Navigation – Plan du site

AccueilVariaContributions2014Essai d’étude comparative des ind...

2014

Essai d’étude comparative des industries lithiques de deux sites aziliens d’Aquitaine : comment interpréter les degrés de simplifications techniques ?

Celia Fat Cheung
Traduction(s) :
A comparison of the Lithic industries from two Azilian sites in Aquitaine: how to interpret different degrees of technical simplification? [en]

Résumé

L’Azilien est en général caractérisé par une simplification des industries, associée à une exploitation régionale des matières premières. La variabilité de ces manifestations est étudiée ici en analysant les assemblages lithiques de deux régions où cette culture paraît avoir connu une évolution différente. Deux sites sont ainsi confrontés, l’abri Pagès (Lot) et la grotte-abri de Troubat (Hautes-Pyrénées), provenant d’Aquitaine mais en contextes naturels bien différents. Cette comparaison permet d’aborder les questions d’adaptation à l’environnement (débitage peu élaboré mais appliqué à deux contextes environnementaux spécifiques) et celles de pratiques culturelles distinctes. Ces différences sont perceptibles à travers les modalités de débitage, même si elles restent peu élaborées dans les deux cas. Dans le site pyrénéen, elles mettent en évidence des pratiques liées aux contraintes environnementales qui sont aussi intégrées à des usages culturels régionaux, traduites dans l’organisation techno-économique.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article a reçu le soutien de TRACES (Travaux et Recherches archéologiques sur les Cultures, les Espaces et les Sociétés), du Ministère de la Culture et de la Communication, de l’Université de Toulouse, de l’Université Toulouse Jean Jaurès, de Liège Université, de l’ARSCAN – Ethnologie préhistorique, de La Région Occitanie Pyrénées Méditerranée, du CNRS (Centre national de la recherche scientifique), de l’UMS 838 (Direction en Appui à la Recherche), de l’INRAP (Institut national de recherches archéologiques préventives).

Texte intégral

Je remercie Michel Barbaza mon directeur de thèse, pour sa confiance dans l’étude de Troubat, Pierre Chalard pour son aide dans l’identification des matières premières de Pagès, Bertrand Defois et le musée de Cabrerets pour l’accès à la collection de Pagès, le SRA Midi-Pyrénées pour l’accès à la collection de Troubat, le Ministère de la Culture pour l’Allocation de Formation et de Recherche qui m’a été accordée. Je remercie également François Bon pour sa relecture attentive et Mathieu Langlais pour ses conseils avisés.

Introduction

1L’Azilien est souvent caractérisé par une industrie lithique simple, à la fois dans le nombre limité d’objectifs techniques (pointes à dos et grattoirs formant les outils les plus caractéristiques), mais aussi dans le mode de production. Une certaine « dégénérescence » technologique a même parfois été évoquée vis-à-vis des contextes antérieurs du Magdalénien, ce qui l’oppose également aux industries plus récentes du Laborien ou du Belloisien.

2Deux notions s’articulent fréquemment autour de la définition de l’Azilien. Tout d’abord, l’idée que la culture azilienne n’est pas homogène dans le temps et dans l’espace. De nombreux exemples démontrent en effet que le passage du Magdalénien à l’Azilien s’est fait selon une propagation d’idées, un courant d’« azilianisation » se déclinant de diverses façons (Barbaza, 1997 ; Célérier, 1998 ; Valentin, 2008). En outre, de nombreux auteurs ont aussi insisté sur l’idée d’un phénomène de régionalisation plus accentué qu’auparavant (cf. Magdalénien supérieur), appuyée par une gestion des matières premières centrée sur une exploitation régionale, voir locale (Simonnet, 1967 ; Lacombe, 1998 ; Barbaza, Lacombe, 2005 ; Langlais, 2010).

3Or, comment s’agence cette simplification des techniques par rapport à l’idée d’une régionalisation accrue ? Plusieurs facteurs peuvent expliquer ce phénomène (Astruc et al., 2006). Cependant, l’incidence de l’exploitation des matières premières locales induit un biais dans la perception de ces pratiques : les savoir-faire peuvent être les mêmes, mais adaptées à des environnements donnant lieu à des « faciès de circonstance », illustrés par exemple dans certains contextes mésolithiques (Barbaza et al., 1984). Dans ce cas, les pratiques peu élaborées sont tributaires de l’exploitation de matières premières locales sans que cela signe forcément un phénomène de régionalisation, mais au contraire une adaptation ponctuelle aux conditions environnementales, ces groupes pouvant alors disposer d’un territoire de déplacement plus large que celui pressenti à partir des origines des matières premières utilisées. Dans le cas inverse, les différences perceptibles peuvent correspondre à une régionalisation plus marquée des groupes mais se pose le problème de la simplification des industries : en effet, celle-ci peut biaiser cette perception, puisqu’elle favorise l’existence de convergences techniques, donnant alors lieu à des confusions possibles.

4En tenant compte de ces différents paramètres et de ces biais possibles, nous nous intéressons ici à la comparaison des technologies de l’Azilien et à leur variabilité dans le sud-ouest de la France, par la description de deux ensembles archéologiques. Le premier site, l’abri Pagès, au sud de la Dordogne, se situe dans un contexte relativement favorable pour les matières premières siliceuses. Le second, la grotte de Troubat, sur le piémont pyrénéen, est situé à proximité de gîtes à silex dont les nodules sont de plus petite dimension que dans le contexte précédent.

5Il faut préciser auparavant que la chronologie interne de l’Azilien est différente au nord de l’Aquitaine (Célérier, 1998) et dans les Pyrénées (Barbaza, 2009 ; Martzluff, 2009) et que nous ne pouvons affirmer la contemporanéité de ces occupations aziliennes ni même leur appartenance à une même phase climatique (fin Allerød ou Dryas récent). Dans le Quercy, la séquence azilienne est présente sur les sites de Murat (Lorblanchet, 1996) ou du Pont d’Ambon (Célérier, 1998). Elle est divisée en deux phases principales, ancienne et récente, dans chacun de ces deux sites (Fat Cheung et al., sous presse). L’abri Pagès, par ses caractéristiques techno-typologiques, correspond en revanche seulement à un Azilien récent. Dans les Pyrénées, cette division est moins facile à établir d’un point de vue industriel. Troubat c. 6 pourrait appartenir à une phase récente, si l’on en croit les datations radiocarbones disponibles : 10 770 ± 100 BP (Ly-5275 ; Barbaza, 2009) et 10 225 ± 45 BP (Lyon-9968), soit 10 806 ± 96 et 9992 ± 135 cal BC1. Quoi qu’il en soit, nous ne discuterons pas ici du développement chronologique de cette culture, notre propos visant surtout à comparer deux ensembles industriels appartenant à un même techno-complexe et définis au sens large comme étant Azilien. Le choix du site de Troubat a aussi été influencé par la prédominance de l’exploitation du silex, ce qui n’est pas forcément le cas dans les autres sites pyrénéens. Cela permet ainsi d’écarter les problèmes des différences de modalités de débitage liées à la structure des roches (Mourre, 1996).

