Navigation – Plan du site

AccueilNuméros8La maisonnée dans les AmériquesPour une archéologie sociale sur ...

La maisonnée dans les Amériques

Pour une archéologie sociale sur les sites de Droulers/Tsiionhiakwatha et Mailhot-Curran

Claude Chapdelaine
Traduction(s) :
For a Social Archaeology at the Droulers/Tsiionhiakwatha and Mailhot-Curran Sites [en]

Résumé

L’archéologie sociale des Iroquoiens du Saint-Laurent est au centre de nos préoccupations et c’est à l’aide de la poterie domestique et d’une analyse spatiale des vestiges provenant de deux sites villageois de la région de Saint-Anicet que nous discuterons des maisonnées. Les villages Droulers et Mailhot-Curran retiendront notre attention. Droulers représente un village de la fin du XVe siècle et il est à ce jour le plus gros village iroquoien connu au Québec avec une superficie estimée à 1,3 ha. Il y a lieu de croire que le site pouvait abriter une population de 500 personnes réparties dans une douzaine de résidences multifamiliales. Le site Mailhot-Curran est un village du XVIe siècle plus modeste avec six maisons-longues réparties sur une superficie de 0,6 ha et une population estimée à 200 personnes. Les maisonnées sélectionnées permettent l’étude de certains aspects sociaux dont les rapports de proximité entre les occupants et leur appartenance à un clan.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le monde iroquoien regroupe plusieurs grands groupes culturels apparentés par la langue, une économie, une organisation sociale et politique et un système de croyances (Tremblay, 2006). Ils pratiquent tous l’agriculture sur brûlis et ils vivent dans des maisons-longues. Les Iroquoiens qui occupaient la vallée du Saint-Laurent à l’époque des explorations de Jacques Cartier au XVIe siècle participaient activement à un grand réseau d’interaction tout en se démarquant sur plusieurs aspects. Le plus intriguant est la circulation d’éléments identitaires sur plus de 600 km le long des basses terres du Saint-Laurent. Cette relative homogénéité cache bien sûr des différences régionales appuyant l’idée que cette Laurentie iroquoienne est occupée par plusieurs tribus (Trigger, Pendergast, 1978 ; Chapdelaine, 1989). Le deuxième aspect est l’ouverture sur les ressources marines pour les Iroquoiens de la région de Québec qui, en plus de cultiver la terre comme les autres Iroquoiens, partent à la chasse au béluga et surtout aux phoques à l’embouchure du Saguenay (Plourde, 2012 et ce volume). Le troisième aspect à considérer est la distinction de la poterie des Iroquoiennes du Saint-Laurent sur le plan stylistique. Ces contenants à tout faire se démarquent des autres styles iroquoiens et nous accorderons une attention particulière à cette production.

2L’hypothèse de plusieurs tribus occupant les basses terres du Saint-Laurent prend tout son sens en examinant la distribution des sites villageois connus qui forment des concentrations régionales pouvant correspondre à autant de tribus (figure 1). Le regroupement de Saint-Anicet avec ses quatre villages occupe un territoire propice à l’agriculture. Des quatre sites villageois répertoriés (figure 2), Berry, McDonald, Droulers et Mailhot-Curran, nous nous attarderons sur les deux derniers pour aborder les maisonnées iroquoiennes. Le site Berry (Pendergast, 1966) était déjà perturbé au moment de sa découverte par une énorme déflation éolienne et il est impossible de vérifier la présence d’une habitation. La position du site en retrait du fleuve est conforme au schème d’établissement des Iroquoiens en général (Chapdelaine, 1998) et nous le considérons comme un village au même titre que le site McDonald (Clermont, Gagné, 2004). Ce dernier est considéré comme un petit village composé de trois maisons-longues et de plusieurs aires de déchets. En se fiant à la céramique, le site McDonald daterait du XIVe siècle, ce qui en fait le plus ancien village iroquoien du regroupement de Saint-Anicet.

Figure 1 - Les regroupements de sites de la Laurentie iroquoienne.

Figure 1 - Les regroupements de sites de la Laurentie iroquoienne.

Figure 2 - Localisation des sites iroquoiens de la région de Saint-Anicet et les quatre villages : Berry, McDonald, Droulers et Mailhot-Currran ; les autres sites sont des camps spécialisés.

Figure 2 - Localisation des sites iroquoiens de la région de Saint-Anicet et les quatre villages : Berry, McDonald, Droulers et Mailhot-Currran ; les autres sites sont des camps spécialisés.

