Navigation – Plan du site

AccueilNuméros8La maisonnée dans les AmériquesLes ordures de la maisonnée : les...

La maisonnée dans les Amériques

Les ordures de la maisonnée : les pratiques de rejet de la période maya classique (vers 300-900 apr. J.-C.)

Christina T. Halperin et Antonia Foias
Traduction(s) :
Household Garbage: Classic period (ca. 300-900 CE) Maya Practices of Discard [en]

Résumé

Que peuvent nous apprendre les pratiques de rejet sur les maisonnées de la période maya classique ? La plupart des analyses archéologiques des dépotoirs se sont concentrées sur l’analyse du contenu : description, classement et comparaison de ce que contenaient les dépotoirs, afin de documenter les populations qui ont laissé de tels vestiges. L’étude des pratiques concrètes par lesquelles on se débarrasse des détritus peut encore nous en apprendre beaucoup sur les maisonnées. Cet article décrit la configuration des dépotoirs du site, daté de la période maya classique, de Motul de San José, Petén, Guatemala, et la compare avec ceux découverts ailleurs au sein de l’aire maya. Nous montrons la façon dont le dépôt des ordures était constitutif (1) de la définition de l’espace de la maisonnée, (2) du marquage du cycle de vie des maisonnées, (3) de l’expérience différente des statuts sociaux et (4) de l’expression possible de dispositions régionales.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Que peuvent nous dire les pratiques de rejet au sujet des maisonnées de la période maya classique ? La plupart des analyses archéologiques des dépotoirs se sont concentrées sur l’analyse du contenu : description, classement et comparaison des dépotoirs afin de documenter les populations qui ont laissé de tels vestiges. En effet, le focus archéologique sur ce que "les maisonnées font" a essentiellement conduit à examiner les processus de production des maisonnées, de leur reproduction, des rituels et de la dissémination des biens (Wilk, Rathje, 1982 ; Wilk, Netting, 1984 ; Ashmore, Wilk, 1988 ; Gonlin et al., 2012). L’étude des pratiques concrètes par lesquelles on se débarrasse des détritus peut encore nous en apprendre beaucoup sur les maisonnées (Schiffer, 1972, 1987, 1995 ; Hutson et al., 2007a ; Hutson, Stanton, 2007). Cet article décrit la configuration des dépotoirs du site, daté de la période maya classique, de Motul de San José, Petén, Guatemala (vers 600-900 de notre ère), et les compare avec ceux découverts ailleurs au sein de l’aire maya (figure 1). Plutôt qu’étudier uniquement des débris in situ (rejets primaires ou de facto) pour identifier des aires d’activités spécifiques (par exemple des cuisines ou des zones de production artisanale), nous nous intéressons aux rejets plus ambigus, rejetés ou balayés depuis de proches contextes d’utilisation. À la suite de Deal (1985, 1998), nous utilisons essentiellement le nombre et le poids de tessons de céramique comme outil pour identifier les dépotoirs, bien que nous reconnaissions qu’il s’agit là d’une vision partielle des pratiques de dépôts des ordures.

Figure 1 - Carte de l’aire maya montrant l’emplacement de Motul de San José.

Figure 1 - Carte de l’aire maya montrant l’emplacement de Motul de San José.

2Nous soulignons que le dépôt des ordures était constitutif (1) de la définition de l’espace de la maisonnée, (2) du marquage du cycle de vie des maisonnées, (3) de l’expérience différente des statuts et de la richesse et (4) de l’expression possible de dépositions régionales. Nous examinons des dépotoirs communs, aussi bien que ce que nous identifions comme des rejets rituels, pour obtenir une investigation plus holistique des pratiques de rejet au sein des maisonnées de la période maya classique. Les données de Motul de San José montrent la nécessité de considérer ces pratiques de rejet pas seulement comme universelles ou culturellement construites, mais aussi comme socialement ancrées et variables.

1 - Penser aux déchets

3Une part de ce que font les membres des maisonnées est d’accumuler et de se débarrasser des déchets. Toutefois, ces processus sont le plus souvent ignorés ou considérés comme secondaires, par rapport aux "vraies" activités des maisonnées. Un tel biais vient, en partie, de l’objectif de tenter d’interpréter les aires d’activités, les schèmes de comportement et les inventaires systématiques basés sur les rejets de facto ou primaires, les artefacts laissés sur les surfaces d’occupation lorsque les occupants ont abandonné une structure ou un site (Schiffer, 1972, 1987, 1995). Alors que les archéologues comportementalistes ont fourni des explications et des modèles détaillés sur la façon dont les artefacts se déplacent depuis leur contexte originel d’utilisation jusqu’à d’autres aires plus éloignées, de tels processus de formation sont au final considérés comme "dégradant" la reconstruction par les archéologues des comportements "réels" des maisonnées.

4Néanmoins, l’étude des dépotoirs et du dépôt des ordures a toujours occupé une place centrale dans la recherche archéologique, puisque les objets rejetés tendent à se confondre avec les inventaires basiques des assemblages archéologiques. Les études ethnographiques et ethno-archéologiques, en particulier, ont fourni d’importants modèles pour tester les données archéologiques (Deal, 1985, 1998 ; Arnold III, 1990 ; Killion, 1992 ; Hutson et al., 2007a ; Emery, Brown, en préparation). Hayden et Cannon (1983), par exemple, arguent, en se basant sur l’étude d’approximativement 50 maisonnées des montagnes mayas, que le dépôt actuel des détritus est basé sur une économie de l’effort, sur la valeur potentielle des ordures et sur l’encombrement potentiel par les détritus. De tels modèles ethnographiques ont guidé les archéologues dans leurs schémas de recherche et ont fourni des interprétations basées sur des logiques rationalistes et économiques. En général, ces études ethnographiques, tout comme la plupart des investigations archéologiques qui les ont testées, ont traité les déchets comme étant le sous-produit neutre de routines banales, plutôt que comme des objets signifiants, comme le résultat de l’intervention humaine ou comme capables d’affecter simultanément l’action humaine.

5L’un des moyens qui ont servi à explorer l’agentivité humaine et la signification des ordures a été l’analyse des dépôts rituels de détritus, tels que le dépôt d’outils cassés rituellement et de restes de festins, les artefacts brisés et dispersés découverts dans des configurations ou des contextes inhabituels, et les amas coquilliers mélangés avec des inhumations (Schiffer, 1995 : 29 ; Moholy-Nagy, 1997 ; Mock, 1998 ; Bruck, 2006 ; Stanton et al., 2008 ; Walker, 2012 ; McNiven, 2013). Alors que certains archéologues ont traité de tels dépôts comme des sous-produits d’activités rituelles, d’autres pointent l’importance du bris, de la dispersion et du dépôt de tels débris, ce qui constitue une action en tant que telle, un moyen d’"achever" rituellement un bâtiment. À leur tour, de telles pratiques de dépôt rituel peuvent avoir marqué des moments critiques, lors desquels ces lieux ont été chargés d’histoire. Comme certains l’ont soutenu, les dépôts rituels d’ordures ont affecté les actions humaines subséquentes, au point d’imprégner de sens ces lieux et d’inciter les gens d’y procéder à des activités similaires au même endroit (Lucero, 2008 ; Joyce, Pollard, 2010). Nous argumentons plus bas que même de banals dépôts d’ordures ont un "effet" sur les humains, en influençant les déplacements et les conceptions de l’espace.

