Navigation – Plan du site

Introduction

Randall White, Raphaëlle Bourrillon et François Bon
Traduction(s) :
Introduction [en]

Texte intégral

1Cet ouvrage est le résultat d’un programme ambitieux d’échanges franco-américains entre étudiants, chercheurs et enseignant-chercheurs affiliés au Center for the Study of Human Origins à New York University (CSHO), en lien avec le Center for International Research in the Humanities and Social Sciences (CIRHUS - UMI 3199 CNRS-NYU), et l’UMR 5608 - TRACES de l’Université Toulouse Jean Jaurès. Cette collaboration a pu voir le jour grâce à un généreux financement du Partner University Fund (PUF) complété par une contribution de la Andrew Mellon Foundation, l’objectif du PUF étant de favoriser les collaborations et échanges entre chercheurs / étudiants français et américains.

2Cette série d’articles fait suite au Symposium International "Aurignacian Genius: Art, daily life and social identity of the first modern humans in Europe" (financé par le PUF et le CSHO) qui s’est tenu à New York en avril 2013. Suivant les objectifs du PUF, la présence française au sein du projet "Aurignacian Genius" a été prépondérante. Afin d’accueillir un panel plus représentatif des acteurs de la recherche actuelle sur l’Aurignacien et d’élargir le cadre géographique des travaux présentés (Floss et al. ; Álvarez ; Garate et al.), nous avons sollicité le soutien financier du CSHO.

3Le sujet de notre collaboration et de cette série d’articles est le phénomène aurignacien (ca. 43000 à 33000 cal. BP) et la série d’innovations remarquables qui l’accompagne, innovations qui vont permettre aux Homo Sapiens modernes de remplacer les populations néandertaliennes, établies quant à elles en Europe depuis bien longtemps, sur un vaste territoire s’étendant depuis la péninsule Arabique et l’Asie centrale à l’Est jusqu’en France et la péninsule ibérique à l’Ouest (Bon ; Tryon). Les innovations associées à la progression des Aurignaciens à travers l’Eurasie occidentale constituent ce que l’on appelle "la transition" du Paléolithique moyen au Paléolithique supérieur.

4Bien qu’il existe des indications d’un comportement moderne parmi les Néandertaliens et nos ancêtres d’Afrique et du Moyen-Orient (remontant à 100000 ans, voir davantage), l’Aurignacien européen a vu une véritable explosion d’innovations au cours de son expansion vers le Nord et l’Ouest, innovations portées par les premiers membres de notre espèce ayant posé les pieds sur le continent européen. Sur un territoire comprenant la France, l’Allemagne, la Belgique, l’Espagne, l’Italie, la Roumanie, la République Tchèque, la Slovaquie, l’Autriche et la Russie, les Aurignaciens ont laissé derrière eux un registre archéologique témoignant d’un génie esthétique sous forme de gravures, peintures, sculptures en pierre tendre et en ivoire (Floss), parures et décorations vestimentaires.

5À l’image d’une photographie lentement développée, notre connaissance des Aurignaciens progresse depuis plus d’un siècle, avec aujourd’hui des éléments claires et d’autres encore flous. Nos recherches sont basées sur des données issues des sites archéologiques permettant une compréhension de cette transition biologique et culturelle. Malheureusement, certaines données proviennent d’anciennes fouilles, menées avec des méthodes qui ne permettent pas aujourd’hui d’avoir des informations spatiales et stratigraphiques précises des objets archéologiques. D’autre part, nos prédécesseurs ont le plus souvent pratiqué une sélection arbitraire des objets mis au jour. Les collections existantes ne représentent ainsi qu’un infime échantillon de ce qui existait réellement. Ces échantillons subjectifs répondent mal aux questions et analyses du XXIe siècle (comme par exemple l’organisation spatiale des activités sur un campement préhistorique).