3Notre projet de recherche scientifique initié en 2010 se veut un programme à long terme voulant comprendre et mesurer l’originalité culturelle du regroupement de villages iroquoiens de Saint-Anicet. Pour y arriver, nous avons choisi d’investir dans les sites Droulers et Mailhot-Curran. Après deux campagnes de fouilles sur Droulers en 2010 et 2011, nous avons amorcé une enquête sur le site Mailhot-Curran de 2012 à 2014. Tout en voulant comprendre l’organisation interne de ces villages, la maison-longue a été dès le départ notre principale unité d’attention. C’est donc en privilégiant la maisonnée iroquoienne que nous voulions atteindre nos objectifs. C’est par la mise au jour des maisons-longues que nous comparons la production matérielle pour comprendre les relations entre les habitants. Cette approche favorisant l’exposition la plus complète possible de l’espace intérieur des habitats et qui tente de relier les vestiges culturels à la structure interne repose sur une pratique effectuée à maintes reprises en milieu iroquoien (Wright, 1974 ; Girouard, 1975 ; Dodd, 1984 ; Finlayson, 1985 ; Knight, 1987 ; Chapdelaine 1989 ; Pendergast, 1990 ; Warrick, 1996 ; Clermont et al., 2003, Kapches, 2007 ; Snow, 2012). Cette façon d’analyser les données iroquoiennes dans un cadre typique de l’archéologie sociale est souvent liée à une analyse plus détaillée de la céramique, le type de vestiges dominant sur les sites iroquoiens (Martelle, 2002 ; Birch, 2008 ; Chapdelaine, 2013), et sur une fouille minutieuse des structures d’habitation. L’archéologie de la maisonnée, et par extension de l’organisation sociale des Iroquoiens, s’inspire à l’origine des travaux menés dans le sud-ouest américain (Longacre, 1970) et des liens tissés entre l’habitat, ses habitants, les vestiges culturels et l’organisation sociale (Deetz, 1968 ; Hill, 1977 ; Wilk, Rathje, 1982 ; Netting et al., 1984 ; Wilk, Ashmore, 1988 ; Santley, Hirth, 1993). Cette archéologie de la maisonnée est toujours une approche dynamique portée récemment par une nouvelle génération de chercheurs (Canuto, Yaeger, 2000 ; Gillespie, Joyce, 2000 ; Robin, 2003 ; Nash, 2009 ; Pluckhahn, 2010 ; Carballo, 2011 ; Douglass, Gonlin, 2012 ; Birch, Williamson, 2015). Cette façon d’aborder la maisonnée, malgré des résultats prometteurs s’appuyant peut-être trop sur la validation du modèle ethnohistorique en vigueur dans le Nord-Est américain, comporte aussi de sérieuses limites que nous aborderons dans ce texte.

1 - Les Iroquoiens de Saint-Anicet – le site Droulers

4La présence iroquoienne était très peu documentée au sud du lac Saint-François au début des années 1990. Le paysage change rapidement avec la découverte du site McDonald en 1992, du site Droulers en 1994, puis de Mailhot-Curran en 1999 (Chapdelaine, 2015). Ce nouveau regroupement de villages devenait réalité grâce aux efforts de Michel Gagné (Clermont, Gagné, 2004).

5Le site Droulers a fait l’objet de deux campagnes de fouilles (Chapdelaine, 2012, 2010). Trois maisons-longues ont été confirmées, et le potentiel de plusieurs autres habitations a été sondé à l’échelle du village (figure 3). Le site s’étend sur 1,3 ha et il comporte un gros dépotoir dans la partie nord-est occupant le début de pente de la crête morainique. Le village ne semble pas avoir été palissadé, du moins nous n’avons pas réussi à identifier des indices de cette mesure défensive. La maison-longue #1, dont la fouille a été amorcée par l’équipe de Michel Gagné, est presque complètement exposée ainsi que la maison-longue #2. Ces deux habitations occupent la partie centre-est de l’espace villageois et comme elles sont bien alignées de façon parallèle, les membres de ses deux maisonnées pourraient appartenir au même clan. La poterie pourra répondre à cette question sur l’apparentement entre les membres de ces deux maisonnées.

Figure 3 - Le site Droulers, les trois maisons-longues confirmées et les autres habitations hypothétiques ainsi que la position du centre d’interprétation.

Figure 3 - Le site Droulers, les trois maisons-longues confirmées et les autres habitations hypothétiques ainsi que la position du centre d’interprétation.

6La troisième maison-longue, même si elle est confirmée par la découverte de trois foyers alignés, n’est pas suffisamment exposée pour être utile dans notre quête sur le tissu social des maisonnées.

2 - Analyse spatiale des maisons-longues #1 et #2 du site Droulers

7La grande particularité du site Droulers est son sol très pierreux. La conséquence de cette pierraille est la grande difficulté à identifier les traces de pieu. Ces derniers sont relativement faciles à reconnaitre quand les sols sont sablonneux et dénués de pierres. L’identification de nos maisons-longues se fait donc sans les pieux, une tâche ardue mais pas impossible. Notre premier outil est la mise au jour d’un alignement d’au moins trois foyers étalés sur des distances comparables, généralement entre 3 et 5 m. La découverte de fosses autour de ces foyers ajoute à la preuve ainsi qu’une densité des témoins culturels plus forte à l’intérieur de ces espaces (figure 4). Ne pouvant pas compter sur les traces de pieu, nous proposons une largeur moyenne de 6 m pour les maisons (Dodd, 1984 ; Warrick, 1996 ; Kapches, 2007). Cette largeur est confrontée aux densités des vestiges et à la position des fosses autour des foyers. Pour établir la longueur des habitations, nous examinons la répartition des vestiges au-delà des derniers foyers et une forte baisse d’objets est un indice permettant de définir cette zone à l’extérieur de la maison (figure 4).

Figure 4 - La délimitation hypothétique des maisons-longues #1 et #2 du site Droulers et la distribution des foyers, des fosses, des structures statistiques et des traces de piquet.

Figure 4 - La délimitation hypothétique des maisons-longues #1 et #2 du site Droulers et la distribution des foyers, des fosses, des structures statistiques et des traces de piquet.

8La maison-longue est un espace de vie et en plus d’être un espace où l’on consomme, les occupants peuvent aussi produire des biens. Cette vie quotidienne dynamique entraine la production de déchets et les Iroquoiens doivent en faire la gestion. Plusieurs choix s’offrent à eux. Ils peuvent jeter les débris à l’extérieur dans un dépotoir localisé à proximité de la maison. Ils peuvent aussi se débarrasser des restes encombrants en les enfouissant dans les fosses qu’ils creusent à proximité des foyers (figure 4). Parmi les autres choix, retenons celui voulant qu’ils repoussent les débris sous les banquettes de couchage situées le long des murs latéraux. Peu importe leur choix, les fouilles révèlent la distribution des endroits priorisés par les Iroquoiens. Le plancher des habitations était de terre battue et les menus fragments pouvaient pénétrer facilement et rapidement. Il faut mentionner que le nombre de fosses est limité et que l’utilisation de ce type de structure de creusement pour se départir des déchets à l’intérieur de l’habitation ne semble pas avoir été priorisée à Droulers.

