Navigation – Plan du site

AccueilNuméros8La maisonnée dans les AmériquesArchéologie de la maisonnée de la...

La maisonnée dans les Amériques

Archéologie de la maisonnée de la fin de la préhistoire dans l’Est de l’état de New York

Christina B. Rieth
Traduction(s) :
Late prehistoric household archaeology in eastern New York [en]

Résumé

Les études archéologiques des maisonnées nous fournissent des informations sur les interactions entre les populations du passé, les façons dont elles organisaient leurs habitats et la relation entre segments disparates d’une communauté. En examinant les effets des maisonnées à différentes échelles, les archéologues peuvent mieux comprendre les processus qui sous-tendent le comportement humain. Cet article examine le site Getman de la préhistoire tardive dans l’État de New York et le rôle des maisonnées iroquoiennes, tel que représenté dans les contextes de la subdivision interne de la maison-longue et du village. Des conclusions sur l’égalité, l’utilisation des ressources et l’organisation spatiale de la maison-longue sont suggérées.

Haut de page

Texte intégral

Je remercie Claude Chapdelaine pour m’avoir invitée à participer à ce symposium et à contribuer au présent volume. Les images sont reproduites avec l’autorisation du Musée de l’État de New York à Albany. Toutes les erreurs sont de ma responsabilité.

Introduction

1Les maisonnées sont d’importantes unités d’analyse utilisées par les archéologues pour étudier les activités des populations préhistoriques. Les maisonnées, non seulement définissent et lient les groupes de gens à travers un lignage commun, mais facilitent et promeuvent la survivance générale du groupe en régulant l’accumulation des biens de subsistance, en développant les réseaux sociaux pour le commerce inter-groupes, et en fournissant des relations inter-communautés lors des périodes de difficultés économiques et de guerre (Hayden, 1977). À l’échelle interculturelle, les maisonnées fournissent un moyen de comparer les activités de ces groupes et les mécanismes par lesquels de telles activités évoluaient à travers le temps et l’espace. Enfin, lorsqu’elles sont liées à l’architecture domestique, les maisonnées ont la capacité de fournir des informations sur les changements dans l’organisation de l’espace au sein des structures et leur période d’utilisation (Snow, 1989, 1995).

2Les archéologues du Nord-Est ont examiné les maisonnées de la fin de la préhistoire à différentes échelles. Ces études se focalisent souvent sur le rôle de la maisonnée au sein d’aires d’implantation plus grandes, tribales ou régionalement diverses ou de zones écologiques (Finlayson, Pearce, 1989). D’autres études se sont concentrées sur la structure interne des villages et les maisonnées multiples qui y sont contenues (Knight, 1987, 1989 ; Prezzano, 1992 ; Archaeological Services, 2010), alors que peu d’études ont observé les maisonnées individuelles au sein de ces villages (Kapches, 1984 ; Williams-Shuker, 2009). Michard-Stutzman (2009) et d’autres argumentent que, bien que ces approches fournissent une information détaillée sur certains segments d’utilisation, les approches les plus fructueuses combinent une analyse des maisonnées à plusieurs niveaux différents.

3Ce chapitre examine le rôle et les activités des maisonnées du site de Getman, dans l’État de New York (Ritchie, 1973a), daté de la fin de la préhistoire (1000-1500 de notre ère). Un examen des activités s’étant déroulées à différentes échelles – celle du l’aire familiale, de la maison-longue et du village – est présenté et fournit de l’information. Des comparaisons avec d’autres villages sont présentées et apportent une compréhension plus détaillée de l’importance des maisonnées parmi les groupes de la fin de la préhistoire de l’État de New York.

1 - L’archéologie de la maisonnée

4La maisonnée repose au centre de nombreuses études sur l’habitat. Selon Wilk et Rathje (1982 : 618), "la maisonnée est le composant social de subsistance le plus commun, le plus petit et le plus prolifique groupe d’activité", avec des composants liant les membres, leurs aires d’activité et les activités qui y étaient menées. Les activités s’étendent aux besoins productifs, distributifs, de transmission et reproductifs de la société et sont enchâssées dans les normes culturelles et comportementales passées entre générations de groupes apparentés. Dans une perspective interculturelle, la taille et la composition de la maisonnée varient de quelques individus à plusieurs dizaines de membres (Yanagisako, 1979 ; Brami, 2014). Certains membres de maisonnée partagent une maison unique pendant que d’autres maisonnées ont des membres qui occupent des structures spatialement séparées.

5La taille de la maisonnée a des implications sur la mobilité de ses membres et sur leur habilité à s’adapter à la flexibilité lorsqu’ils traitent d’opportunités économiques diverses (Wilk, Rathje, 1986 ; White, 2013). Les plus petites maisonnées, souvent rencontrées dans des sociétés de chasseurs-cueilleurs, ont la capacité de se déplacer à travers le paysage et utilisent des ressources de subsistance et économiques limitées. Les grandes maisonnées, qui sont souvent présentes parmi les groupes sédentaires, ont la capacité d’exercer une plus grande flexibilité dans des situations lors desquelles les ressources qui étaient produites et consommées sont diverses (Wilk, Rathje, 1986).

