Navigation – Plan du site

L’Aurignacien vu de l’Afrique

Christian A. Tryon
Traduction(s) :
The Aurignacian Viewed from Africa [en]

Résumé

Le techno-complexe aurignacien en Eurasie, daté entre ~43-28 ka, ne connaît pas d’équivalent archéologique taxonomique en Afrique pour la même période, ce qui pourrait indiquer des différences liées à la communication intergroupes ou encore des différences découlant des définitions archéologiques actuellement employées. Des espèces d’hominidés disparues sont présentes en Eurasie et en Afrique pendant cette période, mais contrairement à l’Aurignacien, les archives archéologiques africaines n’ont que peu alimenté les discussions concentrées sur l’accroissement démographique d’Homo sapiens. Certains sites en Eurasie et en Afrique comportent dès 42 ka les plus anciens témoignages de parures, indiquant une modification importante des matières premières et un investissement accru sur le plan temporel, ce qui pourrait suggérer l’utilisation de ces objets dans des réseaux sociaux de plus en plus diversifiés et complexes.

Haut de page

Texte intégral

J’aimerais remercier Randall White et Raphaëlle Bourrillon pour leur invitation à participer à la conférence "Aurignacian Genius", et pour leur accueil ainsi que celui de tous les participants lors de cette réunion fantastique sur trois jours. Toute synthèse telle que celle-ci découle forcément de discussions avec de nombreux collègues et étudiants au fil des ans et j’aimerais saluer les contributions parfois invisibles de Sally McBrearty, Alison Brooks, Jean-Pierre Texier, Randall White, Erella Hovers, Stanley Ambrose, Steve Kuhn, Mary Stiner, Claire Heckel, John O’Hara, Joelle Nivens, Sheila Nightingale et David Clinnick. Les commentaires de Steve Kuhn et surtout d’Erella Hovers ont grandement amélioré le manuscrit. Comme toujours, je dédie cet écrit à Rhonda kauffman et Violet Tryon.

Introduction

1L’Aurignacien est un techno-complexe eurasiatique du Paléolithique supérieur avec une fourchette d’âge actuellement estimée entre ~42-28 ka (Jacobi et al., 2010 ; Higham et al., 2011, 2012 ; Nigst et al., 2014). À ~15 ka et >6500000 km2 (estimations de Szmidt et al., 2010 : 3321), les sites aurignaciens montrent des méthodes de production et des types d’outils organiques variés, ainsi que divers types et fréquences d’art pariétal et de parure. Ces variations sont relativement bien comprises d’un point de vue temporel et géographique (par ex., Knecht, 1991 ; Chiotti, 2005 ; Mellars, 2006a ; Vanhaeren, d’Errico, 2006 ; Hoffecker, 2011). Si les ressources fossiles disponibles sont rares et majoritairement composées de restes dentaires, elles suggèrent néanmoins que l’Aurignacien est l’œuvre de populations précoces d’Homo sapiens (Bailey et al., 2009). Dans beaucoup de régions de l’Europe et du Levant, les couches aurignaciennes postdatent un éventail complexe d’assemblages du Moustérien tardif et du Paléolithique supérieur précoce selon la région géographique. Ces assemblages sont attribués de manière variable aux Néandertaliens et aux H. sapiens, et ils semblent marquer une période de changements démographiques et comportementaux profonds (Slimak, 2008 ; Teyssandier et al., 2010 ; Flas, 2011 ; Mellars, French, 2011 ; communications dans Otte, 2014).