6La compréhension de l’émergence de la culture aurignacienne s’est accélérée au cours des dernières décennies, notamment grâce à l’application de nouvelles méthodes d’investigations dans le cadre de fouilles programmées et de l’analyse des grottes ornées récemment découvertes (Fritz et Tosello ; Garate et al. ; Petrognani ; Sauvet). Une nouvelle génération de chercheurs, jeunes et dynamiques, bien représentée dans ce volume, est en train de changer de façon significative notre compréhension des aurignaciens.

7Les techniques modernes de fouilles ainsi que l’étude des chaînes opératoires et de la répartition spatiale des artefacts permettent, aujourd’hui, une approche nouvelle de la technologie lithique et osseuse aurignacienne, de la façon dont elle se structure au sein des sites et, à plus grande échelle, au sein des différentes régions européennes (Chiotti et al. ; Flas ; Tartar). La trentaine de dates 14C réalisées au cours du projet Aurignacian Genius a, en outre, commencé à faire vaciller quelque peu certaines anciennes présomptions concernant l’évolution des industries au cours de l’Aurignacien.

8Les armes aurignaciennes, utilisant des armatures en bois de cervidé et en silex, montrent une fabrication ingénieuse, y compris en ce qui concerne les systèmes d’emmanchements. Les recherches conduites sur la fabrication des pointes à base fendue par Élise Tartar dans le cadre du projet Aurignacian Genius, en révélant une chaîne opératoire particulièrement complexe, ont fait progresser nos connaissances de l’équipement cynégétique aurignacien.

9Des innovations dans le domaine de la technologie du feu, y compris les foyers en cuvette (avec réflexion de chaleur), indiquent que les Aurignaciens ont été à la hauteur du "challenge" imposé par des conditions climatiques glaciales. De telles structures, utilisant comme combustibles des os chargés de graisse et des bois résineux, semblent avoir servi comme élément structurant dans les activités techniques et sociales aurignaciennes. Dans certains cas, comme à l’abri Castanet, ces structures de combustion semblent avoir été abritées derrière des coupe-vents en peaux, attachés par des cordes à des blocs calcaires (au sol ou sur la voûte de l’abri directement). À Régismont-le-Haut, l’intensité et l’abondance des traces de combustion restent jusqu’ici inégalées.

10De nombreux poinçons et lissoirs suggèrent une technologie vestimentaire bien développée, utilisant des peaux ainsi que des fibres végétales et animales pour leur assemblage. Nous savons aujourd’hui que ces vêtements étaient décorés par des centaines de perles en ivoire et en stéatite. Au-delà de l’investissement symbolique de cette décoration, d‘un point de vue plus pragmatique, cette technologie vestimentaire a permis aux Aurignaciens de survivre dans les conditions les plus rigoureuses du Pléistocène supérieur.

11Les parures aurignaciennes sont abondantes et de formes variées, dans le temps comme dans l’espace (Wolf et Conard). Elles devaient être particulièrement visibles et agréables au toucher comme le suggère l’utilisation de l’ivoire, de l’émail dentaire, de la nacre, de la stéatite et de l’ambre (White et Normand). Au cours de leur diffusion en Europe, les Aurignaciens ont inventé l’utilisation d’abrasifs métalliques (hématite en poudre) permettant d’obtenir des surfaces brillantes et lustrées.

12La cosmologie aurignacienne était complexe et imaginative. Les êtres mythologiques (comme les Thérianthropes) en font partie, sculptés en ivoire, peints sur les parois des grottes et gravés sur les voûtes des abris. En effet, comme le précisait Claude Levi-Strauss, il semblerait que les animaux les plus représentés n’aient pas été les plus consommés : "Les espèces sont choisies non comme bonnes à manger, mais comme bonnes à penser".

13Les pratiques funéraires aurignaciennes, quant à elles, sont encore énigmatiques. Il n’existe, en effet, aucune sépulture connue à ce jour. Néanmoins, un certain nombre de niveaux aurignaciens (White et Normand) ont livré des dents humaines, récupérées sur des morts et aménagées en suspension (perforation ou rainurage).

