Navigation – Plan du site

À la croisée des chemins (crossroad traffic)

François Bon
Traduction(s) :
At the crossroad [en]

Résumé

Cette contribution propose de nourrir la discussion sur l’une des questions centrales posées par l’Aurignacien  : peut-on vraiment identifier dans cette culture-clé de la transition entre Paléolithique moyen et Paléolithique supérieur, les mécanismes d’une coévolution biologique et comportementale associant l’Homme anatomiquement moderne à une gamme de réalisations volontiers qualifiées elles aussi de "modernes" ? Et, si tel est le cas, dans quel sens l’un et l’autre de ces paramètres se sont-ils influencés   ? L’analyse proposée suggère que c’est avant tout la reconfiguration des relations sociales qui a constitué le moteur déterminant de l’évolution ressentie, influençant directement la diversité biologique grâce à l’accroissement des contacts et brassages entre les groupes et les populations que ceux-ci composent.

Haut de page

Texte intégral

Tous mes remerciements à Lars Anderson pour ses commentaires, gratitude qui s’adresse également au relecteur anonyme ainsi qu’à Randall White et Raphaëlle Bourrillon.

1L’Aurignacien se situe à la croisée de deux trajectoires directrices de l’évolution de l’humanité paléolithique : la première correspondant à une réduction sensible de sa diversité biologique, tandis que la seconde décrit l’accroissement significatif de ses expressions culturelles. La première de ces trajectoires, celle de la réduction de la diversité biologique, est directement liée au succès de caractères propres à Sapiens sur d’autres anatomies, parmi lesquelles celle des Néandertaliens eurasiatiques. Quant à la diversification des expressions culturelles, il est manifeste que les sociétés paléolithiques furent progressivement marquées, au fil d’une vaste période étalée grosso modo de l’OIS 5 à l’OIS 2, par d’importants processus d’innovations comportementales. Or, si cette période connaît l’essor de comportements nouveaux enrôlés dans le concept de "modernité comportementale" (au travers de l’expression symbolique notamment), et si ce mouvement a bel et bien in fine une portée universelle, cela va de paire avec une multiplicité croissante de ses traductions culturelles. Outre l’essor de l’expression symbolique auquel il vient d’être fait allusion (manifestations graphiques, parures corporelles, etc.), c’est aussi ce que l’on peut déduire des rythmes et modalités de transformation des équipements techniques. Notons à ce propos que la transformation de ces derniers paraît être soumise à deux logiques complémentaires : d’une part, on constate l’existence de "phénomènes de mode" pouvant connaître un très grand rayonnement ; d’autre part, on assiste à une effervescence de traits techniques propres à des entités culturelles plus étroitement délimitées dans le temps et dans l’espace. Le premier de ces phénomènes insiste sur une connexion des groupes humains favorisant la diffusion rapide d’idées ; le second matérialise tout à la fois des formes d’appartenance identitaire et des choix influencés par les propriétés des milieux naturels occupés.

2La divergence de ces deux trajectoires (réduction biologique / différenciation culturelle) ne s’est évidemment pas déroulée partout en même temps ; plus précisément, selon les continents, chacune d’entre elles connut des rythmes différents, des temporalités variées, et leur point d’intersection n’est donc pas partout synchrone. En Europe, ce phénomène se dénoue lors de la transition entre le Paléolithique moyen et le Paléolithique supérieur, centrée autour de 45 à 40000 cal BP. C’est ici qu’entre en scène l’Aurignacien, sur lequel reposent en large part nos attentes afin de décrire les modalités de ce processus et, au delà, d’en interpréter la signification : les deux trajectoires invoquées sont-elles à proprement parler co-évolutives et, si tel est le cas, comment l’une et l’autre se conditionnent-elles mutuellement ? Selon la façon dont on répond à ces questions, se dessinent des visions radicalement différentes de ce qui détermine l’évolution humaine comme du sens que nous choisissons, consciemment ou non, de lui prêter.

1 - État de l’art sur les sociétés aurignaciennes

3Afin de nourrir cette réflexion et de nous frayer un chemin à travers divers aspects du phénomène aurignacien, il est nécessaire d’effectuer au préalable un rapide bilan des connaissances dont nous disposons, à commencer par le domaine de la culture matérielle ; l’objectif de ce premier développement est surtout de mettre en exergue l’état des questionnements mais aussi de souligner certains verrous de la documentation, tout en renvoyant le lecteur à l’abondante production récente consacrée à l’Aurignacien (voir notamment les repères bibliographiques offerts par les synthèses suivantes : Bon, 2010 ; Otte, 2010).

