Navigation – Plan du site
PARTIE II - Les résultats archéologiques

Les études tracéologiques sur les industries lithiques

Émilie Claud, Céline Thiébaut, Marianne Deschamps, Aude Coudenneau, Cristina Lemorini, Vincent Mourre et Flavia Venditti
Traduction(s) :
The use-wear studies on the lithic industries [en]

Texte intégral

1 - Modalités d’échantillonnage et d’étude

1À l’exception de celles des Pradelles, les industries lithiques provenant des sites intégrés au PCR ont fait l’objet d’analyses tracéologiques. Pour ce site, des données fonctionnelles sont néanmoins disponibles concernant le matériel issu des anciennes fouilles (Beyries 1987a, 1988a).

2Les modalités d’échantillonnage, la composition de l’échantillon ainsi que le nombre de pièces analysées varient en fonction des sites et des tracéologues, en lien avec des problématiques différentes. Une analyse globale a été privilégiée lorsque les niveaux archéologiques étaient bien identifiés (Mauran, Saint‑Césaire, les Fieux, Chez-Pinaud, le Prissé PM1) ou lorsqu’une approche interdisciplinaire était possible (la grotte du Noisetier). D’autres séries, malgré des problèmes stratigraphiques importants, présentaient des types d’outils particuliers dont l’analyse pouvait permettre d’identifier leur éventuelle spécificité fonctionnelle (abri Olha, El Castillo, Payre). Enfin l’échantillonnage de certaines séries a été guidé par le temps imparti à l’analyse tracéologique ou en lien avec des problématiques spécifiques à un certain type d’outil (la Conne de Bergerac, la Graulet, Combe Brune 2, Gatzarria, le Prissé PM2). Pour Fonseigner, seul les supports en silex ont bénéficié d’une analyse globale. Il est évident que l’analyse des vestiges en quartz et quartzite de cette série apporterait des compléments d’informations non négligeables pour la compréhension des modalités techniques mises en œuvre par les occupants de ce gisement lors du traitement des ressources végétales et animales.

3Pour la majorité des séries, une étude globale de l’industrie a été effectuée (supports bruts et outils retouchés, nucléus, cf. tableau 47). Les pièces les mieux conservées ou présentant un fort potentiel fonctionnel ont souvent été sélectionnées. Dans le cas de Chez‑Pinaud, Fonseigner, la grotte du Noisetier et Saint‑Césaire, deux étapes d’observation ont eu lieu. La phase d’analyse fine a été précédée d’une première phase d’examen d’un très grand nombre de pièces à faible grossissement (loupe binoculaire), pour rechercher d’éventuelles macro‑traces d’utilisation, évaluer l’état de conservation de la série et sélectionner les pièces se prêtant le mieux à une analyse tracéologique. Dans le cas des industries de Mauran et des Fieux, les différents supports ont été examinés à la loupe binoculaire, exception faite des débris, des petits éclats (hors éclats de retouche et de ravivage) et des fragments de petites dimensions.

4L’analyse tracéologique menée à l’abri Olha, Gatzarria, El Castillo, Combe Brune 2, la Conne de Bergerac, la Graulet et Payre n’a concerné qu’une catégorie typo‑technologique : les hachereaux pour les trois premiers sites, les bifaces pour les trois suivants et les pointes pour le dernier. Si une analyse globale des séries Combe Brune 2, la Conne de Bergerac, la Graulet et Gatzarria serait souhaitable dans l’avenir, elle est en revanche peu pertinente pour les autres séries au vu du contexte stratigraphique des niveaux concernés.

Tableau 47 - Modalités d’étude des différentes séries ayant fait l’objet d’analyses tracéologiques.

Tableau 47 - Modalités d’étude des différentes séries ayant fait l’objet d’analyses tracéologiques.

5Au total, près de 10 000 pièces ont fait l’objet d’observations à la loupe binoculaire et un peu plus de 2 000 ont été analysées tracéologiquement. Hormis pour l’industrie de Coudoulous, où seuls les supports en quartz et quartzite ont été analysés du fait d’une très mauvaise conservation des supports en silex, les échantillons des pièces analysées ont intégré la diversité des matériaux utilisés par les groupes néandertaliens : silex, quartz, quartzite, grès-quartzite, ophite, schiste, lydienne et cinérite. Pour ces deux dernières matières, n’ayant pas de référentiel de comparaison disponible, les critères de détermination des macro-traces établies pour le silex ont été utilisés. En effet la finesse de grain des matières rend très probable un comportement à l’usure comparable à celui du silex. Pour l’étude du schiste, nous nous sommes basés sur le référentiel des quartzites (notamment ceux à grains fins) et sur quelques pièces expérimentales utilisées dans le cadre du PCR, mais qui n’ont pas été présentées dans le cadre de ce volume faute d’un référentiel suffisamment abouti.

6L’état de conservation des tranchants et des surfaces, plus ou moins favorable à l’analyse, n’a pas toujours permis la conservation des micro-traces d’utilisation. Ainsi l’approche microscopique n’a pu être mise en œuvre que pour les séries de Chez-Pinaud, Coudoulous et Fonseigner et dans une moindre mesure Bayonne le Prissé PM1 et la grotte du Noisetier. Il en résulte des différences en termes de précision dans les interprétations des matières travaillées notamment, entre les séries et au sein d’une même série : dureté des matières (macro-traces) versus nature exacte des matières (macro- et micro‑traces). Aucune série n’est exempte d’altérations naturelles (cf. tableau 47). Pour les hachereaux, qui constituent l’exemple le plus évident d’un possible filtre taphonomique, l’état de conservation ne permet pas, sur la majorité d’entre eux, d’identifier des traces de travail de matières tendres voire mi‑dures en geste posé (boucherie en découpe, raclage de bois p. ex.). Pour la plupart des autres séries, il est possible qu’une partie des traces d’utilisation les plus ténues, comme celles liées au travail des matières tendres sur un temps court (découpe de peau ou de viande sans contact avec l’os par exemple), n’ait pas été conservée ou bien ne soit pas différenciable du bruit de fond taphonomique (comme un léger émoussé des tranchants). Ainsi certaines activités pourraient avoir été sous-estimées : découpe de peau sèche et fraîche, raclage de peau fraîche, coupe de plantes, ou encore boucherie légère (découpe de viande sans contact avec l’os).

2 - Résultats

7Les données fonctionnelles obtenues étant particulièrement nombreuses et les clefs de lecture des traces d’utilisation ayant été exposées dans la partie I, nous ne décrivons pas précisément, sauf exception, les traces présentes sur le matériel archéologique mais présentons directement les résultats de nos interprétations, d’abord en termes de modes de fonctionnement, puis en termes d’activités. Néanmoins de nombreuses photographies de traces, macro- et microscopiques, regroupées par activité, sont fournies afin d’appuyer nos interprétations tracéologiques (figures 172-188).

A - Décomptes généraux

8Au total, 568 pièces et 613 zones actives portent des traces d’utilisation, auxquelles s’ajoute une zone présentant des traces de préhension à Coudoulous (contact avec du cuir). 141 zones non comprises dans ce total présentent des traces dont les caractéristiques ne sont pas suffisamment diagnostiques pour être interprétées de manière certaine comme des traces résultant de l’utilisation (tableau 47). Enfin, cinq pièces portent des traces qui pourraient résulter de leur emmanchement, mais les différents critères d’identification (cf. Rots 2002a, 2004, 2010) ne sont pas tous présents (cf. Partie I, chapitre 2.5). L’ensemble des données concernant les divers modes de fonctionnement identifiés, en fonction des séries, a été reporté dans l’Annexe 5. Les zones actives pour lesquelles les interprétations sont certaines ont été différenciées des « possibles » ou « douteuses », c’est-à-dire des zones portant des traces qui n’ont pas pu être clairement distinguées des traces naturelles (possible découpe de matière tendre à mi-dure mais risque qu’il s’agisse de traces naturelles p. ex.). Des points d’interrogation ont donc été utilisés dans les tableaux pour faciliter leur identification (tableaux 48-49).