2H. sapiens en Eurasie est originaire des migrations hors d’Afrique qui débutent vers ~70 ka (par ex., Soares et al., 2012), mais des signatures clairement africaines de cette dispersion restent élusives (voir discussions dans Tryon, Faith, 2013 ; Marks, Rose, 2014). Quelques liens fragiles ont été suggérés entre les données d’Afrique du Nord et celles du Levant (par ex., méthodes levallois nubiennes, pièces à chanfrein, production de lames), mais ces ressemblances en technologie lithique ne sont ni caractéristiques ni spécifiques aux industries du Paléolithique supérieur dans le Levant ou ailleurs (voir discussions dans Belfer-Cohen, Goring-Morris, 2009 ; Ioviță, 2009 ; Vermeersch, 2009 ; Marks, Rose, 2014). Les origines de l’Aurignacien postdatent considérablement ces migrations initiales, avec des origines théoriques en Europe de l’Est, en Europe Centrale et en Asie Centrale (Conard, Bolus, 2003 ; Mellars, 2006a ; Otte et al., 2011). À l’heure actuelle, l’Aurignacien du Levant est considéré comme intrusif et représente l’un des rares évènements de dispersion de l’Europe vers le Levant (Belfer-Cohen, Goring-Morris, 2009). Le but de cette comparaison des données aurignaciennes avec celles de l’Afrique n’est pas de proposer un lien direct entre les deux, mais simplement de situer l’Aurignacien dans un contexte plus large. Le manque de connexions directes est au final utile, car il contribue à une meilleure reconnaissance de la trajectoire historique particulière de chaque région, et souligne des comportements convergents parmi les Hommes modernes chasseurs-cueilleurs (cf. Kuhn, Hovers, 2013).

Comparaison avec les données archéologiques africaines entre 43-28 ka

3Il ne s’agit pas ici de dresser une description et une comparaison exhaustives de l’Aurignacien et des données africaines d’âge comparable, mais de souligner plutôt trois éléments de ressemblance et de différence qui, à mon avis, mériteront plus d’attention lors des comparaisons inter-régionales futures.

  1. L’Aurignacien n’a pas de complexe taxonomique archéologique équivalent (sensu Gamble et al., 2005) en Afrique pendant la fourchette de temps de 43-28 ka ;

  2. Historiquement, l’Aurignacien a joué un rôle majeur en tant que proxy archéologique pour
    la dispersion de H. sapiens et le remplacement ou l’assimilation de peuplements néandertaliens. Ces derniers perdurent dans certaines régions européennes jusqu’à peut-être ~28 ka (Finlayson et al., 2006 ; mais voir Galván et al., 2014). Des données génétiques d’Afrique suggèrent que des espèces archaïques perdurent jusqu’à ~38 ka, mais jusqu’ici, les données archéologiques n’ont pas contribué aux scénarios de remplacement ou de contact ;

  3. À partir de ~43-28 ka en Eurasie et en Afrique, les premières parures fortement modifiées apparaissent, ce qui est pour ma part un signe du nombre accru de rôles ou de messages symboliques durables sont utilisés au sein d’une société.

A - L’Aurignacien n’a pas d’équivalent direct en Afrique

4Alors que des discussions persistent à propos de la variabilité au sein de l’Aurignacien, du point de vue de quelqu’un qui ne travaille pas directement sur du matériel aurignacien, ce sont les similitudes des sites aurignaciens qui les différencient des sites contemporains en Afrique. En clair, rien de comparable à l’Aurignacien n’existe en Afrique de ~42-28 ka. En Afrique, les techno-complexes de Stillbay, de Howiesonspoort et Ibéromaurusiens ont tous des intervalles temporels relativement étroits (<10 ka), des extensions géographique larges (~350000-1500000 km2), et une série de points communs en ce qui concerne la production d’outils lithiques et organiques, l’utilisation de symboles, parures ou modifications corporelles et des schémas d’occupation (Humphrey, Bocaege, 2008 ; Jacobs et al., 2008a ; Close, 2009 ; Olszewski et al., 2011 ; Henshilwood, 2012 ; Barton et al., 2013). Si l’échelle de ces techno-complexes est comparable (ou plus proche) à l’Aurignacien (figure 1), ils pré- ou postdatent tous de quelques milliers d’années l’intervalle de temps étudié ici.

Figure 1 - Sites archéologiques cités, en suivant le fil du texte.

Figure 1 - Sites archéologiques cités, en suivant le fil du texte.

Extensions géographiques approximatives des complexes archéologiques ibéromaurusien (en violet) et Still Bay/Howiesons Poort (en bleu).

