Navigation – Plan du site

AccueilNuméros8La maisonnée dans les AmériquesProlonger la charpente : la maiso...

La maisonnée dans les Amériques

Prolonger la charpente : la maison-longue iroquoienne en tant que système sociotechnique

John L. Creese
Traduction(s) :
Extending the rafters: The Iroquoian Longhouse as a Sociotechnical System [en]

Résumé

Nous avons besoin d’une meilleure compréhension du rôle des habitats domestiques dans la formation des relations sociales du passé. Ici, les maisons-longues iroquoiennes du Nord sont étudiées en tant que système sociotechnique, au sens de Pfaffenberger (1992). Cette approche permet d’apprécier comment les relations sociales étaient générées et contestées lors des activités de construction et d’occupation des maisons. J’examine un échantillon de maisons-longues pré-colombiennes du sud de l’Ontario, au Canada. La variation des aspects de la construction de la maison, de la disposition spatiale et du rituel indique que les réseaux sociotechniques associés avec les différentes maisons étaient variables en échelle, en durabilité et dans leur organisation. Ce qui émerge est l’impression qu’une tension dynamique et conductrice entre les forces de la collectivisation et de l’atomisation, de l’inclusion et de l’exclusion, est au cœur de la vie de la maison-longue.

Haut de page

Texte intégral

Un grand merci à Claude Chapdelaine et Adrian Burke pour m’avoir invité à participer au colloque pour lequel cet article a été préparé. L’essentiel de mon travail a été complété durant mon doctorat à l’Université de Toronto et je dois donc une grande dette de remerciements à David G. Smith pour son enthousiasme et son encouragement dans cette piste de recherche. J’ai également bénéficié grandement de discussions avec Astrid Van Oyen, Chris Watts et Oliver Harris. Le financement a été fourni en partie par le Conseil de recherche en sciences humaines du Canada.

Introduction

1À la lumière des échecs de la pensée évolutionniste et de ses étapes successives (par exemple, Feinman, Neitzel, 1982 ; Pauketat, 2007), le temps est venu d’une approche plus dynamique pour l’étude des habitats domestiques des sociétés moyennement complexes. La reconnaissance des maisons en tant que phénomènes historiques actifs est une nécessaire contrepartie à une compréhension plus flexible et non-linéaire des sociétés non-étatiques (cf. Crumley, 1987). Un moyen d’y parvenir est de penser les habitats domestiques en tant que systèmes sociotechniques (Pfaffenberger, 1992). Placer l’étude des maisons-longues iroquoiennes dans ce cadre nous permet d’apprécier les façons dont les relations sociales sont produites et défiées lors même des activités de création, de maintenance et de reconstruction des maisons. Ici, j’examine les maisons-longues principalement à partir des villages iroquoiens septentrionaux du sud de l’Ontario du XIIIe au XVe siècles (figure 1). Les schémas hétérogènes de construction des maisons, l’organisation spatiale interne et l’activité rituelle indiquent que les réseaux sociotechniques associés aux différentes maisons étaient étonnamment variables en échelle, en durabilité et en organisation, y compris au sein d’un même village. Émerge ainsi l’impression qu’une tension dynamique et conductrice, entre les forces de la collectivisation et de l’atomisation, d’inclusion et d’exclusion, repose au cœur de la vie de la maison-longue.

Figure 1 - Localisation des sites mentionnés dans le texte.

Figure 1 - Localisation des sites mentionnés dans le texte.

1 - La maison-longue en Anthropologie et en Archéologie

2Durant le Sylvicole supérieur (vers 900-1650 de notre ère), des maisons-longues, sur structure de poteaux, couvertes d’écorce, étaient communes sur une large part du nord-est de l’Amérique du Nord (figure 2). Les prototypes des maisons-longues apparurent d’abord dans le sud de l’Ontario dès le Xe siècle, et se répandirent dans la région vers 1300 de notre ère (Creese, 2011). Elles étaient construites à partir d’une structure aux murs latéraux composée de poteaux relativement fins et de supports intérieurs plus solides (Kapches, 1994). Mesurant de 6 à 8 m de large, elles variaient en longueur en fonction du nombre de familles résidentes, avec un maximum d’environ 100 m (Tuck, 1971 : 82). Chez les peuples iroquoiens septentrionaux, les maisons-longues étaient normalement habitées par un noyau de femmes apparentées et, de manière variable, par leurs époux et leurs enfants (Morgan, 1881). L’intérieur de la structure était organisé autour d’une rangée de foyers centraux. Des paires de familles nucléaires occupaient l’espace sur les deux côtés en un arrangement modulaire, parfois délimité en compartiments (Snow, 1990, 1997). Le long de chaque mur, une rangée de banquettes courait tout le long du bâtiment. Elles restaient ouvertes sur le couloir central, ce qui encourageait le travail collectif et la consommation communautaire (Richter, 1992 : 19). Les vestibules d’entrée aux deux extrémités de la structure servaient également de réserves de grains durant les temps historiques (Prezzano, 1992 ; Kapches, 1993, 1994).

Figure 2 - Maison-longue iroquoienne reconstituée, village et musée de Ska-Nah-Doht, London, Ontario.

Figure 2 - Maison-longue iroquoienne reconstituée, village et musée de Ska-Nah-Doht, London, Ontario.

cliché : John L. Creese

3Depuis l’ethnographie pionnière de Lewis Henry Morgan, la maison-longue iroquoienne a été considérée comme l’illustration idéale de la société tribale. Pour Morgan (1881), la forme de la maison-longue était un corollaire naturel de la place des Iroquois dans l’évolution sociale. Elle incarnait son état de "barbarie", au sein duquel la parenté et ce "communisme de l’habitat" définissaient l’ordre social. Avec sa rangée de foyers centraux partagés, son stockage en commun et des familles résidentes liées par la lignée maternelle, la maison-longue semblait être une image parfaite de cet ordre fondamental. En tant qu’horticulteurs habitant en villages, les sociétés iroquoiennes continuent à être caractérisées comme "tribales". Dans le modèle anthropologique classique de la tribu, le principal problème social auquel sont confrontées les sociétés agrariennes de petite taille sont résolus en étant tribale (Sahlins, 1968) ; l’intégration sociale est réalisée à travers la chaîne de la parenté et la trame d’institutions pan-résidentielles. Pour les chercheurs influencés par la théorie anthropologique du milieu du siècle, les principes structurants et archétypaux de la tribu – une organisation segmentaire flexible et un mode domestique de production (Service, 1971 ; Sahlins, 1972) – apparaissaient comme étant en corrélation directe avec la forme de la maison-longue (Engelbrecht, 1974 ; Trigger, 1976 ; Snow, 1994). Au fur et à mesure que les lignages croissaient, la matrilocalité et une éthique partagée se conjuguaient pour faire de la maison-longue un impératif organisationnel.