9L’industrie céramique est dominante parmi les vestiges culturels que les archéologues récupèrent sur les sites villageois iroquoiens. De cette production, c’est la poterie domestique qui présente les effectifs les plus imposants. L’étude du tissu social passe donc inévitablement par l’analyse détaillée de la poterie. Ces contenants caractéristiques (figure 5) au parement décoré permettent de poser un grand nombre de questions. Nous limiterons notre enquête à trois interrogations. La production céramique des maisons #1 et #2 est-elle suffisamment comparable pour appuyer l’hypothèse que les membres de ces deux maisonnées voisines appartiennent au même clan ? La partie centrale de ces deux habitations a-t-elle la densité en témoins culturels la plus élevée, indiquant la place des aînés dans ces habitations occupées à l’année ? Le style emblématique des Iroquoiennes du Saint-Laurent est-il partagé par les différentes cellules familiales ou bien si ce type de poterie est réservé à quelques familles ?

Figure 5 - Dessin d’un vase iroquoien et des principales parties analysées (à gauche) ; dessin d’un vase typique des Iroquoiens du Saint-Laurent avec un parement haut, au bord crestellé et décoré d’empreintes obtenues à l’aide d’un roseau (à droite).

Figure 5 - Dessin d’un vase iroquoien et des principales parties analysées (à gauche) ; dessin d’un vase typique des Iroquoiens du Saint-Laurent avec un parement haut, au bord crestellé et décoré d’empreintes obtenues à l’aide d’un roseau (à droite).

10Les données pour le site Droulers ne sont pas encore complètement colligées pour la poterie domestique. À ce stade-ci de la recherche, il est possible d’affirmer que les parties centrales des deux maisons sont les plus denses en vestiges, et que les deux maisonnées sont apparentées par leur intérêt pour l’utilisation des empreintes dentelées pour décorer leurs vases (Perreault, 2014). Des différences existent entre leur engouement pour les attributs emblématiques. En effet, les potières de la maison #1 ont davantage orné leurs vases du motif en échelle tandis que celles de la maison #2 ont privilégié les ponctuations au roseau (figure 6).

Figure 6 - Vases emblématiques.

Figure 6 - Vases emblématiques.

Rangée du haut motif en épis de maïs du site Mailhot-Curran ; rangée du bas motif en échelle et deux bords avec des ponctuations au roseau du site Droulers.

11Malgré ces petites différences, il y a lieu de croire que les deux maisonnées pouvaient faire partie du même clan, une affirmation peut-être même hâtive, mais nous espérons l’aborder sérieusement après la fin des travaux prévus en 2017 sur le site Droulers.

3 - Les Iroquoiens de Saint-Anicet – le site Mailhot-Curran

12Des fouilles se sont déroulées dans un premier temps de 1999 à 2001, révélant une maison et un dépotoir (Gagné, 2002). Dans un second temps, trois campagnes de fouilles ont permis la mise au jour de cinq autres maisonnées et de deux dépotoirs supplémentaires (figure 7). Un total de 462 m2 a ainsi été fouillé, ce qui correspond à environ 8 % du cœur du village (Chapdelaine, 2015a). La couverture des maisons-longues #5 et #6 est cependant trop incomplète pour que ces maisonnées soient considérées représentatives et elles seront exclues des discussions.

Figure 7 - Localisation des six maisons-longues et les limites des terrasses sur le site Mailhot-Curran.

Figure 7 - Localisation des six maisons-longues et les limites des terrasses sur le site Mailhot-Curran.

4 - Analyse spatiale des maisons-longues #1, #2, #3 et #4

13Il est opportun de poser les mêmes questions formulées pour les maisonnées du site Droulers aux données céramiques provenant des quatre maisons-longues retenues pour l’étude du site Mailhot-Curran. La production céramique des maisons #1 à #4 est-elle suffisamment comparable pour appuyer l’hypothèse que les quatre maisonnées appartiennent à un même clan ou bien si les différences sont significatives pour appuyer la présence d’au moins deux clans ? La partie centrale de ces quatre habitations a-t-elle la densité en témoins culturels la plus élevée, indiquant la place des aînés dans ces habitations occupées à l’année ? Le style emblématique des Iroquoiennes du Saint-Laurent est-il partagé par les différentes cellules familiales de chaque maisonnée ou bien si ce type de poterie est réservé à quelques maisonnées ?

14Pour répondre à la question sur la densité et la répartition des vestiges à l’intérieur des maisonnées, nous offrons ici le cas de la maison #2 considérée la plus riche, la plus longue avec cinq foyers et un dépotoir lui étant associé (figure 8). L’allée centrale dominée par les foyers constitue la zone la plus riche en vestiges et la zone comprise entre le foyer central et l’aire de combustion à l’ouest est certes la plus dense, confirmant d’une certaine façon la prédominance de ce secteur central et de l’importance des aînés. Il faut toutefois souligner que les familles occupant le foyer le plus à l’est ont également produit de nombreux déchets. Une analyse des distributions spatiales des vases avec et sans parement est disponible ailleurs (Chapdelaine, 2015b) et nous reproduisons ici la distribution des vases avec parement de la maison-longue #2 (figure 9). Les nombreux remontages des unités de vase permettent de constater les liens unissant les différentes aires familiales autour des foyers en plus de confirmer la responsabilité des habitants de cette structure résidentielle dans l’accumulation des déchets dans le dépotoir au nord-ouest. En outre, un certain déséquilibre est à noter entre les moitiés nord et sud le long de l’axe central des foyers. Cette impression pourrait suggérer une absence de familles au nord des foyers ou un nettoyage plus efficace des fragments de poterie. Cette distribution témoigne d’une part de la difficulté de bien documenter les différentes aires familiales en l’absence d’une distribution uniforme et, d’autre part, de trouver une explication potentielle à ces écarts dans la distribution des vestiges à l’intérieur de l’habitat.

