Navigation – Plan du site

AccueilNuméros8La maisonnée dans les AmériquesRelations de pouvoir et de produc...

La maisonnée dans les Amériques

Relations de pouvoir et de production au sein des communautés ancestrales Wendat

Jennifer Birch
Traduction(s) :
Relations of power and production in ancestral wendat communities [en]

Résumé

Durant la fin du XVe et le début du XVIe siècles, les sociétés iroquoiennes du nord-est de l’Amérique du Nord ont été confrontées à une généralisation des conflits et au regroupement des petites communautés villageoises en agglomérations densément peuplées. Régionalement, ces processus résultaient du réalignement du paysage géopolitique et de l’émergence de nations distinctes. Afin d’apprécier la manière dont le regroupement se déploya au niveau de la maisonnée, nous allons présenter quelques aperçus d’une séquence de relocation d’une communauté ancestrale Wendat bien étudiée. Ces données sont interrogées suivant un cadre analytique et théorique multi-scalaire, qui place la communauté au centre des processus de changement culturel. La reconfiguration de l’espace domestique, les palissades, les dépotoirs, les aires d’activités, et la culture matérielle qui leur est associée, suggèrent que le regroupement résulta du développement d’un degré significatif de complexité organisationnelle. Cela incluait le développement de relations de pouvoir asymétriques et d’une centralisation des décisions, ainsi que des changements dans les moyens sociaux de production, un besoin croissant de travail masculin et féminin, une gestion centralisée des activités de la maisonnée et des changements dans l’apprentissage social. La fine résolution temporelle de ces données démontre comment ces processus ont affecté chaque génération, alors que les individus et les maisonnées répondaient aux défis et aux opportunités de la vie dans de grandes communautés co-résidentielles villageoises.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’archéologie de la maisonnée du Nord-Est américain a bénéficié d’approches sans cesse plus historicisées et politisées, qui placent les maisonnées dans de plus grands paysages socio-politiques, plutôt que de les traiter comme des entités fermées et isomorphes (Pluckhahn, 2010). Examiner les dynamiques des maisonnées selon les termes de la théorie de la pratique, "ce que font les gens en tant que membres d’un groupe domestique" (Hendon, 1996 : 46, mon emphase) nous permet de comprendre comment les changements dans le répertoire matériel des maisonnées s’articulent avec, et aident à expliquer, l’histoire d’un peuple (Pauketat, 2001).

2Le répertoire archéologique des sociétés nord-iroquoiennes est parfaitement adapté à l’étude du lien entre les pratiques quotidiennes et des processus de long-terme de changement culturel et social. Après l’adoption d’un mode de vie en villages sédentaires, vers 1300 de notre ère, les sites étaient occupés pendant approximativement 15-30 ans, avant d’être déplacés (Heidenreich, 1971 ; Jones, Wood, 2012). Les nouveaux villages étaient habituellement construits dans un rayon de 5 km du précédent site, bien que s’effectuaient également de plus lointaines migrations. De nombreuses séquences de déplacement de sites ont été reconstituées, qui représentent des siècles d’occupation par des groupes communautaires contigus. Étudier les séquences de sites permet aux archéologues d’observer des généalogies de pratique (Brumfiel, 2000 ; Pauketat, Alt, 2005) qui peuvent en retour être articulées avec de plus larges phénomènes socio-culturels régionaux.

3Durant les XVe et XVIe siècles de notre ère, le regroupement des habitats conduisit à la formation de grandes bourgades, densément peuplées. Au fur et à mesure que les gens se rassemblèrent, les changements dans les pratiques quotidiennes transformèrent la vie sociale, politique et économique, y compris dans l’élaboration de structures de pouvoir consensuelles et asymétriques et dans l’intensification et la différenciation de la production. Ces communautés coalescentes fournissent de nouveaux éclairages sur la relation entre échelle, intégration et complexité (cf. Blanton et al., 1993 ; Feinman, 2013) qui défient les limites des conceptions traditionnelles des sociétés segmentaires (Birch, Williamson, 2013a).

4Nous présentons une brève discussion des maisonnées et communautés wendat, en particulier de la manière dont les relations de pouvoir et de production ont traditionnellement été construites sur la base de l’ethnohistoire et de l’archéologie. Les données provenant de la séquence d’un site bien documenté fournissent des éclairages sur la façon dont le regroupement a transformé les pratiques socio-politiques et économiques. Ces observations sont alors mises en perspective avec des processus à grande échelle de complexité politique et de construction de confédération durant la fin de la préhistoire du Nord-Est.

1 - Les maisonnées et communautés wendat

5À l’époque du contact européen soutenu, les locuteurs iroquoiens septentrionaux habitaient le sud de l’Ontario, le sud-ouest du Québec, la région des Finger Lakes de l’État de New York et la vallée de la Susquehanna (figure 1). Des vestiges archéologiques remontant à 900 après J.-C. et incluant des traits culturels iroquoiens sont considérés comme représentant des peuples ancestraux parlant iroquoien – bien que la relation entre culture matérielle, langage et ethnicité soit loin d’être claire. Les Wendat (Hurons) et leurs ancêtres occupaient le centre-sud de l’Ontario jusque vers 1650, époque à laquelle ils se sont dispersés loin de leur territoire d’origine, dans le contexte de l’agression Haudenosaunee (Iroquois), des épidémies et des implications coloniales complexes.

Figure 1 - Localisation des sociétés iroquoiennes septentrionales dans la basse région des Grands Lacs à l’époque pré-contact et à l’époque du contact.

Figure 1 - Localisation des sociétés iroquoiennes septentrionales dans la basse région des Grands Lacs à l’époque pré-contact et à l’époque du contact.

