Navigation – Plan du site
PARTIE II - Les résultats archéologiques

L’étude des restes fauniques : résultats

Marie-Cécile Soulier, Sandrine Costamagno, Clémentine Lemeur et Aurore Val
Traduction(s) :
Analysis of the faunal remains: results [en]

Texte intégral

S. Costamagno

1Comme évoqué dans le premier chapitre, l’analyse des stries de boucherie à la lumière du référentiel obtenu dans le cadre du PCR n’a pu être mené que sur un nombre restreint de sites. En dehors des sites de plein air qui ne contiennent pas de restes osseux, les problèmes stratigraphiques de certaines séquences (Olha) et la mauvaise conservation des surfaces osseuses de certaines séries (Mauran, Coudoulous 1, les Fieux) n’ont pas permis ce type d’approche. Par ailleurs, certains sites n’ont pu faire l’objet d’une réévaluation, les archéozoologues du PCR ne faisant pas partie des équipes scientifiques (Chez-Pinaud, Payre, Saint-Césaire). Ainsi sur la totalité du corpus, seuls deux sites ont pu être étudiés : les Pradelles et la grotte du Noisetier. Du fait du nombre réduit de sites, nous avons fait le choix de présenter les résultats par site. Aux Pradelles, seule l’analyse des stries en lien avec les gestes bouchers a été menée alors qu’à la grotte du Noisetier, les trois approches ont été mises en œuvre (Lemeur, 2016 ; Val et al., 2016) mais la faiblesse de l’échantillon n’a pas permis d’exploiter les données relatives à la quantification des stries. Dans la discussion, nous avons complété les comparaisons par la prise en compte des études archéozoologiques disponibles sur les différents sites du corpus d’étude (Moncel et al., 2002 ; Coumont, 2006 ; Rivals et al. 2009 ; Morin, 2012 ; Gerbe et al., 2014).

1 - Interprétation des stries de boucherie : le faciès 4a des Pradelles (Marillac-le-Franc, Charente) attribué au Moustérien de type Quina

M.-C. Soulier

2La grille de lecture des stries de boucherie établie en combinant les résultats issus des expérimentations menées dans le cadre du PCR « Des Traces et des Hommes » avec ceux des autres référentiels de boucherie existants (Soulier, Costamagno, 2017 ; Partie I, chapitre 3.3) a été appliquée aux restes osseux de Renne provenant du faciès 4a du gisement moustérien des Pradelles (Marillac-le-Franc, Charente).

A - Corpus et méthode d’étude

3Chaque fragment d’os ayant pu être déterminé, latéralisé et replacé précisément a été observé à la loupe (grossissement × 30) et enregistré graphiquement sur des patrons d’os vierges sous Adobe Illustrator®. Afin que le report soit le plus précis possible, les planches ont été mises à l’échelle 1/1 par rapport à un os complet et le report a été réalisé en prenant en compte le maximum de repères anatomiques. Le contour de chaque fragment, même exempt de toute trace, a été dessiné (comme préconisé par Castel, 2005) afin de permettre une comparaison inter-ensembles archéologiques (i.e. zone marquée de façon récurrente sur différents ensembles à l’exception d’un seul) et éviter toute interprétation malencontreuse uniquement liée à un problème de détermination différentielle. Pour l’analyse des données, toutes les pièces ont été transposées sur le côté droit. La superposition des fragments a permis de calculer de façon rapide et précise le Nombre Minimal d’Élément (NME) et le Nombre Minimum d’Individus de fréquence (NMIf).

Figure 189 - Gisement des Pradelles : transect frontal

Figure 189 - Gisement des Pradelles : transect frontal

Le faciès 4a est figuré en vert, modifié d’après Maureille et al., 2010

4L’analyse des stries de boucherie s’est concentrée sur les éléments squelettiques des pattes arrières (fémur, patella, tibia, bloc tarsien, métatarsien et phalanges) de Renne et concerne uniquement les restes récoltés lors des fouilles « Maureille & Mann » dans le faciès 4a (figure 189). Le faciès 4a correspond au niveau le plus marqué par les activités humaines (Maureille et al., 2010b). Le Renne est l’espèce majoritaire et domine le spectre faunique à 98,4 % ; les grands bovinés et le Cheval sont les deux seuls autres ongulés identifiés dans cet ensemble (Costamagno et al., 2017). Les ossements présentent un excellent état de conservation, peu de traces de carnivore, de nombreuses stries de découpe et des indices de fracturation. Pour le faciès 4a, 1394 restes fauniques ont été dessinés (figure 190) et l’enregistrement de chaque fragment osseux a permis d’établir la présence d’au moins 58 rennes différents (à partir du fémur droit). Les extrémités articulaires sont nettement moins fréquentes que les fragments diaphysaires.

B - Analyse des stries : résultats

5Les stries sont présentes sur 71,9 % des 1 394 fragments enregistrés. Les plus faibles fréquences de stries ont été obtenues pour les os de l’acropode ; aucune strie n’a été observée sur les phalanges distales.

a - Le dépouillement

6Des stries produites lors du retrait de la peau ont été observées sur le tibia, le métatarsien et les phalanges proximales (figure 191).

7La plupart des stries relatives à cette étape sont présentes sur le métatarsien (figure 191a), avec trois types de stries : les stries créées lors de l’entame circulaire (Mts-a˝ : en violet), les stries produites lors de l’incision longitudinale (Mts-aˊ, Mts-bˊ : en orange) et les stries provoquées par des gestes obliques opérés pour décoller la peau (Mtp-d, Mts-a, Mts-b : en gris) après avoir pratiqué les incisions. Des stries obliques sont également documentées dans la zone Mts-d. Les entames circulaires sont présentes sur toute la hauteur de la diaphyse, sans qu’aucune zone préférentielle ne puisse être identifiée Les incisions longitudinales ont aussi bien été effectuées sur la face latérale que médiale. Quelques stries de dépouillement courtes et transverses ont également été relevées en partie distale du tibia (Td-c : figure  191b) et sur les phalanges proximales (Ph1-e, Ph1-fˊ : figure 191c), indiquant que l’entame circulaire a parfois été pratiquée en partie distale du zeugopode et au niveau de l’acropode.

Figure 190 - Report des fragments de renne déterminés dans le faciès 4a, Nombre de Restes dessinés (NR) et Nombre Minimum d’Eléments (NME) pour a : le fémur ; b : le tibia ; c : le métatarsien ; d : le talus ; e : le calcaneum ; f : le grand cunéiforme ; g : le cubonaviculaire ; h : la patella ; i : les sésamoïdes ; j : les phalanges proximales ; k : les phalanges mésiales ; l : les phalanges distales

Figure 190 - Report des fragments de renne déterminés dans le faciès 4a, Nombre de Restes dessinés (NR) et Nombre Minimum d’Eléments (NME) pour a : le fémur ; b : le tibia ; c : le métatarsien ; d : le talus ; e : le calcaneum ; f : le grand cunéiforme ; g : le cubonaviculaire ; h : la patella ; i : les sésamoïdes ; j : les phalanges proximales ; k : les phalanges mésiales ; l : les phalanges distales

Abréviations : A = antérieure, M = médiale, P = postérieure, L = latérale, ab = abaxiale, ax = axiale

DAO : M.-C. Soulier

Figure 191 - Stries de dépouillement observées sur a : le métatarsien ; b : le tibia ; c : les phalanges. Les abréviations dans les cercles indiquent les faces des ossements : A = antérieure, M = médiale, L = latérale, ab = abaxiale

Figure 191 - Stries de dépouillement observées sur a : le métatarsien ; b : le tibia ; c : les phalanges. Les abréviations dans les cercles indiquent les faces des ossements : A = antérieure, M = médiale, L = latérale, ab = abaxiale

DAO : M.-C. Soulier

b - Le décharnement

8Parmi les éléments squelettiques analysés, des traces de décharnement ont été relevées sur chacun des ossements potentiellement concernés par cette activité (figures 192-193)

9Les stries de décharnement sont très abondantes puisqu’elles se retrouvent sur 314 des 397 fragments de fémur dessinés situés entre les portions 2 à 5 (portions les plus susceptibles de porter des stries de décharnement : Soulier, Costamagno, 2017), et sur 359 des 549 fragments de tibia, soit sur 69,3 % des fragments diaphysaires d’os longs charnus dessinés.

Figure 192 - Stries de décharnement observées sur le fémur. Les stries présentes en face postérieure du fémur ont été colorées selon leur orientation (d’après les classes proposées par M.-C. Soulier et E. Morin 2016)

Figure 192 - Stries de décharnement observées sur le fémur. Les stries présentes en face postérieure du fémur ont été colorées selon leur orientation (d’après les classes proposées par M.-C. Soulier et E. Morin 2016)

Les abréviations dans les cercles indiquent les faces des ossements : A = antérieure, M = médiale, P = postérieure, L = latérale

DAO : M.-C. Soulier et M. Coutureau

10Ces stries de décharnement sont majoritairement obliques ou transverses et se répartissent sur l’ensemble de la diaphyse du fémur et du tibia. Pour ces deux éléments squelettiques, on note également la présence de nombreuses stries longitudinales (figures 192-193a). Des stries de décharnement obliques ont aussi été relevées sur une patella quasi complète (Pat-a : figure 193b) et sur le calcanéum (figure 193c). Sur ce dernier élément, on note aussi la présence de stries transverses et d’une strie longitudinale dans la zone Cal-dˊ.

c - La désarticulation

11Au niveau des os longs, peu de stries de désarticulation ont été observées ce qui peut notamment être imputable à la faible occurrence des extrémités articulaires (cf. figure 190). En effet, seuls 101 (n =26 pour le fémur, n =25 pour le tibia et n =50 pour le métatarsien) des 1237 fragments d’os longs dessinés correspondent à des portions susceptibles d’être marquées lors de la désarticulation (portions 1 et 6 : voir Soulier, Costamagno, 2017 ; Partie II, chapitre 3.3).

Figure 193 - Stries de décharnement observées sur a : le tibia ; b : la patella ; c : le calcanéum. Les stries présentes en face postérieure du tibia ont été colorées selon leur orientation (d’après les classes proposées par M.-C. Soulier et E. Morin 2016)

Figure 193 - Stries de décharnement observées sur a : le tibia ; b : la patella ; c : le calcanéum. Les stries présentes en face postérieure du tibia ont été colorées selon leur orientation (d’après les classes proposées par M.-C. Soulier et E. Morin 2016)

Les abréviations dans les cercles indiquent les faces des ossements : A = antérieure, M = médiale, P = postérieure, L = latérale

DAO : M.-C. Soulier et M. Coutureau

12La présence de quelques stries Fd-g sur un fragment distal de fémur signale une désarticulation opérée entre le stylopode et le zeugopode (figure 194a) ; aucune strie de désarticulation n’a été observée sur les quelques fragments proximaux de tibia. La désarticulation du tibia avec le bloc tarsien est, elle, attestée par la présence de stries transverses localisées (figure 194b) au niveau de l’articulation malléolaire (Td-e) et juste au-dessus de l’articulation distale en face antérieure (Td-fˊˊ). La malléole porte également des traces de cette désarticulation (Ml-a : figure 194g). De profondes stries localisées sur les os du bloc tarsien attestent de la désarticulation de la cheville (figure 194d). Ces stries sont présentes sur trois calcanéum (Cal-c, Cal-e, Cal-eˊ), quatre cubo-naviculaires (Cbn-a), trois talus (Tal-a, Tal-b, Tal-d) et un grand cunéiforme (Gcf-a). L’orientation et la localisation des stries indiquent que cette désarticulation a été effectuée indifféremment avec la patte tenue en flexion (Tal-a, Cal-eˊ) ou en extension (Tal-b, Cal-e) et que la zone de désarticulation a varié depuis la partie distale du tibia jusqu’à la partie proximale du métatarsien en passant par la zone de contact entre le grand cunéiforme et le talus. Cette désarticulation a également laissé des stries transverses à proximité de l’extrémité articulaire proximale sur les faces latérale, médiale (Mtp-a) et antérieure (Mtp-bˊˊ) du métatarsien (figure 194c). Un fragment de poulie distale porte des stries obliques (Mtd-a) signalant la séparation du métatarsien des premières phalanges. Cette opération a également laissé des traces au niveau de l’articulation proximale des premières phalanges (Ph1-a : figure 194e) et sur les sésamoïdes (Ses-d, Ses-h : figure 194h). Les phalanges proximales et mésiales ont, dans certains cas tout du moins, été désarticulées entre-elles comme en témoignent quelques stries obliques et sub-transverses localisées à proximité de la surface articulaire proximale de la phalange mésiale (Ph2-b, Ph2-d : figure 194f).

