Navigation – Plan du site

AccueilNuméros8La maisonnée dans les AmériquesLa faune exploitée dans les maiso...

La maisonnée dans les Amériques

La faune exploitée dans les maisonnées du site Mailhot-Curran (bgfn-2)

Claire St-Germain et Michelle Courtemanche
Traduction(s) :
The Fauna exploited by the Households at the Mailhot-Curran site (BgFn-2) [en]

Résumé

Le site Mailhot-Curran a livré un total de 27364 restes squelettiques de vertébrés. Une quarantaine d’espèces ont été identifiées parmi ces restes. Les villageois iroquoiens ont focalisé leurs stratégies alimentaires sur le poisson, mais ont aussi compté sur quelques mammifères, quelques oiseaux et quelques reptiles pour compléter leur subsistance assurée par les produits de l’agriculture. L’analyse de la répartition spatiale horizontale des restes squelettiques entre les diverses composantes du site, soit six maisons-longues et trois dépotoirs, met en lumière une certaine homogénéité sur le plan de la distribution des ressources faunistiques.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Pour le plan du site et la description détaillée des différentes composantes du site, il faut consu (...)

1L’analyse des restes squelettiques du site Mailhot-Curran a permis de mesurer l’importance des ressources halieutiques et cynégétiques pour les villageois iroquoiens (pour les détails de cette analyse, voir St-Germain, Courtemanche, 2015). Plusieurs animaux semblent avoir été ciblés, en particulier certaines espèces de poissons (tableaux 1-3). Au-delà de ces préférences mises en évidence par l’analyse zooarchéologique, il s’avère pertinent de jauger une relative homogénéité, ou au contraire, une certaine hétérogénéité dans la répartition de ces ressources animalières entre les diverses composantes domestiques du site1. La comparaison du contenu des six maisons-longues, et particulièrement les maisons-longues #1 et #2 et les maisons-longues #3 et #4, de même que celui des trois dépotoirs, permet de s’interroger sur la possibilité de reconnaître des schémas différentiels dans l’exploitation de la faune entre les maisonnées du village.

Tableau 1 - La faune du site Mailhot-Curran (BgFn-2).

Tableau 1 - La faune du site Mailhot-Curran (BgFn-2).

NRT=nombre total de restes

Tableau 2 - La faune du site Mailhot-Curran (BgFn-2).

Tableau 2 - La faune du site Mailhot-Curran (BgFn-2).

NRT=nombre total de restes

Tableau 3 - La faune du site Mailhot-Curran (BgFn-2).

Tableau 3 - La faune du site Mailhot-Curran (BgFn-2).

NRT=nombre total de restes

2Pour les maisonnées, le choix de se pencher sur les maisons-longues #1 et #2, et dans une moindre mesure, sur les maisons-longues #3 et #4, a été dicté en partie par l’exhaustivité des interventions archéologiques dans ces dernières. Les fouilles à l’intérieur des structures correspondent en moyenne à plus de 50 % de leurs superficies estimées (Chapdelaine, 2015b : 33). Toutefois, dans le détail, les proportions excavées dans les différentes structures sont variables (tableau 4). Il en résulte des échantillons fauniques inégaux ce qui biaise la représentativité de la faune dans les unités domestiques (tableau 4). Pour la correspondance entre les maisons et les dépotoirs, nous utilisons les associations proposées par Chapdelaine (2015b) : la maison-longue #1 et le dépotoir sud-ouest et la maison-longue #2 et le dépotoir nord-ouest.

  • 2 Les restes squelettiques hors structures et les Indéterminés sont exclus de ce total (NRT=21880).

3Le nombre total de restes (NRT) par classe de vertébrés réparti entre les six maisons-longues et les trois dépotoirs est présenté dans le tableau 42. D’emblée, on remarque que les poissons s’imposent dans les unités domestiques les mieux prospectées (maison-longue #1 et les trois dépotoirs). Les mammifères l’emportent dans la maison-longue #2 qui, bien qu’ayant livré un plus faible effectif que la maison-longue #1, a été fouillée à 65 % de sa superficie estimée. Dans les autres maisons-longues, les mammifères dominent, mais elles ont été fouillées à 40 % ou moins de leurs superficies estimées.

  • 3 Les taxons déterminés sont ceux qui ont été attribués à des taxons plus précis que la classe animal (...)

4L’examen du contenu faunistique des maisonnées villageoises et de leurs dépotoirs associés sera en essence réalisé avec les restes déterminés (NRD)3. L’analyse commence par le groupe animalier qui a contribué le plus à la subsistance carnée des villageois : les poissons.

