Skip to navigation – Site map

HomeIssues8La maisonnée dans les AmériquesL’étude des maisonnées iroquoienn...

La maisonnée dans les Amériques

L’étude des maisonnées iroquoiennes à travers l’analyse de leur industrie osseuse : le cas des Iroquoiens du Saint-Laurent de la région de Saint-Anicet, au Québec

Christian Gates St-Pierre, Marie-Ève Boisvert and Maude Chapdelaine
Translation(s):
Using Worked Bones to Study Iroquoian Households: The Case of the St. Lawrence Iroquoians from Saint-Anicet, Quebec [en]

Abstract

Les objets en os sont abondants sur les sites iroquoiens et sont généralement analysés dans une perspective typo-fonctionnelle. Cet article montre l'apport des objets en os à l’étude des maisonnées et de l’organisation sociale des Iroquoiens du Saint-Laurent par le biais d’analyses spatiales intra et intermaisonnées.

Top of page

Full text

Introduction

1Il est surprenant que les sites iroquoiens soient rarement analysés sous l’optique d’une archéologie de la maisonnée, alors qu’ils s’y prêtent pourtant fort bien. En effet, les villages iroquoiens contiennent toujours les vestiges de grandes habitations multifamiliales que sont les "maisons-longues". De plus, ces sites ne sont pratiquement jamais contaminés par des occupations antérieures ou ultérieures. Enfin, les sources ethnohistoriques et ethnographiques décrivant l’organisation sociale et spatiale des maisonnées iroquoiennes sont relativement nombreuses. Ce n’est donc pas faute de données si l’archéologie de la maisonnée iroquoienne n’est pas plus commune. C’est plus simplement le reflet d’une longue tradition d’analyse de l’occupation de l’espace à l’échelle du village tout entier, tradition s’inscrivant en partie dans la persistante foulée d’études sur les schèmes d’établissement (settlement patterns).

2Un deuxième constat s’impose en préalable à la présentation de nos données : celui de la rareté ou de la quasi-absence d’analyses technologiques des industries osseuses iroquoiennes (Gates St-Pierre, 2001, 2010). En effet, l’outillage en os iroquoien est généralement décrit ou analysé dans une perspective typo-fonctionnelle, parfois chronologique ou comparative (voir Beauchamp, 1902 ; Wray, 1963 ; McCullough, 1987 ; Jamieson, 1993 ; Thomas, 1998 ; Berg, Bursey, 2000 ; Cowin, 2000 ; Weisshunh, 2004 ; Williamson, Veilleux, 2005 ; Walker, 2007). Les débris de production sont presque toujours ignorés et les analyses tracéologiques sont elles aussi très rares (Gates St-Pierre, 2007; Gates St-Pierre, Boisvert, 2015). Pas étonnant, dans ce contexte, qu’aucune analyse de la maisonnée iroquoienne intégrant les données des industries osseuses n’ait été produite auparavant. Tout reste à faire, mais la présente étude constitue un premier pas dans cette direction, grâce au cas particulier des Iroquoiens de Saint-Anicet.

1 - Les Iroquoiens du Saint-Laurent et la région de Saint-Anicet

3Les Iroquoiens du Saint-Laurent constituaient l’une des nombreuses nations de langue et de culture iroquoiennes du Nord-Est américain. Leur subsistance était assurée par la culture du maïs, de la courge et des haricots, complétée par les produits de la pêche et de la chasse et, plus accessoirement, par la cueillette de plantes, noix et fruits sauvages. Ces horticulteurs sédentaires vivaient dans des villages semi-permanents, relocalisés après deux ou trois décennies, et comprenant un nombre variable de maisons-longues. Ces dernières constituaient de grandes habitations multifamiliales regroupant des familles apparentées selon le lignage de la mère : ils étaient ainsi matrilinéaires et matrilocaux.

4Avant la disparition énigmatique des Iroquoiens du Saint-Laurent, vers la fin du XVIe siècle, leur territoire couvrait l’ensemble de la vallée du Saint-Laurent, entre le lac Ontario et l’estuaire du fleuve, avec une extension vers le lac Champlain (figure 1). Ce vaste territoire peut être découpé en un certain nombre de provinces (C. Chapdelaine, 1989, 1990, 1995, 2015a ; Tremblay, 2006). L’une d’elles, la province de Hochelaga, était centrée sur la région actuelle de l’île de Montréal. C’est au sein de cette grande province que se trouve la région de Saint-Anicet, où fut découverte une concentration de villages iroquoiens constituée des sites Berry, Droulers, McDonald et Mailhot-Curran (voir Clermont, Gagné, 2004). Notre présentation se limitera aux deux derniers, car les données du site Berry, fouillé sommairement il y a plusieurs décennies (Pendergast, 1996), sont insuffisantes, tandis que celles du site Droulers, toujours en cours de fouille, seront présentées ultérieurement.

Figure 1 - Localisation générale des sites mentionnés dans le texte.

Figure 1 - Localisation générale des sites mentionnés dans le texte.