6Les activités de production et de distribution d’une maisonnée sont souvent focalisées sur la capacité organisationnelle d’un ou plusieurs leaders. Les leaders sont souvent chargés de programmer et d’organiser les membres de la maisonnée autour de tâches d’approvisionnement saisonnières. Wilk et Rathje (1986 : 624) suggèrent que de telles tâches pouvaient être associées avec la mise en commun (distribution des biens au sein d’une maisonnée particulière) et l’échange (distribution des biens parmi les maisonnées ou au sein d’unités plus grandes) dans une communauté. Dans des sociétés avec des populations plus grandes et plus de biens à distribuer, les opportunités pour redistribuer de tels biens s’accroissent et peuvent ultimement servir à accroître le statut du leader au sein de la communauté.

7Engelbrecht (2003) et d’autres (par exemple, Snow, 1994) soutiennent que les résidences des chefs et les maisonnées correspondantes sont souvent visibles à travers l’archéologie et correspondent aux maisons les plus grandes, qui servaient non seulement comme résidences, mais aussi comme lieux de rencontres, aires de stockage et probablement comme localisation de cérémonies pour la communauté. D’autres caractéristiques de ces maisons pouvaient comprendre des structures internes de taille disproportionnée, des fosses plus fréquentes pour dissimuler des biens partagés et de plus grandes quantités de biens de provenance extérieure à la maisonnée et signalant le statut politique et social du leader dans la communauté.

8Les maisonnées sont souvent organisées autour de lignages et/ou de groupes de personnes qui peuvent avoir partagé une ou plusieurs résidences centrales au sein d’une communauté. Les groupes constitués selon Freeman (1968 : 266, tel que cité dans Hayden, 1977 : 3 ; voir aussi Nadel, 1951 ; Fortes, 1953) "peuvent être définis comme ayant un ensemble de droits collectifs et de devoirs" qui peuvent être activés dans des situations diverses pour satisfaire les besoins d’un groupe. Les groupes constitués peuvent être temporaires et ne sont pas basés sur une ascendance commune. Schusky (1965 : 77, tel que cité dans Hayden, 1977 : 3-4) définit le lignage comme : "les descendants unilatéraux d’un ancêtre commun connu ou d’ancêtres" s’étendant sur plusieurs générations dans le passé.

9Dans le Nord-Est, la maison-longue n’était pas seulement l’unité résidentielle principale dans les villages iroquoiens, mais aussi le centre métaphorique de la communauté symbolisant la relation de plusieurs composants socio-économiques au sein ou entre les villages. Hayden (1977) s’interroge quant à l’organisation des activités dans une maison-longue autour des groupes constitués ou autour des lignages. Il émet l’hypothèse, qu’étant donné la quantité de travail nécessitée par la construction de ces maisons, leur organisation n’était pas hasardeuse, mais guidée par un ensemble de principes d’organisation définis au sein de cette société. L’un de ces principes d’organisation pourrait tourner autour du commerce de biens et de la capacité des leaders à attirer et soutenir les groupes apparentés pour supporter ces tâches (Hayden, 1977).

10Les activités de la maisonnée peuvent être divisées entre celles liées au travail des hommes et des femmes. Les tâches normalement associées au travail des femmes incluent la fabrication de la poterie, le traitement de la nourriture, le soin des enfants et la moisson des plantes cultivées. Dans les sociétés agricoles et dans les sociétés au sein desquelles le travail des femmes pour la subsistance est important, la mise en commun du travail arrive fréquemment et libère le temps des femmes pour ces activités (Brumfield, Robin, 2008 : 3-5). Les enfants plus âgés peuvent jouer un rôle important en prêtant assistance aux tâches quotidiennes de la maisonnée et à l’éducation des enfants.

11Le travail des hommes était souvent focalisé sur la chasse aux grands animaux, la construction des structures résidentielles, la défense du village, la localisation des ressources utilisées dans la manufacture des outils de pierre et la guerre. Les hommes sont, plus souvent que les femmes, impliqués dans les activités politiques et religieuses (Snow, 1995 ; Engelbrecht, 2003) et la preuve de ces tâches pourrait être reflétée dans les artefacts découverts.

12Les études archéologiques des maisonnées ont été menées au niveau de la maisonnée individuelle, de la résidence et de la communauté (Kapches, 1987, 1990 ; Snow, 1989 ; Bamann et al., 1992 ; Jameson, 1992 ; Warrick, 2000 ; Funk, Kuhn, 2003 ; Brami, 2014). Selon Michaud-Stuzman (2009), les approches incorporant des analyses au niveau de la maisonnée individuelle et au niveau du site fournissent des analyses complémentaires qui contribuent à notre compréhension du passé. De telles études permettent aux archéologues d’étudier les comportements en lien avec la division du travail des maisonnées, l’organisation spatiale du stockage et des structures de traitement, les activités rituelles et la capacité des groupes familiaux à partager ou à participer à des activités organisées selon des lignages et des groupes constitués. L’information au sujet de l’incorporation d’étrangers peut également être déduite en fournissant des informations sur l’adoption de captifs et d’étrangers. Des approches comparatives entre maisonnées peuvent aussi fournir une information sur les variations entre villages.

2 - La préhistoire tardive (1000-1500 de notre ère)

13La fin de la préhistoire est une période dynamique dans le Nord-Est et représente une époque durant laquelle se produisent des changements majeurs dans l’habitat et l’organisation sociale. L’un de ces changements est le passage d’une stratégie de subsistance de chasse et de cueillette à une autre basée sur la culture du maïs, des haricots et de la courge (Hart, 2000). Les schémas d’implantation de ces premiers groupes connurent des changements les faisant passer de camps occupés saisonnièrement et localisés le long des principaux cours d’eau à de grands villages multifamiliaux placés au sommet de terrasses défendables. Le traitement des ressources et les sites spécialisés étaient situés à proximité et supportaient les activités villageoises (Perrelli, 2001 ; Rieth, Horton, 2010).