6La focalisation sur la théorie de la pratique en archéologie, en particulier, a souligné que les modes de dépôts d’ordures quotidiens les plus communs ont le potentiel de mettre en lumière les significations et les dispositions culturelles des maisonnées anciennes. Ce qui est considéré comme une pollution ou "des matières qui ne sont pas à leur place", n’est pas inhérent, mais culturellement construit (Douglas, 1966). Comme Bourdieu (1977, 1990) l’a souligné, les humains mettent en œuvre, reproduisent, et au final retravaillent de telles constructions culturelles au cours des actions quotidiennes, sans cesse répétées. Par exemple, Lightfoot et al. (1998 : 209-211) confrontent les dispositions culturelles de propreté entre les groupes amérindiens Alutiiq et Pomo. Alors que les Alutiiq de l’Alaska laissent à la surface de leurs maisons les débris de nourriture, les ossements, les débris de coquillages, les artefacts, les éclats de bois et les cendres, les Pomo du nord de la Californie sont connus pour conserver leurs surfaces d’habitat relativement vierges de débris et pour déposer leurs ordures dans des dépôts concentrés en contrebas de leurs maisons. À Fort Ross, Californie, durant le XIXe siècle, les maisonnées interethniques de ce que l’on pense avoir été des hommes Alutiiq et des femmes Kashaya Pomo ont reproduit les schémas de propreté Pomo, bien que leur alimentation ait été typique des Alutiiq. Dans ce cas, même les pratiques communes de dépôt des ordures ont pu servir à l’affirmation et à la négociation des identités.

7Plus bas, nous nous basons sur ces diverses études pour notre examen des modes de dépôts d’ordure des maisonnées mayas de l’époque classique. Nous considérons les déchets comme un sous-produit des activités de la maisonnée et des vestiges matériels significatifs affectant l’action et le mouvement humains. Nous soulignons que les populations anciennes agissaient tout à la fois d’une manière logique, pour minimiser leurs efforts, et suivant des logiques culturelles guidées par des normes, des croyances et des valeurs particulières. En contraste avec plusieurs des études citées plus haut, nous reconnaissons toutefois l’hétérogénéité sociale des habitats anciens et nous considérons la possibilité que même les pratiques de rejet de détritus étaient socialement imbriquées.

2 - Le contexte du site et les méthodes

8Le site de Motul de San José est localisé approximativement à 3 km de la rive nord-ouest du lac Petén Itza, dans le Petén central, au Guatemala. C’était la capitale (ou l’une des capitales) de l’entité politique Ik’ identifiée par le glyphe de l’emblème Ik’ (Marcus, 1976 : 68, 183-190 ; Reents-Budet et al., 1994 ; Just, 2012 ; Tokovinine, Zender, 2012). Le site a connu son apogée durant la fin de la période classique, au cours de laquelle la plupart de ses groupes architecturaux ont été occupés et des campagnes significatives de construction ont été entreprises. Le projet archéologique Motul de San José, dirigé par la Dr. Antonia Foias du Williams College et le Dr. Kitty Emery du Florida Museum of Natural History, a permis des recherches archéologiques sur le site entre 1998 et 2005 (Foias, Emery, 2012).

9Le projet consistait en un programme de sondages dans les maisonnées pour localiser les dépotoirs (Deter-Wolf, Charland, 1999 ; Ramírez et al., 2000 ; Halperin et al., 2001). Les sondages ont été pratiqués en plaçant une série de sondages de 1×1 m au centre et en arrière de groupes architecturaux (n=47 [la périphérie orientale n’était pas incluse dans les sondages]). Ces efforts ont également été combinés avec un programme plus intensif de sondages plus petits, de 50×50 cm, placés systématiquement à 3 m d’intervalle les uns des autres, le long des extrémités du groupe architectural (à une distance d’approximativement 3 m des extrémités des bâtiments) (n=38). Ces petites unités de 50×50 cm ont été élargies si des dépotoirs étaient mis au jour.

10La stratégie d’échantillonnage du projet Motul de San José n’a pas l’avantage de méthodes d’échantillonnage basées sur des surfaces plus extensives, qui fournissent une compréhension spatiale exhaustive des localisations de rejets et des densités (par exemple des sondages à la pelle ou de la taille de trous de poteau placés sur une grille ; des prospections systématiques de surface) (Manzanilla, 1987 ; Webster, Gonlin, 1988 ; Killion et al., 1989 ; Robin, 1999 ; Hutson et al., 2007b ; Blackmore, 2011). Le programme de sondage a cependant réussi à identifier les dépotoirs contenant des artefacts non périssables. En outre, des paramètres de temps/travail relativement efficaces pour cette stratégie ont permis l’échantillonnage d’un plus grand nombre de maisonnées que cela n’est généralement possible par une grille à plus large couverture ou par des méthodes de fouilles horizontales. Nous avons ainsi pu comparer de nombreuses maisonnées relevant de différents statuts sociaux. Pour compléter le programme de sondages, des fouilles horizontales de structures architecturales de maisonnées et d’espaces de patio ont été réalisées sur un nombre limité de groupes architecturaux (n=6 : opérations 2, 15, 29, 31, 39, 42) (Foias et al., 2012).

11À Motul de San José, comme sur d’autres sites de la période classique au sein de l’aire maya, les maisonnées (ou peut-être plus exactement des unités de co-résidence) sont plus ou moins assimilées aux groupes architecturaux (également désignés ici comme groupes de maisonnées) de deux structures ou plus qui occupent un espace de patio partagé (Ashmore, 1981). Le projet Motul de San José a distingué trois désignations de statut social pour les groupes architecturaux sur la base du volume architectural. Ces désignations sont considérées comme des catégories heuristiques liées respectivement à des statuts de maisonnées royaux (rang 1), élites intermédiaires (rang 2) ou gens du commun (rang 3).

12À la différence des schèmes d’établissement nucléaires vus ailleurs, tels que ceux de Teotihuacan (Mexique), les centres Maya classiques présentent un urbanisme de faible densité, puisque les groupes architecturaux sont fréquemment dispersés au sein d’espaces non-architecturaux qui servaient probablement de jardins et de terres agricoles (Chase et al., 1990 ; Feinman, Nicholas, 2012). Toutefois, les groupes de maisonnées pouvaient s’agglomérer et former des quartiers (Ashmore, 1981 ; Arnaud et al., 2012), sans jardin ou espace agricole manifeste entre eux. Comme nous le suggérons plus bas, la composition sociale de ces concentrations d’habitations peut être davantage comprise en identifiant les dépotoirs.

3 - L’espace de la maisonnée

13L’une des manières dont le rejet des détritus sert à la compréhension des maisonnées est du fait de sa contribution à la définition de l’espace de la maisonnée. La recherche ethnographique sur les groupes de maisons mésoaméricaines contemporaines a révélé que l’accumulation de détritus se produit fréquemment dans l’"arrière-cour", une zone en arrière des bâtiments et aux limites des espaces du patio où les débris ont été rejetés ou balayés des aires de circulation intense et des aires d’activités (Hayden, Cannon, 1983 ; Deal, 1985 ; Arnold III, 1990 ; Killion, 1992) (figure 2a). Bien que de nombreux items puissent être provisoirement mis au rebut à l’intérieur ou à la limite des bâtiments et qu’aussi bien les rejets, tant organiques qu’inorganiques, finissent souvent dans les zones de jardin de la maison, l’arrière-cour est l’une des plus riches aires pour le dépôt du détritus durable. Malheureusement, la plupart des recherches archéologiques dans l’aire maya sont focalisées sur les espaces architecturaux intérieurs et extérieurs, et délaissent totalement la zone de l’arrière-cour.

