Navigation – Plan du site

AccueilNuméros8La maisonnée dans les AmériquesL’archéologie des maisonnées – po...

La maisonnée dans les Amériques

L’archéologie des maisonnées – pour une approche comparative transatlantique

Adrian L. Burke
Traduction(s) :
Household Archaeology – A Transatlantic Comparative Approach [en]

Texte intégral

1 - La conférence

1Les articles qui se trouvent dans ce numéro de P@lethnologie sont le résultat d’un colloque qui a eu lieu à l’Université de Montréal les 24 et 25 octobre 2014. Le titre du colloque était "Household Archaeology: production, ideology and social inequality" (L’archéologie des maisonnées : production, idéologie et inégalités sociales) et il a été organisé par Claude Chapdelaine et Adrian Burke. Au total, onze conférences ont été présentées par quatorze auteurs provenant de France, du Canada et des États-Unis. Le colloque était organisé dans le format d’un symposium, ce qui a permis aux auteurs de faire des présentations plus longues et détaillées (45 minutes), et a laissé plus de temps pour les questions et la discussion parmi les participants. L’objectif principal du colloque était la comparaison du registre archéologique associé aux maisons longues iroquoiennes du Nord-est de l’Amérique du Nord avec les maisons néolithiques de l’Europe occidentale. Un article supplémentaire qui ne fut pas présenté de façon orale au colloque a été inclus ici (Halperin et Foias) afin d’agrandir l’étendue géographique de ce numéro aux maisonnées de la Mésoamérique.

2Notre motivation pour organiser ce colloque a été influencée par deux facteurs. Le premier est un des principaux axes de recherche de notre équipe de recherche archéologique Archéoscience/Archéosociale (As2) basé à l’Université de Montréal. En fait, un des quatre principaux axes de recherche de notre équipe As2 est l’archéologie des maisonnées, et en particulier l’organisation sociale des maisonnées iroquoiennes durant la période allant de 1000 à 1550 de notre ère. Ceci est une concentration pour les recherches de notre équipe depuis sa création en 2009, et reflète le fait que la maisonnée représente un sujet prometteur pour la recherche archéologique car elle est une manifestation physique de l’organisation sociale. Le registre archéologique des villages et maisons longues iroquoiennes représente donc un potentiel énorme pour le développement d’une archéologie sociale qui est fondée sur une base solide de données empiriques (cf. Meskell, Preucel, 2004).

3Le deuxième élément qui nous a motivé à organiser ce colloque se rapporte aux relations étroites de collaboration de longue date entre les archéologues de l’équipe Archéoscience/Archéosociale (Département d’anthropologie, Université de Montréal), et les archéologues de l’équipe TRACES (UMR 5608, Université Toulouse - Jean Jaurès). Notre collaboration s’échelonne sur plus d’une décennie. Depuis 2004, les archéologues des deux côtés de l’Atlantique ont organisé des sessions dans les colloques internationaux, des ateliers et des conférences sur invitation. Cet échange soutenu entre professeurs, chercheurs et étudiants s’est avéré très productif et nous a incités à continuer la collaboration et les échanges transatlantiques entre nos deux pôles de recherche en archéologie francophone. Un des aspects de la recherche qui anime nos collaborations est notre intérêt partagé pour une approche comparative. Cette approche a déjà mené à la publication de deux ouvrages collectifs qui incluent les chercheurs de Montréal et de Toulouse (Bon et al., 2011 ; Bressy et al., 2006). Bien que l’approche comparative ne soit pas actuellement une méthode d’analyse et d’interprétation populaire, elle représente quand même un point de départ très utile pour une archéologie favorisant l’approche sociale (Trigger, 2003, 2007).

4Les parallèles entre les maisons longues iroquoiennes et les maisons longues néolithiques de l’Europe occidentale semblent par leur nature même susciter des comparaisons. Lorsque nous avons échangé des données et des publications avec nos homologues de part et d’autre de l’Atlantique, il est devenu de plus en plus évident que nos méthodes et nos questions de recherche convergeaient. De plus, la perspective diachronique à long terme de l’Europe nous fournit la profondeur temporelle nécessaire pour explorer des thèmes comme la continuité/stabilité ou discontinuité/instabilité du modèle d’organisation sociale basé sur la maison-longue. En outre, la documentation ethnographique et ethnohistorique très riche des Iroquoiens septentrionaux ajoute une dimension sociale et politique à la maison-longue archéologique. Dans les deux cas, européen et nord-américain, il nous semble que la fouille extensive horizontale des maisons-longues est idéale afin de répondre à nos questions de recherche et pour permettre une approche comparative.

