mais plus encore, à la place du Palazzo Cafarelli, que l’on ne serait pourtant pas obligé de démolir pour cela, s’élèverait de nouveau le temple de Jupiter Capitolin, et non seulement sous sa forme définitive, celle que contemplèrent les Romains de l’Empire, mais aussi sous sa forme étrusque primitive […]. Sur l’emplacement actuel du Colisée, nous pourrions admirer aussi la Domus aurea de Néron aujourd’hui disparue ; sur celui du Panthéon, nous trouverions non seulement le Panthéon d’aujourd’hui, tel qu’Adrien nous l’a légué, mais aussi sur le même sol le monument primitif d’Agrippa ; et ce même sol porterait encore l’église de Maria sopra Minerva, ainsi que le temple antique sur lequel elle fut construite. Il suffirait alors à l’observateur de changer la direction de son regard, ou son point de vue, pour faire surgir l’un ou l’autre de ces aspects architecturaux » (Freud, 1971 : 13).

17Cette métaphore holographique, qui rend justice aux différents aspects et aux transformations de l’objet psychique à travers le temps – on pourrait dire à sa taphonomie –, ne satisfait cependant pas pleinement Jean Laplanche. Il y manque en effet, estime-t-il, les grandes étapes, les transitions – on pourrait dire la stratigraphie qui scande et organise les dépôts et correspond aux « points nodaux » de l’enquête analytique. Il manque aussi les épisodes de manipulation, la coexistence « de véridicité et d’artifice » dans un objet – un objet « qui n’est pas seulement chose, mais renferme en lui les temps de sa construction, les affects qu’il a provoqués et sans doute davantage encore » (cité ou paraphrasé d’après Laplanche, 1991 : 1304-1306). Paradoxalement, on retrouve dans cette hyperarchéologie à l’usage de l’analyste bien des traits de l’archéologie moderne, tels qu’ils sont engendrés par le couple inséparable que forment la stratigraphie et la taphonomie (l’entrée de cette dernière en littérature date exactement d’un an après la mort de Freud, avec la publication de l’article d’Efremov en anglais dans la revue Pan-American Geologist ; Efremov 1940). Mais elle pointe aussi bien, pour retourner la proposition, vers l’horizon d’une hyperanalyse archéologique, capable d’envisager l’objet matériel dans ses dimensions réinvesties : le « remploi » bien sûr, mais également la recharge de signification qui déplace, exhume, oblitère, détruit, transforme, se réapproprie, dévalue, invente, préserve des vestiges plus anciens. Une archéologie en quelque sorte augmentée, pour laquelle le vestige serait une relique, un objet dont les modalités d’investissement au cours du temps rythment la séquence de son existence.

7 - Retour vers l’enquête : jalons d’une histoire mosaïque

18Comment rendre compte de cette phénoménologie de l’objet dans le temps, sans être asservi à l’une seulement de ses dimensions, sans avoir à choisir entre l’intégrité originelle ou les formes et étapes de la dégradation ? On ne peut ici que revenir vers l’enquête et son seul véritable héros et narrateur : l’enquêteur. Un enquêteur qui ne tire pas un fil tissé avant lui, qui ne remonte pas simplement en stratigraphie, qui ne peut se contenter de dégager le sable accumulé, mais qui emprunte, par ses choix successifs, ses intuitions et repentirs, un réseau de chemins, produisant une histoire mosaïque qui est à la fois informée par la multi-dimensionnalité du passé et par la subjectivité de l’enquête. « Histoire mosaïque » s’entend donc ici au double sens d’une opération historienne de mise en intrigue dont les matériaux sont des fragments dispersés, et d’un régime d’historicité qui fait toute sa place aux temporalités vécues, c’est-à-dire à un temps discontinu.