Figure 2 - Groupes résidentiels maya montrant l’emplacement des concentrations de débris non périssables.

Figure 2 - Groupes résidentiels maya montrant l’emplacement des concentrations de débris non périssables.

(a) groupe résidentiel contemporain Tzeltal Maya montrant une "arrière-cour" remplie de détritus et de restes de balayages (d’après Hayden, Cannon, 1983 : fig. 5, modifiée) ; (b) schéma d’un groupe résidentiel de la période classique (groupe Muuch) de Chunchucmil, Mexique, montrant les densités céramiques (>3 kg/m3) identifiées en utilisant des unités de sondage de 50×50 cm placées sur une grille (d’après Hutson et al., 2007 : fig. 5a, fig. 11, modifiées).

14Toutefois, plusieurs études archéologiques majeures ayant entrepris des stratégies d’échantillonnage exhaustives révèlent que les dépotoirs de la période classique suivent grossièrement les modèles ethnographiques (Manzanilla, 1987 ; Webster, Gonlin, 1988 ; Killion et al., 1989 ; Ball, Kelsay, 1992 ; Robin, 1999, 2002 ; Hutson et al., 2007a ; Blackmore, 2011). Ces études ont identifié des "arrière-cours" se présentant derrière ou aux limites des structures où les densités d’artefacts étaient les plus hautes (figures 2b-3). Elles contrastent avec les espaces de patio et l’intérieur des bâtiments, qui sont relativement propres. Plusieurs de ces études ont également localisé le jardin de la maison et les zones agricoles à travers des analyses du phosphate, des phytolithes et ethnobotaniques. Les zones horticoles et agricoles contiennent également des déchets, tels que des produits organiques utilisés comme fertilisant et des concentrations relativement faibles d’artefacts non périssables (Hutson et al., 2007b ; Wyatt, 2008). De manière similaire, les échantillonnages systématiques réalisés par Halperin et les analyses de phosphates subséquentes effectuées par Richard Terry (Brigham Young University) ont révélé que les zones à fort taux de phosphate dans les résidences de Motul de San José coïncidaient fréquemment avec les dépotoirs des arrière-cours (cf. Bair, Terry, 2012, pour les méthodes d’échantillonnage de phosphate) (figures 4-5). Comme cela a été découvert ailleurs, cependant, les concentrations de phosphate sont également indicatrices de traitement de la nourriture et d’activités de consommation, de rituels impliquant des matériaux organiques et de zones agricoles et sont de ce fait mieux interprétées en combinaison avec d’autres sources de données (Parnell et al., 2002 ; Hutson et al., 2007b ; Eberl et al., 2012).

Figure 3 - Plan de Motul San José.

Figure 3 - Plan de Motul San José.

Emplacement des amas de détritus des "groupes résidentiels" (en rouge) et de grands dépôts secondaires Op. 2A (en vert) aux limites du complexe palatial (8L6) (noter que les groupes testés par sondages de 50×50 cm sont désignés par des caractères de grande taille).

Figure 4 - Plan du groupe 10M3 de Motul de San José (Op. 39).

Figure 4 - Plan du groupe 10M3 de Motul de San José (Op. 39).

en violet : les concentrations de phosphate (P de mg extractable/kg), en noir : les zones fouillées ; en rouge : l’emplacement des amas.

Figure 5 - Plan du groupe 11N2 de Motul de San José (Op. 42).

Figure 5 - Plan du groupe 11N2 de Motul de San José (Op. 42).

en violet : les concentrations de phosphate (P de mg extractable/kg), en noir : les zones fouillées ; en rouge : l’emplacement des amas.

15En dépit de l’identification de ces différentes zones comme des espaces de maisonnées, tous les groupes de maisonnées ne sont pas organisés spatialement de la même manière. Par exemple, les études ethno-archéologiques menées par Arnold III (1990) et Killion (1990) sur des maisonnées contemporaines de Sierra de Tuxtlas au Veracruz (Mexique), ont révélé, qu’à mesure que l’espace disponible décroît, les membres des maisonnées utilisent plus efficacement l’espace domestique en plaçant les détritus dans des aires de rejet plus discrètes plutôt que de les disperser.

16Alors que la gestion des déchets dans ces cas pourrait être structurée par la disponibilité de l’espace, la mise au jour de dépotoirs de la période classique tardive entre les bâtiments dans le cœur urbain du site de Motul de San José indique que l’accumulation de détritus était aussi un moyen par lequel les frontières entre les maisonnées pouvaient être définies. Des schémas similaires de marquages de limites ont été observés au sein de maisons maya contemporaines, où les détritus étaient jetés le long de clôtures basses en pierres divisant chaque propriété (Hayden, Cannon, 1983 : 133-134). À Motul aussi, une concentration de groupes architecturaux de rang 2 suivait le côté oriental de la chaussée orientée nord-sud du site (groupes 8L2, 9L7, 9L6, 9L5, 9L3 sur la figure 3). Comme ils étaient étroitement placés l’un contre l’autre, les bâtiments ont été désignés comme un groupe unique, le groupe E, par le gouvernement guatémaltèque. Le projet archéologique Motul de San José a adopté ces désignations mais en a également créées pour des groupes plus petits (désignés suivant une grille de lettres et de chiffres), bien que les espaces de patios entre eux n’étaient pas complètement séparés les uns des autres. La reprise d’une accumulation relativement substantielle de détritus entre deux de ces groupes (groupes 9L7 et 9L6) pouvait renforcer les divisions entre les maisonnées.

17Les autres dépotoirs qui pouvaient avoir renforcé la délimitation des groupes de maisonnées sont ceux trouvés entre les concentrations de groupes architecturaux 8M5, 8M4 et 8M7, entre 7J2 et 7J3, entre 8L9 et 8l10 et entre 8L1 et 8L3. Dans ces cas de figures, les détritus peuvent n’avoir pas seulement été déposés ou balayés aux limites de l’espace de la maisonnée, mais également avoir servi d’obstacles symboliques, physiques ou même odorants aux mouvements réguliers entre ces espaces. De telles aversions peuvent avoir créé des "barrières", implicites ou involontaires, par lesquelles les détritus et les humains se sont mutuellement affectés. Du fait que la plupart des sites mayas classiques ne présentent pas de petits murs en pierres pour diviser les groupes de maisons (cf. Manzanilla, 1987 ; Hutson et al., 2004, 2007a), les dépotoirs peuvent fournir des indications sur la manière dont les espaces des maisonnées étaient produits au cours d’activités courantes et quotidiennes.

4 - Le cycle de vie des maisonnnées

18En plus de son rôle dans la définition – et dans le fait d’être défini par – l’espace de la maisonnée, le dépôt des détritus était également lié aux cycles de vie de la maisonnée (Deal, 1985). Les sources ethnohistoriques suggèrent que les cycles de nettoyage mésoaméricains étaient en rapport avec le cérémonial calendaire. De manière similaire au rituel de purification du corps par la transpiration dans un bain de vapeur, la maison était rituellement balayée, nettoyée et renouvelée (Burkart, 1989 ; Hamann, 2008). Par exemple, Diego de Landa (Tozzer, 1941 : 151-152) rapporte que les festivités du Nouvel An des Mayas du Yucatán étaient célébrées par la mise au rebut du mobilier de la maisonnée (par exemple, les assiettes, les poteries, les outils, les tapis, les vieux vêtements, les couvertures pour leurs idoles), le balayage de leurs maisons et l’abandon de ces items dans une décharge extérieure à la ville. En préparation de ces festivités, les hommes jeûnaient et se couvraient de cendres. De même que leurs maisons, ils étaient nettoyés et ornés pour les festivités du jour du Nouvel An (cf. également le nettoyage de la maisonnée durant les cérémonies aztèques du Nouveau Feu, Elson, Smith, 2001).