2 - Les articles

5Les articles dans ce numéro peuvent être divisés en deux groupes. Le premier est surtout descriptif. Les articles dans ce premier groupe prennent soin de présenter en détail les données empiriques reliées aux maisonnées archéologiques (architecture, foyers/fosses, faune, outils en os, céramique). L’analyse spatiale des données archéologiques est un élément important de ces articles. Ce groupe comprend cinq articles qui décrivent les maisonnées des Iroquoiens du Saint-Laurent qui ont occupé la portion québécoise de la Vallée du Saint-Laurent ainsi que les maisonnées des Iroquois (Mohawk) de l’est de l’État de New York (Chapdelaine, Gates St-Pierre et al., Plourde, St. Germain et Courtemanche, et Rieth). Tous les sites étudiés datent du Sylvicole supérieur ou la fin de la préhistoire, entre 1000 et 1550 de notre ère. À ce groupe, on peut ajouter l’article de Guilaine sur les maisonnées néolithiques du bassin méditerranéen. Son texte présente un survol de l’évolution des maisonnées néolithiques commençant par les exemples les plus anciens fouillés à Chypre dans la Méditerranée orientale, passant par le sud de l’Italie, et complétant le tour en France à la fin du Néolithique. Guilaine arrive à couvrir une étendue chronologique importante allant du IXe au IIIe millénaire avant Jésus-Christ, ce qui fournit une perspective diachronique sur les maisonnées néolithiques qui est impressionnante. À la lecture de ces articles, la grande utilité de la maisonnée comme unité d’analyse nous semble évidente, ainsi que l’utilité de la maisonnée pour les analyses synchroniques et diachroniques (intra ou interculturels).

6Le deuxième groupe d’articles en comprend quatre qui sont de nature plutôt théorique en ce qui concerne l’analyse des maisonnées (Gernigon, Creese, Birch, et Halperin et Foias). Les quatre articles sont basés sur des données empiriques et l’analyse spatiale de ces données, comme par exemple la variabilité des maisonnées néolithiques de l’Anatolie et l’Europe méditerranéenne (Gernigon), les restes architecturaux des villages et maisons-longues iroquoiennes (Creese, Birch) ou la répartition des déchets dans les communautés mayas (Halperin et Foias). Cependant, l’intérêt pour les aspects théoriques des maisonnées, surtout basé sur le corpus théorique anthropologique, mène ces auteurs vers une image plus dynamique de ces maisonnées et les communautés qu’elles constituent. Les dimensions politiques et sociales très changeantes des maisonnées est apparente dans ces articles, et les cinq auteurs nous incitent à ne pas concevoir les maisonnées comme des unités d’analyse statiques. Finalement, les relations au sein des maisonnées sont abordées de façon systématique par tous les auteurs dans ce numéro, mais en utilisant différents types de données qui ont été récupérées à l’échelle des maisonnées et des communautés.

3 - Définitions et emplois du terme maisonnée

7En anglais, le terme maisonnée est souvent utilisé comme synonyme pour la structure physique de la maison et aussi pour l’unité sociale qui est la famille. Par conséquent, ce terme est devenu une métaphore pour nos conceptions de l’unité typique ou iconique vivant sous un même toit. C’est en fait une unité de mesure standardisée utilisée par les gouvernements pour les recensements. Statistique Canada définit un ménage ou une maisonnée comme étant "composé d’une personne ou d’un groupe de personnes occupant un même logement" (Statistique Canada, 2015). C’est une définition très semblable à celle qu’on trouve dans les dictionnaires qui vont combiner systématiquement un groupe de personnes occupant une habitation ou une maison. Par contre, la question de la famille n’est pas toujours explicitée ou précisée, même si on semble présumer que la famille est l’unité sociale de base et donc qu’elle est équivalente à la maisonnée. La réalité dynamique des familles et des maisonnées aujourd’hui et dans le passé rend cette définition simpliste et minimaliste, mais on doit se contenter de cette définition pour le moment. En anglais, l’équivalent du terme maisonnée est household. L’Office québécois de la langue française semble privilégier le terme ménage pour maisonnée. Pour ce numéro, nous avons choisi le terme maisonnée car c’est le terme le plus utilisé par les archéologues francophones. Finalement, il est intéressant de noter que le terme foyer (hearth en anglais, hogar en espagnol) est souvent associé à la maisonnée, ce qui doit être réconfortant pour les archéologues.

