Navigation – Plan du site

AccueilNuméros8La maisonnée en EuropeMaisons néolithiques : exemples m...

La maisonnée en Europe

Maisons néolithiques : exemples méditerranéens

Jean Guilaine
Traduction(s) :
Neolithic Houses: Mediterranean Examples [en]

Résumé

Au cours de cet exposé, seront présentés plusieurs modèles de maisons néolithiques et chalcolithiques de l’espace méditerranéen. À Chypre, le modèle de la maison ronde, apparu dès le PPNA, connaîtra une forte longévité au cours du PPNB, du Khirokitien et du Chalcolithique. En Italie du Sud-Est, les modèles sub-rectangulaires des débuts du Néolithique cèderont parfois la place à des plans circulaires ou oblongs lors du Chalcolithique (culture de Laterza : Trasano). Dans le Midi de la France, les maisons à infrastructure de pierre du Néolithique final-Chalcolithique autorisent, grâce à une analyse spatiale permise par la conservation des sols originels, d’esquisser une approche de "l’habiter".

Dans chaque ère culturelle considérée, on observe des processus de continuité ou de rupture dans les architectures adoptées. En revanche, la notion de "maisonnée" est plus délicate à approcher car elle implique de cerner, dans le contexte villageois, le contenu humain de chaque unité domestique, un sujet largement spéculatif compte tenu des données archéologiques disponibles.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Tout au long des trois à quatre millénaires qui caractérisent l’histoire du Néolithique européen, il a existé, à travers le temps et l’espace, divers modèles d’habitations. Ces modèles font appel à des matériaux de construction eux-mêmes variés : la terre à bâtir, la pierre, la brique dès les débuts du Néolithique au Proche-Orient et en Égée, le bois et le torchis dans l’essentiel de l’Europe, méditerranéenne ou tempérée. Les plans, la morphologie de ces bâtiments varient au gré des régions mais aussi dans le temps, à l’intérieur d’une même sphère culturelle. Cette diversité n’est en fait que le reflet des sociétés, de leur organisation, de la façon dont elles pensent le monde et l’expriment, de leur rapport à l’environnement, de leur mode de production, etc. On sait aussi que la maison est un lieu de socialisation de l’individu, un espace d’intégration qui dévoile les façons de vivre, les relations internes, parfois l’idéologie de ses locataires.

2Tout au long de cette contribution, seront présentés divers exemples méditerranéens de maisons néolithiques. Ces cas de figure sont largement répartis dans l’espace et correspondent à des terrains sur lesquels j’ai moi-même travaillé : Chypre en Méditerranée orientale, l’Italie du Sud en Méditerranée centrale, le Sud de la France pour l’Ouest méditerranéen (figure 1). Au plan chronologique les cas envisagés concerneront en fait les deux pôles extrêmes de la période néolithique : à Chypre il s’agira de constructions relevant du Néolithique précéramique (du IXe au VIIe millénaire avant notre ère) ; en Italie méridionale et en France les cas abordés porteront sur des habitations de la phase finale du Néolithique d’Occident (IVe et IIIe millénaires) c’est-à-dire de sociétés dans lesquelles la pratique de la métallurgie du cuivre est dès lors attestée. Par ailleurs, en regard des premières communautés agraires, celles-ci disposent désormais de techniques plus avancées : attelage des bovidés, usage de l’araire, pratique de véhicules à roues, etc. On parle parfois de Chalcolithique pour désigner cette étape terminale du Néolithique.

3J’essaierai toutefois de ne pas être prisonnier de ces choix et, pour chaque exemple pris, je le re-situerai dans un contexte géo-culturel et chronologique plus ample de façon à élargir la focale comparative.

4Au-delà de la diversité architecturale qui constitue la base même de ma communication, plusieurs points retiendront mon attention :

  1. les structures internes des maisons (lorsqu’elles sont identifiables, les activités domestiques associées aux intérieurs (notamment pour le Sud de la France) ;

  2. les mécanismes de rupture dans le bâti au sein des évolutions régionales, ruptures susceptibles de traduire des changements culturels ;

  3. les perspectives sociales que je tâcherai de dégager, avec prudence, en m’appuyant notamment, de façon complémentaire, sur les données funéraires. Je rejoindrai ici la question de la composante humaine des "maisonnées" qui est au cœur de notre colloque.

Figure 1 - Localisation des trois aires culturelles évoquées dans le texte.

Figure 1 - Localisation des trois aires culturelles évoquées dans le texte.

DAO : F. Tessier

1 - Les premières maisons néolithiques de Chypre

5On ne peut évoquer le cas de Chypre, située à quelque 80 km à peine des côtes de Syrie et de Turquie, sans l’insérer dans le contexte du continent voisin car l’histoire néolithique de l’île ne peut se comprendre sans se référer en permanence à ce qui se passe dans le monde levantin et anatolien. Car Chypre est, à compter de -10000, en relation constante avec le continent et toutes les avancées vers le Néolithique, c’est-à-dire vers une société agricole, qui se manifestent dans le monde levantin sont plus ou moins immédiatement répercutées sur l’île. Qu’en est-il s’agissant des maisons ? Rappelons d’abord leur évolution au Levant :

  • vers -12000/-10000, on assiste dans un contexte épipaléolithique dit "natoufien" aux premiers essais de sédentarisation dans des localités à maisons circulaires, monocellulaires ou demi-circulaires, parfois creusées à flanc de coteau avec superstructures probablement en matériaux périssables. Celles de Mallaha, Israël, ont en moyenne de 5 à 7 m de diamètre (Valla, 2000).

  • entre -10000 et -8500, les maisons circulaires ou sub-circulaires poursuivent leur évolution dans le cadre de l’Épipaléolithique khiamien (-10000/-9500) puis au cours du Néolithique précéramique A (PPNA) (-9500/-8500). Ces habitations peuvent être parfois grandes (de 6 à 8 m de diamètre). Elles sont souvent aménagées en fosse, les parois renforcées par des murs de pierre. Les récentes fouilles de F. Abbès dans le Bal’as syrien ont permis, sur le site PPNA de Wadi Tumbaq 3, d’intéressantes observations (figure 2). Ce chercheur différencie en effet des maisons faiblement enterrées, dans lesquelles se retrouvent des mobiliers liés aux diverses activités de la vie quotidienne (meules, outillage lithique, faune) et d’autres, fortement creusées dans le sol (-1,20 m), qui semblent être des lieux d’activités spécialisées, peut-être à usage collectif (cf. atelier de fabrication des perles) ou des lieux de stockage divisés en divers réduits (Abbès, 2014). À Mureybet on connaît ainsi un bâtiment découpé de façon radiale par des cloisons : les cellules qui en résultent sont interprétées comme des silos ou des greniers. À Jerf-el-Ahmar une dichotomie existe également entre maisons individuelles et bâtiments à usage collectif (figure 3). Sur ce site vers, la fin du PPNA, sont connus en effet divers modèles de construction. On peut distinguer des unités d’habitation, parfois découpées en plusieurs pièces, bâties au niveau du sol, et qui prennent déjà une forme rectangulaire, alors que les bâtiments dits "communautaires", plus amples et circulaires, sont toujours creusés en fosse, selon une technique plus traditionnelle, jusqu’à 2 m/2,50 m de profondeur (Stordeur, 2000, 2014). C’est à cette époque que sont édifiés certains grands bâtiments "publics" comme la tour de Jéricho (Palestine) ou les monuments sans doute à fonction cultuelle de la colline de Göbekli en Turquie (figure 4) rendus célèbres par leurs piliers mégalithiques figurant des animaux sculptés (Schmidt, 2006) ;

  • de -8500 à -7000, au cours du PPNB, les bâtiments prennent souvent une morphologie rectangulaire bénéficiant quelquefois de semelles soutenant un plancher (Cayonü, Turquie). Les bâtiments cultuels adoptent aussi ces plans à angles droits (Göbekli).

Figure 2 - Wadi Tumbaq 3 (Syrie). Bâtiment PPNA.