19Pour finir, je voudrais évoquer deux semblables enquêtes, qui me paraissent être deux jalons importants de cette histoire mosaïque. La première est celle que le sociologue français Maurice Halbwachs a, en 1941, publié sous le titre La Topographie légendaire des évangiles en Terre sainte (Halbwachs, 2008 [1941]). L’ouvrage n’a cessé d’être critiqué pour ses lacunes et inexactitudes (pour un compte rendu de lecture de la réédition de 2008 et une étude de la réception de l’ouvrage, voir Iogna-Prat, 2011). Même s’il est vrai qu’il n’est pas à la hauteur de son projet, il reste cependant exemplaire d’une démarche régressive alliant les ressources de l’archéologie et de l’analyse pour individualiser les strates mémorielles au gré desquelles s’est transformée, depuis deux mille ans, la topographie des lieux saints du christianisme à Jérusalem et en Palestine. Le second jalon de cette histoire mosaïque est précisément une histoire liée à Moïse. Elle est due à l’archéologue (plus précisément égyptologue) allemand Jan Assmann sous le titre de Moïse l’Égyptien (Assmann, 2001). De quoi exactement ce livre d’histoire est-il l’histoire ? Le sous-titre français laisse peu de doute : Un essai d’histoire de la mémoire. Mais le sous-titre allemand, Entzifferung einer Gedächtnisspur, « Déchiffrement des traces d’un souvenir », révèle mieux la mobilisation des ressources heuristiques de l’épigraphie, de l’archéologie et de l’analyse. Car Assmann ne s’intéresse pas au Moïse historique, ni non plus à la figure de Moïse dans le judaïsme, ni non plus à la réception de la figure de Moïse dans la littérature ou dans l’art. En somme, il ne s’agit pas d’histoire religieuse, encore moins d’archéologie biblique, ni d’égyptologie, ni d’histoire des représentations. Assmann observe, ou plutôt reconstruit le réseau des traces laissées à travers le temps, depuis 3500 ans, par le souvenir de l’invention radicale du monothéisme. C’est-à-dire le souvenir de la mise à distance de l’Égypte polythéiste, idolâtre, foisonnante, opéré par Akhenaton au xive siècle avant notre ère, un souvenir qui se réactualise sous les formes de l’Exode et dans toutes les réflexions postérieures, y compris celle de Freud, sur la signification et la portée de cette révolution. C’est un souvenir tour à tour refoulé, déplacé, remployé, condensé, transmué, mais qui signale l’empreinte stupéfiante laissée par l’Égypte pharaonique sur le monde et le cataclysme émancipateur qui à la fois enfouit et libère. Moïse n’est pas le sujet dont est retracée l’histoire ; Moïse est le nom donné à ce souvenir.

Haut de page

Bibliographie

Anheim E., 2011 - L’historien et la psychanalyste [à propos de Anne Levallois], Une Psychanalyste dans l’histoire (Paris, campagne première, 2007), Revue d’histoire moderne et contemporaine, 58 (4), 134-159.

Armstrong R., 1999 – The Archaeology of Freud’s Archaeology: Recent Work in the History of Psychoanalysis, The International Review of Modernism, 3 (1), 16-20.

Assmann J., 2001 - Moïse l’Égyptien. Un essai d’histoire de la mémoire, Paris, Aubier [éditions originales en anglais et en allemand : 1997, 1998].

Boissinot P., 2015 - Qu’est-ce qu’un fait archéologique ?, Paris, Éditions EHESS, 367 p.

Bowdler S., 1996 - Freud and Archaeology, Anthropological Forum: A Journal of Social Anthropology and Comparative Sociology, 7 (3), 419-438.

Burke J., 2006 - The Gods of Freud: Sigmund Freud’s Art Collection, London, Knopf / Random House.

Corcoran L. H., 1991 - Exploring the Archaeological Metaphor: The Egypt of Freud’s Imagination, The Annual of Psychoanalysis, 19, 19-32.

D’Agata A. L., 1994 - Sigmund Freud and Aegean Archaeology. Mycenaean and Cypriote Material from his Collection of Antiquities, Studie micenei ed egeo-anatolici, 34, 7-41.

Demoule J.-P., 2003 - Les pierres et les mots : Freud et les archéologues, Alliage. Culture, Science, Technique, 52 (http://revel.unice.fr/alliage/index.html?id=4017).

Dosse F., 2002 - [Histoire et psychanalyse :] Généalogie d’un rapport, Espaces Temps, 80-81, 66-93. Efremov J. A., 1940 - Taphonomy: New Branch of Paleontology, Pan-American Geologist, 74 (2), 81-93.