Figure 8 - La densité des vestiges culturels dans la maison-longue #2 du site Mailhot-Curran.

Figure 8 - La densité des vestiges culturels dans la maison-longue #2 du site Mailhot-Curran.

Figure 9 - La distribution des vases avec parement dans la maison-longue #2 et dans le dépotoir nord-ouest.

Figure 9 - La distribution des vases avec parement dans la maison-longue #2 et dans le dépotoir nord-ouest.

Les triangles correspondent à la provenance d’un fragment, les lignes sont les liens entre des fragments d’un même vase et le chiffre indique le numéro d’analyse du vase.

15Une comparaison systématique des unités de vase trouvées dans les maisons-longues #1 à #4 a permis de proposer avec une certaine assurance des différences comportementales entre les occupants des terrasses #2 et #3 associées à la partie sud du village des habitations de la terrasse #4 associée à la partie nord (voir figure 7). Ce village particulier érigé sur trois étroites terrasses semble se conformer à une organisation interne dictée par l’orientation des terrasses et la proximité de certaines. Les maisons-longues #1 et #2 sont proches et elles font partie de la moitié sud du site tandis que les maisons #3 et #4 appartiennent à la moitié nord. Plusieurs attributs stylistiques ont été sélectionnés à divers degrés chez les potières de ces différentes maisonnées pour proposer leur affectation à des clans différents, une proposition qui demeure précaire étant donné le partage de plusieurs attributs. C’est donc en privilégiant les différences au détriment des ressemblances que nous divisons ici nos quatre maisonnées en deux clans distincts (tableau 1). Parmi les comportements ou les choix stylistiques discordants des potières de la moitié nord du site, mentionnons un pourcentage moindre de vases avec un parement haut, la faible présence des vases ornés de ponctuations à roseau, la quasi absence des motifs en échelle, et une forte présence de vases d’influence huronne. Il y a aussi d’autres différences subtiles sur la propension des potières des maisons-longues #3 et #4 à se distinguer des potières de la moitié sud du village quand vient le temps de décorer les différents registres des vases avec parement (Woods et al., 2015 : 178). À la lumière de la découverte d’une seule pipe à effigie de type zoomorphe, probablement un loup (figure 10), nous sommes tentés d’inférer que le clan du loup occupait la moitié sud du village et que nous devrons attendre la découverte d’un indice comparable pour assigner un nom de clan aux membres des maisons #3 et #4.

Tableau 1 - Comparaison de certains attributs morpho-stylistiques des vases avec parement des maisons-longues #1 à #4 du site Mailhot-Curran.

Tableau 1 - Comparaison de certains attributs morpho-stylistiques des vases avec parement des maisons-longues #1 à #4 du site Mailhot-Curran.

* Toutes les unités d’analyses non comptabilisées ayant cet attribut proviennent de la moitié sud du site, ce qui inclut les maisons-longues #5 et #6, les dépotoirs nord-ouest, centre-ouest, sud-ouest ainsi que la zone au nord de la maison-longue #1.

Figure 10 - Une pipe à effigie animale, probablement un loup, du site Mailhot-Curran.

Figure 10 - Une pipe à effigie animale, probablement un loup, du site Mailhot-Curran.

16Quant à la dernière question sur le style emblématique des Iroquoiennes du Saint-Laurent, il ne faut pas perdre de vue que seulement 15 % de la poterie analysée correspond à cette catégorie dont la définition revient à décrire un vase à parement d’une hauteur d’au moins 30 mm décoré d’un motif complexe sur lequel le bord est souvent crestellé (figure 6). Il faut ajouter l’insertion de lignes courtes parallèles rappelant une échelle et ou un motif réalisé à l’aide de ponctuations au roseau. Le motif en forme d’épi de maïs est peut-être le plus distinctif de ce style emblématique des Iroquoiennes du Saint-Laurent, mais il est rare sur Mailhot-Curran – seulement deux vases – et il est absent sur le site Droulers. Les deux vases décorés du motif en forme d’épi de maïs proviennent de la moitié sud du village. Même si les 3/4 des vases identifiés au style emblématique se trouvent dans la partie sud du village, il est aussi présent dans les maisons-longues #3 et #4. Il y a donc partage de ce style à l’échelle du site Mailhot-Curran, mais il est très inégal.

5 - Discussion

17Malgré la différence de taille des villages Droulers et Mailhot-Curran, nous considérons qu’il sera toujours avantageux de les comparer systématiquement une fois que les données du site Droulers seront disponibles. La question de pouvoir identifier des clans à l’aide de la poterie est intimement liée à la qualité des échantillons et à leur représentativité respective. Il faut toutefois accepter qu’il y a de sérieuses limites à cet exercice (Wright, 2006). Les activités réalisées par les potières à l’aide de cette poterie pouvaient se faire à l’intérieur comme à l’extérieur des maisons selon les saisons. La gestion des vases cassés pouvait varier selon les familles ou les maisonnées. Il y a également le remontage des vases et leur emplacement sur le sol de l’habitat. Le remontage est comparable sur les deux sites à l’étude, mais il faut souligner que le site Droulers a été essouché et labouré au XXe siècle, ce qui a perturbé la position horizontale et verticale des fragments de poterie. La position exacte des vases sur Mailhot-Curran a été affectée par les agents naturels, autant les animaux fouisseurs que les chablis, ce qui implique aussi des déplacements quoique moins importants que ceux ayant affecté les vases du site Droulers.