5Si la persistance de similitudes de la culture matérielle à travers les sites aurignaciens en Eurasie signifie qu’il existe un niveau de contact et de communication intergroupes, en Afrique les données paraissent plutôt fragmentées et isolées, car de nombreuses industries de ~42-28 ka y sont mal connues et/ou ont des répartitions géographiques limitées. Cependant, tandis que la taille de l’échantillon explique en partie ce problème, les questions de définition sont également à prendre en compte. La taxonomie archéologique, notamment la définition de nouvelles industries et de nouveaux complexes, a été largement (mais pas totalement) abandonnée suite à la conférence de Burg Wartenstein en 1965 (Clark et al., 1966 ; Bishop, Clark, 1967). Récemment, certains chercheurs ont souligné l’importance de ces unités de comparaison de base (par exemple, industries) et sont revenus à l’étude de la définition et de l’application de celles-ci à différents sites (par ex., Conard et al., 2012 ; Will et al., 2014). Cette tendance se reflète actuellement dans la définition, la comparaison et l’intégration de sites attribués de façon variable au Protoaurignacien, à l’Ahmarien et au Paléolithique supérieur initial (IUP) (Bar-Yosef, Zilhão, 2006 ; Mellars, 2006a ; Kuhn, Zwyns, 2014).

6Avant 1965, la plupart des sites subsahariens actuellement datés à ~43-28 ka, d’après des estimations d’âges radiométriques, auraient été attribués au "Second Intermediate" sur la base de la typologie des artefacts lithiques. Le "Second Intermediate" était un intervalle chronologique situé entre le Middle Stone Age (MSA) et le Later Stone Age (LSA), et les sites attribués à cette période comprenaient des éléments caractéristiques des deux, tels que la technologie Levallois, des pointes retouchées, et des pièces à dos ou des microlithes. La terminologie du "Second Intermediate" a été abandonnée en partie à cause de la présence mélangée d’artefacts de type MSA et LSA dans l’un des sites-types du "Second Intermediate". En effet, Magosi (Ouganda) présentait un mélange stratigraphique en raison de la fouille horizontale de strates fortement inclinées (Hole, 1959 ; Cole, 1967).

7Outre les problèmes liés au site de Magosi, des assemblages présentant une association entre des éléments à dos et des nucleus préparés, des pointes ou des petites pièces bifaciales, proviennent de nombreuses séquences soigneusement fouillées et datées par des méthodes radiométriques : l’abri 7 à Laas Geel en Somalie (Gutherz et al., 2014), Mochena Borago et Goda Buticha en Éthiopie (Brandt et al., 2012 ; Pleurdeau et al., 2014), Enkapune ya Muto au Kenya (Ambrose, 1998), les abris de Nasera et Mumba en Tanzanie (Mehlman, 1989 ; Marks, Conard 2008 ; Diez-Martín et al., 2009 ; Gliganic et al., 2012), et plus au sud, la grotte de Sibudu en Afrique du Sud (Wadley, 2005 ; Jacobs et al., 2008b). Ces sites et d’autres sites de la période ~43-28 ka contiennent également des couches sans éléments MSA et documentent l’apparition de technologies pleinement LSA pendant cet intervalle (souvent avec une utilisation accrue de la technologie bipolaire), comme à Border Cave en Afrique du Sud (Beaumont et al. 1978 ; d’Errico et al., 2012 ; Villa et al., 2012), Matupi Cave en République Démocratique du Congo (Van Noten, 1977) et Shum Laka au Cameroun (Cornelissen, 2003). La transition technologique MSA/LSA était un processus long (>10 ka) et, par endroits, erratique, comprenant des sites caractérisés non seulement par des modifications des industries lithiques taillées, mais également par l’utilisation répandue d’ocre, d’outils polis et de perles en coquilles d’œuf d’autruche (d’Errico et al., 2012 ; Tryon, Faith, 2013), dont l’exemple le plus ancien est actuellement daté à >50 ka à Magubike en Tanzanie (Miller, Willoughby, 2014), ainsi que de rares exemples de peintures figuratives (Vogelsang et al., 2010).