14Les grandes maisons-longues multifamiliales étaient au centre de la vie dans ces villages (Snow, 1984 ; Hart, 2000). La maison-longue avait l’avantage de permettre à une structure d’abriter une maisonnée étendue, dont les membres coopéraient dans l’achèvement de tâches variées. C’était particulièrement important lorsque les hommes et les autres groupes spécialisés étaient absents du village. La maison-longue était construite avec une ligne de foyers au centre entourée par des rangées de couchettes de chaque côté pour dormir. La disposition de la maison permettait le partage de la nourriture et des ressources domestiques et fournissait une aire de travail en commun pour ceux vivant à l’intérieur. Les descriptions historiques de ces maisons révèlent que c’étaient des structures densément peuplées et pleines d’activités (Morgan, 1901 ; Gehring, Starna, 1988). Bien que performante dans sa construction et son utilisation, cette forme de maison impliquait la perte fréquente de l’intimité et le fait que les possessions personnelles, sauf si elles étaient cachées, étaient visibles de toute la maison-longue.

15La taille de ces structures était variable. Au début du XIIIe siècle dans l’État de New York, elles mesuraient 22 m de long et 6,5 m de large (Ritchie, 1994). Une maison de cette taille pouvait avoir contenu près de 50 habitants. Ces structures grandirent à près de 121 m en longueur au XVe siècle avec plusieurs centaines d’habitants vivant à l’intérieur (Tuck, 1971). Des changements dans la maison-longue causés par l’incorporation de nouveaux membres peuvent être observés archéologiquement dans l’expansion et la réorganisation de l’habitat et des aires d’activités au sein de la structure.

16Enfin, les premiers établissements n’étaient pas entourés de palissades ou de fossés, ce qui suggère que l’emplacement des sites au sommet des terrasses était suffisant pour la défense. À partir du XIIIe siècle, les sites contiennent des éléments de fortification de plus en plus complexes, consistant en palissades simples et doubles. Ces structures étaient apparemment utilisées pour la défense aussi bien que pour créer une limite physique entre ceux "du" village ou de la maisonnée et ceux "hors" du village ou de la maisonnée.

3 - Les maisons-longues du site Getman

17Le reste de cet article examine le rôle des maisons-longues sur le site Getman, l’un des sites les plus grands et les plus extensivement étudiés dans la vallée de la rivière Mohawk dans l’est de l’État de New York (figure 1). Le site est localisé à 6,5 km de la rivière Mohawk dans le Comté de Montgomery et les investigations archéologiques menées en 1957 ont révélé six maisons-longues encerclées par une palissade à double rang (Lenig, 1955 ; Ritchie, 1973a). Les maisons mesuraient 6,1 m de large avec une longueur variable (basée sur la portion de la maison mise au jour) de 9,4 à 34 m. Des fosses ovales, contenant des restes de maïs et de cerf de Virginie, ont été trouvées aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur des murs des maisons-longues. Ritchie (1973a) indique, qu’étant donné l’arrangement spatial de ces structures, pas plus de trois maisons n’étaient occupées simultanément.

Figure 1 - Carte de 1957 montrant les fouilles du site de Getman, comté de Montgomery, New York.

Figure 1 - Carte de 1957 montrant les fouilles du site de Getman, comté de Montgomery, New York.

Reproduit avec la permission de la Division de la Recherche et des Collections du New York State Museum, Albany, New York ; url : http://nysl.cloudapp.net/​awweb/​guest.jsp?smd=1&cl=all_lib&lb_document_id=72447

18En plus de son utilisation comme structure résidentielle, la maison-longue servait de "place de rencontre" pour les membres masculins de la maisonnée. À la différence d’autres sociétés matrilinéaires, Snow (1994 : 39) indique que les membres masculins des communautés iroquoiennes se regroupaient fréquemment dans des portions de la maison plutôt que dans des "huttes" masculines ou dans d’autres structures communautaires. Sur le site Getman, une grande zone au sol rougi au centre de la maison et caractérisée par Ritchie comme étant une série de foyers rapprochés pourrait représenter l’un de ces points de regroupement au sein de l’aire familiale d’un leader.

19Alors que la maisonnée était un groupe de travail basique au sein du village, la maisonnée (et le village) étaient liés à d’autres sites "satellites" proches. Snow (1994 : 46-47) suggère que l’un de ces sites satellites serait le site d’Otstungo. Ce site est localisé à quelques kilomètres et pourrait avoir été contemporain.

A - La taille et l’orientation des maisons

20Six maisons ont été identifiées à Getman. La maison-longue 1 mesure 26 m de long sur 6,7 m de large, alors que la maison-longue 3 mesure 33 m de long sur 6,4 m de large. La maison 4 mesure 34 m de long et 6,7 m de large. Les maisons 2, 5 et 6 n’ont pas été complètement fouillées mais avaient une largeur similaire à celles mesurées sur les maisons 1, 3 et 4, ce qui suggère une certaine régularité dans la construction de ces bâtiments. Chaque maison-longue était positionnée le long d’un axe est-ouest, avec l’extrémité des maisons s’ouvrant sur les extrémités d’une maison-longue adjacente plutôt que filant perpendiculairement, ainsi que cela arrive sur des villages plus tardifs. L’espacement rapproché de ces entrées suggère que ces maisons pourraient avoir été orientées en vue d’un futur rattachement (figure 2).