DAO : J. Birch

6La maisonnée wendat était composée par les membres d’une maison-longue co-résidentielle. Chaque maisonnée était occupée par un noyau de femmes apparentées accompagnées par leurs enfants, appartenant à un segment clanique matrilinéaire, et par leurs époux, qui se réclamaient d’un autre clan, et envers lequel s’exerçaient leurs responsabilités. Certaines maisonnées peuvent ne pas avoir été strictement matrilocales, puisque des hommes appartenant à des lignages influents ou "de chefs" restaient dans leur maison-longue natale (Richards, 1967 ; Trigger, 1978). La composition de la maisonnée peut également avoir varié dans le contexte de déménagements à grande distance, d’adoptions et de longs séjours auprès de parents ou de partenaires de traite (Birch, 2008 ; Snow, 2007). Les règles du clan exogame signifiaient que chaque maisonnée était insérée dans un réseau de relations avec d’autres maisonnées, par des liens de mariage, des parentés et des obligations de résidence dans la famille natale et dans des segments claniques. Ainsi que Carballo (2011 : 149-150) l’a noté dans le contexte des hautes terres de Mésoamérique : la relation entre les économies domestiques et la composition de la maisonnée devrait être vue comme étant "récursivement emmêlée". Il a généralement été considéré que les maisonnées wendat étaient des unités économiques discrètes, au sein desquelles des femmes apparentées formaient des groupes de travail constitués. Les vestibules aux extrémités des maisons-longues suggèrent que le stockage prenait place au niveau de la maisonnée. Toutefois, la programmation et la fusion des différents travaux productifs (cf. Wilk, Netting, 1984) s’étendaient souvent au-delà du groupe de la maisonnée. De ce fait, l’analyse à l’échelle de la seule maisonnée a une valeur limitée pour la plupart des questions que nous pourrions poser sur le pouvoir et la production dans la société wendat.

7Pour beaucoup de peuples autochtones de l’est de l’Amérique du Nord, la bourgade ou la communauté était le centre de la vie sociale et politique et formait la composante centrale de l’identité personnelle. Beaucoup de définitions de la communauté sont documentées par les phénomènes que nous cherchons à comprendre. En archéologie iroquoienne, la communauté est généralement définie en termes socio-spatiaux (cf. Yaeger, Canuto, 2000) comme de nombreuses maisonnées co-résidentielles, s’articulant soigneusement avec les sites archéologiques. Ma conceptualisation des communautés iroquoiennes les voit comme étant à la fois des lieux de résidence flexibles et des champs pour la négociation de l’identité sociale et de la mémoire collective (Isbell, 2000 ; Pauketat, 2007 : 107). Une telle définition dynamique injecte de l’action et de l’intentionnalité dans l’appartenance communautaire, permet la reconnaissance des intérêts de coopération et de concurrence et aide à expliquer le changement dans le temps, y compris dans les histoires occupationnelles à l’échelle individuelle des sites.

2 - Le pouvoir et la production dans la société wendat

8Les sociétés iroquoiennes sont communément considérées comme "tribales" et manquant de formes complexes d’organisation politique et économique. Les approches contemporaines de l’organisation politique évitent les cadres d’évolution de l’organisation socio-politique trop simples, en tenant compte de la nature multidimensionnelle du pouvoir et de l’autorité dans les sociétés intermédiaires (cf., par exemple, Feinman, Neitzel, 1984 ; Cobb, 2003 ; Grinin, Korotyev, 2011). Les cadres conceptuels influencés par l’action collective (par exemple, Blanton, Fargher, 2008 ; Carballo, 2013) ont démontré que les structures politiques hiérarchisées peuvent être générées depuis la base, lorsque le pouvoir est relationnel, contextuellement spécifique et négocié dans un contexte de conditions sociales, matérielles et historiques fluctuantes (Thomas, 2002 ; Brück, Fontijn, 2013).

9La culture wendat comprenait des leaders influents et de puissants mécanismes de nivellement, qui reflétaient l’importance des comportements coopératifs (Tooker, 1964 ; Trigger, 1976). Ethnohistoriquement, les représentants de chaque segment de clan au sein de la communauté étaient responsables des fonctions civiles et des affaires extérieures. Les témoignages ethnohistoriques mentionnent des leaders ayant une influence exceptionnelle, qui représentaient leurs nations et, dans au moins un cas, la confédération dans son ensemble dans leurs relations avec les étrangers (Trigger, 1985 : 223-224). Pour les Wendat, le pouvoir se gagnait par la recherche du consensus, plutôt que par une inégalité structurelle ou basée sur la richesse. Certains individus atteignaient des positions de leadership qui possédaient des caractéristiques rencontrant les exigences de la position ou de la communauté à certains moments particuliers. Certains postes de chef étaient également héritées et les noms, devoirs et l’incarnation de traits clefs étaient transmis au sein de lignages spécifiques (Thwaites, 1896-1901, 10 : 235 ; Tooker, 1964 : 43).

10Les archéologues étudiant les Wendat ont parfois confondu les notions de hiérarchie et de rang (Jamieson, 2011 : 1). C’est particulièrement le cas lorsque la donnée archéologique est interprétée dans le contexte de la conception de la société wendat par Trigger (1976, 1990). Alors que Trigger promouvait les idéaux égalitaristes de la société wendat, il reconnaissait que des inégalités institutionnalisées et informelles étaient également présentes, avec les chefs wendat et leurs familles constituant "un groupe privilégié économiquement et politiquement" (1990 : 99).

11Les femmes exerçaient un pouvoir significatif dans les affaires wendat (Lafitau, 1724 : I : 66-67 ; Brown, 1970). Les femmes âgées du clan sélectionnaient et révoquaient les leaders. Les femmes arrangeaient les mariages, liant ensemble les clans, les maisonnées et les communautés à des fins particulières. Les structures domestiques, la propriété, le système agraire, les récoltes, tout appartenait aux femmes ; elles produisaient la vaste majorité de la nourriture du groupe et étaient aux commandes de l’économie domestique. Le statut des femmes peut avoir été asymétrique de la même façon que l’était celui des hommes. En tant que bâtisseuses de consensus, médiatrices de conflits, transmetteuses de savoir-faire et contrôlant les moyens de production domestiques, le pouvoir des femmes était exercé dans des domaines pas toujours explicitement considérés comme politiques. Les discussions sur les systèmes politiques iroquoiens ont été principalement focalisées sur la façon dont le regroupement des habitats, l’intégration sociale et les changements dans la production et la consommation des nécessités de la vie ont conduit au développement de nouvelles formes d’organisation et de leadership dans une communauté iroquoienne.

3 - Le regroupement des établissements dans l’Iroquoisie des XVe et XVIe siècles

12Au cours de six siècles d’intensification agricole et de croissance de la population, les établissements iroquoiens évoluèrent de petits campements semi-sédentaires, où le maïs était cultivé à petite échelle, à des établissements plus grands et plus sédentaires, où la contribution du maïs à la diète alimentaire atteint 50-60 % (Katzenberg et al., 1995 ; Birch, Williamson, 2013b : 25-44 ; Pfeiffer et al., 2014). L’accroissement de la population au XIVe siècle signifiait qu’au début du XVe siècle, une grande partie de la rive nord du lac Ontario était peuplée par de petits villages, avec des populations de 200-500 personnes groupées le long des principaux affluents du lac Ontario (Warrick, 2008).