Figure 194 - Stries de désarticulation observées sur a : le fémur ; b : le tibia ; c : le métatarsien ; d : les os du bloc tarsien ; e : l’articulation proximale de la première phalange ; f : les phalanges mésiales ; g : la malléole ; h : les sésamoïdes

Figure 194 - Stries de désarticulation observées sur a : le fémur ; b : le tibia ; c : le métatarsien ; d : les os du bloc tarsien ; e : l’articulation proximale de la première phalange ; f : les phalanges mésiales ; g : la malléole ; h : les sésamoïdes

Les abréviations dans les cercles indiquent les faces des ossements : A = antérieure, M = médiale, P = postérieure, L = latérale, ab = abaxiale, ax = axiale, cr = crâniale

DAO : M.-C. Soulier et M. Coutureau).

d - Le prélèvement des tendons

13De nombreux fragments de métatarsiens portent des stries produites consécutivement à la récupération des tendons (figure 195a). Des stries (sub-)transverses ou obliques, localisées au niveau des gouttières antérieures (Mtp-c, Mts-c) et postérieures (Mtp-e, Mts-f), signalent le sectionnement des tendons fléchisseurs et extenseurs (en bleu). Ces stries se répartissent sur l’ensemble de la diaphyse, mais une certaine récurrence en partie distale de la face postérieure semble apparaître. Quelques longues stries (figurées en rouge) traduisent le passage de la pointe d’un outil lithique via un geste longitudinal dans la gouttière pour décoller le tendon de l’os ; ces stries longitudinales se retrouvent tout aussi bien sur la face antérieure (Mts-cˊ) que postérieure (Mts-fˊ). Pour l’acropode (figure 195b), des stries obliques créées lors du sectionnement des tendons ont été observées sur les phalanges proximales en face antérieure (Ph1-f) et postérieure (Ph1-h). Si les stries Ph1-h peuvent être obtenues en retirant la peau dans le cas de boucheries pratiquées avec des outils en métal, celles observées aux Pradelles résultent certainement du sectionnement des tendons.

Figure 195 - Stries liées au prélèvement des tendons observées sur a : le métatarsien ; b : les phalanges proximales

Figure 195 - Stries liées au prélèvement des tendons observées sur a : le métatarsien ; b : les phalanges proximales

Les abréviations dans les cercles indiquent les faces des ossements : A = antérieure, P = postérieure, L = latérale

DAO : M.-C. Soulier et M. Coutureau

e - Les stries ubiquistes

14Des stries ubiquistes – dont la localisation et l’orientation ne permettent pas de déterminer l’activité au cours de laquelle elles ont été produites – ont également été relevées.

15Des stries pouvant aussi bien résulter du décharnement que de la désarticulation ont été observées en partie distale du fémur (stries Fd-b obliques sur les lèvres de la trochlée : figure 196a) et en partie mésiale de la face antérieure du calcanéum (stries Cal-a : figure 196b).

16De nombreuses stries sont problématiques sur le tibia car la peau est en contact direct avec l’os sur une large moitié distale de la face médiale et que le décharnement peut également générer des stries à ce niveau-là. Ces stries problématiques correspondent aux nombreuses stries longitudinales observées sur la face médiale et à des stries transverses localisées en portion distale et sur toutes les faces de la diaphyse (figure 196c). L’ensemble de ces stries peut résulter du décharnement mais peut aussi correspondre à des entames circulaires pratiquées en partie distale du zeugopode (Td-dˊˊ, Td-bˊˊ, Ts-eˊˊ) ou d’incisions longitudinales effectuées en face médiale des membres (Ts-bˊ, Ts-dˊ) en lien avec le dépouillement.

17Des stries ubiquistes ont également été relevées sur la phalange proximale, sur les faces antérieure et abaxiale (figure 196d). Ces stries, localisées dans la zone Ph1-c, sont (sub)transverses et peuvent tout aussi bien résulter de la désarticulation entre métapode et acropode que correspondre à une zone d’entame circulaire de la peau.

f - Stries non décrites dans les référentiels

18Parmi les stries observées dans le faciès 4a, certaines non documentées par les référentiels de boucherie ont été observées sur le fémur, la patella, le tibia, le calcanéum, le métatarsien, les phalanges et les sésamoïdes (figure 197). Bien que seuls les référentiels actualistes puissent permettre d’interpréter ces stries de manière assez précise, l’emplacement et la localisation de certaines stries permettent d’envisager quelques pistes d’interprétation.

19Sur le fémur (figure 197a), quelques stries longitudinales sont présentes dans la zone Fd-a, en partie distale de la diaphyse en face antérieure, zone où seules des stries transverses ou obliques ont jusque-là été observées. De par leur orientation et leur localisation, ces stries résultent probablement d’activités de décharnement à l’instar des stries Fs-aˊ situées juste au-dessus. En partie distale du fémur toujours mais en face médiale, des stries longitudinales ont été relevées dans la zone Fd-b. À ce jour, seules des stries obliques ou transverses ont été documentées à cet endroit-là. La confrontation des différents référentiels de boucherie a permis de voir que cette zone pouvait être touchée lors d’activités de décharnement et de désarticulation ; l’orientation longitudinale des stries observées dans le faciès 4a pourrait davantage orienter vers le décharnement mais cette interprétation est à nuancer car des stries longitudinales peuvent aussi être produites durant la désarticulation, en fonction de la manière dont la patte est maintenue (flexion / extension, i.e. Cal-e / Cal-eˊ).

Figure 196 - Stries ubiquistes observées sur a : le fémur ; b : le calcaneum ; c : le tibia ; d : les phalanges proximales

Figure 196 - Stries ubiquistes observées sur a : le fémur ; b : le calcaneum ; c : le tibia ; d : les phalanges proximales

Les abréviations dans les cercles indiquent les faces des ossements : A = antérieure, M = médiale, P = postérieure, L = latérale, ab = abaxiale

DAO : M.-C. Soulier et M. Coutureau

20Sur la patella, des stries obliques ont été observées au-dessous de la zone Pat-a (figure 197b), au niveau de l’attache des muscles vastes. De par la forte similitude entre ces stries, celles obtenues suite aux expérimentations du PCR, et les autres stries observées sur la patella dans le faciès 4a (cf. figure 193b), ces traces pourraient avoir été produites lors du décharnement.

21En partie distale du tibia, des stries obliques ont été observées dans les zones Td-a et Td-c (figure 197c) alors que, pour ces deux zones, seules des stries transverses et/ou longitudinales sont documentées dans les différents référentiels de boucherie existants. Sachant que dans ces deux zones, les stries documentées par les référentiels ont uniquement été obtenues suite au retrait de la peau, les stries obliques observées en face médiale et latérale du faciès 4a peuvent, en tout état de cause, résulter de cette activité. Cette hypothèse est supportée par le fait que la strie située en face médiale a été observée sur le même fragment que celui portant la strie transverse montrée dans la figure 191b.

Figure 197 - Stries non décrites dans les référentiels observées sur a : le fémur ; b : la patella ; c : le tibia

Figure 197 - Stries non décrites dans les référentiels observées sur a : le fémur ; b : la patella ; c : le tibia

Les abréviations dans les cercles indiquent les faces des ossements : A = antérieure, M = médiale, L = latérale

DAO : M.-C. Soulier et M. Coutureau

22Sur le calcanéum, de nombreuses stries non documentées par les référentiels ont été relevées sur les faces postérieures, latérale et médiale (figure 198a). Cet élément pouvant être potentiellement touché lors de la désarticulation, du décharnement, ou durant le retrait de la peau, l’interprétation de ces stries est très délicate. Pour la face latérale, notons que les stries situées en partie médiane du calcanéum (figurées en bleu) sont situées à proximité de la zone Cal-i, zone pour laquelle toutes les stries documentées par les référentiels résultent d’activités de décharnement. Les stries obliques situées en partie distale de cette même face (figurées en rouge) se situent en continuité de stries obtenues dans le cadre du PCR suite à des opérations de désarticulation. Sur la face postérieure, une strie est localisée juste au-dessus de la zone Cal-c (figurées en rouge) et pourrait avoir été produite durant la désarticulation du genou. Les activités ayant généré les autres stries restent pour l’heure difficilement accessibles.

23De nombreuses stries non décrites ont également été repérées en parties proximale et distale du métatarsien (figure 198b). Sur la face postérieure, les stries observées en partie proximale et distale et illustrées en jaune pourraient, comme les stries Mts-f, résulter du sectionnement du tendon fléchisseur. Sur la face antérieure en partie proximale on note une strie longitudinale dans la zone Mtp-c (en jaune), zone qui ne fait état que de stries transverses ; à l’instar des stries obtenues dans le cadre des expérimentations conduites avec le PCR sur le métacarpien ou plus bas sur le métatarsien en face postérieure, cette strie pourrait avoir été créée par le passage de la pointe d’un outil dans la gouttière pour décoller le tendon extenseur. Les stries transverses localisées sur la gouttière (en jaune) sont trop éloignées de l’articulation pour avoir conduit à la désarticulation de la jointure tarso‑métatarsienne et pourraient davantage avoir été générées lors du sectionnement du tendon.

Figure 198 - Stries non décrites dans les référentiels observées sur a : le calcaneum ; b : le métatarsien ; c : les phalanges proximales ; d : les phalanges mésiales ; e : les sésamoïdes

Figure 198 - Stries non décrites dans les référentiels observées sur a : le calcaneum ; b : le métatarsien ; c : les phalanges proximales ; d : les phalanges mésiales ; e : les sésamoïdes

Les stries présentées en couleur font l’objet dans le texte d’une tentative d’interprétation ; en bleu : stries pouvant résulter du décharnement, en rouge : stries pouvant résulter de la désarticulation, en jaune : stries pouvant résulter du prélèvement des tendons, en vert : stries pouvant résulter du retrait de la peau. Les abréviations dans les cercles indiquent les faces des ossements : A = antérieure, M = médiale, P = postérieure, L = latérale, ab = abaxiale, ax = axiale

DAO : M.-C. Soulier et M. Coutureau

24Des stries transverses et groupées (figure en vert), similaires aux stries produites lors de l’entame circulaire (i.e. Mts-bˊˊ et Mts-aˊˊ) ont été observées en partie proximale des faces médiale et latérale. En partie distale de la face latérale, une strie oblique se trouve dans le prolongement des stries Mtd-a (figurée en rouge) et pourrait avoir été produite lors de la désarticulation entre le métatarsien et les phalanges proximales (activité documentée par d’autres stries cf. figure 194c).