4Depuis les âges farouches des études préhistoriques, l’Aurignacien a bénéficié de beaucoup d’attentions et sa large gamme d’attributs industriels lithiques et osseux a été patiemment décrite. Depuis fort longtemps en effet, l’examen typologique a permis de composer une spacieuse vitrine où se côtoient diverses pointes de sagaies en bois de cervidé (dont l’emblématique forme à base fendue) et un riche corpus d’outils en os (lissoirs, poinçons, retouchoirs, etc.), une panoplie subtile de lamelles (au premier rang desquelles les divers types et sous-types de Dufour) accompagnées de robustes lames retouchées (grattoirs et lames retouchées en tête). Raffinés tout au long du XXe siècle et jusqu’à aujourd’hui, ces descripteurs composent une sériation chronologique et géographique complexe, à la mesure d’un phénomène très ample sur chacun de ces deux plans ; l’Aurignacien court sur près de 10000 ans (soit grosso modo entre 43 et 33000 cal BP) et traverse de nombreux milieux, depuis les côtes méditerranéennes jusqu’à la grande plaine nord-européenne, depuis les rives de l’Atlantique jusqu’au Levant et au Zagros, s’engageant même au-delà vers une Asie centrale parsemée d’industries "aurignacoïdes". Si certains de ces marqueurs connaissent une vaste expansion, d’autres demeurent plus étroitement localisés dans le temps et dans l’espace, offrant ainsi de circonscrire diverses provinces (Delporte, 1998).

5Depuis une vingtaine d’années, le développement des études technologiques (Tixier, 1991 ; Le Brun-Ricalens, 1993 ; Liolios, 1999 ; Bon, 2002 ; Bordes, 2006 ; Teyssandier, 2007 ; Pesesse, 2008 ; Tartar, 2009 ; Michel, 2010) et plus récemment fonctionnelles (O’Farrell, 2005 ; Normand et al., 2009 ; Pasquini, 2013) permet d’apprécier certains des choix économiques sur lesquels reposent ces industries. Ce sont justement ces choix économiques – en matière de stratégies d’acquisition des ressources comme de l’équilibre existant entre l’investissement qu’elles supposent et la durée de vie des instruments concernés –, qui permettent le mieux de proposer une interprétation sur le succès relatif de telle ou telle solution technique. Dans le domaine lithique, un bel exemple est offert par l’option lamellaire, dont la souplesse de mise en œuvre se joue des contrastes environnementaux sans qu’elle ne perde rien de son identité techno-fonctionnelle (Bon, 2005). Voilà pourquoi il s’agit bien d’un marqueur privilégié de savoirs-faire et d’intentions spécifiques (Le Brun-Ricalens, 2005). Ceci éclaire la valeur reconnue de longue date – mais auparavant non interprétée – de cette gamme d’objets emblématiques de l’Aurignacien que sont les nucléus carénés et toutes leurs variables. Derrière ces orientations techno-économiques, un certain nombre de règles tendent à se dessiner, telle que la gestion différenciée des équipements de chasse et des équipements domestiques, cette réflexion s’appliquant tant aux industries lithiques que osseuses (Tartar et al., 2006). Ce faisant, l’Aurignacien participe d’une trajectoire évolutive déterminante, qui est celle de l’individuation progressive des registres d’activités et, peut-être, de leurs acteurs, ouvrant ainsi la porte à une réflexion d’ordre paléosociologique (Bon, 2009). Bref, peu à peu, nous cernons mieux la nature et la signification économique voire la portée sociale des équipements aurignaciens.

6Cependant, plusieurs problèmes se dressent sur notre route lorsque l’on cherche à aller plus loin. Tout d’abord, nous ne disposons guère de véritables approches palethnologiques permettant d’apprécier de façon solide la nature des sites et leur inscription dans l’exploitation territoriale des groupes aurignaciens ; ainsi, nous n’avons pas encore su renouveler les modèles de mobilité régissant leurs parcours saisonniers (Bachellerie et al., 2011), cette démarche nécessitant notamment le développement des études archéozoologiques, lesquelles demeurent trop peu nombreuses (Letourneux, 2007 ; Soulier, 2013). Ensuite, le référentiel chronologique demeure imprécis et, en dépit de nombreux efforts déployés ces dernières années afin de multiplier la datation de sites aurignaciens (cf. notamment les programmes respectivement conduits par Carolyn Szmidt et Tom Higham), le cadre radiochronologique conserve des contours grossiers. L’usage de nouvelles méthodes en vue de traiter cette information (cf. méthode bayésienne) comme le recours à la calibration pour ces périodes anciennes où la moindre pollution de l’échantillon se traduit par des écarts significatifs, n’a pour l’instant pas apporté d’avancées majeures dans ce domaine.