2 - La maisonnée iroquoienne

5Concept en quelque sorte alternatif à ceux de famille et de parenté (Wilk, Rathje, 1982 : 618), la maisonnée désigne l’unité minimale de socialisation, de production et de reproduction socio-économique, formée des membres d’une même famille vivant sous un même toit (corésidence). Cette définition implique qu’une maisonnée est aussi un lieu de partage d’activités et de prises de décisions. Pour l’archéologue, c’est par le biais de l’habitat que ce concept ethnographique se matérialise et s’opérationnalise. L’habitat et ses habitants se combinent et s’entremêlent ainsi dans une relation "mutuellement constitutive" (Birdwell-Pheasant, Lawrence-Zúñiga, 1999 : 4) ; la compréhension de la maisonnée iroquoienne passe alors nécessairement par la documentation et l’analyse de l’habitat.

6Les données ethnohistoriques et ethnographiques permettent de reconstituer la maisonnée iroquoienne type au moment du contact avec les premiers Européens, vers les XVIe et XVIIe siècles. Cette maisonnée comprend les familles apparentées par le lignage de la mère, et les lignages partageant un ancêtre commun forment un clan. Ainsi, une maison-longue renferme toujours des familles appartenant à un même lignage et à un même clan, mais ceux-ci peuvent se répartir entre plusieurs maisons-longues. Ces dernières sont divisées en compartiments pouvant être séparés par des cloisons et comprenant un foyer central, utilisé par deux familles nucléaires réparties de chaque côté (figure 2). Chacune des maisons-longues est dirigée par une matrone, généralement l’aînée de la maisonnée, occupant le compartiment central. Il y a donc une définition restreinte de la maisonnée, qui désigne une unité minimale de coopération familiale, et une définition élargie, incluant toutes les familles apparentées et logeant sous un même toit, celui de la maison-longue.

Figure 2 - Schématisation des divisions intérieures d’une maison-longue iroquoienne.

Figure 2 - Schématisation des divisions intérieures d’une maison-longue iroquoienne.

modifié, d’après Chapdelaine, 2015d

7On constate à nouveau l’imbrication de l’unité ethnographique (la maisonnée) avec sa matérialité (la maison-longue), autorisant même l’archéologue américain Dean Snow (2012 : 118) à utiliser le néologisme longhousehold ("maisonnée-longue"). Il faut toutefois éviter le piège qui consisterait à établir une synonymie complète entre les deux concepts. Il faut également souligner que les rares analyses comparatives de maisonnées iroquoiennes ont souvent montré la variabilité existant entre elles comme en leur sein même (Clermont et al., 1983 ; Allen, 1992 ; Michaud-Stutzman 2009 ; Timmins, 2009 ; Williams-Shuker, 2009 ; Snow, 2012 ; C. Chapdelaine, 2015d ; Rieth, ce volume), justifiant d’autant la poursuite d’une archéologie de la maisonnée iroquoienne.

8C’est donc en observant la distribution spatiale des outils en os et des déchets de fabrication, entre les maisons-longues comme en leur sein même, que nous tenterons de comprendre les maisonnées des villages iroquoiens de la région de Saint-Anicet. Nous présumerons alors que le mode d’organisation sociale observé à l’époque coloniale prévalait déjà quelques siècles plus tôt, en suivant le principe de l’approche historique directe (Steward, 1942).

3 - Le site McDonald

9Datant du milieu du XIVe siècle, le site McDonald est un village iroquoien composé d’un minimum de trois maisons-longues (Gagné, 1993, 2010). Chacune de ces habitations est associée à un dépotoir, c’est-à-dire une petite zone de rejets domestiques, en plus d’un dépotoir communautaire, plus grand. Un total de 383 objets en os ont été retrouvés sur ce site, généralement fragmentés, incluant des poinçons, des aiguilles, des ciseaux sur incisives de castors, des percuteurs en bois de cervidé, des pointes de projectiles, des têtes de harpons, des perles et pendentifs, des pièces du jeu de bilboquet ("cup-and-pin"), parmi plusieurs autres catégories d’objets (figure 3). La collection du site McDonald compte aussi 642 résidus de production variés: ébauches, préformes, retailles, éclats de percussion, etc. (figure 4).

Figure 3 - Quelques exemples d’objets en os provenant des collections des sites McDonald et Mailhot-Curran.

Figure 3 - Quelques exemples d’objets en os provenant des collections des sites McDonald et Mailhot-Curran.

Poinçons (1-10); objets pointus à fonction indéterminée – pointes de projectiles, poignards ou éplucheurs à maïs – (11-15) ; têtes de harpons (16-17) ; percuteur en bois de cervidé (18) ; pièces du jeu de bilboquet sur phalanges de cervidé (19-20) ; perles (21-22) ; ciseaux et racloirs sur incisives de castors (23-26) ; pointes de projectiles (27-28) ; aiguilles (29-31).

Figure 4 - Quelques exemples de déchets de fabrication d’outils en os provenant des collections des sites McDonald et Mailhot-Curran.

Figure 4 - Quelques exemples de déchets de fabrication d’outils en os provenant des collections des sites McDonald et Mailhot-Curran.