25Dans le faciès 4a des Pradelles, de nombreuses stries non décrites dans les référentiels ont été relevées sur les premières et deuxièmes phalanges (figure 198d). En face postérieure, des stries majoritairement (sub-)transverses sont documentées de part et d’autre des zones Ph1-h et Ph2-h, zones où l’os est protégé par un épais tendon ; il est donc fort probable que ces traces aient été produites lors du sectionnement du tendon fléchisseur des doigts. Pour la face antérieure, les nombreuses stries obliques et longitudinales relevées sur la première phalange, au-dessus de la zone Ph1-f, pourraient aussi liées au prélèvement des tendons. Sur la face abaxiale, de nombreuses stries transverses et longitudinales sont documentées au-dessus de la zone Ph1-e, zone pour laquelle toutes les stries obtenues dans le cadre du référentiel T&H ont été produites lors du retrait de la peau. Les stries transverses relevées dans le faciès 4a correspondent généralement à des groupes de stries et pourraient correspondre à des zones d’entame circulaire. Étonnamment, un nombre relativement conséquent de stries a également été observé sur la face axiale des premières et deuxièmes phalanges ; la nature de ces traces reste à déterminer mais on peut déjà exclure qu’elles aient pu être générées par le retrait de la peau et penser que les doigts ont été désarticulés entre eux. Quelle que soit la face considérée, des stries ont été relevées sur ou à proximité immédiate des articulations ; la signification de ces traces demeure ouverte (tendon ? désarticulation ? peau ?) car aucune strie de ce type n’a pour l’heure été documentée par les référentiels. Enfin, il faut noter la présence de stries obliques dans la zone Ph1-g en partie distale de la face abaxiale de la première phalange, zone où seule des stries longitudinales – en lien avec la récupération du tendon – ont jusque-là été observées.

26Le sésamoïde externe (figure 198e) porte de nombreuses stries, essentiellement obliques, non obtenues dans le cadre des expérimentations effectuées avec le PCR T&H et non décrites dans les autres référentiels. Les stries documentées sur cet élément squelettique sont toutes rapportées au sectionnement des tendons ou à la désarticulation mais rien ne permet d’aller plus en détail dans le type d’activité qui a généré ces stries.

27Au regard des nombreuses zones portant des stries ubiquistes identifiées par les expérimentations du PCR T&H et comme le souligne bien la confrontation des différents référentiels de boucherie existants entre eux (Soulier, Costamagno, 2017), ces tentatives d’interprétation nécessitent d’être validées ou infirmées par de nouveaux référentiels de boucherie.

C - Synthèse et discussion

28Les premiers résultats issus de l’analyse des restes osseux de Renne du faciès 4a permettent d’attester de plusieurs étapes de la chaîne opératoire de boucherie : retrait de la peau, décharnement, désarticulation et prélèvement de tendons.

29Les stries générées lors du retrait de la peau attestent d’une grande hétérogénéité dans le mode d’exécution de cette étape de la chaîne opératoire de traitement du gibier. Les entames circulaires se répartissent depuis les phalanges mésiales jusqu’en partie distale du tibia, sans qu’aucune localisation ne semble avoir été privilégiée et l’incision longitudinale de la peau a tout aussi bien été réalisée du côté médial que latéral du membre. Cette variabilité pourrait indiquer une absence d’intérêt pour la peau, avec un dépouillement opéré uniquement afin d’accéder à la viande et à la moelle. Toutefois, les rennes ont – pour certains tout du moins – été abattus à la fin de l’été et au début de l’automne (Soulier et al., en préparation), période où la peau est de qualité optimale.

30Les récits ethnographiques signalent que la peau est particulièrement prisée à ce moment-là par les sociétés vivant en milieu froid (p. ex. Jenness 1946 ; Sonnenfeld, 1960 ; Hatt, Taylor, 1969 ; Binford, 1978 ; Stenton 1991 ; Wachowich, 2014), notamment pour la confection de vêtements d’hiver puisqu’il s’agit d’une peau légère mais chaude (Binney, 1929 ; Stenton, 1991). Sachant qu’il faut environ 30 peaux de Renne pour subvenir aux besoins annuels d’une famille (Vézinet, 1980 ; Issenman, 1997), il apparaît fort probable que cette matière première ait été tout aussi recherchée par les sociétés préhistoriques (et notamment celles qui ont évolué en milieu froid) que par les populations actuelles des zones (sub-)arctiques. La migration automnale constitue de fait un moment idéal pour acquérir de nombreuses peaux d’excellente qualité. Ainsi, la variabilité observable à partir des ossements des Pradelles pourrait davantage trahir une diversité d’utilisation de la peau puisque les modes de retrait de la peau – mais aussi la façon dont celle-ci sera travaillée – sont directement liés à l’utilisation qui en sera faite (p. ex. Balikci, 1970 ; Rajagopalan, 2003 ; Beyries, 2008), et/ou indiquer que cette opération a été effectuée par des personnes aux habitudes / savoir-faire différents.

31Concernant l’exploitation alimentaire à proprement parler, l’abondance des stries de découpe – qui sont particulièrement nombreuses sur les os longs charnus – atteste d’un décharnement intensif des carcasses. En effet, les stries de décharnement sont susceptibles d’être produites uniquement lors du prélèvement des muscles profonds. Ces forts pourcentages de stries tendent par ailleurs à suggérer que ce décharnement s’est fait à cru puisque la viande cuite se détache aisément et ne génère de fait que peu de stries (Abe, 2005 ; Costamagno, David, 2009). Bien que ces données restent à quantifier, la forte occurrence des stries longitudinales observée dans cet ensemble pourrait, d’après les données de Soulier et Morin (2016), indiquer que ce décharnement a été opéré en vue d’une préparation de la viande par séchage. Cette hypothèse est appuyée par la saison de capture (migration automnale qui permet d’acquérir un grand nombre d’individus en un temps court) et par le grand nombre de rennes identifiés (NMI =58) et va dans le sens des hypothèses préalablement formulées pour d’autres ensembles de ce gisement (Costamagno et al., 2006). La rareté des extrémités articulaires empêche de statuer sur le degré plus au moins récurrent de la désarticulation. Cette faible occurrence des fragments articulaires a par ailleurs été suggérée comme étant le fait d’un concassage de ces parties spongieuses en vue d’une exploitation de la graisse qu’elles contiennent (Costamagno, 2013). Bien qu’appuyé par un nombre d’occurrences réduit, l’analyse du matériel a néanmoins permis d’observer des indices de désarticulation au niveau de chaque articulation.

32Enfin, les tendons des bas-de-pattes ont été récupérés comme l’attestent les nombreuses stries longitudinales et (sub-)transverses produites lors de cette activité sur le métatarsien et les phalanges. Le nombre important de ces stries indique que cette activité a été pratiquée sur bon nombre des carcasses présentes.

  • 1 Si le traitement de la viande a été mené sur le site, on peut exclure un fumage de la viande en rai (...)

33Quel que soit le type d’activité considéré, l’analyse des stries relevées sur les ossements de rennes des Pradelles dénote d’une certaine hétérogénéité dans les gestes effectués. Cette apparente absence de standardisation pourrait indiquer que plusieurs personnes ont participé au traitement des carcasses, hypothèse hautement probable au regard du nombre de rennes traités et des activités qui ont été effectuées. Le traitement des carcasses doit en effet être effectué rapidement après la mort de l’animal, que ce soit pour le traitement primaire des peaux ou pour la préparation de la viande. Concernant la viande, s’il s’avérait qu’elle a effectivement été prélevée pour être séchée1, il s’agit d’un processus long à mettre en œuvre et qui demande une coopération importante entre individus.

34Ainsi, l’analyse des stries de découpe présentes sur les ossements de Renne des Pradelles illustre une exploitation intense et diversifiée des carcasses. Ces données suggèrent que cette exploitation du Renne était planifiée et fortement organisée, mais aussi occupait une place particulière dans le cycle annuel de cette société du Paléolithique moyen récent.

2 - Interprétation des stries de boucherie : la grotte du Noisetier (Fréchet-Aure, Hautes-Pyrénées)

C. Lemeur, A. Val, S. Costamagno

A - Lier la strie au geste

a - Corpus et méthode d’étude

35L’analyse des stries de boucherie a porté sur les quatre niveaux les plus anthropisés de la grotte du Noisetier, couches 2, 33, 3 et gb (figure 199). Dans ces couches, on observe une diminution des traces de semi-digestion qui sont présentes sur moins de 30 % du matériel contrairement aux autres niveaux où les fréquences peuvent atteindre jusqu’à 58 % (Costamagno in Mourre et al., 2010).

Figure 199 - Séquence stratigraphique de la grotte du Noisetier au niveau de a : la coupe C/D 18-21 ; b : la coupe B/C 14-17

Figure 199 - Séquence stratigraphique de la grotte du Noisetier au niveau de a : la coupe C/D 18-21 ; b : la coupe B/C 14-17

DAO : V. Mourre

36Les traces d’origine anthropique y sont beaucoup plus nombreuses notamment dans les couches 2 et 3 où plus d’un tiers des pièces portent des marques liées à l’activité humaine. Bien que l’Isard soit l’espèce la plus abondante dans trois de ces quatre niveaux, les études taphonomiques ont montré que cet ongulé avait une origine en grande partie naturelle (Costamagno et al., 2008 ; Mallye et al., 2012a) au contraire du Cerf qui correspond à la proie la plus chassée par les Néandertaliens ayant occupé la cavité (tableau 52). L’analyse a donc porté sur cette espèce et seuls les restes d’os longs ont été étudiés, soit 58 restes dans la couche 33, 12 dans la couche 2, 53 dans la couche 3 et 28 dans la couche gb (tableau 53).