7Le relatif déficit des approches palethnologiques comme l’imprécision qui règne d’un point de vue chronologique limitent d’autant notre capacité à élaborer de véritables scénarios paléohistoriques (sensu Valentin, 2008). Nous sommes contraints de nous en tenir à une simple perspective "macrohistorique", autrement dit contraints d’opérer seulement quelques grands découpages au sein de la séquence aurignacienne sans pouvoir apprécier la fluidité de ses mutations spatio-temporelles. Cette démarche fournit cependant quelques résultats et nous retiendrons en particulier celui-ci : l’Aurignacien sous sa forme "classique" (cf. "Aurignacien ancien" et "récent", ex-Aurignacien I et II), c’est-à-dire conjuguant les attributs industriels ayant servis à l’identification princeps de cette culture dans les registres osseux (pointes à base fendue puis à base pleine) et lithiques (nucléus carénés puis busqués, production laminaire de style aurignacien) ne se développe que dans une seconde phase (grossièrement : après 40000 cal BP), soit plusieurs millénaires après l’émergence de la lignée aurignacienne en Europe (cf. Aurignacien archaïque ou Protoaurignacien, lequel apparaît à partir de 43000 cal BP).

8De ceci, découle le constat selon lequel l’Aurignacien "classique" est une invention européenne et non la marque d’une population étrangère ayant pris pied sur ce continent déjà dotée de tous les attributs qui finiront par incarner cette culture (Teyssandier et al., 2010). Ainsi par exemple, outre l’invention d’une industrie en os exploitant par essence des ressources propres à l’espace européen (ivoire de mammouth, bois de renne ; Tartar, ce volume), l’art figuratif a proprement été inventé en Europe au cours de l’Aurignacien (Bourrillon, White, ce volume) : il faut attendre sa phase ancienne et plus encore son stade récent pour le voir s’épanouir, tandis qu’il est absent (ou pratiquement absent) en association explicite avec des industries marquant ses formes les plus anciennes (archaïque ou Protoaurignacien).

9Le dernier point qui mérite naturellement d’être soulevé est celui de la rareté des vestiges humains découverts en contexte aurignacien et, lorsqu’il s’agit de restes épars, comme cela est la règle la plus habituelle, des problèmes que soulèvent leurs attributions spécifiques (Henry-Gambier et al., 2004 ; Bailey, Hublin, 2005). Toutefois, dans la phase ancienne et plus encore récente de cette culture, son association avec des individus porteurs de caractères Sapiens ne fait guère de doutes (Henry-Gambier, Sacchi, 2008 ; Ramirez Rozzi et al., 2009), le problème se posant surtout pour les premiers millénaires du Protoaurignacien, mais si elle est là aussi vraisemblable (Benazzi et al., 2015).

2 - Quelle modernité pour le phénomène aurignacien ?

10Quoiqu’il en soit, même si le développement de l’Aurignacien est bien le fruit d’un processus complexe, articulant l’adoption de séduisantes solutions techniques sur de vastes espaces (car se jouant des contrastes environnementaux) avec toute une mosaïque de pratiques davantage ancrées dans des régions particulières et leurs ressources propres (exemple : panoplie d’objets en ivoire ou en bois de cervidé), même s’il se révèle être non pas le fruit d’une vague de migration homogène mais le produit de multiples interactions, il reste la culture fondatrice d’une véritable civilisation, celle du Paléolithique supérieur européen et d’une partie de l’Asie. Et il n’en demeure pas moins, ce faisant, posséder in fine tous les attributs définissant un concept servant depuis longtemps de pierre de touche, celui de la "modernité comportementale".

11Ce concept a été beaucoup utilisé mais aussi beaucoup critiqué, comme s’il maquillait sous d’autres traits une notion dont les sciences humaines ont appris depuis longtemps à se méfier, et à juste titre, celle du progrès. Or, en définitive, je pense que tel n’est pas le cas, dès lors que cette notion est entendue afin de tracer une limite entre des formes de sociétés objectivement fossiles (c’est-à-dire n’ayant plus aujourd’hui de représentantes vivantes) et d’autres qui, pour anciennes qu’elles soient, trouvent des correspondances dans le présent, autrement dit dans le monde contemporain. En d’autres termes, tout le monde s’accordera pour dire qu’il n’existe plus de sociétés humaines comparables à ce qu’ont pu être celles de l’Acheuléen ; ces dernières sont bel et bien par essence fossiles. En revanche, qui peut affirmer que des sociétés de type mésolithiques ne sont pas l’expression, certes ancienne, de sociétés ayant des équivalents dans le présent parmi les chasseurs-pêcheurs-cueilleurs contemporains, ce qui ne fait nullement de celles-ci des reliques de la Préhistoire mais insiste simplement sur le fait que notre monde moderne est composé de traditions multiples héritant de trajectoires diverses, selon des épaisseurs historiques contrastées ? D’ailleurs, c’est bien en refusant cette "modernité" aux sociétés de type mésolithique que l’on risque de reléguer leurs homologues actuels au rang de musée vivant, comme cela fut longtemps fait. Attention donc, chers collègues et amis critiquant à loisir le concept de modernité, l’enfer est pavé de bonnes intentions. La question se corse, évidemment, à mesure que l’on se rapproche de la charnière entre Paléolithique moyen et Paléolithique supérieur. J’entends déjà les spécialistes du Moustérien aiguiser leurs arguments et leurs bifaces (pourtant cordiformes), car ne supportant guère, et je les comprends, que l’on applique une quelconque hiérarchie entre les acteurs de cette période et ceux d’après. Néanmoins, je pense que l’on peut considérer que les sociétés du Paléolithique moyen sont bel et bien des sociétés fossiles, tandis que celles du Paléolithique supérieur possèdent davantage de caractéristiques qui en font des sociétés modernes, au sens où cela a été entendu précédemment.