B - Modes d’action identifiés

9Différents modes d’action ont été mis en œuvre (tableaux 48-49).

10De manière globale, les actions longitudinales sont les mieux représentées (45 %). Elles correspondent, pour les matières tendres comme la peau ou la viande, à de la découpe, ainsi que, pour les matières plus résistantes, au sciage voire au rainurage, sachant que la nature du geste n’a pas toujours pu être précisée. Dans ce cas, le terme général d’action longitudinale a été conservé (cf. tableaux 50-51). La percussion (23 %) est relativement bien représentée mais elle est dominée par la percussion de matières minérales, en lien avec des activités de taille et d’obtention de supports (n =93 / 139). Ces pièces ne concernent donc pas directement l’acquisition et l’exploitation des ressources animales et végétales, tout comme les autres pièces utilisées selon d’autres modes d’action sur des matières minérales (raclage et frottement, 28 pièces). Bien que figurant dans les décomptes généraux mais ayant déjà fait l’objet de plusieurs publications (Thiébaut 2005 ; Claud 2008, Thiébaut et al. 2010 ; Claud et al. 2010 ; Sorensen, Claud 2016), elles ne seront pas intégrées à notre réflexion dans les paragraphes et dans les tableaux qui suivent (cf. tableau 49 pour les décomptes sans les matières minérales).

11Les actions transversales, souvent regroupées pour plus de facilité sous le terme « raclage », n’occupent pas une part importante (17 %). Le perçage est très peu représenté dans les séries (4 %), tout comme les pièces intermédiaires et les actions mixtes (moins de 1 % et 4 %).

12En ce qui concerne enfin les armatures de chasse, en dehors des deux éclats triangulaires en quartz de Coudoulous présentant des micro-traces diagnostiques, aucune pièce n’a livré de stigmates macroscopiques caractéristiques d’une telle utilisation (cf. Partie II, chapitre 2.4). Néanmoins, 4 pièces portent des traces compatibles avec ce mode de fonctionnement mais qui ont été considérées comme insuffisamment diagnostiques : un racloir convergent de Chez-Pinaud, deux éclats retouchés en silex des Fieux et une pointe pseudo-Levallois en quartzite de Mauran (cf. Partie II, chapitre 2.4).

C - Matières travaillées identifiées et essai d’interprétation en termes d’activités

13L’apparente diversité des matières travaillées (cf. tableau 50) résulte de la rareté des micro-traces (permettant une détermination précise de la matière travaillée) entraînant la création de catégories de matières correspondant à différents degrés de dureté : tendre, tendre à mi-dure, mi‑dure, …

14Considérons dans un premier temps uniquement les pièces pour lesquelles la nature précise des matières travaillées a pu être déterminée, portant pour la grande majorité des micro-traces d’utilisation, au nombre de 119 (partie gauche du tableau 51). Les matières carnées ou cutanées, traitées en découpe, parfois associée à du raclage (Coudoulous), correspondant à une activité de boucherie, représentent 62 % des matières travaillées.

15Le travail de la peau est représenté par 27 % des zones actives (découpe, raclage, voire les deux) et seulement 9 % présentent des évidences de travail du bois (raclage et sciage).

16Quant aux pointes utilisées en armatures de chasse, un peu moins de 2 %, correspondant à deux éclats en quartz de Coudoulous, portent des micro-traces diagnostiques, en association avec des fractures (Partie II, chapitre 2.4).

17494 zones actives présentent des macro-traces d’utilisation uniquement, qui nous donnent des informations sur la dureté des matières travaillées (partie droite du tableau 50). 121 d’entre elles concernent les matières minérales, donc le nombre de zones qui nous intéressent directement est ramené à 373.

1819 % de ces 373 zones actives ont travaillé des matières tendres, surtout en découpe, de rares pièces ayant fonctionné en raclage et perçage.

Tableau 48 - Nombre de zones actives par sites, en fonction des modes d’action, incluant les traces d’origine indéterminée et les zones actives ayant travaillé les matières minérales

Tableau 48 - Nombre de zones actives par sites, en fonction des modes d’action, incluant les traces d’origine indéterminée et les zones actives ayant travaillé les matières minérales

Tableau 49 - Nombre de zones actives par sites, en fonction des modes d’action, sans les traces d’origine indéterminée et excluant les zones actives ayant travaillé les matières minérales

Tableau 49 - Nombre de zones actives par sites, en fonction des modes d’action, sans les traces d’origine indéterminée et excluant les zones actives ayant travaillé les matières minérales

Tableau 50 - Nombre de zones actives par sites, en fonction des matières travaillées, sans les traces d’origine indéterminée et les zones actives ayant travaillé les matières minérales

Tableau 50 - Nombre de zones actives par sites, en fonction des matières travaillées, sans les traces d’origine indéterminée et les zones actives ayant travaillé les matières minérales

Tableau 51 - Nombre de zones actives par sites, en fonction des activités identifiées, sans les traces d’origine indéterminée et les zones actives ayant travaillé les matières minérales

Tableau 51 - Nombre de zones actives par sites, en fonction des activités identifiées, sans les traces d’origine indéterminée et les zones actives ayant travaillé les matières minérales

19Les matières tendres peuvent correspondre à la viande, à la peau ou encore à des plantes non ligneuses. Néanmoins, les caractéristiques des esquillements présents sur les zones actives ayant servi à découper sont très similaires à celles présentes sur les pièces expérimentales ayant découpé de la viande sans contact avec les os. L’absence d’émoussé, caractéristique du travail de la peau, rend également plausible l’hypothèse de leur utilisation en boucherie légère.

20Au contraire, les usures liées au perçage, consistant en des esquillements et en un émoussé, pourraient davantage résulter du travail de la peau.

21Le raclage de matière tendre, identifié sur une pièce, ne peut être rapporté à une activité précise. Le travail des matières tendres à mi-dures est le mieux représenté avec 31 % de zones actives. Ces matières sont essentiellement travaillées en découpe, très rarement en perçage. Les macro-traces consistent en des esquillements tout à fait comparables aux esquillements observés sur les pièces expérimentales ayant servi en boucherie, les tranchants découpant des matières tendres comme la viande, les tendons et la peau mais touchant ponctuellement des matières plus résistantes comme l’os ou le cartilage.

22Le travail des matières mi-dures représente 19 % des zones actives. Les modes d’action mis en œuvre sont variés. Par ordre décroissant en termes de fréquence ont été identifiés du raclage, des actions longitudinales (sciage, incision), de la percussion (directe), du perçage, de la percussion indirecte et des actions mixtes.

23Pour ce qui est des actions longitudinales, transversales et en percussion, les esquillements sont caractéristiques du travail d’une matière présentant une dureté équivalente à celle du bois végétal. L’hypothèse selon laquelle ces pièces ont servi pour le travail du bois végétal nous paraît ainsi la plus probable bien que nous ne puissions être totalement affirmatifs quant à cette interprétation. Quant aux pièces utilisées en perçage, elles présentent parfois des émoussés indiquant leur probable utilisation sur de la peau rigide donc sèche. Ces différentes pièces peuvent donc difficilement être rattachées à une activité précise, même si quelques-unes semblent plutôt relever du travail du bois et d’autres du travail de la peau.