Figure 2 - Wadi Tumbaq 3 (Syrie). Bâtiment PPNA.

fouilles et cliché : F. Abbès

Figure 3 - Site de Jerf el Ahmar (Syrie). Néolithique précéramique. Diversité des modèles de construction des maisons (niveau II/W) entourant un bâtiment communautaire en fosse. Transition Xe/IXe millénaires.

Figure 3 - Site de Jerf el Ahmar (Syrie). Néolithique précéramique. Diversité des modèles de construction des maisons (niveau II/W) entourant un bâtiment communautaire en fosse. Transition Xe/IXe millénaires.

fouilles et cliché : D. Stordeur

Figure 4 - Göbekli Tepe (Turquie). Bâtiment circulaire du PPNA présentant de grandes stèles en T décorées d’animaux sculptés. Enceinte C.

Figure 4 - Göbekli Tepe (Turquie). Bâtiment circulaire du PPNA présentant de grandes stèles en T décorées d’animaux sculptés. Enceinte C.

cliché : DAI / K. Schmidt

6À Chypre, après quelques fréquentations sporadiques à compter de -10000, des populations de type PPNA prennent pied sur l’île vers -9000 (figure 5). Ce sont des cultivateurs de blé mais encore chasseurs de sangliers insulaires introduits depuis le continent quelques siècles auparavant. Ces nouveaux venus répliquent sur l’île des modèles de maisons continentaux. Ce sont des habitations creusées en fosse (Asprokremnos à Agia Varvara), parfois à flanc de coteau (Klimonas à Ayios Tychonas) avec, dans ce cas, foyer central et, peut-être, cloisons internes. À Klimonas, on a pu aussi fouiller un grand bâtiment collectif, de 10 m de diamètre, creusé dans l’encaissant sur une profondeur conservée de 1 m. Cet édifice possédait un mur de terre crue monté à partir d’une tranchée de fondation et plaqué contre la paroi naturelle (figure 6).

Figure 5 - Localisation des principaux sites du Néolithique précéramique (PPNA et PPNB) à Chypre.

Figure 5 - Localisation des principaux sites du Néolithique précéramique (PPNA et PPNB) à Chypre.

DAO : F. Tessier

Figure 6 - Chypre. Klimonas. Grand bâtiment communautaire du PPNA récent (vers 8800-8700 avant notre ère).

Figure 6 - Chypre. Klimonas. Grand bâtiment communautaire du PPNA récent (vers 8800-8700 avant notre ère).

fouilles : J.-D. Vigne, F. Briois, J. Guilaine

7On retire l’impression qu’à Klimonas les maisons individuelles étaient disposées autour de ce bâtiment central dont la fonction devait être à usage collectif. Nous pensons ainsi que ce modèle – bâtiment communautaire central et maisons périphériques – n’est pas une création chypriote mais un concept importé par des pionniers de souche continentale depuis le continent où il est connu à Jerf-el-Ahmar et à Göbekli.

8Dans la seconde moitié du IXe millénaire, sur le site voisin de Shillourokambos, l’architecture n’est guère connue que par des trous de poteaux révélant des cases de plan circulaire, édifiées en bois et en torchis. On peut aussi attribuer à cette période (-8500/-8000) deux grands enclos, d’abord circulaires puis agrandis dans un second temps, probablement consacrés à parquer des animaux dans le cadre d’un élevage débutant (chèvres et bœufs viennent d’être introduits sur l’île depuis le Proche-Orient) (Guilaine et al., 2011). Ces aménagements pourraient indiquer que cette activité est prise en charge par deux "maisonnées" différentes cohabitant dans la même localité.

9Sur ce même site de Shillourokambos, un millénaire après, autour de -7500/-7200, nous avons pu fouiller les restes d’un village, ou plutôt d’un hameau, composé de petites unités circulaires, chacune de faible diamètre (2 à 3 m), ce qui pose la question de leur fonction, leur surface interne étant fort restreinte (figure 7). On peut interpréter ces constructions comme de simples "pièces", peut-être l’ensemble de quelques-unes constituant une réelle maison ou maisonnée. Elles sont bâties en terre, quelquefois avec incorporation de pierres périphériques mais on se contente le plus souvent d’une sorte de béton de terre constitué de bauge, de masses de sédiment plastique empilées sous forme de lits successifs. La largeur du mur est variable de 0,20 à 0,80 m mais le plus souvent de 0,60 à 0,80 m. Cette épaisseur qui contraste avec la faiblesse de l’espace interne (figure 8) n’exclue pas que la moitié intérieure du mur n’ait été montée que sur une faible hauteur pour jouer le rôle de banquette (de Chazelles, à paraître). On constate aussi qu’il n’existe pas de foyers dans ces constructions. Les foyers, simples fosses de faible diamètre à pierres brûlées, se trouvent dans une partie du site vouée aux combustions. De même, un secteur voisin a, au fil du temps, été probablement utilisé pour écraser les grains de céréales sur des "tables" circulaires constituées d’une chape de galets recouverte d’un sol de terre tassée. Ces diverses observations laissent penser que ces aires d’activités spécialisées (combustions, tables de mouture) étaient utilisées collectivement par des habitants qui venaient, lorsque nécessaire, y travailler. Par contre, des rebuts d’ossements d’animaux consommés se trouvaient parfois entassés à proximité même des constructions : on peut être étonné de ces accumulations de rejets culinaires qui n’avaient rien d’hygiénique. Là encore, la consommation de viande a pu prendre des aspects collectifs comme cela a pu être suggéré à Jerf-el-Ahmar (Stordeur, 2014). La présence de plusieurs puits et d’une unique grande citerne semble renvoyer également à un usage collectif (figure 9). Tout ceci semble plaider en faveur d’une exploitation économique communautaire.

Figure 7 - Chypre. Shillourokambos. L’une des constructions circulaires du PPNB récent (vers 7500-7400 avant notre ère).

Figure 7 - Chypre. Shillourokambos. L’une des constructions circulaires du PPNB récent (vers 7500-7400 avant notre ère).

fouilles : J. Guilaine, F.  Briois, J.-D. Vigne

Figure 8 - Chypre. Shillourokambos. Évocation du village du PPNB récent (vers 7500-7400 avant notre ère).

Figure 8 - Chypre. Shillourokambos. Évocation du village du PPNB récent (vers 7500-7400 avant notre ère).

dessin : A. Jesionka

Figure 9 - Chypre. Shillourokambos. Orifice d’une grande citerne alimentaire du village PPNB au VIIIe millénaire avant notre ère.

Figure 9 - Chypre. Shillourokambos. Orifice d’une grande citerne alimentaire du village PPNB au VIIIe millénaire avant notre ère.

fouilles : J. Guilaine, F. Briois, J.-D. Vigne

10Vers la fin du VIIIe millénaire également, le site de Kalavasos-Tenta, édifié sur une petite colline, était délimité par un mur de protection. Sa surface maximum n’atteint pas 3000 m² (Todd, 1987 : 31). Il se composait de maisons circulaires, bâties en pierre ou en briques crues (figure 10). Il s’agit en général d’espaces de faible volume disponible, celui-ci variant de 2,54 m² à 13,20 m², la moyenne se situant autour de 6,50 m². Des piliers internes ont pu supporter un plancher (et, dans ce cas, accroître la surface utile) ou contribuer au soutien de la toiture. Pendant toute la durée de l’occupation du site, un grand bâtiment communautaire, un peu dans la tradition de la grande construction de Klimonas, n’a cessé de se maintenir. "Aérien" lui, il consistait dans un premier temps en un bâtiment de 9 m de diamètre, construit en murs de briques, et présentant un sol plâtré à plusieurs reprises et coloré en rouge (ocre). Par la suite, il fut agrandi pour atteindre un diamètre de 12,30 m. Bâti avec soin en pierre, il fut en partie découpé en logettes périphériques. Aucune industrie liée à une activité quelconque n’y a été découverte. Cet édifice d’exception devait être dévolu à une fonction particulière (Todd, 1987).

Figure 10 - Kalavasos-Tenta (Chypre). Maisons circulaires en argile, briques, pierres du PPNB récent.