Freud S., Breuer J., 1895 - Studien über Hysterie, Wien / Leipzig, Franz Deuticke [Études sur l’hystérie (multiples éditions françaises)].

Freud S., 1907 - Der Wahn und die Träume in W. Jensens Gradiva”, Wien / Leipzig, Hugo Heller [Les délires et les rêves dans la « Gradiva » de W. Jensen (multiples éditions françaises)].

Freud S., 1961 – Civilisation and its discontents, New York, W. W. Norton and Company [Original edition: Das Unbehagen in der Kultur, Wien, Internationaler Psychoanalytischer Verlag, 1930].

Freud S., 1971 - Malaise dans la civilisation, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Bibliothèque de psychanalyse » [édition originale : Das Unbehagen in der Kultur, Wien, Internationaler Psychoanalytischer Verlag, 1930].

Ginzburg C., 1989 - Traces. Racines d’un paradigme indiciaire, Mythes, emblèmes, traces. Morphologie et histoire, Paris, Flammarion, 139-180 [édition originale : Miti, emblemi, spie. Torino, Einaudi, 1986].

Ginzburg C., 1997 - Le Juge et l’historien. Considérations en marge du procès Sofri, Lagrasse, Verdier [édition originale : Il giudice et le storico, Torino, Einaudi, 1991].

Halbwachs M., 2008 - La Topographie légendaire des évangiles en Terre sainte, Paris, Presses universitaires de France [édition originale : 1941].

Iogna-Prat D., 2011 - Maurice Halbwachs ou la mnémotopie. « Textes topographiques » et inscription spatiale de la mémoire, Annales. Histoire, Sciences Sociales, 66 (3), 821-837.

Kuspit D., 1989 - A Mighty Metaphor: The Analogy of Archaeology and Psychoanalysis, in Gamwell L., Wells R. (eds.), Sigmund Freud and Art: His Personal Collection of Antiquities, Binghamton, State University of New York, 133-151.

Laplanche J., 1991 - L’interprétation entre déterminisme et herméneutique : une nouvelle position de la question », Revue française de psychanalyse, 55 (4), 1293-1318.

Marinelli L., 2009 - Dirty Gods: An Exhibition on Freud’s Archaeological Collection, American Imago, 66 (2), 149-159. Olivier L., 2008 - Le Sombre abîme du temps : mémoire et archéologie, Paris, Éditions du Seuil.

Roudinesco E., 2014 - Sigmund Freud en son temps et dans le nôtre, Paris, Éditions du Seuil.

Schmidt D., 2001 - Refuse Archaeology: Virchow-Schliemann-Freud, Perspectives on Science, 9 (2), 210-232. Spence D., 1987 - The Freudian Metaphor: Towards Paradigm Change in Psychoanalysis, New York, Norton.

Thomas J., 2009 - Sigmund Freud’s Archaeological Metaphor and Archaeology’s Self-Understanding, in Holtorf C., Piccini A. (eds.), Contemporary Archaeologies: Excavating Now, London, Peter Lang, 33-45.

Wolf H., 1998 - Archäologische Freundschaften. Emanuel Löwys und Ludwig Pollaks Bedeutung für den Sammler Freud, in Marinelli L. (ed.), “Meine… Alten und Dreckigen Götter”: Aus Sigmund Freuds Sammlung, Frankfurt, Stroemfeld, 60-71.

Yerushalmi Y. H., 1993 - Le Moïse de Freud. Judaïsme terminable et interminable, Paris, Gallimard, [édition originale en anglais, 1991].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François-Xavier Fauvelle, « Archéologie et psychanalyse : de quoi l’enquête est-elle la quête ? »Palethnologie [En ligne], 9 | 2017, mis en ligne le 19 décembre 2017, consulté le 03 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/palethnologie/311 ; DOI : https://doi.org/10.4000/palethnologie.311

Haut de page

Auteur

François-Xavier Fauvelle

Université Toulouse Jean Jaurès
francois-xavier.fauvelle[at]univ-tlse2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Palethnologie est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search