18Sur la question des clans, nous pensons que plus un village est composé d’une population nombreuse, à savoir 400 à 600 individus, la présence de plusieurs clans s’impose. Pour un village occupé par 200 individus comme à Mailhot-Curran, la possibilité de se trouver devant une population homogène appartenant à un seul clan est tout aussi plausible que celle d’au moins deux clans. La position et l’orientation des maisons-longues à l’échelle du village sont deux indices mentionnés par les chercheurs pour proposer la présence de plusieurs clans. C’est la combinaison des différences stylistiques et la position des maisons sur les trois terrasses qui ont servi ici à proposer l’existence de deux clans sur Mailhot-Curran.

19Plusieurs facteurs rendent la tâche ardue d’identifier les maisons-longues sur les sites Droulers et Mailhot-Curran, réduisant ainsi la portée de l’archéologie de la maisonnée et les attentes pour renouveler l’archéologie sociale des Iroquoiens. Il faut souligner en premier lieu que l’archéologie de la maisonnée iroquoienne sans l’aide des traces de piquets est un sérieux handicap. Il est impossible de connaître le périmètre de l’habitat. La longueur de la maison-longue est évaluée en fonction de la baisse de densité des vestiges sans pouvoir identifier l’existence du cubicule aux extrémités. La largeur pose également problème ainsi que la présence de banquettes de couchage le long des deux murs latéraux (figure 11).

Figure 11 - Représentation de l’intérieur d’une maison-longue iroquoienne indiquant l’espacement des foyers et la position des banquettes de couchage le long des murs latéraux.

Figure 11 - Représentation de l’intérieur d’une maison-longue iroquoienne indiquant l’espacement des foyers et la position des banquettes de couchage le long des murs latéraux.

Clermont, Chapdelaine 1986, dessin: Guy Lapointe

20La relation particulière entre l’archéologie iroquoienne et les données ethnohistoriques représente un second aspect problématique. Il faut s’inspirer du modèle historique construit à partir de ces données ethnohistoriques sans toutefois se contenter de le valider. Il y a ainsi un problème dans la problématique de recherche si l’archéologie essaie seulement de valider le modèle historique ou de minimiser les différences qui pourraient remettre en question certains éléments ou comportements. En outre, plus on s’éloigne de la période du contact, plus il faut développer un modèle ou un cadre de référence reposant essentiellement sur des données archéologiques.

21Un autre aspect qui ajoute à la difficulté d’appliquer l’approche de la maisonnée aux Iroquoiens est l’intégrité des vestiges et les comportements des occupants face aux déchets créés. Toutefois, il ne faut pas négliger le fait que la majorité des sites iroquoiens sont à occupation unique, éliminant les mélanges et réduisant la stratigraphie à une seule couche. Dans ce contexte particulier, la nécessité de fouiller le plus complètement les habitations à notre disposition demeure une étape incontournable pour espérer reconstituer l’histoire de ses occupants.

22Dans cette discussion sur les limites de l’archéologie de la maisonnée iroquoienne, le dernier aspect que nous désirons soulever porte sur la notion d’échelle. Que peut-on soutirer comme information suite à la fouille minutieuse de l’intérieur des habitations et à l’obtention d’une très grande représentativité des vestiges culturels ? Étant donné que la production matérielle peut être utile pour aborder l’identité iroquoienne, à quelle échelle pouvons-nous réellement prétendre contribuer en analysant et comparant les vases décorés ou les pipes ? Un Iroquoien s’identifie d’abord à sa famille et au lignage de sa mère. Aux yeux de sa communauté, son appartenance à une maison-longue est indéniable mais sa deuxième identité sera celle de son clan qui est celui de sa mère. Dans une maison-longue, les femmes sont apparentées et par conséquent elles appartiennent toutes au même clan. Une collection homogène de vases décorés indiquerait sans détour que les femmes sont apparentées et qu’elles appartiennent au même clan. Deux maisons-longues seraient considérées comme appartenant au même clan si les productions céramiques sont relativement semblables. Des différences céramiques significatives entre deux habitations permettraient alors de considérer l’existence de deux clans. À ce jeu des échelles, il faut aussi mentionner que la coexistence de ces clans dans un même village pendant une dizaine d’années et la relocalisation de cette même communauté dans un deuxième village produira des tendances rendant plus homogènes les productions matérielles des maisons-longues. Une identité villageoise pourrait alors diminuer les différences originales stimulées par les appartenances claniques. L’analyse et l’interprétation des vestiges céramiques prennent alors une tournure plus complexe et l’interprétation des différences plus ardues.