A : retailles longiformes ; B : ébauches et préformes ; C : éclats de percussion directe ; D : débris divers avec traces de coupe, de rainurage ou de raclage.

10Une analyse détaillée de la poterie du site McDonald avait montré la très grande homogénéité de la production céramique d’une maisonnée à l’autre, malgré quelques variations mineures (Lévesque, 2015). Qu’en est-il de l’industrie osseuse ? L’analyse de la distribution spatiale des restes de cette industrie révèle tout d’abord que les outils en os et les déchets de fabrication sont beaucoup plus abondants à l’intérieur des maisons-longues qu’à l’extérieur, incluant les dépotoirs (tableau 1). La fabrication et l’utilisation des objets en os se seraient donc essentiellement déroulées à l’intérieur des habitations, bien qu’il eût fallu une meilleure couverture des espaces extérieurs pour l’affirmer avec plus de certitude. On constate aussi qu’il y a partout plus de déchets que d’objets finis. Ainsi, le ratio d’outils en os pour chaque débris de fabrication varie entre 0,3 et 0,8 d’une maison-longue à l’autre, avec un ratio moyen de 0,6. C’est un résultat attendu, puisque les industries osseuses préhistoriques génèrent toujours plus de déchets que de produits finis, mais la régularité du phénomène d’une maisonnée à l’autre mérite tout de même d’être soulignée.

Tableau 1 - Répartition des outils en os et déchets de production entre les maisons-longues du site McDonald.

Tableau 1 - Répartition des outils en os et déchets de production entre les maisons-longues du site McDonald.

11Au-delà de ces grandes caractéristiques laissant une impression d’homogénéité généralisée se dessinent quelques variations intéressantes. Par exemple, il apparaît clair que les occupants de la maison-longue 2 ont produit beaucoup moins de témoins de l’industrie osseuse que ceux des deux autres maisons-longues. Certes, cette habitation est plus petite que les autres et devait donc abriter moins de familles, mais alors qu’elle n’est plus petite que d’un tiers comparativement aux dimensions des deux autres maisons-longues, elle renferme environ 80 % moins de vestiges osseux modifiés. Il y a là un écart qui n’est pas proportionnel à la taille des maisonnées concernées et qui doit plutôt s’expliquer par une plus grande intensité dans la fabrication et l’utilisation des objets en os dans les deux plus grandes maisons-longues.

12Observée à plus petite échelle encore, la distribution spatiale des objets en os et des déchets de fabrication montre qu’ils sont présents dans tous les compartiments des maisons-longues (figures 5-6). Il n’y a donc pas de famille, ni de maisonnée, qui n’en connaisse l’usage. De même, il ne semble pas y avoir eu de zone d’activité spécialisée, c’est-à-dire de concentration d’objets ou de débris pouvant indiquer la présence d’un atelier. Ces artefacts sont certes plus nombreux autour de certains foyers, zones d’activités domestiques plus intenses, mais cela ne permet aucunement d’y voir des ateliers spécialisés. Au contraire, tout se passe comme si chaque maisonnée comportait au moins un membre possédant les connaissances et l’expérience lui permettant de produire les objets en os requis par sa famille. Il s’agit donc d’un savoir technique socialement partagé, à l’instar des autres productions matérielles des Iroquoiens du Saint-Laurent.

Figure 5 - Distribution spatiale des déchets de fabrication d’outils en os sur le site McDonald.

Figure 5 - Distribution spatiale des déchets de fabrication d’outils en os sur le site McDonald.

Figure 6 - Distribution spatiale des outils en os sur le site McDonald.

Figure 6 - Distribution spatiale des outils en os sur le site McDonald.

13Les artefacts étudiés semblent par ailleurs se répartir en plus grands nombres dans les compartiments situés au sud de l’alignement de foyers de la maison-longue 1, ainsi qu’à l’ouest de l’alignement de foyers de la maison-longue 3. Il pourrait s’agir d’espaces privilégiés pour la fabrication et l’utilisation d’objets en os, et peut-être même de lieux d’activités masculines puisque historiquement ce sont les hommes qui fabriquaient la plupart des armes et des outils chez les Iroquoiens (voir Tooker, 1987 ; Tremblay, 2006). Toutefois, les femmes utilisaient aussi certains objets en os dans l’accomplissement de leurs tâches domestiques ; aiguilles et poinçons pour la production de vêtements et de filets de pêche, spatules et graveurs pour la fabrication des vases en céramique, éplucheurs à maïs et autres instruments de cuisine, sans parler des colliers, pendentifs et autres éléments d’ornement corporel ou vestimentaire. De plus, il faut rappeler que les véritables concentrations d’objets en os se trouvent en réalité autour des foyers, et que se sont ces derniers qui désignent les espaces réguliers de fabrication et d’utilisation des objets en os. La distribution spatiale des restes alimentaires (M. Chapdelaine, 2015) et de tessons de poterie (Lévesque, 2015) sur le même site confirme d’ailleurs cette tendance à l’accumulation de débris de toutes sortes à proximité des foyers.