Tableau 4 - Répartition des classes animales par maison-longue et dépotoir (NRT et %).

Tableau 4 - Répartition des classes animales par maison-longue et dépotoir (NRT et %).

Le surlignage met en évidence la classe animale dominante par structure ; dans le haut du tableau, proportions excavées par structure (M1 à M6 : maisons-longues ; DNW : dépotoir nord-ouest ; DCW : dépotoir centre-ouest ; DSW : dépotoir sud-ouest) (NRT=nombre total de restes).

1 - Le produit de la pêche

5Plus de la moitié des restes squelettiques récupérés lors des fouilles du site Mailhot-Curran proviennent de poissons (NRT=15495), attestant dès lors de l’importance de l’activité halieutique. Au moins une vingtaine d’espèces dulcicoles locales ont été exploitées, sauf peut-être la ouananiche (saumon atlantique enclavé en eau douce) dont nous reparlerons plus bas. Les efforts de pêche semblent cependant avoir surtout porté sur quelques espèces (tableau 1). Il s’agit avant tout de la perchaude, puis de l’anguille d’Amérique. Les catostomidés, des poissons de bon rendement, se classent en troisième position. Cette famille comporte huit espèces dulcicoles au Québec, toutes présentes dans les eaux limitrophes au site, tel le lac Saint-François situé à 10 km au nord du site, mais difficiles à différencier en ce qui touche l’ostéologie. De la sorte, seules trois espèces de cette famille ont pu être déterminées formellement : le chevalier blanc, le chevalier rouge et le meunier noir. Toutefois, quelques restes osseux attribués au genre Moxostoma, c’est-à-dire différentes espèces de chevaliers fréquentant les eaux de la région, pourraient appartenir au chevalier jaune (Moxostoma valenciennesi). Il faut le souligner, car ce poisson ne fait pas partie des espèces de chevaliers recensées actuellement dans le lac Saint-François (Armellin et al., 1994 ; Mongeau, 1979), mais figure par contre dans l’inventaire ichtyologique de la rivière Châteauguay (Mongeau et al., 1979). La présence du chevalier jaune viendrait renforcer l’idée avancée par Chapdelaine voulant que les habitants de Mailhot-Curran fréquentaient régulièrement, outre le lac Saint-François, le bassin hydrographique de la rivière Châteauguay (Chapdelaine, 2015a : 40). Cette proposition est accentuée par la présence de l’omble de fontaine dans l’assemblage des vestiges ichtyques, ce poisson fréquentant essentiellement un affluent de la rivière Châteauguay, la rivière à la Truite.

6Le grand brochet et des ictaluridés (barbotte brune et barbue de rivière) complètent la liste des poissons les plus capturés. D’autres espèces telles l’esturgeon jaune, la lotte, la laquaiche argentée ou des centrarchidés apparaissent comme plus marginaux.

7En ce qui a trait à la perchaude, ajoutons que de nombreux restes squelettiques peu diagnostiques à l’espèce, partant intégrés dans la classe des perciformes (tableau 1), pourraient lui appartenir, venant ainsi accroître l’importance de cette espèce dans le régime alimentaire.

8Deux espèces de salmonidés, l’omble de fontaine et le saumon atlantique (soit la forme enclavée en eau douce, la ouananiche, ou peut-être même la forme anadrome) ont été reconnus dans l’assemblage ichtyque. La ouananiche, désormais absente, était jusqu’à la fin du XIXe siècle une résidente permanente du lac Ontario, un grand lac fluvial situé à plus de 220 km à l’ouest du site, et de quelques-uns de ses tributaires (COSEWIC, 2006 ; Courtemanche, 2006). La présence du saumon pourrait être attribuable à des réseaux d’échanges, une éventualité à ne jamais oublier en contexte archéologique, ou encore, à une large zone d’exploitation des habitants du site Mailhot-Curran. Une distribution géographique ancienne plus étendue de cette espèce peut également être prise en compte, tant pour la ouananiche que pour la forme anadrome du saumon atlantique en migration génésique.