23La dernière échelle est celle voulant comparer les productions céramiques de deux villages d’une même région. Il est alors possible de comparer les productions en utilisant les effectifs de chaque village ou encore de procéder à une comparaison entre les maisonnées des deux villages. C’est à l’échelle de la maisonnée que nous espérons trouver des réponses à nos questions régionales et en particulier celui de l’ethnogenèse de nos communautés. Dans ce laboratoire d’archéologie sociale qu’est la région de Saint-Anicet, il sera possible de mesurer les différences et les ressemblances entre les habitants de chaque maisonnée des deux sites pour espérer répondre à la question suivante : quel segment de la population du site Droulers est allé construire le village de Mailhot-Curran ? En d’autres termes, quand la population de Droulers décide de se relocaliser ailleurs après une occupation semi-permanente d’une durée variant entre 10 et 15 ans, a-t-elle reconstruit un nouveau site Droulers à moins d’une journée de marche ou bien s’est-elle scindée en deux ou trois plus petites communautés dont une deviendra celle de Mailhot-Curran ? Pour l’instant, le site Droulers étant le seul gros site villageois connu, nous ne pouvons pas exclure la première possibilité. En outre, le site Mailhot-Curran étant plus récent que Droulers, il est difficile de statuer sur l’écart temporel entre les deux. Mailhot-Curran a pu être occupé immédiatement après la dissolution de la communauté de Droulers. Toutefois, les écarts stylistiques entre les deux sites semblent plutôt favoriser un écart pouvant correspondre à l’occupation d’un ou deux villages entre les deux sites. Cette question sur l’ethnogenèse pose le problème de la chronologie des deux sites, un sujet que nous avons débattu ailleurs (Chapdelaine, Woods, 2015 ; Chapdelaine, 2013). Malgré la possibilité d’utiliser plusieurs méthodes éprouvées telles que la typologie céramique et la datation radiométrique, et de recourir davantage à la luminescence optique sur les poteries (Forget-Brisson et al., 2015), le problème est de se rapprocher des occupations ethnographiques d’une durée inférieure à 20 ans, une résolution que ces méthodes ne peuvent pas atteindre.

Conclusion

24L’étude d’une communauté iroquoienne ne peut pas se faire en isolement et c’est pourquoi le regroupement de villages iroquoiens de Saint-Anicet constitue un précieux laboratoire pour intégrer des données de plusieurs communautés interreliées dans l’espace et le temps. C’est la trajectoire historique d’un groupe d’agriculteurs iroquoiens que nous essayons de reconstituer à l’aide d’un projet étalé sur presque 10 ans. En plus d’espérer identifier des clans et de mieux comprendre les liens entre les villages, toute la question de l’ethnogenèse des villages appartenant à ce même territoire pourrait être étudiée à une échelle de plus en plus fine et détaillée avec l’étude micro-stylistique de la poterie et l’examen de l’ensemble des vestiges matériels. Notre objectif est de questionner les données archéologiques en fonction d’une maisonnée pouvant refléter les inégalités sociales sur les plans économique, social, politique et idéologique. Les Iroquoiens forment-ils une société égalitaire dans laquelle les chefs n’ont pas le droit d’accumuler des biens matériels ? Le concept de société "transégalitaire" de Brian Hayden (1995) est ici utile pour étudier la transition entre les sociétés égalitaires et celles qui se transforment graduellement en sociétés favorisant une hiérarchisation de ses membres. Notre but ici n’est pas d’examiner les maisonnées et les communautés villageoises iroquoiennes avec l’objectif de vérifier à quel point les Iroquoiens étaient proches de devenir des chefferies (Noble, 1985), mais plutôt de faire valoir la complexité du système adaptatif iroquoien. Dans l’univers culturel des Iroquoiens, le nombre de chefs et la division sexuelle du travail sont des attributs d’une société tribale ou clanique fort développée qui avait maintenu au XVIIe siècle un caractère encore égalitaire (Trigger, 1990). Aussi, nous espérons humblement jeter les bases d’une archéologie sociale du regroupement iroquoien de Saint-Anicet et d’évaluer leur originalité culturelle face à l’ensemble de l’Iroquoisie laurentienne.

Haut de page

Bibliographie

Birch J., 2008 - Rethinking the Archaeological Application of Iroquoian Kinship, Canadian Journal of Archaeology, 32 (2), 194-213.

Birch J., Williamson R., 2015 - Navigating Ancestral Landscapes in the Northern Iroquoian World, Journal of Anthropological Archaeology, 39, 139-150.

Canuto M. A., Yaeger J. (eds.), 2000 - The Archaeology of Communities: A New World Perspective, New York, Routledge.

Carballo D. M., 2011 - Advances in the Household Archaeology of Highland Mesoamerica, Journal of Archaeological Research, 19, 133-189.

Chapdelaine C., 1989 – Le site Mandeville à Tracy. Variabilité culturelle des Iroquoiens du Saint-Laurent, Montréal, Recherches amérindiennes au Québec.

Chapdelaine C., 1998 - Un espace économique des Iroquoiens de la région de Québec: un modèle pour l’emplacement des villages semi-permanents, in Tremblay R. (dir.), L’éveilleur et l’ambassadeur. Essais archéologiques et ethnohistoriques en hommage à Charles A. Martijn, Montréal, Recherches amérindiennes au Québec (Paléo-Québec, 27), 81-89.

Chapdelaine C., 2010 - Le site Droulers/Tsiionhiakwatha : fouille de la maison-longue no 1, juillet-août 2010, Rapport soumis au ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine, Québec.

Chapdelaine C., 2012 - Le site Droulers/Tsiionhiakwatha : deuxième campagne de fouilles, août et septembre 2011, Rapport soumis au ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine, Québec.

Chapdelaine C., 2013 - Quelle est la position chronologique du site iroquoien Droulers-Tsiionhiakwatha ?, Association des archéologues du Québec, Archéologiques, 26, 1-24.

Chapdelaine C. (dir.), 2015a - Mailhot-Curran, un village iroquoien du Saint-Laurent du XVIe siècle, Montréal, Recherches amérindiennes au Québec (Paléo-Québec, 35).

Chapdelaine C., 2015b - L’analyse spatiale et le tissu social des maisonnées, in Chapdelaine C. (dir.), Mailhot-Curran, un village iroquoien du XVIe siècle, Montréal, Recherches amérindiennes au Québec (Paléo-Québec, 35), 389-408.