14Par ailleurs, on ne note pas d’accumulations plus grandes d’artefacts en os autour du foyer occupant le compartiment central, normalement occupé par l’aînée de la maisonnée, peut-être aussi par les chefs de clans ou de villages (bien que ces derniers logeaient normalement dans une maison distincte). En fait, d’autres foyers sont tout aussi riches en vestiges osseux, voire plus riches encore. Cette donnée laisse comprendre que l’autorité et l’influence de l’aînée ou du chef ne semblent pas s’accompagner de l’usage ou de l’accumulation d’une plus grande quantité de biens matériels. Au contraire, les maisonnées du site McDonald semblent avoir maintenu la base communautaire et égalitaire caractérisant leur organisation sociale.

15Enfin, la maison-longue 2 se démarque à nouveau puisque les objets en os et débris de fabrication s’y distribuent de manière plus aléatoire et plus diffuse, sans former de concentrations quelconques. L’originalité de cette maisonnée a aussi été notée en ce qui concerne leur production céramique, laissant croire que le village dû être occupé par deux clans différents, l’un regroupant les familles des maisons-longues 1 et 3, l’autre étant limité aux familles réunies au sein de la maison-longue 2 (Lévesque, 2015). Il pourrait également s’agir de familles s’étant jointes plus tardivement aux premiers habitants du village et provenant d’une communauté plus éloignée et plus différenciée sur le plan culturel. M. Chapdelaine (2015) soulignait pour sa part la plus grande richesse écofactuelle du foyer central de la maison-longue 2, phénomène absent des autres maisonnées où les foyers renferment des quantités similaires d’écofacts.

16L’ensemble des données analysées témoigne ainsi de la relative hétérogénéité des productions matérielles et des comportements des membres des trois grandes maisonnées du site McDonald. Cette hétérogénéité ne se traduit cependant ni par une différentiation dans l’accumulation de biens matériels, ni par l’apparition d’artisans spécialisés.

4 - Le site Mailhot-Curran

17Le site Mailhot-Curran est un autre village iroquoien, occupé vers les années 1520-1530, pour sa part composé d’un minimum de six maisons-longues (C. Chapdelaine, 2015b, 2015c). Au moins trois dépotoirs ont été identifiés, bien qu’il soit moins aisé qu’au site McDonald de les associer précisément à l’une ou l’autre des maisonnées. L’analyse de la céramique du site Mailhot-Curran a conclu que les productions des potières des maisons-longues 3 et 4, situées dans la portion nord du site, sur une terrasse plus basse, se distinguent quelque peu des céramiques provenant des autres maisonnées (C. Chapdelaine, 2015d, ce volume). L’analyse de la distribution spatiale des restes osseux d’animaux semble aussi indiquer une légère démarcation des habitudes alimentaires des occupants de ces deux maisons-longues (St-Germain, Courtemanche 2015, ce volume). À l’instar de ce qui a été observé au site McDonald, il en avait alors été conclu que ces maisonnées devaient regrouper des familles arrivées plus tardivement et sans doute affiliées à un autre clan, distinct de ceux présents dans les quatre autres maisons-longues formant le noyau originel du village.

18Les témoins de l’industrie osseuse comptent 340 objets en os, complets ou fragmentés, de même que 433 débris de production. L’analyse spatiale de ces artefacts révèle en premier lieu que tant les objets en os que les déchets produits lors de leur fabrication se retrouvent dans toutes les maisons-longues (figures 7-8). Ces artefacts sont toutefois un peu plus nombreux dans les maisons-longues 3 et 4, bien qu’à cet égard les maisons-longues 5 et 6 ne permettent pas d’établir de comparaisons très approfondies puisqu’elles n’ont pas été fouillées aussi extensivement que les quatre autres, fournissant de plus petits assemblages (tableau 2). De plus, les principales concentrations se trouvent en réalité dans les dépotoirs, et non dans les maisons-longues, contrairement à la situation qui prévalait sur le site McDonald. Les habitants du site Mailhot-Curran auraient ainsi nettoyé leur espace de vie domestique plus régulièrement que ceux du site McDonald, ou alors ils se seraient plus souvent installés à l’extérieur des habitations, près des dépotoirs, pour fabriquer et utiliser leurs objets en os, suggérant une vie estivale plus intense qu’au site McDonald. Nous avions d’ailleurs évoqué la possibilité que les dépotoirs du site Mailhot-Curran aient d’abord correspondu à des zones d’activités spécialisées où l’accumulation progressive de déchets aurait ultimement mené au développement de dépotoirs attirant plus tard d’autres types de déchets, tels des tessons de céramique et des restes culinaires (Gates St-Pierre, Boisvert 2015 : 279-281) – c’est la logique de l’"effet dépotoir", ou "Arlo Guthrie trash-magnet effect", selon lequel les déchets attirent inévitablement d’autres déchets (Wilk, Schiffer, 1979).

Figure 7 - Distribution spatiale des déchets de fabrication d’outils en os sur le site Mailhot-Curran.