12Pour autant, cet Aurignacien fondateur du Paléolithique supérieur européen – au cours d’un processus long et complexe, rappelons-le –, n’est pas la première culture à posséder de telles caractéristiques. Nous savons à présent que le Middle Stone Age africain détient en son sein plusieurs expressions culturelles qui en sont les précurseurs, dont la plus célèbre est l’Howiesons Poort originaire de la partie australe de ce continent. C’est d’ailleurs sur cette base documentaire qu’a été forgé le modèle actuellement dominant, voulant que la "modernité comportementale" s’enracine en Afrique dans l’OIS 5 pour surgir ensuite en Eurasie comme en Océanie à partir de l’OIS 3 (pour une excellente synthèse sur l’histoire des interprétations à ce sujet : voir Stringer, 2014). Toutefois, cette liaison est-elle si facile à tracer ? Actuellement, les jalons entre ces différents contextes archéologiques – en l’occurrence le MSA africain et le Paléolithique supérieur européen et proche-oriental – souffrent en effet de nombreuses lacunes. On peut penser que l’avancée des recherches permette peu à peu de les combler et que la trajectoire pressentie acquière progressivement une meilleure consistance archéologique. Mais, quoi qu’il en soit, cette hypothèse en attente de confirmation ne doit pas nous détourner d’une réflexion plus fondamentale : l’apparition de premières manifestations graphiques (cf. par exemple les spectaculaires œufs d’autruche gravés de Diepkloof ; Texier et al., 2010) ou de parure (cf. par exemple les coquillages perforés de Blombos ; D’Errico, 2005) doit-elle obligatoirement être vue comme le point de départ d’un phénomène irréversible, selon un mouvement justifiant le postulat qu’il existe forcément des jalons entre eux et les manifestations ultérieures rencontrées en Europe ?

13S’agissant de l’Aurignacien, nous pouvons en confiance considérer que les attributs de la modernité ont atteint avec lui un seuil irréversible : depuis 40000 ans, il n’est plus de culture qui ne soit fondée sur certaines des orientations déjà perceptibles dans ce contexte, et que l’on peut résumer comme le recours à une expression symbolique afin de codifier les rapports sociaux comme d’exprimer les fondements d’une société dans son rapport à l’univers dans lequel elle entend prendre place. Mais, auparavant, en était-il de même ? Peut-on admettre que de telles orientations, d’abord présentes dans certains contextes du MSA africain, aient pu demeurer longtemps réversibles et que l’apparition de parures corporelles comme de manifestations graphiques aient pu être abandonnées pour resurgir ultérieurement ? Cela pose évidemment un problème théorique majeur. Pour ma part, je voudrais simplement conserver ici à l’esprit l’hypothèse, peu confortable il est vrai, selon laquelle ce qui distingue fondamentalement l’Aurignacien des expériences antérieures, est que les orientations comportementales dont il fait preuve sont désormais marquées du sceau de l’irréversibilité, ce qui n’était peut-être pas le cas auparavant. Et que c’est cela qui confère à cette culture sa pleine signification.

3 - Dans quel sens tournent les rouages d’une coévolution biologique et comportementale ?

  • 1 Rappelons que le concept de Paléolithique moyen ne sera défini que plus tard au cours du XXe siècle

14Depuis l’invention de l’Aurignacien sous la plume d’Henri Breuil, l’immense majorité des préhistoriens s’est rangée derrière l’opinion selon laquelle le succès de son acteur, Sapiens, a partie liée avec le tissu de transformations comportementales évoquées précédemment. On peut même conclure que, résultant directement de la "bataille" consacrant l’existence de l’Aurignacien (Dubois, Bon, 2006), l’invention du Paléolithique supérieur dans les premières années du XXe siècle inscrit ce paradigme en lettres d’or : si la transformation de l’Homme sur un plan biologique est désormais pleinement acceptée par la communauté des préhistoriens, seule son stade ultime se voit décerné le label de modernité entérinant la césure entre Paléolithique ancien1 et Paléolithique supérieur (Breuil, 1913 ; Boule, 1921) ; ce faisant, Breuil et sa génération scellent les termes de débats (souvent fort vifs !) que le XIXe siècle avait laissé ouverts (Bon, 2009), lorsque s’affrontaient partisans et détracteurs du transformisme sur une ligne de front où s’opposaient également certains des critiques les plus virulents d’une spiritualité paléolithique et ses premiers défenseurs.