4Cette vision iconique de la maison-longue a hélas eu un effet émoussant sur l’imagination archéologique. Le répertoire archéologique de ces bâtiments est extraordinairement robuste, avec des centaines de maisons fouillées au cours des 50 dernières années. En dépit du fort potentiel d’un tel échantillon, cependant, les archéologues n’ont que peu ressenti le besoin de prêter une attention soutenue à la variation du plan et de l’architecture de la maison. La majeure partie des travaux scientifiques ont été consacrés à la recherche des origines des schèmes iroquoiens de résidence post-maritale et d’organisation du clan (Warrick, 1984 ; Kapches, 1990 ; Birch, 2008) – en d’autres mots, à trouver la corrélation matérielle du tribalisme iroquoien. Lorsque des variations entre maisons ont été étudiées, c’était principalement pour des objectifs historico-culturels, chronologiques et démographiques (Dodd, 1984 ; Warrick, 1989 ; Kapches, 1994). Peut-être pour cette raison, le riche répertoire archéologique de maisons-longues iroquoiennes a été sous-évalué. La variation architecturale qui échouait à se conformer au modèle tribal normatif a souvent été ignorée (Creese, 2012b), alors que d’importantes questions anthropologiques sur les dynamiques sociales des sociétés acéphales étaient négligées.

2 - Les maisons-longues en tant que systèmes sociotechniques

5Nous ferions mieux de remonter l’horloge et d’essayer de regarder vers l’avenir, avec le peuple iroquoien du XIIIe au XVe siècles, avenir qui n’était alors pas du tout déterminé, mais plein de visions concurrentes sur la façon dont les populations devaient former des communautés durables et productives (cf. Harris, 2014). Un cadre analytique fournissant une prise à ces questions est celui du système sociotechnique (Lemonnier, 1986 ; Pfaffenberger, 1992). Ce concept a été développé par des sociologues de la science et de la technologie, mais son influence est croissante sur le développement de l’archéologie théorique (par exemple, Hodder, 2012 ; Pauketat, 2013). Dans son essence, il rejette la distinction familière entre technologie (liée au matériel) et culture (liée à l’idéel), qui est inscrite au cœur de la pensée moderne. À sa place, des assemblages complexes, comme des grilles de courant électrique (Hughes, 1983) et des bateaux à voiles (Law, 1987), sont analysés comme des réseaux structurés d’acteurs humains et non-humains. Ces réseaux, pour fonctionner comme le veulent les individus, font l’effort de construire et de se maintenir (Hodder, 2012 : 88). En conséquence, ils tendent à inscrire les individus dans des dépendances, ou des imbrications, ainsi que Hodder les a appelés, dans lesquels la coordination du travail, des techniques, des matériels, du savoir et du pouvoir devient une force structurante de l’histoire humaine. L’assemblage total exprime des capacités émergentes différentes de celles de ses composants (DeLanda, 2006), c’est-à-dire un assemblage de soi-même (Bennett, 2005). Cette agentivité n’est pas seulement instrumentale ou utilitaire, mais socio-génique. Ainsi que Pfaffenberger (1992 : 502) l’exprime, les systèmes sociotechniques "produisent du pouvoir et du sens tout autant que des biens".

6En ayant ces références en tête, je suggère qu’une manière plus productive d’aborder les maisons-longues serait de les considérer comme une sorte d’assemblage sociotechnique. Plutôt qu’une entité fermée – un fait accompli – j’aimerais voir la maison comme un projet social ouvert, incertain et contesté. Nous pourrions la penser comme une sorte de filet ou de piège, un assemblage de choses hétérogènes – bois et écorce, poterie, poisson séché, tabac, animaux, morts, masques et esprits – qui travaillaient collectivement à impliquer les occupants dans des relations dynamiques (cf. Deleuze, Guattari, 1988). Plutôt que de voir les restes archéologiques d’une maison comme la simple réflexion d’un ordre tribal stable, nous devons saisir son implication passée dans un travail social – le travail par lequel de tels ordres étaient précairement composés et sans cesse testés et contestés (cf. Foucault, 1975, 1977 ; Bourdieu, 1977).

7Dans ce qui suit, j’examine trois champs de la pratique domestique iroquoienne : la construction de la maison, l’organisation spatiale et le rituel. La question pertinente dans chaque cas est comment ces pratiques permettaient aux sujets iroquoiens d’entraîner les gens et les ressources vers des relations durables et comment étaient négociées des visions concurrentes de ce que ces relations pouvaient être.

3 - Construire des maisons ; construire des relations

8La maison était une technologie complexe et en faire une nécessitait un ensemble de diverses compétences, de ressources, de savoir-faire intergénérationnel et de travail coopératif. Les maisons devaient être construites rapidement et durant la saison la plus propice, et une construction réussie dépendait d’un travail rapide par de nombreuses mains. Du processus de construction, Sagard, un missionnaire récollet séjournant dans la nation wendat au début du XVIIe siècle, peint une image harmonieuse d’action en commun. Il nous informe que "quand quelques-uns de leurs concitoyens n’ont point de cabane à se loger, tous unanimement prêtent la main et lui en font une" (Sagard, 2007 : 151). Toutefois, cette description optimiste dissimule une réalité plus embrouillée de conflit sur qui est censé travailler pour qui. Des ressentiments frémissants existaient juste sous la surface. Sagard rapporte le cas d’un "jeune garçon, lequel n’y travaillant pas de bonne volonté [à la construction de la maison des missionnaires], (qui) se plaignait aux autres de la peine et du soin qu’ils se donnaient de bâtir une cabane à des gens qui ne leur étaient point parents" (Sagard, 2007 : 150, mon emphase). Construire une maison-longue n’était pas seulement une occasion d’action par des groupes sociaux coopératifs, mais fondamentalement, un champ pour tester et disputer les terrains sur lesquels ces relations pouvaient être définies. En acceptant de construire une maison pour les Récollets, les bâtisseurs les redéfinissaient simultanément comme des "parents et amis, bien qu’étrangers" (Sagard, 2007 : 150).

9Cet épisode nous encourage à adopter un regard nouveau sur la variation archéologique de la construction de maisons. Durant le XIIIe siècle, les maisons-longues se sont rapidement répandues dans les villages de tout le sud de l’Ontario, avec une moyenne allant de 12 m sur les sites de la tradition iroquoienne ancienne (900-1280 de notre ère) à 38 m lors de la phase intermédiaire (1280-1400 de notre ère) (Dodd, 1984 ; Creese, 2011 : 246). Plutôt qu’une simple réponse à la croissance de la population, l’expansion des maisons à cette période doit être vue comme une arène pour la politique (Varley, Cannon, 1994). Les maisons ne pouvaient en effet être étendues sans les nécessaires alliances grâce auxquelles elles pouvaient être faites et maintenues – que ce soit à l’interne, en définissant une famille d’occupants élargie, et à l’externe, en définissant des relations distantes et des amis auxquels on pouvait faire appel lorsqu’on avait besoin d’aide. De ce fait, le XIIIe siècle a été une période critique durant laquelle les questions d’alliance sociale ont été mises en avant. Construire des maisons et les agrandir en "prolongeant la charpente" (Foster et al., 1984) pour accueillir des nouveaux-venus étaient des projets de construction d’un système sociotechnique, de production de formes distinctes d’habitat domestique, mais aussi au sein de ce processus de structuration des notions iroquoiennes de pouvoir et de personnalité (Creese, 2012a).