1 - Présentation des sites

A - L’abri Pagès (Rocamadour, Lot)

6L’abri Pagès, fouillé en 1929 et 1930 par A. Niederlender et R. Lacam (Niederlender et al., 1956), se situe dans la vallée de l’Alzou (figure 1), à proximité d’autres stations de la fin du Tardiglaciaire, dont les plus célèbres sont les abris Malaurie et Murat (Lorblanchet, 1989). Les fouilles de Pagès ont révélé une stratification dans la sédimentation, mais l’ensemble de la collection a été rassemblé et attribué globalement à l’Azilien par le fouilleur (Niederlender et al., 1956).

Figure 1 - Situation géographique des sites de Pagès (Lot) et Troubat (Hautes-Pyrénées)

Figure 1 - Situation géographique des sites de Pagès (Lot) et Troubat (Hautes-Pyrénées)

7Les grattoirs et les pointes à dos sont les principaux outils se prêtant à cette étude statistique (ibid. ; figures 2-4). En ce qui concerne l’industrie osseuse, les fouilleurs mentionnent 11 pièces osseuses travaillées, dont des poinçons, mais aucun harpon azilien n’a été recueilli. La faune chassée est dominée par le cerf, capturé pendant la bonne saison, la présence de nombreux restes de lapin étant également notable (Bouchud in Niederlender et al., 1956 : 444-446).

Figure 2 - Armatures et outils lithiques du site de Pagès (Lot)

Figure 2 - Armatures et outils lithiques du site de Pagès (Lot)

En rouge : vestiges possiblement non aziliens.

D’après Niederlender et al., 1956, modifié.

Figure 3 - Outils lithiques du site de Pagès (Lot)

Figure 3 - Outils lithiques du site de Pagès (Lot)

D’après Niederlender et al., 1956, modifié.

Figure 4 - Outils du site de Pagès (Lot)

Figure 4 - Outils du site de Pagès (Lot)

D’après Niederlender et al., 1956, modifié.

  • 2 Les questions liées à l’homogénéité de l’assemblage sont abordées plus loin à propos des armatures. (...)

8Les travaux consacrés à l’art mobilier (galets peints et gravés) montrent que celui-ci s’intègre bien dans l’Azilien récent régional, tel qu’il est notamment représenté dans la dernière phase de l’abri Murat (Lorblanchet, Couraud, 1986). Selon ces mêmes auteurs, cet art illustre non seulement de fortes différences diachroniques avec des œuvres appartenant aux phases antérieures (fin du Magdalénien et Azilien ancien), mais ils concluent aussi que l’art de Pagès se rapprocherait davantage de celui du Périgord ou de l’Est de la France plutôt que des Pyrénées (ibid.). Les différentes composantes du matériel, vestiges lithiques et productions artistiques confondues, mais également en ce qui concerne la faune chassée, constituent un ensemble intéressant pour l’Azilien récent de cette région2 (Fat Cheung et al., sous presse).

9L’ensemble du matériel lithique de cette collection se compose de 3 335 pièces dont 82 nucléus et 717 pièces retouchées (tableau 1). Un tamisage semble avoir été fait (Niederlender et al., 1956), mais une sélection des pièces n’en est pas moins vraisemblable, visible en particulier dans le rapport outillage / supports non transformés (tableau 1).

Tableau 1 - Vestiges lithiques des sites de Pagès (Lot) et de Troubat (Hautes-Pyrénées)

Pagès Nombre

Troubat Nombre

Outils

717

688

Nucléus

82

33

Éclats et esquilles

1 532

5 283

Éclat allongé

391

1 096

Lame(lles) centrales

282

460

Lame(lles) latérales

161

380

Lame(lles) à crête

42

87

Lame(lles) premières

79

379

Lame(lles) néocrête

3

4

Tablettes de ravivage

12

8

Indéterminés

-

31

Pièces écartées

34

-

Bâtonnets

-

224

Pièces esquillées (Troubat)

-

150

Chutes de burin

-

44

Quartz*

-

437

Quartzites et autres roches*

-

171

Roches tenaces*

-

83

TOTAL

3 335

9 558

* Produits non transformés, non détaillés ici.

  • 3 Les matières premières dont l’origine est la plus éloignée (Bergeracois, Fumélois et « Grain de mil (...)

10L’étude des matières premières utilisées, effectuée par P. Chalard, met en évidence des taux élevés de silex du Sénonien (67 % des pièces étudiées) et de silex Tertiaire (22 %), dont les possibilités d’approvisionnement sont, dans les deux cas, très étendues, contrairement à d’autres matières premières, moins nombreuses, dont l’origine est géographiquement plus circonscrite3 (tableau 2).

Tableau 2 - Matières premières de Pagès (Lot)

Matières premières

Nombre

 %

Sénonien

1 186

68

Tertiaire

385

22

Jaspéroïde

19

1

Marin

14

1

Bajocien

14

1

Belvès

13

1

Grain de mil

7

0

Bergeracois

5

0

Fumélois

2

0

Indéterminés

110

6

TOTAL

1 755

100

B - La grotte-abri du Moulin (Troubat, Hautes-Pyrénées)

11Le site de Troubat est un abri, se prolongeant en grotte, situé au pied des Pyrénées centrales, dans la vallée de l’Ourse. Les fouilles, menées de 1986 à 2002 par M. Barbaza, ont mis en évidence un important remplissage sédimentaire depuis le Magdalénien moyen jusqu’à la Protohistoire (Barbaza, 1989, 1997, 2009).

12Le niveau azilien correspond à la couche 6 (figures 5-8). La faune est en grande majorité composée de cerf et de bouquetin, associés à d’autres espèces dont l’isard, le sanglier et le chevreuil (Ferrié, étude en cours). Les poissons sont très nombreux (Le Gall, 1999), alors que l’avifaune, plus rare, reflète l’exploitation de milieux variés (Laroulandie, 2007).

Figure 5 - Grattoirs de Troubat

Figure 5 - Grattoirs de Troubat

D’après Barbaza, 2009

Figure 6 - Pièces esquillées de Troubat

Figure 6 - Pièces esquillées de Troubat

D’après Barbaza, 2009

Figure 7 - Pointes à dos (1-10) et outillages à retouches latérales (11-14) de Troubat

Figure 7 - Pointes à dos (1-10) et outillages à retouches latérales (11-14) de Troubat

Figure 8 - Pointes à dos de Troubat (1-8) et Rhodes II (9-16) ; pointes à dos double (1-5 ; 12), lamelles tronquées (6-7) et simple (8), pointes à dos et bord opposé abrupt (9-11 ; 13-16) ; 14 : en grisé = patine antérieure ; 10, 12, 13 et 15 : roches schiteuses

Figure 8 - Pointes à dos de Troubat (1-8) et Rhodes II (9-16) ; pointes à dos double (1-5 ; 12), lamelles tronquées (6-7) et simple (8), pointes à dos et bord opposé abrupt (9-11 ; 13-16) ; 14 : en grisé = patine antérieure ; 10, 12, 13 et 15 : roches schiteuses

13Les harpons à perforation en boutonnière constituent l’essentiel de l’industrie osseuse, accompagnés de poinçons et lissoirs. Les coquillages et fragments d’os ont contribué à la fabrication de parures et d’art gravé. Associés à cet ensemble, les galets peints confirment la place de cet assemblage dans l’Azilien « classique » pyrénéen (Barbaza, 1999, 2009), tel qu’il a été défini dans sa forme princeps.