Tableau 52 - Spectre faunique des couches 2, 3, gb, 33 de la grotte du Noisetier en nombre de restes (NRD)

 

Couche 2

Couche 3

Couche gb

Couche 33

NRD

%NRD

NRD

%NRD

NRD

%NRD

NRD

%NRD

Ours des cavernes

-

-

-

-

-

-

-

-

Panthère

-

-

-

-

3

1

-

-

Lynx

-

-

-

-

-

-

-

-

Loup

-

-

-

-

-

-

1

0,2

Cuon

-

-

-

-

3

1

-

-

Renard

2

1,7

-

-

10

3,2

5

0,9

Canidés indéterminés

-

-

1

1

2

06

6

11

Blaireau

-

-

-

-

-

-

-

-

Carnivores indéterminés

-

-

-

-

4

1,3

1

0,2

Bison

-

-

-

-

1

0,3

-

-

Bovinés

5

4,3

4

4,2

12

3,8

6

1,1

Bouquetin

11

9,5

3

3,2

42

13,5

69

12,5

Isard

55

47,4

28

29,5

181

58,2

360

65,4

Caprinés

5

4,3

1

1

2

0,6

7

1,3

Cerf

27

23,3

55

57,9

47

15,1

45

8,2

Chevreuil

-

-

-

-

-

-

-

-

Cervidé

-

-

-

-

2

0,6

1

0,2

Cheval

-

-

2

2,1

-

-

-

-

Léporidés

1

1

-

-

2

0,6

11

2

Marmotte

10

8,6

1

1

-

-

38

6,9

Total

116

100

95

100

311

100

550

100

D’après Costamagno in Mourre et al., 2010

Tableau 53 - Nombre de restes (NR), nombre de restes avec stries (NRcut) et nombre minimum d’éléments squelettiques (NME) par élément squelettique de cerf dans les couches 2, 3, 33 et gb de la grotte du Noisetier

 

Couche 2

Couche 3

Couche 33

Couche gb

NR

NRcut

NME

NR

NRcut

NME

NR

NRcut

NME

NR

NRcut

NME

Humérus

3

0

1

2

1

2

2

2

1

3

2

2

Radius

2

1

2

13

8

10

5

3

3

1

1

1

Ulna

-

-

-

2

1

2

-

-

-

1

0

1

Métacarpe

3

2

1

16

9 + RAC

5

10

8

6

8

4

3

Fémur

1

RAC

1

4

3

2

13

7

4

2

1

1

Tibia

2

2

1

8

4 + RAC

4

17

11

8

6

3

5

Métatarse

1

0

1

8

2

4

11

7

6

7

2

3

Total

12

6

53

30

58

38

28

13

Abréviations : RAC : traces de raclage

37Un protocole quasiment identique à celui mené sur les restes de Renne des Pradelles a été appliqué aux vestiges osseux du Noisetier. Les reports de stries ont toutefois été réalisés sous Quantum GIS et non sous Abode Illustrator® (Lemeur, 2016) afin de mener une approche quantitative. Cette analyse conduite dans le cadre d’un mémoire de Master reste très limitée en raison du faible nombre de restes. Nous avons donc fait le choix de ne présenter ici que les résultats de l’approche qualitative.

b - Résultats

38Les stries sont présentes sur respectivement 50, 57, 65 et 46 % des fragments d’os longs des couches 2, 3, 33 et gb.

Le dépouillement

39Couche 2
Aucune strie liée au dépouillement n’a été observée sur les restes de la couche 2.

40Couche 3
Dans ce niveau, l’étape du dépouillement est uniquement attestée sur des fragments de métapodes. Des zones d’entame, identifiées par des stries transverses, sont visibles en face latérale à plusieurs niveaux de la diaphyse du métacarpien (Mcs-bˊˊ) et en partie proximale du métatarsien (Mts-bˊˊ) (figure 200). Des stries longitudinales correspondent à l’incision verticale de la peau réalisée à partir de l’entame circulaire distale jusqu’à l’incision ventrale ou jusqu’à une incision circulaire réalisée à un autre niveau de la patte. L’une d’entre elle est située sur la diaphyse en face médiale (Mcs-aˊ) ; deux autres, sont présentes en face latérale (Mcs-bˊ). Des marques obliques sont visibles en partie proximale et distale de la face antérieure ainsi que sur la diaphyse de la face latérale (Mcs-d, Mcs-b). Elles témoignent des gestes liés au détachement de la peau. Celles présentes en milieu de diaphyse sur la face latérale se trouvent sur un fragment présentant des traces relatives à une entame circulaire. Situées de part et d’autre de cette marque transverse, elles suggèrent que la peau a été retirée de chaque côté de la zone d’entame.

Figure 200 - Stries de dépouillement observées dans la couche 3 de la grotte du Noisetier sur a : le métacarpien ; b : le métatarsien

Figure 200 - Stries de dépouillement observées dans la couche 3 de la grotte du Noisetier sur a : le métacarpien ; b : le métatarsien

En gris, sont indiqués tous les fragments identifiés. Les abréviations dans les cercles indiquent les faces des ossements : A = antérieure, M = médiale, P = postérieure, L = latérale

DAO : C. Lemeur et M. Coutureau

41Couche 33
Le prélèvement de la peau est attesté sur des restes de métacarpien et de métatarsien. Sur ce premier élément squelettique, plusieurs stries sub-transversales situées dans la partie proximale de la face antérieure et qui se prolongent soit en face latérale soit en face médiale (Mcs-aˊˊ, Mcs-bˊˊ) peuvent être assimilées à des traces liées à l’entame circulaire (figure 201a). Contrairement aux zones d’entame définies par des stries transverses, celles-ci sont légèrement obliques. Toutefois, la profondeur de ces marques permet de nous orienter vers cette phase du dépouillement. La présence d’une strie située sur la diaphyse de la face latérale (Mcs-bˊ) signale l’incision longitudinale de la peau. Enfin des stries en lien avec le détachement de la peau (Mcs-a, Mcs-b) ont été observées en partie proximale de l’os. Sur le métatarsien, des stries en lien avec l’incision circulaire de la peau sont visibles sur la face latérale (Mts-bˊˊ) en milieu de diaphyse et en partie distale de la diaphyse moyenne (figure 201b). Deux stries longitudinales situées dans la proximale de la diaphyse en face postérieure proche de la face latérale pourraient signaler des incisions longitudinales (Mts-aˊ). Des stries obliques visibles en partie distale de la face postéro-médiale (Mts-a) ainsi que sur la diaphyse de la face latérale (Mts-b) signalent le détachement de la peau.

Figure 201 - Stries de dépouillement observées dans la couche 33 de la grotte du Noisetier sur a : le métacarpien ; b : le métatarsien

Figure 201 - Stries de dépouillement observées dans la couche 33 de la grotte du Noisetier sur a : le métacarpien ; b : le métatarsien

En gris, sont indiqués tous les fragments identifiés. Les abréviations dans les cercles indiquent les faces des ossements : A = antérieure, M = médiale, P = postérieure, L = latérale

DAO : C. Lemeur et M. Coutureau

42Couche gb
Dans la couche gb, le prélèvement de la peau est attesté sur des restes de métacarpien, de métatarsien et de tibia. Les stries liées à cette étape sur le métacarpien se situent dans la partie distale des faces antérieure et médiale (figure 202a). Elles témoignent d’entames circulaires (Mcs-a˝, Mcs-d), d’incisions longitudinales en face médiale (Mcs-aˊ) et de gestes en lien avec le détachement de la peau (Mcs-a). Sur le métatarsien, seules des stries obliques relativement courtes ont été observées sur la face latérale témoignant également du détachement de la peau (Mts-b) (figure 202b). Enfin, un reste de tibia présente une strie longitudinale dans la partie distale de la face médiale qui pourrait témoigner de cette phase de dépouillement mais aussi du décharnement (Ts-bˊ) (figure 202c).

Figure 202 - Stries de dépouillement observées dans la couche gb de la grotte du Noisetier sur a : le métacarpien ; b : le métatarsien ; c : le tibia. Les abréviations dans les cercles indiquent les faces des ossements : A = antérieure, M = médiale, P = postérieure, L = latérale

Figure 202 - Stries de dépouillement observées dans la couche gb de la grotte du Noisetier sur a : le métacarpien ; b : le métatarsien ; c : le tibia. Les abréviations dans les cercles indiquent les faces des ossements : A = antérieure, M = médiale, P = postérieure, L = latérale

DAO : C. Lemeur et M. Coutureau

Le décharnement

43Les traces liées aux activités de décharnement sont visibles sur les fragments des os les plus charnus (humérus et fémur) ainsi que sur les os du zeugopode (radio-ulna et tibia).

44Couche 2
La phase de décharnement est visible sur le radius et le tibia. Aucun fragment ne documente le prélèvement de la viande située au niveau de l’humérus et du fémur (tableau 53). Sur le radius, des stries longitudinales allongées situées en partie proximale de la face antérieure sont visibles (Rs-aˊ). Elles résultent de l’extraction du muscle extenseur radial du carpe (figure 203a). Sur le tibia, des stries courtes obliques sont présentes au niveau de la partie proximale de la diaphyse moyenne en la face latérale (Ts-c). Elles se situent à l’emplacement de l’insertion musculaire du muscle tibial crânial (figure 203b).

Figure 203 - Stries de décharnement observées dans la couche 2 de la grotte du Noisetier sur a : le radio-ulna ; b : le tibia

Figure 203 - Stries de décharnement observées dans la couche 2 de la grotte du Noisetier sur a : le radio-ulna ; b : le tibia

En gris, sont indiqués tous les fragments identifiés. Les abréviations dans les cercles indiquent les faces des ossements : A = antérieure, M = médiale, P = postérieure, L = latérale

DAO : C. Lemeur et M. Coutureau

45Couche 3
Au sein de la couche 3, tous les os charnus portent des stries en lien avec cette étape de la boucherie (tableau 53). Une strie présente en partie distale de diaphyse d’humérus pourrait correspondre soit à une strie de décharnement, soit à une strie de désarticulation (Hd-b) (figure 204a). Le radius porte des stries de décharnement transverses, obliques et longitudinales en partie proximale de la diaphyse (Rs-a, Rs-aˊ) (figure 204c). Elles signalent le prélèvement du muscle extenseur dorsal des doigts et du muscle extenseur radial du carpe. Celles situées sur la diaphyse postérieure sont liées au retrait du muscle rond pronateur (Rs-a) et du muscle fléchisseur du carpe (Rs-aˊ). Des stries visibles en partie distale de la face latérale témoignent du prélèvement du muscle extenseur du doigt latéral (Rs-bˊ). Sur l’ulna, une strie longitudinale située en face latérale résulte du décharnement du muscle ulnaire latéral (Us-aˊ) (figure 204b). La présence de stries Fs-a sur les restes de fémur en partie distale ainsi qu’en partie proximale atteste du retrait du muscle vaste médial et du muscle fessier profond (figure 204c). Sur le tibia, des stries transverses et obliques en face antérieure témoignent du prélèvement du muscle long extenseur des doigts (Ts-c, Ts-cˊ, Ts-e, Ts-eˊˊ) (figure 204d). D’autres, obliques et longitudinales (Ts-b, Ts-bˊ) situées en face médiale, évoquent le prélèvement du muscle fléchisseur médial des doigts.

Figure 204 - Stries de décharnement observées dans la couche 3 de la grotte du Noisetier sur a : l’humérus ; b : le fémur ; c : le radio-ulna ; d : le tibia

Figure 204 - Stries de décharnement observées dans la couche 3 de la grotte du Noisetier sur a : l’humérus ; b : le fémur ; c : le radio-ulna ; d : le tibia

En gris, sont indiqués tous les fragments identifiés. Les abréviations dans les cercles indiquent les faces des ossements : A = antérieure, M = médiale, P = postérieure, L = latérale

DAO : C. Lemeur et M. Coutureau

46Couche 33
Le décharnement est visible sur des restes d’humérus (Hs-a, Hs-aˊ), de radius (Rs-a, Rs-aˊ, Rs-b, Rs-bˊ, Rs-c, Rs-cˊ), de fémur (Fs-a, Fs-aˊ) et de tibia (Ts-a, Ts-e, Ts-eˊ) dans la couche 33 (tableau 53).

47Un reste d’humérus présente des stries aux orientations variées (figure 205a). Les marques transverses sont situées au niveau de l’insertion du muscle coraco‑brachial. D’autres, obliques voire longitudinales, sont liées au retrait du triceps brachial.