15Cependant, même si l’on admet "l’impossible coïncidence" entre ces deux phénomènes (Mellars, 2005), les mécanismes de leur relation réciproque demeurent l’objet de profondes divisions parmi les préhistoriens. Un modèle a toutefois pris l’ascendant sur tous les autres au fil du XXe siècle et jusqu’à aujourd’hui. Ce modèle est celui de la primauté du biologique sur le comportemental : si Sapiens éclaire le monde depuis les profondeurs des cavernes et de l’art qu’il y fit naître, ce serait en vertu de capacités cognitives inédites. Bien sur, cette suprématie biologique de Sapiens sur ses homologues néandertaliens connaît des détracteurs, lesquels avancent que ceux-ci se sont également montrés capables d’inventer l’Homme moderne sur un plan comportemental (D’Errico et al., 1998 ; D’Errico, 2003 ; Zilhao, 2007). Mais, dès lors, si Néandertal et Sapiens font montre d’aptitudes semblables, comment expliquer le succès des uns et le déclin des autres ? La réponse la plus simple est de considérer qu’il s’agit tout simplement de la même espèce et que ce ne sont pas les Néandertaliens qui ont disparu mais seulement leurs caractères qui se sont peu à peu dilués parmi ceux des Sapiens (Trinkaus, 2005). Pourquoi dans ce sens et non dans l’autre ? En vertu sans doute de la démographie respective des populations porteuses de ces différents caractères anatomiques il y a quelques 50000 ans, si l’on accepte que le bassin de peuplement des Néandertaliens ait été plus limité ou moins densément occupé que celui des Sapiens. Cette vision, fortement critiquée il y a quelques années et dont les partisans étaient volontiers vus comme de naïfs multi-régionalistes (comparons par exemple : Stringer, 1994 ; Wolpoff et al., 1994), a reçu depuis lors le renfort des approches paléogénétiques (Green et al., 2010), lesquelles proposent à présent qu’un peu de Néandertal coule toujours dans les veines de certains d’entre nous, témoignant des contacts que cette humanité plurielle développa alors.

16Dès lors, les conditions sont donc réunies pour renverser la table et proposer un modèle alternatif radical : celui de la primauté des comportements sociaux et de leur influence directe sur l’altérité biologique. En effet, si Sapiens et Néandertal appartiennent à la même espèce, si en d’autres termes l’humanité d’alors possédait une plus forte variabilité intra-spécifique, la réduction de celle-ci a pu être le fruit d’un accroissement des échanges génétiques entre groupes humains plutôt que la disparition de certains d’entre eux. Quelles conditions ont pu favoriser de tels échanges ? Nous pouvons par exemple envisager que des sociétés bâties sur une forte endogamie lors du Paléolithique moyen aient cédé la place à des sociétés davantage exogames, expliquant une plus forte diffusion de flux géniques à l’aube du Paléolithique supérieur. Cette hypothèse demeure naturellement très difficile à démontrer. Toutefois, le développement de la parure corporelle, qui est considérée comme l’un des marqueurs les plus évidents parmi les mutations que connurent alors les sociétés humaines, n’est-il pas le reflet d’une "course" à l’affirmation identitaire, corollaire à celle d’une augmentation des contacts entre groupes humains, selon un modèle anthropologique classique (White, 2007) ? La circulation de parures en coquillage a d’ailleurs été proposée comme le témoignage d’échanges matrimoniaux, au cours des belles pages qu’Yvette Taborin consacra à ce sujet (Taborin, 1993). Ces réflexions, comme l’ensemble de cette contribution, rejoignent l’abondante littérature consacrée à cette question par des chercheurs anglo-saxons, tels Clive Gamble (Gamble, 2007) ou Chris Stringer (Stringer, 2014).

17De mon côté, puisque le principe d’une coévolution entre transformations biologiques et comportementales me paraît indiscutable, je propose à mon tour de repenser la chaîne de causalité qui conduit à l’invention de notre humanité. Pour cela, il nous faut interroger les témoignages dont nous disposons afin de déterminer leur portée paléosociologique et les conséquences de celle-ci sur la structure biologique des groupes humains. Cela concerne en premier lieu leurs organisations matrimoniales, ainsi que nous y invite notamment la circulation à moyenne et longue distances de parures corporelles comme d’autres d’objets, si l’on admet que l’un de ses ressorts en est l’exogamie. En d’autres termes, si l’on admet que le développement des codes sociaux incarnés dans la parure corporelle, l’invention d’une expression symbolique visant elle aussi à codifier la place de l’Homme dans son univers, la transformation des équipements techniques en faveur d’une plus forte individuation des acteurs de ces mêmes groupes, sont bien les symptômes de mutations sociales profondes, on est en droit de s’interroger sur les conséquences qu’elles purent avoir sur l’identité biologique des populations. Voilà la question qui semble aujourd’hui devoir être posée à celles et ceux qui se penchent sur la culture aurignacienne, comme aux anthropologues cherchant à expliquer cette réduction de la diversité biologique de l’humanité d’alors. Bien sûr, ne le cachons pas, cette hypothèse défend un modèle philosophique proposant que l’évolution humaine procède davantage de rencontres et d’influences réciproques, furent-elles souvent antagonistes, que d’une séparation de corps et d’esprit de ses protagonistes.