24De la même manière, les rares outils utilisés selon un mode d’action mixte ou en pièce intermédiaire sur des matières mi-dures, n’ont pas donné lieu à une interprétation en termes d’activités.

25Le travail des matières dures organiques représente 17 % des zones actives. Une grande partie d’entre elles a fonctionné en raclage (41 sur 65) puis en percussion (19).

26Étant donnée la rareté des outils façonnés en matière osseuse au Paléolithique moyen, les traces de raclage de matière dure organique pourraient correspondre à des contacts avec les matières osseuses lors de l’activité de boucherie au sens large, pour prélever la viande adhérente aux os ou racler le périoste. Néanmoins une autre possibilité ne doit pas être négligée : celle de leur utilisation pour préparer la surface des retouchoirs. L’attribution des zones actives à l’une ou l’autre de ces activités (boucherie versus préparation des retouchoirs) tiendra compte des données issues de l’étude des restes fauniques (cf. Partie II, chapitre 4.3). De plus, on ne peut pas totalement exclure que certaines de ces pièces aient travaillé d’autres types de matières dures organiques, comme du bois végétal particulièrement dur. En effet, de rares expérimentations (cf. Partie I) ont montré que des esquillements similaires à ceux observés dans le cadre du travail de l’os se formaient parfois lors du travail de bois très durs, comme le raclage d’une extrémité de pointe en bois durcie au feu. Les outils présentant des traces de découpe ou de percussion avec des matières dures organiques ont probablement servi pour la désarticulation en force, la fracturation d’os ou l’ouverture de la cage thoracique.

27En outre, il paraît plus vraisemblable de rattacher les pièces ayant servi en perçage de matière dure au travail du bois végétal voire de la peau sèche rigide (activité indéterminée) qu’à celui des matières osseuses étant donné qu’aucune évidence de ce type de transformation sur os ou bois de cervidé n’a été observée pour la période considérée.

28Le travail de matière mi-dure à dure, totalisant 8 % des zones actives, regroupe très probablement des pièces ayant servi en boucherie (découpe, percussion) et pour le travail de bois végétaux durs ou la peau sèche (perçage, raclage).

29Le travail de matière dure indéterminée (organique ou minérale) est représenté par une seule pièce pour laquelle il n’est pas possible de proposer une activité.

30La percussion de matière indéterminée mais de dureté moyenne ou élevée, comptabilisant 4 % des zones actives et correspondant en fait à 15 hachereaux, pourrait tout aussi bien correspondre à un travail de boucherie en force qu’au travail du bois.

31Enfin, pour quatre pièces, la nature et la dureté de la matière travaillée sont totalement indéterminées, tout comme l’activité pouvant y correspondre.

32Au final, différentes activités ont été identifiées, même si une partie non négligeable des zones actives (67) n’a pas pu être rattachée à une activité particulière (tableau 51, figure 211 ; Partie II, chapitre 4).

33Les activités de boucherie sont largement majoritaires, puisqu’elles comptabilisent 279 zones actives soit 57 % d’entre elles. La découpe domine nettement ; elle regroupe 255 zones actives dont 74 pièces portent les micro-polis caractéristiques de la découpe de matières carnées. Quelques pièces portant des traces de découpe ont aussi fonctionné en raclage (26 pièces de Coudoulous). 111 zones présentent des esquillements typiques de la boucherie, c’est‑à-dire de la découpe de matière tendre avec des contacts accidentels avec des matières plus dures comme les os ou le cartilage (découpe de matière tendre à mi-dure). 64 portent des esquillements de découpe de matière tendre mais aucun émoussé (découpe de la viande plutôt que de la peau), et enfin six présentent de nombreux esquillements de grandes dimensions pouvant correspondre à une boucherie lourde impliquant des contacts répétés et intenses avec les matières dures telles que l’os ou le cartilage (cf. figures 172‑175). L’exploitation de carcasses en percussion a été reconnue sur 22 zones. Les macro-traces sont comparables à celles observées sur les outils expérimentaux ayant servi comme hachoirs pour désarticuler en force, ou encore pour briser les côtes au niveau du sternum ou de la colonne vertébrale. Enfin un petit nombre de pièces présentent des esquillements qui pourraient témoigner d’actions de découpe et de percussion sur un même bord. Si l’on considère les pièces pour lesquelles l’interprétation des traces est incertaine (Annexe 5 ; tableau 48), le nombre de zones actives reflétant les activités de boucherie pourrait être grandement augmenté, puisque 62 zones actives supplémentaires pourraient avoir servi en découpe et huit en percussion (Annexe 5 ; tableau 48). De plus, une partie des zones actives ayant fonctionné en raclage sur des matières dures (41 pièces, soit 8 %) pourrait être attribuée à l’activité de boucherie, mais leur identification nécessite la prise en compte des données issues de l’étude des restes fauniques sur les différents sites concernés. Des photographies des traces d’utilisation correspondant ou pouvant correspondre à l’activité de boucherie sont disponibles pour les différents sites aux figures 172-175 (découpe), 176-177 (percussion), et 180-181 (raclage). Les outils concernés sont quant à eux en partie illustrés aux figures 217-232 (Partie II, chapitre 4).

34La seconde activité identifiée en termes de fréquence est le travail de matière mi-dure comme le bois, qui représente 14 % des zones actives (68). Il faut souligner que seules 11 pièces, provenant de Coudoulous, portent des micro-polis caractéristiques du travail du bois, en raclage et en sciage. Le reste des pièces, soit 57, ont été attribuées au travail du bois d’après les caractéristiques des esquillements, indiquant le travail d’une matière de dureté moyenne, équivalente à celle du bois (figures 178-179). Des actions longitudinales, transversales et de la percussion ont été identifiées, pouvant correspondre à une étape d’acquisition (percussion, sciage) et de façonnage (raclage) d’objets domestiques ou cynégétiques en bois. Le perçage de bois n’a pas clairement été attesté et la catégorie « perçage de matière mi-dure » comprend probablement à la fois des pièces ayant percé du bois et des pièces ayant percé de la peau. Néanmoins, sur l’ensemble des pièces attribuées à une action de perçage, trois pièces auraient plutôt servi pour le travail du bois que de la peau (Mauran, les Fieux et Payre). Des photographies des traces d’utilisation correspondant ou pouvant correspondre au travail du bois sont disponibles pour les différents sites en figures 180-181. Les outils concernés sont en partie illustrés sur les figures 212‑216 (Partie II, chapitre 4).