Figure 205 - Stries de décharnement observées dans la couche 33 de la grotte du Noisetier sur a : l’humérus ; b : le fémur ; c : le radio-ulna ; d : le tibia

Figure 205 - Stries de décharnement observées dans la couche 33 de la grotte du Noisetier sur a : l’humérus ; b : le fémur ; c : le radio-ulna ; d : le tibia

En gris, sont indiqués tous les fragments identifiés. Les abréviations dans les cercles indiquent les faces des ossements : A = antérieure, M = médiale, P = postérieure, L = latérale

DAO : C. Lemeur et M. Coutureau).

48Sur le radius, des stries obliques et longitudinales sont visibles sur la diaphyse antérieure au niveau du muscle extenseur radial du carpe (figure 205c). En partie distale, des marques obliques attestent du décharnement du muscle extenseur du doigt latéral (Rs-b, Rs-bˊ). Une strie témoigne du prélèvement du muscle brachial en face médiale (Rs-a). Sur le fémur, des stries obliques et transverses (Fs-a) sont présentes au niveau de l’insertion du muscle vaste médial sur toute la diaphyse (figure 205b). Plusieurs stries longitudinales (Fs-aˊ) sont visibles en partie proximale de la face postérieure témoignant du retrait des muscles fessiers. Sur le tibia, des stries obliques (Ts-a) sont observées dans la partie proximale de la face antéro‑latérale au niveau de l’insertion du muscle tibial crânial (figure 205d). En face postéro-latérale, des marques longitudinales (Ts-cˊ) et obliques (Ts-c) attestent du prélèvement du muscle fléchisseur latéral des doigts. En face médiale, des stries obliques (Ts-a) témoignent du retrait du muscle poplité et du muscle gracile situé plus près de la crête tibiale. En face antérieure, en plus de stries obliques, de longues stries longitudinales ont été observées au niveau du muscle long extenseur des doigts.

49Couche gb
Des traces de décharnement ont été observées sur des restes d’humérus, de radius et de tibia au sein de la couche gb (tableau 53).

50Sur l’humérus, des stries obliques (Hs-a) sont visibles sur la diaphyse postérieure au niveau de l’insertion du muscle anconé (figure 206a) et en partie distale où se situe le muscle brachial. Sur le radius, des stries sont présentes en face postérieure (Rs-bˊ) au niveau du muscle fléchisseur des doigts (figure 206b). Sur le tibia, des marques (Ts-a, Ts-aˊ) ont été observées en partie proximale attestant du détachement du muscle poplité (figure 206c). D’autres, en partie distale témoignent du retrait du muscle long extenseur des doigts (Ts-c). Une strie oblique (Ts-b) située en milieu de diaphyse sur la face médiale se trouve au niveau de l’insertion du muscle fléchisseur médial des doigts.

La désarticulation

51L’opération de désarticulation est difficilement observable sur les restes osseux de Cerf de la grotte du Noisetier. Ceci est à mettre en relation avec le faible nombre de restes d’extrémités articulaires (Costamagno, Rigaud, 2014). Ces parties anatomiques sont représentées par seulement cinq extrémités distales issues des couches 3 et 33 (3 de fémur, 1 de tibia et 1 d’humérus) et trois extrémités proximales récoltées dans les couches 2, 3 et 33 (1 fémur, 2 radius). Sur ces huit pièces, seulement l’une d’entre elle, provenant de la couche 3, présente une strie qui pourrait correspondre à la désarticulation du coude (Hd-b) (figure 204a).

Le prélèvement des tendons

52Couche 2
Au sein de la couche 2, l’observation de stries courtes à la fois obliques et transverses, situées en milieu de diaphyse de part et d’autre du sillon médian en face antérieure du métacarpien (Mcs-c, Mcs-d), suggère le prélèvement des tendons extenseur des doigts (figure 207a, 208). Aucune marque n’est visible sur le métatarsien.

53Couche 3
Le prélèvement du tendon extenseur est attesté sur les fragments de métacarpien de la couche 3 par des stries obliques (Mcs-c, Mcs-d) et longitudinales (Mcs-cˊ) soit en partie proximale soit de part et d’autre du sillon médian (figure 207b). Sur un fragment de métatarsien, une strie longitudinale longue (Mts-cˊ) située dans la gouttière postérieure signale le prélèvement du tendon fléchisseur (figure 209a).

Figure 206 - Stries de décharnement observées dans la couche gb de la grotte du Noisetier sur a : l’humérus ; b : le radio-ulna ; c : le tibia

Figure 206 - Stries de décharnement observées dans la couche gb de la grotte du Noisetier sur a : l’humérus ; b : le radio-ulna ; c : le tibia

En gris, sont indiqués tous les fragments identifiés . Les abréviations dans les cercles indiquent les faces des ossements : A = antérieure, M = médiale, P = postérieure, L = latérale

DAO : C. Lemeur et M. Coutureau

54Couche 33
Sur des fragments de métacarpien, des stries transverses et obliques (Mcs-c) ont été observées de part et d’autre du sillon médian antérieur témoignant du retrait du tendon extenseur (figure 207c). Sur la face postérieure, une strie moyenne longitudinale (Mcs-fˊ), et deux stries obliques (Mcs-f), résultent du prélèvement du tendon fléchisseur Sur le métatarsien, une courte strie longitudinale (Mts-cˊ) liée au prélèvement du tendon extenseur a été observée dans la gouttière antérieure (figure 207b)

55Couche gb
Dans la couche gb, des stries courtes et obliques (Mcs-d) ainsi qu’une longitudinale située dans le sillon en partie distale attestent du prélèvement des tendons extenseur du métacarpien (figure 207d). Aucune marque liée à cette activité n’est visible sur le métatarsien.

Figure 207 - Stries liées au prélèvement des tendons sur les restes de métacarpien de Cerf a : de la couche 2 ; b : de la couche 3 ; c : de la couche 33 ; d : de la couche gb

Figure 207 - Stries liées au prélèvement des tendons sur les restes de métacarpien de Cerf a : de la couche 2 ; b : de la couche 3 ; c : de la couche 33 ; d : de la couche gb

En gris, sont indiqués tous les fragments identifiés. Les abréviations dans les cercles indiquent les faces des ossements : A = antérieure, M = médiale, P = postérieure, L = latérale

DAO : C. Lemeur et M. Coutureau

Figure 208 - Fragment de métacarpien de Cerf portant des stries en relation avec le prélèvement des tendons (couche 2)

Figure 208 - Fragment de métacarpien de Cerf portant des stries en relation avec le prélèvement des tendons (couche 2)

Clichés : J. Viguier

Figure 209 - Stries liées au prélèvement des tendons sur les restes de métatarsien de cerf. a : de la couche 3 ; b : de la couche 33

Figure 209 - Stries liées au prélèvement des tendons sur les restes de métatarsien de cerf. a : de la couche 3 ; b : de la couche 33

En gris, sont indiqués tous les fragments identifiés. Les abréviations dans les cercles indiquent les faces des ossements : A = antérieure, M = médiale, P = postérieure, L = latérale

DAO : C. Lemeur et M. Coutureau

c - Discussion

56À la grotte du Noisetier, en raison du faible échantillon disponible réparti dans plusieurs unités stratigraphiques, les résultats sont limités et doivent être maniés avec précautions. Les premières observations montrent différentes étapes de la chaîne opératoire de boucherie du Cerf : le retrait de la peau, le décharnement et le prélèvement des tendons. En ce qui concerne la désarticulation, l’échantillon très réduit du fait de l’absence des extrémités articulaires, massifs carpiens / tarsiens (Costamagno, Rigaud, 2014), ne permet pas de statuer mais il est probable que cette désarticulation ait été relativement poussée.

57Le prélèvement de la peau est attesté sur les restes de métapodes pour les couches 3, 33 et gb. Cette étape de la chaîne opératoire de la boucherie est indispensable avant le prélèvement des tendons ou encore la fracturation des ossements pour récupérer la moelle. La peau peut être activement recherchée afin de répondre à divers besoins (vêtements, sacs, couvertures, bottes, etc.) mais peut aussi être abandonnée sur le site d’abattage après la boucherie primaire. Il est très délicat de discuter de la récurrence des traces de boucherie à la grotte du Noisetier mais on peut constater que, pour ce qui concerne les traces de dépouillement, il ne semble pas y avoir de patron de découpe particulier. Les entames circulaires sont situées à différentes hauteurs sur les métapodes tout comme les incisions longitudinales observées en faces latérale, médiale voire antérieure (tableau 54). La présence d’incisions longitudinales visibles en face médiale et latérale peut traduire deux techniques distinctes pour le retrait de la peau. Dans le premier cas, cette entaille a pu être faite dans le but de rejoindre l’incision ventrale – indispensable pour éviscérer l’animal – afin d’obtenir une unique pièce de peau (potentiellement couches gb et 3). Toutefois, la présence de stries longitudinales sur cette face ne suffit pas à affirmer que la peau a été prélevée en une seule pièce puisque celle des pattes peut tout de même avoir été récupérée de manière autonome (Costamagno, 2012). En revanche, la présence de stries longitudinales sur la face latérale témoigne d’un prélèvement de la peau des pattes distinct de celui du reste de la carcasse (couches 3 et 33) comme on l’observe chez différents groupes sibériens (Costamagno, David, 2009). Cette méthode de dépouillement peut suggérer que cette phase s’est déroulée en deux temps et possiblement dans deux endroits différents (Costamagno, David, 2009). Si, dans la couche 3, les deux techniques semblent avoir été employées traduisant un faible degré de standardisation dans le prélèvement de la peau des bas de pattes, pour les niveaux 33 et gb une seule méthode a été mise en évidence (tableau 54) mais la faiblesse des échantillons ne permet pas d’aller au‑delà de cette simple constatation.

Tableau 54 - Emplacement des stries de dépouillement relatives aux zones d’entames circulaires et aux incisions longitudinales sur les fragments de métacarpien et de métatarsien des couches 2, 3, 33 et gb.

Tableau 54 - Emplacement des stries de dépouillement relatives aux zones d’entames circulaires et aux incisions longitudinales sur les fragments de métacarpien et de métatarsien des couches 2, 3, 33 et gb.

58Des traces de décharnement ont été observées sur les os charnus des pattes antérieures et postérieures provenant des quatre couches étudiées. Au Noisetier, 57,5 % de ces os présentent des stries de boucherie. La quantité importante de stries sur les os charnus indique que le prélèvement de la viande s’est fait à cru (Abe, 2005 ; Costamagno, David, 2009). Selon les niveaux et les éléments squelettiques, l’orientation des stries est très variable. Les stries de décharnement sont majoritairement obliques mais des stries longitudinales sont néanmoins présentes dans des proportions non négligeables ce qui pourrait laisser présager d’un prélèvement de la viande sous forme de filets (Nillsen, 2000 ; Soulier, Morin, 2016), à l’exception de la couche gb. Néanmoins, les expériences réalisées dans le cadre du PCR ont montré que des stries longitudinales pouvaient se produire lors d’une boucherie normale. De plus, tous les os ne sont pas affectés par ce type de traces, or lors du prélèvement des filets, la patte dans son entier fait l’objet d’une découpe (Soulier, com. pers.). Dans l’état actuel des données, l’hypothèse d’un prélèvement des filets au Noisetier pour une consommation différée semble donc difficile à retenir ou tout du moins à démontrer.