14L’étude reproduite ici est celle de la zone interne du site, dont 6 m² ont été sélectionnés (Fat Cheung, 2009, thèse en cours). Ces derniers ont livré un mobilier de 9 558 pièces, dont 688 pièces retouchées et 33 nucléus (tableau 1). Précisons que les supports choisis pour être retouchés sont souvent très transformés, surtout en ce qui concerne les pointes à dos et les grattoirs, ce qui crée parfois un biais dans leur analyse. L’élaboration de l’industrie en silex répond à un approvisionnement régional qui puise dans les variétés du Danien et du Flysch, respectivement à l’est et à l’ouest du site. Les matières plus lointaines sont apparentés aux silex de type Chalosse, renvoyant toujours à un environnement pyrénéen.

15Les quartzs et quartzites non transformés sont moins nombreux (tableau 1). Ils correspondent à un débitage majoritaire d’éclats et de rares lamelles associées. Dans d’autres sites pyrénéens, comme Rhodes II (Simonnet, 1967) ou la Balma Margineda (Guilaine, Martzluff, 1995 ; Guilaine et al., 2007), les roches tenaces locales paraissent avoir eu un rôle plus important dans les choix économiques, ce qui est moins le cas ici (tableau 1). Les outils sur roches autres que le silex sont d’ailleurs peu nombreux (quartz : 3 ; roche tenace : 13).

2 - Comparaison entre les ensembles lithiques de l’abri Pagès et de la grotte-abri de Troubat

A - Catégories d’outils et sélection des supports dans l’outillage

16Les grands équilibres typologiques de ces deux sites sont relativement proches (tableaux 3-4). En effet, il s’agit d’assemblages composés majoritairement de grattoirs, de pièces allongés à retouches latérales et de monopointes à dos, auxquels s’ajoutent en plus faible proportion des burins et des pièces tronquées. Du point de vue des supports mobilisés, cet outillage est conçu dans les deux cas sur des supports lamino-lamellaires, mais aussi de nombreux éclats.

Tableau 3 - Supports des outils lithiques de Pagès (Lot)

Lame(lles) centrales

Lame(lles) latérales et d’entretien

Éclats laminaires et allongés

Éclats

et indéterminés

TOTAL

Grattoirs

73

30

82

115

300

Burins

19

3

1

3

26

Lames tronquées

13

8

3

0

24

Lames retouchées et couteaux

30

18

6

1

55

Éclats / éclats all. à ret. latérales

1

2

24

2

29

Éclats / éclats all. à ret. d’extrémité

2

2

16

8

28

Perçoirs

4

3

12

2

21

Pointes à dos entière

19

3

8

2

32

Pointes à dos / fragments

18

5

10

1

34

Fragments de dos

40

3

10

3

56

SOUS-TOTAL (quantité)

219

77

172

137

605

SOUS-TOTAL (pourcentage)

36 %

13 %

28 %

23 %

100 %

Armatures (non prises en compte ici)

-

-

-

-

20

Pièces esquillées ou mâchurées

-

-

-

-

17

Pièces mâchurées

-

-

-

-

13

Fragments d’outils indéterminés

-

-

-

-

62

TOTAL

-

-

-

-

717

Tableau 4 - Supports des outils lithiques de Troubat (Hautes-Pyrénées)

Lame(lles) centrales

Lame(lles) latérales et d’entretien

Éclats laminaires et allongés

Éclats

et indéterminés

TOTAL

Grattoirs

18

7

44

102

171

Burins

5

0

8

0

13

Lames tronquées

3

7

3

0

13

Lames retouchées

16

12

10

0

38

Éclats / éclats all. à ret. latérales

1

3

43

11

58

Éclats / éclats all. à ret. d’extrémité

2

3

8

6

19

Perçoirs

4

1

3

3

11

Encoches

0

1

0

3

4

Lamelles tronquées

3

10

1

1

15

Pointes à dos entières

11

4

35

5

55

Pointes à dos double

0

0

11

3

14

Pièces à dos / pointe-base indét.

2

1

3

1

7

Pointes à dos / fragments

8

2

9

4

23

Fragments de dos

34

15

31

6

86

Autres armatures

8

1

3

2

14

SOUS-TOTAL (quantité)

115

67

212

147

541

SOUS-TOTAL (pourcentage)

21 %

13 %

39 %

27 %

100

Pièces non aziliennes

-

-

-

-

51

Ébauches

-

-

-

-

35

Retouches éparses

-

-

-

-

12

Fragments d’outils et indéterminés

-

-

-

-

49

TOTAL

-

-

-

-

688

17Toutefois, au-delà de ces similitudes, des différences apparaissent dans la nature précise des supports et en particulier dans les propriétés morpho-dimensionnelles des outils : ceux sur éclats sont sensiblement plus nombreux à Troubat qu’à Pagès. Ceci est particulièrement visible pour les grattoirs, qui sont très rarement sur lames à Troubat.

18En dehors de ce type d’outil, d’autres témoignent de différences entre les deux séries. Lorsqu’il y a volonté de choisir des supports allongés (outils à retouches latérales), les lames sont davantage choisies à Pagès, alors que ce sont plutôt des éclats allongés (souvent issus du débitage lamino-lamellaire) à Troubat. Cette pratique se lit dans l’ensemble de l’outillage de la sphère domestique à Pagès (tableaux 3-4). Il conduit donc à mettre davantage en évidence ces outils sur lame dans ce site lotois, ce qui accentue les différences entre les deux assemblages.

19Cependant, les outils sur lames de Pagès ont probablement un usage très proche des outils sur éclats ou éclats allongés de Troubat. Ainsi, grattoirs sur lames ou éclats d’une part, lames ou éclats allongés retouchés latéralement d’autre part, pourraient être conçus dans une intention similaire, même dans le cas d’une adaptation technique ponctuelle (faciès de circonstance dans un territoire où le choix en matière première est restreint dans la qualité des matériaux).

20La proportion plus importante des produits laminolamellaires transformées sur le site quercinois va de pair avec le fait que cette population connaît une plus grande variabilité morphodimensionnelle (graphique 1). En revanche, à Troubat, ces éléments, moins nombreux, sont aussi plus petits car davantage centrés sur la production lamellaire. Dans ce site, le débitage de modules lamino-lamellaires de plus petite dimension semble donc permettre un relâchement des contraintes liées à la production de plus grands gabarits. Ainsi, ces plus grands gabarits existent, mais il s’agit alors davantage d’éclats allongés plutôt que de lames à proprement parler.