19Archéologiquement, de tels mouvements ponctuels de dépôts de détritus sont très visibles à la fin du cycle de vie d’une maisonnée, avec des dépôts de détritus sur le sol connus comme des "rituels d’abandon", des "dépôts rituels" et des "dépôts spéciaux" (Coe, 1965 ; Mock, 1998 ; Lucero, 2008 ; Stanton et al., 2008 ; Newman, 2015). Ces dépôts, découverts aussi bien dans des espaces publics, cérémoniels, que dans des contextes résidentiels, diffèrent des dépotoirs typiques par le fait que de larges quantités d’artefacts cassés étaient laissés sur des surfaces accueillant habituellement une importante circulation. Ils étaient souvent accompagnés par de larges traces d’incendie, des dépôts de marne blanche et/ou par une destruction architecturale (Stanton et al., 2008). Bien que la nature, les significations et les intentions derrière ces dépôts soient débattus, nous soulignons ici leur possible rôle dans le marquage du temps.

20La destruction de l’architecture par le dépôt des détritus, l’incendie, l’enfouissement et/ou le démantèlement des murs peut aussi avoir été liée au processus de désanimation ou de meurtre rituel du lieu. Les peuples mésoaméricains contemporains et anciens concevaient la maison physique, aussi bien que de nombreux objets matériels, comme des entités vivantes, animées (Houston, 2014). Beaucoup de bâtiments mésoaméricains ont été construits successivement, les uns sur les autres. Les nouveaux épisodes de construction étaient souvent accompagnés par le dépôt d’offrandes et de défunts au sein des fondations, afin de servir à consacrer et à doter le bâtiment d’une âme. De fait, de telles offrandes dédicatoires sont le pendant d’épisodes d’enfouissement ou de destruction de bâtiment, formant un cycle de dédication, de destruction et de renouveau (Mock, 1998 ; Lucero, 2008 ; McAnany, 2010).

21À Motul de San José, la trace d’un rituel de condamnation de la phase classique terminale a été découverte dans un palais de l’élite, le groupe 8M7 (unités 15A-22, 23, 36, 37). Elle marquait la fin d’une longue séquence d’épisodes de reconstruction datant de façon continue depuis le préclassique moyen (600-300 avant notre ère) jusqu’à la période classique terminale (vers 830-990 de notre ère). Ce rituel consistait en larges morceaux de stuc démantelé et en une grande quantité d’artefacts (vases céramiques cassés [n=2458 ; 34,4 kg], figurines en céramique, fusaïoles, ossements animaux, pierres à polir, argile crue et morceaux de pigment, débris et outils lithiques) jetés directement sur le sol, bloquant l’entrée de l’intérieur de l’une des pièces et remplissant l’espace du patio entre les bâtiments ouest et sud du groupe résidentiel (figure 6). Le sol de stuc sous une partie du dépôt, aussi bien qu’environ la moitié des artefacts, portaient des traces évidentes de combustion. La combustion avait été si intense que cela avait même fondu une partie des murs en stuc du bâtiment (Foias et al., 1993 : 33, 2010 : 110). Bien que la céramique comprenait de grands fragments, pas un seul vase ni une seule figurine ne purent être intégralement reconstruits. Et à l’exception de deux bifaces complets en pierre, les matériaux restants étaient également dans un état fragmentaire. De tels schémas de dépôts ont été notés pour des rituels de déposition découverts ailleurs, tels que ceux de Saturday Creek, Blue Creek et El Zotz (Clayton et al., 2005 ; Lucero, 2006 ; Newman, 2015), et révèlent que les détritus n’étaient pas créés au moment de leur dépôt (ils n’étaient pas fracassés et cassés in situ), mais intentionnellement collectés, fragmentés et jetés sur les surfaces d’occupation.

Figure 6 - Photographie de l’unité MSJ15A-37 du groupe 8M7 montrant une partie de la portion supérieure d’un dépôt rituel de condamnation et plan du groupe 8M7 montrant sa localisation par rapport au bâti (unités MSJ15A-22, 23, 36, 37).

Figure 6 - Photographie de l’unité MSJ15A-37 du groupe 8M7 montrant une partie de la portion supérieure d’un dépôt rituel de condamnation et plan du groupe 8M7 montrant sa localisation par rapport au bâti (unités MSJ15A-22, 23, 36, 37).

cliché : Antonia Foias

  • 1 De faibles quantités de céramiques du Postclassique ancien ont été retrouvées dans l’humus et dans (...)

22Il est difficile d’identifier, cependant, si de tels dépôts étaient des actes révérencieux de destruction réalisés par les habitants du bâtiment ou des actes violents, peut-être entrepris par ceux qui étaient étrangers à la maisonnée. Des traces de boucherie de restes humains, la possible dispersion de plusieurs corps d’ancêtres et la mise au jour d’armes auprès de quantités significatives d’artefacts cassés pourraient apporter la preuve de combats ou d’actes violents (Ambrosino et al., 2001 ; Inomata, 2003 ; Barrett, 2005 ; Harrison-Buck et al., 2007 ; Navarro Farr et al., 2008). À l’exception peut-être des pièces bifaciales complètes, l’exemple de Motul de San José n’a révélé aucun indice1. Quelle qu’en soit l’intention, toutefois, ces dépôts constituent des éléments critiques dans le cycle temporel d’un bâtiment et dans les vies des habitants qui y résident.

5 - Le statut social de la maisonnée

  • 2 Les méthodes d’échantillonnage des dépotoirs de Chan consistaient en des sondages disposés régulièr (...)

23Bien que beaucoup des études mentionnées plus haut traitent les maisonnées comme des unités d’analyse sociale relativement homogènes, la position sociale d’une maisonnée était également impliquée dans les pratiques de rejet. Par exemple, sur le site Chan de l’intérieur des terres du Belize, le type et l’élaboration de l’architecture ont créé différentes opportunités pour se distancer des détritus que l’on accumule (Robin, 2002 ; Blackmore, 2011). Les maisonnées de statut supérieur construisaient leurs maisons sur des plateformes en élévation et, tour à tour, rejetaient régulièrement leurs détritus à l’arrière ou sur les côtés de celles-ci2. Cette pratique contrastait avec celle de leurs voisins plus humbles, dont les maisons n’étaient pas bâties sur des plateformes en élévation. Parmi ces groupes résidentiels plus humbles, la séparation des détritus et de l’espace d’habitation n’était pas créée par l’élévation, mais à travers une distance horizontale, d’approximativement 10-25 m de leurs structures. Ces dépotoirs étaient également moins denses et étaient en général dépourvus de biens importés.