Figure 10 - Kalavasos-Tenta (Chypre). Maisons circulaires en argile, briques, pierres du PPNB récent.

fouilles : I. Todd

11Comme à Shillourokambos, les sépultures installées hors des maisons (quelques-unes à Tenta dans les bâtiments) ne comportent en général aucun mobilier. Une seule à Shillourokambos était dotée de deux haches polies, d’une pointe de lame de silex, d’une boule d’ocre ; à proximité, on avait déposé un petit galet de picrolite et un lot de coquillages ; tout à côté un chat avait été disposé face à son "maître" : c’est la plus ancienne attestation du statut probablement domestique de cet animal (Vigne et al., 2004).

12Au VIIe millénaire, le Néolithique précéramique chypriote poursuit son évolution et s’exprime essentiellement à travers le site de Khirokitia installé sur un éperon naturel et sur son talus descendant jusqu’à un cours d’eau, le Maroni. Le site était protégé par un rempart lequel fut, dans un second temps, déplacé et son tracé modifié. La localité a pu couvrir quelque 1,5 ha. C’est donc le plus récent et le plus grand des habitats précéramiques chypriotes. Il comportait lui aussi des constructions circulaires à murs de pierre, plus rarement de briques, épais de 0,40 à 0,50 m (figure 11). Ces murs, parfois doubles, voire triples ou multiples, associaient divers anneaux concentriques pour donner des épaisseurs maximales pouvant atteindre 1,20 à 1,70 m (Le Brun, 1984 : 25, 1989, 1994). Cet épaississement des murs au fil du temps semble être un trait propre au site. Plusieurs unités étaient regroupées autour d’un espace commun (cour) sur lequel se trouvait un atelier pour activités de mouture. Les toits étaient plats, certainement en clayonnage de roseaux nappés de torchis (figure 12). L’hypothèse de toits en coupole, autrefois proposée par P. Dikaios, est aujourd’hui abandonnée (Dikaios, 1953). Les intérieurs comportaient des banquettes, des plateformes, des murs de cloisonnement, des emplacements voués aux combustions : aires brûlées, foyers en cuvette ou bien installés sur un socle aménagé au centre ou accolé au mur. Longtemps utilisés, certains bâtiments montraient une succession stratigraphique de sols enduits. Cette permanence dans le temps de plusieurs constructions signe une forme de continuité dans l’occupation du site autour de maisons-pivots (Le Brun, 2002). Dans ces constructions à longue occupation, les morts sont le témoignage de lignages ou de généalogies familiales. Des sépultures (hommes, femmes, enfants) étaient en effet aménagées sous le sol des maisons. Certaines, bien dotées, peuvent suggérer des différences de statut. Il est intéressant de noter que les mieux pourvues concernaient des sujets féminins (vases de pierre, colliers de dentales, de picrolite, de cornaline) tandis que les tombes masculines étaient moins fournies (Le Brun, 2002).

Figure 11 - Khirokitia (Chypre). Maisons circulaires. Néolithique acéramique (VIIe millénaire avant notre ère).

Figure 11 - Khirokitia (Chypre). Maisons circulaires. Néolithique acéramique (VIIe millénaire avant notre ère).

cliché : J. Guilaine

Figure 12 - Khirokitia (Chypre). Essai de restitution des maisons néolithiques du site par le Département des Antiquités de Chypre.

Figure 12 - Khirokitia (Chypre). Essai de restitution des maisons néolithiques du site par le Département des Antiquités de Chypre.

cliché : J. Guilaine

13Que retenir de l’évolution de ce Néolithique précéramique chypriote qui, de -9000 à -6000, couvre toute la séquence proche-orientale du PPNA jusqu’à l’extrême fin du PPNB ?

  • Au départ, une transmission directe importée du continent d’un modèle d’établissement – Klimonas – à maisons circulaires bâties autour d’une grande construction communautaire ayant sans doute joué un rôle économique et/ou social d’intérêt collectif. La présence, plus d’un millénaire après, d’un bâtiment fédérateur semblable à Tenta pourrait indiquer une population dont la production et la consommation ont conservé des pratiques en commun.

  • C’est un même sentiment que reflètent vers la fin du IXe millénaire les grands enclos de Shillourokambos, puis sur ce même site, à partir de -7500, les petites "cases" et les espaces communs d’activités domestiques. Il semble difficile d’imaginer une production économique par familles autonomes.

  • Tout au long de l’évolution du Néolithique précéramique, il demeure délicat de distinguer entre familles nucléaires et familles élargies, d’autant que la faible taille des espaces construits (à Khirokitia l’espace moyen des bâtiments est de 4,55 m²) implique la complémentarité de fonctionnement de plusieurs unités, certaines jouant le rôle d’annexes. On ne peut exclure que le modèle de la famille nucléaire ait acquis plus de vraisemblance à Khirokitia au VIIe millénaire, le mode d’enterrement sous le sol des maisons visant à conserver dans celles-ci quelques individus plus particulièrement liés à l’histoire de chaque unité familiale. On peut aussi envisager que des différences de statut aient pu caractériser certains sujets dotés de mobiliers funéraires sélectionnés, femmes et enfants pouvant figurer parmi ces privilégiés. Toutefois la présence dans ces mêmes maisons de tombes sans aucun mobilier rend peu probable l’hérédité du statut social (Le Brun, 2002). La gestion de certains problèmes dans une localité comme celle de Khirokitia a dû rendre nécessaire la présence d’une autorité, même si celle-ci était collégiale et temporaire.

  • Il reste que ce Néolithique précéramique chypriote semble avoir évolué dans un contexte de société plutôt acéphale, où la coopération devait jouer un rôle important et où un groupe de plusieurs familles pouvait gérer un quartier composé de diverses unités circulaires. Le refus de Chypre d’adopter la maison quadrangulaire présente dès -8500 sur le continent et la fidélité constante à une modèle circulaire peu ou prou figé sont éloquents. La maison continentale du PPNB, devenue rectangulaire, permet par l’ajout de cubes ou par son allongement un découpage interne avec cellules spécialisées (dont le stockage). Elle est considérée comme le reflet de familles nucléaires qui s’affranchissent du modèle de fonctionnement collectif et s’autonomisent économiquement de celui-ci. Chypre renvoie donc un peu, pour cette longue période précéramique, l’image de certains conservatismes. Peut-être les difficultés de cette société à se transformer sont-elles à l’origine de sa rapide disparition ? En effet la culture de Khirokitia disparaît vers 6000 avant J.-C. et, pendant un millénaire, on ne sait pratiquement rien de l’histoire de l’île. Le renouveau se manifestera au Ve millénaire avec un rapide et dense peuplement de localités agricoles : il s’agit de la culture néolithique de Sotira qui voit notamment l’introduction à Chypre de la céramique.

2 - Trasano, une maison du Chalcolithique italien

14Les exemples que je vais prendre à présent en Méditerranée centrale et occidentale sont à envisager dans un tout autre contexte chrono-culturel (figure 13). Ils se placent vers la fin du IVe millénaire et essentiellement dans le déroulement du IIIe millénaire. Ils concernent des sociétés de la fin du Néolithique, période parfois appelée "chalcolithique" en raison de la fabrication et de la circulation, à côté de pièces toujours en silex, d’objets de cuivre. Le contexte économique est celui de communautés agricoles et pastorales, un système de production enraciné en Europe de l’Ouest depuis en gros trois millénaires mais qui vient depuis peu de bénéficier de nouvelles améliorations techniques : invention de l’araire (l’ancêtre de la charrue) ou usage de véhicules à roues par exemple. Enfin ces sociétés sont caractérisées, au plan funéraire, par l’usage de caveaux collectifs : mégalithes, hypogées (grottes creusées dans le roc), grottes naturelles utilisées à des fins sépulcrales. On n’oubliera pas qu’à la même époque, dans la sphère méditerranéenne, l’Égypte est déjà devenue un état, la Mésopotamie est peuplée de cités-états tandis que l’espace égéo-anatolien a atteint le stade proto-urbain.