Figure 172 - Traces d’utilisation macro- et microscopiques attribuées à la boucherie, résultant d’une utilisation pour la découpe de la viande, de matière tendre et tendre à mi-dure probablement carnée, observées sur le matériel de Bayonne le Prissé et Chez-Pinaud

Figure 172 - Traces d’utilisation macro- et microscopiques attribuées à la boucherie, résultant d’une utilisation pour la découpe de la viande, de matière tendre et tendre à mi-dure probablement carnée, observées sur le matériel de Bayonne le Prissé et Chez-Pinaud

Clichés : É. Claud

Figure 173 - Traces d’utilisation macro- et microscopiques attribuées à la boucherie, résultant d’une utilisation pour la découpe de matière tendre et de viande, observées sur le matériel de Combe Brune 2, Coudoulous et Fonseigner

Figure 173 - Traces d’utilisation macro- et microscopiques attribuées à la boucherie, résultant d’une utilisation pour la découpe de matière tendre et de viande, observées sur le matériel de Combe Brune 2, Coudoulous et Fonseigner

Clichés a, d-f : É. Claud ; b-c : F. Venditti

Figure 174 - Traces d’utilisation macro- et microscopiques attribuées à la boucherie, résultant d’une utilisation pour la découpe de matière tendre à mi-dure, observées sur le matériel des Fieux, de la grotte du Noisetier et de Mauran

Figure 174 - Traces d’utilisation macro- et microscopiques attribuées à la boucherie, résultant d’une utilisation pour la découpe de matière tendre à mi-dure, observées sur le matériel des Fieux, de la grotte du Noisetier et de Mauran

Clichés a-b, e : A. Coudenneau ; c-d : É. Claud

Figure 175 - Traces d’utilisation macro- et microscopiques attribuées à la boucherie, résultant d’une utilisation pour la découpe de matière tendre à mi-dure, observées sur le matériel de Saint-Césaire

Figure 175 - Traces d’utilisation macro- et microscopiques attribuées à la boucherie, résultant d’une utilisation pour la découpe de matière tendre à mi-dure, observées sur le matériel de Saint-Césaire

Clichés : É. Claud

35Le travail de la peau, qui comptabilise 34 zones actives, représente seulement 7 % des zones actives. La quasi-totalité des pièces présente des micro-polis et des micro-émoussés caractéristiques de la peau ; seules trois pièces utilisées en perçage (deux) et en raclage (une) portent uniquement des macro-traces (figures 176-177). L’état de la peau est difficile à déterminer avec certitude. D’une part, il existe un continuum entre peau fraîche et peau sèche et d’autre part, un grand nombre de facteurs influencent les caractéristiques des traces comme la présence éventuelle d’additifs (cendres, colorants, …) et les types de supports éventuellement utilisés (sol, pierre, cadre en bois, … ; Unrath et al., 1986 ; Gassin, 1996). Néanmoins, des différences en termes de luisance ou d’étendue du poli ou encore d’intensité de l’émoussé pourraient témoigner du traitement de peaux à des états différents : peau sèche à la grotte du Noisetier, peau sèche et à l’état intermédiaire à Coudoulous et à Fonseigner, et peau fraîche ou humide et peau à l’état intermédiaire Chez-Pinaud. Les actions de découpe dominent, avec 21 zones actives, suivies du raclage, du perçage et des actions mixtes (combinaison de découpe et de raclage sur une pièce). Trois bifaces de Chez-Pinaud portant des traces de découpe de peau pourraient, d’après les caractéristiques des traces et la morphologie des pièces, avoir servi pour le dépouillement de l’animal et donc participer à l’activité de boucherie, plutôt qu’à un travail à proprement parler de la peau. Les autres pièces utilisées en découpe présentent des caractéristiques morphologiques et des usures compatibles avec une activité d’écharnage (coupe tangentielle), de régularisation du contour des peaux ou encore de fabrication de lanières.

36Concernant les pièces ayant servi en raclage, il est difficile de les rattacher à une étape précise de la chaîne opératoire de traitement des peaux. Néanmoins, la faible intensité des usures pourrait être en lien avec un ravivage fréquent des outils, impliquant un fonctionnement nécessitant des fronts toujours bien acérés. De plus, le caractère brut et aigu de la plupart des tranchants (les racloirs de Fonseigner ayant notamment servi sur leur bord brut, cf. Partie II, chapitre 4) paraît plus approprié à certaines tâches nécessitant un bord coupant, comme l’écharnage, l’amincissement par drayage (mise au jour du derme) ou encore l’effleurage (suppression de l’épiderme ; Wiederhold, 2004).

37De la même manière que pour l’activité de boucherie et le travail du bois, des figures regroupant les traces d’utilisation en lien avec le travail de la peau (figures 182-184) et les outils (figures 235-238, Partie II, chapitre 4) sont disponibles.

38Deux pièces seulement ont clairement été attribuées à une activité de chasse. Il s’agit de deux éclats en quartz présentant des traces d’impact. Elles sont présentées dans le chapitre suivant, ainsi que les éléments portant des traces compatibles avec cette activité mais qui n’ont pas été considérées comme suffisamment diagnostiques pour l’affirmer avec certitude.

39Aucune trace clairement liée au travail des matières végétales non ligneuses n’a été détectée dans les séries étudiées.

40Étant donné que la découpe de céréales, sauvages ou cultivées, produit des micro-polis caractéristiques, bien développés (cf. Partie I) et facilement différentiables des altérations naturelles, on peut raisonnablement envisager que cette absence n’est pas liée à un biais taphonomique, au moins pour les séries les mieux préservées ou ayant livré des micro-traces d’utilisation. L’utilisation de tranchants n’est pas indispensable à la récolte des épis comestibles qui peut tout aussi bien se faire à la main (Harlan, 1992), tout comme les herbacées sauvages aussi souvent ramassées à la main dans le registre ethnographique (Hayden, 1977 ; van Gijn, 1989a).

Figure 176 - Traces d’utilisation macroscopiques liées à la percussion contre une matière dure organique, probablement dans le cadre de la boucherie, observées sur le matériel de Olha I, Chez-Pinaud et El Castillo

Figure 176 - Traces d’utilisation macroscopiques liées à la percussion contre une matière dure organique, probablement dans le cadre de la boucherie, observées sur le matériel de Olha I, Chez-Pinaud et El Castillo

Clichés : É. Claud

Figure 177 - Traces d’utilisation macroscopiques liées à la percussion contre une matière dure organique, probablement dans le cadre de la boucherie, observées sur le matériel de la grotte du Noisetier, des Fieux et Saint-Césaire

Figure 177 - Traces d’utilisation macroscopiques liées à la percussion contre une matière dure organique, probablement dans le cadre de la boucherie, observées sur le matériel de la grotte du Noisetier, des Fieux et Saint-Césaire

Clichés a, c-e : É. Claud ; b : C. Thiébaut

Figure 178 - Traces d’utilisation macroscopiques liées au raclage de matières dures organiques ou mi-dures à dures organiques (probable boucherie ou préparation de la surface des retouchoirs) observées sur le matériel de Bayone le Prissé, Chez-Pinaud et Fonseigner

Figure 178 - Traces d’utilisation macroscopiques liées au raclage de matières dures organiques ou mi-dures à dures organiques (probable boucherie ou préparation de la surface des retouchoirs) observées sur le matériel de Bayone le Prissé, Chez-Pinaud et Fonseigner

Clichés : É. Claud

Figure 179 - Traces d’utilisation macroscopiques liées au raclage de matières dures organiques ou mi-dures à dures organiques (probable boucherie ou préparation de la surface des retouchoirs) observées sur le matériel de la grotte du Noisetier, des Fieux et de Saint-Césaire

Figure 179 - Traces d’utilisation macroscopiques liées au raclage de matières dures organiques ou mi-dures à dures organiques (probable boucherie ou préparation de la surface des retouchoirs) observées sur le matériel de la grotte du Noisetier, des Fieux et de Saint-Césaire

L’attribution à une origine fonctionnelle n’est pas certaine pour les traces observées à la grotte du Noisetier (possible convergence taphonomique)

