Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Quelle idée noble et juste de remonter la file des chaînes opératoires, de laisser un peu les techno-complexes lithiques, les pourcentages de restes déterminés, les tableaux de dates OSL ou nos archéo‑séquences néandertaliennes du Sud-ouest de l’Europe punaisées sur des stades isotopiques. Et de revenir à la source. Les outils. Et même mieux, les traces laissées sur lesdits outils ou sur les carcasses résultant de leur exploitation via ce que nous aimons à nommer justement – et non sans fierté pour singer l’ethnologue savant – « sous-systèmes techniques ». Eh oui, forcément, les systèmes techniques, les vrais, nous échapperont à tout jamais : la viande, les peaux, les matières végétales transformées, agencées, tressées, le bois végétal (ou quasi pour ce dernier). Nous avons pris l’habitude de nous en passer, de nous en remettre à leurs médias – les outils en pierre –, à leurs traces, aux négatifs de leurs impacts. Quel sacerdoce que de remonter encore et toujours et le temps, et les témoins du Temps. Et ici, le temps est celui de Néandertal dont on sait que l’échelle d’appréciation se décline en dizaines de millénaires avec, en prime, comme si cela ne suffisait pas, l’inévitable conservation différentielle dont on sait comment elle est cruelle avec les paléolithiciens. Et même aussi avec les paléolithiciennes.

2Ce projet collectif de recherche – PCR pour les intimes – est à l’image de celles qui l’ont porté : passionnant, défricheur de pistes inédites, ici de préférences expérimentales, la colonne vertébrale du dossier ; un PCR entier, vrai, sans phare (le strict minimum de maquillage donc), terriblement efficace dans sa sincérité documentaire, visuelle – et même filmique – et scientifique. Immanquablement doublé d’une aventure humaine évoquée de manière aussi concise qu’émouvante dans l’avant-propos de Céline Thiébaut. Car derrière les chapitres, derrière les tableaux, les illustrations, on l’oublie trop souvent quand on parcourt des publications scientifiques, il y a aussi des hommes et des femmes. Que dis-je ? Des femmes et quelques hommes. Des fragments de carrières, des parcours universitaires, des projets postdoctoraux, qui parfois hélas peuvent être contrariés.

3Et il se trouve que j’ai la chance d’en connaître un certain nombre et depuis pas mal de temps. Cette mention non pour jouer les apprentis parrains (après tout quand on demande une préface, c’est rarement à un(e) étudiant(e) de licence…), mais parce que, moi également chère Céline, j’ai eu plusieurs vies, tu le sais d’ailleurs. Car on a partagé avec pas mal de tes co-auteurs (je ne vais pas tous les citer, il en resterait bien peu non mentionnés) de longs et bons moments sur différents terrains. Du moins en ai-je ce souvenir. Mais parfois aussi nettement plus douloureux ; ainsi va la vie, injuste et parfois cruelle. Des terrains plutôt quercinois, souvent avec pas mal de restes de bisons, un peu plus secs et minéralisés que ceux que tu as dépecés avec tes collègues sous la caméra de ton frère à qui vous dédiez la publication. Et Sandrine y était passée un peu avant toi, même si elle se cachait dans la fraiche grotte voisine plutôt que dans la couche 4 de Coudoulous, elle à la lumière du jour. Hélas pour la couche 4. Quant à Émilie, je n’oublierai jamais le jour où, dans mon bureau du B18 en début de seconde année de ce qu’on appelait pas encore « master », elle m’a déclaré sa flamme pour la tracéologie du Paléolithique moyen. Bien lui en a pris – du moins je pense. Quel bonheur, quelle chance d’avoir eu l’insigne honneur de croiser vos parcours. Et je m’en tiens au triumvirat des éditrices scientifiques, mais juste derrière, il y a aussi d’autres noms pour lesquels j’ai une grande admiration, une amitié sincère et inscrite dans le partage du quartz caussenard, des quartzites pyrénéens ou des rhyolithes yéménites. Vous le savez tous j’espère.