Figure 2 - Carte montrant la maison 1 et les compartiments internes de la maison 1 du site de Getman, comté de Montgomery, New York.

Figure 2 - Carte montrant la maison 1 et les compartiments internes de la maison 1 du site de Getman, comté de Montgomery, New York.

Reproduit avec la permission de la Division de la Recherche et des Collections du New York State Museum, Albany, New York

21Lorsqu’on le compare avec d’autres villages de la fin de la période préhistorique, le site Getman a un plus grand nombre de maisons et leur localisation est régulière dans son orientation, ce qui suggère une expérimentation antérieure de planification et de standardisation du plan du village et des activités des maisonnées vivant au sein du village. Sur le site Bates, un village du XIIIe siècle du Comté de Chenango, une seule maison-longue a été identifiée et a probablement été agrandie trois fois pour accommoder une maisonnée croissante résidant entre ses murs (Ritchie, 1994 : 285-287, fig. 10). La plus grande de ces maisons mesure 22,3 m et pourrait avoir accueilli jusqu’à 50 personnes. Bien que plus courte que la maison du site Getman, c’était une probable tentative de standardisation de la forme de la maison-longue.

22Le site Kelso, un village du XIVe siècle dans le Comté Onondaga, a produit des vestiges comparables à ceux du site Getman, avec une variété de largeurs et d’orientations (Ritchie, 1973c). La maison 3 mesurait 39 m de long et 6,7 m de large, alors que la maison 4 mesurait 34 m de long. Des maisons plus petites mesurant 6,1 m de long existaient et pourraient avoir été incorporées dans des maisons plus grandes. Le site Kelso pourrait avoir eu plus de 300 occupants, près de deux fois plus qu’à Getman (Ritchie, 1973a). Les maisons 3, 4 et 9 avaient chacune une ligne centrale de foyers et de fosses et elles étaient orientées autour d’une série d’aires familiales semblables à celles du site Getman.

B - Les maisonnées au sein de la maison-longue 1

23La maison-longue 1 du site de Getman a été complètement mise au jour et mesurait 26,2 m de long et 6,7 m de large (figures 2-3). Ritchie (1973a) décrit la structure comme ayant des extrémités "carrées" et contenant une double ligne de poteaux mesurant environ 7,6 cm et enfoncées de 20 à 38 cm dans le sol. De plus grands poteaux de 10,6 à 15,2 cm ont également été trouvés et fournissent la preuve de poteaux supports. Douze compartiments ou aires familiales se succédaient le long d’un couloir filant au centre de la structure (figure 2). Un espace additionnel (aire familiale 7) est figuré (Ritchie, 1973a : fig. 29) et pourrait représenter une aire de travail associée à des récipients de stockage potentiellement découverts dans les structures 2 et 3. La présence de ces structures n’est pas un hasard, mais signale probablement les relations communautaires de la maisonnée et leur besoin de partager les biens produits en commun. À l’est de la maison 1 se situe la maison 2, qui est parallèle et séparée par quelques mètres (figures 2-3). L’alignement de ces deux structures suggère qu’il était prévu de les fusionner et de créer une structure similaire aux maisons 3 et 4 du site (Ritchie, 1957 : 51-53). Ainsi que cela s’est passé à Bates et à Kelso, fusionner les maisons-longues pourrait représenter des efforts pour incorporer les membres de maisonnées voisines dans une seule structure, afin de renforcer l’efficacité économique.

Figure 3 - Vue de la maison 1 du site de Getman depuis l’entrée ouest.

Figure 3 - Vue de la maison 1 du site de Getman depuis l’entrée ouest.

Reproduit avec la permission de la Division de la Recherche et des Collections du New York State Museum, Albany, New York

2417 structures ont été identifiées dans la maison 1. Parmi eux, on compte neuf foyers répartis au sein de toutes les aires familiales, sauf un (aire 2). Les occupants de l’aire familiale 2 pourraient avoir utilisé les foyers des compartiments adjacents (figure 2). Étant au centre de la maison-longue, d’autres explications incluant le choix de cet espace pour y installer des poteaux de support est plausible, comme cela est suggéré par plusieurs grands poteaux au sein de l’aire familiale 2 (Ritchie, 1973a : fig. 28).

25Le statut de la maisonnée peut être vu dans la taille des aires familiales au sein de la maison-longue. Dans la maison-longue 1, les aires familiales sont de taille égale et mesurent environ 3,04 à 3,65 m de longueur avec une banquette large de 1,8 m (Ritchie, 1957). À l’extrémité orientale de la maison-longue 1, l’aire familiale 5 (figure 2) mesure 2,4 m de longueur. Alors que la petite taille de cette aire pourrait signaler le statut réduit de la maisonnée, la taille pourrait aussi être un facteur de proximité de la maison 2, car elle nécessitait de tronquer l’aire familiale, afin de faire de la place à cette structure.

26Dans la partie ouest de la maison-longue 1, l’aire familiale 1 a une taille deux fois plus grande que les autres et comprend deux fois plus de foyers et de fosses. L’aire mesure environ 6,09 m de long avec six structures entre ses murs. Quatre structures sont des foyers le long de l’allée centrale et pourraient signaler une position prééminente de chef de lignage au sein de la maisonnée.