24Bien que les méthodes de fouille à Motul de San José ne permettent pas de les comparer avec les découvertes à Chan, notre analyse des dépotoirs découverts dans l’"arrière-cour" des groupes résidentiels révèle que les maisonnées de plus bas statut possédaient, en moyenne, les dépotoirs les plus denses (figure 7, tableaux 1-2). Ces découvertes ne signifient pas que les maisonnées de plus bas statut possédaient plus de détritus que les maisonnées de plus haut statut, puisqu’une comparaison des décomptes de tessons de céramique de la période classique tardive, rapportés au poids par estimation du volume fouillé, révèle que les densités de tessons de céramique étaient relativement semblables entre les catégories de groupes architecturaux, même si les maisonnées de l’élite possédaient de plus grandes quantités de biens de prestige et importés (Foias et al., 2012). Alors que les densités des dépotoirs étaient affectées par la durée d’occupation de la maison, les dépotoirs des arrière-cours étaient tous datés principalement du Classique tardif (tableau 1). En outre, du fait que certaines des maisonnées de rang inférieur étaient situées dans le cœur du site, les fortes densités des dépotoirs ne peuvent être complètement expliquées par un plus grand accès aux espaces agricoles ou intermédiaires entre les groupes architecturaux, comme cela a été vu dans la périphérie nord du site.

Figure 7 - Comparaison des moyennes de décomptes des tessons céramiques et des moyennes de masses céramiques (en g) par contexte archéologique.

Figure 7 - Comparaison des moyennes de décomptes des tessons céramiques et des moyennes de masses céramiques (en g) par contexte archéologique.

Tableau 1 - Amas de Motul de San José mis au jour par des transects de sondages extérieurs (50×50 cm).

Tableau 1 - Amas de Motul de San José mis au jour par des transects de sondages extérieurs (50×50 cm).

25Par contraste, les maisonnées de haut statut situées dans le cœur de Motul de San José géraient de façon disproportionnée leurs détritus en les utilisant pour construire leurs bâtiments. L’une des plus grandes séries de dépotoirs fouillés sur le site a été découverte dans un remblai de construction (de 3 m d’épaisseur) d’une seule grande plateforme supportant le coin nord-ouest du palais du site, le groupe 8L6. Les déchets provenant de ce remblai étaient parmi les plus riches du site et contenaient des débris du Classique tardif : une production d’outils en os, une série de restes fauniques, des outils de mouture, des fusaïoles et d’autres outils de production textile, des traces de production de vases en céramique et de statuettes. Les décomptes et les masses de la céramique y étaient plus élevés que la somme de tous ceux des dépotoirs d’"arrière-cours" (tableau 2). De tels débris provenaient probablement des maisonnées royales et de l’élite au sein du cœur du site, puisqu’ils étaient de nature domestique, mais contenaient également de hauts niveaux d’items exotiques, de prestige et importés, comparables à ceux découverts dans les contextes de tombes et de dépotoirs d’autres maisonnées de rang 1 (Foias et al., 2012). Comme cela a été détaillé ailleurs (Halperin, Foias, 2010, 2012), la grande majorité des déchets était concentrée dans une couche sans remplissage de pierres, suggérant un épisode unique de dépôt de détritus.

Tableau 2 - Comparaison des amas de "groupes résidentiels" avec les amas du remblai de construction du palais Op. 2.

Tableau 2 - Comparaison des amas de "groupes résidentiels" avec les amas du remblai de construction du palais Op. 2.

26Bien que les pratiques de gestion des déchets des maisonnées de bas statut pourraient être en partie expliquées par des arguments rationnels de commodité et de minimisation de l’effort, toutes les maisonnées n’approchaient pas le monde en disposant des mêmes opportunités et ressources. Nous suggérons que les maisonnées de l’élite bénéficiaient d’une plus grande diversité de ressources, de tel sorte que les gens pouvaient balayer et maintenir des surfaces de vie aussi bien qu’entreprendre de plus substantielles campagnes de construction au cours desquelles les dépôts de détritus pouvaient être coordonnés et cachés.

6 - Régionalisme

27Au fur et à mesure que les recherches sur l’aménagement des dépotoirs deviennent plus courantes, une régionalisation des pratiques semble devenir plus apparente. Par exemple, sur le site d’époque classique de Chunchucmil, Hutson et Stanton (2007) ont mis en évidence une préférence statistiquement significative pour le dépôt des détritus dans la partie occidentale des groupes résidentiels. Ils ont montré qu’aucune motivation pratique (comme, par exemple, la pente du terrain ou la direction des vents dominants) n’était de nature à expliquer un tel mode de disposition des détritus et soutiennent que ce mode était en relation avec la conception maya, contemporaine et ancienne, de l’Ouest comme étant associé à la décomposition, à la mort et aux esprits maléfiques. Ailleurs dans le monde, de telles orientations préférentielles sont connues pour le choix de l’emplacement des dépotoirs, comme, par exemple, au sein des maisonnées des IXe-XIIe siècles dans la partie septentrionale du Sud-Ouest des États-Unis, où les blocs de pièces, les fonds de cabane et les dépotoirs étaient systématiquement alignés les uns les autres le long d’un axe d’orientation Nord-Sud ou Nord-ouest/Sud-est, au sein desquels les dépotoirs occupaient toujours la position sud ou sud-est (Lekson, Akins, 2006).

28Notre examen des dépotoirs hors de la partie haute à Motul de San José, ne révèle néanmoins aucune préférence occidentale pour le dépôt des détritus. En fait, les dépotoirs ont été trouvés dans toutes les directions cardinales, sans qu’aucune préférence n’apparaisse (figure 8). Ces données ne fragilisent pas nécessairement les observations faites à Chunchucmil, site qui est assez éloigné de Motul de San José. Cela ne signifie pas non plus que les habitants de Motul de San José n’avaient pas la même conception des directions cardinales, puisque ces idéologies étaient exprimées de manières différentes (Ashmore, Sabloff, 2002). Nous suggérons plutôt qu’un certain régionalisme dans les pratiques de rejet se manifestait par certaines préférences (ou leur absence) répétées au sein de groupes qui avaient en commun des sphères d’interactions usuelles, quotidiennes. De tels régionalismes ne peuvent être mis en évidence que par de futures études systématiques axées sur les emplacements hors des parties hautes des sites.

Figure 8 - Graphique des directions cardinales des emplacements des amas identifiés au cours du programme de sondage (50×50 cm) de Motul de San José.

Figure 8 - Graphique des directions cardinales des emplacements des amas identifiés au cours du programme de sondage (50×50 cm) de Motul de San José.

Noter que les désignations combinées ont été trouvées sur un côté d’un groupe archéologique, mais qui est situé si proche d’un autre groupe, de telle façon que la direction cardinale indiquée peut s’avérer ambigüe.

Conclusions

29Même les pratiques, apparemment insignifiantes, par lesquelles les maisonnées se débarrassaient de leurs détritus, étaient impliquées dans les manières par lesquelles elles s’exprimaient et se constituaient. Les études ethnographiques indiquent que les emplacements des dépôts de détritus non périssables étaient souvent structurés par la disponibilité et la composition de l’espace de la maisonnée. Nous suggérons, cependant, que les dépotoirs structuraient également les espaces de la maisonnée, en influençant la façon dont les membres de la maisonnée se déplaçaient et concevaient les divisions de la maisonnée. En retour, la disposition des détritus de la maisonnée était une partie intégrante des cycles de vie de la maisonnée, en ce que les moments ponctuels de dépôt de détritus marquaient les moments critiques de l’expérience de la maisonnée. Le stade final des cycles de vie de la maisonnée pourrait être archéologiquement visible à travers les rituels de fermeture ou les actes de destruction, au cours desquels les détritus étaient jetés sur les surfaces d’occupation et des rites d’incendie étaient pratiqués.

