Navigation – Plan du site

AccueilNuméros8La maisonnée dans les AmériquesLa maisonnée chez les chasseurs d...

La maisonnée dans les Amériques

La maisonnée chez les chasseurs de phoque iroquoiens de la province de Canada au Sylvicole supérieur (1000-1535)

Michel Plourde
Traduction(s) :
The Household among Iroquoian Seal Hunters of the Province of Canada during the Late Woodland Period (1000-1535 CE) [en]

Résumé

Au cours du Sylvicole supérieur (1000-1600), les Iroquoiens du Saint-Laurent vivant dans la région de Québec ("province de Canada") ont développé un mode de transhumance saisonnier vers le secteur de l’embouchure du Saguenay, soit à la frange d’un estuaire de type marin, pour y pratiquer la chasse au phoque. Les données archéologiques mettent en lumière deux types d’établissement, l’un printanier et qui serait celui de petits groupes de chasseurs masculins visant spécifiquement le phoque du Groenland et l’autre, estival et caractérisé par l’implication de familles nucléaires entières. Nous constaterons d’une part une différence entre les dimensions et les types d’emplacements des sites de printemps et d’été et verrons, d’autre part, que les formes d’habitation révélées par les fouilles archéologiques diffèrent de celles des établissements semi-permanents implantés dans le territoire de la "maison-mère" et refléteraient davantage des occupations de courte durée motivées par de brèves, mais intensives périodes de chasse.

Haut de page

Texte intégral

J’aimerais remercier Claude Chapdelaine pour ses nombreux commentaires sur ce texte et pour son inépuisable optimisme !

Introduction

  • 1 La province de Canada s’étendrait de Portneuf à l’île aux Coudres (Chapdelaine 1989 : 24), mais sa (...)

1L’univers iroquoien couvrait toute la vallée du Saint-Laurent à la période de contact. Les groupes qui occupaient la portion orientale de ce territoire et que Jacques Cartier a nommés comme étant ceux de la "province de Canada"1 développèrent un mode de subsistance intégrant les ressources marines de l’estuaire (Chapdelaine, 1993a ; Fenton, 1940 ; Hoffman, 1961) et chez lequel le phoque occupait une place prépondérante (Plourde, 2012). Nous nous intéressons ici aux formes de leurs habitations érigées à 200 km en aval de celles qui caractérisaient leurs camps de chasse et pêche et leurs villages horticoles pendant la période du Sylvicole supérieur (1000-1535). Le secteur de l’embouchure du Saguenay est caractérisé par une faune marine abondante et des conditions environnementales particulières qui permettent théoriquement son exploitation tout au long de l’année.

1 - Contextualisation

2Les Amérindiens rencontrés par Jacques Cartier en septembre 1535 dans l’estuaire du Saint-Laurent, à la hauteur de l’embouchure du Saguenay, étaient des Iroquoiens du Saint-Laurent, une population autonome et linguistiquement distincte des autres groupes vivant dans le Québec méridional (Chapdelaine, 1989 : 13). Ces groupes se répartissaient dans toute la vallée du Saint-Laurent, entre Kingston, Ontario, au sud-ouest et l’île aux Coudres au nord-est et formaient des concentrations distinctes (Chapdelaine, 2015 : 53) (figure 1). La question de leur identité ethnique, qui est indissociable de celle de leur origine, s’est prêtée à de nombreuses interprétations. Ils furent tantôt identifiés à des Hurons, des Mohawks, des Algonquins, des Oneidas ou des Onondagas, par exemple (Trigger, 1985 : 202). Il existe aujourd’hui un consensus qui veut que les groupes iroquoiens rencontrés le long du fleuve Saint-Laurent par Jacques Cartier, au XVIe siècle, soient désignés comme des Iroquoiens du Saint-Laurent (Trigger, 1985 : 202 ; Chapdelaine, 1989 : 12-13 ; Wright, 2004 : 1235). L’ethnolinguistique a permis en outre de démontrer que leur langue parlée était distincte et non dérivée de celle d’autres groupes rattachés à la grande famille iroquoienne, comme les Hurons ou les Agniers, par exemple (Trigger, 1966 ; Lounsbury, 1978 : 334). La tradition orale des Hurons-Wendat de la région de Québec soulève quant à elle l’existence de liens biologiques entre certains réfugiés Iroquoiens du Saint-Laurent et les Hurons qui les accueillirent dans leurs villages de l’Ontario, vers la fin du XVIe siècle (Sioui, 1989 ; Wright, 2004 : 1280 et voir Tremblay, 1999).

Figure 1 - Découpage spatial de la Laurentie iroquoienne en concentrations.

Figure 1 - Découpage spatial de la Laurentie iroquoienne en concentrations.

Chapdelaine, 2015 : 53

3Les groupes Iroquoiens vivant dans la région de Québec dans la première moitié du XVIe siècle étaient probablement sédentaires et se répartissaient dans sept villages non palissadés et tous localisés sur la rive nord du fleuve (Hoffman, 1961 : 209 ; Chapdelaine, 1989 : 24). Stadaconé, la capitale, se trouverait à l’intérieur des limites actuelles de la ville de Québec et sa localisation fait toujours l’objet de conjectures (Ferland, 1882 ; Wintemberg, 1936 ; Clermont, Chapdelaine, 1983 ; Plourde, 2008). Cartier nomme également "quatre autres peuples et demourances" localisés en aval de Stadaconé et deux autres vers l’amont (Bideaux, 1986 : 166).