21En ce qui concerne les différences perceptibles dans l’outillage, les grattoirs sur éclats peuvent apporter d’autres informations. Les exemplaires entiers sont souvent de plus petite dimension à Troubat (graphique 2), le type unguiforme étant une caractéristique de la série pyrénéenne. Ce microlithisme est aussi confirmé par des transformations supplémentaires en plus du front de grattoir (retouches latérales parfois profondes : 24 pièces ; aménagement de la base par une encoche : 4 pièces ; fabrication d’un deuxième front : 2 pièces). La petite taille de ces grattoirs, quasiment exclusif pour cet outil dans les sites pyrénéens ne se perçoit pas en Quercy. Cette régionalisation pourrait être nuancée par la possibilité d’activité particulière sur le site, à un moment donné. Mais, même en prenant en compte ce biais, ce microlithisme est peu présent en Quercy alors qu’il caractérise les sites des Pyrénées centrales. On peut donc penser que ces différentes populations de grattoirs servent des intentions similaires, mais correspondent à des outils sensiblement différents. Nous reprendrons cette question à travers une autre population d’instruments emblématiques, les pointes, mais il faut au préalable aborder de façon plus détaillée les schémas de productions, pour mieux comprendre dans quel système elles s’intègrent.

Graphique 1 - Lames et lamelles de plein débitage entières de Pagès (N = 66) et Troubat (N = 72)

Graphique 1 - Lames et lamelles de plein débitage entières de Pagès (N = 66) et Troubat (N = 72)

Graphique 2 - Grattoirs sur éclats entiers de Pagès (N = 124) et Troubat (N = 90)

Graphique 2 - Grattoirs sur éclats entiers de Pagès (N = 124) et Troubat (N = 90)

B - Les modalités de débitage de Pagès

22Sur le site de Pagès, les nucléus (figures 9-11) montrent trois intentions : un débitage de lames, de lamelles simples et de lamelles étroites. La production de lamelles étroites (visible sur 11 nucléus), perceptible surtout au travers de nucléus proches de carénés dans leur conception (figure 112), est difficile à décrire avec précision car elle paraît absente de la production brute et de l’outillage, probablement en raison du tri au moment des fouilles (cf. supra). Le débitage de lamelles simples, attesté par de nombreux nucléus et de nombreux produits (tableau 1), se fait sur bloc comme sur éclat. L’analyse de certains de ces nucléus montre que la production de lames est effectuée antérieurement à ce débitage de lamelles, lequel intervient par réduction progressive ou réorientation de la surface de débitage (N = 3). Dans d’autres cas, notamment lorsqu’il s’agit de nucléus sur éclat épais (N = 13), cette production de lamelles est autonome et ne correspond pas à la réduction d’un débitage laminaire.

Figure 9 - Nucléus lamellaire de Pagès

Figure 9 - Nucléus lamellaire de Pagès

Figure 10 - Nucléus lamellaire (1) et produits bruts (2-5) de Pagès

Figure 10 - Nucléus lamellaire (1) et produits bruts (2-5) de Pagès

Figure 11 - Nucléus lamellaire cintré (1) et caréné (2) de Pagès

Figure 11 - Nucléus lamellaire cintré (1) et caréné (2) de Pagès

23Comme nous l’avons évoqué, la réorientation du nucléus est assez fréquente (N = 36), selon les opportunités de la morphologie de leur support. Souvent, deux zones sont travaillées, parfois trois, avec des zones de débitage distinctes et indépendantes : il peut donc y avoir des surfaces exploitées avec deux plans de frappe opposées (N = 18 dont 3 sur tranche d’éclat), mais le deuxième plan de frappe est consécutif au premier et non simultané. Le débitage bipolaire est par ailleurs assez peu visible sur les faces supérieures des produits (N = 12 lames bipolaire pour les 216 lames entières centrales, latérales et néocrêtes, outils sur lames compris). Nous évoquerons d’autres formes de débitages bipolaires avec Troubat, mais nous pouvons d’ores et déjà dire que les pièces esquillées sont rares ici.

24Le débitage est conduit sur des volumes souvent peu préparés. Les mises en forme, quand elles sont nécessaires, se font par l’élaboration de crêtes antérieures ou postérieures, souvent à un versant, peu régularisées. Parfois, la mise en forme vise à cintrer davantage la table par enlèvements latéraux parallèles. Les reprises en néocrête sont assez rares, ainsi que les ravivages de plan de frappe (tableau 1). L’exhaustion est très poussée et la plupart des nucléus sont donc abandonnés avec une surface d’exploitation dégradée par de nombreux rebroussés successifs.

25La percussion est majoritairement à la pierre dure (Pelegrin, 2000), utilisée sur un plan de frappe lisse peu préparé. L’observation des talons de lames indique d’ailleurs qu’une majorité d’entre eux ont plus de 3 mm, résultant d’une percussion rentrante assez éloignée du bord de plan de frappe. Les produits non transformés mettent en évidence une production lamellaire plus fréquente que la production laminaire (graphique 1). Cependant, cette dernière est plus présente qu’à Troubat, tant dans la production non transformée que dans l’outillage.

C - Les modalités de débitage de Troubat

26Pour ce site, nous évoquerons deux catégories d’action : d’une part, le débitage utilisant ou non un support d’enclume mais effectué dans tous les cas sur des nucléus possédant au moins un plan de frappe ; d’autre part, l’exploitation de pièces esquillées, dont le traitement, qu’il s’agisse d’un nucléus ou d’un outil, est axial (Mourre, 2004) et potentiellement bifacial, sans zone de frappe plane. Les nucléus appartenant à la première catégorie sont peu nombreux (N = 33) et révèlent une production lamellaire (N = 13), d’éclats allongés (N = 7) et d’éclats (N = 3), indépendante l’une de l’autre mais parfois consécutive sur un même bloc (figures 12-13). Quelques rares nucléus microlamellaires (N = 5) de production normalisée semblent, dans ce contexte, provenir des couches sous-jacentes magdaléniennes.

Figure 12 - Nucléus lamellaire (1) et lamellaire convergent finissant en débitage d’éclats allongés (2) de Troubat

Figure 12 - Nucléus lamellaire (1) et lamellaire convergent finissant en débitage d’éclats allongés (2) de Troubat

Figure 13 - Nucléus à éclats, exploitation bifaciale (1) et nucléus à plusieurs réorientations (2) de Troubat

Figure 13 - Nucléus à éclats, exploitation bifaciale (1) et nucléus à plusieurs réorientations (2) de Troubat

27Ce débitage vise l’obtention de produits lamellaires mais cette production peu standardisée conduit à de nombreux sous-produits et notamment des éclats allongés (figure 12-2). Le débitage est mené par des enlèvements parallèles ou parfois convergents en partie distale du nucléus : il peut se faire sur bloc (N = 11) ou éclat (N = 9). Certains ont des enlèvements antérieurs ou une taille trop petite pour pouvoir attribuer la nature du support de façon évidente (N = 8). Quant au débitage sur plaquette, il est visible sur quelques produits.