30Notre analyse des dépotoirs aux limites extérieures ou l’"arrière-cour" des maisonnées de Motul de San José a également révélé que le dépôt graduel, quotidien, des détritus différait entre les maisonnées de statut inférieur et élevé. Les maisonnées de statut inférieur possédaient des dépôts plus concentrés aux limites de leurs bâtiments, alors que les maisonnées de statut élevé du cœur du site disposaient disproportionnellement des détritus en les plaçant dans un remblai architectural. Bien que toutes les maisonnées cherchaient indubitablement des solutions pratiques au problème du rejet des détritus, les maisonnées de statut inférieur semblent avoir eu moins de ressources et d’opportunités pour le dépôt coordonné des détritus dans des remblais de construction. De nouvelles recherches seraient nécessaires sur les pratiques communautaires du rejet des ordures, comme dans des grottes ou des contextes publics. Enfin, les modes de rejet de détritus pourraient exprimer des différences régionales, comme le suggèrent les différences dans l’emplacement des dépôts de détritus non périssables entre Motul de San José et Chuchucmil. De manière générale, nous soulignons le besoin de penser la gestion ancienne des déchets comme une variable sociale, au sein de laquelle les maisonnées effectuaient leurs activités quotidiennes avec des ressources potentiellement différentes et des histoires d’interaction et, en retour, reproduisaient et retravaillaient ces conditions (et les maisonnées elles-mêmes) de manières subtiles, parfois considérées comme allant de soi, telles que les pratiques de rejet des détritus.

Haut de page

Bibliographie

Ambrosino J., Ardren T., Stanton T. W., 2001 - The History of Warfare at Yaxuná, in Kathryn Brown M., Stanton T. W. (eds.), Warfare and Conflict in Ancient Mesoamerica, Walnut Creek, CA, AltaMira Press, 109-123.

Arnauld M., Manzanilla L., Smith M. E. (eds.), 2012 - The neighborhood as a social and spatial unit in Mesoamerican cities, Tucson, University of Arizona Press.

Arnold III P. J., 1990 - The organization of refuse disposal and ceramic production within contemporary Mexican houselots, American Anthropologist, 92, 915-932.

Ashmore W., 1981 - Lowland Maya Settlement Patterns, Santa Fe, Utah, School for Advanced Research.

Ashmore W., Sabloff J. A., 2002 - Spatial Orders in Maya Civic Plans, Latin American Antiquity, 13 (2), 201-215.

Ashmore W., Wilk R. R., 1988 - Household and Community in the Mesoamerican Past, in Wilk R. R., Ashmore W. (eds.), Household and Community in the Mesoamerican Past, Albuquerque, University of New Mexico Press, 1-28.

Bair D. A., Terry R. E., 2012 - In Search of Markets and Fields, in Foias A. E., Emery K. F. (eds.), Motul de San José: Politics, History, and Economy in a Classic Maya Polity, Gainesville, University Press of Florida, 357-385.

Ball J. W., Kelsay R. G., 1992 - Prehistoric Intrasettlement Land Use and Residual Soil Phosphate Levels in the Upper Belize Valley, Central America, in Killion T. W. (ed.), Gardens of Prehistory: The Archaeology of Settlement Agriculture in Greater Mesoamerica, Tuscaloosa, AL, University of Alabama Press, 234-263.

Barrett J. W., Sherer A., 2005 - Stones, Bones, and Crowded Plazas: Evidence for Terminal Classic Maya warfare at Colha, Belize, Ancient Mesoamerica, 16 (1), 101-118.

Blackmore C., 2011 - Ritual Among the Masses: Deconstructing Identity and Class in an Ancient Maya Neighborhood, Latin American Antiquity, 22 (2), 159-177.

Bourdieu P., 1977 - Outline of a Theory of Practice, Cambridge, Cambridge University Press.

Bourdieu P., 1990 - The Logic of Practice, Cambridge, Polity.

Bruck J., 2006 - Fragmentation, Personhood and the Social Construction of Technology in Middle and Late Bronze Age Britain, Cambridge Archaeological Journal, 16, 297-315.

Burkart L. M. 1989 - The Slippery Earth: Nahua-Christian Moral Dialogue in Sixteenth-Century Mexico, Tucson, AZ, University of Arizona Press.

Chase D. Z., Chase A. F., Haviland W. A., 1990 - Classic Maya City: Reconsidering the “Mesoamerican Urban Tradition”, American Anthropologist, 92 (2), 499-506.

Clayton S. C., Driver W. D., Kosakowsky L. J., 2005 - Rubbish or Ritual? Contextualizing a Terminal Classic Problematical Deposit at Blue Creek, Belize: A Response to Public Architecture, Ritual, and Temporal Dynamics at the Maya Center of Blue Creek, Belize by Thomas H. Guderjan, Ancient Mesoamerica, 16 (1), 119-130.

Coe M. D., 1965 - Caches and Offering Practices of the Maya Lowlands, in Willey G. R. (ed.), Archaeology of the Southern Maya Lowlands, Austin, University of Texas Press (Handbook of Middle American Indians), 462-468.

Deal M., 1985 - Household Pottery Disposal in the Maya Highlands: An Ethnoarchaeological Interpretation, Journal of Anthropological Archaeology, 4, 243-291.

Deal M., 1998 - Pottery Ethnoarchaeology in the Central Maya Highlands, Salt Lake City, University of Utah Press.

Deter-Wolf A., Charland J., 1999 - Excavaciones de Prueba en el Sitio de Motul de San José, in Foias A. E. (ed.), Proyecto Arqueológico Motul de San José: Informe #2 Temporada de Campo 1999, Williamstown, Department of Anthropology and Sociology, University of Williams, 30-62.

Douglas M., 1966 - Purity and Danger: An Analysis of the Concepts of Pollution and Taboo, New York, Routledge.

Eberl M., Álvarez M., Terry R. E., 2012 - Chemical Signatures of Middens at a Late Classic Maya Residential Complex, Guatemala, Geoarchaeology, 27 (5), 426-440.

Elson C. M., Smith M. E., 2001 - Archaeological Deposits from the New Fire Ceremony, Ancient Mesoamerica, 12, 157-174.

Emery K. F., Brown L. A., sous presse - Animal Refuse Disposal Practices Among the Itzaj Maya of the Petén Lakes Region, Guatemala, Journal of Anthropological Archaeology.

Feinman G. M., Nicholas L. M., 2012 - Compact versus Dispersed Settlement in Pre-Hispanic Mesoamerica: The Role of Neighborhood Organization and Collective Action, in Charlotte Arnauld M., Manzanilla L., Smith M. E. (eds.), The Neighborhood as Social and Spatial Unit in Mesoamerica, Tucson, AZ, University of Arizona Press, 132-155.

Foias A. E., Foster M., Spensley E., 1999 - Excavaciones en la Estructura Oeste del Grupo D: Operación MSJ15A, in Foias A. E., Castellanos J. E. (eds.), Proyecto Arqueológico Motul de San José: Informe #3 Temporada de Campo 2000, Williamstown, Department of Anthropology and Sociology, University of Williams, 29-52.

Foias A. E., Emery K. F. (eds.), 2012 - Motul de San José: Politics, History and Economy in a Classic Maya Polity, Gainesville, University Press of Florida.