4À partir d’estimations générées au cours de fouilles réalisées sur les villages iroquoiens de Mandeville (Chapdelaine, 1989) et de Masson (Benmouyal, 1990), et d’études sur la densité démographique des villages hurons du XVIIe siècle, la population vivant dans la province de Canada a été évaluée entre 2000 et 3000 personnes. Sa capitale, Stadaconé, aurait compté quelque 800 individus alors que les trois villages plus à l’est auraient chacun abrité 200 à 250 personnes en moyenne (Chapdelaine, 1995 : 178 ; Chapdelaine, 1998 : 82). Leurs maisons-longues, dont la dimension moyenne pouvait atteindre 25 à 30 m de longueur par 6 m de largeur, accueillaient huit à dix familles nucléaires, soit une quarantaine de personnes. Selon Tremblay (2006 : 27) : "Le plancher, lui, truffé de fosses de formes et d’usages variés, allant de l’entreposage à l’aisance, comporte une allée centrale d’environ trois mètres de large où s’enlignent les feux au sol. Chaque foyer est utilisé par deux familles qui se font face. Chaque paire d’espaces familiaux, foyer central compris, forme un compartiment. Les compartiments sont séparés par des cloisons, ce qui assure à chaque entité familiale une relative intimité".

5La dépendance de ces groupes envers les cultigènes aurait été moins grande que celle des populations iroquoiennes de la région actuelle de Montréal, un fait qui pourrait s’expliquer par la position de la région de Québec à la limite septentrionale de la zone permettant la culture du maïs (Hoffman, 1961 : 202). À ce titre, Cartier souligne indirectement l’importance de la chasse et de la pêche au détriment de l’agriculture chez les Iroquoiens de l’est. Parlant des Iroquoiens de la province de Hochelaga (Montréal), ce dernier mentionne que : "Tout cedit peuple ne s’adonne que à labouraige et pescherye pour vivre car des biens de ce monde ne font compte pour ce qu’ilz n’en ont congnoissance et aussi qu’ilz ne bougent de leur pays et ne sont ambulataires comme ceulx de Canada et du Saguenay […]" (Bideaux, 1986 : 153). Chapdelaine en arrive au même constat à propos de la rive nord du Saint-Laurent en aval de Québec où pourrait se trouver le village d’Ajoaste : "L’absence de villages iroquoiens dans la région du Cap Tourmente et de la côte de Beaupré impliquerait une reformulation du système adaptatif des Iroquoiens de la région de Québec. Ils seraient encore moins dépendants de l’agriculture, vivraient dans moins de villages, concentrés dans les environs de la ville de Québec et à l’ouest, et ils pratiqueraient alors une véritable économie de transhumance qui les distinguerait des autres Iroquoiens" (Chapdelaine, 1998 : 87).

  • 2 Aucun site horticole iroquoien n’a encore été découvert dans les limites actuellement définies pour (...)

6La rentabilité de la pratique horticole n’était donc pas garantie et nous pouvons envisager que les Iroquoiens qui chassaient le phoque dans le secteur de l’embouchure du Saguenay aient intégré la production de nourriture très tardivement par rapport à leurs voisins vivant en amont. Ces derniers auraient peut-être alors cultivé la terre et développé un mode de vie villageoise seulement à partir de la seconde moitié du XVe siècle2 alors que ce processus s’enclencha dès le VIIe siècle, chez les groupes vivant à l’ouest du lac Saint-François (voir Chapdelaine, 1993b : 166). Et pourtant, le maïs était déjà consommé dans la vallée du Saint-Laurent dès le Sylvicole moyen (depuis 500 ans av. J.-C.), comme en témoignent des analyses phytologiques réalisées sur des croûtes carbonisées adhérant à la poterie domestique (Gates St-Pierre, Thompson, 2015). Dans le secteur de l’embouchure du Saguenay, seulement deux grains de maïs ont été découverts à ce jour (Plourde, 1995 : 16) et l’analyse du contenu des croûtes carbonisées adhérant aux vases de cuisson n’en montre aucune trace (Plourde, 2003 : 297). Le maïs ne semble donc pas avoir occupé une place importante dans la diète des chasseurs de phoque. En somme, les raisons sous-jacentes au fait d’adopter tardivement le maïs peuvent être multiples et cumulatives : la région de Québec ne favorisait pas cette pratique à cause de son climat trop rude ; le phoque était une ressource très rentable en dépit de l’énergie déployée pour se rendre dans l’estuaire et des risques encourus pour le capturer ; les Iroquoiens de la province de Canada auraient pu chercher à se différencier de leurs voisins occidentaux en conservant un mode de vie axé sur la mobilité.

7Nous avons proposé (Plourde, 2012) que les excursions menées par les Iroquoiens du Saint-Laurent dans le secteur de l’embouchure du Saguenay étaient de deux types et toujours motivées par la capture du phoque (figure 2). Le premier type correspond aux déplacements d’unités composées de petits groupes de chasseurs masculins actifs dès le retour des premiers troupeaux de phoque du Groenland en avril de chaque année (voir Rioux, Tremblay, 1999 : 197). Le second type répond à la définition d’un groupe composé d’hommes, de femmes et d’enfants qui pouvaient gagner l’estuaire dès le printemps, mais dont la présence était plus probable au cœur de l’été, lors de périodes de mise-bas et de mue chez les phoques gris et commun.

Figure 2 - Modèle de transhumance des Iroquoiens de la province de Canada.