13Entre 1450 et 1500, les sites villageois devinrent moins nombreux, de taille plus grande et plus éloignés les uns des autres au cours du processus de regroupement des établissements régionaux. Certaines des agglomérations contenaient plus de 1500 habitants (Finlayson, 1985 ; Birch, Williamson, 2013a). Les connections engendrées par la proximité des communautés du début du XVe siècle – aires communes d’extraction des ressources, chemins, parentés, cérémonie et commerce – influencèrent le regroupement de groupes partageant le territoire d’un même bassin hydrographique. Les assemblages céramiques hétérogènes suggèrent que les villages regroupés contenaient également des gens d’origine plus lointaine (cf., par exemple, Ramden, 1978, 1990 ; Birch et al., 2017). Les établissements regroupées livrent d’abondants indices de conflit, comme des palissades défensives, des restes d’êtres humains massacrés dans les dépotoirs et des sépultures présentant des traumatismes violents (Engelbrecht, 2003 ; Williamson, 2007). Les agglomérations en cours de formation ont des palissades qui ont été élargies afin d’accueillir de nouveaux groupes de maisons-longues (figure 2). L’extension des palissades suggère que le regroupement se produisit rapidement, au cours de la durée de vie moyenne de 15-30 ans des villages. La création de regroupements sociaux plus grands généra des défis organisationnels significatifs pour la gestion, l’organisation et l’intégration des populations (Birch, Williamson, 2013b).

Figure 2 - Sélection de plans de sites, vers 1400-1550 de notre ère.

Figure 2 - Sélection de plans de sites, vers 1400-1550 de notre ère.

Sites pré-coalescents : a) Baker (ASI, 2006), b) Over (DPA, 1996) ; c) Hope (ASI, 2011). Sites en cours de coalescence : d) Draper (Finlayson, 1985) ; e) Keffer (Finlayson et al., 1987) ; f) Damiani (ASI, 2012). Sites à coalescence achevée : g) Mantle (ASI, 2014) ; h) Seed-Barker (Burgar, 1993).

4 - La séquence de West Duffins Creek

14Entre la moitié et la fin du XVe siècle, huit petites communautés villageoises se regroupèrent sur le site Draper (Finlayson, 1985 ; Warrick, 2008 : 136-137 ; Birch, Williamson, 2013b : 78). Cette communauté se déplaça alors tout entière au moins deux fois, vers les sites Spang et Mantle, avant de continuer vers le nord pour occuper des sites plus tardifs sur le bassin de la rivière Holland (figure 3) (Birch, 2012 ; Birch, Williamson, 2013b). Parmi ces sites, Draper et Mantle ont été intégralement fouillés et fournissent des aperçus sur la façon dont ces communautés ont été transformées durant le processus de fusion ou d’union.

Figure 3 - Séquence de déplacement des sites de la West Duffins Creek.

Figure 3 - Séquence de déplacement des sites de la West Duffins Creek.

DAO : J. Birch

15Le village Draper fut à l’origine un simple groupe de maisons alignées entourées par une palissade multiple. Au cours de 25 ans approximativement, cette palissade a été élargie en cinq occasions différentes afin d’incorporer de nouveaux groupes de maisons-longues alignées et un maximum de population estimé à 1800 personnes (Finlayson, 1985) (figure 4). Chacun de ces groupes de maisons-longues conserva une spatialité distincte et probablement une identité distincte au sein du village fusionné (Birch, 2012 ; Birch, Williamson, 2013ab). Des documents historiques indiquent que les plus longues maisons de l’établissement appartenaient aux leaders de la communauté et servaient pour la tenue des réunions du conseil et les autres assemblées (Trigger, 1976). Étant donné que chaque groupe de maisons à Draper contient une telle "longue" maison-longue, chaque groupe pourrait avoir conservé des fonctions sociales et politiques distinctes. Dans le même temps, chaque groupe de maisons-longues ayant pu être resté relativement autonome, des moyens d’organisation sociale et politique plus formels auraient été rendus nécessaires.

16Le regroupement implique vraisemblablement que les segments de la communauté et leurs représentants entrèrent en négociation sur la configuration de l’infrastructure et de l’espace dans des enceintes densément remplies, sur la construction et l’entretien des défenses, sur l’accès aux territoires de chasse, aux routes de traite, à l’utilisation de la terre, sur la participation et le contrôle des fêtes et des activités rituelles, sur la hiérarchie interne et la sélection des porte-paroles, et sur les autres sujets qui requéraient des prises de décisions complexes (Birch, Williamson 2013a). Dans les communautés antérieures au regroupement, ces fonctions étaient très probablement gérées par des lignages ou des maisonnées (MacDonald, 1986 ; Warrick, 1996). À Draper, un conseil de village aurait été rendu nécessaire pour coordonner la prise de décision et résoudre les disputes entre les segments de la communauté.

Figure 4 - Plan des sites Draper et Mantle.

Figure 4 - Plan des sites Draper et Mantle.

a) Draper, extension maximale (d’après Finlayson, 1985) ; b) Mantle, premier village ; c) Mantle, dernier village (d’après Birch, 2010 ; ASI, 2014).

DAO : J. Birch

17L’occupation du site Spang a été intermédiaire entre celle des sites Draper et Mantle. Il n’a fait l’objet que de prospections de surface et de fouilles limitées, qui ont révélé des portions de cinq maisons-longues et d’une palissade multiple. Alors que l’assemblage céramique est compatible avec son occupation temporelle et spatiale intermédiaire entre Draper et Mantle, vers 1475-1500, la configuration spatiale de cette communauté reste peu connue.

18La communauté déménagea à nouveau, dans son ensemble, de Spang à Mantle, vers 1500. Alors que le plan de la communauté de Mantle présente une disposition plus cohésive que Draper, l’occupation de l’espace villageois a connu une histoire dynamique. Durant la première phase de l’occupation du site, les maisons étaient arrangées selon un alignement plus ou moins radial autour d’une place publique unique et ouverte (figure 4). Dans tous les contextes culturels, les places sont des lieux d’intégration sociale et la place publique de Mantle pourrait avoir servi à des fonctions tant rituelles que séculières (Adler, Wilshusen, 1990).