27L’organisation de la maisonnée était telle que l’intimité était limitée et que les possessions de la maisonnée étaient visibles, non seulement aux occupants de la même aire familiale, mais aussi à ceux marchant le long de l’allée centrale de la maison-longue. Des comptes-rendus ethnographiques indiquent que les membres de la maisonnée stockaient souvent des biens dans des fosses creusées sous les poteaux de la banquette de leurs aires familiales, afin de maintenir un certain niveau d’intimité (Ritchie, 1973a). Les structures 4, 5, 9 et 10 ont été trouvées sous les poteaux de la banquette dans la maison-longue 1 et contenaient une diversité d’artefacts. Les structures 4 et 5 ont été trouvées dans l’aire familiale 1 et contenaient 22 artefacts, incluant une extrémité de poinçon en os, des tessons de bord et de corps, un percuteur et une pointe triangulaire. Une autre concentration d’artefacts se trouvait dans la fosse 9 de l’aire 2 et comprenait dix tessons de bord et des tessons de corps. La structure 10 était dans l’aire familiale 6 et a produit le plus faible nombre d’artefacts avec un tesson de corps et un percuteur. Le grand nombre de fragments de poterie trouvé dans les structures est curieux et suggère que les vases pourraient avoir été placés dans les fosses pour conserver des objets qui se sont détériorés depuis.

28Enfin, l’espace de vie partagé au sein de la maison-longue 1 était largement vide d’artefacts, ce qui suggère que les occupants rejetaient probablement les détritus dans un dépotoir communautaire située au-delà des murs de la maison. Cela n’aurait pas été l’acte des occupants d’une aire familiale, mais aurait été pratiqué par tous les membres de la maisonnée. De petites "dépressions" identifiées durant la fouille pourraient avoir été remplies alors par des débris, comme pourraient l’avoir été des aires localisées au-delà des murs de la palissade pour limiter la fréquence de la vermine à l’intérieur des maisons (Ritchie, 1973a : 299).

C - L’aire familiale 1 de la maison 1

29La maison-longue 1 contenait treize aires familiales occupées chacun par une famille nucléaire. L’aire 1 est la plus grande et le sujet de la discussion qui suit. Cet espace mesurait 6,09 m de longueur et avait une rangée de banquettes de couchage le long de ses murs nord et sud. Au centre de l’aire familiale étaient situées les structures 6, 7, 12 et 13, localisées le long du couloir central de la maison-longue. La structure 12 est une dépression en forme de soucoupe avec un sol rubéfié et une trace de poteau sur un côté. Son contenu incluait des morceaux de poterie et un fragment d’os mélangés à du charbon. La structure 7 est un foyer ovale stérile entouré par trois traces de poteaux. La structure 6 est un foyer en creux, avec des tessons de bords et de corps, des restes osseux et des éclats de chert (Ritchie, 1957 : 25-38). La structure 13 consistait en une tache stérile d’argile rubéfiée, s’étendant approximativement sur 23 cm sous la surface du sol (Ritchie, 1957 : 11).

30En plus de ces foyers, deux petites fosses ont été identifiées sous les poteaux des banquettes dans la partie nord de l’aire familiale. Les structures 4 et 5 consistent en de petites caches personnelles, dont on suppose qu’elles appartenaient aux occupants de cette aire familiale. Ces aménagements étaient probablement creusés pour cacher des biens de valeur utilisés comme colifichets personnels ou dans des contextes religieux privés. Le fait que cette aire familiale avait deux structures de ce type encourage à croire que le(s) occupant(s) avai(en)t un rôle proéminent en tant que leader(s) de la maisonnée.

31Lorsque l’on compare avec d’autres aires familiales de la même maison-longue, les amas de débris trouvés sur le sol de l’aire 1 étaient minimaux et comprenaient l’extrémité d’une pointe de projectile, une perle en os, un tuyau de pipe, des fragments de poterie et de colombins, une section de pointe, un percuteur et d’autres débris lithiques. Plusieurs des vases avaient des parois fines et pourraient représenter de petits réceptacles de stockage. L’examen des fragments de pipe montre que plusieurs pipes différentes sont représentées, ce qui suggère que la vie dans l’aire familiale était conviviale parmi les membres de la maisonnée.

32Enfin, les mobiliers retrouvés suggèrent que le traitement des ressources était limité au minimum, avec la fabrication de la nourriture, du lithique et de la poterie se déroulant essentiellement en-dehors de la maison. Parmi les objets retrouvés dans la maison-longue, plus de 70 % pouvaient être attribués à des tâches associées aux femmes. C’est ce qui était attendu, étant donné que l’intérieur de la maison-longue est considéré comme étant le domaine des femmes (Snow, 1994).

4 - Discussion

33Les études archéologiques de maisons-longues à différentes échelles fournissent de l’information sur l’étendue des tâches économiques, le rôle des groupes de travail masculins et féminins, l’égalité sociale et les activités privées et publiques se déroulant dans le passé. Comme cela a été démontré par Williams-Shuker (2009) et d’autres (Finlayson, Pearce, 1989 ; Michard-Stutzman, 2009), les avantages à considérer les maisonnées en tandem avec l’ensemble des villages et les relations intra-villages sont nombreux et mettent souvent en lumière la gamme de diversité trouvée parmi les groupes du Nord-Est. Lorsque l’on y ajoute l’activité intra-maison, les études archéologiques transcendent souvent la sphère de comportement publique et pénètrent la sphère privée.