10Toutes les maisonnées n’étaient pas destinées à réussir également ces projets et l’archéologie révèle ces différences. Les méthodes de construction des murs des maisons-longues, par exemple, variaient entre deux types principaux : (1) à rangée unique et (2) par paires, selon des techniques de rangées étalonnées. La construction en rangée unique nécessitait moins de poteaux par mètre (tableau 1) et peut être vue comme une option d’investissement moindre, qui était probablement également moins durable. La construction par paires de poteaux utilisait plus de poteaux par mètre (tableau 1) et impliquait probablement une plus grande complexité technique, plus de travail et de ressources.

Tableau 1 - Résumé des données sur les dimensions des maisons-longues, leurs attributs de construction et leurs structures internes, de trois villages iroquoiens du sud de l’Ontario.

Tableau 1 - Résumé des données sur les dimensions des maisons-longues, leurs attributs de construction et leurs structures internes, de trois villages iroquoiens du sud de l’Ontario.

Les maisons ont été mesurées à partir de plans publiés par Robertson, 2005 et Williamson, 1998 et 2005. Notez que la rectitude des murs a été mesurée en divisant la ligne droite du côté d’un mur (entre les deux extrémités) par le périmètre véritable du mur. Ainsi, plus la valeur est proche de 1,0, plus le mur est rectiligne. La note de réfection est la somme des événements de réparation des murs, des remplacements et des extensions/contractions de la maison. La note de rituel est la somme de toutes les inhumations humaines, inhumations animales et huttes à sudation découverts dans une maison.

11La régularité du mur variait également d’une maison à l’autre, même entre structures localisées à quelques mètres de distance et sur un terrain similaire. Dans des maisons d’environ 40 m de long en moyenne, des murs rectilignes auraient été difficiles à obtenir. Lorsqu’ils sont présents, ils attestent de la coordination d’un grand nombre de travailleurs par des maîtres constructeurs expérimentés. De même, la taille moyenne et maximale des poteaux supports devait avoir des implications quant aux coûts de travail et à la durabilité des structures sur le long-terme. Les indices de longévité de la maison et de réfection sous la forme de renforcements des murs, de réfections et d’extensions pourraient refléter la capacité des résidents à entretenir la maison face à des exigences d’obligations réciproques de fournir du travail et de l’expertise à des groupes de pairs.

12Un résumé des données sur ces attributs se trouve dans le tableau 1 pour un échantillon de maisons-longues du XIIIe au XVe siècles des sites de Wellington, Berkholder 2 et de Myers Road (Williamson, 1998, 2005 ; Robertson, 2005). Des schémas forts apparaissent à travers ces données. À l’examen de cet échantillon, les maisons avec des poteaux supports internes plus grands ont plus de chance d’avoir des murs plus rectilignes (R2=0,48, F=6,38, p=0,04 ; figure 3a). Des supports supplémentaires auraient facilité des charges de stockage plus élevées pour de la nourriture comme le maïs, qui historiquement était tressé et pendu aux chevrons pour sécher. La taille des poteaux supports et la rectitude des murs était également positivement associée avec la densité de poteaux du mur (R2=0,69, F=15,74, p=0,005 ; figure 3b) et avec l’intensité de la réfection (R2=0,76, F=21,72, p=0,002 ; figure 4a), ce qui suggère que les bâtiments à fort investissement avaient des durées de vie plus longues et étaient plus susceptibles d’être renforcés et étendus. Les maisons avec une construction des murs par rangée simple avaient des supports maximaux plus petits, des murs plus erratiques, des densités de poteaux de murs plus faibles, moins d’aménagements intérieurs et moins d’extensions et de réparations que les maisons avec une construction des murs par paires de poteaux (figures 5-6). De plus, à Myers Road, les maisons à fort investissement et à longue durée avaient plus de chances de contenir des inhumations internes et des bains de sueur semi-souterrains (R2=0,60, F=10,48, p=0,01 ; figures 4b, 6b). L’association de ces activités rituelles avec l’intensité de la réfection pourrait indiquer leur importance dans la mémorisation des événements importants dans la vie de la maison (voir plus bas). Ensemble, ces tendances illustrent la variation dans la capacité de la maisonnée à faire appel aux alliés et à la parenté tout au long de la durée de vie de la maison. Certaines familles avaient clairement plus de succès que d’autres et les débats au sujet de qui devait être défini comme un parent ou un ami approprié devaient probablement être endémiques.

Figure 3 - Graphiques de dispersion des attributs de construction des maisons-longues du site de Myers Road (vers 1280-1340 de notre ère).

Figure 3 - Graphiques de dispersion des attributs de construction des maisons-longues du site de Myers Road (vers 1280-1340 de notre ère).

Les lignes de régression montrent des relations positives entre le diamètre maximal des supports de poteau et (a) la rectitude des murs (R2=0,48, F=6,38, p=0,04) et (b) la densité des poteaux de la paroi (R2=0,69, F=15,74, p=0,005) dans les portions non perturbées de paroi bien préservée. Ces tendances montrent que les maisons avec des poteaux porteurs intérieurs plus longs avaient des parois plus droites, qui étaient construites plus solidement et/ou davantage réparées au cours du temps.

Figure 4 - Graphiques de dispersion des attributs de construction des maisons-longues du site de Myers Road (vers 1280-1340 de notre ère).

Figure 4 - Graphiques de dispersion des attributs de construction des maisons-longues du site de Myers Road (vers 1280-1340 de notre ère).

Les lignes de régression montrent des relations positives entre (a) le diamètre maximal des poteaux porteurs et la note de réfection (R2=0,76, F=21,72, p=0,002) et (b) la note de rituel et la note de réfection (R2=0,60, F=10,48, p=0,01). Ces tendances montrent que les maisons avec des poteaux porteurs plus longs ont été plus souvent l’objet de réparations, de reconstructions de parois et d’extension/contraction durant leur durée de vie que celles avec des poteaux porteurs plus petits. Les maisons avec plus d’indices de rénovation comptent également un nombre plus grand de sépultures et de niches à sudation semi-souterraines (par exemple, les maisons 1 et 3).

Figure 5 - Diagrammes en boîte d’attributs de construction de maisons-longues du site de Myers Road (vers 1280-1340 de notre ère).

Figure 5 - Diagrammes en boîte d’attributs de construction de maisons-longues du site de Myers Road (vers 1280-1340 de notre ère).

Le diamètre maximal des poteaux porteurs (a) et la rectitude des murs (b) sont significativement plus élevés pour les maisons construites en utilisant la technique des poteaux doublés et décalés. Les maisons construites avec une seule rangée ont de plus petits supports et des parois moins rectilignes.

Figure 6 - Diagrammes en boîte d’attributs de construction de maisons-longues du site de Myers Road (vers 1280-1340 de notre ère).

Figure 6 - Diagrammes en boîte d’attributs de construction de maisons-longues du site de Myers Road (vers 1280-1340 de notre ère).

La note de réfection (a) et la note de rituel (b) sont significativement plus élevées pour les maisons construites principalement avec la technique des poteaux doublés et décalés. Les maisons construites avec une seule rangée sont moins souvent reconstruites et sont moins souvent l’objet d’extensions (contractions, contiennent moins d’inhumations internes et de niches à sudation.