Figure 7 - Distribution spatiale des déchets de fabrication d’outils en os sur le site Mailhot-Curran.

Figure 8 - Distribution spatiale des outils en os sur le site Mailhot-Curran.

Figure 8 - Distribution spatiale des outils en os sur le site Mailhot-Curran.

Tableau 2 - Répartition des outils et déchets de production entre les maisons-longues du site Mailhot-Curran.

Tableau 2 - Répartition des outils et déchets de production entre les maisons-longues du site Mailhot-Curran.

19On remarque aussi que le ratio d’objets complets par débris de production varie sensiblement d’une maisonnée à l’autre, les maisons-longues 1 et 2 révélant une plus forte proportion d’objets en os que les quatre autres habitations. Du côté de la densité de vestiges osseux par mètre carré (combinant les objets finis et les débris de fabrication), on constate alors que les maisons-longues 3 et 4 se démarquent à nouveau avec des densités deux à trois fois plus élevées que dans les autres maisonnées. Ce sont aussi les maisonnées qui comptent le plus d’ébauches d’objets en os. Les activités de transformation des os semblent donc avoir été plus intenses ou plus fréquentes au sein de ces deux grandes maisonnées.

20Observons maintenant la distribution spatiale des témoins de l’industrie osseuse au sein même des maisonnées. Les mêmes figures 7 et 8 montrent que ces artefacts se concentrent autour des foyers et ne semblent pas plus abondants d’un côté ou de l’autre de l’alignement central que forment ces derniers. De plus, ce type de vestiges osseux est présent dans presque tous les compartiments, à quelques exceptions près. Ces rares espaces vides pourraient correspondre à des compartiments n’ayant pas ou peu été occupés puisqu’ils sont également pauvres en poterie (C. Chapdelaine, 2015d : 396). On observe également une très grande variabilité dans la distribution des vestiges osseux modifiés entre les compartiments (figure 9). Ainsi, le compartiment situé au nord du foyer central de la maison-longue 1, soit le compartiment 2 Nord, est le plus riche de cette maisonnée, tandis que dans la maison-longue 2 ce sont les compartiments situés aux deux extrémités de la maisonnée qui sont les plus riches. Au sein des maisons-longues 3, 4 et 5, les compartiments bordant les foyers de la moitié est contiennent le plus d’artefacts de ce genre. Enfin, la maison-longue 6 ne montre pas de concentration particulière, sans doute à cause du très petit nombre de témoins de l’industrie osseuse découverts dans cette habitation. Il n’y a donc pas de tendance généralisée vers une plus grande accumulation de restes osseux modifiés dans les espaces centraux, occupés par les aînées ou par les chefs de clans.

Figure 9 - Distribution des témoins de l’industrie osseuse (outils et déchets de fabrication) par compartiments et pour chacune des maisonnées du site Mailhot-Curran (N=389).

Figure 9 - Distribution des témoins de l’industrie osseuse (outils et déchets de fabrication) par compartiments et pour chacune des maisonnées du site Mailhot-Curran (N=389).

21En somme, les maisonnées du site Mailhot-Curran montrent une variabilité intermaisonnée certes présente, mais sans disparité majeure. De plus, se sont généralement les maisons-longues 3 et 4 qui se démarquent des autres, ce qui pourrait appuyer l’hypothèse d’une occupation de ces habitations par des familles de lignages plus éloignées, provenant peut-être d’un autre clan, ayant des habitudes quelque peu différentes dans leur façon de produire et d’utiliser des objets en os, tout en témoignant de leur appartenance à la même grande communauté des Iroquoiens du Saint-Laurent de la région de Saint-Anicet.

Conclusion

22L’analyse de la distribution spatiale des objets en os et des résidus de fabrication de ces objets sur les sites McDonald et Mailhot-Curran montre clairement la présence d’une variabilité modérée, suffisante pour rejeter le postulat de l’homogénéité. En effet, les modes de rejet ou d’abandon de ces vestiges osseux varient quelque peu d’une maisonnée à l’autre, mais aussi d’un village à l’autre. Cette variabilité permet même d’identifier des maisonnées possiblement constituées de familles iroquoiennes un peu plus éloignées sur le plan culturel.

23Mais au-delà de cette variabilité se trouvent aussi des généralités tout aussi significatives. Ainsi, nous avons pu établir que l’art de fabriquer des objets en os de toutes sortes n’est pas l’apanage de spécialistes, mais semble au contraire constituer un savoir répandu au sein de chaque maisonnée, peut-être même au sein de chaque famille nucléaire. De plus, ce savoir-faire socialement partagé est aussi exercé sans discrimination spatiale, puisqu’il ne s’accompagne pas de zones pouvant correspondre à des ateliers spécialisés – du moins nos analyses n’en ont pas révélé l’existence. En somme, nous ne décelons pas de traces de spécialisation comparables à celles que certains croient voir du côté des productions lithiques et céramiques chez d’autres groupes iroquoiens (Noble, 1978 ; Trigger, 1981 ; Martelle, 1999, 2002). De même, nous n’avons pas identifié de plus fortes concentrations autour des foyers centraux dans les différentes maisonnées étudiées, ce qui ne permet pas d’appuyer l’hypothèse d’une accumulation de biens plus importante dans ces espaces occupés par les doyennes des lignages matrilinéaires et peut-être aussi par les chefs civils ou militaires, nommés par les femmes, sans titre héréditaire et sans pouvoirs de coercition. Le mode d’occupation des maisons-longues, de même que l’absence d’artisans spécialisés et d’inégalités dans les conditions de vie matérielle, offrent l’image d’une organisation sociale résolument communautaire et égalitaire.