19À Draper, il n’y a pas de corrélations matérielles qui suggèreraient l’existence d’une organisation politique centralisée. Néanmoins, nous pouvons déduire que de telles pratiques doivent avoir existé ou avoir été développées. Si nous acceptons l’idée que l’organisation de l’espace précède cognitivement son expression matérielle (Rapoport, 1994 ; Ingold, 2000 : 186), nous pouvons en déduire que la négociation du plan intégrateur de la communauté de Mantle a été générée à Draper ou à Spang. En effet, l’une des conclusions les plus éclairantes qui peut être tracée de la séquence de ces sites est le fait que la construction des institutions, tout à la fois, précédait les communautés regroupées et continuait simultanément à les développer.

20Les maisons 15 et 20 sont deux très longues maisons-longues (L>50 m), situées sur la portion topographique la plus haute du site Mantle. Ces structures, et les plus petites maisons qui les flanquaient de près, ont des murs à très fortes densités de poteaux par comparaison avec la plupart des autres structures du village, ce qui suggère une reconstruction ou une réparation plus fréquentes (figure 5) (Birch, 2010). Nous pouvons donc en déduire qu’elles servaient une fonction importante et durable dans la communauté (Birch, Williamson, 2013b : 72-73). Il est possible que la maison 21, une petite structure à fonction spéciale, accolée à la maison 20, ait servi d’espace de stockage. Cependant, alors que les maisons 15 et 20 ont perduré tout au long de l’occupation du site, ce ne fut pas le cas du haut degré d’intégration du plan du site. Après approximativement 10-15 ans, la palissade a été réduite et la place publique remplie de structures (figure 4). Cette contraction eu lieu peu de temps après l’abandon de 5 à 6 maisons dans la partie nord du village, ce qui pourrait correspondre au départ d’environ 400 personnes ; un groupe approximativement de la taille d’une communauté d’avant le regroupement (Birch, Williamson, 2013b : 78). La reconstruction de la palissade impliqua également la création d’un talus de terre, basé sur la présence d’une tranchée. Alors que l’élaboration de la palissade pourrait suggérer une préoccupation croissante pour la défense, il y a à Mantle une diminution considérable des restes humains en contextes non funéraires par rapport au site antérieur de Draper. Cette preuve de déclin des conflits se répète tout le long de la rive nord-ouest du lac Ontario (Birch, Williamson, 2013b : 39).

Figure 5 - Maisons 15 et 20, avec les maisons adjacentes, site Mantle. Interprété comme étant le centre politique de la communauté.

Figure 5 - Maisons 15 et 20, avec les maisons adjacentes, site Mantle. Interprété comme étant le centre politique de la communauté.

DAO : J. Birch (d’après Birch, Williamson 2013b : 70)

21Les indices de prise de décision centralisée continuent à être évidents dans le système de gestion des détritus de la communauté. À Draper, les concentrations de déchets sont déposés à l’extrémité des maisons, au sein de l’enceinte du village. À Mantle, un système organisé de gestion des déchets est dirigé hors du village. Durant la phase ancienne de l’occupation du site, les déchets étaient déposés dans un grand dépotoir sur le flanc du coteau. Plus tard, les déchets ont été également déposés dans la tranchée d’emprunt. L’adoption collective de cette stratégie implique ou bien une prise de décision coordonnée par le village dans son ensemble ou une pratique imposée par ceux en position d’influence. Ensemble, la place centrale, les résidences éminentes, le système de gestion des déchets et la réorganisation du plan de la communauté servent à matérialiser une narration plus complexe des relations sociales et politiques que cela n’était apparent dans les communautés antérieures.

5 - Les relations de pouvoir

22Le regroupement généra de nouvelles structures politiques. Alors que les positions de leadership pourraient avoir précédé le regroupement, les leaders qui pouvaient construire le consensus et gérer les affaires communales pourraient avoir été spécialement importants dans les plus grandes agglomérations. Les groupes parentaux ayant les liens les plus anciens avec les implantations pourraient avoir accédé à un statut élevé, dû à leur position relative au sein de la communauté. Dans le contexte du déménagement des populations dans le sud-ouest des États-Unis, Schachner (2012 : 24) notait que les ressources locales, les droits et la prise de décision étaient contrôlés par des individus et groupes relativement stables, plutôt que par la communauté dans son ensemble. Dans le cas de la communauté Draper-Mantle, ces maisonnées qui formaient le noyau originel de la communauté de Draper pourraient avoir gardé le contrôle de certaines ressources naturelles et politiques. Durant la confédération wendat du XVIIe siècle, les nations fondatrices Attignawantan et Attigneenongnahac, qui détenaient la plus longue présence historique à Wendake, se voyaient accorder la séniorité cérémonielle et politique, face aux Arendahronon et aux Tahontaerenat, qui furent les dernières nations à se joindre (Trigger, 1969 : 20).

23En Nouvelle-Guinée, Roscoe (2009) observa que durant les périodes de conflits, les leaders qui émergeaient étaient ceux en capacité d’organiser effectivement la défense de la communauté. Tant en Nouvelle-Guinée qu’en Iroquoisie, l’action offensive était généralement entreprise par des clans ou des groupes d’hommes apparentés qui cherchaient à venger les morts ou les blessures de parents et atteindre un statut personnel, alors que la défense était l’affaire du groupe entier. Alors que certains individus prenaient le devant en tant que leaders respectés pour leur bravoure sur le sentier de la guerre, des individus pourraient avoir émergé, par leur capacité à organiser efficacement et à maintenir les dispositifs défensifs du village.

24Hastorf (1990) suggère que les leaders émergents prônaient également l’organisation du travail et la gestion des ressources. Les membres du groupe reconnaissaient qu’ils avaient une meilleure chance de stabilité et une meilleure qualité de vie avec une organisation plus poussée : accorder aux leaders le pouvoir d’organiser opposé au pouvoir sur l’organisation (Hastorf, 1990 : 149). Le développement et l’importance du leadership masculin n’éclipse pas le pouvoir des femmes dans la communauté.

6 - Les relations de production

25La production et la consommation des biens matériels et l’éducation et la socialisation des enfants font partie des fonctions primaires du groupe domestique (Wilk, Netting, 1984). Il apparaîtrait que les relations de production, tout comme la socialisation des enfants et la transmission des savoir-faire augmentaient depuis le niveau de la maisonnée jusqu’à celui de la communauté, à Draper-Mantle, en raison de l’intensification de la production qui faisait peser un besoin croissant sur le travail tant des hommes que des femmes.