Clichés a-b, d-e : É. Claud ; c-d : A. Coudenneau

Figure 180 - Traces d’utilisation macro- et microscopiques attribuées au travail du bois, de manière certaine (Coudoulous) ou probable (travail de matière mi-dure), observées sur le matériel d’Olha I, Chez-Pinaud, Coudoulous et El Castillo

Figure 180 - Traces d’utilisation macro- et microscopiques attribuées au travail du bois, de manière certaine (Coudoulous) ou probable (travail de matière mi-dure), observées sur le matériel d’Olha I, Chez-Pinaud, Coudoulous et El Castillo

Clichés : É. Claud

Figure 181 - Traces d’utilisation macro- et microscopiques attribuées à un probable travail du bois (travail de matière mi-dure) observées sur le matériel de Fonseigner, la Graulet et des Fieux

Figure 181 - Traces d’utilisation macro- et microscopiques attribuées à un probable travail du bois (travail de matière mi-dure) observées sur le matériel de Fonseigner, la Graulet et des Fieux

Clichés a-b : É. Claud ; c-d : A. Coudenneau

Figure 182 - Traces d’utilisation macro- et microscopiques attribuées au travail de la peau, observées sur le matériel de Chez-Pinaud et Coudoulous

Figure 182 - Traces d’utilisation macro- et microscopiques attribuées au travail de la peau, observées sur le matériel de Chez-Pinaud et Coudoulous

Clichés a-d : É. Claud ; e-f : F.Venditti

Figure 183 - Traces d’utilisation macro- et microscopiques attribuées au travail de la peau, observées sur le matériel de Fonseigner

Figure 183 - Traces d’utilisation macro- et microscopiques attribuées au travail de la peau, observées sur le matériel de Fonseigner

Clichés : É. Claud

Figure 184 - Traces d’utilisation macro- et microscopiques attribuées au travail de la peau, de manière probable, observées sur le matériel de la grotte du Noisetier et des Fieux

Figure 184 - Traces d’utilisation macro- et microscopiques attribuées au travail de la peau, de manière probable, observées sur le matériel de la grotte du Noisetier et des Fieux

Clichés a-b : É. Claud ; c-d : A. Coudenneau

41L’extraction et le traitement de tubercules et de racines produit a priori des traces peu caractéristiques et difficilement différentiables de certaines altérations naturelles (Sievert, 1992). Toutefois, leur recherche dans la terre produit des traces intenses associant une usure très abrasive liée au creusement de la terre et un micro-poli extrêmement brillant et étendu en lien avec le contact avec les tubercules (Claud, 2008 ; Beyries in Lhomme et al., 1998). Il est donc peu probable que ce type de traces, s’il était présent dans les séries étudiées, soit passé inaperçu lors de nos analyses. Par ailleurs dans le registre ethnographique les outils coupants utilisés pour l’extraction des tubercules et des racines sont extrêmement rares (Hayden, 1977), les bâtons à fouir étant privilégiés.

3 - La question des pointes et des fractures d’impact

42Malgré l’étude de nombreuses pointes ou d’éléments pointus (éclats, bifaces), les pièces identifiées comme pouvant correspondre à des armatures de chasse sont rares dans notre corpus.

43Seules deux pièces de Coudoulous ont été interprétées comme ayant clairement été utilisées selon ce mode de fonctionnement (figure 185). Il s’agit de deux éclats pointus en quartz, portant chacun une fracture en flexion se terminant en escalier sur leur extrémité distale, et des micro-usures abrasives ainsi que des stries caractéristiques sur les surfaces (figure 185b-e).

44Des stigmates dont l’origine est incertaine mais qui pourraient également résulter de ce mode de fonctionnement ont néanmoins été identifiés dans les sites de Chez-Pinaud, des Fieux et de Mauran.

45Dans le premier site, une pointe moustérienne en silex turonien (non local) présente à son extrémité distale un enlèvement burinant, postérieur à la retouche, de 7 mm de longueur, et dont la terminaison est en escalier (figure 185a). Un micro‑poli est aussi présent sur une longueur de 4 cm sur chacun des bords latéraux, de part et d’autre de la pointe. Il indique un contact longitudinal avec des matières carnées ou cutanées. Aucun esquillement n’est associé à ces traces. La partie proximale de cette pièce a été amincie par un large enlèvement inverse. Les bords latéraux comportent, dans leur partie mésio-proximale, des esquillements abrupts directs créant une petite concavité (figure 187a) et des esquillements semi-circulaires (figure 187b) indiquant une possible contrainte transversale comme celle liée à la présence d’un manche (cf. Partie I, chapitre 2.5). La présence d’un enlèvement burinant apical a déjà été utilisée comme argument pour conclure à l’utilisation de certaines pointes comme armatures de chasse au Paléolithique moyen (Villa et al., 2009 ; Soressi, Locht, 2010 ; Lazuén, 2012a, 2012b ; Rios-Garaizar, 2016). De même, ce type de stigmate, lorsqu’il recoupe la retouche, est considéré comme diagnostique pour les pointes lithiques du Paléolithique supérieur (cf. Plisson, Geneste, 1989 ; O’Farrell, 2005 ; Sano, 2009). Néanmoins lors de l’étude du référentiel expérimental de pointes (cf. Partie I, chapitre 2.8), les enlèvements burinants n’ont pas été retenus comme caractéristiques d’un mode de fonctionnement en arme de chasse. Les autres indices présents (poli, amincissement de la base, esquillements indiquant un probable emmanchement) sont toutefois des arguments forts en faveur de l’interprétation de cette pièce comme armature. Finalement, seul son caractère unique au sein de la série nous force à la réserve et la prudence, si l’on suit les recommandations de J. Pargeter (2011), pour qui un faible nombre de pointes possiblement impactées sur un site fait suspecter une possible convergence taphonomique.

  • 1 « … small spin-off fracture frequencies do occur as a result of trampling and knapping… » (Pargeter (...)

46Deux éclats en silex des Fieux livrent également de possibles stigmates d’impact. L’un porte deux fractures en flexion avec une très courte languette, la fracture proximale étant combinée avec des esquillements secondaires (spin off) de moins de 6 mm (figure 186a-b). Pour l’autre, un enlèvement apical inverse de petites dimensions a été observé (figure 186c). Encore une fois, même si ces traces sont compatibles avec une utilisation en armatures de chasse, l’absence de récurrence sur un plus grand nombre de pièces combinée avec le fait que ces types de fractures peuvent également avoir des origines naturelles (Pargeter, 20111) nous incitent à les considérer comme de possibles armatures et non comme des armatures de chasse avérées.

Figure 185 - Pièces portant des stigmates résultant (Coudoulous : b à e) ou pouvant résulter (Chez-Pinaud : a) de leur utilisation en armature de chasse

Figure 185 - Pièces portant des stigmates résultant (Coudoulous : b à e) ou pouvant résulter (Chez-Pinaud : a) de leur utilisation en armature de chasse

Les pointillés indiquent la localisation d’un possible emmanchement

DAO : É. Claud et M. Coutureau

Figure 186 - Pièces des Fieux et de Mauran portant des stigmates pouvant résulter de leur utilisation en armature de chasse

Figure 186 - Pièces des Fieux et de Mauran portant des stigmates pouvant résulter de leur utilisation en armature de chasse

DAO : É. Claud et M. Coutureau

47Une pièce de Mauran porte aussi de possibles macro-traces d’impact (figure 186). Il s’agit d’une pointe pseudo-Levallois en quartzite présentant une fracture par flexion inverse dont la terminaison est en escalier. Elle est associée à deux enlèvements quadrangulaires continus situés sur le tranchant droit contigu à la pointe en face inférieur. La fracture seule peut tout à fait être produite lors d’un travail de boucherie pour de la désarticulation ; cependant dans ce cas précis, elle serait associée à d’autres esquillements.