59Les traces relevées sur les métapodes témoignent également de l’intérêt des Néandertaliens pour les tendons des pattes. Aux regards des données disponibles, le prélèvement du tendon extenseur du métacarpien semble avoir été privilégié puisque des stries relatives à cette activité ont été observées dans les quatre niveaux et cela de façon récurrente (tableau 55). Les tendons fléchisseurs de la patte avant semblent, en revanche, avoir été moins recherchés tout comme les tendons de la patte arrière. Les raisons de ce choix sont difficiles à comprendre. Néanmoins, l’attrait des Néandertaliens pour ce type de tendon pourrait être lié à sa faible épaisseur, facilitant de fait son séchage et permettant in fine une utilisation plus rapide peut-être sur le site lui-même. Les stries observées sur les os longs de Cerf de la grotte du Noisetier attestent d’activités de boucherie variées en lien avec les besoins alimentaires et techniques du groupe. L’exploitation de la moelle mais également de la graisse contenue dans les extrémités articulaires (Costamagno, 2013) témoigne d’un traitement complet des carcasses de Cerf mais également de grands bovidés qui ont fait l’objet des mêmes attentions.

Tableau 55 - Prélèvement des tendons extenseur et fléchisseur des bas de pattes dans les couches 2, 3, 33 et gb

Tableau 55 - Prélèvement des tendons extenseur et fléchisseur des bas de pattes dans les couches 2, 3, 33 et gb

B - Lier la trace à l’outil

a - Corpus et méthode d’étude

60L’échantillon archéologique analysé se compose de 102 restes de fragments d’os longs de Cerf (14 fragments d’humérus, 20 fragments de radius, 17 fragments de fémur et 51 fragments de tibia) provenant de différentes unités stratigraphiques (couches 1 à 5, 31 à 36, gind et sf ; cf figure 199).

61Parmi les 38 (NME) os longs qui composent ce dernier, 37 fragments osseux, représentant un nombre minimum de 23 os longs, portent des traces de découpe. 216 stries (n =450 en prenant en compte l’ensemble des stries secondaires) ont ainsi été identifiées et décrites à l’aide d’un microscope optique. L’ensemble des variables décrites lors de l’analyse microscopique des stries sur le référentiel expérimental a été enregistré sur le corpus de stries (tableau 56). Le nombre moyen de stries s’élève à 5,7 par os ou, en incluant les stries secondaires, à 11,8.

Tableau 56 - Caractéristiques morphologiques des traces de découpe observées sur l’échantillon analysé provenant de la grotte du Noisetier

1

Trajectoire

droite = 123/215 (57 %)
courbe = 43/215 (20 %)
sinueuse = 92/215 (43 %)

2

“Barb effect”

présent = 11/215 (5 %)
absent = 204/215 (95 %)

3

Forme du sillon

V = 192/212 (91 %)
\_/ = 20/212 (9 %)

4

Symétrie du sillon

symétrique = 67/201 (33 %)
asymétrique = 134/201 (67 %)

5

“Shoulder effect”

présent = 142/216 (66 %)
absent = 74/216 (34 %)

6

Esquillement

présent = 11/216 (5 %)
absent = 205/216 (95 %)

7

Extension de l’esquillement

>1/3 = 3/11 (27 %)
<1/3 = 8/11 (73 %)

8

Micro-striations

présentes = 50/216 (23 %)
absentes = 166/216 (77 %)

9

Trajectoire des micro-striations

continue = 38/50 (76 %)
discontinue = 12/50 (24 %)

10

Forme des micro-striations

régulières = 50/50 (100 %)
irrégulières = 0/50 (0 %)

11

Localisation des micro-striations

une / deux paroi(s) = 13/50 (26 %)
paroi et fond = 6/50 (12 %)
entre la strie et le « shoulder » = 31/50 (62 %)

12

Traces multiples

présentes = 111/216 (51 %)
absentes = 105/216 (49 %)

13

N. traces multiples

entre 2 et 9

14

“Fork-shaped marks”

présentes = 39/216 (18 %)
absentes = 177/216 (82 %)

15

N.“fork-shaped marks”

entre 1 et 4

16

“Intersecting marks”

présentes = 12/111 (11 %)
absentes = 99/111 (89 %)

b - Résultats

62Étant donné l’absence, dans notre référentiel expérimental, de différences marquées et statistiquement significatives entre les stries produites par les éclats, la pointe brute et les hachereaux et celles produites par les outils à tranchant retouché, l’identification du/des support(s) lithique(s) employé(s) lors de la boucherie des carcasses de cervidés à la grotte du Noisetier à partir de la morphologie des stries s’est révélée impossible. En d’autres termes, qu’elles soient considérées de manière isolée ou dans leur ensemble, il n’est pas possible, à l’aide de l’approche multi-variée que nous avons suivie, d’attribuer les stries identifiées sur les restes de ce gisement à un type lithique plutôt qu’à un autre, pas plus qu’il n’est possible d’exclure l’un ou l’autre des supports considérés (éclats bruts, pointes brutes, pointes moustériennes, denticulés et hachereaux) de l’outillage potentiellement utilisé par les occupants de l’abri lors de la découpe de carcasses.

63Cependant, plusieurs éléments méritent d’être mentionnés. Tout d’abord, il convient de souligner l’abondance inattendue, dans l’échantillon archéologique, des traces de découpe d’une part et des micro-striations d’autre part. En effet, malgré l’action très probable sur les stries de boucherie de processus post‑dépositionnels tels que le piétinement, l’intempérisation et la fragmentation, celles‑ci sont aussi nombreuses dans l’échantillon archéologique que celles produites par les éclats et la pointe brute dans notre référentiel expérimental et seulement légèrement moins abondantes que celles produites par les denticulés et les hachereaux dans ce même référentiel (dans les deux derniers cas, cette légère différence n’est par ailleurs pas statistiquement significative ; p>0,05 à chaque fois). De même, sur le matériel du Noisetier, les micro-striations sont présentes dans 23 % des stries, ce qui correspond au type de résultats obtenus pour les outils dans l’échantillon expérimental. Toutefois, ce pourcentage n’est pas statistiquement plus élevé que ceux observés pour les stries produites par les supports bruts (X2 =2,30 ; p>0,05).

64Enfin, les arrangements particuliers de stries (« type 1 » et « type 2 ») associés aux traces de boucherie produites par les denticulés dans le référentiel expérimental ont également été identifiés sur quelques restes osseux provenant du Noisetier. Ainsi, le « type 2 » a été observé sur un fragment et le « type 1 » sur 13 (figure 210).

Figure 210 - Stries correspondant au “type 1”, associé aux traces de découpe produites par les denticulés, observées sur un fragment de diaphyse de radius de Cerf de la grotte du Noisetier

Figure 210 - Stries correspondant au “type 1”, associé aux traces de découpe produites par les denticulés, observées sur un fragment de diaphyse de radius de Cerf de la grotte du Noisetier

Cliché : A. Val

c - Discussion

65L’identification de deux types spécifiques dans l’arrangement des stries, associés exclusivement dans notre référentiel expérimental aux stries produites par les denticulés, et observés sur certains des restes du gisement archéologique de la grotte du Noisetier indique l’emploi possible de ces outils au cours des activités bouchères ayant pris place dans ce site. Certains des aspects techno-fonctionnels des denticulés retrouvés en contexte Paléolithique moyen font encore l’objet de débats (voir p. ex. : Geneste et al., 1997 ; Bourguignon et al., 2004 ; Thiébaut, 2005). Toutefois, dans plusieurs sites, ils ont été collectés en association avec d’abondants restes de faune appartenant parfois quasi-exclusivement à une seule espèce animale. C’est le cas notamment à Mauran, La Borde ou Puycelci, des gisements pour lesquels le spectre faunique est très largement dominé par les grands bovidés (Bison priscus ou Bos primigenius ; Jaubert et al., 1990 ; Farizy et al., 1994 ; Rendu et al., 2012, 2013 ; Griggo inédit dans Rendu et al., 2013), ce qui semble suggérer l’utilisation de ces outils pour la boucherie. Cette hypothèse est par ailleurs supportée par l’analyse tracéologique des ensembles lithiques des Fieux et de Mauran qui démontre l’utilisation de la majorité des denticulés pour des activités bouchères, en particulier : raclage d’os, dépeçage des carcasses, décharnement et désarticulation (Thiébaut et al., 2012 ; Gerbe et al., 2014). À la grotte du Noisetier, les parties actives des denticulés ne sont pas assez bien conservées pour permettre de proposer des interprétations fonctionnelles définitives (cf. Partie II, chapitre 2.2). En revanche, les traces d’usure observées sur quatre éclats bruts et une pointe pseudo-Levallois provenant de ce site sont typiques d’actions de découpe de matériel tendre à mi-dur, correspondant très certainement à des activités de boucherie telles que le dépeçage ou le décharnement.

66Nous avons appliqué sans succès la méthode développée par M. Domínguez-Rodrigo et collègues (2009) et reprise par d’autres (de Juana et al., 2010 ; Yravedra et al., 2010), qui combine une analyse microscopique des stries à basse résolution au microscope optique à une approche statistique multi‑variée, à l’étude d’un échantillon expérimental composé d’os longs de cervidés décharnés à l’aide de supports bruts et d’outils moustériens. En effet, aucune différence statistiquement supportée n’a pu être identifiée entre les traces produites par les supports bruts et celles produites par les outils à tranchant retouché. Par ailleurs, d’importants recoupements au niveau de la morphologie des stries ont été observés pour les trois types d’outils considérés. Les résultats de cette étude soulignent en outre les difficultés qui surgissent lors de l’application de cette méthode au registre fossile, tout particulièrement lorsque l’outillage lithique employé pour la boucherie et retrouvé en association avec les restes de faune analysés inclut une grande variété de supports possibles (éclats bruts, éclats retouchés et divers outils), comme c’est le cas dans la plupart des gisements en abri‑sous-roche du Paléolithique moyen et du Paléolithique supérieur. Les denticulés ont produit des arrangements de stries qui semblent exclusivement associés avec ces outils et qui ont été identifiés à la fois sur les os du référentiel expérimental et sur certains restes de cervidés provenant du gisement archéologique de la grotte du Noisetier. Toutefois, davantage de travail est nécessaire pour confirmer ces observations puisqu’il n’est pas possible pour l’instant d’exclure le fait que d’autres outils tels que les racloirs, également potentiellement utilisés au cours de la boucherie, puissent produire des schémas de stries semblables à ceux produits par les denticulés (problème d’équifinalité). Pour finir, cette étude met en avant la nécessité de combiner d’autres indices lorsqu’il s’agit de déterminer la fonction des outils lithiques et de documenter la chaîne opératoire de boucherie ; de tels indices incluent en particulier les données tracéologiques sur les outils ainsi que les observations faites au cours d’expériences de boucherie et qui peuvent permettre de tester l’efficacité de différents types de supports lithiques pour la réalisation de diverses activités de boucherie, par exemple dépeçage, travail de la peau, décharnement ou encore fracturation d’os pour l’extraction de la moelle et désarticulation de la carcasse.