26Selon les analyses isotopiques du carbone, le maïs constituait 60-65 % de la diète de la communauté de Mantle (Pfeiffer et al., 2014). Ce pourcentage est relativement élevé lorsqu’on le compare aux populations antérieures ou postérieures dans la région (Birch, Williamson, 2013b : 94-95). Cette intensification de la production agricole pourrait avoir entrainé des changements dans les relations sociales de production, ainsi que cela a été observé ailleurs dans le contexte du regroupement (Kowalewski, 2006).

27Défricher de nouveaux champs pour l’agriculture demandait un travail intensif et pourrait avoir fourni une source de bois pour la construction et la réparation des habitations et de l’infrastructure du village. Historiquement, ce sont les hommes qui réalisaient ces tâches. L’enchevêtrement récursif des responsabilités des hommes envers la maisonnée de leur femme, envers leur maisonnée natale et envers la communauté pourrait avoir facilité la fusion du travail au niveau supra-maisonnée. Un certain degré d’organisation au niveau supérieur, incluant les deux sexes, aurait dû être requis pour prendre des décisions quant au choix des champs à défricher, lorsque les champs épuisés devaient être abandonnés, et quant au choix de ceux qui devaient recueillir les bénéfices immédiats des nouveaux systèmes agraires. Les femmes étaient responsables de la plantation, du soin, de la récolte et du traitement du maïs, mais également du ramassage du bois de chauffage et des autres ressources.

28L’intensification de la production de maïs pourrait ne pas avoir conduit à l’innovation technologique (sensu Boserup, 1965), mais plutôt, ainsi que Morrison (1994 : 128) le décrit : "l’innovation sociale en lien avec l’organisation du travail au sein ou entre les unités sociales, de la programmation ou des conséquences sociales de l’intensification, telles que les changements dans l’occupation de la terre, la résolution des disputes, la propriété, etc.". La croissance de la programmation et du séquençage du travail depuis le niveau de la maisonnée jusqu’à celui de la communauté pourrait avoir été une réponse temporaire, adaptative, au regroupement. Toutefois, de la même façon que le pouvoir des hommes pourrait avoir été lié à leur capacité à organiser la défense, le pouvoir des femmes pourrait avoir été lié à leur capacité à organiser des réponses efficientes aux besoins de subsistance, mais aussi à leur rôle d’accueil et d’organisation des fêtes et des autres activités communales (Bowser, Patton, 2010).

29La nourriture stockée était l’une des principales formes de richesse pour la communauté. Les femmes contrôlaient la distribution de la nourriture, qui rendait possible les principales activités masculines, y compris les réunions du conseil, la déclaration de guerre, les fêtes cérémonielles et les festivals (Brown, 1970 ; Hewitt, 1933). Selon Brown (1970 : 164), "ces réalités économiques étaient institutionnalisées par le pouvoir des matrones de nommer les aînés du conseil et d’influencer les décisions du conseil". Les nations et communautés wendat possédaient également des trésors publics, qui contenaient des fourrures, des biens travaillés et des nourritures stockées. Historiquement, ces biens étaient utilisés pour développer des relations diplomatiques et commerciales et étaient distribuées lors de fêtes regroupant toute la communauté (Trigger, 1990). Si ces coffres commençaient à se vider, la communauté était appelée à les remplir.

30Des estimations des densités de cerf et des besoins en cuir, extrapolés comme territoires annuels de chasse des communautés contemporaines des XVe et XVIe siècles sur la rive nord-ouest du lac Ontario, montrent de forts recouvrements, ce qui pourrait avoir été une possible source de conflit (Birch, Williamson, 2013b : 113-118). À l’orée du XVIe siècle, le déclin de la disponibilité locale des ongulés pourrait avoir conduit les chasseurs à s’éloigner du village pendant de longues périodes de temps. Les pourcentages relatifs des ossements de mammifères et de poissons dans les dépotoirs (Needs-Howarth, Williamson, 2010), ainsi que les faibles niveaux d’isotopes de nitrate dans la population de Draper-Mantle comparés aux villages antérieurs de la rive nord (Pfeiffer et al., 2014) suggèrent que la communauté avait cessé d’exploiter les ressources lacustres, et s’était concentrée sur l’intensification du maïs et du cerf, comme activités économiques primaires.

31Si un nombre suffisant de cuirs ne pouvaient pas être acquis par des expéditions communautaires de capture, ils pouvaient avoir été acquis par le commerce avec d’autres populations iroquoiennes ou algonquiennes. Des indices d’augmentation des interactions et des échanges interrégionaux sont appuyés par la diversité des céramiques et des pipes non locales, et par la présence de métaux natifs et européens sur le site Mantle (Birch, Williamson, 2013a ; Birch et al., 2017). L’importance croissante du commerce et la "propriété" de certaines routes de traite pourrait avoir généré de nouvelles possibilités pour le prestige et l’influence dans les affaires de la communauté. Redmond (1998) et Godelier (1986) ont discuté comment le déclin de la guerre au sein de sociétés horticultrices d’Amazonie et de Nouvelle-Guinée a débouché sur une intensification de la poursuite des relations d’échange, en créant des voies alternatives vers le leadership.

7 - L’apprentissage social

32L’intensification de la production et l’importance croissante du commerce à longue distance pourraient avoir développé de nouvelles exigences envers le travail masculin et féminin, et ainsi obliger les hommes et les femmes à être à l’extérieur ou loin de leurs foyers pour de longues périodes de temps. Dans ce contexte, certains éléments témoignent qu’une autre fonction-clef de la maisonnée – celle de l’apprentissage social et de la production artisanale (Wilk, Netting, 1984) – pourrait avoir été transférée à une autre organisation, centralisée à l’échelle de la communauté.

33Les vases juvéniles sont des céramiques petites ou asymétriques, malformées, qui présentent une épaisseur inégale de la paroi et des craquements de séchage. Étant fonctionnellement pauvres, ils sont considérés comme représentant le travail de potiers novices et peuvent être interprétés comme des témoignages tout à la fois de jeux et de transmission de savoir et de compétences technologiques.