8Dès le départ, par souci de clarté, les organisateurs de ce colloque ont considéré la maisonnée comme une unité d’analyse valide en anthropologie et en archéologie. De plus, nous estimons que c’est une unité d’analyse utile pour les comparaisons interculturelles. Le vrai défi au niveau méthodologique et théorique est de savoir comment passer de l’analyse détaillée des données spatiales et artefactuelles des maisons à l’archéologie sociale des maisonnées. C’est-à-dire, comment peut-on opérationnaliser le vaste corpus théorique sur l’organisation sociale, politique et économique des maisonnées afin d’interpréter les données très riches produites pas les archéologues sur le terrain. Dans une première étape, il est important de ne pas fusionner la famille, ou groupe de parenté, avec la maisonnée au niveau de l’analyse (cf. Joyce, Gillespie, 2000). Ceci est un thème récurrent en archéologie des Iroquoiens qui est souvent appuyé sur les données ethnographiques et ethnohistoriques afin d’interpréter l’organisation sociale de la maison-longue. Bien que cette approche historico-directe puisse paraitre adéquate pour la plupart des iroquoianistes, et même pour plusieurs mésoaméricanistes (cf. Wilk, Ashmore, 1988), elle ne peut pas être appliquée par exemple au Néolithique de l’Europe. Comme solution potentielle, Netting, Wilk et Arnould ont proposé il y a trente ans que les chercheurs devraient se concentrer sur ce que les membres des maisonnées faisaient (Netting et al., 1984). La plupart des archéologues semblent avoir accepté cette proposition.

9Dans une publication récente sur les maisonnées dans les Amériques, Douglass et Gonlin (2012) réitèrent l’utilité de la maisonnée comme unité d’analyse et ce que les membres des maisonnées faisaient comme étant l’objectif principal. Ces auteurs reprennent la définition de Wilk et Rathje de 1982 :

"… on peut définir la maisonnée comme la composante sociale la plus répandue de la subsistance, le plus petit et le plus abondant des regroupements autour des activités. Cette maisonnée est composée de trois éléments : (1) social : l’unité démographique, incluant le nombre et les relations entre les membres de cette unité ; (2) matériel : le logement, les aires d’activités, et les possessions ; et (3) comportemental : les activités réalisées dans la maisonnée. Cette maisonnée typique est le produit d’une stratégie domestique qui doit répondre aux besoins productifs, distributifs, et reproductifs de ses membres (Wilk, Rathje, 1982 : 618, ma traduction, italiques dans l’original)".

10Douglass et Gonlin (2012) adoptent aussi les cinq fonctions de la maisonnée telles que proposées par Wilk et Netting en 1984 : production, distribution, transmission, reproduction (incluant la reproduction biologique et la reproduction culturelle/sociale), et corésidence (Wilk, Netting, 1984). Cette emphase sur ce que les maisonnées font, et sur les fonctions de la maisonnée, semble être toujours utile pour opérationnaliser le thème de l’archéologie des maisonnées. Ce qui est peut-être plus intéressant, c’est qu’en parallèle avec les questions plus habituelles reliées aux maisonnées comme l’étude de la production artisanale par les spécialistes (Hirth, 2009), Douglass et Gonlin indiquent que l’archéologie des maisonnées aujourd’hui est en mesure d’aborder plusieurs des thèmes qui sont fondamentaux pour l’archéologie sociale comme par exemple le genre, les inégalités, la différentiation, ou le contexte social de la production et la spécialisation (Douglass, Gonlin, 2012). Les articles de ce numéro abordent ces thèmes ainsi que d’autres en utilisant des données diversifiées ce qui démontre la valeur analytique de la maisonnée.