48Dans notre corpus, les éléments interprétés comme armatures de chasse sont rares, souvent incertains, leur rareté contribuant d’ailleurs à les rendre douteux, en raison des possibles convergences de forme notamment mises en évidence par J. Pargeter (2011). Les recommandations de cet auteur peuvent être raisonnablement appliquées ici : en l’absence d’autres types de traces diagnostiques comme les traces microscopiques linéaires (MLIT ; Odell, 1978 ; Moss, 1983a), les fractures classiquement considérées comme diagnostiques d’un impact doivent être interprétées avec beaucoup de prudence, surtout dans le cas de supports bruts, ne correspondant pas forcément à la morphologie attendue pour une armature de chasse.

4 - De possibles traces d’emmanchement

49Même si la reconstitution des modalités de préhension n’a pas constitué notre objectif premier lors des études tracéologiques, nous avons été attentifs aux éventuels indices pouvant révéler la présence d’un tel dispositif, grâce à nos propres observations expérimentales dans le cadre des référentiels du PCR et de travaux plus personnels (Lemorini, 2000 ; Coudenneau, 2004 ; Claud, 2008 ; Coudenneau, 2013). Nos référentiels comprenant peu de pièces emmanchées (pointes brutes et retouchées, éclats bruts, bifaces, denticulés ou encore hachereaux) et les traces d’emmanchement s’étant avérées très rares, nous avons lors des études archéologiques pris également en compte les critères d’observation et d’interprétation proposés par V. Rots sur la base d’un large référentiel spécifique à l’emmanchement, constitué de répliques d’outils de la fin du Paléolithique supérieur, des référentiels plus adaptés n’étant pas disponibles (Rots, 2002a, 2002b, 2004, 2005, 2010, 2015a). Cette dernière propose notamment de différencier les traces d’altération des traces liés à l’emmanchement sur la base des caractéristiques suivantes : limite claire entre la zone emmanchée et la zone utilisée, traces clairement organisées (sur les bords, arêtes, surfaces proches des tranchants, de la limite du manche ou du talon), polis et esquillements fréquents, polis distribués en fonction de la micro-topographie et sans décroissance du fil à l’intérieur de la pièce, esquillements de dimensions irrégulières et groupés, et spots brillants associés à des esquillements.

50Peu de pièces présentent des traces compatibles avec un emmanchement. Si on leur applique les clefs de lecture proposées par V. Rots, leur emmanchement n’est de plus certain pour aucune d’entre elles.

51La pointe moustérienne en silex turonien et présentant un enlèvement burinant de Chez-Pinaud (cf. Partie II, chapitre 2.4) fait partie des pièces potentiellement emmanchées (figure 187) : en plus de l’amincissement du bulbe, ses bords latéraux présentent, en partie mésio-proximale, des enlèvements directs et abrupts créant deux petites concavités opposées (figure 187a). Des micro-traces de découpe de matières carnées ou cutanées, localisées de part et d’autre de la pointe, se développent symétriquement le long des bords sur 4 cm depuis l’extrémité distale. Une limite nette entre ces traces et la zone potentiellement emmanchée, matérialisée par les petites encoches, peut donc être observée. De plus, plusieurs esquillements semi-circulaires, dont la terminaison est réfléchie ou en escalier, et l’orientation perpendiculaire, sont présents sur les bords latéraux, en partie proximale (figure 187b). Ils pourraient indiquer l’existence d’une contrainte transversale, comme celle liée à l’utilisation d’un manche. Dans la zone potentiellement emmanchée, ou bien à sa limite avec la zone active, aucun poli ni spot brillant caractéristique (associé à un esquillement ; Rots, 2002a, 2002b) n’a été détecté. Il faut souligner que la série de Chez‑Pinaud n’est pas exempte de spots brillants d’origine taphonomique, ce qui rend ce type de trace difficile à utiliser pour l’identification des emmanchements.

Figure 187 - Pièces de Chez-Pinaud et de Coudoulous portant des traces pouvant résulter de leur préhension par l’intermédiaire d’une gaine (c : micro-abrasion) ou d’un manche (a, b : esquillements

Figure 187 - Pièces de Chez-Pinaud et de Coudoulous portant des traces pouvant résulter de leur préhension par l’intermédiaire d’une gaine (c : micro-abrasion) ou d’un manche (a, b : esquillements

DAO : É. Claud et M. Coutureau

52Trois pièces en silex de Fonseigner, présentant toutes des bords convergents retouchés utilisés pour la découpe de viande ou de peau, ont également livré des macro-traces compatibles avec un emmanchement, sous la forme d’esquillements perpendiculaires semi-circulaires en partie mésio-proximale (figure 188a-e). Hélas, il n’y a pas de micro-trace associée, qu’il s’agisse de micro-poli lié au contact avec un éventuel manche ou bien de spot brillant.

53Enfin, un éclat en quartz de Coudoulous, utilisé en boucherie, présente en face inférieure, sur sa surface, une usure abrasive probablement en lien avec l’utilisation d’une gaine en peau pour le maintien de l’outil (figure 187c).

54Aucune pièce de notre corpus ne présente de résidu macroscopique potentiellement lié à un emmanchement (reste d’adhésif comme le bitume ou le brai de bouleau), qui sont, dans de rares cas, identifiés en Europe dans des séries du Paléolithique moyen (Mazza et al., 2006 ; Pawlik, Thissen, 2011 ; Cârciumau et al., 2012). Leur préservation requiert des conditions de conservation particulières et rarement réunies pour la période considérée. Leur absence dans les séries n’est donc pas significative.

55Lors de nos expérimentations en geste posé, l’emmanchement de quelques outils s’est avéré un frein à la réalisation de certaines tâches. Ainsi, dans le cadre de la découpe en boucherie, le manche peut gêner la pénétration dans les chairs, comme cela a également été souligné par F. Alhaïque et C. Lemorini (1996). Selon elles, l’utilité d’un manche dépend des étapes de la boucherie (efficacité pour le dépouillement versus inefficace pour la désarticulation) et des types d’articulations. De plus, les fluides détendent les lanières, qu’elles soient en cuir ou en tendons ; il est donc indispensable de les recouvrir d’une protection étanche (colle) ou de fixer l’outil sans lanières (entré en force dans le manche, ou collé). Lors du raclage de la peau ou du bois, la présence d’un manche réduit la souplesse dans l’angle du travail car le manche vient parfois buter contre la matière travaillée, ce qui peut être gênant par exemple pour les actions de coupe positive avec un angle de dépouille très fermé (rabotage). De plus, pour qu’un manche soit utile, il faut qu’il soit parfaitement adapté à l’outil et à l’activité à réaliser. La réalisation de certains manches peut donc nécessiter un temps assez long. En outre, il peut aussi accroître considérablement le temps imparti au façonnage d’un outil comme le biface afin d’obtenir une forme suffisamment amincie pour que le manche ne limite pas la pénétration des tranchants dans les chairs. Si l’on raisonne en termes d’efficacité, ce genre de manche suppose a priori une longévité très importante des parties lithiques ou leur standardisation afin qu’ils soient facilement remplaçables. L’emploi de manches très simples (baguette de bois partiellement fendue dans laquelle l’outil lithique est pincé en force à une extrémité) peut s’avérer utile pour réaliser des activités exigeant d’appliquer une force importante sur un outil de petites dimensions. Dans le cadre de la boucherie du bison, l’un d’entre nous a ainsi trouvé que ce type d’emmanchement était plus efficace que le simple maintien à main nue et permettait d’éviter une crispation musculaire excessive.