34Les 741 fragments de vases céramiques juvéniles identifiés à Mantle représentent moins de 1 % du total de l’assemblage céramique (ASI, 2014 : 194). Toutefois, plus de 50 % des vases juvéniles qui n’ont pas été trouvés en contexte de dépotoir provenaient du remblai autour de la partie orientale de la maison 15 et d’une dépression remplie de détritus associée à la maison 16 (figure 6). De manière similaire, la plus dense concentration de débitage lithique à Mantle a été identifiée dans des structures associées aux maisons 15 et 25, dans la même partie du site (ASI, 2014). Une telle distribution peut être justifiée comme étant le résultat de processus taphonomiques ou d’une gestion des déchets. Toutefois, considéré à la lumière des autres preuves de changements des moyens sociaux de production, il est possible que ces loci aient été des lieux de transmission du savoir relatif à la production céramique et à la technologie lithique (Crown, 2001 ; Smith, 2005). Le rôle des adultes, en tant qu’agents de socialisation et d’enseignants, dans ce processus reflète la transmission des devoirs d’éducation de l’enfant à l’échelle de la maisonnée vers celle de la communauté. Le fait que les concentrations de ces matériaux aient été trouvées en association avec ce que nous avons interprété comme le centre politique de la communauté, relie le leadership (ou le pouvoir) et la production de manières auparavant non identifiées dans les schèmes d’établissement iroquoiens.

Figure 6 - Répartition des fragments de céramique juvénile (IDW).

Figure 6 - Répartition des fragments de céramique juvénile (IDW).

DAO : J. Birch, J. Fernandez

Conclusions

35Le regroupement des populations en de grandes communautés à l’organisation complexe a généré de nouvelles relations de pouvoir et de production. Cela a impliqué des changements significatifs de l’économie domestique et politique, l’union et l’intensification du travail masculin et féminin et le transfert de certaines fonctions domestiques à l’échelle de la maisonnée à celle de la communauté.

36Le regroupement des établissements a catalysé la formation des nations "tribales". L’importance des aménagements du paysage est reflétée par les endonymes des groupes du XVIIe siècle (Hart, Engelbrecht, 2012 : 335), qui relient la cristallisation des identités ethniques et socio-politiques à la formation des groupes de sites et des regroupements de villages à la fin du XVe et au début du XVIe siècles. La négociation des identités communautaires et les structures organisationnelles complexes peuvent avoir poussé les communautés à devenir des nations en formation, alors qu’elles se trouvaient confrontées aux défis sociaux et politiques du regroupement. Toutefois, la relation entre ce processus et la formation des confédérations politiques du XVIIe siècle est moins clair. Nous ne savons toujours pas dans quelle mesure la formation des confédérations wendat et Haudenosaunee se sont respectivement influencées et un examen détaillé des signes matériels d’interaction et des schémas de développement politique dans chacune des deux régions est nécessaire pour résoudre cette question.

Haut de page

Bibliographie

Adler M. A., Wilshusen R. H., 1990 - Large-scale Integrative Facilities in Tribal Societies: Cross-cultural and Southwestern U.S. Examples, World Archaeology, 22, 133-134.

ASI (Archaeological Services, Inc.), 2006 - The Stage 4 Salvage excavation of the Baker site (AkGu-15) Lot 11 Concession 2 (WYS) Block 10 O.P.A. 400 Former Township of Vaughan, City of Vaughan, Regional Municipality of York, Ontario, Report on file, Toronto, the Ontario Ministry of Culture.

ASI (Archaeological Services, Inc.), 2011 - The Stage 3-4 Archaeological Excavation of the Hope Site (AlGv-199), Draft Plan of Subdivision 19T-02V07 and 19T-02V08, City of Vaughan, Regional Municipality of York, Ontario, Report on file, Toronto, the Ontario Ministry of Culture.

ASI (Archaeological Services, Inc.), 2012 - Report on the Stage 3-4 Mitigative Excavation of the Damiani Site (AlGv-231), City of Vaughan, Regional Municipality of York, Ontario, Report on file, Toronto, the Ontario Ministry of Culture, Tourism and Sport.

ASI (Archaeological Services, Inc.), 2014 - The Archaeology of the Mantle Site (AlGt-334) Report on the Stage 3-4 Mitigative Excavation of Part of Lot 22, Concession 9, Town of Whitchurch-Stouffville, Regional Municipality of York, Ontario, Report on file, Toronto the Ontario Ministry of Culture, Tourism and Sport.

Biggar H. P. (ed.), 1929 - The Works of Samuel de Champlain, 6 volumes, Toronto, Champlain Society.

Birch J., 2008 - Rethinking the Archeological Application of Iroquoian Kinship, Canadian Journal of Archaeology, 32, 194-213.

Birch J., 2012 - Coalescent communities: Settlement aggregation and social integration in Iroquoian Ontario, American Antiquity, 77, 646-670.

Birch J., Williamson R. F., 2013a - Organizational Complexity in Ancestral Wendat Communities, in Birch J. (ed.), From Prehistoric Villages to Cities: Settlement Aggregation and Community Transformation, New York, Routledge, 153-178.

Birch J., Williamson R. F., 2013b - The Mantle Site: An Archaeological History of an Ancestral Wendat Community, Lanham MD, AltaMira.

Birch J., Wojtowicz R. B., Pradzynski A., Pihl R. H., 2017 - Multi-scalar perspectives on Iroquoian ceramics: Aggregation and interaction in precontact Ontario, in Jones E. E., Creese J. L. (eds.), Process and Meaning in Spatial Archaeology: Investigations into Pre-Columbian Iroquoian Space and Place, Boulder, University of Colorado Press, 111-144.

Blanton R. E., Fargher L. F., 2008 - Collective Action in the Formation of Pre-Modern States, New York, Springer.

Blanton R. E., Kowalewski S. A., Feinman G. M., Finsten L., 2013 - Ancient Mesoamerica: A Comparison of Change in Three Regions, 2nd ed., Cambridge, Cambridge University Press.

Boserup E., 1965 - The Conditions of Agricultural Growth, Allen and Unwin, London.

Bowser B. J., Patton J. Q., 2010 - Women’s Leadership: Political Alliance, Economic Resources, and Reproductive Success in the Ecuadorian Amazon, in Vaughn K. J., Eerkins J. W., Kantner J. (eds.), The Evolution of Leadership, School for Advanced Research Press, Santa Fe.

Brown J. K., 1970 - Economic Organization and the Position of Women among the Iroquois, Ethnohistory, 17, 151-167.

Brück J., Fontijn D., 2013 - The Myth of the Chief: Prestige Goods, Power, and Personhood in the European Bronze Age, in Fokkens H., Harding A. (eds.), The Oxford Handbook of the European Bronze Age, Oxford, Oxford University Press, 197-215.