28Le débitage lamellaire est réalisé à partir d’un plan de frappe souvent lisse, les mises en forme sont rarement visibles sur les nucléus mais attestées par de nombreuses lamelles à crête, souvent irrégulières, alors que les tablettes de ravivage restent rares (tableau 1).

29Le débitage d’éclat est très simple, effectué à la pierre, mais plusieurs modalités peuvent être utilisées, selon l’exploitation d’une ou de plusieurs surfaces suivant un débitage semi-tournant ou, au contraire, une exploitation bifaciale (figure 121), avec un angle de chasse plus ouvert. Cette dernière modalité se rapproche des pièces esquillées par son aspect bifacial, mais conserve un volume plus épais. Les produits sont débités à la pierre dure et l’angle de chasse est peu compatible avec la production en pièce esquillée que nous évoquerons plus loin.

30Les nucléus peuvent être à une table de débitage (N = 8) mais sont parfois repris pour l’exploitation d’une deuxième zone (N = 5) ou plus (N = 10), indépendante de la première et dont l’objectif de production peut être différent, même s’il s’agit surtout des productions d’éclats dans le dernier cas. Ils sont souvent abandonnés lorsque la production, devenue irrégulière, amène de nombreux rebroussés en fin d’exploitation.

31Pour l’ensemble de ces productions, le débitage se fait majoritairement à la pierre, sur des zones d’impact non préparées. Les modes de percussion sur les nucléus sont variés : pierre dure lancée, pierre tendre ou pierre dure sur enclume, alors que le débitage par percussion lancée à l’aide de percuteur organique est plus sujet à caution. La percussion est appliquée dans un geste rentrant ou non, selon une orientation axiale ou non. Précisons que ces déterminations reposent sur des critères (Pelegrin, 2000 ; Mourre, Jarry, 2010) qui sont parfois difficiles à appliquer à ces industries de petite taille. Alors que les éclats de pièces esquillées peuvent être écartés car caractéristiques de cette production précise (cf. infra), certains nucléus ou produits présentent des stigmates liés au débitage sur enclume visible par la zone de frappe et la surface de fracture (ibid.). Elle est parfois visible en partie distale des nucléus (N = 13), ainsi que sur les produits, attestant par là cette pratique. Dans ce cas-là, contrairement aux caractéristiques de l’exploitation de pièces esquillées, l’enclume a plutôt un rôle de maintien, marquant parfois accidentellement les produits. Cependant, ils sont moins présents dans la production.

32Les nucléus attestant un débitage laminaire sont absents et les petites lames moins nombreuses dans l’ensemble des produits, contrairement aux lamelles (graphique 1). L’importance des lamelles à crête et la rareté des lames à crête confirme la prédominance de l’exploitation lamellaire (cf. supra), au détriment de l’exploitation laminaire.

33Écarté de cette production classique, un ensemble de pièce est produite par fracturation de pièces esquillées. Les déchets associés à cette exploitation sont nombreux sous forme d’éclats, mais surtout de bâtonnets, qui sont exclusifs à ce mode de percussion (tableau 1). L’emprise de cette fracturation conduit à se poser la question du rôle de ces pièces esquillées étant donné leur caractère ubiquiste : elles semblent en effet pouvoir tenir deux rôles considérés souvent comme contradictoires – outils ou nucléus (Le Brun-Ricalens, 2006).

34En faveur d’une utilisation comme outils, on peut noter que des esquillements similaires à ceux des pièces esquillées sont visibles sur les grattoirs : il s’agit de petits esquillements qui ne fracturent pas l’ensemble de l’outil. Ces stigmates sont absents pour les autres outils (même les plus grands ou plus épais comme les éclats à retouches latérales) mais confirment des gestes entraînant des fracturations violentes, ce qui est aussi possible lors de l’utilisation de pièces esquillées comme outil. Une étude tracéologique de ces pièces manque pour mieux cerner leur fonctionnement dans ce contexte.

35Cependant, certains outils attestent aussi de l’emploi des produits issus de la fracturation de pièces esquillées (N = 10). Les deux pratiques - nucléus ou outils - sont valables et il est difficile de discriminer clairement les deux intentions. De plus, ces deux usages peuvent être complémentaires et ne se contredisent pas, le choix des supports transformés étant très large, quelles que soient les modalités de débitage. Une information supplémentaire provient du macro-outillage. En effet, les enclumes présentent des traces d’utilisation en forme de cupules, mais aussi linéaires, ce qui laisse envisager une utilisation variée de ces galets comme supports de percussion violente.

36Dans l’ensemble, cette industrie met en évidence une forte rentabilisation des matières premières lithiques. La variabilité des chaînes opératoires révèle aussi un faible intérêt de reproduire des supports standardisés au cours d’un débitage, en particulier pour les grands gabarits. Ces productions permettent alors un large choix de supports, aisément utilisable dans ce contexte. L’utilisation d’éclats de forme variée provenant de la fracturation de pièces esquillées est visible dans l’outillage, les bâtonnets étant par contre, peu transformés dans cette série.

D - Comparaison des pièces à dos et armatures

37Pour revenir aux produits transformés, nous allons évoquer les éléments liés à la chasse. Pour les deux sites, les pointes sont faites sur support allongé : elles ont une variabilité morpho-dimensionnelle plus grandes à Pagès qu’à Troubat, ce qui est en accord avec les observations déjà faites antérieurement. La transformation par la retouche met en évidence trois préoccupations pour l’ensemble des pièces : la conception d’un dos plutôt épais légèrement convexe à rectiligne, une base parfois reprise et une partie apicale pointue.

38Les retouches du dos modifient le support sur plus d’un tiers de la largeur. La partie apicale est particulièrement soignée, parfois alterne ou par retouches plus fines, ou bien par reprise sur le bord opposé. Les retouches basales sont variées et peuvent être plus ou moins profondes, formant parfois une troncature oblique dans l’assemblage quercinois. La morphologie générale des pointes est souvent symétrique par rapport à l’axe longitudinal pour les deux séries alors que la symétrie par rapport à l’axe transversal est par contre plus marquée à Troubat, ce qui donne une morphologie souvent fusiforme.

39Bien que certaines pointes soient délicates à orienter, la majorité des pièces entières possède une base et une pointe distincte. À Troubat, les pointes dont l’orientation pointe-base est difficile à effectuer semblent tout de même s’intégrer dans un même ensemble : le dos est légèrement convexe à rectiligne, parallèle à l’axe du support, l’angulation des extrémités est peu acérée sur les monopointes et les supports utilisés sont semblables. Il s’agit donc d’une variabilité de la forme des monopointes plutôt fusiformes et non de réelles bipointes telles que peut les connaître l’Azilien ancien français plus septentrional (Valentin, 2005 ; Célérier, 1993, 1998).