11Finalement, il est intéressant de remarquer que la seule étude de cas qui touche au Nord-est de l’Amérique du Nord dans le livre de Douglass et Gonlin examine l’archéologie des maisons-longues iroquoises de la préhistoire tardive de l’État de New York (Snow, 2012). Ceci nous rappelle le fait que tous les contextes archéologiques ne fournissent pas les données spatiales ou architecturales qui permettent aux archéologues de fouiller des maisons et des maisonnées. Il existe d’ailleurs d’autres excellents exemples de l’archéologie des maisonnées au Canada et dans le nord des États-Unis (par ex. Ames, 2006). Nous pouvons compter dans ce numéro sur des exemples archéologiques qui proviennent de l’Europe méridionale, de l’Anatolie et la Méditerranée, du Nord-est de l’Amérique du Nord et de la Mésoamérique qui nous fournissent un aperçu des maisonnées du passé, et nous permettent certaines comparaisons interculturelles. Nous espérons que le lecteur trouvera dans ces différentes études de cas des ajouts utiles au corpus grandissant des données archéologiques sur les maisonnées, suscitant des débats et de nouvelles recherches sur ce thème fascinant.

Haut de page

Bibliographie

Ames K., 2006 - Thinking about Household Archaeology on the Northwest Coast, in Sobel E. A., Gahr D. A. T., Ames K. M. (eds.), Household Archaeology on the Northwest Coast, Ann Arbor, MI, International Monographs in Prehistory (Archaeological Series, 16), 16-36.

Bon F., Costamagno S., Valdeyron N. (dir.), 2011 - Haltes de chasse en Préhistoire. Quelles réalités archéologiques ?, Palethnologie, 3.

Bressy C., Burke A., Chalard P., Martin H. (dir.), 2006 - Notions de territoire et de mobilité : exemples de l’Europe et des premières nations en Amérique du Nord avant le contact européen (Actes du Xe congrès annuel de l’Association Européenne des Archéologues, Lyon, 2004), Liège, Études et Recherches Archéologiques de l’Université de Liège (ERAUL, 116).

Douglass J. G., Gonlin N. (eds.), 2012 - Ancient Households of the Americas: Conceptualizing What Households Do, Boulder, University Press of Colorado.

Hirth K., 2009 - Craft Production, Household Diversification, and Domestic Economy in Prehispanic Mesoamerica, Archeological Papers of the American Anthropological Association, 19 (1), 13-32.

Joyce R. A., Gillespie S. D., 2000 - Beyond Kinship: Social and Material Reproduction in House Societies, Philadelphia, University of Pennsylvania Press.

Meskell L., Preucel R. W., 2004 - A Companion to Social Archaeology, Malden, MA, Blackwell.

Netting R. McC., Wilk R. R., Arnould E. J. (eds.), 1984 - Households: Comparative and Historical Studies of the Domestic Group, Berkeley, University of California Press.

Snow D. R., 2012 - Iroquoian Households: A Mohawk Longhouse at Otstungo, New York, in Douglass J. G., Gonlin N. (eds.), Ancient Households of the Americas: Conceptualizing What Households Do, Boulder, University Press of Colorado, 117-140.

Statistics Canada - Government of Canada, 2015 - Families, households and housing (http://www5.statcan.gc.ca/subject-sujet/theme-theme.action?pid=40000&lang=eng&more=1), Consulted December 2015, Government of Canada.

Trigger B. G., 2003 - Understanding Early Civilizations: A Comparative Study, Cambridge, Cambridge University Press.

Trigger B. G., 2007 - Cross-Cultural Comparison and Archaeological Theory, in Meskell L., Preucel R. W. (eds.), A Companion to Social Archaeology, Malden, MA, Blackwell, 43-65.

Wilk R. R., Ashmore W., 1988 - Household and Community in the Mesoamerican Past, Albuquerque, University of New Mexico Press.

Wilk R. R., Netting R. McC, 1984 - Households: changing forms and functions, in Netting R. McC., Wilk R. R., Arnould E. J. (eds.), Households: Comparative and Historical Studies of the Domestic Group, Berkeley, University of California Press, 1-28.

Wilk R. R., Rathje W. L., 1982 - Household Archaeology, American Behavioral Scientist, 25 (6), 617-639.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adrian L. Burke, « L’archéologie des maisonnées – pour une approche comparative transatlantique »Palethnologie [En ligne], 8 | 2016, mis en ligne le 29 décembre 2016, consulté le 05 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/palethnologie/383 ; DOI : https://doi.org/10.4000/palethnologie.383

Haut de page

Auteur

Adrian L. Burke

Université de Montréal
adrian.burke[at]umontreal.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Palethnologie est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search