34Au cours du XIVe siècle, les maisonnées iroquoiennes faisaient partie d’une économie en croissance, qui était de plus en plus basée sur la pratique de la culture du maïs, des haricots et de la courge. L’utilisation de telles semences nécessitait que les maisonnées d’un même village devaient travailler ensemble pour produire ces végétaux et ainsi maintenir la survie de la communauté. L’établissement de villages servant de résidences à plusieurs maisonnées était un mécanisme par lequel les groupes pouvaient organiser le travail et diriger l’entretien durant la croissance et lors de la récolte du maïs. Un composant clef de telles activités était de partager les obligations sociales et économiques avec les autres. La distribution et le partage communautaire des biens sur le site Getman peuvent être vus par l’organisation spatiale des structures au sein de la maison-longue et par la présence d’aires de stockage partagés (Williams-Shuker, 2009 : 211). L’identification de douze aires familiales organisées autour de neuf foyers centraux renforce la nature partagée des ressources de la maisonnée. La coopération entre les familles est également visible dans l’utilisation partagée des cubicules de stockage aux extrémités de la maison-longue, ainsi que de structures communes de stockage de nourriture identifiées parmi les structures 3, 11, 20 et 23, dans les maisons 1, 4 et 5.

35En plus de l’utilisation des structures, la construction de la maison-longue elle-même est une activité communautaire, à laquelle les individus de différentes familles participaient. Les perches et les écorces pour le toit et les murs étaient probablement ramassés lors des parties de chasse masculines, alors que les nattes pour couvrir les banquettes et les murs de la structure étaient probablement tissées par les femmes qui vivaient dans le village. Selon Snow (1994), les adolescents de sexe masculin pourraient avoir aidé à la réfection des structures lorsque les hommes étaient au loin.

36Enfin, la construction de la palissade autour du site représente une activité au sein de laquelle les maisonnées de différentes maisons-longues étaient probablement engagées. L’effort communautaire nécessité pour couper suffisamment de troncs pour deux rangées de palissades était énorme et requérait l’ensemble des personnes disponibles. La maintenance de la palissade était probablement aussi assurée par des hommes de différentes maisonnées, lorsqu’ils n’étaient pas éloignés du village.

37Une analyse des artefacts de la maison-longue 1 suggère que les groupes de la maisonnée respectaient une certaine égalité, si l’on en croit la taille semblable des aires familiales, le nombre similaire de structures et l’absence de variabilité des biens trouvés jonchant le plancher d’occupation de la maison-longue. La plupart des objets qui ont été identifiés consistent en vestiges utilitaires, tels que des tessons de bords et de corps, des fragments de pipe incisés ou non décorés et des restes fauniques correspondant à divers animaux locaux. Les fragments de chert (débitage) consistant en chert local Onondaga représentent plus de 95 % des objets, avec seulement quelques pièces d’un chert non-local, possiblement Normanskill. Les sols de la maison étaient maintenus relativement propres, sans indices que la maison-longue 1 ait contenu moins ou plus d’artefacts que les portions des autres maisons-longues fouillées (Ritchie, 1957).

38Si l’on examine les aires familiales individuelles, nous voyons que la distribution des mobiliers à travers la maison-longue 1 était variable et pourrait indiquer que des activités différentes se déroulaient dans les diverses aires familiales. Une analyse des types d’artefacts trouvés dans chacun montre que les aires 1 et 4 contenaient 33 % et 27,4 % des artefacts de la maison-longue. Les artefacts trouvés comprennent des tessons de poterie, des fragments de pipe, des extrémités de pointe, des grattoirs, une meule, des restes osseux et un percuteur. Ces aires familiales contenaient des outils en lien avec le traitement des plantes et des animaux. De plus petites quantités d’artefacts ont été trouvées dans les aires 2 et 6, chacune produisant respectivement 12,3 % et 14,1 % des artefacts. La plupart des artefacts dans ces unités consistaient en des tessons de bords et de corps. Les structures dans ces unités contenaient très peu de restes fauniques et peu d’indices de traitement des plantes. Enfin, le nombre le plus faible d’artefacts a été trouvé dans les aires familiales 3 et 7, avec chacune produisant 4,5 % du total des artefacts ou moins. Les seuls artefacts trouvés dans ces aires étaient des tessons de poterie et un tuyau de pipe en céramique.

39Enfin, l’analyse des artefacts fournit des éclairages sur les relations sociales et les schémas de commerce des maisonnées du village avec d’autres groupes contemporains. Les indices de commerce sur le site Getman peuvent être perçus par la variété des artefacts locaux et non-locaux trouvés dans les structures et sur les planchers d’occupation.

40Les pointes de projectile faites en chert Onondaga et Little Falls sont présentes et proviennent probablement de gîtes proches du site. Les pilons faits en grauwacke et en gneiss grenatifère peuvent provenir d’incursions saisonnières dans les Adirondacks. Les éclats de quartzite peuvent avoir été obtenus sur des dépôts localisés dans la basse vallée de l’Hudson. Enfin, Ritchie (1973a) note que les fragments de pipe du site Getman ressemblent aux pipes trouvées près de Schuylerville, sur le lac Saratoga. Ritchie suggère que les occupants de ce site pourraient avoir voyagé jusque là-bas pour pêcher au moment du frai saisonnier. L’interaction entre groupes vivant dans ces aires était importante et aidait probablement à forger des liens entre des groupes disparates dans ce paysage dynamique.