3 – Synthèse

S. Costamagno, M.-C. Soulier

67Particulièrement difficiles à mettre en évidence sur le matériel archéologique (Morel, 2000 ; Letourneux, Pétillon, 2008), les traces d’impact liées à l’emploi d’armatures moustériennes ne sont signalées sur aucun des sites du corpus. Lors de l’analyse du référentiel expérimental, bien que nous n’ayons pas systématiquement recherché les traces d’impact sur les carcasses ayant fait l’objet de tirs en hast, nous avons relevé quelques encoches sur des côtes. Au regard du faible nombre de stigmates imputables à l’utilisation des pointes lithiques en arme de chasse sur les sites du corpus, l’utilisation d’épieux ou de pointes en bois pour abattre les différents gibiers est une hypothèse envisageable. Moins dures que les pointes lithiques, on peut s’interroger sur les stigmates que peuvent laisser ces armes / armatures en bois sur les ossements. À partir de la seule lecture des stigmates présents sur les ossements, il difficile d’avoir des informations sur les modalités d’acquisition. Néanmoins les études archéozoologiques menées sur les différents gisements montrent que les Moustériens chassaient régulièrement des ongulés de grande à petite taille (depuis le Bison jusqu’au Chevreuil). La mésofaune fait rarement partie du tableau de chasse des Néandertaliens : un aigle royal et un faucon pourraient éventuellement avoir été chassés aux Fieux et à la grotte du Noisetier (Laroulandie in Mourre et al., 2007). Sur certains sites, le spectre faunique est diversifié : Saint-Césaire Egpf (bovinés, Cheval, Renne), Payre (Cerf, bovinés, Cheval). Sur d’autres, un gibier domine mais d’autres espèces sont aussi exploitées comme par exemple aux Fieux – Kdenticulés ou à Chez‑Pinaud – US 06 et 07 où le Bison représente respectivement 60 % (Gerbe et al., 2014) et 67 % (Jaubert et al., 2008) du spectre faunique. À la grotte du Noisetier, c’est le Cerf qui est la proie privilégiée (Costamagno, 2013). Avec Mauran (David, Farizy, 1994) et Coudoulous 1 (Coumont, 2006) pour le Bison ou les Pradelles (Costamagno et al., 2006, 2017) pour le Renne, on est face à des spectres ultra‑spécialisés. Ces trois sites se caractérisent par des saisons de chasse restreintes sur l’année : à la fin de la bonne saison à Mauran ou aux Pradelles (Rendu et al., 2011), à la fin du printemps / début de l’été à Coudoulous 1 (Brugal, David, 1993). Nous pouvons aussi ajouter le gisement des Fieux (Kdenticulés) où seul le Bison est chassé en hiver et au début du printemps tandis que le Cerf et le Cheval sont chassés à la fin de l’été et au début de l’automne. Ils ont été interprétés comme des sites d’abattage de bisons ou des haltes de chasse. Positionnés à des emplacements stratégiques, à proximité des voies de circulation des troupeaux lors des périodes de migration et occupés de façon régulière et saisonnière, ces sites ont la particularité de présenter une topographie remarquable ayant été mise à profit :

  • aven-piège à Coudoulous 1 et aux Fieux permettant un piégeage des troupeaux par rabattage ;

  • pied de falaise à Mauran permettant d’acculer les bisons ;

  • galerie karstique effondrée pour la boucherie des carcasses de Renne aux Pradelles dans l’objectif d’éviter une pression trop forte des carnivores lors du traitement de masse des ressources acquises (Costamagno et al., 2017).

68À Saint-Césaire, les données sur les saisons d’abattage sont limitées : un abattage en hiver et un à la fin du printemps / début de l’hiver sont documentés. À Payre, les données vont dans le sens d’occupations résidentielles relativement courtes mais réparties sur l’ensemble de l’année (Rivals et al., 2009).

69Sur tous les sites, la moelle est une ressource largement recherchée comme l’atteste la fracturation systématique des os longs. Seule exception, le site de Mauran qui a livré plusieurs os longs complets : la quantité des ressources acquises au cours de ces épisodes de chasse devait être telle qu’elle a permis aux Néandertaliens d’exploiter principalement les ressources les plus riches (Farizy et al., 1994). Cette particularité est bien documentée sur les sites d’abattage de bisons du Paléoindien (p. ex. Speth, 1983). À Coudoulous 1 aussi, la récupération de la moelle n’est pas totale puisque les phalanges n’ont pas été fracturées. Sur ce site, la sous‑représentation des métapodes et des phalanges est supposée refléter un rejet de ces parties et pourrait donc aller dans le sens d’une sous‑exploitation de certains éléments squelettiques (Coumont, 2006). Aux Pradelles, qui ne correspond pas au lieu d’abattage contrairement aux deux sites précédents, le choix se fait en amont de la boucherie puisque ne sont emportés dans la galerie que les parties les plus riches qui sont ensuite systématiquement fracturées pour en récupérer la moelle (Costamagno et al., 2006, 2017). Sur tous les autres sites où cette donnée est renseignée y compris aux Fieux, les phalanges sont très fréquemment fracturées. Cette recherche de moelle peut parfois s’accompagner d’une récupération de la graisse contenue dans le tissu spongieux comme aux Pradelles ou au Noisetier (Costamagno, 2013 ; Costamagno, Rigaud, 2014). À Saint-Césaire, la rareté du tissu spongieux serait davantage liée à une utilisation de ces parties comme combustible (Morin, 2004).

70En ce qui concerne les premières étapes de la boucherie visant à récupérer les ressources externes des carcasses (peau, abats, langue, viande, tendons), les données sont ténues puisque les ossements présentent de mauvais états de surface sur la plupart des sites (les Fieux, Coudoulous 1, Mauran, Payre) ce qui limite l’analyse des stries de boucherie. Par ailleurs à l’exception des os longs charnus de Renne du niveau Egpf de Saint-Césaire (Soulier, Morin, 2016) et des os de Bison de Mauran (David, Farizy, 1994), aucun ensemble osseux n’a fait l’objet d’un report de stries. Dans la majeure partie des cas, seules les activités sont mentionnées sans description des traces qui s’y rattachent, seule exception : Coudoulous 1 pour lequel nous proposons une réinterprétation des traces à partir du référentiel T&H. Sur ce site, les 27 restes portant des traces de boucherie sont principalement des stries de décharnement (Hs-a, Rs-a, Fs-a, Ts-a, Cal-i). De rares traces correspondent à des stries de désarticulation (Fp-a, Tal-c, Ses-a). Des stries présentes sur une extrémité distale de phalange proximale (non documentées dans le référentiel T&H mais observées aussi aux Pradelles) attestent d’une désarticulation entre phalanges proximale et mésiale. D’autres stries relevées à proximité des extrémités articulaires interprétées comme des stries de désarticulation (Coumont, 2006) pourraient correspondre aussi bien à des activités de décharnement (Hd-b, Hd-g, Up-d, Cal-a). Enfin des stries courtes présentes sur deux fragments de diaphyse de métatarsien et interprétées comme des traces liées au prélèvement des tendons pourraient tout aussi bien être des traces liées au détachement de la peau. À Mauran, les stries correspondent majoritairement à des stries de décharnement obliques (David, Farizy, 1994 : 189, fig. 104) : Hs-a, Rs-a, Up-b, Fs-a, Ts-a, Ts-c, Ts-e. Sur le tibia, les stries longitudinales présentes sur les faces antérieure (Ts-eˊ) et latérale (Ts-bˊ) pourraient correspondre à du dépouillement. Les indices de désarticulation sont rares : des stries présentes à proximité de la fosse olécrânienne de l’humérus (Hd-g) pourraient indiquer que le coude a été désarticulé mais ce type de stries peut être également obtenue lors du décharnement. Sur les métacarpiens, les stries obliques enregistrées sur la face antérieure (Mcs-c) pourraient renvoyer au prélèvement des tendons mais leur longueur et l’éloignement relativement au sillon nous font pencher en faveur de stries en lien avec le détachement de la peau. À Saint-Césaire, les stries de décharnement principalement obliques sont présentes sur les diaphyses moyennes de tous les os longs charnus (Hs-a, Rs-a, Fs-a, Ts-a, Ts-b, Ts-c). Sur ce site, le Renne porte plus fréquemment des stries que le Bison.

71Si le décharnement est attesté sur tous les sites, les autres activités sont rarement discutées en dehors des gisements que nous avons étudiés : des stries d’éviscération sont signalées aux Fieux ainsi que des traces de dépouillement sur un métatarsien de Cerf, un crâne et une mandibule de Bison. Le prélèvement de la langue est aussi attesté aux Fieux par la présence d’une strie sur la face linguale d’une mandibule de Bison au niveau de la troisième molaire. Des traces de raclage présentes sur un fragment de diaphyse de tibia d’hydruntin ont été interprétées comme un possible indice d’un prélèvement de viande tardif (Gerbe et al., 2014).

72L’étude détaillée des stries de boucherie telle qu’elle a été menée à la grotte du Noisetier et aux Pradelles montre tout le potentiel de ce type d’analyse puisqu’elle permet de mettre en évidence des activités souvent passées inaperçues dans les analyses archéozoologiques mais aussi de commencer à discuter des différents savoir-faire. Dans ce cadre, la question du prélèvement ou non des tendons est particulièrement informative tant sur la fonction du site que sur les besoins des groupes. Sur un site d’abattage ou de boucherie primaire, l’objectif étant généralement de récupérer rapidement les ressources recherchées, il y a peu de chances que l’on observe de façon récurrente ce type de traces car la récupération des tendons prend du temps. Si le groupe a besoin de cette matière, les métapodes ont donc de fortes chances d’être transportés avec le haut des pattes pour être ensuite traités par des membres du groupe ne participant pas à la chasse. Au Noisetier par exemple, les occupations semblent de durées relativement courtes mais la diversité des activités menées sur les carcasses témoignent d’un groupe qui n’était pas uniquement constitué de chasseurs, ce que semble confirmer la présence de dents de chute d’enfants (Maureille et al., com. orale). Cette division des tâches entre différents membres du groupe est encore plus évidente aux Pradelles. Sur ce site occupé durant un laps de temps court (Meignen et al., 2007), une boucherie intensive de carcasses de rennes a été menée en parallèle aux chasses et aux boucheries primaires réalisées sur le site d’abattage à proximité du site (Costamagno et al., 2017). L’abondance des stries liées au prélèvement des tendons fournit un argument supplémentaire en faveur d’un emport, sur un autre site, d’une partie des ressources acquises (Costamagno et al., 2006). La mise en évidence, grâce au report systématique de stries, d’un prélèvement de filets destinés à être séchés pour une consommation différée vient confirmer cette hypothèse. À Mauran, la sous-représentation des parties les plus charnues indiquerait leur transport sur un autre site (Rendu et al., 2011). Cette planification des activités de boucherie renvoie à un modèle de type logistique, longtemps considéré comme l’apanage de l’Homme anatomiquement moderne. Parallèlement, que ce soit aux Pradelles ou au Noisetier, l’exploitation des tendons élargit la gamme des ressources d’origine animale exploitées par l’homme de Néandertal. Généralement utilisée pour la confection de liens, cette matière renvoie donc à la sphère technique même si l’on ne peut exclure qu’une part ait été réservée à l’alimentation (Stefansson, 1913). Aux Pradelles, les tendons des faces antérieures et postérieures des métatarsiens sont recherchés ce qui n’est pas le cas au Noisetier puisque les stries relatives à cette étape de la boucherie témoignent presqu’exclusivement d’un retrait du tendon antérieur des métacarpiens et cela dans les trois niveaux analysés. Ces différences témoignent de façons de faire et/ou de besoins différents chez ces deux groupes de Néandertaliens. Aux Pradelles, grâce à l’abondance des restes, il est possible de discuter des modalités de prélèvement de la peau (cf. Partie II, chapitre 3.1). Lorsque les données seront plus nombreuses, il devrait être possible de dégager des patrons de retrait de la peau selon les sites.