40Des fractures d’impacts sont présentes, attestant une utilisation comme projectile, aussi bien à Pagès (N = 17 sur 32 pointes entières et 90 fragments de dos) qu’à Troubat (N = 9 sur 76 pointes entières et 109 fragments de dos).

  • 4 Nous considérons un deuxième dos lorsque la retouche se développe sur plus de la moitié de la longu (...)

41D’une manière générale, il faut noter que les pointes ont des dimensions plus réduites dans les Pyrénées (graphique 3), en accord avec les différences déjà perçues dans l’ensemble de la série. Un autre contraste est perceptible avec les dos doubles4 : l’unique exemplaire de Pagès atteste une fabrication marginale, alors que les 14 exemplaires de Troubat révèlent au contraire une pratique plus courante. Ces dos doubles ne sont pas exclusifs à Troubat et se retrouvent aussi à Rhodes II (Simonnet, 1967 ; Fat Cheung, étude en cours). Il est délicat de dire qu’ils signent, à eux seuls, une pratique régionale. En revanche, ils expriment bien le besoin d’une forte transformation des supports dans la région pyrénéenne. Sur le site de Rhodes II, certaines pointes présentent un dos et un bord opposé au dos abrupt non transformé (naturel ou avec un pan de débitage antérieur ; figure 8). Ce type de pointe est anecdotique à Troubat, mais pourrait répondre à une même exigence dans les fabrications des armes (figure 8).

Graphique 3 - Pointes à dos entières de Pagès (N = 32) et Troubat (N = 55)

Graphique 3 - Pointes à dos entières de Pagès (N = 32) et Troubat (N = 55)

42Dans les Pyrénées, cette forte transformation des armatures est courante (Guilaine et al., 2007), parfois poussée jusqu’à la conception d’une pointe triédrique faite par trois faces retouchées comme à la Balma Margineda (Martzluff, 2009 : 420). Les pointes pyrénéennes sont donc trapues et parfois fortement retouchées. Cette particularité pyrénéenne est-elle ou non une adaptation, par l’emploi d’armes différentes (moins larges), par rapport aux autres pointes plus grandes du nord de l’Aquitaine ? Les retouches sont faites pour standardiser les gabarits mais le graphique 4 montre que les dos doubles se placent dans la variabilité des dimensions des pointes à dos sans qu’il y ait une transformation plus forte pour les plus grands gabarits. De même, les matières premières employées ne sont pas particulières (uniquement en silex, alors que d’autres roches peuvent être utilisées pour des pointes simples). Ces différences avec le nord de l’Aquitaine pourraient s’expliquer par une variabilité dans le mode de chasse, par l’emploi de modules d’armes moins larges mais plus robustes.

Graphique 4 - Pointes à dos simples entières (N = 55) et pointes à dos double (N = 14) de Troubat

Graphique 4 - Pointes à dos simples entières (N = 55) et pointes à dos double (N = 14) de Troubat

43Il est difficile d’attester réellement la part des lamelles à dos dans ces sites. L’emmanchement apical est clair pour les deux sites grâce aux nombreuses pointes à dos alors que la fixation de lamelles pour des barbelures latérales est plus complexe à établir. Dans l’assemblage pyrénéen de Troubat, la plupart des pièces à dos sont fragmentés, mais certaines lamelles à dos entières (N = 4) attestent la confection d’instruments latéraux (figure 8). Celles-ci sont plus larges et épaisses que les lamelles à dos magdaléniennes (cf. supra) et pourraient s’inscrire dans l’assemblage azilien. Cependant, l’ensemble de cette série est nettement plus lamellaire qu’en contexte quercynois, même pour la fabrication des pointes. Pour Pagès, un débitage lamellaire est présent mais, en raison du tri à la fouille, les plus petits gabarits sont anecdotiques et ne permettent pas de préciser cet usage. Le grand nombre de fragments de dos ne peut pas être pris en compte ici pour mieux comprendre cette pratique puisque nous ne pouvons distinguer leur place sur le fût de l’arme.

44Mis à part l’ensemble clairement attribuable à l’Azilien, certaines pièces ont été écartées. Il s’agit de pièces à dos qui, par leur support, la technologie employée et leur configuration, laissent envisager l’intrusion d’éléments provenant d’occupations postérieures ou antérieures. À Pagès quelques vestiges évoquent des armatures laboriennes (quatre fragments de pièces à dos tronquées et un rectangle) et mésolithique (une pointe de Sauveterre). À Troubat, il s’agit d’éléments magdaléniens (18 lamelles à dos, trois triangles scalènes et un rectangle) qui pourraient provenir des couches sous-jacentes, tandis que les éléments laboriens (16 pièces à dos tronquées, une ébauche de dos) et mésolithiques (deux triangles isocèles) proviendrait des couches sus-jacentes, ce type de vestige étant aussi présent en couche 5 (Rufino, 2011).

45D’autres éléments sont sujets à discussion à Troubat. Il s’agit de « rectangles » formés par un (N = 1) ou deux dos (N = 4). La couche est sédimentairement homogène mais la succession d’occupation et l’attribution de ces pièces à l’Azilien, alors qu’une occupation laborienne est décelable dans la couche sus-jacente, est encore discutable, en attendant de mieux connaître le développement du Laborien de cette région. Les éléments de chasse en dehors des pointes à dos semblent donc pour l’instant marginaux dans les deux contextes.

Conclusion

46La comparaison des deux sites a permis de confronter plusieurs éléments en regard de la simplification technique de ces industries. De manière générale, ces deux assemblages possèdent des caractères communs : il s’agit de l’exploitation laminolamellaire de nucléus débités à la pierre et dont la préparation reste sommaire. Les courtes lames, larges lamelles, éclats allongés et éclats sont retouchés pour fabriquer essentiellement des grattoirs, des lames ou éclats allongés retouchés latéralement (racloirs) et des monopointes à dos, parfois retouchées à la base.

47Les deux séries attestent une production simple, mais cette simplification technique est pratiquée différemment. Dans le Quercy, la production laminolamellaire reste fortement présente alors que dans les Pyrénées, d’autres moyens sont employés, en particulier un débitage d’éclat et la pratique d’un débitage sur enclume. Le débitage laminaire est alors peu présent à Troubat, au profit des produits plus petits tels que les lamelles, les éclats allongés et les éclats. Que marquent donc ces différences ? Est-ce la réponse d’une adaptation circonstancielle de groupes identiques, ou au contraire une régionalisation perceptible dans les pratiques culturelles ?