9Les diverses espèces identifiées peuvent être le fruit de nombreuses techniques de pêche. La littérature ethnohistorique de la Nouvelle France est truffée d’exemples de méthodes de pêche observées chez divers groupes amérindiens. Une esquisse générale a d’ailleurs été dressée en ce qui concerne la pêche pratiquée par des Iroquoiens entre 1600 et 1792 (Recht, 1995). De nombreuses méthodes de capture sont de fait attestées : filet, harpon, ligne et hameçon, pêche à l’aide de contenant telle la nasse, etc. Soulignons toutefois qu’aucun des outils retrouvés sur le site n’a pu être associé tangiblement à une technique halieutique (Chapdelaine, 2015c ; Gates St-Pierre, Boisvert, 2015). Gates St-Pierre et Boisvert (2015 : 284) signalent bien la présence de quelques harpons ; toutefois, ils font remarquer avec justesse que leur grande dimension est incompatible avec la petite taille des espèces capturées. Cela étant dit, d’une part les activités de pêche ont pu être réalisées dans des camps satellites basés plus près des lieux physiques de pêche, le village étant établi à quelques kilomètres des divers cours d’eau exploitables ; d’autre part, une technique de pêche au piège hautement productrice telle la nasse, constituée de matériel périssable, laisse peu de traces archéologiques. À ce propos, nombre d’espèces présentes sur le site, par exemple la perchaude, les centrarchidés, le grand brochet, les catostomidés et l’anguille sont des poissons qui se capturent aisément à l’aide de ce type d’engin de pêche, pour qui sait s’y prendre. Du reste, un dérivé de cette technique, la pêche au verveux, est encore de nos jours en usage chez des pêcheurs commerciaux de la région (Armellin et al., 1994). Cette méthode de pêche très prolifique permet de capturer sensiblement les mêmes espèces que celles répertoriées dans l’assemblage faunique de Mailhot-Curran (Mongeau, 1976).

10La répartition des poissons dans différentes composantes du site permet-elle de mettre en lumière des différences marquées à l’intérieur de ce village iroquoien ? Le tableau 5 présente le récapitulatif des restes squelettiques déterminés pour les poissons. Sans surprise, au sein des habitations c’est la maison-longue #1 qui compte le plus grand nombre de restes de poissons décomptés. La présence de deux "fosses à poissons" contenant les reliefs de repas (structure #25 et structure #9) à l’intérieur de cette habitation et renfermant au-delà de 3000 ossements, dont plusieurs centaines identifiables à un taxon, contribuent à augmenter cette prépondérance. Puis, par ordre d’importance, nous avons la maison-longue #3, la maison-longue #4, la maison-longue #5, la maison-longue #2 et la maison-longue #6, la moins prospectée des habitations de l’espace villageois. Le dépotoir centre-ouest, selon toute vraisemblance associé à la maison-longue #5, comporte le plus grand nombre de restes de poissons ; en second se trouve le dépotoir sud-ouest utilisé par les habitants de la maison-longue #1 et enfin le dépotoir nord-ouest de la maison-longue #2.

Tableau 5 - Répartition des poissons dans les composantes du site.

Tableau 5 - Répartition des poissons dans les composantes du site.

(NRD par ordre taxinomique) (M1 à M6 : maisons-longues ; DNW : dépotoir nord-ouest ; DCW : dépotoir centre-ouest ; DSW : dépotoir sud-ouest) (NRD=nombre de restes déterminés par taxon).

11Le tableau 6 offre un condensé des espèces ichtyques identifiées à un taxon pour les composantes retenues. Un total de 5807 restes squelettiques, excluant les écailles et les ossements indéterminés de poissons, a été réparti entre les six maisons-longues et les trois dépotoirs. Dans le détail pour les taxons déterminés, c’est la maison-longue #1 qui renferme le plus grand nombre de taxons (n=25 taxons) ; la maison-longue #3 et la maison-longue #5 comptent respectivement 16 et 15 taxons ; la maison-longue #2 en renferme 13, la maison-longue # 4 neuf et la maison-longue #6, six taxons. Le dépotoir centre-ouest renferme 27 taxons, le dépotoir sud-ouest 26 taxons et celui du nord-ouest 22 taxons.

Tableau 6 - Répartition des groupes de poissons dans les composantes du site.

Tableau 6 - Répartition des groupes de poissons dans les composantes du site.

(NRD par ordre taxinomique) (M1 à M6 : maisons-longues ; DNW : dépotoir nord-ouest ; DCW : dépotoir centre-ouest ; DSW : dépotoir sud-ouest) (NRD=nombre de restes déterminés par taxon).