73Outre les tendons ou la peau, les matières osseuses ont aussi été utilisées à des fins techniques. Si les bois de cervidés n’ont a priori jamais été employés, en revanche, les ossements ont parfois été recherchés. C’est le cas notamment aux Pradelles qui a livré plusieurs centaines de retouchoirs, principalement sur des fragments de diaphyse d’os longs de Renne (Costamagno et al., 2017). À Coudoulous 1, trois retouchoirs ont été recueillis. Au Noisetier, sur l’ensemble de la séquence, 53 retouchoirs sur os de Cerf et de bovinés sont présents. Parallèlement, des pièces esquillées et des fragments présentant des retouches y ont été observés (Oulad el Kaïd, 2016). Si aux Pradelles, ces retouchoirs sont parfois associés à du raclage pour préparer la surface utilisée, sur les autres sites, cette préparation n’est pas attestée.

Haut de page

Notes

1 Si le traitement de la viande a été mené sur le site, on peut exclure un fumage de la viande en raison de l’absence de traces de feu.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 189 - Gisement des Pradelles : transect frontal
Crédits Le faciès 4a est figuré en vert, modifié d’après Maureille et al., 2010
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/4145/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Titre Figure 190 - Report des fragments de renne déterminés dans le faciès 4a, Nombre de Restes dessinés (NR) et Nombre Minimum d’Eléments (NME) pour a : le fémur ; b : le tibia ; c : le métatarsien ; d : le talus ; e : le calcaneum ; f : le grand cunéiforme ; g : le cubonaviculaire ; h : la patella ; i : les sésamoïdes ; j : les phalanges proximales ; k : les phalanges mésiales ; l : les phalanges distales
Légende Abréviations : A = antérieure, M = médiale, P = postérieure, L = latérale, ab = abaxiale, ax = axiale
Crédits DAO : M.-C. Soulier
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/4145/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre Figure 191 - Stries de dépouillement observées sur a : le métatarsien ; b : le tibia ; c : les phalanges. Les abréviations dans les cercles indiquent les faces des ossements : A = antérieure, M = médiale, L = latérale, ab = abaxiale
Crédits DAO : M.-C. Soulier
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/4145/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Titre Figure 192 - Stries de décharnement observées sur le fémur. Les stries présentes en face postérieure du fémur ont été colorées selon leur orientation (d’après les classes proposées par M.-C. Soulier et E. Morin 2016)
Légende Les abréviations dans les cercles indiquent les faces des ossements : A = antérieure, M = médiale, P = postérieure, L = latérale
Crédits DAO : M.-C. Soulier et M. Coutureau
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/4145/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre Figure 193 - Stries de décharnement observées sur a : le tibia ; b : la patella ; c : le calcanéum. Les stries présentes en face postérieure du tibia ont été colorées selon leur orientation (d’après les classes proposées par M.-C. Soulier et E. Morin 2016)
Légende Les abréviations dans les cercles indiquent les faces des ossements : A = antérieure, M = médiale, P = postérieure, L = latérale
Crédits DAO : M.-C. Soulier et M. Coutureau
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/4145/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre Figure 194 - Stries de désarticulation observées sur a : le fémur ; b : le tibia ; c : le métatarsien ; d : les os du bloc tarsien ; e : l’articulation proximale de la première phalange ; f : les phalanges mésiales ; g : la malléole ; h : les sésamoïdes
Légende Les abréviations dans les cercles indiquent les faces des ossements : A = antérieure, M = médiale, P = postérieure, L = latérale, ab = abaxiale, ax = axiale, cr = crâniale
Crédits DAO : M.-C. Soulier et M. Coutureau).
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/4145/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Titre Figure 195 - Stries liées au prélèvement des tendons observées sur a : le métatarsien ; b : les phalanges proximales
Légende Les abréviations dans les cercles indiquent les faces des ossements : A = antérieure, P = postérieure, L = latérale
Crédits DAO : M.-C. Soulier et M. Coutureau
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/4145/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre Figure 196 - Stries ubiquistes observées sur a : le fémur ; b : le calcaneum ; c : le tibia ; d : les phalanges proximales
Légende Les abréviations dans les cercles indiquent les faces des ossements : A = antérieure, M = médiale, P = postérieure, L = latérale, ab = abaxiale
Crédits DAO : M.-C. Soulier et M. Coutureau
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/4145/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Titre Figure 197 - Stries non décrites dans les référentiels observées sur a : le fémur ; b : la patella ; c : le tibia
Légende Les abréviations dans les cercles indiquent les faces des ossements : A = antérieure, M = médiale, L = latérale
Crédits DAO : M.-C. Soulier et M. Coutureau
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/4145/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Figure 198 - Stries non décrites dans les référentiels observées sur a : le calcaneum ; b : le métatarsien ; c : les phalanges proximales ; d : les phalanges mésiales ; e : les sésamoïdes
Légende Les stries présentées en couleur font l’objet dans le texte d’une tentative d’interprétation ; en bleu : stries pouvant résulter du décharnement, en rouge : stries pouvant résulter de la désarticulation, en jaune : stries pouvant résulter du prélèvement des tendons, en vert : stries pouvant résulter du retrait de la peau. Les abréviations dans les cercles indiquent les faces des ossements : A = antérieure, M = médiale, P = postérieure, L = latérale, ab = abaxiale, ax = axiale
Crédits DAO : M.-C. Soulier et M. Coutureau
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/4145/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Titre Figure 199 - Séquence stratigraphique de la grotte du Noisetier au niveau de a : la coupe C/D 18-21 ; b : la coupe B/C 14-17
Crédits DAO : V. Mourre
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/4145/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre Figure 200 - Stries de dépouillement observées dans la couche 3 de la grotte du Noisetier sur a : le métacarpien ; b : le métatarsien
Légende En gris, sont indiqués tous les fragments identifiés. Les abréviations dans les cercles indiquent les faces des ossements : A = antérieure, M = médiale, P = postérieure, L = latérale
Crédits DAO : C. Lemeur et M. Coutureau
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/4145/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Titre Figure 201 - Stries de dépouillement observées dans la couche 33 de la grotte du Noisetier sur a : le métacarpien ; b : le métatarsien
Légende En gris, sont indiqués tous les fragments identifiés. Les abréviations dans les cercles indiquent les faces des ossements : A = antérieure, M = médiale, P = postérieure, L = latérale
Crédits DAO : C. Lemeur et M. Coutureau
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/4145/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Titre Figure 202 - Stries de dépouillement observées dans la couche gb de la grotte du Noisetier sur a : le métacarpien ; b : le métatarsien ; c : le tibia. Les abréviations dans les cercles indiquent les faces des ossements : A = antérieure, M = médiale, P = postérieure, L = latérale
Crédits DAO : C. Lemeur et M. Coutureau
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/4145/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre Figure 203 - Stries de décharnement observées dans la couche 2 de la grotte du Noisetier sur a : le radio-ulna ; b : le tibia
Légende En gris, sont indiqués tous les fragments identifiés. Les abréviations dans les cercles indiquent les faces des ossements : A = antérieure, M = médiale, P = postérieure, L = latérale
Crédits DAO : C. Lemeur et M. Coutureau
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/4145/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Titre Figure 204 - Stries de décharnement observées dans la couche 3 de la grotte du Noisetier sur a : l’humérus ; b : le fémur ; c : le radio-ulna ; d : le tibia
Légende En gris, sont indiqués tous les fragments identifiés. Les abréviations dans les cercles indiquent les faces des ossements : A = antérieure, M = médiale, P = postérieure, L = latérale
Crédits DAO : C. Lemeur et M. Coutureau
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/4145/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 205 - Stries de décharnement observées dans la couche 33 de la grotte du Noisetier sur a : l’humérus ; b : le fémur ; c : le radio-ulna ; d : le tibia
Légende En gris, sont indiqués tous les fragments identifiés. Les abréviations dans les cercles indiquent les faces des ossements : A = antérieure, M = médiale, P = postérieure, L = latérale
Crédits DAO : C. Lemeur et M. Coutureau).
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/4145/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Titre Figure 206 - Stries de décharnement observées dans la couche gb de la grotte du Noisetier sur a : l’humérus ; b : le radio-ulna ; c : le tibia
Légende En gris, sont indiqués tous les fragments identifiés . Les abréviations dans les cercles indiquent les faces des ossements : A = antérieure, M = médiale, P = postérieure, L = latérale
Crédits DAO : C. Lemeur et M. Coutureau
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/4145/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre Figure 207 - Stries liées au prélèvement des tendons sur les restes de métacarpien de Cerf a : de la couche 2 ; b : de la couche 3 ; c : de la couche 33 ; d : de la couche gb
Légende En gris, sont indiqués tous les fragments identifiés. Les abréviations dans les cercles indiquent les faces des ossements : A = antérieure, M = médiale, P = postérieure, L = latérale
Crédits DAO : C. Lemeur et M. Coutureau
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/4145/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 208 - Fragment de métacarpien de Cerf portant des stries en relation avec le prélèvement des tendons (couche 2)
Crédits Clichés : J. Viguier
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/4145/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Titre Figure 209 - Stries liées au prélèvement des tendons sur les restes de métatarsien de cerf. a : de la couche 3 ; b : de la couche 33
Légende En gris, sont indiqués tous les fragments identifiés. Les abréviations dans les cercles indiquent les faces des ossements : A = antérieure, M = médiale, P = postérieure, L = latérale
Crédits DAO : C. Lemeur et M. Coutureau
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/4145/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Tableau 54 - Emplacement des stries de dépouillement relatives aux zones d’entames circulaires et aux incisions longitudinales sur les fragments de métacarpien et de métatarsien des couches 2, 3, 33 et gb.
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/4145/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre Tableau 55 - Prélèvement des tendons extenseur et fléchisseur des bas de pattes dans les couches 2, 3, 33 et gb
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/4145/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Titre Figure 210 - Stries correspondant au “type 1”, associé aux traces de découpe produites par les denticulés, observées sur un fragment de diaphyse de radius de Cerf de la grotte du Noisetier
Crédits Cliché : A. Val
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/4145/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Cécile Soulier, Sandrine Costamagno, Clémentine Lemeur et Aurore Val, « L’étude des restes fauniques : résultats », Palethnologie [En ligne], 10 | 2019, mis en ligne le 01 novembre 2019, consulté le 16 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/palethnologie/4145 ; DOI : 10.4000/palethnologie.4145

Haut de page

Auteurs

Marie-Cécile Soulier

Université Toulouse Jean Jaurès / CNRS, UMR 5608 – Traces
mariecsoulier[at]gmail.com

Articles du même auteur

Sandrine Costamagno

Université Toulouse Jean Jaurès / CNRS, UMR 5608 – Traces
costamag[at]univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Clémentine Lemeur

Clementinelemeur[at]hotmail.com

Aurore Val

Abteilung für Ältere Urgeschichte und Quartärökologie Department – Universität Tübingen / Evolutionary Studies Institute / University of the Witwatersrand
aurore_val[at]yahoo.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Palethnologie est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées
  • Logo Travaux et Recherches archéologiques sur les Cultures, les Espaces et les Sociétés
  • Logo Institut national de recherches archéologiques préventives
  • Logo Ministère de la Culture
  • OpenEdition Journals