Bon F., 2002 - L’Aurignacien entre Mer et Océan. Réflexion sur l’unité des phases anciennes de l’Aurignacien dans le sud de la France, Paris, SPF, Mémoire de la Société préhistorique française, XXIX, 253 p.

Boule M., 1921 - Les Hommes fossiles, éléments de paléontologie humaine, Paris, Masson, 491 p.

Liolios D., 1999 - Variabilité et caractéristiques du travail des matières osseuses au début de l’Aurignacien : approche technologique et économique, Thèse de doctorat, Université Paris 10, 359 p.

Michel A., 2010 - L’Aurignacien récent (post-ancien) dans le Sud-Ouest de la France : variabilité des productions lithiques. Révision taphonomique et techno-économique des sites de Caminade-Est, abri Pataud, Roc-de-Combe, Le Flageolet I, La Ferrassie et Combemenue, Thèse de doctorat, Université Bordeaux 1, 600 p.

Pasquini A., 2013 - Les traces de notre passé européen. Le Protoaurignacien au début du Paléolithique supérieur : l’éclairage de la tracéologie, Thèse de doctorat, Université Aix-Marseille, 2 vol. , 331 p + 147 p.

Pesesse D., 2008 - Les premières sociétés gravettiennes. Analyse comparée des systèmes lithiques de la fin de l’Aurignacien aux débuts du Gravettien, Thèse de doctorat, Université Aix-en-Provence, 2 vol. , 276 p. + 179 pl.

Soulier M.-C., 2013 - Entre alimentaire et technique. L’exploitation animale aux débuts du Paléolithique supérieur : stratégies de subsistance et chaînes opératoires de traitement du gibier à Isturitz, La Quina aval, Roc-de-Combe et Les Abeilles, Thèse de doctorat, Université de Toulouse – le Mirail, 2 vol. , 548 p + 196 p.

Tartar É., 2009 - De l’os à l’outil. Caractérisation technique, économique et sociale de l’utilisation de l’os à l’Aurignacien ancien. Étude de trois sites : l’abri Castanet (secteur nord et sud), Brassempouy (grotte des Hyènes et abri Dubalen) et Gatzarria, Thèse de doctorat, Université Paris 1, 2 vol. , 310 p + 65 p.

Haut de page

Bibliographie

Bachellerie F., Bon F., Deschamps M., Eizenberg L., Henry-Gambier D., Mourre V., Normand C., Pelegrin J., Primault J., Scandiuzzi R., Thiébault C., 2011 - La signature archéologique de l’activité de chasse appliquée à la comparaison des industries moustériennes, châtelperroniennes et aurignaciennes des Pyrénées : nature des équipements et fonctions des sites, in Bon F., Costamagno S., Valdeyron N. (dir.), Haltes de chasse en Préhistoire. Quelles réalités archéologiques ? Actes du colloque international du 13 au 15 mai 2009, Université Toulouse 2 – Le Mirail, P@lethnologie, 3, 131-168.

Bailey S.E., Hublin J.-J., 2005 - Who made the Early Aurignacian ? A reconsideration of the Brassempouy dental remains, Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, 17 (1-2), 115-121.

Benazzi S., Slon V., Talamo S., Negrino F., Peresani M., Bailey S.E., Sawyer S., Panetta D., Vicino G., Starnini E., Mannino M.A., Salvadori P.A., Meyer M., Pääbo S., Hublin J.-J., 2015 - The makers of the Protoaurignacian and implications for Neandertal extinction, Science, 348 (6236), 793-796.

Bon F., 2005 - Little Big Tool. Enquête autour du succès de la lamelle, in Le Brun-Ricalens F. (dir), Productions lamellaires attribuées à l’Aurignacien, chaînes opératoires et perspectives technoculturelles, Actes de la table-ronde organisée dans le cadre du XIVe congrès de l’UISPP, Liège, 2001, Luxembourg, ArchéoLogiques, 1, 479-484.

Bon F., 2009 - Préhistoire. La fabrique de l’homme, Paris, Le Seuil, "L’Univers historique", 349 p.

Bon F., 2010 - Les Aurignaciens et l’émergence du Paléolithique supérieur (chapitre V), in Clottes J. (dir.), La France préhistorique. Un essai d’histoire, Paris, Gallimard, "NRF essais", 116-141.

Bordes J.-G., 2006 - News from the West : a reevaluation of the classical Aurignacian sequence of the Périgord, in Bar-Yosef O., Zilhão J. (dir.), Towards a Definition of the Aurignacian, Trabalhos de Arqueologia 45, Lisboa, American School of Prehistoric Research / Instituto Português de Arqueologia, 147-171.