24Nos résultats suggèrent que les Iroquoiens du Saint-Laurent, du moins ceux de la grande communauté de Saint-Anicet, n’étaient pas en voie de devenir ce que les archéologues appellent une société complexe, et ce malgré les conditions favorables que constituent l’adoption de l’agriculture et de la sédentarité, l’accumulation de surplus horticoles, une démographie croissante et l’occurrence grandissante des conflits armés. En réalité, une véritable complexification sociale se serait peut-être amorcée quelques décennies plus tard, n’eût été l’arrivée des premiers Européens, rapidement suivie d’épisodes de guerres et d’épidémies, mettant un terme définitif à la trajectoire évolutive des Iroquoiens du Saint-Laurent.

Top of page

Bibliography

Allen K. M. S., 1992 - Iroquois Ceramic Production: A Case Study of Household-Level Organization, in Bey III G. J., Pool C. A. (eds.), Ceramic Production and Distribution: An Integrated Approach, Boulder (Colorado), Westview Press, 133-154.

Beauchamp W. M., 1902 - Horn and Bone Implements of the New York Indians, Bulletin of the New York State Museum, 50, 243-350.

Berg D. J., Bursey J. A., 2000 - The Worked Faunal Material from the Anderson Site: A Uren Village on the Lower Grand River, Ontario, Ontario Archaeology, 69, 7-18.

Birdwell-Pheasant D., Lawrence-Zúñiga D., 1999 - Introduction: Houses and Family in Europe, in Birdwell- Pheasant D., Lawrence-Zúñiga D. (eds.), House Life: Space, Place and Family in Europe, Oxford, Berg, 1-35.

Chapdelaine C., 1989 - Le site Mandeville à Tracy : Variabilité culturelle des Iroquoiens du Saint-Laurent, Montréal, Recherches amérindiennes au Québec (Signes des Amériques, 7), 295 p.

Chapdelaine C., 1990 - The Mandeville Site and the Definition of a New Regional Group within the Saint Lawrence Iroquoian World, Man in the Northeast, 39, 53-63.

Chapdelaine C., 1995 - Les Iroquoiens de l’est de la vallée du Saint-Laurent, in Balac A.-M., Chapdelaine C., Clermont N., Duguay F. (dir.), Archéologies québécoises, Montréal, Recherches amérindiennes au Québec (Paléo-Québec, 23), 161-184.

Chapdelaine C., 2015a - Le cadre culturel, in Chapdelaine C. (dir.), Mailhot-Curran : un village iroquoien du XVIe siècle, Montréal, Recherches amérindiennes au Québec (Paléo-Québec, 35), 49-68.

Chapdelaine C., 2015b - Description du site Mailhot-Curran : un village étalé sur de petites terrasses étroites coiffées d’un terreau caillouteux, in Chapdelaine C. (dir.), Mailhot-Curran : un village iroquoien du XVIe siècle, Montréal, Recherches amérindiennes au Québec (Paléo-Québec, 35), 107-142.

Chapdelaine C., 2015c - La datation radiométrique du site Mailhot-Curran, in Chapdelaine C. (dir.), Mailhot-Curran : un village iroquoien du XVIe siècle, Montréal, Recherches amérindiennes au Québec (Paléo-Québec, 35), 341-354.

Chapdelaine C., 2015d - L’analyse spatiale et le tissu social des maisonnées, in Chapdelaine C. (dir.), Mailhot-Curran : un village iroquoien du XVIe siècle, Montréal, Recherches amérindiennes au Québec (Paléo-Québec, 35), 389-408.

Chapdelaine M., 2015 - L’économie mixte des Iroquoiens du site McDonald : Distribution des classes animales par maisonnée, Communication présentée au 34e colloque annuel de l’Association des archéologues du Québec (AAQ), Château-Richer (Québec), 24 avril 2015.

Clermont N., Gagné M., 2004 - People of the Drumlins, in Wright J. V., Pilon J.-L. (eds.), A Passion for the Past: Papers in Honour of James F. Pendergast, Gatineau, Canadian Museum of Civilization (Archaeology Paper, 164), 77-86.

Clermont N., Chapdelaine C., Barré G., 1983 - Le site iroquoien de Lanoraie : Témoignage d’une maison-longue, Montréal, Recherches amérindiennes au Québec (Signes des Amériques, 3), 203 p.

Cowin V. L., 2000 - Shell Ornaments from Cayuga County, New York, Archaeology of Eastern North America, 28, 1-13.