Brumfiel E. M. 2000 - On the Archaeology of Choice: Agency studies as a research stratagem, in Dobres M.-A., Robb J. (eds.), Agency in Archaeology, London, Routledge, 249-255.

Burgar R. W. C., 1993 - Boyd Archaeological Field School, Annual Archaeological Report, Ontario (New Series), 4, 58-62.

Carballo D. M., 2011 - Advances in the Household Archaeology of Highland Mesoamerica, Journal of Archaeological Research, 19, 133-189.

Carballo D. M. (ed.), 2013 - Cooperation and Collective Action: Archaeological Perspectives, Boulder, University Press of Colorado.

Cobb C. R., 2003 - Mississippian Chiefdoms: How Complex?, Annual Review of Anthropology, 32, 63-84.

Crown P., 2001 - Learning to Make Pottery in the Prehispanic American Southwest, Journal of Anthropological Research, 57, 451-469.

DPA (D.R. Poulton and Associates), 1996 - The 1992-1993 Stage 3-4 Archaeological Excavations of the Over Site (AlGu-120), (W.P. 233-89-00), Vol. 1. Report on file, Toronto, Ontario Ministry of Culture.

Engelbrecht W., 2003 - Iroquoia: The Development of a Native World, Syracuse, Syracuse University Press.

Feinman G., 2013 - The Emergence of Social Complexity: Why more than population size matters, in Carballo D. (ed.), Cooperation and Collective Action: Archaeological Perspectives, Boulder, University Press of Colorado, 35-56.

Feinman G., Neitzel J., 1984 - Too Many Types: An Overview of Sedentary Prestate Societies in the Americas, Advances in Archaeological Method and Theory, 7, 39-102.

Finlayson W. D., 1985 - The 1975 and 1978 Rescue Excavations at the Draper Site: Introduction and Settlement Pattern, Ottawa, Canadian Museum of Civilization (Archaeological Survey of Canada Mercury Series Paper, 130).

Finlayson W. D., Smith D. G., Spence M. W., Timmins P. A., 1987 - The 1985 Salvage Excavations at the Keffer Site: A License Report, Report on file, Toronto, the Ontario Ministry of Culture.

Godelier M., 1986 - The Making of Great Men: Male Domination and Power among the New Guinea Baruya, Cambridge, Cambridge University Press.

Gramly M. R., 1977 - Deerskins and Hunting Territories: Competition for a Scarce Resource of the Northeastern Woodlands, American Antiquity, 42, 601-605.

Grinin L. E., Korotayev A. V., 2011 - Chiefdoms and their Analogues: Alternatives of Social Evolution at the Societal Level of Medium Cultural Complexity, Social Evolution & History, 10, 276-335.

Hart J. P., Engelbrecht W., 2012 - Northern Iroquoian Ethnic Evolution: A Social Network Analysis, Journal of Archaeological Method and Theory, 19, 322-349.

Hastorf C. A., 1990 - One Path to the Heights: Negotiating Political Inequality in the Sausa of Peru, in Upham S. (ed.), The Evolution of Political Systems: Sociopolitics in Small-scale Sedentary Societies, School of American Research Advanced Seminar Series, Cambridge University Press, Cambridge, 146-176.

Heidenreich C., 1971 - Huronia: A History and Geography of the Huron Indians, 1600-1650, Toronto, McLelland and Stewart.

Hendon J. A., 1996 - Archaeological Approaches to the Organization of Domestic Labor: Household Practice and Domestic Relations, Annual Review of Anthropology, 25, 45-61.

Hewitt J. N. B., 1933 - Status of woman in Iroquois polity before 1784, Annual Report of the Board of Regents of the Smithsonian Institution for 1932, United States Government Printing Office, Washington, 475-488.

Ingold T., 2000 - The Perception of the Environment: Essays in Livelihood, Dwelling and Skill, London, Routledge.

Isbell W. H., 2000 - What we should be studying: the “imagined community” and the “natural community.”, in Canuto M. A., Yaeger J. (eds.), The Archaeology of Communities: A New World Perspective, New York, Routledge, 243-266.

Jamieson S., 2011 - Power and authority in the Great Lakes-St. Lawrence Lowlands region, eastern Canada, in Morton S., Butler D. (eds.), It’s Good to Be King: The Archaeology of Power and Authority, Proceedings of the 41st Annual Chacmool Conference, Calgary, Chacmool Archaeological Association, 1-10.

Jones E. E., Wood J. W., 2012 - Using event-history analysis to examine the causes of semi-sedentism among shifting cultivators: a case study of the Haudenosaunee, AD 1500-1700, Journal of Archaeological Science, 39, 2593-2603.

Katzenberg M. A., Schwarcz H., Knyf M., Melbye F. J., 1995 - Stable isotope evidence for maize horticulture and paleodiet in southern Ontario, Canada, American Antiquity, 60, 335-350.

Kowalewski S. A., 2006 - Coalescent Societies, in Pluckhahn T. J., Ethridge R. (eds.), Light On The Path: The Anthropology And History of The Southeastern Indians, University of Alabama Press, Tuscaloosa, 94-122.

McIntosh S. K., 1999 - Pathways to Complexity: An African Perspective, in McIntosh S. K. (ed.), Beyond Chiefdoms: Pathways to Complexity in Africa, Cambridge, Cambridge University Press, 1-30.

Morrison K., 1994 - The Intensification of Production: Archaeological Approaches, Journal of Archaeological Method and Theory, 1, 111-159.

Needs-Howarth S., Williamson R. F., 2010 - Feeding and clothing the masses: The role of white-tailed deer in community planning in sixteenth century Ontario, in Bone Commons, Item #1419, Accessed January 17, 2012.

Pauketat T. R., 2001 - Practice and History in Archaeology: an Emerging Paradigm, Anthropological Theory, 1, 73-98.

Pauketat T. R., 2007 - Chiefdoms and Other Archaeological Delusions, Lanmahn MD, AltaMira.

Pauketat T. R., Alt S. M., 2005 - Agency in a Postmold? Physicality and the Archaeology of Culture-Making, Journal of Archaeological Method and Theory, 12, 213-236.

Pluckhahn T. J., 2010 - Household Archaeology in the Southeastern United States: History, Trends, and Challenges, Journal of Archaeological Research, 18, 331-385.