Conclusion

41Les maisonnées sont d’importantes unités d’analyse archéologiques. Elles sont les blocs de construction de plus grandes études sur l’habitat et fournissent des informations pertinentes sur les relations inhérentes aux activités élargies d’interactions, aux schèmes de l’habitat et aux activités de subsistance. Cet article a fourni un bref survol du rôle des maisonnées sur le site de la fin de la préhistoire de Getman dans l’État de New York. L’analyse de ces vestiges suggère que le rôle des maisonnées variait au sein de chacune des maisons-longues. L’analyse des aires familiales au sein des maisons-longues suggère que, bien que les maisons-longues aient été égales, une maisonnée (localisée en position centrale dans l’aire familiale 1) pourrait avoir été attribuée à un leader, dont l’aire était plus grande et comprenait un plus grand nombre de structures. En comparant les activités de la maisonnée avec celles d’autres sites, nous pouvons également obtenir un éclairage sur les schémas d’interaction de cette période dynamique.

42Bien que cette contribution se soit efforcée d’apporter de l’information sur les activités des maisonnées sur le site Getman, il est nécessaire de poursuivre la recherche, afin de déterminer si ces schémas sont uniques au site ou représentent des tendances universelles au sein des groupes de la fin de la préhistoire. De telles études pourraient apporter une information utile sur la chronologie de tels schémas et des changements dans l’organisation des maisonnées jusqu’à l’époque du Contact européen. De manière plus importante, les archéologues doivent examiner la structure interne de ces maisonnées et leur variabilité au sein des villages. Ce n’est qu’ainsi que nous pourrons vraiment comprendre les maisonnées de la fin de la préhistoire dans l’est de l’État de New York.

Haut de page

Bibliographie

Archaeological Services, Inc., 2010 - Report on the Salvage Excavation of the Antrex Site (AjGv-38), City of Mississauga, Regional Municipality of Peel, Ontario, Prepared for Culture Programs Unit, Ministry of Culture, Toronto, Ontario.

Bamann S., Kuhn R., Molnar J., Snow D., 1992 - Iroquoian Archaeology, Annual Review of Anthropology, 21, 435-460.

Brami M. N., 2014 - House-related practices as markers of the Neolithic expansion from Anatolia to the Balkans, Bulgarian e-Journal of Archaeology, 4, 161-177.

Brumfiel E. M., Robin C., 2008 - Gender, Households, and Society: An Introduction, Archaeological Papers of the American Anthropological Association, 18, 1-16.

Engelbrecht W., 2003 - Iroquoia, The Development of a Native World, Syracuse, Syracuse University Press, 232 p.

Finlayson W. D., Pearce R. J., 1989 - Iroquoian Communities in Southern Ontario, in MacEachern S., Archer D. J. W., Garvin R. D., Households and Communities, Proceedings of the Twenty-first Annual Conference of the Archaeological Association of the University of Calgary, Alberta, The University of Calgary Archaeological Association.

Funk R. E., Kuhn R. D., 2003 - Three Sixteenth-Century Mohawk Iroquois Village Sites, Albany, New York, The University of the State of New York, State Education Department (New York State Museum Bulletin, 503), 167 p.

Gehring C. T., Starna W. A., 1988 - A Journey into Mohawk and Oneida Country, 1634-1635, The Journal of Harmen Meyndertsz van den Bogaert, Syracuse, Syracuse University Press, 130 p.

Hart J. P., 2000 - New Dates on Classic New York State Sites: Just How Old are those Longhouses?, Northeast Anthropology, 60, 1-22.

Hayden B., 1977 - Corporate Groups of the Late Ontario Iroquoian Longhouse, Ontario Archaeology, 28, 2-11.

Kapches M., 1984 - Cabins in Ontario Iroquois Sites, North American Archaeologist, 3 (1), 63-71.

Kapches M., 1987 - The Auda Site: An Early Pickering Iroquois Component in Southeastern Ontario, Archaeology of Eastern North America, 15, 155-175.

Kapches M., 1990 - Spatial Dynamics of Ontario Iroquoian Longhouses, American Antiquity, 55 (1), 49-67.

Knight D. H., 1987 - Settlement Patterns at the Ball Site: A 17th Century Huron Village, Archaeology of Eastern North America, 16, 177-188.

Knight D. H., 1989 - Huron Houses: Structure from the Ball Site, in MacEachern S., Archer D. J. W., Garvin R. D. (eds.), Households and Communities, Proceedings of the Twenty-first Annual Conference of the Archaeological Association of the University of Calgary, Alberta, The University of Calgary Archaeological Association.

Lenig D., 1955 - The Getman Site (Cnj 25-2), Bulletin of the New York State Archaeological Association, 3, 8-10.

MacEachern S., Archer D. J. W., Garvin R. D., 1989 - Households and Communities, Proceedings of the Twenty-first Annual Conference of the Archaeological Association of the University of Calgary, The University of Calgary Archaeological Association, Alberta, 324 p.

Michaud-Stutzman T. S., 2009 - The Community and the Micro-household, Local Scales of Analysis within an Iroquoian Village, in Miroff L. B., Knapp T. D. (eds.), Iroquoian Archaeology and Analytical Scale, Knoxville, The University of Tennessee Press.

Morgan L. H., 1901 - The League of the Iroquois, Syracuse, Syracuse University Press, 510 p.

Perrelli D. J., 2001 - Gender Roles and Seasonal Site Use in Western New York ca. A.D. 1500: Iroquoian Domestic and Ceremonial Production at the Piestrak and Spaulding Lake Sites, Ph.D. Dissertation, Department of Anthropology, University at Buffalo, SUNY, Buffalo, New York, 212 p.