4 - L’ordre spatial et l’économie domestique

13L’arrangement spatial des activités domestiques quotidiennes fournit une perspective additionnelle sur ces questions. Lors de ma recherche doctorale, j’ai utilisé une méthode pour examiner les schémas d’organisation de l’espace intérieur, connue sous le nom d’estimation de la densité par la méthode du noyau. J’ai numérisé les plans de 45 aires de foyer de maisons-longues datées entre 900 et 1500 de notre ère. Les aires de foyer étaient définies par une grille d’échantillonnage proportionnelle à la largeur de la maison centrée sur le foyer. Pour chaque aire de foyer, les algorithmes d’estimation de la densité par la méthode du noyau étaient utilisés pour extrapoler les surfaces de probabilité qui représentent les tendances générales de la distribution des aménagements (Creese, 2012b).

14En mettant ces données ensemble, il a été possible de produire un plan d’aire de foyer modèle montrant l’arrangement spatial typique du foyer central (figure 7). Unifiant et divisant tout autant, le foyer formait un axe critique pour l’organisation de l’espace domestique. Il modérait les relations sociales symétriques entre familles nucléaires appariées dans la dimension latérale et les relations sociales asymétriques entre résidents et individus étrangers à la maison dans la dimension longitudinale. Ainsi que je l’ai argumenté ailleurs, ces schémas reflétaient et reproduisaient tout à la fois une ontologie iroquoienne caractéristique des ensembles sociaux en tant qu’alliances potentielles des parties (Creese, 2012a).

Figure 7 - Modèle de zones d’activités autour d’un foyer central idéal basé sur l’analyse de l’estimation de la densité kernel de 45 aires foyères de maisons-longues du sud de l’Ontario.

Figure 7 - Modèle de zones d’activités autour d’un foyer central idéal basé sur l’analyse de l’estimation de la densité kernel de 45 aires foyères de maisons-longues du sud de l’Ontario.

Il faut noter que le foyer définit deux axes d’activités spatiales orthogonaux et se superposant. Les zones d’activité de taille et de contenu symétriques se présentent bilatéralement (zones 1-3), tandis que celles de taille et de contenu asymétriques se présentent longitudinalement (zones b-e). Les cercles en pointillé représentent la position des groupes denses de poteaux. Les détails sont publiés dans Creese, 2012a.

DAO : John L. Creese

15Toutefois, ces régularités masquent les tensions et les contradictions à travers lesquelles elles ont émergé. Cela est tout spécialement évident durant la tradition iroquoienne ancienne de l’Ontario. À cette époque, de profondes fosses cylindriques de stockage peuvent être découvertes dans une variété de contextes, que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur des maisons (Williamson, 1985 ; Fox, 1986 ; Timmins, 1997). Dans certains cas, nous les voyons localisées sous les banquettes de couchage, suggérant que les familles nucléaires contrôlaient la production et la consommation associées. Cependant, dans d’autres cas, le stockage semble avoir été organisé à une plus grande échelle, dépassant celle de la maison (Fox, Salzer, 1999). Avec la croissance rapide des maisons-longues au cours du XIIIe siècle, la superficie moyenne des vestibules aux extrémités tripla (Creese, 2011 : 246) et ils devinrent des aires de stockage collectif au-dessus du sol pour des groupes coopératifs plus larges (Dodd et al., 1990 ; Kapches, 1994). Plus probablement, la maison-longue dans son ensemble était établie comme l’institution primordiale pour l’appropriation communautaire des surplus.

16De manière révélatrice toutefois, ce développement ne mit pas fin à la variation des solutions de stockage. Des fosses profondes continuèrent à apparaître dans certaines maisons et pas dans d’autres. Leur distribution réelle était sporadique, pas stricte suivant un modèle de symétrie bilatérale. De plus, les fosses plus petites, utilisées par les Wendats pour cacher des biens de la vue commune (et des revendications impliquées par l’éthique du partage) étaient inégalement distribuées à travers les aires de foyer. Le tableau 2 liste les décomptes de structures et le volume total des fosses pour les côtés gauche et droit d’un échantillon de 12 aires de foyer sur les sites Wellington et de Berkholder 2. À l’échelle de toute la maison, les structures étaient, tout bien considéré, distribuées symétriquement sur les deux côtés de l’axe central. Cependant, au sein de n’importe laquelle des aires de foyer, la distribution était sensiblement asymétrique, avec une moyenne de 2,5 fois plus de volume de stockage sur l’un des côtés du foyer que sur l’autre. De façon encore plus marquante, le volume total de stockage variait largement entre différentes aires de foyer, allant de 10 à 4174 litres, avec une déviation standard de 1362 litres (tableau 2). Parmi les aires de foyer contemporaines, il y avait une différence moyenne quadruple du volume total de la fosse entre n’importe laquelle des aires de foyer d’une maison-longue donnée (distribution moyenne de stockage inter-AF=0,25, tableau 2). Ce modèle a peu de chance d’être le résultat de différences dans la durée d’occupation de l’aire de foyer ou d’une perturbation post-dépositionnelle, étant donné que les poteaux supports intérieurs étaient relativement distribués de façon égale au sein des mêmes aires de foyer (tableau 2).

Tableau 2 - Résumé des données pour 12 aires de foyer de 6 maisons-longues des sites Wellington et Berkholder 2.

Tableau 2 - Résumé des données pour 12 aires de foyer de 6 maisons-longues des sites Wellington et Berkholder 2.

Les aires de foyer ont été délimitées en plaçant un carré de dimensions égales à la largeur de la maison sur chaque foyer central. La symétrie des structures est la proportion de décomptes de structures d’un côté latéral du foyer proportionnellement à l’autre (min/max). La symétrie du volume de fosses est la proportion du volume total des fosses sur un côté du foyer proportionnellement à l’autre. La distribution du stockage inter-AF est la proportion du volume total des fosses dans une aire de foyer proportionnellement à une autre dans la même maison-longue (min/max). Les valeurs proches de 1,0 représentent une distribution égale du volume des fosses entre les aires de foyer, tandis que de faibles valeurs représentent une distribution inégale. Le volume des fosses a été calculé à partir de dimensions reportées dans Robertson, 2005 et Williamson, 2005 et doivent être considérées comme approximatives.

17Le haut degré d’inégalité dans le stockage souterrain au sein des aires de foyer de Berkholder 2 et de Wellington est saisissant. Il indique que les manières dont les groupes sociaux coopéraient systématiquement au sein de la maison-longue pour des activités telles que la préparation de la nourriture, le stockage et la consommation variaient considérablement. L’utilisation du stockage collectif dans les vestibules des extrémités de la maison en parallèle à un stockage souterrain inégalement distribué dans les espaces familiaux suggère que des tensions existaient entre les exigences de production communautaire et la consommation à l’échelle de la maison et les intérêts des sous-groupes résidents à soustraire ou à cacher certains biens et activités à l’appropriation collective. La vision de la vie quotidienne qui émerge de cette analyse ne correspond pas à un égalitarisme harmonieux, mais plutôt à une négociation constante entre différentes échelles compétitives de coopération sociale et économique.

5 - Le rituel et la mémoire sociale

18Le rituel fournissait une troisième arène, au sein de laquelle les projets de construction de réseaux socio-techniques étaient poursuivis dans la maison. Comme la construction de la maison et les rythmes de l’économie domestique, les bains de sueur rituels et les rites funéraires étaient des opportunités pour étendre les relations sociales à travers des actes de regroupement des corps littéraux et figuratifs (cf. Pauketat, 2013).