Figure 13 - Carte de la Méditerranée vers 3000 avant notre ère. Une césure sépare le bassin oriental parvenu à un stade urbain ou proto-urbain et le bassin occidental demeuré à un stade néolithique finissant (ou Chalcolithique).

Figure 13 - Carte de la Méditerranée vers 3000 avant notre ère. Une césure sépare le bassin oriental parvenu à un stade urbain ou proto-urbain et le bassin occidental demeuré à un stade néolithique finissant (ou Chalcolithique).

carte : J. Guilaine

15L’exemple choisi en Méditerranée centrale est un village chalcolithique d’Italie du Sud-Est sur lequel j’ai effectué des recherches dans les années 1980.

16Je rappelle auparavant l’histoire architecturale antérieure de cette région. Au Néolithique ancien, les maisons associaient poteaux de bois et murs de torchis (Rendina, Favella, Torre Sabea) (Cipolloni Sampo, 1977-1982 ; Guilaine, Cremonesi, 2003), parfois, mais plus rarement, avec infra-structure de murs en pierre (Balsignano) (Radina, 2002). Les plans pouvaient être rectangulaires (Ripa Tetta) ou sub-rectangulaires (Rendina). Le rituel consistant à brûler certaines maisons à la mort d’un personnage important ou lors de la dislocation de la famille était pratiqué comme dans le Néolithique des Balkans (Favella) (Tiné, 2009) (figure 14). Au Néolithique moyen et récent des semelles de pierre pouvaient constituer l’assise inférieure des constructions (Monte Aquilone, Passo di Corvo). Le caractère néolithique le plus original de l’Italie du Sud-Est réside dans l’enfermement de ces petites localités, parfois réduites à une unique ferme, derrière des fossés de diamètre limité. Toutefois certaines de ces enceintes fossoyées pouvaient couvrir plusieurs hectares (Murgia Timone, Tirlecchia). Au Néolithique moyen, le plus grand de ces fossés, celui de Passo di Corvo, ceinturait un espace d’une quarantaine d’hectares (Tiné, 1983). À l’intérieur, chaque habitation et ses dépendances pouvaient être circonscrites par un fossé en C, non fermé, dont la fonction n’est pas claire (drainage des eaux ? protection ? marquage symbolique ?). Sur le site néolithique moyen de Catignano sont connues des maisons allongées à extrémités en abside (Tozzi, Zamagni, 2003).

Figure 14 - Favella (Calabre, Italie du Sud). Essai de restitution de maisons du Néolithique ancien. VIe millénaire avant notre ère.

Figure 14 - Favella (Calabre, Italie du Sud). Essai de restitution de maisons du Néolithique ancien. VIe millénaire avant notre ère.

d’après Tiné 2009

17Cette tradition des maisons rectangulaires ou allongées en abside sera rompue dans le sud-italien vers 3500 avant notre ère : apparaissent alors des maisons circulaires ou elliptiques. C’est le cas à Maccarese près de Rome où ces habitations peuvent bénéficier de cloisons internes (Manfredini, 2002).

18Le site que j’ai fouillé avec G. Cremonesi près de Matera entre 1986 et 1991, Trasano, a pu être étudié sur 3000 m² environ, encore ne s’agissait-il que de grandes "fenêtres" ouvertes sur un espace de 180×80 m soit 1,5 ha environ. L’extension du bâti au-delà de cette superficie ou au sein de celle-ci dans des secteurs non fouillés est vraisemblable.

19Les maisons chalcolithiques, une quinzaine reconnues, sont de plan circulaire ou elliptique. Elles sont matérialisées au sol par des poteaux creusés dans le roc : deux poteaux centraux sont en général porteurs de la toiture mais on connaît des exemples uniques à un, quatre ou cinq poteaux (figure 15). Les diamètres moyens des constructions elliptiques se positionnent vers 7 à 8 m de longueur sur 5 à 6 m de large ; les maisons circulaires ont un diamètre évoluant entre 4,50 m et 7 m ; un cas particulier est constitué par la construction 26 (12 m de diamètre). Dans un secteur du site (Secteur C), des superpositions montrent des successions de maisons au fil du temps. Les murs comportaient des poteaux avec entrelacement de clayonnage et torchis. Les couvertures étaient sans doute constituées de tiges de chaume ou d’herbes liées en bottes sur des perches formant volige. Ces voliges reposaient à leur tour sur des chevrons prenant appui d’un côté sur le déroulement de la panne faîtière, de l’autre sur les poteaux périphériques (Guilaine et al., 2014) (figures 16-17).

Figure 15 - Trasano (Basilicate, Italie du Sud). Maison circulaire à deux poteaux porteurs du Chalcolithique (culture de Laterza). IIIe millénaire avant notre ère.

Figure 15 - Trasano (Basilicate, Italie du Sud). Maison circulaire à deux poteaux porteurs du Chalcolithique (culture de Laterza). IIIe millénaire avant notre ère.

fouilles : J. Guilaine, G. Cremonesi

Figure 16 - Trasano (Basilicate, Italie du Sud). Essai de restitution d’une maison circulaire du Chalcolithique. IIIe millénaire avant notre ère.

Figure 16 - Trasano (Basilicate, Italie du Sud). Essai de restitution d’une maison circulaire du Chalcolithique. IIIe millénaire avant notre ère.

dessin : P. Pérez

Figure 17 - Trasano (Basilicate, Italie du Sud). Maison ovale à deux poteaux porteurs du Chalcolithique (culture de Laterza). IIIe millénaire avant notre ère.

Figure 17 - Trasano (Basilicate, Italie du Sud). Maison ovale à deux poteaux porteurs du Chalcolithique (culture de Laterza). IIIe millénaire avant notre ère.

fouilles : J. Guilaine, G. Cremonesi

20Vers la fin de l’occupation du site, les constructions prennent une morphologie allongée à terminaison en abside. La répartition des maisons rondes ou ovales est relativement lâche. On ne connaît pas cet agglutinement précédemment vu sur les sites chypriotes. Ces habitations peuvent cohabiter avec des enclos palissadés pour parquer le bétail, bien que ces enclos soient plus particulièrement cantonnés dans la partie orientale du site.

21Malheureusement, à Trasano comme à Maccarese, les sols originels ne sont pas conservés, handicap très fréquent dans le Néolithique européen en raison de la mise en culture et de l’érosion anthropique conséquente. Il n’est donc pas possible de restituer la spatialisation des activités internes. Quelques observations peuvent être déduites de l’approche plus générale du site :

  • la relative dispersion des maisons semble plaider pour l’autonomie économique de leurs habitants et ceci d’autant que chaque maison pourrait avoir disposé de son (ou de ses) enclos pour les bêtes. C’est le cas de la maison 33 (Secteur G : 33/34). L’hypothèse de familles nucléaires pourrait être avancée ;

  • cet exemple n’apporte pas d’informations sur d’éventuelles différences sociales. Les modes funéraires de la culture de Laterza (à laquelle ce site est rattaché) privilégient des tombes collectives en hypogées, souvent très bien dotées (céramique, parures, armes) (Biancofiore, 1967, 1971). La nécropole éponyme notamment regroupait des caveaux familiaux au sein desquels il est difficile de débrouiller des différences de statut entre individus. On n’écartera pas toutefois la présence de sujets occupant une position sociale élevée tel cet homme enterré, lui, dans une tombe à dalles, à Tursi, toujours sur la commune de Matera. Son équipement mortuaire comportait des vases décorés, un carquois de huit flèches et probablement son arc disparu, un collier de 280 perles de stéatite, un poignard de cuivre, un sceptre de grès terminé par un anneau (Cremonesi, 1976). Un enfant accompagnait ce personnage dans la mort : il est vraisemblable qu’il s’agissait d’un dépendant sacrifié.