Chapdelaine C., Woods A., 2015 - La position culturelle du site Mailhot-Curran, in Chapdelaine C. (dir.), Mailhot-Curran, un village iroquoien du XVIe siècle, Montréal, Recherches amérindiennes au Québec (Paléo-Québec, 35), 355-373.

Clermont N., Chapdelaine C., 1986 - L’univers culturel des Iroquoiens, Montréal, Recherches amérindiennes au Québec.

Clermont N., Chapdelaine C., Barré G., 1983 - Le site iroquoien de Lanoraie, témoignage d’une maison-longue, Montréal, Recherches amérindiennes au Québec.

Clermont N., Gagné M., 2004 - People of the Drumlins, in Wright J. V., Pilon J.-L. (eds.), A Passion for the Past: Papers in Honour of James F. Pendergast, Gatineau, Québec, Canadian Museum of Civilization (Collection Mercure, Archaeology Paper, 164), 77-86.

Deetz J., 1968 - The Inference of Residence and descent Rules from Archaeological Data, in Binford L. R., Binford S. (eds.), New Perspectives in Archaeology, Chicago, Aldine, 41-48.

Dodd C., 1984 - Ontario Iroquois Tradition Longhouses, Ottawa, National Museum of Man (Collection Mercure, 124).

Douglass J. G., Gonlin N., 2012 - Ancient Households of the Americas: Conceptualizing What Households Do, Boulder, Colorado, University Press of Colorado.

Finlayson W. D., 1985 - The 1975 and 1978 Rescue Excavations at the Draper Site: Introduction and Settlement Patterns, Gatineau, Musée canadien des civilisations (Collection Mercure, 130).

Forget-Brisson L., Lamothe M., Huot S., Hardy F., Chapdelaine C., 2015 - La datation par luminescence optique (IRSL) de l’occupation du site Mailhot-Curran, Saint-Anicet (Québec), in Chapdelaine C. (dir.), Mailhot-Curran, un village iroquoien du XVIe siècle, Montréal, Recherches amérindiennes au Québec (Paléo-Québec, 35), 375-388.

Gagné M., 2002 - L’occupation villageoise iroquoienne dans la région de Saint-Anicet M.R.C. du Haut Saint-Laurent (2001) : fouille du site Mailhot-Curran (BgFn-2), Ministère de la Culture et des Communications et MRC du Haut Saint-Laurent.

Girouard L., 1975 - Station 2, Pointe aux Buissons, Ministère des Affaires culturelles du Québec, Les cahiers du Patrimoine, 2.

Gillespie S., Joyce R., 2000 - Beyond Kinship: Social and Material Reproduction in House Societies, Philadelphia, University of Pennsylvania Press.

Hayden B., 1995 - Pathways to Power: Principles for Creating Socioeconomics Inequalities, in Price T. D., Feinman G. M. (eds.), Foundations of Social Inequality, New York, Plenum Press, 15-86.

Hill J. N., 1977 - Individual Variability in Ceramics and the Study of Prehistoric Social Organization, in Hill J. N., Gunn J. (eds.), The Individual in Prehistory, New York, Academic Press, 55-108.

Kapches M., 2007 - The Iroquoian Longhouse: Architectural and Cultural Identity, in Kerber J. E. (ed.), Archaeology of the Iroquois, Syracuse University Press, 174-188.

Knight D., 1987 - Settlement Patterns at the Ball Site: A 17th Century Huron Village, Archaeology of Eastern North America, 15, 177-188.

Longacre W. A., 1970 - Reconstructing Prehistoric Pueblo Societies, Albuquerque, University of New Mexico Press.

Martelle H. A., 2002 - Huron Potters and Archaeological Constructs: Researching Ceramic Micro-Stylistics, Unpublished PhD Dissertation, Toronto, University of Toronto.

Nash D. J., 2009 - Household Archaeology in the Andes, Journal of Archaeological Research, 17 (3), 205-261.

Netting R. McC., Wilk R. R:, Arnould E. J. (eds.), 1984 - Households: Comparative and Historical Studies of the Domestic Group, Berkeley, California, University of California Press.

Noble W. C., 1985 - Tshouharissen’s Chiefdom: An Early Historic 17th Century Neutral Ranked Society, Canadian Journal of Archaeology, 9, 131-146.

Pendergast J. F., 1966 - The Berry site, Contributions to Anthropology. 1963-64 (part 2), National Museum of Canada, Bulletin, 206, 26-53.

Pendergast J. F., 1990 - Emerging Saint Lawrence Iroquoian Settlement Patterns, Man in the Northeast, 40, 17-30.

Perreault C., 2014 - Conservatisme et innovation chez les potières iroquoiennes du site Droulers-Tsiionhiakwatha, Mémoire de Maitrise, Département d’anthropologie, Université de Montréal.

Plog S., 1980 - Stylistic Variation in Prehistoric Ceramics, Design Analysis in the American Southwest, Cambridge, Cambridge University Press.

Plourde M., 2012 - L’exploitation du phoque à l’embouchure du Saguenay par les Iroquoiens de 1000 à 1534, Gatineau, Musée canadien des civilisations (Collection Mercure, 171).

Pluckhahn T. J., 2010 - Household Archaeology in the Southeastern United States: History, Trends, and Challenges, Journal of Archaeological Research, 18 (4), 331-385.

Robin C., 2003 - New Directions in Classic Maya Household Archaeology, Journal of Archaeological Research, 11 (4), 307-356.

Santley R. S., Hirth K. G., 1993 - Prehistoric Domestic Units in Western Mesoamerica: Studies of the Household, Compound, and Residence, Boca Raton, Florida, CRC Press.