Figure 2 - Modèle de transhumance des Iroquoiens de la province de Canada.

adapté de Chapdelaine, 1993a : 28

2 - La structuration des espaces habités sur les sites localisés dans l’estuaire du Saint-Laurent

8Cinq sites archéologiques ont été considérés dans le cadre de cette étude et ceux-ci se répartissent de la rive droite de la rivière Saguenay jusqu’à la rivière Escoumins, sur une bande littorale longue de 35 km. Il s’agit des sites Ouellet (DaEk-6), Cap-de-Bon-Désir (109G), Basques-de-l’Anse-à-la-Cave (DbEi-5), Pointe-à-Crapaud (DbEi-2) et Escoumins I (DcEi-1) (figure 3). Les campagnes de fouilles menées sur trois de ces sites (DaEk-6, 109G et DbEi-2) ont permis d’excaver des aires substantielles variant entre 50 et 270 m2. Des sondages systématiques réalisés sur deux autres sites (DbEi-5 et DcEi-1) ont révélé des occupations comparables à celles rencontrées sur les sites fouillés. Les restes anatomiques de phoque comptent généralement pour plus de 95 % des déchets osseux sur ces sites datés entre les années 1000 et 1535 par le radiocarbone et la typologie céramique (figure 4 ; tableaux 1-2).

Figure 3 - Localisation des sites archéologiques mentionnés dans cette étude.

Figure 3 - Localisation des sites archéologiques mentionnés dans cette étude.

Figure 4 - Échantillon de vases caractéristiques du Sylvicole supérieur récent (1350-1535) provenant du site Pointe-à-Crapaud.

Figure 4 - Échantillon de vases caractéristiques du Sylvicole supérieur récent (1350-1535) provenant du site Pointe-à-Crapaud.

clichés : M. Plourde ; infographie : J. Beardsell

Tableau 1 - Principales caractéristiques des sites étudiés.

Tableau 1 - Principales caractéristiques des sites étudiés.

Tableau 2 - Datations radiocarbone.

Tableau 2 - Datations radiocarbone.

3 - Les types d’environnement

9Deux types d’environnement ont été choisis par les chasseurs de phoque. Le premier correspond à des crans rocheux ou des dépôts morainiques aux surfaces accidentées et mal drainées. À proximité, un estran vaseux dégagé à marée basse permet un accostage en douceur et de hisser les proies dans la forêt où elles étaient dépecées. Le second est caractérisé par des plateaux sablonneux très bien drainés et faisant face à des plages de sable.

10En dépit du fait que les sites étudiés ici sont tous constitués de multiples composantes entremêlées, ce qui est différent des sites villageois présentés dans les autres chapitres de ce volume, certaines constantes peuvent être dégagées. Nous postulons que les campements établis sur des crans rocheux ou sur des moraines, et qui se situent d’ailleurs pour la plupart à plus de 20 m de distance du rivage (probablement choisis pour se protéger des vents froids), seraient rattachés exclusivement à des occupations printanières alors qu’un couvert nival était présent. Les sites Cap-de-Bon-Désir (comportant trois aires distinctes et d’altitudes différentes) et Basques-de-l’Anse-à-la-Cave sont de ceux-ci et montrent une topographie accidentée et un sol mal drainé peu accueillant pendant la saison chaude. La présence simultanée dans les foyers de restes de phoque du Groenland (les femelles arrivent avec leurs petits dès la fin de l’hiver) et de test d’oursins, des mollusques offrant le maximum de chair en février et mars, appuie une installation sur les lieux dès avril. La consommation de myes, qui est clairement attestée au sein de toutes les composantes de ces sites, est également synonyme d’occupation des lieux en saison froide, car ces mollusques peuvent devenir toxiques à partir du mois de mai quand une toxine produite par un dinoflagellé zooplanctonique du genre Gonyaulax infecte le coquillage (Hawkins, 1985 : 5).

11Les foyers y ont été allumés sans aménager un cercle ou une plate-forme de pierres, ce qui suggère l’installation de campements alors que le sol était gelé, rendant difficile l’extraction de galets. L’absence, sur ces quatre lieux, de rebuts d’argile témoignant de la confection d’objets en céramique pourrait également appuyer une occupation en dehors de la saison chaude puisque cette opération requiert une source d’argile malléable ainsi que des conditions ambiantes permettant de sécher les poteries avant leur cuisson finale (Arnold, 1985). Il nous apparaît ainsi peu probable que des maisons-longues aient été érigées dans ce type d’environnement. Toutefois, il fut difficile de le vérifier de manière absolue parce que les aires excavées sur ces sites sont demeurées assez réduites, car réalisées dans des contextes plus proches de l’échantillonnage que de la fouille en aire ouverte.

  • 3 Trois datations radiocarbone réalisées à partir de charbons prélevés au cœur de trois zones de comb (...)

12Les campements érigés sur les plateaux sablonneux des sites Pointe-à-Crapaud et Escoumins I ont été le théâtre d’occupation au printemps, comme en témoignent la consommation de myes, d’oursins et des restes du phoque du Groenland. Mais ceux-ci furent également occupés pendant l’été et peut-être en automne, comme en témoignent les fosses à déchets et garde-manger creusées dans le sable, les foyers en plate-forme de pierres et les rebuts d’argile. Si les sondages menés sur le site Escoumins I n’ont pas permis une vue d’ensemble essentielle à la détection de maisons-longues, une fouille en aire ouverte (15×12 m) sur le site Pointe-à-Crapaud a révélé 18 zones de combustion (foyers de pierres), 18 concentrations d’ossements, 16 fosses, 13 concentrations de myes, mais aucune trace de piquet (figure 5). Ces différentes structures sont le résultat d’occupations réparties sur quelque 500 ans, comme en témoignent la typologie céramique et les datations radiocarbone3.