19Depuis le tout début, les maisons-longues étaient les théâtres des interactions entre les vivants et les morts (Spence, 1994a). Dans beaucoup de maisons des phases ancienne et intermédiaire de la tradition iroquoienne de l’Ontario, des inhumations constituées de plusieurs individus étaient enterrées dans des sépultures multiples sous le sol de la maison ou dans des niches semi-souterraines (voir plus bas). Ces activités servaient à articuler les ensembles sociaux à travers le regroupement des corps et des ossements. Sur le site Miller (Kenyon, 1968), sept fosses d’enterrement largement dispersés ont été découverts dans plusieurs parties du site, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de la palissade, et dans une maison. Ces enterrements contenaient entre un et treize individus, et plusieurs comportaient trois ou quatre sépultures regroupées secondaires. À Praying Mantis, une sépulture secondaire contenant les restes d’au moins huit individus était localisée dans une fosse à l’extrémité orientale de la Maison 2 (Spence, 1994b ; Howie-Langs, 1998). La fosse avait aussi été utilisée pour d’autres activités, probablement d’abord pour du stockage et ensuite pour y jeter des détritus. Les sépultures humaines marquaient l’arrêt des activités de production et de consommation associées à la fosse et les reliaient directement avec un groupe social spécifique à travers le regroupement et le dépôt de restes humains. Près de cette sépulture, une autre fosse distincte contenait les restes presque complets de plusieurs mammifères – un cerf, deux loutres et neuf ratons-laveurs. Cet acte parallèle de regroupement de corps était peut-être destiné à définir le groupe social humain à travers ses connections avec des relations animales.

20À la fin du XIIIe siècle, les sépultures multiples secondaires étaient de plus en plus localisées hors des limites du village (Williamson, Steiss, 2013). Néanmoins, des sépultures sélectionnées et des activités de rituel funéraire continuaient à être pratiquées dans la maison. Les restes humains pouvaient être utilisés pour marquer les événements de construction et de réfection. Sur le site Uren, Wright (1986) rapporte la découverte d’un os long humain dans la fondation d’un poteau support. Sur le site Antrex, une maison-longue a été reconstruite selon une nouvelle orientation, mais de façon à maintenir une aire de recouvrement avec une structure funéraire multiple localisée sous l’un de ses foyers centraux (Thomas, Robertson, 2010). Comme cela a été noté plus haut, les sépultures entre les murs des maisons sur le site de Myers Road étaient positivement corrélées avec la qualité de la construction de la maison, sa durabilité et l’intensité de sa réfection. Ce schéma indique que les groupes qui réussissaient le mieux à assembler des réseaux sociotechniques durables autour de la maison mémorisaient ces efforts à travers des traitements funéraires spéciaux pour certains individus. S’il est approprié de voir de telles pratiques comme articulant et mémorisant des groupes sociaux connectés avec la maison, alors cette variation indique que coexistaient des visions concurrentes de la nature de ces unités sociales, souvent au sein d’une même communauté.

21Les dépressions semi-souterraines, qui étaient probablement des installations pour une séance de sudation (MacDonald, 1988, 1991), étaient souvent étroitement associées avec des sépultures humaines et animales intramurales. Elles sont d’abord apparues à la fin du XIIIe siècle, au moment précis où les maisons-longues devenaient rapidement des constructions monumentales. Elles ont un plan en forme de trou de serrure, avec une rampe d’entrée inclinée menant à une petite chambre creusée dans le sol et entourée par des poteaux qui devaient avoir supporté un toit. Elles ont souvent connu de multiples utilisations, avec tout d’abord des activités au sol ayant mené à la formation d’un niveau organique gras et noir, parfois associé à des dépôts rituels d’éléments de faune animale et d’artefacts. Plusieurs ont ensuite été utilisées pour le rejet de détritus aussi bien que pour des fins funéraires (MacDonald, 1991).

22Si nous considérons le bain de vapeur communautaire comme un autre contexte pour le rassemblement social, nous constatons que la distribution des dépressions à l’intérieur et entre les maisons-longues est révélatrice. J’ai quantifié l’orientation et la localisation des dépressions semi-souterraines au sein d’un échantillon de 157 maisons-longues provenant de 23 sites du sud de l’Ontario. Les rampes d’entrée aux dépressions semi-souterraines construites au sein des maisons-longues se répartissaient également selon une orientation latérale ou longitudinale. Des 108 dépressions à sudation de cette étude, l’orientation de la rampe d’entrée était presque parfaitement divisée entre les alternatives latérale et longitudinale. Si nous regardons la distribution des dépressions entre les catégories de l’espace de la maison, nous trouvons que le gradient d’accessibilité par rapport à la profondeur était marqué. Seules 5 % des dépressions étaient localisées dans les vestibules des extrémités, 15 % dans le corridor central et 80 % étaient dans l’aire des plateformes latérales ou annexées de l’extérieur (Creese, 2011 : 285).

23Ces schémas de localisation et d’orientation ne résultaient pas de coïncidences, mais relevaient de préoccupations rituelles. Dans la Maison 2 du site Hubbert (MacDonald, Williamson, 2001), un appariement bilatéral et des contrastes d’orientation renforçaient les relations structurales de base entre les parties sociales et les ensembles. Deux dépressions orientées longitudinalement ont été plus tard remplacées par des structures ayant une orientation latérale. De plus, une dépression centrale faisait face à la direction opposée aux deux premières dépressions (figure 8). Sa position centrale semble être une réponse à la paire de dépressions de l’autre côté. Des arrangements bilatéraux similaires ont été fouillés à Alexandra Day, Dunsmore et Myers Road (MacDonald et al., 1989 ; Robertson, Williamson, 2003, 2008).

Figure 8 - Plan du sol de la maison 2 du site Hubbert (vers 1425-1475 de notre ère), montrant un appariement bilatéral de niches semi-souterraines (SSLs). Elles encadrent un foyer central qui recouvre une niche semi-souterraine centrale antérieure.

Figure 8 - Plan du sol de la maison 2 du site Hubbert (vers 1425-1475 de notre ère), montrant un appariement bilatéral de niches semi-souterraines (SSLs). Elles encadrent un foyer central qui recouvre une niche semi-souterraine centrale antérieure.

d’après MacDonald, Williamson, 2001

24De prime abord, ces schémas spatiaux semblent affirmer une vision de la maison en tant qu’union balancée et harmonieuse entre des côtés alliés. Mais là encore, le schéma normatif ne raconte qu’une partie de l’histoire. Lorsque nous prêtons attention aux dimensions de la variabilité de la distribution des huttes à sudation, nous ne sommes pas confrontés à un accès inclusif et égalitaire, mais à un accès préférentiel et exclusif. Les huttes à sudation étaient distribuées très inégalement entre les maisons. Au sein de mon échantillon, 53 % des maisons de la phase iroquoienne intermédiaire ne disposaient d’aucune hutte à sudation. De plus, il n’y a pas de relation statistique entre la taille d’une maison et le nombre de huttes à sudation qu’elle contenait (Creese, 2011 : 259-260). Cela suggère que la taille des groupes sociaux qui contrôlaient et utilisaient des bains à sudation particuliers variait considérablement et, étant donné leur localisation majoritairement restreinte au sein des maisons, cela indique que ces rituels étaient aussi importants pour ceux qu’elles excluaient que pour ceux qu’elles incluaient.