48Cette microlithisation (ou miniaturisation) pyrénéenne dans le débitage est en accord avec un outillage lui aussi de plus petite dimension que celui du Quercy. L’approvisionnement en matières premières est différent, tant du point de vue du silex, de dimension plus réduite, que de l’emploi de roches autres que le silex. Dans le cas d’occupation des mêmes groupes en Quercy et en Pyrénées, cette contrainte n’aurait que peu de conséquences dans l’outillage : les outils pourrait être semblables et le débitage aussi. Or, la transformation des produits est différente.

49Les pointes à dos sont plus petites, certes, mais elles ont aussi des particularités, notamment lors de la fabrication d’un deuxième dos. Le microlithisme des grattoirs apporte aussi des éléments de réponse à ces particularités pyrénéennes : la réduction morpho-dimensionnelle est, dans ce cas, nettement désirée. Il est probable que ces grattoirs étaient emmanchés et leur taille était donc contrainte par d’autres modalités notamment celles liées à la fixation sur le manche. Les dimensions réduites de cet outil dans les Pyrénées indiquent alors que les pratiques étaient distinctes entre les deux régions.

50Ces différences dans l’outillage s’associent donc à celles des modalités de production, confirmant alors une régionalisation de cette culture. En effet, les modalités pyrénéennes ne se retrouvent pas dans les sites du nord de l’Aquitaine et les outils de petite dimension y sont nettement moins abondants. Le débitage laminaire est assez peu usuel dans les Pyrénées mais reste prépondérant en Quercy. Même si les exigences dans les modalités de production sont faibles pour les deux ensembles, cette différence de modules est importante pour comprendre la variabilité des modalités pyrénéennes. Le débitage lamellaire exige peu de standardisation dans les mises en forme, contrairement au débitage laminaire qui, même s’il est peu élaboré, doit se faire selon des règles techniques plus précises. Cette émancipation vis-à-vis du débitage laminaire distingue donc les pratiques pyrénéennes des pratiques quercynoises, et pourrait aussi expliquer l’originalité pyrénéenne dans l’usage de la percussion sur enclume.

Haut de page

Bibliographie

Astruc L., Bon F., Léa V., Milcent P.-Y., Philibert S., 2006 - Normes techniques et pratiques sociales. De la simplicité des outillages pré- et protohistoriques, Antibes, APDCA, 431 p.

Barbaza M., 1989 - Cultures et sociétés au Paléolithique terminal, au Mésolithique et au début du Néolithique ancien dans le Sud-Ouest de l’Europe, mémoire d’habilitation à diriger des recherches, Université de Toulouse-Le Mirail, 3 vol. , 1192 p.

Barbaza M., 1997 - L’Azilien des Pyrénées dans le contexte des cultures de la fin du Tardiglaciaire entre France et Espagne, Bulletin de la Société préhistorique française, 94, 3, 315-318.

Barbaza M., 1999 - Les civilisations postglaciaires, La vie dans la grande forêt tempérée, Paris, La Maison des Roches, 126 p.

Barbaza M., 2009 - L’Azilien classique pyrénéen, L’Azilien de la grotte de Troubat dans ses divers contextes, in Collectif, De Méditerranée et d’ailleurs… Mélanges offerts à Jean Guilaine, Toulouse, Archives d’Écologie Préhistorique, 31-48.

Barbaza M., Guilaine J., Vaquer J., 1984 - Fondements chrono-culturels du mésolithique en Languedoc occidental, L’anthropologie, 88, 345-365.

Barbaza M., Lacombe S., 2005 - L’Azilien pyrénéen : une culture originale ?, in Jaubert J., Barbaza M. (dir.), Territoires, déplacements, mobilité, échanges durant la Préhistoire, Actes du 126e congrès du CTHS, Toulouse, 2001, 421-428.

Célérier G., 1993 - L’abri sous-roche de Pont d’Ambon à Bourdeilles (Dordogne), I : Technologie de l’outillage lithique taillé, II : Inventaire et typométrie des pointes aziliennes, Gallia Préhistoire, 35, 1-98.

Célérier G., 1998 - L’abri sous-roche de Pont d’Ambon à Bourdeilles (Dordogne, France), perspective synthé- tique, Paléo, 10, 233-264.

Fat Cheung C., 2009 - L’Azilien pyrénéen : faciès princeps ou spécificité régionale ?, étude techno-typologique à partir de l’industrie lithique de la grotte-abri du Moulin, Troubat (Hautes-Pyrénées), couche 6, Mémoire de master 2, Université de Toulouse-Le Mirail, 122 p.

Fat Cheung C., Chevallier A., Bonnet-Jacquement P., Langlais M., Ferrié J.-G., Costamagno S., Kuntz D., Laroulandie V., Mallye J.-B., Valdeyron N., Ballista S., sous presse - Comparaison des séquences aziliennes entre Dordogne et Pyrénées. État des travaux en cours, journée SPF (Bordeaux).

Guilaine J., Martzluff M., 1995 - Les excavacions a la Balma Margineda (1979-1991), Andorra, Govern d’Andorra, 3 vol. 

Guilaine J., Barbaza M., Martzluff M., 2007 - Les excavacions a la Balma Margineda (1979-1991), 4, Andorra, Govern d’Andorra, 598 p.

Lacombe S., 1998 - Préhistoire des groupes culturels au Tardiglaciaire dans les Pyrénées centrales, Apports de la technologie lithique, Thèse de doctorat, Université de Toulouse-Le Mirail, 385 p.

Langlais M., 2010 - Les sociétés magdaléniennes de l’isthme pyrénéen, Paris, CTHS, 336 p.

Laroulandie V., 2007 - Les restes aviaires des niveaux aziliens de la grotte-abri du Moulin (Troubat, Hautes- Pyrénées) : paléoenvironnement et modalités d’exploitation, Préhistoire du Sud-Ouest, 14, 1, 19-29.

Le Brun-Ricalens F., 2006 - Les pièces esquillées : état des connaissances après un siècle de reconnaissance, Paléo, 18, 94-114.

Le Gall O., 1999 - Éléments de réflexion sur la pêche dans le bassin méditerranéen nord-occidental pendant le développement des faciès leptolithiques, in Sacchi D. (dir.), Les faciès leptolithiques du nord-ouest méditerranéen : milieux naturels et culturels, Actes du 24e congrès de la Société préhistorique française, Carcassonne, 1994, Société préhistorique française, 251-265.

Lorblanchet M., 1989 - De l’art naturaliste des chasseurs de rennes à l’art géométrique du Mésolithique dans le sud de la France, Coloquio internacional de arte pré-historica, Câmara Municipal de Montemor-o-Novo, Al mansor, Revista de culture, 7, 95-122.

Lorblanchet M., 1996 - Du Magdalénien à l’Azilien en Quercy, in La vie préhistorique, Dijon, Société préhistorique française, 282-285.

Lorblanchet M., Couraud C., 1986 - Les galets aziliens de l’abri Pagès et l’art azilien en Quercy, Musée de préhistoire Amédée Lémozi, Cabreret, Lot, Préhistoire quercinoise, 2, 5-37.