Figure 5 - Site Pointe-à-Crapaud, répartition spatiale des structures domestiques.

Figure 5 - Site Pointe-à-Crapaud, répartition spatiale des structures domestiques.

Unités de vases par période (SSA=Sylvicole supérieur ancien ; SSM=Sylvicole supérieur médian ; SSR=Sylvicole supérieur récent) ; pourtours hypothétiques (diamètre de 5 m) des habitations à foyer unique.

13L’étude croisée de la répartition horizontale des foyers séparés par une distance pouvant varier entre 2 et 3 m, comme c’est le cas pour la maison-longue du site de Lanoraie, par exemple (Clermont et al., 1983 : 132) et de celle de tessons de vases apparentés n’a pas permis de reconnaître un alignement quelconque de zones de combustion. Des fosses et des concentrations de myes et/ou d’ossements ont toutes été observées à proximité (à moins de 2 m) des zones de combustion, mais nous ne sommes pas en mesure de confirmer d’associations nettes entre elles. Nous croyons que des fosses furent aménagées à même les planchers d’habitations, mais il est improbable que des concentrations de myes et d’ossements, qui représentent des petits dépotoirs, se soient trouvées à l’intérieur des maisonnées. Nous nous questionnons également sur la nature des concentrations d’ossements carbonisés mêlés à une matrice brunâtre composée d’ossements écrus décomposés. S’agit-il d’un autre type de zone de combustion dans laquelle on rejetait les restes culinaires, évitant ainsi aux occupants de sortir des habitations pour disposer des déchets organiques ? Nous n’en sommes pas certains, car ces structures ne contiennent peu ou pas de pierres chauffées.

14Le site Ouellet, occupé principalement au cours du Sylvicole supérieur médian (1250-1350), s’étalait sur un plateau sablonneux bien drainé et faisant face à l’estran le plus large de tout l’estuaire, avec une réserve inépuisable de myes communes couvrant plus de 3 km2. Or, aucun spécimen n’a été trouvé dans la couche anthropique en dépit de conditions de conservation exceptionnelles (des fragments de cuir et de nombreux ossements écrus y furent découverts). L’absence de myes communes et de tests d’oursins, la présence d’une douzaine de rebuts d’argile révélant la fabrication de vases ainsi qu’une proportion élevée de restes de phoques gris et commun (qui sont présents dans le secteur surtout en été) concourent vers une occupation estivale et automnale. Les fouilles ayant dégagé une aire ouverte de près de 30 m de long sur 10 m de large ont révélé 17 foyers ou zones de combustion (définies à partir d’une concentration de pierres et/ou d’une concentration significative de charbon de bois), 12 zones de rejets culinaires, mais aucune fosse. Huit traces de piquets non alignées et au diamètre moyen de 6 cm peuvent être interprétés comme des supports plutôt que des éléments d’une charpente d’habitation (figure 6). Mise en lien avec la position de zones de combustion, la répartition horizontale de tessons appartenant aux mêmes vases n’a pas révélé d’appariements logiques. Leur dispersion éclatée est toutefois remarquable et pourrait s’expliquer par la présence d’enfants qui jouaient avec ces petites pièces décorées. Un rebut d’argile marqué par la morsure d’un jeune de 5 ou 6 ans a d’ailleurs été découvert sur place. Et qui dit enfants, dit généralement familles. Les zones de rejets culinaires s’avèrent relativement imposantes (2 à 3 m de diamètre), comparativement à celles observées sur le site Pointe-à-Crapaud, ce qui pourrait être interprété comme l’effet de la durée plus longue des occupations (sur plusieurs semaines/mois) et d’une densité humaine plus élevée. Les rejets culinaires à même deux zones de combustion sont-elles alors le reflet d’une volonté de disposer les déchets dans l’habitation même ou s’agit-il des conséquences d’une réoccupation des lieux, quand on sait que les signatures stylistiques de la poterie traduisent des présences étalées sur environ 500 ans, soit entre les années 1000 et 1535 ?

Figure 6 - Site Ouellet, répartition spatiale des structures domestiques, des unités de vases par période.

Figure 6 - Site Ouellet, répartition spatiale des structures domestiques, des unités de vases par période.

(SSA = Sylvicole supérieur ancien ; SSM = Sylvicole supérieur médian ; SSR = Sylvicole supérieur récent) et des pourtours hypothétiques (diamètre de 5 m) des habitations à foyer unique.

4 - Caractérisation des structures domestiques

15L’examen des dimensions et de la configuration des structures domestiques permet de constater de nettes différences avec celles caractérisant les maisons-longues en contextes villageois (tableau 3). De manière générale, les structures aménagées dans l’estuaire sont plus petites que celles observées dans les villages en amont de Québec. Les zones de combustion qui sont caractérisées par la présence d’une plate-forme de petites pierres granitiques (diamètre moyen des pierres de 10 cm) altérées par le feu et déposées sur la surface du sol, par du charbon de bois et parfois par une matrice de sable rubéfié, occupent une superficie moyenne de 0,81 m2 (valeur minimale de 0,13 m2 et valeur maximale de 4,91 m2). Leur forme est arrondie dans 55 % des cas, sinon elle est légèrement ovale. Les zones de rejets culinaires, qui contiennent généralement à la fois des myes et des os écrus et carbonisés couvrent une superficie moyenne de 0,52 m2 (valeur minimale de 0,13 m2 et valeur maximale de 2,0 m2). Leur forme est arrondie dans 74 % des cas, sinon elle est ovale. Le diamètre moyen de l’ouverture des fosses est de 0,42 m, leur forme est circulaire dans 86 % des cas et leur profondeur moyenne est de 0,16 m. Les traces de piquet ont un diamètre moyen de 6 cm.