56Les manches ont été extrêmement utiles pour les opérations d’abattage d’arbres et de fracturation des cages thoraciques, en percussion, réalisées avec des bifaces et surtout des hachereaux. Des manches peu transformés ont été utilisés : il s’agissait de branches au diamètre suffisant pour aménager une mortaise en partie distale sans que celle‑ci perde trop de son caractère massif et robuste. Seule la zone préhensive était donc amincie. L’abattage d’arbres et la fracturation de cages thoraciques ont parfois été réalisés sans manche mais avec beaucoup plus de difficulté (douleurs, durée plus importante). Les traces d’utilisation sur les parties actives se sont avérées en outre beaucoup plus intenses sur les hachereaux emmanchés que sur ceux tenus à main nue. Cette observation nous a permis de proposer – non pas sur la base d’un examen tracéologique de la zone préhensive mais de manière indirecte – un emmanchement de la plupart de hachereaux archéologiques portant des traces d’utilisation en percussion.

Figure 188 - Pièces de Fonseigner portant des traces pouvant résulter de leur emmanchement (a-e : esquillements)

Figure 188 - Pièces de Fonseigner portant des traces pouvant résulter de leur emmanchement (a-e : esquillements)

DAO : É. Claud et M. Coutureau

57Le faible taux de pièces potentiellement emmanchées au sein de notre corpus contraste avec les résultats récemment acquis sur d’autres sites, certes plus septentrionaux et souvent plus anciens, du Paléolithique moyen, à savoir Maastricht‑Belvédère, Biache‑Saint-Vaast, Bettencourt-Saint-Ouen et Sesselfelsgrotte (Rots, 2014, 2015b). En effet, sur ces sites les taux de pièces emmanchées annoncés sont importants, allant de 30 à 60 % (Rots, 2014). Ces taux sont légèrement plus bas si on prend en compte le fait que le degré de certitude attribué aux interprétations varie (de 0 – incertain – à 4 – certain). On obtient ainsi, selon les sites, 8 à 41 % de pièces considérées comme emmanchées avec certitude, et sur tous les sites environ 20 % de pièces supplémentaires possiblement emmanchées (Rots, 2015b). Les pièces emmanchées ont servi d’armes de chasse, de couteaux de boucherie, pour le travail du bois (percussion et raclage) et le raclage et le perçage de matières indéterminées. D’après cette auteure, les emmanchements semblent être un peu moins fréquents pour les outils utilisés en découpe que pour ceux ayant travaillé en raclage et en percussion. De plus, elle a remarqué que plus une activité est fréquente sur un site, plus les outils qui ont servi à cette activité ont été emmanchés.

58Il est légitime de s’interroger sur l’origine de cette différence de fréquence entre nos données et les résultats récemment acquis sur ces sites. Est-elle d’origine méthodologique, taphonomique ou traduit-elle une différence en termes de comportement humain ?

59Les mêmes clefs de lecture du matériel ont été utilisées car nous avons justement appliqué les critères proposés par V. Rots. Bien que nous soyons moins expérimentés concernant la reconnaissance des traces d’emmanchement, cet aspect ne peut à lui seul expliquer une telle différence. Il est également possible que nous ayons fait preuve de trop de prudence ou de rigidité dans l’application des clefs de lecture de V. Rots, en recherchant à avoir un très large faisceau d’indices, et notamment des micro-traces caractéristiques. Certaines pièces que nous considérons comme possiblement emmanchées seraient peut-être interprétées comme emmanchées de manière certaine par V. Rots.

60V. Rots a étudié un échantillon seulement des outils retouchés des séries de Maastricht-Belvédère, Biache-Saint-Vaast et Sesselfelsgrotte, et une partie des pointes Levallois de Bettencourt-Saint-Ouen. Un tel échantillonnage, distinct d’une analyse globale car concentré sur les pièces présentant a priori plus de chances d’avoir été emmanchées, augmente de manière significative la proportion des traces d’emmanchement.

61Nos séries souffrent pour la plupart d’altérations naturelles à des intensités variables (cf. tableau 47) qui auraient pu oblitérer certaines traces liées à l’emmanchement ou en compliquer la lecture, mais les séries étudiées par V. Rots ne sont pas non plus exemptes d’altérations, et l’approche microscopique n’a d’ailleurs pas toujours été possible (Rots, 2015b). Selon l’auteure, l’organisation des traces est tellement claire sur certaines pièces même altérées (patinées mais non ébréchées) qu’elle a permis leur interprétation. Ainsi, la présence de micro-traces n’a pas été indispensable à l’identification d’un emmanchement, alors que leur absence nous a incités à être prudents dans nos interprétations.

62Enfin, des différences comportementales pourraient potentiellement jouer un rôle dans l’écart de fréquence de pièces emmanchées. Il n’est pas impossible que les groupes néandertaliens du Sud-Ouest de la France emmanchaient moins fréquemment les outils que ceux occupant les régions plus septentrionales ou bien qu’ils les emmanchaient différemment, utilisant des techniques laissant peu ou pas de traces. En effet, l’utilisation d’adhésifs limite le développement des traces car celui‑ci réduit le phénomène de friction entre la pièce et le manche ou les ligatures (Rots, 2002a, 2002b). Ainsi, il arrive que des pièces expérimentales emmanchées ne présentent aucune trace pouvant témoigner de leur mode de préhension (Rots, 2002a ; Claud, 2008). Des différences dans les types de colle utilisés pourraient aussi éventuellement influencer les possibilités d’identification des emmanchements. V. Rots a utilisé pour ses expérimentations de la résine, mais d’autres adhésifs peuvent en effet avoir servi : brai de bouleau, bitume (retrouvés archéologiquement sous forme de résidus), colle de peau ou colle de poisson. Si l’hypothèse de différences comportementales entre les groupes du Sud‑Ouest de la France et les groupes plus septentrionaux peut être avancée pour expliquer une différence de fréquence de traces d’emmanchement, elle ne suppose pas forcément une homogénéité comportementale au sein de ces groupes qui sont, chronologiquement parlant, parfois très éloignés (cf. Bettencourt-Saint-Ouen et Maastricht‑Belvédère). En effet si un facteur commun est susceptible d’expliquer le faible développement des traces d’emmanchement dans une région (utilisation d’un type ou de plusieurs adhésifs en particulier p. ex.), cela ne suffit pas à caractériser la complexité des systèmes d’emmanchement potentiellement mise en œuvre au sein des différents groupes.

63D’autres expérimentations sur l’emmanchement, impliquant des répliques d’outils de type Paléolithique moyen, ainsi que la découverte de nouveaux sites livrant des séries dont la conservation autoriserait une étude tracéologique, voire la conservation de résidus organiques, permettraient d’avancer sur cette question.