Pfeiffer S., Williamson R. F., Sealy J. C., Smith D. G., Snow M. H., 2014 - Stable dietary isotopes and mtDNA from Woodland period southern Ontario people: results from a tooth sampling protocol, Journal of Archaeological Science, 42, 334-345.

Ramsden P. G., 1978 - Two views on late prehistoric Iroquois trade and settlement: an hypothesis concerning the effects of early European trade among some Ontario Iroquois, Canadian Journal of Archaeology, 2, 101-106.

Ramsden P. G., 1990 - Saint Lawrence Iroquoians in the Upper Trent River Valley, Man in the Northeast, 39, 87-95.

Rapoport A., 1994 - Spatial Organization and the Built Environment, in Ingold T. (ed.), Companion Encyclopedia of Anthropology: Humanity, Culture and Social Life, London, Routledge, 460-502.

Redmond E. M., 1998 - War and Peace: Alternative Pathways to Centralized Leadership, in Redmond E. M. (ed.), Chiefdoms and Chieftaincy in the Americas, Gainesville, University Press of Florida, 68-104.

Richards C., 1967 - Huron and Iroquois Residence Patterns, in Tooker E. (ed.), Iroquois Culture, History and Prehistory: Proceedings of the 1965 Conference on Iroquois Research, Albany, University of the State of New York, State Education Department and New York State Museum and Science Service, 51-56.

Roscoe P., 2009 - Social Signaling and the Organization of Small-Scale Society: The Case of Contact-Era New Guinea, Journal of Archaeological Method and Theory, 16, 69-116.

Schachner G., 2012 - Population circulation and the transformation of ancient Zuni communities, University of Arizona Press, Tucson.

Smith P. E., 2005 - Children and Ceramic Innovation: A Study in the Archaeology of Children, Archaeological Papers of the American Anthropological Association, 15, 65-76.

Snow D. R., 2007 - Iroquois-Huron warfare, in Chacon R. J., Mendoza R. G. (eds.), North American Indigenous Warfare and Ritual Violence, Tucson, The University of Arizona Press, 149-159.

Thomas J. S., 2002 - Taking Power Seriously, in O’Donovan M. (ed.), The Dynamics of Power, Southern Illinois University (Center for Archaeological Investigations, Occasional Paper, 30), 35-50.

Thwaites R. G., 1896-1901 - The Jesuit Relations and Allied Documents, 73 volumes, Cleveland, The Burrows Brothers Company.

Tooker E., 1964 - An Ethnography of the Huron Indians, 1615-1649, Washington DC, Smithsonian Institution (Bureau of American Ethnology, Bulletin, 190).

Trigger B. G., 1969 - The Huron: Farmers of the North, Toronto, Holt, Rinehart and Winston.

Trigger B. G., 1976 - The Children of Aataensic: A History of the Huron People to 1660, Montreal, McGill-Queen’s University Press.

Trigger B. G., 1978 - Iroquoian Matriliny, Pennsylvania Archaeologist, 48, 55-65.

Trigger B. G., 1985 - Natives and Newcomers. Canada’s ‘Heroic Age’ Reconsidered, Montreal, McGill-Queen’s University Press.

Trigger B. G., 1990 - Maintaining economic equality in opposition to complexity: An Iroquoian case study, in Upham S. (ed.), The Evolution of Political Systems, Cambridge, Cambridge University Press, 119-145.

Warrick G. A., 2008 - A Population History of the Huron-Petun, A.D. 500-1650, Cambridge University Press, Cambridge.

Williamson R. F., 2007 - ‘Ontinontsiskiaj ondaon’ (The house of cut-off heads) The history and archaeology of Northern Iroquoian trophy taking, in Chacon R. J., Dye D. H. (eds.), The Taking and Displaying of Human Body Parts as Trophies, New York, Springer Books, 190-221.

Wilk R. R., Netting R. M., 1984 - Households: Changing Form and Functions, in Netting R. M., Wilk R. R., Arnould E. J. (eds.), Households: Comparative and Historical Studies of the Domestic Group, Berkeley, University of California Press, 1-28.

Yaeger J., Canuto M. A., 2000 - Introducing an Archaeology of Communities, in Canuto M. A., Yaeger J. (eds.), The Archaeology of Communities: A New World Perspective, New York, Routledge, 1-15.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Localisation des sociétés iroquoiennes septentrionales dans la basse région des Grands Lacs à l’époque pré-contact et à l’époque du contact.
Crédits DAO : J. Birch
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/404/img-1.png
Fichier image/png, 362k
Titre Figure 2 - Sélection de plans de sites, vers 1400-1550 de notre ère.
Légende Sites pré-coalescents : a) Baker (ASI, 2006), b) Over (DPA, 1996) ; c) Hope (ASI, 2011). Sites en cours de coalescence : d) Draper (Finlayson, 1985) ; e) Keffer (Finlayson et al., 1987) ; f) Damiani (ASI, 2012). Sites à coalescence achevée : g) Mantle (ASI, 2014) ; h) Seed-Barker (Burgar, 1993).
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/404/img-2.png
Fichier image/png, 312k
Titre Figure 3 - Séquence de déplacement des sites de la West Duffins Creek.
Crédits DAO : J. Birch
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/404/img-3.png
Fichier image/png, 572k
Titre Figure 4 - Plan des sites Draper et Mantle.
Légende a) Draper, extension maximale (d’après Finlayson, 1985) ; b) Mantle, premier village ; c) Mantle, dernier village (d’après Birch, 2010 ; ASI, 2014).
Crédits DAO : J. Birch
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/404/img-4.png
Fichier image/png, 203k
Titre Figure 5 - Maisons 15 et 20, avec les maisons adjacentes, site Mantle. Interprété comme étant le centre politique de la communauté.
Crédits DAO : J. Birch (d’après Birch, Williamson 2013b : 70)
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/404/img-5.png
Fichier image/png, 468k
Titre Figure 6 - Répartition des fragments de céramique juvénile (IDW).
Crédits DAO : J. Birch, J. Fernandez
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/404/img-6.png
Fichier image/png, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jennifer Birch, « Relations de pouvoir et de production au sein des communautés ancestrales Wendat »Palethnologie [En ligne], 8 | 2016, mis en ligne le 29 décembre 2016, consulté le 23 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/palethnologie/404 ; DOI : https://doi.org/10.4000/palethnologie.404

Haut de page

Auteur

Jennifer Birch

Université de Georgie
jabirch[at]uga.edu

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Palethnologie est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search