22Deux autres observations sont à ajouter à cet exemple de Trasano :

  • d’abord la maison circulaire, souvent à assises de pierre, restera en usage en Italie du Sud, en Sicile et dans les îles Éoliennes (Castello de Lipari, Capo Graziano à Filicudi, Milazzo à Panarea) au début de l’âge du Bronze jusqu’à l’arrivée des premiers influx égéens qui introduiront le modèle rectangulaire bâti en pierres de taille régularisées (Thapsos) ;

  • toutefois ces maisons sud-italiennes, ovales ou circulaires, du Néolithique final ne sauraient être généralisées à l’ensemble de la péninsule. À la même époque, dans le Nord de l’Italie, fleurissent d’autres modèles, rectangulaires eux, et dont certains prennent l’allure de grands bâtiments tels ceux récemment reconnus à Parme (Via Guidorossi) et qui peuvent rappeler certains édifices contemporains de la France atlantique. Ces grands monuments de Parme, rectangulaires ou à une terminaison en abside, sont découpés en trois parties (figures 18-20). Les plus grands atteignent 50 m (édifice IX) et 37 m de long (édifice II). Le foyer de ce dernier bâtiment se situait dans sa partie la plus profonde (Bernabò Brea et al., 2013).

Figure 18 - Parme (Italie du Nord). Plan de la fouille de la via Guidorossi. Fin IVe/IIIe millénaires.

Figure 18 - Parme (Italie du Nord). Plan de la fouille de la via Guidorossi. Fin IVe/IIIe millénaires.

d’après Bernabò Brea et al., 2013

Figure 19 - Parme (Italie du Nord). Plan du long bâtiment II de la via Guidorossi. Fin IVe/IIIe millénaires.

Figure 19 - Parme (Italie du Nord). Plan du long bâtiment II de la via Guidorossi. Fin IVe/IIIe millénaires.

d’après Bernabò Brea et al., 2013

Figure 20 - Parme (Italie du Nord). L’un des grands bâtiments (édifice IX) de la via Guidorossi. Chalcolithique.

Figure 20 - Parme (Italie du Nord). L’un des grands bâtiments (édifice IX) de la via Guidorossi. Chalcolithique.

cliché : M. Bernabò Brea

3 - Les maisons en pierre sèche du Chalcolithique languedocien

23Le troisième exemple concernera une région de France située dans la partie orientale du Languedoc, au Nord de la ville de Montpellier. C’est une zone de plateaux calcaires qui couvre le Nord-Est du département de l’Hérault, le Nord du Gard et le Sud-Ouest de l’Ardèche. Dans cette région l’abondance du calcaire a constitué un matériau de choix dans la construction des bâtiments.

24Observons toutefois que la pierre a été jusqu’au IIIe millénaire peu utilisée dans le Midi comme matériau. Nous savons certes peu de choses sur les maisons méridionales d’époque antérieure. Au Néolithique ancien, diverses observations sous-entendent des maisons circulaires de bois et de torchis (Peiro Signado, Baume de Ronze) ou ovales (Lalo). Au cours du Néolithique moyen les maisons pouvaient être allongées à double abside. Celles reconnues récemment sur le site de Vernègues à Cazan (Bouches-du-Rhône), également en bois et argile, pouvaient atteindre 20 m de développement sur 7 à 8 m de large (Moreau et al., 2014). On retrouvera des plans d’une même envergure, voire plus long encore, au Néolithique final sur le site, ceinturé d’un fossé et d’une palissade, du Mourral à Trèbes (Aude) (Vaquer, 1998).

25En revanche en Languedoc oriental, au IIIe millénaire avant notre ère, le matériau géologique local a été largement sollicité dans la construction par les populations de la culture de Fontbouisse (2900/2300 avant notre ère) dans la zone dite "des garrigues des Petits Causses". Tandis que dans les basses plaines littorales les maisons étaient aménagées en bois et en terre, dans la zone intérieure la pierre a constitué (avec le bois) le matériau de base des constructions. Cet horizon dit "de Fontbouisse" se caractérise au plan des productions matérielles par de grosses jarres parfois cerclées de cordons en relief constituant des réserves de denrées ou d’eau, des marmites, des bols, une céramique fine à décor fréquent de cannelures, un outillage de pierre comportant flèches, pointes, poignards, grattoirs ou éléments de faucilles en silex (souvent en silex en plaquettes de Salinelles), la pratique de la métallurgie du cuivre pour la production de coins de haches, de lames de poignards, d’alênes et de parures (Gutherz, 1975).

26L’économie reposait sur la culture des céréales (blé, orge), la collecte des glands de la chênaie, l’élevage des bœufs, des porcs et surtout des chèvres et des moutons.

27La maison Fontbouisse "classique" est une construction bâtie en murs épais, de plan sub-rectangulaire mais ignorant l’angle droit : les extrémités sont arrondies "en abside". Ces murs en dallettes calcaires sont à double parement, l’intervalle bourré par un amas de blocaille. Les plus étroits ont 0,50 à 0,70 m de large mais le plus souvent ces murs sont beaucoup plus épais, dépassant 1 m de large. Ils pouvaient s’élever jusqu’à hauteur d’homme. La partie supérieure est constituée par une charpente de bois prenant appui sur des poteaux d’axe portant une panne faîtière. Le toit était à double pente, réalisé par l’association de chevrons, de bottes de chaume et de branchage, de torchis, pour partie de dallettes plates (Gascó, 1976 ; Coularou et al., 2011). Celles-ci étaient souvent disposées à la jonction toit/mur pour favoriser l’évacuation des eaux de pluie afin d’éviter les infiltrations dans le mur. Aux Vautes (Saint-Gély-du-Fesc, HérauIt), on a pu analyser en détail les divers matériaux intervenant dans la construction du toit soit de bas en haut : chevrons/branchages/paille (chaumes) et terre/placage de lauzes (de Chazelles, 2003).

28S’agissant des volumes, il existe des maisons d’envergure diverse. Certaines n’ont que 5 à 6 m de long (20 m² de surface habitable). On connaît ensuite toute une gamme tournant autour d’un modèle classique soit des constructions de 7 à 8,50 m de long pour une surface habitable se situant entre 20 m² et 30 m².

29Les plus grandes bâtisses ont une surface interne de 40 à 50 m² avec quelques cas d’exception comme certains édifices de Cambous, longs de 22 à 24 m et une superficie utile dépassant 100 m². La fonction de ces derniers est imprécise. En raison de leur taille et de leur volume, on les interprète parfois comme ayant eu une fonction sociale (lieux de réunion, "maison des hommes"), économique (bergerie) ou la résidence d’une famille dirigeante (figures 21-22).

Figure 21 - Sud de la France. Vue générale d’un quartier du site de Cambous (Viols-le-Fort, Hérault). Culture de Fontbouisse. IIIe millénaire avant notre ère.

Figure 21 - Sud de la France. Vue générale d’un quartier du site de Cambous (Viols-le-Fort, Hérault). Culture de Fontbouisse. IIIe millénaire avant notre ère.

cliché : A. Colomer, J. Coularou

Figure 22 - Sud de la France. Vue sur plusieurs maisons mitoyennes du site de Cambous (Viols-le-Fort, Hérault). Culture de Fontbouisse. IIIe millénaire avant notre ère. La plus longue construction mesure 22 m de développement.

Figure 22 - Sud de la France. Vue sur plusieurs maisons mitoyennes du site de Cambous (Viols-le-Fort, Hérault). Culture de Fontbouisse. IIIe millénaire avant notre ère. La plus longue construction mesure 22 m de développement.

cliché : A. Colomer, J. Coularou

30Les portes sont toujours étroites. Parfois les maisons sont associées à des grottes ou à des avens qui ont fait fonction de lieux de stockage ou de sépulture.

31Les sites de cette culture de Fontbouisse sont particulièrement nombreux et l’habitat très dense : 20 à 25 villages pour 100 km² (Gascó, 1976). On ignore toutefois si ces localités sont contemporaines ou successives dans le temps. Chacune a par ailleurs subi des réaménagements au fil du temps : ajouts, rétrécissements, modifications de plan, etc. Il a pu exister des "fermes" isolées dans la forêt mais le modèle le plus courant est celui d’un hameau ou petit village regroupant moins d’une dizaine de maisons collées souvent les unes aux autres, avec murs mitoyens. Un cas original est constitué par le site de Cambous qui comporte une cinquantaine de maisons réparties en "quartiers" séparés, chacun fort de 8 à 10 unités et comportant souvent un unique grand bâtiment (Canet, Roudil, 1978). La plupart de ces villages sont ouverts c’est-à-dire sans aucun système de protection ou de délimitation.