6 - Réassembler la maison-longue

25Comment cette façon de considérer la maison-longue change-t-elle notre compréhension de son rôle dans l’histoire iroquoienne ? Vue comme un projet de développement dans la construction de relations, que pouvons-nous dire de la façon dont la maison-longue constituait le monde social de ses constructeurs et de ses habitants ? À l’échelle la plus générale, la maison peut être vue comme le lien d’une série d’accumulations et de redistributions sociales et économiques qui négociaient une relation tendue et parfois conflictuelle entre des parties sociales et des ensembles, des individus et des collectivités. En tant que système sociotechnique, la maison-longue liait des gens et des matériaux ensemble pour construire et réparer la maison elle-même, pour de la consommation de routine autour du pot commun, pour fêter et danser, pour des jeux et des rituels. En outre, les temporalités de la vie de la maison structuraient ces schémas de regroupements et de dispersions sociaux suivant différents rythmes – quotidiens alors que les femmes partaient au travail dans les champs et revenaient pour manger et raconter des histoires, saisonniers lorsque que les hommes suivaient le sentier de la guerre et retournaient chargés de captifs ou de trophées, et générationnels, lorsque les maisons étaient établies, agrandies pour incorporer de nouvelles familles et finalement réduites, brisées ou étaient abandonnées.

26Ces schémas aidaient à établir une logique iroquoienne durable d’extension sociale (cf. Foster et al., 1984). Au sein de ce système, le pouvoir et le bien-être étaient compris comme découlant de l’expansion des entités sociales à travers la construction d’alliances et l’adoption. Cette manière de structurer la croissance démographique était un mouvement critique qui permettait aux gens d’accroître leurs investissements dans les activités productives, tout en limitant les effets que cela pouvait avoir sur l’égalité sociale et économique. Cela assurait que du surplus de travail et de ressources pouvait être extrait par et dirigé vers les institutions sociales collectives plutôt que par les individus ou les familles nucléaires, alors que les différences de richesse et de statut pouvaient commencer à s’accroître (Trigger, 1990). Au même moment, selon la théorie de Johnson de la hiérarchie séquentielle (Johnson, 1982), étendre la taille de la maison-longue limitait l’échelle organisationnelle du village, amortissant le stress de l’interaction sociale et promouvant la prise de décision consensuelle (Creese, 2011).

27Cette lecture nous ramène au problème de dépeindre la maison-longue comme un reflet idéalisé et immuable de la société tribale. Un examen minutieux de cette "logique d’extension" l’a révélée comme étant le résultat d’un débat toujours en cours. Comme Trigger (1990) l’a présenté, la relative égalité sociale associée aux communautés iroquoiennes septentrionales était le produit de luttes internes contre ce qui était perçu comme de l’égoïsme, de l’accumulation et de la sorcellerie – des pratiques qui menaçaient de saper les bénéfices qui pouvaient être gagnés par la collectivisation de la production et de la consommation. En conséquence, si la maison-longue semble idéalement adaptée à la promotion de relations économiques et sociales égalitaires, ce n’est pas parce qu’elle reproduisait mécaniquement ces valeurs, mais parce qu’elle émergeait comme le terrain critique d’un projet contesté de rassemblement social.

Conclusions

28La maison-longue, ainsi, n’était en rien le reflet desséché d’un ordre social transcendantal dicté par un impératif tribal. Elle était plutôt le médium par lequel des projets concurrents de rassemblement social étaient mis en œuvre. Je m’inspire ici de Barrett et Ko (2010), qui, discutant des monuments mégalithiques du Néolithique de l’ouest de l’Europe, suggèrent qu’ils n’étaient pas érigés avec l’intention de projeter un schéma conceptuel sur le paysage. Ils argumentent au contraire qu’à travers l’engagement matériel des constructeurs dans le processus de construction, s’ouvraient de nouveaux champs d’objectification et de conceptualisation sociales : "les monuments n’étaient pas construits pour inscrire un ordre culturel sur le paysage, mais c’était par leur construction même qu’ils étaient le médium révélant comment un ordre de catégories pouvait s’être mis en place" (Barret, Ko, 2010).

29Je pense qu’il en était de même pour la maison-longue. Comprise de cette manière, le focus analytique pour l’archéologie se déplace vers les pratiques matérielles au sein et autour de la maison qui servait à assembler et à articuler des types particuliers de relations sociales. Dans le cas des Iroquoiens, des thèmes durables pour la contestation sociale au sein de la maison semblent avoir influencé la nature de la relation entre les parties sociales – en particulier les individus et les familles – et les factions institutionnelles plus larges, probablement la maison, les clans et les villages. Si quelque chose approchant une structure idéale "tribale" a déjà été reflétée par la maison-longue, c’était seulement comme une conséquence de l’utilisation créative par les individus des corps et des bâtiments pour expérimenter différentes façons de souder ensemble une population.

Haut de page

Bibliographie

Barrett J., Ko I., 2010 - A phenomenology of landscape: a crisis in British landscape archaeology?, Journal of Social Archaeology, 9, 275-294.

Bennett J., 2005 - The agency of assemblages and the North American blackout, Public Culture, 17, 445-465.

Birch J., 2008 - Rethinking the archaeological application of Iroquoian kinship, Canadian Journal of Archaeology, 32, 194-213.

Bourdieu P., 1977 - Outline of a theory of practice, Cambridge, Cambridge University Press.

Creese J., 2011 - Deyughnyonkwarakda-“at the wood’s edge”: the development of the Iroquoian village in southern Ontario, A.D. 900-1500, Doctoral thesis, Toronto, University of Toronto.

Creese J., 2012a - The domestication of personhood: a view from the Northern Iroquoian longhouse, Cambridge Archaeological Journal, 22, 365-386.

Creese J., 2012b - Post molds and preconceptions: new observations about Iroquoian longhouse architecture, Northeast Anthropology, 77/78, 47-70.

Crumley C., 1987 - A dialectical critique of hierarchy, in Patterson T., Gailey C. (eds.), Power relations and state formation, Washington DC, American Anthropological Association, 155-159.

DeLanda M., 2006 - A new philosophy of society, London, Continuum.

Deleuze G., Guattari F., 1988 - A thousand plateaus: capitalism and schizophrenia, London, Athlone.

Dodd C., 1984 - Ontario Iroquois tradition longhouses, Ottawa, National Museum of Man.

Dodd C., Poulton D., Lennox P., Smith D., Warrick G., 1990 - The middle Ontario Iroquoian stage, in Ellis C., Ferris N. (eds.), The archaeology of southern Ontario to A.D. 1650, London, ON, Occasional Publication of the London Chapter, Ontario Archaeological Society, 321-360.

Engelbrecht W., 1974 - The Iroquois: archaeological patterning on the tribal level, World Archaeology, 6, 52-65.

Feinman G., Neitzel J., 1984 - Too many types: an overview of sedentary pre-state societies in the Americas, Advances in Archaeological Method and Theory, 7, 39-102.