12Grosso modo, ce sont la perchaude, l’anguille d’Amérique, les diverses espèces de catostomidés et le grand brochet qui occupent les premiers choix pour tout un chacun. Quelques espèces se font plus rares, tels la laquaiche argentée, la lotte et le lépisosté osseux. Toutefois, les principaux poissons inventoriés dans les divers assemblages semblent se retrouver de façon assez homogène dans les contextes retenus. Le tableau 6 fait voir un exercice de télescopage des taxons : en coalisant les diverses espèces répertoriées en groupes plus larges, il est possible de mieux percevoir cette régularité.

13Enfin, la juxtaposition des contenus faunistiques de la maison-longue #1 et de son dépotoir sud-ouest, et de la maison-longue #2 et de son dépotoir nord-ouest d’un côté avec les contenus des maisons-longues #3 et #4 (tableau 7) de l’autre côté, n’autorise pas non plus à dresser un bilan vraiment contrasté pouvant étayer l’idée d’une répartition différentielle des ressources ichtyques entre ces maisonnées. Seule la présence plus marquée dans la maison-longue #1 (NRD=19) de salmonidés, dont le saumon, un poisson certainement valorisé (Recht, 1995) et possiblement venu d’ailleurs, laisse entrevoir une variante discrète. Il faut tout de même moduler cette hypothèse étant donné l’absence de dépotoirs directement reliés aux maisons-longues #3 et #4 qui pourraient éventuellement receler des restes squelettiques de saumon en plus grand nombre.

14Au final, le produit des activités halieutiques n’appuie pas sans réserve des différences marquées à l’intérieur de l’espace villageois. Pour faire suite, voyons ce que nous apprennent les activités cynégétiques.

Tableau 7 - Présences des groupes de poissons dans les maisons-longues M1, M2 et leurs dépotoirs, et dans les maisons-longues M3 et M4.

Tableau 7 - Présences des groupes de poissons dans les maisons-longues M1, M2 et leurs dépotoirs, et dans les maisons-longues M3 et M4.

DSW : dépotoir sud-ouest ; DNW : dépotoir nord-ouest

2 - Le produit de la chasse

15Une bonne diversité d’animaux a été capturée par les villageois de Mailhot-Curran. Toutefois, certaines bestioles répertoriées pourraient être intrusives, tels les insectivores (taupe ou condylure), certains petits rongeurs (souris ou campagnols), ou encore, quelques grenouilles. ll ne faut cependant pas exclure d’emblée la contribution alimentaire de cette petite faune.

  • 4 Ce nombre inclut les restes déterminés au cerf de Virginie ainsi que les restes d’artiodactyles et (...)

16Pour l’ensemble du site, les mammifères ont fourni un peu moins du quart des restes fauniques (tableau 2). Un total de 1366 pièces squelettiques a été déterminé, ce qui correspond à 85,3 % des restes déterminés pour les mammifères, les oiseaux, les reptiles et les amphibiens (tableau 8). Les restes attribués aux mammifères comprennent 28 taxons, dont au moins 18 espèces. En regroupant ces taxons par ordre, les rongeurs et les artiodactyles sont majoritaires; ils sont suivis par les carnivores, par les lagomorphes puis par les insectivores (tableau 9). L’espèce qui a contribué le plus à la subsistance des villageois est le cerf de Virginie (NRD=325)4. Il est accompagné par le castor du Canada, bon deuxième. Ces deux espèces ont largement contribué à l’alimentation des Iroquoiens du village, tout en fournissant la matière première pour la fabrication de l’outillage (Gates St-Pierre, Boisvert, 2015) et autres produits dérivés, tels les peaux. Les autres taxons sont le rat musqué, les léporidés (dont le lièvre d’Amérique), les sciuridés (dont le tamia rayé et l’écureuil roux), l’ours noir, le raton laveur, les mustélidés (dont la martre d’Amérique, la loutre de rivière, le pékan et le vison d’Amérique), la marmotte commune, les cricétinés (souris ou campagnols), les canidés (dont le taxon Canis spp.), le porc-épic d’Amérique, les talpidés (taupe ou condylure) et, en bout de liste, l’orignal.

Tableau 8 - Répartition des taxons déterminés (amphibiens, reptiles, oiseaux et mammifères) dans les composantes du site.

Tableau 8 - Répartition des taxons déterminés (amphibiens, reptiles, oiseaux et mammifères) dans les composantes du site.

(NRD par ordre taxinomique) (M1 à M6 : maisons-longues ; DNW : dépotoir nord-ouest ; DCW : dépotoir centre-ouest ; DSW : dépotoir sud-ouest) (NRD=nombre de restes déterminés par taxon).