Foster C. P., Parker B. J., 2012 - Introduction: Household Archaeology in the Near East and Beyond, in Parker B. J., Foster C. P. (eds.), New Perspectives on Household Archaeology, Winona Lake (Indiana), Eisenbraus, 1-12.

Gagné M., 1993 - Une incursion dans l’univers des Iroquoiens du Saint-Laurent au sud du lac Saint-François, À fleur de siècles, 7, 28-36.

Gagné M., 2010 - L’occupation villageoise iroquoienne dans la région de Saint-Anicet, MRC du Haut-Saint-Laurent (2007) : Fouille du site McDonald (BgFo-18), Ministère de la Culture et des Communications du Québec et Municipalité régionale de comté du Haut-Saint-Laurent, 106 p.

Gates St-Pierre C., 2001 - Variations sur un même thème: les objets en os des Iroquoiens du Haut Saint-Laurent, Archéologiques, 15, 35-54.

Gates St-Pierre C., 2010 - Iroquoian Bone Artifacts: Characteristics and Problems, in Legrand-Pineau A., Sidéra I. (eds.), Ancient and Modern Bone Artefacts from America to Russia: Cultural, Technological and Functional Signature, Oxford, Archaeopress (BAR International Series, 2136), 71-85.

Gates St-Pierre C., Boisvert M.-E., 2015 - L’industrie osseuse, in Chapdelaine C. (dir.), Mailhot-Curran : un village iroquoien du XVIe siècle, Montréal, Recherches amérindiennes au Québec (Paléo-Québec, 35), 261-290.

Jamieson J. B., 1993 - Preliminary Observations on the St. Lawrence and Huron Bone, Antler and Ivory Artifacts, in Pendergast J. F., Chapdelaine C. (eds.), Essays in St. Lawrence Iroquoian Archaeology: Selected Papers in Honour of J. V. Wright, Dundas (Ontario), Copetown Press (Occasional Publications in Northeastern Archaeology, 8), 49-58.

Lévesque G., 2015 - L’identité chez les Iroquoiens du Saint-Laurent : Analyse du mobilier céramique du site McDonald, Saint-Anicet, Mémoire de maîtrise, Montréal, Département d’anthropologie, Université de Montréal, 227 p.

Martelle H., 1999 - Redefining Craft Specialization: Women’s Labor and Pottery Production - An Iroquoian Example, in Wicker N. L., Arnold B. (eds.), From the Ground Up: Beyond Gender Theory in Archaeology, Oxford, Archaeopress (BAR International Series, 812), 133-142.

Martelle H., 2002 - Huron Potters and Archaeological Constructs: Researching Ceramic Micro-Stylistics, thèse de doctorat, Toronto, Département d’anthropologie, Université de Toronto, 841 p.

McCullough K. M., 1978 - Modified Deer Phalanges at the Draper Site, London (Ontario), London Museum of Archaeology, University of Western Ontario (Research Report, 5).

Michaud-Stutzman T. S., 2009 - The Community and the Microhousehold: Local Scales of Analysis within an Iroquoian Village, in Knapp T. D., Miroff L. E. (eds.), Iroquoian Archaeology and Analytic Scale, Knoxville, University of Tennessee Press, 131-151.

Noble W. C., 1978 - The Neutral Indians, in Engelbrecht W. E., Grayson D. K. (eds.), Essays in Northeastern Anthropology in Memory of Marian E. White, Rindge (New Hampshire), Department of Anthropology, Franklin Pearce College (Occasional Publications in Northeastern Anthropology, 5), 152-164.

Pendergast J. F., 1966 - The Berry Site, in Taylor W. E. (ed.), Contributions to Anthropology V: Archaeology and Physical Anthropology, Ottawa, National Museum of Canada (Bulletin, 206), 26-53.

Snow D. R., 2012 - Iroquois Households: A Mohawk Longhouse at Otstungo, New York, in Douglas J. G., Gonlin N. (eds.), Ancient Households of the Americas, Boulder, University Press of Colorado, 117-139.

Steward J., 1942 - The Direct Historical Approach to Archaeology, American Antiquity, 7, 337-343.

St-Germain C., Courtemanche M., 2015 - Les témoins de l’exploitation animale, in Chapdelaine C. (dir.), Mailhot-Curran : un village iroquoien du XVIe siècle, Montréal, Recherches amérindiennes au Québec (Paléo-Québec, 35), 291-317.

Thomas S. C., 1998 - Parsons Site Worked Bone and Antler, Ontario Archaeology, 65-66, 87-103.

Timmins P. A., 2009 - Don’t Fence Me In: New Insights into Middle Iroquoian Village Organization from the Tillsonburg Village, in Knapp T. D., Miroff L. E. (eds.), Iroquoian Archaeology and Analytic Scale, Knoxville, University of Tennessee Press, 51-67.

Tooker E., 1987 - Ethnographie des Hurons, 1615-1649, Montréal, Recherches amérindiennes au Québec (Signes des Amériques, 6).