8En Afrique, au nord du Sahara, des données récentes de la grotte de Taforalt, au Maroc, démontrent la présence d’un assemblage à éclats non-Levallois, intermédiaire entre l’Ibéromaurusien et l’Atérien, à ~35-25 ka (Barton et al., 2013). Si les descriptions détaillées formelles ne sont pas encore disponibles, cet assemblage est exceptionnel car il indique un peuplement continu pendant une longue période dans une région caractérisée jusqu’alors par un hiatus d’occupation (voir Close, 2009). À Nazlet Khater 4 en Égypte, à ~30-35 ka, la présence de grandes haches bifaciales, probablement liées à l’extraction de nodules de chert en provenance de carrières souterraines, ainsi que la production laminaire volumétrique et planimétrique, se démarquent nettement des autres assemblages de la région (Vermeersch, 2009 ; Lelongeon, Pleurdeau, 2011). Cependant, toute comparaison est entravée par le caractère spécialisé du site.

9Seule une partie des sites est ici passée en revue, mais les assemblages soigneusement fouillés, bien datés et publiés en Afrique entre ~43-28 ka demeurent rares. Un aspect marquant des données africaines pendant cet intervalle est l’abandon progressif des technologies typiques du MSA. En termes de durée et de complexité, la transition MSA/LSA pourrait ressembler à la transition Paléolithique moyen/supérieur en Eurasie. Toutefois, il n’existe pas d’entité régionale en Afrique ressemblant à l’Aurignacien et certains auteurs, notamment ceux travaillant en Afrique du Sud, ont noté le caractère informel et régional de ces assemblages (par ex., Vogelsang et al., 2010 ; Conard et al., 2012). Pour l’Afrique de l’Est, Mehlman (1989) a proposé la plus importante contribution à la description d’une telle entité en définissant l’industrie de Nasera. Cette dernière est en quartz ; elle comporte d’abondants racloirs et elle est caractérisée par l’utilisation fréquente de la technologie bipolaire, de rares pointes et pièces à dos, de l’ocre, des perles en coquilles d’œuf d’autruche et des outils en pierre polie datés à ~26-38 ka (Mehlman, 1989 ; Gliganic et al., 2012). Mehlman a identifié ce techno-complexe dans les abris-sous-roche de Nasera, de Mumba et de Kisese II en Tanzanie, des sites séparés par une distance de ≤ 300 km (figure 1). Malheureusement, de nombreux artefacts de ces sites ont été depuis perdus (Prendergast et al., 2007 ; Tryon, observation personnelle), ce qui empêche toutes comparaisons approfondies. Ce travail est encore à consolider en définissant de nouvelles industries, ou en renouant avec des industries anciennes (comme l’Hargesien ; Gutherz et al., sous presse), dans le but d’établir des comparaisons intersites plus détaillées. C’est seulement en suivant de telles logiques qu’il sera possible de mieux comprendre les similitudes et les différences au sein de ces sites africains et de déterminer si l’Aurignacien est vraiment profondément différent.

B - Des hominidés archaïques perdurent en Afrique pendant la majeure partie du Pléistocène supérieur

10Les données génétiques indiquent que plusieurs dispersions d’H. sapiens au sein et peut-être en dehors de l’Afrique ont eu lieu entre ~43-28 ka (Soares et al., 2012 ; Rito et al., 2013). Les modifications environnementales pendant le Pléistocène auraient facilité l’isolement des populations et également leur expansion ultérieure (par ex., Blome et al., 2012 ; Lorenzen et al., 2012 ; Pearson, 2013 ; Faith et al., sous presse). Tous les fossiles africains bien datés à ~43-28 ka (et à des périodes plus récentes) sont attribués à H. sapiens (par ex., Grine et al., 2007 ; Crevecouer, 2012 ; Willoughby, 2012 ; Pleurdeau et al., sous presse). Cependant, des analyses du génome humain moderne suggèrent un contact vers 38 ka en Afrique centrale et l’introgression avec des populations distinctes d’hominidés archaïques ayant des périodes de divergence, similaires à celles des humains modernes et des Néandertaliens (Hammer et al., 2011 ; Lachance et al., 2012). Comme en Eurasie, la période de ~43-28 ka en Afrique est marquée par la persistance, mais avec disparition graduelle, de tous les hominidés non-sapiens. Contrairement aux données d’Eurasie, à l’heure actuelle, les études archéologiques récentes en Afrique ont peu alimenté le débat concernant la répartition des Hommes modernes à travers l’Afrique (mais voir Jacobs, Roberts, 2009 ; Mellars, 2006b).