32Il existe par contre un nombre limité de sites enclos, souvent situés sur des terrains en relief, enfermés derrière un mur d’enceinte incluant des sortes de "tourelles", constructions circulaires souvent disposées au point d’inflexion du mur d’enceinte. Ces protections peuvent enclore totalement le site (Le Lébous, Boussargues) ou fermer un éperon (Le Rocher du Causse) (Colomer et al., 1990 ; Coularou et al., 2008) (figures 23-24). Curieusement ces structures rondes sont calibrées de façon parfaite : leur mur, de 1 m de large, enserre un espace de 2,50 m diamètre interne. Leur toiture, en encorbellement, était composée de dalles plates sélectionnées. Ces tourelles pouvaient être autonomes ou liées à des habitations englobées dans l’enceinte. On les prit au début pour des éléments défensifs à l’image des bastions des sites fortifiés de l’Égée ou de la péninsule Ibérique. Mais leur intégration à l’espace de maisons mitoyennes les fait plutôt considérer comme des réduits à usage domestique (lieux de stockage ?). De fait leur fonction originelle n’est pas totalement élucidée.

Figure 23 - Sud de la France. Vue générale aérienne du site du Rocher du Causse (Claret, Hérault). Culture de Fontbouisse. IIIe millénaire avant notre ère.

Figure 23 - Sud de la France. Vue générale aérienne du site du Rocher du Causse (Claret, Hérault). Culture de Fontbouisse. IIIe millénaire avant notre ère.

cliché : J. Coularou ; fouilles : J. Guilaine, J. Coularou, G. Escallon

Figure 24 - Sud de la France. Le mur de clôture incorporant des constructions rondes du site du Rocher du Causse (Claret, Hérault). Culture de Fontbouisse. IIIe millénaire avant notre ère.

Figure 24 - Sud de la France. Le mur de clôture incorporant des constructions rondes du site du Rocher du Causse (Claret, Hérault). Culture de Fontbouisse. IIIe millénaire avant notre ère.

fouilles et cliché : J. Guilaine, J. Coularou

33Quelques fouilles récentes ont permis de mieux approfondir l’organisation interne des maisons Fontbouisse. Contrairement aux très nombreux sites européens aux sols détruits, on est ici dans un milieu protégé où les murs épais et l’effondrement des toitures ont permis la conservation des éléments domestiques. On observe parfois (figure 25) une partition entre une zone intérieure, vers le fond de la maison, à activités domestiques (combustion, cuisine, fours, stockage dans des récipients) et une zone antérieure d’où ces activités sont exclues (couchage ? étable ou porcherie ? stockage du fourrage ou de denrées encombrantes ? autres fonctions ?) (Guilaine, Escallon, 2003). Les vases à provisions étaient placés contre les parois ou en fond d’édifice (Conquette 2) tandis que d’autres récipients, liés à la cuisine, se répartissaient autour du feu (Bailloud, 1973). Dans le cas plus complexe du secteur Ouest de Boussargues, l’une des deux constructions circulaires était nettement vouée à des fonctions de stockage (Colomer et al., 1990).

Figure 25 - Sud de la France. Évocation d’une habitation du site des Vautes (Saint-Gély-du-Fesc, Hérault). Culture de Fontbouisse. IIIe millénaire avant notre ère.

Figure 25 - Sud de la France. Évocation d’une habitation du site des Vautes (Saint-Gély-du-Fesc, Hérault). Culture de Fontbouisse. IIIe millénaire avant notre ère.

dessins : L. Jallot

34Peu a été écrit sur les sociétés de la culture de Fontbouisse, l’analyse archéologique n’ayant guère été étendue à l’approche sociale. La répétition dans l’organisation interne des maisons laisse entendre que chacune d’elles pouvait correspondre à une famille nucléaire avec enfants (et peut-être ascendants). Évidemment les deux constructions accolées ainsi que la petite structure ronde de Boussargues-Ouest relevaient d’une même unité familiale. Le site lui-même voyait probablement cohabiter deux familles (Secteur Ouest et Secteur Est).

35Ces communautés n’ignoraient pas les tensions et les conflits comme l’attestent les sujets percés de flèche de la grotte du Suquet aux Matelles. Ces confrontations pouvaient prendre corps à une échelle assez large. Des raids de populations haut-caussenardes jusque dans le secteur des petits Causses du Languedoc ne sont pas à écarter. On sait aussi, d’après l’image que renvoient les statues-menhirs rouergates qu’une dichotomie fonctionnelle séparait la sphère féminine (les femmes connotées par leurs seins renvoient l’image de l’allaitement, la reproduction, le monde domestique) de la sphère masculine (les armes renvoyant aux notions d’activités externes : chasse, guerre, travaux de force). Quant aux organisations sociales elles-mêmes, le recours fréquent à l’usage de tombes collectives ne permet pas de visualiser clairement la présence de dénivelés entre individus. On connaît certes quelques tombes individuelles mais elles restent peu explicites sur ce point.

36Cette culture va rapidement disparaître autour de 2400/2300 avant notre ère. Le nombre de sites d’habitat va chuter de façon drastique. On ignore les causes de cet effondrement : climatique ? social ? Mais il correspond à un phénomène connu ailleurs en Europe (par exemple sur les sites lacustres du Jura ou parmi les sites fortifiés de la péninsule Ibérique). Cette rupture est contemporaine de la diffusion des groupes à céramique campaniforme. Elle va de pair dans le Midi avec un processus de plus grande mobilité des populations et un moindre investissement dans le domaine de l’architecture.

Conclusion

37On voit donc, à partir des divers cas de figure évoqués, la grande variabilité de modèles engendrés lors du Néolithique dans l’orbe méditerranéen. Toutefois les différences observées ne peuvent évidemment s’expliquer en dehors de leur contexte social, culturel et historique :

  • À Chypre on est face à une société constituée d’abord de pionniers, de migrants issus du continent à une époque où, au Levant, les populations sont impliquées dans un processus de transformations économiques qui en font progressivement des agriculteurs puis des éleveurs. Ces étrangers importent sur l’île un modèle de maisons circulaires dressées à côté d’un grand bâtiment communautaire. Il est intéressant d’observer que l’île fera preuve entre -9000 et -6000 d’un grand conservatisme, contrairement au continent qui, lui, continuera à innover sur sa lancée. À Chypre, la maison ronde ne sera pas remise en question, les grands bâtiments collectifs (ou cultuels ?) non plus. Les "familles" s’organiseront autour de groupements de cellules restreintes, proches ou agglutinées. Même s’il a existé des personnages d’envergure, leur statut ne semble pas transmissible et on ne voit pas d’élite se dégager au sein de cette population.

  • En Italie du Sud et en France méridionale, on est sur le versant terminal du Néolithique, trois à quatre millénaires après, c’est-à-dire à un stade où les sociétés agro-pastorales sont bien enracinées et ont déjà derrière elles une longue histoire. Au plan identitaire, elles ont en commun un fort sentiment de la notion de groupe, de famille, de communauté qui s’exprime notamment à travers le recours à des tombes collectives (mégalithes ou hypogées). Ces grands caveaux qui renferment quelques dizaines (parfois plusieurs centaines) d’individus semblent liés à une valorisation de l’ancestralité. Ces accumulations de dépouilles ne facilitent pas la lecture de la hiérarchie sociale probablement sous-jacente (Tursi). S’agissant plus particulièrement des maisons, on voit à travers les exemples italiens ou sud-français que s’exprime autant dans les plans, la morphologie, les matériaux utilisés, l’assez grande diversité régionale.

Haut de page

Bibliographie

À l’intérieur d’une même sphère, des variantes pouvaient exister, par exemple au sein de la culture de Fontbouisse, entre les sites ouverts et des sortes de fermes encloses. Cette dernière culture est certainement l’une des rares, en France même, à autoriser une approche spatiale de l’habitation néolithique favorisée par la bonne conservation des éléments matériels de la vie domestique.