Tableau 9 - Répartition des taxons regroupés (amphibiens, reptiles, oiseaux et mammifères) dans les composantes du site.

Tableau 9 - Répartition des taxons regroupés (amphibiens, reptiles, oiseaux et mammifères) dans les composantes du site.

(NRD par ordre taxinomique) (M1 à M6 : maisons-longues ; DNW : dépotoir nord-ouest ; DCW : dépotoir centre-ouest; DSW : dépotoir sud-ouest) (NRD=nombre de restes déterminés par taxon).

17Quelques oiseaux ont complété le menu des occupants du village, mais dans de faibles proportions (un peu moins de 9 % des déterminés) (tableaux 3 et 8). Le groupe aviaire qui a contribué le plus à la diète est celui des tétraoninés (gélinotte huppée – Bonasa umbellus et tétras). Le deuxième groupe aviaire est celui des columbidés (incluant la tourte voyageuse), mais dans des proportions qui correspondent au tiers des tétraoninés. Les anatidés, groupe qui compte les oies et les canards, ont fourni quelques os (moins de la moitié des columbidés). Les autres représentants de la faune ailée sont anecdotiques : plongeons, passériformes, grèbes, rapaces diurnes (pygargue ou aigle), pics, Ciconiiformes (chevalier, pluvier ou goéland), rapaces nocturnes (chouettes ou hiboux) et corvidés (geai ou mésengeai).

18Les amphibiens ont fourni 5 % des restes déterminés (tableaux 3 et 8). Ils proviennent en grande partie du groupe des anoures, dont plusieurs os de crapaud d’Amérique et de grenouilles. Sans exclure leur inclusion à la diète des villageois, plusieurs pièces squelettiques d’anoures de très petite taille suggèrent une présence accidentelle dans l’assemblage (bestioles mortes in situ). Le ouaouaron a livré deux os. Le necture tacheté, une salamandre aquatique de grande taille, pourrait avoir été capturé accidentellement lors d’une activité de pêche.

19Les reptiles sont très faiblement représentés dans la faune du village (moins de 1 % des déterminés) (tableaux 3 et 8). Les testudines (tortues) ont livré la plupart des os de ce groupe et seule la tortue serpentine a été déterminée. Une petite vertèbre a permis de reconnaître la présence d’une couleuvre.

20Afin de reconnaître des disparités entre les maisonnées du village, les taxons déterminés ont été distribués entre les neuf structures étudiées. Les données sont consultables dans le tableau 8 (détail des taxons déterminés) et dans le tableau 9 (taxons regroupés par ordres, familles ou sous-familles).

21La répartition de la faune à l’intérieur des structures ne fait apparaître aucun indice probant pouvant discriminer les diverses composantes domestiques. Dans les maisonnées, on observe que les six taxons numériquement dominants (cerf de Virginie, castor du Canada, cervidés, rat musqué, léporidés et tamia rayé) sont présents partout. Des lagomorphes, des rongeurs, des carnivores et des artiodactyles se retrouvent dans toutes les maisons ; seuls les insectivores ne sont présents que dans la maison #1. Au niveau des proportions des ordres entre les maisons #1, #2, #3 et #4, on note que les rongeurs dominent dans la première maison-longue, alors que ce sont les artiodactyles qui dominent dans les maisons #2 et #4. Les rongeurs et les artiodactyles sont quasi égaux dans la maison #3. Les oiseaux sont distribués ponctuellement entre les maisons. Seuls les tétraoninés et les columbidés, les mieux représentés numériquement, sont présents dans plus d’une maisonnée. Les amphibiens, bien que numériquement moins importants que les oiseaux, sont beaucoup mieux répartis entre les maisonnées que les oiseaux. Les anoures (crapaud et grenouilles) ont été identifiés dans presque toutes les maisons. Le ouaouaron, la plus grosse grenouille, a été déterminé dans la maison # 3. Quant aux tortues, elles ne se retrouvent que dans la maison #2.

  • 5 Dans ce tableau, les restes de canards, de columbidés (incluant la tourte) et de léporidés (incluan (...)
  • 6 Une canine de Canis spp. retrouvée dans la maison-longue # 6 appartiendrait au chien.