Bourrillon R., White R., ce volume - Pratiques symboliques aurignaciennes en abri-sous-roche dans la vallée de la Vézère : à la recherche d’une identité ?, in White R., Bourrillon R. (dir.) avec la collaboration de Bon F., Aurignacian Genius : art, technologie et société des premiers hommes modernes en Europe, Actes du symposium international, 8-10 avril 2013, New York University, P@lethnologie, 7, 119-139.

Breuil H., 1913 - Les subdivisions du Paléolithique supérieur et leur signification, Actes du Congrès International d’Anthropologie et d’Archéologie Préhistoriques, 14e session, Genève 1912, Genève, Kündig, 166-238.

Delporte H., 1998 - Les Aurignaciens, premiers hommes modernes, Paris, La Maison des Roches, "Histoire de la France Préhistorique", 128 p.

D’Errico F., 2003 - The invisible frontier. A multiple species model for the origin of behavioral modernity, Evolutionary Anthropology, 12, 188-202.

D’Errico F., Hensilwood C., Vanhaeren M., Van Niekerk K., 2005 - Nassarius kraussianus shell beads from Blombos Cave : evidence for symbolic behaviour in the Middle Stone Age, Journal of Human Evolution, 48, 3-24.

D’Errico F., Zilhão J., Julien M., Baffier D., Pelegrin J., 1998 - Neanderthal acculturation in Western Europe ? A critical review of the evidence and its interpretation, Current Anthropology, 39, S1-S44.

Dubois S., Bon F., 2006 - Henri Breuil et les origines de la “bataille aurignacienne”, Sur les chemins de la Préhistoire. L’abbé Breuil du Périgord à l’Afrique du Sud, Paris, Somogy, 135-147.

Gamble C., 2007 - Origins and Revolutions : Human Identity in Earliest Prehistory, Cambridge, Cambridge University Press, 352 p.

Green R.E. et al., 2010 - A draft sequence of the Neandertal genome, Science, 328, 710-722.

Henry-Gambier D., Maureille B., White R., 2004 - Vestiges humains des niveaux de l’Aurignacien ancien du site de Brassempouy (Landes), Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, 16 (1-2), 49-87.

Henry-Gambier D., Sacchi D., 2008 - La Crouzade V-VI (Aude, France) : un des plus anciens fossiles d’anatomie moderne en Europe occidentale, Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, 20 (1-2), 79-104.

Le Brun-Ricalens F., 1993 - Réflexions préliminaires sur le comportement litho-technologique et l’occupation du territoire du Pays des serres à l’Aurignacien : le gisement de "Toulousète" à Beauville (Lot-et-Garonne), une occupation moustérienne et aurignacienne de plein air, Paléo, 5, 127-153.

Le Brun-Ricalens F. (dir.), Bordes J.-G., Bon F. (coord.), 2005 - Productions lamellaires attribuées à l’Aurignacien : Chaînes opératoires et perspectives techno-culturelles, Actes de la table-ronde organisée dans le cadre du XIVe congrès de l’UISPP, Liège, 2001, Luxembourg, ArchéoLogiques, 1, 568 p.

Letourneux C., 2007 - Quelle place pour le renne dans la subsistance aurignacienne ? Réflexions à partir de quelques exemples de l’Aurignacien ancien, in Beyries S., Vaté V. (dir.), Les civilisations du renne d’hier et d’aujourd’hui. Approches ethnohistoriques, archéologiques et anthropologiques, Actes des XXVIIes Rencontres Internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes, 2006, Juan-les-Pins, APDCA, 345-361.

Mellars P., 2005 - The impossible coincidence. A single-species model for the origins of Modern Human behaviour in Europe, Evolutionary Anthropology, 14, 12-27.

Otte M. (dir.), 2010 - Les Aurignaciens, Paris, Errance (Actes Sud), 303 p.

Normand C., O’Farrell M., Rios Garaizar J., 2009 - Quelle(s) utilisation(s) pour les productions lamellaires de l’Aurignacien archaïque ? Quelques données et réflexions à partir des exemplaires de la grotte d’Isturitz (Pyrénées-Atlantiques, France), in Pétillon J.-M., Dias-Meirinho M.-H., Cattelain P., Honegger M., Normand C., Valdeyron N. (dir.), Recherches sur les armatures de projectiles du Paléolithique supérieur au Néolithique, Actes du colloque C83, XVe congrès de l’UISPP, Lisbonne, 4-9 septembre 2006, P@lethnologie, 1, 7-46.

O’Farrell M., 2005 - Étude préliminaire des éléments d’armature lithique de l’Aurignacien ancien de Brassempouy, in Le Brun-Ricalens F. (dir.), Productions lamellaires attribuées à l’Aurignacien, chaînes opératoires et perspectives technoculturelles, Actes de la table-ronde organisée dans le cadre du XIVe congrès de l’UISPP, Liège, 2001, Luxembourg, ArchéoLogiques, 1, 395-412.