Abbès F., 2014 - Le Bal’as : un autre scénario de la néolithisation au Proche-Orient, in Manen C., Perrin T., Guilaine J. (dir.), La Transition néolithique en Méditerranée, Arles/Toulouse, Éditions Errance/Archives d’Écologie Préhistorique, 13-25.

Arnal J., Martin-Granel H., 1961 - Le château préhistorique du Lébous (Saint-Mathieu-de-Tréviers), Bulletin de la Société préhistorique française, LVIII, 571-582.

Bailloud G., 1973 - Les habitations chalcolithiques de Conquette (Saint-Martin-de-Londres, Hérault), L’Homme hier et aujourd’hui, Cujas, Paris, 493-505.

Bernabò Brea M., Bertolotti P., Bronzoni L., Miari M., 2013 - Gli insediamenti a Sud del Po, in De Marinis C. (dir.), L’Età del Rame. La pianura padana e le Alpi al tempo di Ötzi, Roccafranca (Brescia), Massetti Rodella editori, 251-266.

Biancofiore F., 1967 - La necropoli eneoliticà di Laterza, Origini, 1, 195-298.

Biancofiore F., 1971 - Origini e sviluppo delle civilte pre-classiche nell’Italia sudorientale, Origini, 5, 193-300.

Canet H., Roudil J.-L., 1978 - Le village chalcolithique de Cambous (Viols-en-Laval, Hérault), Gallia-Préhistoire, XXI, 143-148.

Cipolloni Sampò M., 1977-1982 - Gli scavi nel villaggio neolitico di Rendina (1970-1976), Relazione preliminare, Origini, XI, 183-315.

Colomer A., Coularou J., Gutherz X. (dir.), 1990 - Boussargues (Argelliers, Hérault). Un habitat ceinturé chalcolithique : les fouilles du Secteur Ouest, Paris, Maison des Sciences de l’Homme (Documents d’Archéologie Française, 24).

Coularou J., Gascó J., Galant P., 2011 - Autour du Pic Saint-Loup à l’Âge du cuivre, Toulouse, Archives d’Écologie Préhistorique.

Coularou J., Jallet F., Colomer A., Balbure J. (dir.), 2008 - Boussargues. Une enceinte chalcolithique des garrigues du Sud de la France, Toulouse, Archives d’Écologie Préhistorique.

Cremonesi G., 1976 - Tomba della Prima Età di metalli presso Tursi (Matera), Rivista di Scienze Preistoriche, 31, 109-133.

De Chazelles C. A., 2003 - La maison 1 du site des Vautes. Les torchis, la toiture en chaume, terre et lauzes, in Guilaine J., Escallon G. (dir.), Les Vautes (Saint-Gély-du-Fesc, Hérault) et la fin du Néolithique en Languedoc oriental, Toulouse, Archives d’Écologie Préhistorique, 47-53.

De Chazelles C. A., (à paraître) - Les bâtiments de la phase moyenne édifiés en terre crue, in Guilaine J., Briois F., Vigne J.-D. (dir.), Shillourokambos. Un établissement du Néolithique précéramique à Chypre. Les fouilles du Secteur 3.

Dikaios P., 1953 - Khirokitia, Oxford, Oxford University Press.

Gascó J., 1976 - La communauté paysanne de Fontbouisse, Carcassonne, Laboratoire de Préhistoire et de Palethnologie (Archives d’Écologie Préhistorique).

Guilaine J., Briois F., Vigne J.-D. (dir.), 2011 - Shillourokambos. Un établissement néolithique précéramique à Chypre. Les fouilles du Secteur 1, Paris, Éditions Errance/École française d’Athènes.

Guilaine J., Cremonesi G., Radi G., Pérez P., Delcos N., Coularou J., 2014 - Les maisons du Chalcolithique-Bronze ancien de Trasano (Matera, Italie). Esquisse préliminaire, in Arbogast R.-M., Greffier-Richard A. (dir.), Entre Archéologie et Écologie, une Préhistoire de tous les milieux. Mélanges offerts à Pierre Pétrequin, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 345-354.

Guilaine J., Escallon G. (dir.), 2003 - Les Vautes (Saint-Gély-du-Fesc, Hérault) et la fin du Néolithique en Languedoc oriental, Toulouse, Archives d’Écologie Préhistorique.

Guilaine J., Le Brun A. (dir.), 2003 - Le Néolithique de Chypre, Athènes, École française d’Athènes (Supplément au Bulletin de Correspondance Hellénique, 43).

Gutherz X. 1975 - La culture de Fontbouisse : recherches sur le Chalcolithique en Languedoc oriental, Caveirac, Association des Recherches Archéologiques en Languedoc (Cahiers de l’ARALO, 2).

Jallot L., 2011 - Milieux, sociétés et peuplement au Néolithique final en Languedoc méditerranéen, Thèse de Doctorat, Montpellier, Université Paul Valéry-Montpellier III.

Le Brun A., 1984 - Fouilles récentes à Khirokitia 1977-1981, Paris, Éditions Recherches sur les Civilisations.

Le Brun A., 1989 - Fouilles récentes à Khirokitia 1983-1986, Paris, Éditions Recherches sur les Civilisations.

Le Brun A., 1994 - Fouilles récentes à Khirokitia 1988-1991, Paris, Éditions Recherches sur les Civilisations.

Le Brun A., 2001 - At the other end of the sequence: the Cypriot Aceramic Neolithic as seen from Khirokitia, in Swiny S. (ed.), The Earliest Prehistory of Cyprus, Boston, American School of Oriental Research, 109-118.

Le Brun A., 2002 - Neolithic Society in Cyprus: a tentative analysis, in Bolger D., Serwint N. (eds.), Engendering Aphrodite. Women and Society in Ancient Cyprus, Boston, American School of Oriental Research, 23-31.

Manfredini A., 2002 - Le dune, il lago, il mare. Una comunità di villaggio dell’età del Rame a Maccarese, Firenze, Istituto Italiano di Preistoria e Protostoria (Origines).

Moreau C., 2014 - Vernègues, Cazan (Bouches-du-Rhône) : découverte d’un habitat structuré du Chasséen récent, Bulletin de la Société préhistorique française, 111 (2), 341-344.

Peltenburg E., 2004 - Social Space in early sedentary communities of Southwest Asia and Cyprus, in Peltenburg E., Wasse A.(eds.), Neolithic Revolution. New Perspectives on Southwest Asia in Light of Recent Discoveries on Cyprus, Oxford, Oxbow Books (Levant Supplementary Series, 1), 71-89.

Radina F., 2002 - Le strutture di abitato, in Fugazzola Delpino M.-A., Pessina A., Tiné V. (dir.), Le ceramiche impresse nel Neolitico antico. Italia e Mediterraneo, Roma, Museo Luigi Pigorini (Studi di Paletnologia, 1), 183-207.

Schmidt K., 2006 - Sie Bauten die ersten Tempel. Das rätselhafte Heiligtum der Steinzeitjäger, München, C. H. Beck.

Stordeur D., 2000 - Jerf el Ahmar et l’émergence du Néolithique au Proche-Orient, in Guilaine J. (dir.), Premiers paysans du monde, Paris, Éditions Errance, 31-60.

Stordeur D., 2014 - Jerf el Ahmar entre 9500 et 8700 cal BC. Un village des débuts de l’agriculture. Une société complexe, in Manen C., Perrin T., Guilaine J. (dir.), La Transition néolithique en Méditerranée, Arles/Toulouse, Éditions Errance/Archives d’Écologie Préhistorique, 27-45.

Tiné S., 1983 - Passo di Corvo e la civiltà neolitica del Tavoliere, Genova, Sagep editrice.

Tiné V., 2009 - Favella. Un villaggio neolitico nella Sibaritide, Roma, Museo Luigi Pigorini.

Todd I. (dir.), 1987 - Excavations at Kalavasos Tenta, Göteborg, P. Aström (Studies in Mediterranean Archaeology, I).