22La juxtaposition des taxons entre les maisonnées et leurs dépotoirs ne fait apparaître aucune connexion révélatrice et les seules pistes d’associations plausibles sont supportées par un très faible nombre de restes. L’aperçu simplifié de la répartition des taxons sous forme qualitative (présences/absences)5 illustre la relative uniformité de cette distribution (tableau 10). Quelques exceptions méritent d’être soulignées. Pour les mammifères, ce sont : les canidés, absents des trois dépotoirs et présents uniquement dans les maisons #3 (probablement un chien – Canis lupus familiaris) et #4 (peut-être renard) ; le taxon Canis spp. (coyote/loup/chien) repéré dans la maison #2 (dont peut-être un loup – Canis lupus) et dans son dépotoir nord-ouest, de même que dans la maison #3 (et dans le dépotoir centre-ouest)6 ; le porc-épic d’Amérique présent uniquement dans la maison-longue #6 et dans le dépotoir sud-ouest. Les amphibiens, détectés presque partout, sont dans l’ensemble moins importants dans la maison #2 et dans son dépotoir nord-ouest. Les oiseaux, bien que partout, sont mieux représentés dans la maison-longue #1, mais également dans les trois dépotoirs. Une association additionnelle est fournie par les tortues qui se retrouvent uniquement dans la maison-longue #2 et dans son dépotoir nord-ouest. En résumé, l’ensemble apparaît homogène avec quelques indices d’appariements ténus entre deux maisons-longues (#1 et #2) et leurs dépotoirs respectifs (sud-ouest et nord-ouest).

Tableau 10 - Présences des taxons déterminés (amphibiens, reptiles, oiseaux et mammifères) dans les maisons-longues M1, M2 et leurs dépotoirs, et dans les maisons-longues M3 et M4.

Tableau 10 - Présences des taxons déterminés (amphibiens, reptiles, oiseaux et mammifères) dans les maisons-longues M1, M2 et leurs dépotoirs, et dans les maisons-longues M3 et M4.

DSW : dépotoir sud-ouest et DNW : dépotoir nord-ouest

23La distribution spatiale des portions anatomiques du cerf de Virginie et du castor du Canada à l’intérieur des maisons-longues #1 et #2 sera utilisée pour tenter de reconnaître des aires d’activités à l’intérieur de ces deux maisonnées. Précisons au préalable que pour l’ensemble du site, le cerf a fourni principalement des déchets de débitage primaire de la carcasse (bas de pattes et éléments crâniens) alors que le castor est représenté par toutes les portions de son squelette (St-Germain, Courtemanche, 2015). À l’intérieur de la maison-longue #1, les 30 pièces squelettiques de cerf et les 34 restes de castor sont distribués sur toute la superficie, quoiqu’ils se concentrent en particulier le long de l’allée centrale à proximité des structures (foyers et fosses) ou dans les fosses, ainsi que dans la fosse 25 (au centre le long du mur nord de la maison). Dans la deuxième maison-longue, la distribution des restes de cerf et de castor est similaire à celle de la maison-longue #1. Les 46 pièces squelettiques de cerf de Virginie sont en majorité partagées le long de l’allée centrale en périphérie des foyers et des fosses. Deux concentrations de restes de cerf s’observent : une près de l’extrémité sud de l’habitation (près du foyer 41) et l’autre dans une fosse localisée au centre de la maison (fosse 17). Les 24 os et dents de castor du Canada sont parsemés dans l’allée centrale à proximité des foyers et des fosses, mis à part quelques restes localisés au sud du foyer 19, près de la bordure sud de la maison (sous une banquette de couchage ?). Dans les deux maisonnées, autant le squelette axial (crâne et colonne vertébrale) que les pattes avant et arrière du castor se retrouvent en gros autour de chaque foyer. Ainsi, dans la maison #1, les trois individus repérés sont positionnés près de trois foyers distincts : chaque famille aurait dépecé sa propre bête.

3 - Dernières remarques

24Une uniformité perceptible se dégage des espèces de vertébrés répertoriées dans les structures domestiques du site Mailhot-Curran. L’homogénéité observée dans les diverses composantes ne permet pas de définir des regroupements distinctifs, de la sorte que les six maisons-longues ne peuvent pas être particularisées par les restes de faune rejetés à l’intérieur de celles-ci. De même, l’association entre les maisons-longues #1 et #2 et leurs dépotoirs respectifs (sud-ouest pour la maison #1 et nord-ouest pour la maison #2) est concevable, mais demeure ténue.