Tableau 3 - Morphométrie des structures des sites de l’estuaire et de celles de trois villages types localisés en amont de Québec.

Tableau 3 - Morphométrie des structures des sites de l’estuaire et de celles de trois villages types localisés en amont de Québec.

16Sur le site Masson (Benmouyal, 1990 : 65, 73), les labours ont malheureusement effacé toute trace des foyers et il a été impossible de reconstituer leurs dimensions. Le diamètre moyen de l’axe le plus long de l’ouverture des fosses est de 0,40 m et leur profondeur moyenne est de 0,51 m. Les traces de piquet ont un diamètre moyen de 9,4 cm. Sur le site Lanoraie (Clermont et al., 1983 : 33), les foyers couvrent une superficie moyenne de 1,77 m2, ils sont aménagés dans une cuvette de forme allongée et ne contiennent peu ou pas de pierres. Les rejets culinaires n’ont pas été jetés sur le sol dans une aire désignée, mais placés dans des fosses dont le diamètre moyen du plus grand axe de l’ouverture est de 0,41 m et dont la profondeur moyenne est de 0,29 m. Le diamètre moyen des traces de piquets est de 8,92 cm. Sur le site Mandeville (Chapdelaine, 1989 : 55, 58, 59), les foyers de la maison 1 couvrent une superficie moyenne de 1,26 m2 et sont de forme allongée, le diamètre moyen de l’ouverture des fosses varie entre 36,2 cm et 43,5 cm et leur profondeur moyenne est de 0,34 m. Le diamètre moyen des piquets varie entre 9,66 cm et 15,0 cm selon qu’ils associés à la structure externe ou la structure interne.

17Bien que nous ne puissions rejeter la possibilité que des maisons-longues aient été érigées dans le secteur de l’embouchure du Saguenay, nous sommes d’avis que le plancher typique d’une habitation de chasseurs de phoque était très probablement celui d’une tente conique à base circulaire et au centre duquel était aménagé un foyer composé d’une plate-forme de pierres. À titre comparatif, mentionnons que chez les chasseurs de phoque des États atlantiques de la Nouvelle-Angleterre (localisés à plus de 400 km vers le sud-est), le diamètre maximum des planchers d’habitations pendant la période du Sylvicole a été estimé à 4 m (Hrynick, 2009 : 98), créant un espace d’environ 14 m2. Parmi les centaines d’habitations simples à foyer central découvertes chez les Cris préhistoriques vivant dans la forêt de la Jamésie orientale (localisés à plus de 700 km vers le nord-ouest), le diamètre moyen du cercle de la tente était d’environ 5 m (CÉRANE, 1995 : 321), dégageant une superficie approximative de 20 m2. Deux familles avaient donc la possibilité d’y résider et d’y occuper chacune un espace d’environ 10 m2. On pourrait alors suggérer de manière prudente que le diamètre d’une habitation iroquoienne érigée dans l’estuaire pouvait varier autour de 5 m et que deux familles pouvaient s’y loger.

18La charpente était probablement réalisée avec des perches d’épinettes noires qui représentent l’essence dominante dans le secteur (Blouin, Berger, 2003 : 2.7). Les arbres morts, encore debout, bien secs, toujours solides et ayant perdu leur écorce, constituaient une matière première idéale. Quelques coups de hache devaient suffire pour adoucir les excroissances laissées par les nœuds. Des peaux de phoque ou d’orignal ont probablement été utilisées pour couvrir les habitations, mais l’écorce de bouleau se prêtait également à cette fonction et cette essence croît sur le territoire (Blouin, Berger, 2003 : 2.7). Sur les sites occupés au printemps, on rejetait probablement les restes osseux écrus ou carbonisés, les coquilles de myes communes et les tests d’oursins à l’extérieur de l’habitation. Les températures extérieures étaient certainement assez froides et les séjours assez courts pour que les occupants ne soient pas incommodés par les odeurs et la vermine. Sur les sites occupés également ou uniquement pendant l’été, on disposait probablement les restes culinaires dans des petites fosses, sinon à l’extérieur des aires d’habitation (ces zones n’ont pas fait l’objet de fouilles archéologiques).

19Qu’ils se soient déplacés dans l’estuaire entre hommes au printemps, ou en famille pendant l’été, les Iroquoiens du Saint-Laurent auraient toujours utilisé le même type d’habitation, à savoir la tente conique, une structure facile à ériger et à démonter rapidement, comme en témoigne leur utilisation par l’ensemble des populations nomades de la toundra et de la forêt boréale en Eurasie et en Amérique du Nord depuis au moins 5000 ans (Brasser, 1982 : 309). Nous croyons que les Iroquoiens de la province de Canada pratiquaient une forme de transhumance impliquant un petit nombre de personnes à la fois et ce ne sont probablement pas tous les membres des villages et hameaux situés dans la région de Québec qui se déplaçaient dans l’estuaire du Saint-Laurent. En effet, si les quelque 800 habitants de Stadaconé et les 200 ou 250 habitants de chacun des six autres villages de la région de Québec avaient rejoint régulièrement le secteur de l’embouchure du Saguenay, leurs sites seraient beaucoup plus vastes et combien plus riches que ceux sur lesquels nous avons pratiqué des fouilles. D’ailleurs, ceci peut être corroboré par le fait que les inventaires archéologiques menés dans la région ont permis de constater l’absence de tels sites et même d’espaces assez vastes, autres que ceux que nous connaissons, pour accueillir de tels groupes.