Todd I. (dir.), 2005 - Excavations at Kalavasos Tenta, P. Aström (Studies in Mediterranean Archaeology, II).

Tozzi C., Zamagni B., 2003 - Gli scavi nel villaggio neolitico di Catignano (1971-1980), Firenze, Istituto Italiano di Preistoria e Protostoria.

Valla F., 2000 - La sédentarisation au Proche-Orient : la culture natoufienne, in Guilaine J. (dir.), Premiers paysans du monde : naissances des agricultures, Paris, Éditions Errance, 11-30.

Vaquer J., 1998 - Le Mourral, Trèbes (Aude). A Fortified Languedocian Late Neolithic Site reoccupied by Bell Beakers, in Benz M., Van Willigen S. (eds.), Some New Approaches to the Bell Beaker “Phenomenon”. Lost Paradise?..., Oxford, Archaeopress (BAR International Series, 690), 15-21.

Vigne J.-D., Guilaine J., Debue K., Haye L., Gérard P., 2004 - Early Taming of the Cat in Cyprus, Science, 304, 259.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Localisation des trois aires culturelles évoquées dans le texte.
Crédits DAO : F. Tessier
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/468/img-1.png
Fichier image/png, 643k
Titre Figure 2 - Wadi Tumbaq 3 (Syrie). Bâtiment PPNA.
Crédits fouilles et cliché : F. Abbès
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/468/img-2.png
Fichier image/png, 2,2M
Titre Figure 3 - Site de Jerf el Ahmar (Syrie). Néolithique précéramique. Diversité des modèles de construction des maisons (niveau II/W) entourant un bâtiment communautaire en fosse. Transition Xe/IXe millénaires.
Crédits fouilles et cliché : D. Stordeur
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/468/img-3.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Figure 4 - Göbekli Tepe (Turquie). Bâtiment circulaire du PPNA présentant de grandes stèles en T décorées d’animaux sculptés. Enceinte C.
Crédits cliché : DAI / K. Schmidt
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/468/img-4.png
Fichier image/png, 1,8M
Titre Figure 5 - Localisation des principaux sites du Néolithique précéramique (PPNA et PPNB) à Chypre.
Crédits DAO : F. Tessier
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/468/img-5.png
Fichier image/png, 223k
Titre Figure 6 - Chypre. Klimonas. Grand bâtiment communautaire du PPNA récent (vers 8800-8700 avant notre ère).
Crédits fouilles : J.-D. Vigne, F. Briois, J. Guilaine
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/468/img-6.png
Fichier image/png, 2,2M
Titre Figure 7 - Chypre. Shillourokambos. L’une des constructions circulaires du PPNB récent (vers 7500-7400 avant notre ère).
Crédits fouilles : J. Guilaine, F.  Briois, J.-D. Vigne
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/468/img-7.png
Fichier image/png, 1,8M
Titre Figure 8 - Chypre. Shillourokambos. Évocation du village du PPNB récent (vers 7500-7400 avant notre ère).
Crédits dessin : A. Jesionka
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/468/img-8.png
Fichier image/png, 1,7M
Titre Figure 9 - Chypre. Shillourokambos. Orifice d’une grande citerne alimentaire du village PPNB au VIIIe millénaire avant notre ère.
Crédits fouilles : J. Guilaine, F. Briois, J.-D. Vigne
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/468/img-9.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Figure 10 - Kalavasos-Tenta (Chypre). Maisons circulaires en argile, briques, pierres du PPNB récent.
Crédits fouilles : I. Todd
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/468/img-10.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Figure 11 - Khirokitia (Chypre). Maisons circulaires. Néolithique acéramique (VIIe millénaire avant notre ère).
Crédits cliché : J. Guilaine
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/468/img-11.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Figure 12 - Khirokitia (Chypre). Essai de restitution des maisons néolithiques du site par le Département des Antiquités de Chypre.
Crédits cliché : J. Guilaine
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/468/img-12.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Figure 13 - Carte de la Méditerranée vers 3000 avant notre ère. Une césure sépare le bassin oriental parvenu à un stade urbain ou proto-urbain et le bassin occidental demeuré à un stade néolithique finissant (ou Chalcolithique).
Crédits carte : J. Guilaine
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/468/img-13.png
Fichier image/png, 323k
Titre Figure 14 - Favella (Calabre, Italie du Sud). Essai de restitution de maisons du Néolithique ancien. VIe millénaire avant notre ère.
Crédits d’après Tiné 2009
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/468/img-14.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Figure 15 - Trasano (Basilicate, Italie du Sud). Maison circulaire à deux poteaux porteurs du Chalcolithique (culture de Laterza). IIIe millénaire avant notre ère.
Crédits fouilles : J. Guilaine, G. Cremonesi
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/468/img-15.png
Fichier image/png, 1,7M
Titre Figure 16 - Trasano (Basilicate, Italie du Sud). Essai de restitution d’une maison circulaire du Chalcolithique. IIIe millénaire avant notre ère.
Crédits dessin : P. Pérez
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/468/img-16.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Figure 17 - Trasano (Basilicate, Italie du Sud). Maison ovale à deux poteaux porteurs du Chalcolithique (culture de Laterza). IIIe millénaire avant notre ère.
Crédits fouilles : J. Guilaine, G. Cremonesi
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/468/img-17.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Figure 18 - Parme (Italie du Nord). Plan de la fouille de la via Guidorossi. Fin IVe/IIIe millénaires.
Crédits d’après Bernabò Brea et al., 2013
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/468/img-18.png
Fichier image/png, 418k
Titre Figure 19 - Parme (Italie du Nord). Plan du long bâtiment II de la via Guidorossi. Fin IVe/IIIe millénaires.
Crédits d’après Bernabò Brea et al., 2013
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/468/img-19.png
Fichier image/png, 192k
Titre Figure 20 - Parme (Italie du Nord). L’un des grands bâtiments (édifice IX) de la via Guidorossi. Chalcolithique.
Crédits cliché : M. Bernabò Brea
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/468/img-20.png
Fichier image/png, 2,2M
Titre Figure 21 - Sud de la France. Vue générale d’un quartier du site de Cambous (Viols-le-Fort, Hérault). Culture de Fontbouisse. IIIe millénaire avant notre ère.
Crédits cliché : A. Colomer, J. Coularou
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/468/img-21.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Figure 22 - Sud de la France. Vue sur plusieurs maisons mitoyennes du site de Cambous (Viols-le-Fort, Hérault). Culture de Fontbouisse. IIIe millénaire avant notre ère. La plus longue construction mesure 22 m de développement.
Crédits cliché : A. Colomer, J. Coularou
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/468/img-22.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Figure 23 - Sud de la France. Vue générale aérienne du site du Rocher du Causse (Claret, Hérault). Culture de Fontbouisse. IIIe millénaire avant notre ère.
Crédits cliché : J. Coularou ; fouilles : J. Guilaine, J. Coularou, G. Escallon
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/468/img-23.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Figure 24 - Sud de la France. Le mur de clôture incorporant des constructions rondes du site du Rocher du Causse (Claret, Hérault). Culture de Fontbouisse. IIIe millénaire avant notre ère.
Crédits fouilles et cliché : J. Guilaine, J. Coularou
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/468/img-24.png
Fichier image/png, 3,4M
Titre Figure 25 - Sud de la France. Évocation d’une habitation du site des Vautes (Saint-Gély-du-Fesc, Hérault). Culture de Fontbouisse. IIIe millénaire avant notre ère.
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/468/img-25.png
Fichier image/png, 1,5M
Crédits dessins : L. Jallot
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/468/img-26.png
Fichier image/png, 2,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Guilaine, « Maisons néolithiques : exemples méditerranéens »Palethnologie [En ligne], 8 | 2016, mis en ligne le 29 décembre 2016, consulté le 23 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/palethnologie/468 ; DOI : https://doi.org/10.4000/palethnologie.468

Haut de page

Auteur

Jean Guilaine

Professeur au Collège de France
UMR 5608 TRACES (Collège de France, CNRS, EHESS, MCC, Université Toulouse-Jean Jaurès)
jguilaine[at]wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Palethnologie est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search