C - Artefacts symboliques fortement modifiés en Afrique et en Eurasie

11La recherche doctorale en cours de Claire Heckel (2015) sur la parure du Protoaurignacien et de l’Aurignacien ancien différencie les parures fortement modifiées et peu modifiées. J’emprunte ici ces termes et concepts, bien que je les emploie et les définisse d’une manière légèrement différente, et ce, dans une comparaison élargie d’objets non-fonctionnels, modifiés et décorés, présumés transmettre de l’information symbolique (figure 2). La modification de la forme originelle des objets peu modifiés est minimale ; comme par exemple l’utilisation de coquillages naturellement perforés dans des sites du MSA et IUP autour de la Méditerranée (par ex., Bouzouggar et al., 2007 ; Stiner, 2014) ou l’ajout de traits géométriques à des récipients en coquille d’œuf d’autruche, comme sur le site MSA de Diepkloof en Afrique du Sud (Texier et al., 2013). Les objets fortement modifiés ne ressemblent pas à la matière première brute, comme par exemple les perles aurignaciennes en forme de panier et les perles en coquilles d’œuf d’autruche du MSA/LSA.

Figure 2 - Objets fortement modifiés vs objets peu modifiés entre ~30-80 ka dans un contexte comparable.

Figure 2 - Objets fortement modifiés vs objets peu modifiés entre ~30-80 ka dans un contexte comparable.

Plusieurs stades de production de perles en coquilles d'œuf d’autruche (forme originelle non déterminable) d’Enkapune ya Muto et Mumba et un récipient en coquilles d'œuf d’autruche (forme originelle non déterminable) de Diepkloof Rockshelter, Afrique du Sud.

Illustration de Sheila Nightingale avec des parties d’après Ambrose, 1998 ; Mehlman, 1989 ; Texier et al., 2013.

12Les perles en forme de panier provenant de sites du début de l’Aurignacien sont majoritairement fabriquées en ivoire (mais également en d’autres matériaux), selon un procédé de fragmentation exigeant sur le plan physique. Ce procédé s’appuie sur l’utilisation de coins et de percussions, et comprend peut-être la chauffe ou le trempage, le raclage, l’arrachement, le perçage et le polissage avant utilisation (White, 1997 ; Heckel, Wolf, 2014 ; Heckel, 2015). De ce processus découle une perle morphologiquement distincte de la défense dont elle faisait partie. Des perles en coquille d’œuf d’autruche de sites MSA, LSA et de sites récents sont fabriquées selon un long processus de fragmentation, perçage et polissage (Wingfield, 2003 ; kandel, Conard, 2005 ; Orton, 2008), et elles ne ressemblent plus à des coquilles d’œuf (figure 2). Les perles (qu’elles soient fortement ou légèrement modifiées) étaient sélectionnées en fonction de leur forme, leur couleur ou d’un autre critère tel que leur lustre (White, 1997). Elles étaient employées seules ou avec d’autres perles ou des matières différentes (par ex., cuir ou corde) afin de communiquer des messages significatifs à un échelon personnel ou à un échelon social plus large (par ex., Gamble, 1999 ; Ambrose, 2002 ; Whallon, 2006 ; Kuhn, Stiner, 2007 ; Kuhn, sous presse). L’investissement sur le plan temporel différencie les perles fortement modifiées des perles peu modifiées.

13De notre point de vue, la présence commune d’éléments de parure dans des sites eurasiatiques et africains ~43-28 ka indique des contextes sociaux similaires caractérisés par une forte demande et pour un large éventail d’objets matériels destinés à communiquer des messages divers et complexes. La meilleure illustration de la complexité et de l’importance de ces messages est peut-être l’utilisation de matières premières locales qui imitent les propriétés d’objets plus rares ou précieux, comme les facsimilés aurignaciens de coquillages marins en ivoire (White, 1997). En Afrique, l’utilisation de coquillages marins en tant qu’éléments de parure est plus ancien de ≥15 ka sur la côte que l’emploi de perles en coquilles d’autruche ou en coquilles d’escargot à l’intérieur des terres (cf. Bouzouggar et al., 2007 ; Assefa et al., 2008 ; Miller, Willoughby, sous presse). Cela pourrait indiquer l’adaptation de matières premières locales à un concept de production et d’utilisation introduit depuis la côte.