5 - Discussion

20Bien que tirées de sites archéologiques où se mêlent plusieurs occupations réparties entre les années 1000 et 1535, les données issues des fouilles menées dans le secteur de l’embouchure du Saguenay suggèrent que les Iroquoiens de la province de Canada n’ont pas érigé de maisons-longues au cœur de leurs zones de chasse au phoque. Bien que nous ne disposions que des descriptions de Jacques Cartier et des sites archéologiques situés en amont de la région de Québec (et non pas ceux de la province de Canada) pour établir des comparaisons intra-culturelles, nous constatons qu’au Sylvicole supérieur (1000-1535), les foyers des chasseurs de phoque étaient presque deux fois plus petits que ceux aménagés dans les maisons-longues des villages sédentaires et qu’ils étaient constitués d’une plate-forme de pierres arrondies déposée directement sur le sol et non pas aménagés dans des cuvettes. Absentes des villages localisés entre Montréal et Québec, les zones de rejets culinaires à ciel ouvert étaient courantes dans le secteur de l’embouchure du Saguenay et ce, particulièrement sur les sites occupés au printemps, en situation de couvert nival. Le diamètre moyen des fosses était le même, mais celles creusées dans les sols sablonneux de l’estuaire étaient deux fois moins profondes que celles des villages. Découvertes sur un seul site, les traces de piquet étaient presque deux fois plus petites que celles des maisons-longues et ne correspondraient pas à celles de pieux de charpente, mais plutôt à des piquets reliés à des aménagements intérieurs ou à des échafauds pour sécher la viande et les peaux.

21Les surfaces inhospitalières utilisées au printemps ne se prêtaient guère à l’utilisation de la maison-longue parce que trop accidentées et mal drainées, parce que les séjours étaient somme toute assez courts (probablement quelques semaines au plus) et parce que la maison-longue, miroir d’une organisation parentale où les familles étaient apparentées par les femmes (Clermont et al., 1983 : 131 ; Chapdelaine, 1989 : 123; Tremblay, 2006 : 27; Warrick, 2000 : 425) ne convenait probablement pas aux unités sociales composées uniquement d’hommes pendant cette période de chasse. Sur les sites où l’on devine la présence d’enfants et par extension, de familles (rebut de pâte avec des morsures juvéniles, vases juvéniles et production de céramique par des femmes probablement accompagnées de leurs enfants), les conditions du milieu étaient théoriquement favorables, à savoir un terrain plat, sablonneux et vaste. Mais il se pourrait que la taille des groupes présents sur les lieux ainsi que la durée des séjours n’ait pas justifié le temps et l’énergie requis pour ériger d’aussi vastes et d’habitations semi-permanentes. Et dans le cas du site Ouellet, un lieu constamment exposé aux forts vents venus du fleuve, de telles structures auraient été mal adaptées. Les Iroquoiens de la province de Canada auraient donc modulé leurs "maisonnées" en fonction des milieux exploités : des maisons-longues dans les bourgades horticoles à la hauteur de la ville actuelle de Québec et des tentes coniques dans l’estuaire du Saint-Laurent, pour profiter de certaines périodes d’abondance du phoque. Ceux-ci auraient donc perpétué, de 1000 à 1535, une forme de transhumance "horizontale" entre la région de Québec et celle de l’embouchure du Saguenay, un schème d’établissement qui trouve peu d’équivalents dans le Nord-Est américain.

22Finalement, nous devons considérer le passage des Iroquoiens de la province de Canada vers un mode de vie villageois comme un phénomène tardif et qui remonterait à la seconde moitié du XVe siècle, soit seulement 100 ans avant le passage de Jacques Cartier dans le secteur de l’embouchure du Saguenay. La maison-longue n’aura donc fait partie du paysage de la région actuelle de Québec que quelques décennies avant que ces Iroquoiens ne désertent la vallée du Saint-Laurent, autour de 1580. Lorsque présents dans l’estuaire, la signature architecturale de ces Amérindiens serait davantage celle de la tente conique.

23Ironiquement, il semble que la seule maison-longue documentée dans le secteur de l’embouchure du Saguenay soit celle de Montagnais. À l’occasion d’une alliance scellée à la Pointe Saint-Mathieu le 27 mai 1603 entre les Français Gravé Du Pont et Samuel de Champlain et trois nations autochtones – Montagnais (Innus), Algonquins et Etchemins (probablement Malécites) – qui assuraient chez ces derniers une promesse d’assistance militaire dans le conflit avec les Iroquois des Cinq Nations, une maison allongée comportant de huit à dix foyers avait alors été aménagée : "ils auoient huict ou dix chaudieres, pleines de viandes, au milieu de ladicte cabanne, & estoient esloignees les vnes des autres quelque six pas, & chacune a son feu" (Biggar, 1924 : 101). On reconnaît ici la description d’une maison-longue dont la longueur pouvait aisément atteindre 30 à 35 m (six pas équivalent à environ 4 m). Il faut dire toutefois que cet événement qui rassembla près de 100 personnes (Girard, Kurtness, 2001 : 13) relève probablement d’une situation exceptionnelle.