Foster M., Campisi J., Mithun M. (eds.) 1984 - Extending the rafters: interdisciplinary approaches to Iroquoian studies, Albany, State University of New York Press.

Foucault M., 1975 - The birth of the clinic: an archaeology of medical perception, Smith A. translator, New York, Vintage.

Foucault M., 1977 - Discipline and punish: the birth of the prison, Sheridan A. translator, London, Allen Lane.

Fox W., 1986 - The Elliott villages (AfHc): an introduction, Kewa, 86, 11-17.

Fox W., Salzer R., 1999 - Themes and variations: ideological systems in the Great Lakes, in Williamson R., Watts C. (eds.), Taming the taxonomy: toward a new understanding of Great Lakes archaeology, Toronto, Eastend Books, 237-263.

Harris O., 2014 - (Re)assembling communities, Journal of Archaeological Method and Theory, 21, 76-97.

Hodder I., 2012 - Entangled: an archaeology of the relationships between humans and things, Oxford, Wiley-Blackwell.

Howie-Langs L., 1998 - The Praying Mantis site: a study of ceramic variability and cultural behaviour at an Early Iroquoian village, Masters thesis, London, ON, The University of Western Ontario.

Hughes T., 1983 - Networks of power: electrification in western society, 1880-1930, Baltimore, Johns Hopkins University Press.

Johnson G., 1982 - Organizational structure and scalar stress, in Renfrew C., Rowlands M., Segraves B. (eds.), Theory and explanation in archaeology, New York, Academic Press, 389-421.

Kapches M., 1990 - The spatial dynamics of Ontario Iroquoian longhouses, American Antiquity, 55, 49-57.

Kapches M., 1993 - The Ontario Iroquoian longhouse ca. 1350 to ca. 1640: a study in vernacular architecture, in Beck J., Keefer A. (eds.), Vernacular architecture in Ontario, Toronto, Architectural Conservancy of Ontario, 3-15.

Kapches M., 1994 - The Iroquoian longhouse: architectural and cultural identity, in Locock M. (ed.), Meaningful architecture: social interpretation of buildings, Brookfield, VT, Ashgate Publishing, 253-270.

Kenyon W., 1968 - The Miller Site, Toronto, Royal Ontario Museum.

Law J., 1987 - Technology and heterogeneous engineering: the case of Portuguese expansion, in Bijker W., Hughes T., Pinch T. (eds.), The social construction of technological systems: new directions in the sociology and history of technology, Cambridge, MIT Press, 111-134.

Lemonnier P., 1986 - The study of material culture today: toward an anthropology of technical systems, Journal of Anthropological Archaeology, 5, 147-186.

MacDonald R., 1988 - Ontario Iroquoian sweat lodges, Ontario Archaeology, 48, 17-26.

MacDonald R., 1991 - Even more on semisubterranean sweat lodges: a reply to Fitzgerald, Arch Notes, 91, 9-10.

MacDonald R., Ramsden C., Williamson R., 1989 - The Myers Road site: shedding new light on regional diversity in settlement patterns, Canadian Journal of Archaeology, 13, 207-211.

MacDonald R., Williamson R., 2001 - Sweat lodges and solidarity: the archaeology of the Hubbert site, Ontario Archaeology, 71, 29-78.

Morgan L., 1881 - Houses and house-life of the American aborigines, Washington, Department of the Interior, US Geographical and Geological Survey.

Pauketat T., 2007 - Chiefdoms and other archaeological delusions, New York, Altamira Press.

Pauketat T., 2013 - An archaeology of the cosmos: rethinking agency and religion in ancient America, New York, Routledge.

Pfaffenberger B., 1992 - Social Anthropology of Technology, Annual Review of Anthropology, 21, 491-516.

Prezzano S., 1992 - Longhouse, village, and palisade: community patterns at the Iroquois southern door, Doctoral thesis, Binghamton, NY, State University of New York at Binghamton.

Richter D., 1992 - The ordeal of the longhouse: the peoples of the Iroquois league in the era of European colonization, Chapel Hill, University of North Carolina Press.

Robertson D., 2005 - The stage 3-4 salvage excavation of the Berkholder 2 site (AlGt-35), lot 8, concession 9, geographic township of Markham, Box Grove secondary planning area, Box Grove Hill development lands, Town of Markham, Regional Municipality of York, Ontario, Toronto, Report on file, Ontario Ministry of Culture, Heritage Operations Unit.

Robertson D., Williamson R., 2003 - The archaeology of the Dunsmore site: 15th-century community transformations in southern Ontario, Canadian Journal of Archaeology, 27, 1-61.

Robertson D., Williamson R., 2008 - Report on the stage 3-4 salvage excavation of the Alexandra site (AkGt-53), draft plan of subdivision SC-T20000001 (55T-00601), geographic township of Scarborough, now in the City of Toronto, Ontario, Toronto, Report on file, Ontario Ministry of Culture, Heritage Operations Unit.

Sagard G., 2007 - Le grand Voyage du Pays des Hurons, Québec, Bibliothèque québécoise (nouvelle édition, texte établi par Réal Ouellet), 407 p.

Sahlins M., 1968 - Tribesmen, Englewood Cliffs, NJ, Prentice-Hall.

Sahlins M., 1972 - Stone age economics, Chicago, Aldine.

Service E., 1971 - Primitive social organization: an evolutionary perspective, New York, Random House.

Snow D., 1994 - The Iroquois, Oxford, Blackwell.

Snow D., 1997 - The architecture of Iroquois longhouses, Northeast Anthropology, 53, 61-84.

Spence M., 1994a - Mortuary programmes of the Early Ontario Iroquoians, Ontario Archaeology, 58, 6-26.

Spence M., 1994b - The Praying Mantis burials: technical report, London, ON, Department of Anthropology, University of Western Ontario.

Thomas S., Robertson D., 2010 - Human remains. Salvage excavations of the Antrex site (AjGv-38), City of Mississauga, Regional Municipality of Peel, Ontario, Toronto, Cultural Programs Unit, Ontario Ministry of Culture.

Timmins P., 1997 - The Calvert site: an interpretive framework for the Early Iroquoian village, Ottawa, National Museum of Civilization.

Trigger B., 1976 - The children of Aataentsic: a history of the Huron people to 1660, Montreal, McGill-Queen’s University Press.

Trigger B., 1990 - Maintaining economic equality in opposition to complexity: an Iroquoian case study, in Upham S. (ed.), The evolution of political systems: sociopolitics in small-scale sedentary societies, Cambridge, Cambridge University Press, 119-145.

Tuck J., 1971 - Onondaga Iroquois prehistory: a study in settlement archaeology, Syracuse, Syracuse University Press.

Varley C., Cannon A., 1994 - Historical inconsistencies: Huron longhouse length, hearth number and time, Ontario Archaeology, 58, 85-101.

Warrick G., 1984 - Reconstructing Ontario Iroquoian village organization, Ottawa, National Museum of Man.

Warrick G., 1989 - Trends in Huron family, household and community size, A.D. 900 - A.D. 1650, in Mac-Eacheran S., Archer D., Gavin R. (eds.), Households and communities, Calgary, University of Calgary Archaeological Association, 277-286.