14Bien évidemment, les perles et les autres éléments de parure, souvent trouvés sous forme de fragments isolés lors des fouilles, ne constituent qu’une portion de la parure conservée. Il est probable que la dichotomie "peu modifiée" vs "fortement modifiée" ne reflète pas l’investissement de temps ni d’énergie ni la complexité d’objets composites, tels que les rangs de perles, ou l’utilisation de ces perles pour décorer des vêtements ou des sacs, ou même le temps requis pour la préparation d’abrasifs, tels que l’ocre (par ex., White, 1992 ; Rifkin, 2012). Mais en focalisant sur ces parties des données archéologiques qui perdurent, la dichotomie "peu modifiée" vs "fortement modifiée" est néanmoins utile pour l’identification d’une modification du comportement humain commençant vers ~50 ka.

Conclusions

15La comparaison des sites du complexe aurignacien avec ceux de l’Afrique ~43-28 ka, soulève plusieurs thèmes qui nécessiteront un développement plus approfondi, dans le cadre d’une autre contribution. Cette comparaison permet (espérons-le) de souligner l’absence d’un équivalent de l’Aurignacien en Afrique à la même époque, selon notre compréhension actuelle de la taxonomie archéologique. Il nous semble que le moment est opportun pour renouveler les efforts de synthèses régionales qui examineraient de plus près les modes de culture matérielle et détermineraient dans quelle mesure ces modes sont partagés par les différents sites africains. Étant donné les dimensions et la complexité topographique et environnementale de l’Afrique, il n’est pas surprenant que des espèces d’hominidés archaïques y ont perduré jusqu’à relativement récemment. Néanmoins, vu le rôle historique de l’Aurignacien dans la disparition des Néandertaliens en Eurasie, l’absence de discussions comparables dans les données africaines est frappante. Un dernier point reliant l’Aurignacien aux données africaines est l’utilisation d’éléments de parure fortement modifiés. L’investissement élevé de temps et d’énergie requis pour la confection de ces objets suggère que leurs rôles et leur importance ont changé, que ces changements pourraient marquer la complexification de relations sociales au sein et entre les divers groupes et que la culture matérielle les aurait reliés. En Eurasie et en Afrique, nous ne faisons que commencer à comprendre la gamme complète des modes de transformation, d’utilisation et de partage (Ambrose, Slater, 2013 ; Slater et al., 2013 ; Heckel, Wolf, 2014).

Haut de page

Bibliographie

Access denied.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Sites archéologiques cités, en suivant le fil du texte.
Légende Extensions géographiques approximatives des complexes archéologiques ibéromaurusien (en violet) et Still Bay/Howiesons Poort (en bleu).
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/686/img-1.png
Fichier image/png, 298k
Titre Figure 2 - Objets fortement modifiés vs objets peu modifiés entre ~30-80 ka dans un contexte comparable.
Légende Plusieurs stades de production de perles en coquilles d'œuf d’autruche (forme originelle non déterminable) d’Enkapune ya Muto et Mumba et un récipient en coquilles d'œuf d’autruche (forme originelle non déterminable) de Diepkloof Rockshelter, Afrique du Sud.
Crédits Illustration de Sheila Nightingale avec des parties d’après Ambrose, 1998 ; Mehlman, 1989 ; Texier et al., 2013.
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/686/img-2.png
Fichier image/png, 511k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian A. Tryon, « L’Aurignacien vu de l’Afrique »Palethnologie [En ligne], 7 | 2015, mis en ligne le 12 décembre 2015, consulté le 30 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/palethnologie/686 ; DOI : https://doi.org/10.4000/palethnologie.686

Haut de page

Auteur

Christian A. Tryon

Harvard University, Department of Anthropology
Peabody Museum of Archaeology and Ethnology
christiantryon[at]fas.harvard.edu

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Palethnologie est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées
  • Logo Travaux et Recherches archéologiques sur les Cultures, les Espaces et les Sociétés
  • Logo Institut national de recherches archéologiques préventives
  • Logo Ministère de la Culture
  • OpenEdition Journals