Haut de page

Bibliographie

Arnold D. E., 1985 - Ceramic Theory and Cultural Process, Cambridge, Cambridge University Press (New Studies in Archaeology).

Benmouyal J., 1990 - Un village iroquoien à Deschambault, Rapport déposé au ministère de la Culture et des Communications du Québec.

Bideaux M., 1986 - Jacques Cartier, Relations, Montréal, Presses de l’Université de Montréal.

Biggar H. P., 1924 - The Voyages of Jacques Cartier, Publications of the Public Archives of Canada, Ottawa.

Blouin J., Berger J.-P., 2003 - Guide de reconnaissance des types écologiques. Région écologique 4d, Hautes collines de Charlevoix et du Saguenay, Ministère des Ressources naturelles, de la faune et des Parcs, Forêt Québec, Direction des inventaires forestiers.

Brasser T. J., 1982 - The Tipi as an Element in the Emergence of Historic Plains Indian Nomadism, Plains Anthropologist, 27 (98), 309-321.

CÉRANE inc., 1995 - Contribution à l’histoire des Cris de l’Est : La région de Laforge 1. Rapport synthèse, Société d’Énergie de la Baie James, rapport inédit, 3 volumes.

Chapdelaine C., 1989 - Le site Mandeville à Tracy. Variabilité culturelle des Iroquoiens du Saint-Laurent, Montréal, Recherches amérindiennes au Québec (Signe des Amériques, 7).

Chapdelaine C., 1993a - La transhumance et les Iroquoiens du Saint-Laurent, Recherches amérindiennes au Québec, XXIII (4), 23-38.

Chapdelaine C., 1993b - The Sedentarization of Prehistoric Iroquoians: A Slow or Rapid Transformation?, Journal of Anthropological Archaeology, 12, 173-209.

Chapdelaine C., 1995 - Les Iroquoiens de la vallée du Saint-Laurent, in Balac A.-M., Chapdelaine C., Clermont N., Duguay F. (dir.), Archéologies québécoises, Montréal, Recherches amérindiennes au Québec (Paléo-Québec, 23), 161-184.

Chapdelaine C., 1998 - L’espace économique des Iroquoiens de la région de Québec. Un modèle pour l’emplacement des villages semi-permanents dans les basses terres du cap Tourmente, in Tremblay R. (dir.), L’éveilleur et l’ambassadeur. Essais archéologiques et ethnohistoriques en hommage à Charles A. Martijn, Montréal, Recherches amérindiennes au Québec (Paléo-Québec, 27), 81-89.

Chapdelaine C., 2015 - Le cadre culturel, in Chapdelaine C. (dir.), Mailhot-Curran, un village iroquoien du XVIe siècle, Montréal, Recherches amérindiennes au Québec (Paléo-Québec, 35), 49-68.

Clermont N., Chapdelaine C., 1983 - La rencontre de deux mondes : le premier hivernement des Européens chez les Iroquoiens de la province de Canada, Québec, Rapport soumis à Parcs Canada.

Clermont N., Chapdelaine C., Barré G., 1983 - Le site iroquoien de Lanoraie : témoignage d’une maison-longue, Montréal, Recherches amérindiennes au Québec (Signe des Amériques, 3).

Fenton W. N., 1940 - Problems Arising from the Historic Northeastern Position of the Iroquois, Smithsonian Miscellaneous Collections, 100, 159-252.

Ferland J. B. A., 1882 - Cours d’histoire du Canada. Première partie : 1534-1663, Québec, 2e édition.

Gates St-Pierre C., Thompson R. G., 2015 - Phytolith Evidence for the Early Presence of Maize in Southern Quebec, American Antiquity, (80) 2, 408-415.

Girard C., Kurtness J., 2011 - Premier Traité de l’histoire de la Nouvelle-France en Amérique. L’Alliance de 1603 (Tadoussac) et la souveraineté des peuples autochtones du Québec, Mexico, Université Xalapa (document inédit).

Hawkins C. M., 1985 - La mye, Ottawa, Pêches et Océans (Le monde sous-marin).

Hrynick M. G., 2009 - Woodland Period Domestic Architecture on the Coast of the Maritime Peninsula: A Case Study from Port Joli Harbour, Nova Scotia, Université du Nouveau-Brunswick, Mémoire de maîtrise.

Hoffman B. G., 1961 - Cabot to Cartier: Sources for a Historical Ethnography of Northeastern North America, 1497-1550, Toronto, Presses de l’Université de Toronto.

Lounsbury F. G., 1978 - Iroquoian Languages, in Trigger B. G. (ed.), Handbook of the North American Indians (vol. 15), Washington DC, Smithsonian Institution, 334-343.

Plourde M., 1995 - Fouilles archéologiques et animation au site de la Falaise Ouest (DbEj-13), Grandes-Bergeronnes, Haute-Côte-Nord, 1995, Rapport inédit déposé au MCC.

Plourde M., 2003 - 8000 ans de paléohistoire. Synthèse des recherches archéologiques menées dans l’aire de coordination du parc marin du Saguenay–Saint-Laurent, Parcs Canada, Service du patrimoine culturel, Centre de Services du Québec, Rapport inédit.

Plourde M., 2008 - Stadaconé, lieu de "demourance" de Donnacona, Cap-aux-Diamants, 93, 11-14.

Plourde M., 2012 - L’exploitation du phoque à l’embouchure du Saguenay par les Iroquoiens de 1000 à 1534, Gatineau, Musée canadien des civilisations (Mercure, Archéologie, 171).