Williamson R., 1985 - Glen Meyer: people in transition, Doctoral thesis, Montreal, McGill University.

Williamson R., 1998 - The Myers Road site: archaeology of the Early to Middle Iroquoian transition, London, ON, Occasional Publication of the London Chapter, Ontario Archaeological Society.

Williamson R., 2005 - The archaeology of the Wellington site (BcGw-55), Archaeological services Inc., Toronto, Report on file, Ontario Ministry of Culture, Heritage Operations Unit.

Williamson R., Steiss D., 2003 - A history of Ontario Iroquoian multiple burial practice, in Williamson R., Pfeiffer S. (eds.), Bones of the ancestors: the archaeology and osteobiography of the Moatfield ossuary, Gatineau, QC, Canadian Museum of Civilization, 89-132.

Wright M., 1986 - The Uren site AfHd-3: an analysis and reappraisal of the Uren substage type site, London, ON, Ontario Archaeology Society.

Wrong G., 1939 - Sagard’s long journey to the Huron, Toronto, The Champlain Society.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Localisation des sites mentionnés dans le texte.
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/391/img-1.png
Fichier image/png, 780k
Titre Figure 2 - Maison-longue iroquoienne reconstituée, village et musée de Ska-Nah-Doht, London, Ontario.
Crédits cliché : John L. Creese
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/391/img-2.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Tableau 1 - Résumé des données sur les dimensions des maisons-longues, leurs attributs de construction et leurs structures internes, de trois villages iroquoiens du sud de l’Ontario.
Légende Les maisons ont été mesurées à partir de plans publiés par Robertson, 2005 et Williamson, 1998 et 2005. Notez que la rectitude des murs a été mesurée en divisant la ligne droite du côté d’un mur (entre les deux extrémités) par le périmètre véritable du mur. Ainsi, plus la valeur est proche de 1,0, plus le mur est rectiligne. La note de réfection est la somme des événements de réparation des murs, des remplacements et des extensions/contractions de la maison. La note de rituel est la somme de toutes les inhumations humaines, inhumations animales et huttes à sudation découverts dans une maison.
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/391/img-3.png
Fichier image/png, 564k
Titre Figure 3 - Graphiques de dispersion des attributs de construction des maisons-longues du site de Myers Road (vers 1280-1340 de notre ère).
Légende Les lignes de régression montrent des relations positives entre le diamètre maximal des supports de poteau et (a) la rectitude des murs (R2=0,48, F=6,38, p=0,04) et (b) la densité des poteaux de la paroi (R2=0,69, F=15,74, p=0,005) dans les portions non perturbées de paroi bien préservée. Ces tendances montrent que les maisons avec des poteaux porteurs intérieurs plus longs avaient des parois plus droites, qui étaient construites plus solidement et/ou davantage réparées au cours du temps.
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/391/img-4.png
Fichier image/png, 151k
Titre Figure 4 - Graphiques de dispersion des attributs de construction des maisons-longues du site de Myers Road (vers 1280-1340 de notre ère).
Légende Les lignes de régression montrent des relations positives entre (a) le diamètre maximal des poteaux porteurs et la note de réfection (R2=0,76, F=21,72, p=0,002) et (b) la note de rituel et la note de réfection (R2=0,60, F=10,48, p=0,01). Ces tendances montrent que les maisons avec des poteaux porteurs plus longs ont été plus souvent l’objet de réparations, de reconstructions de parois et d’extension/contraction durant leur durée de vie que celles avec des poteaux porteurs plus petits. Les maisons avec plus d’indices de rénovation comptent également un nombre plus grand de sépultures et de niches à sudation semi-souterraines (par exemple, les maisons 1 et 3).
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/391/img-5.png
Fichier image/png, 119k
Titre Figure 5 - Diagrammes en boîte d’attributs de construction de maisons-longues du site de Myers Road (vers 1280-1340 de notre ère).
Légende Le diamètre maximal des poteaux porteurs (a) et la rectitude des murs (b) sont significativement plus élevés pour les maisons construites en utilisant la technique des poteaux doublés et décalés. Les maisons construites avec une seule rangée ont de plus petits supports et des parois moins rectilignes.
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/391/img-6.png
Fichier image/png, 68k
Titre Figure 6 - Diagrammes en boîte d’attributs de construction de maisons-longues du site de Myers Road (vers 1280-1340 de notre ère).
Légende La note de réfection (a) et la note de rituel (b) sont significativement plus élevées pour les maisons construites principalement avec la technique des poteaux doublés et décalés. Les maisons construites avec une seule rangée sont moins souvent reconstruites et sont moins souvent l’objet d’extensions (contractions, contiennent moins d’inhumations internes et de niches à sudation.
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/391/img-7.png
Fichier image/png, 47k
Titre Figure 7 - Modèle de zones d’activités autour d’un foyer central idéal basé sur l’analyse de l’estimation de la densité kernel de 45 aires foyères de maisons-longues du sud de l’Ontario.
Légende Il faut noter que le foyer définit deux axes d’activités spatiales orthogonaux et se superposant. Les zones d’activité de taille et de contenu symétriques se présentent bilatéralement (zones 1-3), tandis que celles de taille et de contenu asymétriques se présentent longitudinalement (zones b-e). Les cercles en pointillé représentent la position des groupes denses de poteaux. Les détails sont publiés dans Creese, 2012a.
Crédits DAO : John L. Creese
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/391/img-8.png
Fichier image/png, 149k
Titre Tableau 2 - Résumé des données pour 12 aires de foyer de 6 maisons-longues des sites Wellington et Berkholder 2.
Légende Les aires de foyer ont été délimitées en plaçant un carré de dimensions égales à la largeur de la maison sur chaque foyer central. La symétrie des structures est la proportion de décomptes de structures d’un côté latéral du foyer proportionnellement à l’autre (min/max). La symétrie du volume de fosses est la proportion du volume total des fosses sur un côté du foyer proportionnellement à l’autre. La distribution du stockage inter-AF est la proportion du volume total des fosses dans une aire de foyer proportionnellement à une autre dans la même maison-longue (min/max). Les valeurs proches de 1,0 représentent une distribution égale du volume des fosses entre les aires de foyer, tandis que de faibles valeurs représentent une distribution inégale. Le volume des fosses a été calculé à partir de dimensions reportées dans Robertson, 2005 et Williamson, 2005 et doivent être considérées comme approximatives.
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/391/img-9.png
Fichier image/png, 408k
Titre Figure 8 - Plan du sol de la maison 2 du site Hubbert (vers 1425-1475 de notre ère), montrant un appariement bilatéral de niches semi-souterraines (SSLs). Elles encadrent un foyer central qui recouvre une niche semi-souterraine centrale antérieure.
Crédits d’après MacDonald, Williamson, 2001
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/391/img-10.png
Fichier image/png, 359k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

John L. Creese, « Prolonger la charpente : la maison-longue iroquoienne en tant que système sociotechnique »Palethnologie [En ligne], 8 | 2016, mis en ligne le 29 décembre 2016, consulté le 23 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/palethnologie/391 ; DOI : https://doi.org/10.4000/palethnologie.391

Haut de page

Auteur

John L. Creese

North Dakota State University
john.creese[at]ndsu.edu

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Palethnologie est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search