14En ce qui concerne les images peintes, elles sont techniquement élaborées et créées à partir d’associations complexes de colorants. Les panneaux ornés des cavités sont fortement structurés (Fritz et Tosello). Ainsi, à Chauvet, les différents panneaux coalescents, proposent une histoire narrative sur le thème de la chasse animale (Azéma). Plus étonnant encore, certains panneaux ont été conçus pour converger en une seule image 3-D, constituant ce que Marc Azéma appelle "la préhistoire du cinéma".

15Loin de Chauvet, dans le Sud-Ouest de la France, les images peintes et gravées sur les voûtes des abris, ainsi que sur des blocs au sol, ont été identifiées dans un contexte de vie quotidienne. Le remarquable aurochs de l’abri Blanchard, découvert dans le cadre du projet Aurignacian Genius, est une contribution majeure à notre connaissance de la chronologie et du contexte des art graphiques aurignaciens (Bourrillon et White).

16Plusieurs sites fouillés au cours du projet Aurignacian Genius ont livré une quarantaine de blocs (gravés / peints / à anneaux) dont 14 pour le seul abri Cellier. Ces découvertes, même issues des déblais des fouilles anciennes, enrichissent notre connaissance du répertoire aurignacien. Couplées à des reconstitutions expérimentales, l’étude de ces blocs offre de nouvelles pistes concernant les techniques graphiques les plus anciennes.

17Les Aurignaciens ont également inventé les premiers instruments à vent : des flûtes le plus souvent fabriquées à partir d’ulna de vautour, mais aussi en ivoire de mammouth.

18Sans doute, les innovations aurignaciennes les plus marquantes sont d’ordre social. L’approvisionnement en matières premières exotiques (ambre, talc, coquillages marins et mêmes certaines matières lithiques) par exemple, implique des réseaux sociaux très étendus. Les milliers de parures sont interprétables comme des supports de communication des identités sociales autant à l’échelle locale, que régionale et inter-régionale. Il en est de même pour les arts plastiques et graphiques qui manifestent une variabilité régionale imprégnée d’un fond commun thématique, formel et technologique. L’étude des équipements lithiques mais également osseux laisse également entrevoir de puissants changements sociologiques au début de l’Aurignacien (Tartar).

19Un bon nombre de contributions à ce volume, publiées simultanément en Anglais et en Français, présentent des programmes de recherches, des données et des découvertes inédites issues directement du projet Aurignacian Genius (O’hara et al.). Soulignons qu’une grande partie de ces nouvelles perspectives sur l’Aurignacien sont l’œuvre de jeunes scientifiques, y compris de doctorant(e)s. S’il reste encore énormément de points à éclaircir sur le phénomène aurignacien, Aurignacian Genius a permis d’avancer de quelques pas dans notre connaissance de nos remarquables ancêtres européens.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Randall White, Raphaëlle Bourrillon et François Bon, « Introduction »Palethnologie [En ligne], 7 | 2015, mis en ligne le 12 décembre 2015, consulté le 07 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/palethnologie/675

Haut de page

Auteurs

Randall White

Professeur, Center for the Study of Human Origins
Directeur, UMI 3199 CNRS-NYU, New York University
randall.white[at]nyu.edu

Articles du même auteur

Raphaëlle Bourrillon

UMR 5608 - TRACES / CREAP Cartailhac, Maison de la recherche
Université Toulouse Jean Jaurès, Campus Mirail
r.bourrillon[at]gmail.com

Articles du même auteur

François Bon

Professeur de Préhistoire
UMR 5608 - TRACES, Maison de la recherche
Université Toulouse Jean Jaurès, Campus Mirail
Honorary Research Fellow
School of Geography, Archaeology and Environmental Studies
Université du Witwatersrand, Johannesbourg, AFRIQUE DU SUD
francois.bon[at]univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Palethnologie est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées
  • Logo Travaux et Recherches archéologiques sur les Cultures, les Espaces et les Sociétés
  • Logo Institut national de recherches archéologiques préventives
  • Logo Ministère de la Culture
  • OpenEdition Journals