25Les animaux préférablement exploités par les habitants ne sont pas concentrés dans certains secteurs, mais dispersés dans l’espace villageois. La distribution des deux mammifères de prédilection, soit le cerf de Virginie et le castor du Canada, dans les maisons-longues #1 et #2 ne laisse apparaître aucune disparité de leur usage. Les rares notes discordantes émanent de quelques taxons singuliers, tels que la ouananiche et les tortues.

26Dès lors, une répartition égale des produits de l’halieutique et de la cynégétique entre les membres de chaque maisonnée se profile à partir des restes squelettiques. L’idée d’un partage communautaire des ressources animales est en harmonie avec la compréhension actuelle de ces communautés iroquoiennes au tissu social égalitaire et à forte cohésion (Chapdelaine 2015d : 405-406). Les habitants de Mailhot-Curran s’inscrivent dans ce modèle d’organisation socio-économique.

Haut de page

Bibliographie

Armellin A., Mousseau P., Turgeon P., 1994 - Synthèse des connaissances sur les communautés biologiques du lac Saint-François. Zones d’intervention prioritaire 1 et 2, Environnement Canada – Région du Québec, Conservation de l’environnement, Centre Saint-Laurent, Rapport technique, 233 p.

Chapdelaine C. (dir.), 2015a - Mailhot-Curran, un village iroquoien du XVIe siècle, Montréal, Recherches amérindiennes du Québec (Paléo-Québec, 35), 412 p.

Chapdelaine C., 2015b - Description du site Mailhot-Curran : un village étalé sur de petites terrasses étroites coiffées d’un terreau caillouteux, in Chapdelaine C. (dir.), Mailhot-Curran, un village iroquoien du XVIe siècle, Montréal, Recherches amérindiennes du Québec (Paléo-Québec, 35), 107-142.

Chapdelaine C., 2015c - L’industrie lithique, in Chapdelaine C. (dir.), Mailhot-Curran, un village iroquoien du XVIe siècle, Montréal, Recherches amérindiennes du Québec (Paléo-Québec, 35), 225-242.

Chapdelaine C., 2015d - L’analyse spatiale et le tissu social des maisonnées, in Chapdelaine C. (dir.), Mailhot-Curran, un village iroquoien du XVIe siècle, Montréal, Recherches amérindiennes du Québec (Paléo-Québec, 35), 389-408.

COSEWIC, 2006 - COSEWIC Assessment and Status Report on the Atlantic Salmon Salmo salar (Lake Ontario Population) in Canada, Committee on the Status of Endangered Wildlife in Canada, Ottawa, vii+26 p.

Courtemanche M., 2006 - Présence inusitée de restes de Saumon atlantique (Salmo salar) dans le Haut-Saint-Laurent, Note de recherche, Archéologiques, 19, 82-85.

Gates St-Pierre C., Boisvert M.-È., 2015 - L’industrie osseuse, in Chapdelaine C. (dir.), Mailhot-Curran, un village iroquoien du XVIe siècle, Montréal, Recherches amérindiennes du Québec (Paléo-Québec, 35), 261-290.

Mongeau J.-R., 1979 - Recensement des poissons du lac Saint-François, comtés de Huntingdon et Vaudreuil-Soulanges, pêche commerciale, ensemencements de maskinongés, 1963 à 1977, Service de l’aménagement et de l’exploitation de la faune. Ministère du Tourisme, de la Chasse et de la Pêche, Montréal, Rapport technique 06-37, 125 p.

Mongeau J.-R., Leclerc J., Brisebois J., 1979 - Les poissons du bassin de drainage de la rivière Châteauguay, leur milieu naturel, leur répartition géographique et leur abondance relative. Ministère du Tourisme, de la Chasse et de la Pêche, Service de l’Aménagement et de l’exploitation de la faune, Direction générale de Montréal, Rapport technique 06-29, 105 p.

St-Germain C., Courtemanche M., 2015 - Les témoins de l’exploitation animale, in Chapdelaine C. (dir.), Mailhot-Curran, un village iroquoien du XVIe siècle, Montréal, Recherches amérindiennes du Québec (Paléo-Québec, 35), 291-317.

Recht M., 1995 - The Role of Fishing in the Iroquois Economy, 1600-1792, New York History, 76, 5-30.

Haut de page

Notes

1 Pour le plan du site et la description détaillée des différentes composantes du site, il faut consulter le chapitre six de Chapdelaine, 2015a et son article dans ce numéro, p. 83-99.

2 Les restes squelettiques hors structures et les Indéterminés sont exclus de ce total (NRT=21880).

3 Les taxons déterminés sont ceux qui ont été attribués à des taxons plus précis que la classe animale.

4 Ce nombre inclut les restes déterminés au cerf de Virginie ainsi que les restes d’artiodactyles et de cervidés lui appartenant vraisemblablement.