Tremblay R., 2006 - Les Iroquoiens du Saint-Laurent: peuple du maïs, Montréal, Pointe-à-Callière, Musée d’archéologie et d’histoire de Montréal et les Éditions de l’Homme.

Trigger B. G., 1981 - Prehistoric Social and Political Organization: An Iroquoian Case Study, in Snow D. R. (ed.), Foundations of Northeast Archaeology, New York, Academic Press, 1-50.

Walker R. B. 2007 - A Diachronic Study of Pre- and Post-Contact Antler, Bone and Shell Artifacts from New York State, in Gates St-Pierre C., Walker R. B. (eds.), Bones as Tools: Current Methods and Interpretations in Worked Bone Studies, Oxford, Archaeopress (BAR International Series, 1622), 119-131.

Weisshuhn K., 2004 - Les peignes amérindiens dans le Nord-Est américain, Mémoire de maîtrise, Montréal, Département d’anthropologie, Université de Montréal, 342 p.

Wilk R. R., Rathje W. L., 1982 - Household Archaeology, American Behavioral Scientist, 25, 617-639.

Wilk R. R., Schiffer M. B., 1979 - The Archaeology of Vacant Lots in Tucson, Arizona, American Antiquity, 44, 530-536.

Williams-Shuker K., 2009 - “Bottom-Up” Perspectives of the Contact Period: A View from the Rogers Farm Site, in Knapp T. D., Miroff L. E. (eds.), Iroquoian Archaeology and Analytic Scale, Knoxville, University of Tennessee Press, 190-213.

Williamson R. F., Veilleux A., 2005 - A Review of Northern Iroquoian Decorated Bone and Antler Artifacts: A Search for Meaning, Ontario Archaeology, 79-80, 3-37.

Wray C. F., 1963 - Ornamental Hair Combs of the Seneca, Pennsylvania Archaeologist, 33, 35-50.

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1 - Localisation générale des sites mentionnés dans le texte.
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/431/img-1.png
File image/png, 422k
Title Figure 2 - Schématisation des divisions intérieures d’une maison-longue iroquoienne.
Credits modifié, d’après Chapdelaine, 2015d
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/431/img-2.png
File image/png, 46k
Title Figure 3 - Quelques exemples d’objets en os provenant des collections des sites McDonald et Mailhot-Curran.
Caption Poinçons (1-10); objets pointus à fonction indéterminée – pointes de projectiles, poignards ou éplucheurs à maïs – (11-15) ; têtes de harpons (16-17) ; percuteur en bois de cervidé (18) ; pièces du jeu de bilboquet sur phalanges de cervidé (19-20) ; perles (21-22) ; ciseaux et racloirs sur incisives de castors (23-26) ; pointes de projectiles (27-28) ; aiguilles (29-31).
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/431/img-3.png
File image/png, 341k
Title Figure 4 - Quelques exemples de déchets de fabrication d’outils en os provenant des collections des sites McDonald et Mailhot-Curran.
Caption A : retailles longiformes ; B : ébauches et préformes ; C : éclats de percussion directe ; D : débris divers avec traces de coupe, de rainurage ou de raclage.
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/431/img-4.png
File image/png, 402k
Title Tableau 1 - Répartition des outils en os et déchets de production entre les maisons-longues du site McDonald.
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/431/img-5.png
File image/png, 98k
Title Figure 5 - Distribution spatiale des déchets de fabrication d’outils en os sur le site McDonald.
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/431/img-6.png
File image/png, 125k
Title Figure 6 - Distribution spatiale des outils en os sur le site McDonald.
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/431/img-7.png
File image/png, 118k
Title Figure 7 - Distribution spatiale des déchets de fabrication d’outils en os sur le site Mailhot-Curran.
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/431/img-8.png
File image/png, 279k
Title Figure 8 - Distribution spatiale des outils en os sur le site Mailhot-Curran.
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/431/img-9.png
File image/png, 285k
Title Tableau 2 - Répartition des outils et déchets de production entre les maisons-longues du site Mailhot-Curran.
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/431/img-10.png
File image/png, 82k
Title Figure 9 - Distribution des témoins de l’industrie osseuse (outils et déchets de fabrication) par compartiments et pour chacune des maisonnées du site Mailhot-Curran (N=389).
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/431/img-11.png
File image/png, 179k
Top of page

References

Electronic reference

Christian Gates St-Pierre, Marie-Ève Boisvert and Maude Chapdelaine, L’étude des maisonnées iroquoiennes à travers l’analyse de leur industrie osseuse : le cas des Iroquoiens du Saint-Laurent de la région de Saint-Anicet, au QuébecPalethnologie [Online], 8 | 2016, Online since 29 December 2016, connection on 23 September 2021. URL: http://journals.openedition.org/palethnologie/431; DOI: https://doi.org/10.4000/palethnologie.431

Top of page

About the authors

Christian Gates St-Pierre

Département d’anthropologie, Université de Montréal
christian.gates-st-pierre[at]umontreal.ca

Marie-Ève Boisvert

Département d’anthropologie, Université de Montréal

Maude Chapdelaine

Département d’anthropologie, Université de Montréal

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search