Ramirez Rozzi F.V., D’Errico F., Vanhaeren M., Grootes P.M., Kerautret B., Dujardin V., 2009 - Cutmarked human remains bearing Neandertal features and modern human remains associated with the Aurignacian at Les Rois, Journal of Anthropolological Science, 87, 153-185.

Stringer C., 1994 - Out of Africa – a personal history, in Nitecki M.H., Nitecki D.V. (eds), Origins of Anatomically Modern Humans, New York, Plenum Press, 151-172.

Stringer C., 2014 - Survivants. Pourquoi nous sommes les seuls humains sur terre, Gallimard, NRF essais, 467 p. (version originale anglaise : 2012).

Taborin Y., 1993 - La Parure en coquillage au Paléolithique, Gallia Préhistoire, XXIXe suppl., CNRS Éditions, 536 p.

Tartar È., ce volume - Origine et développement de la technologie osseuse aurignacienne en Europe occidentale  : bilan des connaissances actuelles, in White R., Bourrillon R. (dir.) avec la collaboration de Bon F., Aurignacian Genius : art, technologie et société des premiers hommes modernes en Europe, Actes du symposium international, 8-10 avril 2013, New York University, P@lethnologie, 7, 34-56.

Tartar É., Teyssandier N., Bon F., Liolios D., 2006 - Équipement de chasse, équipement domestique : une distinction efficace ? Réflexion sur la notion d’investissement technique dans les industries aurignaciennes, in Astruc L., Bon F., Léa V., Milcent P.-Y., Philibert S. (dir.), Normes techniques et pratiques sociales. De la simplicité des outillages pré- et protohistoriques, Actes des XXVIes Rencontres internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes, Juan-les-Pins, APDCA, 107-117.

Texier P.-J. et al., 2010 - A Howiesons Poort tradition of engraving ostrich eggshell containrers dated to 60,000 years ago at Diepkloof Rock Shelter, South Africa, Proceedings of the National Academy of Sciences (of the United States of America), 107, 6180-6185.

Teyssandier N., 2007 - En route vers l’Ouest. Les débuts de l’Aurignacien en Europe, Oxford, British Archaeological Series (BAR International Series, 1638), 312 p.

Teyssandier N., Bon F., Bordes J.-G., 2010 - Within projectile range. Some thoughts on the appearance of the Aurignacian in Europe, Journal of Anthropological Research, 66, 209-229.

Tixier J. (dessins : M. Reduron), 1991 - Et passez au pays des silex : rapportez-nous des lames !, in 25 ans d’études technologiques en Préhistoire, Actes des XIes Rencontres internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes, Juan-les-Pins, APDCA, 235-243.

Trinkaus E., 2005 - Early Modern Humans, Annual Review of Anthropology, 34, 207-230.

Valentin B., 2008 - Jalons pour une paléohistoire des derniers chasseurs (XIVe-VIe millénaire avant J.-C.), Paris, Publications de la Sorbonne, "Cahiers archéologiques de Paris 1", 325 p.

White R., 2007 - System of personal ornamentation in the Early Upper Paleolithic : methdological challenges and new observations, in Mellars P., Boyle K., Bar-Yosef O., Stringer C. (dir.), Rethinking the human evolution : new behavioural and biological perspectives on the origin and dispersal of modern humans, Cambridge, McDonald Institute for Archaeological Research, 287-302.

Wolpoff M.H., Thorne A.G., Smith F.H., Frayer D.W., Pope G.G., 1994 - Multiregional evolutions : A world-wide source for modern human populations, in Nitecki M.H., Nitecki D.V. (eds), Origins of Anatomically Modern Humans, New York, Plenum Press, 175-199.

Zilhão J., 2007 - The emergence of ornaments and art : an archaeological perspective on the origins of “behavioral modernity”, Journal of Archaeological Research, 15, 1-54.

Haut de page

Notes

1 Rappelons que le concept de Paléolithique moyen ne sera défini que plus tard au cours du XXe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Bon, « À la croisée des chemins (crossroad traffic) »Palethnologie [En ligne], 7 | 2015, mis en ligne le 12 décembre 2015, consulté le 30 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/palethnologie/680 ; DOI : https://doi.org/10.4000/palethnologie.680

Haut de page

Auteur

François Bon

Professeur de Préhistoire
UMR 5608 - TRACES, Maison de la recherche
Université Toulouse Jean Jaurès, Campus Mirail
Honorary Research Fellow
School of Geography, Archaeology and Environmental Studies
Université du Witwatersrand, Johannesbourg, AFRIQUE DU SUD
francois.bon[at]univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Palethnologie est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées
  • Logo Travaux et Recherches archéologiques sur les Cultures, les Espaces et les Sociétés
  • Logo Institut national de recherches archéologiques préventives
  • Logo Ministère de la Culture
  • OpenEdition Journals