5 Dans ce tableau, les restes de canards, de columbidés (incluant la tourte) et de léporidés (incluant le lièvre d’Amérique) ont été regroupés.

6 Une canine de Canis spp. retrouvée dans la maison-longue # 6 appartiendrait au chien.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1 - La faune du site Mailhot-Curran (BgFn-2).
Légende NRT=nombre total de restes
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/438/img-1.png
Fichier image/png, 261k
Titre Tableau 2 - La faune du site Mailhot-Curran (BgFn-2).
Légende NRT=nombre total de restes
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/438/img-2.png
Fichier image/png, 238k
Titre Tableau 3 - La faune du site Mailhot-Curran (BgFn-2).
Légende NRT=nombre total de restes
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/438/img-3.png
Fichier image/png, 224k
Titre Tableau 4 - Répartition des classes animales par maison-longue et dépotoir (NRT et %).
Légende Le surlignage met en évidence la classe animale dominante par structure ; dans le haut du tableau, proportions excavées par structure (M1 à M6 : maisons-longues ; DNW : dépotoir nord-ouest ; DCW : dépotoir centre-ouest ; DSW : dépotoir sud-ouest) (NRT=nombre total de restes).
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/438/img-4.png
Fichier image/png, 169k
Titre Tableau 5 - Répartition des poissons dans les composantes du site.
Légende (NRD par ordre taxinomique) (M1 à M6 : maisons-longues ; DNW : dépotoir nord-ouest ; DCW : dépotoir centre-ouest ; DSW : dépotoir sud-ouest) (NRD=nombre de restes déterminés par taxon).
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/438/img-5.png
Fichier image/png, 247k
Titre Tableau 6 - Répartition des groupes de poissons dans les composantes du site.
Légende (NRD par ordre taxinomique) (M1 à M6 : maisons-longues ; DNW : dépotoir nord-ouest ; DCW : dépotoir centre-ouest ; DSW : dépotoir sud-ouest) (NRD=nombre de restes déterminés par taxon).
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/438/img-6.png
Fichier image/png, 107k
Titre Tableau 7 - Présences des groupes de poissons dans les maisons-longues M1, M2 et leurs dépotoirs, et dans les maisons-longues M3 et M4.
Légende DSW : dépotoir sud-ouest ; DNW : dépotoir nord-ouest
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/438/img-7.png
Fichier image/png, 97k
Titre Tableau 8 - Répartition des taxons déterminés (amphibiens, reptiles, oiseaux et mammifères) dans les composantes du site.
Légende (NRD par ordre taxinomique) (M1 à M6 : maisons-longues ; DNW : dépotoir nord-ouest ; DCW : dépotoir centre-ouest ; DSW : dépotoir sud-ouest) (NRD=nombre de restes déterminés par taxon).
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/438/img-8.png
Fichier image/png, 439k
Titre Tableau 9 - Répartition des taxons regroupés (amphibiens, reptiles, oiseaux et mammifères) dans les composantes du site.
Légende (NRD par ordre taxinomique) (M1 à M6 : maisons-longues ; DNW : dépotoir nord-ouest ; DCW : dépotoir centre-ouest; DSW : dépotoir sud-ouest) (NRD=nombre de restes déterminés par taxon).
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/438/img-9.png
Fichier image/png, 192k
Titre Tableau 10 - Présences des taxons déterminés (amphibiens, reptiles, oiseaux et mammifères) dans les maisons-longues M1, M2 et leurs dépotoirs, et dans les maisons-longues M3 et M4.
Légende DSW : dépotoir sud-ouest et DNW : dépotoir nord-ouest
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/438/img-10.png
Fichier image/png, 369k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire St-Germain et Michelle Courtemanche, « La faune exploitée dans les maisonnées du site Mailhot-Curran (bgfn-2) »Palethnologie [En ligne], 8 | 2016, mis en ligne le 29 décembre 2016, consulté le 23 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/palethnologie/438 ; DOI : https://doi.org/10.4000/palethnologie.438

Haut de page

Auteurs

Claire St-Germain

Ostéothèque de Montréal, Inc.Université de Montréal
claire.st-germain[at]umontreal.ca

Michelle Courtemanche

Ostéothèque de Montréal, Inc.Université de Montréal
michellecourtemanche.anro[at]gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Palethnologie est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search