Prezzano S., 1992 - Longhouse, Village, and Palisade: Community Patterns at the Iroquois Southern Door, Ph.D. Dissertation, Department of Anthropology, Binghamton University, Binghamton, New York, 517 p.

Rieth C. B., Horton E., 2010 - Stylistic and Technological Analyses of the Ceramics from the Bailey Site, Onondaga County, New York, in Sternberg P. C. (ed.), Preserving the Past and Understanding the Past, New York State Museum Record 1, Albany, The University of the State of New York, State Education Department, 187 p.

Ritchie W. A., 1944 - The Pre-Iroquoian Occupations of New York State, Rochester, The Rochester Museum and Science Center, 466 p.

Ritchie W. A., 1957 - Unpublished field notes from 1957 excavations at the Getman Site, Manuscript on file at the New York State Museum, Division of Research and Collections, Albany, New York.

Ritchie W. A., 1973a - The Getman site (Cnj. 25), in Ritchie W. A., Funk R. E. (eds.), Aboriginal Settlement Patterns in the Northeast, Albany, The University of the State of New York, State Education Department (Memoir 20).

Ritchie W. A., 1973b - The Bates site (Grn. 1), in Ritchie W. A., Funk R. E. (eds.), Aboriginal Settlement Patterns in the Northeast, Albany, The University of the State of New York, State Education Department (Memoir 20).

Ritchie W. A., 1973c - The Kelso Site, in Ritchie W. A., Funk R. E. (eds.), Aboriginal Settlement Patterns in the Northeast, Albany, The University of the State of New York, State Education Department (Memoir 20).

Ritchie W. A., 1980 - The Archaeology of New York State, (Rev. ed.) Harrison, Harbor Hill Books, 357 p.

Ritchie W. A., 1994 - The Archaeology of New York State, Fleischmans, New York, Purple Mountain Press, 359 p.

Ritchie W. A., Funk R. E., 1973 - Aboriginal Settlement Patterns in the Northeast, Albany, University of the State of New York, State Education Department, 174 p.

Schusky E., 1965 - Manual for Kinship Analysis, New York, Holt, Rinehart and Winston, 104 p.

Snow D. R., 1984 - Mohawk Valley Project: 1982 Field Season Report, Albany, Institute for Northeastern Anthropology, 519 p.

Snow D. R., 1989 - The Evolution of Mohawk Households A. D. 1400-1800, in MacEachern S., Archer D. J. W., Garvin R. D. (eds.), Households and Communities, Proceedings of the Twenty-first Annual Conference of the Archaeo-logical Association of the University of Calgary, Alberta, The University of Calgary Archaeological Association.

Snow D. R., 1994 - The Iroquois, Cambridge, Blackwell, 290 p.

Snow D. R., 1995 - Migration in Prehistory: The Northern Iroquoian Case, American Antiquity, 60 (1), 59-79.

Tuck J. A., 1971 - Onondaga Iroquois Prehistory: A Study in Settlement Archaeology, Syracuse, Syracuse University Press, 256 p.

Warrick G., 2000 - The Precontact Iroquoian Occupation of Southern Ontario, Journal of World Prehistory, 14 (4), 415-466.

White A. A., 2013 - Subsistence economics, family size, and the emergence of social complexity in hunter- gatherer systems in eastern North America, Journal of Anthropological Archaeology, 32, 122-163.

Wilk R. R., Rathje W. (eds.), 1982 - Household Archaeology, American Behavioral Scientist, 25 (6), 617-639.

Williams-Schuker K., 2009 - “Bottom Up” Perspectives of the Contact Period: A View from the Roger’s Farm Site, in Miroff L. B., Knapp T. D. (eds.), Iroquoian Archaeology and Analytical Scale, Knoxville, The University of Tennessee Press.

Yanagisako S. J., 1979 - Family and Household: The Analysis of Domestic Groups, Annual Review of Anthropology, 8, 161-205.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Carte de 1957 montrant les fouilles du site de Getman, comté de Montgomery, New York.
Crédits Reproduit avec la permission de la Division de la Recherche et des Collections du New York State Museum, Albany, New York ; url : http://nysl.cloudapp.net/​awweb/​guest.jsp?smd=1&cl=all_lib&lb_document_id=72447
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/412/img-1.png
Fichier image/png, 212k
Titre Figure 2 - Carte montrant la maison 1 et les compartiments internes de la maison 1 du site de Getman, comté de Montgomery, New York.
Crédits Reproduit avec la permission de la Division de la Recherche et des Collections du New York State Museum, Albany, New York
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/412/img-2.png
Fichier image/png, 189k
Titre Figure 3 - Vue de la maison 1 du site de Getman depuis l’entrée ouest.
Crédits Reproduit avec la permission de la Division de la Recherche et des Collections du New York State Museum, Albany, New York
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/412/img-3.png
Fichier image/png, 759k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christina B. Rieth, « Archéologie de la maisonnée de la fin de la préhistoire dans l’Est de l’état de New York »Palethnologie [En ligne], 8 | 2016, mis en ligne le 29 décembre 2016, consulté le 05 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/palethnologie/412 ; DOI : https://doi.org/10.4000/palethnologie.412

Haut de page

Auteur

Christina B. Rieth

New York State Museum
Division of Research and Collections
Albany, New York
christina.rieth[at]nysed.gov

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Palethnologie est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search