Rioux S., Tremblay R., 1999 - Cette irréductible préférence : la chasse aux mammifères marins par les Iroquoiens de la région de Québec, Archéologiques, 11-12, 191-198.

Sioui G. E., 1989 - Pour une autohistoire amérindienne : essai sur les fondements d’une morale sociale, Québec, Presses de l’Université Laval.

Tremblay R., 1995 - L’île aux Corneilles : deux occupations du Sylvicole supérieur entre la province de Canada et le Saguenay, in Balac A.-M., Chapdelaine C., Clermont C., Duguay F. (dir.), Archéologies québécoises, Montréal, Recherches amérindiennes au Québec (Paléo-Québec, 23), 271-306.

Tremblay R., 1999 - Regards sur le passé : réflexion sur l’identité des habitants de la vallée du Saint-Laurent au XVIe siècle, Recherches amérindiennes au Québec, XXIX (1), 41-52.

Tremblay R., 2006 - Les Iroquoiens du Saint-Laurent, peuple du maïs, Montréal, Éditions de l’Homme, Pointe-à-Callière, Musée d’archéologie et d’histoire.

Trigger B. G., 1966 - Who were the ‘Laurentian Iroquois’, Canadian Review of Sociology and Anthropology, 3, 201-213.

Trigger B. G., 1985 - Natives and Newcomers, Canada’s “Heroic Age” Reconsidered, Montréal, McGill-Queen’s University Press.

Warrick G., 2000 - The Precontact Iroquoian Occupation of Southern Ontario, Journal of World Prehistory, 14 (4), 415-466.

Wintemberg W., 1936 - The probable location of Cartier’s Stadacona, Transcriptions of the Royal Society of Canada, May 1936, 19-21.

Wright J. V., 2004 - A History of the Native People of Canada. Volume III, Part 1 (A.D. 500 – European Contact), Musée canadien des Civilisations (Mercure, 154).

Haut de page

Notes

1 La province de Canada s’étendrait de Portneuf à l’île aux Coudres (Chapdelaine 1989 : 24), mais sa limite orientale pourrait se situer vis-à-vis de l’archipel de Montmagny, localisé à 30 km en amont (Tremblay, 1995a : 297).

2 Aucun site horticole iroquoien n’a encore été découvert dans les limites actuellement définies pour la province de Canada. Le site Masson, localisé à Deschambault, tout juste à l’ouest de celle-ci, représente l’unique témoin d’un mode de vie horticole chez les Iroquoiens "orientaux" et son occupation est datée entre 1450-1520 (Benmouyal 1990 : 228, 230).

3 Trois datations radiocarbone réalisées à partir de charbons prélevés au cœur de trois zones de combustion, dont une contenait les fragments d’un vase diagnostique du Sylvicole supérieur ancien, une autre, ceux d’un vase du Sylvicole supérieur médian et une troisième, ceux d’un vase du Sylvicole supérieur récent, ont donné des résultats incohérents.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Découpage spatial de la Laurentie iroquoienne en concentrations.
Crédits Chapdelaine, 2015 : 53
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/418/img-1.png
Fichier image/png, 270k
Titre Figure 2 - Modèle de transhumance des Iroquoiens de la province de Canada.
Crédits adapté de Chapdelaine, 1993a : 28
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/418/img-2.png
Fichier image/png, 149k
Titre Figure 3 - Localisation des sites archéologiques mentionnés dans cette étude.
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/418/img-3.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Figure 4 - Échantillon de vases caractéristiques du Sylvicole supérieur récent (1350-1535) provenant du site Pointe-à-Crapaud.
Crédits clichés : M. Plourde ; infographie : J. Beardsell
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/418/img-4.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Tableau 1 - Principales caractéristiques des sites étudiés.
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/418/img-5.png
Fichier image/png, 219k
Titre Tableau 2 - Datations radiocarbone.
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/418/img-6.png
Fichier image/png, 188k
Titre Figure 5 - Site Pointe-à-Crapaud, répartition spatiale des structures domestiques.
Légende Unités de vases par période (SSA=Sylvicole supérieur ancien ; SSM=Sylvicole supérieur médian ; SSR=Sylvicole supérieur récent) ; pourtours hypothétiques (diamètre de 5 m) des habitations à foyer unique.
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/418/img-7.png
Fichier image/png, 378k
Titre Figure 6 - Site Ouellet, répartition spatiale des structures domestiques, des unités de vases par période.
Légende (SSA = Sylvicole supérieur ancien ; SSM = Sylvicole supérieur médian ; SSR = Sylvicole supérieur récent) et des pourtours hypothétiques (diamètre de 5 m) des habitations à foyer unique.
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/418/img-8.png
Fichier image/png, 284k
Titre Tableau 3 - Morphométrie des structures des sites de l’estuaire et de celles de trois villages types localisés en amont de Québec.
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/418/img-9.png
Fichier image/png, 77k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Plourde, « La maisonnée chez les chasseurs de phoque iroquoiens de la province de Canada au Sylvicole supérieur (1000-1535) »Palethnologie [En ligne], 8 | 2016, mis en ligne le 29 décembre 2016, consulté le 01 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/palethnologie/418 ; DOI : https://doi.org/10.4000/palethnologie.418

Haut de page

Auteur

Michel Plourde

Archéologue consultant et chargé de cours
Université Laval
Michel.Plourde[at]hst.ulaval.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Palethnologie est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search