Haut de page

Notes

1 « … small spin-off fracture frequencies do occur as a result of trampling and knapping… » (Pargeter, 2011 : 2886).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 47 - Modalités d’étude des différentes séries ayant fait l’objet d’analyses tracéologiques.
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/4118/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Titre Tableau 48 - Nombre de zones actives par sites, en fonction des modes d’action, incluant les traces d’origine indéterminée et les zones actives ayant travaillé les matières minérales
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/4118/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
Titre Tableau 49 - Nombre de zones actives par sites, en fonction des modes d’action, sans les traces d’origine indéterminée et excluant les zones actives ayant travaillé les matières minérales
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/4118/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Titre Tableau 50 - Nombre de zones actives par sites, en fonction des matières travaillées, sans les traces d’origine indéterminée et les zones actives ayant travaillé les matières minérales
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/4118/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Titre Tableau 51 - Nombre de zones actives par sites, en fonction des activités identifiées, sans les traces d’origine indéterminée et les zones actives ayant travaillé les matières minérales
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/4118/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Titre Figure 172 - Traces d’utilisation macro- et microscopiques attribuées à la boucherie, résultant d’une utilisation pour la découpe de la viande, de matière tendre et tendre à mi-dure probablement carnée, observées sur le matériel de Bayonne le Prissé et Chez-Pinaud
Crédits Clichés : É. Claud
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/4118/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Figure 173 - Traces d’utilisation macro- et microscopiques attribuées à la boucherie, résultant d’une utilisation pour la découpe de matière tendre et de viande, observées sur le matériel de Combe Brune 2, Coudoulous et Fonseigner
Crédits Clichés a, d-f : É. Claud ; b-c : F. Venditti
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/4118/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Figure 174 - Traces d’utilisation macro- et microscopiques attribuées à la boucherie, résultant d’une utilisation pour la découpe de matière tendre à mi-dure, observées sur le matériel des Fieux, de la grotte du Noisetier et de Mauran
Crédits Clichés a-b, e : A. Coudenneau ; c-d : É. Claud
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/4118/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Figure 175 - Traces d’utilisation macro- et microscopiques attribuées à la boucherie, résultant d’une utilisation pour la découpe de matière tendre à mi-dure, observées sur le matériel de Saint-Césaire
Crédits Clichés : É. Claud
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/4118/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Figure 176 - Traces d’utilisation macroscopiques liées à la percussion contre une matière dure organique, probablement dans le cadre de la boucherie, observées sur le matériel de Olha I, Chez-Pinaud et El Castillo
Crédits Clichés : É. Claud
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/4118/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre Figure 177 - Traces d’utilisation macroscopiques liées à la percussion contre une matière dure organique, probablement dans le cadre de la boucherie, observées sur le matériel de la grotte du Noisetier, des Fieux et Saint-Césaire
Crédits Clichés a, c-e : É. Claud ; b : C. Thiébaut
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/4118/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 178 - Traces d’utilisation macroscopiques liées au raclage de matières dures organiques ou mi-dures à dures organiques (probable boucherie ou préparation de la surface des retouchoirs) observées sur le matériel de Bayone le Prissé, Chez-Pinaud et Fonseigner
Crédits Clichés : É. Claud
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/4118/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Figure 179 - Traces d’utilisation macroscopiques liées au raclage de matières dures organiques ou mi-dures à dures organiques (probable boucherie ou préparation de la surface des retouchoirs) observées sur le matériel de la grotte du Noisetier, des Fieux et de Saint-Césaire
Légende L’attribution à une origine fonctionnelle n’est pas certaine pour les traces observées à la grotte du Noisetier (possible convergence taphonomique)
Crédits Clichés a-b, d-e : É. Claud ; c-d : A. Coudenneau
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/4118/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Figure 180 - Traces d’utilisation macro- et microscopiques attribuées au travail du bois, de manière certaine (Coudoulous) ou probable (travail de matière mi-dure), observées sur le matériel d’Olha I, Chez-Pinaud, Coudoulous et El Castillo
Crédits Clichés : É. Claud
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/4118/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Figure 181 - Traces d’utilisation macro- et microscopiques attribuées à un probable travail du bois (travail de matière mi-dure) observées sur le matériel de Fonseigner, la Graulet et des Fieux
Crédits Clichés a-b : É. Claud ; c-d : A. Coudenneau
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/4118/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Figure 182 - Traces d’utilisation macro- et microscopiques attribuées au travail de la peau, observées sur le matériel de Chez-Pinaud et Coudoulous
Crédits Clichés a-d : É. Claud ; e-f : F.Venditti
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/4118/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Figure 183 - Traces d’utilisation macro- et microscopiques attribuées au travail de la peau, observées sur le matériel de Fonseigner
Crédits Clichés : É. Claud
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/4118/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Figure 184 - Traces d’utilisation macro- et microscopiques attribuées au travail de la peau, de manière probable, observées sur le matériel de la grotte du Noisetier et des Fieux
Crédits Clichés a-b : É. Claud ; c-d : A. Coudenneau
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/4118/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Figure 185 - Pièces portant des stigmates résultant (Coudoulous : b à e) ou pouvant résulter (Chez-Pinaud : a) de leur utilisation en armature de chasse
Légende Les pointillés indiquent la localisation d’un possible emmanchement
Crédits DAO : É. Claud et M. Coutureau
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/4118/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Figure 186 - Pièces des Fieux et de Mauran portant des stigmates pouvant résulter de leur utilisation en armature de chasse
Crédits DAO : É. Claud et M. Coutureau
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/4118/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Figure 187 - Pièces de Chez-Pinaud et de Coudoulous portant des traces pouvant résulter de leur préhension par l’intermédiaire d’une gaine (c : micro-abrasion) ou d’un manche (a, b : esquillements
Crédits DAO : É. Claud et M. Coutureau
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/4118/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Figure 188 - Pièces de Fonseigner portant des traces pouvant résulter de leur emmanchement (a-e : esquillements)
Crédits DAO : É. Claud et M. Coutureau
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/4118/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 270k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Émilie Claud, Céline Thiébaut, Marianne Deschamps, Aude Coudenneau, Cristina Lemorini, Vincent Mourre et Flavia Venditti, « Les études tracéologiques sur les industries lithiques », Palethnologie [En ligne], 10 | 2019, mis en ligne le 01 novembre 2019, consulté le 16 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/palethnologie/4118 ; DOI : 10.4000/palethnologie.4118

Haut de page

Auteurs

Émilie Claud

Université de Bordeaux, UMR 5199 – Pacea / INRAP
emilie.claud[at]inrap.fr

Articles du même auteur

Céline Thiébaut

Université Toulouse Jean Jaurès, UMR 5608 – Traces
celine.thiebaut[at]wanadoo.fr

Articles du même auteur

Marianne Deschamps

UNIARQ – Centro de Arqueologia da Universidade de Lisboa / Université Toulouse Jean Jaurès / CNRS, UMR 5608 – Traces
mardesch1690[at]gmail.com

Articles du même auteur

Aude Coudenneau

coudenneau.aude@orange.fr

Articles du même auteur

Cristina Lemorini

LTFAPA Laboratory – Université de Rome “La Sapienza”
cristina.lemorini[at]uniroma1.it

Articles du même auteur

Vincent Mourre

Université Toulouse Jean Jaurès, UMR 5608 – Traces / INRAP
vincent.mourre[at]inrap.fr

Articles du même auteur

Flavia Venditti

Department of Archaeology and Near Eastern Cultures, Tel Aviv University
flavia.venditti[at]gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Palethnologie est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées
  • Logo Travaux et Recherches archéologiques sur les Cultures, les Espaces et les Sociétés
  • Logo Institut national de recherches archéologiques préventives
  • Logo Ministère de la Culture
  • OpenEdition Journals