Foias A. E., Halperin C. T., Spensley E., Castellanos J., 2012 - Excavations in the Center of Motul de San José: Architecture, Volumetrics, and Social Status, in Foias A. E., Emery K. F. (eds.), Motul de San José: Politics, History, and Economy in a Classic Maya Polity, Gainesville, University Press of Florida, 94-138.

Gonlin N., Douglass J. G., 2012 - Ancient Households of the Americas: Conceptualizing what Households Do, Boulder, University Press of Colorado.

Halperin C. T., Foias A. E., 2010 - Pottery Politics: Late Classic Maya Palace Production at Motul de San José, Petén, Guatemala, Journal of Anthropological Archaeology, 29, 392-411.

Halperin C. T., Foias A. E., 2012 - Motul de San José Palace Pottery Production: Reconstructions from Wasters and Debris, in Foias A. E., Emery K. F. (eds.), Motul de San José: Politics, History, and Economy in a Classic Maya Polity, Gainesville, University Press of Florida, 167-193.

Halperin C. T., Luin C., McCraken E., Wyatt A., Morales T., 2001 - Programa de Excavaciones de Sondeos, in Foias A. E. (ed.), Proyecto Arqueológico Motul de San José: Informe #4 Temporada de Campo 2001, Report submitted to the Institute of Anthropology and History, Guatemala City, and the Department of Anthropology and Sociology, Williams University, Williamstown, 57-66.

Hamann B., 2008 - Chronological Pollution Potsherds, Mosques, and Broken Gods before and after the Conquest of Mexico, Current Anthropology, 49 (5), 803-836.

Harrison-Buck E., McAnany P. A., Storey R., 2007 - Empowered and Disempowered during the Late to Terminal Classic Transition: Maya Burial and Termination Rituals in the Sibun Valley, Belize, in Tiesler V., Cucina A. (eds.), New Perspectives on Human Sacrifice and Ritual Body Treatments in Ancient Maya Society, New York, Springer, 75-101.

Hayden B., Cannon A., 1983 - Where the Garbage Goes: Refuse Disposal in the Maya Highlands, Journal of Anthropological Archaeology, 2 (2), 117-163.

Houston S. D., 2014 - The Life Within: Classic Maya and the Matter of Permanence, New Haven, CT, Yale University Press.

Hutson S. R., Magnoni A., Stanton T. W., 2004 - House Rules? The Practice of Social Organization in Classic-period Chunchucmil, Yucatán, Mexico, Ancient Mesoamerica, 15, 75-92.

Hutson S. R., Stanton T. W., 2007 - Cultural Logic and Practical Reason the Structure of Discard in Ancient Maya Houselots, Cambridge Archaeological Journal, 17 (2), 123-144.

Hutson S. R., Stanton T. W., Magnoni A., Terry R., Craner J., 2007 - Beyond the Buildings: Formation Processes of Ancient Maya Houselots and Methods for the Study of Non-architectural Space, Journal of Anthropological Archaeology, 26 (3), 442-473.

Inomata T., 2003 - War, Destruction, and Abandonment: The Fall of the Classic Maya Center of Aguateca, Guatemala, in Inomata T., Webb R. (eds.), The Archaeology of Settlement Abandonment in Mesoamerica, Salt Lake City, University of Utah Press, 43-60.

Joyce R. A., Pollard J. P., 2010 - Archaeological Assemblages and Practices of Deposition, in Hicks D., Beaudry M. P. (eds.), The Oxford Handbook of Material Culture Studies, Oxford, Oxford University Press, 291-301.

Just B., 2012 - Dancing into Dreams: Maya Vases of the Ik’ Kingdom, Princeton, NJ, Princeton University Press.

Killion T. W., 1992 - Residential Ethnoarchaeology and Ancient Site Structure: Contemporary Farming and Prehistoric Settlement Agriculture at Matacapan, Veracruz, Mexico, in Killion T. W. (ed.), Gardens of Prehistory: The Archaeology of Settlement Agriculture in Greater Mesoamerica, Tuscaloosa, AL, University of Alabama Press, 119-149.

Killion T. W., Sabloff J. A., Tourtellot G., Dunning N. P., 1989 - Intensive Surface Collection of Residential Clusters at Terminal Classic Sayil, Yucatan, Mexico, Journal of Field Archaeology, 16 (3), 273-294.

Lekson S. H., Akins N. J. (eds.), 2006 - The Archaeology of Chaco Canyon: An Eleventh-century Pueblo Regional Center, Santa Fe, NM, School of American Research Press.

Lightfoot K. G., Martinez A., Schiff A. M., 1998 - Daily Practice and Material Culture in Pluralistic Social Settings: An Archaeological Study of Culture Change and Persistence from Fort Ross, California, American Antiquity, 63, 199-222.

Lucero L. J., 2006 - Water and Ritual: The Rise and Fall of Classic Maya Rulers, Austin, University of Texas Press.

Lucero L. J., 2008 - Memorializing Place among Classic Maya Commoners, in Mills B. J., Walker W. H. (eds.), Memory Work: Archaeologies of Material Practices, Santa Fe, School for Advanced Research, 187-206.

Manzanilla L. (ed.), 1987 - Cobá, Quintana Roo: Análisis de Dos Unidades Habitacionales Maya del Horizonte Clásico, México, D.F., Universidad Nacional Autónoma de México.

Marcus J., 1976 - Emblem and State in the Classic Maya Lowlands: An Epigraphic Approach to Territorial Organization, Washington DC, Dumbarton Oaks Research Library and Collections.

McAnany P. A., 2010 - Ancestral Maya Economies in Archaeological Perspective, Cambridge, Cambridge University Press.

McNiven I., 2013 - Ritualized Middening Practices, Journal of Archaeological Method and Theory, 20 (4), 552-587.

Mock S. B. (ed.), 1998 - The Sowing and the Dawning: Termination, Dedication, and Transformation in the Archaeological and Ethnographic Record of Mesoamerica, Albuquerque, University of New Mexico.

Moholy-Nagy H., 1997 - Middens, Construction Fill, and Offerings: Evidence for the Organization of Production at Tikal, Guatemala, Journal of Field Archaeology, 24, 293-313.

Navarro Farr O. C., Freidel D. A., Arroyave A. L., 2008 - Manipulating Memory in the Wake of Dynastic Decline at El Perú-Waka’: Termination Deposits at Abandoned Structure M13-1, in Stanton T. W., Magnoni A. (eds.), Ruins of the Past: The Use and Perception of Abandoned Structures in the Maya Lowlands, Boulder, CO, University of Colorado Press, 113-145.

Newman S., 2015 - Rethinking Refuse: A History of Maya Trash, Unpublished Ph.D. dissertation, Brown University, RI.

Parnell J. J., Terry R. E., Sheets P., 2002 - Soil Chemical Analysis of Ancient Activities in Cerén, El Salvador: A Case Study of a Rapidly Abandoned Site, Latin American Antiquity, 13 (3), 331-342.

Ramírez F., Sánchez A., Alvarado M., 2000 - Programa de Excavaciones de Sondeo, in Foias A. E., Castellanos J. E. (eds.), Proyecto Arqueológico Motul de San José: Informe #3 Temporada de Campo 2000, Williamstown, Department of Anthropology and Sociology, University of Williams, 9-28.

Reents-Budet D., Bishop R. L., MacLeod B., 1994 - Painting Styles, Workshop Locations and Pottery Production, in Reents-Budet D. (ed.), Painting the Maya Universe: Royal Ceramics of the Classic Period, Durham, Duke University Press, 164-233.