Martínez-Moreno J., Martzluff M., Mora R., Guilaine J., 2006 - D’une pierre deux coups : entre percussion posée et plurifonctionnalité, le poids des comportements « opportunistes » dans l’Epipaléolithique-Mésolithique pyrénéen, in Astruc L., Bon F., Léa V., Milcent P.-Y., Philibert S., Normes techniques et pratiques sociales. De la simplicité des outillages pré- et protohistoriques, Antibes, APDCA, 147-161.

Martzluff M., 2009 - L’Azilien pyrénéen entre Garonne et Èbre : un état de la question, in Fullola J. M., Valdeyron N., Langlais M. (dir.), Les Pyrénées et leurs marges durant le Tardiglaciaire. Mutations et filiations techno-culturelles, évolutions paléo-environnementales, Hommages à Georges Laplace, Actes du XIVe col. loqui internacional d’archéologia de Puigcerda, novembre 2006, Institut d’Estudis Ceretans, Puigcerda, 375-422.

Mourre V., 1996 - Les industries en quartz au Paléolithique. Terminologie, méthodologie et technologie, Paléo, 8, 205-233.

Mourre V., 2004 - Le débitage sur enclume au Paléolithique moyen dans le Sud-Ouest de la France, in Van Peer P., Bonjean D., Semal P. (éd.), Session 5 : Paléolithique moyen, BAR S1239, Liège, Actes du XIVe Congrès de l’UISPP, Septembre 2001, Liège, 29-38.

Mourre V., Jarry M., 2010 - « Entre le marteau et l’enclume… » La percussion directe au percuteur dur et la diversité de ses modalités d’application, Actes de la table ronde de Toulouse, 15-17 mars 2004, Paléo, Numéro spécial 2009-2010, 237 p.

Niederlender A., Lacam R., Sonneville-Bordes D. de, 1956 - L’abri Pagès à Rocamadour et la question de l’Azi- lien dans le Lot, L’Anthropologie, 60, 5-6, 417-446.

Pelegrin J., 2000 - Les techniques de débitage laminaire au Tardiglaciaire : critères de diagnose et quelques réflexions, in Valentin B., Bodu P., Christensen M. (éd.), L’Europe centrale et septentrionale au Tardiglaciaire. Confrontation des modèles régionaux de peuplement, Actes de la table-ronde de Nemours, Mai 1997, Nemours, APRAIF (Mémoire du Musée de Préhistoire d’Ile-de-France, 7), 73-86.

Rufino C., 2011 - Caractérisation de l’industrie lithique de la couche 5 de la grotte-abri du Moulin à Troubat (Hautes-Pyrénées), Mémoire de master 1, Université de Toulouse-Le Mirail, 120 p.

Simonnet R., 1967 - L’abri sous roche de Rhodes II et la question de l’Azilien dans les Pyrénées françaises, Note préliminaire, Bulletin de la Société préhistorique française, 64, 1, 175-186.

Haut de page

Notes

1 Datations calibrées à l’aide de CalPal (http://www.calpal-online.de).

2 Les questions liées à l’homogénéité de l’assemblage sont abordées plus loin à propos des armatures. Nous avons aussi écarté un lot de pièces (pièces indéterminées, tableau 1) dont le rôle n’est pas décrit ici (pièces fragmentées pour lesquelles l’utilisation comme outil, nucléus et/ou problèmes taphonomiques est discutable, et ne sera pas développé ici).

3 Les matières premières dont l’origine est la plus éloignée (Bergeracois, Fumélois et « Grain de mil ») sont peu repré- sentées et semblent, par les caractéristiques techno-économique des vestiges les plus caractéristiques, ne pas ap- partenir à l’Azilien (armatures laboriennes et petite pointe fusiforme, cf. infra).

4 Nous considérons un deuxième dos lorsque la retouche se développe sur plus de la moitié de la longueur de la pointe, suivant l’axe de symétrie général et faisant souvent suite à un bord abrupt.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Situation géographique des sites de Pagès (Lot) et Troubat (Hautes-Pyrénées)
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/657/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figure 2 - Armatures et outils lithiques du site de Pagès (Lot)
Légende En rouge : vestiges possiblement non aziliens.
Crédits D’après Niederlender et al., 1956, modifié.
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/657/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Figure 3 - Outils lithiques du site de Pagès (Lot)
Crédits D’après Niederlender et al., 1956, modifié.
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/657/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 4 - Outils du site de Pagès (Lot)
Crédits D’après Niederlender et al., 1956, modifié.
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/657/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Figure 5 - Grattoirs de Troubat
Crédits D’après Barbaza, 2009
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/657/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 6 - Pièces esquillées de Troubat
Crédits D’après Barbaza, 2009
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/657/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 7 - Pointes à dos (1-10) et outillages à retouches latérales (11-14) de Troubat
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/657/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Figure 8 - Pointes à dos de Troubat (1-8) et Rhodes II (9-16) ; pointes à dos double (1-5 ; 12), lamelles tronquées (6-7) et simple (8), pointes à dos et bord opposé abrupt (9-11 ; 13-16) ; 14 : en grisé = patine antérieure ; 10, 12, 13 et 15 : roches schiteuses
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/657/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Graphique 1 - Lames et lamelles de plein débitage entières de Pagès (N = 66) et Troubat (N = 72)
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/657/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Graphique 2 - Grattoirs sur éclats entiers de Pagès (N = 124) et Troubat (N = 90)
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/657/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure 9 - Nucléus lamellaire de Pagès
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/657/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Figure 10 - Nucléus lamellaire (1) et produits bruts (2-5) de Pagès
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/657/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 11 - Nucléus lamellaire cintré (1) et caréné (2) de Pagès
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/657/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 12 - Nucléus lamellaire (1) et lamellaire convergent finissant en débitage d’éclats allongés (2) de Troubat
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/657/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 13 - Nucléus à éclats, exploitation bifaciale (1) et nucléus à plusieurs réorientations (2) de Troubat
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/657/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Graphique 3 - Pointes à dos entières de Pagès (N = 32) et Troubat (N = 55)
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/657/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Graphique 4 - Pointes à dos simples entières (N = 55) et pointes à dos double (N = 14) de Troubat
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/657/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Celia Fat Cheung, « Essai d’étude comparative des industries lithiques de deux sites aziliens d’Aquitaine : comment interpréter les degrés de simplifications techniques ? »Palethnologie [En ligne], Contributions, mis en ligne le 19 juin 2014, consulté le 25 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/palethnologie/657 ; DOI : https://doi.org/10.4000/palethnologie.657

Haut de page

Auteur

Celia Fat Cheung

Doctorante, Université de Toulouse, Traces (UMR 5608), Toulouse, France

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Palethnologie est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées
  • Logo Travaux et Recherches archéologiques sur les Cultures, les Espaces et les Sociétés
  • Logo Institut national de recherches archéologiques préventives
  • Logo Ministère de la Culture
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search