Snow D. R., 2012 - Iroquoian Households: A Mohawk Longhouse at Otstungo, New York, in Douglass J. G., Gonlin N. (eds.), Ancient Households of the Americas: Conceptualizing What Households Do, Boulder, Colorado, University Press of Colorado, 117-139.

Tremblay R., 2006 - Les Iroquoiens du Saint-Laurent, peuple du maïs, Montréal, Pointe-à-Callière, Musée d’archéologie et d’histoire de Montréal et Les Éditions de l’Homme.

Trigger B. G., Pendergast J. F., 1978 - Saint Lawrence Iroquoians, in Trigger B. G. (ed.), Northeast, Washington DC, Smithsonian Institution (Handbook of North American Indians, 15), 357-361.

Trigger B. G., 1990 - Maintaining Economic Equality in Opposition to Complexity: An Iroquoian Case Study, in Upham S. (ed.), The Evolution of Political Systems: Sociopolitics in Small-Scale Sedentary Societies, Cambridge, Cambridge University Press (School of American Research, Advanced Seminar Series), 119-145.

Warrick G., 1996 - Evolution of the Iroquoian Longhouse, in Coupland G., Manning E. B. (eds.), People Who Lived in Big Houses, Prehistory Press (Monographs in World Archaeology, 27), 11-26.

Wilk R. R., Rathje W. L., 1982 - Household Archaeology, American Behavioral Scientist, 25 (6), 617-640.

Wilk R. R., Ashmore W. (eds.), 1988 - Household and Community in the Mesoamerican Past, Albuquerque, University of New Mexico.

Woods A., Le Moine J. B., Chapdelaine C., 2015 - La poterie domestique et autres témoins céramiques, in Chapdelaine C. (dir.), Mailhot-Curran, un village iroquoien du XVIe siècle, Montréal, Recherches amérindiennes au Québec (Paléo-Québec, 35), 143-186.

Wright J. V., 1974 - The Nodwell Site, Ottawa, National Museum of Canada (Collection Mercure, 22).

Wright J. V., 2006 - Ceramic Vessels of the Wendat Confederacy: Indicators of Tribal Affiliation or Mobile Clans?, Canadian journal of Archaeology, 30, 40-72.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Les regroupements de sites de la Laurentie iroquoienne.
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/425/img-1.png
Fichier image/png, 270k
Titre Figure 2 - Localisation des sites iroquoiens de la région de Saint-Anicet et les quatre villages : Berry, McDonald, Droulers et Mailhot-Currran ; les autres sites sont des camps spécialisés.
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/425/img-2.png
Fichier image/png, 304k
Titre Figure 3 - Le site Droulers, les trois maisons-longues confirmées et les autres habitations hypothétiques ainsi que la position du centre d’interprétation.
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/425/img-3.png
Fichier image/png, 266k
Titre Figure 4 - La délimitation hypothétique des maisons-longues #1 et #2 du site Droulers et la distribution des foyers, des fosses, des structures statistiques et des traces de piquet.
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/425/img-4.png
Fichier image/png, 161k
Titre Figure 5 - Dessin d’un vase iroquoien et des principales parties analysées (à gauche) ; dessin d’un vase typique des Iroquoiens du Saint-Laurent avec un parement haut, au bord crestellé et décoré d’empreintes obtenues à l’aide d’un roseau (à droite).
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/425/img-5.png
Fichier image/png, 638k
Titre Figure 6 - Vases emblématiques.
Légende Rangée du haut motif en épis de maïs du site Mailhot-Curran ; rangée du bas motif en échelle et deux bords avec des ponctuations au roseau du site Droulers.
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/425/img-6.png
Fichier image/png, 399k
Titre Figure 7 - Localisation des six maisons-longues et les limites des terrasses sur le site Mailhot-Curran.
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/425/img-7.png
Fichier image/png, 440k
Titre Figure 8 - La densité des vestiges culturels dans la maison-longue #2 du site Mailhot-Curran.
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/425/img-8.png
Fichier image/png, 426k
Titre Figure 9 - La distribution des vases avec parement dans la maison-longue #2 et dans le dépotoir nord-ouest.
Légende Les triangles correspondent à la provenance d’un fragment, les lignes sont les liens entre des fragments d’un même vase et le chiffre indique le numéro d’analyse du vase.
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/425/img-9.png
Fichier image/png, 224k
Titre Tableau 1 - Comparaison de certains attributs morpho-stylistiques des vases avec parement des maisons-longues #1 à #4 du site Mailhot-Curran.
Légende * Toutes les unités d’analyses non comptabilisées ayant cet attribut proviennent de la moitié sud du site, ce qui inclut les maisons-longues #5 et #6, les dépotoirs nord-ouest, centre-ouest, sud-ouest ainsi que la zone au nord de la maison-longue #1.
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/425/img-10.png
Fichier image/png, 107k
Titre Figure 10 - Une pipe à effigie animale, probablement un loup, du site Mailhot-Curran.
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/425/img-11.png
Fichier image/png, 198k
Titre Figure 11 - Représentation de l’intérieur d’une maison-longue iroquoienne indiquant l’espacement des foyers et la position des banquettes de couchage le long des murs latéraux.
Crédits Clermont, Chapdelaine 1986, dessin: Guy Lapointe
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/425/img-12.png
Fichier image/png, 1,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Chapdelaine, « Pour une archéologie sociale sur les sites de Droulers/Tsiionhiakwatha et Mailhot-Curran »Palethnologie [En ligne], 8 | 2016, mis en ligne le 29 décembre 2016, consulté le 05 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/palethnologie/425 ; DOI : https://doi.org/10.4000/palethnologie.425

Haut de page

Auteur

Claude Chapdelaine

Université de Montréal
claude.chapdelaine[at]umontreal.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Palethnologie est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search