Robin C., 1999 - Towards an Archaeology of Everyday Life: Maya Farmers of Chan Nòohol and Dos Chombitos Cik’in, Belize, Unpublished Ph.D. dissertation, Philadelphia, University of Pennsylvania.

Robin C., 2002 - Outside of Houses: The Practices of Everyday Life at Chan Noohol, Belize, Journal of Social Archaeology, 2, 245-268.

Schiffer M. B., 1972 - Archaeological Context and Systemic Context, American Antiquity, 37 (2), 156-165.

Schiffer M. B., 1987 - Formation Processes of the Archaeological Record, 1st ed., Albuquerque, NM, University of New Mexico Press.

Schiffer M. B., 1995 - Behavioral Archaeology: First Principles, Salt Lake City, UT, University of Utah Press.

Stanton T. W., Brown M. K., Pagliaro J. B., 2008 - Garbage of the Gods? Squatters, Refuse Disposal, and Termination Rituals among the Ancient Maya, Latin American Antiquity, 19 (3), 227-247.

Tokovinine A., Zender M., 2012 - Excavations in the Center of Motul de San José: Architecture, Volumetrics, and Social Status, in Foias A. E., Emery K. F. (eds.), Motul de San José: Politics, History, and Economy in a Classic Maya Polity, Gainesville, University Press of Florida, 30-66.

Tozzer A. M., 1941 - Landa’s Relación de las Cosas de Yucatán: A Translation, Cambridge, MA, Peabody Museum of American Archaeology and Ethnology, Harvard University.

Walker W. H., 2002 - Stratigraphy and Practical Reason, American Anthropologist, 104 (1), 159-177.

Webster D., Gonlin N., 1988 - Household Remains of the Humblest Maya, Journal of Field Archaeology, 15 (2), 169-190.

Wilk R. R., Netting R., 1984 - Households: Changing Forms and Functions, in Netting R. M., Wilk R. R., Arnould E. J. (eds.), Households: Comparative and Historical Studies of the Domestic Group, Berkeley, University of California Press, 1-28.

Wilk R. R., Rathje W. L., 1982 - Household Archaeology, American Behavioral Scientist, 25 (6), 617-639.

Wyatt A. R., 2008 - Pine as an Element of Household Refuse in the Fertilization of Ancient Maya Agricultural Fields, Journal of Ethnobiology, 28 (2), 244-258.

Haut de page

Notes

1 De faibles quantités de céramiques du Postclassique ancien ont été retrouvées dans l’humus et dans les niveaux de destruction de ce groupe architectural, suggérant que les occupants continuèrent à occuper cet espace après le Classique terminal. Bien qu’il soit possible que le dépôt ait été laissé par des "squatters" utilisant la culture matérielle laissée par l’élite des habitants, comme cela a été proposé ailleurs, nous considérons ce scénario comme peu probable, puisque même de nouveaux habitants nettoieraient probablement leur propre espace de vie (Stanton et al., 2008). En outre, le dépôt de scellement lui-même ne contenait pas de céramiques du Postclassique ancien. Aucun épisode de construction postclassique ancien n’a été identifié.

2 Les méthodes d’échantillonnage des dépotoirs de Chan consistaient en des sondages disposés régulièrement, dans deux quartiers, Chan Noohol et le groupe Nord-Est. Le quartier de Chan Noohol a été testé suivant une grille de sondages placés à tous les 4 m et le groupe Nord-Est a été testé suivant une grille dans laquelle les sondages étaient placés à tous les 6 m, suivant une couverture allant jusqu’à 20 à 30 m au-delà des architectures (Robin, 1999 : 121-124 ; Blackmore, 2011, 2012).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Carte de l’aire maya montrant l’emplacement de Motul de San José.
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/452/img-1.png
Fichier image/png, 283k
Titre Figure 2 - Groupes résidentiels maya montrant l’emplacement des concentrations de débris non périssables.
Légende (a) groupe résidentiel contemporain Tzeltal Maya montrant une "arrière-cour" remplie de détritus et de restes de balayages (d’après Hayden, Cannon, 1983 : fig. 5, modifiée) ; (b) schéma d’un groupe résidentiel de la période classique (groupe Muuch) de Chunchucmil, Mexique, montrant les densités céramiques (>3 kg/m3) identifiées en utilisant des unités de sondage de 50×50 cm placées sur une grille (d’après Hutson et al., 2007 : fig. 5a, fig. 11, modifiées).
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/452/img-2.png
Fichier image/png, 203k
Titre Figure 3 - Plan de Motul San José.
Légende Emplacement des amas de détritus des "groupes résidentiels" (en rouge) et de grands dépôts secondaires Op. 2A (en vert) aux limites du complexe palatial (8L6) (noter que les groupes testés par sondages de 50×50 cm sont désignés par des caractères de grande taille).
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/452/img-3.png
Fichier image/png, 523k
Titre Figure 4 - Plan du groupe 10M3 de Motul de San José (Op. 39).
Légende en violet : les concentrations de phosphate (P de mg extractable/kg), en noir : les zones fouillées ; en rouge : l’emplacement des amas.
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/452/img-4.png
Fichier image/png, 458k
Titre Figure 5 - Plan du groupe 11N2 de Motul de San José (Op. 42).
Légende en violet : les concentrations de phosphate (P de mg extractable/kg), en noir : les zones fouillées ; en rouge : l’emplacement des amas.
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/452/img-5.png
Fichier image/png, 472k
Titre Figure 6 - Photographie de l’unité MSJ15A-37 du groupe 8M7 montrant une partie de la portion supérieure d’un dépôt rituel de condamnation et plan du groupe 8M7 montrant sa localisation par rapport au bâti (unités MSJ15A-22, 23, 36, 37).
Crédits cliché : Antonia Foias
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/452/img-6.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Figure 7 - Comparaison des moyennes de décomptes des tessons céramiques et des moyennes de masses céramiques (en g) par contexte archéologique.
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/452/img-7.png
Fichier image/png, 136k
Titre Tableau 1 - Amas de Motul de San José mis au jour par des transects de sondages extérieurs (50×50 cm).
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/452/img-8.png
Fichier image/png, 389k
Titre Tableau 2 - Comparaison des amas de "groupes résidentiels" avec les amas du remblai de construction du palais Op. 2.
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/452/img-9.png
Fichier image/png, 61k
Titre Figure 8 - Graphique des directions cardinales des emplacements des amas identifiés au cours du programme de sondage (50×50 cm) de Motul de San José.
Légende Noter que les désignations combinées ont été trouvées sur un côté d’un groupe archéologique, mais qui est situé si proche d’un autre groupe, de telle façon que la direction cardinale indiquée peut s’avérer ambigüe.
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/452/img-10.png
Fichier image/png, 43k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christina T. Halperin et Antonia Foias, « Les ordures de la maisonnée : les pratiques de rejet de la période maya classique (vers 300-900 apr. J.-C.) »Palethnologie [En ligne], 8 | 2016, mis en ligne le 29 décembre 2016, consulté le 02 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/palethnologie/452 ; DOI : https://doi.org/10.4000/palethnologie.452

Haut de page

Auteurs

Christina T. Halperin

Université de Montréal
christina.halperin[at]umontreal.ca

Antonia Foias

Williams College
afoias[at]williams.edu

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Palethnologie est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search