4Les pages qui suivent composent aussi un ouvrage un soupçon militant, juste ce qu’il faut, inscrit à contre-courant du système de reconnaissance scientifique actuel, de son implacable et plutôt stupide bibliométrie, de ses non moins terribles impacts factors qui ne satisfont que ceux qui les consultent à tort, et souvent à travers. Mais les mentors de cette aventure ne sont pas pour autant en dehors du temps, ils sont de leur temps. Ou même le devancent : avec lien internet, enregistrements filmiques de leurs expériences, médiatisation appropriée et ici une imposante publication en ligne. Éco‑responsable et circuit court : réussite totale et respect des engagements, voire des convictions. Magnifique projet dont vous pouvez savourez la superbe concrétisation.

5Chacun le sait, je suis vaniteux, mais je tente avec plus ou moins de réussite – la preuve, cette préface… – de ne l’être qu’au second degré. Ce défaut de plus en plus insupportable n’ira pas en s’effaçant à la compilation des tableaux 50 à 52 où deux des sites que j’ai eu le bonheur d’explorer avec quelques-uns(es) d’entre vous (Coudoulous et Jonzac – je préfère Jonzac que “Chez-Pinaud” – juste devant Mauran et la couche K des Fieux) sont les plus généreux pourvoyeurs de résultats ! Les couleurs aidant, ils ont flatté un temps ma lecture, mais il me faudra un certain recul pour apprécier la somme de résultats véhiculés par le collectif qui a accompagné l’affaire. Et je regretterai longtemps de n’avoir pu me libérer à l’invitation faite à l’exploitation du bison garonnais.

6Nous avons tous en tête quelque aventure méthodologique ou expérimentale hors norme, invariablement mentionnée aux étudiants comme l’un des exemples qui a fait date, LA référence qui compte pour faire passer une idée, un concept dans nos disciplines. Par exemple le PCR mené en son temps par J.-P. Chadelle, J.-M. Geneste et H. Plisson relatif à la technologie fonctionnelle des pointes de projectiles solutréennes. Il est annuellement cité par l’auteur de ces lignes comme un aboutissement interdisciplinaire mêlant fouille, étude technologique, exemples ethnographiques et reconstituions expérimentales – les étudiants sont juste effrayés par les cibles animales lardées de pointes à cran ! Si les expérimentateurs – les expérimentatrices, n’en parlons pas ! – paraissent si dures avec leurs proies tétanisées sur leur cadres en bois, ils ou elles sont paradoxalement les plus doux des collègues, les plus aimables des interlocutrices. Le début d’automne universitaire venu, le choix sera désormais pour moi cornélien et ce PCR Des traces et des Hommes pourrait très bien détrôner ma préférence solutréo‑périgourdine car (désolé les garçons), celui-ci est intégralement publié. Et comme disait l’autre : « Et ça, ce n’est pas rien ». Et j’aurai désormais plaisir à en conseiller fortement la lecture aux quelques générations d’étudiants bordelais qui me séparent de l’éméritat.

7Et que vivent les monographies de programmes interdisciplinaires Homme-Animal, Femme- Végétal, ou plutôt l’inverse, fussent-elles dématérialisées. Et qui en plus apportent leur pierre à l’édifice de cette patiente et lente réhabilitation de notre cher Néandertal. Une de plus, mais non des moindres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Jaubert, « Préface », Palethnologie [En ligne], 10 | 2019, mis en ligne le 01 novembre 2019, consulté le 16 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/palethnologie/3813

Haut de page

Auteur

Jacques Jaubert

Professeur de préhistoire - Université de Bordeaux

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Palethnologie est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées
  • Logo Travaux et Recherches archéologiques sur les Cultures, les Espaces et les Sociétés
  • Logo Institut national de recherches archéologiques préventives
  • Logo Ministère de la Culture
  • OpenEdition Journals